Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La religion vécue

 | 
Laurence Croq
, 
David Garrioch

Seconde partie. Les processus sociaux d'incorporation religieuse des laïcs

Les confréries religieuses, espace d’autonomie laïque à Paris au XVIIIe siècle

David Garrioch

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque nationale [ci-après BN], Collection Joly de Fleury [ci-après JF] ms. 212, fol. 176-24 (...)

1Les confrères de Saint-Jacques-de-l’hôpital, situé dans la rue Saint-Denis à Paris, étaient des gens tenaces. Pendant plus d’un siècle ils ont lutté pour préserver leur confrérie et l’hôpital qui y était associé. « Leurs biens qui excitent aujourd’hui la cupidité », écrit leur avocat vers 1777, dans une véritable déclaration de droits, « ne peuvent leur être enlevés que de leur consentement ». Pourtant, à deux reprises, en 1676 et en 1722, les puissants Grands Maîtres de l’ordre de Saint-Lazare avaient fait réunir la confrérie à cet ordre. À deux reprises, elle avait fait appel et chaque fois, au bout de quelques années, avait gagné son procès. Mais la deuxième fois ses biens étaient restés, en principe provisoirement, entre les mains d’administrateurs nommés par le procureur du roi au Parlement. Ceux-ci ont fait de l’hôpital Saint-Jacques une succursale de l’Hôpital général. Dans les années 1770, donc, les confrères sont revenus à la charge, las, disent-ils, d’être « regardés comme des chiens qui ne font qu’aboyer », d’être méprisés et même menacés. En 1787 ils ont encore une fois eu gain de cause devant le Parlement, mais le Conseil du Roi a cassé ce jugement et en 1790 ils réclamaient encore leurs biens1.

  • 2 JF 212, fol. 180v.

2Nous ne les connaissons pas, ces confrères. Tout ce que nous en savons, c’est ce que nous en disent leurs adversaires, qu’ils étaient « tous artisans et de la plus basse extraction2 ». Mais ils tenaient beaucoup à leur confrérie et à ses traditions. Ils refusaient de se taire ou de se plier, malgré les forces puissantes rangées contre eux.

  • 3 Archives nationales [ci-après AN], T1489 ; AN, Y13620.

3L’exemple n’est pas isolé, même si la durée du conflit est exceptionnelle. Une lutte tout aussi ardente est arrivée au sein de l’archiconfrérie du Saint-Sépulcre, établie dans l’église des Cordeliers à Paris. Cette confrérie avait le privilège d’être autorisée à se rendre à Versailles une fois par an pour faire un compliment à la famille royale et lui présenter des cierges. Depuis longtemps les dirigeants de la confrérie sont des petits bourgeois, des commerçants, et même des artisans : en 1692 les administrateurs sont un maître maréchal, un « ancien officier du Roi », un maître serrurier et un maître boulanger ; en 1751 un marchand épicier, deux marchands tailleurs, un maître boulanger et un maître de pension. Mais vers 1774 des opposants, « voulant remettre la confrérie dans le premier lustre », et vraisemblablement encouragés par les pères Cordeliers, soucieux de la réputation de leur église, font recevoir dans la confrérie des « gentils hommes et notables bourgeois » et présentent des candidats aux élections. Les petits bourgeois, cependant, ne cèdent pas et, venant nombreux à l’assemblée, font élire un des leurs, un maître tailleur. Indignés, les notables font opposition, mais le tailleur, « qui a l’honneur d’habiller Monsieur le lieutenant civil », obtient une ordonnance qui confirme son élection. Les notables font alors appel et réussissent à la faire casser. Quelques années plus tard, les artisans contre-attaquent et reprennent contrôle de l’archiconfrérie en élisant un tailleur, un perruquier, un jardinier, et un gazier. Mais le lieutenant général de police intervient en faveur des notables et un ordre du roi suspend l’élection et continue les anciens administrateurs. Cela provoque « dans les esprits des artisans une si grande fermentation, » écrit l’un des notables, « que je crainderai [sic] qu’ils ne vinssent insulter les nobles et les notables bourgeois jusqu’au pied du thrône ». Plus rusés que cela, les « artisans » s’emparent du registre réservé aux grandes cérémonies et l’emportent à Versailles pour faire inscrire le Dauphin. Mais la lutte est trop inégale et les notables finissent par gagner définitivement vers 17823.

  • 4 Vovelle M., Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1973. Su (...)
  • 5 Descimon R., « Le corps de ville et le système cérémoniel parisien au début de l’âge moderne », dan (...)
  • 6 Kaplan S., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p. 210. Ces chiffres sont tirés de mes rec (...)

4Ces combats acharnés montrent que certaines confréries n’ont pas perdu leur capacité d’attraction et leur vitalité, même à la veille de la Révolution, dans un Paris que l’on imagine comme fortement « déchristianisé ». Les confréries sont des associations de laïcs qui se rassemblent pour des services religieux sous le patronage d’un saint, de la Vierge, ou d’un mystère sacré, tel que la Passion, le Saint-Sacrement, ou La Trinité. Certaines confréries parisiennes dataient du Moyen Âge, mais beaucoup avaient été fondées à l’époque de la Réforme catholique et du renouveau religieux du XVIIe siècle. Les historiens les associent à la « piété baroque » dont le déclin au XVIIIe siècle a été tracé par Michel Vovelle4. Et pourtant, malgré une méfiance croissante de la part des autorités religieuses et séculières, malgré la sécularisation de la ville et l’évolution des sentiments religieux à l’âge des Lumières, les confréries parisiennes ont persisté bien avant dans le siècle. Il est vrai qu’au XVIIIe siècle elles jouent un bien moindre rôle dans la vie parisienne qu’à l’époque du « catholicisme corporatif » décrit par Robert Descimon5. Mais vers 1 750 la ville à elle seule – non le diocèse – abritait quelque 520 confréries, presque certainement plus qu’en 1700. Ce n’est que dans les deux décennies avant la Révolution que leur nombre a diminué rapidement : vers 1780 il en existait peut-être une centaine. Mais beaucoup de ces disparitions étaient le résultat de suppressions par le gouvernement : plus de 200 confréries de métier ont été abolies en 1776, lors des réformes de Turgot6. Il semble donc que jusqu’à cette date les confréries offraient encore quelque chose aux Parisiens, surtout aux artisans, aux petits bourgeois, et à certains notables. Dans cet article j’insisterai sur l’une des plus importantes explications de cette persistance : le rôle des confréries en créant un espace d’autonomie laïque, à la fois religieuse et sociale. On ne peut pas, d’ailleurs, séparer ces deux aspects.

La gestion des confréries

  • 7 Froeschlé-Chopard M.-H., « La dévotion au Sacré-Coeur. Confréries et livres de piété », Revue de l’ (...)
  • 8 Bibliothèque historique de la Ville de Paris [ci-après BHVP], 92532, no 1.
  • 9 Baloche C., Église Saint-Merry de Paris. Histoire de la paroisse et de la collégiale, 700-1910, 2 v (...)

5L’espace d’autonomie que créent les confréries est d’abord physique. Chaque confrérie parisienne occupe une chapelle où les membres se réunissent régulièrement pour les services religieux7. Dans un petit nombre de cas elles en sont même propriétaires : la chapelle Saint-Blaise appartient à la confrérie des maîtres maçons, la chapelle Saint-Éloi aux marchands orfèvres8. La petite église de Saint-Yves est possédée elle aussi par une confrérie, composée d’avocats et d’officiers. D’autres petites chapelles indépendantes sont occupées par plusieurs confréries, telle la chapelle Saint-Bon qui en abrite une demi-douzaine. Elles sont donc indépendantes des paroisses, d’autant plus que les confrères choisissent les chapelains, au point d’agacer les fabriques et les prêtres des églises paroissiales qui craignent la concurrence. En 1 750 la fabrique de Saint-Merri achète la chapelle voisine de Saint-Bon, « pour empêcher les maîtres maçons, charpentiers et autres, se prétendant formés en corps de confrairie, d’acquérir la chapelle de Saint-Bon et en faire aucun établissement d’office9 ».

6Beaucoup plus courante est la location d’une chapelle dans une église paroissiale ou conventuelle. Mais dans ce cas, la confrérie fait aménager la chapelle à sa guise, y mettant des tableaux et des statues représentant son saint patron. Elle fait dire des offices devant l’autel, et très souvent elle y installe des bancs ou des chaises qui parfois garantissent aussi aux confrères, et surtout aux administrateurs, une place lors des grandes fêtes célébrées dans l’église. D’habitude les marguilliers de la paroisse – ou les religieux dans les églises des monastères – laissent une pleine liberté aux confrères à l’intérieur de la chapelle, sauf si ceux-ci empiètent sur l’espace de l’église ou si leurs aménagements risquent d’endommager les murs ou le plancher.

  • 10 Archives de Paris [ci-après ArchP], 2 AZ 116, fol. 9v, délibération du 16 août 1756.
  • 11 AN, T*952, fol. 251 (1719).
  • 12 JF 232, citations fol. 337v, 361v, 364. Voir aussi BN, F-23714, 1693.

