Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La religion vécue

 | 
Laurence Croq
, 
David Garrioch

Premiere partie. Les limites de la confessionalisation et de l'incorporation religieuse des laïcs

« Orange, un séjour enchanté », le protestantisme vécu dans un régime biconfessionnel

Françoise Moreil

Texte intégral

  • 1 Du Noyer (Mme), Mémoires, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2005, p. 30.

1« Orange était dans ce temps-là un séjour enchanté, ses habitants étaient polis et sa domination douce1. » Peut-on croire Madame du Noyer quand elle rédige cette phrase dans ses mémoires ? Anne-Marguerite Petit, née à Nîmes en 1663, est confiée à la mort de sa mère à sa tante maternelle, Madame de Saporta qui s’installe en 1669 dans la principauté d’Orange avec son mari jusqu’à la mort de celui-ci en 1675 ; Anne-Marguerite est âgée de six ans quand elle arrive dans cette principauté où elle vit jusqu’à l’âge de douze ans. C’est une double nostalgie qui transparaît dans cette phrase, d’abord car ce sont ses souvenirs d’enfance, probablement heureux, mais aussi parce qu’elle évoque la période, précédant la Révocation de l’édit de Nantes, pendant laquelle elle pouvait pratiquer librement sa religion. Sa situation devient si difficile qu’elle part ensuite en exil en Hollande où elle décède en 1719. Cette atmosphère si agréable, selon le souvenir de Madame Du Noyer, est sans doute due au régime de biconfessionnalité strictement pratiqué depuis 1607 dans cette petite principauté enclavée dans le puissant royaume de France où les protestants sont seulement tolérés.

  • 2 À Orange, ils ont malheureusement été brûlés pendant l’occupation de la principauté tandis qu’à Co (...)

2Il sera intéressant d’analyser le fonctionnement de cette société biconfessionnelle à la fois dans les écrits politiques et dans la réalité quotidienne. L’étude des délibérations des conseils politiques et des registres consistoriaux subsistants2 permet de mesurer le niveau et de distinguer les formes d’incorporation des protestants dans les espaces urbains et les institutions citadines de la principauté durant le XVIIe siècle.

Un État biconfessionnel

  • 3 La Pise J. de, Tableau de l’histoire de princes et principauté d’Orange, La Haye, Théodore Maire, (...)
  • 4 Moulinas R., « Orange », dans Bely L. (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, Presses unive (...)
  • 5 Leemans W.-F., « Conflits religieux à Orange à l’époque de la réforme », Provence historique, 38, (...)
  • 6 Venard M., « Mosaïque politique, carrefour culturel, et frontières confessionnelles dans la provin (...)
  • 7 L’ordonnance de Villers-Cotterêts ne s’applique pas dans ce territoire extérieur au royaume de Fra (...)

3La principauté d’Orange est un petit État souverain, d’une superficie de 250 km2, presque enclavé dans l’État pontifical d’Avignon et le Comtat Venaissin et limitrophe du royaume de France par le Rhône3. En 1545, ce territoire arrive par héritage dans la famille des Nassau. La ville principale, Orange, peuplée d’environ trois mille habitants au XVIe siècle concentre les pouvoirs : elle est siège d’évêché, abrite la résidence du gouverneur qui gère la principauté avec le parlement, créé en 1471, et, depuis 1365, possède une université4. La Réforme s’est implantée très tôt dans une société en mutation où s’est développée une nombreuse population de marchands, d’artisans et de professions libérales5 : « en 1573, la création d’un collège, pépinière de pasteurs, achève de faire d’Orange une seconde Genève qui, à 30 km de distance, défie la seconde Rome6 ». Environ un tiers de réformés et deux tiers de catholiques vivent dans cette principauté7. Le contexte politique est compliqué par les empiètements successifs auxquels se livre le puissant voisin. En 1685, la principauté est envahie par les troupes de Louis XIV pour interdire l’exercice de la religion réformée aux portes de son royaume. En 1699, après la paix de Ryswick les Nassau recouvrent la souveraineté de la principauté en la personne de Guillaume III pour la perdre définitivement en 1703 au profit du roi de France. Au XVIIIe siècle, la population passe à environ dix mille habitants.

  • 8 Cockborne A.-M. de, « Courthézon, actes de baptêmes, mariages, sépultures », Cercle généalogique de (...)
  • 9 Archives communales de Courthézon (ensuite ACC), GG 17, fol. 2v, novembre 1631.
  • 10 ACC, GG 17, fol. 203v.
  • 11 Poton D., Saint-Jean-de-Gardonnenque : une communauté réformée à la veille de la Révocation (1663-1 (...)

4La principauté comprend les bourgs de Jonquières, de Gigondas et de Courthézon qui est le plus important démographiquement. Ce dernier est plus particulièrement étudié ici à cause de la présence des réformés. La capitation de 1697 permet de relever la totalité des patronymes de 1579 personnes dont une centaine de vignerons qui n’apparaissent jamais dans les documents réformés8. Quelle est la proportion des protestants ? Selon les documents émanant des Courthézonnais eux-mêmes, en 1631, quand ils demandent une subvention au prince : « une trantayne de familhes dont la plupart sont pouvres et necessiteuses9. » Le registre de 1665 pour la construction du temple mentionne les noms de 52 contribuables10. On en compte 60 à la fin du XVIIe siècle, soit 200 à 350 personnes, selon le nombre des enfants par familles, soit un cinquième de l’ensemble des habitants. Cette population réformée est numériquement inférieure aux catholiques mais supérieure socialement. À la fin du XVIIe siècle, les artisans représentent plus de la moitié des réformés. La répartition sociale de Courthézon est plus proche de celle de Nîmes que de celle de Saint-Jean du Gard, à cause de la part importante occupée par les artisans, surtout dans le domaine textile11.

  • 12 Moreil F., « Les consistoires de la principauté d’Orange (XVI-XVIIe siècles) », Bulletin de la Soci (...)
  • 13 Arnaud E., Histoire des protestants de Provence, vol. 2, p. 345.

5Dans les années précédant la Révocation, beaucoup de Dauphinois, Languedociens et Provençaux viennent se marier dans la principauté ; la moitié des conjoints est d’origine extérieure à la principauté. L’absence de registre consistorial orangeois ne permet pas de vérifier les éventuelles conversions12. Après 1698, Louis XIV interdit à ses sujets tout séjour, tout mariage, toute abjuration et, bien évidemment, l’assistance au culte dans la principauté13.

