Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

Trajectoires et errances républicaines

D’un Royaume à l’autre : le voyage en Catalogne du capitaine napolitain Gabriele Pepe (1807-1808)

Anna Maria Rao

Texte intégral

  • 1 Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992 (...)
  • 2 Jean-Paul Bertaud, La Vie quotidienne des soldats de la Révolution 1789-1799, Paris, Hachette, 198 (...)

1Comme il a été souvent remarqué, les guerres de l’époque révolutionnaire furent aussi de puissants vecteurs de circulation des hommes et des idées, d’échanges, de regards croisés, d’apprentissage culturel et politique. La guerre ne fut pas seulement une suite d’affrontements cruels et sanguinaires, de pénibles attentes de batailles, de sièges épuisants, de morts et de blessés. Au même titre que l’exil1, malgré ses malheurs et ses fatigues, la guerre fut aussi l’occasion de rencontres, de maturation personnelle et collective, voire parfois de regards touristiques sur les lieux et sur les hommes. Certes, dans les mémoires et dans les journaux de voyages, souvent rédigés quelque temps après les événements vécus, le soulagement d’en avoir fini adoucit le souvenir. Cependant ces journaux, ces mémoires, ces correspondances – beaucoup plus rares en Italie qu’en France2 – nous livrent parfois de véritables récits de voyage au lieu de simples chroniques militaires. Et dans ces récits, la réflexion politique prend sa place.

  • 3 Restés manuscrits et partiellement édités par Benedetto Croce, « Nel furore della reazione del 179 (...)

2En ce qui concerne l’expérience politique de l’Italie méridionale, de la République napolitaine de 1799 à la « décennie française » 1806-1815, on dispose, par exemple, des mémoires de Giuseppe De Lorenzo (1778-1822). Jeune capitaine de la garde nationale en 1799, il écrit son texte une dizaine d’années plus tard – probablement sur la base de notes rédigées pendant son exil – racontant son apprentissage de militaire patriote3. Persécuté par les sanfédistes à la chute de la République, arrêté par la police et condamné à l’exil, expulsé de Naples à Toulon puis échoué à Marseille en janvier 1800, il entre dans la Légion italique et revient en Italie à la suite de Napoléon en avril 1800. Dans ses mémoires il décrit soigneusement les hommes et les lieux rencontrés au cours de ses déplacements en France et de France jusqu’à la Suisse et l’Italie. Arrivé à Toulon le 1er janvier 1800, au moment précis d’une manifestation en l’honneur de la nouvelle constitution de l’an viii, il souligne avec fierté qu’il a pu rencontrer personnellement le général-consul, une première fois à Lausanne et une deuxième fois lors du passage du Grand Saint-Bernard. Son récit est celui d’un jeune républicain encore peu convaincu mais dont les valeurs patriotiques se fortifient justement grâce aux emplois civils et militaires, à travers les persécutions subies, au hasard des rencontres faites en exil. Il lui faut l’occasion de ce voyage pour découvrir que la contre-révolution, qu’il avait bien connue à Naples, existait même en France. Sur la route de Toulon à Marseille, il fait étape à Aubagne, où il est logé chez un riche fermier qu’il définit comme « un ennemi juré du gouvernement républicain qui alors dominait en France, et partisan décidé des Bourbons ». Il exprime ainsi son étonnement :

« Je me figurais et j’étais constamment sûr qu’en France il ne pouvait et il ne devait y avoir que des républicains décidés, démocrates, et que par conséquent les Français étaient autant d’anges sous apparence humaine ; mais par la suite je me suis bien persuadé que chaque gouvernement produit des contents et des mécontents. »

3Face au contre-révolutionnaire français qui lui annonçait, d’« un sourire malin », qu’il aurait volontiers accueilli l’armée russe et autrichienne, prête à envahir le territoire français d’un moment à l’autre, Giuseppe De Lorenzo manifeste toute sa fierté républicaine en lui répondant :

  • 4 Ibid., p. 74.

« Cher ami, vu que je ne suis pas mort sous la main du bourreau napolitain je n’ai rien d’autre à craindre ; que les armées viennent, avec mes ennemis, moi je suivrai votre conseil, je m’unirai à l’armée française et j’aurai le plaisir de mourir les armes à la main, comme je suis sûr que vous le ferez également, vous autres braves républicains français4. »

  • 5 Rao, « Touristes, malgré eux », op. cit., p. 45-47.
  • 6 Selon le titre de la traduction de Bertrand Barère de 1807 : Vincenzo Cuoco, Histoire de la Révolu (...)

4J’ai déjà illustré ailleurs cette prise de conscience, cette manifestation d’un processus de politisation réalisé par et pendant le voyage qui peut être lu comme le voyage de formation d’un républicain5. Plusieurs autres patriotes italiens en exil, ou recrutés dans l’armée, s’adonnèrent à l’écriture et racontèrent leurs vicissitudes en France, bousculés de Marseille à Grenoble, à Lyon, à Paris, relatant leurs expériences, leur curiosité pour les hommes, les choses, les villes et les paysages qu’ils découvraient. L’exemple peut-être le plus connu est celui de Vincenzo Cuoco qui commença en exil à écrire son Histoire de la révolution de Naples6, un texte de réflexion politique d’ailleurs qui n’avait rien du récit de voyage.

