Versión clásicaVersión móvil

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

Fins de voyage, ou le voyageur monument

Voyageurs républicains et constitution du panthéon national en Italie. Ugo Foscolo et les exilés italiens d’après 1821 entre Londres, Paris et Bruxelles

Olaf Müller

Texto completo

  • 1 Gilles Bertrand, Enzo Neppi, « La Révolution et l’Italie au temps de Foscolo. Esquisse chronologiq (...)

1L’écrivain italien Ugo Foscolo, né en 1778 et mort en 1827, est concerné par pratiquement tous les types de voyages évoqués dans l’appel à contribution au colloque d’où prend origine ce volume. Le voyage, ou plutôt l’errance, est au centre de son œuvre la plus connue, le roman épistolaire Les Dernières lettres de Jacopo Ortis de 1802, et Foscolo lui-même doit les débuts de sa célébrité en Italie à ses propres voyages comme « intellectuel engagé », pour ainsi dire, et comme agent diplomatique et officier entre Venise et les Républiques cispadane, cisalpine et ligurienne, entre 1797 et la paix de Lunéville en 1801. Gilles Bertrand et Enzo Neppi ont publié en 2004 pour la collection du musée de Vizille le volume Ugo Foscolo, l’Italie et la Révolution française1, qui offre une chronologie détaillée de la vie de Foscolo et de son itinéraire à l’époque de la Révolution et de l’Empire et qui me permet de me concentrer sur les années après 1815, quand Foscolo quitte l’Italie pour aller vivre en exil en Suisse, et, à partir de 1816, en Angleterre.

2D’un point de vue chronologique, mon exposé sera donc légèrement excentrique par rapport à la plupart des autres contributions à ce volume. Je ne m’occuperai pas des voyages du jeune Foscolo au service de la république, mais de Foscolo comme point de repère ou repoussoir pour les voyageurs de la génération des révolutionnaires après 1821. Parmi leurs voyages qui tournent autour du poète exilé, on peut distinguer grosso modo trois types : d’abord le voyage pour l’action politique directe, comme celui des Italiens qui partent au combat pour la révolution espagnole ou pour la libération des Grecs (Pecchio, Collegno, Santa Rosa), puis le voyage pour l’enquête politique et sociale publiée sous forme de récit pour préparer une action politique ultérieure (Pecchio), et finalement le voyage visant la construction d’un monument philologique avec le but de créer un panthéon national littéraire (Mazzini, Mayer).

  • 2 Filippo Ugoni, « Vita di Camillo Ugoni », Della letteratura italiana nella seconda metà del secolo (...)
  • 3 Ibid., p. 498-501.
  • 4 Pour un récit contemporain et hagiographique des voyages de Collegno : Diario dell’assedio di Nava (...)

3Quelles sont les conditions dans lesquelles les exilés italiens voyagent ? En grande partie condamnés à mort par contumace après leur fuite ou à des peines de prison, ils ne peuvent pas disposer librement de leurs biens en Italie, normalement confisqués par le gouvernement autrichien. Souvent donc ils dépendent de la générosité de sympathisants de la cause libérale. Leur situation est en plus aggravée par le fait que les lois de leurs pays d’accueil et leur manque de compétences linguistiques suffisantes les empêchent souvent d’exercer un métier correspondant à leur formation professionnelle d’origine, s’ils en ont une. Pour ceux d’entre eux qui vivaient de leur plume en Italie, comme c’est le cas de Foscolo ou de Giovanni Berchet, il y a en plus le problème des coûts de traduction, s’ils veulent publier dans la langue de leur nouveau public. Pour quelqu’un de célèbre comme l’était Foscolo au moment de son arrivée en Angleterre, il était encore possible de gagner sa vie en collaborant à des revues littéraires, mais la plupart des exilés dépendaient de l’aide d’associations de soutien aux émigrés et de ce que leurs familles restées en Italie réussissaient à leur faire parvenir. Il est donc difficile pour la plupart d’entre eux d’entreprendre des voyages coûteux. Au contraire, c’est souvent le voyage qui est motivé par des raisons économiques, notamment pour échapper aux coûts de vie élevés dans la capitale anglaise, comme c’est le cas de Giacinto Collegno, aristocrate piémontais et l’un des organisateurs de la tentative de révolution de 1821. Après des voyages en Suisse, en France et en Angleterre, il va en Espagne en 1822 pour gagner le soutien du Portugal au gouvernement constitutionnel espagnol. L’entreprise échoue, et il rentre à Londres pour partir en voyage en Angleterre avec un groupe d’autres exilés italiens, dont Luigi Porro et les frères Ugoni. À cette époque, les sympathies des libéraux anglais pour les victimes de la répression autrichienne en Italie sont encore vives2, et le groupe peut entamer un tour des îles Britanniques. Ils sont accueillis et fêtés par des italophiles célèbres comme William Roscoe à Liverpool ou lady Morgan à Dublin. Cette dernière les invite à une soirée où elle les fait rencontrer Archibald Hamilton Rowan, patriote irlandais connu à cause de son exil spectaculaire dans la France thermidorienne et aux États-Unis. Lady Morgan veut par là établir un parallèle entre les Irlandais opprimés par les Anglais et les Italiens qui souffrent sous le joug autrichien. En Écosse, le groupe est accueilli par la Royal Society of Edinburgh, tandis que d’autres libéraux de la ville fondent une « société italo-calédonienne », dont le but principal, comme l’avoue l’un des voyageurs, est surtout de mettre à la disposition des exilés italiens une salle de réunion et de lecture3. De retour à Londres, où le premier engouement des Anglais pour les libéraux italiens est passé, Collegno ne peut plus affronter les dépenses élevées de l’hiver londonien et s’en va pour Bruxelles4. Comme beaucoup d’exilés italiens, il s’engage pour les deux grandes causes du libéralisme européen : après le voyage espagnol de 1822, il se rend en Grèce en 1824, aux côtés de Santorre di Santa Rosa, autre protagoniste de la révolution piémontaise exilé en Angleterre.