  • 14 Feuillas C., « Tolérance dans la principauté d’Orange », dans Bolle P. (dir.), L’édit de Nantes : u (...)

6Après des décennies de guerres de religion, le prince catholique Philippe-Guillaume de Nassau signe, en 1607, un édit semblable à celui accordé par Henri IV aux huguenots français. Il est le seul des Nassau qui pratique la religion catholique. L’aîné de Guillaume le Taciturne a été enlevé à l’âge de treize ans par les hommes du roi Philippe II et retenu prisonnier pendant trente ans en Espagne où il a conservé sa religion. Il est libéré seulement en 1595 et ne peut administrer que la seule principauté car son frère Maurice qui a succédé à leur père, s’oppose au retour de Philippe-Guillaume dans les Provinces-Unies. Cet édit princier dit « de pacification » règle toute l’organisation en un système biconfessionnel strict où toutes les institutions sont également partagées entre les deux confessions, malgré les différences démographiques14. Voici le premier article :

  • 15 Archives départementales de Vaucluse (ensuite ADV), 2 E 25/41, fol. 187-206 ; Moreil F., « Orange (...)

« Premièrement suivant les édits faits par feu de très heureuse memoire nostre très honnoré seigneur et père et par feu nostre tres cher oncle Louis de Nassau, nous ordonnons que tous nos bons subjects de nostre principauté tant de la religion catholique apostolique romaine que de la religion prétendue reformée de quelque estat et qualité qu’ils soient, seront maintenus et entretenus en mesme esgalité sans exception, conservés et entretenus en l’exercice libre, public, entier et general de leur religion : deffendant tres expressement à toutes personnes de quelque estat, qualité ou condition qu’elles soyent, de les troubler, molester ny inquieter en façon et soubs quelque pretexte que ce soit15. »

  • 16 Durand S., Les villes en France XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Hachette, 2006, p. 47-59.
  • 17 Sauzet R., Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIe siècle : le diocèse de N (...)
  • 18 Christin O., « La coexistence confessionnelle 1563-1567 », BSHPF, 139/4, 1995, p. 489.

7Après les cinq textes de pacification signés auparavant par son père et par son oncle, le prince Philippe-Guillaume octroie à ses sujets un édit dont le but est la paix à l’extérieur et l’ordre à l’intérieur après la réconciliation évoquée dans le préambule par « oubliance des troubles passés ». Le principe sur lequel repose ce texte est l’égalité entre les deux cultes. Toutes les institutions sont partagées à égalité malgré la différence démographique. Des paragraphes spécifiques sont consacrés aux ecclésiastiques des deux groupes sur les règles concernant les détails des dîmes, payées par tous les fidèles, les sermons, leurs relations avec la justice. D’autres articles codifient les points litigieux de la vie quotidienne concernant les jours de travail et ceux qui sont chômés, la diffusion de libelles ou de chansons scandaleuses, l’interdiction des ligues, les enlèvements des enfants et les crimes. Quant aux réformés, sept points traitent spécifiquement des consistoires, du serment prêté par ses membres au prince, des finances, des mariages, des testaments. Un paragraphe évoque les deux temples d’Orange et de Courthézon. En cas de litige, tous doivent recourir à la justice princière qui est l’instance suprême pour faire respecter la stricte égalité. Le but du prince est, d’abord, d’effacer tous les troubles dans la mémoire des habitants, quelle que soit leur confession et ensuite le partage égal de toutes les institutions entre les deux camps. Dans le royaume limitrophe, cette situation de partage politique entre les deux camps se retrouve dans des villes16 comme Nîmes17 mais aussi Nyons18.

L’incorporation des réformés dans la ville et dans les institutions

  • 19 Luria K. P., Sacred Boundaries: Religious Coexistence and Conflict in Early-Modern France, Washingt (...)
  • 20 Venard M., « Protestants et catholiques à Orange : entre sûreté et égalité », dans Lacava M.-J. et (...)
  • 21 Voir le texte de Bertrand Forclaz dans ce volume. Contrairement à Utrecht, les catholiques ne sont (...)
  • 22 Hollard C.-F., Archives des princes, de la principauté, du parlement et du conseil de guerre d’Ora (...)
  • 23 Birnstiel E., « Les chambres mi-parties : les cadres institutionnels d’une juridiction spéciale (15 (...)
  • 24 Voir le texte de Jérémie Foa dans ce volume.
  • 25 Voir le texte de Laurence Croq dans ce volume ; Archives communales d’Orange (ensuite ACO), BB 28, (...)
  • 26 Moreil F., « Les temples protestants de la principauté d’Orange sous l’ancien régime », BSHPF, 152/ (...)
  • 27 ACO, BB 33/1, fol. 28 et 31.
  • 28 Il n’y a aucune visite pastorale pour la ville d’Orange postérieure à cette remarque.
  • 29 Eurich A., « La sacralisation de l’espace : récupération de la culture civile dans la France des XV (...)

8Après tous les troubles du XVIe siècle, la coexistence confessionnelle, garantie par l’État, se révèle être la seule solution dans la principauté comme dans toute l’Europe19. Dans cette vie communautaire, toutes les institutions sont partagées à égalité dans un strict respect20. C’est le cas du parlement, du collège, du bureau de charité, des consulats, des conseils politiques d’Orange et Courthézon qui sont peuplées de réformés21. Quand la fonction est unique comme celle de viguier, elle est alternative entre les deux confessions. Le parlement, autre institution « mi-partie », est composé de six à dix conseillers selon les périodes, d’un président, d’un avocat-procureur, d’un greffier, tous nommés par le prince et répartis de façon égalitaire entre les deux partis22. Cette assemblée tient un peu le rôle des chambres mi-parties du royaume23. Quant aux lieux de culte, chaque bâtiment est réservé à ses propres fidèles, sans ségrégation spatiale particulière dans la ville24. Dans chaque édifice religieux, un banc est réservé pour les consuls et les dépenses concernant ce banc consulaire sont soigneusement comptées de façon égale pour chaque confession25. Les temples et les cimetières sont bien intégrés dans le tissu urbain, au centre des deux villes, et non rejetés à l’extérieur26. En mars 1683, l’évêque somme les conseillers de partager, enfin, le cimetière orangeois entre les deux confessions, selon les dispositions de l’édit de 1607, par « une muraille mitoyenne », qui leur coûte 4,19 livres sols 20 deniers27. Il semblerait que cette séparation ait été longue à matérialiser… Est-ce par mauvaise volonté, négligence ou autre raison qui n’apparaît pas dans les sources28 ? L’espace public neutre est le lieu de la vie quotidienne avec ses boutiques et ses places29.