7Les confrères estiment en effet que cet espace leur appartient. Les maîtres menuisiers vont jusqu’à faire un procès aux Carmes des Billettes qui veulent les transférer dans une autre chapelle10. En prenant possession d’une chapelle, la confrérie y met sa marque et efface en général toute trace des occupants précédents. Ainsi l’archiconfrérie de Jérusalem provoque la colère des Cordeliers en faisant faire de nouveaux vitraux et en enlevant la tombe qui se trouvait au milieu de la chapelle, la remplaçant par une pierre sur laquelle est gravée une croix de Jérusalem11. Les confrères mettent en général une grille ou une balustrade pour exclure les intrus et ils vont jusqu’à contester l’autorité des propriétaires de l’église. À Saint-Jean-en-Grève la confrérie de Saint-François de Sales refuse d’abord la demande des marguilliers d’ouvrir leur chapelle aux autres paroissiens lors des grandes fêtes ; ensuite elle veut leur faire payer les places. Lorsque les marguilliers de la paroisse se fâchent, la confrérie se défend : ses lettres patentes, prétend-elle, « portent défense à tous marguilliers (dont elles rendent cette confrérie indépendante) de s’ingérer dans ce qui la concerne ». Indignés, les marguilliers ont recours à la justice, faisant remarquer que la confrérie est « composée d’artisans », « d’honnestes gens mais qui se sont imaginés de pouvoir gérer la confrérie à leur gré12 ».

8Comme l’indique cette dispute, les membres de la confrérie réclament leur indépendance non seulement dans la gestion de la chapelle mais dans toute l’administration du corps.

  • 13 Statuts et règlemens, pour la gestion et Administration de la Confrérie royale de Notre-Dame de Gr (...)

9Car les confréries sont en effet des corps, reconnues par l’Église puisqu’elles ont presque toutes une bulle du pape et des statuts approuvés par l’archevêché. Le plus souvent elles sont reconnues également par l’État, puisqu’elles doivent en principe obtenir des lettres patentes du Roi, qui leur donnent le droit d’entamer des procès, d’emprunter de l’argent, de recevoir des dons et de signer des contrats, même si les marguilliers des paroisses leur contestent parfois ces prérogatives. Même en rédigeant leurs statuts, certaines confréries font preuve d’une assez grande indépendance. En 1722 la confrérie de Notre-Dame de Grâce, qui jusqu’alors n’a pas de statuts, demande à l’Archevêque de lui en donner. Mais ensuite, les confrères s’assemblent pour les examiner et ils demandent certains petits changements, qui sont accordés. Ils obtiennent également le transfert de la confrérie dans une autre église13.

  • 14 AN, H5 3608, Saint-Augustin à Notre-Dame ; Croq L., « Le déclin de la confrérie Notre-Dame aux prê (...)
  • 15 AN, H5 4647, fol. 200, Conception de la Sainte-Vierge, à Saint-Séverin. Voir aussi Bibliothèque de (...)

10Presque toutes les confréries parisiennes sont entièrement laïques. Elles sont régies, presque sans exception, par des administrateurs élus, parmi lesquels il est très rare de trouver des ecclésiastiques, si l’on excepte la confrérie de Saint-Augustin à Notre-Dame, destinée aux clercs. Deux ou trois associations prestigieuses recrutent des ecclésiastiques, telle la confrérie Notre-Dame aux prêtres et aux bourgeois14. Il est vrai que le clergé a tout de même une certaine influence, puisqu’il officie aux services religieux. Dans les paroisses c’est en général le curé qui nomme les prêtres qui desservent la confrérie, et il a souvent le droit d’assister aux redditions des comptes, aux élections des administrateurs, et quelquefois à toutes les assemblées. Mais cela ne lui garantit pas une influence prépondérante. Car le chapelain nommé par le curé dépend de la confrérie pour ses honoraires. S’il n’y a pas de chapelain, ce sont les ecclésiastiques paroissiaux qui desservent la chapelle, le plus souvent des prêtres habitués qui n’ont pour tous revenus que le casuel des offices. En 1734, la confrérie de la Conception de la Sainte-Vierge, à Saint-Séverin, dépense pour les offices la somme considérable de 710 livres15. Les prêtres ont intérêt à se concilier la bienveillance des confrères et surtout des administrateurs.

  • 16 JF 1801, fol. 69v.
  • 17 Aux Billettes en 1756, par exemple : ArchP, 2 AZ 116, fol. 9v. Pour d’autres exemples, Statuts, ti (...)
  • 18 AN, Z1 219, registre de la confrérie des pêcheurs.

11Les deux-tiers des confréries parisiennes qui possèdent une chapelle dans une église conventuelle subissent une surveillance cléricale en général beaucoup plus lâche. Quelquefois le couvent nomme un ecclésiastique pour « diriger » la confrérie, mais nous trouvons peu de traces de son ingérence dans ses affaires. Le chapitre de Saint-Étienne-des-Grés prétend qu’il n’a même pas d’accès au trésor de la confrérie Notre-Dame de Bonne Délivrance16. À la différence de beaucoup de confréries paroissiales, celles qui sont fondées dans les couvents et les monastères signent un contrat notarié avec les religieux pour les offices, et certaines n’hésitent pas à faire un procès quand les confrères ne sont pas contents du service rendu17. La confrérie peut toujours, à la limite, demander à l’archevêque un transfert dans une autre église. Les pêcheurs sur la Seine semblent avoir quitté Saint-Germain-l’Auxerrois pour les Grands Augustins tout simplement parce que ces derniers offraient une chapelle moins chère18.

  • 19 AN, H5 3789, Saint-François de Sales à Saint-Louis-en-l’Île ; AN, H5 3800, confrérie du Saint-Sacr (...)

12Les fonctions des administrateurs des confréries leur assurent une grande indépendance. Ils s’occupent de tout le temporel de l’association : de l’entretien de la chapelle et des ornements sacrés, des fournitures nécessaires au service religieux (la cire, du linge propre, le pain). Ils paient le loyer de la chapelle, les rétributions des ecclésiastiques qui disent les offices, et éventuellement celles des serviteurs de l’église, le sonneur et l’organiste. Si la confrérie engage un chapelain, un clerc, ou un bedeau, les administrateurs s’assurent de son assiduité et paient son salaire. Ils sont responsables de l’organisation des grandes fêtes et des services pour les confrères défunts. Ils font imprimer les affiches qui portent l’image de leur saint patron, les invitations aux grandes fêtes et aux élections, et ils jouent évidemment un rôle important dans les cérémonies. Beaucoup de confréries font des charités, soit à leurs membres tombés dans la misère, soit aux pauvres de la paroisse ou aux prisonniers, et dans ces cas les administrateurs ont souvent le choix des bénéficiaires. Ils représentent également la confrérie dans toute négociation et toute procédure légale – un procès, un legs, une fondation, des baux19.

13Les administrateurs s’occupent également des recettes. Ils enregistrent les souscriptions annuelles des confrères, en général modestes, et envoient des rappels aux défaillants. Si la confrérie possède des rentes ou des maisons ils touchent les intérêts et les loyers. Ils font la recette du produit des troncs placés dans la chapelle, et des quêtes. Ces ressources rendent les confréries financièrement indépendantes. Peu d’entre elles reçoivent une subvention paroissiale ; au contraire, beaucoup de confréries contribuent à l’entretien de l’église et suppléent aux gages du clergé.

  • 20 Bibliothèque Mazarine, A10977, no 29 : Extrait de la Bulle des Indulgences accordés par N.S.P. le (...)
  • 21 BN, ms. fr. 8093, fol. 155-157, arrêt du Parlement du 16 février 1675 ; van Deursen A. T., Profess (...)
  • 22 AN, C 75, no 745.
  • 23 JF 1590, fol. 77. Cf. Diefendorf B., « Contradictions of the century of saints: Aristocratic patro (...)

14Les administrateurs sont presque toujours des hommes, même dans le cas des confréries qui admettent les femmes. Les seules exceptions sont les confréries des métiers et un petit nombre d’associations qui sont divisées en deux, comme celle de Notre-Dame des Neiges qui a des administrateurs et des administratrices qui rendent leurs comptes séparément. La plupart des corporations de femmes – les lingères, les couturières, et les linières – ont chacune leur confrérie20. Mais les sages-femmes n’ont pas de confrérie et sont assujetties aux chirurgiens, sans doute parce que leur rôle est délicat, surtout en face de la menace du protestantisme. Si un nouveau-né risque de mourir, elles l’ondoient d’urgence, et elles jugent également du danger pour la mère, faisant appeler un prêtre au besoin. Pour cette raison, les autorités veulent à tout prix exclure les protestants de la profession et la font surveiller par les chirurgiens21. Les sages-femmes ne cessent cependant de lutter pour fonder leur propre confrérie, symbolique de la corporation et son statut indépendant. Mais curieusement, certains autres métiers féminins qui ne sont pas érigés en corps possèdent néanmoins une confrérie, par exemple les marchandes de marée et les marchandes de morue à la Halle, et il en existe peut-être d’autres qui nous restent cachées22. Le nombre d’associations féminines est très petit à côté de celles régies par les hommes, mais les femmes ont d’autres rôles dans les confréries. Elles font des quêtes et souvent elles rendent le pain bénit. Il n’est pas exclu que dans certains cas des femmes aient un rôle de patronage : en 1760 une note en marge d’un mémoire présenté par la confrérie de la Sainte Famille à Saint-André-des-Arts nous apprend que « Madame Baudry [la comtesse de Baudry de Marigny] a parlé de cette affaire à Monseigneur qui luy a promis sa protection23 ».

