Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La religion vécue

 | 
Laurence Croq
, 
David Garrioch

Seconde partie. Les processus sociaux d'incorporation religieuse des laïcs

Du lieu des notables à l’espace public bourgeois, la transformation des formes socio-spatiales de la vie religieuse dans les églises paroissiales parisiennes (XVIe-XVIIIe siècles)

Laurence Croq

Texte intégral

  • 1 Archives nationales [ci-après AN], Minutier central des notaires [ci-après MC], CVII 309, 6 août 1 (...)
  • 2 Elle demande le second parement et la seconde sonnerie, une tenture à la porte de l’église et une (...)
  • 3 Chaunu P., La mort à Paris 16e, 17e, 18e siècles, Paris, Fayard, 1978, p. 326.
  • 4 Pour une échelle de comparaison, voir Croq L., « Le dernier hommage : la comptabilité des dépenses (...)

1Le 19 octobre 1724, Marie Collet, marchande lingère, veuve Claude Grata « bourgeois de Paris », rédige son second testament. Celui qu’elle avait écrit en 1710 n’est plus applicable. Elle jouissait alors du banc qu’elle avait obtenu avec son défunt époux et pouvait exprimer son désir d’« être inhumé en l'église Saint Paul sa paroisse auprès de son banc, sans tenture sinon une à l'entrée de l'église et une à sa porte », avec un convoi de quarante prêtres1. Mais l’espace de l’église Saint-Paul a été transformé en 1719 : une cave collective a été creusée sous la nef, de nouveaux bancs ont été installés, sur le modèle de Saint-Séverin, rompant le lien projeté par Marie Collet entre son lieu de prière et celui de sa sépulture. La vieille dame n’a plus sa place dans le nouvel ordre socio-spatial. Sans enfant, Marie Collet n’a probablement pas pu obtenir de banc clos, au mieux les marguilliers, administrateurs laïques de la paroisse, lui ont concédé un siège dans un coin. Elle a les moyens financiers de s’offrir une sépulture dans l’église, mais elle refuse l’image de son corps perdu parmi les autres cadavres dans une tombe commune invisible. Elle choisit alors d’« être inhumée dans le cimetière de lad. paroisse Saint-Paul au pied de la croix », accompagnée de trente prêtres2 : à défaut d’être enterrée près de son banc, elle a fait un choix de dévotion3. Ses funérailles ne seront pas celles d’une femme du peuple, mais d’une petite bourgeoise, avec des dépenses de cire, de deuil et de tenture montant à 276 livres4.

  • 5 Quelques exemples : AN, MC, CXII 668, 29 mai 1730, testament de Claude Sauvage, marchand mercier, (...)
  • 6 Chaunu P., La mort à Paris, op. cit., p. 326.
  • 7 Croix A., Cultures et religions en Bretagne aux 16e et 17e siècles, Rennes, Éditions Apogée et PUR, (...)
  • 8 Dans les paroisses du diocèse d’Aumale en 1782, « les curés ont observé […] la prévention populair (...)
  • 9 Barilly-Leguy M., « Livres de mes Anciens grand pères ». Le livre de raison d’une famille mancelle (...)

2L’histoire de Marie Collet n’a rien d’exemplaire : les testateurs parisiens qui demandent à être inhumés près de leur banc sont rares5. Les Parisiens souhaitent généralement être inhumés près d’un parent6, comme les Bretons et les Londoniens7 et sans doute nombre de catholiques8. L’association du banc et de la tombe est sans doute plus facile et plus fréquente en province9. Mais les choix successifs de Marie Collet interrogent l’évolution des modalités de l’incorporation des Parisiens dans leurs églises paroissiales : des objets et des inscriptions matérialisaient l’inscription durable des fidèles dans l’espace, ils disparaissent avec les aménagements du siècle des Lumières.

  • 10 Bellavitis A. et al. (dir.), Identités, appartenances, revendications identitaires (XVIe-XVIIIe siè (...)
  • 11 Ferté J., La vie religieuse dans les campagnes parisiennes, 1622-1695, Paris, Librairie Vrin, 1962, (...)

3L’église relève à la fois du profane et du sacré, car les espaces ont des identités plurielles, comme les acteurs10. Le mouvement de sacralisation des espaces ecclésiaux initié par les clercs rencontre les résistances des laïcs, car les valeurs des uns et des autres ne coïncident que partiellement. À la campagne, le clergé s’efforce d’expulser du chœur les bancs et les sépultures des seigneurs11. En ville, la surélévation du chœur et sa fermeture par des balustrades soulignent sa spécificité par rapport au reste de l’église. Au moment de la Révolution, le mouvement de cléricalisation et de sacralisation des églises n’est pas achevé.

  • 12 Martin P., Le théâtre divin. Une histoire de la messe XVIe/XXe siècle, Paris, CNRS Éditions, 2010, (...)
  • 13 « Le procès-verbal des prééminences de la paroisse de Plougasnou dressé le 28 septembre 1679 témoi (...)
  • 14 Ghermani N., « Les conflits confessionnels autour des espaces urbains dans l’Empire au XVIe siècle  (...)
  • 15 Diefendorf B., « Les divisions religieuses dans les familles parisiennes avant la Saint-Barthélemy  (...)
  • 16 Cassan M., Le temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530 - vers 1630), Paris, Pub (...)
  • 17 Kriedte P., « La dynastie von der Leyen de Krefeld. Une famille de soyeux au 18e siècle entre menn (...)
  • 18 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence, t. ii (...)
  • 19 Castan N. et Castan Y., Vivre ensemble. Ordre et désordre en Languedoc (XVIIe-XVIIIe siècles), Pari (...)
  • 20 À Limoges, en 1680-1682, le présidial et le bureau des Finances s’opposent dans un conflit de prés (...)
  • 21 Mémoire au sujet de la location des chaises dans les églises, par M. L*** [attribué à Mme Lagneau] (...)

4L’église est un théâtre social12 puisque c’est le lieu où se rassemble la communauté. Elle porte longtemps la marque des inégalités de la société, car elle fait l’objet d’une forte appropriation par les familles des notables depuis le Moyen Âge13. En contexte de coexistence religieuse, elle n’est pas forcément désertée par les protestants, car deux objets cristallisent particulièrement l’attachement familial des fidèles à l’espace de réunion de la communauté : les sépultures et les sièges. Le développement du protestantisme au XVIe siècle amène les fidèles à demander des lieux de sépulture spécifiques14, mais, pendant les guerres de religion, des huguenots sont inhumés près de leurs parents dans des cimetières ou des églises catholiques15, d’autres le demandent sans que cela provoque d’opposition de l’Église, du consulat ou des notables catholiques16. Au XVIIIe siècle, en Allemagne, des mennonites peuvent avoir leur siège dans une église réformée17. En France, un négociant suisse et protestant obtient un banc dans l’église de sa paroisse (Marne près Saint-Cloud)18 : l’affaire peut sembler anecdotique, mais elle figure dans un des grands ouvrages de jurisprudence publié sous le règne de Louis XVI. Les églises sont un des lieux publics où les acteurs sociaux tiennent leur rang, ce qui provoque des querelles de préséance entre des particuliers19 mais aussi des corps20, et ce tout au long de l’Ancien Régime. En 1789, les assemblées des districts parisiens se tiennent dans les églises paroissiales et conventuelles, l’année suivante, une brochure rappelle cette identité sociale des églises : « le local de l’Eglise […] est un bien général appartenant au corps de la Société21. »

  • 22 Certeau M. de, L’écriture de l’histoire [1975], Paris, Gallimard, Folio histoire, 2002, p. 199.
  • 23 Roche D., « Inventaires après décès parisiens et culture matérielle au XVIIIe siècle », dans Vogler(...)
  • 24 Lyon-Caen N., La Boîte à Perrette : le jansénisme parisien au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, (...)
  • 25 Garrioch D., « La sécularisation précoce de Paris au XVIIIe siècle », Studies on Voltaire and the E (...)
  • 26 Chaunu P., Foisil M. et Noirfontaine F. de, Le basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, Par (...)
  • 27 Constant G., « Une source trop négligée de l’histoire paroissiale : les registres de marguilliers » (...)
  • 28 Bonzon A., « Sociologie religieuse et histoire sociale : la paroisse », dans Büttgen P. et Duhamel (...)

5Les sièges et les tombes qui y sont établis sont des supports matériels de la prière et de l’inhumation, ce sont aussi des marques, si l’on entend par marque une « combinaison objective entre une pratique et un signe, un point de croisement entre le langage de la société et l’énonciation d’une foi22 ». Leur histoire se rattache à la culture matérielle des espaces religieux, pour reprendre l’heureuse formule de Daniel Roche23, elle peut contribuer à une meilleure connaissance des formes sociales de la vie religieuse. Dans un siècle marqué par le jansénisme24 et la sécularisation25, elle complète les apports des études fondées sur les testaments26. Elle s’appuie sur le dépouillement d’actes notariés mais aussi des archives des fabriques paroissiales. L’exploitation de ces sources est longtemps restée marginale, malgré des appels répétés soulignant leur richesse27. Elle s’est heureusement développée depuis une dizaine d’années en même temps que les schèmes mentaux des historiens délaissaient les enquêtes à l’échelle macro pour s’intéresser au local et au micro, en l’occurrence la paroisse28.

  • 29 Vauchez A. (dir.), La religion civique à l’époque médiévale et moderne (chrétienté et islam), Rome (...)
  • 30 Lottin A., Lille citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1667, Dunkerque, Les Éditions des Beffrois, (...)
  • 31 Descimon R., « Le corps de ville et le système cérémoniel parisien au début de l’âge moderne », da (...)
  • 32 Descimon R. et Ruiz Ibáñez J.-J., Les ligueurs de l’exil : le refuge catholique français après 159 (...)
  • 33 Lyon-Caen N., « Labrüe au paradis, Chapeau aux Enfers. Les notables de Saint-Germain-l’Auxerrois f (...)

6L’histoire de l’incorporation des laïcs dans les églises parisiennes ne contribue pas pour autant à celle de la religion civique29. La gestion du temporel des paroisses est assurée par les fabriques qui sont composées d’administrateurs laïques, les marguilliers. Ceux-ci ne sont pas sous la tutelle de la municipalité parisienne, au contraire de ce qu’on observe dans les communes italiennes ou à Lille30. Notre propos s’intègre en revanche dans la perspective du catholicisme corporatif développée par Robert Descimon31. Certes le catholicisme corporatif qui s’était exprimé très fortement pendant la Ligue était avant tout confraternel puisqu’il s’était construit autour du culte des saints et des reliques dans des confréries « qui [avaient] vocation à organiser l’ensemble de la communauté urbaine32 ». Mais le catholicisme paroissial des XVIIe-XVIIIe siècles qui englobe toute la communauté locale sous la direction des notables en prend partiellement le relais. Les recherches de Nicolas Lyon-Caen soulignent l’attachement persistant des bourgeois jansénistes à ce cadre social et religieux au XVIIIe siècle33.

7La ségrégation socio-spatiale dans les églises dessine des limites différentes en 1650 et en 1789. Il n’y a pas de projet initial d’un réaménagement global, mais au fur et à mesure, les marguilliers s’emparent de nouveaux objets et transforment l’espace ecclésial. Les formes d’incorporation des laïcs changent : on passe d’une incorporation des familles de notables à une incorporation d’individus. Les acteurs de la restructuration de ce système socio-spatial sont locaux mais les ferments des changements dépassent cette échelle puisqu’on retrouve une partie des innovations parisiennes dans le reste de la France.

L’église paroissiale, espace public-privé des notables

  • 34 Les monuments funéraires sont commandés par des individus qui sont, par leur rang social, au moins (...)
  • 35 Voir par exemple celle d’Edme Le Roy, marchand de soie décédé en 1633, dans l’église Saint-Jacques (...)

8Les églises paroissiales du XVIIe siècle sont encombrées de bancs familiaux et de monuments funéraires34, elles sont saturées d’images et d’inscriptions (épitaphes35). Qui a droit à de tels biens matériels et symboliques ? Qui donne l’autorisation de leur acquisition ? À qui appartient la nef ? Au clergé, aux notables détenteurs de concessions de bancs et de tombes ? à la fabrique ?

  • 36 Arendt H., Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Pocket Agora », 1994 (1e éd. (...)
  • 37 Bos A., Les églises flamboyantes de Paris (XVe-XVIe siècles), Paris, Picard, 2003, p. 83.
  • 38 Chaunu P., La mort à Paris, op. cit. ; Ariès P., L’homme devant la mort, op. cit.

9La nef est à la fois un espace public et privé dans un temps où la famille relève des deux sphères36. Dès le Moyen Âge, les concessions de chapelles37 mais aussi de simples sépultures permettent aux familles des élites paroissiales de s’approprier des parcelles de l’espace ecclésial. Le mouvement se poursuit au XVIe siècle puisque les attributions de tombes sous le pavé augmentent à partir des années 156038.

10Les concessions de bancs apparaissent à la Renaissance, selon une chronologie encore mal documentée. Au milieu du XVe siècle,

  • 39 Massoni A., La collégiale Saint-Germain l’Auxerrois de Paris (1380-1510), Limoges, Presses univers (...)

« plusieurs paroissiennes [de Saint-Germain l’Auxerrois] sollicitent du chapitre le droit d'installer des sièges dans la nef pour bénéficier d'un peu de confort pendant les offices. Le 7 janvier 1466, le chapitre décide qu'en aucune partie de l'église, on ne pourra poser des sièges gênant la circulation mais les demandes se multiplient dans les années 1490. En 1491, il convoque les marguilliers pour définir une marche à suivre et en 1498, ces derniers donnent les autorisations aux intéressés et les soumettent ensuite au chapitre39 ».

  • 40 L’architecture des temples réformés (XVIe-XVIIe siècles) en Europe et notamment en France, Actes d (...)
  • 41 Dubost J.-Fr., La France italienne, XVIe-XVIIe siècles, préface de D. Roche, Paris, Aubier, 1997.

11La pression des femmes sur le clergé de Saint-Germain l’Auxerrois laisse penser, qu’au début au moins, les ecclésiastiques n’y étaient pas favorables, on peut donc difficilement attribuer cette innovation au mouvement de réforme catholique qui cherche à rendre les fidèles plus attentifs pendant les offices. L’apparition des bancs est antérieure à l’essor des temples calvinistes où ces types de sièges sont disposés40 mais est peut-être une imitation des pratiques florentines41.

  • 42 « Pour les places et bancs des Eglises parrochiales » : Loüet G. et Brodeau J., Recueil d’aucuns n (...)
  • 43 Chaunu P., La mort à Paris, op. cit., p. 357-358.
  • 44 AN, MC, X 906, registre des concessions de bancs de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles, la premièr (...)
  • 45 Surun M., Marchands de vin en gros à Paris au XVIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 238.
  • 46 Ferté J., La vie religieuse dans les campagnes parisiennes, 1622-1695, Paris, Librairie Vrin, 1962 (...)
  • 47 L’arrêt du parlement du 22 février 1622 juge l’attribution d’un banc en l’église de Saint-Michel d (...)
  • 48 Dans le diocèse de Beauvais, les concessions des bancs apparaissent dans les paroisses rurales ent (...)
  • 49 Lottin A., Lille citadelle de la Contre-Réforme ?, op. cit., p. 243-244.
  • 50 Restif B., La Révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bretagn (...)
  • 51 Rideau G., De la religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au XVIIIe(...)

12La jurisprudence du parlement témoigne de la généralisation des bancs dès le règne de François Ier : un arrêt du parlement du 5 mars 1522 tranche un procès concernant un banc dans l’église Saint-Christophe42. Les archives des fabriques et les actes notariés complètent la documentation à partir des années 1610-1620 : un testament fait allusion à un banc aux Saints-Innocents43, la fabrique de Saint-Leu-Saint-Gilles enregistre les concessions sur un registre44, celle de Saint-Gervais fait de même dans la décennie 162045. C’est dans le premier quart du XVIIe siècle que les fabriques de la banlieue parisienne46, d’Angers47, du Beauvaisis48 et de Lille49 commencent à concéder des bancs ; les églises des villes de Haute-Bretagne s’y mettront à la fin du XVIIe siècle50, et celles des paroisses rurales et urbaines de l’Orléanais entre 1710 et 173051.

  • 52 Croq L. et Lyon-Caen N., « Le rang et la fonction. Les marguilliers des fabriques parisiennes à l’ (...)
  • 53 « Quant au bâtiment de l’église, les marguilliers ne se contentaient pas d’y être responsable de l (...)

13Les responsables de ces évolutions sont les marguilliers qui exercent d’importants pouvoirs dans les églises paroissiales, sous la tutelle du parlement52. Leur compétence en matière d’aménagement53 est cependant limitée par les droits des familles établis par le parlement au début des années 1580, à la suite d’un revirement de jurisprudence. Un arrêt du 22 mai 1574 jugea d’abord que les bancs et places dans les églises ne pouvaient être concédées à perpétuité, que

« telles places estoient pures personnelles, & le don d’icelles resolu par le decès de la personne, à laquelle la place avoit été concédée ; estant en la liberté des Marguilliers, ou Procureurs de Fabrique, d’en disposer après à leur volonté […] n’y ayant ausdites Eglises qu’une place affectée aux laïques, qui aille à l’héritier ou successeur, qui est celle du Patron ou Fondateur ».

  • 54 Loüet G. et Brodeau J., « Pour les places et bancs des Eglises parrochiales », op. cit., p. 422-42 (...)
  • 55 Ibid., (fabrique Saint-Jacques de la Boucherie contre Pierre le Blef et sa femme, héritiers de leu (...)
  • 56 Ibid. D’après Loyseau (Traité des seigneuries, 1608, chap. 11, no 60 et suiv.), « les Bancs dans l (...)
  • 57 Dans un arrêt rendu en la première des enquêtes, au mois d’avril 1703, le banc donné à la mère a é (...)
  • 58 Hanley S., « Engendrer l’État. Formation familiale et construction de l’État dans la France du déb (...)

14Mais, dès 1581, le parlement modifie les normes au détriment des fabriques, en réglant le procès qui oppose, d’une part François de la Roche et sa seconde femme, d’autre part, les marguilliers de l’église de Saint-Barthélémy. Ceux-ci voulaient ôter le banc qui avait été baillé à la première épouse de La Roche, et le donner à un autre paroissien. Or l’arrêt du parlement du 9 mars 1581 ordonne que le banc soit attribué à La Roche et à son épouse54. Un arrêt rendu en 1606 étend les droits des veufs et des veuves aux enfants des défunts55. Les bancs et places des églises ne sont donc pas héréditaires, mais les conjoints survivants et les héritiers « ont accoutumé d’estre conservez en la possession d’icelles, moyennant une reconnoissance qu’ils font à l’œuvre & Fabrique de l’Eglise, & d’estre preferez à tous ceux qui les demandent56 ». Cette jurisprudence est encore appliquée dans les années 174057. La patrimonialisation des bancs est l’œuvre des magistrats du parlement de Paris qui étaient juges et parties dans l’affaire : nombre de parlementaires sont marguilliers d’honneur de leur paroisse et bénéficient de concessions de bancs ou de chapelles. La logique qui prévaut est la même que pour les mariages clandestins, les droits des familles priment58.

  • 59 « J’irai à la messe de onze heures dans votre chapelle et dans votre banc, puisque vous le permett (...)
  • 60 Un arrêt du parlement du 10 janvier 1710 confirme une sentence du Châtelet du 6 juillet 1709 au su (...)

15Dans les faits, les bancs sont concédés moyennant le paiement d’une somme ponctuelle (de quelques dizaines à un millier de livres) à laquelle s’ajoute une redevance annuelle, entre 10 sols et 10 livres. Cette somme modique s’apparente à un cens : la fabrique a la propriété éminente du banc, les familles, qui en ont la propriété utile, peuvent les vendre, elles s’approprient réellement et fortement une portion de l’espace ecclésial. Les bancs sont clos et fermés par des portes avec des serrures, leurs propriétaires peuvent les personnaliser, ils y accueillent leurs amis59. Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, la logique dominante des nouvelles concessions est la transmission familiale qui permet au fils ou à la fille mariés et établis sur la paroisse de jouir du même banc que son père ou sa mère, moyennant le paiement d’un droit de mutation. Ceux qui déménagent doivent rendre leur banc à la fabrique60, à moins qu’ils ne souhaitent le vendre, avec l’accord des marguilliers.

  • 61 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument d’après de nombreux documents inédits, Paris, Des (...)
  • 62 L’existence des bancs d’œuvre est attestée dès la fin du XVe siècle : voir Bos A., Les églises fla (...)
  • 63 Les bancs des anciens marguilliers sont attestés à Saint-Leu-Saint-Gilles en 1679-1690, à Saint-Pa (...)
  • 64 Brochard L., Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent à Paris, Paris, Librairie ancien (...)
  • 65 Ibid., p. 66 (confrérie Saint-Laurent).
  • 66 Hamel C., Histoire de l’église Saint-Sulpice, 2e éd., Paris, V. Lecoffre, 1909, note 1, p. 230.
  • 67 Le tarif maximum est de 15 deniers : BNF, ms. fr. 21609, fol. 36-39, réglement des droits dus à la (...)
  • 68 Lors du sermon pour le Carême de l’année 1700, « les chaises de Saint-Gervais sont louées quinze s (...)