  • 5 Maurizio Isabella, Risorgimento in Exile. Italian Émigrés and the Liberal International in the Pos (...)

4Les motivations et les conditions du voyage de Santa Rosa en Grèce démontrent très bien le dilemme des exilés. Celui qui par la suite deviendra, comme l’a récemment souligné Maurizio Isabella5, l’une des icônes du philhellénisme, est au désespoir quelques semaines avant son départ. Pendant l’été 1824, il avait entrepris des démarches auprès des représentants de la Grèce en Angleterre pour savoir si l’on voulait de lui comme simple soldat dans les rangs de l’armée grecque. Dans une lettre à Victor Cousin écrite à Nottingham fin août 1824, il explique les raisons de ce qu’il appelle mystérieusement son « action », sans pour l’instant révéler de quoi exactement il s’agissait :

  • 6 Santorre di Santa Rosa à Victor Cousin, Nottingham, 24 août 1824, Santorre di Santa Rosa, Lettere (...)

« Ce n’est qu’une action commencée et dont la suite ne dépend pas de moi. Mais quand cela n’aboutirait à rien, j’aurai le cœur déchargé d’un grand poids et j’aurai retrouvé l’énergie morale que j’avais perdue. On ne la perd que lorsqu’on néglige un grand devoir, une inspiration généreuse de la conscience6. »

  • 7 Ibid., p. 444.

5Dans des termes plutôt inspirés par les tragédies de Vittorio Alfieri que par une analyse politique pondérée, il attribue à son hypothétique voyage en Grèce des qualités presque magiques. Il veut accepter la décision du gouvernement grec comme une fatalité : soit les Grecs veulent de lui, et alors il partira, soit ils déclinent son offre généreuse, et alors ce ne sera pas de sa faute, mais il aura de toute manière « retrouvé [son] énergie morale » et il sera « réhabilité », comme il dit : « J’ai tenté le dernier remède. Si ma démarche a des suites, je redeviens moi-même, j’aurai un retour de jeunesse. Si elle ne l’est point, réhabilité à mes yeux, je relèverai ma tête, je me mettrai dans la nécessité et dans la possibilité de travailler7. » La raison pour laquelle il sentait le besoin d’être « réhabilité » peut être surprenante, mais elle concerne presque tous les exilés à un moment donné de leur séjour à l’étranger : Santa Rosa avait quitté Londres, devenu trop cher, et avait commencé à donner des cours d’italien en province, à Nottingham. Ce qui pourrait paraître anodin est ressenti comme une honte par l’aristocrate en exil. Dans la même lettre à Victor Cousin, il énumère les vices contre lesquels le voyage est censé fournir le remède :

  • 8 Ibid., p. 444-445.

« Lorsque tu auras su, mon bon ami, que j’étais devenu maître de langue à Nottingham, combien tu as dû t’indigner de ma lâcheté ! Lâcheté qui devait suivre ma paresse. […] Je n’ai pas besoin de te dire que je ne fais rien. Car ce n’est rien que de lire un peu d’histoire, de faire quelques extraits. […] Est-ce vivre que [de] se lever chaque matin pour s’ennuyer et se fuir soi-même jusqu’au soir8 ? »

  • 9 Ibid., p. 455: « Se i miei servigi quindi saranno creduti utili in altri rispeti, io sarò apparecc (...)