  • 7 Vittorio Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna. Gabriele Pepe e le sue esperienze nella(...)
  • 8 Sur cette définition je renvoie à Anna Maria Rao, « Les Républiques-sœurs et la France : droit int (...)

5La publication récente en forme intégrale des Galimatias de Gabriele Pepe7 nous offre à présent la possibilité d’apercevoir un autre point de vue, un autre récit : celui d’un militaire envoyé de Naples en Catalogne pour combattre aux côtés de l’armée napoléonienne contre les Espagnols. Le moment où ce voyage se situe est bien différent par rapport à De Lorenzo ou Cuoco. Le temps des républiques-sœurs est terminé, est venu le temps de l’Empire et des « royaumes-frères8 ». C’est d’un royaume à l’autre que Pepe est obligé de se déplacer en 1807, pour aller se battre dans une guerre qu’il est difficile de définir « républicaine ». Mais dans ce cas aussi, on va le voir, c’est bien d’un voyage républicain qu’il s’agit.

  • 9 Sur la biographie de Gabriele Pepe, cf. Pasquale Alberto De Lisio, « Nota biografica » et « Introd (...)
  • 10 Lluís Roura i Aulinas, « Le truppe italiane e la Guerra del Francès : guerra patriottica o guerra (...)
  • 11 Nino Cortese, « I Napoletani e le guerre napoleoniche », in id., Il Mezzogiorno ed il Risorgimento (...)

6Comme Giuseppe De Lorenzo et beaucoup d’autres militaires de son époque, Gabriele Pepe (1779-1849) est très jeune au moment de la République napolitaine de 1799. Il provient d’une famille nombreuse de Civitacampomarano, dans le Molise : le même village que Vincenzo Cuoco dont il est le cousin. Son père, Carlo Marcello, impliqué dans le mouvement républicain, condamné à l’exil, meurt de peste à Marseille. Comme De Lorenzo, Gabriele Pepe, exilé lui aussi à Marseille, est bientôt enrôlé dans l’armée napoléonienne et participe au passage du Grand Saint-Bernard. Il rentre au pays en 1802 sous le gouvernement restauré du Bourbon, mais dès 1806 il est enrôlé dans la nouvelle armée que Joseph Bonaparte forme dans le royaume de Naples, d’abord en qualité de premier lieutenant, ensuite de capitaine9. Dès 1807 des régiments sont envoyés en Espagne. Guerre patriotique et en même temps mercenaire10, la guerre des Italiens en Espagne était faite par des militaires de profession et par des volontaires, aussi bien que par des soldats recrutés dans les prisons et parmi les brigands11.

  • 12 Mauro Bico, « Le nozze di Marte e Minerva. La lingua di Gabriele Pepe tra scrittura diaristica, ep (...)
  • 13 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., p. 249, 273.

7Gabriele Pepe commence son premier journal à Bergame où il est envoyé en juillet 1807 et son récit couvre la période de juillet 1807 à octobre 1809, plus de deux ans. Le titre de Galimatias, un mot présent en espagnol et en français pour indiquer un discours sans ordre12, répond bien au but de ce journal que son auteur explicite dans plusieurs passages : « Je rapporterai dans ce Galimatias tous les voyages, les aventures, les observations que j’aurai l’occasion de faire pendant tout le temps que je serai loin de ma Patrie » ; « Je jette dans ce Galimatias tout ce qu’il me passe par la tête d’écrire. Il ne sert que pour moi13. »

  • 14 Ibid., p. 249.
  • 15 Ainsi Gilles Bertrand, « Regard des voyageurs et image de l’Italie. Quelques réflexions autour de (...)
  • 16 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. 2, p. 762-763.

8Deux fois éloigné de sa patrie, en exil d’abord, puis en tant que militaire, il déclare avoir voulu profiter de ses disgrâces en observant tout ce qui se présentait à ses yeux « pour s’éclairer et s’instruire » : « Les voyages, les événements, les lieux, les mœurs, les habitants, les caractères, je rapporterai tout de la manière la meilleure qu’il me sera possible avec mes forces et dans les crépitements des armes14. » « Le voyage d’agrément est loin » dans cette longue et orageuse période révolutionnaire et napoléonienne15. Et Pepe ne cache pas son regret de n’avoir pu voyager que pour des raisons pénibles et dans des conditions difficiles : « La guerre et la révolution ont été les causes de mes voyages ; des causes horribles et détestables totalement opposées à celles d’instruction et de divertissement, buts pour lesquels j’aurais aimé et j’aimerais visiter les pays étrangers. » Mais il souligne plusieurs fois sa capacité de s’instruire au milieu des malheurs : « Je dois avouer d’avoir tiré quelque profit de mes voyages, malgré la révolution et la guerre. […] Mon esprit et mon cœur me semblent meilleurs16. »

  • 17 Ibid., vol. 1, p. 346-347.

9Disciple des réformateurs éclairés napolitains, de l’école d’Antonio Genovesi et de Giuseppe Maria Galanti, Pepe enregistre de son voyage tout ce qu’il a pu connaître, il répand dans son journal ses observations sur l’histoire, la géographie, les produits, les mœurs, le caractère des habitants, prenant goût à une description méticuleuse qui n’oublie pas cependant de dénoncer les abus et les injustices, en particulier en Espagne les abus ecclésiastiques, trouvant que le clergé, très nombreux, est aussi très riche, ignorant et corrompu17.