16Ces sièges familiaux ne permettent qu’à une mince partie de la société locale d’être assise à l’office : à Saint-Gervais, il y a environ 200 bancs pour une population estimée à 16 000 habitants dans les années 173061. Des bancs collectifs s’y ajoutent : le banc d’œuvre, lieu où s’assoient les marguilliers et quelques notables62, les bancs des anciens marguilliers63 et des confréries64, quand les administrateurs de ces dernières ne prennent pas place dans l’espace réservé aux marguilliers65. Des chaises complètent ponctuellement l’ensemble. Ce sont d’abord des chaises personnelles que les paroissiens apportent de leur domicile. Puis les fabriques concèdent à des serviteurs de la paroisse le soin de louer quelques « chaires » pour les sermons des fêtes qui attirent une population extérieure à la paroisse : la pratique est attestée à Saint-Sulpice dès 164466, à Saint-Jean en Grève en 167067, et à Saint-Gervais en 170068.

  • 69 Croq L. et Lyon-Caen N., « Le rang et la fonction », op. cit.
  • 70 AN, S 3478, inventaire de l’œuvre de Saint-Paul, délibération du 16 décembre 1688.
  • 71 AN, L 710, arrêt imprimé du Parlement du 18 janvier 1677 portant réglement des limites de la paroi (...)
  • 72 Chaline O., Godart de Belbeuf. Le Parlement, le roi et les normands, p. 299, op. cit., (concession (...)
  • 73 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument, op. cit.

17Aux XVIe et XVIIe siècles, les fabriques sont composées de nobles et de bourgeois69. Les nobles orientent le fonctionnement de la fabrique en confiant aux bourgeois différentes tâches : ainsi en 1688 à Saint-Paul, Lamoignon et Brunet de Rancy chargent le nouvel élu, le notaire Denis Lange, de terminer l’inventaire des titres de la fabrique entamé par son prédécesseur70. Ils dirigent les négociations en cas de conflit, comme à Saint-Sulpice pour l’établissement des limites de la paroisse avec celles de Saint-Cosme71. Les avantages directs retirés de l’exercice de la charge de marguillier d’honneur ne sont pas négligeables, nombreux sont ceux qui se font attribuer une chapelle. À Saint-Gervais, une chapelle est ainsi attribuée en 1606 à Antoine Le Camus seigneur de Jambville, premier marguillier en 1604-1605, qui est autorisé à la clore et à creuser un caveau voûté pour y faire inhumer sa famille ; elle est cédée en 1683 au nouveau premier marguillier, le contrôleur général des finances Le Peletier. Les marguilliers bourgeois sont procureurs, notaires, marchands des six-corps – drapiers, épiciers, merciers, bonnetiers, orfèvres et pelletiers –, artisans dans les paroisses de la Cité et des faubourgs, ils se contentent d’une sépulture sous le pavé et d’un banc. La concession d’un banc, sans aucune publicité ni fixation de tarif, est en effet une des contreparties de l’exercice de la gestion de la fabrique, car le prix payé par le bénéficiaire est un présent, un don. Le coût des cérémonies religieuses, en particulier des funérailles, est aussi moindre que pour les simples fidèles. Les privilèges dont jouissent les marguilliers des paroisses parisiennes sont identiques à ceux des membres des fabriques normandes72. Le curé, qui est alors issu d’une famille parisienne bourgeoise ou noble73, est rarement présent aux assemblées de la fabrique, il s’impliquera davantage dans l’administration de l’église à partir des années 1690.

  • 74 Peters J., « Der Platz in der Kirche : Über soziales Rangdenken im Spätfeudalismus », Jahrbuch für (...)
  • 75 Kaplan S.-L., Le meilleur pain du monde. Les boulangers de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, (...)

18Le système des sièges des églises parisiennes est original. Dans l’Allemagne catholique, dans les temples calvinistes comme dans l’Angleterre anglicane, dans les synagogues aussi, l’espace cultuel est divisé selon un autre principe fondamental, celui de la distinction des genres : les femmes sont séparées des hommes, elles sont à gauche, devant ou bien derrière74. À Paris, bancs et tombes appartiennent au patrimoine réel et symbolique des familles des notables. Les églises paroissiales sont un des lieux d’expression du pouvoir des familles qui s’épanouit dans d’autres contextes. La paulette est établie en 1604 pour supprimer la règle des 40 jours qui limitait la patrimonialisation des offices. En théorie, le système corporatif est pris en charge par les familles qui assurent ainsi la fortune de leurs héritiers au détriment des hommes nouveaux, même si le fonctionnement réel des corporations est plus ou moins cohérent avec ce principe75. La porte des lieux de pouvoir est grande ouverte aux héritiers, quand l’appartenance familiale n’est pas une condition indispensable pour y accéder.

Naissance d’un espace public bourgeois

19Dans les années 1780, les églises offrent un tout autre paysage : les tombes sous le pavé ont quasiment disparu avec la majorité des épitaphes, les bancs ont été détruits et remplacés par des chaises, sauf dans quelques paroisses. Les fabriques paroissiales se sont embourgeoisées, à cause de la désaffection des nobles pour ces tâches locales, le curé est devenu une sorte de premier marguillier perpétuel.

  • 76 Brochard L., Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent à Paris, op. cit., p. 77, note 2
  • 77 Glorieux G., À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Da (...)
  • 78 AN, MC, XCIX 509, 9 janvier 1751, quittances de remboursement des bancs à Saint-Nicolas des Champs (...)
  • 79 En 1752, « MM. Les marguilliers en charge parlèrent ôter les bancs, et […] ils les firent abattre (...)
  • 80 Garrioch D., The Making of Revolutionary Paris, Berkeley et Los Angeles, University of California (...)
  • 81 En 1788, le loyer des bancs rapporte 1 594 livres 10 sols, celui des chaises 4 850 livres : Archiv (...)
  • 82 D’après C. Hamel (Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris, p. 22), l (...)
  • 83 Le 8 juillet 1697, « il a été arrêté dans l’assemblée les choses suivantes 1° que les chaises sera (...)
  • 84 Le premier « règlement pour le loyer des chaises » de la paroisse Saint-Sulpice est donné en 1701, (...)
  • 85 Vimont M., Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris, op. cit., p. 87.
  • 86 « […] les chaises ont trouvé place dans les espaces libres et la ferme en est répartie entre les p (...)
  • 87 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 491.
  • 88 AN, S 7494 A, déclaration de la fabrique Saint-Médard, 5 décembre 1742 : les chaises de l’église s (...)
  • 89 AN, S 7494 A, déclaration de la fabrique Saint-Martin, 26 novembre-1er décembre 1756 : le premier (...)
  • 90 AN, MC, LXV 326, 18 décembre 1710, bail de « toutes les chaises qui sont dans l’église du grand co (...)
  • 91 Au milieu du XVIIIe siècle, le bail des chaises rapporte 4 500 livres (pour environ 140 000 livres (...)
  • 92 AN, MC, XXXVIII 462, 10 juin 1761, concession de chaises par les religieux du prieuré royal de Sai (...)
  • 93 AN, MC, CXV 562, 30 septembre 1746, bail de chaises par les Capucins de la rue Saint-Honoré (4 000 (...)
  • 94 AN, MC, C 676, 13 novembre 1764, bail de chaises par l’hôpital de La Trinité (500 livres par an) ; (...)

20La dissolution de l’incorporation familiale s’est échelonnée sur près d’un siècle. Les deux premières remises en cause datent de la fin du XVIIe siècle avec la création des premières caves collectives et l’introduction des enchères pour l’attribution des bancs, qui fragilise les droits de la parenté. Le temps fort dure des années 1730 à la fin du règne de Louis XV, il voit la disparition totale ou partielle, graduelle ou brutale des bancs familiaux, et la construction de caves collectives. À Saint-Laurent, les bancs sont détruits dès 173976, à Saint-Jacques de la Boucherie en 174677. À Saint-Nicolas des Champs, les bancs de la nef et des bas-côtés sont supprimés en 1751-175278. Les bancs de Saint-Merry et Saint-Leu le sont aussi en une nuit, respectivement en 1752 et vers 175479. Ceux de Saint-Médard disparaissent progressivement après 175080. Les églises des paroisses où les nobles sont nombreux (Saint-Roch, Saint-Louis en l’Île81, Saint-Nicolas-des-Champs, Saint-Sulpice82) conservent quelques bancs, mais ici et là, ils ne sont plus la propriété des familles qui les louent pour trois, six ou neuf ans. Les lieux de culte sont désormais couverts de chaises dont les baux sont régulièrement mis aux enchères par les fabriques. La diffusion de l’affermage est peut-être due à l’imitation du modèle de Notre-Dame de Versailles, car le premier bail général de chaises connu est signé pour cette église en 169783. Les paroisses parisiennes suivent de peu avec Saint-Sulpice en 170184, Saint-Leu-Saint-Gilles en 171085, Saint-Laurent en 171786, Saint-Merry vers 172087, et Saint-Paul en 1722, bien avant Saint-Médard (174288) et Saint-Martin au cloître Saint-Marcel (175589). Les couvents parisiens font de même, puisqu’en 1710, les Augustins passent un bail de leurs chaises90. Au milieu du XVIIIe siècle, la location des chaises est attestée dans plusieurs couvents, prieurés et monastères (les Cordeliers91, de Saint-Martin-des-Champs92, les Capucins de la rue Saint-Honoré93, Saint-Antoine…), mais aussi dans les chapelles des hôpitaux94. Les décalages temporels entre les réalisations d’une église à une autre témoignent de la circulation horizontale des modèles.

  • 95 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, p. 501-503 et 507.
  • 96 François-Giappiconi C., « Des éléments nouveaux sur Nivelle de la Chaussée », Revue d’histoire lit (...)
  • 97 Lebeuf J., Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, nouv. éd. par Cocheris H., Paris, (...)
  • 98 AN, H5 3772.
  • 99 AN, LL 863, délibérations de la fabrique Saint-Nicolas des Champs, fol. 229-230, 16 septembre 1734 (...)
  • 100 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance (1753-17 (...)
  • 101 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État. Recherches d’histoire administrative sur la sépul (...)

21La généralisation des caves collectives s’est faite dans le même temps. À Saint-Merry, la fabrique entreprend de construire de nouvelles caves en 1730 et en 174395. Saint-Jean-en-Grève en a une avant 174096, les « grands caveaux » de Saint-Germain l’Auxerrois sont réalisés en 1746-174797, Saint-Eustache fait creuser sa cave en 174798. En 1734, la fabrique de Saint-Nicolas des Champs envisage sa construction, reprend le projet en 175899, mais ne le met en œuvre que dans la décennie 1760 ; les caves de Notre-Dame sont aussi tardives (1767)100. Ces caves spacieuses destinées à accueillir les corps des fidèles qui veulent être enterrés dans l’église sont construites dans toutes les nefs bien avant la déclaration royale du 10 mars 1776101.

  • 102 Ariès P., L’homme devant la mort, op. cit., p. 477.

22Mais les morts n’ont pas été exclus de la ville. Selon Philippe Ariès, l’établissement « de dépôts près des églises, où les morts seraient déposés après le service religieux », qui avait été prévu par le projet du parlement de 1765 aurait été appliqué : « certes, les faire-part […], le service à l’église, le deuil […] subsistèrent comme avant, mais le public se dispersait à ce moment et le corps était conduit comme prévu par l’arrêt à un dépôt102. » Ariès ne date pas l’établissement de ces dépôts funéraires et ne cite aucune source pour justifier son assertion, mais il s’appuie probablement sur un extrait du Tableau de Paris qu’il cite à la page 490 :

  • 103 Mercier L.-S., Tableau de Paris, t. x, chap. dcccxxxix, « Ensevelissements », cité dans Aries P., (...)

« Les billets pour le convoi portent que le mort sera inhumé dans l’église, mais on ne fait plus que l’y déposer : tous les corps sont transportés la nuit dans des cimetières. On n’accompagne le corps que jusqu’à l’église et les parents et amis sont dispensés aujourd’hui de mettre le pied sur le bord de la fosse humide ; un petit couloir banal les reçoit indistinctement et puis ces corps vont trouver le grand air des campagnes. Cette sage et nouvelle disposition a concilié le respect qu’on doit aux morts avec la salubrité publique.
Les apparences sont sauvées ; on a l’air d’être enterré dans l’église, dans sa paroisse enfin, et l’on repose en pleine campagne103. »

  • 104 Jacques Fabien Hazon est inhumé le 19 avril 1788 « dans la cave de Sainte-Geneviève » de l’église (...)
  • 105 Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 335.

23Or cet extrait du Tableau de Mercier énonce partiellement une contrevérité : depuis la construction des caves collectives, les parents des défunts ne mettent plus « le pied sur le bord de la fosse humide ». Par ailleurs, les registres paroissiaux de 1788 et 1789 précisent les lieux d’inhumation104. Enfin Mercier n’indique pas le lieu où les corps des défunts destinés à une inhumation dans l’église sont finalement inhumés, il écrit simplement « dans des cimetières » « en pleine campagne ». L’existence de ces dépôts funéraires dans les années pré-révolutionnaires est donc peu probable, Mercier a pris pour argent comptant le projet du parlement ou bien étend à Paris une pratique qu’il a pu observer dans d’autres villes comme Rouen105.

  • 106 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument, op. cit., p. 165.
  • 107 Note 37 de H. Cocheris dans Lebeuf J., Histoire de la ville, vol. 1, op. cit., p. 35. La cathédral (...)

24La suppression des inhumations sous le pavé, qui est effective à partir des années 1770, n’est donc pas associée au transfert des sépultures dans les églises vers la périphérie. Mais elle va de pair avec d’autres transformations qui portent atteinte à l’appropriation familiale des lieux de culte : l’uniformisation du sol, et la quasi disparition des épitaphes. À Saint-Gervais, « sauf les épitaphes ornées, on enleva toutes les autres et le marguillier comptable demeura libre de les rétablir ou non, selon, probablement, que les familles qui les avaient fait poser avaient ou non des représentants106 ». La cathédrale Notre-Dame connaît la même modification : de 1771 à 1775, tout le sol de la nef, de ses bas-côtés, du transept et des collatéraux, est repavé en carreaux blancs et bleus ; la plus grande partie des pierres tombales « furent débitées comme de simples pierres de taille ; le reste servit à réparer et à daller les terrasses des chapelles et les galeries des tours107 ». Les fidèles ne peuvent plus se recueillir sur la tombe de leurs parents défunts et prier pour le salut de leur âme.

  • 108 Les avis de décès apparaissent dans les Affiches en 1745, et dans le Journal de Paris à partir de (...)
  • 109 Lebrun F., Les hommes et la mort en Anjou aux 17e et 18e siècles. Essai de démographie et de psych (...)
  • 110 Gros G., « Essai sur les faire-part. Continuité et variations de 1667 à 1993 », Revue de la Biblio (...)

25Les notables défunts qui étaient si présents dans les églises deviennent invisibles à moyen et long terme. Leur mémoire s’inscrit dans un temps plus court : celui des obsèques et du deuil porté par les parents et domestiques. Les rubriques nécrologiques des Annonces, affiches et avis divers et du Journal de Paris108 ainsi que les faire-part imprimés, qui sont apparus à Paris au XVIIe siècle avant d’être diffusés en province109, sont les seuls supports matériels qui donnent une visibilité publique à la carrière du défunt, mais ce sont des documents éphémères110.

  • 111 La vente de 60 places rapportent 392 livres 4 sols : Delahaye P. L. N., Journal d’un maître d’écol (...)
  • 112 Bertauld J. G., « La fabrique et le clergé », in Idem, Vivre à Chatou à la fin du XVIIIe siècle. L (...)
  • 113 AN, MC, LXXVIII 742, 11 mai 1761, bail de chaises par la fabrique de Villiers-La-Garenne ; XCIII 6 (...)
  • 114 Parmi les recettes de la fabrique de Viroflay en 1786-1787, figure « une somme de 161 livres reçue (...)

26Les églises des paroisses de banlieue connaissent des transformations moins importantes, car celles-ci n’affectent que les sièges. Nombre d’entre elles conservent leurs bancs : la fabrique de Silly-en-Multien continue à les vendre111, mais celle de Chatou argue de sa pauvreté pour passer de la vente à la location annuelle en 1776, puis à l’adjudication aux enchères en 1786112. L’affermage des chaises, qui s’ajoutent aux bancs ou les remplacent, est attesté à Villiers la Garenne et Clichy-sous-Bois en 1761113, à Viroflay à la veille de la Révolution114. Le cas de Saint-Maclou de Pontoise est très bien documenté. En 1783, les marguilliers, qui ont déjà blanchi les murs et remplacé les vitres peintes par des « panneaux de verre blanc » affirment qu’il est nécessaire :

« de supprimer les bancs dont toute l’église était garnie et qui y étaient placés de la manière la plus défectueuse et la plus gênante. Aucun de ces bancs n’étoit aligné sur son voisin ; l’un étoit haut, l’autre bas, et le tout représentoit les vagues d’une mer agitée. Le pire est ce que l’on avoit enterré sous ces bancs, qui portaient sur la terre nue, ou sur des tombes enfoncées, ce qui envoyait à travers les fentes du plancher des exhalaisons dangereuses. »

  • 115 Depoin J., « L’église Saint-Maclou et le vandalisme légal », Mémoires de la Société historique et (...)
  • 116 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 250.
  • 117 Haguenot [J.-H.], Mémoires sur les dangers des inhumations dans les églises, Montpellier, 1745 («  (...)
  • 118 Loupès P., « Le casuel dans le diocèse de Bordeaux aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue d’histoire (...)
  • 119 Dupuy A., « L’administration municipale en Bretagne au XVIIIe siècle. Chapitre III. Finances munic (...)
  • 120 Salvadori P., « Communauté catholique et société : fabriques et parrainages dans trois paroisses d (...)
  • 121 Dupuy A., « L’administration municipale en Bretagne au XVIIIe siècle », op. cit., p. 158-164.
  • 122 À Sainte-Croix de Nantes, en 1780, les bancs sont remplacés par des chaises, avec l’accord du Parl (...)
  • 123 Loupès P., « Le casuel dans le diocèse de Bordeaux », op. cit., p. 28.

27Les marguilliers convoquent une assemblée des anciens marguilliers « pour demander à être autorisés à supprimer les bancs, à faire recarreler l’église, à supprimer les grilles des chapelles, dont pas une n’étoit pareille, jusqu’à hauteur d’appuy, et à couronner la clôture de ces chapelles d’une frise uniforme […] ». Six voix sont favorables, quatre s’y opposent, dont celle du curé. « Néanmoins, M. de Monthiers, premier marguillier » fait enlever en une nuit « tous les bancs généralement qui étoient dans l’église115. » Dans les grandes villes de province, on observe des transformations plus ou moins importantes. Les caves ne sont attestées qu’à Orléans116 et à Montpellier117. À Bordeaux, « les inhumations à l’intérieur de Saint-Michel ou de Saint-Seurin se poursuivent jusqu’à la Révolution118 ». Les fabriques bretonnes tentent vainement de s’opposer à l’interdiction des inhumations dans les églises qui est décidée par le parlement de Rennes dès 1719 : la paroisse Sainte-Croix de Nantes « demande l’autorisation de construire des caveaux de famille dans son église », mais le parlement autorise seulement le général de paroisse « à désigner dans leur cimetière des places de luxe pour les familles notables, dont elles pourront exiger les mêmes droits que pour les tombes ci-devant placées dans l’église119 ». La diversité est aussi la règle en matière de sièges. À Saint-Pierre de Dijon, les bancs sont concédés aux enchères à partir de 1738120. En Bretagne, la fabrique attribue les bancs et propose les tarifs des loyers au parlement qui les fixe. « À Rennes, dans la paroisse de Toussaints, les bancs sont partagés en trois classes. Le tarif est de 30 sous par pied carré dans le première, 25 sous dans la seconde, 20 sous dans la troisième. » À Sainte-Croix de Nantes, un grand nombre de fidèles font adapter à leur banc des accoudoirs au devant, de larges marchepieds, des dossiers renversés en arrière, « ce qui fait que ces bancs occupent au moins la place de deux ». Le parlement de Rennes décide la suppression des bancs à cause des « abus » : refus de payer les loyers, conservation du banc par les fidèles même s’ils ne résident plus sur la paroisse, possession de plusieurs bancs etc.121. Les droits d’entrée sont remboursés, les bancs sont remplacés par des chaises. À Nantes, vers 1775-1780, « les notables [de Saint-Nicolas], propriétaires de bancs dans l'église […] protestent », mais les chaises sont louées 5 500 livres par an à partir de 1782 ; il en est de même dans l’église Sainte-Croix depuis 1780122. À Bordeaux, les fabriques afferment aussi la gestion de chaises : « à Saint-Michel, la ferme des chaises fixée à 5 300 livres par an en 1776, est portée en 1783 à 6 500 livres. » Mais les tarifs sont bien inférieurs à ceux qui sont pratiqués dans les églises parisiennes : la chaise d’église est couramment louée aux tarifs suivants 2 liards pour les messes ordinaires, 1 ou 2 sols pour les fêtes annuelles, le lundi de Pâques, les sermons du dimanche et les vêpres123.

