Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gens de mer

 | 
Gérard Le Bouëdec
, 
Guerber Éric

Troisième partie. L'accession des marins et des marchands aux fonctions de gouvernement à l'époque médiévale

Le poids politique des marins et marchands byzantins

Jean-Claude Cheynet

Texte intégral

1Le début du Moyen Âge a vu un ralentissement progressif, mais très marqué, des activités d’échanges dans le monde méditerranéen, pour atteindre son plus bas niveau aux VIIe et VIIIe siècles en raison de la baisse démographique due, entre autres, aux épisodes récurrents de peste et au conflit arabo-byzantin qui est alors à son comble. À partir du IXe siècle, en dépit de l’installation des Arabes en Crète, d’où ils peuvent intercepter les navires marchands dans toute la Méditerranée orientale, une lente reprise du commerce se dessine, qui s’accélère à partir du siècle suivant, une fois que la reconquête byzantine eut assuré une sécurité relative des mers pour ses navires. La croissance s’accélère ensuite, avec l’expansion des villes commerçantes italiennes dont les pionnières furent Amalfi et Bari, et ne s’arrêtera plus jusqu’à la chute de Constantinople.

Les rébellions de la flotte de guerre

2L’avance des Arabes a eu pour conséquence d’obliger l’Empire à se doter d’une flotte de guerre capable de se mesurer à ses puissants adversaires. Sur le modèle de l’armée de terre, elle fut constituée d’escadres provinciales dont la principale formait l’armée du thème des Cibyrrhéotes, circonscription située au sud-ouest de l’Asie Mineure, et d’une flotte centrale basée à Constantinople. Les marins étaient recrutés dans les régions côtières et plus tard dans les îles. La flotte de guerre de Byzance n’eut jamais l’importance de l’armée de terre et s’affaiblit dès que la menace des corsaires musulmans s’estompa, après la reprise de la Crète en 963. Les marins de ces flottes se révélèrent beaucoup moins turbulents que leurs collègues qui combattaient sur terre. Alors que ces derniers soutinrent de nombreuses tentatives d’usurpation, les marins ne participèrent de façon décisive qu’à deux renversements du pouvoir.

  • 1 Boor C. de (éd.), Theophanis Chronographia, Leipzig, 1883-1885 (désormais, Theophanis Chronographi (...)

3En 698, l’empereur Léonce avait envoyé une flotte importante pour sauver Carthage et l’Afrique qui venaient d’être prises par les musulmans. La mission échoua en raison des renforts envoyés par le calife depuis l’Égypte. Pendant que la flotte et l’armée byzantines retournaient chercher aussi des troupes supplémentaires les marins se rebellèrent et proclamèrent empereur un de leurs officiers, probablement d’origine germanique, Apsimar. Ce dernier fit voile vers Constantinople, dont les habitants ne lui ouvrirent pas les portes. Une trahison l’autorisa cependant à franchir les murailles, renverser Léonce et obtenir le trône sous le nom de Tibère III1.

  • 2 Theophanis Chronographia, p. 405 ; trad., p. 560.

4Quelques décennies plus tard, en 727, les marins de l’Hellade (Grèce) et des Karavisiens (la principale flotte provinciale) se révoltèrent à leur tour contre l’empereur du moment, Léon III, mais ce dernier brûla une partie des vaisseaux de ses opposants grâce au feu grégeois dont disposait la flotte de la capitale. On ignore en fait les motifs du mécontentement de ces marins2.

  • 3 Thurn I. (éd.), Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, coll. « CFHB V », Series Berolinensis, Ber (...)

5En 920, Romain Lécapène, alors drongaire de la flotte, c’est-à-dire amiral en chef, participa à la course au pouvoir pendant la régence du jeune Constantin VII. Il l’emporta parce que les marins de sa flotte se trouvaient présents à Constantinople, avec l’avantage d’être à l’intérieur de la ville, sans avoir à en franchir les formidables murailles qui arrêtèrent bien des armées des usurpateurs. Ils investirent le Boukoléon, partie du palais impérial qui se trouvait à proximité de la muraille maritime sur la Propontide, acclamant leur chef, qui réussit ainsi à se faire reconnaître co-empereur3. Après ce succès, les flottes provinciales ou celle de la capitale ne jouèrent plus qu’un rôle secondaire dans les troubles politiques. Lorsqu’un des meilleurs généraux de l’Empire décida en 976 de se révolter, il tenta de bloquer le ravitaillement de la capitale grâce à la flotte provinciale des Cibyrrhéotes, mais celle-ci fut battue par une escadre impériale.

6Ensuite, la flotte de guerre déclina fortement, faute d’adversaires très redoutables et, très vite, dès le règne de Basile II, l’Empire s’en remit, pour une part, à la flotte vénitienne, ce qui donna naissance à plusieurs traités d’alliance avec Venise, cité qui, jadis, appartenait à l’Empire.

Marins et marchands

7Notre connaissance des marchands byzantins pratiquant le commerce maritime est très lacunaire. Les sources narratives sont tournées vers l’aristocratie qui fournit la plupart des empereurs et encadre l’armée. Les documents d’archive qui pourraient pallier cette lacune sont inexistants. Nous n’avons conservé aucun contrat d’un marchand byzantin ni aucun de leurs livres de compte. Sous les Paléologues, les archives notariales des marchands italiens, mais aussi catalans, nous font connaître des banquiers et des marchands grecs en relation d’affaire avec les Occidentaux et permettent de dessiner le portrait du grand marchand durant le dernier siècle de l’Empire. En effet, la guerre civile entre Jean VI Cantacuzène et Jean V Paléologue a détruit ce qui subsistait de l’aristocratie foncière, les Turcs ayant profité de ce triste épisode pour se lancer à la conquête systématique des provinces européennes de l’Empire.

  • 4 Cf. L’ouvrage pionnier de Oikonomidès N., Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople (XIII(...)
  • 5 Laiou A., « The Greek Merchant of the Palaeologan Period : A Collective Portrait », dans The Proce (...)
  • 6 Laiou A., « Byzantine trade with Christians and Muslims and the Crusades »; avec une annexe de Céc (...)
  • 7 The Economic History of Byzantium from the Seventh through the Fifteenth Century, Dumbarton Oaks S (...)

8Cette absence du marchand dans les sources a longtemps conduit l’historiographie à une vision pessimiste où, au mieux, le marchand huppé de Constantinople attendait sans bouger les clients de la cour ou de l’étranger, assis sur son stock de soieries et autres produits de luxe. Cependant, durant ces trois dernières décennies, une série de travaux ont mis en valeur la place des Grecs dans le trafic maritime, notamment sous les Paléologues où l’image des commerçants de la capitale impériale, réduits à être de simples faire-valoir des grands négociants italiens, commence à être fortement nuancée4. De même, le rôle des marchands provinciaux est réévalué. Sans doute Constantinople concentrait la majeure partie des échanges de produits de luxe, mais des ports provinciaux furent aussi fort actifs suivant les époques, Attaleia, Smyrne, Thessalonique ou Monemvasie5. Enfin, des témoignages de la présence de marchands byzantins dans de grands ports étrangers, notamment Alexandrie, se sont multipliés6. Ces travaux ont été pris en compte dans la grande synthèse sur l’économie byzantine rédigée sous la direction d’Angeliki Laiou7.

