Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gens de mer

 | 
Gérard Le Bouëdec
, 
Guerber Éric

Troisième partie. L'accession des marins et des marchands aux fonctions de gouvernement à l'époque médiévale

La place des milieux maritimes dans la genèse d’un État : l’exemple de Gênes (XIe-XVe siècle)

Georges Jehel

Texte intégral

1L’originalité de la relation entre ce qu’on appellera par commodité les milieux maritimes et la gestion de l’État en Italie s’observe tout particulièrement entre la Lombardie et la Toscane à travers un type de gouvernement qu’on désigne volontiers du nom de république urbaine qui se définit dans son organisation par l’expression de régime communal. Ce type de gouvernement, qui n’est pas spécifique des régions maritimes puisque Milan en est une sorte de prototype, offre, dans le cadre de cités-États où l’activité portuaire est prépondérante, des exemples prestigieux sous des modalités différentes. Auprès de Pise et de Venise, Gênes est l’un des plus remarquables.

La cité-État conséquence de l’émiettement des pouvoirs en Italie

2Que l’Italie soit devenue dans l’histoire de l’Europe l’exemple type d’une mosaïque politique renvoyant son identité à une expression géographique, n’est pas le moindre des paradoxes offerts par l’héritière de l’empire romain, un des modèles de centralisation et d’uniformité administrative, au moins sur le plan formel. Même si l’historiographie récente met tout en œuvre pour mettre en évidence la diversité effective que recouvre cette unité de surface.

  • 1 Pour une vue d’ensemble, voir Jehel G., La Méditerranée médiévale (350-1450), éd. A. Colin, Paris, (...)

3Tel est pourtant l’état de la péninsule dès la phase initiale de sa période médiévale. Celle-ci répond aux effets de différents facteurs qui sont d’abord les invasions gothiques puis les guerres meurtrières menées par les Byzantins contre les Lombards pour maintenir leurs positions. La période lombarde aurait pu être celle d’un retour convaincant à l’unité. La poussée franque initiée par Pépin le Bref évinça les Lombards au profit des Carolingiens. L’effondrement de l’empire carolingien ouvrit une longue époque d’hésitation autour des deux grands pouvoirs qui se disputèrent la prééminence en Italie, le pape et l’empereur. C’est au début de cette guerre d’usure, qui se prolongea sous différentes formes bien au-delà du XVIe siècle pour faire de l’Italie un enjeu européen ouvert à toutes les convoitises, que se cristallisèrent, entre 900 et 1100, ces formes d’autonomies régionales pour devenir progressivement des principautés et autres républiques urbaines ou cités-États. Leur concentration en Italie du Nord, où on en dénombre plus d’une centaine au XIIIe siècle, de la Lombardie à la Toscane, s’explique par le maintien des structures urbaines et de la tradition juridique d’origine romaine comme support de la citoyenneté. Elle fait contraste avec ce qu’on devait appeler le Mezzogiorno où se constituèrent de grands États sous l’appellation générique de Regnum autour de Palerme puis de Naples, plus pour des raisons d’ordre politique qu’économique ou culturel1.

  • 2 Lopez R. S., Naissance de l’Europe, Paris, Colin, 1962, p. 269 et 294.

4Cette appellation de cité-État pourrait prêter à confusion si l’on considère qu’en tant que cités ces entités n’avaient pas, entre le XIIe et le XIVe siècle, une extension territoriale suffisante pour prétendre au titre d’État et être comparées aux grands royaumes de l’époque s’agissant des responsabilités de gouvernement. Pour apprécier l’envergure d’une cité-État de la dimension de Gênes par rapport aux grands états territoriaux d’Europe, on dispose de quelques données chiffrées assez éloquentes. La valeur des exportations du royaume d’Angleterre au début du XIVe siècle a été estimée à 250 000 livres sterling. Le commerce maritime génois à la même époque est estimé à 4 millions de livres génoises : même en tenant compte du rapport de change favorable à la livre sterling, cela donne une idée de leur importance respective. En 1293, l’impôt sur le commerce maritime que prévoit de lever la Commune de Gênes est estimé à 3 822 000 livres. Cette somme est le triple de la moyenne des impôts levés par le Trésor royal français entre 1289 et 12922. Voilà qui permet de situer une cité-État italienne par rapport aux grands États territoriaux de cette époque.

La genèse de l’État génois et son rapport à la mer

  • 3 Géographie, trad. Tardieu A., Paris, Hachette, 1867, l. IV, 1-6.
  • 4 Benvenuti G., Storia della repubblica di Genova, Gênes, 1977, p. 7-16 ; Negri T. O. de, Storia di (...)

5Les périodes qui ont précédé l’émergence et l’affirmation de l’activité du port de Gênes restent entourées d’obscurité. Les plus anciennes attestations sont antérieures au Ve siècle avant J.-C. Un oppidum ligure est connu sur le site de la ville actuelle, actif jusqu’au IIIe siècle. Une nécropole de cette époque inventoriée a mis en évidence un important matériel céramique de facture grecque et étrusque qui témoigne de l’insertion précoce d’une fonction portuaire et d’une incidence maritime sur l’activité du site. Au Ier siècle, Strabon mentionne à plusieurs reprises l’emporium génois comme un centre de référence3. Ce que l’on en sait témoigne d’un dynamisme certain dans le cadre tyrrhénien. À l’époque romaine, la cité prend part aux guerres puniques aux côtés de Rome. Au cours de la période impériale, Gênes tient une place prépondérante dans le système maritime régional. Cette situation se prolongea avec l’arrivée des Goths en dépit des troubles suscités par les intrusions wisigothiques et vandales. En tant que siège du vicariat d’Italie, Gênes assuma une part de la présence byzantine en Méditerranée occidentale jusqu’au règne de Justinien, avant de tomber au pouvoir des Lombards. Elle fut alors rabaissée au rang de simple vicus et perdit une part de son rayonnement maritime fortement valorisé jusque-là par une composante socioéconomique identifiable aux gens de mer4.

Les reliques de saint Augustin

  • 5 Les circonstances de la mort de saint Augustin sont rapportées par Serge Lancel dans son Saint Aug (...)
  • 6 Vitale V., Breviario della storia di Genova, lineamente storici e orientamenti bibliografici, 2 vo (...)

6On sait qu’après leur conversion au catholicisme romain, les Lombards se chargèrent de la translation en 725 des reliques de saint Augustin5 qui, pour échapper à la profanation qu’elles auraient pu subir de la part des Sarrasins, avaient été transportées en Sardaigne. La mission de les rapporter à Gênes pour les transférer à Pavie fut confiée aux marins génois. L’événement fut revêtu d’une telle solennité qu’il ne pouvait être sans écho sur la conscience civique. Les gens de mer de la communauté génoise n’y étaient pas étrangers. Le roi des Lombards, Liutprand, se déplaça en personne pour recevoir les cendres du Père de l’Église et marqua cette cérémonie par la fondation d’un lieu de culte consacré à saint Augustin à Sanpierdarena où elles furent débarquées, à proximité immédiate de Gênes6.

Les Gens de mer à l’avant-garde de la défense de l’État

  • 7 Pirenne H., Mahomet et Charlemagne, Club des libraires de France, Paris 1961.
  • 8 Le point de vue de M. Lombard est bien résumé dans Espaces et réseaux du haut Moyen Âge, Paris/La (...)
  • 9 On pourra se reporter à Van Werveke H., Annexe bibliographique et critique, dans l’édition de l’Hi (...)
  • 10 Pour une vue générale sur la question, voir Durliat J., Les finances publiques de Dioclétien aux C (...)
  • 11 Jehel G., L’Italie et le Maghreb au Moyen Âge (VIIe-XVe siècle). Conflits et échanges, Islamiques,(...)
  • 12 Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale, ébauche d’une stratégie pour en empire (fin XIe- (...)

7Les perturbations survenues en Méditerranée occidentale à partir de 640 en rapport avec l’arrivée des Arabes au Maghreb, ont eu pour effet d’atrophier l’activité maritime et de provoquer un repli sur le monde rural. Cette interprétation renvoie à un vaste débat dont l’abondance historiographique, mettant en cause les thèses d’Henri Pirenne7 et de Maurice Lombard8, souligne les hésitations et la diversité des points de vue9. Cette question se relie à celle de savoir si l’activité maritime et l’économie commerciale étaient en déclin avant l’arrivée des Arabes et donc imputable à l’effondrement de l’empire romain ou si c’est aux Arabes qu’il faudrait l’attribuer. Là encore les points de vue divergent, mais leur confrontation a considérablement stimulé la recherche, et donné d’importants résultats sur le plan archéologique, numismatique et céramologique10. Compte tenu de sa position, Gênes ne pouvait manquer d’être concernée par ces évolutions et en particulier ses catégories socioprofessionnelles liées à la mer. De fait la cité ligure a été un des principaux protagonistes de la crise politico-militaire qui a secoué l’Italie tyrrhénienne des VIIIe-Xe siècles11. Elle fut d’ailleurs une cible privilégiée des attaques fatimides qui se sont déployées sur tout le littoral italien aux IXe et Xe siècles. Le sac de Gênes perpétré en deux temps, en 934 et 935, témoigne de l’intérêt porté par les agresseurs fatimides à une cité dont l’attraction ne pouvait être médiocre. Le pillage auquel les assaillants se sont acharnés, à deux reprises, par des opérations militaires au cours desquelles ils eurent à franchir l’obstacle d’une enceinte urbaine d’origine romano-byzantine pour s’emparer d’un important butin, composé entre autres de pièces de lin et de soie de haut prix, a laissé quelques traces textuelles12. Elles ne permettent ni de conclure à l’opulence d’une grande métropole, ni de rejeter l’idée que Gênes était vers 930 plus qu’une petite cité portuaire déjà active, assez dynamique pour faire ombrage aux corsaires sarrasins venus d’Afrique ou de Sicile, au point d’attirer l’attention des princes fatimides et de provoquer leurs représailles.

