Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La religion vécue

 | 
Laurence Croq
, 
David Garrioch

Annexe 4. La politique des autorités municipales d’Utrecht envers les minorités religieuses

Texte intégral

1Les archives des autorités municipales d’Utrecht (Stadsarchief) sont d’une grande richesse pour appréhender la politique des autorités, mais aussi les relations inter-confessionnelles au quotidien. On mentionnera en particulier les registres de procès-verbaux des séances du Conseil (Resolutiën van den raad), qui contient les ordonnances promulguée par ce dernier, mais aussi des décisions concernant des individus, par exemple l’octroi du droit de bourgeoisie à des catholiques ; les requêtes adressées au conseil par des habitants de la ville constituent un autre type de sources intéressantes ; les actes judiciaires, enfin, concernent parfois des catholiques ayant commis une infraction aux édits les concernant. Dans leur ensemble, ces archives permettent de mettre en lumière les tensions confessionnelles, en particulier dans des contextes de crises – occupation d’Utrecht par la France pendant la Guerre de Hollande (1672-1673), Révocation de l’Édit de Nantes (1685) – mais aussi, de façon plus subreptice, les relations de convivialité confessionnelle.

Het Utrechts Archief, Stadsarchief II, Stadsbestuur 1577-1795, vol.
121-125 (Resolutiën van den raad 1653-1655)

(fol. 213v-214r) « 12 juin 1655 Ordonnance sur la bourgeoisie de cette ville Le Conseil de la ville d’Utrecht […] a décidé à l’unanimité au sujet de l’octroi de la bourgeoisie de cette ville de préciser les points et articles suivants […] : Et aucun de la religion romaine ne doit être admis à la bourgeoisie de cette ville, sauf si, pour quelque raison remarquable, le Conseil venait à décider à l’unanimité d’y déroger dans une certaine mesure. De même, si quelqu’un, après être devenu bourgeois, venait à tomber en la religion romaine, celui-ci doit de ce fait perdre la bourgeoisie qui lui avait été attribuée. »

Het Utrechts Archief, Stadsarchief II, Stadsbestuur 1577-1795, vol.
121-126 (Resolutiën van den raad 1655-1660)

  • 1 Il s’agit de la résolution interdisant l’octroi de la bourgeoisie aux immigrants catholiques, prom (...)

(fol. 20r) « Le 28 janvier 1656 Bourgeoisie octroyée à un papiste Sur l’humble requête de Johannes Norkemeyer, de la religion papiste, tailleur d’habits de son métier, né dans le Palatinat, ayant habité ici quinze ans, et s’étant marié avant la date de la résolution du 15 juin 16551 à la fille d’un bourgeois de père en fils, la bourgeoisie de cette ville lui est octroyée à l’unanimité des voix par provision et jusqu’à révocation, à condition qu’il paie le droit s’y appliquant, et qu’il prête le serment habituel. »

(fol. 37r) « Le 5 mai 1656 Bourgeoisie Godert van Santen devant se marier avec une fille de bourgeois et veuve chargée de trois enfants, et Gerrit Brouwer étant marié depuis environ un an à une fille de bourgeois, tous deux papistes, se voient octroyer la bourgeoisie de cette ville par provision au tarif ordinaire, à condition d’habiter dans cette ville. »

  • 2 Jutphaas est un village situé à une dizaine de kilomètres au sud-ouest d’Utrecht.

(fol. 39r) « Le 30 mai 1656 Bourgeoisie Herbert van Raeswaen, fils du bailli de Jutphaas2, compte tenu du fait qu’il est né ici d’une fille de bourgeois, reçoit la bourgeoisie de cette ville à l’unanimité, bien qu’il soit de la religion romaine. »

Het Utrechts Archief, Stadsarchief II, Stadsbestuur 1577-1795, vol.
121-129 (Resolutiën van den raad 1674-1780)

(fol. 158r) « 10 septembre 1677 Bourgeoisie accordée à quelques-uns de la religion romaine Les requêtes de diverses personnes de la religion romaine ayant été amenées en délibération, le Conseil leur a octroyé provisionnellement la bourgeoisie par dispense, pour la raison qu’ils sont mariés à des filles de bourgeois et sont nés dans les Provinces-Unies, se sont déjà installés ici par ignorance etc. ; étant bien compris que l’on ne déroge pas de ce fait aux résolutions existantes, mais qu’on persiste en elles. »

Het Utrechts Archief, Stadsarchief II, Stadsbestuur 1577-1795, vol.
121-131 (Resolutiën van den raad 1687-1694)

  • 3 Il s’agit de la résolution passée par le Conseil le 15 janvier 1677 : elle prescrivait qu’en cas d (...)

