Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

Fuir la République

La peste de la liberté. Les Français suspects de jacobinisme en Bohême et en Moravie1 (1790-1800)

Daniela Tinková
Traduction de Benoît Meunier

Texte intégral

  • 1 Ce texte fait partie du projet de GAAV no IAA801010903 portant sur la circulation des idées sur la (...)

1« Il faut donc hâter chez nos Voisins la même révolution qui s’opère en France », déclare Adrien Duport dans son célèbre rapport prononcé le 21 mai 1790 au Comité de propagande. Cela permettra

« de nous faire des alliés nécessaires de tous les peuples qui secoueront le joug, et qui n’étant pas aussi avancés dans la révolution que nous le sommes, trouveront en nous un appui moral et physique. […] Hâtons généreusement la même révolution chez eux : dans cette marche héroïque, généreuse, nous trouvons à la fois notre gloire et notre sûreté ».

2L’une des copies du texte du discours fut remise au ministre plénipotentiaire de l’empereur auprès de la cour de Savoie, le marquis de Gherardini, résidant à Turin, qui l’avait obtenu, dit-il, par l’intermédiaire d’un officier français appartenant à la suite du comte d’Artois et séjournant alors lui aussi à Turin.

« Cette pièce, écrit Gherardini au Grand Chancelier Wenzel Anton von Kaunitz-Rietberg, me semble annoncer une scélératesse si étonnante, qu’il m’en coûte encore de me bien persuader de l’existence d’une race de Pédagogues assez audacieux pour affronter si étrangement les souverains… »

3Cette lettre fait partie de la correspondance entre le marquis de Gherardini et Kaunitz, aujourd’hui conservée aux Archives nationales de Brno et jusqu’à présent inédite.

« Votre Excellence est sûrement informée de la fermentation, que la Révolution française a déjà produite dans la populace de plusieurs contrées voisines. Les troubles qui viennent de s’élever en Savoye en sont une suite, et la Cour de Turin a reçu des informations multipliées des efforts que font les François pour soulever entierrement cette province contre l’autorité légitime »,

  • 2 Moravský Zemský Archiv v Brně (Archives régionales de Moravie, ARM), fonds B 95 (Présidence du Gub (...)

4rapporte une autre lettre à Kaunitz envoyée de Turin2.

  • 3 Ibid., B 95, cote 36, carton 219, no 1211/90, fol. 4-5. Wilczek (Milan), Serristori (Florence) à K (...)

« Ces Promoteurs de l’Anarchie, et des excès populaires ne bornent point leurs projets incendiaires à la Savoye. Ils ont formé à Paris un Club soy disant de propaganda libertate dont plusieurs élèves italiens doivent aller en Mission, et faire des prosélytes, en répandant le feu de la révolte dans toutes les parties de l’Italie. […] La Police de ce pays-ci avoit arrêté plusieurs Français, dont les discours tendoient à soulever le peuple, mais après les avoir fait escorter sur les frontières de France. On m’a promis de m’indiquer les François de tout état, dont la conduite dans ce pays-ci aura donné quelque mécontentement, afin que s’ils se portoient plus avant en Italie, je puisse les faire connoitre à Votre Excellence3. »

5Ainsi, l’image d’un « prosélyte », d’un « émissaire » s’ébauche :

  • 4 Ibid., B 95, cote 36, carton 219, no 1211/90, fol. 11 et suiv., Marquis de Gherardini à Kaunitz, T (...)

« Je prendrai la respectueuse liberté d’informer Votre Altesse, qu’on vient de m’assurer, que pour répandre les Maximes soy disantes de liberté parmi la populace d’Italie, on se sert des moyens les plus bas et les plus ignominieux, tels, par exemple, de dresser, et d’instruire dans la nouvelle doctrine de la rébellion, des remouleurs, des porteurs de Lanternes magiques, des joueurs de Vièle, et même des Conducteurs d’Ours ; et porteurs de Marmottes. On choisit par cet effet parmi ces gens, ceux en qui on reconnait quelqu’esprit ou malignité naturelle, et on leur fait parcourir les villages, pour y raconter avec emphase les prétendus heureux changemens arrivés en France, et […] le pouvoir et la dignité que le peuple françois vient d’acquérir, et que les autres Nations partageront incessamment avec lui. Les paysans étonnés, flattés, écoutent avec une attention respectueuse tous ces Contes bleus4. »

