Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

La République ostracisée

L’errance républicaine, les Girondins et l’exil intérieur

Guillaume Mazeau

Texte intégral

  • 1 « Voyage. s. m. Le chemin qu’on fait pour aller d’un lieu à un autre et qui en est éloigné », Dict (...)
  • 2 Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éd., 20 (...)
  • 3 Friedrich Wolfzettel, Le discours du voyageur, Pour une histoire littéraire du récit de voyage en (...)

1En parallèle du « modèle » du voyage républicain, motivé par une nouvelle volonté de libre circulation, d’échange, de partage des connaissances, mû par un projet politique et scientifique qui se traduit souvent par une exploration hors du territoire connu, quel qu’il soit, on peut se demander ce que la construction d’une culture républicaine doit à d’autres types de déplacements de population, rarement répertoriés sous la catégorie des voyages et qui, pourtant, répondent à la définition de l’époque1. De 1789 à 1799, la Révolution et ses guerres entraînent de nombreux déplacements forcés : émigration, déportations ou exils composent la partie sombre de ces voyages en temps républicain2. La période révolutionnaire suscite en particulier un certain nombre de migrations intérieures qui transforment ceux qui les accomplissent, souvent malgré eux : ces transports sont en effet parfois contraints et dépourvus de projet « positif », mais ils aboutissent toutefois, inévitablement, à des échanges, à des affrontements ou à des chocs culturels. En décalage avec les poncifs du récit du voyage des Lumières, ces déplacements peuvent même presque provoquer, chez ceux qui les vivent, une sensation de perte des connaissances et des habitus républicains, inspirant des écrits inquiets, surpris, voire terrifiés, en décalage avec les stéréotypes littéraires du voyage « éclairé3 ». Subis, souvent improvisés, ces voyages sont néanmoins pleinement politiques, parce qu’ils suscitent un ré-apprentissage par la confrontation forcée à la différence, à la résistance ou à la violence.

  • 4 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne, 1847 ; Henri Félix Emmanuel Philippot (...)
  • 5 Voir notamment : Jean-Baptiste Louvet de Couvray, Mémoires de J.-B. Louvet,… de la journée du 31 m (...)

2Entre le 2 juin 1793 et le début de thermidor an II (juillet 1794), ceux qui étaient aux commandes du pays jusqu’au printemps 1793, que Lamartine et le peintre Philippoteaux ont inventés au milieu du XIXe siècle sous le nom de « Girondins », deviennent les plus fameux damnés de la nation4. Si une partie d’entre eux finit sur l’échafaud le 31 octobre 1793, certains achèvent leur carrière politique ainsi que leur existence au terme d’une interminable errance dans l’ouest de la France. Pendant ces longs mois, les fugitifs cherchent désespérément la République girondine sur laquelle ils pensent pouvoir s’appuyer pour reconquérir le pouvoir, mais ils ne la trouvent nulle part. Ballottés de mésaventures en déceptions, ces hommes ne cessent de se perdre, au sens propre comme au figuré, dans des contrées hostiles qu’ils imaginaient pourtant civilisées par la Révolution. Sans cesse repoussés et dénoncés par des populations qu’ils pensaient acquises à leur cause, ils découvrent, effarés, un peuple qui ne correspond pas du tout à leurs attentes. Intimement liés à l’expérience du voyage subi, tous ces malentendus constituent une belle occasion de réfléchir aux décalages qui distinguent l’espace rêvé par les républicains et le « pays réel », non seulement en 1793, mais aussi en 1821 et 1822, lorsque la publication de ces mémoires d’errance nourrit l’opposition aux ultras5. Que révèle ce dernier voyage sur la culture républicaine de l’an II ? Quelle influence exerce-t-il sur l’ultime évolution politique des derniers Girondins ? Que dit-il, enfin, de l’histoire longue de la géographie de la dissidence politique française ?

  • 6 Michael J. Sydenham, The Girondins, Londres, University of London, The Athlone Press, 1961 ; Paul (...)
  • 7 Bette W. Oliver, Orphans on the Earth. Girondins Fugitives from the Terror, 1793-1794, Lanham, Lex (...)

3Au moins jusqu’en 1848, les derniers jours des Girondins sont restés cachés dans les plis de la mémoire républicaine nationale. Aujourd’hui, grâce à de nombreux travaux, ils sont mieux connus6. Récemment, Bette W. Oliver leur a même consacré le seul ouvrage sur le sujet, mais qui, seulement fondé sur les mémoires et la correspondance de quelques-uns d’entre eux, oublie beaucoup d’autres sources importantes7.

4Après avoir retracé les grandes lignes de l’exil intérieur des Girondins, nous tenterons de comprendre en quoi celui-ci se traduit par une désillusion républicaine. Enfin, nous montrerons que cette déroute, vécue par les Girondins comme une sanction de leur propre échec, entraîne tour à tour un désengagement et une radicalisation.

Les routes d’un exode républicain

5Sur cent soixante-dix-huit (estimation haute) ou cinquante-huit (estimation basse) députés classés comme « Girondins », trente-deux, dont les principaux leaders, ainsi que les deux ministres Clavière et Lebrun, sont expulsés de la Convention et décrétés d’arrestation le 2 juin 1793. Certains, parmi les plus fameux (Vergniaud, Gensonné, mais aussi la « sympathisante » Madame Roland…), restent à Paris en résidence surveillée jusqu’à leur exécution le 30 octobre 1793. Mais la plupart choisissent de s’échapper.

  • 8 Sont concernés : Grangeneuve, Barbaroux, Guadet, Salle, Valady, Du Chastel, Cussy, Bois-Guyon, Gir (...)
  • 9 Chambon, député de Corrèze, est massacré à Lubersac. Lidon, lui aussi élu de Corrèze, s’enfuit de (...)
  • 10 Louvet, d’abord parti vers la Gironde, parvient à rentrer à Paris, Isnard qui se cache chez un ami (...)

6Contrairement à leurs soixante-treize collègues modérés qui, après avoir protesté contre la journée du 2 juin, sont arrêtés mais jamais jugés et même protégés par Robespierre jusqu’en thermidor an II, les Girondins fugitifs sont traités avec la plus grande sévérité : assimilés à des fuyards, déclarés traîtres à la patrie le 8 juillet 1793, ils sont mis hors-la-loi le 28 du même mois. Vingt et un d’entre eux sont exécutés à Paris le 31 octobre 1793. Ceux qui sont arrêtés après cette date sont également guillotinés8. D’autres se suicident ou sont massacrés une fois découverts : c’est le cas de Pétion et Buzot, mais aussi de Lidon et Chambon, ainsi que des ministres Roland et Clavière9. Moins d’une dizaine d’entre eux trouvent des abris assez sûrs pour survivre à ce voyage fatal10. Louvet, Isnard, Lanjuinais et Daunou comptent parmi les rares survivants à être rappelés à la Convention par les décrets des 18 frimaire et 18 ventôse an III…

  • 11 D/XLII/5, d. 4 : liste des papiers trouvés lors de l’arrestation de Brissot en fuite à Moulins le (...)
  • 12 AN W 277 : Charlotte Corday en cite treize et cinq autres dont elle ne se rappelle plus le nom : G (...)
  • 13 Duchastel, Cussy, Boisguyon, Girey-Dupré, Salle, Meillan, Bergoeing, Marchena et Riouffe.
  • 14 Guadet, Buzot, Valady, Louvet, Barbaroux et Pétion.

