Version classiqueVersion mobile

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

La République ostracisée

Le voyage républicain détourné : la Royal Navy républicaine

Frédéric Régent

Texte intégral

  • 1 Archives nationales DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, d (...)

1« Vive la République ! », c’est à ce cri que des déportés de la Guadeloupe se promirent de se rendre en France, après avoir pris le contrôle de deux navires britanniques (le Fister et le James). Nous sommes à l’été 1794. Les Britanniques, après s’être emparés de la Guadeloupe en avril 1794, sont menacés par l’offensive menée par Victor Hugues qui commence la reconquête de la Guadeloupe, en juin 1794. Ils décident alors de déporter les prisonniers républicains vers l’Angleterre. Au nombre de 380, ces déportés se révoltent, prennent le contrôle du vaisseau et parviennent en France. Un de ces républicains des Tropiques, Gerlain, écrit dès lors le journal de son voyage qu’il envoie à la Convention1.

  • 2 AN DXXV 127, Dossier 1001, Pièce 20. Extrait des registres de délibération de l’assemblée générale (...)
  • 3 AN DXXV 124, Dossier 984, Pièce 32.

2Ce récit a été écrit par Pierre Claude Gerlain, de Melun, commissaire national au tribunal de district de la Basse-Terre, Guadeloupe. Gerlain, homme originaire de Melun et qui a vécu dix-neuf ans aux Antilles, est un ardent républicain. Il joue un rôle important dans les institutions républicaines de l’île. Le 9 octobre 1791, il participe à l’assemblée des patriotes de Basse-Terre, hostiles aux aristocrates de la Guadeloupe. Dans cette assemblée, il défend la cause des gens de couleur libres et réclame en leur nom la loi du 15 mai 1791 qui permettait aux mulâtres nés libres d’exercer la citoyenneté2. En juillet 1793, il est commissaire délégué par la Commission générale et extraordinaire (assemblée élue qui gère la colonie) chargé de faire un rapport sur le massacre des royalistes du 7 juillet 1793 enfermés à la prison de Pointe-à-Pitre3. Le journal de Gerlain est daté du 9 vendémiaire an III [30 septembre 1794]. Il constitue un témoignage exceptionnel d’un républicain voyageant à travers l’Atlantique. La caractéristique commune de ceux qui accompagnent Gerlain est d’être considérés comme républicains et déportés pour cette raison par les Britanniques et les royalistes de la Guadeloupe. Ce document est un élément de compréhension de ce que peut être la République dans les colonies françaises en 1793-1794. Comment et par qui se fait l’appropriation de la République et de ses pratiques en Guadeloupe ?

3À travers l’étude de ce témoignage, il devient possible de comprendre comment la République voyage de la France vers les Antilles, de s’interroger aussi sur ce que signifie être républicain sous les Tropiques ensuite, en plaçant enfin l’étude du voyage détourné de ces républicains.

Le voyage de la République de la France aux Antilles

  • 4 Bibliothèque historique de la ville de Paris. Le créole patriote, bulletin de Milscent créole, jou (...)
  • 5 AN DXXV 124, Dossier 983, Pièce 2. Cahier des archives de l’Assemblée générale coloniale de Guadel (...)

4C’est de la Contre-Révolution que naît la République aux îles du Vent (Petites Antilles françaises : Guadeloupe, Martinique, Sainte-Lucie, Tobago). Les bouleversements survenus en France après le 10 août 1792 ont entraîné la sécession de la Guadeloupe et de la Martinique et leur entrée dans la Contre-Révolution. Le parti aristocrate formé par les riches propriétaires d’habitations-sucreries qui domine l’assemblée coloniale a hissé le drapeau blanc et rejeté les émissaires de la République. Les patriotes sont proscrits ou s’exilent. Dans les listes de proscription sont signalés des Blancs4, mais aussi des gens de couleur libres. Les mêmes apparaissent aussi dans des listes de suspects. Ces patriotes sont considérés comme étant « dans les principes qui ont donné lieu à des mouvements populaires5 ». Ils ont essayé de résister à la Contre-révolution mais ont échoué. Les patriotes de la Guadeloupe de toutes couleurs se sont réfugiés en Dominique.

  • 6 AN AD XVIIIC 336, no 24. Rapport sur la validité de l’élection des députés de la Guadeloupe et de (...)
  • 7 AN C7A45, fol. 165-170. Lettre de Lacrosse au ministre de la Marine et des Colonies du 20 décembre (...)
  • 8 AN C7A45, fol. 191. Lettre de Sérane, député de Marie-Galante, à Rochambeau écrite de Saint-Eustac (...)

5Cette proscription des patriotes préfigure le voyage républicain. À la Dominique, environ 700 citoyens se réunissent pour élire les députés de la Guadeloupe et de la Martinique à la Convention nationale, le 28 octobre 1792. Ils appliquent ainsi le décret de l’Assemblée législative du 23 août 1792. Le procès-verbal de l’élection est signé par 285 proscrits6. Parmi les signataires, il y a des libres de couleur. Trois hommes déjà en France sont élus pour la Guadeloupe : Guillermin aîné, le notaire Dupuch et P. J. Lion. Le général Coquille Dugommier, pourtant natif de la Guadeloupe, et Janvier Littée, citoyen de couleur, sont chargés de représenter la Martinique. Janvier Littée entre dans l’histoire comme le premier homme de couleur membre de la représentation nationale française ! Non seulement la résistance à la Contre-Révolution s’organise dans la colonie anglaise de la Dominique7, mais aussi à Sainte-Lucie et à Marie-Galante restées patriotes. Dans cette dernière île, « les citoyens de couleur ont juré de demeurer fidèles à la Nation de qui ils tiennent leur existence politique8 ». Une commission provisoire y est installée et les citoyens de couleur s’y rallient. C’est dans ce contexte qu’apparaît aux îles du Vent, le 1er décembre 1792, le capitaine de vaisseau Lacrosse. Il est envoyé par la Convention pour annoncer la proclamation de la République et contrôler les agents civils et militaires dépêchés par l’Assemblée législative. Il entre en contact avec les patriotes de la Dominique et s’installe à Sainte-Lucie. Comptant sur les patriotes dispersés dans les différentes îles du Vent, Lacrosse lance une proclamation appelant la population et surtout les libres de couleur à adhérer aux principes républicains :

  • 9 AN C7A 45, fol. 162-164. Dernier moyen de conciliation entre la Mère patrie et les colonies révolt (...)

« L’égalité la liberté, telles sont les bases de notre gouvernement. C’est donc à vous, Citoyens, de toutes les couleurs que je m’adresse, ne faisant plus qu’une seule et même famille, notre union sera notre force, et l’esclave, votre propriété, sera attaché à ses travaux par l’exemple que vous lui donnerez. Au premier coup de canon que la France va tirer contre vous ; ne craignez-vous pas que vos ateliers se dispersent ? Attaqués au dehors et menacés au dedans, quels seront vos moyens de résistance9 ? »

  • 10 AN C7A 45, fol. 171-174. Lettre du citoyen Cadiot fils au citoyen Texier de Bordeaux, de Pointe-à- (...)
  • 11 Ce fort situé à Pointe-à-Pitre s’appelle successivement fort Louis, fort l’Union et fort de la Vic (...)
  • 12 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 10. Les patriotes déportés de la Guadeloupe par les Anglais aux me (...)
  • 13 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 10. Les patriotes déportés de la Guadeloupe par les Anglais aux me (...)

