Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La religion vécue

 | 
Laurence Croq
, 
David Garrioch

Annexe 1. La Requeste presentee au Roy. Le IX. de Juin, M.D.LXI.

Par les deputez des Eglises esparses parmi le Royaume de France. A Paris. M.D.LXI. Requeste au Roy

Texte intégral

1Sire, connoissans que le premier & plus grand soing que les Roys doyvent avoir, est de regarder à l’honneur & gloire de Dieu, lequel non seulement les establit pour avoir domination sur les autres, mais aussi les conserve en leur autorité & grandeur : Nous avons pris la hardiesse de presenter cette Requeste à vostre Majesté, pour la supplier treshumblement de regarder en pitié la pluspart de voz treshumbles & tresfideles subjets, qui jusques icy ont enduré, & endurent des calamitez extremes, pour vouloir vivre selon la pureté de la parole de Dieu. A quoy, Sire, deux choses peuvent esmouvoir vostredite Majesté, tant pource que nous sommes vos treshumbles subjets, qui ne pouvons, apres Dieu, recourir ailleurs qu’à vostre misericorde, pour recevoir quelque soulagement en noz oppressions : qu’aussi d’autant que nostre cause est de plus grande consequence que toutes les autres choses qui soyent au monde : veu qu’il est question du service de Dieu, de sa gloire, de l’autorité de sa parole, du repos de nos consciences, & de nostre salut. Il est vray, Sire, qu’on a tasché jusques icy de rendre nostre cause odieuse aux majestez des Roys voz//predecesseurs, & qu’on nous a chargez d’estre non seulement heretiques, mais aussi seditieux, ennemis de l’autorité des Roys, & perturbateurs du repos public, enseignans que les tailles & autres impositions ne doyvent estre payees, disans que tous biens sont communs, recevans avec nous toute sorte de gens malfaicteurs & mal vivans, & toutes autres telles calomnies & faux blasmes, par lesquels on tasche d’obscurcir la clarté de nostre Religion & doctrine. Mais contre toutes ces fausses & abominables accusations nous ne voulons autre defense, sinon qu’il plaise à vostre Majesté, Sire, prendre la connoissance de nostre cause, & commander que nostre doctrine & nostre vie soyent examinees selon la parole de Dieu, à fin que par ce moyen on connoisse combien nous sommes éloignez & de sedition & d’heresie. Car il sera facile à juger que ceux-la ne sont pas seditieux, qui se reiglent du tout selon la parole de Dieu, sur laquelle l’autorité des Roys est fondee : qui en leur oppression ont recours à la clemence & support de leur Roy, qui se jettent à ses pieds, & qui le supplient treshumblement de prendre la connoissance de leur cause. Semblablement, ceux-là ne peuvent estre estimez heretiques, qui s’assujettissent du tout à la parole de Dieu, la reconnoissent pour la seule reigle de verité & droitture, & requierent que leur doctrine//soit jugee par icelle. Car aussi, quoy que noz adversaires pretendent à lencontre de nous, si pouvons nous dire devant Dieu & les hommes, que nous ne souffrons pour autre raison, que pour maintenir nostre Seigneur Jesus Christ estre nostre seul Sauveur & redempteur, & sa doctrine seule doctrine de vie & de salut : & ne se trouvera aucun poinct en nostre doctrine qui contrevienne à la parole de Dieu, ny au symbole des Apostres, ny mesmes aux principaux poincts determinez aux quatre premiers Conciles.

