Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gens de mer

 | 
Gérard Le Bouëdec
, 
Guerber Éric

Première partie. L'enjeu portuaire

La mer dans la cité : les gens de mer des villes portuaires dans la Flandre des ducs de Bourgogne

Frédérique Laget

Texte intégral

  • 1 Bonenfant P. (éd.), Recueil des ordonnances des Pays-Bas, t. 1 : Ordonnances de Philippe le Hardi (...)
  • 2 Les ondes de tempête sont des élévations anormales du niveau de la mer, dues à une baisse de press (...)
  • 3 Verhulst A., « Initiative comtale et développement économique au XIIe siècle », Miscellanea mediae (...)

1En 1293, lorsque Guy de Dampierre, comte de Flandre, fixe les limites du territoire de L’Écluse, elles consistent en quatre bornes dont deux sont plongées dans les eaux du Zwin. Face à elle, Mude étend sa juridiction sur l’autre moitié du bras de mer1. Ces villes amphibies sont les premières victimes des stormvloeden ou « ondes de tempête » qui dévastent régulièrement le plat pays flamand au cours du Moyen Âge2. Or, si le littoral est faiblement protégé par des cordons dunaires et des digues fragiles, il n’en concentre pas moins l’essentiel de l’installation humaine : l’aménagement portuaire puis l’urbanisation de ces régions remontent au XIIe siècle et aux initiatives précoces des comtes de Flandre3. En effet, la garantie du développement économique permet aux populations littorales de braver les dangers. Comme l’écrit Jacob van Maerlant, poète flamand de la seconde moitié du XIIIe siècle,

  • 4 Hendrik Van Dale J., Een blik, op. cit., p. 3.

De zee is rijk, de zee is groot,
Zout water geeft het zoetste brood
(La mer est riche, la mer est grande,
L’eau salée donne le pain le plus sucré4).

  • 5 L’Écluse (Sluis) est alors l’avant-port de Bruges.
  • 6 Paviot J., La politique navale des ducs de Bourgogne, 1384-1482, Lille, PUL, coll. « Économies et (...)
  • 7 Sicking L., « Le paradoxe de l’accès : le rôle des avant-ports dans les anciens Pays-Bas à la fin (...)

2L’attractivité de la mer, ou plutôt des activités maritimes en général, explique la localisation littorale des villes de Flandre et l’importance particulière des ports. Ce sont Bruges et L’Écluse5, Ostende, Nieuport ou encore Anvers qui concentrent les activités. Au temps des ducs de Bourgogne, la vocation maritime du comté se confirme : aux XIVe et XVe siècles, c’est en Flandre que sont creusés les nouveaux ports ou avant-ports. L’ensablement du Zwin mobilise l’attention des ducs dès leur accession au pouvoir, dans le dernier quart du XIVe siècle6. En effet, dans ce pays maritime, le développement portuaire est essentiel à la croissance économique7.

3Dans ce cadre, quel rôle jouent les gens de mer ? Semblent-ils intégrés au sein de ces grands ports, ou bien vus au contraire comme un mal nécessaire ? La documentation des ducs de Bourgogne peut nous permettre de mesurer leur degré d’intégration sur le plan politique. Ainsi, les ordonnances ducales, mais également le Trésor des Chartes de Flandre, conservé aux Archives générales du Royaume à Bruxelles (Algemeen Rijksarchiev), concentrent les principaux actes consacrés aux villes portuaires, concernant leur vie politique et faisant intervenir des gens de mer. Ces mentions, quoique nécessairement partielles, voire partiales, peuvent nous aider à comprendre le degré d’intégration de ces populations au sein de ces villes. Les textes reflètent en effet la manière dont elles étaient perçues aux différents niveaux de la gestion politique des ports.

La place centrale des gens de mer dans les ports de Flandre

  • 8 Nous laissons ici volontairement de côté l’utilisation des gens de mer pour la guerre : bien que l (...)
  • 9 Mollat M., La vie quotidienne des gens de mer en Atlantique, IXe-XVIe siècle, Paris, Hachette, 198 (...)

4Les villes portuaires de Flandre dépendent fortement des marins en raison du poids économique de la pêche, principalement la pêche harenguière8. Mais que les gens de mer soient « hommes nécessaires9 » ne signifie pas forcément qu’ils jouissent d’un rôle politique !

  • 10 Curveiller S., art. cit., p. 194. Sur les franchises urbaines des petits ports de pêche pendant le (...)

5Or, le cas de la Flandre est particulier : ses villes sont bâties sur des havres et non sur des bourgs ruraux, à la différence de ce que l’on peut observer dans d’autres régions plus agricoles10. C’est bien pourquoi la documentation y fait une place particulière aux « maronniers », pêcheurs ou marins anonymes, et ce au plus haut niveau de l’État. Ainsi, dans un mandement de 1395, renouvelé en 1399, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi ordonne à son bailli de L’Écluse que les pêcheurs de hareng venant vendre leur poisson dans la ville soient payés. On apprend que ceux-ci se sont plaints auprès du duc :

  • 11 Van Nieuwenhuysen A. (dir.), Recueil des ordonnances des Pays-Bas, t. 2 : Ordonnances de Philippe (...)

« pluseurs noz officiers et aussi nobles et autres, tant de nostredicte ville comme d’ailleurs […] se sont efforciéz et efforcent de jour en jour de prendre, lever et cueillir de leur voulenté et senz cause raisonnable desdiz maronniers et pescheurs venans et amenans poissons en nostredicte ville et port de L’Escluse pluseurs desdiz poissons, et yceulx apliquier, disposer et ordener a leur proffit sans paier11 ».