6Les patriotes deviennent républicains par surprise. La République tombe sans crier gare sur les patriotes des colonies. En effet, il n’y a pas de revendication proprement républicaine en 1791-1792 dans les colonies françaises. Nulle part n’ont été trouvées dans les sources des demandes de suppression de la monarchie durant cette période. Seule la revendication démocratique des citoyens passifs s’exprime. L’engagement républicain se fonde donc sur la haine des grands planteurs aristocrates et sur l’adhésion à un principe importé de France métropolitaine. La propagande républicaine de Lacrosse fait bientôt son effet. Ainsi, le 18 décembre 1792, les citoyens de couleur, les marins et les citadins de Pointe-à-Pitre se rebellent10. Le rôle des hommes de couleur est déterminant dans le ralliement de Pointe-à-Pitre à la République. Ils forment un groupe social composé d’artisans, de petits marchands, de pêcheurs et de marins. Ils ne sont pas liés comme ceux des campagnes par le clientélisme avec les planteurs royalistes. Ces derniers n’ont jamais réussi à les séduire. Les citadins de couleur, plus pauvres que ceux des campagnes, sont pour la plupart citoyens non actifs comme un grand nombre d’artisans, de marins, de soldats et de petits boutiquiers blancs patriotes. La communauté d’intérêts de tous ces citadins explique leur alliance. Les citoyens de couleur alliés aux marins, aux soldats et aux autres citadins, parviennent à soumettre les officiers et les planteurs royalistes. Le 19 décembre, le pavillon tricolore flotte alors sur le fort l’Union11 et sur tous les bâtiments de la rade12. Le 30 décembre 1792, les forces royalistes se dispersent sans combattre lorsqu’elles voient les troupes républicaines s’approcher de leurs positions. Le 4 janvier 1793, Basse-Terre arbore le pavillon tricolore. Le 9, le gouverneur d’Arrot et les royalistes évacuent cette ville et émigrent13. Le 13 janvier 1793, l’Assemblée coloniale royaliste tient sa dernière séance. La Contre-Révolution est vaincue à la Guadeloupe sans que le sang soit versé. La propagande républicaine en direction des citoyens de couleur ébranle leur alliance stratégique avec le parti aristocratique. La République triomphe aux Petites Antilles car elle a su s’adapter à la situation locale en s’alliant aux Petits Blancs et libres de couleur, tout en maintenant l’esclavage.

  • 14 Auguste Lacour, Histoire de la Guadeloupe, Basse-Terre, 1857,t. II, p. 131.
  • 15 AN C7A 46, fol. 181. Copie d’une lettre de Jason, caporal de la compagnie de Chancelet de Pointe-à (...)
  • 16 AN DXXV 124, Dossier 984, Pièce 2. Lettre de Lacrosse aux citoyens habitans de la Guadeloupe, du 9 (...)
  • 17 AN DXXV 127, Dossier 1002, Pièce 1. Extrait du registre des délibérations de la Commission général (...)

7Le 5 janvier 1793, Lacrosse, revêtu d’un bonnet rouge, débarque à Pointe-à-Pitre et embrasse un nègre14. Ce geste symbolise l’entrée des libres de couleur et de la Guadeloupe dans la République. Lacrosse est bien accueilli par les citoyens de couleur qui lui adressent un beau discours dans lequel leur rapide assimilation du vocabulaire républicain est perceptible15. Dès le 9 janvier 1793, Lacrosse convoque les assemblées primaires pour le 20, pour désigner de nouveaux députés à l’Assemblée coloniale16. Lors de sa première réunion, l’Assemblée arrête que la représentation s’effectue à raison d’un député pour 50 citoyens. Sont électeurs et éligibles tous les citoyens ayant 21 ans accomplis et ayant une résidence d’une année révolue dans le lieu d’élection17. Pour la première fois, tous les hommes libres de la Guadeloupe qu’ils soient de couleur ou non sont citoyens. Le corps électoral se trouve donc doublé. Le doublement du nombre de citoyens actifs s’effectue en faveur des citoyens blancs non actifs et des gens de couleur libres. L’électorat est socialement plus populaire. Cependant la colonie est encore loin de connaître le suffrage universel. Elle compte un peu plus de 6 000 citoyens pour plus de 100 000 habitants. Comme à l’époque de l’Athènes antique, femmes, enfants, esclaves sont écartés de la citoyenneté. Quelques procès-verbaux d’assemblées primaires permettent de saisir la composition sociale et la couleur des électeurs.

  • 18 Nous estimons autour de 135, le nombre de députés élus car il y a en 1794, 126 pour 24 des 28 paro (...)
  • 19 Sur la période 1793-1794, 296 députés siègent à la commission ce qui implique des remplacements.
  • 20 Ils sont peut-être plus de 47 car des doutes subsistent sur la couleur de certains, lesquels porte (...)
  • 21 AN DXXY 121, Dossier 953, Pièce 83. Lettre du Comité de surveillance de Pointe-à-Pitre, le 11 juil (...)
  • 22 AN DXXV 129, Dossier 1008, Pièce 15. Extrait des registres de délibération de la Commission généra (...)

8Le 24 janvier 1793, l’assemblée, ainsi élue, prend le nom de Commission générale et extraordinaire. Cette institution est l’héritière de l’assemblée coloniale sur son principe mais avec des modes de désignation républicains. La commission est composée de 130 à 140 des membres18. À peine la moitié de ses membres assistent régulièrement aux séances19. Au début de 1794, la représentation coloniale est encore modifiée et prend le nom d’Assemblée organisatrice provisoire administrative. Au moins 47 des 296 représentants successifs de la colonie sont citoyens de couleur20. Cette institution est particulière à l’organisation des colonies. Toutefois, les institutions républicaines voyagent et s’adaptent aux colonies comme les Comités de surveillance ou le Tribunal révolutionnaire. Aussi, en avril 1793, des comités de surveillance sont-ils établis dans chaque municipalité. L’esclave a la possibilité d’y dénoncer les complots ou dépôts d’armes contre la République, afin de bénéficier de l’« affranchissement civique ». Le 28 juillet, le comité de surveillance de Pointe-à-Pitre requiert l’autorité municipale d’expédier trente dragons pour se porter vers les habitations Dothémare, Belleplaine, Boisripeaux et Picou Delisle, à l’effet de faire rentrer dans leur devoir et dans leurs ateliers respectifs des nègres « divaguants » et de faire entretenir autour de ces habitations une force armée suffisante pour réprimer et contenir ces esclaves qui paraissent être mis en état d’insurrection par des instigateurs royalistes21. Les républicains conservent leurs réflexes de maîtres à l’égard des esclaves. Ils essaient de les contenir par la répression. Les institutions révolutionnaires voyagent et s’adaptent au contexte esclavagiste. Le 24 mai 1793, un arrêté réglemente les pouvoirs des comités de surveillance des municipalités. Ils sont composés d’un tiers du total des membres du conseil général de la commune. Les membres de ce comité sont remplacés par moitié tous les mois. Ce comité est chargé de « pourvoir à la sécurité et à la tranquillité publique, et de déjouer tous les complots attentatoires à la liberté générale et individuelle ». Rien ne doit lui échapper. Il reçoit les dénonciations signées des délateurs. Il peut entendre les prévenus, les arrêter et ordonner la mise en place de patrouilles22.

  • 23 Anne Perotin-Dumon, Être patriote sous les Tropiques, la Guadeloupe, la colonisation et la Révolut (...)
  • 24 AN C7A 46, fol. 138. Extrait du registre des délibérations de la Commission générale et extraordin (...)

9En avril 1793, imitant le modèle parisien, la Commission générale et extraordinaire fonde en son sein un Comité de sûreté générale. Il est formé de quelques députés. Ce comité a été créé pour régler le problème du massacre de Trois-Rivières. Chargé au départ de faire une enquête sur les circonstances de cette révolte d’esclaves, ce nouvel organe coordonne l’action des comités de surveillance des municipalités. Ces derniers lui rendent compte du degré de civisme de la paroisse et des suspects dont l’arrestation est préconisée, de l’activité déployée pour faire respecter la tranquillité publique, de l’exécution des mandats d’arrêt, du transport des détenus entre les prisons des villes et les geôles des bourgs. Il instruit les dénonciations et autorise les comités de surveillance des municipalités à donner suite. Il requiert la force armée, lance des mandats d’arrêts et traduit les suspects devant le tribunal criminel23. La liaison étroite entre le Comité de sûreté et les comités de surveillance explique le succès du contrôle révolutionnaire qui parvient à contenir tous les mouvements d’opposition. Le 18 mai 1793, un tribunal révolutionnaire est établi pour juger les nombreux esclaves détenus à la geôle de Basse-Terre, accusés d’avoir été les instruments des contre-révolutionnaires24.

  • 25 Il est fait mention d’une Société des amis de la Constitution à Marie-Galante en juillet 1791 dans (...)