10Toutefois dans son récit domine en premier lieu la rapidité des événements révolutionnaires, une véritable force qui entraîne toute une génération d’un endroit à l’autre. Voici tracé en quelques lignes le tourbillon qui investit Naples en 1798-1799 :

  • 18 Ibid., vol. 1, p. 251.

« Dans ce temps-là toute la jeunesse fut appelée aux armes. Je courus les embrasser. […] L’année suivante le délire de la Liberté envahit aussi ma tête juvénile et inconséquente, et la passion pour l’art de la guerre me poussa à m’enrôler sous les étendards républicains avec la même ardeur et le même enthousiasme qui m’avaient fait accourir sous les enseignes de Ferdinand. L’arbre démocratique fut suivi peu après par la croix monarchique […] et les armes que j’avais embrassées furent substituées par des chaînes18. »

11C’est encore comme un temps extraordinaire qu’il évoque son exil, son enrôlement dans la Légion Italique, son retour en Italie après Marengo :

  • 19 Ibid., vol. 1, p. 252.

« C’était alors le temps où Napoléon, rentré d’Égypte avec la rapidité de la foudre et parvenu à la magistrature suprême, s’apprêtait à reconquérir l’Italie. Je me trouvai donc présent au prodigieux passage du Grand Saint-Bernard, mais je ne fus pas présent à Marengo où une seule victoire décida du sort de l’Italie, la faisant passer de la domination allemande à la domination des Français.
La paix signée en 1802 entre Napoléon et Ferdinand me fit abandonner les interminables plaines de l’Italie et rentrer parmi les montagnes de ma patrie. Alors je dis adieu aux armes et j’entrepris la carrière des sciences. La plume succéda à l’épée, et celui qui avait été le plus fervent adepte de Mars devint l’adorateur le plus enthousiaste de Minerve19. »

  • 20 Ibid., vol. 1, p. 441.
  • 21 Pepe, Epistolario, op. cit., p. 40.

12Militaire malgré lui, Pepe n’oublie jamais sa formation culturelle de la saison des Lumières : du moins aime-t-il se dépeindre à lui-même comme un soldat-philosophe qui ne perd aucune occasion de s’adonner à la lecture et aux méditations au milieu même du fracas des armes et des batailles, qui le rappellent de nouveau en 1806. Ainsi, il écrit de Girona, le 9 juin 1809 : « Aujourd’hui vers midi j’étais dans ma baraque en lisant l’essai de l’histoire générale de Bossuet, que j’avais pris des mains d’un soldat, qui avait pris sans doute ce livre dans quelque maison pillée, ou je ne sais où20. » De Castellon, en Espagne, le 16 mai 1810, il écrit à son frère Raffaele qu’il vient de lire Le Génie du Christianisme de Chateaubriand : « Comme tu vois bien, au milieu du culte périlleux de Mars j’aime lire, et je lis avec plaisir quand je peux avoir quelques moments à ma disposition21. »

13Certes, il ne peut pas ne pas relater les batailles, les sièges, les mouvements, les déplacements, ne pas compter les blessés et les morts. Le 7 septembre 1808, de Grazia, il souligne la difficulté des communications, la pénurie de nouvelles sur ce qui se passe ailleurs. Mais ce qui se déroule sous ses yeux en Espagne reste pour lui extraordinaire du point de vue militaire et politique, et lui rappelle, malgré tout, les premiers temps de la Révolution française :

  • 22 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. 1, p. 361-362.

« L’incendie de la révolution est violent et général dans toute l’Espagne. Les Espagnols ont développé un enthousiasme et une fureur semblables à ceux qui avaient envahi les Français sous Pétion et dans les premières années de la République. […] On fait des proclamations continuelles en appelant tous les gens aptes aux armes pour venger la patrie trahie et outragée. On a aussi composé plusieurs chansons en catalan et en castillan sur le même objet de la Marseillaise pour enthousiasmer les gens22. »

  • 23 Lettre à son frère Raffaele, de Naples le 4 janvier 1812 : Pepe, Epistolario, op. cit., p. 62.

14On retrouve ici le regard et le langage d’un républicain, sans aucune mythification de la guerre. Soldat-philosophe, il est aussi ce militaire pacifiste qui a intériorisé les polémiques des Lumières, exacerbées par la dure expérience quotidienne d’une vie militaire qui n’a presque rien de martial, d’un métier qu’il n’hésite d’ailleurs pas, écrivant à son frère, à définir « fottutissimo23 » :

  • 24 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. 2, p. 710.

« Notre métier réunit tout ce qu’on peut imaginer de plus dur et de plus révoltant pour un homme. La milice est le vrai despotisme, où la terreur est le ressort principal. Vous devez manger quand vous n’avez pas faim, et mourir de faim quand la nature demande de manger ; dormir quand vous n’avez pas sommeil, et veiller quand vous n’arrivez pas à vous tenir debout24. »

15Encore fallait-il rappeler le caractère tout à fait inédit de cette guerre en Espagne et de ses horreurs :

  • 25 Ibid., vol. 1, p. 387-388.
  • 26 Ibid., vol. 1, p. 459.