6Cette première ordonnance semble inefficace puisqu’elle est réitérée trois ans et demi plus tard, en mars 1399 :

  • 12 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 863, fo 2 (Paris, 21 mars 1399).

« Nous avons entendu que notre bailli de l’eaue et aucuns aultres noz officiers de notredit pays de Flandre prennent et exigent des pescheurs frequentans la mer de notredit pays […] grant quantite de harenc frez et autres poissons de chacune nef […] comme s’il feust a eulx d’un de raison12. »

7À ces extorsions, pourtant effectuées en son propre nom puisque les coupables sont des officiers ducaux, Philippe le Hardi oppose le bien de la « chose publique » :

  • 13 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, t. 2, ibid.

« ou grant prejudice desdiz pescheurs et maronniers et aussi de la chose publique, de nous et de nostredicte ville et port, et mesmement attendu que pour cause de ce lesdiz maronniers et pescheurs se delaissent et retardent de venir et amener leursdiz poissons a nozdiz ville et port et es lieux d’environ et se transportent et mainent leurdit poisson ailleurs et pluseurs fois hors de nostredit pays13 ».

  • 14 Tranchant M., « Les ports maritimes en France au Moyen Âge », dans Ports maritimes et ports fluvia (...)
  • 15 Tranchant M., art. cit., p. 29.

8Nous voyons ici que l’intérêt public et celui des pêcheurs sont étroitement liés : en venant dans un port vendre leur poisson, ils lui rapportent des revenus qui les rendent indispensables à la croissance économique du lieu, par le biais des taxes et tonlieux seigneuriaux, municipaux et princiers14 ; la formule « nozdiz port et ville » rappelle d’ailleurs que ces prélèvements s’exercent aussi bien sur le port que sur la ville dont il relève, et dont il est un « poumon15 ». Cela donne lieu à des dispositions spécifiques : le 3 mai 1402, Philippe le Hardi accorde à l’église Sainte-Anne de Mude, dans l’estuaire du Zwin face à L’Écluse, de pouvoir lever une taxe sur chaque bateau chargé ou déchargé dans le port de L’Écluse, et ce en raison de la coutume locale :

  • 16 Marguilliers, c’est-à-dire membres du conseil de fabrique.
  • 17 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1691 (Arras, 4 juillet 1403, vidimus de l’acte du 3 mai 140 (...)

« de treslong temps passe, l’en avoit tousiours leve et encores l’en levoit pour soustenir la dite eglise parochiale de [chacune] nef qui en jour de feste estoit chargie ou deschargie en notre poort du dit lieu de L’Escluse ung groz de notre monnoye de Flandres, et que ce que ainsi l’en en a leve avoir este et estoit par les diz margliseurs16 emploie es ediffices et autres besoingnes de la dite eglise17 ».

  • 18 Mollat M., La vie quotidienne, op. cit., p. 64 et 85-87.

9Il s’agit là d’un exemple de coutume propre aux populations littorales et usagères de la mer en Flandre. Ce droit oral et coutumier a été revendiqué par les pêcheurs flamands révoltés dès la fin du XIIe siècle, par exemple à Mardyck ou à Calais, sous le nom de lex navium (« loi des navires »)18, et a été intégré comme tel par les comtes de Flandre puis les ducs de Bourgogne. Les gens de mer bénéficient donc de spécificités juridiques. Dans le cas de Mude en 1402, le duc et la duchesse ordonnent en effet que soit respecté ce droit coutumier de l’église Sainte-Anne, mais ajoutent que les marguilliers

  • 19 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1691 (Arras, 4 juillet 1403, vidimus de l’acte du 3 mai 140 (...)

« seront tenuz de baillier lettres soubz le scel de notre dite ville de la Mue, lesquelles nous voulons estre mises en notre tresorie a Lille […]. Et que iceulx margliseurs icellui argent et comment il aura este emploie comme dit est, seront tenuz a rendre bon compte par devant notre dit bailli de l’eaue ou son lieutenant et les bonnes gens de la loy de notre dite ville de la Mue ainsi qu’il appartiendra et qu’il est acoustume19 ».

  • 20 Le maintien et la densification du réseau baillival mis en place par leurs prédécesseurs est au cœ (...)

10Le pouvoir ducal garde donc la haute main sur l’usage de cette taxe, et ce par l’intermédiaire du bailli de l’eau et de ses lieutenants20. Les usages des gens de mer sont acceptés, et même intégrés, au sein de la gestion de la ville, mais le pouvoir central ne manque pas de rappeler que c’est désormais pour son propre service.

  • 21 Paviot J., La politique, op. cit., p. 205-212.
  • 22 Ibid.
  • 23 En 1169, une décrétale d’Alexandre III autorise la pêche les dimanches et jours de fête, et confir (...)
  • 24 Mollat M., La vie quotidienne, op. cit., p. 61.
  • 25 Schnerb B., L’État, op. cit., p. 95 et 104.