10Si les institutions républicaines sont transférées de la France vers la Guadeloupe, les pratiques républicaines aussi. Les sociétés populaires se multiplient à la suite de la proclamation de la République. Elles sont au nombre de huit et se sont établies dans les deux principales villes et les bourgs les plus importants (tableau 125). La république et ses institutions ont concrètement traversé l’Atlantique pour venir s’acclimater à la Révolution des îles tropicales.

Nom de la société populaire

Localisation

Mention dans les sources

Source

Société populaire de Sainte-Anne

Sainte-Anne

23 avril 1793

AN DXXV 121, dossier 954, pièce 30

Société des amis de la Convention

Sainte-Rose

8 juin 1793

AN DXXV 124, dossier 985, pièce 2

Société des frères unis du Lamentin le Ferme

Lamentin

8 juin 1793

AN DXXV 124, dossier 985, pièce 2

Société des amis de l’Égalité

Pointe-à-Pitre

17 août 1793

AN DXXV 129, dossier 1008, pièce 32

Société patriotique des vrais républicains de Saint François

Saint-François

30 août 1793

AN DXXV 127, dossier 1003, pièce 44

Société révolutionnaire des amis de la République

Port-Louis

1793

AN DXXV 127, dossier 1003, pièce 106

Société républicaine du Moule

Le Moule

29 juillet 1793

AN DXXV 123, dossier 975, pièce 153

Société des amis de la République française

Basse-Terre

29 octobre 1793

AN DXXV 129, dossier 1009, pièce 19

Tableau 1.– Sociétés populaires formées en Guadeloupe.

  • 26 AN DXXV 123, Dossier 974, Pièce 130. Société des amis de la République française séante à la Basse (...)
  • 27 AN DXXV 125, Dossier 991, Pièce 12. Mémoire de la municipalité de Basse-Terre du 12 pluviôse an II (...)
  • 28 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 9. Pétition des patriotes, citoyens de couleur, déportés par les A (...)

11Les citoyens participent activement aux sociétés populaires. Lors d’une séance de la Société des amis de la République française à la Basse-Terre, 29 octobre 1793, il y a 153 présents dont au moins 26 sont de couleur. Le 23 octobre 1793, un citoyen de couleur de Pointe-à-Pitre, Louis Cabanis, « fait l’offre d’une rame de papier, afin d’avoir des exemplaires de la constitution française, pour les distribuer aux enfants dont l’éducation lui est confiée26 ». La République a bientôt son martyr. Raymond Coudaire, député des Abymes à la Commission et soutien de Guillermin, un des chefs des sans-culottes, jure sur son pistolet de mourir pour la défense de la liberté et de l’égalité des hommes de couleur. Raillé par un blanc modéré appelé Ducomet, Coudaire réclame réparation en duel. Ce dernier a lieu le 5 décembre 1793, devant 300 à 400 personnes. Coudaire a pour témoin un autre député de couleur, Louison. Lors du duel au pistolet, Ducomet est blessé à la cuisse, mais parvient à tuer Coudaire27. La stupeur est grande dans la population de couleur car le vaincu, héros de sa caste, laisse aussi des enfants en bas âge dans l’esclavage28. La Commission se réunit. Le député Partarrieu propose de construire sur la tombe du défunt une pyramide avec l’inscription :

  • 29 AN DXXV 124, Dossier 985, Pièce 16. Précis historique du journal de Collot et des événements des 2 (...)

« AU GÉNIE DE L’ÉGALITÉ
RAYMOND COUDAIRE
DÉPUTÉ DU PEUPLE DE LAPOINTE-À-PITRE
MARTYR DE SON OPINION ET DE L’ÉGALITÉ
À Basse-Terre, le 5 décembre 1793, l’an 2 de la république française29. »

  • 30 AN DXXV 124, Dossier 985, Pièce 18. Registres des délibérations de la Commission générale et extra (...)
  • 31 AN DXXV 123, Dossier 974, Pièce 139. Extrait du registre des délibérations du Corps représentatif (...)

12Le 11 décembre 1793, la Commission accepte de prendre en charge les funérailles de Coudaire. Elle ordonne également de faire un tableau représentant ce dernier à côté du buste de Brutus30. Les funérailles de Raymond Coudaire le 19 décembre 1793 attirent une foule immense et se font en présence des troupes et du gouverneur Collot à Pointe-à-Pitre31. Elles sont le seul exemple d’obsèques officielles et républicaines pour un citoyen de couleur.

13La République a donc voyagé de la France vers les colonies comme la Guadeloupe. Son vocabulaire, ses pratiques ont été adoptés en fonction de la situation particulière. Si la République a supprimé le préjugé de couleur, elle a maintenu l’esclavage. Comités de surveillance, Comité de sûreté générale et Tribunal révolutionnaire participent au contrôle et à la répression des mouvements serviles. C’est donc une acculturation politique partielle qui tient compte du contexte esclavagiste. Un périple manqué ou un voyage à moitié réussi ?

Être républicain sous les Tropiques

  • 32 Frédéric Régent, La France et ses esclaves, de la colonisation à l’abolition (1620-1848), Paris, G (...)

14En avril 1794, les Britanniques soutenus par des planteurs royalistes s’emparent facilement de la Guadeloupe. Cette défaite des Républicains s’effectue alors que la colonie est touchée par une fracture entre les modérés du gouverneur Collot et les sans-culottes auxquels appartient Gerlain. Les sans-culottes accusent Collot d’être un Brissotin et tentent de le destituer. Trois mois plus tard, les troupes républicaines de Victor Hugues débarquent dans l’île et commencent sa reconquête32. Les angloroyalistes décident alors de déporter les républicains qu’ils ont fait prisonniers en avril 1794. C’est ainsi que commence le récit de Gerlain :

  • 33 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, Paris le 9 vendémi (...)

« Le 15 prairial [3 juin 1794], nous apprîmes dans les prisons, l’arrivée des forces républicaines à la Grande-Terre et leurs premiers succès. Ces nouvelles firent rassembler tous les contre-révolutionnaires à la Basse-Terre et la garde de la ville leur fut confiée. Dès le 16 au soir, nous fumes avertis que ces monstres se proposaient d’égorger les prisonniers. Le 17, le commandant anglais nous fit transférer de la geôle au fort St Charles, où étaient déjà depuis longtemps d’autres prisonniers.
Depuis le jour de la prise des forts, déjà plusieurs embarquements des prisonniers et déportés avaient été faits. Nous restions environ 600, de toutes espèces, tant dans le fort qu’à bord des navires sur rade, dont une vingtaine étions destinés aux horreurs de la potence, déjà les cordes étaient achetées ; J’étais une de ces victimes ; les succès des Républicains et vraisemblablement la crainte d’un soulèvement de notre part, déterminèrent nos bourreaux à nous faire embarquer précipitamment, et le 20 prairial [8 juin 1794] à quatre heures après midy, environ 200 hommes armés parmi lesquels nous reconnûmes quelques individus que nous avions honte d’appeler français, vinrent nous prendre dans le fort et nous conduisirent à la porte de fer où nous fûmes embarqués sur trois navires de transport anglais, ayant des capitaines et équipages de cette nation : en même temps que nous arrivâmes à bord, les ancres furent levées et les voiles appareillées, et nous partîmes sous l’escorte de la corvette La Vengeance : nous fumes placés dans ces trois navires pêle-mêle, déportés, criminels, forçats, nègres marrons et autres.
C’est de ce moment que je commence mon journal qui est à peu près celui des 380 hommes que j’ai eu le bonheur de sauver avec moi33. »

15Comme l’indique Gerlain, ces déportés républicains sont à la fois des citoyens blancs et de couleur, ainsi que des esclaves. Tous sont embarqués car réputés républicains par les anglo-royalistes. Être républicain sous les tropiques, au-delà de tout choix idéologique, c’est d’abord être un adversaire des anglo-royalistes et de la plantocratie sucrière. Ces Républicains des Tropiques sont des acteurs nouveaux de la vie politique qui contestent les élites aristocratiques traditionnelles des colonies.