7Où vont les fugitifs pendant l’été 1793 ? Les stratégies divergent mais la clandestinité, qui suppose de trouver des réseaux d’entraide, guide forcément les itinéraires. Alors que beaucoup tentent de rejoindre famille, amis et clientèle politique dans leur « petite patrie » d’origine, qui se confond souvent avec leur circonscription électorale, d’autres, au début du mois de juin, choisissent la résistance et rejoignent le mouvement « fédéraliste » dans ses deux principaux foyers : alors que Birotteau part à Lyon et que Brissot est intercepté à Moulins, la majorité des proscrits partent pour Caen, après avoir fait étape à Chartres et/ou Évreux11. Dans la tradition des fédérations provinciales des premières heures de la Révolution, les opposants aux Montagnards y ont constitué un Comité central de résistance à l’oppression et formé une armée de volontaires venus de plusieurs départements. Cette force les protège, mais elle doit aussi, avant la fête de la Fédération prévue le 10 août, aller fraterniser avec les sections parisiennes, que les fédéralistes estiment trompées par les Montagnards. De juin à décembre 1793, la troupe des Girondins s’engage donc sur les chemins de l’Ouest, puis recule et se débande au fur et à mesure des défaites des fédéralistes. Arrivés à Caen au compte-gouttes, les réfugiés se désagrègent après le 13 juillet 1793, à la fois perdus par la défaite de leur armée à Brécourt et par la nouvelle la mort de Marat, dont l’assassin se réclame des fédéralistes12. Espérant réorganiser la résistance à Rennes, une vingtaine de députés partent donc de Caen accompagnés de volontaires bretons, de domestiques, de leurs femmes et même parfois de leurs enfants. Si certains, comme Henry-Larivière, resté à Caen, ont choisi de ne pas s’aventurer sur les routes de l’Ouest, ce cortège hétéroclite atteint quand même plusieurs dizaines d’individus. Cependant, apprenant les difficultés des fédéralistes de Rennes, les fugitifs décident de rejoindre ce qu’ils pensent être leur dernière patrie : la Gironde. Découragés, quelques-uns décident à leur tour de ne pas les suivre. Gorsas rentre à Paris, se cache au Palais Royal dans le cabinet de lecture de Brigitte Mathé, sa femme, où il se fait bientôt arrêter. Lesage, Giroust, Lanjuinais et Kervélégan se sentent quant à eux plus en sécurité en Bretagne. Ceux qui continuent quittent la route de Rennes et se séparent pour rejoindre Bordeaux par la mer : un groupe part en premier de Quimper dans la nuit du 21 août 179313. Là, aussitôt reconnus et dénoncés, le journaliste Riouffe, mais aussi Duchastel, Girey-Dupré, Cussy et l’Espagnol Marchena, se font arrêter. Les autres parviennent à se cacher et parviennent à partir de Brest un mois plus tard. Le 24 septembre, Guadet, Buzot, Valady, Louvet, Barbaroux et Pétion peuvent ainsi entrer dans l’estuaire de la Gironde14. Depuis la fameuse journée du 2 juin, pendant laquelle ils se sont fait exclure de l’Assemblée, deux longs mois se sont écoulés. Sous la Révolution, c’est une véritable éternité. Mal informés, les Girondins en fuite, espérant organiser la contre-attaque, ne se doutent pas qu’il est déjà trop tard. La Montagne a définitivement gagné la bataille.

8Les rescapés ne sont plus très nombreux, à peine une quinzaine. Ce qu’ils découvrent à Bordeaux les plonge dans l’effroi : le mouvement fédéraliste de Bordeaux a échoué. La répression bat son plein. Désespérés, ils quittent la ville, se dispersent et décident de se cacher. Meillan s’enfuit dans les Pyrénées, Louvet rentre à Paris et Bergoeing part à Saint-Macaire. Tous trois sauvent leur vie grâce à ce choix. Les autres sont progressivement arrêtés, se suicident, sont massacrés ou exécutés. Leurs camarades partis de Quimper sont transférés puis guillotinés à Paris à l’automne 1793 : après avoir voulu embarquer pour Philadelphie, Duchastel est exécuté le 31 octobre, puis c’est au tour de Cussy le 19 novembre ainsi que de Girey-Dupré, deux jours plus tard. Les six hommes partis de Brest parviennent à rejoindre ceux qui se sont cachés en Gironde, échappent aux recherches plus longtemps grâce aux réseaux de Guadet à Bordeaux et Saint-Émilion puis ratent de très peu l’occasion de sauver leur vie et de revenir sur la scène politique. La plupart sont exécutés à Bordeaux pendant l’été 1794, parfois quelques jours à peine avant la chute de Robespierre. Valady quitte Saint-Émilion en premier pour rentrer chez lui en Aveyron, mais, reconnu par le député de Dordogne Roux-Fazillac, il est guillotiné le 6 décembre 1793 à Périgueux. Traqués par les représentants en mission, Pétion et Buzot n’ont d’autre choix que le suicide, le 18 juin 1794. Leurs cadavres en putréfaction seront retrouvés dans un champ de Castillon, à moitié dévorés par les chiens. Salle est exécuté à Bordeaux deux jours plus tard en même temps que les membres de la famille de Guadet, qui ont accueilli les fugitifs. Guadet est exécuté le 17 juin 1794, le jour même de l’exécution des Chemises rouges à Paris. La fin particulièrement pathétique de Barbaroux résume l’échec collectif des Girondins : retrouvé après avoir raté son suicide aux côtés de Buzot et Pétion, il est conduit à l’agonie sur l’échafaud le 25 juin 1794, un mois avant Robespierre.

