Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La religion vécue

 | 
Laurence Croq
, 
David Garrioch

Annexe 7. Plan des bancs de S. Pierre de Genève (1752)

Texte intégral

  • 1 Daté du 11 novembre 1752, il est présenté aux autorités genevoise et approuvé sept jours plus tard (...)

1Ce plan du temple de Saint-Pierre, dessiné en 1752 par le physicien et professeur de philosophie Jean-Louis Calandrini (1703-1758)1, ne prend sens que si on le situe dans l’histoire étendue sur trois siècles qui explique sa production.

  • 2 Blondel L., « Autels, chapelles et cloitre de Saint-Pierre, ancienne cathédrale de Genève », Genav (...)

2Il porte en effet trace, en premier lieu, des réaménagements de l’espace liturgique intervenus à l’époque de la Réforme, au XVIe siècle. Il illustre les difficultés auxquelles les réformés ont été confrontés au moment où ils se sont appropriés des bâtiments qui avaient édifiés pour abriter des usages rituels en complète rupture avec ceux qu’ils s’efforçaient alors d’instaurer. Construite entre le XIIe et le XVe siècle, l’ancienne cathédrale de Saint-Pierre contenait, d’une part, une vingtaine de chapelles consacrées à autant de saints et mettant une variété de lieux et d’objets de dévotion à disposition des fidèles ou des confréries et, d’autre part, le chœur capitulaire, qui était complètement clos et « qui comprenait toute l’abside […], la croisée et la première travée de la nef à l’ouest de la croisée2 ». L’espace liturgique marquait ainsi avant la Réforme une très nette distinction entre un sanctuaire réservé aux clercs et le reste de l’église pourvu d’une multitude de lieux où la messe pouvait être célébrée.

3Tout au contraire, la Réforme abolit l’ancienne distinction entre clercs et laïcs qui prévalait auparavant. De plus, ses cultes n’habitent plus qu’une partie seulement de l’édifice. Les bancs qui sont installés au début des années 1540 remplissent désormais pour l’essentiel la partie de l’église qui était jusque-là interdite aux laïcs, ne débordant l’ancien chœur que sur la longueur d’une travée de la nef. A l’ancienne offre d’une diversité de lieux de culte se substitue à l’époque de la Réforme un espace liturgique entièrement orienté vers un centre cultuel unique, constitué par la chaire, à laquelle s’adjoignent, lors des quatre célébrations annuelles de la communion, les deux tables sur lesquelles les espèces eucharistiques, le pain et le vin, sont disposées. La chaire est placée contre le premier pilier de la nef (le quatrième pilier à gauche en partant du bas du plan – ce pilier est le seul contre lequel un demi-cercle est dessiné pour représenter la chaire). Comme on peut le voir sur le plan, les bancs, représentés par toute une série de bâtonnets, ne sont pas disposés seulement au-devant de la chaire. Ils l’enserrent de sorte qu’elle se trouve avancée au cœur de l’espace que dessinent les bancs, c’est-à-dire au cœur de l’assemblée que les bancs contribuent à structurer. La Réforme a donc procédé à un complet renversement des dynamiques spatiales qui organisaient l’espace liturgique hérité du Moyen Âge et des manières de participer à la célébration des cultes : au lieu de permettre une déambulation à l’intérieur de cet espace, elle contraint les fidèles à assister aux célébrations dans une position assise qui discipline le corps et concentre toute l’attention sur ce qui est dit du haut de la chaire.

  • 3 Charles C., Stalles sculptées du XVe siècle : Genève et le duché de Savoie, Paris, Picard, 1999, p (...)

4Ce que ce plan ne laisse pas voir au premier coup d’œil, c’est que cet espace qui construit un lieu d’égalité spirituelle en plaçant au centre de l’assemblée le lieu d’où émane la parole divine commentée par la prédication, organise aussi cette même assemblée en une Eglise fermement encadrée par des structures institutionnelles. Les magistrats qui forment le gouvernement de la ville (Petit Conseil), occupent à l’entrée de l’abside des stalles, disposées en gradin : figurées sur le plan comme des bancs à l’intérieur desquels se distinguent de petits demi-cercles, ces stalles sont d’anciens sièges sculptés provenant du chœur de plusieurs édifices religieux genevois, destinés aux moines et aux chanoines et qui ont été récupérés pour souligner la dignité de la magistrature3. Dans le même temps, cette disposition situe les magistrats dans une position qui place sous leur regard toute l’assemblée réunie autour de la chaire. Se constitue ainsi un espace liturgique qui a également une fonction disciplinaire. Cet aspect est encore souligné par le fait que les pasteurs et les anciens, membres du Consistoire – le tribunal ecclésiastique – issus des assemblées souveraines de la ville, occupent pour leur part les bancs posés, d’un côté, derrière la chaire contre le mur et, de l’autre côté, en face de la chaire, contre le mur opposé de l’église. Les fidèles réunis au temple sont ainsi étroitement encadrés par les autorités civiles et ecclésiastiques. A l’intérieur de cet espace délimité par les magistrats et les pasteurs, leur répartition n’obéit, durant la première moitié du XVIe siècle, à aucune autre distinction que la séparation entre les femmes et les jeunes enfants, qui prennent place directement au-devant de la chaire, et les hommes qui les entourent. C’est donc une assemblée organisée dans ses structures fondamentales qui habite le temple de Saint-Pierre réaménagé par la Réforme.

  • 4 Sur le rapport entre lieux de culte et sacralité, voir Grosse C., « Places of sanctification : the (...)