« La guerre que nous avons faite jusqu’ici en Catalogne a été une véritable école de férocité et de démoralisation. Le droit de représailles contre les barbares atrocités des Espagnols a fait qu’on voit des iniquités et des horreurs aussi de notre côté […]
On combat dans un pays tout révolutionné, non pas contre une armée régulière mais contre tout un peuple armé25 […].
Cette époque ressemble à peu près à celle des premières années de la Révolution, lorsque la France était en guerre avec presque toute l’Europe26. »

16D’où son aspiration à la paix, et ses rêveries sur les projets passés et futurs visant à la garantir. Ainsi le 14 juin 1809, pendant le siège de Girona, dans une pause de l’action militaire, s’adonne-t-il assis à l’ombre d’un arbre à des méditations sur la guerre, sur les passions des hommes qui les poussent à combattre, sur Jean-Jacques Rousseau et son état de nature :

  • 27 Ibid., vol. 1, p. 445.

« Je fus tenté de partager le sentiment de Jean-Jacques Rousseau, à savoir que l’homme serait plus heureux dans l’état de nature qu’il ne l’est dans l’état social, et que les arts et les lumières lui ont été nuisibles plutôt qu’ils ne l’ont avantagé. S’il n’y avait pas les divisions des états, les différents empires, les rapports entre eux, les successions et tout ce que la politique, ou, pour mieux dire l’ambition, a inventé, il n’y aurait tout au plus que les querelles et les litiges individuels, mais nullement les destructions et les guerres entre nations ; il n’y aurait pas autant de passions plus formidables et violentes que la passion la plus ardente que nous avons par nature, il n’y aurait pas cette guerre éternelle qui, depuis les siècles les plus lointains qui nous sont connus jusqu’à nos jours, a brûlé sans jamais s’éteindre27. »

  • 28 Ibid., vol. 1, p. 261.

17Service militaire et réflexion philosophique, les armes et la lecture, Mars et Minerve se croisent dans la vie et dans le texte de Gabriele Pepe, construit dès le début comme un véritable journal de voyage. Envoyé de Capoue à Bergame, il décrit soigneusement les villes, les bourgs et les territoires traversés pour y arriver, les monuments, la géographie, la nature et les produits du sol, les rivières et les fleuves, les habitants. Arrivé à Bologne, il écrit que le peuple de cette ville a été l’« adorateur le plus fervent de la liberté cisalpine » : « En 1796 il courut avec fureur aux armes pour se soustraire à la domination du pape ; la garde nationale de cette ville est la meilleure que j’aie jamais vu jusqu’ici28. » Après Bologne, c’est la ville de Reggio qu’il remarque pour son républicanisme : « Cette ville appartenait au duc d’Este, et les habitants de Reggio, qui ont été comme les Bolognais de fiers républicains, accoururent aux armes comme ceux-ci pour se soustraire à la domination ducale en 1796. » Bergame aussi lui donne l’occasion de rappeler les événements révolutionnaires de 1796 :

  • 29 Ibid., vol. 1, p. 265, 267.

« Le territoire de Bergame avant 1796 faisait partie de la République de Venise. À la descente de Napoléon les habitants de Bergame coururent aux armes pour se soustraire au joug vénitien avec le même enthousiasme avec lequel les habitants de Reggio se révoltèrent contre le duc de Modène et les habitants de Bologne contre le pape29. »

  • 30 Ibid., vol. 1, p. 290.

18En novembre 1807 il quitte Bergame pour la destination d’Avignon. Il décrit Turin, le Mont Cenis, Chambéry et la Savoie, Valence, Avignon, Perpignan, Nîmes, Montpellier, sans oublier de parsemer ses descriptions géographiques de considérations historiques, philosophiques, politiques. Le passage du Mont Cenis, lui rappelant la descente d’Annibal et l’ancienne valeur italienne, lui fournit le prétexte de pleurer sur l’esclavage de sa patrie et de plaider pour l’« indépendance italienne, pour la réunion de toute l’Italie30 ».

19Les pages nombreuses qu’il consacre aux départements méridionaux de la France ne sont peut-être pas très originales du point de vue des renseignements sur les lieux, les monuments, les coutumes des habitants, assez largement connus grâce à une longue tradition érudite, de l’Histoire du Languedoc de Pierre Andoque (1648) à l’Abrégé de l’histoire générale de Languedoc de Joseph Vaissette (1749). Nous ne savons pas si Pepe en connaissait les œuvres puisque, tout en étant assez généreux en références bibliographiques, il ne les cite pas. Son exposé demeure néanmoins très intéressant par son effort continu de comparaison entre la France et l’Italie d’un côté, et de l’autre, par l’esprit réformateur et polémique qui anime ses observations et sa tendance à enregistrer, en pleine époque impériale, les traces de la Révolution et de la période républicaine.