9De Paris à Saint-Émilion, ce voyage, dont les protagonistes succombent un à un, en même temps que tous les foyers fédéralistes, s’apparente donc à une longue descente en enfer, qui s’achève dans le sombre univers des grottes de Saint-Émilion. Pendant de longues années, ces souterrains resteront dans l’oubli, dépourvus de toute trace et de tout monument, avant d’être visités, sous la IIIe République puis après l’Occupation, comme des lieux de mémoire de la résistance républicaine à l’oppression. Révélateur des choix de la politique commémorative nationale, l’exil des Girondins fait aussi réfléchir sur le rôle d’échappatoire que joue la route de Paris à Bordeaux dans les moments de crise de la République. Ancienne capitale de la Guyenne, porte des Pyrénées et de l’Atlantique, Bordeaux sert, dans l’histoire longue de la France, de refuge pour les opposants politiques mis en fuite : à trois reprises, en 1870, en 1914 et en 1940, ceux qui prirent la route de l’exode mirent, sans nécessairement le savoir, leur pas dans les traces des derniers Girondins.

Fig. 1.– La fuite du principal groupe des Girondins, été 1793.

Le dernier voyage ou la Modification

  • 15 Katerina Stenou, Images de l’Autre. La Différence : du mythe au préjugé, Paris, Seuil/Unesco, 1998 (...)
  • 16 Mona Ozouf, « Voyages en France dans la décennie révolutionnaire », in Willem Frijhoff et Rudolf D (...)
  • 17 Jean-Luc Chappey, « Enjeux culturels des dynamiques politiques », in Jean-Luc Chappey, Bernard Gai (...)
  • 18 Mona Ozouf, Varennes. La mort de la royauté, Paris, Gallimard, 2005, p. 25.

10En 1957, dans La Modification de Michel Butor, le trajet du narrateur entre Paris et Rome provoque l’abandon des projets initiaux du voyage et, en dernier ressort, de ce dernier même. Ce thème de la transformation du voyageur remonte à la naissance du mythe du voyage : plusieurs légendes issues du monde orthodoxe racontent que c’est en aidant le Christ à traverser un torrent que Saint Christophe, qui avait alors une tête de chien, prit une apparence humaine et devint le patron des voyageurs15. Les Girondins n’échappent pas à cette métamorphose : leur exil est un double voyage, à la fois géographique et intérieur. Pendant l’été 1793, les proscrits ne se déplacent pas seulement dans le territoire national : ils prennent aussi conscience de leurs idées reçues sur le peuple français, et en ressortent à jamais changés, abandonnant à regret les illusions politiques qu’ils nourrissaient jusqu’alors sur les populations rurales. Dans le colloque consacré en 1989 au voyage révolutionnaire, Mona Ozouf note qu’au-delà de leur diversité, beaucoup de récits de voyage trahissent le « choc de l’écart qui sépare l’observateur de l’observé », décrivant des voyageurs « avides de saisir les transformations de la nation révolutionnée et pourtant totalement dépassés en leur propre pays et totalement découragés aussi16 ». Ainsi décrite, la confrontation ni choisie ni préparée entre les élites révolutionnaires et le peuple des campagnes révélerait cruellement le fossé qui les sépare, ruinant les utopies politiques de l’unité de la nation. À bien des égards, le voyage contraint des Girondins dans la France de l’an II traduit un tel choc et se raconte sur le thème de la déception, voire de la peur et de la perte des utopies, dégradant la vision que ces hommes se font de la République et, surtout, du peuple. Les Girondins sont loin d’être les seuls à subir ce désenchantement. À la même période, les géographes, cartographes et ingénieurs, surpris du « retard » des Corses, des Bretons et des Landais, cherchent à mieux les comprendre en comparant leurs rites avec ceux des populations « primitives », également considérées comme moins évoluées : Jean-Luc Chappey a montré que les élites éclairées et réformatrices de la fin du XVIIIe siècle partageant le projet de « régénérer », d’« humaniser » et de « civiliser » le peuple, portent le même regard anthropologique sur les catégories populaires, jugées immatures, que sur les populations lointaines, quant à elles qualifiées de « sauvages17 ». En juin 1791, dans la berline qui l’emmenait vers la frontière, Louis XVI, compulsant les cartes de Cassini, avait déjà fait l’amère expérience de ses préjugés sur les « bons pays » du royaume qui se révélait, en réalité, bien différent de ce qu’il avait imaginé18. Deux ans plus tard, les Girondins en déroute font les frais de ce même décalage. Jetés malgré eux sur les chemins sans que leur voyage ait pu être préparé, pénétrés d’un imaginaire géographique imprégné des utopies républicaines, les Girondins font l’expérience des limites de la mission civilisatrice et de la transformation volontariste des mœurs populaires. Pris de court par la méfiance des populations, ils sont surpris par la forte politisation des populations rurales, qu’ils attendaient davantage passives et dociles. Alors qu’ils pensent pouvoir compter sur l’empathie de sympathisants ou, du moins, de républicains indignés par la proscription dont ils sont les victimes, ils ne trouvent en réalité que des citoyens indifférents, défiants et même hostiles. Surpris par ce mauvais accueil, ils l’interprètent en mobilisant des clichés que les élites éclairées partagent sur la versatilité du peuple qui, pensent-ils, comme les femmes et les enfants, n’est pas assez éduqué pour exercer sa liberté de pensée face aux gagnants du moment. Les Girondins en sont persuadés : apprenant le brutal changement du rapport de force en faveur de la Montagne depuis la mi-juillet, les populations autrefois acquises aux Girondins ont préféré retourner leur veste et, poussées par la peur et l’instinct grégaire, soutiennent désormais ceux qui ont, de fait, pris le pouvoir. C’est pourtant là une grave erreur d’interprétation, un véritable malentendu.

11Cet exil intérieur est une aventure d’autant plus douloureuse que les proscrits voyagent de nuit et prennent les chemins de traverse pour ne pas être reconnus : ils évitent les villes et les bourgs, passent par les voies les plus impraticables, souvent boueuses et ne cessent de se perdre. Cette expérience difficile est aux antipodes de la vision idyllique d’un territoire républicain maîtrisé, régénéré par la République, redécoupé, maîtrisé par le volontarisme politique et la raison géométrique, totalement approprié grâce à la politique éducative, quadrillé par les limites des départements. En cet été orageux, la France résiste à ces élus du peuple comme si elle était une terre inconnue. Partout, les Girondins ont besoin de guides non seulement pour se repérer, mais aussi pour rencontrer et communiquer avec les populations qui ne parlent pas français, tout particulièrement en Bretagne.

  • 19 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), (...)
  • 20 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 132.
  • 21 Nicolas Mariot, Bains de foule, Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Belin, 20 (...)