6En peu de temps, l’imaginaire de l’ancienne Europe se voit hanté par le spectre d’un « émissaire jacobin », lequel, sous divers costumes parcourt le continent et sème l’inquiétude en mettant en danger l’ordre politique et social établi. La monarchie des Habsbourg est non moins obsédée par cette nouvelle menace. Le gouvernement autrichien, pris d’horreur face à toute révolution, est forcé de réagir au double danger : d’un côté, l’éventualité d’un soulèvement populaire provoqué par la simple vision de la Révolution française ; de l’autre, la présence présumée de prétendus « émissaires jacobins » ou, tout simplement, d’espions français.

  • 5 Récemment, la question des étrangers a été étudiée notamment par Zdeňka Stoklásková, Cizincem na M (...)

7Cette étude est consacrée au problème de la surveillance des « Français suspects » qui arrivent, sous la Première République française, dans deux régions de la monarchie des Habsbourg (c’est-à-dire l’Autriche historique), la Bohême et la Moravie, qui composent l’actuelle République tchèque. Cette question reste peu étudiée des historiens, ce malgré la richesse des documents d’archives5. Y avait-il réellement des républicains parmi les personnes inquiétées par la police, voire de véritables « émissaires jacobins » ? Nous nous fonderons notamment sur des sources inédites provenant des Archives nationales de Prague et de Brno, afin de répondre à cette question.

8L’épouvante suscitée par ces « émissaires » conduisit, en Autriche, à un durcissement progressif des mesures et des démarches vis-à-vis des étrangers, notamment, bien sûr, des ressortissants de la France révolutionnaire, voire républicaine. Il faut observer toutefois que dès le règne de Marie-Thérèse, un recensement des voyageurs et des étrangers avait été mis en place alors qu’on cherchait à améliorer les moyens d’identification et de décompte des sujets du grand empire. Les ordonnances de Marie-Thérèse devinrent sensiblement plus sévères sous son fils Joseph II, du fait de la réforme du « perfectionnement » de la police autrichienne. La Révolution en France exigeait naturellement des mesures d’exception ; cependant, les changements essentiels ne surviennent qu’après le printemps 1792. Il s’agit d’un moment clé : tout d’abord, c’est la date de l’avènement du nouveau souverain, François II, conservateur juré et véritable initiateur d’un mouvement contre-révolutionnaire censé empêcher l’infiltration des idées révolutionnaires ; ensuite, le début de la guerre entre la France et l’Autriche complique encore les relations des deux pays.

  • 6 Národní Archiv Praha (Archives nationales/AN de Prague), Prezidium gubernia (Présidence du Guberni (...)
  • 7 Nařízení královského českého Gubernyum (17/02/1793), AN de Prague, PG 1791-1806, carton 252, fasci (...)

9À partir de l’année suivante, en 1793, la « chasse aux émissaires » devient encore plus systématique. Au début de la même année, des arbres de la liberté apparaissent à différents endroits de Prague. Sur les murs de certains édifices pragois d’importance, on découvre des dessins représentant des têtes décapitées empalées sur des piques. L ´ administration (le gouvernement provincial) de la Bohême (Le Gubernium), terrifiée, transmet un rapport au comte Johann Anton Pergen (1725-1814), ministre de la Police à Vienne. Pour ce fameux « Fouché autrichien », l’affaire est claire : les auteurs de ces crimes ne peuvent être que les Français qui séjournent à Prague ! Dans sa réponse au Gubernium de Prague, il qualifie ces (prétendus) Français d’« instruments aveugles du Fanatisme et de l’Infection de la démocratie » (« […] sich zum blinden Werkzeuge des Fanatismus, und der Demokrateursseuche brauchen lassen6 »). Pergen, ainsi que les gouverneurs pragois, semble tirer partie de cette « affaire » afin de durcir les mesures, comme le stipule l’un des décrets qui suivent immédiatement (5 janvier et 17 février 1793) concernant « les personnes arrivant du pays français » ainsi que les « autres Français qui se trouvent ici depuis 17907 ». Dans le jargon policier, on crée alors une catégorie d’« étrangers suspects », dont une « sous-catégorie » particulière comprend les « Français » (die Franzosen) en général. On adopte alors des mesures particulières concernant toutes les personnes qui arrivent de la République française. Celles-ci sont désormais considérées comme des émissaires jacobins ou des espions potentiels.