  • 13 Voir R. S. Lopez qui, dans Aux origines du capitalisme génois, An. Hist. Econ. Soc., 1937, no 47, (...)
  • 14 Airaldi G., « Vecchio e nuovo potere di Genova medievale : prospettiva per una rilettura delle ori (...)

8Cette relative prospérité ne pouvait être que le résultat d’une activité maritime d’une certaine envergure maintenue à travers les remous des invasions et sur laquelle s’est fondée l’expansion génoise des siècles suivants. Même si cette interprétation a été discutée en faisant ressortir que les bases du capitalisme génois sont liées à la rente foncière de nature féodale ou religieuse, elle ne saurait d’autant moins être rejetée que la suite des événements montre le rôle décisif joué par la marine dans l’élaboration d’une conscience « nationale » telle qu’elle apparaît au sein de chacune des cités-États qui éclosent au tournant de l’an Mil en Italie du Nord13. Le fait qu’on ait attiré l’attention sur l’amorce d’un déploiement naval génois more piratico14 dans cette période de danger, où rien n’était moins sûr que la route de mer, va dans ce sens.

9Enfin, et surtout, les événements de 934-935 ont pris, par le biais de la légende, valeur d’un processus fondateur de la conscience civique et contribué par là à déclencher un réflexe défensif qui est à l’origine de la genèse du pouvoir communal. Les gens de mer y ont eu un rôle déterminant.

  • 15 Jehel G., Les Génois en Méditerranée, op. cit., p. 13. On sait qu’une darse fut aménagée à Fontane (...)

10Notons d’abord que le contrecoup rétrospectif du sac de 934-935 a donné naissance à un cycle légendaire qui a émaillé la chronique génoise jusqu’au XVe siècle et qui a pris pour support territorial un espace lié au port, un lieu qui fut par la suite un des principaux arsenaux de Gênes, d’où vient peut-être son toponyme : Fontanella. La chronique nous rapporte en effet qu’un signe prémonitoire de l’attaque de la ville par les Sarrasins se serait manifesté sous la forme d’un jaillissement de sang du sol à cet endroit15. On peut difficilement ne pas prêter attention à un fait qui, tout légendaire qu’il soit, met en cause un lieu si hautement stratégique que peut l’être un chantier de construction navale pour un peuple qui dépend de la mer pour l’essentiel de son existence. Le lien entre l’écho de cette mémoire et les milieux maritimes est d’autant plus crédible que la suite des événements montre comment les gens de mer furent de plus en plus impliqués dans la vie politique de la cité dans un contexte de plus en plus tourmenté.

  • 16 Pour une vue d’ensemble de cette question, voir Pini A. I., « Dal Commune città-stato al Commune a (...)
  • 17 Forchieri G., « Dalla “Compagna” al “Popolo” », dans La storia dei Genovesi I, Gênes, 1981, p. 73- (...)
  • 18 Sur tous ces aspects, voir Negri T. O. de, Storia di Genova, op. cit., p. 232-237. Voir aussi Jehe (...)

11Pour prendre la mesure de cette évolution, il faut se reporter à un tournant majeur de l’histoire de la Gênes primitive : l’année 958. Depuis 950, Gênes qui fait partie du royaume de Lombardie, rattaché à l’Empire, est gouvernée par une famille vicomtale qui pour cela a reçu délégation royale. Face à ce pouvoir, l’évêque détient une autorité juridictionnelle qui suscite une rivalité avec le pouvoir vicomtal. Parallèlement se constitue une communauté citadine à laquelle on attribue, comme à toutes les communautés urbaines, le nom d’universitas, qui désigne l’ensemble des cives, émanation de ce qui correspond à la notion de populus, ou plebs selon les cas, mais qui dans la terminologie sociopolitique de l’Italie médiévale ne tarde pas à devenir le popolo, rassemblant ce qui forma assez rapidement une entité politique à laquelle on appliqua par la suite le nom de parti, quand se formèrent les deux grandes mouvances qui se partagèrent la vie politique italienne s’élargissant dans diverses circonstances au cadre européen sous le nom de parte guelfa et parte gibellina16. À Gênes, la reconnaissance de cette composante populaire formant avec le vicomte et l’Évêque le troisième pôle du corps politique de la cité s’opéra avec la rédaction du diplôme délivré par le roi Béranger II en 958. Elle prit le nom de Compagna communis. Celle-ci procède d’une décision collective prise par une assemblée populaire ou Parlamento qui exprime ainsi sa volonté de prendre part au gouvernement en tenant compte des autorités en place. De fait c’est cet organe fondé sur des associations de quartier, à caractère économique marqué (compagne rionale), qui prend progressivement une place prépondérante dans l’exercice du pouvoir jusqu’à en devenir l’élément central sous le nom de Commune17. Or les événements qui ponctuent l’histoire génoise à partir de cette époque sont caractérisés par un rassemblement de toutes les forces en présence. On y a vu une sorte d’union sacrée sous l’autorité de principe des pouvoirs vicomtaux et épiscopaux où la marine constituait l’équivalent d’une « force de frappe » pour assurer la défense de la communauté contre les exactions, pillages, menaces sur la sécurité du littoral et de la navigation. On peut comprendre ainsi pourquoi, assez rapidement, les Gens de mer s’imposèrent comme l’élément le plus dynamique de la construction politique qui prit le nom de Commune18.

12La chronologie des événements qui suivirent la création de la commune permet de vérifier concrètement l’emprise des Gens de mer sur le devenir de la cité-État et la prépondérance qu’elle y a exercée tout au long de son histoire.

  • 19 Jehel G, L’Italie et le Maghreb au Moyen Âge (VIIe-XVe siècle)…, op. cit.

13En 1015, face aux exactions dont ils ont été la cible, les Génois participent avec Pise à une expédition de représailles contre les pirates sarrasins installés aux Baléares. En 1016, la marine génoise lance une expédition navale contre Mujâhid, émir de Dénia, qui occupe une zone du littoral de Sardaigne. En 1034, les Génois participent à une attaque navale contre Bône sur le littoral maghrébin. On peut considérer ces opérations comme des escarmouches éparses destinées à réagir dans l’urgence à une situation critique19.

  • 20 Cowdrey H. E. J., « The Mahdia campaign of 1087 », dans English Historical Review, XCII, 1977, p.  (...)

14La coalition de 1087 organisée à l’initiative du pape Victor III contre le port de Mahdia, d’où partaient les flottes qui harcelaient le littoral italien, est un événement d’une portée beaucoup plus considérable où l’on a vu une préfiguration de la première croisade. C’est pour y prendre part qu’une association privée de marchands – armateurs en étroite liaison avec la genèse de la Compagna Comunis se forma à Gênes pour fournir les bateaux nécessaires à sa participation. Le retentissement de la victoire de la coalition qui s’accompagna du pillage de la ville soldé par un énorme butin de 300 000 pièces d’or, fut vécu à Gênes comme un facteur de la cohésion civique et un acte fondateur de la Commune de Gênes. Il est durablement resté dans la mémoire collective20.

  • 21 Negri T. O. de, Storia di Genova, op. cit., p. 223 ; Prawer J., Histoire du royaume latin de Jérus (...)

15À l’occasion de sa participation au siège d’Antioche en 1098, la flotte génoise aurait rapporté à Gênes les reliques de saint Jean-Baptiste alors qu’ils recherchaient celles de saint Nicolas de Bari, un des principaux saints patrons des pêcheurs et de la mer. C’est grâce aux pièces de bois tirées des bateaux qu’il dut détruire, pour qu’ils ne tombent pas aux mains des musulmans, que Guglielmo Embriaco fit construire les machines et les tours de siège qui permirent aux croisés d’entrer à Jérusalem en 109921.

  • 22 On trouvera dans Negri T. O. de, Storia di Genova, op. cit., p. 232 sq., une synthèse de cette dis (...)
  • 23 Heers J., Gênes au XVe siècle, Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1962, p. 36.

16Cette chronologie retrace les étapes de la montée en puissance de la marine génoise et de l’implication de plus en plus affirmée des gens de mer dans les domaines politique, diplomatique, économique et de tout ce qui relève des intérêts commerciaux et stratégiques de la Commune de Gênes. La caractérisation de la Compagna comme une association de quartier spécifiquement liée à la mer a été discutée. Pour certains auteurs, il s’agit d’un groupement de marchands ; pour d’autres, elle aurait une origine nobiliaire plutôt que populaire. Une argumentation convaincante a été proposée pour voir dans cette institution un groupement de gens de mer, du fait de l’étymologie du terme qui renvoie au partage du pain, cum, panis, entre des individus engagés temporairement dans une action commune et tout particulièrement à caractère maritime22. Cette lecture ne met pas en cause, bien au contraire, l’enracinement de la compagna dans le territoire urbain, puisque celle-ci donne très vite son nom aux circonscriptions administratives de la ville. Au XVe siècle, le territoire administratif de Gênes compte 10 compagne, ce qui souligne encore l’étroitesse du lien entre l’origine maritime de cette institution et l’histoire de la cité23.