  • 34 AN DXXV 122, Dossier 971, Pièce 62. Lettre sans auteur aux citoyens Dupuch et Lion de Brest du 21 (...)
  • 35 AN DXXV 125, Dossier 993, Pièce 11. Liste des déportés à bord de l’Adolphe.
  • 36 Le bataillon indemnisé avait été fondé en avril-mai 1793. Le recrutement des volontaires de ce bat (...)
  • 37 AN DXXV 125, Dossier 993, Pièce 11. Liste des déportés à bord de l’Adolphe. Ce navire est aussi ap (...)
  • 38 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 9. Pétition des patriotes, citoyens de couleur, déportés par les A (...)

16Qui sont réellement ces républicains des tropiques ? Des listes des déportés nous permettent de mieux appréhender ce que sont ces hommes. Environ 1 250 Républicains modérés ou sans-culottes sont déportés par les Britanniques. Cinq navires sont affrétés pour la traversée de l’Atlantique34. Après avoir été détournés, les cinq navires (la Favorite, le Fister, le James, l’Adolphe et l’Aigle) arrivent dans les ports de Brest, de Rochefort et de Lorient. Le récit de voyage de Gerlain évoque les 380 prisonniers qui sont à bord du Fister et du James. Ce groupe de prisonniers, selon Gerlain, est formé de « déportés, criminels, forçats, nègres marrons et autres ». Sur la liste des 190 déportés de l’Adolphe, nous comptons 9 femmes et quelques enfants35. Il s’agit donc essentiellement d’hommes. Les âges, lorsqu’ils sont mentionnés, varient de 14 à 56 ans. Ils ont en moyenne 24 ans. Parmi ces hommes, il y a des citoyens blancs, de couleur et des esclaves, dont certains du bataillon indemnisé36. Le statut juridique et la couleur des individus étant rarement mentionnés, il est difficile de connaître la répartition exacte des personnes selon ces critères. Ce seraient dans leur presque totalité des hommes de couleur selon l’un d’eux, le charpentier Dieudonné37. Ce témoin exagère sans doute, mais les citoyens de couleur semblent être les plus nombreux. D’ailleurs, une fois arrivés à Rochefort, ils n’hésiteront pas à rédiger une pétition propre à leur classe de couleur38. Il y a un nombre significatif de Blancs et assez peu d’esclaves. L’étude de différentes listes de déportés nous donne des renseignements sur les professions exercées par 95 de ceux qui sont nés dans les colonies (tableau 2). Il s’agit ici à la fois de Blancs et de gens de couleur.

  • 39 Ce tableau a été construit à partir des trois listes de déportés qui suivent. AN DXXV 125, Dossier (...)

Tableau 2.– Métiers des déportés nés dans les colonies (créoles blancs ou de couleur39).

  • 40 Sur les 367 sucreries que compte la colonie en 1790, 288 ont été confisquées (AN C7A 49, fol. 122- (...)

17La majorité (59 %) des déportés républicains nés aux Antilles exercent des activités artisanales dans les domaines de la mode, du bâtiment, de la transformation des denrées coloniales. Les plus aisés d’entre eux sont propriétaires d’esclaves. Ensuite, viennent les habitants, c’est-à-dire des propriétaires d’habitation. Cette dernière est synonyme de plantation dans les colonies françaises. L’habitation est une exploitation agricole comprenant son fonds de terre, ses bâtiments et ses esclaves et son bétail. Les habitants déportés sont tous des propriétaires d’habitation de cultures secondaires (café, coton, vivres), c’est-à-dire de petits et moyens propriétaires. Les grands propriétaires d’habitations-sucreries sont dans leur quasi-totalité dans le camp royaliste. D’ailleurs, la très grande majorité (78 %40) d’entre eux émigrent et voient leurs biens confisqués, lors de la reconquête républicaine effectuée par Victor Hugues à partir de juin 1794. Pour finir, les déportés sont également dans une moindre mesure pêcheurs ou travaillant dans l’alimentation (14 %). Le relevé des professions correspond à celle exercée par les citoyens de couleur. La grande majorité des hommes exercent des professions urbaines. Cela correspond au fait républicain qui est essentiellement un processus urbain en Guadeloupe. Lorsque l’information est donnée, 17 de ces hommes savent signer, 16 ne le savent pas. Les Blancs créoles qui ont choisi le camp de la République sont plutôt des citadins exerçant des métiers artisanaux, des professions libérales (hommes de lois), des petits commerçants, mais aussi des moyens et petits propriétaires. Toutefois, les Blancs qui ont choisi la République sont majoritairement des Petits Blancs. Ce sont essentiellement des hommes pauvres nés en France exerçant les métiers de la mer et fréquemment qualifiés d’aventuriers ou de gens sans aveu dans les colonies. Le tableau 3 révèle la sociologie de ce groupe.

Marin

25

Perruquier

2

Matelot

10

Tailleur d’habits

1

Mousse, novice

9

Cordonnier

1

Navigateur

2

Orfèvre

1

Timonier

2

Maître d’équipage

1

Charpentier de marine

1

Calfat

1

1) Métier de la mer (62 %)

51

4) Métiers de la mode (6 %)

5

Charpentier

7

Habitant

2

Maître charpentier

2

Laboureur

1

Apprenti tailleur de pierre

1

Jardinier

1

Maçon

1

Menuisier

1

2) Bâtiment (15 %)

12

5) Agriculture (5 %)

4

Cuisinier

5

Tonnelier

3

Boulanger

1

Marchand de vin

1

3) Alimentation (8 %)

7

Métiers liés aux denrées coloniales (4 %)

3

Tableau 3.– Métiers des déportés nés en Europe à bord de l’Adolphe

18Exceptés ceux qui travaillent à leur compte comme les maîtres charpentiers ou les habitants, nous pouvons considérer que tous les autres appartiennent à la catégorie des Petits Blancs. La très grande majorité d’entre eux sont des marins, puis viennent des ouvriers artisans. Certains n’ont pas de profession mentionnée, mais leur parcours montre qu’ils se sont embarqués sur un navire, parfois de traite négrière et ont séjourné de quelques mois à quelques années aux Antilles avant d’être déportés. Le tableau 3 nous permet donc de dresser le contour social des Petits Blancs. Il se différencie très largement de celui des créoles. En Guadeloupe, les Petits Blancs choisissent l’option de la République d’abord pour des considérations sociales.

  • 41 AN DXXV 128, Dossier 1007, Pièce 22. Profession de foi des nouveaux citoyens républicains de la Ba (...)

19Les gens de couleur libres ont majoritairement choisi la République. Il faut toutefois distinguer ceux des villes de ceux des campagnes. Beaucoup de libres de couleur des campagnes, le plus souvent enfants naturels de grands propriétaires sucriers ont obéi à une logique de clientèle et de parenté et suivis le choix politique de leurs protecteurs et parents. Ce choix de la République est surtout le fait des libres de couleur des villes. Peu de temps après la proclamation de la République, les citoyens de couleur des deux paroisses de la ville de Basse-Terre se réunissent à quatre heure du matin, sans armes, le 15 février 1793. Ils délibèrent afin de dissiper « les doutes & anxiétés qui paroissent depuis quelques tems agiter les paroisses, à l’égard de leur commune opinion & de leur conduite passée, dans les circonstances présentes, doutes injustes autant qu’injurieux aux vrais républicains, bons & fidèles ». Ils affirment que seul « quelques individus […] ont pris les armes & marché contre le respectable pavillon tricolor, qui est l’emblème de notre égalité ». Cet imprimé est signé par 122 citoyens de couleur, lesquels promettent de « vivre libre ou mourir » pour la République41. Ils participent activement à la vie politique de l’île.

  • 42 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 9. Pétition des patriotes, citoyens de couleur, déportés par les A (...)

20Lors de l’attaque britannique, en avril 1794, ils sont les plus enclins à défendre la Guadeloupe contre l’offensive anglo-royaliste, comme en témoigne cette pétition adressée par des « patriotes, citoyens de couleur, déportés par les Anglais et débarqués à Rochefort » à la Convention nationale, à la fin de 179442. Nous reproduisons ici un extrait de cette pétition :

  • 43 Les termes mis en italiques le sont dans le texte original.