11Le seul intérêt économique ne peut cependant suffire à expliquer les dispositions ducales. Les « maronniers et pescheurs » de 1395 sont victimes de prises qui, quoique pratiquées par des officiers ducaux, s’apparentent à de la piraterie. Or, à l’échelle internationale, la sûreté de la pêche commence à se développer dans le duché de Bourgogne au tout début du XVe siècle, sensiblement à la même période que notre ordonnance. Il s’agit alors plutôt d’organiser des convois pour protéger les flottes harenguières bourguignonnes des pirates anglais puis des redoutables Vitalienbrüder hanséatiques, et non de surveiller les actes commis à l’intérieur des ports21. L’enjeu de cette protection demeure identique dans les deux cas : en protégeant la pêche au hareng, on touche à une activité économique majeure de la côte flamande et de sa population22. C’est là un phénomène déjà ancien : dès la fin du XIIe siècle, les comtes de Flandre durent trouver un compromis avec les populations des ports de pêche au sujet de la dîme sur la pêche du hareng23. Cela donna naissance à une série de franchises accordées aux pêcheurs, mais aussi aux exploitants de polders et à quiconque pratiquait le commerce maritime, à Calais, Mardyck ou encore Gravelines24. Les ducs de Bourgogne, en réalité, ne font que reprendre sur ces questions la politique des anciens comtes de Flandre25, conscients du caractère indispensable des pêcheurs et autres exploitants de la mer dans leur pays ; c’est pourquoi l’intérêt de cette communauté est mis par Philippe le Hardi sur le même plan que celui de la « chose publique », c’est-à-dire de l’État. À l’intérieur de L’Écluse, les pêcheurs de hareng apportent à la fois une denrée précieuse et des revenus spécifiques. Ils apparaissent donc comme une catégorie essentielle de la société, aussi bien flamande que portuaire, et jouissent à ce titre de faveurs juridiques (la lex navium) et politiques (la protection ducale).

  • 26 Les marchandises autorisées dans le port.
  • 27 Paviot J., La politique, op. cit., p. 32.

12Cette situation explique que la pêche, et les activités maritimes en général, mobilisent tout un personnel spécifique au sein du port. Nous avons croisé plus haut le bailli de l’eau de L’Écluse ; cet office, créé par le comte de Flandre Louis Ier de Nevers en 1324, est chargé de la police du port, de l’application des ordonnances comtales et des règlements relatifs au portage26 ainsi qu’à l’embarquement et au débarquement des marchandises27. Il existe également un bailli de l’eau à Arnemuiden, l’avant-port de Middelbourg en Zélande. Intermédiaire entre le pouvoir central (comtal ou ducal) et les communautés maritimes, le bailli semble emblématique, non seulement du poids économique, mais également de l’intégration politique des pêcheurs et des marins en tant que communauté.

  • 28 Biervliet est maintenant située aux Pays-Bas, en Flandre zélandaise. Son port est sis à Terneuzen, (...)

13Remarquons cependant que dans cette ordonnance de 1395, les pêcheurs ne sont pas originaires de la ville de L’Écluse ; on ne sait même pas d’où ils viennent. Ils constituent alors un groupe privilégié à l’intérieur de la ville, sans pour autant en être ressortissants. Dans d’autres situations, les ducs de Bourgogne font appel spécifiquement aux gens de mer d’une ville portuaire, les faisant ainsi apparaître comme catégorie à part entière. Prenons l’exemple des bouilleurs de sel de Biervliet28, signalés par Philippe le Bon en 1437 ; ils ne peuvent exercer d’autre métier, et celui-ci est dûment taxé par le duc :

  • 29 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1200 (1437).

« oudit franc mestier dont il ont aussi pour l’excercice et usance dudit mestier, ung estant que ceulx qui font ou feront faire et bruler sel ne pevent faire en notre dite ville quelque autre mestier sur l’amende de vinte livres parisis monnaie […]. Et de tous les selz zel tourbes et de toutes autres denrees que l’en vent audit lieu de Biervliet, prenons et avons pour notre droit de tonlieu, pour chacune livre de groz trois deniers de parisis29 ».

  • 30 Ibid. : « Et en signe de ce que l’en ne puet ou doit boulir ou vendre sel ailleurs que ce [dans no (...)

14La ville de Biervliet possède l’exclusivité d’un métier particulier, exclusivité qui est garantie par la contrainte corporelle et la taxation30. Là encore, quel est l’enjeu d’une telle décision ?

15Le problème de notre cité est qu’elle a besoin de ses bouilleurs de sel pour réparer ses digues, non par leur activité mais par l’argent que celle-ci rapporte. L’exposé de l’acte nous montre bien l’état de dégradation de la ville :

  • 31 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1200 (1437).

« Neantmoins notre dite ville est depuis se fort debilitee, apouvrie, diminuee et depeuplee, et journelement se diminuer, et declare que se pourveu n’y est en brief de convenable remede, et que icelle notre ville ne soit restituee et remise a ses aucuns droits coustumes et usaiges, […] sont en voye et disposition d’eulx departir de notre dite ville et la laissier du tout vague, deserte, desolee et inhabitee31. »

16L’idée du duc est de renflouer le trésor de la ville en favorisant une activité taxée à cet effet, l’argent économisé devant servir à reconstruire les digues écroulées :

  • 32 Ibid. Le duc Philippe précise dans la suite de l’exposé que « d’encienneté et de si long temps qu’ (...)

« par quiconques n’est successeur oudit franc mestier par extencion de lignage il convient que a [sa] […] prime venue il paie. xlij. livres parisis monnaie de notredit pais de Flandres, l’ung tiers a notre prouffit l’autre tiers au prouffit de notre dite ville et le tiers vers pour et au prouffit oudit franc mestier32 ».

17Cela nous donne une idée de l’importance de ce métier au sein de Biervliet, à qui la proximité de la mer et de ses produits est, semble-t-il, indispensable. Il faut remarquer qu’ici encore, l’intégration des gens de mer dans cette cité portuaire se fait principalement par des voies économiques : les produits qu’ils pêchent ou fabriquent rapportent de l’argent et favorisent le développement, puis le rayonnement des villes. L’acte de Philippe le Bon rappelle en effet que sans dimension économique, c’est-à-dire sans « estaple et marchie publicque », un port décline puis meurt. Il entraîne alors avec lui la ville dont il dépend, et dont les habitants, pour Biervliet, menacent littéralement le duc de délaisser la place, le privant ainsi d’une source de revenus fiscaux.