20De Montpellier il rappelle, naturellement, la renommée de son université de médecine, fréquentée par un nombre « immense » d’étudiants français et espagnols. Il observe son théâtre, vaste mais « mal construit comme tous les théâtres de France » : il va y assister à la représentation du Tancrède de Voltaire. Il souligne la beauté des deux promenades dont l’une lui évoque le dessin du jardin de Naples. Il relève que la statue de la liberté située sur une colonne dans une des allées a désormais été transformée, en lui enlevant le bonnet républicain, en une statue du génie de la France. Il apprécie la propreté des deux hôpitaux, civil et militaire, et en souligne la fonction patriotique :

  • 31 Ibid., vol. 1, p. 307-308.

« Le citoyen qui s’y abrite sait avec quel intérêt et quel soin sa patrie s’occupe de ceux qui n’ont pas de moyens et qui ne peuvent pas se soigner à leurs frais. Là le guerrier oublie les fatigues et les dangers de la guerre, il oublie le sang qu’il a versé, en voyant les soins que l’État prend pour ses défenseurs […] et la sollicitude de la nation qui maintient cet établissement dans un état si prospère31. »

21Dans ses Observations générales sur les départements méridionaux de la France Gabriele Pepe livre une description soigneuse et élogieuse de la région et de ses habitants :

  • 32 Ibid., vol. 1, p. 309 : paresseux est écrit en français.

« J’ai voyagé deux fois dans le Midi de la France et deux fois j’ai remarqué que ce pays est beau, cultivé, bien tenu, civilisé, et que sous tous les aspects il attire l’attention et l’admiration du voyageur. Les Français sont industrieux, gais et vifs. Chez eux le paresseux est considéré presque infâme32. »

22Il est frappé par la propreté des maisons et des habitants, en particulier par la propreté des femmes, même les plus pauvres. Il est également frappé – du moins il déclare l’être – par la politesse des femmes des marchands, qui « ressemblent à des dames » : très bien habillées, assises derrière leurs comptoirs (en français dans le texte), elles lisent des romans et des nouvelles. Les Français sont avides, comme l’observait déjà Tite Live, mais ils dépensent leur argent dans le luxe et l’habillement. Leurs mœurs et leur éducation publique – poursuit Pepe dans ses Observations générales sur les départements méridionaux – sont beaucoup plus « pures » qu’en Italie. Là aussi notre soldat voyageur note une différence profonde par rapport à son pays, dominé par l’Église et corrompu. En France, au contraire, malgré le fait que « la nation avait passé à peu près dix ans sans culte religieux public, la corruption n’était pas développée comme en Italie », on observe une religion véritable, tolérante et sans hypocrisie. Il manifeste la même surprise face aux mœurs des jeunes filles :

  • 33 Ibid., vol. 1, p. 310-311 (mot libre en français).

« Elles sortent toutes seules pour aller à l’église, ou bien faire des courses au marché, ou bien se promener, sans autre guide que leur vertu et l’éducation publique, grâce auxquelles elles sont respectées par les hommes dans la rue comme si elles étaient au pied du sanctuaire. Il est arrivé parfois que quelques Italiens et quelques Napolitains de notre division, qui ignoraient cette coutume, en voyant les jeunes filles se promener toutes seules et les prenant pour tout autre chose, leur aient adressé quelque mot libre, et ils en ont reçu des réponses dignes de sortir de la bouche d’une ancienne matrone romaine33. »

  • 34 Ibid., vol. 1, p. 312.

23Le clergé était peu nombreux et vertueux. L’enseignement du catéchisme servait non seulement à répandre les principes de la religion et de la morale, mais aussi à former de bons citoyens : « La même voix enseigne la piété et le patriotisme, les vertus morales et civiles, à bien servir Dieu et l’État34. »

  • 35 Ibid., vol. 1, p. 317.

24Enfin, Pepe ne manquait pas de donner des renseignements sur le dialecte de la région, sur l’agriculture, sur la bonté des vins et sur la nourriture, sur la sociabilité académique, sur la vie culturelle, en soulignant la possibilité de souscrire dans les nombreuses librairies un abonnement littéraire (en français dans le texte), grâce auquel lui-même pouvait se procurer tous les livres qu’il voulait35.

25La narration de son voyage dans le midi de la France semble presque oublier les difficultés de la vie militaire et de sa destination en Catalogne. Imprégné de références aux auteurs classiques et à l’Antiquité, son récit prenait souvent le ton du guide touristique. Il offrait en même temps un parallèle continu entre la situation de son pays d’origine et ce qu’il découvrait pendant son voyage, en particulier en ce qui concernait le poids de l’Église et de la religion, l’éducation publique, les mœurs des femmes, la lecture, le nombre des librairies, des journaux, des gazettes. Il comparait aussi la situation actuelle de la France avec celle qu’il avait connue au cours de son exil de 1799 : la révolution lui apparaissait désormais vraiment très lointaine.

26En comparant la France de 1799 et celle de 1807, notre capitaine n’avait pas de doute, la situation actuelle était nettement meilleure, et il relevait avec surprise que toute trace d’anarchie sanguinaire avait maintenant disparu :

« La France ne présente actuellement aucun vestige de la révolution formidable par laquelle elle a été déchirée. Les arts, les manufactures, le commerce, l’agriculture, sont dans un état vigoureux et florissant. Les denrées et les comestibles sont à bon prix, et le commerce est abondant ; le luxe qui règne parmi tous les groupes sociaux indique l’industrie et l’opulence […]. On observe que les jeunes filles sont plus nombreuses que les hommes, ce qui rappelle toutes les guerres qu’on a souffertes et la conscription, qui chaque année emmène les jeunes hors de leurs familles aux armées. Tous les autres vestiges de la révolution ont disparu. Le gouvernement a pris grand soin de les faire disparaître, puisque les Français se souvenaient, et encore se souviennent avec horreur, des scènes sanglantes de l’anarchie. »

27Le mérite de ces heureux changements ne pouvait qu’être attribué à Napoléon dont il tissait un éloge enthousiaste :

  • 36 Ibid., vol. 1, p. 319.