  • 24 Par exemple, la confrérie du Saint-Sacrement à Saint-Barthélemy : BN, ms. fr. 21609, fol. 368. Dan (...)
  • 25 AN, T1492, chapelle et hôpital de Saint-Julien-des-Menestriers ; AN, X1a 8757, fol. 393-432, statu (...)
  • 26 AN, K1032, Statuts et Réglemens de la Communauté des Maîtres et Marchands Parcheminiers de la Vill (...)
  • 27 AN, T1489, confrérie du Saint-Sépulcre de Jérusalem ; AN, Z1O 77, fol. 23v-25, 8 août 1722, confré (...)
  • 28 « Statuts de la confrérie des lingères, 1677 », dans Franklin A., Dictionnaire historique des arts(...)
  • 29 Minutier central des notaires [ci-après MC], LVI 705, confrérie de la Conception Immaculée de la S (...)
  • 30 Christin O., « A quoi sert de voter aux XVIe-XVIIIe siècles ? », Actes de la recherche en sciences (...)

15L’élection des administrateurs est une garantie fondamentale de l’autonomie confraternelle. Ce n’est que dans des circonstances exceptionnelles – en général après une faillite – que les dirigeants sont nommés par le curé et les marguilliers de la paroisse, mais cela est rare et presque toujours provisoire24. Des élections ont donc lieu à des intervalles réguliers, en général tous les ans. Elles prennent des formes diverses. Dans certaines confréries de métier, comme les maîtres de danse ou les menuisiers, l’administration est confiée aux dirigeants de la corporation25. Plus souvent, le choix des administrateurs est confié au même groupe qui élit les jurés, en général les anciens jurés et des représentants des maîtres. Dans quelques communautés, comme les parcheminiers qui n’ont qu’une trentaine de membres, mais aussi chez les pêcheurs qui en ont plus d’une centaine, tous les maîtres sont invités. Presque toutes les confréries de compagnons sont tout aussi démocratiques, quel que soit le nombre de membres. Dans les années 1760, les assemblées des compagnons cordonniers réunissent jusqu’à 360 confrères aux élections26. Dans les confréries non-professionnelles, les administrateurs sont élus, normalement pour deux ans, soit par tous les membres de l’association – c’est le cas de l’archiconfrérie de Jérusalem, située aux Cordeliers, et de la confrérie de Notre-Dame-de-Grâce aux Petits Augustins – soit, plus souvent, par les anciens administrateurs qui forment ainsi une petite oligarchie27. Quel que soit le type de confrérie, les femmes n’ont de voix que dans les associations exclusivement féminines, mais là les élections suivent les mêmes formes28. Les statuts et les registres nous disent presque toujours que le choix se fait à l’unanimité, mais nous avons la preuve, dans quelques cas précieux, que les élections sont contestées et que les choix se font à la pluralité des voix29. Mais quel que soit le processus électoral, l’essentiel, comme nous rappelle Olivier Christin, est de voter. Le fait d’élire représente une affirmation collective, encore une expression d’autonomie corporative30.

  • 31 Gaston J., Les images des confréries parisiennes avant la Révolution, Paris, André Marty, 1910, pla (...)
  • 32 Gaston J., « Les images des confréries parisiennes avant la Révolution. Supplément au répertoire pu (...)
  • 33 Gaston J., Images des confréries, op. cit., planche xxv, et sur les utilisations des images, p. 20- (...)

16Cet esprit collectif s’exprime également par les affiches que font imprimer la plupart des confréries. Elles portent toujours l’image du saint patron et le nom de l’association, souvent y ajoutant une bulle du pape qui énumère les indulgences accordées, ou bien une oraison. Elles donnent quelquefois la liste des administrateurs en fonction et des anciens, très exceptionnellement les noms de tous les membres. Dans le cas des confréries professionnelles, les images montrent les outils ou les attributs du métier : des raisins pour les marchands de vin, un tonneau et des outils pour les tonneliers31. Ces affiches sont imprimées en grand nombre – 500 000 sur 90 ans pour la prestigieuse confrérie de Notre-Dame-de-Bonne-Délivrance à Saint-Étienne-des-Grès32. Elles remplissent plusieurs fonctions. D’abord, elles rappellent aux confrères leurs devoirs religieux. Épinglées sur le mur d’une chambre, elles constituent un objet de dévotion. Mais elles représentent aussi une forme de publicité, destinée à attirer une foule nombreuse aux offices et à recruter de nouveaux membres, ce qui explique la reproduction par beaucoup de confréries des indulgences qui leur sont accordées. Le même motif semble expliquer la publication par la confrérie du Saint-Sacrement à Saint-Roch d’une liste des « personnes de distinction » et des confrères qui y participent en 178233. Mais au même moment, ces affiches sont l’expression d’une identité collective, des liens qui les unissent, et d’un sentiment de fierté qui explique la ténacité avec laquelle les confréries défendent leurs privilèges.

La défense de l’autonomie

  • 34 JF 232, fol. 328.
  • 35 AN, LL851, Saint-Merri; JF 292, fol. 58-63.

17Comme les autres corps sous l’ancien régime, les confréries sont procédurières. Elles défendent avec férocité leurs privilèges : la préséance dans les processions, le droit de faire les quêtes, l’emplacement de leur banc. Leurs prétentions provoquent de nombreux conflits. À Saint-Jean-en-Grève, la confrérie de Saint-François de Sales prend la qualité de « Compagnie de charité », provoquant la colère des marguilliers qui protestent que cette dénomination ne s’applique qu’à l’assemblée présidée par le curé34. Les confréries sont d’ailleurs souvent en concurrence avec les fabriques des églises pour les offrandes des fidèles et se trouvent quelquefois obligées de se défendre. En 1 750 les sept confréries de l’église Sainte-Marguerite font un procès commun à la paroisse pour sauvegarder leur droit de quêter. À Saint-Merri également, en 1727 la fabrique essaie d’interdire les quêtes que font les confréries de Saint-Merri et de Saint-Roch35.

  • 36 BN, Fol-FM-9394, Mémoire sur le délibéré, pour Me Antoine-Guillaume Le Grand, 1738.
  • 37 BN, fonds Thoisy 9, fol. 279-280, Mémoire pour les maistres en charge et anciens de la Confrérie d (...)
  • 38 AN, LL838, fol. 40.

18Les contestations avec le clergé sont moins nombreuses, mais elles surviennent. Au monastère carmélite des Billettes, la confrérie de Sainte-Marie-Madeleine insiste pour nommer son prédicateur : quand le prieur du monastère veut prêcher lui-même les confrères refusent et pendant plusieurs années ils se passent du sermon36. À l’occasion, les confréries défendent leurs droits même contre le curé, le personnage le plus puissant de la paroisse. Les compagnons charpentiers qui gèrent la confrérie de Saint-Joseph à Saint-Nicolas-des-Champs insistent devant l’Official – le tribunal archiépiscopal – sur leur droit de prêter gratuitement leur poêle et leur argenterie non seulement lors des convois de confrères et de sœurs, mais également aux convois de charité dans la paroisse. Le curé leur conteste ce droit, qui prive son clergé des revenus qu’ils tirent de la location des ornements37. Plus tard, en 1750, une autre confrérie modeste, celle de Sainte-Marguerite dans la paroisse du même nom, se fâche lorsque le curé décide de changer la date où sera célébrée la fête de sa sainte patronne, et elle se résout à observer le jour habituel38.

  • 39 JF 1586, fol. 262.

19Les contestations sur la préséance, soit avec les dirigeants des paroisses, soit avec d’autres confréries, sont particulièrement fréquentes. Les confrères du Saint-Sacrement, à Saint-Jean-en-Grève, en expliquent la raison. « L’homme est toujours ambitieux d’honneur, et […] il est juste d’accorder à chaqu’un suivant son état, quelques petites prérogatives […] l’œuvre du St Sacrement estoit destiné et rempli par les artisans à qui la mediocrité de leurs professions ne permettoit pas d’aspirer à entrer dans celui de la fabrique39. » La longévité des confréries s’explique en grande partie par le fait qu’elles créent un espace où des hommes modestes peuvent s’affranchir des contraintes quotidiennes de la subordination.

  • 40 BN, ms. fr. 21625, fol. 302 (1691), et fol. 305-307 pour une condamnation des « dépenses inutiles  (...)

20Certaines confréries expriment leur autonomie non seulement en défendant leurs prérogatives mais également par des pratiques qui sont parfois mal vues par les autorités. Les principales activités des confréries consistent, bien entendu, à faire dire des offices religieux et dans certains cas à faire des charités. L’Église et l’État applaudissent à ces œuvres pieuses mais leur refusent toute autre activité, et les historiens de la Réforme catholique ont décrit les efforts assidus du clergé qui veut purger le catholicisme des « abus ». Ainsi, depuis la fin du XVIIe siècle les arrêts et les ordonnances se multiplient pour interdire les repas, les buvettes, et les étrennes, pour limiter le faste des offices et des processions, et pour supprimer les manifestations peu canoniques, tel le port de la livrée de la sottise par les membres de la Confrérie de la Passion40. Les statuts approuvés à partir de cette époque incorporent ces interdictions.

  • 41 JF 1590, fol. 167 ; AN, S118, Recueil des titres de la Confrérie de Saint-Crespin et Saint-Crespin (...)
  • 42 AN, Y15364, 17 septembre 1741. Pour d’autres exemples, BN, ms. fr. 21663, jardiniers ; ms. fr. 217 (...)