  • 8 Ashburner W., Jus Graecoromanum, 2, Athènes, 1931, p. 91-103.
  • 9 Sur les aspects juridiques du financement du commerce maritime, cf. Maridaki-Kaatza O., « Legal As (...)

9La place modeste que tiennent les marchands dans les sources byzantines s’explique aussi par le fait que les taxes qui pesaient sur les transactions commerciales, principalement le kommerkion, une taxe de 10 % ad valorem sous les Macédoniens et les Comnènes, ne contribuaient que modestement au financement des dépenses de l’État, en comparaison des sommes considérables que rapportaient les impôts sur la terre. Néanmoins, comme une grande partie de ces marchands vivaient à Constantinople et en assuraient le ravitaillement durant l’époque médiévale, les empereurs ne pouvaient se désintéresser de leur sort. Il y a donc une législation qui concerne le commerce. Le texte, connu sous le nom de loi rhodienne, qui ne fut jamais officiellement promulgué et dont la compilation date du VIIe ou du VIIIe siècle, régule les conflits commerciaux potentiels, réglementant par exemple le partage du profit au sein de l’équipage ou les rapports entre l’armateur et le capitaine d’un navire. Son existence même témoigne de la continuité des activités commerciales durant les siècles dits « obscurs8 ». Les dispositions de la loi furent reprises dans les Basiliques, la Synopsis Major et l’Héxabiblos du juge général Harménopoulos, c’est-à-dire durant toute l’époque byzantine. Les Byzantins créaient de véritables sociétés où les préteurs n’avaient pas la garantie de retrouver leur capital, car ils ne pouvaient se retourner vers l’emprunteur, souvent le capitaine, en cas de mauvaise fortune de mer, à la différence des autres types de prêts9.

  • 10 Laiou A., « Exchange and Trade, Seventh-Twelfth Centuries », dans EHB, p. 706 ; pour plus de détai (...)

10À cette époque, cependant, ces armateurs ne constituent pas une vraie force politique pour deux raisons. D’une part, la lutte absolument prioritaire contre les Arabes donne la primauté au corps des officiers qui placèrent plusieurs d’entre eux sur le trône impérial. D’autre part, les commerciaires de l’époque, qui, jusque vers 730, ont affermé l’impôt, sont à la fois quasi-fonctionnaires, proches du pouvoir, ce dont témoignent leurs hautes dignités, et marchands, puisqu’ils ont probablement la possibilité d’accumuler des stocks de produits agricoles et continuent à vendre des textiles de prix sous le contrôle de l’État10.

  • 11 Theophanis Chronographia, p. 487 ; The Chronicle of Theophanes Confessor: Byzantine and Near Easte (...)

11Au début du IXe siècle, l’empereur Nicéphore avait contraint les armateurs dotés d’une certaine surface financière à emprunter à l’État, bon gré mal gré, d’importants capitaux, 12 livres d’or par personne, probablement pour les inciter à investir dans le grand commerce maritime11. Nous ignorons tout de la réponse à cette incitation. Le chroniqueur qui rapporte cette mesure, Théophane, la met au compte des « vexations » de Nicéphore, suggérant qu’elle fut mal reçue. Toutefois, Théophane étant un farouche adversaire de l’empereur, son témoignage est sujet à caution. Qu’il y ait eu des armateurs, on ne peut en douter. Le fameux épisode où l’empereur fustige son épouse, Théodora, qui disposait d’un grand navire de commerce alors ancré dans un port de la capitale, prouve que ce commerce lointain s’était maintenu. Théophile reprochait à son épouse de l’avoir transformé en « nauclère », ce qui était contraire à la dignité de la basileia. Ce n’était pas une condamnation des activités commerciales.

  • 12 Bekker I. (éd.), Theophanes Continuatus, Bonn, 1838, p. 357-358 ; Skylitzès, Synopsis Historiarum,(...)

12À la fin du IXe siècle, Léon VI interféra à son tour dans les affaires commerciales de l’Empire. Les chroniqueurs affirment que, sous l’influence d’un certain Mousikos, eunuque du favori de l’empereur, Stylianos Zaoutzès, Léon VI décida de modifier les conditions du commerce avec les Bulgares. Les échanges, qui avaient été réglementés lors des traités de paix avec leur chef, devaient désormais s’effectuer par Thessalonique, au profit exclusif des négociants « avides de profit », amis de Mousikos. Nous ignorons qui étaient ces personnages et il n’est pas certain qu’ils aient eux-mêmes entrepris des voyages maritimes pour commercer, mais, pour la première fois, nous observons qu’une décision aux graves conséquences, puisqu’elle servit de prétexte à Syméon de Bulgarie à ouvrir les hostilités avec l’Empire, fut prise en faveur de marchands12.

13Tous ces épisodes montrent que les négociants du commerce lointain sont largement encadrés par des décisions de l’administration, avec laquelle ils semblent avoir peu de pouvoir de négociation, sauf à être liés d’amitié avec l’empereur.

Une première intégration aux élites

14Le XIe siècle marque un tournant dans l’histoire de l’Empire, après la mort de Basile II en 1025. La compétition pour le trône était ouverte et engendra beaucoup de troubles militaires. La possession de Constantinople constituait un atout majeur dans ces rivalités. Or l’expansion de l’Empire et son enrichissement avaient suscité un développement des échanges commerciaux. La documentation du XIe siècle n’est pas assez précise pour distinguer entre les artisans et les marchands ou entre ceux qui produisaient pour l’immense marché local et ceux qui apportaient les soieries ou les divers produits de luxe dans les pays étrangers, notamment l’Égypte. Cependant il ne fait guère de doute que les marchands et producteurs les plus influents de la capitale appartenaient au groupe des exportateurs. Du reste, au XIe siècle, on distingue, en droit – ce qui n’était pas encore le cas au siècle précédent, lors de la rédaction du Livre de l’Éparque –, les sômateia, corps de métiers des professions manuelles, des systémata, corps de métiers des professions supérieures comme celle des grands marchands. L’élite des négociants a pris conscience d’elle-même et l’a manifesté.

15Les chroniqueurs de l’époque, Michel Psellos, Michel Attaleiatès, ou encore Jean Skylitzès soulignent tous que deux empereurs, Constantin IX Monomaque et Constantin X Doukas, procédèrent à l’ouverture du Sénat à des catégories qui n’y avaient pas accès jusqu’alors, les artisans et les marchands. Les deux souverains, jouissant d’un pouvoir légitime, mais encore fragile, étaient soucieux d’avoir le soutien de la population de la ville. Cette ouverture présentait un autre avantage, celui de renflouer les caisses de l’État. L’entrée au Sénat, en effet, était conditionnée par l’obtention de dignités égales ou supérieures au protospatharat. Jusqu’au règne de ces deux empereurs, les chroniqueurs affirment que ces titres étaient réservés aux élites civiles et militaires ainsi qu’aux membres de l’aristocratie. Or l’État, ayant d’importants besoins financiers en raison du poids des dépenses militaires, dues aux nombreuses menaces sur les frontières, se mit à vendre très largement les dignités. Les gens aisés dotés d’une belle opulence, mais sans être de haute naissance, purent ainsi acheter des dignités qui flattaient leur vanité, mais aussi leur rapportaient, chaque année, une rente payée la semaine précédant la célébration de Pâques. Les bénéficiaires appartenaient aux couches les plus actives de la capitale, parmi les artisans et marchands les plus riches. Quoique nos informations ne soient guère précises, on affirmera donc, sans trop de risque, que les commerçants les plus importants comptaient parmi les nouveaux dignitaires.