La place des Gens de mer dans la société génoise

17Une des difficultés de la délimitation des catégories socioprofessionnelles, qui permettrait de définir plus précisément l’aire d’influence des gens de mer dans ces domaines, est due à l’absence de spécialisation marquée des activités dans la société génoise.

  • 24 Rappelons que les registres notariaux conservés aux Archives d’État de Gênes, comptent parmi les p (...)

18Cette délimitation est d’autant plus difficile que, dans le contexte génois, la notion de gens de mer a une acception très large. Elle dépasse le personnel de navigation, le monde de la construction navale et regroupe tous les artisans qui contribuent à l’armement et à l’organisation du voyage par mer et s’embarquent eux-mêmes très souvent. Le marchand itinérant y est associé soit comme simple usager, soit comme commanditaire par le système du nolisement individuel ou collectif qui est une forme habituelle du commerce maritime génois. Comment, par exemple, ne pas compter parmi les gens de mer les scribes de bord qui sont de véritables notaires et appartiennent à une catégorie de juristes pouvant exercer les plus hautes fonctions administratives ou politiques, eux qui officient régulièrement sur les bateaux pour enregistrer des actes dont l’importance qualitative ou quantitative est loin d’être négligeable ? En tant que tels, par leurs accointances et leur standing, qui rejoint bien souvent celui de l’aristocratie, les notaires représentent un maillon essentiel du lien entre les gens de mer et les rouages de l’État24.

  • 25 Pistarino G., « Gente del mare nel Commonwealth genovese », dans Ragosta R. (dir.), Le genti del m (...)

19Il s’agit donc d’un complexe socioprofessionnel profondément inséré dans la citoyenneté, à tous les niveaux de responsabilité, d’autant plus ouvert que la mer avec laquelle le Génois vit dans une familiarité quasi atavique est un exutoire naturel pour toutes les ambitions et un recours contre les aléas du quotidien pour tous ceux qui ont un revers à surmonter en y cherchant fortune. D’une manière générale, particulièrement pour ce qui concerne les métiers de haut niveau de spécialisation, comme les maîtres charpentiers ou les maîtres de hache qui forment une sorte d’élite et donc sont nécessairement impliqués dans la vie publique, la double carrière à terre et en mer, voire en outre-mer, est très courante25.

  • 26 Jehel G., « Januensis ergo mercator, ou le petit monde d’un homme d’affaires génois, le juge Guarn (...)
  • 27 Rappelons que le mot Arte est pour l’Italie médiévale ce qu’est la corporation dans le monde des m (...)
  • 28 Vitale V., Breviario della storia di Genova…, op. cit., p. 74.
  • 29 Heers J., Le clan familial au Moyen Âge, Paris, 1974.

20Un adage génois exprime bien cette indifférenciation professionnelle : Januensis ergo mercator26. Il faut entendre par là qu’un artisan, un juriste, un banquier, un médecin peut être marchand, ou navigateur négociant au long cours et en tout état de cause avoir un rapport direct à tout ce qui concerne la mer, la construction navale ou ce qui y est associé. Un signe non équivoque de cette diversité est qu’on ne trouve rien à Gênes qui ressemble à cette savante architecture des Arti qui structure la société florentine27. Les corporations de métier n’apparaissent que tardivement à Gênes et ne jouent pas en tant que telles un rôle politique significatif28. Si le milieu socioprofessionnel génois est fortement structuré, cette structuration se fait dans le cadre familial qui s’élargit sous une modalité clanique particulière à cette ville qu’on appelle l’albergo29.

21Dans ces conditions, il faut considérer le concept de gens de mer comme une nébuleuse large, consubstantielle de tout le corps social, perceptible à tous les niveaux de ressources et de compétence et donc nécessairement à même d’intervenir à tous les échelons de l’administration et du gouvernement sans le stimulus de la rivalité avec d’autres éléments puisque tout le monde, à Gênes, est directement ou indirectement en rapport avec la mer.

L’implication des Gens de mer dans la vie politique génoise

  • 30 Petti-Balbi G., « Magnati e popolani in area ligure » dans Magnati e popolani nell’Italia communal (...)

22Est ici visée l’élite de la société que l’on appelle en général dans la documentation médiévale italienne Magnati par opposition aux Popolani, mais qui reçoivent plutôt à Gênes l’appellation de Nobiles ou Maiores, voire Potenciores30.

  • 31 Agosto A., « Nobili e Popolari : L’origine del dogato », dans La storia dei Genovesi I, Gênes, 198 (...)

23On retrouve dans les listes consulaires établies à partir des Annales de Gênes des noms de famille qui sont connus comme hommes d’affaires ou entrepreneurs et souvent impliqués dans les activités maritimes. Chacun des individus désignés n’est pas nécessairement directement visé par ces rapprochements, mais, appartenant au même réseau familial, ils témoignent de l’influence sur la gestion et le gouvernement de la ville de groupes dominant la vie maritime. Dès l’origine de la Commune, l’enchevêtrement des intérêts publics et des intérêts privés s’impose comme une donnée structurelle de la vie de la cité, et, qu’elles soient d’origine nobiliaire ou populaire, au sens génois du terme, les élites ont quasiment monopolisé les charges consulaires31.

  • 32 Voir supra.
  • 33 Bach E., La cité de Gênes au XIIe siècle, Copenhague, 1955, p. 74-75.

24À la fin du XIIe siècle déjà, les Venti, les de Volta et les familles qui en dépendent, les de Volta Buroni, de Flexo ou Frexia comptent vingt consuls entre 1182 et 1194. Leurs alliés, les Fulco de Castello sont connus pour occuper une place prépondérante dans le commerce avec Constantinople et avec la Syrie, en association avec les Malloni qui paraissent aussi dans les listes consulaires. Les Doria qui comptent de nombreux représentants dans le monde de la mer, aussi bien pour le commerce que pour la guerre ou la piraterie, comptent sept consuls pour la même époque. De même en est-il pour les Embriaci qui doivent une part de leur renommée à Guglielmo Embriaco32, pour les Grilli et les Di Mare. Ces différents groupes étaient par ailleurs engagés soit dans le camp guelfe, soit dans le camp gibelin, autre signe de leur forte insertion dans le débat politique33.

25Parmi les meilleurs exemples qui s’offrent pour illustrer cette polyvalence au plus haut niveau, il suffit de parcourir les différentes facettes de la carrière de Benedetto Zaccaria.

  • 34 Lopez R. S., Genova marinara nel duecento Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante, Milan/Messine (...)
  • 35 Voir infra.
  • 36 Jehel G., Les Génois en Méditerranée, op. cit., p. 392.

26Issu d’une longue lignée d’entrepreneurs qui dans la deuxième moitié du XIIe siècle s’est distinguée tant dans les charges publiques34 que dans des opérations militaires, tout en accumulant un important patrimoine foncier au cœur de la cité ligure et dans ses environs, Benedetto Zaccaria se fait connaître en 1256 comme conseiller de la Commune de Gênes dans une transaction par laquelle celle-ci devait acquérir un territoire dans la région de Cagliari en Sardaigne. En 1259, une chronique anonyme le signale à la tête d’une flotte engagée devant Acre contre les Vénitiens. Ces données suffiraient à rendre compte de cette convergence des interférences entre fonctions administratives et navales assumées par une personnalité génoise dont la carrière ne cessa plus d’être représentative de la catégorie des gens de mer tout en se déployant dans le domaine de la diplomatie internationale. Mais outre d’avoir été un des principaux agents du complot ourdi en 1282 contre Charles d’Anjou, roi de Sicile, par le roi d’Aragon Pierre III et l’empereur Michel VIII Paléologue, il s’imposa comme un des plus importants industriels de son temps. En effet les contacts qu’il avait à la cour du Paléologue permirent à Benedetto et son frère Manuele d’acquérir l’exploitation des mines d’alun de Phocée et d’organiser une flotte pour le transport et la protection des convois de ce produit, essentiel au traitement des textiles dont l’industrie était en train de se développer en Occident et particulièrement en Italie. Sans négliger ses activités politiques internationales, Benedetto Zaccaria put déployer ses compétences navales en même temps que son sens de l’organisation commerciale dans des formes assimilées à un précapitalisme international de grande envergure. Ces compétences ne se limitèrent pas à cet aspect économique. En 1284, il participait, à la tête d’une flotte sous le commandement de l’amiral Oberto Doria, à la bataille de la Meloria par laquelle les Génois mettaient fin à leur profit à la rivalité séculaire qui les opposait aux Pisans. Zaccaria avait eu une action déterminante dans cette victoire. La notoriété qu’il en retira dut retenir l’attention sur le plan international puisque le roi de Castille, Sanche IV, fit appel à lui dans sa guerre navale contre le Maroc en lui décernant en 1291 le titre d’amiral de Castille (almirante mayor de la mar). Une mésentente avec le roi de Castille poussa Zaccaria vers la France. Depuis au moins la première croisade de saint Louis en 1248, les Génois étaient les partenaires habituels de la politique maritime des Capétiens. C’est à eux qu’on avait fait appel pour construire le port d’Aigues-Mortes35 ainsi que le Clos des Galées de Rouen. En appelant Benedetto Zaccaria pour organiser la flotte française de l’Atlantique et contrebalancer la prépondérance anglaise qui commençait à poindre, Philippe IV ne faisait que suivre la voie de ses prédécesseurs. En 1296, Zaccaria était promu amiraus generaus de la flotte royale. La même année, il réclame au roi de France 12 000 livres pour sa participation à une campagne militaire en Aquitaine36.