28Les formes de la ségrégation socio-spatiale délimitent de nouvelles lignes d’intégration/exclusion. Les principes tacites de l’aménagement de l’espace ecclésial des années 1680 étaient fondés sur une discrimination entre les droits des anciennes familles et ceux des nouvelles. Les premières caves de Saint-Séverin étaient destinées aux sépultures des personnes étrangères à la paroisse, seuls les fidèles du quartier pouvaient avoir une tombe sous le pavé. À Saint-Jacques, l’ancienneté dans la paroisse était aussi valorisée puisque seuls les paroissiens détenteurs de concessions pouvaient choisir l’emplacement de leur tombe (les fidèles sans concessions étaient enterrés dans des rangées ordonnées à partir du bas de l’église, ce qui permettait la rationalisation des sépultures) ; s’y ajoutait une discrimination économique, puisque les frais d’inhumation dans l’église augmentaient fortement, sauf pour les bienfaiteurs de l’église. Ces valeurs étaient cohérentes avec celles qui régissaient l’attribution des bancs, lesquelles accordaient la priorité aux anciennes familles qui héritaient de leur siège. Il en était de même pour les chapelles. Les bancs des corps, des marguilliers en charge, des administrateurs de confréries et autres corps religieux, s’intégraient naturellement dans cet ensemble dont ils n’étaient qu’un élément.

29Avec l’introduction des enchères dès le début du XVIIIe siècle, la sélection par l’argent devient un critère de distinction important pour les fidèles qui désirent avoir un banc. La logique du don libre par les marguilliers sans autre norme que l’usage a disparu. La brutalité de la discrimination économique établie par la procédure d’adjudication est atténuée par la concession prioritaire de bon nombre de bancs aux héritiers des défunts propriétaires, mais les enchères induisent parfois des reclassements : la paupérisation provoque alors un déclassement, c’est-à-dire l’abandon d’un banc bien placé (par rapport au chœur ou à la chaire) pour un autre plus éloigné. L’ordre social est désormais respecté si les paroissiens les plus honorables sont aussi les plus riches. L’avocat canoniste Durand de Maillane en prend ainsi progressivement conscience. Dans l’édition de 1761, il souligne les avantages des concessions aux enchères :

  • 124 Durand De Maillane P.-T., Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, 1761, (...)

« Dans un arrangement général & nouveau des bancs dans une Paroisse, la chose étant toute profane, les Auteurs conseillent de prendre la voie des encheres pour prévenir les procès & les contestations, que ne manquent jamais d’occasionner les préférences d’une disposition humaine & arbitraire124. »

30En 1770, il amorce une critique à la fin de l’ouvrage, avec les ajouts et errata :

  • 125 Ajout de l’article « Banc dans les églises » dans Durand De Maillane P.-T., ibid., 2e éd., Lyon, 1 (...)

« mais cette voie qui tend à confondre les conditions, & à humilier les plus relevés, souvent les moins riches, a encore ses inconvéniens, surtout dans les petits lieux, où les nouvelles fortunes n’effacent pas si-tôt dans les esprits les taches de l’origine125. »

31En 1776 enfin, il reprend le commentaire initial et reformule l’ajout de 1770 :

  • 126 Ibid., 3e éd., Lyon, 1776, vol. 1, p. 261.

« mais cette voie qui tend à confondre les conditions, a encore ses inconvénients, sur-tout dans les petits lieux, où les nouvelles fortunes n’effacent pas si-tôt dans les esprits les idées d’une origine basse ou obscure126. »

32Ces observations (tardives par rapport aux évolutions parisiennes) sonnent particulièrement juste. La généralisation des enchères dans l’attribution des bancs a coïncidé avec l’afflux des familles étrangères à la notabilité, c’est-à-dire des maîtres artisans à partir des dernières années du règne de Louis XIV. La suppression des bancs et l’introduction des chaises aboutissent même à la carnavalisation des rapports sociaux. Selon le curé Bruté, le premier inconvénient de la suppression des bancs est en effet de

  • 127 Bruté J., Lettre d’un curé de Paris à un de ses amis sur la suppression des bancs dans les églises (...)

« ne pouvoir accorder à des personnes de considération ou à des paroissiens charitables des places que leur condition ou leurs bonnes œuvres leur méritent. […] Les bourgeois et les artisans qui sont dans les paroisses […] sont beaucoup plus exacts et plus attentifs à remplir les devoirs de paroissiens que les autres. Ils se lèvent plus matin, ils sont maîtres d’occuper les places les plus commodes et les plus décentes. Quand ils sont ainsi placés y’a-t-il quelqu’un qui ait assez d’autorité sur eux pour leur faire entendre qu’une personne qui mérite des égards puisse les forcer de quitter le poste dont ils se sont emparés. Non assurément. Qu’arrive-t-il donc ? c’est que cette personne, à qui on doit des égards, sera obligée de se placer souvent dans la foule à côté de gens qui murmureront de ce qu’elle arrive si tard et à qui la mauvaise humeur fera souvent dire des choses dures, sans faire attention que les personnes contre lesquelles elles s’aigrissent sont souvent celles de la libéralité desquelles elles ont reçu plus d’une fois des bienfaits. La suppression des bancs confond donc mal à propos les gens de considération et les bienfaiteurs des églises avec la multitude127 ».

33En pratique, les personnes de qualité ont toujours la possibilité d’envoyer leurs domestiques réserver leurs places selon une pratique déjà attestée à Paris et à Genève au XVIIe siècle. Mais en principe, l’ordre spatial ne reflète plus l’ordre social. La location des chaises à chaque office abolit en effet toute possibilité d’inscription spatiale précise et durable des fidèles. Les relations stables de voisinage qui unissaient les paroissiens ayant des bancs proches, mais aussi les vivants et les morts, ont disparu. Le groupe des fidèles assis, qui était identifié aux membres des familles des notables, a été remplacé par une masse d’anonymes partageant simplement l’aptitude à payer une place assise à l’office. Les laïcs deviennent des hommes et des femmes sans passé, sans avenir, sans attache locale. L’accès à l’église est ainsi libre pour l’ensemble des fidèles, quelles que soient leur paroisse d’origine, l’origine et l’ancienneté de leur fortune. Les chaises homogénéisent l’espace social, créant temporairement de l’égalité.

34L’anonymat et l’égalité sont aussi le sort réservé aux défunts. La mort et les morts, qui constituaient un univers familier structuré par les liens créés pendant la vie sur terre, appartiennent désormais à un autre monde. On comprend dès lors pourquoi les Parisiens ne choisissent plus le lieu de leur sépulture dans leur testament. Selon son rang social, on est inhumé dans l’église ou dans le cimetière. Les nobles et bourgeois qui réclament une sépulture dans un cimetière sont des faillis ou bien des dévots (sauf pendant la période Maupeou). Les familles de petits bourgeois supportent mal le déclassement, comme le montre le Journal du maître vitrier Jacques-Louis Ménétra :

« Dans ces temps ma belle-mère vint à mourir. Mon père voulut lui faire faire un convoi digne d’elle. Elle l’avait bien mérité. »

35La sœur de Ménétra héberge le veuf et jure qu’« en cas qu’il vienne à décéder ils le feront inhumer honorablement ». Ménétra père décède à l’Hôtel-Dieu en novembre 1776, Jacques-Louis rappelle sa promesse à sa sœur.

  • 128 Journal de ma vie. Jacques-Louis Menetra compagnon vitrier au 18e siècle, présenté par D. Roche, P (...)

« Elle me dit qu’ils sont dans l’impossibilité Je la somme de tenir leur parole je m’explique avec force Ce monstre dénaturé sa bien-aimée me dit ces paroles qui ne sortiront jamais de ma mémoire Qu’il soit enterré au diable s’il veut […] Je fus de ce pas trouver mon autre sœur […] Et nous […] le fîmes inhumer au cimetière des Innocents […]128. »

  • 129 Sur la religion de Ménétra, voir Roche D., « Religion et personnalité », dans ibid., p. 405-424.
  • 130 Mercier L.-S., Tableau de Paris. 1782-1788, éd. Bonnet J.-C., Paris, Mercure de France, 1994, vol. (...)

36La colère de Ménétra est troublante : s’il est catholique, il est anticlérical, « traque le préjugé populaire et la superstition129 », et est très indépendant de sa famille. Ce qui ne l’empêche pas d’être farouchement attaché au respect de certains devoirs familiaux. Son père ne pouvait être inhumé dans les fosses communes de Clamart130.

  • 131 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens, vol. 1, p. 179-180, 303, 336, 452-453, 662, 707-7 (...)
  • 132 Ibid., vol. 1, p. 254, 357, 719-720, 792.
  • 133 Ibid., vol. 1, p. 543-544, 795; vol. 2, p. 469-470.
  • 134 Mercier L.-S., Tableau de Paris, vol. 1, chap. cclviii, « Suicide », p. 656.
  • 135 Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 295.

37Cette appropriation de la mort par la famille au détriment des choix personnels des individus, religieux ou philosophiques, va de pair avec une banalisation des inhumations des suicidés. Depuis les années 1750, le suicide n’est plus considéré par la police comme un péché, sauf exception, les cadavres sont reconnus par les parents avant d’être inhumés, plus souvent dans une église131 que dans un cimetière132, et même parfois avec une certaine pompe133. Dans les années 1780, le témoignage de Mercier confirme cette évolution134, « l’esprit de relligion » tourne « les cérémonies saintes en procédés de société135 ».

38Ces évolutions posent des problèmes spécifiques aux groupes situés aux extrêmes de la société, les jeunes filles, les pauvres et les nobles.

  • 136 « Dans le même temps, Mme de Ségur m’invita à une grande soirée de musique, où elle avait rassembl (...)
  • 137 Bruté J., Lettre d’un curé de Paris, op. cit., p. 8.
  • 138 « Tous les matins ma tante me conduisait à l’église pour y entendre la messe […] » : Mémoires de M (...)
  • 139 « Ma mère était très pieuse. Je l’étais aussi de cœur. Nous entendions toujours la grand-messe ; n (...)
  • 140 On se souvient des amours de Nicodème et de Javotte qui s’étaient rencontrés à l’église des Carmes (...)
  • 141 Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 302.

39L’installation des chaises ne met pas fin au mélange des individus des deux sexes, la séparation entre d’un côté les sièges des hommes, de l’autre ceux des femmes n’apparaîtra que sous la Révolution ou sous l’Empire136. Les familles ne peuvent pas toujours rester ensemble, à supposer que les parents paient une place assise pour leurs enfants : la suppression des bancs met « souvent une mère de famille dans l’impossibilité de réunir ses enfants et surtout ses filles à ses côtés137 ». Or la femme allant à la messe avec une enfant est une figure marquante de la pratique du catholicisme à Paris pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, attestée par les témoignages de Manon Phlipon138 et d’Elisabeth Vigée139. Les jeunes filles isolées sont ainsi à la merci des séducteurs, problème qui n’est pas nouveau140, mais que la suppression des bancs semble favoriser : Godart de Belbeuf reconnaît en 1785 que, dans les églises normandes pourvues de bancs, « la mère veille sur la fille et les mutins sont écartés », et que, dans certaines paroisses, « on a été obligé de revenir aux bancs […] par la raison des colloques familiers des deux sexes et souvent scandaleux141 ». L’abandon des bancs menace l’honneur des familles et l’ordre moral.

  • 142 « Autrefois on voyoit les Magistrats à la Paroisse dans leurs habits de pompe & de ceremonie, édif (...)
  • 143 « En 1766, pour donner plus d’air à MM. Les présidents de Fourcy et Langlois de la Fortelle, dont (...)
  • 144 En 1753, le duc de Luynes, qui a perdu son banc à l’église Notre-Dame de Versailles, n’exprime auc (...)
  • 145 Le 27 mars 1785, à la Madeleine de la Ville l’Évêque, avec Mme de Balleroy et Mme de la Vaupalière (...)
  • 146 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens, vol. 2, p. 582-583 (7 juin 1772, « Insulte préten (...)

40La position des membres du second ordre, dont une majorité s’est détournée de la vie paroissiale dès les années 1670-1680142, devient aussi délicate. Les nobles qui conservent leur banc dans leur paroisse cherchent à se préserver de la promiscuité causée par la multiplication des chaises143. Ceux qui le perdent n’osent sans doute pas protester, à l’instar du duc de Luynes à Versailles144. Les nobles qui ont une pratique religieuse régulière fréquentent surtout les monastères. Pour faire leurs Pâques dans leur paroisse, ils peuvent s’installer dans le banc d’œuvre145, même si leur présence est soumise au bon vouloir des marguilliers146. Les propriétaires de chapelle ont toujours le droit de faire enterrer leur descendance, mais les chapelles qui font l’objet de nouvelles concessions sont louées, et le droit d’inhumer n’est plus compris à partir des années 1780. Les nobles s’approprient pourtant l’espace ecclésial plus fortement et plus visiblement que les bourgeois. Avoir un banc ou une chapelle est devenu un privilège exceptionnel, alors qu’un siècle plus tôt, ces biens symboliques étaient communs à l’ensemble des élites urbaines.

  • 147 BNF, ms. Joly de Fleury 1587, fol. 82 à 88.
  • 148 AN, S 7 494 B, dossier Saint-Leu-Saint-Gilles.
  • 149 BNF, F-23672(557), arrêt du parlement portant règlement pour l’œuvre et fabrique de la paroisse de (...)
  • 150 AN, MC, CXII 570, 30 décembre 1757, bail des chaises par la fabrique Saint-Merry.

41Le nouveau système marginalise surtout les gens du peuple. Les pauvres honteux étaient protégés dans l’ancien système, ils jouissaient de leur banc par héritage moyennant une contribution modique. Dans le premier tiers du XVIIIe siècle, ils pouvaient avoir une chaise gratuitement grâce à la gestion des sièges en régie par la paroisse. En 1734, les marguilliers de Saint-Leu, conscients des risques de marginalisation populaire, débattent ainsi de l’opportunité d’affermer les chaises. Ils hésitent à conclure un bail avec le meilleur enchérisseur « comme il se pratique en plusieurs paroisses » car « il y a […] quantité de pauvres que les régisseurs par les ordres des sieurs curés et marguilliers laissent occuper des places sans payer, on ne pourrait pas observer la même chose dans le cas d’un bail147 ». La gestion en régie est finalement maintenue, mais vers 1756-1763, la fabrique passe à l’affermage148. Les arrêts de règlement du parlement qui tentaient d’imposer la gratuité des chaises à certains offices ne sont pas respectés : rendus entre 1727 et 1739, ils interdisaient la location des chaises aux fidèles « les dimanches et fêtes aux messes de paroisse, prônes & instructions qui se feront ensuite, ou qui ne se feront point dans la chaire149 ». À Saint-Merry par exemple, les prônes et instructions qui se font dans les bas-côtés de l’église sont gratuits pour tous jusqu’en 1745, puis coûtent 6 deniers « pour les personnes qui ne sont pas ouvriers ». La première grand’messe de tous les dimanches qui se dit à 7 heures est gratuite pour tous les fidèles jusqu’en 1765, elle le reste « pour les domestiques pauvres artisans, ouvriers, manouvriers et autres de cette espèce de l’un et de l’autre », qualifiés de « pauvres150 », alors que les « personnes qui sont en état de payer » s’acquittent de 6 deniers. Ces exemptions ne concernent pas les offices des jours de fêtes où la location d’une chaise monte à plusieurs sols, jusqu’à 12 sols à Saint-Sulpice le Vendredi saint. Et les autres paroisses (sauf Saint-Louis) n’ont aucun tarif préférentiel pour les gens du peuple.

  • 151 Le troisième inconvénient de la suppression des bancs est de « forcer les pauvres à ne plus occupe (...)
  • 152 « Disons-le, rien dans nos églises de plus nécessaire après le toit, qu’une continuité de sieges b (...)
  • 153 « Les temples sont […] déserts, excepté dans les grandes solennités, où les cérémonies le rappelle (...)
  • 154 Plan de l’abolition de la taxe des chaises dans toutes les paroisses, par un Membre du district de (...)
  • 155 « M. L*** », Mémoire au sujet de la location des chaises.
  • 156 Burstin H., Une Révolution à l’œuvre, op. cit., p. 193.
  • 157 BNF, Lb 40/1248, Prix des chaises fixé provisoirement par le corps municipal (de Paris), du mercre (...)

42L’affermage des chaises ravale les pauvres honteux au rang des pauvres ordinaires et les cantonne à la position verticale, sauf s’ils ont la chance d’habiter sur une paroisse qui conserve quelques offices gratuits. Cette exclusion des pauvres indigne le curé Bruté dès 1752151. Dans les années 1780, deux auteurs de dictionnaire critiquent la taxe des chaises152, rejoints par Louis-Sébastien Mercier153. En 1789-1790, trois brochures réclament la gratuité au nom de l’égalité des fidèles et du refus de l’exclusion des gens du peuple154, une autre, qui prend en compte les besoins financiers des fabriques, demande au moins une baisse des tarifs à 9 deniers la chaise155. Dans les faits, la taxe sera diminuée à 6 deniers dans la section de Sainte-Geneviève156, avant que la municipalité ne la fixe en 1791 à 6 deniers ou 1 sol selon l’office157. Les critiques sont restées ponctuelles, les chaises d’église seront encore payantes au XXe siècle.

  • 158 Je reprends les catégories utilisées par Jacques-Olivier Boudon, qui mobilise partiellement la typ (...)

43Pour les autres paroissiens, les conséquences sont différentes selon qu’ils avaient ou non un banc ou une concession funéraire. Les notables perdent beaucoup, mais la foule des paroissiens peut enfin s’asseoir. Le plus étonnant est que la révolution des chaises et des tombes, conjuguée à l’essor de nouvelles valeurs et de l’esprit philosophique, a accompagné l’affaiblissement de la pratique religieuse des Parisiens, contribuant à diminuer le nombre des fidèles fervents et réguliers et à augmenter celui des pratiquants occasionnels158.

  • 159 « Les temples sont […] déserts, excepté dans les grandes solennités […] » : Mercier L.-S., Tableau (...)
  • 160 « “Point de testament sans une fondation de messes […] et les prêtres auraient refusé la sépulture (...)
  • 161 Ainsi, en 1757, le curé de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle soutient sa demande en arguant du « peu de (...)
  • 162 Les marguilliers de Saint-Jacques de la Boucherie regrettent le « défaut de fréquentation des égli (...)
  • 163 En 1775, le bail de Schmidler, loueur à Saint-Laurent, passe de 5 000 livres à 4 000 livres « à la (...)
  • 164 Seule, Saint-Sulpice ne connaît pas cette évolution, le montant des baux connaît une croissance co (...)

44Cette affirmation n’est pas fondée sur les assertions de Mercier159, dont le témoignage est sujet à caution pour les affaires religieuses160, ni sur les plaintes des curés désireux de faire diminuer leurs décimes161 ou toute autre déclaration faite dans un document fiscal162. Elle se base sur l’interruption de la croissance continue des baux de chaises qui est indépendante des modifications ponctuelles des attributions des loueurs de chaises163. Le bail des années 1780 est inférieur à celui des années 1760 aux Saints-Innocents, à Saint-Jacques de la Boucherie, à Saint-Leu-Saint-Gilles, à Saint-Laurent et à Saint-Hyppolite ; à Saint-Jean-en-Grève, il est égal ; à Saint-Gervais, les baux de la décennie 1780 sont moins élevés que celui de la décennie précédente, il en est de même à Saint-Germain l’Auxerrois quand on compare les années 1770 et 1760. La fréquentation de la majorité des églises semble avoir marqué le pas dès la fin des années 1750164.

Acteurs locaux, raisons globales

45L’évolution des formes d’incorporation des acteurs dans les églises amène l’historien à s’interroger d’une part sur les acteurs et les raisons des mutations, d’autre part sur leur intégration dans une dynamique générale. À qui revient l’initiative de l’uniformisation des espaces de prière et de sépulture ? Quels sont les ferments de dissolution du système socio-spatial hérité du XVIe siècle ?

  • 165 Martin P., Le théâtre divin, op. cit., p. 23.
  • 166 Bisaro X., Une nation de fidèles. L’Église et la liturgie parisienne au XVIIIe siècle, Turnhout, B (...)
  • 167 Lemaître N., « Y a t-il une spécificité de la religion des montagnes ? », dans La montagne à l’épo (...)

46L’histoire des sièges et des sépultures peut être pensée comme le résultat de la Réforme catholique. Grâce aux chaises, l’attention des fidèles pendant l’office est améliorée, la messe peut enfin être « un moment de repli sur soi et de recueillement intense provoquant une coupure avec l’environnement immédiat165 ». Le service divin est facilité, l’espace ecclésial qui était encellulé avec ses nombreux autels et ses bancs est adapté à une liturgie rénovée et centrée sur le maître autel166. L’expression des grandeurs terrestres dans l’église est limitée. Le catholicisme familial des notables167 est dissout au profit d’une religion plus individuelle.

  • 168 « L’expulsion des morts fut donc longue à imposer, les résistances plus tenaces que bruyantes et l (...)
  • 169 Hayden J. M. et Greenshields M. R., « Les Réformations catholiques en France : le témoignage des s (...)
  • 170 « Voulons pareillement que les Archevêques & Évêques, leurs grands Vicaires & leurs Archidiacres f (...)
  • 171 Recueil des actes, titres et mémoires […], p. 1437-1450 (l’évêque a ordonné l’enlèvement d’un banc (...)
  • 172 Article XVI de l’édit de mai 1695, cité par Gohard P., Traité des bénéfices ecclésiastiques, vol.  (...)
  • 173 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 180-181 et 164-165.