9Les réformés participent à la vie sociale et politique locale à travers plusieurs institutions : les institutions protestantes comme les assemblées des chefs de famille et les consistoires, et les structures partagées avec les catholiques que sont les consulats et les conseils de ville, à Orange et à Courthézon.

  • 30 Derlange M., Les communautés d’habitants en Provence au dernier siècle de l’ancien régime, Toulous (...)
  • 31 Eco U., Vertige de la liste, Paris, Flammarion, 2009.
  • 32 Voir les textes de David Garrioch et de Christian Grosse dans ce volume.
  • 33 Voir le texte de Barbara Diefendorf dans ce volume.
  • 34 ACC, GG 17, fol. 49v.

10Comme dans tout le Midi, les assemblées des chefs des familles réformées ont un rôle important et, à Courthézon, elles doublent ou précèdent les réunions consistoriales30. Leurs comptes rendus trouvent place dans les registres consistoriaux avec ce simple intitulé d’« assemblée des chefs de famille » qui les distingue des séances consistoriales proprement dites. Grâce aux patronymes inscrits par les secrétaires qui ont le goût des listes31, on peut observer que les chefs de famille les plus assidus deviennent souvent anciens, comme Jean Berthet qui ne manquant aucune réunion entre 1672 et 1679, intègre en 1680 le consistoire où il siège jusqu’à l’interdiction de 1685. La participation à ces assemblées est aussi sans conteste la première marche vers le conseil de ville et, ensuite, le consulat pour la moitié de ces hommes, alphabétisés comme le montrent leurs signatures sur le registre. Ce premier niveau d’intégration leur permet de s’initier à l’apprentissage de la vie publique avant d’accéder au corps de ville32. Les femmes ne sont pas concernées par ces assemblées strictement masculines33. Les thèmes débattus le plus fréquemment concernent les finances avec les frais du pasteur pour se rendre aux colloques et synodes, leur contribution aux dépenses de l’académie de Die, les impôts et dettes qui reviennent lors des nombreux débats pour cette petite communauté toujours au bord de l’asphyxie financière. Cette assemblée se prononce également sur le choix des pasteurs ou les demandes de congé des nombreux précepteurs, « selon le bon plaisir des chefs de famille ». En 1649, est évoquée, en présence des deux consuls et des chefs de famille, la question stratégique du banc des consuls réformés qui doit occuper « une place convenable34 » dans le temple, c’est-à-dire au premier rang. Pour cette nouvelle disposition, une nouvelle chaire moins volumineuse doit être construite en bois ; un menuisier propose d’en fabriquer une identique à celle d’Orange. Dans cette affaire du banc consulaire, l’information est présentée devant les anciens et les chefs de famille réunis au complet afin de les avertir directement et rapidement. La venue des consuls « de la religion » est la preuve de l’intérêt suscité par ce sujet qui les concerne au premier chef en tant que représentants des réformés sur le plan civique et en tant que défenseurs dans les situations litigieuses.

  • 35 ACC, GG 18, fol. 24v.
  • 36 ACC, GG 17, fol. 167.
  • 37 ACC, GG 17, fol. 202v.
  • 38 ACC, GG 18, fol. 127v, 15 octobre 1679.
  • 39 ACC, GG 17, fol. 21-22 et 186-187.
  • 40 ACC, GG 17, fol. 37v.
  • 41 ACC, GG 18, fol. 154.
  • 42 ACC, GG 17 fol. 110 et 113 ; Bertheau S., « Le consistoire dans les Églises réformées du Moyen-Poi (...)

11Les deux assemblées fonctionnent en symbiose totale. De 1672 à 1700, presque toutes les propositions présentées par le consistoire ont été acceptées lors des vingt-trois séances (sauf une, détaillée ci-après). Même la nomination du futur pasteur, en 1673, leur est soumise par le ministre, Jacques Pineton de Chambrun, qui a fait le déplacement spécialement depuis Orange35. Il est vrai que, entre 1660 et 1665, un long différend provoqué par des difficultés financières avec un précédent pasteur avait nécessité de nombreuses et pénibles séances retranscrites dans le registre consistorial. Des propos assez désagréables ont été échangés de part et d’autre : ce pasteur est qualifié « d’aigre et violent, interessé » et lui-même considère que « l’esprit de dieu nabithoit » plus parmi eux36. L’affaire est évoquée lors de trois synodes provinciaux qui essaient de trouver un arrangement satisfaisant pour les deux parties. Finalement, un procès est ouvert devant la chambre de l’édit de Grenoble qui condamne l’Église de Courthézon. Les chefs de famille refusent le retour de ce pasteur et envoient au gouverneur une délégation de vingt « des plus notables37 » pour expliquer leur position. Ce sont peut-être ces démêlés, terminés devant la justice, qui expliquent l’attitude prudente adoptée pour l’arrivée du nouveau titulaire, appuyé par le consistoire orangeois représenté par un pasteur venu spécialement en 1673. Les chefs de famille délibèrent à propos du lecteur-précepteur qui fait l’objet de plainte de la part des trois parents et ils acceptent son maintien à condition qu’il se corrige. Cependant leur avertissement n’a pas été entendu et, cette fois, sept pères demandent son renvoi car « les enfans ne pouvent rien apprendre, requerans la compagnie d’en mestre un autre38 ». Quinze jours plus tard, un nouveau précepteur, Florias Pez, se présente et, après un trimestre d’essai, est finalement engagé. Ces péripéties montrent combien l’instruction est un domaine capital pour ces pères qui veillent sur leurs enfants et entendent bien se faire obéir. En 1635 ou 1664, le lecteur avait déjà été évoqué dans des précédents débats39. En 1639, le pasteur convoque les chefs de famille pour trouver des fonds40. Ils choisissent, en 1700, le lieu du nouveau temple41. Leur rôle est donc de tout premier plan même s’il peut s’apparenter à une simple formalité42.

  • 43 Estebe J. et Vogler B., « La genèse d’une société protestante : étude comparée de quelques registre (...)
  • 44 ACC, GG 15 ; Mentzer R., « Le consistoire et la pacification du monde rural », BSHPF, 135, 1989, p (...)
  • 45 ACC, GG 18, fol. 50.
  • 46 Livre des délibérations de l’Église réformée de l’Albenc (1606-1682), édition de Francillon F., Pa (...)
  • 47 Bolle P., Le protestantisme en Dauphiné au XVIIe siècle : religion et vie quotidienne à Mens en Tr (...)
  • 48 Labrousse E., « L’Église réformée du Carla en 1672-1673 d’après le registre des délibérations de s (...)