12Les Girondins ne sont certes pas des « fédéralistes », mais ils partagent une vision du territoire assez éloignée de ses réalités locales19. En dehors de leur circonscription d’origine et malgré leur expérience de voyageurs éclairés, qui leur a fait préférer les grandes villes des Lumières atlantiques ou de l’Europe libérale (Brissot est allé à Londres, à Genève et aux États-Unis), ces députés n’ont en général qu’une piètre connaissance des contrées rurales de leur propre pays : ils n’ont pas participé à aux missions décrétées de l’automne 1792 au printemps 1793, plutôt confiées aux montagnards. « [T]antôt les lieux, tantôt l’époque précise de l’événement m’échappe ; et dans la caverne où j’écris, je suis dénué de tout secours. Je n’ai pas même une carte de France20 », concède Louvet dans ses Mémoires. Les Girondins ne comprennent pas leur propre pays parce qu’ils ne le connaissent pas. Accaparés par le rythme acharné que demande le travail législatif, ils ont vécu entre leur domicile, la Convention, parfois le club des Jacobins et se sont coupés du peuple. En 1793, il n’existe encore aucun véritable remède à cette maladie du régime représentatif. La culture du voyage politique républicain ne commencera à s’installer qu’à la fin du XIXe siècle pendant la IIIe République, notamment sous la forme, minimale, des voyages présidentiels21.

13Quelle image du pays ces Girondins partagent-ils ? Une vision idyllique et caricaturale des « bons Français des provinces », qu’ils opposent depuis des mois aux sans-culottes parisiens, présentés comme corrompus par les factions et dominés par les Montagnards. Les Girondins croient sincèrement au « bon sens républicain » des Français des départements. Ces députés modérés sont persuadés que la victoire des Montagnards n’est que l’usurpation, certes réussie, d’une faction minoritaire, mais nécessairement provisoire, car jurant avec l’esprit profondément légaliste du pays. Les Girondins proscrits sont persuadés que les « vrais Français » des départements ne sont pas dupes de la propagande parisienne et qu’il suffit de les informer, de les mobiliser en allant à leur rencontre, pour qu’ils s’engagent en leur faveur. C’est pourquoi les Girondins pensent qu’il est possible de fraterniser avec les citoyens des départements avant de retourner à Paris pour ouvrir les yeux des sans-culottes, eux-mêmes trompés par les Montagnards et les leaders radicaux. C’est pourquoi Louvet se délecte de pouvoir communier avec les volontaires bretons qu’il appelle les « braves hommes du Finistère », censés les escorter à Rennes et décrits comme des gens frustres mais, à l’image de la nature qui les environnent, simples et authentiques :

  • 22 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 85. Clichés sur la Normandie et la Bretagne : Catherine Bertho, « L (...)

« Je trouvais, pour moi, fort agréable de faire avec ces braves gens ma journée à pied, de boire et manger avec eux, sur la route, le verre de cidre, le petit morceau de beurre et le pain de munition ; puis, à la couchée, d’aller, avec un billet, prendre modestement mon logement chez un particulier qui, me croyant un volontaire, ne se gênait nullement avec moi et me dispensait par là de toute espèce de cérémonie22. »

14Cinq ans avant la parution du Voyage dans le Finistère du Girondin Jacques Cambry (1797), les proscrits de 1793 multiplient les clichés sur l’hospitalité et la vertu naturelle des simples Bretons, transmettant la vision idyllique et rousseauiste des populations rurales aux coutumes parfois étranges mais innocentes et pas « encore » corrompues ni fanatisées par les factions. Actualisant la tradition littéraire de la pastorale, Brissot oppose de manière manichéenne les populations rurales et urbaines :

  • 23 Brissot, Mémoires, op. cit., p. 262.

« Plus la nature paraissait sauvage, triste, isolée, plus elle plaisait à mon âme. La vue des hommes, la vue d’une ville me faisaient frissonner. Là, me disais-je, est la demeure de la fourberie, de l’égoïsme, de l’insouciance, de la servitude… Là, tous les rapports sont brisés, tu n’es en harmonie avec personne23. »

15Alors qu’à la Convention, les Girondins chantent depuis des mois les vertus d’une France provinciale, qui serait plus raisonnable et moins fanatique que les Parisiens, ils ne rencontrent en réalité que des indifférents, des étrangers ou des ennemis. Louvet laisse percer son désarroi quand, enfin arrivés à Saint-Émilion, lui et ses compagnons sont contraints de se terrer dans les carrières, après avoir, en vain, cherché une maison susceptible de les accueillir :

  • 24 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 151.

« Nous attendions un brave homme qui depuis le matin courait les environs, tâchant de nous trouver quelque retraite. Il vint à la nuit nous apprendre que pas un individu n’avait le courage de nous recueillir. Mon pauvre Guadet en fut confondu ! Que de fois il nous avait protesté que tous les sentiments honnêtes et généreux, s’ils étaient tout à fait bannis de la France, se réfugieraient dans le département de la Gironde ! Que d’indignes parents, que de faux amis l’avaient cruellement trompé ! Que nous étions à plaindre24 ! »

  • 25 Brissot, Mémoires, op. cit., p. 261.
  • 26 Pétion, Mémoires, op. cit., p. 110-113.
  • 27 On trouve le même récit hagard, étonné, des contrées bretonnes dans le voyage fait par Jacques Cam (...)

16Brissot se lamente de la même manière lorsqu’il se heurte aux portes closes de Chartres, où il espérait que sa réputation et les services qu’il avait rendus à ses commettants lui permettraient pourtant de trouver facilement des soutiens25. Écœurés par la passivité et le manque de courage des populations, les proscrits sont surtout terrorisés par l’hostilité qu’ils inspirent. Comme l’apprennent Pétion et Guadet à leurs dépens, l’inconnu commence parfois de l’autre côté des barrières de Paris. Dès le 2 juin, apprenant leur proscription, les deux hommes sortent aussitôt de Paris sans réfléchir et se cachent toute la journée dans un champ de seigle. Après avoir plusieurs fois manqué d’y être surpris par les promeneurs (le 2 juin 1793 est un dimanche), ils se décident enfin à rentrer mais, dans le crépuscule, peinent à retrouver leur chemin. La nuit tombée, ils passent plusieurs heures à errer dans les environs de Paris, tombent piteusement dans des fossés, réussissent finalement tant bien que mal à se repérer et pénètrent, fourbus, dans le faubourg Saint-Marceau. Las, l’ancien maire de Paris ne peut passer inaperçu. À la barrière du Temple, il est aussitôt reconnu : les deux hommes sont arrêtés, interrogés puis relâchés avant de s’échapper une seconde fois, avec le « succès » que l’on connaît26. Hostile, le pays l’est surtout dans les contrées occidentales, depuis plusieurs mois présentées comme le repaire des contre-révolutionnaires27. Décrite comme un désert de landes aux populations hostiles et aux routes sillonnées par des brigands, la Bretagne, proche de la Vendée, effraie plus particulièrement les Girondins. Ceux-ci vivent donc leur progression au sein du bocage non comme une reconquête politique, mais comme une errance et une véritable régression. Progressivement, leurs récits recourent donc de plus en plus aux stéréotypes des Anti-Lumières, empreints d’une vision pessimiste de l’histoire, faite de décadence et de mélancolie. Déçu par son périple, Louvet compare la débandade des Girondins à une Passion laïque :

  • 28 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 108.