18Faut-il alors considérer les gens de mer des villes flamandes comme une catégorie particulière de contribuables ? Il semble surtout qu’ils soient perçus comme tels par les autorités politiques, qui voient en eux des éléments indispensables au dynamisme et au bon fonctionnement de leur ville. Certaines expressions laissent à penser qu’ils deviennent parfois même emblématiques de leur cité, celle-ci se confondant avec ses marins ; ainsi à Nieuport en 1403 :

  • 33 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 2508, fo 1 (Ostende, 5 octobre 1403).

« Item lan dessusdit estoient prins sur mer par gens de Neufport. c. lxiij. waghes de(-) i fromages appartenant a Alain Birom et Jehan Cruy, marchands de Londres, lequel fromage montoit bien sanz coustage et dommage. iiij.xx j. livres. xv. sous33. »

19Il est évident ici que ces « gens de Neufport » sont des marins de la ville, ainsi désignés parce qu’on ne connaît pas leurs noms. Nieuport apparaît donc, non seulement comme un port, mais aussi et surtout comme une ville peuplée de marins.

20Il semble que les gens de mer soient réellement intégrés dans les sociétés politiques des ports de Flandre. Ils apparaissent comme une catégorie démographiquement et économiquement forte de la population urbaine, bénéficiant en tant que telle d’une attention particulière de la part des ducs de Bourgogne. Il faut toutefois remarquer que dans les exemples cités plus haut, seul apparaît le point de vue de l’autorité centrale ; les gens de mer eux-mêmes n’y sont pas convoqués. Il faut se tourner vers les sources judiciaires pour entendre leur voix, et mesurer avec plus de précision leur degré d’intégration.

L’intégration juridique des gens de mer

21Le Trésor de Flandre comporte un document exceptionnel tant par sa richesse que par sa précision : c’est un rôle de plaintes composé de trente folios dont vingt-cinq sont cousus ensemble, rapportant plusieurs enquêtes sur des faits de piraterie, menées dans les ports de la côte flamande à partir d’octobre 1403. Toutes concernent donc, de près ou de loin, des gens de mer ; mais, loin de n’être que des accusés, ils apparaissent également comme témoins.

22La plainte peut venir de marins étrangers, ce qui montre que la loi du port les protège. C’est le cas des Anglais, victimes récurrentes des pirates flamands. L’un d’eux, que l’on devine petit pêcheur, expose ainsi son malheur le 5 octobre 1403 :

  • 34 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 2508, fo 1. Les Flamands ont abordé le petit bateau anglais (...)

« Jehan Appelman possesseur d’un bateau de Sandwych et. vj. personnes avecques lui estans en pescherie sur la mer devant Castrebeken furent encontrez par un craier de Neuport dont estoit maistre Coppin Suthelin, lesquelz forsigla ledit bateau […], enquel bateau estoient. xiiij. morcz et ledit bateau avec l’appareil valoit avec l’argent en icelle neif. lxxviij. nobles34. »

23Toutefois, dans ce premier cas, le plaignant n’apparaît pas en tant que membre d’une catégorie particulière (marin ou Anglais). Il demande simplement une indemnisation pour la perte de son navire et de sa cargaison. Il faut attendre quelques paragraphes pour trouver explicitement mentionnée la protection dont jouissent les marins anglais au sein des ports flamands :

  • 35 Ibid., fo 1.

« Item la ou il estoit comprins ou second article des trieves entre Engleterre et Flandres que les marchans du royaulme d’Engleterre, leurs facteurs, familliers, maistres des neifz et maronniers, puissent estre converser et demourer seurement ou pays de Flandres et es portz et havres d’icellui pays35. »

  • 36 Dès avant les trêves de Leulinghen de 1389, un accord est passé le 28 novembre 1387 entre les amba (...)
  • 37 Tranchant M., art. cit., p. 26.

24Dans le cadre de la lutte étatique contre la piraterie, les Anglais – plus exactement, les marchands anglais – bénéficient en effet (depuis peu) de la protection des ducs de Bourgogne36. Or celle-ci s’exerce, nous pouvons le remarquer, au sein des « portz et havres d’icellui pays [de Flandre] ». Serait-ce à dire que ceux-ci sont des zones d’asile pour les marins ? Plus exactement, le texte dit que la protection s’exerce « ou pays de Flandres et es portz et havres d’icellui », c’est-à-dire dans tout le pays, y compris les ports, où s’enchevêtrent plusieurs juridictions fréquemment en conflit37. Encore, dans ce cas, les Anglais peuvent-ils bénéficier d’un statut particulier puisqu’ils sont étrangers ; qu’en est-il des marins flamands eux-mêmes ?

25Certains d’entre eux témoignent dans les enquêtes menées sur la côte. Chacun précise son âge et son activité, avant de livrer son témoignage. Nous voyons bien ici que le terme « maronnier » désigne une catégorie sociale reconnue, au même titre que les échevins, les bouchers ou les marchands. En voici un exemple :

  • 38 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 2508, fo 6 (Nieuport, 5 mars 1419 n. st.).

« Jaques Holluic de l’eage de. xvij. ans ou environ, maronnier demourant a Neufport tesmoing jure et examine sur lesdites complaintes. [Le témoin rapporte qu’il a vu depuis son bateau quatre navires cinglant vers l’Angleterre se faire attaquer par une grosse barge écossaise au large de Nieuport, mais sans pouvoir recevoir aucun secours en raison de leur éloignement.] Aussi ceulx de ladite ville dont il estoit bien loing ne y eussent peu venir a temps ne y peu mettre remede38. »

26Dans ce récit, l’intérêt des témoignages de gens de mer se lit sans difficulté : ils sont interrogés en tant que spécialistes des choses de la navigation. Ici, le témoin a observé avec ses compagnons un manège invisible depuis Nieuport, « ville dont il estoit bien loing » ; c’est précisément parce qu’il est sur mer que les enquêteurs l’utilisent pour savoir ce qui s’y passe. Apparaît ici une véritable utilité publique des gens de mer. On retrouve cet aspect dans d’autres témoignages :

  • 39 Ibid.