12Il semblerait que l’administration de l’Église soit, d’abord, discutée par les chefs de famille, avant d’être traitée en consistoire comme le montre l’exemple du banc consulaire cité plus haut. Un réel pouvoir est effectivement exercé par ces chefs de famille. Rien de semblable à Coutras ou dans la vallée du Rhin43. La Discipline que suivent ces réformés méridionaux, consacre des articles au rôle des chefs de famille44. Quand la décision d’un emprunt est prise par l’assemblée consistoriale, un ancien et un chef de famille ont reçu la procuration « du corps de cette église », signée dans l’étude d’un notaire, pour mener à bien cette négociation45. Ces deux délégués représentent les deux assemblées qui s’appuient l’une sur l’autre pour la gestion des affaires. Dans d’autres cités réformées dauphinoises, on trouve aussi les mentions de cette assemblée : à l’Albenc, la nomination d’un député pour un colloque, le prélèvement d’une taxe et le cimetière sont les thèmes traités par les chefs de famille46. À Mens en Trièves, l’assemblée des chefs de famille gère le maître d’école et lui accorde par un vote le monopole de l’enseignement47. Dans le sud-ouest, à Carla, c’est la question financière qui provoque ces réunions48. La taille modeste de ces petites communautés explique, probablement, le recours à une assemblée élargie pour s’assurer du soutien des chefs de famille.

  • 49 ACC, GG 17, fol. 66.
  • 50 Dans le registre consistorial suivant, GG 18, il continue jusqu’en 1677, date de sa mort.
  • 51 Voir le texte d’Olivier Christin dans ce volume.
  • 52 Voir le texte de Philippe Chareyre dans ce volume.
  • 53 Grosse C., « Conclusion », dans Mentzer R., Chareyre P. et Moreil F. (dir.), Dire l’interdit : the (...)
  • 54 ACC, GG 17, fol. 6v, 12 juillet 1632.

13Cet important pouvoir accordé aux laïcs réformés est encore plus visible dans le consistoire. Les anciens du consistoire de Courthézon doivent « avoir soin de toutes choses semblables qui concernent l’ordre, l’entretien et le gouvernement de l’Eglise » selon le règlement de la Discipline recopié par un des premiers pasteurs49. Les élections consistoriales se déroulent au moment de la Cène de Pentecôte, aussitôt après celles du conseil de ville. Ce rapprochement temporel laisse deviner un lien direct entre les deux institutions. La procédure décrite dans la Discipline est à peu près respectée, soit quarante fois durant ces décennies. Le mandat dure deux ans jusqu’en 1634, puis est prolongé d’un an en 1635. Cinq hommes restent en place pendant plus de dix ans dont l’apothicaire Garnier durant 17 années sans interruption. Un seul refuse de continuer en 1670, le marchand Roche qui, finalement, accepte de rester l’année suivante50. Dans cette petite communauté, ce non-renouvellement traduit sûrement une pénurie de candidats valables. La place du consistoire est essentielle dans les institutions urbaines51. Le consistoire reçoit ceux qui abjurent, sans utiliser ce mot à la différence des Nîmois52. Le nombre des conversions à la Réforme, 14, dont cinq femmes, en quatre décennies, témoigne du rôle de refuge joué par la principauté pour les voisins réformés, sujets du roi de France. L’excommunication de la Cène se révèle rare car la concurrence religieuse joue pleinement et le recours est « plus fréquent aux admonestations orales qu’aux sanctions ecclésiastiques53 ». L’exemple suivant témoigne, a contrario, de tensions internes à la communauté réformée. En 1632, le consistoire demande à un ancien d’accepter la présence d’une autre personne sur son banc dans le temple ; cet ancien refuse et menace de se convertir mais, en plus, d’aller résider dans le Comtat catholique54. Ce membre de l’assemblée consistoriale, tout à fait intégré, n’hésite pas, par chantage, à envisager la possibilité d’appartenir à l’autre groupe religieux pour obtenir satisfaction. Cet homme franchirait non seulement une frontière religieuse mais aussi une frontière politique en devenant sujet du pape. En définitive, il a dû obéir car il n’est plus cité dans les pages suivantes, la menace de censure de la Cène a été suffisante pour l’obliger à céder.

  • 55 ADV, 2 E 25/41, fol. 187-206, articles 2, 16, 18.

14Dans l’édit princier de 1607 sont évoqués aussi les consistoires où « ils ne traiteront que des affaires de leur doctrine et discipline » auquel devra assister un magistrat représentant le prince car ces assemblées sont placées sous la protection du prince auquel est prêté un serment de fidélité par « les ministres, diacres et anciens à chascune mutation de consistoire55 ». L’année suivante, en 1608, les réformés adressent des remontrances à Philippe-Guillaume et obtiennent l’amendement de cet article car il est

  • 56 ACO, 126 Z 2, Supplication par ses sujets de religion réformée.

« […] contre la liberté de nostre religion et hors des coustumes des Eglises de France. Mais aussi que c’est notter d’une marque d’infamie perpetuelle tous sesdits subjects et ne se fier point d’eux ; aussi seroit de ceste façon renverser tout l’ordre de l’Eglise ny ayant homme qui voulust confesser sa faute devant ledit consistoire en présence du magistrat […] et ne seroit raisonnable d’exposer les pecheurs qui cherchent consollation et repos en leurs ames à un hasard de se trouver en peine quelque jours pour la confession de leurs fautes, chose qui a esté de tout temps incognue aux Eglises de Dieu ; et mesme en l’Eglise romaine il seroit trouvé estrange qu’autre personne assistat à la confession que le confesseur qui la reçoit, escheant peine d’estre bruslé à qui seulement la révelle. Il plaira doncques à Votre Excellence Monseigneur se contenter de notre fidelite et nous laisser entierement libres en l’exercice de nostre discipline comme aussi il ne se voit point que les chanoines ou les moines tiennent leurs chapitres ou assemblées ils soient contraints dy appeler les magistrats56 ».

  • 57 Venard M., « Protestants et catholiques à Orange », p. 51-67.