6Même si la vie et le travail à Nottingham lui permettent d’envoyer de l’argent à d’autres exilés en difficulté et de ne plus demander de l’argent à sa famille en Italie, l’existence comme maître de langue en province lui paraît tellement méprisable qu’il préfère s’embarquer dans une aventure qui le rendra complètement dépendant d’autrui. Il ne parle pas le grec, il ne sait rien, ou presque, de l’histoire récente du pays ni des enjeux politiques concrets, comme il l’avoue lui-même dans une lettre à Andreas Luriottis, pourvoyeur de fonds pour financer la lutte des Grecs contre l’armée ottomane. Santa Rosa n’a pas non plus les moyens de payer pour son voyage et demande à Luriottis d’être pris en charge par le gouvernement grec. Dans une formule célèbre, il explique son dévouement à la cause grecque comme une forme de patriotisme élargi et se déclare « prêt à servir la nation grecque comme une seconde patrie, jusqu’à ce que ma pauvre Italie ne demande les services de son fils loyal et passionné9 ».

7Ce conflit entre la perception romantique de soi et l’inactivité forcée est un trait récurrent dans les propos autobiographiques de beaucoup d’exilés. La disposition à l’engagement pour les luttes d’indépendance de pays étrangers comme l’Espagne ou la Grèce s’explique sans doute en grande partie par l’idéal universaliste cher à de nombreux révolutionnaires italiens, notamment aux carbonari parmi eux, mais il y a aussi de cette « fuite de soi-même » dont parle Santa Rosa dans sa lettre à Cousin. Le volontariat, phénomène européen à partir du philhellénisme des années 1820, est un choix d’autant plus évident quand l’existence quotidienne à l’étranger correspond si peu à l’image de soi qu’ont ces exilés, tout d’un coup privés d’un champ d’action politique adéquat.

  • 10 Giovanni Gambarin, « Introduzione », in Ugo Foscolo, Prose politiche e apologetiche (1817-1827), é (...)
  • 11 « On Parga », ibid., p. 65-102.
  • 12 Isabella, op. cit., p. 70-75.
  • 13 Giovanni Berchet, « Profughi di Parga. Notizia storica », Opere di Giovanni Berchet. Edite e inedi (...)

8C’est donc dans ce contexte qu’il faut voir le choc entre deux générations d’exilés italiens quand les réfugiés de 1822 rencontrent en la personne de Foscolo celui qui dès leur jeunesse incorporait pour beaucoup d’entre eux l’idéal du poète-soldat, du républicain toujours prêt à risquer sa vie pour la cause de la nation. Foscolo, étant né sur une île ionienne d’une mère grecque, semblait destiné pour s’engager aux côtés des philhellènes, notamment lors du débat européen autour de la cession de la ville de Parga à l’Empire ottoman par le gouvernement britannique en 1819. Foscolo avait effectivement à plusieurs reprises envisagé d’entreprendre un voyage en Grèce, la première fois tout de suite après son arrivée en Angleterre en 1816, mais des problèmes de passeports, dus à sa réputation de révolutionnaire incontrôlable, et le manque d’argent l’en avaient dissuadé. En mai 1817, Foscolo était censé accompagner un groupe de députés des îles ioniennes sur leur voyage de retour de Londres en Grèce, mais une jambe cassée avait empêché son départ au dernier moment. Vers la fin de la même année il avait néanmoins esquissé un Mémoire sur l’éducation publique aux îles Ioniennes qu’il allait proposer au lord High Commissioner des îles, Thomas Maitland10. Il n’est pas tout à fait clair si Foscolo avait espéré pouvoir se rendre lui-même à Corfou pour y exercer les fonctions de ministre de l’Éducation des îles, ou s’il comptait sur un poste de représentant des îles à Londres, grâce à ses relations personnelles avec le comte de Capo d’Istria et des hommes politiques proches de Thomas Maitland. Mais il n’en fut rien, et en 1819, quand la question de Parga éclate, Foscolo est toujours à Londres, où il écrit un article sur Parga publié dans la Edinburgh Review11. Il y critique la politique anglaise qu’il accuse d’avoir sacrifié la petite ville chrétienne aux Turcs et décrit l’exil collectif des habitants de Parga d’une manière qui souligne les points communs avec le comportement des patriotes italiens face à l’oppresseur autrichien. Maurizio Isabella a récemment résumé les « manipulations philhelléniques » dans le récit de Foscolo12, manipulations qui à l’époque ont été diffusées encore plus largement, d’abord par la publication en français de l’article de Foscolo dans la Revue encyclopédique de Paris en 1820 et un an plus tard à travers un poème que Giovanni Berchet dédiera aux « fugitifs de Parga » et qui sera beaucoup lu dans les milieux romantiques italiens. Berchet ajoute quelques notes explicatives à son poème, pour lesquelles il se sert de longs extraits de l’article de l’Edinburgh Review13. L’article de Foscolo n’était pas signé, comme il était d’usage dans de nombreuses revues, mais, comme la discussion anglaise après la publication le montre, l’identité de l’auteur n’était pas un secret. Pour les libéraux italiens qui arrivaient en Angleterre après 1821, Foscolo était donc apparemment toujours un des leurs.