  • 13 Psellos Michel, Chronographie, éd. É. Renauld, Paris, 1967, I, p. 132.
  • 14 Dans sa jeunesse, Michel IV avait exercé la fonction de banquier, comme son frère Nicétas (Skylitz (...)

16Il ne faut pas surestimer l’impact politique de ces dispositions, car l’empereur gouvernait toujours avec l’appui des généraux, en s’appuyant sur des conseillers choisis par lui, qui ne paraissent pas être issus de la classe marchande, sauf quelques rares exceptions mal vues des fonctionnaires du palais13. Mais cette évolution visait à conforter le soutien de la capitale au trône. Certes, les marchands ne faisaient ni ne défaisaient les empereurs. Toutefois, un épisode de 1042 prouve qu’il fallait tenir compte de l’opinion de la capitale. L’empereur Michel V, dit le Calfat, provenait probablement d’une famille d’armateurs, puisque Michel tirait ce surnom de la profession de son père, Étienne14. Ce dernier avait manifestement un goût pour les affaires maritimes puisque, une fois son beau-frère Michel IV monté sur le trône, ce dernier lui confia le commandement de la flotte de guerre. La mobilité sociale est assez élevée, car la réussite de Michel IV, certes la plus spectaculaire, n’est pas isolée.

  • 15 Sur l’étymologie des noms de famille byzantins, cf. Kazhdan A. et Ronchey S., L’aristocrazia bizan (...)
  • 16 Sur les taux d’intérêts, cf. D. Gofas, « The Byzantine Law of Interest », EHB, p. 1095-1104.

17L’apparition des noms de famille transmissibles constitue un bon marqueur de cette mobilité. Au sein de l’aristocratie de service, que ce soit celui de Dieu ou celui de l’empereur, apparaissent des Cérulaires, des Zônaras, respectivement issus d’un ancêtre, l’un produisant des bougies, l’autre fabriquant de ceintures. Les exemples pourraient se multiplier15. Quand ils avaient intégré le service impérial ou patriarcal, sans doute ne participaient-ils plus au négoce. Mais ces artisans et marchands très aisés avaient les moyens de payer à leurs rejetons les coûteuses études dispensées seulement à Constantinople. Paradoxalement, cela ne confortait pas nécessairement l’influence de leur classe d’origine, car les fonctionnaires ordinaires des bureaux palatins étaient, semble-t-il, fort soucieux de ne pas être assimilés aux gens de l’agora. Pourtant, il n’y avait pas a priori de conflit d’intérêt entre les grands négociants et la riche aristocratie, principalement foncière. Des lois limitant le taux auquel les sénateurs pouvaient prêter leurs capitaux, y compris dans les entreprises maritimes, montrent qu’ils pouvaient espérer une fructueuse collaboration16. Cette entente se fissura au XIIe siècle, lorsque les armateurs latins vinrent assurer un nouveau débouché à la production agricole des plus puissants aristocrates.

  • 17 Voir, entre autres témoignages, Skylitzès, Synopsis Historiarum, p. 416-421 ; trad., p. 345-349.
  • 18 Skylitzès, Synopsis Historiarum, p. 275-276 ; trad., p. 231.

18Le jeune et inexpérimenté empereur Michel V voulut reléguer dans un couvent sa mère adoptive, la vieille impératrice Zôè, nièce du grand Basile II, dont il tenait sa propre légitimité. La population de la capitale réagit avec une violence inattendue. La foule, où se mêlaient des dignitaires, des militaires et de nombreux artisans et marchands, prit d’assaut le grand Palais au prix de lourdes pertes et parvint à capturer, puis aveugler l’imprudent auteur de cet exil de Zôè17. Cette intervention de la population de la capitale constituait une innovation, car, jusque-là, les habitants de Constantinople acclamaient l’empereur en place ou, du moins, n’osaient que rarement manifester leur mécontentement. Une seule fois auparavant, sous Nicéphore Phocas, une rixe entre Arméniens et marins du port avait dégénéré en mêlée générale18, mais c’était davantage un mouvement de mauvaise humeur des Constantinopolitains contre des soldats étrangers, qu’un geste politique réfléchi.

19Cet épisode de 1042 marque un palier dans l’histoire politique de la capitale. Les artisans et commerçants ne devinrent pas vraiment des acteurs majeurs pesant sur le choix des empereurs, mais aucun souverain ne put se désintéresser de l’opinion des Constantinopolitains.

  • 19 Miguel Ataliates, Historia, introduction, édition, traduction et commentaires de Im. Pérez Martín, (...)
  • 20 Pozza M. et Ravegnani G., I trattati con Bisanzio, 992-1198, coll. « Pacta Veneta 4 », Venise, 199 (...)

20La venue au pouvoir des Comnènes a été longtemps considérée comme une réaction de l’aristocratie traditionnelle, assise sur ses domaines provinciaux, contre l’ouverture sociale au profit des marchands pratiquée par leurs prédécesseurs, notamment Constantin X qui, dans le discours prononcé au moment de son avènement devant les habitants de la capitale, avait promis de ne pas léser l’intérêt des marchands19. Il est exact que marchands et artisans disparaissent de l’avant-scène de l’histoire. Quelques épisodes, cependant, révèlent que leur poids, du moins à Constantinople, reste considérable et que les empereurs ne peuvent pas négliger leurs intérêts. Les commerçants de la capitale souffrirent au XIIe siècle de la concurrence des marchands occidentaux, tout particulièrement des Vénitiens, qui avaient bénéficié d’une exonération des droits de douane en échange des services rendus contre les Normands de Robert Guiscard20.

21Cette exaspération se manifesta en 1182, lorsqu’un prétendant au trône, Andronic Comnène, cousin du défunt empereur Manuel, s’opposa à la mère du jeune empereur Alexis II, l’impératrice Marie d’Antioche, qui s’appuyait, entre autres, sur la colonie latine de la capitale, très largement composée de marchands des villes italiennes. Il suscita un mouvement populaire contre les Latins établis dans la capitale, qui se transforma en une chasse meurtrière. Un certain nombre, dont un prêtre, furent massacrés. Cette tuerie lui permit une entrée triomphale, car l’élimination de concurrents semble avoir satisfait une partie de la population. On ignore la part que prirent les marchands grecs à ces événements, mais il est certain que les malheurs des Italiens ne les attristaient guère, car les Vénitiens ou les Génois traitaient effectivement avant tout avec les aristocrates qui leur vendaient les surplus agricoles de leurs domaines provinciaux.