  • 8 Par ex. AN de Prague, Policejní ředitelství (préfecture de Police) PR, carton 8 ; no 380/3, Prague (...)
  • 9 Stoklásková, Cizincem na Moravě, op. cit., p. 157.
  • 10 Ibid., p. 165.

10À partir de 1792, et surtout de 1793, tout Français est tenu de présenter un passeport valide, lequel ne peut être délivré que par un organe administratif autrichien : la chancellerie d´État, un ambassadeur, voire un général pour les militaires (décret du 17 février 1793). On n’acceptera plus par la suite que les documents émis par le chancelier d’État (octobre 1793). En outre, la validité du document est progressivement ramenée à deux mois, puis à six semaines seulement (mars 1796). Les personnes ne détenant pas les papiers exigés sont reconduites à la frontière8. Quant aux Français qui désirent demeurer dans le pays, leur séjour n’est autorisé que dans les grandes villes de Bohême et de Moravie (Prague et Brno, décret de la Cour du 5 janvier 1793) et dans la capitale (Vienne, avril 1793). En revanche, il est interdit pour eux de séjourner à la campagne. Pendant leur séjour, leur passeport est détenu par le gouverneur local. Ce même gouverneur, le chef-président du Gubernium de Bohême ou de Moravie, est seul habilité à prolonger éventuellement leur séjour. Pour obtenir une prolongation de séjour à Vienne, il faut s’adresser directement au ministère central de la Police de Vienne (Polizeihofstelle9). En avril 1793, les séjours à Vienne sont même temporairement interdits10. En revanche, à partir du 17 février 1793, les Français qui ne sont que de passage en Bohême ou en Moravie sont obligés de suivre un parcours obligatoire, une « feuille de route » qui suit la frontière, et de se présenter, tour à tour, devant divers organes administratifs compétents dans des lieux déterminés. Il leur est interdit de s’éloigner de cette « route » obligatoire et de passer plus de 24 heures dans n’importe laquelle des étapes fixées.

  • 11 Ibid., p. 158.
  • 12 Ibid., p. 156.
  • 13 Ibid., p. 155-156 et p. 163. Cf. l’empereur pour les Gubernia, le 23 mars 1793.
  • 14 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 252, fascicule 15e, no 451.
  • 15 Stoklásková, Cizincem na Moravě, op. cit., p. 157.

11Ainsi tous les Français qui se trouvent sur le territoire de Bohême ou de Moravie subissent régulièrement des contrôles. Ils doivent non seulement être capables de prouver leurs « bonnes opinions », mais aussi le fait qu’ils disposent de « moyens de subsistance », en vertu des mesures de police du 1er mars 1793 et du 25 novembre 179411 : cette dernière mesure est censée empêcher l’affluence de vagabonds et de mendiants dans le pays. Tous les Français sont donc tenus d’avoir un comportement irréprochable et de respecter les lois du pays et les règles spécifiques qui leur sont imposées. En outre, il leur est interdit de communiquer avec les sujets autrichiens, et ce afin d’éviter toutes diffusions d’informations (février 179312). Ils ne peuvent non plus être engagés comme domestiques ou comme employés. On commence d’ailleurs, à partir du 17 juin 1793, à expulser progressivement les domestiques et les valets de chambre français, ainsi que les gouvernantes et les enseignants établis dans le pays avant 179013. Un décret stipule littéralement que leurs services ne sont plus nécessaires étant donné que « les jeunes alemands doivent apprendre l’allemand14 ». En revanche, les autorités régionales, les douanes, les Kreisämte, sont chargées de certaines formalités administratives concernant les Français : elles sont obligées de dresser la liste des Français présents dans leur région et d’annoncer au chef de la Police de Vienne (Polizeihofstelle) les noms des Français qui y sont « tolérés15 ». Chaque liste doit être accompagnée d’une description détaillée de leurs mœurs, de leur comportement et de leurs opinions. On doit cependant retirer leur passeport à tous les Français jugés « suspects ».