« Joos Bruneel de l’eage de. xxxij. ans ou environ, maronnier demourant a Neufport tesmoing jure et examine sur lesdites complaintes. […] Requis sur tous les autres articles […], dist que riens n’en scet, excepte que de son temps il ne sceut oncques ne ne vit que Gerard Rosin et Clays Scheede denommez ou. xxvj.e article ou aucun d’eulz alassent par mer. […]
Jehan de Baermakore de l’eage de. xl. ans ou environ, maronnier demourant a Neufport tesmoing jure et examine sur lesdites complaintes, dist par son serment que riens n’en scet, excepte qu’il ne sceut oncques de son temps ne ne vit que Gerard Rosin et Clays Scheeden denommez ou. xxvj.e article alassent par mer. […]
Michiel Bruneel de l’eage de. xxxix. ans ou environ, maronnier demourant audit lieu de Neufport tesmoing jure et examine sur lesdites complaintes, dist par son serment que riens n’en scet, excepte qu’il ne sceut oncques de son temps ne ne vit que Guerard Rosin et Clays Scheede denommez ou. xxvj.e article alassent par mer39. »

  • 40 Martin H., Mentalités médiévales II. Représentations collectives du XIe au XVe siècle, Paris, PUF, (...)
  • 41 A contrario, on peut remarquer que dans une décharge de fouages de 1429 à l’endroit des habitants (...)

27La répétition des mêmes phrases par les témoins successifs semble indiquer qu’on leur a posé à chacun la même question. En l’occurrence, les enquêteurs ont dû leur demander s’ils ont vu sur mer les deux personnages cités, Gérard Rosin et Claes Scheede ; c’est bien évidemment en raison de leur activité qu’ils sont interrogés sur ce point. En ce sens, les marins s’avèrent utiles à la communauté urbaine tout autant qu’à la communauté politique, dont ils font alors pleinement partie, puisqu’ils garantissent sa cohésion en participant à l’exercice de la justice40. En outre, il semble clair que, si la catégorie professionnelle des gens de mer existe bien, elle n’est pas considérée comme un groupe à part par les autorités politiques : ils ne sont pas placés par principe hors de ou dans la société politique de la cité. Ils sont appréhendés comme un ensemble d’individus et non comme un corps social particulier. Sans doute faut-il voir là une certaine proximité entre leurs activités et les autorités publiques41.

28La diversité de leurs activités est un autre indice du poids des gens de mer. Remarquons ainsi que les marchands sont groupés en deux catégories principales, les « bourgeois » et les « marins » :

  • 42 Sandwich, dans le Kent.
  • 43 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 2508, fo 6.
  • 44 Ibid.

« Jaques Zondelin de l’eage de. lij. ans ou environ, marchant et maronnier demourant a Neufport tesmoing jure et examine sur lesdites complaintes. Et premierement sur le premier article dist que en temps pieca passe duquel il n’est pas recors, un nomme Jehan Apelman de Zandwijcls42 en Engleterre disoit avoir este encontre sur mer et son bateau forsigle par lui qui parle43. »
« Spian Clement de l’eage de. l. ans ou environ, bourgois et marchant demourant audit lieu de Neufport tesmong jure et examine sur toutes lesdites complaintes. […] Il a environ. xx. ans que ledit Clays Scheede comme marchant et lui qui parle revinrent ensemble de La Rochelle jusques audit lieu de Neufport44. »

  • 45 Roux Simone, Le monde des villes au Moyen Âge, XIe-XVe siècle, Paris, Hachette, 2004, p. 80.

29Quelle est la différence entre Zondelin, marchand marin, et Clément, marchand bourgeois ? Il semble bien que les deux aillent sur mer : si Jacques Zondelin a poursuivi un navire anglais en Manche, Spian Clément a effectué un voyage depuis La Rochelle qui correspond au trajet des vins du Poitou vers les marchés nordiques. Le premier prend peut-être plus la mer que le second ; il semble en tout cas que la différence ne se situe pas dans la proximité de chacun avec l’élément marin. On peut plutôt penser à une différenciation sociale. Le terme de « bourgeois », s’il n’a pas véritablement au Moyen Âge le même sens que de nos jours, désigne une forme d’élite urbaine : ce sont les membres du « patriciat » urbain, qui se distinguent par leurs possessions foncières, la bonne marche de leurs affaires commerciales ou industrielles et leurs contacts avec des marchands étrangers45. En ce sens, ils font partie intégrante de la société politique d’une ville. Le « maronnier » serait alors d’extraction plus modeste. Mais il s’agit là de différenciations sociales, et non politiques : ils ont tous deux la possibilité de témoigner, justement en tant que membres de la communauté politique de Nieuport.

30Un dernier cas peut nous intéresser, celui d’un bourgeois d’Ostende qui se dit marchand de harengs :

  • 46 ARA, Trésors de Flandre, série no I, no 2508, fo 6 (Ostende, 12 mars 1419 n. st.).

