Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

Quatrième partie. Le voyage, fabrique des savoirs républicains

Le voyage, fabrique des savoirs républicains

Texte intégral

1Dans l’économie globale de cet ouvrage, cette quatrième partie occupe une place particulière. À partir de 1795 et jusqu’en 1802 un projet de civilisation républicaine va se construire de façon assumée comme théorisée et responsable, autour des écoles centrales, autour de l’École normale supérieure, autour de l’Institut, autour des institutions scientifiques et notamment le Muséum national d’histoire naturelle. Le Directoire a, malgré toutes les difficultés qu’il a traversées et parfois suscitées lui-même, voulu donner naissance à un système de production et de diffusion des savoirs précis des sciences républicaines. Certes les savoirs normés existaient auparavant, mais le projet républicain et civique du Directoire se construit spécifiquement sur l’idée régénérée et inspirée des Lumières. Il doit être possible d’élaborer un gouvernement de la raison, un aréopage des savants, dont la fonction est l’accumulation, l’échange des savoirs puis leur retransmission. C’est dans cette perspective qu’il faut apprécier les missions scientifiques que Pierre-Yves Lacour, Madeleine Van Strien-Chardonneau et Jean Dhombres présentent. La république envoie des missionnaires avec pour charge d’observer, ramener et constituer des réseaux de savants, protégés, stimulés, désormais au service d’un public large. Las, comme souvent, ces missions scientifiques, voyages fructueux, se font parallèlement à des opérations militaires ou se terminent parfois par des confiscations de collections ou des prédations d’œuvres étrangères qui brouillent le message républicain et ne facilitent pas son acceptation dans les Républiques sœurs.

2D’autres savoirs typiquement liés au voyage républicain apparaissent dans un domaine qui exige la science du savoir et le service du souverain. Ainsi la diplomatie républicaine fait son entrée fracassante dans les relations internationales. La percussion entre les monarchies absolues d’essence divine et la République sans dieu rend parfois les voyages des agents de la République périlleux, à tout coup passionnants à décrypter comme le suggère Jean-René Aymes, évoquant la confrontation par-delà les Pyrénées entre France et Espagne.

3Enfin, d’autres voyages initiatiques d’apprentissage républicain offrent des perspectives différentes. Le civisme s’édifie dans la visite et l’exploration d’autres terres. Exemplaire à ce sujet est le voyage de Helen Maria Williams étudié par Bernard Gainot. Une républicaine anglaise visite un pays, la Suisse, qu’elle connaît par son histoire républicaine et tente de pénétrer les paysages en leur conférant des valeurs de pureté, de beauté, de sublime qui induisent une relation en miroir entre la nature, le régime en place et la confirmation de ce qu’elle avait lu… jusqu’à ce que l’expérience du réel et les graves carences du républicanisme dégénéré de la Suisse forcent la voyageuse émancipée à reconsidérer ses préjugés favorables. Le voyage se fait encore davantage propédeutique républicaine, car il dessille les yeux de la républicaine, et loin de la détourner de ses idéaux, lui donne les éléments pour imaginer une refondation républicaine de la contrée visitée.

4Pratique du voyage et régénération de la république ne font plus qu’un.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540