  • 37 Lopez R. S., Genova marinara nel duecento, op. cit., p. 130.

27On comprend qu’une activité aussi débordante sur le plan international n’ait pu s’exercer directement dans la vie politique de la métropole ligure, mais cela ne diminue en rien sa valeur d’exemple du poids des Gens de mer dans son devenir. De fait celui de Benedetto Zaccaria ne cessa pas de se faire occasionnellement sentir. En 1288, il avait reçu le titre de vicaire de la Commune de Gênes, pour agir avec pleins pouvoirs civils et militaires au nom de celle-ci en Palestine, à Tripoli et Acre37.

  • 38 Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale, op. cit., p. 81.
  • 39 Vitale V., Breviario della storia di Genova, op. cit., p. 74.
  • 40 Voir infra.
  • 41 Balard M., La Romanie Génoise (XIIe-début du XVe siècle), Rome/Gênes, 1978, p. 43.
  • 42 Jehel G., Aigues-Mortes, un port pour un roi, les Capétiens et la Méditerranée, Roanne, 1985, p. 1 (...)

28Le seul nom de Boccanegra suffirait à rendre compte de ce que représente la symbiose entre le milieu des Gens de mer et celui du monde des affaires et de la politique dans la Gênes médiévale. Au milieu du XIIIe siècle, les Boccanegra appartiennent à l’élite politico-économique génoise dont la prospérité est directement liée au commerce maritime. L’un d’entre eux, Jacopo Boccanegra, apparaît entre 1246 et 1253 auprès des plus grands noms de la noblesse génoise, les Grimaldi, Lercarii, Dentuti, di Negro, Usodimare, Ceba, Panzani, Spinola, Picamillii, parmi les créanciers de la cour de France pour le financement de la croisade38. C’est le moment où se prépare une étape décisive de l’évolution politique de Gênes qui aboutit en 1257 à la formation d’un gouvernement d’origine populaire qui, sous l’autorité d’un Capitaine du peuple, se substitue au régime consulaire et podestal, dominé par la noblesse. Le premier titulaire en est Guglielmo Boccanegra, qui, bien que d’origine patricienne, soutient la promotion d’une bourgeoisie d’affaires et artisanale qui avait déjà pris place dans les instances politiques sans en détenir les leviers de pouvoir. Jusque-là les gens de métiers servaient surtout de masse de manœuvre aux clans nobiliaires guelfes, mais plus souvent gibelins39. Cette première révolution met en évidence la bipolarisation de la vie politique génoise qui fixa durablement l’opposition entre les Nobiles et les Populares. Pris entre la résistance de la noblesse aux mesures notamment fiscales imposées et le manque d’expérience politique des Populares, le capitanat de Boccanegra fut de courte durée. Il prit fin en 1262 avec le retour au podestat nobiliaire. Mais cette expérience de gouvernement de type seigneurial n’en fut pas moins le signe prémonitoire d’un système promis à un grand avenir avec le dogat, dont un autre Boccanegra devait être le promoteur en 133940. Il témoigne également de l’influence des Gens de mer auxquels les Boccanegra ont toujours été étroitement liés. Le traité de Nymphée, par lequel les Génois retrouvaient à Constantinople la position prédominante que les Vénitiens leur avaient ravie, est un point fort de la politique extérieure de Guglielmo Boccanegra qui le signa avec Byzance en 126241. Il résulte essentiellement de l’influence des milieux d’affaires dont la marine est le prolongement naturel sur le monde extérieur. Cet acte diplomatique marque le rebond d’une expansion économique dont la mer est le support indiscutable. La synergie entre la politique de la cité et l’ouverture vers l’outre-mer condition impérative de la fonction de Gênes comme plaque-tournante de l’ensemble euro-méditerranéen y retrouve toute sa nécessité. Qu’un Boccanegra y soit associé n’a rien pour surprendre. Le prolongement de la carrière de Guglielmo Boccanegra montre à l’évidence qu’il a toute sa place parmi les Gens de mer. Quand saint Louis fait appel, en 1262, à un Génois pour tenir les fonctions de gouverneur du port d’Aigues-Mortes, il ne fait que se conformer à la collaboration entre Gênes et le royaume de France pour sa politique maritime. Qu’il se soit adressé à Guglielmo Boccanegra pour cela confirme la compétence de celui-ci dans ce domaine. Celle-ci était sans doute justifiée puisqu’en 1272 une convention rédigée à Marmande entre Philippe III et Guglielmo Boccanegra renforça la présence du Génois à Aigues-Mortes. Il fut stipulé que celui-ci partagerait avec le roi les profits de la gestion du port, en échange de quoi il serait chargé de l’aménagement et de l’entretien de l’enceinte et du port. Cette collaboration se poursuivit avec un autre Génois42.

29Bien d’autres indices de l’insertion des Boccanegra sont repérables dans la documentation tant dans le domaine maritime que dans celui de l’administration.

  • 43 Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale, op. cit., p. 247.
  • 44 Balard M., La Romanie génoise, op. cit., p. 541. On trouvera plusieurs mentions de Boccanegra dans (...)
  • 45 Annali genovesi di Caffaro e continuatori, trad. cit., vol. 9, p. 10.

30Un Boccanegra propriétaire d’une nave de grosse capacité fait du transport de marchandises vers le Maghreb en association avec un groupe de marchands au début du XIIIe siècle43. Dans les années 1260, Marino Boccanegra se distingue à la tête de flottes génoises dans diverses opérations en Méditerranée orientale44. Nicola Boccanegra, à la tête de deux tarides et de plusieurs autres embarcations, participe à des expéditions navales contre Pise en 1290, en même temps qu’il exerce les fonctions de vicaire de la Commune de Gênes en Corse45.

  • 46 Ibid., vol. 10, p. 54.
  • 47 Ibid., p. 66.
  • 48 Polonio V., L’amministratione della respublica genovese fra tre e quattrocento, ASLSP, Gênes, 1977 (...)
  • 49 Polonio V., L’amministratione della respublica genovese, op. cit., p. 158-159, 163.
  • 50 Voir Heers J., Gênes au XVe siècle, op cit. ; Balard M., La Romanie Génoise…, op. cit. ; Jehel G.,(...)

31En 1331, Jacopo Boccanegra participe à la délégation des clans gibelins qui se rendent à Naples pour répondre à l’appel que Robert, roi de Sicile et seigneur de Gênes, leur a adressé pour une négociation avec les clans guelfes de la cité46. En 1300, Marino Boccanegra, en tant qu’architecte du port de Gênes, est chargé d’en achever le môle47. En 1340, Antoine Boccanegra exerce les fonctions de responsable de la surveillance du port et du môle qui le prolonge. Les Boccanegra tiennent ainsi des postes importants dans un rouage essentiel de l’administration génoise : les Salvatores portus et moduli. Cette magistrature est affectée à la surveillance et à l’entretien du port de Gênes et de son môle. Ceux qui accèdent à ces fonctions sont nécessairement en relation directe avec les milieux maritimes en raison des compétences et de l’expérience de la mer qu’elles requièrent. Nombre d’entre eux qui ont exercé ces fonctions en ont occupé d’autres dans le cadre municipal et sont à la tête des clans qui animent la vie politique de la cité, soit dans les listes consulaires, soit comme membres du conseil du podestat ou de celui des Anciens48. Cette administration ainsi que celle qui s’occupe de la darse est détenue par l’élite sociale dont l’influence est prépondérante dans les domaines politique et maritime jusqu’au XVe siècle et sans doute au-delà. Un Gatilussio en 1365, un Grimaldi en 1371, 1374 et 1391, un Cibo en 1379 et 1383, un Giustiniani en 1391, un Centurione, un Lomellini en 1402, un Campofregoso, un Usodimare en 140549, qui ont eu des rôles de premier plan dans la vie politique de la république ligure, figurent constamment dans le domaine naval. Il en est de même pour les Spinola, Lercarii, Lomellini, Grilli, de Marini, Venti, Malloni, Fieschi50.

De la réforme de Simone Boccanegra à la création de la Banque de Saint Georges

  • 51 La bibliographie de cette question est quasiment inépuisable. On se limitera à renvoyer aux quelqu (...)
  • 52 Lopez R. S., « Nouveaux documents sur les marchands italiens en Chine, à l’époque mongole », dans (...)
  • 53 Gioffrè D., Il debito pubblico genovese, Gênes, 1966.

32De 1150 à 1350 environ, la République de Gênes fut entraînée dans une politique de conquête de marchés dont l’extension couvrait la quasi-totalité du monde connu de l’époque51, de l’Atlantique à l’Extrême-Orient52. La rivalité avec Pise et surtout Venise imposa aux Génois un surcroît d’effort qui pesa toujours plus sur le budget de l’État53, même si les profits des entrepreneurs privés y trouvèrent leur compte.

  • 54 Aux ouvrages généraux précités de De Negri et Vitale, il faut ajouter Petti Balbi G., Simone Bocca (...)