« Jehan Dobbels de l’eage de. xxxviij. ans ou environ, bourgois et marchant de harens et de poisson demourant a Oostende, tesmoing jure […]. Et ne croit point lui qui parle, lequel passe a long temps a fait et fait encore de jour en jour sa marchandise de poisson et emploie le sien pour envoyer peschier en la mer, que puis. xx. ans enca entrassent ou pays de Flandres autant de poisson salle que contiennent les articles qui en font mencion46. »

31Nous voyons bien ici que le fait de bourgeoisie n’est pas dicté par la sédentarité : notre témoin est bourgeois mais se rend régulièrement en mer pour pêcher le hareng. Et là encore, c’est sur sa spécialité qu’il est interrogé. Les gens de mer semblent constituer un groupe complexe : ils sont véritablement reconnus et intégrés politiquement, et suffisamment nombreux et indispensables pour que des différenciations sociales apparaissent entre eux.

  • 47 Mollat M., La vie quotidienne, op. cit., p. 212-220.
  • 48 L’insertion de nos marins dans la catégorie des « marchands » les rattache à un métier, donc à une (...)

32Les gens de mer présents à Ostende ou Nieuport apparaissent ainsi dans toute leur diversité, des simples « maronniers », c’est-à-dire, sans doute, matelots, aux marchands, pêcheurs ou maîtres de navires. Ce qui est important ici est que, loin d’être définis comme une catégorie extérieure à la communauté urbaine (où les « gens de mer » ne seraient qu’une expression floue désignant ceux qui vivent de la mer par opposition aux modes de vie terriens conçus comme une référence47), ils en sont au contraire constitutifs. Et c’est sans doute pourquoi nulle part dans la documentation n’apparaît l’expression « gens de mer » ; seuls le métier proprement dit48 et le niveau social caractérisent ces individus navigants, les intégrant alors définitivement au sein de la communauté urbaine.

Conclusion : Puissance et fragilité, le paradoxe des ports flamands

  • 49 Schnerb B., L’État, op. cit., p. 63-64.

33Depuis leur naissance au XIe siècle, les villes de Flandre constituent des pôles de résistance au pouvoir central, ce qui inspire généralement à celui-ci prudence et modération dans leur gestion49. De ce point de vue, les ducs de Bourgogne n’ont fait qu’emboîter le pas aux comtes de Flandre.

  • 50 Contamine Ph., Bompaire M., Lebecq S. et Sarrazin J.-L., L’économie médiévale, Paris, Armand Colin (...)

34Qu’il s’agisse des ports ou des villes drapantes, elles sont les moteurs économiques du pays. Les ports jouent sans doute à ce titre un rôle encore plus fondamental : c’est par eux que se fait la commercialisation des produits flamands, dont le fameux drap, de réputation internationale à la fin du Moyen Âge50. L’élite sociale des villes portuaires, et donc in fine son élite politique, fait sa fortune sur le commerce maritime, la pêche ou l’armement de navires. Cependant, si c’est principalement à ces cités que la Flandre doit sa richesse, elles en sont également le talon d’Achille : bâties sur des côtes sableuses et amphibies, exposées aux trop fréquentes inondations marines, protégées par des digues encore faibles, les villes-ports sont sans doute les plus menacées. En 1421, Philippe le Bon rappelle en vidimus une lettre de 1415 de son prédécesseur Jean sans Peur, adressée aux « bourgmaistres, eschevins et habitans » de Biervliet ; on y trouve notamment la phrase suivante :

  • 51 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1199 (Gand, 1er janvier 1421 n. s., copie de l’acte du 6 ma (...)

« les ouvrages desdites dicques, desquelles est deffendue et tenue en seurte notre dite ville contre les eaues, pourquoy elle seroit en peril d’estre inundee et noyee ou en avenement et taillie de briesment, aller en ruyne et desolacion et de demourer toute vague et inhabitable51 ».

35Rappelons ici que le combat des hommes contre la mer est récurrent en Flandre. Et c’est bien pourquoi les gens de mer s’y avèrent aussi indispensables, car c’est la croissance économique des ports qui leur permet de mieux se protéger.

  • 52 Mollat M., La vie quotidienne, op. cit., p. 221-228.

36Nous avons pu voir, en effet, que les marins représentent une part essentielle de la population des ports, et bénéficient à ce titre de privilèges qui leur sont octroyés au plus haut niveau de l’État, localement par les représentants du duc : les villes portuaires ont besoin des pêcheurs pour avoir des revenus conséquents. Par ailleurs, il semble que les gens de mer se perçoivent eux-mêmes comme une catégorie sociale pleinement intégrée dans la cité : en témoignant dans des actions en justice, ils apparaissent comme des membres de la communauté politique urbaine, et non comme des individus à l’activité marginale quoique nécessaire et réprouvée par les élites terriennes52.

37On peut dès lors se demander si les villes portuaires de Flandre ne sont pas fondamentalement des cités de gens de mer : leur survie passe par l’étroitesse de leur rapport avec la mer, qu’il s’agisse du commerce, de la pêche ou même de leur protection contre les inondations marines. Évoquant Biervliet, que nous avons croisée à quelques reprises au cours de cette étude, le duc de Bourgogne rappelle qu’elle est environnée d’eau :

  • 53 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1199 (6 mars 1415).
  • 54 Ibid., no 1200 (1437).

« notre dite ville laquelle souventeffoiz par ce quelle est de toutes pars environnee de la mer et en tresgrant peril et aventure destre inundee et noyee se hastivement et soudainement ny est ouvre et secouru53 ».
« notre ville de Biervliet estant en frontiere de pluseurs noz pays aviro[n] te de toutes pars de la mer nuement et sans moyen54 ».

38Certes, Biervliet-Terneuzen est un port de la Flandre zélandaise, et à ce titre fort exposé à la mer. Il n’en demeure pas moins qu’il résume, par son sort même, la situation des autres cités portuaires de Flandre : plus que des villes ouvertes sur la mer, elles sont les extensions urbaines de havres ou d’îlots, construites par et pour des marins.