21Mais beaucoup de confréries ne respectent pas les consignes. Des dénonciations nous apprennent que la confrérie des garçons facteurs des marchands a l’habitude de faire des repas, et que celle de Notre-Dame de Bonne Délivrance ne serait, d’après le chapitre de Saint-Étienne-des-Grés qui veut la chasser de son église, « [qu’] une troupe de gens de métier, qui ne font que boire et manger ». La même accusation est portée contre les maîtres cordonniers en 1754. Encore en 1776 les dix-huit « associés à la Sainte Vierge », dans la rue aux Ours, mangent ensemble le jour et l’octave de la Fête-Dieu. Ils sont gourmands : au menu le 13 juin, un rôti de veau, des salades, et des biscuits de Savoie, le tout arrosé de 8 bouteilles de vin et une quantité non-précisée de muscat41. Pour les militants de la Réforme catholique et leurs successeurs au XVIIIe siècle, ces festins représentent un abus, mais pour les confrères ils sont inséparables de la célébration religieuse. Lorsque les artisans de la confrérie Saint-Maurice vont après l’office du dimanche dans les cabarets voisins pour boire et pour consommer les restes du pain bénit, ils continuent la communion de la sainte table. Les confrères ne séparent pas le profane et le sacré42.

  • 43 Garrioch D. et Sonenscher M., « Compagnonnages, confraternities and associations of journeymen in e (...)
  • 44 Ibid., p. 32.

22Encore plus condamnable, aux yeux des autorités, est le rôle des confréries dans les contestations sur les salaires et les conditions du travail. Il s’agit dans la plupart des cas de confréries de compagnons : plus d’une cinquantaine dans quelque trente-sept métiers parisiens au XVIIIe siècle, dont certaines sont très anciennes. J’ai étudié ailleurs, avec Michael Sonenscher, des exemples où les dirigeants d’une confrérie de compagnons mobilisent les ouvriers pour combattre un nouveau tarif que les maîtres essaient d’imposer ou pour défendre des droits coutumiers, tel celui des garçons charpentiers d’emporter les copeaux restés par terre à la fin de la journée. Les administrateurs sont parfois accusés d’utiliser les fonds de la confrérie pour faire des procès contre leurs maîtres et pour payer les ouvriers en grève43. Il ne s’agit pas, comme l’ont prétendu beaucoup d’historiens du travail, de compagnonnages déguisés mais d’un autre type d’organisation, dirigée le plus souvent par des compagnons mariés et établis. Comme dans les autres confréries de métier, ces associations représentent une dimension sacrée de la sociabilité de l’atelier. Les deux sont inséparables : après la messe de la confrérie des compagnons couvreurs on allait dans un cabaret voisin pour boire un coup et pour partager le pain bénit qui restait, et là « on s’entendoit et serroit tout44 ». Dans une grande ville où il est difficile de se connaître, et surtout dans des métiers où les ouvriers sont extrêmement nombreux, les confréries permettent aux compagnons, tout en observant les fêtes du saint patron de leur métier, de se rassembler régulièrement et de parler de leurs affaires, voire d’exprimer leur mécontentement et de lancer des mouvements de contestation.

  • 45 Ibid., p. 31.

23Le rôle des confréries de compagnons dans la défense des conditions de travail et des salaires leur attire les foudres des autorités. Elles sont interdites à de nombreuses reprises, mais les ordonnances sont rarement appliquées : la confrérie des compagnons couvreurs est abolie en 1651, 1684, 1692, 1745 et 1768 mais réapparaît à chaque fois et elle obtient des bulles du pape. Les confréries de compagnons obtiennent également, sans difficulté apparente, des lettres patentes du roi45. On a l’impression que les condamnations servent surtout d’avertissement et qu’elles permettent aux agents de police d’intervenir quand ils le jugent nécessaire, mais ne menacent pas l’existence de l’association.

  • 46 AN, Y14938, 17 mars 1726 ; AN, Y14932, 13 novembre 1721 ; Sonenscher M., The Hatters of Eighteenth (...)
  • 47 AN, Y14938, 17 mars 1726 ; JF 1590, fol. 94-95.

24Certaines confréries de compagnons adoptent un autre rôle qui leur donne une forme nouvelle, devenant de véritables sociétés de secours mutuels. La première serait la confrérie des compagnons chapeliers, qui a un bref du pape de 1681, et qui se transforme en société de secours mutuels avant 1721. La société de Sainte-Anne des compagnons menuisiers est créée vers 1 750 au sein de la confrérie du même nom, qui existe depuis au moins 167246. La charité confraternelle n’est guère une nouveauté, mais dans ces cas il ne s’agit pas de charité mais d’une forme d’assurance, formellement comptabilisée. Chez les chapeliers, les nouveaux inscrits doivent avoir moins de quarante ans, afin que les vieux abonnés puissent être soutenus par les jeunes actifs. Les malades reçoivent cinq livres par semaine pendant six mois, par la suite six livres par mois. Celui qui se trouve obligé de se retirer à l’hôpital n’a droit qu’à quatre livres par mois. De la même façon, la confrérie du Saint-Esprit des garçons fripiers, en 1770, précise que tout nouveau confrère doit avoir moins de quarante ans. Les statuts indiquent également le montant des cotisations et des secours en cas de maladie, de chômage, ou de besoin, ainsi que la somme accordée pour les frais d’enterrement. Cela à côté des fonctions habituelles d’une confrérie : les messes mensuelles et lors des principales fêtes, les services pour les défunts47.

  • 48 McCloy S. T., Government Assistance in Eighteenth-Century France, Philadelphia, Porcupine Press, 19 (...)
  • 49 Bibliothèque Mazarine, 42891, pièce 3, Statuts, règlemens et bulle de Notre S. P. le Pape Alexandr (...)

25Les confréries de compagnons ne sont pas les seules à prendre cette forme. Plusieurs petits métiers, non érigés en corporations, fondent eux aussi des confréries de secours mutuels : les fossoyeurs en 1725 ; les frotteurs, qui obtiennent des brefs du pape en 1751 et 1754 ; et les Savoyards, à la fois un métier et un groupe provincial, qui possèdent dès 1756 des statuts identiques à ceux des frotteurs48. À côté de ces exemples on trouve également un certain nombre de confréries paroissiales de secours mutuels : à Saint-Nicolas-du-Chardonnet en 1769 ; à Saint-Médard vers 1783. La confrérie de Saint-Prix à Saint-Étienne-des-Grès, qui existe depuis le début du XVIIe siècle, semble se renouveler dans le même sens, puisque les statuts de 1763 s’arrêtent longuement sur les secours apportés aux confrères, alors que ceux du siècle précédent n’en disent rien49. Dans tous ces cas, les membres prennent en charge la confrérie et la façonnent pour répondre à leurs besoins : dans le cas des fripiers, les statuts sont approuvés et signés des soixante-quinze confrères présents à la réunion. L’apparition des sociétés de secours mutuels est une preuve non seulement d’un nouveau sentiment de la vieillesse mais d’un fort désir de prendre en main son propre destin.

  • 50 Hurtaut P.-T. et Magny P.-N., Dictionnaire historique de Paris, 4 vol., Paris, Moutard, 1779, vol.  (...)
  • 51 Doncourt H.-F.S. de, Remarques historiques sur l’église et la paroisse de Saint-Sulpice, Paris, Cr (...)
  • 52 La persistance de pratiques non-autorisées par l’Église est bien connue. Voir Delumeau J., Le cath (...)

26On constate la même volonté d’indépendance même dans le domaine de la pratique religieuse, par exemple dans le maintien de traditions qui sont parfois mal vues par les autorités. C’est le cas de la confrérie de Notre-Dame-de-la-Carole, qui fête tous les ans le sacrilège commis par un soldat suisse au quinzième siècle. Jusqu’en 1790 le Suisse est brûlé en effigie devant la statue de la Vierge située à l’angle de la rue aux Ours, malgré les condamnations de plus en plus outrées des personnes éclairées50. Si dans ce cas-ci le clergé est peut-être partagé – il s’agit après tout d’une manifestation de piété catholique – on peut s’interroger sur sa tolérance apparente du culte de Notre-Dame-de-l’Esclavage, condamné à Rome en 1673. Deux confréries de ce nom existent à Paris encore au XVIIIe siècle : à Saint-Sulpice jusqu’en 1729 et à l’hôpital de la Charité, où en 1773 elle est signalée sous l’invocation de Notre-Dame-des-Neiges, « dite de l’Esclavage51 ». On est tenté d’y voir le reflet d’une religiosité laïque qui persiste dans le domaine des confréries, partiellement à l’abri du contrôle ecclésiastique52.

  • 53 Lyon-Caen N., « La Boîte à Perrette. Le financement des œuvres jansénistes au XVIIIe siècle », Pari (...)
  • 54 Barbier E.-J.-F., Chronique de la Régence et du règne de Louis XV, 1718-1763, 8 vol., Paris, Charpe (...)
  • 55 Garrioch D., « Parish politics, Jansenism and the Paris middle classes in the eighteenth century »,(...)
  • 56 Elles existent aux trois couvents de la Visitation, à celui de Saint-Chaumont, chez les Filles ble (...)