« La France devrait élever à cet homme un autel et l’adorer comme une divinité tutélaire et libératrice. À son apparition se sont éteintes les guerres civiles et intestines, s’est agrandi le territoire français, la France menacée d’invasion a vu sa puissance assurée et consolidée, se terminer les dilapidations dans l’administration publique, se rétablir la discipline militaire, creuser des canaux, restaurer autant de monuments, d’établissements publics, ouvrir de nouvelles écoles, et tout ceci dans un temps court, et à l’époque où elle était menacée d’un épuisement total de ses forces ou de crises plus sanguinaires et formidables que celles qui l’avaient agitée et bouleversée jusqu’alors36. »

  • 37 Cf. Anna Maria Rao, « Tra Illuminismo e Restaurazione : caratteri nazionali e costituzione nell’op (...)

28Oublié le républicain de 1799, le voyage dans le midi de la France à l’époque impériale renforça le penchant du jeune Pepe pour la monarchie constitutionnelle. L’exigence d’une constitution fut d’ailleurs le legs principal des convulsions révolutionnaires et du Triennio républicain italien de 1796-1799, et cette exigence amènera les patriotes méridionaux qui avaient participé au mouvement de 1799 à animer les nouveaux mouvements insurrectionnels des années 1820-1821 : Gabriele Pepe est de ce nombre37. Rentré à Naples au printemps 1811, de la période révolutionnaire et des guerres auxquelles il a participé il garde surtout deux aspirations fondamentales : l’unification politique de l’Italie et la constitution. Pour ces mêmes raisons il participe encore au mouvement révolutionnaire de 1848.

  • 38 Sur ces aspects je me permets de renvoyer à Anna Maria Rao, « Republicanism in Italy from the eigh (...)
  • 39 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. 2, p. 765-766.
  • 40 Ibid., vol. 2, p. 778.
  • 41 Pepe la cite à la p. 14v de son manuscrit, ibid., vol. 2, p. 786.

29Mais son monarchisme constitutionnel conserve des fondements républicains importants : en premier lieu les idées de vertu civique et de participation d’en bas38. Sur ces idées Pepe insiste surtout dans son deuxième journal de voyage de 1813-1814, pendant l’expédition en Romagne dans l’armée de Murat. La vue des anciennes ruines républicaines dans la ville de Rome, par exemple, lui inspire un éloge enflammé des « comices anciens, où l’on discutait les hautes affaires de la république et du globe, où le peuple le plus digne de la terre donnait ses lois39 ». Mais partout il retrouve les traces des institutions républicaines anciennes dont il voudrait voir rétabli l’esprit. En Toscane et en Romagne il rencontre le souvenir des républiques italiennes du Moyen Âge, parmi lesquelles « scintillèrent de nouveau les premières étincelles de la liberté éteinte par les barbares du Nord40 », et dont l’histoire venait d’être reconstruite et exaltée par Sismondi dans sa célèbre Histoire des républiques italiennes du Moyen Âge, publiée à partir de 180741.

30L’expérience de la « décennie française » à Naples ne faisait que rendre plus aiguë son exigence constitutionnelle, que le texte tardivement édicté par Joseph Bonaparte à Bayonne ne pouvait pas satisfaire. Au contraire, il jugeait que cette constitution est « nulle et ne peut d’aucune manière influer ni sur l’esprit public ni sur le bonheur possible des peuples », qu’elle est bien éloignée des formes anciennes de participation populaire qu’on aurait dû faire revivre :

  • 42 Ibid., vol. 2, p. 806-807.

« Je ne peux pas comprendre comment les peuples de notre Royaume, habitués depuis des siècles à jouir d’une constitution mixte, de parlements communaux, d’“Universités”, à jouer un rôle, fût-il réduit, dans la représentation de leurs droits, à choisir eux-mêmes leurs administrateurs, à distribuer eux-mêmes le poids des impôts, etc. etc., se soient si vite adaptés aux formes d’un gouvernement sous lequel le peuple est nul42. »

  • 43 Ibid., vol. 2, p. 808.

31Un passé mythique qu’il retrouvait à chaque pas de son voyage en Italie, animait donc ses aspirations constitutionnelles et son idéal politique : « Je ne crains pas d’affirmer que j’aimerais vivre, ou pour dire mieux que ma patrie fût régie par un gouvernement mixte. Je le dirais au Roi, je le dirais à Napoléon, je le dirais à quiconque43. »

  • 44 Ibid., vol. 2, p. 806.