  • 21 Nicétas Chôniatès, p. 326 ; trad., p. 179-180.

22C’est peut-être pour s’attirer les faveurs de ces mêmes hommes, qu’Andronic Comnène promulgua une loi extrêmement sévère contre les naufrageurs volontaires, qui attiraient des bateaux marchands par de faux signaux et les laissaient se briser pour récupérer les marchandises21.

  • 22 Sur les relations entre l’Empire et les villes italiennes, cf. Lilie R.-J., Handel und Politik zwi (...)

23Ainsi donc, l’impression que la classe des marchands avait vu son influence décliner sous les Comnènes est assurément trompeuse. Les empereurs de cette dynastie se soucièrent du bien-être de la population de la capitale, si bien que celle-ci n’eut pas l’occasion de manifester son mécontentement. Manuel Comnène chercha à limiter les avantages extraordinaires que les Vénitiens avaient obtenus en 1082, mais cette tentative aboutit à la crise de 1171 qui se conclut par l’arrestation des Vénitiens de l’Empire et la confiscation de leurs biens. Plusieurs motifs peuvent avoir guidé Manuel, mais le désir de complaire aux marchands rivaux de Constantinople a pesé sur sa décision. Dans le même état d’esprit, les empereurs Ange négocièrent âprement avec les villes italiennes pour limiter les avantages commerciaux qu’elles souhaitaient obtenir22.

  • 23 Nicétas Chôniatès, p. 523-524 ; trad. p. 287-288. D. Jacoby (Byzantine Trade with Egypt, [comme no (...)

24Sous Alexis Ange, alors que les finances de l’Empire étaient à nouveau en déclin, l’empereur, réduit aux expédients, confisquait les avoirs de ses plus riches sujets. C’est ainsi qu’il voulut confisquer la fortune d’un banquier nommé Kalomodios, qui s’était grandement enrichi dans le commerce lointain23. Aussitôt ses collègues se solidarisèrent avec lui et contraignirent l’empereur à renoncer à son projet. Ces grands marchands n’avaient pas d’agenda politique, mais ils étaient assez puissants pour s’opposer à des mesures qui les contrariaient. Il est vrai que Kalomodios avait accumulé une fortune qui semble avoir été parmi les premières de l’Empire, rivalisant avec celle de la haute aristocratie. Alexis Ange avait également fait main basse sur les immenses biens de son cousin Manuel Kamytzès, mais celui-ci, à la différence de Kalomodios, ne réussit pas à les recouvrer, ce qui le conduisit à se rebeller.

  • 24 Nicétas Chôniatès, p. 411 ; trad., p. 226.
  • 25 Bertolotto G. et Sanguinetti A., Nuova serie di documenti sulle relazioni di Genova coll’Impero bi (...)

25Les marchands côtoyaient à l’occasion les aristocrates de haut vol. Ainsi, lorsqu’un traité de paix fut conclu entre Frédéric Barberousse en route pour la Troisième Croisade et Isaac II Ange, des assurances furent prises et, à Sainte-Sophie de Constantinople, se portèrent garants du respect des clauses de cet accord cinq cents hommes de l’agora et de la cour24. En 1192, un navire vénitien transportait les ambassadeurs de Saladin vers Constantinople. Des pirates pisans s’en emparèrent de vive force et confisquèrent des marchandises qui appartenaient à des négociants byzantins, pour une somme estimée à 39 000 hyperpères. Mais sur le même navire, le frère d’Isaac II, le sébastokratôr Alexis (le futur empereur Alexis III) perdit 50 000 hyperpères à lui seul, ce qui rappelle que l’aristocratie était engagée dans le grand commerce, au moins par ses capitaux25.

26À la veille de la Quatrième croisade, la place des grands marchands et banquiers était considérable. Nicétas Chôniatès, qui fut placé un temps à la tête de l’administration byzantine, nous a laissé une histoire de l’Empire sous les derniers Comnènes, les Anges et la première décennie après 1204. Il ne cesse de comparer la conduite des affaires de l’État, secoué par diverses tempêtes politiques, à celui d’un navire marchand qu’il faut mener à bon port. La chute de Constantinople modifia les données, car le principal centre commercial de l’Empire tomba, pendant plus de cinquante ans, entre les mains des concurrents latins, et tout particulièrement des Vénitiens. Cet événement permit aux Latins d’acquérir la prééminence en Méditerranée orientale et, fait nouveau, en mer Noire.

La montée en puissance des marchands sous les Paléologues

  • 26 Pachymère Georges, Relations Historiques, 5 vol., éd. Failler A., tr. Laurent V., coll. « CFHB », (...)

27L’occupation latine laissa des traces, notamment sur le plan démographique, de nombreux enfants étant issus d’unions mixtes, les Gasmoules. Michel VIII décida de les affecter, ainsi que des Tzacones venant du Péloponnèse, à la nouvelle flotte qu’il reconstituait pour faire face à la menace des Latins revanchards. Son fils Andronic ne suivit pas cette politique et renonça à entretenir une flotte de guerre pour se consacrer à la lutte contre les Turcs en Asie Mineure. Les marins démobilisés se livrèrent à la piraterie, fléau que même les escadres latines ne purent contrôler, ou, pire encore, s’engagèrent au service des ennemis de l’Empire, Latins et Turcs26. La nécessité de gagner leur vie l’emportait sur toute fidélité au souverain ou même à la « Romanie ».

  • 27 Kalligas H. A., Monemvasia, a Byzantine city state, Londres/New York, 2010, p. 33-38.
  • 28 Patlagean É., « L’immunité des Thessaloniciens », dans Laiou A. et alii (éd.), Eupsychia. Mélanges (...)
  • 29 Sur les chrysobulles, cf. Schreiner P., « Ein Prostagma Andronikos III. Für die Monembasioten in P (...)

28Cependant les provinces continuaient, en dépit des troubles, à se développer économiquement. Nous ignorons la situation des Thessaloniciens avant la grande révolte des Zélotes. En revanche, nous sommes mieux informés sur Monemvasie, port du Péloponnèse, bien protégé par son site naturellement fortifié. Les marchands de cette ville jouèrent très tôt un grand rôle, notamment dans le commerce de l’huile d’olive et plus tard celui du vin réputé de leur ville, le Malvoisie. En 1262 en effet, la ville était revenue sous la domination byzantine, mais elle avait obtenu pour ses marchands des privilèges remarquables par un chrysobulle d’Andronic II, en 1284, qui confirmait celui de 1266, maintenant perdu, émis par son père Michel VIII : l’exemption de tout impôt ou charges sur leurs biens patrimoniaux, comme sur les transactions faites à Monemvasie27. Un chrysobulle ultérieur, émis vers 1300, mais connu par une confirmation de 1336, accordait l’abolition du principal impôt sur les transactions, le kommerkion, dans la plupart des ports de l’Empire, sauf Constantinople et quelques ports de la Propontide où la taxe était abaissée à 2 %. En somme, les Monemvasiotes étaient quasiment sur un pied d’égalité économique avec les Latins28. Cette liberté leur fut bénéfique puisque des colonies de Monemvasiotes s’établirent dans d’autres ports de l’Empire, notamment à Pégai de l’Hellespont29 et à Constantinople. Au cours de la seconde moitié du XIVe siècle, ils vont acquérir une stature politique, lorsque l’aristocratie traditionnelle, enrichie par l’exploitation de ses vastes domaines, sort affaiblie des guerres civiles, ayant perdu l’essentiel de son assise foncière. Une partie de ces aristocrates se tournèrent alors vers les activités commerciales, puisque, hors du service d’un État amoindri, ils n’avaient plus d’autres ressources disponibles. L’élite des marchands apparaît dans l’entourage impérial et la frontière entre le service de l’État et les activités personnelles se réduit encore.