« Cussy, tourmenté d’un accès de goutte, gémissait à chaque pas qu’il fallait faire ; Buzot, débarrassé de toutes ses armes, était encore trop pesant ; non moins lourd, mais toujours plus courageux, Barbaroux, à vingt-huit ans, gros et gras comme un homme de quarante, et pour comble de mal, ayant attrapé une entorse, se traînait avec effort, appuyé tantôt sur mon bras, tantôt sur celui de Péthion ou de Salle, également infatigables ; enfin Riouffe, ayant été forcé de quitter des bottes trop étroites qui l’avaient blessé, se voyait obligé de sautiller sur la pointe de ses pieds nus, dont les talons étaient écorchés28. »

17En dépeignant ainsi les souffrances des proscrits, Louvet ne rédige pas seulement un martyrologe, il traduit aussi une dimension de la réalité : les Girondins sont vraiment perdus dans un pays dont l’étrangeté est aussi inattendue qu’incompréhensible. Ayant l’impression de pénétrer en territoire hostile, les Girondins éprouvent le même sentiment de paranoïa devant l’ennemi intérieur et invisible, que ressentent parfois les soldats lorsqu’ils envahissent des contrées étrangères, dont les populations a priori les plus inoffensives leur paraissent pourtant capables des pires atrocités.

  • 29 Ibid., p. 111.

« Nous avions, à petit bruit et dans un profond silence, passé les trois quarts de la ruelle, charmés du calme qui paraissait régner autour de nous, lorsqu’une petite fille, cachée dans un renfoncement sombre, en sortit tout à coup, poussa la porte d’une maison où nous vîmes de la lumière et prononça distinctement ces mots : Les voilà qui passent29 ! »

18En ces terres hostiles, les Girondins ne voient que des dangers : les curés qui les logent, les aubergistes et même les petites filles sont susceptibles de les dénoncer. Il n’est jusqu’au paysage qui ne les menace. Désorientés par les chaos de pierre et les lacis du bocage, surpris par la dureté des déserts et des landes, englués dans la boue, les Girondins ont le sentiment d’être des piteux explorateurs, perdus dans les antipodes intérieurs de la France d’Ancien Régime. Décrite comme inhospitalière et sauvage, la nature ainsi fantasmée par les Girondins n’est en réalité qu’une projection politique : en inventant l’anarchie de l’environnement qui les entoure, les proscrits veulent montrer les désastres de la guerre civile sur les paysages. Au contraire du voyage des Lumières, dans lequel la progression dans l’espace coïncide avec une progression du savoir, le voyage des Girondins, raconté dans une littérature du chaos, est donc toujours plus déceptif. Il se traduit non par un cumul des connaissances mais par une augmentation des peurs : plus les Girondins avancent, plus ils ont le sentiment de se perdre dans les tréfonds de la France immémoriale, qui n’a pu être régénérée par la Révolution.

19L’exode des Girondins de Paris à Bordeaux est donc bien l’histoire d’une « modification » : vécue comme une régression dans l’espace, mais presque aussi dans le temps et l’histoire de France, la rencontre de paysages et de populations de plus en plus hostiles est ressentie comme un retour dans le passé pré-républicain, une expérience de dé-civilisation. Les Français n’auraient-ils donc pas été changés par la Révolution ? Ceux qui font l’expérience de cette désillusion républicaine en sortent irrémédiablement changés.

Pratiques de l’exil

  • 30 Oliver, op. cit., p. 10.

20On décrit souvent les Girondins comme passifs devant leur propre chute. Loin d’être de simples victimes, ils ont au contraire pleinement choisi leur sort ainsi que leur mode d’action politique. Lorsqu’ils s’engagent sur la route, ils n’ignorent rien des pratiques de la clandestinité, souvent apprises dans les années d’opposition à la monarchie absolue. Avant même leur proscription, nombre d’entre eux sont habitués à passer leurs nuits hors de chez eux et à sortir armés30.

  • 31 Guadet, Mémoires, op. cit., p. 266.
  • 32 AN/AF/II/45, lettre de Jarry.
  • 33 Pétion, Mémoires, op. cit., p. 121-122.
  • 34 Buzot, Mémoires, op. cit., p. 142.

21Lorsqu’ils se rassemblent chez Meillan le 2 juin puis qu’ils partent de Paris quelques jours plus tard, contrairement à d’autres qui préfèrent rester, les Girondins ne fuient pas, ils ne se retirent pas de la vie politique, mais choisissent en toute conscience un autre engagement : la résistance politique31. Pour la plupart, ces élus ne désirent pas quitter le pays, ce qui, à Caen comme à Brest, n’aurait pas été bien difficile. Pourtant en quittant la capitale, ils commettent une grave erreur : plus seulement proscrits, ils sont désormais assimilés à des fuyards, à des émigrés, à des traîtres et des hors-la-loi, ce qui leur promet la mort en cas d’arrestation. Les Girondins manquent aussi d’expérience de la mobilisation populaire : la résistance et l’insurrection nécessitent un certain savoir-faire dans le maniement des foules, qu’ils ne possèdent pas, même s’ils organisent des assemblées publiques et s’ils mènent une campagne de propagande en Normandie auprès des populations rurales32. Essuyant échec sur échec, ils s’impliquent pourtant beaucoup plus dans l’insurrection qu’on ne l’a dit. Pèchent-ils par excès de naïveté ? Les Girondins croient en effet qu’il suffit de temporiser, de gagner du temps et de convaincre les populations pour que la France s’embrase. Cela explique l’optimisme de Pétion avant que l’armée fédéraliste ne s’ébranle pour Paris : « L’esprit insurrectionnel des départements était excellent, il était général33. » Ce n’est qu’en voyageant que les Girondins comprennent, contrairement à ce qu’ils pensent, qu’ils se sont trompés sur l’ampleur du mouvement antimontagnard et que l’existence d’un « arc méditerranéo-atlantique » de Marseille à Caen, n’est qu’une vue de l’esprit. Buzot le concède : « Il est certain que les départements nous ont trompés indignement34. » Le voyage est, à ce titre, une leçon de réalisme sociopolitique.