27D’autres confréries – ou du moins leurs dirigeants – sont suspectes de jansénisme. La chapelle Saint-Yves, gérée par une confrérie dirigée par des avocats, est un foyer janséniste. La confrérie du Saint-Sacrement à Saint-Benoît veut faire dire un service après la mort d’un prêtre janséniste interdit et s’attire les foudres du chapitre et du lieutenant général de police. À Saint-Nicolas-des-Champs la confrérie du même nom défend son chapelain janséniste contre le curé et contre tout le clergé de la paroisse, qui veulent le chasser. Les administrateurs, soutenus il est vrai par les marguilliers, rendent plainte au procureur général du Parlement53. Si dans certains cas on peut y voir l’influence de prêtres individuels, respectés par les confrères, ces incidents arrivent dans un contexte où, comme dit le diariste Barbier, « tout Paris est janséniste, à peu de gens près54 ». Si les jansénistes, malgré une certaine méfiance envers les confréries en général, sont prêts à s’en servir pour soutenir leur parti, il n’est pas moins certain que beaucoup de Parisiens prennent la défense d’une conception de l’Église plus conciliaire et plus ouverte aux laïcs55. Il est clair, d’ailleurs, que les confréries réputées « ultramontaines » – celles du Sacré Cœur notamment – ne connaissent pas un grand succès à Paris, malgré les efforts de l’archevêque Christophe de Beaumont, de certains curés, et des religieuses de la Visitation. Sur les onze confréries du Sacré-Cœur établies à Paris, une seule, celle du couvent de Saint-Chaumont, semble avoir réussi auprès des laïcs, à en juger par sa longévité : munie d’une bulle du pape de 1706, elle existe encore en 1761. Par contre, celles fondées dans les deux églises paroissiales de Saint-Laurent et de Sainte-Marie-Madeleine-en-la-Cité ne durent que quelques années. Ces associations ne sont pas du goût des Parisiens, soit pour des raisons théologiques, soit parce qu’elles sont étroitement surveillées par les ecclésiastiques et n’autorisent pas les réunions des fidèles56.

Les conditions de l’autonomie

  • 57 AN, T*1490, fol. 65-69, 87v-88 ; AN, S118, registre de délibérations, 1720-1774.
  • 58 Garrioch D. et Sonenscher M., « Compagnonnages, confraternities and associations of journeymen in e (...)

28L’autonomie que réclament les confréries parisiennes au XVIIIe siècle est favorisée par le milieu urbain et par le caractère particulier de la capitale française. L’étendue de la ville et sa grande population, la multiplication des églises et des communautés religieuses, permettent la création d’un nombre considérable de confréries, d’une grande variété. Chaque fidèle peut choisir à quel saint se vouer, à quel type d’association s’associer. Il est vrai que les confréries de métier semblent faire exception à cet esprit de volontarisme, puisqu’elles regroupent en principe tous les membres de la profession. Mais même si tous les maîtres ou les maîtresses sont obligés de payer la cotisation annuelle, il est probable que seulement un petit nombre assiste aux offices et aux réunions. La confrérie de Sainte-Anne et de Saint-Marcel des marchands orfèvres, par exemple, ne rassemble en 1707 que soixante-neuf des 382 marchands57. Les confréries de compagnons semblent réunir dans chaque métier un noyau d’hommes bien implantés dans la ville, souvent quelques dizaines parmi des centaines ou même des milliers d’ouvriers58. Le volontarisme est caractéristique des confréries du XVIIIe siècle. Elles offrent, d’ailleurs, une gamme de pratiques religieuses et de formes de sociabilité. Celles du Saint-Sacrement sont en général les plus prestigieuses dans chaque paroisse et peuvent donc attirer non seulement les habitants qui ont une dévotion eucharistique mais également des notables qui désirent se distinguer en côtoyant le curé et en jouant un rôle important lors des plus imposantes fêtes de l’année. Les confréries de métier, évidemment, rassemblent ceux qui partagent une même activité professionnelle et servent à resserrer les liens corporatifs, ce qui facilite la formation éventuelle de sociétés de secours mutuels. Les membres d’autres sodalités, comme celles du Rosaire ou de la Bonne Mort, ou celles qui sont dédiées à tel saint, peuvent ne partager qu’une spiritualité commune ou une dévotion à ce saint patron dont ils portent peut-être le nom. Mais une confrérie qui ne satisfait pas aux désirs de ses membres va vite s’éteindre, quel que soit le soutien apporté par l’Église.

  • 59 JF 1590.

29Un deuxième aspect de la ville qui facilite l’autonomie des confréries est la diversité des institutions et les conflits de juridiction qui en résultent. Les statuts et les lettres patentes, qui donnent aux confréries une existence légale de corps, ou dans d’autres cas tout simplement la coutume, leur accordent des privilèges extrêmement divers. Certaines ont le droit de choisir leur chapelain ; d’autres signent un contrat notarié avec le directoire d’un monastère ; d’autres encore ont le privilège de faire des quêtes à certains moments de l’année. En plus de cela, toutes les confréries dépendent de deux autorités à la fois : d’une part, de l’archevêché, pour l’approbation des statuts, pour la permission de s’établir dans une église, et pour tout le spirituel ; d’autre part, du procureur du roi au Parlement, qui est responsable des affaires ecclésiastiques dans la capitale. Mais ces deux autorités n’ont pas les mêmes priorités et surtout elles ont d’autres préoccupations, qui deviennent très évidentes lors des conflits autour du jansénisme. De façon générale, elles accordent peu d’attention aux confréries, au point qu’une enquête du Parlement en 1760 se révèle incapable même d’en établir leur nombre. Elle réussit à en identifier quelque 145 sur plus de 500 qui existent à cette date59. La plupart du temps, donc, les confréries vont leur chemin tranquillement !

  • 60 Almanach spirituel.

30Ces mêmes conditions – la taille de la ville et la grande variété des institutions religieuses – permettent en outre la création d’associations spécialisées, ce qui encourage une composition relativement homogène. Chaque métier a sa confrérie, ou même plusieurs si les maîtres sont très nombreux, comme les bouchers et les boulangers. Dans beaucoup de corporations les compagnons ne s’identifient pas aux maîtres et ils créent leurs propres confréries où ils s’associent entre eux et défendent leurs intérêts spécifiques. Les Parisiens ont un choix également à l’église paroissiale : à Saint-Paul, par exemple, à côté de plusieurs confréries professionnelles on trouve d’autres qui sont ouvertes à tous : celles de la Conception de la Sainte-Vierge, de Saint-Michel, du Saint-Sacrement, de Saint-Roch, et de la Doctrine chrétienne. Il y a encore celle de la Passion, pour les jeunes. Les paroissiens qui ne trouvent aucune de ces associations à leur goût mais qui ont envie de rester dans le quartier peuvent s’affilier à la confrérie de Saint-Fiacre à l’église Saint-Louis, à celle de Saint-Claude au Petit Saint-Antoine, ou à celle de Saint-Léonce à l’Ave Maria60. Ainsi chacun peut trouver le culte qui correspond à ses croyances, et dont les confrères et sœurs partagent ses sentiments.

  • 61 Garrioch D., « La persistance des confréries milanaises au XVIIIe siècle », Revue d’histoire modern (...)
  • 62 Garrioch D., The Making of Revolutionary Paris, Berkeley, University of California Press, 2002, p. (...)

31Cette tendance à l’homogénéité est accentuée par le retrait des élites sociales dès la fin du XVIIe siècle. Si quelques confréries prestigieuses continuent à attirer les notables bourgeois, les nobles n’y participent presque plus. Le contraste est frappant avec une ville comme Milan, où l’on voit très clairement que les confréries font partie d’un système de relations qui unit le patriciat au peuple. Elles y ont souvent un patron noble qui intervient à l’occasion pour les protéger et qui en profite pour maintenir ses réseaux dans le quartier61. Cette forme de clientélisme n’existe plus à Paris, où les liens entre la noblesse et la ville, même entre les parlementaires et le reste de la population, semblent s’être affaiblis progressivement. Les notables abandonnent dès le XVIIe siècle même la très prestigieuse Grande Confrérie Notre-Dame des prêtres et des bourgeois62. De plus en plus, les confréries n’attirent que la bourgeoisie locale et le peuple.

  • 63 Olinda Celestino montre les mêmes tendances, dans un contexte très différent : « Les confréries re (...)

32Cette homogénéité sociale accrue permet, à son tour, une autonomie qui est non seulement laïque mais souvent populaire, puisque même les administrateurs des confréries sont tirés des rangs des maîtres artisans et des petits marchands, voire des ouvriers. J’ai déjà donné plusieurs exemples du mépris dirigé contre ces gens et de la résistance qu’ils opposent parfois au clergé, aux marguilliers des paroisses, et aux autres notables. L’administration des confréries donne à ces petites gens un espace de liberté relative. En même temps elle leur apprend le maintien des registres, l’administration des fonds, la pratique des assemblées et des élections – bref, elle fournit un apprentissage de la vie publique. Dans le petit nombre de confréries de femmes, les administratrices en bénéficient également. Cette expérience développe, à son tour, un esprit d’indépendance qui peut aboutir à un rejet des normes de la subordination, du moins dans le cadre restreint de la confrérie63.

L’assaut contre les confréries

  • 64 JF 292, fol. 55 ; AN, Z1O 77, fol. 2v, 22 novembre 1721 et fol. 44v, 14 avril 1723.
  • 65 Par exemple, ArchP, 3AZ 4, pièce 96, Statuts et règlements de la Confrérie de Saint-Clair, 1724 ; (...)

33Mais cette tendance est contrée par un effort accru de contrôle, quoique peu systématique. Au XVIIIe siècle, à chaque fois qu’une confrérie vient à l’attention des tribunaux, ils demandent à voir ses lettres patentes. Si elle n’en a pas, on lui demande ses titres et on accorde en général de nouveaux statuts64. Ces statuts deviennent de plus en plus uniformes, soit imposés directement par l’archevêché, soit calqués sur des modèles déjà autorisés. Ils défendent systématiquement les buvettes et les repas, et quelquefois vont jusqu’à interdire les assemblées65.

  • 66 Archives de l’Archevêché de Paris, Archive Saint-Gervais, III, Varia, dossier 4, 14 mars 1762 ; JF (...)
  • 67 Jousse D., Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses, Paris, Debure père, 1769, p. (...)
  • 68 AN, Z1O 77, fol. 23v-25, 8 août 1722, confrérie Notre-Dame-de-Grâce aux Petits-Augustins ; JF 573, (...)
  • 69 JF 1590, fol. 177 ; JF 1568, fol. 185.