  • 30 Sur les troubles dans l’Empire et d’une façon plus générale sur la place des marchands durant le d (...)
  • 31 Matschke K.-P., « Johannes Kantakuzenos, Alexios Apokaukos und die byzantinische Flotte in derBürg (...)
  • 32 Beaucoup de travaux ont été consacrés aux Zélotes. Parmi ceux-ci, un des plus complets est le livr (...)
  • 33 Schopen L. (éd.), Ioannis Cantacuzeni eximperatoris Historiarum libri IV, coll. « Corpus scriptoru (...)
  • 34 Jean Cantacuzène, p. 575-576.
  • 35 Ševčenko I., « The Zealot Revolution and the supposed Genoese Colony », dans Thessalonica, Studies (...)

29C’est le milieu du XIVe siècle qui marque l’avènement du pouvoir marchand. Une guerre civile impitoyable opposa Jean Cantacuzène et les régents de Jean V Paléologue, sa mère Anne de Savoie et son conseiller Alexis Apokaukos30. Dans une certaine mesure, même si l’opposition est un peu caricaturale, ce conflit dressait l’aristocratie terrienne, principal soutien de Cantacuzène, contre les marchands et artisans des villes, plutôt partisans d’Apokaukos31. De nombreuses villes furent touchées par ces affrontements, mais c’est à Thessalonique et à Constantinople, les plus peuplées, qu’ils prirent une tournure particulièrement violente. À Thessalonique se développa le mouvement des Zélotes, qui s’emparèrent du pouvoir dans la cité et écrasèrent leurs adversaires, les chassant de la ville, confisquant leurs biens, voire les massacrant32. La composition sociale des Zélotes fait toujours l’objet de discussions. Parmi eux figuraient à coup sûr des marins, qui fournirent les troupes de choc d’Apokaukos ainsi que celles des Zélotes33, et aussi des marchands qui cabotaient le long des côtes, puisque le gros du commerce à distance était accaparé par les Italiens. Jean Cantacuzène en effet, leur adversaire, distingue bien, à Thessalonique, un groupe particulier, celui des marins qui avaient des chefs distincts de ceux des Zélotes. Ils habitaient un quartier spécifique près de la porte de la ville donnant sur la mer34. On s’est interrogé sur la nature de ce groupe, qui constituait peut-être l’un des principaux corps de métiers de la ville. Nous connaissons l’organisation de ces métiers à Constantinople, sous les Macédoniens, grâce au Livre de l’Éparque, mais nous savons que ce type d’organisation existait, sans doute moins développé, dans d’autres villes. Ce corps de marins thessaloniciens avait sans doute pris une dimension politique, car il était commandé par un membre de la famille Paléologue, André. On a pu comparer la révolte des Zélotes avec les troubles sociaux qui secouaient au même moment les villes italiennes. Cependant, il ne faut pas chercher d’influence directe, malgré la présence à Thessalonique de Latins35.

30À Constantinople, le conflit dégénéra. Les protagonistes sont clairement distingués. Dans la capitale aussi, les marins constituaient l’un des principaux soutiens de Apokaukos. Ce dernier avait été promu grand-duc par l’empereur Andronic III, avec mission de commander la flotte chargée de surveiller la Propontide pour interdire aux Turcs le passage vers l’Europe. Apokaukos contrôlait donc ce qui subsistait de la marine de guerre dans l’Empire et il vint ainsi, à la tête d’une flotte de soixante-dix navires, placer son propre fils comme gouverneur de Thessalonique, tenue par les Zélotes, puis il revint une seconde fois, quand la ville fut menacée par les mercenaires serbes et turcs de Cantacuzène. En 1345, Apokaukos, qui avait fait emprisonner une grande partie de ses adversaires politiques, se fit tuer par ces derniers, alors qu’il était venu leur rendre visite, imprudemment sans garde. En représailles, les aristocrates furent massacrés par les Gasmouloi (marins) partisans d’Apokaukos et la foule de la capitale.

  • 36 Nicéphore Grègoras, II, p. 842.
  • 37 Oikonomides N., « The Role of the Byzantine State in the Economy », dans EHB, p. 1054-1055.

31La victoire finale de Jean VI Cantacuzène lui permit de rentrer à Constantinople en février 1347, mais il se résigna à tenir compte des intérêts des gens de mer, car ils se confondaient désormais largement avec ceux de l’Empire. Constantinople, qui fut progressivement privée de son arrière-pays conquis par les Turcs, devait importer de plus en plus sa subsistance. Les Génois de Galata, établis face à la capitale, attiraient le gros du commerce international qui transitait par le Bosphore et recevaient l’essentiel des droits de douane. Ils collectaient 200 000 hyperpères quand les Byzantins n’en auraient obtenu que 30 00036. De plus, ils fournissaient une grande partie du blé nécessaire à la consommation des Constantinopolitains, ce qui constituait un moyen de pression sur la capitale. Après bien des réticences initiales, Jean VI obtint des fonds auprès des habitants de la capitale pour construire une flotte censée rompre le quasi-monopole des Génois. Les marchands, les marins et tous les artisans de la ville participèrent finalement avec enthousiasme à l’effort de guerre. Mais beaucoup avaient peu d’expérience de la guerre sur mer ; ces marins, souvent improvisés, paniquèrent et les Génois l’emportèrent, sans même combattre. Sans se décourager, Jean VI employa l’arme douanière, abaissant les tarifs de Constantinople pour divertir le trafic vers les ports de la capitale37.

Constantinople, cité-empire, sous le contrôle des riches marchands

  • 38 Sur les Notaras, cf. Th. Ganchou, qui retrace leur ascension sociale dans « Le rachat des Notaras (...)
  • 39 Ibid., p. 164.