15Les réformés ont trouvé un argument théologique pour empêcher le contrôle que le prince était disposé à leur imposer et qu’ils ne souhaitaient pas, habitués à leur liberté. Philippe-Guillaume accepte un aménagement à cet article avec une présence, éventuelle, d’un magistrat à leurs réunions consistoriales. Le prince, catholique, admet des compromis car il sait que de 1588 à son arrivée en 1599, les réformés détenaient tous les pouvoirs politiques (consulat, parlement et gouverneur). S’il veut être obéi, il doit leur laisser quelque marge, malgré tout57.

  • 58 ACO, BB 29/2, fol. 359v-363.
  • 59 Amalou T., Une concorde urbaine : Senlis au temps des réformes (1520-1580), Limoges, Presses univer (...)
  • 60 Christin O., « Conclusion », dans Boisson D. et Krumenacker Y. (dir.), La coexistence confessionne (...)

16Les réformés participent pleinement au gouvernement d’Orange et de Courthézon. Depuis 1607, deux des quatre consuls appartiennent à la religion de Calvin en alternant soigneusement les places. Pour les conseillers, le bipartisme est aussi la règle dans ces deux villes. L’article 11 de l’édit est respecté sans aucune contestation et permet aux catholiques de retrouver une place qu’ils n’ont pas toujours occupée dans la deuxième moitié du XVIe siècle quand les réformés accaparaient les sièges. Les protestants ne sont pas enfermés dans un corps à part avec des privilèges politiques et participent à la vie civique de façon tout à fait intégrée. Les élites ont accepté, pour maintenir l’unité de la principauté, cette situation de coexistence confessionnelle qui est poussée à l’extrême lors du décès du prince Frédéric-Henri en 1647. En effet, désirant envoyer des représentants afin d’aller présenter leurs condoléances à son successeur en Hollande, les membres du conseil choisissent, pour la délégation, deux conseillers, appartenant chacun à une confession ; mais l’état du budget ne leur permet de financer seulement les dépenses que d’un seul député, réformé, avec la promesse que ce sera « à l’avenir un catholique affin par ce moien esgalité soit observée au faict des religions58 ». Le conseil de ville est devenu un terrain neutre pour gérer les affaires de la communauté, ensemble, au-delà des clivages religieux59. Ces réformés, placés sous la protection princière, souhaitent demeurer « à la fois citoyens et protestants60 » c’est-à-dire, pratiquer leur religion librement et participer à la vie publique de la principauté.

  • 61 ACO, BB 20, fol. 37 en 1583, fol. 93 en 1584, fol. 136 en 1585, fol. 239 en 1586, fol. 343 en 1587
  • 62 ACO, BB 23, fol. 208v.
  • 63 ACO, BB 19, fol. 206.
  • 64 ACO, BB 25, fol. 1.
  • 65 En 1614, les consuls sont Guillaume de Rame, André Vigouroux, Philippe Gilles, Pierre Bilhol et, e (...)
  • 66 ACO, BB 31, fol. 130v, 8 décembre 1664, par exemple.
  • 67 ACO, BB 30, fol. 3, en mai 1650, par exemple.

17Dans les registres de délibérations de la ville d’Orange, le nom de Dieu apparaît lors des élections de 1583 à 158761. Est-ce une initiative personnelle du secrétaire Drevon qui est un notaire réformé ? Le compte-rendu des élections de 1605 est signé par les deux pasteurs orangeois. Est-ce leur présence qui a provoqué l’inscription de l’expression « prière faicte62 » ? Ce n’est pourtant pas la première fois que la présence de ministre est attestée pendant les conseils comme, en 1579, sans que le mot « prière » soit noté63. Avant les élections de 1614, le texte complet de deux prières est écrit, pour la première fois, par le secrétaire, Vincent Serre, un autre notaire réformé, avec la précision du moment « a la creation de messieurs les consuls et officiers de la ville64 ». La première est intitulée « prieres pour dieu à lentree du conseil ordinere de la ville d orange » tandis que la deuxième concerne « la fin de laction » ou clôture de la réunion. Il serait très intéressant d’en connaître les auteurs et les circonstances précises de leur élaboration. Est-ce en réaction à l’édit de 1607 qui demande l’oubliance des troubles passés ? Est-ce à l’initiative des consuls de cette année-là ? Quelle a été la part respective des ministres et de l’évêque assisté des autres ecclésiastiques, si les uns et les autres ont été consultés ? Malheureusement, les archives consultées ne permettent pas de répondre à ces interrogations. Aucun élément de la biographie des consuls sortants ou nouveaux ne permet de leur attribuer une influence certaine65. À partir de cette année 1614, les secrétaires consignent plus ou moins régulièrement les expressions religieuses66. L’absence de ces mentions écrites signifie-t-elle que la prière n’est pas prononcée ? La négligence des différents scribes explique-t-elle cet oubli ? En revanche, quand le notaire réformé Félix recopie les comptes-rendus en 1650, il inscrit bien au début, « après invoquation du saint nom de Dieu67 » et à la fin, « Dieu derechef invoqué ». Avant les élections de 1669, le second consul réformé, Bouyer, par un discours, rend grâce à Dieu

  • 68 ACO, BB 31, fol. 241.

« d’avoir heureusement passé l’année […] de descharger et nommer des personnes dignes et capables pour remplir […] suivant l’exhortation contenue en la priere qui vient d’estre faite à ces fins68 ».

  • 69 ACO, BB 32/1, fol. 1.
  • 70 Ou divergence.
  • 71 ACO, BB 65.

18Dans le registre débutant en 1673, sur le premier folio, sont inscrits plusieurs types de prières utilisés selon les circonstances, à Orange69, avant et après la réunion du conseil, pour l’élection des consuls, pour la « cottisation des cabaux » et lors de « discrepance70 ». La page intérieure d’une simple couverture en cuir qui est visiblement l’épave d’un registre, sans aucune référence mais datant du XVIIe siècle, porte deux prières semblables à celles de 1673, avec une seule différence : l’utilisation du « vous » à la place du « tu71 ».

19Dans la cité voisine de Courthézon, en 1693 c’est-à-dire pendant la période d’occupation française, la prière suivante est inscrite sur la page introductive du registre :

  • 72 ACC, BB 5, 1er mai 1693.

« a faire au commencement de chaque conseil
Seigneur notre bon père, nous vous supplions très humblement de vouloir présider a cette sainte action, nous y conduire par vottre sainct esprit nous depouiller de toute passion et affection particulière à ce que nos conclusions tendent à nottre honneur et gloire et au bien de cette communauté. C’est ce que nous vous demandons au nom de votre cher fils nottre seigneur Jesus-Christ. Ainsi soit-il72. »

  • 73 ACO, BB 32, fol. 1; BB 27, fol. 284, 291, 327, 336v.
  • 74 ACO, BB 33/2, fol. 231.
  • 75 François E., Protestants et catholiques en Allemagne : identités et pluralisme à Augsbourg, 1648-1 (...)
  • 76 Ou divergence.