47Cette approche s’appuie sur une vulgate historiographique selon laquelle les mutations de l’Église seraient des processus impulsés par les évêques ou les autorités laïques et appliqués localement par les curés : vus d’en haut, les fidèles mettent en œuvre des changements initiés par des acteurs supérieurs168. L’étude des textes normatifs, comme les statuts synodaux169, fonde cette interprétation de l’histoire de l’Église. Dès mars 1666, une déclaration sur les remontrances du clergé établit la compétence des archevêques, évêques, grands vicaires et archidiacres en matière de bancs et de sépultures170 ; le 28 décembre 1684, le conseil privé du roi rend un arrêt en faveur de l’évêque de Lisieux « sur l’autorité des évêques de faire réformer les bancs qui empêchent le service divin171 ». Le pouvoir des responsables diocésains en matière de sièges et de tombes est réaffirmé dans l’édit d’avril 1695172. Des arrêts du parlement de 1745 et 1763 rappellent que la réduction et le changement de places des bancs dans les églises est de la compétence du visiteur, qu’il soit évêque, archidiacre et que la décision de réparer les bancs ou de faire construire de nouveaux bancs uniformes est du ressort de l’évêque dans les diocèses de Sens et d’Amiens173.

  • 174 Timbal P.-C., « Les visites canoniques dans le diocèse de Paris », dans Huitième centenaire de Not (...)
  • 175 AN, L 654, reproduit dans Brochard L., Saint-Gervais. Histoire de la paroisse d’après de nombreux (...)
  • 176 Dainville-Barbiche, S. de, « Le clergé paroissial de Paris à la fin de l’Ancien Régime (1789-1791) (...)
  • 177 AN, S 7493A, déclaration de la fabrique Saint-Jacques de la Boucherie, 20 octobre 1785.

48Mais à Paris, le pouvoir de l’archevêque et des curés est limité. Les visites pastorales des évêques (ou des supérieurs ecclésiastiques des curés parisiens) sont rares174. Les ordonnances conservées sont peu nombreuses, celle que Noailles a rédigée à la suite de la visite de Saint-Gervais en 1698 ne dit mot des bancs et des sépultures175. Enfin, « il n’y a aucun procès-verbal de visites pastorales des paroisses de Paris au XVIIIe siècle176 », et dans aucune des affaires concernant les bancs et les tombes, les protagonistes n’appuient leurs requêtes en mobilisant une injonction épiscopale. Les marguilliers de Saint-Jacques de la Boucherie rappellent simplement, peu avant la Révolution, que Noailles a autorisé la location des chaises « sous la condition que ce revenu serait en totalité employé à l’embellissement et décoration de l’église177 ».

  • 178 À Rouen, « l’autorité épiscopale est [seulement] une alliée potentielle » de Godart de Belbeuf. Ce (...)
  • 179 « La connoissance d’une contestation muë touchant la possession d’un banc d’Église, appartient au (...)
  • 180 Arrêt du parlement de Paris du 23 juillet 1707, en faveur du curé de Saint-Jacques de la Boucherie (...)
  • 181 Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, t. v, p. 80 (« Droits honorifiques »).
  • 182 BNF, n.a. 69, fol. 1, 17 mars 1728, arrêt du Parlement.

49La rareté des normes édictées par les autorités ecclésiastiques tient à la faiblesse de la position institutionnelle de l’archevêque par rapport aux juges royaux, qui n’est pas propre à Paris178. Les conflits concernant l’attribution des bancs relèvent du Châtelet, et en appel, du parlement, et non de l’archevêque179. Les archevêques sont placés dans une position subordonnée, dépourvus de pouvoir de police générale, leurs ordonnances180 font autorité seulement quand elles sont homologuées par le parlement. Une ordonnance du cardinal de Noailles, enregistrée par le parlement en 1707, impose à la fabrique de Saint-Jacques de la Boucherie que les bancs vacants « seront concédés par les curés & marguilliers en charge au plus offrant, à vie seulement, après trois publications181 », en 1728, c’est un simple arrêt du parlement qui réprime divers abus commis dans la même paroisse182. En 1763,

  • 183 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 61.

« un règlement de l’archevêque, s’il n’est pas homologué, n’impressionne nullement la fabrique [de Saint-Eustache]. On a presque l’impression que la fabrique se targue de tout ce qui est contraire au règlement incriminé [de Noailles] pour le faire admettre par le parlement qui demeure donc arbitre entre l’archevêque d’une part et le bloc curé et marguilliers d’autre part183 ».

  • 184 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens, vol. 2, op. cit., p. 611, 618 (« L’archevêque de (...)

50Les marguilliers sont même capables de décourager le ministre de faire sa visite pastorale. Au début du mois d’août 1772, l’archevêque veut donner la confirmation à Saint-Landry, minuscule paroisse de la Cité, puis « monter ensuite au bureau de la fabrique pour y faire l’examen de l’état du temporel » ; il y renonce temporairement, officiellement pour raisons médicales ; « les marguilliers […] avoient dressé toutes leurs batteries pour le recevoir » ; à la mi-août, il y renonce de nouveau ; à la fin du mois d’août, il vient donner la confirmation, mais « lorsqu’on lui parle de monter au bureau de la fabrique pour l’examen du temporel, il répond que ce seroit pour une autre fois184 ».

  • 185 Lyon-Caen N., « Labrüe au paradis […] », op. cit., p. 68-96.
  • 186 Dainville-Barbiche S. de, Devenir curé à Paris. Institutions et carrières ecclésiastiques (1695-17 (...)

51À la faiblesse des archevêques, qui est sans doute propre aux diocèses comportant des parlements, fait écho celle des curés. La suppression des bancs pourrait sembler, a priori, cohérente avec le leadership des curés dont les initiatives seraient suivies par les marguilliers. Mais la domination du curé dans la fabrique n’est pas évidente. Son crédit personnel et familial est de plus en plus faible185, car c’est un provincial ou bien il est issu de la petite bourgeoisie parisienne186. La préséance n’implique pas le pouvoir absolu : les assemblées de la fabrique sont dirigées par le curé mais sa voix est isolée parmi celles des marguilliers en charge et anciens. À partir du milieu du e XVIII siècle, tous les juristes se plaisent à souligner sa position marginale :

  • 187 Durand De Maillane P. T., Dictionnaire de droit canonique […], op. cit., vol. 1, p. 153-154 (1761) (...)

« aucun particulier ne peut avoir banc dans une Eglise sans concession des Marguilliers […] cela s’entend du Bureau de la Fabrique où les délibérations doivent passer à la pluralité des suffrages […] Dans ce Bureau, la présence du Curé n’est pas absolument nécessaire ; il y doit assister par bienséance, mais il n’y préside pas ; le Corps des Fabriques étant aujourd’hui Laïc, il seroit irrégulier & contre la police du Royaume d’y mettre un Ecclésiastique à la tête187. »

  • 188 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 541.
  • 189 Aquin De Château-Lyon d’P., « Les bancs de paroisse », dans Contes mis en vers par un petit cousin (...)

52Dans les cas connus, le réaménagement des églises est décidé contre l’avis des curés : à Saint-Benoît, à Saint-Merry, à Saint-Leu, à Saint-Paul (aussi à Auteuil en 1778 et à Pontoise en 1783). À Saint-Merry en 1752, « MM. les marguilliers en charge parlèrent ôter les bancs, et malgré la répugnance de M. le curé pour cette opération, parce qu'il ne voulait choquer personne, ils les firent abattre une nuit à son insu. Ils regardaient son opinion comme une pure délicatesse et un simple cérémonial. Dès qu'ils l'en avertirent, il jeta les hauts cris…188 ». À Saint-Leu en 1754 et à Saint-Paul en 1764, les marguilliers profitent de la vacance de la cure pour supprimer les bancs. Selon un conte publié en 1775, « Les bancs de paroisse », Nicolas-Pierre Guéret, « célèbre Curé de Saint Paul, […] s’était toujours opposé à la démolition des Bancs, qu’on n’exécuta que quelques jours après sa mort » en 1764189.

  • 190 Mercure de France, mai 1752, p. 129.
  • 191 Robinet J. B., Dictionnaire universel des sciences […], op. cit., article « Dimanche ».

53Les protestations des curés ne trouvent guère d’écho. Le Mercure de France signale la publication de la brochure du curé de Saint-Benoît (voir ci-dessus), il souligne rapidement le bien-fondé de ses réclamations contre la suppression des bancs (« L’Auteur de cette Lettre dit pour la conservation des bancs dans les Paroisses, des choses qui nous ont paru très-sensées »), mais il retient surtout sa protestation contre la location des chaises190. En 1780, Jean B. Robinet mentionne la plaquette de Bruté mais il ne semble pas l’avoir lue : « je sais qu’un ancien curé de St. Benoît à Paris, homme universellement estimé, avoit à cœur d’établir dans sa paroisse, la gratuité des chaises ou des bancs ; son projet qui fut imprimé vers le milieu de ce siecle ne fut point effectué […]191. »

54La suppression des bancs est portée devant le parlement, mais au début du règne de Louis XVI, donc tardivement, et à l’initiative du curé d’Auteuil, soutenu par quelques paroissiens.

  • 192 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 167.

« Le curé assuroit, de sa part, que les inconvéniens représentés par les marguilliers [l’encombrement de l’église], n’existoient pas ; qu’il résulteroit, de la suppression des bancs, la perte d’un revenu certain pour la fabrique ; que les personnes aisées, n’ayant plus de place fixe dans l’église, s’y rendroient moins exactement ; qu’il y auroit moins d’aumônes192. »

  • 193 Autre exemple : Brochard L., Saint-Gervais. Histoire de la paroisse, p. 243-244 (le parlement ordo (...)

55Le 9 juillet 1777, le parlement rend un arrêt conforme aux mesures qu’il prend depuis le début des années 1770 dans les cas de conflit entre le curé et les paroissiens193 : il ordonne la convocation d’une assemblée générale qui est réunie le 12 août.

  • 194 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 166-168.

« Le curé & douze propriétaires de bancs, dont quatre bourgeois de Paris, persisterent dans leur opposition à la suppression des bancs : que les bancs & chaises actuellement dans l’église, ainsi que les places abonnées produisoient actuellement [885] livres ; qu’en se bornant à ce produit, les habitants continueroient à jouir de leurs places moyennant une livre & une livre quatre sous par an, & les bourgeois de la commodité de leurs bancs ; qu’après la suppression des bancs, les chaises ne pourroient être portées à un prix bien supérieur, qu’en imposant aux habitants une taxe pour les chaises, qui les incommodera ou les détournera de l’office ; que les bourgeois payent pour leurs bancs l’hyver comme l’été, au lieu que les chaises ne produisent que l’été194. » (Les bourgeois de Paris ne sont pas dans leur maison de campagne en hiver).

56À aucun moment, le curé et ses alliés ne mobilisent d’ordonnance de visite de l’évêque. Ils ne font pas le poids face à la vingtaine d’habitants venus à l’assemblée générale qui se rallient à l’avis de leurs opposants.

  • 195 Dainville-Barbiche S. de, Devenir curé à Paris, op. cit., p. 220 et 329.
  • 196 Ibid., p. 329.
  • 197 Ibid., p. 189.
  • 198 Michel M.-J., « Clergé et pastorale jansénistes à Paris (1669-1730) », Revue d’histoire moderne et (...)

57Or les profils des curés parisiens hostiles aux chaises sont différents. Charles Charpentier (1673-1754), curé de Saint-Leu depuis 1715, est « un des derniers survivants du noyau dur des anticonstitutionnaires195 ». Guéret (vers 1680-1764), curé de Saint-Paul, a « participé aux débuts de la campagne de signature des curés du diocèse de Paris contre l’Unigenitus en 1716-1717, comme curé de Brie-Comte-Robert » ; mais, après « son accession à la cure de Saint-Paul en 1721 », il s’est tenu à l’écart du mouvement hostile à la bulle : « Vintimille le consultait et l’appréciait196. » Jean Bruté (1699-1762), ancien vicaire de Saint-Laurent, a été nommé en 1734 à la cure de Saint-Benoît, après concertation entre Vintimille et le chanoine de Saint-Benoît chargé de la nomination197. Le plus jeune, Pierre-Joseph Artaud (1707-1760), a été secrétaire de l’archevêque Vintimille avant d’être nommé curé de Saint-Merry en 1744 par le chapitre de Notre-Dame. L’engagement du curé dans un camp ou un autre lors de la querelle janséniste est donc indifférent, comme l’éventuel caractère janséniste de la gestion de la paroisse198.

  • 199 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 61, 68-69.
  • 200 Ibid., p. 214. Voir aussi Ariès P., L’homme devant la mort, op. cit., p. 476-479.
  • 201 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 218.
  • 202 Foisil M., « Les attitudes devant la mort au XVIIIe siècle », op. cit.

58Si le rôle du clergé est marginal, celui du Parlement est ponctuel. Le parlement intervient beaucoup sur requête et il n’homologue pas toutes les normes qui régissent la vie de la paroisse199. Il tente d’encadrer l’évolution de la gestion des fabriques, en limitant les offices payants par exemple. En 1765, il propose une réforme radicale des sépultures qui prétend réserver l’inhumation dans les églises au paiement d’un droit de 2 000 livres200, malgré l’appui du lieutenant général de police, l’arrêt n’est pas appliqué : de 1765 à 1776, « l’action du parlement se solde […] principalement par une sensibilisation de l’opinion201 ». L’évacuation du cimetière des Saints-Innocents est bien plus tardive202 et masque l’inexécution des mesures prises pour limiter les sépultures dans les lieux de culte.

  • 203 Glorieux G., À l’enseigne de Gersaint, op. cit., p. 256.

59Les principaux acteurs du changement sont donc les marguilliers, anciens et en charge : à Saint-Jacques de la Boucherie, la destruction des bancs a été décidée « à la pluralité des voix…203 ». À Versailles, les marguilliers ont même convaincu le roi de la nécessité de détruire les bancs de la paroisse Notre-Dame, à la grande surprise du duc de Luynes.

  • 204 Luynes C.-P. d’A. (Duc de), Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV, t. xiii, p. 11-12 ( (...)

« Le Roi avoit approuvé ce projet et en désiroit lui-même l’exécution. On avoit représenté à S. M. que si on agissoit selon les règles, il y auroit autant de procès à soutenir qu’il y avoit de propriétaires de bancs ; que plusieurs de ces propriétaires étant des gens de grand nom il faudroit résister à bien des recommandations. C’est pour éviter tous ces inconvénients que le Roi a permis le coup de main qui a été fait. Les gardes qui étoient en dehors des portes de l’église pendant l’exécution du projet et le bon ordre qui a été observé dans un aussi grand désordre font assez voir quel étoit l’esprit qui y présidoit. Tout le monde se dit aujourd’hui à l’oreille ce que je vous mande, et personne n’ose en parler tout haut ; ainsi je crois que le meilleur parti à prendre, c’est de paroître étonné et d’en demeurer là204. »

  • 205 Lyon-Caen N., La Boîte à Perrette […], op. cit.

60L’autonomie des laïcs est un trait structurel des fabriques paroissiales parisiennes du XVIIIe siècle, elle apparaît de façon éclatante dans les conflits entre les curés et les fidèles, qui émaillent la querelle janséniste tout au long du XVIIIe siècle205. Les hommes et les femmes du XVIIIe siècle sont conscients que la responsabilité des transformations des églises incombe aux marguilliers :

  • 206 Robinet J. B., Dictionnaire universel des sciences […], op. cit., article « Dimanche ».

« Mais parlons encore plus sérieusement, & disons que c’est ici moins la faute du Clergé, que celle des marguilliers & des autres notables, qui tous ayant sur les intérêts temporels de chaque église une espece d’autonomie municipale, pourroient changer en bien & en mieux la destination des choses. Ces messieurs néanmoins tout fiers de se voir distingués de la foule & siégeant dans nos temples comme autant de Magistrats, ne voient plus dans le reste des fideles, qu’une tourbe futile dont le bien-être ne mérite pas leur attention206. »

61L’esprit d’indépendance des fabriciens nourrit une certaine morgue qui ne passe pas inaperçue. En 1789, Mme Lagneau dénonce ainsi les

  • 207 M. L***, Mémoire au sujet de la location des chaises, p. 8.

« Œuvres énormes des Fabriques qu’on a aggrandies depuis quelque tems à l’excès en usurpant le terrein des Fidèles, & en dissipant les fonds des Paroisses. On a encore étendu ces privilèges à des Confrairies, & la Nef est devenue si petite, qu’elle n’offre plus que des lieux de passage, où chacun est pilé & oppressé pour son argent. Pour mettre quelques personnes à l’aise, faut-il que tout le reste d’une Paroisse soit vexé ? Il seroit à souhaiter que l’Œuvre des Marguilliers fût restrainte & resserrée dans des bornes honnêtes, et qu’elle n’absorbât pas toute la Nef, contre tout droit et & toute justice […]207 ».

  • 208 AN, S 3376 (1), description manuscrite de l’église Saint-Jacques de la Boucherie.

62De fait, les bancs d’œuvre construits au XVIIIe siècle, qui servent aussi de sièges aux anciens marguilliers, sont très vastes : à Saint-Jacques de la Boucherie, le banc construit en 1726 est plus grand que celui de 1642, et, « lors de la destruction des bancs en 1746 », « on en a etendu l’enceinte208 ».

63La superbe et le désir de distinction des marguilliers n’expliquent pas tout, la gestion de la paroisse obéit à des principes différents au XVIIIe siècle qu’au temps de la Fronde.

  • 209 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument, op. cit., p. 159.
  • 210 « Banc d’église ; c’est un siege de plusieurs places pour une famille, fermé d’une cloison à haute (...)
  • 211 Michel M.-J., Jansénisme et Paris, op. cit., p. 463.
  • 212 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 434.
  • 213 AN, L 700.
  • 214 Le cardinal de Noailles, dans une ordonnance homologuée au parlement en 1707, pour l’église Saint- (...)

64Les fabriques se sont approprié l’espace de la nef, en plusieurs étapes. Dès les dernières décennies du règne de Louis XIV, les marguilliers ont fait détruire les bancs disparates et reconstruire des bancs uniformes : à Saint-Gervais209 et à Saint-Germain l’Auxerrois dès la fin du XVIIe siècle210, à Saint-Séverin après 1711211, à Saint-Merry à partir de 1712212, à Saint-Paul après 1719213, et probablement dans les autres églises214. L’espace des sièges est organisé plus rationnellement et son utilisation optimisée, il devient difficile de personnaliser son banc. Deuxième étape, dans les années 1730-1740, le statut de la concession des bancs change : les détenteurs des bancs ne sont plus propriétaires mais locataires, ils paient un loyer, qui est d’abord défini pour une durée limitée à la résidence sur la paroisse, puis des baux sont conclus pour 3, 6 ou 9 ans, et le loyer est révisable régulièrement. Lentement et silencieusement, les marguilliers ont récupéré à leur profit les droits de propriété des fidèles.

  • 215 Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 322.
  • 216 Boinet A., Les églises parisiennes, t. i, Moyen Âge et Renaissance, Paris, Les Éditions de Minuit, (...)
  • 217 Lours M., « L’éclaircissement des églises parisiennes au XVIIIe siècle. Gestion et spiritualité »,(...)
  • 218 Lours M., « Un problème insoluble : l’entretien des “vitres peintes” dans les églises parisiennes (...)
  • 219 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 430.
  • 220 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument, op. cit., p. 164.
  • 221 Lebeuf J., Histoire de la ville, vol. 1, op. cit., p. 89.
  • 222 « Pour imiter en cette Paroisse Royale [Saint-Germain l’Auxerrois] la simplicité des Eglises de Ve (...)
  • 223 Boinet A., Les églises parisiennes, t. i, op. cit., p. 403.
  • 224 Sur le blanchiment des églises, voir Farcy L. de, Monographie de la cathédrale d’Angers, t. ii, Le (...)
  • 225 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 501 ; Baurit M. (Abbé) et Hillai (...)

65Ils sont aussi motivés par un désir de modernisation esthétique. Ils héritent de bâtiments vétustes et dont la décoration est démodée, ils n’ont pas le sentiment d’un patrimoine à conserver, ils ne sont pas tournés vers le passé mais sont avant tout soucieux de faire entrer les églises médiévales dans le siècle des Lumières. La recherche de la décence, c’est-à-dire la décoration, la propreté, le bon entretien215, guide leur action. Ils veulent embellir les lieux de culte en les décorant au goût du jour, en les uniformisant et en établissant des symétries. Une partie des vitraux colorés et historiés du Moyen Âge et de la Renaissance est remplacée par des vitres blanches, à Saint-Germain l’Auxerrois en 1728, à Saint-Nicolas des Champs vers 1745 et à Saint-Merry en 1751-1753216. Mathieu Lours a montré que ce remplacement permettait non seulement d’éclaircir les églises217, mais réglait aussi le problème de la restauration des vitraux très abîmés, c’est-à-dire du coût – imprévisible – de leur entretien218. Des jubés sont détruits, à Saint-Merry en 1708-1709219, à Saint-Gervais en 1733220, à Saint-Germain l’Auxerrois en 1745221. Les autels sont mis en valeur222, reconstruits, ils sont souvent surélevés. La décoration intérieure est renouvelée comme à Saint-Merry dans les années 1750223. Dans les décennies 1770-1780, les murs internes sont blanchis224. Le désir d’uniformisation de l’espace ecclésial va de pair avec la destruction des marques des laïcs. L’espace ainsi embelli doit aussi être propre et sain. Or les mesures prises dans les années 1680 pour limiter les inhumations sous le pavé n’ont pas enrayé leur progression, celles-ci représentent encore 10 % de la population au milieu du XVIIIe siècle, alors que la population parisienne est passée de 500 000 à 650 000 habitants. Les mauvaises odeurs comme la saleté des espaces occupés par les bancs, la dégradation du pavé225 ne sont plus supportables.