33Dans un contexte extrêmement troublé, où les conflits de clans se nourrissaient des enjeux internationaux que les rivalités entre Gênes et Venise ainsi que les antagonismes entre guelfes et gibelins attisaient, la nécessité d’une remise en ordre du système politique et financier s’imposa au milieu du XIVe siècle. C’est encore à un Boccanegra toujours appuyé sur la bourgeoisie d’affaires partie prenante des intérêts des Gens de mer que revint cette tâche. En 1339, Simone Boccanegra fut porté au pouvoir avec mission de réformer l’État. Il commença par instaurer un nouveau régime avec le titre de Dux Januensium et defensor populi, instaurant ainsi un Dogat, opération qui ne se réalisa pas sans difficulté puisqu’il fallut s’y reprendre à deux fois. Le réaménagement qui s’ensuivit renforça l’influence de l’entreprise privée sur l’État, ce qui le fragilisa en le plaçant sous la menace permanente de la seigneurie étrangère. C’est ainsi qu’après avoir connu celle de Robert de Naples (1318-1335), Gênes se plaça, en 1355, sous la tutelle des Visconti de Milan qui, ne pouvant s’imposer, durent rétablir Simone Boccanegra qui se maintint difficilement jusqu’en 1363. Il réussit toutefois au cours de cette période à mener une réforme administrative en s’appuyant sur des associations d’entrepreneurs, les compere, qui se virent chargées de gérer le budget de la Commune en recourant à un système d’emprunt financé par l’impôt qu’elles levaient au nom de l’État. On pourrait y voir une sorte de système obligataire assis sur un affermage de l’impôt. En dépit des efforts financiers auxquels l’État était contraint du fait d’une conjoncture tumultueuse tant sur le plan intérieur qu’extérieur, ce système aboutit au XVe siècle à un gouvernement très original tenu par un groupement de marchands armateurs. Son siège était situé à proximité immédiate du port, dans l’ancien palais du capitaine du peuple édifié par Guglielmo Boccanegra, symboliquement appelé Palais de la Mer (Palazzo a mar) puis Palais Saint-Georges, patron de Gênes. Cette institution fondée sur des intérêts privés essentiellement orientés vers l’activité navale, prit en charge le redressement de l’État sous le nom de Maison de Saint Georges puis de Banque de Saint-Georges54.

Les Doria

34L’histoire de cette grande famille génoise se confond avec celle de la cité tant pour ce qui est de la maîtrise du pouvoir que de la gestion des affaires publiques et des activités maritimes. On trouve des Doria à tous les niveaux de la vie politique, sociale et intellectuelle de l’État génois. Ils sont également présents dans tous les domaines de la vie économique, militaire et navale de la cité et comptent donc parmi les éléments les plus représentatifs du rôle des Gens de mer dans l’organisation et la gestion politico-administrative de la Gênes médiévale et moderne jusqu’au XVIIIe siècle.

  • 55 Boero F. M., Fieschi e Doria : Due famiglie per una città, Gênes, 1986, p. 79.
  • 56 Annali genovesi di Caffaro e continuatori, trad. cit., vol. 1, p. 59.
  • 57 Ibid., p. 88.
  • 58 Ibid., vol. 2, p. 197.

35Les Doria apparaissent dans la vie publique de Gênes en 1 100 à l’occasion d’une cérémonie publique55. En 1155, deux d’entre eux, Enrico et Simone sont membres du consulat désigné chaque année56. Enrico en fait encore partie en 116257 ainsi qu’en 118258.

  • 59 Imperiale di Sant’Angelo C. et Belgrano L. T., Annali genovesi…, cité supra.
  • 60 Airaldi G. (dir.), Gli Annali di Caffaro (1099-1163), Gênes, 2002.
  • 61 La période couverte par la chronique de Jacopo Doria va de 1280 à 1294.
  • 62 Sur l’environnement culturel du monde génois auquel les Gens de mer sont parfaitement intégrés, vo (...)
  • 63 Sur le rôle d’Oberto Doria dans la bataille de la Meloria en 1284 contre Pise, voir Negro T. O. di (...)
  • 64 Arnaldi G., « Gli Annali di Jacopo Doria, il cronista della Meloria », dans Genova, Pisa e il medi (...)
  • 65 Giorgio Stella, Annali genovesi dopo Caffaro e continuatori, trad. italienne Roccataglia Ceccardi (...)
  • 66 Ibid., p. 150.
  • 67 Ibid., p. 88.

36Les Annales de Gênes comptent parmi les plus anciennes chroniques urbaines de l’Italie médiévale. Elles se poursuivent sans interruption de 1099 à 138259 et offrent un exemple particulièrement significatif d’hommage civique. L’une des grandes personnalités du XIIe siècle génois, Caffaro di Rustico di Caschifellone60, qui participa à la prise de Césarée en 1100 en fut le premier rédacteur. Les Doria y eurent leur part en la personne de l’un des leurs, Jacopo Doria61. Il se plaça ainsi dans la trajectoire d’un humanisme qui se poursuivit jusqu’au XVe siècle62. À la différence de ses frères, Oberto63 et Lamba, ou de son neveu, Corrado, fortement impliqués dans l’action navale, Jacopo se révéla beaucoup plus attiré par une vie consacrée à l’étude des archives. Son récit fourmille de références à sa famille dans tous les aspects de la vie publique mais particulièrement dans le domaine maritime au moment des grands affrontements avec Pise, où elle s’est illustrée64. Les Doria ne se sont pas limités à des rôles importants dans la métropole ligure, ils ont participé à l’extension de l’influence génoise outre-mer. En 1339, un Doria est à la tête d’une flotte qui se rend en Flandre pour se mettre au service du roi de France65. En 1345, Rosso Doria est à Constantinople sous les ordres de l’empereur avec le titre de Décurion66. En 1357, Baldo Doria est donné comme un des premiers résidents du comptoir génois de Caffa en mer Noire67.

  • 68 Jarry E., Les origines de la domination française à Gênes (1392-1402), Paris, 1896, p. 493-496.
  • 69 Balard M., « Il sistema portuale genovese d’Oltremare (secc. XIII-XV) », dans Doria G. et Massa Pi (...)

37Cette omniprésence du clan Doria parmi les groupes familiaux qui dominent la vie politique de Gênes s’observe encore au XIVe siècle. La liste des signataires des procès-verbaux des conseils de la ville dont on dispose pour l’année 1396 nous montre que sur les 49 groupes familiaux représentés à la séance du 23 octobre, au cours de laquelle fut prise la décision de placer le gouvernement de Gênes sous la seigneurie du roi de France Charles VI, on dénombre 12 Doria, 12 Lomellini, 11 Spinola, 10 Di Negro, 9 De Volta. Tous appartiennent à l’élite des Gens de mer de la société génoise68. En 1441, on trouve encore un Doria comme directeur du port du fondouk génois de Caffa69.

Andrea Doria marin et homme d’État

38Si Christophe Colomb avait exercé ses talents politiques, qu’on ne saurait contester, à Gênes et non en Ibérie où il fut entre autres l’ambassadeur de la cour d’Espagne dans le Nouveau Monde, c’est à lui que reviendrait la palme d’une carrière prestigieuse qui dut tout à la mer. Il faut donc se tourner vers Andrea Doria pour cette attribution, lui qui conjugua la mission d’amiral des flottes françaises puis des Habsbourg à celle de grand réformateur et chef de l’État génois.

  • 70 Jehel G., « Les Cibo de Gênes, un réseau méditerranéen au Moyen Âge », dans Balard M. et Ducellier(...)
  • 71 Boero F. M., Fieschi e Doria…, op. cit., p. 138 ; Negri T. O. de, Storia di Genova, op. cit., p. 6 (...)
  • 72 Jarry E., Les origines de la domination française à Gênes, op. cit., ad indicem.
  • 73 Jehel G., « L’État Génois au Moyen Âge, entre crise et réforme », op. cit.

39Né à Oneglia, en Ligurie occidentale en 1466, Andrea Doria se fait connaître du pape génois Innocent VIII, de la grande famille des Cibo70, pour se mettre à son service en qualité de condottiere et intervenir dans différentes opérations militaires à terre et en mer à partir de 150371. Il se distingue donc très vite par des conceptions novatrices en transférant sur mer le système de la condotta, mettant les services d’une flotte au plus offrant. Il s’illustre alors dans la course contre les Barbaresques avec le titre de grand amiral que lui décerne la République de Gênes. En même temps qu’il accumule une fortune, avec laquelle il se fait construire un palais luxueux, sa compétence navale lui attire une renommée internationale. En 1522, il se rend à l’appel du roi de France, François Ier, tout en conservant Gênes comme port d’attache. En 1527, pour le compte de la France, il parvient à mettre fin à l’occupation de Gênes et s’y présente en libérateur, obsédé par l’idée de délivrer la cité de la tutelle étrangère sous laquelle elle fut contrainte de se placer à plusieurs reprises aux XIVe et XVe siècles, et notamment celle de la France. En effet, à partir de 1396, sous le règne de Charles VI, Gênes avait été gouvernée successivement par Enguerrand de Coucy agissant pour le compte de Louis d’Orléans, Valéran de Luxembourg de Saint Pol, Collart de Calleville. Mais la personnalité la plus marquante ayant exercé la fonction seigneuriale au nom du roi de France avait été Jean le Meingre dit Boucicault, maréchal de France, qui parvint à se maintenir de 1401 à 140872. Sans que l’on puisse dire que ce régime étranger ait accusé les désordres, on peut estimer qu’il ne les a pas réduits. Ce qu’on a appelé la girandola des doges perpétuels s’est poursuivi jusqu’au XVIe siècle73.

  • 74 Vitale V., Breviario della storia di Genova., op. cit., p. 177-178.