20Ce texte se révèle différent de celui d’Orange qui est beaucoup plus long et plus précis. La neutralité du contenu est frappante par l’absence de tout signe confessionnel affirmé dans ce type de source officielle. Ni la Vierge, ni les saints ne sont évoqués ; seuls, Dieu le père et le fils sont cités. Un accord a dû se conclure, au préalable, sur des éléments ne posant aucun problème pour les conseillers des deux confessions mais il est bien difficile de savoir à quel moment, peut-être après 1607 ? De toute façon, les points de consensus ont été préférés aux différences. Cette citation du seul nom de Dieu est la preuve d’une concorde municipale élaborée entre les deux partis73. Cet état d’esprit a imprégné si profondément les Orangeois que, dans les deux conseils, ils continuent d’utiliser ces prières malgré les aléas comme celui de l’occupation française consécutive à la Révocation : à Orange, le secrétaire qui, cette fois, est un notaire catholique, lit, au début d’un conseil de mai 1687, « la prière ordinaire » selon les termes qu’il a lui-même notés sur le registre consulaire ; pourtant cette lecture a été inefficace puisque ce conseil n’a pas pu se réunir par manque de conseillers présents74 ! À Courthézon, cette prière est pourtant notée en pleine période d’interdiction religieuse pour les réformés qui sont censés être devenus de bons convertis. C’est donc une double preuve de leur présence toujours influente et de la coexistence toujours pratiquée alors que le régime de bi-confessionnalité a été officiellement aboli. Le ton est donné avec cette invocation délibérément neutre dans le conseil, devenu un lieu de rencontre destiné à un seul but, le bien de la communauté. La parité est parfaitement intégrée comme mode de cohabitation pacifique, même dans une situation difficile75. Chaque temps de la vie publique a été envisagé par un texte spécifique, avant et après les réunions, les élections des consuls et les discrépances76 qui obligent à tenir une séance ultérieure. La mise par écrit de ces prières montre bien l’importance que les Orangeois leur accordent, quel que soit le contexte politique puisqu’on les trouve régulièrement dans les registres. Ces traces multiples, heureusement conservées, attestent d’un usage devenu fréquent dans toutes les circonstances de l’administration publique. Quand les consuls et conseillers, catholiques et réformés, prient ensemble, ils représentent alors les deux corps confessionnels de leur communauté unie qui se place sous la protection divine, sans oublier l’éloge de leur prince.

  • 77 ADV, 1 G 310, fol. 318.

21L’arrivée des troupes françaises modifie le contexte politique en supprimant ce bipartisme, insupportable au roi Très Chrétien. En 1694, période d’occupation française, lors de sa visite pastorale à Courthézon, l’archevêque est reçu par les consuls, tous anciens catholiques, et le capitaine de la cité, c’est-à-dire Pierre de Beaucastel, un nouveau converti qui en profite pour demander la permission de placer, dans l’église, son banc devant celui de la femme du premier consul77. Ce noble réformé, qui a occupé la charge de premier consul en 1685, l’année de l’occupation française, entend bien que sa place, dans l’espace liturgique catholique, témoigne de son rang social prééminent. L’acceptation de cette demande par l’archevêque s’explique, peut-être, par le désir d’accueillir cette « brebis égarée » le mieux possible. Le bilan de cette visite est positif avec des autels entretenus, une confrérie des pénitents noirs actifs, sans aucune mention des réformés. Que peuvent penser les vignerons catholiques de cette situation où les anciennes élites maintiennent leur domination, malgré la reconquête militaire et religieuse ?

  • 78 ACC, GG 14, fol. 162.
  • 79 ACC, GG 15, fol. 74.
  • 80 ADV, 3 E 35/384, fol. 505.
  • 81 ADV, 3 E 35/384, fol. 610.
  • 82 ACC, GG 14, fol. 164 et 166.

22Le retour à la parité confessionnelle qui suit la paix de Ryswick en 1697 ne dure pas longtemps car, en 1703, après la mort de Guillaume III de Nassau, les réformés orangeois partent en exil à Genève pour ne pas être obligés d’abjurer comme en 1685. Entre 1703-1764, les curés notent les noms de ceux qui « estoient morts sans avoir fait leur devoir de catholique apostolique et romain » et qui ont donc été privés de sépulture ecclésiastique78. Ils sont au nombre de 36, soit 14 hommes et 22 femmes qui ont vécu depuis 1703 sans pasteur, mais en gardant fidélité à leur foi. Parmi ces « opiniâtres », on trouve Louis Roussière79, né en 1679, fils d’Etienne, consul en 1701, qui a épousé en février 1698 Marie Anastay, originaire de Gordes, apportant une dot constituée d’une maison et de la somme de 800 livres80. Quelques mois plus tard, Louis dicte son testament réformé avec un legs de 8 livres destinés aux pauvres du consistoire81. Tous deux décèdent sans abjurer, Marie en 1744 et Louis en 1764, à quatre-vingt-dix ans82. Grâce à un prêtre consciencieux, on sait que Jeanne Riffard, belle-fille du cardeur et consul Antoine Garagnon qui fut aussi ancien et secrétaire du consistoire, fit de même :

  • 83 ACC, GG 15, fol. 166.

« l’an 1749, 25 du mois de novembre ayant été appellé pour voir Jeanne Riffard, femme de François Garagnon tailleur qui etoit dangeureusement malade et qui avoit proffesse pendant sa vie la religion protestante pendant les differents visites que je luy fis je luy demandois toujours si elle voulait mourir dans la religion quelle avoit vécu elle me repondit toujours et me fit comprendre dans les différentes réponses qu elle me fit et quelle fit a ceux qui l interrogaient en ma presence quelle ne voulait point changer de religion et qu elle voulait mourir dans celle qu elle avoir recu et tout ce que je puis luy dire et luy faire dire pour luy faire comprendre les erreurs et le triste etat dans lequel elle étoit et dans lequel elle soubsistoit de mourir [je] ne fus pas capable de la faire revenir et elle mourut le meme jour dans ses mauvais senttimens ce qui m’obligent de la priver de la sepulture ecclesiastique en foy de quoi me suis signe heure et jour susdit83. »

23Ces mots auraient pu être aussi ceux de sa belle-mère, Judith Plèche, veuve d’Antoine Garagnon, décédée en janvier 1727 dans sa quatre-vingt-cinquième année.