  • 16 Le thème n’étant devenu que récemment un objet d’étude pour les historiens, nos connaissances deme (...)
  • 17 František Roubík, Počátky policejního ředitelství v Praze [Les débuts de la préfecture de Police d (...)
  • 18 AN de Prague, préfecture de Police, fonds no 96, cote 232, carton 5, lettre de la préfecture de Po (...)
  • 19 Ibid., Prague, le 5 juin 1792.

12Une législation particulière concerne les villes d’eau (Karlovy Vary/Karlsbad, Teplice16). Lieux privilégiés pour la vie mondaine internationale au XVIIIe siècle, il n’est guère étonnant que la police s’y intéresse davantage, et cela dès le règne de Marie-Thérèse. Après les débuts de la Révolution française, le contrôle des hôtes devient plus systématique. On établit alors un médecin officiel dans chaque ville d’eau, qu’on charge, en plus de son travail, de l’obligation de transmettre aux autorités policières des informations concernant les visiteurs17. Une ordonnance de la préfecture de Police datée de mai 1792, adressée aux administrations régionales (les Kreisämte) de Bohême de l’Ouest, auxquelles incombaient les villes d’eau de Karlovy Vary et Teplice, rappelle qu’il fallait particulièrement surveiller les étrangers venus aux bains : puisque « nous sommes en guerre contre les Français », une « attention toute particulière » doit être portée aux personnes issues de cette nation. Bien que leur état de santé montre que les cures balnéaires sont indispensables, il faut remettre les personnes en question à la préfecture de Police si l’on constate « la moindre violation de l’ordre public par leur comportement ou par leurs discours18 ». À la même période, la préfecture de Police envoie à Teplice et à Karlovy Vary un officier spécial chargé d’observer les hôtes et de rendre un rapport à la fois à la préfecture de Police et au chef du Gubernium de Bohême19.

  • 20 Voir Jílková, op. cit., p. 47 n. et 59 n.
  • 21 AN de Prague, préfecture de Police ; cote 232, carton 5, cote 337, no 796, le 3 avril 1792.

13Plus tard (en 1794), on instaure, à l’initiative du ministre Pergen, un indicateur de police. Il se trouve que le premier nommé était également médecin, chargé de la surveillance des patients. Puis, en 1796, on crée une nouvelle fonction : celle d’inspecteur des villes d’eau, lequel a pour mission de contrôler les passeports et autres documents des étrangers. Afin de mieux répertorier les visiteurs des stations balnéaires, il existait plusieurs méthodes (les Kurliste, Badeliste, Anzeigeprotokolle, Meldungsprotokolle, etc.) fondées sur des listes détaillées. Les dénonciations faites par un « agent » secret étaient aussi fréquentes20. Afin d’empêcher les voyages « inutiles » des étrangers « suspects », on oblige bientôt tous les visiteurs à se munir d’un document médical qui justifie leur séjour dans les villes d’eau par la nécessité d’une cure. Quant aux personnes suspectes se trouvant dans les stations balnéaires, on peut citer l’exemple d’un brigadier nommé von Hutter et arrêté à Karlovy Vary début avril 1792. Un « avertissement » prétendait qu’il s’agissait d’un « émissaire de la Propagande » (Emissair von der Propaganda) ; nous ignorons hélas les suites de l’« affaire21 ». Cependant, ces prescriptions ayant naturellement pour conséquence de réduire sensiblement le nombre de visiteurs étrangers, François II doit finalement consentir à modérer la surveillance des visiteurs des villes d’eau afin de ne pas ruiner cette nouvelle industrie fructueuse et prospère que représentaient les bains pour la monarchie des Habsbourg.

La peste des « Nouvelles Républiques »

  • 22 Voir notamment AN de Prague, PG 1791-1806, carton 252, fascicule 15e ; no 1784, le 10 novembre 179 (...)
  • 23 Jílková,op. cit., p. 108, voir AN de Prague, PG 1791-1806, carton 79, fascicule 1/XXXIII.
  • 24 Jílková, op. cit., p. 97.
  • 25 AN de Prague, préfecture de Police, carton 8, comte Stampach, le 2 juillet 1794.