40Conscient de la nécessité de mettre fin aux dérives du régime dogal et fort de l’autorité que lui conféraient ses succès navals, le grand Amiral s’appliqua dès son retour à Gênes à mettre tout en œuvre pour rétablir la liberté d’action de la métropole ligure. Il n’hésita pas pour cela à recourir à un stratagème audacieux. Convaincu de ce que les Français n’accepteraient jamais d’abandonner leurs prérogatives sur Gênes, à quoi s’ajoutait le sentiment qu’il n’était pas considéré à sa juste valeur dans le milieu maritime français, il décida de rompre l’alliance qu’il avait consentie avec la France pour s’entendre avec l’empereur Charles Quint qui lui paraissait être en position de force. En condottiere avisé, il profita de ce que son contrat avec François Ier était arrivé à terme pour se tourner vers Charles Quint qui était tout prêt à admettre ses conditions pour le prendre à son service. Le pacte qui fut conclu entre les deux parties témoigne de l’authenticité du sens de l’État dont fit preuve le Grand Amiral en s’engageant à agir non par intérêt personnel – Charles Quint était prêt à le payer grassement –, mais pour rendre à Gênes toute son indépendance. C’est donc un idéal de liberté qui inspira la démarche du Doria. En effet la convention signée à Madrid le 10 août 1528 stipulait que si la République ligure acceptait d’entrer dans l’espace territorial de l’empire Habsbourg, la pleine indépendance devait lui être reconnue tant sur le plan intérieur que sur celui de sa politique commerciale en même temps que sa souveraineté sur l’importante place de Savone, qui était depuis toujours sa rivale en Ligurie. Il ne s’agissait pas d’un acte de soumission de type féodal à l’empire mais plutôt d’un traité d’égal à égal entre deux États. En même temps qu’elle mettait fin à la prépondérance française en Italie, cette démarche faisait la démonstration des qualités politiques d’un grand marin qui se révélait être un homme d’État d’envergure74. Dans ces conditions, dès son retour à Gênes, son autorité fut reconnue sans la moindre contestation. Refusant une quelconque charge seigneuriale ou dogale, il fit en sorte que soit souligné qu’il agissait en tant que « citoyen privé » et n’accepta que le titre de « Prieur perpétuel », c’est-à-dire président du comité des Cinq Sindicatores chargés de surveiller le fonctionnement gouvernemental.

  • 75 Heers J., Gênes au XVe siècle, op. cit., p 564 ; Grendi E. « Profilo storico degli alberghi genove (...)
  • 76 Sur la subtilité de ces analyses, voir Agosto A., Nobili e Popolari…, op. cit., p. 96 et Grendi E. (...)
  • 77 Orlando furioso, chap. xv, où on lit à propos d’un des héros de l’épopée :
    « Avec de pareils hommes (...)
  • 78 Sur tous ces aspects, voir Les Doria, la Méditerranée et la Corse, textes réunis par M. Vergé-Fran (...)

41Il entreprit alors une des réformes les plus importantes dont l’État génois ait été l’objet depuis ses origines. Elle prolongea ses effets jusqu’au XVIIIe siècle, en prenant pour support une institution sociopolitique spécifique de la société génoise à caractère élitiste et clanique, l’albergo. Cette appellation désigne un regroupement de familles visant à structurer la noblesse génoise, dont les critères de reconnaissance sont toujours restés flous75, rassemblant les nobles d’origine consulaire et ceux qui venaient des populares, en vue de les distinguer d’une bourgeoisie d’affaires issue du populus76. Toutefois, si grande que fut la part d’Andrea Doria dans la mise en œuvre de cette réforme, elle résulte d’une longue élaboration commencée au moins depuis 1520 à l’initiative d’un autre représentant d’une des grandes familles dogales génoises : Ottaviano Fregoso. La commission des Douze Réformateurs formée de l’élite de la noblesse génoise, Grimaldi, Spinola, Doria, Centurione, Lomellini, Pallavicini, tous impliqués dans le monde des Gens de mer, en reprit les grandes lignes. L’objectif clairement affirmé était d’en finir avec le régime mis en œuvre par les Boccanegra en excluant du pouvoir tous ceux qui n’étaient pas inclus dans la noblesse définie par l’appartenance aux alberghi. Deux assemblées furent instaurées pour exercer le pouvoir législatif : le Grand Conseil (Maggiore Consiglio) formé de 400 membres choisis chaque année dans le Livre des nobles, et le Petit Conseil (Consiglietto) forme de 100 membres tirés au sort dans le Grand Conseil. Le Doge, élu selon des procédures démultipliées pour éviter les pressions voyait son mandat réduit à deux ans. Il était assorti de huit gouverneurs et huit procurateurs. Ces trois instances formaient la Seigneurie exerçant le pouvoir exécutif. Le tout était sous le contrôle de cinq Censeurs ou Supremi Sindicatores. Par l’autorité morale et juridique qu’il détenait en tant que Prieur perpétuel, à quoi s’ajoutait sa position de conseiller et de Grand Amiral de la flotte de Charles Quint qu’il continuait à être, Andrea Doria réussit à imposer la liberté d’action de Gênes et sa neutralité dans les relations entre la France et l’empire Habsbourg. Rien de tout cela ne pouvait être sans mécontenter la France et ceux des Génois qui étaient éloignés du pouvoir. Les conjurations se formèrent rapidement allant jusqu’à s’en prendre sans succès à la vie même du Grand Amiral. Elles n’empêchèrent pas la poursuite de sa carrière navale, dont l’éclat lui valut un éloge de l’Arioste qui en fit auprès de Charles Quint l’équivalent de Pompée, qui purgea le mare nostrum de la piraterie77. Il est vrai que tout en gardant la haute main sur la politique intérieure de Gênes, le Grand Amiral ne cessa de sillonner les mers au service de Charles Quint. En 1530, il conduisit une expédition contre le littoral maghrébin où les Turcs étaient en train de prendre pied, en attaquant Cherchell. En 1535, il poursuivit les Barbaresques jusqu’à Tunis. En 1536, il est aux côtés des Impériaux pour investir Toulon. Andrea Doria s’est donc définitivement rallié à Charles Quint face à une coalition amorcée par François Ier et poursuivie par Henri II entre la France et les Turcs dont les Barbaresques étaient les agents en Méditerranée occidentale. Pour l’heure, c’est le corsaire Dragut qui harcelait le littoral entre Provence et Corse. Il fut capturé en 1540 par un neveu d’Andrea, Gianettino Doria, mais après avoir été libéré, Dragut soutint l’offensive française contre la Corse où avait éclaté la révolte de Sanpiero pour se libérer de l’emprise génoise. En 1553, Andréa Doria, à 87 ans, fut nommé commandant suprême des forces de terre et de mer de la République de Gênes pour mener sa dernière campagne contre la Corse qu’il poursuivit jusqu’à sa mort en 1560. L’engagement des Doria auprès des Habsbourg se prolonge avec la participation décisive de Giovanni Andrea Doria, neveu d’Andrea, à la bataille de Lépante en 157178.

42Il apparaît ainsi que, dans le système sociopolitique génois, les élites de la mer, intimement mêlées au corps social, détiennent une prééminence incontestée dans tous les domaines de la vie publique. Un adage rapporté dans la littérature du XVe siècle génois exprime assez bien cette réalité :

  • 79 Agosto A., Nobili e Popolari…, op. cit., p. 91.

Navibus, ingeniis, opibus, merce, artibus, virtute, imperio,
Nobilis est Genua79,

43ne serait-ce que par cette mise en avant du mot navibus en tête de l’énumération de ce qui fait la célébrité de la ville.

  • 80 Anomimo Genovese Poesie edizione critica, introduzione, commento e glossario a cura di Luciano Coci (...)

44Un texte bien connu des familiers de l’historiographie médiévale génoise dont les sous-entendus politiques sont évidents mais qui n’en reste pas moins obscur et énigmatique quant à ses origines et ses intentions moralisantes appliquées à la vie quotidienne, offre bien des témoignages de la consubstantialité du système sociopolitique génois et de tout ce qui concerne la mer. C’est ce qu’on entrevoit dans le passage suivant80 .

Lo mondo segnifica lo mar

Le monde représente la mer

chi non po mai fermo star

qui ne peut se tenir immobile

che per caxon de quarche vento

à cause du vent

non e senza movimento.

qui n’est jamais sans mouvement.

Amaro e monto perfondo

Amer et très profond

è semejante a questo mondo

il est semblable à ce monde.(vers 170-175)

Notes

1 Pour une vue d’ensemble, voir Jehel G., La Méditerranée médiévale (350-1450), éd. A. Colin, Paris, 1992, et Delumeau J.-P. et Heullant-Donat I., L’Italie au Moyen Âge, Ve-XVe siècles, Paris, 2000.

2 Lopez R. S., Naissance de l’Europe, Paris, Colin, 1962, p. 269 et 294.

3 Géographie, trad. Tardieu A., Paris, Hachette, 1867, l. IV, 1-6.

4 Benvenuti G., Storia della repubblica di Genova, Gênes, 1977, p. 7-16 ; Negri T. O. de, Storia di Genova, Milan, 1968 réed. 1986, p. 21-150.

5 Les circonstances de la mort de saint Augustin sont rapportées par Serge Lancel dans son Saint Augustin, éd. Fayard, Paris, 1999, p. 665-666.

6 Vitale V., Breviario della storia di Genova, lineamente storici e orientamenti bibliografici, 2 vol., Gênes, 1955, p. 5 ; Negri T. O. de, Storia di Genova, op. cit., p. 147.

7 Pirenne H., Mahomet et Charlemagne, Club des libraires de France, Paris 1961.

8 Le point de vue de M. Lombard est bien résumé dans Espaces et réseaux du haut Moyen Âge, Paris/La Haye, 1972, p. 31-46.