5Le plan de 1752 porte en deuxième lieu trace d’une évolution dans la répartition des fidèles qui n’apparaît qu’avec le début du XVIIe siècle. On distingue en effet deux séries de bancs, placés immédiatement sur la gauche et sur la droite des stalles des magistrats, qui sont décrits comme étant « ceux de la noblesse ». Avant cette époque, il n’existe pas de siège réservé à une catégorie sociale spécifique. Le seul critère qui donne accès au privilège d’une place réservé réside dans les fonctions – ecclésiastiques ou étatiques – de leur occupant. La présence de ces « bancs de noblesse », montre que le temple commence à devenir un lieu de représentation publique des distinctions et des hiérarchies sociales. La lutte pour les places, dont on confie la réservation à des gardes ou que l’on s’attribue en y apposant des signes distinctifs comme des armoiries, devient alors l’une des formes caractéristiques que prend le travail de négociation des rangs sociaux. On assiste dans ces circonstances à une appropriation privée du temple qui est intensément investi d’enjeux qui n’ont pas de dimension religieuse, mais qui dépendent néanmoins du prestige du lieu pour ne pas parler de son caractère sacré4.

  • 5 Certains de ces billets ont été conservés dans des archives de familles ; ils indiquent que le dis (...)
  • 6 AEG, RC 257, p. 133 (23 février 1757).

6Enfin, le plan de 1752 témoigne également de l’effort réalisé par les autorités pour reprendre le contrôle sur l’espace liturgique et sur l’attribution des places dans les temples. Il est à cet égard le fruit d’une réaction des autorités contre ce phénomène d’appropriation privée, qui prend forme dès la seconde moitié du XVIIe siècle, mais ne parvient à une relative efficacité qu’à partir du moment où les magistrats se dotent des instruments administratifs qui permettent d’exercer véritablement ce contrôle. Celui-ci suppose une mécanique bureaucratique relativement complexe : il implique une identification et une numérotation précise des places disponibles, combinée à la tenue régulière d’un registre portant les numéros des places et les noms des individus auxquels elles sont attribuées et à la production de « billets » attestant la possession de ces places dont les propriétaires peuvent se prévaloir en cas de contestation5 ; l’ensemble de ces opérations doit être contrôlé par une personne pourvue d’une autorité reconnue – d’autant qu’elle est appelée, compte tenu de l’intensité de la compétition pour les places, à arbitrer nombre de prétentions en conflit pour les mêmes sièges6. Ce type de dispositif paraît exister en France dans les Eglises réformées dès le XVIIe siècle. Mais il n’est mis en place à Genève qu’au début du XVIIIe siècle. Sa première utilisation est liée à la construction d’un nouveau temple inauguré en 1715 et dont le financement a été tiré notamment de la location d’une partie des places. C’est donc la nécessité de gérer cette location qui a provoqué l’ouverture d’un « Livre de signatures et quittances pour les places du Temple de la Fusterie ». Au moment où il est décidé d’entreprendre d’importants travaux de restauration sur le temple de Saint-Pierre, ce système est étendu aux temples qui sont utilisés durant la fermeture de Saint-Pierre, puis à ce dernier édifice également.

7Le dispositif administratif atteint alors une certaine perfection. Le plan de 1752 constitue en effet une sorte de photographie générale de la répartition des bancs. Il est complété par un très large et volumineux registre dans lequel toutes les parties du temple désignées sur le plan d’un nom générique sont redessinées page après page avec le même souci de précision architecturale, mais dans un format fortement agrandis. Les bancs y figurent par conséquent dans une taille assez grande pour que puissent être inscrits, pour chacun d’eux, les noms des occupants de chaque siège que compte le banc. Ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple, la page 52 du registre indique : « Ce plan représente les sept Bancs qui vont dès le passage de la gallerie jusques à la muraille du côté de l’auditoire ». Au-dessus, on lit par exemple : « Cinquième Banc : Mr Vautier, 3 places ; Quatrième Banc : Clot, Mat, Jandin, et Demaret, 4 places/Melle de la Porte, 1 place… » Instruments graphiques de contrôle de la répartition des fidèles dans le temple, plan et registre semblent vouloir éteindre toutes les contestations en figeant l’ordre des places. Les querelles de préséance continuent pourtant de s’élever durant tout le XVIIIe siècle.

Notes

1 Daté du 11 novembre 1752, il est présenté aux autorités genevoise et approuvé sept jours plus tard (Archives d’Etat de Genève, RC 252, p. 489 [18 novembre 1752]).

2 Blondel L., « Autels, chapelles et cloitre de Saint-Pierre, ancienne cathédrale de Genève », Genava, 24 (1946), p. 50-73.

3 Charles C., Stalles sculptées du XVe siècle : Genève et le duché de Savoie, Paris, Picard, 1999, p. 85-86.

4 Sur le rapport entre lieux de culte et sacralité, voir Grosse C., « Places of sanctification : the liturgical sacrality of Genevan reformed churches, 1535-1566 », Coster W. et Spicer A. (éd.), Sacred space in early modern Europe, Cambridge [etc.], Cambridge University Press, 2005, p. 60-80.

5 Certains de ces billets ont été conservés dans des archives de familles ; ils indiquent que le dispositif n’est pas appliqué avec la rigueur automatique et informatisée de nos bureaucraties puisque la possession de la place peut se trouver rédigée – et authentifiée par une signature – sur le revers d’une carte à jouer !

6 AEG, RC 257, p. 133 (23 février 1757).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/135621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 391k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540