14À partir de 1795, les mesures exceptionnelles concernant les étrangers se généralisent, pour inclure également les arrivants des pays occupés par les Français ou leurs alliés, y compris des « nouvelles républiques » potentiellement contaminées par la « peste de la Révolution ». Il s’agissait notamment des Néerlandais (surtout du Sud, c’est-à-dire d’anciens sujets des Habsbourg), des Italiens, des habitants des cantons suisses, mais aussi des régions rhénanes occupées. Comme dans ces régions naissaient des « républiques sœurs », les émigrés de ces pays étaient souvent appelés, dans les documents administratifs, les « nouveaux républicains » (Neue Republikaner22). Les courriers à destination ou en provenance de ces pays-là, ou bien, comme on disait, marqués du « sceau républicain », étaient particulièrement contrôlés et lus23. Les Pays-Bas du Sud, c’est-à-dire la future Belgique, occupaient alors une position particulière, car il s’agissait d’anciens sujets des Habsbourg qui s’étaient révoltés contre les réformes de Joseph II en 1787. Les fugitifs de ces régions étaient, semble-t-il, les plus nombreux. Dès 1795, on distinguait parmi eux les « vrais Néerlandais » (qui avaient fui immédiatement après l’occupation française) et les « vrais Français » (chez lesquels on présupposait quelque forme de collaboration avec les Français24). En juillet 1794, le Gubernium de Prague ordonne également une surveillance spéciale et particulièrement étroite de tous les Suisses, notamment ceux qui parlent le français. Ils doivent être traités comme des suspects, dit-on, en raison des « Français se faisant passer pour des Suisses25 ».

  • 26 AN de Prague, PG 1791-1806, 15e (1796), carton 246, no 1377, juin 1796.

15Un cas l’illustre particulièrement : en juin 1796, un déserteur du nom de Jean-François Long se présente, selon la règle prescrite, à l’administration locale (le Kreisamt) avec sa feuille de route, et tente d’expliquer qu’il est Suisse de naissance, mais qu’il sert dans l’armée française. Malgré ses documents en règle, il est expulsé du pays : « En tant que Suisse ayant servi sous les Français, il n’est pas convenable (geeignet) qu’il demeure dans les Pays héréditaires (Erblanden ou bien Erbländer, c’est-à-dire la monarchie des Habsbourg sans les territoires hongrois). » Le Gubernium somme par ailleurs le Kreisamt de ne plus accepter « ce genre de personnes », et de les reconduire immédiatement à la frontière26. Après 1798, les fugitifs arrivant des pays italiens, notamment de la République cisalpine considérée comme satellite ultra-fidèle de la France républicaine, se retrouvent eux aussi dans une situation analogue.

Plus que la République en voyage, la monarchie en fuite !

  • 27 Stoklásková, Cizincem na Moravě, p. 177 ; Jílková, op. cit., p. 83.

16Quel est donc le « portrait collectif » du voyageur suspect ? Qui sont, dans les faits, les personnes concrètes concernées par cette législation ? Il faut d’abord constater que la Bohême et la Moravie deviennent d’importantes terres d’accueil pour les milliers de personnes qui arrivent pour différentes raisons de la France révolutionnaire, ou bien des régions occupées. De fait, en parcourant les documents concernant les immigrés français, on a rapidement l’impression non d’une cohorte incarnant la « république en voyage », mais bien plutôt plus d’un groupe illustrant la « monarchie en fuite ». Au lieu de ces prétendus émissaires jacobins, on rencontre plutôt des émigrés issus de toutes les classes sociales et cherchant désespérément un asile en Bohême ou en Moravie. Les plus nombreux sont les ecclésiastiques, qui, pour une grande part, trouvent refuge dans des monastères isolés afin d’éviter tout contact avec les habitants. Les nobles émigraient dans de meilleures conditions, car ils pouvaient parfois trouver un soutien auprès des familles nobles alliées de Bohême ou de Moravie, et ils disposaient, pour la plupart, de ressources financières qui leur offraient quelques moyens de subsistance. Citons l’exemple du marquis de Bombelles (1744-1821), diplomate sous Louis XVI, qui obtient l’asile en Moravie pour toute sa famille et peut résider dans un petit château de campagne à Ivanovice27. Néanmoins, des centaines de nobles et d’ecclésiastiques n’ont pas cette chance, et ne sont autorisées qu’à traverser la Bohême ou la Moravie pour rejoindre un autre pays, la Russie ou la Hongrie le plus souvent.