9 On pourra se reporter à Van Werveke H., Annexe bibliographique et critique, dans l’édition de l’Histoire économique et sociale du Moyen Âge d’H. Pirenne, Paris, 1963, en particulier p. 185-190. Signalons quelques études particulièrement significatives de l’ampleur et de l’âpreté du débat : Lambrecht P., « Les thèses de Henri Pirenne sur la fin du monde antique et les débuts du Moyen Âge », dans Byzantion, XIV, 1939, p. 513-536 ; Lopez R. S., « Mohammed and Charlemagne, a revision », Speculum, XVIII, 1943, p. 14-38 ; Hymly F. I., « Y a-t-il eu une emprise musulmane sur l’économie des États européens du VIIIe au Xe siècle ? », dans Revue Suisse d’Histoire, 54, 1955, p. 31-81 ; Havigurst A. F., The Pirenne’s thesis : Analysis, criticism, and revision, Boston, 1958 ; Cahen Cl., « Quelques problèmes concernant l’expansion économique musulmane au haut Moyen Âge », dans L’Occidente e l’Islam nell’Alto Medio Evo, Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medio Evo, Spolète, 1965, p. 391-432 ; Lopez R. S., « Quaranta anni dopo Pirenne », dans La navigazione mediterranea nell’alto Medioevo, Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 14-20 avril 1977, t. XXV, 2 vol., Spolète, 1978., vol. I, p. 15-31. La question a été abordée avec d’intéressants compléments bibliographiques par Guichard P., « Les pays de la Méditerranée occidentale entre le Ve et le Xe siècle. Retour sur la problématique pirennienne » dans L’Occident musulman et l’Occident chrétien au Moyen Âge, Rabat, 1995 p. 75-90. On lira quelques vues intéressantes et en particulier un chapitre au titre évocateur, « Bataille d’historiens », dans Boutruche R., Seigneurie et Féodalité, Paris, 1959, t. I, p. 27-58.

10 Pour une vue générale sur la question, voir Durliat J., Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (188-888), Sigmaringen 1990 ; Lauranson Rosas C., « La romanité du Midi de l’an Mil », dans Delort R. (dir.), La France de l’an Mil, Paris 1990, p. 49-73 ; Jehel S. et G., De l’Antiquité au Moyen Âge, Continuités et ruptures, IIIe-XIIe siècle, éd. Ellipses, Paris 2009, en particulier, p. 171-180. Parmi les principales études auxquelles on peut se reporter sur les différents aspects de la question, on retiendra Guichard P., « Animation maritime et développement urbain des côtes de l’Espagne orientale et du Languedoc au Xe siècle » dans le Congrès des médiévistes Occident et Orient au Xe siècle, Actes du 1er congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public 1979, p. 187-207 ; Démians d’Archimbaud G. et Picon M., La céramique médiévale en Méditerranée occidentale, Xe-XVe siècles, Actes du colloque de Valbonne 1978, éd. du CNRS, 1980 ; Carandini A., « Pottery and the african economy » dans Trade and Ancient Economy, Londres 1983 ; id., « Il mondo della tarda Antiquità visto attraverso le merci » dans Società romana e impero tardo antico, Rome 1986 ; Morisson C. et Lafaurie J., « La pénétration des monnaies byzantines en Gaule mérovingienne et visigotique du VIe au VIIIe siècle », dans Revue numismatique, 1987, p. 38-98 ; Hodges R. et Whitehouse D., Mohammed, Charlemagne and the origins of Europe, Londres, 1983 ; Raynaud Cl., Le village gallo-romain et médiéval de Lunel-Le-Vieil (Hérault). La fouille du quartier ouest (1981-83), Besançon-Paris, 1990. Ajoutons que dans dans son fameux Naval power and trade in the Mediterranean A. D. 500 to 1100, Princeton, 1951, p. 43, le grand spécialiste d’histoire maritime Archibald R. Lewis signale des liaisons maritimes entre la péninsule Ibérique et les îles Britanniques aux VIe-VIIe siècles.

11 Jehel G., L’Italie et le Maghreb au Moyen Âge (VIIe-XVe siècle). Conflits et échanges, Islamiques, Paris, PUF, 2001.

12 Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale, ébauche d’une stratégie pour en empire (fin XIe-début XIVe siècle), Centre d’Histoire des Sociétés, université de Picardie, Amiens/Paris, 1993, p. 15-16 ; Kedar B. Z. « Una nuova fonte per l’incursione musulmana del 934-935 », dans Oriente ed Occidente tra Medio Evo ed Età Moderna, Studi in onore di Geo Pistarino, Gênes, 1997, vol. II, p. 605-615.

13 Voir R. S. Lopez qui, dans Aux origines du capitalisme génois, An. Hist. Econ. Soc., 1937, no 47, p. 429-454, développe l’idée selon laquelle le point de départ de l’activité commerciale génoise est lié aux revenus tirés des rentes foncières. L’auteur lui-même semble admettre l’idée d’un renouveau maritime assez précoce. Il n’est pas impossible de concevoir que les divers facteurs aient pu jouer conjointement sinon cumulativement. La construction navale pour la pêche et le petit cabotage d’une part, le revenu foncier d’origine aristocratique et ecclésiastique d’autre part, grossi très vite d’un courant d’investissement urbain diffus, enhardi par les profits de la guerre et de la course, ont très bien pu contribuer à activer la vie marchande.

14 Airaldi G., « Vecchio e nuovo potere di Genova medievale : prospettiva per una rilettura delle origini », dans La storia dei Genovesi, atti del convenio di studi sui ceti dirigenti nelle istituzioni della repubblica di Genova, 1er vol., Gênes, 1981, p. 29-48, en particulier p. 30.

15 Jehel G., Les Génois en Méditerranée, op. cit., p. 13. On sait qu’une darse fut aménagée à Fontanella dans la zone portuaire de Gênes en 1276, cf. Annali genovesi di Caffaro e continuatori, 5 vol., Rome, 1890-1929, trad. italienne Roccataglia Ceccardi C. et Monleone G., 11 vol., Gênes, 1923-1972, vol. 7, p. 149.

16 Pour une vue d’ensemble de cette question, voir Pini A. I., « Dal Commune città-stato al Commune admministrativo », dans Galasso G. (éd.), Storia d’Italia, Turin, UTET, 1982, t. 4, p. 451-587 ; Heers J., Les Partis et la vie politique dans l’Occident médiéval, Paris, 1981 ; Jehel G. et Racinet Ph., La ville médiévale, de l’Occident chrétien à l’Orient musulman, Paris, 1996. Sur les aspects génois, voir Vitale V., Breviario della storia di Genova, lineamente storici e orientamenti bibliografici, 2 vol., Gênes, 1955, p. 13-18.

17 Forchieri G., « Dalla “Compagna” al “Popolo” », dans La storia dei Genovesi I, Gênes, 1981, p. 73-89. Sur les origines et les caractères de la compagna comme entité sociologique définie territorialement comme un quartier avec des fonctions militaire et maritime ainsi qu’économique quand le qualificatif de rionale (qui se rapporte au marché) lui est attribué, voir Poleggi E. et Grossi Bianchi L., Una città portuale del Medioevo, Genova nei secoli X-XVI, Gênes, 1980, p. 41.

18 Sur tous ces aspects, voir Negri T. O. de, Storia di Genova, op. cit., p. 232-237. Voir aussi Jehel G., « L’État Génois au Moyen Âge, entre crise et réforme », dans Poderes publicos en la Europa Medieval : Principados, Reinos y Coronas, XXIII semana de estudios medievales, Estella, 1996, Pampelune, 1997, p. 211-233.

19 Jehel G, L’Italie et le Maghreb au Moyen Âge (VIIe-XVe siècle)…, op. cit.

20 Cowdrey H. E. J., « The Mahdia campaign of 1087 », dans English Historical Review, XCII, 1977, p. 1-30. Sur les aspects proprement génois, voir Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale, op. cit., p. 18.

21 Negri T. O. de, Storia di Genova, op. cit., p. 223 ; Prawer J., Histoire du royaume latin de Jérusalem, Paris, 1969-70, 2 vol., CNRS, Paris, 1969, I, p. 228-29.

22 On trouvera dans Negri T. O. de, Storia di Genova, op. cit., p. 232 sq., une synthèse de cette discussion.

23 Heers J., Gênes au XVe siècle, Activité économique et problèmes sociaux, Paris, 1962, p. 36.

24 Rappelons que les registres notariaux conservés aux Archives d’État de Gênes, comptent parmi les plus anciens et les plus importants fonds européens du genre. Ils constituent dans ce domaine de l’histoire sociale et économique la principale source d’information. Voir sur ce point Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale, op. cit., p. 111-115. Pour ce qui concerne les liens entre les notaires et les milieux politiques génois, voir Bach E., La cité de Gênes au XIIe siècle, Copenhague, 1955, p. 74-75.

25 Pistarino G., « Gente del mare nel Commonwealth genovese », dans Ragosta R. (dir.), Le genti del mare, Naples, 1981, I, p. 203-290.

26 Jehel G., « Januensis ergo mercator, ou le petit monde d’un homme d’affaires génois, le juge Guarnerius (1210-1221) », Journal of Medieval History, 4, 1978, p. 243-266.

27 Rappelons que le mot Arte est pour l’Italie médiévale ce qu’est la corporation dans le monde des métiers en France. Voir Jehel G., Villes d’Italie du XIIe au milieu du XIVe siècle, Sociétés, Pouvoirs, Économies, Cultures, Éditions du Temps, Nantes, 2004, p. 194.