Conclusion

24Dans l’espace public de la principauté, le fonctionnement du système biconfessionnel intègre totalement les réformés. À Orange et Courthézon, les communautés protestantes ont leurs lieux (temples et cimetières intra muros) et leurs institutions propres (assemblées des chefs de famille, consistoires). Leurs représentants participent, à égalité, au gouvernement urbain avec les catholiques selon les modalités de l’édit princier. Les différences confessionnelles apparaissent peu dans la gestion urbaine parce que l’espace public partagé est aussi un espace commun. L’esprit de concorde et le loyalisme envers le prince sont des valeurs exprimées en particulier par les prières volontairement œcuméniques qui sont retranscrites selon la bonne volonté des scribes. À Courthézon, les compositions du conseil témoignent d’une présence, constante, des réformés ou des nouveaux catholiques, selon les périodes de liberté ou d’interdiction religieuse. Cette organisation biconfessionnelle, voulue par les princes et vécue par ses sujets des deux confessions, explique l’enchantement ressenti par la jeune Anne-Marguerite Petit.

Notes

1 Du Noyer (Mme), Mémoires, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2005, p. 30.

2 À Orange, ils ont malheureusement été brûlés pendant l’occupation de la principauté tandis qu’à Courthézon, trois registres existent encore et couvrent les années 1617-1701, cotés GG 16, GG 17, GG 18.

3 La Pise J. de, Tableau de l’histoire de princes et principauté d’Orange, La Haye, Théodore Maire, 1640 ; Arnaud E., Histoire des protestants de Provence, du Comtat Venaissin et de la principauté d’Orange, Paris, Grassart, 1884, vol. 2, p. 167-375 ; Pontbriant A. de (Comte), Histoire de la principauté d’Orange, Paris, La Haye, 1891, rééd. en facs., 1980, p. 102-272 ; Leemans W. F., La principauté d’Orange de 1470 à 1580 : une société en mutation, 2 vol., Hilversum, Verloren, 1986 ; Venard M., Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d’Avignon au XVIe siècle, Paris, Éditions du Cerf, 1993, p. 461-484, 768-776 ; Delsalle P. et Ferrer A., Les enclaves territoriales aux temps modernes, XVI-XVIIIe siècles, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2000, où sont évoquées les enclaves du Comtat Venaissin et des États du pape mais rien sur la principauté d’Orange.

4 Moulinas R., « Orange », dans Bely L. (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 930-931.

5 Leemans W.-F., « Conflits religieux à Orange à l’époque de la réforme », Provence historique, 38, fasc. 151, janvier-mars 1988, p. 3-10.

6 Venard M., « Mosaïque politique, carrefour culturel, et frontières confessionnelles dans la province ecclésiastique d’Avignon au XVIe siècle », dans Sauzet R. (dir.), Les frontières religieuses en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Actes du 31e colloque international d’études humanistes, Paris, Vrin, 1992, p. 303.

7 L’ordonnance de Villers-Cotterêts ne s’applique pas dans ce territoire extérieur au royaume de France. Les registres paroissiaux sont assez lacunaires.

8 Cockborne A.-M. de, « Courthézon, actes de baptêmes, mariages, sépultures », Cercle généalogique de Vaucluse, no 12, décembre 1996, p. 8.

9 Archives communales de Courthézon (ensuite ACC), GG 17, fol. 2v, novembre 1631.

10 ACC, GG 17, fol. 203v.

11 Poton D., Saint-Jean-de-Gardonnenque : une communauté réformée à la veille de la Révocation (1663-1685), Gap, Ophrys, 1985, p. 10, 26, 27.

12 Moreil F., « Les consistoires de la principauté d’Orange (XVI-XVIIe siècles) », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français (ensuite BSHPF), 153/4, 2007, p. 505-524.

13 Arnaud E., Histoire des protestants de Provence, vol. 2, p. 345.

14 Feuillas C., « Tolérance dans la principauté d’Orange », dans Bolle P. (dir.), L’édit de Nantes : un compromis réussi ? Une paix des religions en Dauphiné-Vivarais et en Europe, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1999, p. 156-168.

15 Archives départementales de Vaucluse (ensuite ADV), 2 E 25/41, fol. 187-206 ; Moreil F., « Orange au XVIIe siècle : une principauté “mi-partie” », Liame, no 21, La coexistence religieuse dans la paix (XVI-XIXe siècle), 2011, p. 49-78. Le texte intégral de cet édit y est publié en annexe.

16 Durand S., Les villes en France XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Hachette, 2006, p. 47-59.

17 Sauzet R., Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIe siècle : le diocèse de Nîmes de 1598 à 1694, thèse de doctorat, Lille, Université de Lille III, 1978, p. 187-201.

18 Christin O., « La coexistence confessionnelle 1563-1567 », BSHPF, 139/4, 1995, p. 489.

19 Luria K. P., Sacred Boundaries: Religious Coexistence and Conflict in Early-Modern France, Washington, DC, Catholic University of America Press, 2005, p. 3-26; Eurich A., « Religious toleration and confessional identity: Catholics and Protestants in seventeenth century Orange », Verein für Reformationsgeschichte, 97, 2006, p. 249-275.

20 Venard M., « Protestants et catholiques à Orange : entre sûreté et égalité », dans Lacava M.-J. et Guicharnaud R. (dir.), L’édit de Nantes : sûreté et éducation, Montauban, Société Montalbanaise d’étude et de recherche sur le protestantisme, 1999, p. 51-67.

21 Voir le texte de Bertrand Forclaz dans ce volume. Contrairement à Utrecht, les catholiques ne sont pas exclus de ces charges, sauf durant les années 1589-1599 quand le conseil est accaparé par les réformés.

22 Hollard C.-F., Archives des princes, de la principauté, du parlement et du conseil de guerre d’Orange : répertoire numérique détaillé, Avignon, Département de Vaucluse, 2005, p. 111-117.

23 Birnstiel E., « Les chambres mi-parties : les cadres institutionnels d’une juridiction spéciale (1576-1679) », dans Poumarède J. et Thomas J. (dir.), Les parlements de province : pouvoir, justice et société du XVe au XVIIIe siècle, Toulouse, FRAMESPA, 1996, p. 121 ; Capot S., Justice et religion en Languedoc au temps de l’Édit de Nantes : la chambre de l’Édit de Castres (1579-1679), Paris, École des Chartres, 1998.