  • 28 AN de Prague, préfecture de Police, carton 8, 422/1676, Prague, le 3 juillet 1794.
  • 29 AN de Prague, PG 1791-1806, cote 15e (1796), carton 246, no 1903, fol. 97.
  • 30 Ibid., fol. 204-205.

17Observons le comte de Provence, le futur roi Louis XVIII, accompagné du prince Louis Joseph de Bourbon, passer par la Bohême tandis que tous deux se dirigent vers la Saxe, mais uniquement à la condition qu’ils ne s’éloignent pas du parcours fixé et ne s’arrêtent nulle part plus de vingt-quatre heures. Dans le cas contraire, ils doivent être remis aux mains des autorités locales. De fait, comme tous les autres Français ou étrangers « suspects », ils furent, à chaque étape de leur parcours, étroitement surveillés28. La femme du comte de Provence, qui voyageait séparément en août 1796 avec dix-huit personnes de sa suite, passe par Linz, Prague et Litoměřice/Leitmeritz, en route pour la Silésie sous le nom d’emprunt de la comtesse d’Olivergues. Bien que les administrations et autorités locales aient été averties par Vienne du fait qu’elle était enceinte, on leur recommande de ne pas la laisser s’arrêter pour une durée « plus longue que nécessaire29 ». Malgré cela, elle obtient finalement, en octobre, l’autorisation de demeurer exceptionnellement un peu plus longtemps dans la ville de České Budějovice, « au vu de sa situation actuelle30 ».

  • 31 Stoklásková, « Francouzský švindl svobody », art. cité, p. 78.
  • 32 AN de Prague, PR, carton 14, no 544/2167, année 1799.

18Les déserteurs de l’armée républicaine ne sont pas traités avec beaucoup plus d’égards : à la différence d’autres déserteurs, de Bavière ou de Pfalz, par exemple, qui furent incorporés dans l’armée autrichienne, les Français étaient fréquemment incarcérés, ou du moins reconduits vers la frontière31. Les ordonnances sévères s’appliquent également aux membres du tiers état, les simples commerçants, artisans, également en fuite devant la politique jacobine. Comme il est interdit d’employer les Français, ils sont souvent réduits à la misère, et donc finalement expulsés du pays en tant que simples vagabonds. Les compagnons artisans qui étaient admis au sein des corporations correspondant à leur métier, quoiqu’obligés de suivre leurs règles, se trouvaient dans une situation quelque peu meilleure ; toutefois, toute violation des règles des corporations entraînait un recrutement dans l’armée32.

Les fugitifs de la République, ou les voyages terminés en prison

  • 33 Il s’agit sans doute de l’allusion à l’hébertiste Antoine-Joseph Santerre (1752-1809).
  • 34 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 243, cote 15e (1793), no 286, Vienne, le 18 février 1793, et no(...)
  • 35 ARM de Brno, B 95, carton 220, cote 36, no 1631/91 et 51/92.