« Organes de nos frères de couleur déportés de la Guadeloupe, nous venons offrir à la Convention nationale l’hommage de leur respectueux dévouement et de leur reconnaissance : nous venons en leur nom bénir ses travaux et la bienfaisante philanthropie qui, malgré les rugissemens de l’avarice commerciale et le fer des assassins, vous a porté à venger l’humanité des longs outrages qu’elle avoit reçus par le trafic des peuples de l’Afrique. Élevés par vous à la dignité de citoyens Français, arrachés à l’intolérable supplice de la servitude, nos infortunés parens respirent enfin l’air des hommes libres, leurs chaînes sont brisées ; la faim, la nudité, les travaux forcés, prolongés jusques dans les heures consacrées au repos, n’abrégeront plus leurs tristes destinées ; le fouet déchirant du féroce planteur n’engraissera plus son champ du sang de leurs membres mis en lambeaux ; des souterrains infects, des fours brûlans ne s’ouvriront plus pour engloutir vivans des hommes dont on calculoit froidement les tourmens. […] Cruels ennemis de notre liberté, vous n’avez, en provoquant cette flétrissante capitulation, fait d’autre calcul que celui de vos richesses ! vous vous flattez de les conserver paisiblement au milieu de la caste scélérate de ses grands planteurs que vous n’avez cessé de protéger, et vous n’avez compté pour rien le sort réservé aux hommes de couleur : ignorez-vous que nos barbares ennemis en avoient vendu plusieurs à la Martinique, et qu’ils devoient nous faire expier chèrement le crime d’avoir osé nous dire vos égaux ? Quel droit aviez-vous de nous livrer à eux et de disposer ainsi de notre vie et de notre honneur43 ? »

21Ce document est signé par Joachim, Louis, Pierre Gay dit Prévot, mentionné comme ci-devant capitaine d’un corsaire de la République, Guillermin, Hypolite Debort et Maillard, commissaires extraordinaires des citoyens de couleur déportés à Rochefort. Ces hommes sont à bord du James et du Fister, les deux navires dont nous étudions le voyage. Dans cette pétition, il faut noter le ralliement des citoyens de couleur, dont certains sont propriétaires d’esclaves, à la cause de l’abolition de l’esclavage. Ils accusent d’ailleurs Bovis, membre de la Commission générale et extraordinaire, d’avoir fait supprimer les mots « mais il ne peut se vendre ni être vendu, sa personne n’est pas une propriété aliénable », lors de la publication de la constitution de 1793 en Guadeloupe. En effet, cette phrase pourrait être interprétée comme une décision d’abolition de l’esclavage. Ces citoyens de couleur s’affirment comme les seuls républicains et auraient menacé de fusiller tous ceux qui voulaient capituler face aux anglo-royalistes.

22À bord des navires se trouvent également des esclaves déportés des colonies. L’existence d’esclaves républicains à un moment où la République n’a pas encore aboli l’esclavage en Guadeloupe peut paraître étonnante. Pourtant le discours républicain semble avoir sensibilisé certains esclaves comme l’illustre l’événement qui suit. Dans la nuit du samedi 20 au dimanche 21 avril 1793, une bande d’esclaves assassinent 19 Blancs de la faction royaliste à Trois-Rivières. Les assassins se dirigent vers Basse-Terre et sont reçus avec bienveillance par les républicains. Environ 200 esclaves participent au massacre. Un journal rapporte les propos tenus par les esclaves lorsqu’ils rencontrent les forces républicaines :

  • 44 AN C7A 47, fol. 124. Journal républicain de la Guadeloupe, no XIII, 24 avril 1793.

« Un des esclaves prend la parole & demande si nous sommes des citoyens, des patriotes ; on répond qu’oui : en ce cas, dit-il, nous sommes amis, nous venons à votre secours, & n’en voulons qu’aux aristocrates qui veulent vous faire égorger. Nous n’avons point de mauvaises intentions ; nous voulons combattre pour la république, la loi, la patrie, l’ordre. (Ce sont leurs propres expressions44). »

23Conduits par la garde nationale à Basse-Terre,

  • 45 Ibid.

« dans la route, les cris de vive la république furent répétés plusieurs fois par les esclaves. Arrivés devant l’arsenal, l’adjudant général en fit ouvrir les portes, & toute la troupe entra dans la cour. Les gardes citoyennes s’emparèrent aussi-tôt de toutes les avenues, avec la consigne de ne laisser entrer ni sortir aucun esclave. Tous les insurgés furent désarmés, quelque tems après, sans aucune observation ni la moindre résistance de leur part45 ».

24Un autre témoignage est encore plus précis sur l’adhésion à l’idée républicaine

  • 46 AN DXXV 125, Dossier 992, Pièce 17. Lettre de Ribaut, à bord du transport no 12 (l’Adolphe), le 27 (...)

« de nègres mal armés qui nous dirent que leurs maîtres voulloient les faire marcher contre la ville pour exterminer les patriotes, leurs femmes et leurs enfants, mais qu’eux voullant être pour la république, ils avaient tué leurs maîtres et leurs maîtresses, & après ce rapport crièrent vive la République46 ».

  • 47 Laurent Dubois, Les Esclaves de la République, Paris, Calmann-Lévy, 1998, p. 129.

25La motivation des esclaves n’est pas seulement de sauver la République, c’est aussi et surtout d’obtenir d’elle l’affranchissement. En effet, l’action de prendre les armes pour la colonie a toujours permis aux esclaves d’obtenir la liberté. Laurent Dubois a montré qu’à partir de leur observation des conflits politiques, les insurgés de Trois-Rivières ont fait le calcul de se rendre aux autorités républicaines plutôt que de s’enfuir dans les montagnes. Ils ont parfaitement apprécié la situation en estimant qu’en s’attaquant aux royalistes, ils recevraient un bon accueil des républicains47. Les autorités coloniales se méfient de ces esclaves et décident de les interner au fort Saint-Charles à Basse-Terre. Les républicains des colonies craignent que d’autres esclaves agissent comme ceux de Trois-Rivières. Les autorités coloniales refusent, toutefois de punir ces esclaves qui jouissent d’une forme de liberté surveillée.

  • 48 V. Collot, Précis des événemens qui se sont passés à la Guadeloupe, Philadelphie, 1795, p. 23.

26L’attachement des Républicains de la Guadeloupe à l’esclavage s’explique par le fait qu’un nombre significatif d’entre eux sont propriétaires d’esclaves. Lorsque le gouverneur de la Guadeloupe veut créer un bataillon formé de soldats esclaves, il est confronté à l’hostilité des Républicains. Le recrutement se fait difficilement du fait de l’hostilité des propriétaires d’esclaves qui n’envoient que les infirmes ou des hommes recevant des consignes de ne pas combattre selon le gouverneur48. Parmi les déportés présents sur les bâtiments, nous retrouvons de ces soldats esclaves ainsi que des insurgés de Trois-Rivières.

La Navy détournée par les Républicains

27Le voyage des déportés, embarqués sur cinq navires, commence le 8 juin 1794. Gerlain nous fait le récit de l’épopée de ceux qui sont à bord du James et du Fister. Gerlain, comme la pratique du journal de bord le voulait, consigne chaque jour la position des deux navires et les événements du bord. Le convoi est d’abord composé de trois navires de transport, le Fister, no42, dont le capitaine est Mac Ferlane, le James, no 34, avec pour capitaine Persick, et un autre dont Gerlain ignore le nom et qui est le transport no 37. Ces trois navires sont sous l’escorte de la corvette anglaise la Vengeance. Le 12 juin, la Vengeance cesse d’accompagner le convoi. Le 19 juin 1794, les déportés républicains du navire no 37 se révoltent et prennent le contrôle de leur navire. Ils font descendre du grand mât le pavillon anglais renversé. Ils indiquent aux déportés du James et du Fister qu’ils souhaitent se rendre à Baltimore. Gerlain tente de les dissuader mais n’y parvient pas. Entre-temps, sur le Fister, les déportés se préparent à se révolter. Dans un premier temps, ils font l’état de leurs forces et de leurs capacités à prendre le contrôle du navire. Le témoignage de Gerlain nous éclaire sur les qualités de marins des déportés :

  • 49 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, Paris le 9 vendémi (...)