Notes

1 Bonenfant P. (éd.), Recueil des ordonnances des Pays-Bas, t. 1 : Ordonnances de Philippe le Hardi et de Marguerite de Male, du 16 octobre 1381 au 31 décembre 1393, Bruxelles, SCT, 1965, no 143, p. 222-223. Voir également Minnebo K., « L’Écluse : du rôle d’avant-port de Bruges à celui de clef de Flandre (vers 1290-vers 1380) », dans Bochaca M. et Sarrazin J.-L. (dir.), Ports et littoraux de l’Europe atlantique. Transformations naturelles et aménagements humains (XIVe-XVIe siècles), Rennes, PUR, 2007, p. 204, et Hendrik Van Dale J., Een blik op de vorming van de stad Sluis en op den aanleg van harer vestingwerken, Middelbourg, Altorffer, 1871, p. 66. Deux fois par jour, les limites de la juridiction évoluaient en fonction des mouvements de marée.

2 Les ondes de tempête sont des élévations anormales du niveau de la mer, dues à une baisse de pression exceptionnelle puis à la tempête ainsi créée.

3 Verhulst A., « Initiative comtale et développement économique au XIIe siècle », Miscellanea mediaevalia in memoriam, Groningue, 1967, p. 227-240 ; Curveiller S., « Ports et avant-ports de la Flandre maritime à la fin du Moyen Âge : transformations naturelles et aménagements humains », dans Bochaca M. et Sarrazin J.-L. (dir.), Ports et littoraux, op. cit., p. 192-194.

4 Hendrik Van Dale J., Een blik, op. cit., p. 3.

5 L’Écluse (Sluis) est alors l’avant-port de Bruges.

6 Paviot J., La politique navale des ducs de Bourgogne, 1384-1482, Lille, PUL, coll. « Économies et société », 1995, p. 282-283. Au cours du XIVe siècle, quatre comtes de Flandre se succèdent : Guy Ier de Dampierre (1278-1305), Robert III de Béthune (1305-1322), Louis Ier de Nevers (1322-1346) et Louis II de Male (1346-1384). Les ducs de Bourgogne entrent en scène avec Philippe le Hardi, prince français et époux de Marguerite de Male, fille du comte Louis.

7 Sicking L., « Le paradoxe de l’accès : le rôle des avant-ports dans les anciens Pays-Bas à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne (approche comparative générale) », dans Bochaca M. et Sarrazin J.-L. (dir.), Ports et littoraux, op. cit., p. 228.

8 Nous laissons ici volontairement de côté l’utilisation des gens de mer pour la guerre : bien que les navires marchands soient réquisitionnés (tout du moins au temps de Philippe le Hardi) et que les autorités publiques demandent leur avis « de spécialistes » à des maîtres de navires avant de lancer une expédition navale, ces opérations viennent du duc ou des Quatre Membres de Flandre, non des villes elles-mêmes (Paviot J., La politique, op. cit., p. 43-85).

9 Mollat M., La vie quotidienne des gens de mer en Atlantique, IXe-XVIe siècle, Paris, Hachette, 1983, p. 91.

10 Curveiller S., art. cit., p. 194. Sur les franchises urbaines des petits ports de pêche pendant le Moyen Âge central, voir Mollat M., La vie quotidienne, op. cit., p. 63. La Bretagne fait figure d’exemple opposé : non seulement le fait urbain y est plus tardif qu’ailleurs, eu égard au caractère fondamentalement agricole de la région, mais les aménagements portuaires y sont de surcroît généralement postérieurs, malgré la large ouverture maritime de la péninsule armoricaine (Cassard J.-C., Les Bretons et la mer au Moyen Âge, Rennes, PUR, 1998, p. 184-189). L’ouverture maritime ne semble donc pas nécessairement liée à des prédispositions géographiques…

11 Van Nieuwenhuysen A. (dir.), Recueil des ordonnances des Pays-Bas, t. 2 : Ordonnances de Philippe le Hardi et de Marguerite de Male du 17 janvier 1394 au 25 février 1405, Bruxelles, ministère de la Justice, 1974, no 411, p. 113-114. L’acte est adressé « a noz baillis de l’eaue et de la terre de nostre ville de L’Escluse » et vient de « la complainte de pluseurs pescheurs et maronniers frequentans nostre port et ville de L’Escluse ».

12 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 863, fo 2 (Paris, 21 mars 1399).

13 Recueil des ordonnances des Pays-Bas, t. 2, ibid.

14 Tranchant M., « Les ports maritimes en France au Moyen Âge », dans Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge, XXXVe Congrès de la SHMES (La Rochelle, 5 et 6 juin 2004), Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 26 : « Le port remplissait donc un rôle fiscal essentiel, dont l’importance s’affirma au fur et à mesure que grossissaient les échanges et que se diversifiaient les redevances ; à tel point qu’on peut se demander si ce n’est pas, in fine, ce qui le définit davantage à la fin du Moyen Âge. »

15 Tranchant M., art. cit., p. 29.

16 Marguilliers, c’est-à-dire membres du conseil de fabrique.

17 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1691 (Arras, 4 juillet 1403, vidimus de l’acte du 3 mai 1402).

18 Mollat M., La vie quotidienne, op. cit., p. 64 et 85-87.

19 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1691 (Arras, 4 juillet 1403, vidimus de l’acte du 3 mai 1402). Le couple princier précise dans le même acte que l’argent de cette taxe doit être conservé « en lieu seur et ferme dont notre bailli de l’eaue ait une clef et lesdiz margliseurs l’autre », ce qui est la condition sine qua non de son utilisation par le conseil de fabrique. Celui-ci tend donc à être dépossédé de ses pouvoirs coutumiers sur cet impôt.