2ET à fin, Sire, qu’il vous puisse mieux & plus clairement apparoir de nostre dire, Qu’il plaise à vostre Majesté recevoir nostre Confession de foy, laquelle nous vous presentons, & icelle faire decider par la pure parole de Dieu, donnant permission & seureté de ce faire, tant à ceux qui sont en France tenans ladite Confession, que aux autres qui sont pour le present hors de ce Royaume, duquel ils ont esté chassez par les afflictions & calamitez passees. Et ce pendant puis que nous n’avons autre but que de pouvoir vivre en seine conscience, servans à Dieu & honorans vostre Majesté en toute obeïssance & servitude : Nous supplions treshumblement vostre Majesté, & au nom de Dieu, lequel nous servons, duquel nous maintenons la doctrine, & pour l’honneur duquel nous sommes à toutes heures ex- // posez à la mort, Qu’il vous plaise, Sire, faire cesser toutes sortes de persecutions contre nous, lesquelles jusques icy ont rendu sanglant vostre Royaume. Et pour ce faire, que defenses soyent faittes à tous juges, tant laiz, qu’Ecclesiastiques, de nous rechercher & molester pour cause de nostre Religion, soit en public ou particulier : Et semblablement, suyvant les Edicts contre les seditieux, lesquels vostre Majesté a fait publier, qu’il ne soit permis au peuple d’user contre nous de voleries, saccaigemens, & autres voyes de fait inhibees par vos ordonnances : Et consequemment, que ceux qui sont detenus prisonniers en tout ce Royaume pour le fait de nostredite Religion, & notamment pour s’estre trouvez en lieux elquels ils ont ouy prescher purement la parole de Dieu, soyent relaschez & remis in [sic] leur pleine & entiere liberté. Et par ce, Sire, que nous ne pouvons en seine conscience communiquer aux ceremonies que les hommes ont introduittes en l’Eglise, & ce pendant ne pouvons demeurer sans quelques exercices de pieté & religion, Qu’il plaise à vostre Majesté permettre que nous soyons assemblez pour ouir la pure predication de l’Evangile par la bouche des Ministres que Dieu nous a envoyez pour nous enseigner, à fin que par ce moyen nous soyons instruits de plus en plus en la connoissance de nostre devoir tant envers Dieu, // qu’envers vostre Majesté, & puissions ensemble prier Dieu incessemment pour la conservation de vostre Majesté, & le repos de tout ce Royaume. Et à fin que le tout ce [sic] face avec plus grande edification, & puisse fermer la bouche à ceux qui calomnient noz assemblees secretes, Qu’il vous plaise, Sire, nous accorder des Temples, ou autres lieux publics, bastis, ou à bastir à noz despens : tant à ce que la veüe mesmes de ce que nous faisons, nous rende absouls des fausses accusations, desquelles avons esté chargez par cy devant, qu’aussi ayant esgard à nostre grande multitude, laquelle ne peut plus estre contenue dedans les maisons particulieres. Et pour effacer tout soubçon de sedition, que commandement soit fait aux Magistrats, juges & officiers des lieux ou se feront telles assemblées, d’y assister, & si besoing est, prendre asseurance & pleiges des plus apparens desdites assemblées, qu’il ne se fera aucune sedition de leur costé. A quoy, Sire, nous nous offrons tresvolontiers, & protestons devant la Majesté de Dieu & la vostre, que nous n’avons jamais rien attenté & n’attenterons au prejudice de vostredite Majesté, vous reconnoissans pour nostre Roy, & pour seigneur souverain, à l’obeissance duquel le commandement de Dieu nous assujettit & oblige, comme de nostre costé nous nous estimons tresheureux d’estre commandez par vo- // stre Majesté, & vivre & mourir en vostre service. Et prions Dieu, Sire, qu’il luy plaise vous orner de plus en plus des graces de son saint Esprit, accroitre avec vostre aage vostre grandeur & felicité, & fonder vostre regne en toute equité & justice.

Construire la taille dissemblable des adversaires : bien commun contre intérêts particuliers

Les pétitionnaires se présentent

Source

« lors qu’à nostre grand malheur et // de tout le peuple »

Condé II

« voz bons et loyaux subjects »

Condé II

« Treshumbles, tresloyaux et // tresobéissans sujets »

Condé I

« Trèshumbles et trèsfidèles // subjets »

Requête I

« nostre cause est de la plus grande//conséquence que toutes les autres choses qui // soyent au monde, veu qu’il est question du // service de Dieu, de sa gloire, de l’autorité de sa parole, du repos de nos consciences et de // notre Salut »

Requête I

« ayant esgard à nostre grande // multitude »

Requête I

« Monseigneur le Prince de Condé, // avec tous voz bons et loyauxsubjects »

Condé II

« Ceux de l’Eglise reformée du // Mans, comté du Maine »

Condé II

« voz pauvres subjects »

Condé II

LES PÉTITIONNAIRES PRÉSENTENT LEURS ADVERSAIRES

« ceux qui voulans couvrir // leurs malheureux desseins de // l’authorité de vostre nom »

Condé II

« le peuple de Paris (le plus // mutin, séditieux et insolent qui soit // en vostredit Royaume »

Condé II

« ceux qui sont bénéficiez et // qui ont le serment au pape, ennemy // de leur religion et le plus souvent de // toute la Nation Francoise ».

Requête III

« les confédérez et alliez du // siège romain »

Condé I

« les conjurez et confédés »

Condé I

« le Sieur de Guyse estant // entré en ce Royaume avec main / armée »

Condé I

« le sieur de Guyse […] // avec ceux de sa ligue »

Condé I

« ledit sieur de Guyse et // ceux de sa ligue »

Condé I

« ledit sieur de Guyse avec//ceux de sa faction »

Condé II

« ledit Sieur de Guyse, ou // autre de sa faction »

Condé II

« les menées dudit Cardinal//de Lorraine et les ligues qu’il a/pratiquées »

Condé I

« une intelligence generalle // par tout vostre Royaume »

Condé II

« Le sieur de Vilbon [… qui] // a monstré quel parti il tient »

Condé I

« vos ennemys et les // nostres »

Condé II

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540