32Jean VI finit par abandonner le pouvoir et rendre le trône à Jean V Paléologue. Parmi les proches des derniers Paléologues, on note les noms des Notaras et des Sophianoi. Leur parcours est caractéristique. Ces deux familles sont issues de Monemvasie, dans le Péloponnèse, qu’elles avaient quittée lorsque cette grande cité commerçante était tombée aux mains de Guillaume de Villehardouin, le prince d’Achaïe. Les privilèges commerciaux accordés par les empereurs permirent aux marchands les plus dynamiques de constituer de belles fortunes, notamment les Notaras38. Nous ignorons le détail de leurs opérations commerciales, mais il est sûr qu’il ne s’agissait pas de simples opérations de cabotage. Le grand-père de Luc Notaras vint s’établir à Constantinople vers le milieu du XIVe siècle, peut-être comme marchand de poisson en gros, qu’il achetait aux Italiens de la mer Noire. Il s’associa avec les Génois de Galata et réussit à s’immiscer, comme interprète avec les villes latines, à la cour d’Andronic IV, rival de son père Jean V, en jouant la carte du soutien aux milieux d’affaires. Son fils Nicolas, déjà burgensis de Péra, participa au commerce du blé pour le compte du basileus Jean VII. Il participa aux querelles dynastiques de la fin du XIVe siècle et passa au service de Manuel II, dont il devint ambassadeur en Occident, tout en s’enrichissant, notamment par ses placements en Italie. Lui-même acquit une place au sénat, comme aussi ses deux fils, Jean et Luc, qui se marièrent dans l’entourage de l’empereur. Ce dernier avait besoin de l’appui des riches familles, au moment où l’État se trouvait très appauvri. Nicolas fut capable de donner en dot à chacune de ses filles la somme considérable de 20 000 hyperpères, sans entamer les fonds placés en Italie39. La grande fortune acquise par Nicolas va permettre à Luc de vivre des rentes de ses capitaux placés à Gênes et à Venise et de mener une brillante carrière politique qui fera de lui le mésazôn (principal ministre) du dernier empereur, Constantin XI, qui lui octroya l’honneur d’être Grand-Duc. Il faillit même devenir le premier gouverneur ottoman de Constantinople, car Mehmet II, le sultan victorieux, considérait que le réseau de relations de Luc Notaras lui permettrait peut-être de rallier plus vite les anciennes élites byzantines au nouveau pouvoir. L’inquiétude des conseillers du sultan devant la perspective de voir un Grec gouverner la ville, si chèrement acquise, réussit à convaincre le sultan de renoncer à un tel projet. Finalement, Luc Notaras et deux de ses fils furent exécutés. Le Grand-Duc restait un Byzantin très attaché aux traditions orthodoxes, mais en même temps il avait placé presque toute sa fortune à Venise et à Gênes, deux cités dont il était devenu citoyen.

  • 40 Bertelè T. et Dorini U., Il Libro dei Conti di Giacomo Badoer, Rome, 1956.
  • 41 Oikonomidès N., Hommes d’affaires, p. 121-122; Laiou A., « The Greek merchant of the Palaelogan pe (...)

33Si les Notaras connurent la plus éclatante réussite, ils ne furent pas les seuls à se constituer une fortune remarquable. D’autres, comme les Sophianoi, brillèrent dans la banque. Mais la documentation latine surtout, et notamment le Livre de compte de Badoer40, montrent que bien des noms glorieux, Cantacuzène, Lascaris, Doucas, Argyroi, pour ne citer que les noms de dynasties impériales, étaient portés par des négociants. Une partie d’entre eux sont simultanément qualifiés de familiers (oikeioi) de l’empereur41. Cet engagement de l’aristocratie dans le grand commerce est, du reste, antérieur à la perte de leurs terres et s’étend sans doute sur toute l’époque des Paléologues, même si la documentation fait défaut pour le démontrer. L’origine des capitaux est difficile à déterminer, mais un certain nombre de ces aristocrates avaient pu s’enrichir, notamment par l’exercice des fonctions fiscales.

  • 42 Hendy, Studies in the Byzantine Monetary Economy, c. 300-c. 1450, Cambridge, 1985, p. 241 ; Trapp (...)
  • 43 Cydonès Démétrius, Correspondance, éd. R.-J. Loenertz, coll. « Studi e Testi », no 208, Cité du Va (...)
  • 44 Balard M., La Romanie génoise (XIIe-début du XVe siècle), coll. « BEFAR », 235, 2 vol., Gênes/Rome (...)
  • 45 Oikonomidès N., Hommes d’affaires, p. 127.
  • 46 Laiou A., Greek Merchant, p. 109.

34Un certain Patrikiôtès, partisan de Jean VI, avait accumulé par de telles fonctions et simultanément par des activités de négociant, une fortune d’un montant de plusieurs dizaines de milliers d’hyperpères42. En 1350, le protosébaste Léon Kalothétos faisait transporter du sel et du blé sur des vaisseaux vénitiens depuis la Vieille Phocée, ville dont il était sans doute le gouverneur43. En 1384 et en 1389, Manuel Kabasilas, issu d’une très ancienne et illustre lignée, transporta de grandes quantités de grain à Gênes sur un navire appartenant à l’empereur. Il agissait donc aussi comme agent impérial44. Tous ou presque cherchaient à obtenir la citoyenneté et donc la protection de Gênes ou Venise. Un aristocrate, Alexis Paléologue, grand primicier et maître de Kavala et de Thasos, possédait comme les Notaras la citoyenneté vénitienne45, ces derniers la cumulant avec celle de Gênes. A. Laiou a bien noté que les querelles au sein de la famille impériale, à la fin du XIVe siècle, ne résultent pas seulement d’ambitions personnelles un peu vaines, vu l’état de l’Empire, mais reflètent des conflits d’intérêt marchand et ont, en partie, pour enjeu les liens avec Gênes et Venise46.

  • 47 Dagron G., « Poissons, pêcheurs et poissonniers de Constantinople », dans Mango C. et Dagron G. (é (...)
  • 48 Ganchou T., « Giacomo Badoer Giacomo et kyr Thodôros Batatzès, “chomerchier di pesi” à Constantino (...)

35À côté des marchands, il ne faut pas négliger les pêcheurs de la capitale. Le poisson, abondant sur les rives du Bosphore, a toujours fourni une grande part des protéines animales destinées à l’alimentation des Constantinopolitains47. L’importance des pêcheurs s’est encore accrue lorsque Constantinople fut privée de son arrière-pays. Ils participaient par l’impôt au financement de l’État sous les derniers Paléologues, qui les défendaient lors des rixes qui se déclenchaient avec les pêcheurs de Péra ou des villes turques de la rive asiatique – qui étaient aussi des Grecs. Ils étaient soumis à un commerciaire du poisson48.

36En conclusion, les gens de mer jouèrent un rôle plus important qu’on le croit d’ordinaire dans la vie politique byzantine. Lorsque l’Empire était encore une puissance de premier ordre, la marine de guerre ne pouvait pas, en dépit de l’importance des flottes musulmanes, rivaliser avec l’armée de terre. Cette dernière a fourni, à très peu d’exceptions, les usurpateurs victorieux du trône. Ensuite, la marine marchande se développa en même temps que l’économie méditerranéenne se réanimait, multipliant le nombre de marins et de marchands dans les grandes villes, à commencer par Constantinople. Leur influence politique n’apparut pas de prime abord, mais à partir du XIe siècle, les empereurs ne purent ignorer ce groupe puissant qui faisait en bonne part l’opinion publique de la capitale. À deux reprises, au milieu du XIe siècle et à la fin du XIIe siècle, ils forcèrent les portes du Sénat.