  • 35 Michel Vovelle, Les Sans-culottes marseillais. Le mouvement sectionnaire du jacobinisme au fédéral (...)
  • 36 Pierre Laborie, L’Opinion française sous Vichy : les Français et la crise d’identité nationale 193 (...)
  • 37 Pierre Serna, La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la Fran (...)

22Ce rappel à la réalité permet de répondre à une question souvent posée par les historiens : pourquoi diable les Girondins, ces fins tacticiens, se révèlent-ils cette fois si naïfs ? Pourquoi se trompent-ils à ce point sur l’état de l’opinion ? Cette erreur correspond tout d’abord à la spécificité de leur base électorale et de leurs sympathisants, recrutés dans les milieux urbains aisés, sauf exceptions comme à Marseille35. Mais cette méprise est aussi due au fait que les Girondins partagent une vision élitiste et péjorative du peuple, perçu comme le jouet passif des Montagnards : sur le terrain, surpris de l’absence de soutien, les Girondins font donc tout simplement l’expérience de la capacité des populations provinciales à s’adapter à un énième contexte politique. Ces députés font les frais de la maturité politique de communautés qui ont pris l’habitude de se protéger et évitent d’exprimer trop ostensiblement leur soutien aux proscrits, adoptant ainsi une « Realpolitik » du quotidien également observée par Pierre Laborie entre 1940 et 194236. Souvent, les populations sont d’ailleurs mieux informées qu’eux-mêmes de la situation politique la plus fine, elles se tiennent au courant des évolutions des rapports de force et de la plus ou moins grande possibilité de s’exprimer et d’agir en faveur des proscrits. Ainsi, le changement d’attitude des populations n’est pas la preuve d’une versatilité politique « naturelle » du peuple mais au contraire, d’une habitude de prudence politique devant les revirements du pouvoir, acquise depuis 1789, qui se traduit par l’évitement et le désengagement. L’apparent girouettisme du peuple cache la volonté de préserver la sécurité et la pérennité des familles, au-delà des turpitudes des changements de régime : il est donc possible de trouver dans les comportements politiques des classes populaires ce que Pierre Serna met en évidence chez les élites du Directoire, du Consulat et de l’Empire37.

23Seul Brissot semble vraiment le comprendre :

  • 38 Brissot, Mémoires, op. cit., p. 265.

« La révolution du 31 mai avait jeté tous les esprits dans la plus profonde incertitude ; on ne savait quel jugement en porter. La suspension de presque toutes les feuilles périodiques, de celles qui étaient dévouées aux principes, inquiétait. On n’osait, dans les auberges, se livrer à des épanchements naturels, on craignait d’être dénoncé. On sondait ses voisins pour connaître leur opinion, le parti auquel ils appartenaient. On cherchait à lire dans les yeux des voyageurs si les nouvelles étaient bonnes ou mauvaises. Les routes étaient désertes38. »

  • 39 Národní Archiv Praha, PG, 1791-1806, carton 243, cote 15e (1794), no 935 ; 1er juillet 1794 : je r (...)

24Le voyage des Girondins est aussi l’occasion de mieux saisir la diffusion de la culture démocratique, fondée sur la représentation politique et la reconnaissance physique des élus du peuple. Malgré eux, les proscrits font l’expérience d’une impossible clandestinité, liée à un tout aussi impossible anonymat : la difficulté qu’ils rencontrent à passer inaperçus révèle les progrès de la culture visuelle républicaine, dont ils sont les premiers surpris. Si la plupart d’entre eux sont surtout reconnus dans leur circonscription et aux alentours, le visage de Pétion, ancien maire de Paris, semble être le seul à bénéficier d’une réelle popularité à l’échelle nationale, à tel point qu’on croit le voir partout : même après sa mort, certains jurent l’avoir vu passer en Souabe39.

  • 40 AF/II/45 : Boîte de fer blanc cachée à Saint-Émilion dans la maison de Mme Bouquey, belle-sœur de (...)
  • 41 Pétion, Mémoires, op. cit., p. 105. Même chose pour Buzot, Mémoires, op. cit., p. 145 : « Le peupl (...)

25Bannis de l’intérieur, de plus en plus conscients de l’issue fatale qui les attend, les Girondins tentent alors de transformer leur piteux échec en glorieuse défaite en pariant sur la postérité, en se lançant à corps perdu, jusqu’au dernier moment, dans l’invention de leur propre mémoire40. De poison, le voyage peut alors, à cette condition, devenir remède. Mais, contrairement à ceux qui, comme Marat, ont réussi à la transformer en force, la clandestinité est traumatisante et augmente le ressentiment politique. Elle radicalise les propos que tiennent les Girondins contre les Montagnards et contre le peuple en général : « Je suis un des exemples les plus frappants de l’inconstance des faveurs populaires41 », affirme Pétion. Partout rejetés, les Girondins se présentent de plus en plus comme les victimes d’une excessive démocratisation politique, qui, selon eux, laisse trop de place à l’opinion publique.

26C’est pourquoi pour Buzot, la gloire des Girondins vient de leur résistance à la démagogie populaire :

  • 42 Buzot, Mémoires, op. cit., p. 19 et 22.

« Dans ma vie errante, […] qu’ai-je appris ? Dans les campagnes, où la liberté ne peut s’allier qu’avec l’amour du travail, la pureté des mœurs, la paix de la conscience, toujours si humaines, si hospitalières, j’ai appris que la révolution y avait perdu ses plus estimables soutiens, que ces bons campagnards étaient fatigués des lois oppressives, des décrets arbitraires qui mettraient en péril la récompense et le péril de leurs sueurs […]. [E] t cependant, au milieu des persécutions atroces qu’il [le peuple] me fait essuyer sur les ruines de ma maison abattue, de mes propriétés ravagées et détruites, réduit à la misère, sans pain, sans vêtements, sans asile, je contemple avec un doux frémissement de plaisir, la carrière que j’ai parcourue avec désintéressement, courage, intrépidité42. »

  • 43 AFII/45d. 348, De Pétion : Observations, Salut à nos amis que j’embrasse : A Salle, sur sa pièce.
  • 44 AFII/45d. 348.
  • 45 Défense de Valazé, trouvée dans son cachot, Paris, Gorsas, an III.
  • 46 Buzot, Mémoires, op. cit., p. 181.
  • 47 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 180.