9Mais entre-temps, Foscolo s’était éloigné de toute forme d’activité politique et les ambitions des révolutionnaires de 1821 lui paraissaient être des folies. C’était précisément l’échec de leur révolution et de celle d’Espagne un peu plus tard qui le confirmait dans son scepticisme. Les voyages que ses compatriotes en exil entreprenaient étaient pour lui la preuve qu’ils avaient perdu la faculté de jugement politique, comme il le disait clairement dans une lettre en août 1823 :

  • 14 Lettre d’Ugo Foscolo à la « Donna gentile », 6 août 1823, Ugo Foscolo, Epistolario, vol. 9, (1822- (...)

« Je me trompe peut-être, mais ces Italiens qui se sont réfugiés en Angleterre et qui maintenant vont et viennent de l’Espagne me semblent tous fous, les uns un peu moins, les autres un peu plus. Ce sont des fanatiques sans passion, et des métaphysiciens en délire pour obtenir des choses impossibles. […] Ici ils m’ont d’abord persécuté pour que j’écrive contre empereurs et armées, contre parlements et sénats, parce que les uns conspirent pour opprimer l’Italie, et les autres ne retroussent pas leurs manches pour la libérer – comme si le monde n’était pas désormais étourdi et amnésiaque pour avoir lu trop de livres et pour avoir écouté trop de bavardages politiques. Et tout ça a toujours été très inefficace contre les artilleries14. »

10Giuseppe Pecchio, le premier biographe de Foscolo, pouvait se sentir directement visé par ce genre de propos. Étant un des protagonistes de la révolution de 1821, il était parti pour l’Espagne tout de suite après la défaite piémontaise contre l’armée autrichienne. Il avait voyagé pendant presque deux ans en Espagne et au Portugal, travaillant à la rédaction d’un ouvrage sur les révolutions dans ces deux pays qu’il allait publier à Londres en 1823, juste avant l’invasion française de l’Espagne. Pecchio n’était arrivé en Angleterre que quelques jours avant la lettre de Foscolo, et même un exilé plus proche des positions de Pecchio comme l’était Giovanni Berchet commente en doutant de l’efficacité de ce genre de voyage :

  • 15 Berchet à Costanza Arconati, 8 août 1823, Giovanni Berchet, Lettere alla Marchesa Costanza Arconat (...)

« L’arrivée de Pecchio n’est que le prélude du retour des autres Italiens. Les pauvres ! qu’est-ce qu’ils vont faire en Espagne si le gouvernement ne veut absolument pas se servir d’étrangers ? Y mourir de faim serait quand même un peu exagéré. Entre-temps ils arrivent tous à Londres, et Dieu sait comment ils vont vivre ici15. »

  • 16 Première édition anglaise sous le titre: Anecdotes of the Spanish and Portuguese Revolutions, Lond (...)
  • 17 Première édition anglaise sous le titre: A picture of Greece in 1825 as Exhibited in the Personal (...)
  • 18 Giuseppe Pecchio, Vita di Ugo Foscolo [1830], préf., biographie et note de Giuseppe Nicoletti, Mil (...)

11Pecchio par contre, qui venait de publier ses Anecdotes des Révolutions espagnole et portugaise16, soutenait que les expériences des voyageurs républicains, surtout sous forme de livre, servaient directement la cause de la libération de l’Italie. C’était dans cet esprit aussi qu’il allait publier le récit de son voyage en Grèce sous le titre de Tableau de la Grèce en 182517. Comme son récit de l’Espagne, le livre était traduit dans plusieurs langues. Le silence de Foscolo à propos de la Grèce lui semblait d’autant plus méprisable qu’en 1819 Foscolo s’était encore prononcé en faveur des habitants de Parga, même si tous les contrats internationaux obligeaient l’Angleterre à céder la ville à l’Empire ottoman, tandis que, devant la lutte justifiée pour l’indépendance de la Grèce, le poète restait muet. Dans la biographie de Foscolo que Pecchio publie en 1830, trois ans après la mort de l’écrivain, il lui reproche toujours de s’être tu et d’avoir lu Homère tous les jours sans verser une larme pour la Grèce : « Maudit soit Homère, maudite soit toute la littérature si elle rend l’âme lâche et le corps paresseux. Non, il n’y a pas d’excuse pour Foscolo18. »

  • 19 Cf. la lettre à Gino Capponi du 23 mai 1820, où il espère pouvoir utiliser un passeport anglais po (...)
  • 20 Santa Rosa à Foscolo, 2 mars 1824, Foscolo, Epistolario, vol. 9, op. cit., p. 355 [« Dio ci possa (...)