37C’est sous les Paléologues que les grands marchands parvinrent à intégrer les élites gouvernementales. Le règne de Cantacuzène marque un tournant. En dépit de la victoire de l’empereur, l’aristocratie foncière est entraînée dans un déclin irréversible, même si une grande partie réussit à se reconvertir dans le commerce, et la survie de Constantinople dépendit de la capacité de ses marins à prendre leur place dans le grand commerce, en collaboration avec les Italiens ou à leur service. La richesse des marchands et banquiers constituait le dernier recours d’un État largement réduit à sa capitale, Constantinople, qui restait toutefois une ville d’importance non négligeable, comptant 50 000 habitants à la veille de sa chute. Ils fournissent une bonne part du personnel impérial, même si, en qualité de ministres du basileus, ils cessent d’être des négociants pour devenir des rentiers, comme Luc Notaras.

Notes

1 Boor C. de (éd.), Theophanis Chronographia, Leipzig, 1883-1885 (désormais, Theophanis Chronographia), p. 370-371; The Chronicle of Theophanes Confessor: Byzantine and Near Eastern History AD 284-813. Traduction, introduction et commentaires de C. Mango et R. Scott, avec l’assistance de G. Greatrex, Oxford, 1997, p. 517.

2 Theophanis Chronographia, p. 405 ; trad., p. 560.

3 Thurn I. (éd.), Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, coll. « CFHB V », Series Berolinensis, Berlin/New York, 1973 (désormais Skylitzès, Synopsis Historiarum), p. 208-209; trad. fr. B. Flusin et annot. J.-Cl. Cheynet, Empereurs de Constantinople, Paris, 2003, p. 176.

4 Cf. L’ouvrage pionnier de Oikonomidès N., Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople (XIIIe-XVe siècles), Montréal/Paris, 1979 (désormais, Oikonomidès, Hommes d’affaires).

5 Laiou A., « The Greek Merchant of the Palaeologan Period : A Collective Portrait », dans The Proceedings of the Academy of Athens, 1982, p. 96-124 repris dans eadem, Gender, Society and Economic Life in Byzantium. Economic Structures and Activities, Aldershot, 1992, no VIII; Kalligas H. A., Monemvasia, a Byzantine city state, Londres/New York, 2010 (désormais Kalligas, Monemvasia); Jacoby D., « Greeks in the maritime trade of Cyprus around the mid-fourteenth century », dans Πρακτικά τοῦ Διεθνούς Συμποσίου ΚΥΠΡΟΣ – ΒΕΝΕΤΙΑ, Venise, 2002, p. 59-83, repris dans id., Latins, Greeks and Muslims: encounters in the Eastern Mediterranean, 10th-15th centuries, coll. « Variorum Reprints », Aldershot, 2009, no XI ; Jacoby D., « Foreigners and the Urban Economy in Thessalonike, ca. 1150-ca. 1450 », Dumbarton Oaks Papers, no 57, 2003, p. 85-132, repris dans ibidem, no I.

6 Laiou A., « Byzantine trade with Christians and Muslims and the Crusades »; avec une annexe de Cécile Morrisson dans Laiou A. et Mottahedeh R. P. (éd.), The Crusades from the perspective of Byzantium and the Muslim world, Dumbarton Oaks Research Library and Collection, Washington, 2001, p. 157-196; Jacoby D, « Byzantine Trade with Egypt from the Mid-Tenth Century to the Fourth Crusade », Qhsaurivsmata, no 30, 2000, p. 25-78, repris dans id., Commercial exchange across the Mediterranean: Byzantium, the Crusader Levant, Egypt and Italy, coll. « Variorum Reprints », Aldershot, 2005, no I; id., « The Byzantine Outsider in Trade (c. 900-c. 1350) », dans Smythe D. C. (éd.), Strangers to Themselves: The Byzantine Outsider, Aldershot, 2000, p. 129-147, repris dans id., Encounters (comme note précédente), no I.

7 The Economic History of Byzantium from the Seventh through the Fifteenth Century, Dumbarton Oaks Studies, no 39, Washington DC, 2002 (désormais EHB). Pour l’époque entre 750 et 1204, noter la synthèse courte, mais précise, dans Déroche V. et Puech V. (dir.), avec Métivier S. et Saint-Guillain G., Le monde byzantin, 750-1204. Économie et société, Paris, Atlande, 2007.

8 Ashburner W., Jus Graecoromanum, 2, Athènes, 1931, p. 91-103.

9 Sur les aspects juridiques du financement du commerce maritime, cf. Maridaki-Kaatza O., « Legal Aspects of the Financing of Trade », EHB, p. 1105-1120.

10 Laiou A., « Exchange and Trade, Seventh-Twelfth Centuries », dans EHB, p. 706 ; pour plus de détails, voir l’étude fouillée de Brandes W., Finanzverwaltung in Krisenzeiten, Untersuchungen zur byzantinischen Verwaltungsgeschichte zwischen dem 6. und 9. Jahrhundert, coll. « Forschungen zur Byzantinischen Rechtsgeschichte », 25, Francfort, 2002.

11 Theophanis Chronographia, p. 487 ; The Chronicle of Theophanes Confessor: Byzantine and Near Eastern History AD 284-813; trad., p. 668.

12 Bekker I. (éd.), Theophanes Continuatus, Bonn, 1838, p. 357-358 ; Skylitzès, Synopsis Historiarum, p. 175-176 ; trad. fr. de Flusin B. et annot. Cheynet J.-Cl., Empereurs de Constantinople, Paris, 2003, p. 147-148.

13 Psellos Michel, Chronographie, éd. É. Renauld, Paris, 1967, I, p. 132.

14 Dans sa jeunesse, Michel IV avait exercé la fonction de banquier, comme son frère Nicétas (Skylitzès, Synopsis Historiarum, p. 390 ; trad., p. 323).

15 Sur l’étymologie des noms de famille byzantins, cf. Kazhdan A. et Ronchey S., L’aristocrazia bizantina dal principio dell’XI alla fine del XII secolo, Palerme, 1997, p. 317-328 (particulièrement p. 324-325 pour les noms de métier).

16 Sur les taux d’intérêts, cf. D. Gofas, « The Byzantine Law of Interest », EHB, p. 1095-1104.

17 Voir, entre autres témoignages, Skylitzès, Synopsis Historiarum, p. 416-421 ; trad., p. 345-349.

18 Skylitzès, Synopsis Historiarum, p. 275-276 ; trad., p. 231.

19 Miguel Ataliates, Historia, introduction, édition, traduction et commentaires de Im. Pérez Martín, Madrid, 2002, p. 54.

20 Pozza M. et Ravegnani G., I trattati con Bisanzio, 992-1198, coll. « Pacta Veneta 4 », Venise, 1993, p. 21-25.

21 Nicétas Chôniatès, p. 326 ; trad., p. 179-180.

22 Sur les relations entre l’Empire et les villes italiennes, cf. Lilie R.-J., Handel und Politik zwischen dem byzantinischen Reich und den italianischen Kommunen Venedig, Pisa und Genua in der Epoche der Komnenen und der Angeloi, 1081-1204, Amsterdam, 1984.