27Réduits à l’inaction, les réfugiés cherchent une consolation dans une écriture mélancolique. À Quimper, déjà, Louvet avait composé son Hymne de Mort et Barbaroux, touché par la variole, s’était attelé au premier tome de ses Mémoires. Mais c’est à Saint-Émilion que les Girondins livrent leur vrai testament en se faisant les chantres des causes perdues. Salle rédige une pièce sur Charlotte Corday, prétexte à une méditation sur les raisons de leur propre échec, et la fait lire à ses compagnons d’exil. Le débat qui s’engage entre eux révèle que si l’assassin de Marat précipite la perte de la Gironde, elle en devient aussi l’ultime égérie, dont le souvenir peut inspirer une vengeance posthume : « Qu’il y ait des monuments à l’occasion de la mort de cette femme sublime, que les scélérats tremblent, que ces monuments se retournent contre eux43. » Se consacrant à une biographie de Brissot, Pétion invente, autour de la vie rêvée de leur meneur, l’unité des Girondins. La proscription donne à ceux que l’on nomme, par défaut, les « Brissotins », une identité de groupe qu’ils n’avaient jamais acquise auparavant. Dans leur testament commun, Pétion et Buzot fustigent quant à eux la « perte de la morale » qu’ils datent des massacres de Septembre44. Indulgents avec le roi, ils disent leur regret de la monarchie constitutionnelle, fustigeant ceux qui utilisent la démocratisation politique pour instrumentaliser l’opinion : « Nous avons dédaigné une fausse popularité qu’il nous était si facile d’acquérir. » L’exil transforme ceux qui le vivent : emprisonné à Paris comme Madame Roland ou Brissot, Valazé rédige des lettres bien plus classiques, consacrées, comme celles de Madame Roland ou de Brissot, à la justification politique des Girondins45. Les derniers écrits des proscrits portent tous les stigmates du désespoir de la littérature d’émigration. À distance, cette écriture d’exil radicalise leur pensée politique. Le voyage dans le territoire français est donc aussi un déplacement vers la droite de l’espace politique. Déçus de ne pas trouver le peuple qu’ils avaient imaginé, les Girondins se réfugient dans une vision misanthrope et antihumaniste, qui fait dire à Buzot : « Pour vous, Français, vous m’avez fait bien du mal, et le mal que vous m’avez fait, il n’est pas en votre pouvoir de le réparer46. » Privés d’espoir, les exilés de Saint-Émilion voient dans le suicide politique le dernier geste de vertu possible, seul remède à l’expérience avilissante d’une lente déshumanisation liée à la clandestinité. Dans sa fuite, Louvet ne se sépare pas d’une dose importante d’opium à laquelle il prévoit de recourir afin de succomber en cas d’arrestation47.

  • 48 Voir notamment : Maurice Sachs, La Chasse à Courre, Paris, 1948 ; Irène Némirovsky, Suite français (...)

28Même s’ils contredisent la vision optimiste du « voyage des Lumières », les récits du dernier voyage des Girondins revêtent donc, malgré tout, une fonction cognitive : en confrontant les représentants du « pays légal » au « pays réel » sans les filtres habituels des protocoles et des rituels politiques, l’errance intérieure des Girondins se révèle riche en enseignements sur la culture politique des débuts de la République. Cent cinquante ans plus tard, fuyant les troupes allemandes, les élites politiques et sociales, contraintes d’emprunter des routes départementales, pendant l’exode de juin 1940 feront la même découverte ébahie de la France provinciale48. Dévoilés au début des années 1820, en pleine Restauration, les Mémoires des Girondins rencontrent évidemment un franc succès. Toutefois, l’image qu’ils créent du délitement du territoire en l’an II, du peuple sauvage et des désillusions des hommes modérés contribue à mettre à distance à la fois la Révolution et la République. Mais au fond, ce que révèle finalement ce voyage, c’est que, tout comme les Girondins de 1793, les historiens et les politistes peinent souvent à saisir ce que sont l’« opinion publique » et le « peuple » : contre la tentation récurrente de réifier ces catégories, l’exemple du dernier voyage des Girondins montre la nécessité de les historiciser, de les analyser dans leurs différents contextes, tout particulièrement pendant les périodes de changement du pouvoir, qui se traduisent par des ruptures dans les modes habituels de participation, d’adhésion et d’engagement politique.

Notes

1 « Voyage. s. m. Le chemin qu’on fait pour aller d’un lieu à un autre et qui en est éloigné », Dictionnaire de l’Académie française, 4e édition (1762).

2 Sylvie Aprile, Le Siècle des exilés. Bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éd., 2010.

3 Friedrich Wolfzettel, Le discours du voyageur, Pour une histoire littéraire du récit de voyage en France du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1996.

4 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne, 1847 ; Henri Félix Emmanuel Philippoteaux, Le Dernier banquet des Girondins, huile sur toile, 1850, musée de la Révolution française, Vizille.

5 Voir notamment : Jean-Baptiste Louvet de Couvray, Mémoires de J.-B. Louvet,… de la journée du 31 mai ; suivis de quelques notices pour l’histoire et le récit de mes périls depuis cette époque jusqu’à la rentrée des députés proscrits dans l’Assemblée nationale, Paris, librairie historique, 1821 ; Charles Barbaroux, Mémoires (inédits) de Charles Barbaroux,… avec des éclaircissemens [sic] historiques par MM. Berville et Barrière, Paris, Baudoin frères, 1822 ; François Buzot, Mémoires de Buzot,… précédés d’un précis de sa vie par M. Guadet, Paris, 1822.

6 Michael J. Sydenham, The Girondins, Londres, University of London, The Athlone Press, 1961 ; Paul R. Hanson, The Jacobin Republic Under Fire. The Federalist Revolt in the French Revolution, University Park, Pennsylvania University Press, 2003 ; Anne De Mathan, Girondins jusqu’au tombeau. Une révolte bordelaise dans la Révolution, Bordeaux, Éd. du Sud-Ouest, 2004.

7 Bette W. Oliver, Orphans on the Earth. Girondins Fugitives from the Terror, 1793-1794, Lanham, Lexington Books, 2009. L’auteur n’a ni utilisé l’historiographie française, ni les archives du tribunal criminel révolutionnaire de Paris, ni, surtout, celles du pouvoir exécutif qui contiennent pourtant non seulement les documents émis par la police et les envoyés en mission, mais aussi les mémoires et lettres écrits par les proscrits à Saint-Émilion… Centrée sur les écrits les plus connus (mémoires de Pétion, Louvet, Buzot et Barbaroux, lettres de Madame Roland), Bette W. Oliver n’a pas utilisé ceux d’autres protagonistes, certes secondaires, mais qui nuancent souvent le point de vue des Girondins les plus en vue.

8 Sont concernés : Grangeneuve, Barbaroux, Guadet, Salle, Valady, Du Chastel, Cussy, Bois-Guyon, Girey-Dupré, Kersaint, Lebrun.

9 Chambon, député de Corrèze, est massacré à Lubersac. Lidon, lui aussi élu de Corrèze, s’enfuit de Gironde mais est massacré à Brive, en novembre 1793 dans une grange, alors qu’ils vont être arrêtés : AN AF/7/4774/23, Pièces relatives à la mort de Bernard Francois Lidon.