34Dans les paroisses, l’autorité des curés et des marguilliers est peu à peu renforcée. Chaque fois qu’une dispute est portée devant le procureur général ou l’Official, en l’absence de preuves écrites des droits de la confrérie, on la subordonne à l’autorité hiérarchique du curé et de la fabrique. De plus en plus souvent les tribunaux accordent au curé (ou à défaut aux marguilliers) le droit de choisir les chapelains et d’assister (voire même de voter) aux élections des administrateurs et aux redditions des comptes66. À partir de ces cas individuels, les juristes construisent des règles générales : les confréries doivent rendre compte aux paroissiens de leur administration, affirme le Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses en 176967. Les confréries établies dans les églises conventuelles sont plus difficiles à contrôler, mais les autorités insistent sur la nécessité pour les confrères de remplir leurs devoirs paroissiaux avant d’assister aux services de la confrérie68. Plus tard, l’archevêque Christophe de Beaumont encouragera, pour combattre le jansénisme, la fondation de confréries du Sacré-Cœur qui sont totalement soumises au clergé et qui n’exigent des membres que des prières individuelles, sans jamais se réunir69.

  • 70 Bennet J., La mutualité française des origines à la Révolution de 1789, Paris, Coopérative d’inform (...)

35Les confréries de métier subissent des restrictions supplémentaires, liées aux problèmes financiers des corporations engendrés en grande mesure par les exactions de la monarchie. Sous la Régence, le gouvernement ordonne à chaque corporation de noter exactement la dépense de la confrérie, qui ne pourra dorénavant excéder la recette, interdisant d’utiliser les fonds ordinaires pour les services religieux. En 1749 les autorités décrètent la séparation totale des finances des confréries. Ces mesures, dans beaucoup de cas, privent les confréries d’une bonne partie de leurs revenus, et l’examen minutieux des comptes des corporations par les commissaires royaux rend impossible le financement subreptice par la communauté des festins interdits par les statuts de la confrérie. En 1719-22, par exemple, les jurés savetiers se trouvent personnellement redevables de 120 livres de « dépenses de bouche » pour la confrérie70.

  • 71 JF 1590, citation fol. 320.
  • 72 JF 458, fol. 89-91 ; AN, S118, Acte de liquidation et payement des dettes de la Confrérie, supprim (...)

36La méfiance croissante des autorités envers les confréries se manifeste en 1759, suivant la dénonciation au Parlement d’une « congrégation » du Sacré Cœur au Collège de Tours « qui rassemble, tous les dimanches et fêtes, un grand nombre d’artisans et autres, qu’il est aisé de séduire ». Le Parlement lance une enquête sur toutes les confréries du diocèse et arrête que celles qui n’ont pas de lettres patentes du roi seront abolies71. L’arrêt n’est pas très efficace mais il marque un tournant. Dorénavant, les autorités sont de plus en plus prêtes non de réformer mais de détruire les confréries. C’est la fin d’un âge d’or d’autonomie confraternelle. Quelques années plus tard, en 1776, quelque 200 confréries de métier sont comprises dans l’abolition des corporations. Leurs biens sont confisqués, les ornements vendus. Lors du rétablissement d’un nombre réduit de corporations après la chute de Turgot, la plupart de ces confréries ne ressusciteront pas. Celles des compagnons ne sont pas comprises, mais désormais les autorités leur restent résolument hostiles. Maupeou avait déjà projeté leur abolition en 1770, mais le temps lui a manqué. En 1779 le Parlement supprime la plus connue et la plus ancienne, celle des compagnons cordonniers72.

Conclusion

  • 73 Voir la contribution de Gaël Rideau dans ce volume, et du même auteur, De la religion de tous à la (...)

37Face à l’hostilité des autorités et aux condamnations de leurs « superstitions » par un public « éclairé », le nombre de confréries à Paris continue de baisser. À la veille de la Révolution il en reste peut-être une centaine, dissoutes en 1791 et 1792. Mais leur longue survie indique que malgré la sécularisation de la ville et l’influence des Lumières, qui sont incontestables, la foi chrétienne reste très forte. Car les confréries attirent des milliers de personnes. Les listes de membres sont rares, mais il n’est pas invraisemblable que chaque confrérie ait eu en moyenne entre 50 et 80 adhérents, au total 26 000 à 42 000 confrères et consœurs dans la ville, soit plus de 5 % de la population de la ville. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne pouvons pas savoir si les membres des confréries sont des individus peu touchés par les idées éclairées, ou si au contraire – comme c’est le cas à Orléans – ils restent fidèles aux pratiques religieuses tout en adoptant certains éléments des Lumières73.

38L’histoire des confréries parisiennes nous rappelle que le clergé n’est ni le seul ni toujours le principal acteur de l’histoire religieuse du XVIIIe siècle. Jusqu’à une époque récente, les historiens de la Réforme catholique ont insisté avant tout sur le rôle des évêques et ensuite, au XVIIIe siècle, d’un clergé paroissial de plus en plus formé. À Paris, on insiste souvent sur l’action de curés, et les laïcs restent trop souvent les récipients passifs d’une acculturation par le haut. S’il est vrai que les ecclésiastiques voient les confréries comme un outil permettant de ramener le peuple à la vraie foi, notamment au XVIIe et au début du XVIIIe siècle, leur histoire est plus complexe. Si elles n’échappent pas à l’action cléricale, les confréries restent longtemps entre les mains des laïcs. Les confrères choisissent le culte et le saint patron qui leur plaît, dans la limite bien entendu de ce que permet le clergé, mais beaucoup de confréries ont des racines anciennes et une existence indépendante qui les isolent partiellement de l’influence cléricale. Appuyés par des statuts souvent anciens, leurs membres défendent et cultivent des traditions religieuses et des notions ecclésiologiques qui ne sont pas toujours entièrement orthodoxes. Il ne faut pas, bien entendu, exagérer la fréquence de ces divergences, mais les confréries créent un espace négocié où les laïcs sont forts, beaucoup plus que dans la vie paroissiale. C’est pour cette raison, d’ailleurs, que le clergé s’en méfie de plus en plus.

  • 74 Descimon R., « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne (...)

39Cependant, le rôle des confréries ne se limite pas au domaine religieux. Les dirigeants sont de plus en plus souvent, au XVIIIe siècle, de petits notables, des maîtres artisans, même des compagnons. Ce sont des gens de condition assez modeste, exclus des sources ordinaires de la notabilité. Là aussi, le statut légal des confréries, les lettres patentes qui les érigent en corps indépendants, ouvre à ces hommes (et à un petit nombre de femmes) un domaine où ils ont des responsabilités et une influence sans rapport avec leur quotidienneté. Ils y trouvent une reconnaissance, des honneurs, et une autonomie inédite qu’ils défendent avec acharnement, d’autant plus que les « mécaniques » n’ont plus le statut d’égalité avec les autres groupes sociaux, à titre de « bourgeois de Paris », auquel ils pouvaient prétendre jusqu’à la seconde moitié du XVIIe siècle74. Cela crée parfois, dans les confréries dirigées par des artisans ou de petits commerçants, « un esprit d’indépendance » réprouvé par les élites.

  • 75 Croq L. et Lyon-Caen N., « La notabilité parisienne entre la police et la ville : des définitions a (...)
  • 76 AN, index des placards, nos 1872, 1835.

40Mais simultanément, la place que les confréries ouvrent à leurs administrateurs les incorpore au système honorifique de la ville75. Dans les paroisses, ils ont souvent la possibilité de côtoyer le curé et les marguilliers, qui dans beaucoup de cas assistent à leurs réunions. Le jour de leur saint patron, les dirigeants jouissent d’une place privilégiée aux offices, à la communion, et souvent aux processions. Ils sont ainsi distingués du commun du peuple et connus des notables, ce qui facilite quelquefois leur élection à la fabrique de la paroisse. Dans les confréries de métier, l’administration est quelquefois une responsabilité des jurés qui dirigent la corporation, mais plus souvent les administrateurs sont élus séparément. C’est un poste qui peut ouvrir la porte à la jurande, si l’individu se montre capable et fiable, mais qui dans tous les cas le range parmi les dirigeants du métier. Dans toutes les confréries, les administrateurs ont également un rapport privilégié avec les prêtres qui disent les offices, source supplémentaire de prestige. Ils ont quelquefois la possibilité de choisir les fournisseurs, et comme ils reçoivent les souscriptions mensuelles ou annuelles, ils sont connus de tous les membres. Ils sont fiers de ces marques de distinction, qui ne sont pas uniquement individuelles mais aussi familiales. Ainsi le rôle d’administrateur d’une confrérie figure parmi les titres signalés dans les faire-part de décès distribués par les veuves et les enfants : en 1760, par exemple, la famille de Pierre Regnier, « loueur de carrosses, ancien administrateur de la confrérie de Saint-Éloi, bourgeois de Paris » annonce ses obsèques à Saint-Eustache ; en 1787 les parents et amis de Martin de Beauvais, « ancien juré limonadier et ancien administrateur de la confrérie de Sainte-Geneviève », sont invités aux siennes, dans la même paroisse76.

41Les confréries font donc partie de la structure corporative de Paris jusqu’à la Révolution, même si depuis les années 1770 elles sont beaucoup moins nombreuses et moins actives que dans les décennies précédentes. Jusqu’à cette période charnière, malgré la sécularisation de la ville, elles restent importantes, parce qu’elles offrent à la fois une consolation religieuse, parfois des bienfaits matériels, un lieu de rencontre et de sociabilité, et un espace privilégié d’autonomie laïque.