« Nous trouvâmes quelques uns en état de manœuvrer au besoin, mais très peu en état de diriger les opérations ; Gay dit Prévot et surnommé Cadet, ayant navigué anciennement comme quartier maître sur les bâtiments de l’État et ayant depuis commandé pour le cabotage dans les colonies, était en état de diriger la manœuvre et savait à peu près se servir d’un instrument pour observer, […] quelques marins savaient gouverner et nous pouvions compter sur eux ; quelques jeunes citoyens, sans être marins avaient assez de bonne volonté pour monter sur les vergues ; tous pouvaient servir de leurs bras les manœuvres basses en les leur montrant ; un peu de mathématiques, quelques voyages faits précédemment ou par anciennement. J’avais cherché à joindre la pratique à la théorie, mon caisson d’instruments sauvé du naufrage, me rendait le plus susceptible de servir et de diriger à l’occasion la partie hydrographique49. »

  • 50 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 9. Pétition des patriotes, citoyens de couleur, déportés par les A (...)

28Parmi les déportés se trouve donc Pierre Gay dit Prévot, surnommé Cadet, mentionné comme capitaine corsaire et homme de couleur dans un autre document50. Le témoignage de Gerlain éclaire sur les qualités et les défauts de ce marin :

  • 51 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, Paris le 9 vendémi (...)

« Ce jour à midy, Cadet qui avait voulu observer et à qui je n’avais pu le refuser, me donna pour hauteur 20° 6’ayant vérifié son instrument, je reconnus qu’il avait pris le dessus du marteau de rayon pour la ligne de rayon qui est au centre de ce marteau ce qui le mettait en erreur de 1o 36’. Je me tus pour ne pas l’indisposer, me chargeant à part moi de rectifier chaque jour cette erreur, qui une fois commise ne pouvait être préjudiciable ; il s’était flatté envers nos compagnons d’infortune de savoir, il était le seul qui put me seconder, dévoiler son ignorance eût peut-être fait naître la mésintelligence entre nous ou éveiller l’esprit de parti, nous en eussions tous soufferts. Je me tus et je crois avoir bien fait : aujourd’huy, je crois hommage à la vérité et j’avoue franchement qu’à ce deffaut près, Cadet a réellement contribué plus que qui que ce soit à notre arrivée en France et que s’il n’est pas hauturier, il est vraiment marin et manœuvrier51. »

29Les capitaines corsaires de la mer des Antilles sont généralement des marins issus du cabotage qui naviguent à la vue des côtes et connaissent assez peu la navigation hauturière. Pierre Gay dit Prévot s’est donc formé par la pratique du cabotage. Ses connaissances théoriques sont limitées. Il est l’illustration d’une forme de culture vagabonde.

30Gerlain qui est à bord du James entre en contact avec les déportés du Fister et leur fait part de leur résolution de se rendre maître de leur navire. Les Républicains des deux navires décident d’agir de concert. De plus, les Républicains ont une raison supplémentaire de se révolter : la mauvaise nourriture. Ainsi, Gerlain évoque les mauvaises conditions d’alimentation des déportés :

« Depuis le départ, nous étions rationnés à 4 livres de biscuits poids anglais, pour six hommes par jour, et pareille quantité de viande tous les deux jours ; la mauvaise qualité de ce biscuit, dont grande partie était poury, ou en poussière et le besoin des estomacs nous formèrent à demander au capitaine que la ration de biscuit fut augmentée d’une livre par jour pour six hommes. »

31Cette mauvaise alimentation a pu être aussi un élément déclencheur de la révolte.

32Dans la nuit du 17 au 18 juillet 1794, quarante jours après le départ, les déportés républicains prennent le contrôle des navires. Gerlain raconte la prise de possession du James :

  • 52 Ibid.

« Nous fîmes nos dispositions, nous doublâmes les quarts de nuit, j’avais celui de minuit à 4 heures, il fut convenu qu’en quittant ce quart, je m’emparerais du navire et pour cet effet, nous chargeâmes Joseph Simon, homme de résolution, de choisir sans bruit 40 hommes et de se tenir prêt à me seconder.
Depuis midy jusqu’à deux heures du mati, la route se fit à l’E 1/4 N E, à deux heures je m’apperçus que le timonier qui venait de prendre poste changeait et partait d’abord à l’E N E et suivant cette déviation allait jusqu’au N E ; je lui en demandai la raison, il me dit que le second le lui avait ordonné. J’en parlait au second qui me dit que c’était l’ordre du capitaine. Cette fourberie me fit précipiter mon mouvement. Simon était prêt. Je me jettai à la barre et j’en chassai le timonier. Le second voulut en vain s’y opposer et fit éveiller le capitaine : aussitôt 20 hommes des 40 de Simon s’emparèrent des coffres d’armes et le surplus resta auprès de moi. Le capitaine Persick, vint, jura, retourna dans sa chambre, revint, menaça.
Tout le monde était debout, il se faisait grand jour, il voulut nous persuader que son intention était d’aller à St-Malo et nous montra un chiffon de papier que lui avait donné le capitaine de la Vengeance, sans aucun caractère d’authenticité. Nous lui demandâmes ses expéditions parlementaires, il nous avoua n’en avoir aucune, en conséquence et d’après ce que nous savions de nos frères du Fister, que Mac Ferlane s’était flatté que s’il nous conduisait en Angleterre, il serait fait capitaine de frégatte. Il fut déclaré unanimement à Persick que nous voulions aller à Bordeaux, port de France le plus proche de nous, que moi et Cadet conduirions le navire et dirigerions la route, que six commissaires seraient nommés pour maintenir l’ordre et la police à bord, et que lui Persick et son équipage ne recevraient aucun mauvais traitement tant qu’ils ne cherchaient pas à troubler l’exécution de cette résolution.
Cet arrêté verbal fut aussitôt exécuté et en conséquence nous plaçâmes un timonier français à la barre. Nous fûmes portés vers le Fister et avisâmes nos frères de ce que nous avions fait et de la route que nous allions prendre. Ils répondirent par des cris de Vive la République et nous promirent de nous suivre52. »

33Le voyage devient une mutinerie. Le commandement des navires est désormais assuré de manière collégiale. Six commissaires sont nommés : Hypolite Debord, Verdelet, Daguin, Guillermin, Cabanis et Joseph Simon, à savoir trois citoyens de couleur et trois citoyens blancs. Les Républicains veillent à une stricte égalité entre les couleurs. La déportation se transforme alors en voyage initiatique d’un républicanisme en marche. De prisonniers, ils redeviennent à nouveau des militants démocrates. Les Républicains renversent la tyrannie du capitaine britannique Persick et s’inventent pour quelques jours une république de bois flottante. Le capitaine anglais, après la prise de contrôle du navire, interdit à son équipage de travailler. Le 25 juillet 1794, Persick revient sur sa décision et offre « de travailler et de faire travailler son équipage » sous la direction des Républicains. Le 31 juillet 1794, les deux navires sont arraisonnés par trois bâtiments de guerre français : la frégate la Médée, capitaine Papin, le lougre le Cerbère, capitaine Audebou et à la canonnière l’Isle Dieu, capitaine Bertaud. Un officier de ces navires de guerre monte à bord du James et est accueilli « aux cris de Vive la République ». Un officier de marine français et quelques matelots sont embarqués sur le James et le Fister et dirigent désormais les manœuvres au grand soulagement de Gerlain. Le 2 août 1794, les navires atterrissent à l’île d’Aix. Le voyage de ces républicains a duré en tout 55 jours, dont 16 sous le contrôle des Républicains.