12Mais si Foscolo, toujours convaincu de l’inefficacité des livres face à l’artillerie, s’était proposé de se taire en matière de politique19, il n’a pas complètement renoncé à l’idée du voyage en Grèce. Il en parle à Santa Rosa à plusieurs reprises avant le départ de celui-ci en 1824, et Santa Rosa se montre enthousiaste à l’idée de pouvoir partir en sa compagnie. En mars 1824 il lui dit déjà : « Puisse Dieu nous réunir sous les cieux des deux soleils, des deux régions du monde que j’aime, l’Italie et la Grèce, mères des peuples ingrats de l’Europe20. » Les amis anglais de Foscolo s’activent pour lui procurer les passeports, mais en avril le projet ne semble plus réalisable. On accuse Foscolo d’être à la fois jacobin et russophile – russophile à cause de son article sur Parga inspiré par Capo d’Istria – et on lui refuse les documents nécessaires. Le refus arrange Foscolo, qui entre-temps avait signé des contrats l’obligeant à produire des éditions commentées des classiques de la littérature italienne, Dante, Petrarca, Ariosto et Tasso. Santa Rosa lui écrit en juin 1824 à ce propos et se montre légèrement déçu, parce qu’il rêve toujours d’un voyage en Grèce ensemble, qu’il imagine comme une source de gloire pour tous les deux :

  • 21 Santa Rosa, op. cit., p. 423 [« Ciani […] mi disse che vi stavate occupando in una nuova edizione d (...)

« On m’a dit que vous vous occupiez d’une nouvelle édition de nos quatre grands classiques. Ce n’est pas le genre d’entreprise par laquelle je voudrais vous voir consacré. […] J’ai conclu du travail autour des classiques que vous ne pensez plus à la Grèce. Votre projet me plaisait, j’en suis tombé amoureux21. »

13Pecchio dans sa biographie de Foscolo trouve des mots encore plus durs pour qualifier ses travaux philologiques et dit qu’il est « pénible de voir le génie de Foscolo perdu dans un travail si ennuyeux ». Mais c’est surtout le début du commentaire de la Commedia de Dante qui déplaît à Pecchio, parce que Foscolo y mêle des petites phrases contre les libéraux italiens de 1821 et dénonce leur universalisme abstrait, comme par exemple dans ce passage :

  • 22 Foscolo : « Discorso sul testo della Divina Commedia », Ugo Foscolo, Studi su Dante, éd. Giovanni (...)

« L’illusion que l’universalité des peuples éclairés par la philosophie obligera les souverains à accepter des constitutions libérales pour toutes les monarchies de l’Europe a poussé les Italiens à la tentative malheureuse de fonder une liberté théorique là où il n’y avait ni indépendance, ni patrie. Avant d’avoir chassé une armée étrangère vers l’autre côté des Alpes, ils sont allés chercher une constitution étrangère à l’Ouest22. »

14Pour Pecchio, par contre, c’était justement cette idée d’universalité du progrès et de la raison qui donnait un sens à ses voyages et aux publications qu’il en tirait. Le début du récit de son voyage en Grèce en fournit un exemple :

  • 23 Giuseppe Pecchio, « Une visite aux Grecs dans le printemps de 1825 », in Tableau de la Grèce en 18 (...)

« Au moment où je quittai l’Angleterre, dans les premiers jours du mois de mars, tout promettait aux Grecs un plein succès. L’indépendance des républiques de l’Amérique méridionale venait d’être reconnue, et l’on se flattait, non sans une grande apparence de raison, que la Grèce ne tarderait pas à jouir du même avantage23. »

15Seule cette idée d’une interdépendance des luttes des nations pour la liberté et la constitution pouvait rendre utile aux Italiens les récits d’Espagne, de Grèce ou d’Angleterre, que Pecchio publiait à un rythme impressionnant. Dans la biographie de Foscolo, il commente la critique de l’universalisme en disant que Foscolo ne savait pas parler de politique sans dire des absurdités, et continue avec une défense de la valeur pédagogique des récits de ses voyages républicains :

  • 24 Pecchio, Vita di Ugo Foscolo, op. cit., p. 353 [« Come potevansi muovere gl’italiani ad acquistare (...)

« Comment est-ce qu’on aurait pu animer les Italiens à lutter pour l’indépendance si ce n’était avec la perspective d’un avenir plus heureux ? […] Et comment est-ce qu’on aurait pu leur donner le goût d’un nouvel ordre des choses si ce n’était avec l’exemple des autres peuples de l’Espagne, du Portugal, de la France et de l’Angleterre24 ? »

  • 25 Foscolo à Santa Rosa, 1er mars 1824, Foscolo, Epistolario, vol. 9, op. cit., p. 353.