32Napoléon, qu’il avait exalté à l’époque de son voyage dans le midi de la France, six ans après n’est plus l’objet de son admiration, bien au contraire : « Le système du gouvernement français est celui du despotisme dans toutes ses branches […] Napoléon a poussé à son maximum la tyrannie. Il traite les peuples comme il a traité les rois jusqu’à l’époque du désastre en Russie44. »

33Ses voyages dans l’espace et dans le temps alimentent donc chez Gabriele Pepe la construction d’un modèle politique nourri de références à une Révolution française qui est maintenant l’objet de craintes plus que d’admiration, à un gouvernement napoléonien vu d’abord comme restaurateur de l’ordre et de la prospérité mais peu après comme tyrannique, et surtout à des traditions italiennes considérées comme la seule base possible d’un futur constitutionnel solide. D’où la conclusion anti-républicaine et anti-démocratique du parcours idéologique et des voyages de Pepe :

  • 45 Ibid., vol. 2, p. 810.

« Je voudrais donc pour ma patrie un gouvernement mixte, dans lequel les pouvoirs du roi, des grands et du peuple fussent répartis avec le maximum d’équilibre ; dans lequel le premier comme les seconds et le troisième fussent tous également assujettis seulement aux lois ; dans lequel à l’ombre de ces mêmes lois le faible fût protégé contre les vexations du puissant, le pauvre de celles du riche […] ; dans lequel la liberté de la presse permettrait au dernier des citoyens et à quiconque de manifester librement ses opinions non contraires à l’intérêt général de la société […] ; dans lequel le mérite et le talent pussent éclore de la fange et arriver aux premières charges de l’État […] ; dans lequel ni le roi ni les ministres ni personne ne pussent se rendre supérieurs à la loi sans être déclarés rebelles45. »

34Dans ce modèle se croisent l’expérience française et le passé italien, la pensée des Lumières et l’action révolutionnaire. En Catalogne, au milieu d’une guerre des plus atroces où les horreurs se répondent d’un camp à l’autre, on a vu Pepe méditer sur Rousseau et sur les moyens d’assurer une paix perpétuelle. À l’époque où il n’y a plus de république en France, il la redécouvre dans le passé de son pays et dans le mythe d’un âge d’or où tous participaient aux assemblées locales pour décider du bien commun. Ce fauteur convaincu de la monarchie constitutionnelle se prend ainsi à rêver de l’ancien passé républicain de sa patrie, ressenti comme fondement d’une participation politique populaire la plus large possible.

Notes

1 Anna Maria Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992 ; id., « Touristes, malgré eux : les Français en Italie et les récits de voyages des Italiens réfugiés en France pendant la révolution », in Claudy Valin (dir.), Circulation des hommes et des idées à l’époque révolutionnaire, 130e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, La Rochelle, 2005, version électronique, Paris, CTHS, « Collection Actes des congrès des sociétés historiques et scientifiques », 2008, p. 41-51 ; id., « Exil politique et écriture au tournant du siècle », in Maïté Bouyssy (dir.), Vincenzo Cuoco. Des origines politiques du XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 19-36.

2 Jean-Paul Bertaud, La Vie quotidienne des soldats de la Révolution 1789-1799, Paris, Hachette, 1985 ; Alan Forrest, Napoleon’s Men. The Soldiers of the Revolution and Empire, Londres, Hambledon and London, 2002.

3 Restés manuscrits et partiellement édités par Benedetto Croce, « Nel furore della reazione del 1799. Dalle memorie inedite di una guardia nazionale della Repubblica napoletana (Giuseppe De Lorenzo) », Archivio storico per le provincie napoletane, XXIV, 1899, p. 245-302, ces mémoires sont maintenant publiés intégralement : Giuseppe De Lorenzo, Memorie, éd. Paola Russo, Introduzione di Anna Maria Rao, Naples, Vivarium, 1999.

4 Ibid., p. 74.

5 Rao, « Touristes, malgré eux », op. cit., p. 45-47.

6 Selon le titre de la traduction de Bertrand Barère de 1807 : Vincenzo Cuoco, Histoire de la Révolution de Naples, ristampa anastatica della traduzione di Bertrand Barère (1807), éd. Anna Maria Rao, Maïté Bouyssy, Naples, Vivarium, 2001 ; voir aussi Maïté Bouyssy (dir.), Vincenzo Cuoco. Des origines politiques du XIXe siècle, op. cit., p. 19-36.

7 Vittorio Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna. Gabriele Pepe e le sue esperienze nella Guerra del Francès. Testi inediti e lettere, 2 vol. , Campobasso, AGR Editrice, 2009. Ces volumes présentent (avec une traduction espagnole) les journaux de voyage (les Galimatias 1 et 2, de 1807-1809 et 1813-1814), les lettres et d’autres documents inédits de Gabriele Pepe.

8 Sur cette définition je renvoie à Anna Maria Rao, « Les Républiques-sœurs et la France : droit international et tentatives d’émancipation dans les écrits de Matteo Galdi », in Beatrix Jacobs, Raymond Kubben, Randall Lesaffer (éd.), In the embrace of France : the Law of Nations and Constitutional Law in the French Satellite States of the Revolutionary and Napoleonic Age (1789-1815), Acts of the international conference held at Tilburg University on 27 & 28 April 2006, Baden-Baden, Nomos, 2008, p. 99-115 : 115.