Épilogue : la fin du voyage ou la République désenchantée

34Arrivés à l’île d’Aix, les Républicains des Tropiques sont laissés à bord. Le 6 août 1794, Gerlain et ses hommes se sentent « vraiment prisonniers », car les autorités portuaires leur interdisent toute communication avec la terre et les autres navires. Le 13 août 1794, Gerlain rédige une adresse à la société populaire de Rochefort pour demander des secours et pour connaître le sort qui est réservé à ces hommes. Il est intéressant de noter que ces républicains des Tropiques ont bien intégré les comportements de la démocratie militante. La société populaire de Rochefort envoie une députation. Celle-ci essuie le refus des autorités de Rochefort qui lui interdisent de se rendre à l’île d’Aix pour rencontrer les Républicains de la Guadeloupe. Cette attitude des autorités de Rochefort est liée au fait que Robespierre vient d’être chassé du pouvoir, les 27 et 28 juillet 1794. L’administration maritime essaie de savoir si ces Républicains des Tropiques sont des affidés de Robespierre. Le voyage rejoint l’histoire politique. Après avoir été victime de la Contre-Révolution, ces Républicains sont confrontés aux changements au sein de la Convention.

  • 53 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 17. Pétition de Gerlain à la Convention nationale, Paris, 3 brumai (...)
  • 54 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, Paris le 9 vendémi (...)

35Le 11 août 1794, Gerlain est débarqué du James et mis à la maison d’arrêt de Rochefort, « au pain et à l’eau ». Après l’intervention d’un délégué envoyé par le député de la Guadeloupe P. J. Lion, chargé des déportés, Gerlain est libéré, le 15 septembre 1794. Il reçoit un passeport et 300 livres. Selon ses mots, il s’achemine « vers le centre d’unité du peuple français53 » « pour fuir un lieu où j’avais vu à l’ordre du jour l’oubli de tous les principes de justice et d’humanité54 ». Le 28 septembre 1794, Gerlain arrive à Paris, « nud, manquant de tout » et sans bagage. Il déclare à ce sujet :

  • 55 Ibid.

« J’ai sçu depuis que ma malle avait été traitée aussy arbitrairement que mon individu, heureusement j’avai les dilapidateurs sous les yeux et j’espère qu’ils m’en rendront bon compte55. »

36Arrivé à Paris, Gerlain met en forme son journal pour justifier sa conduite en Guadeloupe et demander un emploi. Le 30 septembre, il en finit la rédaction et l’envoie à la Convention. Le 24 octobre 1794, il adresse une pétition à la Convention qui se finit par ces mots :

  • 56 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 17. Pétition de Gerlain à la Convention nationale, Paris, 3 brumai (...)

« Je prie la Convention Nationale, d’agréer l’hommage que je lui fais du journal de mon voyage et je réclame de l’équité des Pères de la patrie, justice pour le passé et pour l’avenir, un emploi qui puisse me mettre en état d’être encore de quelque utilité à la chose publique56. »

37Nous perdons ensuite la trace de Gerlain, mais pas de ses compagnons de déportation. Malgré la fin désenchantée de ce voyage républicain, certains déportés se rengagent, au sein du bataillon des Antilles, et repartent pour la Guadeloupe à la fin de 1794. Ces hommes participent ensuite à la reconquête de Sainte-Lucie en 1795. Faits prisonniers par les Britanniques lors de la reprise de l’île en 1796, ils sont alors menés dans les prisons anglaises, à Portsmouth notamment, où la plupart séjournent dix-huit mois avant de bénéficier, pour les survivants des bagnes flottants, d’un échange de prisonniers en 1797.

  • 57 Frédéric Régent, Esclavage, métissage, liberté, La Révolution française en Guadeloupe (1789-1802),(...)

38La République et les institutions républicaines ont voyagé vers les Antilles. Toutefois, les institutions s’adaptent au contexte colonial esclavagiste. Être républicain sous les tropiques, c’est être un citoyen blanc ou de couleur, favorable au maintien de l’esclavage. C’est être un petit planteur, un artisan, opposé aux grands propriétaires. C’est être aussi un esclave enrôlé par les Républicains. C’est aussi être un déporté, un proscrit. Les voyages forgent ces Républicains des Tropiques. En effet, l’embryon du républicanisme naît de ces proscrits qui voyagent de la Guadeloupe vers la Dominique en septembre 1792, puis font le voyage retour en janvier 1793. Ces Républicains voyagent une nouvelle fois en traversant l’Atlantique lors de leur déportation qui s’achève par la prise du contrôle des navires anglais. Le journal de Gerlain rend compte d’une véritable mise en pratique du voyage républicain, d’un voyageur formateur et fondateur. Ces hommes intègrent le vocabulaire et les pratiques républicaines transportés, transposés et adaptés au contexte tropical. Esclavagistes et Sans-culottes pendant la Convention montagnarde et avant l’abolition, ils deviennent abolitionnistes et Thermidoriens après la proclamation de la liberté générale et la chute de Robespierre. La République dans ces différentes formes s’impose à eux plus qu’ils ne la choisissent. Toutefois, le voyage républicain renforce cette option politique. Cette dernière est nourrie par un sentiment anti-anglais et anti-royaliste. Certains de ces hommes (on songe à Delgrès, déporté républicain de la Martinique en 1794) conservent un ancrage républicain qu’ils ne trahiront pas durant toute la Révolution, n’hésitant pas en 1802 à se soulever contre l’envoyé de Bonaparte aux cris de « Vivre libre ou mourir57 ! »

Notes

1 Archives nationales DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, de Melun, commissaire national au tribunal de district de la Basse-Terre, Guadeloupe, déporté de la ditte Ile par les Anglais et les contre-révolutionnaires coalisés, embarqué sur les navires de transport anglais le James et ayant conduit en France le dit navire et celui le Fister, chargés d’environ 380 déportés destinés pour les prisons d’Angleterre, Paris le 9 vendémiaire an III [30 septembre 1794].

2 AN DXXV 127, Dossier 1001, Pièce 20. Extrait des registres de délibération de l’assemblée générale coloniale séante à Pointe-à-Pitre, le 24 octobre 1791.

3 AN DXXV 124, Dossier 984, Pièce 32.

4 Bibliothèque historique de la ville de Paris. Le créole patriote, bulletin de Milscent créole, journal du soir, no 185, 22 décembre 1792. Ce journal rédigé par un blanc créole de Saint-Domingue relate la séance de la Convention du 22 décembre pendant laquelle est lue une lettre de d’Arot, datée du 11 octobre 1792, dans laquelle il écrit que 195 soldats du régiment du Forez ont été renvoyés pour insubordination. En fait il s’agit de patriotes.

5 AN DXXV 124, Dossier 983, Pièce 2. Cahier des archives de l’Assemblée générale coloniale de Guadeloupe. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la paroisse des Abymes du 29 septembre 1792. Liste des hommes de couleur libres « factieux, agitateurs, moteurs de troubles & gens sans aveu » de la paroisse des Abymes. À l’époque la paroisse Saint-Pierre et Saint-Paul des Abymes comprend Pointe-à-Pitre. Les hommes de couleur cités résident dans la ville.

6 AN AD XVIIIC 336, no 24. Rapport sur la validité de l’élection des députés de la Guadeloupe et de la Martinique le 28 octobre 1792.

7 AN C7A45, fol. 165-170. Lettre de Lacrosse au ministre de la Marine et des Colonies du 20 décembre de Castries (Sainte-Lucie). Il annonce que 2 000 patriotes sont réfugiés en Dominique.

8 AN C7A45, fol. 191. Lettre de Sérane, député de Marie-Galante, à Rochambeau écrite de Saint-Eustache le 9 novembre 1792.

9 AN C7A 45, fol. 162-164. Dernier moyen de conciliation entre la Mère patrie et les colonies révoltées adressé par le citoyen Lacrosse, capitaine de vaisseau de la République française commandant la frégate la Félicité, à tous les habitans, ses frères et ses amis, Roseau, 4 décembre 1792.

10 AN C7A 45, fol. 171-174. Lettre du citoyen Cadiot fils au citoyen Texier de Bordeaux, de Pointe-à-Pitre, le 20 décembre 1792.

11 Ce fort situé à Pointe-à-Pitre s’appelle successivement fort Louis, fort l’Union et fort de la Victoire.

12 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 10. Les patriotes déportés de la Guadeloupe par les Anglais aux membres de la Convention nationale composant la commission des colonies 25 brumaire an III.

13 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 10. Les patriotes déportés de la Guadeloupe par les Anglais aux membres de la Convention nationale composant la commission des colonies 25 brumaire an III.