16Foscolo, de son côté, ne voyagera plus de son vivant. Mais, au lieu de partir pour la Grèce lui-même, il passe le manuscrit d’un livre sur la question de Parga à Santa Rosa pour qu’il l’emmène sur son voyage25. Foscolo l’avait écrit après la publication de l’article de 1819, mais finalement retiré par peur d’irriter les autorités britanniques et ses mécènes à Londres. Le geste symbolique est clair, Foscolo commence à distribuer ses manuscrits comme des reliques : si ce n’est pas l’auteur qui voyage, ce sont au moins les écrits de sa main. C’est cette idée de la sacralisation des manuscrits qui sera retenue par Mazzini, qui consacrera beaucoup de temps et d’énergie à la chasse aux brouillons et autres manuscrits de Foscolo au moment de son propre exil londonien. Puisque les activités philologiques de Mazzini autour de Foscolo et de son commentaire de Dante dépassent largement la date limite de 1830 de notre volume, je vais décrire en deux paragraphes le troisième type de voyage républicain que j’ai évoqué au début de ma contribution, le voyage pour la construction d’un monument national littéraire.

  • 26 Giuseppe Mazzini, Note autobiografiche, éd. Roberto Pertici, Milan, Rizzoli, 1986, p. 86 [« L’Orti (...)
  • 27 Ibid., p. 304 [« uno scrittore, al quale più che ad ogni altro, se s’eccettui l’Alfieri, l’Italia (...)
  • 28 Pour plus de détails cf. Giuseppe Gazzola, « Dante, Foscolo, Mazzini und die Konstruktion einer fa (...)

17L’enthousiasme de Mazzini pour Foscolo date de son enfance. Dans son autobiographie, il décrit l’effet de la lecture du Jacopo Ortis, et dit que sa mère avait peur qu’il se suicide par imitation du protagoniste du roman26. Quand il arrive à Londres en 1837, il se met à la recherche des manuscrits de celui à qui l’Italie doit, selon Mazzini, « tout ce que sa littérature a de viril depuis soixante ans27 ». Au début, il travaille à une biographie de Foscolo, parce que celle de Pecchio est généralement considérée comme trop irrévérencieuse par les admirateurs du poète. Mais quand il trouve les fragments du commentaire de Dante chez un libraire londonien, il abandonne le projet biographique et se met à écrire, sous le nom de Foscolo, les deux tiers du commentaire que Foscolo avait laissés inachevés à sa mort. Après quatre ans d’un travail de bénédictin, il publie une Commedia di Dante Alighieri illustrata da Ugo Foscolo (1842), toujours sans expliquer que le titre n’est exact que pour le premier tiers du livre28.

  • 29 Cf. une lettre de Mayer à l’éditeur Resnati de 1845, Arturo Linaker, La vita e i tempi di Enrico M (...)
  • 30 Cf. à ce propos Erminia Irace, Itale glorie, Bologne, Il Mulino, 2003.

18Une initiative parallèle à celle de Mazzini part d’un rédacteur de la célèbre revue Antologia de Florence, Enrico Mayer, qui fait un voyage en Angleterre en 1833. À la recherche de ce qu’il appelle les « reliques » de Foscolo29, Mayer rencontre Miguel del Riego, le frère du général fusillé après la défaite du gouvernement constitutionnel en Espagne et un des derniers amis du poète. Del Riego est en possession d’une grande partie des manuscrits, et grâce à l’aide financier d’un petit groupe de passionnés de Foscolo, en 1835, Mayer peut acheter tout ce qui se trouve chez l’exilé espagnol. En 1837 les manuscrits sont transportés à la bibliothèque municipale de Livourne, où ils servent de base à la première édition complète des œuvres de Foscolo, qui commence à paraître dans les années 1850. Après la parution du dernier volume de cette édition à la fin des années 1860, les reliques de papier, comme les appellent les éditeurs, ont trouvé leur écrin. Il ne manquait alors plus que le corps du martyr : en 1871, on le déterre du cimetière de Chiswick et on lui fait faire son ultime voyage pour le porter dans le Panthéon italien, l’église de Santa Croce de Florence30.

Notas

1 Gilles Bertrand, Enzo Neppi, « La Révolution et l’Italie au temps de Foscolo. Esquisse chronologique », in Enzo Neppi (dir.), Ugo Foscolo, l’Italie et la Révolution française. Actes de la journée d’études tenue à l’université Stendhal Grenoble III le 27 mars 2002, Grenoble, PUG, 2004, p. 11-36.

2 Filippo Ugoni, « Vita di Camillo Ugoni », Della letteratura italiana nella seconda metà del secolo XVIII. Opera postuma di Camillo Ugoni, vol. 4, Milan, Bernardoni, 1857, p. 494.