28 Vitale V., Breviario della storia di Genova…, op. cit., p. 74.

29 Heers J., Le clan familial au Moyen Âge, Paris, 1974.

30 Petti-Balbi G., « Magnati e popolani in area ligure » dans Magnati e popolani nell’Italia communale, Atti del quindicesimo convenio di studio tenutosi a Pistoia nei giorni 15-18 maggio 1995, Bologne, 1997, p. 243-272. On retrouve là tous les noms des grandes familles génoises, âprement engagées dans la vie politique dont l’activité maritime est indissociable.

31 Agosto A., « Nobili e Popolari : L’origine del dogato », dans La storia dei Genovesi I, Gênes, 1981, p. 91-10.

32 Voir supra.

33 Bach E., La cité de Gênes au XIIe siècle, Copenhague, 1955, p. 74-75.

34 Lopez R. S., Genova marinara nel duecento Benedetto Zaccaria, ammiraglio e mercante, Milan/Messine, 1933, réed. Milan, 1996. Il apparaît dans cette étude, p. 21, n. 14, qu’un Zaccaria occupa des fonctions consulaires en 1202, un autre fut conseiller financier de la Commune en 1227, un troisième fut consul en 1297. Sur les différentes personnalités de la lignée des Zaccaria, voir aussi Caro G., Genua und die Mächte am Mittelmeer – 1257-1311, 2 vol., Halle, 1895-1899, Genova e la supremazia sul Mediterraneo, 1257-1311, 2 vol. , Gênes, 1975, (trad. du livre précédent par O. Soardi), ad indices.

35 Voir infra.

36 Jehel G., Les Génois en Méditerranée, op. cit., p. 392.

37 Lopez R. S., Genova marinara nel duecento, op. cit., p. 130.

38 Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale, op. cit., p. 81.

39 Vitale V., Breviario della storia di Genova, op. cit., p. 74.

40 Voir infra.

41 Balard M., La Romanie Génoise (XIIe-début du XVe siècle), Rome/Gênes, 1978, p. 43.

42 Jehel G., Aigues-Mortes, un port pour un roi, les Capétiens et la Méditerranée, Roanne, 1985, p. 139-141.

43 Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale, op. cit., p. 247.

44 Balard M., La Romanie génoise, op. cit., p. 541. On trouvera plusieurs mentions de Boccanegra dans cet ouvrage, voir l’index p. 955.

45 Annali genovesi di Caffaro e continuatori, trad. cit., vol. 9, p. 10.

46 Ibid., vol. 10, p. 54.

47 Ibid., p. 66.

48 Polonio V., L’amministratione della respublica genovese fra tre e quattrocento, ASLSP, Gênes, 1977, p. 157. Le recoupement avec les listes consulaires ou celles qui rassemblent les familles où se recrutent les membres des Conseils peut se faire avec les séries établies par A. Agosto dans Nobili e Popolari : L’origine del dogato, op. cit., p. 110-111.

49 Polonio V., L’amministratione della respublica genovese, op. cit., p. 158-159, 163.

50 Voir Heers J., Gênes au XVe siècle, op cit. ; Balard M., La Romanie Génoise…, op. cit. ; Jehel G., Les Génois en Méditerranée occidentale…, op. cit., ad indices.

51 La bibliographie de cette question est quasiment inépuisable. On se limitera à renvoyer aux quelques tentatives de synthèse que sont Stringa P., Genova e la Liguria nel Mediterraneo, insediamenti e culture urbane, Gênes, 1982 et Borzani L., Pistarino G., Ragazzi F., La storia illustrata di Genova, vol. I et II, Milan, 1993. Voir aussi Petti Balbi G., Negoziare fuori patria, Nazioni e Genovesi in età medievale, CLUEB, Bologne, 2005.

52 Lopez R. S., « Nouveaux documents sur les marchands italiens en Chine, à l’époque mongole », dans C. R. de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, avril-juin, 1977, p. 445-458. Pistarino G., Genovesi d’Oriente, Civico Istituto Colombiano, Gênes, 1990.

53 Gioffrè D., Il debito pubblico genovese, Gênes, 1966.

54 Aux ouvrages généraux précités de De Negri et Vitale, il faut ajouter Petti Balbi G., Simone Boccanegra e la Genova del Trecento, Gênes, 1991 ; Petti-Balbi G. (dir.), Strutture del potere ed élites economiche nelle città europee dei secoli XII-XVI, Naples, 1996.

55 Boero F. M., Fieschi e Doria : Due famiglie per una città, Gênes, 1986, p. 79.

56 Annali genovesi di Caffaro e continuatori, trad. cit., vol. 1, p. 59.

57 Ibid., p. 88.

58 Ibid., vol. 2, p. 197.

59 Imperiale di Sant’Angelo C. et Belgrano L. T., Annali genovesi…, cité supra.

60 Airaldi G. (dir.), Gli Annali di Caffaro (1099-1163), Gênes, 2002.

61 La période couverte par la chronique de Jacopo Doria va de 1280 à 1294.

62 Sur l’environnement culturel du monde génois auquel les Gens de mer sont parfaitement intégrés, voir Petti Balbi G., « Società e cultura a Genova tra Due et Trecento », Genova, Pisa e il mediterraneo, tra Due e Trecento, per il VII centenario della battaglia della Meloria, Gênes, 1984, p. 123-149 ; ead., « Il presente e il senso della storia in Caffaro e nei suoi continuatori », Il senso della storia nella cultura medievale italiana (1100-1350), Centro italiano di studi di storia e d’arte, Pistoia, 1995, p. 31-52.

63 Sur le rôle d’Oberto Doria dans la bataille de la Meloria en 1284 contre Pise, voir Negro T. O. di, Storia…, op. cit., p. 417 ; voir aussi Boero F. M., Fieschi e Doria : Due famiglie…, op. cit., p. 89.

64 Arnaldi G., « Gli Annali di Jacopo Doria, il cronista della Meloria », dans Genova, Pisa e il mediterraneo, op. cit., p. 587-620.

65 Giorgio Stella, Annali genovesi dopo Caffaro e continuatori, trad. italienne Roccataglia Ceccardi C. et Monleone G., parte seconda, p. 23.

66 Ibid., p. 150.

67 Ibid., p. 88.

68 Jarry E., Les origines de la domination française à Gênes (1392-1402), Paris, 1896, p. 493-496.

69 Balard M., « Il sistema portuale genovese d’Oltremare (secc. XIII-XV) », dans Doria G. et Massa Piergiovanni P. (dir.), Il sistema portuale della repubblica di Genova, Gênes, 1988, p. 342.

70 Jehel G., « Les Cibo de Gênes, un réseau méditerranéen au Moyen Âge », dans Balard M. et Ducellier A. (dir.), Migrations et diasporas méditerranéennes, pub. de la Sorbonne, 2002, p. 285-295. Il apparaît dans cette étude que le réseau familial des Cibo s’inscrit pleinement dans le profil de ces groupes appartenant aux Gens de mer autant qu’aux élites politiques.

71 Boero F. M., Fieschi e Doria…, op. cit., p. 138 ; Negri T. O. de, Storia di Genova, op. cit., p. 662.

72 Jarry E., Les origines de la domination française à Gênes, op. cit., ad indicem.

73 Jehel G., « L’État Génois au Moyen Âge, entre crise et réforme », op. cit.

74 Vitale V., Breviario della storia di Genova., op. cit., p. 177-178.

75 Heers J., Gênes au XVe siècle, op. cit., p 564 ; Grendi E. « Profilo storico degli alberghi genovesi », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps Modernes, t. 87, 1975, p. 241-302.

76 Sur la subtilité de ces analyses, voir Agosto A., Nobili e Popolari…, op. cit., p. 96 et Grendi E., « Profilo storico degli alberghi genovesi », op. cit., supra.

77 Orlando furioso, chap. xv, où on lit à propos d’un des héros de l’épopée :
« Avec de pareils hommes, il accroîtra l’antique empire romain de tous les pays où l’on peut aller par terre. De même, il sera victorieux sur la mer que l’Europe enserre, et sur celle qui s’étend au delà des plaines d’Afrique, dès qu’il se sera fait l’ami d’André Doria. C’est ce Doria qui doit mettre tous vos rivages à l’abri des pirates…
Pompée ne fut pas aussi digne de gloire que ce dernier, bien qu’il ait vaincu et détruit aussi tous les corsaires, attendu que ceux-ci ne pouvaient résister au plus puissant empire qui exista jamais. Mais ce Doria, par son seul génie, avec ses seules forces, purgera ces mers, de sorte que des rives de Calpé à l’embouchure du Nil, son nom, où qu’il s’entende, fera trembler tout navire. »

78 Sur tous ces aspects, voir Les Doria, la Méditerranée et la Corse, textes réunis par M. Vergé-Franceschi et A. M. Graziani, Ajaccio, 2001.

79 Agosto A., Nobili e Popolari…, op. cit., p. 91.

80 Anomimo Genovese Poesie edizione critica, introduzione, commento e glossario a cura di Luciano Cocito, Rome, Ateneo, 1970. Voir aussi Jehel G., « Ad fortunam et risicum maris et gentium, ou la perception de l’univers marin au Moyen Âge en Méditerranée », dans Akkari Hatem (dir.), La Méditerranée médiévale, Perception et représentation, organisé par la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Sfax (Sfax, 16-17-18 avril 1998), Aix en Provence, 2002, p. 189-208.

Auteur

Professeur émérite d’histoire médiévale (université de Picardie)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540