24 Voir le texte de Jérémie Foa dans ce volume.

25 Voir le texte de Laurence Croq dans ce volume ; Archives communales d’Orange (ensuite ACO), BB 28, fol. 80-81, février 1636 ; Mentzer R., « Les débats sur les bancs dans les Églises réformées de France », BSHPF, 152/3, 2006, p. 393-406.

26 Moreil F., « Les temples protestants de la principauté d’Orange sous l’ancien régime », BSHPF, 152/3, 2006, p. 457-479.

27 ACO, BB 33/1, fol. 28 et 31.

28 Il n’y a aucune visite pastorale pour la ville d’Orange postérieure à cette remarque.

29 Eurich A., « La sacralisation de l’espace : récupération de la culture civile dans la France des XVIe et XVIIe siècles », dans Hollard C.-F. et Moreil F. (dir.), La principauté d’Orange du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Actes du colloque de l’université d’Avignon, Mémoires de l’académie de Vaucluse, 9e série, vol. 4, 2006, p. 95-113.

30 Derlange M., Les communautés d’habitants en Provence au dernier siècle de l’ancien régime, Toulouse, Association des publications de l’université de Toulouse-Le Mirail, 1987.

31 Eco U., Vertige de la liste, Paris, Flammarion, 2009.

32 Voir les textes de David Garrioch et de Christian Grosse dans ce volume.

33 Voir le texte de Barbara Diefendorf dans ce volume.

34 ACC, GG 17, fol. 49v.

35 ACC, GG 18, fol. 24v.

36 ACC, GG 17, fol. 167.

37 ACC, GG 17, fol. 202v.

38 ACC, GG 18, fol. 127v, 15 octobre 1679.

39 ACC, GG 17, fol. 21-22 et 186-187.

40 ACC, GG 17, fol. 37v.

41 ACC, GG 18, fol. 154.

42 ACC, GG 17 fol. 110 et 113 ; Bertheau S., « Le consistoire dans les Églises réformées du Moyen-Poitou au XVIIe siècle », BSHPF, 106/3, 1970, p. 356.

43 Estebe J. et Vogler B., « La genèse d’une société protestante : étude comparée de quelques registres consistoriaux languedociens et palatins vers 1600 », Annales ESC, 1976, no 2, p. 362-388 ; Soman A., « Le registre consistorial de Coutras 1582-1584 », BSHPF, 126, 1980, p. 193-201.

44 ACC, GG 15 ; Mentzer R., « Le consistoire et la pacification du monde rural », BSHPF, 135, 1989, p. 373-389.

45 ACC, GG 18, fol. 50.

46 Livre des délibérations de l’Église réformée de l’Albenc (1606-1682), édition de Francillon F., Paris, Champion, 1998, p. 60, 65, 68, 134, 151, 174, 180, 185, 189, 190, 231, 243.

47 Bolle P., Le protestantisme en Dauphiné au XVIIe siècle : religion et vie quotidienne à Mens en Trièves, Die et Gap (1650-1685), La Bégude de Mazenc, Curendera, 1983, p. 66-70.

48 Labrousse E., « L’Église réformée du Carla en 1672-1673 d’après le registre des délibérations de son Consistoire », BSHPF, 106/3, 1960, p. 207.

49 ACC, GG 17, fol. 66.

50 Dans le registre consistorial suivant, GG 18, il continue jusqu’en 1677, date de sa mort.

51 Voir le texte d’Olivier Christin dans ce volume.

52 Voir le texte de Philippe Chareyre dans ce volume.

53 Grosse C., « Conclusion », dans Mentzer R., Chareyre P. et Moreil F. (dir.), Dire l’interdit : the Vocabulary of Censure and Exclusion in the Early Modern Reformed Tradition, Leiden et Boston, Brill, 2010, p. 342.

54 ACC, GG 17, fol. 6v, 12 juillet 1632.

55 ADV, 2 E 25/41, fol. 187-206, articles 2, 16, 18.

56 ACO, 126 Z 2, Supplication par ses sujets de religion réformée.

57 Venard M., « Protestants et catholiques à Orange », p. 51-67.

58 ACO, BB 29/2, fol. 359v-363.

59 Amalou T., Une concorde urbaine : Senlis au temps des réformes (1520-1580), Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2007, p. 109.

60 Christin O., « Conclusion », dans Boisson D. et Krumenacker Y. (dir.), La coexistence confessionnelle à l’épreuve. Études sur les relations entre protestants et catholiques dans la France moderne, Lyon, RESEA, 2009, p. 231.

61 ACO, BB 20, fol. 37 en 1583, fol. 93 en 1584, fol. 136 en 1585, fol. 239 en 1586, fol. 343 en 1587.

62 ACO, BB 23, fol. 208v.

63 ACO, BB 19, fol. 206.

64 ACO, BB 25, fol. 1.

65 En 1614, les consuls sont Guillaume de Rame, André Vigouroux, Philippe Gilles, Pierre Bilhol et, en 1615, Antoine Isnard, André Reynaud, Jean-Baptiste de Fournier, Nicolas Videau.

66 ACO, BB 31, fol. 130v, 8 décembre 1664, par exemple.

67 ACO, BB 30, fol. 3, en mai 1650, par exemple.

68 ACO, BB 31, fol. 241.

69 ACO, BB 32/1, fol. 1.

70 Ou divergence.

71 ACO, BB 65.

72 ACC, BB 5, 1er mai 1693.

73 ACO, BB 32, fol. 1; BB 27, fol. 284, 291, 327, 336v.

74 ACO, BB 33/2, fol. 231.

75 François E., Protestants et catholiques en Allemagne : identités et pluralisme à Augsbourg, 1648-1806, Paris, Albin Michel, 1993, p. 25.

76 Ou divergence.

77 ADV, 1 G 310, fol. 318.

78 ACC, GG 14, fol. 162.

79 ACC, GG 15, fol. 74.

80 ADV, 3 E 35/384, fol. 505.

81 ADV, 3 E 35/384, fol. 610.

82 ACC, GG 14, fol. 164 et 166.

83 ACC, GG 15, fol. 166.

Auteur

Maître de conférences à l’université d’Avignon et des pays de Vaucluse, membre du centre Norbert Elias, EHESS. Après un doctorat sur le Languedoc à la fin du XVIIe siècle, elle travaille sur les protestants de la principauté d’Orange durant l’Ancien Régime.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540