9 Sur la biographie de Gabriele Pepe, cf. Pasquale Alberto De Lisio, « Nota biografica » et « Introduzione », in Gabriele Pepe, Epistolario, vol. I (1807-1829), Naples, Società Editrice Napoletana, 1980, p. V-XIII, XV-XCVII ; Vittorio Scotti Douglas, « Gabriele Pepe “rivoluzionario” moderato e coerente », in id. (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. I, p. 75-120.

10 Lluís Roura i Aulinas, « Le truppe italiane e la Guerra del Francès : guerra patriottica o guerra mercenaria ? », in Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. I, p. 35-53. Voir aussi Vittorio Scotti Douglas (dir.), Gli Italiani in Spagna nella guerra napoleonica (1807-1813). I fatti, i testimoni, l’eredità, Atti del IV Convegno internazionale di “Spagna contemporanea”, Novi Ligure, 22-24 ottobre 2004, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2006.

11 Nino Cortese, « I Napoletani e le guerre napoleoniche », in id., Il Mezzogiorno ed il Risorgimento italiano, Naples, Esi, 1965, p. 243-272 ; id., « La divisione Pignatelli nella guerra di Spagna », in id., Memorie di un generale della Repubblica e dell’Impero, Francesco Pignatelli principe di Strongoli, Bari, Laterza, 1927, vol. I, p. CCLXI-CCCIII. Sur la guerre des Italiens en Espagne voir plus en général Camillo Vacani, Storia delle campagne e degli assedi degl’Italiani in Spagna dal MDCCCVIII al MDCCCXIII, Milan, Imperiale Regia Stamperia, 1823, vol. 4.

12 Mauro Bico, « Le nozze di Marte e Minerva. La lingua di Gabriele Pepe tra scrittura diaristica, epistolare e saggistica », in Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. 1, p. 169-204 : 173.

13 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., p. 249, 273.

14 Ibid., p. 249.

15 Ainsi Gilles Bertrand, « Regard des voyageurs et image de l’Italie. Quelques réflexions autour de la campagne de Bonaparte », in Jean-Paul Barbe, Roland Berneker (éd.), Les intellectuels européens face à la campagne d’Italie, 1796-1798, Münster, Nodus Publikationen, 1999, p. 43-63 : 49.

16 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. 2, p. 762-763.

17 Ibid., vol. 1, p. 346-347.

18 Ibid., vol. 1, p. 251.

19 Ibid., vol. 1, p. 252.

20 Ibid., vol. 1, p. 441.

21 Pepe, Epistolario, op. cit., p. 40.

22 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. 1, p. 361-362.

23 Lettre à son frère Raffaele, de Naples le 4 janvier 1812 : Pepe, Epistolario, op. cit., p. 62.

24 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. 2, p. 710.

25 Ibid., vol. 1, p. 387-388.

26 Ibid., vol. 1, p. 459.

27 Ibid., vol. 1, p. 445.

28 Ibid., vol. 1, p. 261.

29 Ibid., vol. 1, p. 265, 267.

30 Ibid., vol. 1, p. 290.

31 Ibid., vol. 1, p. 307-308.

32 Ibid., vol. 1, p. 309 : paresseux est écrit en français.

33 Ibid., vol. 1, p. 310-311 (mot libre en français).

34 Ibid., vol. 1, p. 312.

35 Ibid., vol. 1, p. 317.

36 Ibid., vol. 1, p. 319.

37 Cf. Anna Maria Rao, « Tra Illuminismo e Restaurazione : caratteri nazionali e costituzione nell’opera di Onofrio Fiani », in O. Fiani, Carattere de’Napolitani. Quadro istorico-politico, scritto in Francia dopo la Controrivoluzione, éd. Anna Maria Rao, Lidia Membrini, Naples, Vivarium, 2005, p. VII-LI.

38 Sur ces aspects je me permets de renvoyer à Anna Maria Rao, « Republicanism in Italy from the eighteenth-century to the early Risorgimento », Journal of Modern Italian Studies, 17, 2, mars 2012, p. 149-167.

39 Scotti Douglas (dir.), Dal Molise alla Catalogna, op. cit., vol. 2, p. 765-766.

40 Ibid., vol. 2, p. 778.

41 Pepe la cite à la p. 14v de son manuscrit, ibid., vol. 2, p. 786.

42 Ibid., vol. 2, p. 806-807.

43 Ibid., vol. 2, p. 808.

44 Ibid., vol. 2, p. 806.

45 Ibid., vol. 2, p. 810.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université de Naples Federico II. Elle a publié de nombreux travaux sur l’histoire politique et culturelle de l’Italie au XVIIIe siècle et sur la période révolutionnaire. Parmi ses publications : Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992 ; Folle controrivoluzionarie. Le insorgenze popolari nell’Italia giacobina e napoleonica, Rome, Carocci, 1999 ; Napoli 1799. Fra storia e storiografia, Naples, Vivarium, 2002 ; L’« amaro della feudalità ». La devoluzione di Arnone e la questione feudale a Napoli alla fine del’700, 2e éd., Naples, Luciano, 1997 ; Cultura e lavoro intellettuale : istituzioni, saperi e professioni nel Decennio francese, Naples, Giannini, 2009 ; Lumi riforme rivoluzione. Percorsi storiografici, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540