Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

Troisième partie. La république traduite, la république en transfert

La république traduite, la république en transfert

Texte intégral

1La troisième partie déplace la question du voyage physique vers celui de la République des lettres et de ses productions. Les corps physiques ne sont pas les seuls à opérer des mouvements d’un lieu vers l’autre. Rarement les textes auront autant circulé et été portés, envoyés que dans cette seconde moitié du XVIIIe siècle. Constater ce que les historiens du livre ont bien étudié, revient à dédoubler le questionnement des voyages des textes, des langues. Plusieurs niveaux de textualité peuvent être remarqués entre les correspondances privées commentant les expériences républicaines, comme Lucia Bergamasco le prouve au travers de l’expérience de Madison. Les textes d’inspiration républicaine, publiés pour être diffusés et divulguer l’essence de la République, sa force et son adaptabilité par-delà les espaces différents, circulent librement ou sous le manteau. Les livres sont des militants de la cause républicaine, les destructeurs d’une théorie des climats qui voudrait que chaque espace géographique soit lié à un type de régime, rétif à une république sans frontières. La littérature républicaine universalise le possibilisme d’un cosmopolitisme des souverainetés différentes et communes des peuples.

2Ce constat ne pose point seulement le problème des livres transportés avec soi, laissés, échangés, oubliés, offerts, vendus, mais force à s’interroger sur leur lecture. Y a-t-il une langue de la République ?… Et si le français, langue aristocratique par excellence au XVIIIe siècle, était devenu la langue républicaine, vraie révolution trop peu éclairée. La langue de la république aurait alors d’autant mieux voyagé qu’un paysage mental et culturel, fondé sur la langue des philosophes français des Lumières, aurait préparé et facilité le voyage des concepts libérateurs.

3Les textes ne voyagent pas seulement comme objets publiés. Les langues glissent l’une dans l’autre par la traduction, conçue aussi comme un voyage d’une langue à l’autre avec ses audaces, ses glissements, ses réussites et ses malentendus parfois. Comment traduire république ? démocratie ? démocratie représentative ? sans-culotte ? citoyen actif, passif en différentes langues ? Autant de défis qui se posent d’abord en France lorsqu’il s’agit de traduire en patois les lois des Assemblées, car nul n’est censé ignorer la loi ; comme le démontre Anne Simonin.

4Dans une autre perspective, Paris va fourmiller de traducteurs de textes clés de la culture classique républicaine, textes anglais, textes italiens, qui vont permettre de construire une culture commune du bien général et du service public comme idéal de construction de la cité. Griffet de Labaume, étudié par Jean-Luc Chappey, incarne ces passeurs des idées républicaines d’une langue à l’autre en construisant des référents communs, comme le combat pour l’abolition de la traite et de l’esclavage l’atteste.

5L’édification nouvelle de la république induit une nouvelle conception du voyage, non pas simplement pensé comme prétexte à la découverte de la République, ou à la volonté de lire et parler une langue républicaine. Gabor Gelléri explique de façon convaincante que la République constitue un projet total qui entre en fusion avec le voyage, par la pédagogie particulière du déplacement qu’implique un voyage en groupe. On s’apprend ensemble, on apprend ensemble, on voyage et on découvre ensemble en une pédagogie nouvelle de la connaissance partagée dans le dépaysement, dans l’acculturation politique qui permet la naissance de pratiques citoyennes.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540