(fol. 177r) « 18 avril 1692 Wilhelm van Weerd déchu de sa citoyenneté pour avoir amené sa femme au papisme Les sieurs bourgmestres ont exposé que des députés du consistoire leur avaient représenté que Willem van Weerd, chiffonnier à la Mariestraat, avait épousé en secondes noces Geertje Ariensen, veuve de Michiel Bushoff, membre de la religion réformée ; celuici, malgré les promesses faites aux sieurs députés lors de la signature des bans de mariage, conformément à la résolution du Conseil3, a entraîné sa femme dans le papisme et [y a] amené par là la fille de ladite Geertje Ariensen […]. Sur quoi, après avoir sérieusement délibéré, le Conseil […] a arrêté et décrété que lesdits Willem van Weerd et Geertje Ariensen sont déchus de leur citoyenneté, tout comme il déclare qu’ils en sont déchus par la présente, et que le doyen de la corporation des chiffonniers ne doit pas reconnaître ledit Willem van Weerd comme confrère, mais doit lui interdire de travailler, sous la peine prévue par l’ordonnance. »

Het Utrechts Archief, Stadsarchief II, Stadsbestuur 1577-1795, vol. 404

2Attestation en faveur de Simon van Middelweert jointe à une supplique présentée par celui-ci au Conseil, sans date [juin 1687] :

« Nous Roeland Sweserey âgé d’environ 30 ans, Johannes Maes âgé d’environ 23 ans, Jan Backer âgé de 21 ans, et Claes Sanders âgé de 20 ans et moi le dernier faisant profession de la religion réformée, tous compagnons tailleurs d’habits dans cette ville, attestons et déclarons par la présente à la demande de Simon van Middelweert maître tailleur et bourgeois dans cette ville requérant, que nous, témoins, avons travaillé depuis quelque temps comme ouvriers dans la boutique du requérant, et y travaillons encore ; pendant tout le temps que nous avons fréquenté ladite boutique, nous n’y avons jamais entendu le requérant prononcer des mots contre quelqu’un en matière de religion, encore moins au détriment ou au mépris de la religion réformée, ou contre Son Excellence le magistrat de cette ville […]. »

Het Utrechts Archief, Stadsarchief II, Gerecht van de stad Utrecht 1577-1795, vol. 2244-134

Procès contre Dirk van Schorrenberg, octobre 1673-juillet 1675

3Attestation des bourgmestres, échevins et conseil d’Arnhem confirmant le contenu des dépositions de Geertjen Kocken, aubergiste, et de sa servante Neeltjen Engelen, en date du 27 octobre 1673. Six mois auparavant, Dirck van Schorrenberg, habitant d’Utrecht, a séjourné dans l’auberge de Geertjen Kocken. Il a affirmé, en présence d’autres personnes, « qu’à Utrecht des gredins, des voleurs, des vilains et des fils de p… gouvernaient ou avaient gouverné, qui avaient taxé les gens selon leur bon plaisir et volé leurs biens, mais que maintenant, d’autres personnes et lui aussi allaient gouverner et taxer bientôt les gredins et voleurs ». Selon les plaignantes, Schorrenberg a aussi dit « qu’il voulait rouer lui-même le prince d’Orange, l’appelant un valet de ferme ».

4Déposition de Paulus Mobach, horloger, en date du 29 mai 1674. Il vit dans le quartier de Dirk van Schorrenberg depuis trente ans, « et a été aussi plusieurs fois maire de la communauté de quartier (buermeester) avec le même, et a aussi souvent été en sa compagnie lorsqu’une communauté de quartier festoyait ou que des cadavres étaient mis en terre […] ».

5Déposition de Nicolas Mariau, bourgeois de La Haye, en date du 29 juillet 1675 : il atteste avoir fréquenté Dirk van Schorrenberg aussi bien pendant l’occupation française qu’après. Il affirme n’avoir jamais entendu « ledit Schorrenberg prononcer des insultes contre ou au détriment de la gloire et de l’honneur de Son Altesse le prince d’Orange ou de sa maison et de ses glorieux ancêtres […] mais au contraire savoir, que lui Schorrenberg […] s’est toujours comporté et montré comme un bourgeois honorable et patriote bien disposé envers la patrie ».

Notes

1 Il s’agit de la résolution interdisant l’octroi de la bourgeoisie aux immigrants catholiques, promulguée en réalité le 12 (et non le 15) juin 1655.

2 Jutphaas est un village situé à une dizaine de kilomètres au sud-ouest d’Utrecht.

3 Il s’agit de la résolution passée par le Conseil le 15 janvier 1677 : elle prescrivait qu’en cas de mariage entre un(e) catholique et un(e) réformé(e), le conjoint réformé devait rester fidèle à sa religion, et que les enfants du couple devaient être baptisés au temple et éduqués dans la religion réformée (HUA, SA II, 121-29, fol. 121v).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540