Version classiqueVersion mobile

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

Cinquième partie. Au bout du voyage, héritage d'une génération

Au bout du voyage, héritage d’une génération

Texte intégral

1Le voyage n’est pas seulement confirmation de sa pensée, il contribue à construire une éthique et des habitus républicains. Wolfe Tone en France découvre un pays républicain. Dans la fascination de cette république victorieuse et martiale qu’est la république du Directoire, il fonde l’espoir de la transporter en Irlande et fait tout pour sensibiliser les bureaux des affaires militaires afin de trouver les fonds et préparer un périple républicain très particulier : une expédition militaire chargée de provoquer un soulèvement révolutionnaire. Celle-ci va s’avérer un échec retentissant, un voyage qui se termine dans la défaite et l’exécution de Wolfe Tone présentée par Sylvie Kleinman. Différente est l’expérience des officiers napolitains que décrit Anna Maria Rao. Dans ce cas, c’est le voyage lui-même qui fait prendre conscience aux officiers qu’ils deviennent, au fur et à mesure des étapes et des paysages traversés, républicains comme par nécessité, serviteurs d’une res publica napoléonienne en 1807-1808 dont on peut se demander ce qui y subsiste de l’épopée des voyages exaltés et enthousiasmants de la décennie précédente.

2Le temps va passer.

3Les voyages forment la jeunesse mais éreintent la vieillesse. Et le voyage républicain ne saurait échapper au bon sens du dicton populaire. À la fin de la saison révolutionnaire et républicaine, la somme des expériences se trouve couchée le plus souvent par des écrits, inventant, transformant, mythifiant les expériences passées des voyages républicains. Après le Consulat, après l’Empire, après la Restauration, voire dans l’exil des régicides, des républicains poursuivis, le voyage républicain devient un récit, le plus souvent sorti de plumes d’anciens acteurs devenus immobiles, soit parce qu’ils sont perclus de rhumatismes, soit parce que la génération des jeunes républicains des années 1830 se rend auprès d’eux pour écouter leurs anciennes aventures. Maïté Bouyssy montre ainsi comment Barère a voyagé sans bouger, Élisabeth Liris saisit La Fayette qui en refaisant le voyage vers les États-Unis revient au point de départ de sa désillusion quant à sa faculté de transférer son expérience américaine en France. Olaf Müller étudie la manière dont Foscolo incarne la figure d’un commandeur ayant intégré son personnage de guide, dont le rôle est fixé par son passé de voyageur. Il n’est plus temps de se déplacer mais d’attirer les voyageurs à soi. Les auteurs montrent que d’une façon ou d’une autre, les grands voyageurs sont devenus comme des lieux de mémoire de voyage républicain. Ils « sont » des lieux de pèlerinage, moteurs de voyage politique d’une jeunesse en quête de modèle. De voyageurs, ils sont devenus visités !

4Il apparaît alors que ce qui avait été un des acquis du voyage républicain, c’est-à-dire le voyage ensemble, le voyage en commun, est devenu une somme d’expériences morcelées et racontées dans la solitude des cabinets d’écriture… jusqu’à ce que le XIXe siècle réinvente son voyage républicain.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search