3 Ibid., p. 498-501.

4 Pour un récit contemporain et hagiographique des voyages de Collegno : Diario dell’assedio di Navarino. Memorie di Giacinto Collegno, precedute da un ricordo biografico dell’autore scritto da Massimo D’Azeglio, Turin, Pelazza, 1857, p. 10-12.

5 Maurizio Isabella, Risorgimento in Exile. Italian Émigrés and the Liberal International in the Post-Napoleonic Era, Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 85-89.

6 Santorre di Santa Rosa à Victor Cousin, Nottingham, 24 août 1824, Santorre di Santa Rosa, Lettere dall’esilio (1821-1825), éd. Antonino Olmo, Rome, Istituto per la Storia del Risorgimento italiano, 1969, p. 443-447, cit. p. 444.

7 Ibid., p. 444.

8 Ibid., p. 444-445.

9 Ibid., p. 455: « Se i miei servigi quindi saranno creduti utili in altri rispeti, io sarò apparecchiato a servire la nazione Greca come una seconda patria, finché la mia povera Italia non richieda i servigi del suo fedele e sviscerato figlio ».

10 Giovanni Gambarin, « Introduzione », in Ugo Foscolo, Prose politiche e apologetiche (1817-1827), éd. Giovanni Gambarin, Florence, Le Monnier, 1964 (Edizione Nazionale, vol. XIII, 1), p. XXVII-XXXV (pour le texte du « Mémoire », ibid., p. 56-61).

11 « On Parga », ibid., p. 65-102.

12 Isabella, op. cit., p. 70-75.

13 Giovanni Berchet, « Profughi di Parga. Notizia storica », Opere di Giovanni Berchet. Edite e inedite, éd. Francesco Cusani, Milan, Pirotta, 1863, p. 71-76.

14 Lettre d’Ugo Foscolo à la « Donna gentile », 6 août 1823, Ugo Foscolo, Epistolario, vol. 9, (1822-1824), éd. Mario Scotti, Florence, Le Monnier, 1994, p. 260-263 [« Forse m’inganno, ma questi Italiani che rifuggirono in Inghilterra, ed ora vanno e vengono dalla Spagna, mi hanno tutti chi più chi meno del pazzo. Sono fanatici senza ardire, e metafisici senza scienza, e deliranti per ottenere cose impossibili […]. E qui da prima mi venivano intorno perch’io scrivessi contro imperatori ed eserciti, e contro parlamenti e senati, perché gli uni congiurano ad opprimere, e gli altri non si sbracciano a liberare l’Italia : – come se il mondo non fosse oggimai sì stordito e smemorato dal troppo leggere libri e ascoltare ciarle politiche, le quali poco sempre, e a’dì nostri meno che mai, riescono efficaci contro le artiglierie »].

15 Berchet à Costanza Arconati, 8 août 1823, Giovanni Berchet, Lettere alla Marchesa Costanza Arconati, éd. Robert van Nuffel, vol. 1 (Febbraio 1822-Luglio 1833), Rome, Vittoriano, 1956, p. 46 [« L’arrivo a Londra di Pecchio, non è che il preludio del ritorno degli altri italiani ; poveretti ! che hanno a fare in Ispagna, se il Governo non vuole assolutamente impiegare forestieri ? Morirvi di fame è poi troppo. Intanto tutti s’affollano qui in Londra ; e come vivervi lo sa Dio »].

16 Première édition anglaise sous le titre: Anecdotes of the Spanish and Portuguese Revolutions, Londres, Whittaker, 1823.

17 Première édition anglaise sous le titre: A picture of Greece in 1825 as Exhibited in the Personal Narratives of James Emerson, Esq., Count Pecchio and W. H. Humphreys, Esq., Comprising a Detailed Account of the Late Campaign and Sketches of the Principal Military, Naval, and Polical Chiefs, 2 vol., Londres, Henry Colburn, 1826.

18 Giuseppe Pecchio, Vita di Ugo Foscolo [1830], préf., biographie et note de Giuseppe Nicoletti, Milan, Longanesi, 1974, p. 334 [« Come poteva Foscolo quasi ogni giorno leggere ad occhio asciutto Omero, pensando che i discendenti di quella schiatta d’eroi erano in oggi malconci dai calci, e spirante sotto il bastone e la sciabola de’turchi! Non v’è scusa par lui. Maledetto Omero, maledetto tutta la letteratura, se deve infiacchire l’anima, imporgrire il corpo »].