  • 226 « En 1739, l’affluence est telle et les bancs sont si encombrants qu’on les démolit. » : Brochard (...)
  • 227 « Le Roi, la Reine et toute la famille royale allant souvent dans cette église, les bancs dont ell (...)

66L’église doit enfin être un espace ouvert, où la circulation et la station assise des fidèles sont facilitées. L’argument matériel de l’encombrement de l’église est puissant à Paris226, comme à Versailles en 1753227, ou à Auteuil :

  • 228 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 166-168.

« Les marguilliers en charge [de la paroisse d’Auteuil] demandent que les bancs soient supprimés & remplacés par des chaises. [Ils] soutenoient que les bancs occupoient trop de place, de sorte que, certains jours, la moitié des fideles ne pouvoit entrer dans l’église228. »

  • 229 « C’est une enceinte renfermant plusieurs sièges, & formée d’une cloison à hauteur d’appui. » : Qu (...)
  • 230 Martin P., Le théâtre divin, op. cit., p. 127 et 259.
  • 231 Garrioch D., Neighbourhood and Community in Paris, 1740-1790 [1986], Cambridge, Cambridge Universi (...)
  • 232 Mongin O., La condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Seuil, 2005, p. 1 (...)

67La destruction des bancs et la suppression des tombes sous le pavé participent du désencellulement de l’église229, mais aussi de la ville. Les chaises sont des sièges adaptés au « tourisme liturgique » et au public varié des concerts qui se tiennent dans les églises230. L’accroissement de la mobilité des bourgeois parisiens231 est à la fois cause et conséquence de ces changements : à quoi bon rester dans une paroisse, les anciens résidents n’ont pas plus de droits que les nouveaux habitants. L’espace ecclésial a été modernisé par une inversion du rapport entre les flux et les lieux, « les flux l'emportent désormais sur les lieux232 ».

  • 233 Lettre citée par Charles-Philippe d’Albert de Luynes dans Mémoires du duc de Luynes, t. xiii, op. (...)
  • 234 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 166-168.
  • 235 AN, S 7494 A, dossier de la fabrique Saint-Merry.
  • 236 AN, MC, CXII 572, 3 décembre 1758, délibération de la fabrique Saint-Merry.

68La gestion elle-même obéit à des impératifs nouveaux. Elle était traditionnellement fondée sur le don, la valorisation des qualités sociales (héritiers, rang). Désormais la fabrique cherche à augmenter ses revenus pour financer l’embellissement et les réparations de l’église. À Versailles, l’argumentaire en faveur de la destruction des bancs se clôt par la mention que « le loyer des chaises augmenteroit le profit de la fabrique bien loin de le diminuer233 ». À Auteuil, les marguilliers achèvent leur présentation des avantages des chaises en assurant qu’elles « feront un profit plus considérable pour la paroisse », et ils offrent « de se rendre conjointement & solidairement adjudicataires du bail des chaises […] Ces offres furent acceptées par vingt autres habitans, comme trouvant les chaises plus utiles à la fabrique que les bancs234 ». Le produit de la location des chaises rapporte davantage que les loyers des bancs, même si sa part dans les revenus des fabriques est difficile à mesurer à partir des déclarations fiscales qui sont fausses. Officiellement, le budget de Saint-Merry est toujours en déficit, en 1734, en 1757 comme en 1782. Par exemple, en 1757, la fabrique déclare 29 187 livres de recettes moyennes annuelles et 35 339 livres de dépenses235. Mais lors de l’assemblée du 3 décembre 1758 qui annonce que le parlement a autorisé la fabrique à emprunter 120 000 livres pour restaurer l’église, il apparaît que le revenu moyen annuel de la fabrique pour les dix dernières années est de 33 637 livres, et celui des dépenses de 28 170 livres236

  • 237 Sur les jardins et les églises comme espaces publics, voir les propos tenus par Charles Perrault q (...)
  • 238 « A l’épreuve isolée du 1er état des Chaises [de Gabriel de Saint-Aubin, 1760] est annexée une not (...)
  • 239 Buvat J., Journal de la Régence (1715-1723), éd. Campardon É., Paris, Plon, 1865, vol. 2, p. 351. (...)
  • 240 « En 1760, le gouverneur du château, Bontemps, fit placer dans la grande allée quelques milliers d (...)
  • 241 Hesseln R. de, Dictionnaire universel de la France, Paris, 1771, t. v, p. 317-319. On loue des cha (...)
  • 242 « Le prix des chaises est ordinairement fixé à un sol dans les jardins royaux à Paris, on en paie (...)
  • 243 En août 1763, veille de Saint-Louis, le duc de Croÿ va aux Tuileries : « […] je vis, pour la premi (...)
  • 244 Hesseln R. de, Dictionnaire universel de la France, t. v, p. 317-319.
  • 245 « Art. 18 – Pourquoi ne place t-on pas des bancs dans tous les lieux où les citoyens vont prendre (...)
  • 246 Après 1760, dans le jardin des Tuileries, « les bancs furent abandonnés, il parut même ignoble de (...)
  • 247 Farge A., Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1979, p. 169 ; Willesme J. (...)
  • 248 AN, MC, CXIX 305, 21 juin 1751, bail d’emplacement sur le Pont-Neuf par Josse Legrand, ingénieur e (...)
  • 249 AN, MC, CIX 613, 17 juillet 1756, inventaire après décès de Simon Marchand : parmi les papiers, fi (...)
  • 250 Backouche I., La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, (...)

69Enfin les mutations des sièges des églises révèlent la circulation des modèles dans les espaces publics de la capitale. Le mobilier traditionnel des jardins237 et boulevards était, comme celui des églises, le banc238. Dès la Régence, des chaises s’y ajoutent lorsque la foule assiste à un événement exceptionnel239. À partir des années 1760, les chaises sont affermées240, les loueurs proposent chaque jour des sièges dans les jardins publics de la capitale, sur les Champs-Élysées et sur les boulevards241, moyennant un ou deux sols242, ce qui augmente la fréquentation des lieux243. Les jardins du Roi et de l’Arsenal, où l’on n’offre pas de chaises aux promeneurs, sont peu fréquentés244. Les gestionnaires des jardins et boulevards laissent les bancs résiduels se dégrader245 car l’élite des Parisiens s’en détourne246. La police des lieux publics ne supporte plus que les occupations temporaires, les échoppes qui encombrent les ponts, les quais et les rues étroites sont détruites247 : or les boutiques du Pont-Neuf qui sont supprimées en 1755-1756 faisaient l’objet d’une forte appropriation, elles étaient louées par des baux devant notaire248 ou sous seing privé249. Désormais, la police ne tolère que les « échoppes mobiles pour un jour » qui sont réservées aux pauvres maîtres et à leurs veuves250. La facilité de circuler devient un impératif, tout est fait pour empêcher que les acteurs s’approprient durablement l’espace commun.

Conclusion

70L’incorporation spatio-temporelle des familles de notables était forte au temps des bancs et des sépultures sous le pavé, mais elle ne concernait qu’un petit nombre de fidèles. Avec le réaménagement de l’espace ecclésial, petits et grands bourgeois se côtoient temporairement sur les chaises, pour l’éternité dans les caves, seul le faste plus ou moins grand des funérailles permet, un moment, l’expression publique du rang de leur famille. Visuellement, la mort, les morts semblent avoir déserté les lieux de culte. Le mouvement est identique en province où les cimetières, clos puis transférés à la périphérie des villes, sont devenus des lieux à part. C’est au XVIIIe siècle que l’espace ecclésial a été épuré des marques des grandeurs terrestres, des signes de la vanité des hommes. L’église, espace bigarré, chaleureux pour ceux qui étaient inclus, s’uniformise progressivement : les modalités d’attribution des bancs relèvent de plus en plus des enchères de moins en moins du don et de la transmission avant que les chaises ne les remplacent ; les plaques tombales sont remplacées par un carrelage, ou un pavé uni… Avec les chaises et les tombes collectives, toute la bourgeoisie du quartier est incorporée, mais avec une faible intensité.

  • 251 Croq L., « La vie familiale à l’épreuve de la faillite : les séparations de biens dans la bourgeoi (...)
  • 252 Farge A. et Foucault M., Le désordre des familles. Lettres de cachet à Paris au XVIIIe siècle, Par (...)
  • 253 Mably G. B. de, Principes des négociations pour servir d’introduction au droit public de l’Europe,(...)

71La disparition des bancs et des tombes sous le pavé réduit aussi la visibilité des familles. Les marguilliers ont apporté leur pierre à l’affaiblissement des droits familiaux qu’on observe dans d’autres contextes : la priorité des femmes comme créancières de leur mari en cas de séparation de biens, qui protégeait la famille, est remise en cause au profit d’une égalité entre tous les créanciers251 ; les lettres de cachet qui permettaient aux parentés de tous milieux de mettre à l’écart de la société les enfants prodigues sont contestées au grand dam du lieutenant général de police Lenoir252 ; la condamnation des parents d’un délinquant semble de plus en plus une mesure barbare, les valeurs nouvelles promeuvent l’idée d’une individualisation des peines ; les philosophes critiquent le gouvernement monarchique pour son fonctionnement familial, sa politique étrangère serait mue par la défense des intérêts privés du monarque et non par l’intérêt du public, de la nation253. Chaque lieu de la sphère publique s’émancipe de la famille qui est privatisée. Chaque acteur continue à s’intégrer dans une parenté, mais celle-ci devient un attribut secondaire, moins important que la fortune et la compétence, en tout cas dans la bourgeoisie.

  • 254 Howell M. C., « Citizenship and gender: women’s political status in northern medieval cities », da (...)
  • 255 Arendt H., Condition de l’homme moderne, op. cit.
  • 256 « La constituante entérine surtout une conception radicalement individualiste de la citoyenneté, q (...)
  • 257 Vovelle M., « La Révolution et la mort », dans Liris E. et Bizière J.-M. (dir.), La Révolution et (...)
  • 258 Serna P., Antonelle. Aristocrate révolutionnaire 1747-1817, Paris, Éditions du Félin, 1997.

72La relégation des familles dans la sphère privée va de pair avec la marginalisation des femmes. La vie politique reconnaît des acteurs individuels et dont la parenté n’est pas l’attribut le plus important, les femmes sont hors jeu254. Le tableau de David, Le serment des Horaces, représente visuellement les nouvelles valeurs politiques des Lumières. Face à un choix cornélien, les hommes font primer leur identité politique sur leur identité familiale à la défense de laquelle les femmes sont réduites, effondrées dans un recoin. La résolution de la tension entre les enjeux est clairement du côté de la primauté du public qui est réinventé sous sa forme antique, c’est-à-dire d’un espace où les acteurs font abstraction de leur parenté255. Avec la Révolution, la naissance, donc la famille, ne procure théoriquement aucun droit particulier, la vie publique ne reconnaît que des individus256. La pénalisation de la famille des condamnés qui était un des traits de la justice de l’Ancien Régime est ainsi rapidement supprimée257. Le parcours d’Antonelle révèle d’ailleurs combien cette posture d’un acteur individuel affranchi de son identité familiale est réversible : tant qu’Antonelle n’est qu’un cadet de noblesse désargenté et sans espoir d’acquérir un rang dans la société, c’est un révolutionnaire engagé ; la conjoncture politique à partir de 1799, et surtout la récupération de l’héritage de son frère aîné décédé en 1802, lui permettent de quitter la scène politique nationale pour devenir un notable à Aix-en-Provence258.

  • 259 Brelot C. I., « La réinvention du patriciat au XIXe siècle à travers nécrologies et tombes bisontin (...)
  • 260 Verjus A., Le cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

73D’une certaine façon, le XIXe siècle marque une régression par rapport aux années pré-révolutionnaires. Les autorités cèdent rapidement à la pression des élites qui demandent des tombes familiales et le droit de faire construire des caveaux monumentaux dans les cimetières259. Mais cette évolution est cohérente avec l’invention de compromis permettant de concentrer le capital familial sur des acteurs politiques260.

  • 261 Par comparaison avec les églises genevoises. Voir la contribution de Christian Grosse dans ce volu (...)
  • 262 Habermas J., L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la soci (...)
  • 263 Bien D. D., « Old regime origins of democratic liberty », dans Van Kley D. (dir.), The French Idea (...)

74La modernisation précoce de l’aménagement des églises catholiques261 témoigne de l’importance des initiatives des laïcs, elle relativise l’importance des tutelles ecclésiastiques et parlementaires. Les responsables des espaces accessibles au public ont les mêmes valeurs et adoptent les mêmes pratiques, ce qui souligne la force de l’idéologie des Lumières. Dans les années 1780, l’espace ecclésial est un espace moderne, il est devenu un espace public homogène et indifférencié, un espace public bourgeois262. Situer la naissance de l’espace public bourgeois dans les églises à la veille de la Révolution peut paraître sinon provocateur, du moins paradoxal. Mais cette apparence s’estompe si l’on admet que l’église du quartier est la maison commune. Par ailleurs, ma proposition s’inscrit dans la continuité des propositions de David Bien et David Garrioch selon lesquelles les institutions traditionnelles ont été des laboratoires d’expériences politiques263. Nous nous contentons de donner une forte dimension spatiale à cette préhistoire de la construction de la bourgeoisie.

  • 264 Voir Catholicisme et territoire, numéro spécial des Archives des sciences sociales et religions, 1 (...)

75Notre étude permet enfin d’affiner l’opposition traditionnelle qui sous-tend les études de sociologie religieuse. Celle-ci oppose deux systèmes : sous l’Ancien Régime et au XIXe siècle, les identités religieuses sont construites et inscrites dans le cadre paroissial, elles ont un caractère statique ; de nos jours, les identités religieuses sont déterritorialisées, ce qui va de pair avec l’affirmation des choix personnels des individus. En fait, le passage d’un système à un autre est amorcé dès le XVIIIe siècle. Ce sont les nobles qui ont ouvert la marche en individualisant leur pratique qui est devenue indépendante du maillage paroissial. L’ancrage territorial des bourgeois parisiens s’est ensuite dissous à l’intérieur même du cadre paroissial. Il y a eu en quelque sorte déterritorialisation à l’intérieur de la paroisse, avant que les hommes et les femmes ne s’affranchissent de ce cadre spatial264.

Notes

1 Archives nationales [ci-après AN], Minutier central des notaires [ci-après MC], CVII 309, 6 août 1710, testament de Marie Collet, maîtresse et marchande lingère, veuve de Claude Grata, bourgeois de Paris. Elle faisait aussi un legs de 1 000 livres à la charité des pauvres de la paroisse pour la fondation d’une marmite, et un autre de 100 livres aux pauvres de Saint-Paul.

2 Elle demande le second parement et la seconde sonnerie, une tenture à la porte de l’église et une à la porte de sa maison, « le poelle de la communauté sur son corps » sur lequel elle désire qu’il soit dit une grande messe, 33 messes basses… ; elle donne 500 livres aux pauvres malades de la charité de la paroisse et 100 livres aux pauvres maîtresses de sa communauté : AN, Y 15045A, 2 juillet 1732, compte d’exécution testamentaire de la succession (vacante) de Marie Collet, maîtresse et marchande lingère, veuve de Claude Grata, bourgeois de Paris, contenant son second testament daté du 19 octobre 1724.

3 Chaunu P., La mort à Paris 16e, 17e, 18e siècles, Paris, Fayard, 1978, p. 326.

4 Pour une échelle de comparaison, voir Croq L., « Le dernier hommage : la comptabilité des dépenses funéraires et du deuil dans la société parisienne aux XVIIe et XVIIIe siècles », « Le prix de la mort », Croq L. (dir.), numéro spécial de la revue Histoire et mesure, XXVII-1, 2012, p. 161-214.

5 Quelques exemples : AN, MC, CXII 668, 29 mai 1730, testament de Claude Sauvage, marchand mercier, quartinier, échevin ; XXIX 416, 26 janvier 1734, testament de Geneviève Gautheron veuve Charles Gaspard Balmont, marchand orfèvre ; Y 14926, 3 avril 1716, compte reproduisant le testament de Noël Santo, veuve Pierre Le Batard, charpentier ordinaire des bâtiments du roi, et épouse Pierre Desaint, bourgeois de Paris, rédigé le 1er mars 1703 (elle veut être inhumée dans l’église Saint-Roch, « près son banc et à l’endroit où est enterré le corps dudit sieur Le Batard son premier mari »).

6 Chaunu P., La mort à Paris, op. cit., p. 326.

7 Croix A., Cultures et religions en Bretagne aux 16e et 17e siècles, Rennes, Éditions Apogée et PUR, 1995, p. 87 ; Harding V., The Dead and the Living in Paris and London, 1500-1670, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 131.

8 Dans les paroisses du diocèse d’Aumale en 1782, « les curés ont observé […] la prévention populaire pour être enterré auprès de ses père et mère […] » : Chaline O., Godart de Belbeuf : le parlement, le roi et les normands, Luneray, Éditions Bertout, coll. « La Mémoire normande », 1996, p. 338 ; Ariès P., L’homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, p. 79-80.

9 Barilly-Leguy M., « Livres de mes Anciens grand pères ». Le livre de raison d’une famille mancelle du Grand Siècle (1567-1675), Rennes, PUR, 2006, p. 208.

10 Bellavitis A. et al. (dir.), Identités, appartenances, revendications identitaires (XVIe-XVIIIe siècle), Actes du colloque tenu à Nanterre les 22-24 avril 2003, Paris, Nolin, 2006.

11 Ferté J., La vie religieuse dans les campagnes parisiennes, 1622-1695, Paris, Librairie Vrin, 1962, p. 272-273.

12 Martin P., Le théâtre divin. Une histoire de la messe XVIe/XXe siècle, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 262-263.

13 « Le procès-verbal des prééminences de la paroisse de Plougasnou dressé le 28 septembre 1679 témoigne de l’omniprésence des blasons, écussons et armoiries sur les vitraux, enfeux, pierres tombales, bancs, arcades […] » : Ollivier H., « Manoir et société à Plougasnou aux XVe-XVIIe siècles », dans Cassard J.-C. (dir.), Saint-Jean-du-Doigt des origines à Tanguy Prigent, Actes du colloque organisé les 23-25 septembre 1999, Kreiz. Études sur la Bretagne et les Pays Celtiques, no 14, 2001, p. 79-80.

14 Ghermani N., « Les conflits confessionnels autour des espaces urbains dans l’Empire au XVIe siècle », dans Bély L. et Duhamelle C. (dir.), Les affrontements religieux en Europe (1500-1650), Paris, Presses de l’université Paris - Sorbonne, 2009, p. 166-169.

15 Diefendorf B., « Les divisions religieuses dans les familles parisiennes avant la Saint-Barthélemy », Histoire, économie et société, 7e année, no 1, 1988, p. 70 ; Léonard J., « Les violences religieuses à Metz (début XVIe siècle - milieu XVIIe siècle) », Annales de l’Est, dossier Les affrontements religieux (XVIe-XVIIe s.), 59/1, 2009, p. 46 ; Reulos M., « Du contact pacifique aux contacts violents entre catholiques et réformés en Basse-Normandie », dans Ducellier A., Garrisson J. et Sauzet R. (dir.), Les frontières religieuses en Europe, du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Librairie Vrin, 1992, p. 274 ; Vaux de Foletier F. de, « Galiot de Genouillac, maître de l’artillerie de France (1465-1546) (VIII) », La nouvelle revue, 75, 15 janvier 1925, p. 170.

16 Cassan M., Le temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530 - vers 1630), Paris, Publisud, 1996, p. 233-234.

17 Kriedte P., « La dynastie von der Leyen de Krefeld. Une famille de soyeux au 18e siècle entre mennonisme et monde moderne », Annales HSS, 50/4, juillet-août 1995, p. 725-752.

18 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence, t. iii, Paris, 1784, « Banc dans l’église », p. 171-174.

19 Castan N. et Castan Y., Vivre ensemble. Ordre et désordre en Languedoc (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Gallimard-Julliard, coll. « Archives », 1981, p. 139-141 (querelle entre deux familles d’avocats et notables d’Espalion en 1776).

20 À Limoges, en 1680-1682, le présidial et le bureau des Finances s’opposent dans un conflit de préséance, chacun cherche à obtenir les « douze chaires les plus proches du maître autel » dans l’église Saint-Michel-des-Lions pour pouvoir « se trouver en corps aux cérémonies publiques » : Meyzie V., Les illusions perdues de la magistrature seconde, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2006, p. 386-388. Le conflit entre le corps de ville et le présidial de Dax s’exprime dans la cathédrale : le 20 décembre 1720, le maire et les jurats ont pris des sièges dans l’aile gauche du chœur, et un banc dans la nef après le pilier où se trouve la chaire, un procès est engagé auprès du parlement de Bordeaux, il est arrêté par une transaction du 17 septembre 1721, le corps de ville conserve les sièges du haut chœur mais renonce au banc : Pontet J., « Officiers et corps de ville à Dax au XVIIIe siècle », dans Cassan M. (dir.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne : pouvoir, culture, identité, Actes du colloque tenu à Limoges les 11-12 avril 1997, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 1998, p. 107.