23 Nicétas Chôniatès, p. 523-524 ; trad. p. 287-288. D. Jacoby (Byzantine Trade with Egypt, [comme note 6], p. 64) estime que les investissements de Kalomodios étaient liés au commerce avec l’Égypte.

24 Nicétas Chôniatès, p. 411 ; trad., p. 226.

25 Bertolotto G. et Sanguinetti A., Nuova serie di documenti sulle relazioni di Genova coll’Impero bizantino, Atti della Società ligure di storia patria, 28-2, 1898, p. 448-453. Bref commentaire par Laiou A., « Byzantine Trade with Christians and Muslims and the Crusades », dans Laiou A. et Mottahedeh R. (éd.), The Crusades from the Perspective of Byzantium and the Muslim World, Washington DC, 2001, p. 157.

26 Pachymère Georges, Relations Historiques, 5 vol., éd. Failler A., tr. Laurent V., coll. « CFHB », 24, Paris, 1984, livre VII, § 26, p. 81-83. Sur le déclin de la flotte byzantine sus les derniers Paléologue, cf. Ahrweiler H., Byzance et la mer. La marine de guerre, la politique et les institutions maritimes de Byzance aux VIIe-XVe siècles, Paris, 1966, p. 374-388.

27 Kalligas H. A., Monemvasia, a Byzantine city state, Londres/New York, 2010, p. 33-38.

28 Patlagean É., « L’immunité des Thessaloniciens », dans Laiou A. et alii (éd.), Eupsychia. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, 2, Paris, 1998, p. 594-595.

29 Sur les chrysobulles, cf. Schreiner P., « Ein Prostagma Andronikos III. Für die Monembasioten in Pegai (1328) und das gefälschte Chrysobull Andronikos II. Fur die Monembasioten in byzantinischen Reich », Jarhbuch der Österreichischen Byzantinistik, no 27, 1978, p. 203-228; Kislinger E., « Die zweite Privilegurkunde für die Pegai-Monembasioten – ein Fälschung? », ÖJB, no 53, 2003, p. 205-227.

30 Sur les troubles dans l’Empire et d’une façon plus générale sur la place des marchands durant le dernier siècle de l’Empire, cf. l’œuvre de K.-P. Matschke réunie en partie dans un recueil intitulé : Das spätbyzantinische Konstantinopel, Hambourg, 2008, en particulier pour les pêcheurs, « Situation, Organisation und Aktion der Fischer von Konstantinopel und Umgebung in der Byzantinischen Späztzeit », p. 329-360.

31 Matschke K.-P., « Johannes Kantakuzenos, Alexios Apokaukos und die byzantinische Flotte in derBürgerkriegsperiode 1340-1355 », dans Berza M. et Stănescu E. (éd.), Actes du XIVe Congrès international des études byzantines : Bucarest, 6-12 septembre 1971, Bucarest 1974-1976, t. II, p. 193-205, en part. p. 197-198 reproduit dans id., Das spätbyzantinische Konstantinopel : alte und neue Beiträge zur Stadtgeschichte zwischen 1261 und 1453 (Byzanz, Islam und christlicher Orient 2), Hambourg, 2008, p. 307-328.

32 Beaucoup de travaux ont été consacrés aux Zélotes. Parmi ceux-ci, un des plus complets est le livre, un peu daté par sa problématique, de Matschke K.-P., Fortschriftt und reaktion im Byzanz im 14. Jahrhundert, coll. « BBA », 42, Berlin, 1971. Du même auteur, voir aussi « Thessalonike und die Zeloten : Bemerkungen zu einem Schlüsselereignis der spätbyzantinischen Stadt – und Reichsgeschichte », Byzantinoslavica, no 55, 1994, p. 19-43. Congourdeau M.-H. (dir.), Les Zélotes. Une révolte urbaine à Thessalonique au XIVe siècle, Paris, 2013.

33 Schopen L. (éd.), Ioannis Cantacuzeni eximperatoris Historiarum libri IV, coll. « Corpus scriptorum historiae byzantinae », t. 2-4 (désormais Jean Cantacuzène), Bonn, 1832, II, p. 537 et suiv. ; Nicephori Gregorae Byzantina historia, éd. Schopen L. et Bekker L., coll. « Corpus scriptorum historiae byzantinae », t. 6 et 7 (désormais Nicéphore Grègoras), Bonn, 1830, II, p. 661.

34 Jean Cantacuzène, p. 575-576.

35 Ševčenko I., « The Zealot Revolution and the supposed Genoese Colony », dans Thessalonica, Studies Offered in Honour of St. Kyriakides, Thessalonique, 1953, p. 603-617, repris dans id, Society and Intellectual Life in Late Byzantium, Londres 1981, no III.

36 Nicéphore Grègoras, II, p. 842.

37 Oikonomides N., « The Role of the Byzantine State in the Economy », dans EHB, p. 1054-1055.

38 Sur les Notaras, cf. Th. Ganchou, qui retrace leur ascension sociale dans « Le rachat des Notaras après la chute de Constantinople ou les relations “étrangères” » de l’élite byzantine au XVe siècle, dans Ducellier A. et Balard M. (éd.), Migrations et diasporas méditerranéennes (Xe-XVIe siècles), Paris, 2002, p. 149-229.

39 Ibid., p. 164.

40 Bertelè T. et Dorini U., Il Libro dei Conti di Giacomo Badoer, Rome, 1956.

41 Oikonomidès N., Hommes d’affaires, p. 121-122; Laiou A., « The Greek merchant of the Palaelogan period : A collective portrait », Praktika tès Akadèmias Athénôn, no 51, 1982, p. 96-132, repris dans Eadem, Gender, Society and Economic Life in Byzantium, Aldershot, 1992, no VIII.

42 Hendy, Studies in the Byzantine Monetary Economy, c. 300-c. 1450, Cambridge, 1985, p. 241 ; Trapp E. et Beyer H.-V. (éd.), Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, Vienne, 1976-1996, no 22077.

43 Cydonès Démétrius, Correspondance, éd. R.-J. Loenertz, coll. « Studi e Testi », no 208, Cité du Vatican, 1960, p. 434.

44 Balard M., La Romanie génoise (XIIe-début du XVe siècle), coll. « BEFAR », 235, 2 vol., Gênes/Rome, 1978, p. 758, 760.

45 Oikonomidès N., Hommes d’affaires, p. 127.

46 Laiou A., Greek Merchant, p. 109.

47 Dagron G., « Poissons, pêcheurs et poissonniers de Constantinople », dans Mango C. et Dagron G. (éd.), Constantinople and its Hinterland Papers from the Twenty-seventh Spring Symposium of Byzantine Studies, Oxford, April 1993, Londres, 1995, p. 57-73.

48 Ganchou T., « Giacomo Badoer Giacomo et kyr Thodôros Batatzès, “chomerchier di pesi” à Constantinople » (flor. 1401-1449), Revue des études byzantines, no 61, 2003, p. 49-95 ; id., « L’ultime testament de Géôrgios Goudélès, homme d’affaires, mésazôn de Jean V et ktètôr (Constantinople, 4 mars 1421) », dans Mélanges Cécile Morrisson, Paris 2010, Travaux et Mémoires 16, p. 277-359.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540