Notes

1 Bibliothèque nationale [ci-après BN], Collection Joly de Fleury [ci-après JF] ms. 212, fol. 176-242 ; Tuetey A., L’assistance publique à Paris pendant la Révolution, 4 vol., Paris, Imprimerie nationale, 1895-1897, vol. 1, p. 549.

2 JF 212, fol. 180v.

3 Archives nationales [ci-après AN], T1489 ; AN, Y13620.

4 Vovelle M., Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1973. Sur les confréries en général au XVIIIe siècle, Delumeau J., Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, Fayard, 1989, p. 248-260 ; Châtellier L., L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1987 ; Donnelly J. P. et Maher M. W. (dir.), Confraternities and Catholic Reform in Italy, France, and Spain, Kirksville, Missouri, Thomas Jefferson University Press, 1999 ; Goujard P., L’Europe catholique au XVIIIe siècle. Entre intégrisme et laïcisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 26-48 ; Dompnier B. et Vismara P. (dir.), Confréries et dévotions dans la catholicité moderne (mi-XVe - début XIXe siècle), Rome, École française de Rome, 2008. Pour la France, Aghulon M., La sociabilité méridionale. Confréries et associations de la vie collective en Provence orientale à la fin du XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, La Pensée universitaire, 1966 ; Froeschlé-Chopard M.-H. avec la collaboration de Devos R., Les confréries, l’Église et la cité, Grenoble, Centre alpin et Rhodanien d’ethnologie, 1988 ; Froeschlé-Chopard M.-H., « Indulgences et confréries, tests de l’évolution des dévotions au dix-huitième siècle », dans Châtellier L. (dir.), Religions en transition dans la seconde moitié du dix-huitième siècle, Oxford, Voltaire Foundation, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 2000, p. 75-94 ; McManners J., Church and Society in Eighteenth Century France, 2 vol., Oxford, Clarendon Press, 1998, vol. 1, p. 156-188.

5 Descimon R., « Le corps de ville et le système cérémoniel parisien au début de l’âge moderne », dans Boone M. et Prak M. (dir.), Statuts individuels, statuts corporatifs et statuts judiciaires dans les villes européennes (moyen âge et temps modernes), Louvain, Garant, 1996, p. 73-128.

6 Kaplan S., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p. 210. Ces chiffres sont tirés de mes recherches en cours.

7 Froeschlé-Chopard M.-H., « La dévotion au Sacré-Coeur. Confréries et livres de piété », Revue de l’histoire des religions, 217, 2000, p. 531-546.

8 Bibliothèque historique de la Ville de Paris [ci-après BHVP], 92532, no 1.

9 Baloche C., Église Saint-Merry de Paris. Histoire de la paroisse et de la collégiale, 700-1910, 2 vol., Paris, H. Oudin, 1911, vol. 1, p. 533.

10 Archives de Paris [ci-après ArchP], 2 AZ 116, fol. 9v, délibération du 16 août 1756.

11 AN, T*952, fol. 251 (1719).

12 JF 232, citations fol. 337v, 361v, 364. Voir aussi BN, F-23714, 1693.

13 Statuts et règlemens, pour la gestion et Administration de la Confrérie royale de Notre-Dame de Grâce dite de la Charité, établie en l’Eglise des RR PP Augustins Reformez, dits de la Reine Marguerite, Fauxbourg St Germain, s. l., s. d. [1722]. Pour un autre exemple voir BHVP, CP 3548, salpêtriers.

14 AN, H5 3608, Saint-Augustin à Notre-Dame ; Croq L., « Le déclin de la confrérie Notre-Dame aux prêtres et aux bourgeois de Paris sous l’ancien régime », Paris et Île-de-France. Mémoires, 50, 1999, p. 243-289.

15 AN, H5 4647, fol. 200, Conception de la Sainte-Vierge, à Saint-Séverin. Voir aussi Bibliothèque de l’Institut, ms. 710, Livre de recettes et de dépenses pour la confrérie du Saint-Sacrement à Saint-Jacques-de-la-Boucherie, 1737-1745.

16 JF 1801, fol. 69v.

17 Aux Billettes en 1756, par exemple : ArchP, 2 AZ 116, fol. 9v. Pour d’autres exemples, Statuts, titres, édits, déclarations du Roy, arrests du Conseil d’Estat et du Parlement, sentences et règlements de la communauté des maîtres bourreliers, bâtiers et hongroyeurs de la ville, fauxbourgs et banlieue de Paris, chartres et autres titres concernant la confrérie de Notre-Dame des Vertus, patrone de la communauté, Paris, Jean Lamesle, 1764 et BN, F-23672, no 512.

18 AN, Z1 219, registre de la confrérie des pêcheurs.

19 AN, H5 3789, Saint-François de Sales à Saint-Louis-en-l’Île ; AN, H5 3800, confrérie du Saint-Sacrement à Saint-Nicolas-des-Champs ; AN, H5* 4291-2, confrérie Notre-Dame-de-Lorette aux Porcherons ; AN, H5 4474, Saint-François-de-Sales à Saint-Jean-en-Grève.

20 Bibliothèque Mazarine, A10977, no 29 : Extrait de la Bulle des Indulgences accordés par N.S.P. le Pape Urbain VIII. le 22. October 1640. à la Confrerie de Notre-Dame des Néges, ou de Bonne Inspiration, érigée en 1639 en l’Eglise Paroissiale de Saint Jacques du Haut Pas à Paris ; « Statuts de la confrérie de Saint-Louis des lingères, 1677 », dans Franklin A., Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle, Paris, H. Welter, 1906, p. 195-196.

21 BN, ms. fr. 8093, fol. 155-157, arrêt du Parlement du 16 février 1675 ; van Deursen A. T., Professions et métiers interdits. Un aspect de l’histoire de la Révocation de l’Édit de Nantes, Gröningen, J. B. Wolters, 1960, chap. 4 ; Franklin, Dictionnaire historique des arts […], op. cit., p. 625-627 ; Gélis J., « L’accouchement au XVIIIe siècle. Pratiques traditionnelles et contrôle médical », Ethnologie française, 6, 1976, p. 325-40 et idem, « Sages-femmes et accoucheurs : obstétrique populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales : ESC, 32, 1977, p. 927-957.

22 AN, C 75, no 745.

23 JF 1590, fol. 77. Cf. Diefendorf B., « Contradictions of the century of saints: Aristocratic patronage and the convents of Counter-Reformation Paris », French Historical Studies, 24, 2001, p. 469-499 et idem, From Penitence to Charity, Oxford, Oxford University Press, 2004.

24 Par exemple, la confrérie du Saint-Sacrement à Saint-Barthélemy : BN, ms. fr. 21609, fol. 368. Dans quelques cas les marguilliers reprennent eux-mêmes l’administration de la confrérie, ne voulant pas qu’elle disparaisse : celle de Saint-Charles Borromée, à Saint-Jacques-de-la-Boucherie, à cause de son rôle dans la charité paroissiale, et celle de Saint-Fiacre à Saint-Josse (AN, S7493A).

25 AN, T1492, chapelle et hôpital de Saint-Julien-des-Menestriers ; AN, X1a 8757, fol. 393-432, statuts des menuisiers, 20 août 1751, article 10.

26 AN, K1032, Statuts et Réglemens de la Communauté des Maîtres et Marchands Parcheminiers de la Ville & Fauxbourgs de Paris, enregistrés au Parlement le 26 juillet 1731 ; AN, Z1 219 (pêcheurs) ; AN, S118, registre de délibérations des compagnons cordonniers.

27 AN, T1489, confrérie du Saint-Sépulcre de Jérusalem ; AN, Z1O 77, fol. 23v-25, 8 août 1722, confrérie de Notre-Dame-de-Grâce.

28 « Statuts de la confrérie des lingères, 1677 », dans Franklin A., Dictionnaire historique des arts […], op. cit., p. 195-196.

29 Minutier central des notaires [ci-après MC], LVI 705, confrérie de la Conception Immaculée de la Sainte Vierge, Saint-Germain-l’Auxerrois, 1656-1699.

30 Christin O., « A quoi sert de voter aux XVIe-XVIIIe siècles ? », Actes de la recherche en sciences sociales, 140/4, 2001, p. 21-30.

31 Gaston J., Les images des confréries parisiennes avant la Révolution, Paris, André Marty, 1910, planches xxxviii et xliii.

32 Gaston J., « Les images des confréries parisiennes avant la Révolution. Supplément au répertoire publié en 1910 par la Société d’iconographie parisienne », Société d’iconographie parisienne, 1932, p. 14.

33 Gaston J., Images des confréries, op. cit., planche xxv, et sur les utilisations des images, p. 20-23.

34 JF 232, fol. 328.

35 AN, LL851, Saint-Merri; JF 292, fol. 58-63.

36 BN, Fol-FM-9394, Mémoire sur le délibéré, pour Me Antoine-Guillaume Le Grand, 1738.

37 BN, fonds Thoisy 9, fol. 279-280, Mémoire pour les maistres en charge et anciens de la Confrérie de S. Joseph des compagnons charpentiers, 3 décembre 1695.

38 AN, LL838, fol. 40.

39 JF 1586, fol. 262.

40 BN, ms. fr. 21625, fol. 302 (1691), et fol. 305-307 pour une condamnation des « dépenses inutiles ». Sur la condamnation des « abus », voir Collin N., Traité des confréries en général et de quelques-unes en particulier, Paris, Demonville, 1784, p. 123 ; Simiz S., Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Paris, Presses universitaires du Septentrion, 2002, p. 249-252 ; McManners J., Church and Society in Eighteenth Century France, vol. 2, op. cit., p. 187.