21 Mémoire au sujet de la location des chaises dans les églises, par M. L*** [attribué à Mme Lagneau], impr. De Valleyre, s.d. [1790], p. 1.

22 Certeau M. de, L’écriture de l’histoire [1975], Paris, Gallimard, Folio histoire, 2002, p. 199.

23 Roche D., « Inventaires après décès parisiens et culture matérielle au XVIIIe siècle », dans Vogler B. (dir.), Les actes notariés, source de l’histoire sociale XVIe-XIXe siècles, Actes du colloque réuni à Strasbourg en mars 1978, Strasbourg, 1979, p. 231-240.

24 Lyon-Caen N., La Boîte à Perrette : le jansénisme parisien au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2010 (publication de sa thèse, « Marchands de miracles » : la bourgeoisie janséniste parisienne au XVIIIe siècle, soutenue le 16 février 2008 à l’Université Paris I - Panthéon Sorbonne, sous la dir. de C. Michaud) ; Maire C., De la cause de Dieu à la cause de la Nation : le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1998 ; Michel M.-J., Jansénisme et Paris, 1640-1730, Paris, Klincksieck, 2000.

25 Garrioch D., « La sécularisation précoce de Paris au XVIIIe siècle », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 12, 2005, p. 35-75.

26 Chaunu P., Foisil M. et Noirfontaine F. de, Le basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1998 ; Abad R., « Un indice de déchristianisation ? L’évolution de la consommation de viande à Paris en carême sous l’Ancien Régime », Revue historique, 610, 1999, p. 237-275 ; Julia D., « La pesée d’un phénomène », dans Joutard P. (dir.), Histoire de la France religieuse, t. iii, Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine, Paris, Seuil, 1991, p. 183-184.

27 Constant G., « Une source trop négligée de l’histoire paroissiale : les registres de marguilliers », Revue d’histoire de l’Église de France, 24, 1938, p. 170-183 ; Goujard P., « Les fonds de fabriques paroissiales : une source d’histoire religieuse méconnue », Revue d’histoire de l’Église de France, 68, 1982, p. 99-111.

28 Bonzon A., « Sociologie religieuse et histoire sociale : la paroisse », dans Büttgen P. et Duhamelle C. (dir.), Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions de la MSH, 2010, p. 373-392.

29 Vauchez A. (dir.), La religion civique à l’époque médiévale et moderne (chrétienté et islam), Rome, École française de Rome, 1995, p. 1. La bibliographie est vaste. Voir Boucheron P., « À qui appartient la cathédrale ? La fabrique et la cité dans l’Italie médiévale », dans Boucheron P. et Chiffoleau J. (dir.), Religion et société urbaine au Moyen Age : études offertes à Jean-Louis Biget, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 95-117 ; Religion civique XVe-XVIe siècle, numéro spécial de la revue Histoire urbaine, 27/1, 2010.

30 Lottin A., Lille citadelle de la Contre-Réforme ? 1598-1667, Dunkerque, Les Éditions des Beffrois, 1984 ; Idem, Être et croire à Lille et en Flandre XVIe-XVIIIe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2000 (recueil de ses principaux articles).

31 Descimon R., « Le corps de ville et le système cérémoniel parisien au début de l’âge moderne », dans Boone M. et Prak M. (dir.), Statuts individuels, statuts corporatifs et statuts judiciaires dans les villes européennes (Moyen Âge et Temps modernes), Louvain, Garant, 1996, p. 73-128.

32 Descimon R. et Ruiz Ibáñez J.-J., Les ligueurs de l’exil : le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 27.

33 Lyon-Caen N., « Labrüe au paradis, Chapeau aux Enfers. Les notables de Saint-Germain-l’Auxerrois face à leurs curés au XVIIIe siècle », Revue d’histoire de l’Église de France, 92, janvier-juin 2006, p. 68-96 ; Idem, « Territoire paroissial et investissement notabiliaire. Marc-Étienne Quatremère et les limites de Saint-Germain-l’Auxerrois », dans Lyon-Caen N. (dir.), L’appropriation du territoire par les communautés, numéro spécial des Hypothèses. Travaux de l’École doctorale d’histoire, 2005/1, p. 79-88.

34 Les monuments funéraires sont commandés par des individus qui sont, par leur rang social, au moins des conseillers au parlement (2 exceptions), aucun n’est dans la 9e classe de capitation. Voir Mazel C., La mort et l’éclat. Monuments funéraires parisiens du Grand Siècle, Rennes, PUR, 2009, p. 219.

35 Voir par exemple celle d’Edme Le Roy, marchand de soie décédé en 1633, dans l’église Saint-Jacques de la Boucherie : Villain E., Essai d’une histoire de la paroisse Saint Jacques de la Boucherie, Paris, Prault père, 1758, p. 192-193. Sur les épitaphes, voir Béroujon A., « La présence scripturaire des morts », Chrétiens et sociétés, 14, 2007, mis en ligne le 8 juillet 2008 : [http://chretienssocietes.revues.org/index271.html].

36 Arendt H., Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Pocket Agora », 1994 (1e éd. française, 1961), chap. 2, p. 59-122. La lecture de ce livre m’a été suggérée par une communication passionnante d’Hélène Merlin au séminaire de Pierre Bonin et Fanny Cosandey (EHESS) en mai 2009.

37 Bos A., Les églises flamboyantes de Paris (XVe-XVIe siècles), Paris, Picard, 2003, p. 83.

38 Chaunu P., La mort à Paris, op. cit. ; Ariès P., L’homme devant la mort, op. cit.

39 Massoni A., La collégiale Saint-Germain l’Auxerrois de Paris (1380-1510), Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2009, p. 362-363.

40 L’architecture des temples réformés (XVIe-XVIIe siècles) en Europe et notamment en France, Actes du colloque international tenu à Montpellier les 15-17 mai 2003, réunis par Bost H. et Reymond B., Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, 152/3, juillet-septembre 2006 (en particulier Mentzer R., « Les débats sur les bancs dans les églises réformées de France », p. 393-406 et Chareyre P., « Accueillir et ordonner, tribunes et galeries dans le temple de la calade à Nîmes », p. 419-440).

41 Dubost J.-Fr., La France italienne, XVIe-XVIIe siècles, préface de D. Roche, Paris, Aubier, 1997.

42 « Pour les places et bancs des Eglises parrochiales » : Loüet G. et Brodeau J., Recueil d’aucuns notables arrests donnez en la cour de parlement de Paris, 4e éd., Paris, 1614, p. 423.

43 Chaunu P., La mort à Paris, op. cit., p. 357-358.

44 AN, MC, X 906, registre des concessions de bancs de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles, la première est datée du 11 mars 1616.

45 Surun M., Marchands de vin en gros à Paris au XVIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 238.

46 Ferté J., La vie religieuse dans les campagnes parisiennes, 1622-1695, Paris, Librairie Vrin, 1962, p. 103.

47 L’arrêt du parlement du 22 février 1622 juge l’attribution d’un banc en l’église de Saint-Michel du Tertre à Angers en faveur de François Le Marié, conseiller au présidial d’Angers. Voir Loüet G. et Brodeau J., Recueil de plusieurs notables arrests donnez en la cour de parlement de Paris, nouv. éd., Paris, 1678, vol. 1, p. 533.

48 Dans le diocèse de Beauvais, les concessions des bancs apparaissent dans les paroisses rurales entre 1631 et 1646, un peu plus tôt dans les paroisses urbaines. Voir Bonzon A., L’esprit de clocher. Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais, 1535-1650, Paris, Cerf, 1999, p. 276.

49 Lottin A., Lille citadelle de la Contre-Réforme ?, op. cit., p. 243-244.

50 Restif B., La Révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, Rennes, PUR, 2006, p. 198.

51 Rideau G., De la religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009, annexe 5, p. 359-361.

52 Croq L. et Lyon-Caen N., « Le rang et la fonction. Les marguilliers des fabriques parisiennes à l’époque moderne », dans Bonzon A. et al. (dir.), La paroisse urbaine du Moyen Age à l’époque contemporaine, Actes du colloque international tenu à Lille les 8-10 septembre 2009, à paraître.

53 « Quant au bâtiment de l’église, les marguilliers ne se contentaient pas d’y être responsable de l’entretien et, le cas échéant, des travaux de construction, ils intervenaient également dans l’aménagement intérieur de l’édifice […] L’intervention de la fabrique dans l’organisation liturgique de la paroisse devait paraître normale, puisque les mentions d’opposition ne sont conservées que dans les paroisses qui étaient également collégiales. » : Bos A., Les églises flamboyantes de Paris, p. 58.

54 Loüet G. et Brodeau J., « Pour les places et bancs des Eglises parrochiales », op. cit., p. 422-425 de l’édition de 1614 (autre édition en 1665, vol. 1, p. 398-399, et par J. Brodeau seul, en 1678, vol. 1, p. 532-533).

55 Ibid., (fabrique Saint-Jacques de la Boucherie contre Pierre le Blef et sa femme, héritiers de leur mère).

56 Ibid. D’après Loyseau (Traité des seigneuries, 1608, chap. 11, no 60 et suiv.), « les Bancs dans la Nef qui s’achetent ne sont qu’à l’Acquereur, & ses héritiers en payant une reconnoissance, ils ne sont pas des Bancs de droit comme ceux dans le Chœur, si ce n’est pour les Patrons & Seigneurs Hauts-Justiciers […] » : Guyot G. A., Observations sur le droit des patrons et des seigneurs de paroisse aux honneurs dans l’église […], op. cit., Paris, 1751, p. 262.

57 Dans un arrêt rendu en la première des enquêtes, au mois d’avril 1703, le banc donné à la mère a été conservé à son fils, « aux offres qu’il faisoit de faire à l’église les mêmes avantages que ceux qui l’avoient demandé après le décès de sa mere » : Recueil des actes, titres et mémoires concernant les affaires du clergé de France, t. iii, Des cures et des curés […], Paris et Avignon, 1768, p. 1427. Voir aussi Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, t. v, Paris et Liège, 1785, p. 80 (« Droits honorifiques »).

58 Hanley S., « Engendrer l’État. Formation familiale et construction de l’État dans la France du début de l’époque moderne », Politix, 32, 1995, p. 45-65. Les familles des élites genevoises s’approprient les sièges des temples quelques décennies plus tard (voir la contribution de Christian Grosse dans le présent volume).

59 « J’irai à la messe de onze heures dans votre chapelle et dans votre banc, puisque vous le permettez […] » : Laurette de Malboissière. Lettres d’une jeune fille du temps de Louis XV, 1761-1766, Paris, Didier et Cie, 1866, p. 355 (lettre adressée à Adélaide Méliand le 16 février 1766).

60 Un arrêt du parlement du 10 janvier 1710 confirme une sentence du Châtelet du 6 juillet 1709 au sujet de la concession d’un banc dans l’église des Saints-Innocents : Simon Fayolle, marchand bourgeois de Paris, a été élu marguillier des Saints-Innocents en 1701, a obtenu un banc en 1703, mais il ne réside plus dans la paroisse (il habite cul-de-sac des Bourdonnais paroisse Saint-Germain l’Auxerrois en 1710-1730, il doit rendre la clé de son banc) : Recueil des actes, titres et mémoires […], t. iii, p. 1427-1433.

61 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument d’après de nombreux documents inédits, Paris, Desclée de Brouwer, 1938, réed. 1950 (compte fait à partir du plan Wuillaume en annexe, 1735-1736).

62 L’existence des bancs d’œuvre est attestée dès la fin du XVe siècle : voir Bos A., Les églises flamboyantes de Paris, p. 328 (§119, 6 janvier 1493, dépense pour la serrure du banc de l’œuvre). Les réglements des paroisses Saint-Leu, Saint-Jean en Grève et Saint-Germain en Laye établis par le parlement dans les années 1730 évoquent les notables qui « sont en usage de se placer dans l’œuvre » : BNF, ms. Joly de Fleury 1587, fol. 256, arrêt imprimé du parlement concernant la fabrique de Saint-Leu-Saint-Gilles, 1734 ; F-23672(932), arrêt du parlement portant règlement pour la fabrique de Saint-Jean en Grève, 2 avril 1737 ; F-23673(50), arrêt du parlement portant règlement pour la fabrique de Saint-Germain en Laye, 11 juin 1739.

63 Les bancs des anciens marguilliers sont attestés à Saint-Leu-Saint-Gilles en 1679-1690, à Saint-Paul avant 1716. Voir Vimont M., Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris, Paris, Florange et Margraff, 1932, p. 184-185 ; AN, S 3479, 5 avril 1716, contrat entre les marguilliers de Saint-Paul et Delaplace.

64 Brochard L., Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent à Paris, Paris, Librairie ancienne Édouard Champion, 1923, p. 189 (confrérie du Saint-Sacrement).

65 Ibid., p. 66 (confrérie Saint-Laurent).

66 Hamel C., Histoire de l’église Saint-Sulpice, 2e éd., Paris, V. Lecoffre, 1909, note 1, p. 230.

67 Le tarif maximum est de 15 deniers : BNF, ms. fr. 21609, fol. 36-39, réglement des droits dus à la fabrique de l’église paroissiale de Saint-Jean en Grève, 1670 (grande affiche imprimée).

68 Lors du sermon pour le Carême de l’année 1700, « les chaises de Saint-Gervais sont louées quinze sols ; les moindres douze sols. Mais la paroisse a bien des gens de qualité et des gens riches ; au lieu que Saint-Etienne [du Mont] n’en a que peu en comparaison, et qu’il a le désavantage de la situation. Les loueuses de chaises seront donc humblement réduites à n’en prendre que quatre sols. » : Brian I., « Prêcher à Paris, de la Fronde aux Lumières », dans Être parisien, Actes du colloque organisé les 26 et 28 septembre 2002 à l’université Paris-I, réunis par Gauvard C. et Robert J.-L., Paris et Île-de-France. Mémoires, 55, 2004, p. 341.

69 Croq L. et Lyon-Caen N., « Le rang et la fonction », op. cit.

70 AN, S 3478, inventaire de l’œuvre de Saint-Paul, délibération du 16 décembre 1688.

71 AN, L 710, arrêt imprimé du Parlement du 18 janvier 1677 portant réglement des limites de la paroisse de Saint-Sulpice avec Saint-Cosme, mentionnant l’accord « fait et passé en l’hôtel dudit seigneur Talon, sis rue Saint Guillaume, l’an 1676, le 24 décembre ».

72 Chaline O., Godart de Belbeuf. Le Parlement, le roi et les normands, p. 299, op. cit., (concession de bancs à vie et sépultures gratuites).

73 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument, op. cit.

74 Peters J., « Der Platz in der Kirche : Über soziales Rangdenken im Spätfeudalismus », Jahrbuch für Volkskunde und Kulturgeschichte, 28, 1985, p. 77-106 ; Ulbrich C., « Zankapfel “Weiber-Gestühl” » [Discorde et disputes autour des places réservées aux femmes dans l’église : reflets d’un ordre social], dans Lubinski A., Rudert T. et Schattkowsky M. (dir.), Historie und Eigensinn. Festschrift für Jan Peters zum 65. Geburtstag, Weimar, Böhlau, 1997, p. 107-114 ; Signori G., « Umstrittene Stühle. Spätmittelalterliches Kirchengestühl als soziales, politisches und religiöses Kommunikationsmedium », Zeitschrift für historische Forschung, 29, 2002, p. 189-214 : je remercie Claudia Ulbrich qui a eu l’obligeance de me transmettre ces travaux ; Alldridge N., « Loyalty and identity in Chester parishes 1540-1640 », dans Wright S. J. (dir.), Parish, Church and People. Local Studies in Lay Religion 1350-1750, London, Hutchinson, 1988, p. 85-124 ; Mentzer R., « Les débats sur les bancs dans les églises réformées de France », op. cit. ; Chareyre P., « Accueillir et ordonner, tribunes et galeries dans le temple de la calade à Nîmes », op. cit.

75 Kaplan S.-L., Le meilleur pain du monde. Les boulangers de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1996, p. 294 et 297.

76 Brochard L., Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent à Paris, op. cit., p. 77, note 2.

77 Glorieux G., À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750), Seyssel, Champ Vallon, 2002, p. 256.

78 AN, MC, XCIX 509, 9 janvier 1751, quittances de remboursement des bancs à Saint-Nicolas des Champs (la dernière est datée du 13 septembre 1752).

79 En 1752, « MM. Les marguilliers en charge parlèrent ôter les bancs, et […] ils les firent abattre une nuit » : Baloche C. (Abbé), Église Saint-Merry de Paris. Histoire de la paroisse et de la collégiale 700-1910, 2 vol., Paris, Librairie H. Oudin éditeur, 1911, vol. 1, p. 541 ; Vimont M., Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris, p. 87.

80 Garrioch D., The Making of Revolutionary Paris, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 2002, p. 202.

81 En 1788, le loyer des bancs rapporte 1 594 livres 10 sols, celui des chaises 4 850 livres : Archives de Paris, 1AZ5 Archevêché, no 61, pièce 14, compte de la fabrique de Saint-Louis en L’Île, 1788.

82 D’après C. Hamel (Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris, p. 22), les bancs de Saint-Sulpice disparaissent en 1723 lors de la démolition de l’ancienne église et la construction de la nouvelle église. En fait, des bancs sont installés dans le nouveau bâtiment : AN, MC, XCI 1135, 30 janvier 1776, bail de banc à Jean-Baptiste Le Rebours, président au parlement, et son épouse Marguerite Mélanie Le Féron (pour 9 ans, moyennant 30 livres par an).

83 Le 8 juillet 1697, « il a été arrêté dans l’assemblée les choses suivantes 1° que les chaises seraient affermées 1 200 livres sous seing privé » : Archives départementales des Yvelines, 58 J 1, registres de délibérations de la fabrique de Notre-Dame de Versailles.

84 Le premier « règlement pour le loyer des chaises » de la paroisse Saint-Sulpice est donné en 1701, d’autres suivent en 1728, 1739 et 1744 : Doncourt S. de, Remarques historiques sur l’église et la paroisse de S. Sulpice, Paris, 1773, vol. 2, p. 659.

85 Vimont M., Histoire de l’église et de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris, op. cit., p. 87.

86 « […] les chaises ont trouvé place dans les espaces libres et la ferme en est répartie entre les porte-verges, sonneurs et suisses. » : Brochard L., Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent à Paris, op. cit., p. 76.

87 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 491.

88 AN, S 7494 A, déclaration de la fabrique Saint-Médard, 5 décembre 1742 : les chaises de l’église sont affermées au sr Bodette moyennant 1 800 livres à commencer le 1e octobre 1742.

89 AN, S 7494 A, déclaration de la fabrique Saint-Martin, 26 novembre-1er décembre 1756 : le premier bail a été conclu le 26 novembre 1755.

90 AN, MC, LXV 326, 18 décembre 1710, bail de « toutes les chaises qui sont dans l’église du grand couvent des Augustins » : cité par El Annabi H., Être notaire à Paris au temps de Louis XIV. Henri Boutet, ses activités et sa clientèle (1693-1714), Tunis, Faculté des sciences humaines et sociales, 1995, p. 525. J’ignore si c’est le premier bail. Sur l’économie des couvents parisiens, Perluss P., « Les institutions religieuses et la vie des quartiers à Paris au XVIIIe siècle : les baux de chaises et le casuel des églises conventuelles », Belleguic T. et Turcot L. (dir.), Les histoires de Paris (XVIe-XVIIIe siècles), actes du colloque tenu à Québec les 22-25 septembre 2010, Paris, Hermann Éditeurs, tome 1, 2013, p. 131-153..

91 Au milieu du XVIIIe siècle, le bail des chaises rapporte 4 500 livres (pour environ 140 000 livres de recettes) : Beaumont-Maillet L., Le Grand couvent des Cordeliers de Paris. Étude historique et archéologique du XIIIe siècle à nos jours, Paris, Honoré Champion, 1975, p. 127.

92 AN, MC, XXXVIII 462, 10 juin 1761, concession de chaises par les religieux du prieuré royal de Saint-Martin des Champs (3 050 livres par an).

93 AN, MC, CXV 562, 30 septembre 1746, bail de chaises par les Capucins de la rue Saint-Honoré (4 000 livres par an).

94 AN, MC, C 676, 13 novembre 1764, bail de chaises par l’hôpital de La Trinité (500 livres par an) ; LVI 82, 5 mars 1761, bail de chaises par l’hôpital général.

95 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, p. 501-503 et 507.

96 François-Giappiconi C., « Des éléments nouveaux sur Nivelle de la Chaussée », Revue d’histoire littéraire de la France, 6, nov.-déc. 2002, p. 911 (note 29).

97 Lebeuf J., Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris, nouv. éd. par Cocheris H., Paris, Durand, 1863-1864, vol. 1, p. 90.