19 Cf. la lettre à Gino Capponi du 23 mai 1820, où il espère pouvoir utiliser un passeport anglais pour la Grèce pour continuer son voyage jusqu’en Italie : « se potrò armarmi d’un passaporto che mi copra delle greche ali inglesi, trapianterò, appena appena avrò il modo, i miei tabernacoli presso Firenze […]. Tacerei ; ma scriverei ; […] e mi sarebbe consolazione lo scrivere mentre vivo ; e forse utilità a voi tutti, e gloria alla mia sepoltura », Ugo Foscolo, Epistolario, vol. 8 (1819-1821), éd. Mario Scotti, Florence, Le Monnier, 1971, p. 182-186, cit. p. 182-183.

20 Santa Rosa à Foscolo, 2 mars 1824, Foscolo, Epistolario, vol. 9, op. cit., p. 355 [« Dio ci possa riunire sotto al cielo delle due sole contrade al mondo che io amo, Italia e Grecia, nutrici degli ingrati popoli d’Europa »].

21 Santa Rosa, op. cit., p. 423 [« Ciani […] mi disse che vi stavate occupando in una nuova edizione de’quattro grandi nostri Classici. L’impresa non è di quelle di cui vi bramerei in qualche modo consecrato […]. Ho conchiuso da’Classici intrapresi, che non pensate più alla Grecia. Mi piaceva, m’innamorava il vostro disegno »].

22 Foscolo : « Discorso sul testo della Divina Commedia », Ugo Foscolo, Studi su Dante, éd. Giovanni Da Pozzo, Florence, Le Monnier, 1979, t. 1, p. 181 [« L’illusione che l’universalità de’popoli illuminata dalla filosofia costringerà i loro signori a ridurre le monarchie tutte d’Europa a liberali costituzioni, affrettò gl’Italiani alla prova sciaguratissima di fondare libertà teorica dove non v’era indipendenza, né patria. Così innanzi di avere cacciato un esercito forestiero all’oriente di là dall’Alpe, accattarono costituzione forestiera dall’occidente »].

23 Giuseppe Pecchio, « Une visite aux Grecs dans le printemps de 1825 », in Tableau de la Grèce en 1825, ou Récits des voyages de M. James Emerson et du Cte. Giuseppe Pecchio […], Paris, Eymery, 1826, p. 297.

24 Pecchio, Vita di Ugo Foscolo, op. cit., p. 353 [« Come potevansi muovere gl’italiani ad acquistare la loro indipendenza se non col prospetto d’un avvenire più felice ? E come garantire questo avvenire senza un miglior ordine di cose ? E come allettarli a un nuovo ordine di cose se non coll’esempio in allora degli altri popoli di Spagna, di Portogallo, di Francia o d’Inghilterra ? »].

25 Foscolo à Santa Rosa, 1er mars 1824, Foscolo, Epistolario, vol. 9, op. cit., p. 353.

26 Giuseppe Mazzini, Note autobiografiche, éd. Roberto Pertici, Milan, Rizzoli, 1986, p. 86 [« L’Ortis che mi acpitò allora fra le mani, m’infanatichì : lo imparai a memoria. La cosa andò tanto oltre che la mia povera madre temeva di un suicidio »].

27 Ibid., p. 304 [« uno scrittore, al quale più che ad ogni altro, se s’eccettui l’Alfieri, l’Italia deve quanto ha di virile la sua letteratura degli ultimi sessanta anni »].

28 Pour plus de détails cf. Giuseppe Gazzola, « Dante, Foscolo, Mazzini und die Konstruktion einer falschen Genealogie », in Frank Estelmann et Olaf Müller, Exildiskurse der Romantik in der europäischen und lateinamerikanischen Literatur, Tübingen, Narr, 2010, p. 177-189.

29 Cf. une lettre de Mayer à l’éditeur Resnati de 1845, Arturo Linaker, La vita e i tempi di Enrico Mayer, con documenti inediti della storia della educazione e del risorgimento italiano (1802-1877), 2 vol., Florence, G. Barbèra, 1898, vol. 1, p. 12 : « non senza commozione, contemplai quelle reliquie di una vita così travagliata e mi parve che, qualunque ne fosse l’intrinseco pregio, eran pur sempre quelli li unici tangibili avanzi di un forte ingegno italiano e che sarebbe opera pietosa il riportarli in questa terra, che non aveva le ossa del cantore dei Sepolcri. »

30 Cf. à ce propos Erminia Irace, Itale glorie, Bologne, Il Mulino, 2003.

Autor

Professeur de littératures comparées à l’université de Mayence (Allemagne). Il a travaillé notamment sur les rapports entre guerre et littérature, sur les transferts culturels entre France, Italie et Allemagne autour de 1800 et sur la littérature des exilés européens après 1789. Publications : (avec Marc Ferro, Malcolm Brown, Rémy Cazals), Frères de tranchées, Paris, Perrin, 2006 ; Literatur im Exil. Zur Konstitution romantischer Autorschaft in Frankreich und Italien, Francfort-sur-le-Main, Vittorio Klostermann, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search