10 Louvet, d’abord parti vers la Gironde, parvient à rentrer à Paris, Isnard qui se cache chez un ami passe pour mort, Lanjuinais à Rennes, Valazé près d’Alençon, Bergoeing près de Saint-Macaire, Meillan dans les Pyrénées, René François Lejeune en Mayenne, Henry-Larivière dans les environs de Falaise, Kervélégan dans le Finistère, Dulaure à Paris puis en Suisse, Riouffe et La Révellière-Lépeaux chez le naturaliste Bosc à Montmorency puis dans l’Oise chez Pincepré de Buire (1730-1816), ancien député de l’Assemblée constituante.

11 D/XLII/5, d. 4 : liste des papiers trouvés lors de l’arrestation de Brissot en fuite à Moulins le 21 juin 1793. Aidé par Cassanyès, Birotteau est guillotiné en 1794.

12 AN W 277 : Charlotte Corday en cite treize et cinq autres dont elle ne se rappelle plus le nom : Gorsas, Larivière, Buzot, Barbaroux, Louvet, Bergoeing, Pétion, Cussy, Salle, Lesage, Valady, Kervélégan et Guadet. Ajouter : Valazé, Buzot, Girey-Dupré, Meillan, Riouffe, Bois-Guyon.

13 Duchastel, Cussy, Boisguyon, Girey-Dupré, Salle, Meillan, Bergoeing, Marchena et Riouffe.

14 Guadet, Buzot, Valady, Louvet, Barbaroux et Pétion.

15 Katerina Stenou, Images de l’Autre. La Différence : du mythe au préjugé, Paris, Seuil/Unesco, 1998, p. 121-122, citée par Sylvain Venayre, « Pour une histoire culturelle du voyage au XIXe siècle », Sociétés et représentations, no 21, 2006, p. 5.

16 Mona Ozouf, « Voyages en France dans la décennie révolutionnaire », in Willem Frijhoff et Rudolf Dekker (éd.), Le Voyage révolutionnaire, Rotterdam, Hilversum Verloren, 1991, p. 15-47.

17 Jean-Luc Chappey, « Enjeux culturels des dynamiques politiques », in Jean-Luc Chappey, Bernard Gainot, Guillaume Mazeau, Frédéric Régent, Pierre Serna, Pour quoi faire la Révolution, Marseille, Agone, 2012, p. 123.

18 Mona Ozouf, Varennes. La mort de la royauté, Paris, Gallimard, 2005, p. 25.

19 Michel Biard, Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission (1793-1795), Paris, CTHS, 2002, p. 155 et suiv.

20 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 132.

21 Nicolas Mariot, Bains de foule, Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Belin, 2006 : héritier des voyages royaux de l’Ancien Régime, modernisés et démocratisés par Louis-Philippe, le voyage présidentiel participe à enraciner la culture républicaine à la fin du XIXe siècle.

22 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 85. Clichés sur la Normandie et la Bretagne : Catherine Bertho, « L’invention de la Bretagne. Genèse sociale d’un stéréotype », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 35, année 1980, p. 45-62.

23 Brissot, Mémoires, op. cit., p. 262.

24 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 151.

25 Brissot, Mémoires, op. cit., p. 261.

26 Pétion, Mémoires, op. cit., p. 110-113.

27 On trouve le même récit hagard, étonné, des contrées bretonnes dans le voyage fait par Jacques Cambry en 1794-1795 : Karine Salomé, « Le Voyage dans le Finistère de Jacques Cambry : enquête, vérité et sensibilité à la fin du XVIIe siècle », in Anne de Mathan (dir.), Jacques Cambry (1749-1807). Un Breton des Lumières au service de la construction nationale, Quimperlé, Société d’histoire du Pays de Quimperlé, 2008, p. 145-159.

28 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 108.

29 Ibid., p. 111.

30 Oliver, op. cit., p. 10.

31 Guadet, Mémoires, op. cit., p. 266.

32 AN/AF/II/45, lettre de Jarry.

33 Pétion, Mémoires, op. cit., p. 121-122.

34 Buzot, Mémoires, op. cit., p. 142.

35 Michel Vovelle, Les Sans-culottes marseillais. Le mouvement sectionnaire du jacobinisme au fédéralisme, Aix, PUP, 2009.

36 Pierre Laborie, L’Opinion française sous Vichy : les Français et la crise d’identité nationale 1936-1944, Paris, Le Seuil, Poche, 2001.

37 Pierre Serna, La République des girouettes. 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

38 Brissot, Mémoires, op. cit., p. 265.

39 Národní Archiv Praha, PG, 1791-1806, carton 243, cote 15e (1794), no 935 ; 1er juillet 1794 : je remercie Daniela Tinková (université de Prague) de m’avoir communiqué cette information.

40 AF/II/45 : Boîte de fer blanc cachée à Saint-Émilion dans la maison de Mme Bouquey, belle-sœur de Guadet.

41 Pétion, Mémoires, op. cit., p. 105. Même chose pour Buzot, Mémoires, op. cit., p. 145 : « Le peuple de ce département, accoutumé d’ailleurs à une espèce d’assujettissement naturel aux volontés de la grande ville de Paris, trop borné pour concevoir les suites de l’événement du 2 juin, facile à séduire par toutes les passions qui réagissent sans cesse du peuple dominateur au peuple asservi, ne se fit aucune peine d’abandonner ses chefs et de passer rapidement d’un caprice d’opinion à un autre. »

42 Buzot, Mémoires, op. cit., p. 19 et 22.

43 AFII/45d. 348, De Pétion : Observations, Salut à nos amis que j’embrasse : A Salle, sur sa pièce.

44 AFII/45d. 348.

45 Défense de Valazé, trouvée dans son cachot, Paris, Gorsas, an III.

46 Buzot, Mémoires, op. cit., p. 181.

47 Louvet, Mémoires, op. cit., p. 180.

48 Voir notamment : Maurice Sachs, La Chasse à Courre, Paris, 1948 ; Irène Némirovsky, Suite française, Paris, Denoël, 2004.

Table des illustrations

Légende Fig. 1.– La fuite du principal groupe des Girondins, été 1793.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/135102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Auteur

Maître de conférences à l’Institut d’histoire de la Révolution française, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a écrit Le Bain de l’histoire, Seyssel, Champ Vallon, 2009, Corday contre Marat : deux siècles d’images, Versailles, Artlys, 2009 et Pour quoi faire la Révolution (avec Jean-Luc Chappey, Bernard Gainot, Frédéric Régent et Pierre Serna), Marseille, Agone, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540