98 AN, H5 3772.

99 AN, LL 863, délibérations de la fabrique Saint-Nicolas des Champs, fol. 229-230, 16 septembre 1734. Encore en 1758 « il est très nécessaire et urgent de faire achever et parer la plus grande partie de l’église qui est en très mauvais état et qu’il conviendrait au préalable de faire construire une cave pour les sépultures afin d’éviter la mauvaise odeur des fosses qui incommodent les paroissiens » : S 3453, revenus et charges de la fabrique Saint-Nicolas des Champs, 1758, fol. 40.

100 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance (1753-1789). Volume I (1753-1770), sous la dir. Roche D. et Bastien P., Québec, Les Presses de l’université Laval, 2008, p. 242 (4 août 1767).

101 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État. Recherches d’histoire administrative sur la sépulture et les cimetières dans le ressort du parlement de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Éditions Fernand Lanore, 1977, p. 246, note 93 (les inhumations dans les églises sont interdites sauf dans les caves profondes et vastes).

102 Ariès P., L’homme devant la mort, op. cit., p. 477.

103 Mercier L.-S., Tableau de Paris, t. x, chap. dcccxxxix, « Ensevelissements », cité dans Aries P., ibid., p. 490.

104 Jacques Fabien Hazon est inhumé le 19 avril 1788 « dans la cave de Sainte-Geneviève » de l’église Saint-Séverin : extrait du registre paroissial, annexé à AN, MC, XCIX 712, 30 avril 1788, inventaire après décès de Jacques Fabien Hazon.

105 Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 335.

106 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument, op. cit., p. 165.

107 Note 37 de H. Cocheris dans Lebeuf J., Histoire de la ville, vol. 1, op. cit., p. 35. La cathédrale Saint-Étienne de Sens connaît la même évolution. Avant 1769, « on voyait de tous côtés des tombes de diverses dimensions, les unes en marbre blanc ou noir, d’autres en pierre et d’autres en cuivre ; elles ont été enlevées et ont disparu quand des carrelages uniformes ont été posés. » : Tarbé T., Description de l’église métropolitaine de St-Etienne de Sens : recherches, Sens et Paris, 1841, p. 82.

108 Les avis de décès apparaissent dans les Affiches en 1745, et dans le Journal de Paris à partir de 1777 : Makarova A., « La fonction sociale de la rubrique nécrologique. L’annonce de décès à travers la presse des XVIIIe-XIXe siècles », Hypothèses 2006. Travaux de l’École doctorale d’histoire, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 115.

109 Lebrun F., Les hommes et la mort en Anjou aux 17e et 18e siècles. Essai de démographie et de psychologie historiques, Paris et La Haye, Mouton, 1971, p. 478-479.

110 Gros G., « Essai sur les faire-part. Continuité et variations de 1667 à 1993 », Revue de la Bibliothèque nationale, 49, 1993, p. 31-34 ; Préaud M., « On ne meurt qu’une fois. Note sur l’initiale V des billets d’enterrement aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue de la BNF, 10, 2002, p. 73-76.

111 La vente de 60 places rapportent 392 livres 4 sols : Delahaye P. L. N., Journal d’un maître d’école d’Île-de-France (1771-1792) : Silly-en-Multien, éd. par Bernet J. avec Vasseur J.-M., Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000, p. 101.

112 Bertauld J. G., « La fabrique et le clergé », in Idem, Vivre à Chatou à la fin du XVIIIe siècle. Le village retrouvé, Paris, Éditions Septima, 1989, p. 145-146. Par comparaison, en Normandie, « l’adjudication des bancs est introduite dans les années 1720, se développe dans les années 1730 et devient commune dans les années 1760 » : Goujard P., Un catholicisme bien tempéré : la vie religieuse dans les paroisses rurales de Haute-Normandie, 1680-1789, Paris, Éditions du CTHS, 1996, p. 290.

113 AN, MC, LXXVIII 742, 11 mai 1761, bail de chaises par la fabrique de Villiers-La-Garenne ; XCIII 63, 1e décembre 1761, bail de chaises par le marguillier de Clichy.

114 Parmi les recettes de la fabrique de Viroflay en 1786-1787, figure « une somme de 161 livres reçues du Sieur Gausnart, loueur de chaises pour six mois de loyer des dites chaises », une autre « de 202 livres reçues pour loyer de places dans la tribune ». La location des sièges représente 524 livres sur une recette totale de 597 livres : Gisors H. de, « Viroflay. La paroisse à la veille de la Révolution et jusqu’à la chute de la royauté (fin 1792) », Société d’histoire et d’archéologie de Viroflay, 1991, p. 38-39.

115 Depoin J., « L’église Saint-Maclou et le vandalisme légal », Mémoires de la Société historique et archéologique de l’arrondissement de Pontoise et du Vexin, 3, 1881, p. 15-24.

116 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 250.

117 Haguenot [J.-H.], Mémoires sur les dangers des inhumations dans les églises, Montpellier, 1745 (« des caves communes » sont attestées dans l’église Notre-Dame de Montpellier depuis les années 1720).

118 Loupès P., « Le casuel dans le diocèse de Bordeaux aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue d’histoire de l’Église de France, 58, 1972, p. 29 note 54.

119 Dupuy A., « L’administration municipale en Bretagne au XVIIIe siècle. Chapitre III. Finances municipales », Annales de Bretagne, 5, 1889, p. 153-189.

120 Salvadori P., « Communauté catholique et société : fabriques et parrainages dans trois paroisses de Dijon (vers 1650-1750) », Annales de Bourgogne, 71, 1999, p. 143.

121 Dupuy A., « L’administration municipale en Bretagne au XVIIIe siècle », op. cit., p. 158-164.

122 À Sainte-Croix de Nantes, en 1780, les bancs sont remplacés par des chaises, avec l’accord du Parlement, mais ce sont les deux bedeaux qui souscrivent les baux : Saupin G., « Une fabrique paroissiale nantaise au XVIIIe siècle : l’exemple de Sainte-Croix », dans Launay M. (dir.), Église et société dans l’Ouest atlantique du Moyen-Âge au XX siècle, Nantes, Presses académiques de l’Ouest, 2000, p. 145. Il en est probablement de même à Saint-Nicolas de Nantes : inventaire des Archives municipales de Nantes, GG. 609.

123 Loupès P., « Le casuel dans le diocèse de Bordeaux », op. cit., p. 28.

124 Durand De Maillane P.-T., Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, 1761, vol. 1, p. 154.

125 Ajout de l’article « Banc dans les églises » dans Durand De Maillane P.-T., ibid., 2e éd., Lyon, 1770, vol. 1, p. 272 et 770.

126 Ibid., 3e éd., Lyon, 1776, vol. 1, p. 261.

127 Bruté J., Lettre d’un curé de Paris à un de ses amis sur la suppression des bancs dans les églises paroissiales, Paris, G. Desprez, 1752, p. 10.

128 Journal de ma vie. Jacques-Louis Menetra compagnon vitrier au 18e siècle, présenté par D. Roche, Paris, Montalba, 1982, p. 38 et 226-227.

129 Sur la religion de Ménétra, voir Roche D., « Religion et personnalité », dans ibid., p. 405-424.

130 Mercier L.-S., Tableau de Paris. 1782-1788, éd. Bonnet J.-C., Paris, Mercure de France, 1994, vol. 1, chap. cclxx, « Clamart », p. 683-685.

131 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens, vol. 1, p. 179-180, 303, 336, 452-453, 662, 707-708 ; vol. 2, 2009, p. 398-399, 679.

132 Ibid., vol. 1, p. 254, 357, 719-720, 792.

133 Ibid., vol. 1, p. 543-544, 795; vol. 2, p. 469-470.

134 Mercier L.-S., Tableau de Paris, vol. 1, chap. cclviii, « Suicide », p. 656.

135 Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 295.

136 « Dans le même temps, Mme de Ségur m’invita à une grande soirée de musique, où elle avait rassemblé toutes les puissances du jour. J’eus lieu d’y remarquer une autre innovation qui ne me sembla pas plus heureuse. Je fus étonnée, en entrant, de voir tous les hommes d’un côté et toutes les femmes de l’autre ; on eût dit des ennemis en présence. Pas un homme ne venait de notre côté, à l’exception du maître de la maison, le comte de Ségur, que son ancienne coutume de galanterie engageait à venir adresser aux dames quelques mots flatteurs. » : Vigée Le Brun E., Mémoires d’une portraitiste 1755-1842, Paris, Éditions Scala, 1989, p. 181 (la scène situe en 1802 lors de son retour à Paris).

137 Bruté J., Lettre d’un curé de Paris, op. cit., p. 8.

138 « Tous les matins ma tante me conduisait à l’église pour y entendre la messe […] » : Mémoires de Mme Roland, vol. 3, Paris, Bureaux de la publication, 1869, p. 78 (elle a alors plus de 12 ans).

139 « Ma mère était très pieuse. Je l’étais aussi de cœur. Nous entendions toujours la grand-messe ; nous allions aux offices divins. Dans le Carême surtout nous n’en manquions aucun, pas même les prières du soir. » : Vigée Le Brun E., Mémoires, op. cit., p. 21.

140 On se souvient des amours de Nicodème et de Javotte qui s’étaient rencontrés à l’église des Carmes : Furetière A., Le roman bourgeois, Paris, Folio Gallimard, 1981.

141 Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 302.

142 « Autrefois on voyoit les Magistrats à la Paroisse dans leurs habits de pompe & de ceremonie, édifier tous les peuples, consoler les Pasteurs & confondre les libertins & les pecheurs par leurs exemples ; mais aujourd’huy nous pouvons dire […] que les plus vives pierres qui devroient composer tout l’édifice de l’Eglise, sont dispersées dans les places publiques, & dans les carrefours ; que les gens de la plus haute qualité qui devroient attirer les peuples par la lumiere & par l’éclat de leur exemple, sont ceux qui méprisent ses Fêtes & ses solemnitez ; & quoy qu’il ayent des bancs & des Chapelles, qui les distinguent du bas peuple & qui les exemptent des incommoditez de la foule, on ne les void jamais à la Paroisse ; ou s’ils y viennent au temps de Pâques pour satisfaire au precepte de l’Eglise, c’est en cachette, & le Samedy Saint, pour éviter le grand concours qui se fait à la Fête, au lieu de l’honorer par leur presence, & d’en être honorez. » : Lamont J. de [ancien abbé de Nôtre-Dame de la Chastre], Sermons de la hierarchie de l’Eglise : prononcez dans l’Eglise paroissiale de Saint Paul à Paris, en 1677, Paris, 1682, p. 110.

143 « En 1766, pour donner plus d’air à MM. Les présidents de Fourcy et Langlois de la Fortelle, dont les bancs se trouvaient de chaque côté, tout contre l’entrée au chœur » les marguilliers décidèrent la construction d’une enceinte de fer (dans la délibération, figure aussi un morceau de phrase qui est biffé : « pour les séparer du grand nombre des paroissiens ») : Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument, op. cit., p. 169.

144 En 1753, le duc de Luynes, qui a perdu son banc à l’église Notre-Dame de Versailles, n’exprime aucun regret, il est juste satisfait que l’opération de destruction des bancs n’ait pas endommagé le coffre où il renfermait ses affaires : lettre citée par D’Albert De Luynes C.-P., Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV : 1735-1758. Tome treizième (1753-1754), éd. Dussieux L. et Soulié E., Paris, Firmin Didot, 1863, p. 11-12 (13 juillet 1753).

145 Le 27 mars 1785, à la Madeleine de la Ville l’Évêque, avec Mme de Balleroy et Mme de la Vaupalière, « un carrosse brillant nous a conduit à la paroisse ; on nous a fait place dans l’œuvre à côté du marguillier d’honneur, le maréchal de Duras […] » : Bombelles (Marquis de), Journal, Tome 2 (1784-1789), éd. Grassion J. et Durif F., Genève, Librairie Droz, 1982, p. 40.

146 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens, vol. 2, p. 582-583 (7 juin 1772, « Insulte prétendue faite au Sieur abbé Bouchaud conseiller clerc du nouveau Parlement dans le banc de l’œuvre de Saint-Séverin »). La suite de l’affaire est développée p. 585 (15 juin), p. 588 (19 juin), p. 593 (30 juin), p. 596 (2 juillet), p. 619 (2 août). Le 26 juin 1780, « ayant trouvé place dans le banc du grand œuvre », Hardy assiste à la bénédiction des six cloches de Saint-Séverin par l’archevêque de Paris : ibid., (à paraître).

147 BNF, ms. Joly de Fleury 1587, fol. 82 à 88.

148 AN, S 7 494 B, dossier Saint-Leu-Saint-Gilles.

149 BNF, F-23672(557), arrêt du parlement portant règlement pour l’œuvre et fabrique de la paroisse de Saint-Pierre des Arcis, 31 décembre 1727 ; F-23672(562), arrêt du parlement portant règlement pour l’œuvre et fabrique de la paroisse de Saint-Jacques de la Boucherie, 17 mars 1728. Voir aussi les réglements précités de Saint-Leu-Saint-Gilles, Saint-Jean en Grève et Saint-Germain en Laye.

150 AN, MC, CXII 570, 30 décembre 1757, bail des chaises par la fabrique Saint-Merry.

151 Le troisième inconvénient de la suppression des bancs est de « forcer les pauvres à ne plus occuper dans les églises que les endroits d’où ils ne peuvent entendre la Parole de Dieu et soutenir leur attention et leur piété par la vue des cérémonies » : Bruté J., Lettre d’un curé de Paris, op. cit., p. 8.

152 « Disons-le, rien dans nos églises de plus nécessaire après le toit, qu’une continuité de sieges bien solides & bien disposés, pour que tout le monde soit à l’aise & gratis tant assis qu’à genoux. » : Robinet J. B., Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique, vol. 16, Londres, 1780, p. 128 (« Dimanche »). « Les règlements sur le loyer des chaises veulent qu’on n’exige aucune rétribution du public pour les messes, prônes et instructions des dimanches & fetes ; mais la rétribution est exigée de fait, & passée en usage, excepté pourtant aux instructions où l’on a conservé le droit de ne rien payer, ce qui devroit être de même pour le reste ; car il n’y a rien de si déplacé & de si indécent que de faire payer la facilité d’assister commodément au service divin : l’impudence des loueurs de chaises est même venue à cet excès, dans les grandes églises, que les jours de cérémonie ou de prédicateurs courus, le peuple qui ne paie pas est presque expulsé par eux, de l’église, ou du moins des endroits où il peut voir & entendre. Cette habitude scandaleuse devroit être réprimée. » : Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, t. ix, Paris et Liège, 1789, p. 498 (« Chaise »).

153 « Les temples sont […] déserts, excepté dans les grandes solennités, où les cérémonies le rappellent. Quoi, de l’argent encore pour entendre l’office divin ! » : Mercier L.-S., Tableau de Paris, vol. 1, op. cit., chap. cccxxxi, « Des dimanches et fêtes », p. 882.

154 Plan de l’abolition de la taxe des chaises dans toutes les paroisses, par un Membre du district de la rue de la Couroierie, nommé Simon, Restaurateur de la chaussure humaine, précédé de ses vives expressions contre les Nobles ses ennemis, 1789 : Chassin C.-L., Les élections et les cahiers de Paris en 1789, Paris, 1889, vol. 2, p. 498-499 (Observations d’un habitant des Filles Saint-Thomas). Les Doléances de l’exorciste du diocèse de Paris (signées de l’abbé Cordier de St-Firmin) demandent pourquoi les temples soient si déserts, et prédisent que le moyen d’y ramener les fidèles est de « supprimer la location des chaises dans les églises où tout doit être gratuit, d’où jamais le pauvre ne doit être écarté » : Delarc O. J.-M., L’Église de Paris pendant la Révolution française, 1789-1801, Paris, Desclée de Brouwer et cie, 1895, vol. 1, note 1, p. 107. Dans le district de Saint-Étienne du Mont devenu la section de Sainte-Geneviève, « la taxe sur les chaises à l’église était considérée non seulement comme arbitraire et vexatoire, mais également comme un “obstacle à l’exercice de la religion et un objet de scandale pour tous les fidèles” » : Burstin H., Une Révolution à l’œuvre : le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 193.

155 « M. L*** », Mémoire au sujet de la location des chaises.

156 Burstin H., Une Révolution à l’œuvre, op. cit., p. 193.

157 BNF, Lb 40/1248, Prix des chaises fixé provisoirement par le corps municipal (de Paris), du mercredi 30 mars 1791. Messe & petit prône : 6 deniers/Messe & prône : 1 sol/Vêpres, Sermon & Salut : 1 sol/Messe basse : 6 deniers/Sermon extraordinaire 6 deniers/Passion du Vendredi Saint 6 deniers/Prière, Confession, Catéchisme gratis.

158 Je reprends les catégories utilisées par Jacques-Olivier Boudon, qui mobilise partiellement la typologie de Fernand Boulard et distingue quatre catégories de fidèles : les catholiques fervents ou dévots, les pratiquants réguliers, les pratiquants occasionnels c’est-à-dire qui ont cessé de communier mais se rendent occasionnellement à la messe le dimanche et « se conforment aux grands gestes rituels que sont le baptême, le mariage et l’enterrement religieux », enfin les « habitants qui s’en tiennent à ces seuls rites de passage » : Boudon J.-O., « Être chrétien dans une ville déchristianisée : Paris au XIXe siècle », dans Boudon J.-O. et Thelamon F. (dir.), Les chrétiens dans la ville, Mont-Saint-Aignan, Presses des universités de Rouen et du Havre, 2006, p. 183 ; Boulard F., « La “déchristianisation” de Paris. L’évolution historique du non-conformisme », Archives de sociologie des religions, 31, 1971, p. 69-98. Voir aussi Gourdon V., « Le baptême catholique à Paris dans les premières décennies du XIXe siècle. Entre prescriptions religieuses et objectifs familiaux », dans Castagnetti P. (dir.), Images et pratiques de la ville (vers 1500 - vers 1840), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2003, p. 59-98.

159 « Les temples sont […] déserts, excepté dans les grandes solennités […] » : Mercier L.-S., Tableau de Paris, vol. 1, op. cit., p. 882.

160 « “Point de testament sans une fondation de messes […] et les prêtres auraient refusé la sépulture.” Au vrai se mêle le faux, le légendaire noir. Pas de testament sans messe, pratiquement oui, mais sans fondation, non. Les fondations à Paris, au XVIIe siècle [sic], nous l’avons prouvé, sont tout à fait exceptionnelles. Quant au refus de sépulture pour ce seul motif, c’est pure affabulation. Mercier est aussi témoin du bobard qui court. » : Chaunu P., « Les acteurs sans visage », dans Chaunu P. et al., Le basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, op. cit., p. 479.

161 Ainsi, en 1757, le curé de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle soutient sa demande en arguant du « peu de religion [de ses paroissiens] motif [qui] est commun à chacune de toutes les cures de Paris » : AN, S 7495A, dossier Notre-Dame de Bonne Nouvelle, déclaration du curé en décembre 1757.

162 Les marguilliers de Saint-Jacques de la Boucherie regrettent le « défaut de fréquentation des églises » : AN, S 7493A, dossier Saint-Jacques de la Boucherie. Ceux des Saints-Innocents dénoncent « la désertion générale des églises », mais à la veille de la destruction de leur église et alors que leur cimetière, où les inhumations sont interdites depuis le mois de novembre 1780, « n’offre plus qu’une vaste et lugubre solitude » : AN, S 7495A, dossier Saints-Innocents, déclaration du 23 juillet 1785 ; Foisil M., « Les attitudes devant la mort au XVIIIe siècle : sépultures et suppressions de sépultures dans le cimetière parisien des Saints-Innocents », Revue historique, 510, avril-juin 1974, p. 328 ; Leproux G. M., « L’église des Saints-Innocents », dans Fleury M. et Leproux G. M. (dir.), Les Saints-Innocents, Paris, Action artistique de la ville de Paris, 1990, p. 82-83.

163 En 1775, le bail de Schmidler, loueur à Saint-Laurent, passe de 5 000 livres à 4 000 livres « à la charge de payer le prédicateur des dominicales » : Brochard L., Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent à Paris, op. cit., p. 77, note 2.

164 Seule, Saint-Sulpice ne connaît pas cette évolution, le montant des baux connaît une croissance continue jusqu’en 1787 : Hamel C., Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent à Paris, note 1, p. 230-231.

165 Martin P., Le théâtre divin, op. cit., p. 23.

166 Bisaro X., Une nation de fidèles. L’Église et la liturgie parisienne au XVIIIe siècle, Turnhout, Brepols, coll. « Épitome musical », 2006.

167 Lemaître N., « Y a t-il une spécificité de la religion des montagnes ? », dans La montagne à l’époque moderne, Actes du colloque organisé par l’Association des Historiens Modernistes des Universités de 1998, Paris, Presses de l’université de Paris - Sorbonne, 1999, p. 135-154 ; Puigvert i Solà J.-M., « L’histoire sociale de la paroisse de montagne en Catalogne (XVIIe-XIXe siècle) », dans Brunet S. et Lemaître N. (dir.), Clergés, communautés et familles des montagnes d’Europe, Actes du colloque Religion et montagnes tenu à Tarbes du 30 mai au 2 juin 2002, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 205-206.