20 Le maintien et la densification du réseau baillival mis en place par leurs prédécesseurs est au cœur de la politique territoriale des ducs de Bourgogne, car il leur permet d’asseoir leur pouvoir (Schnerb B., L’État bourguignon, 1363-1477, Paris, Perrin, 2005, [1999], p. 95-96).

21 Paviot J., La politique, op. cit., p. 205-212.

22 Ibid.

23 En 1169, une décrétale d’Alexandre III autorise la pêche les dimanches et jours de fête, et confirme par la même occasion le droit de l’Église à percevoir la dîme sur le poisson. Cette décrétale est confirmée par le troisième concile du Latran en 1179, déclenchant alors une violente émeute à Calais. En 1236 à Nieuport, il fallut trouver un accord à ce sujet entre la communauté de la ville et l’église Sainte-Walburge de Furnes qui réclamait cette dîme aux pêcheurs de Nieuport : deux prêtres avaient été tués (ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1815, 1236).

24 Mollat M., La vie quotidienne, op. cit., p. 61.

25 Schnerb B., L’État, op. cit., p. 95 et 104.

26 Les marchandises autorisées dans le port.

27 Paviot J., La politique, op. cit., p. 32.

28 Biervliet est maintenant située aux Pays-Bas, en Flandre zélandaise. Son port est sis à Terneuzen, commune dont elle fait aujourd’hui partie.

29 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1200 (1437).

30 Ibid. : « Et en signe de ce que l’en ne puet ou doit boulir ou vendre sel ailleurs que ce [dans notre] ville de Biervliet ou ses villes, semblement […] feu de noble memoire notre treschier seigneur et ayeul le duc Phelippe […] que l’en avoit mit sur et escroire une chaudiere ou [avait] boulu sel en ung village ou hamel nomme Sacxhavens, fist seignouresement, realment et de fait oster ladite [chaudière] et l’amener en notre dite ville de Biervliet. »

31 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1200 (1437).

32 Ibid. Le duc Philippe précise dans la suite de l’exposé que « d’encienneté et de si long temps qu’il n’est memoire d’homme, au contraire, n’a eu et doit avoir en notre dite ville estaple et marchié publique […]. Et par especial est icelle notre ville et a esté de tout temps fondee et gouvernee sur ung franc mestier de bourgoisie qui est de boulit ou faux boulit, et vendre illec sel par corruption d’une matiere nommee [zel] ».

33 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 2508, fo 1 (Ostende, 5 octobre 1403).

34 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 2508, fo 1. Les Flamands ont abordé le petit bateau anglais et en ont jeté les membres d’équipage par-dessus bord, « excepté que par la grace de Dieu ledit Jehan Appelman et un sien compaignon furent gectez au terre en vie ».

35 Ibid., fo 1.

36 Dès avant les trêves de Leulinghen de 1389, un accord est passé le 28 novembre 1387 entre les ambassadeurs d’Angleterre et les Quatre Membres de Flandre (Gand, Bruges, Ypres et le Franc de Bruges) pour déclarer une trêve marchande. Un autre accord est signé le 7 mars 1403, très peu de temps avant notre texte. Ces trêves furent prorogées bon an mal an jusqu’aux premières décennies du XVe siècle (Paviot J., La politique, op. cit., p. 205 et 220).

37 Tranchant M., art. cit., p. 26.

38 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 2508, fo 6 (Nieuport, 5 mars 1419 n. st.).

39 Ibid.

40 Martin H., Mentalités médiévales II. Représentations collectives du XIe au XVe siècle, Paris, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 2001, p. 255.

41 A contrario, on peut remarquer que dans une décharge de fouages de 1429 à l’endroit des habitants de l’île de Bréhat, le duc de Bretagne les caractérise globalement comme « mariniers et gens de mer », c’est-à-dire qu’ils « n’ont aultre support ne substance de vivre que du travaill et paine qu’ilz tirent de leurs corps à maréer par mer, sanz aultre labour de terre faire » ; il est manifeste dans cet acte que les « gens de mer » sont pour lui à la fois lointains et marginalisés, ce qui n’est pas du tout le cas dans nos villes flamandes (Laget F., « Les franchises fiscales dans les îles bretonnes. L’exemple de Bréhat et Quiberon, 1422-1438 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 116/4, 2009, p. 30).

42 Sandwich, dans le Kent.

43 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 2508, fo 6.

44 Ibid.

45 Roux Simone, Le monde des villes au Moyen Âge, XIe-XVe siècle, Paris, Hachette, 2004, p. 80.

46 ARA, Trésors de Flandre, série no I, no 2508, fo 6 (Ostende, 12 mars 1419 n. st.).

47 Mollat M., La vie quotidienne, op. cit., p. 212-220.

48 L’insertion de nos marins dans la catégorie des « marchands » les rattache à un métier, donc à une corporation. En tant que tels, nous pouvons considérer qu’ils font partie de la société politique de leur temps, eu égard à la promotion des métiers en Europe à la fin du Moyen Âge (Martin H., Mentalités, op. cit., p. 106-117 et 158).

49 Schnerb B., L’État, op. cit., p. 63-64.

50 Contamine Ph., Bompaire M., Lebecq S. et Sarrazin J.-L., L’économie médiévale, Paris, Armand Colin, 2004 (1997), p. 279-281.

51 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1199 (Gand, 1er janvier 1421 n. s., copie de l’acte du 6 mars 1415).

52 Mollat M., La vie quotidienne, op. cit., p. 221-228.

53 ARA, Trésor de Flandre, série no I, no 1199 (6 mars 1415).

54 Ibid., no 1200 (1437).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540