41 JF 1590, fol. 167 ; AN, S118, Recueil des titres de la Confrérie de Saint-Crespin et Saint-Crespinien, Paris, Veuve Lottin, 1754, p. 6 ; ArchP, D5 B6 472 ; JF 1801, fol. 70.

42 AN, Y15364, 17 septembre 1741. Pour d’autres exemples, BN, ms. fr. 21663, jardiniers ; ms. fr. 21793, fol. 177 : « débauche ». Sur ce mélange du profane et du sacré, Cabantous A., Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2002.

43 Garrioch D. et Sonenscher M., « Compagnonnages, confraternities and associations of journeymen in eighteenth-century Paris », European History Quarterly, 16, 1986, p. 25-45.

44 Ibid., p. 32.

45 Ibid., p. 31.

46 AN, Y14938, 17 mars 1726 ; AN, Y14932, 13 novembre 1721 ; Sonenscher M., The Hatters of Eighteenth-Century France, Berkeley, University of California Press, 1987, p. 81-87 ; Lothe J. et Virole A., Images de confréries parisiennes. Exposition du 18 décembre 1991 au 7 mars 1992, Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, 1992, p. 116-117 ; AN, F12 4820, Société de Sainte-Anne ; Gaston J., Images des confréries, op. cit., p. 34 et 132 et idem, « Supplément », p. 25.

47 AN, Y14938, 17 mars 1726 ; JF 1590, fol. 94-95.

48 McCloy S. T., Government Assistance in Eighteenth-Century France, Philadelphia, Porcupine Press, 1946, p. 456 ; AN, L644, liasse 2 ; JF 1590, fol. 102-112, 263-268.

49 Bibliothèque Mazarine, 42891, pièce 3, Statuts, règlemens et bulle de Notre S. P. le Pape Alexandre VII, concernant l’association d’assistance mutuelle des cent Associés de la Confrairie de Saint Jean-Baptiste et de Saint Jean l’Évangéliste, érigée en l’Église Paroissiale de Saint Nicolas du Chardonnet, s. l., 1769 ; Règlemens en forme de Statuts, pour la confrérie du Très-Saint-Sacrement, érigée en l’église Paroissiale de S. Médard de Paris, pour la société des Boursiers-confrères de ladite confrérie, sous l’invocation de S. Pierre, Paris, chez le comptable, 1783 ; JF 1590, fol. 119-126, statuts de 1763 ; Règlement et statuts pour la confrérie de S. Prix […] faits par les soins de Mathieu Douceur, et du consentement de MM les Anciens, Paris, 1674.

50 Hurtaut P.-T. et Magny P.-N., Dictionnaire historique de Paris, 4 vol., Paris, Moutard, 1779, vol. 4, p. 417-418.

51 Doncourt H.-F.S. de, Remarques historiques sur l’église et la paroisse de Saint-Sulpice, Paris, Crapart, 1773, p. 101-103 ; Almanach spirituel, Paris, Claude Herissant, 1773, p. 21 ; JF 573, fol. 336-337 ; Gaston J., Images des confréries, op. cit., planche x.

52 La persistance de pratiques non-autorisées par l’Église est bien connue. Voir Delumeau J., Le catholicisme entre Luther et Voltaire, op. cit., p. 266-271 ; McManners J., Church and Society, vol. 2, op. cit., p. 189-220 ; Schmitt J.-C., Le Saint lévrier : Guinefort, guérisseur d’enfants depuis le XIIIe siècle, Paris, Flammarion, 1979. La source de base est Thiers J.-B., Traité des superstitions selon l’Écriture sainte, Paris, A. Dezallier, 1679.

53 Lyon-Caen N., « La Boîte à Perrette. Le financement des œuvres jansénistes au XVIIIe siècle », Paris et Île-de-France. Mémoires de la fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, 57, 2006, p. 147-191 (p. 168-169) ; Nouvelles ecclésiastiques, 3 novembre 1731 ; JF 1570, fol. 24-26.

54 Barbier E.-J.-F., Chronique de la Régence et du règne de Louis XV, 1718-1763, 8 vol., Paris, Charpentier, 1857-1866, vol. 5, p. 220, mai 1752.

55 Garrioch D., « Parish politics, Jansenism and the Paris middle classes in the eighteenth century », French History, 8, 1994, p. 403-419.

56 Elles existent aux trois couvents de la Visitation, à celui de Saint-Chaumont, chez les Filles bleues de l’Annonciade, les Orphelines de l’Enfant Jésus, et les Pères du Saint-Sacrement, au noviciat des Jésuites, au collège de Tours, et dans les églises paroissiales de Saint-Laurent et de Sainte-Madeleine-en-la-Cité. Bibliothèque Sainte Geneviève, Réserve, Delta 65 502, Pratique et réglements de la Confrérie du Sacré-Coeur de Jésus, établie le 17 octobre de l’année 1748, au Monastère de la Visitation Sainte Marie, rue du Bac, s. l., s. d. ; Bibliothèque Mazarine, A11478 (18e pièce), Liste des confréries érigées en l’honneur des SS Coeurs de Jesus et de Marie, Dans toutes les provinces du Christianisme, s. l., s. d. [env. 1742] ; Duvignacq-Glessgen M.-A., L’Ordre de la Visitation à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Éditions du Cerf, 1994, p. 283-285 ; Arrêt de la Cour de Parlement, concernant les Associations, Congrégations et Confrairies, du 18 avril 1760, Paris, P. G. Simon, 1760, p. 5 ; JF 1590, fol. 176-80, 320.

57 AN, T*1490, fol. 65-69, 87v-88 ; AN, S118, registre de délibérations, 1720-1774.

58 Garrioch D. et Sonenscher M., « Compagnonnages, confraternities and associations of journeymen in eighteenth-century Paris », op. cit., p. 36-40 ; Sonenscher M., Work and Wages. Natural Law, Politics and the Eighteenth-Century French Trades, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 83-86.

59 JF 1590.

60 Almanach spirituel.

61 Garrioch D., « La persistance des confréries milanaises au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52/4, octobre-décembre 2005, p. 50-73.

62 Garrioch D., The Making of Revolutionary Paris, Berkeley, University of California Press, 2002, p. 93-103; Croq L., « Le déclin de la confrérie Notre-Dame », op. cit. Voir également Kettering S., « The decline of great noble clientage during the reign of Louis XIV », Canadian Journal of History, 2, 1989, p. 157-177.

63 Olinda Celestino montre les mêmes tendances, dans un contexte très différent : « Les confréries religieuses à Lima », Archives de sciences sociales des religions, 37, no 80, octobre-décembre 1992, p. 167-191.

64 JF 292, fol. 55 ; AN, Z1O 77, fol. 2v, 22 novembre 1721 et fol. 44v, 14 avril 1723.

65 Par exemple, ArchP, 3AZ 4, pièce 96, Statuts et règlements de la Confrérie de Saint-Clair, 1724 ; Recueil d’instructions et de prières à l’usage de la Confrairie du Saint sacrement, Érigée le 9 août 1690, en la Paroisse de Sainte Marguerite, Fauxbourg S. Antoine, à Paris, Paris, Société de l’Adoration, 1780 ; BHVP, 92350, Mémoire instructif de l’affaire pendante au Conseil, pour Jean Bastier, marchand orfevre, demandeur en requêtes des 2 septembre et 14 décembre 1690, s.l., s.d.

66 Archives de l’Archevêché de Paris, Archive Saint-Gervais, III, Varia, dossier 4, 14 mars 1762 ; JF 232, Saint-François-de-Sales à Saint-Jean-en-Grève ; JF 281, fol. 75-84, Saint-Laurent, 1750 ; JF 292, Sainte-Marguerite, 1751. Une prétention qui est contestée à Saint-Nicolas-des-Champs en 1694 : BN, fonds Thoisy 9, p. 281-283.

67 Jousse D., Traité du gouvernement spirituel et temporel des paroisses, Paris, Debure père, 1769, p. 6-11.

68 AN, Z1O 77, fol. 23v-25, 8 août 1722, confrérie Notre-Dame-de-Grâce aux Petits-Augustins ; JF 573, fol. 322.

69 JF 1590, fol. 177 ; JF 1568, fol. 185.

70 Bennet J., La mutualité française des origines à la Révolution de 1789, Paris, Coopérative d’information et d’édition mutualiste, 1981, p. 304-305 ; AN, V7 439, savetiers, 1719-1722.

71 JF 1590, citation fol. 320.

72 JF 458, fol. 89-91 ; AN, S118, Acte de liquidation et payement des dettes de la Confrérie, supprimée par Arrêt de la Cour du 28 août 1779, 22 janvier 1780.

73 Voir la contribution de Gaël Rideau dans ce volume, et du même auteur, De la religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009.

74 Descimon R., « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne à l’époque moderne », dans Cosandey F. (dir.), Dire et vivre l’ordre social, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, p. 69-123, surtout p. 98-101.

75 Croq L. et Lyon-Caen N., « La notabilité parisienne entre la police et la ville : des définitions aux usages sociaux et politiques au XVIIIe siècle », dans Jean-Marie L. (dir.), La notabilité urbaine, Xe-XVIIIe siècles, Caen, CRHQ, 2007, p. 125-157.

76 AN, index des placards, nos 1872, 1835.

Auteur

Professeur d’histoire à Monash University (Australie). Spécialiste de l’histoire de Paris et de l’histoire urbaine en Europe au XVIIIe siècle. Dernier ouvrage paru : The Making of Revolutionary Paris (2002).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540