14 Auguste Lacour, Histoire de la Guadeloupe, Basse-Terre, 1857,t. II, p. 131.

15 AN C7A 46, fol. 181. Copie d’une lettre de Jason, caporal de la compagnie de Chancelet de Pointe-à-Pitre le 8 janvier 1793. Il joint à sa lettre ce discours intitulé « Les citoyens de couleur de la Pointe-à-Pitre au citoyen Lacrosse ».

16 AN DXXV 124, Dossier 984, Pièce 2. Lettre de Lacrosse aux citoyens habitans de la Guadeloupe, du 9 janvier 1793.

17 AN DXXV 127, Dossier 1002, Pièce 1. Extrait du registre des délibérations de la Commission générale et extraordinaire, les 23, 24 et 25 janvier 1793.

18 Nous estimons autour de 135, le nombre de députés élus car il y a en 1794, 126 pour 24 des 28 paroisses de l’île. Marie-Galante et Saint-Martin, dépendances de la colonie n’envoient pas de députés.

19 Sur la période 1793-1794, 296 députés siègent à la commission ce qui implique des remplacements.

20 Ils sont peut-être plus de 47 car des doutes subsistent sur la couleur de certains, lesquels portent des patronymes utilisés à la fois par les Blancs et les hommes de couleur.

21 AN DXXY 121, Dossier 953, Pièce 83. Lettre du Comité de surveillance de Pointe-à-Pitre, le 11 juillet 1793. AN DXXY 121, Dossier 953, Pièce 66. Lettre du Comité de surveillance de Pointe-à-Pitre à la municipalité du même lieu, le 28 juillet 1793.

22 AN DXXV 129, Dossier 1008, Pièce 15. Extrait des registres de délibération de la Commission générale et extraordinaire séante à Basse-Terre le 24 mai 1793. Arrêté créant les comités de surveillance.

23 Anne Perotin-Dumon, Être patriote sous les Tropiques, la Guadeloupe, la colonisation et la Révolution, (1789-1794), Basse-Terre, Société d’histoire de la Guadeloupe, 1985, p. 187-188.

24 AN C7A 46, fol. 138. Extrait du registre des délibérations de la Commission générale et extraordinaire du 18 mai 1793 et arrêté sur l’organisation du tribunal. approuvé par Collot.

25 Il est fait mention d’une Société des amis de la Constitution à Marie-Galante en juillet 1791 dans AN DXXV 125, Dossier 992, Pièce 5.

26 AN DXXV 123, Dossier 974, Pièce 130. Société des amis de la République française séante à la Basse-Terre le 23 octobre 1793.

27 AN DXXV 125, Dossier 991, Pièce 12. Mémoire de la municipalité de Basse-Terre du 12 pluviôse an III à la commission des colonies signé Albert, Babut, Artaud.

28 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 9. Pétition des patriotes, citoyens de couleur, déportés par les Anglais et débarqués à Rochefort (1794).

29 AN DXXV 124, Dossier 985, Pièce 16. Précis historique du journal de Collot et des événements des 20 au 22 décembre 1793.

30 AN DXXV 124, Dossier 985, Pièce 18. Registres des délibérations de la Commission générale et extraordinaire le 11 décembre 1793 à Pointe-à-Pitre.

31 AN DXXV 123, Dossier 974, Pièce 139. Extrait du registre des délibérations du Corps représentatif révolutionnaire, séance du 19 nivôse an II (8 janvier 1794).

32 Frédéric Régent, La France et ses esclaves, de la colonisation à l’abolition (1620-1848), Paris, Grasset, 2007, p. 250-254.

33 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, Paris le 9 vendémiaire an III [30 septembre 1794].

34 AN DXXV 122, Dossier 971, Pièce 62. Lettre sans auteur aux citoyens Dupuch et Lion de Brest du 21 prairial an II [9 juin 1794].

35 AN DXXV 125, Dossier 993, Pièce 11. Liste des déportés à bord de l’Adolphe.

36 Le bataillon indemnisé avait été fondé en avril-mai 1793. Le recrutement des volontaires de ce bataillon s’effectue parmi les Blancs, les citoyens de couleur, mais aussi parmi les esclaves ayant l’autorisation de leur maître.

37 AN DXXV 125, Dossier 993, Pièce 11. Liste des déportés à bord de l’Adolphe. Ce navire est aussi appelé parlementaire no 12 dans les sources.

38 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 9. Pétition des patriotes, citoyens de couleur, déportés par les Anglais et débarqués à Rochefort (1794).

39 Ce tableau a été construit à partir des trois listes de déportés qui suivent. AN DXXV 125, Dossier 993, Pièce 1. Tableau des colons arrivés au Port de Lorient sur le parlementaire anglais, 7 messidor an II [25 juin 1794]. AN DXXV 125, Dossier 993, Pièce 10. Liste des déportés de la Guadeloupe arrivés à Brest sur le Parlementaire anglais no 13 l’Aigle. AN DXXV 125, Dossier 993, Pièce 11. Liste des déportés à bord de l’Adolphe.

40 Sur les 367 sucreries que compte la colonie en 1790, 288 ont été confisquées (AN C7A 49, fol. 122-124. Mémoire de Lion député de la Guadeloupe au Conseil des Cinq-Cents au ministre, s.d. [certainement à la fin de 1795].

41 AN DXXV 128, Dossier 1007, Pièce 22. Profession de foi des nouveaux citoyens républicains de la Basse-Terre le 15 février 1793.

42 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 9. Pétition des patriotes, citoyens de couleur, déportés par les Anglais et débarqués à Rochefort, après s’être rendus maîtres des transports no 34 et 42 par le 41e degré Nord de latitude (ce texte date certainement de la fin de 1794, imprimerie de Limbourg et Cie, rue des filles Thomas, no 88).

43 Les termes mis en italiques le sont dans le texte original.

44 AN C7A 47, fol. 124. Journal républicain de la Guadeloupe, no XIII, 24 avril 1793.

45 Ibid.

46 AN DXXV 125, Dossier 992, Pièce 17. Lettre de Ribaut, à bord du transport no 12 (l’Adolphe), le 27 prairial an II (15 juin 1794).

47 Laurent Dubois, Les Esclaves de la République, Paris, Calmann-Lévy, 1998, p. 129.

48 V. Collot, Précis des événemens qui se sont passés à la Guadeloupe, Philadelphie, 1795, p. 23.

49 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, Paris le 9 vendémiaire an III [30 septembre 1794].

50 AN DXXV 125, Dossier 988, Pièce 9. Pétition des patriotes, citoyens de couleur, déportés par les Anglais et débarqués à Rochefort, après s’être rendus maîtres des transports no 34 et 42 par le 41e degré Nord de latitude (ce texte date certainement de la fin de 1794, imprimerie de Limbourg et Cie, rue des filles Thomas, no 88).

51 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, Paris le 9 vendémiaire an III [30 septembre 1794].

52 Ibid.

53 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 17. Pétition de Gerlain à la Convention nationale, Paris, 3 brumaire an III [24 octobre 1794].

54 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 18. Journal de voyage de Pierre Claude Gerlain, Paris le 9 vendémiaire an III [30 septembre 1794].

55 Ibid.

56 AN DXXV 125, Dossier 990, Pièce 17. Pétition de Gerlain à la Convention nationale, Paris, 3 brumaire an III [24 octobre 1794].

57 Frédéric Régent, Esclavage, métissage, liberté, La Révolution française en Guadeloupe (1789-1802), Paris, Grasset, 2004, p. 418 et suiv.

Auteur

Maître de conférences en histoire à l’Institut d’histoire de la Révolution française (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Il a, auparavant, enseigné à l’université Antilles Guyane pendant six ans. Spécialiste des questions coloniales pendant la Révolution et des sociétés esclavagistes dans les colonies françaises, il est l’auteur de : Esclavage, métissage, liberté, la Révolution française en Guadeloupe, Paris, Grasset, 2004 ; La France et ses esclaves, Paris, Grasset, 2007, rééd. Pluriel-Fayard, 2012. Il est coauteur de Pour quoi faire la Révolution, Marseille, Agone, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search