168 « L’expulsion des morts fut donc longue à imposer, les résistances plus tenaces que bruyantes et la mise en œuvre ponctuelle et empirique, limitée par des siècles d’habitudes. Elle allait de pair avec la réorganisation de l’espace intérieur des églises, sous l’effet des ordonnances épiscopales puis des arrêts du Parlement et de la législation royale […]. » : Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 316 ; Martin P., « L’appropriation des formes de dévotion. Le cas des études françaises », dans Büttgen P. et Duhamelle C. (dir.), Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Éditions de la MSH, 2010, p. 151-175.

169 Hayden J. M. et Greenshields M. R., « Les Réformations catholiques en France : le témoignage des statuts synodaux », Revue d’histoire moderne et contemporaine, dossier Religion et société dans la France moderne, 48/1, janvier-mars 2001, p. 27.

170 « Voulons pareillement que les Archevêques & Évêques, leurs grands Vicaires & leurs Archidiacres faisant leurs visites, puissent faire réduire les bancs & sépultures dans les Eglises en maniere décente & convenable pour la célébration du Service divin & commodité des processions, les Curés & Marguilliers appellés & ouis, sans préjudice toutefois du droit des Archevêques, Evêques & autres Ecclésiastiques qui sont en droit ou possession suffisante d’en connoître & disposer, même hors le tems des visites […] » : article III de la déclaration de mars 1666, cité par Gohard P., Traité des bénéfices ecclésiastiques, Paris, 1774, vol. 6, p. 260.

171 Recueil des actes, titres et mémoires […], p. 1437-1450 (l’évêque a ordonné l’enlèvement d’un banc « qui occupoit l’entrée du chœur »).

172 Article XVI de l’édit de mai 1695, cité par Gohard P., Traité des bénéfices ecclésiastiques, vol. 6, op. cit., p. 168-269.

173 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 180-181 et 164-165.

174 Timbal P.-C., « Les visites canoniques dans le diocèse de Paris », dans Huitième centenaire de Notre-Dame de Paris (Congrès des 30 mai-3 juin 1761). Recueil de travaux de la cathédrale et de l’église de Paris, Paris, Vrin, 1967, p. 108-109.

175 AN, L 654, reproduit dans Brochard L., Saint-Gervais. Histoire de la paroisse d’après de nombreux documents inédits, Paris, Firmin-Didot, 1950, p. 369-371.

176 Dainville-Barbiche, S. de, « Le clergé paroissial de Paris à la fin de l’Ancien Régime (1789-1791) », Bibliothèque de l’École des chartes, Actualité de l’histoire à l’École des Chartes. Études réunies à l’occasion du cent cinquantième anniversaire de la Bibliothèque de l’École des chartes, 1839-1989, 147, 1989, p. 539.

177 AN, S 7493A, déclaration de la fabrique Saint-Jacques de la Boucherie, 20 octobre 1785.

178 À Rouen, « l’autorité épiscopale est [seulement] une alliée potentielle » de Godart de Belbeuf. Ce dernier cherche à la contenir « dans ce qu’il estimait les bornes de son exacte juridiction » : Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 332.

179 « La connoissance d’une contestation muë touchant la possession d’un banc d’Église, appartient au Juge Royal, non au Juge Ecclesiastique » : Brillon P.-J., Dictionnaire des arrêts, ou jurisprudence universelle, Paris, 1727, vol. 1, p. 481 (« Banc »). « En cas d’opposition, c’est au Juge ordinaire d’en connoître » : Du Rousseaud De La Combe G., Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, Paris, 1748, p. 287 (« Des bancs dans la nef »).

180 Arrêt du parlement de Paris du 23 juillet 1707, en faveur du curé de Saint-Jacques de la Boucherie, contre les sieurs marguilliers de ladite paroisse, « qui ordonne l’exécution de l’Ordonnance de M. le Cardinal de Noailles, Archevêque de Paris, rendue pour ladite Paroisse pendant le cours de ses Visites, le 3 ? novembre 1698 » (et dénonçant en particulier les concessions de bancs sans publication) : Jousse D., Commentaire sur l’édit du mois d’avril 1695. Concernant la jurisdiction ecclésiastique, Paris, 1764, vol. 2, p. 284-292. La sentence du Châtelet du 9 janvier 1706 n’a pas ordonné l’exécution de l’ordonnance de visite de l’archevêque (le principal objet de conflit porte sur la présidence du bureau de la fabrique par le curé).

181 Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, t. v, p. 80 (« Droits honorifiques »).

182 BNF, n.a. 69, fol. 1, 17 mars 1728, arrêt du Parlement.

183 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 61.

184 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens, vol. 2, op. cit., p. 611, 618 (« L’archevêque de Paris retourne à Conflants au-lieu d’aller à St-Landry faire sa visite pastorale ») et 623.

185 Lyon-Caen N., « Labrüe au paradis […] », op. cit., p. 68-96.

186 Dainville-Barbiche S. de, Devenir curé à Paris. Institutions et carrières ecclésiastiques (1695-1789), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le Nœud Gordien », 2005.

187 Durand De Maillane P. T., Dictionnaire de droit canonique […], op. cit., vol. 1, p. 153-154 (1761) et p. 271 (1770). Voir aussi Du Rousseaud De La Combe G., Recueil de jurisprudence canonique et bénéficiale, p. 287 ; Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, tome v, p. 80 (« Droits honorifiques ») ; Guyot J.-B., Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficiale, vol. 2, Paris, 1784, p. 121 (« Banc d’église »).

188 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 541.

189 Aquin De Château-Lyon d’P., « Les bancs de paroisse », dans Contes mis en vers par un petit cousin de Rabelais, Londres et Paris, 1775, p. 118-123 (l’auteur imagine que l’âme de feu M. Guéret est revenue la nuit où les bancs ont été détruits).

190 Mercure de France, mai 1752, p. 129.

191 Robinet J. B., Dictionnaire universel des sciences […], op. cit., article « Dimanche ».

192 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 167.

193 Autre exemple : Brochard L., Saint-Gervais. Histoire de la paroisse, p. 243-244 (le parlement ordonne la convocation d’une assemblée générale de la paroisse qui se réunit le 5 avril 1778).

194 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 166-168.

195 Dainville-Barbiche S. de, Devenir curé à Paris, op. cit., p. 220 et 329.

196 Ibid., p. 329.

197 Ibid., p. 189.

198 Michel M.-J., « Clergé et pastorale jansénistes à Paris (1669-1730) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 27, avril-juin 1979, p. 177-197.

199 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 61, 68-69.

200 Ibid., p. 214. Voir aussi Ariès P., L’homme devant la mort, op. cit., p. 476-479.

201 Thibaut-Payen J., Les morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 218.

202 Foisil M., « Les attitudes devant la mort au XVIIIe siècle », op. cit.

203 Glorieux G., À l’enseigne de Gersaint, op. cit., p. 256.

204 Luynes C.-P. d’A. (Duc de), Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV, t. xiii, p. 11-12 (13 juillet 1753).

205 Lyon-Caen N., La Boîte à Perrette […], op. cit.

206 Robinet J. B., Dictionnaire universel des sciences […], op. cit., article « Dimanche ».

207 M. L***, Mémoire au sujet de la location des chaises, p. 8.

208 AN, S 3376 (1), description manuscrite de l’église Saint-Jacques de la Boucherie.

209 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument, op. cit., p. 159.

210 « Banc d’église ; c’est un siege de plusieurs places pour une famille, fermé d’une cloison à hauteur d’apui. Ces sortes de Bancs doivent estre d’alignement & de pareille hauteur auant pour la simmetrie, que pour ménager la place qu’ils occupent, comme il a été fait à l’Eglise de Saint Germain l’Auxerrois à Paris. » : Aviler A.-C. d’[décédé en 1701], Explication des termes d’architecture, Paris, 1710, p. 409.

211 Michel M.-J., Jansénisme et Paris, op. cit., p. 463.

212 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 434.

213 AN, L 700.

214 Le cardinal de Noailles, dans une ordonnance homologuée au parlement en 1707, pour l’église Saint-Jacques de la Boucherie, règle que les bancs seront uniformes autant que faire se pourra : Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, t. v, op. cit., p. 80 (« Droits honorifiques »).

215 Chaline O., Godart de Belbeuf, op. cit., p. 322.

216 Boinet A., Les églises parisiennes, t. i, Moyen Âge et Renaissance, Paris, Les Éditions de Minuit, 1958, p. 290, 322, 404.

217 Lours M., « L’éclaircissement des églises parisiennes au XVIIIe siècle. Gestion et spiritualité », Mémoires Paris et Île-de-France, 52, 2001, p. 139-198.

218 Lours M., « Un problème insoluble : l’entretien des “vitres peintes” dans les églises parisiennes au XVIIIe siècle », dans Verre et fenêtre de l’Antiquité au XVIIIe siècle, Actes du 1e colloque international de l’association Verre et histoire, Paris - La Défense - Versailles, 13-15 décembre 2005, en ligne, à l’adresse [http://www.verre-histoire.org/colloques/verrefenetre/index.html].

219 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 430.

220 Brochard L., Saint-Gervais. Histoire du monument, op. cit., p. 164.

221 Lebeuf J., Histoire de la ville, vol. 1, op. cit., p. 89.

222 « Pour imiter en cette Paroisse Royale [Saint-Germain l’Auxerrois] la simplicité des Eglises de Versailles, on a ôté de dessus les Autels de différentes Chapelles Quantité de statues […] on les a placé dans les niches autour de l’Eglise et dans celles des portiques qui se trouvaient vacantes. » : ibid., vol. 1, p. 90.

223 Boinet A., Les églises parisiennes, t. i, op. cit., p. 403.

224 Sur le blanchiment des églises, voir Farcy L. de, Monographie de la cathédrale d’Angers, t. ii, Les immeubles par destination, Paris, Desclée de Brouwer et Cie, 1905, p. 41 sous Louis XVI.

225 Baloche (Abbé), Église Saint-Merry de Paris, vol. 1, op. cit., p. 501 ; Baurit M. (Abbé) et Hillairet J., Saint-Germain l’Auxerrois. Église Collégiale royale et paroissiale. L’église – La paroisse – Le quartier, Paris, Les Éditions de Minuit, 1955, p. 24.

226 « En 1739, l’affluence est telle et les bancs sont si encombrants qu’on les démolit. » : Brochard L., Histoire de la paroisse et de l’église Saint-Laurent, p. 77, note 2 ; « […] la quantité de bancs construits dans l’église deviennent incommodes pour les paroissiens, attendu que les nefs deviennent trop petites pour contenir la multitude du peuple les jours de grandes fêtes, il a été délibéré à la pluralité des voix… » : Glorieux G., À l’enseigne de Gersaint, p. 256.

227 « Le Roi, la Reine et toute la famille royale allant souvent dans cette église, les bancs dont elle étoit remplie rétrécissoient les passages et empêchoient par là la décence des cérémonies ; le secours des gardes devenoit inutile vis-à-vis de ces bancs qu’on ne pouvoit faire reculer. Plusieurs paroissiens se plaignoient de ce que cette multitude de bancs leur interdisoit l’entrée de la paroisse pour y recevoir l’instruction et y assister aux offices, et représentoient qu’en mettant des chaises au lieu de bancs il tiendroit dans l’église au moins deux tiers de plus de paroissiens qu’elle n’en contenoit auparavant [...] » : lettre citée par Charles-Philippe d’Albert de Luynes dans Mémoires du duc de Luynes, t. xiii, op. cit., p. 12.

228 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 166-168.

229 « C’est une enceinte renfermant plusieurs sièges, & formée d’une cloison à hauteur d’appui. » : Quatremère de Quincy A. C., Encyclopédie méthodique. Architecture, t. i, Paris et Liège, 1788, p. 205 (« Banc d’église »).

230 Martin P., Le théâtre divin, op. cit., p. 127 et 259.

231 Garrioch D., Neighbourhood and Community in Paris, 1740-1790 [1986], Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

232 Mongin O., La condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Seuil, 2005, p. 15-16, 125.

233 Lettre citée par Charles-Philippe d’Albert de Luynes dans Mémoires du duc de Luynes, t. xiii, op. cit., p. 12.

234 Denisart J.-B., Collection de décisions nouvelles, t. iii, op. cit., p. 166-168.

235 AN, S 7494 A, dossier de la fabrique Saint-Merry.

236 AN, MC, CXII 572, 3 décembre 1758, délibération de la fabrique Saint-Merry.

237 Sur les jardins et les églises comme espaces publics, voir les propos tenus par Charles Perrault qui s’efforce de convaincre Colbert de ne pas fermer le jardin des Tuileries aux Parisiens : « […] on y vient parler d’affaires, de mariages et de toutes choses qui se traitent plus convenablement dans un jardin que dans une église, où il faudra à l’avenir se donner rendez-vous [...] » : extrait de Perrault C., Mémoires de ma vie, éd. Picon A., Paris, Macula, 1993, p. 225 (dans les années 1670).

238 « A l’épreuve isolée du 1er état des Chaises [de Gabriel de Saint-Aubin, 1760] est annexée une note manuscrite ancienne qui explique le sujet des deux eaux-fortes […] “[Avant 1760], le jardin des Thuilleries étoit le rendez-vous de tout ce qu’il y avoit de grand et d’élégant dans la ville. On n’avoit pour s’y reposer que quelques bancs de bois épars dans les contre-allées. Ils étoient toujours très occupés et encore plus désirés. Si quelque homme y étoit assis, il étoit sûr d’être accueilli par la révérence de quelque belle dame, ce qui vouloit dire : Cédés-moi votre place. La politesse française se refusoit rarement à cette honnêteté”. » : Dacier É., L’œuvre gravé de Gabriel de Saint-Aubin, notice historique et catalogue raisonné, Paris, Imprimerie Nationale, 1914, p. 76.

239 Buvat J., Journal de la Régence (1715-1723), éd. Campardon É., Paris, Plon, 1865, vol. 2, p. 351. Voir aussi Narbonne P., Journal des règnes de Louis XIV et Louis XV, de l’année 1701 à 1744, éd. Le Roi J.-A., Paris et Versailles, 1866, p. 400-401 ; Journal de Paris, 10 juillet 1784, p. 802 (pour l’ascension de la montgolfière).

240 « En 1760, le gouverneur du château, Bontemps, fit placer dans la grande allée quelques milliers de chaises, dont il donna la ferme à sa maîtresse Allard. L’affluence du monde augmenta, attiré par cette commodité. Cela rendit de 13 à 14 000 livres par année. » : Dacier É., L’œuvre gravé de Gabriel de Saint-Aubin, p. 76. « La commodité de ce meuble en a fait placer dans les jardins publics & les églises ; les uns & les autres sont affermées, les premières au profit des gouverneurs des châteaux, & les secondes au profit des fabriques. » : Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, t. ix, p. 498 (« Chaise »).

241 Hesseln R. de, Dictionnaire universel de la France, Paris, 1771, t. v, p. 317-319. On loue des chaises sur les Champs-Élysées à partir de 1760 : Turcot L., Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, Le Promeneur, 2007, p. 221. Les chaises apparaissent aussi dans les salles des ventes, « pour les personnes de condition » : Guichard C., Les amateurs d’art à Paris au XVIIIe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 124.

242 « Le prix des chaises est ordinairement fixé à un sol dans les jardins royaux à Paris, on en paie deux pour celles du Palais-Royal. » : Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, t. ix, p. 498 (« Chaise »). Aux Tuileries, il y a 4 000 chaises qui sont louées 2 sols vers 1769 : Turcot L., Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, p. 322.

243 En août 1763, veille de Saint-Louis, le duc de Croÿ va aux Tuileries : « […] je vis, pour la première fois, toutes les chaises de la grande allée employées » : Turcot L., « Un chroniqueur curieux de Paris et de la promenade : Edmond Jean François Barbier et son journal (1718-1763) », French Historical Studies, 33/2, printemps 2010, p. 205.

244 Hesseln R. de, Dictionnaire universel de la France, t. v, p. 317-319.

245 « Art. 18 – Pourquoi ne place t-on pas des bancs dans tous les lieux où les citoyens vont prendre l’air ? et d’où vient, loin de conserver ceux qui y sont placés, qu’on achève de les détruire ? » ; « Art. 19. – N’est-il pas odieux de mettre à contribution, dans les paroisses, la piété des fidèles […] le désordre se propage, non seulement dans les églises des monastères, mais encore dans les jardins que le Roi ouvre à son peuple, où l’on ne laisse plus subsister de bancs » : Chassin C.-L., Les élections et les cahiers de Paris en 1789, vol. 2, op. cit., p. 498-499.

246 Après 1760, dans le jardin des Tuileries, « les bancs furent abandonnés, il parut même ignoble de s’en servir. » : Dacier É., L’œuvre gravé de Gabriel de Saint-Aubin, op. cit., p. 76.

247 Farge A., Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1979, p. 169 ; Willesme J.-P., « Pont-Neuf », dans Lambert G. (dir.), Les ponts de Paris, Paris, Action artistique de la ville de Paris, 1999, p. 210 ; Descat S., « La boutique à Paris et à Londres dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Histoire urbaine, 6, décembre 2002, note 33, p. 81.

248 AN, MC, CXIX 305, 21 juin 1751, bail d’emplacement sur le Pont-Neuf par Josse Legrand, ingénieur en instruments de mathématiques, à François Decroix, marchand fripier ; CXIX 307, 21 septembre 1751, bail d’emplacements sur le Pont-Neuf par François Bezard, marchand gainier, à un marchand fripier.

249 AN, MC, CIX 613, 17 juillet 1756, inventaire après décès de Simon Marchand : parmi les papiers, figure un « bail sous seing privé pour une place sur le pont Neuf » avec une quittance.

250 Backouche I., La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 157.

251 Croq L., « La vie familiale à l’épreuve de la faillite : les séparations de biens dans la bourgeoisie marchande parisienne aux XVIIe-XVIIIe siècles », Annales de démographie historique, 2009/2, dossier Autorité, pouvoir et conflit dans la famille à l’époque moderne (16e-18e siècle), Perier S. (dir.), p. 33-52.

252 Farge A. et Foucault M., Le désordre des familles. Lettres de cachet à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Archives », 1982 ; Milliot V., « Jean-Charles-Pierre Lenoir (1732-1807), lieutenant général de police de Paris (1774-1785) : ses “Mémoires” et une idée de la police des Lumières », Mélanges de l’École Française de Rome Italie Méditerranée, 115, 2003, p. 777-806.

253 Mably G. B. de, Principes des négociations pour servir d’introduction au droit public de l’Europe, Paris, Kimé, 2001, p. 115-116. Je remercie Marc Bélissa de m’avoir transmis ce texte. Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1e éd., 1764, article « Guerre ».

254 Howell M. C., « Citizenship and gender: women’s political status in northern medieval cities », dans Erler M. and Kowaleski M. (dir.), Women and Power in the Middle Ages, Athens, GA et Londres, University of Georgia Press, 1988, p. 37-60. Je remercie Anna Bellavitis de m’avoir fait connaître cet article.

255 Arendt H., Condition de l’homme moderne, op. cit.

256 « La constituante entérine surtout une conception radicalement individualiste de la citoyenneté, qui suppose l’abstraction du sujet politique par rapport à toutes les dénominations sociales […] sont escamotées les conditions de production des identités sociales. » ; les citoyens sont des « atomes égaux et substituables » : Kaplan S. L. et Minard P., « Le corporatisme, idées et pratiques : les enjeux d’un débat incessant », dans idem (dir.), La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2004, p. 16-17.

257 Vovelle M., « La Révolution et la mort », dans Liris E. et Bizière J.-M. (dir.), La Révolution et la mort, Actes du colloque international organisé à Toulouse, 9-10 mars 1989, Toulouse et Le Mirail, Presses universitaires du Mirail, 1991, p. 23.

258 Serna P., Antonelle. Aristocrate révolutionnaire 1747-1817, Paris, Éditions du Félin, 1997.

259 Brelot C. I., « La réinvention du patriciat au XIXe siècle à travers nécrologies et tombes bisontines » et Chaline J.-P., « Patriciens pour l’éternité : les monuments funéraires dans trois villes du nord-ouest de la France », dans Petitfrère C. et Brelot C.-I. (dir.), Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 1998, p. 497-515 et 517-528.

260 Verjus A., Le cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002.

261 Par comparaison avec les églises genevoises. Voir la contribution de Christian Grosse dans ce volume.

262 Habermas J., L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978.

263 Bien D. D., « Old regime origins of democratic liberty », dans Van Kley D. (dir.), The French Idea of Freedom: The Old Regime and the Declaration of Rights of 1789, Stanford, Stanford University Press, 1994, p. 23-71; Garrioch D., The Formation of the Parisian Bourgeoisie, 1690-1830, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1996.

264 Voir Catholicisme et territoire, numéro spécial des Archives des sciences sociales et religions, 107, juillet-septembre 1999 (en particulier Abbruzzese S., « Catholicisme et territoire : pour une entrée en matière », p. 5-19 ; Courcy R., « La Paroisse et la modernité. Lieu fondateur et arguments actualisés », p. 21-39 ; Willaime J.-P., « De l’inscription territoriale du religieux à sa prise en charge individuelle et subjective : les mutations du religieux chrétien en Occident », p. 139-145).

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris Ouest Nanterre, et membre du CHISCO. Elle travaille sur l’histoire sociale, politique et religieuse de la France et de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles (la bourgeoisie, les notables et la noblesse de robe, le corps de la mercerie, les paroisses). Dernière publication : Laurence Croq (dir.), Le prix de la mort, numéro spécial de la revue Histoire et mesure, XXVII-1, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540