19En parcourant les dossiers des fugitifs, on ne rencontre qu’assez rarement des personnes réellement liées à la Révolution, exception faite des individus louches dont l’identité et les motivations restent obscures. Voici quelques exemples qu’on peut considérer comme les plus significatifs. En février 1793, le ministre Pergen « découvre » (il s’agit probablement d’une dénonciation) la présence, à Prague, du frère « du fameux jacobin Santerre33 », qui travaille comme portier chez le prince de Fürstenberg et enseigne le français. Connu comme un homme « très irréligieux » et aux opinions « très démocratiques », écrit Pergen au Gubernium de Bohême, il suscite des craintes chez les bourgeois honnêtes et bien pensants (wohldenkenden) de Prague, car il pourrait devenir dangereux en ces temps troublés. Pergen ordonne donc au Gubernium de faire suivre et surveiller ce Santerre, et demande des rapports et des informations plus détaillées sur sa personne et sur son « caractère ». Il ajoute qu’il aurait préféré expulser cet individu hors des Pays héréditaires. Le chef du Gubernium lui répond que ce Santerre est effectivement un « partisan dévoué de la Révolution française34 ». Il est expulsé tout de suite. Le cas sans doute le plus intéressant est celui de Louis-Antoine Fauvelet de Bourrienne (1769-1834), homme politique et diplomate, ancien condisciple de Napoléon Bonaparte à l’école militaire de Brienne, et son futur collaborateur. Depuis les débuts de la Révolution, il réside à l’étranger. Il fait des études de droit et de diplomatie à Vienne, puis à Leipzig. En février 1792 – il n’a alors que 22 ans –, il se retrouve à la frontière, près de la ville de Tessen (Těšín), en Silésie. Il veut entrer en « Autriche » afin de rendre visite à un des comtes de Noailles, alors réfugié à Vienne. Il est aussitôt arrêté et interrogé, car il ne dispose d’aucun passeport. Le début de l’année 1792 constitue une période de « transition » : la déclaration de guerre est imminente, les mesures sévères contre les Français ne sont pas encore entrées en vigueur, mais la surveillance des étrangers se révèle assez systématique. Le jeune homme tente alors d’expliquer qu’il vit depuis trois ans en Allemagne sans qu’aucun passeport ne lui ait jamais été demandé. Les documents de police – qui l’estiment âgé de 30 ans – contiennent même une description détaillée du « suspect » : il est d’une stature plutôt grande, il a des cheveux châtain clair, de grands yeux bleus et un grand nez ; il porte un chapeau rond, des culottes jaunes, et on aperçoit sur son manteau des boutons en diamant. Il porte en outre sur lui un petit ouvrage, un poème allemand daté du 19 mai 1791, que ses amis de Leipzig lui avaient offert en cadeau. Le poème porte même une dédicace « À L. A. Fauvelet, citoyen français ». Pour des raisons inconnues, le volume est saisi par les officiers. Le jeune voyageur avoue ouvertement et peut-être même avec une certaine naïveté aux douaniers qu’il arrive de Varsovie, où il était secrétaire du comte Jablonowski, mais qu’on l’a chassé à cause de ses discours égalitaires et d’un article publié dans un journal dirigé contre la cour de Berlin35.

  • 36 Ibid.
  • 37 Après son retour en France, en 1792, il participe à la manifestation du 20 juillet, ainsi qu’au so (...)

20Finalement, une feuille de route lui est établie, à la condition qu’il ne prononce jamais de « discours publics qui concerneraient la Révolution française ». Dans le cas contraire, les fonctionnaires concernés doivent procéder « conformément à leurs attributions » (ihr Amt zu handeln). L’ensemble de son parcours est minutieusement suivi, et nous disposons d’un rapport détaillé de chacune de ses « étapes ». Ainsi, par exemple, son bref séjour à Olomouc/Olmütz est décrit dans les moindres détails : dîners, promenades, personnes qui l’accompagnent sont consignés dans le rapport. En arrivant dans la métropole morave, Brno, il est même interrogé par le directeur ou préfet de police, Johann Nepomuk Okacz. Avec une certaine ingénuité, il lui raconte toute son escapade depuis Vienne, sans dissimuler son enthousiasme pour la Constitution française de 1791 et sans cacher les déboires que ses opinions politiques lui ont valu en Pologne. Il se montre également très hostile vis-à-vis des émigrés, les traitant de traîtres et de voleurs qui emportent de grandes fortunes hors de leur pays sans lui rendre aucun service. Raconter tout cela à un préfet de police dans un pays « autrichien » était plutôt maladroit. Cependant Okacz se contente de noter tout en détail, et le laisse reprendre son chemin pour Vienne36. De là, Fauvelet continue par Strasbourg en direction de Paris, où il participe à l’insurrection du 10 août qui renverse la monarchie – cette monarchie dont il vantait tant la constitution aux magistrats autrichiens37 !

  • 38 Nous sommes hélas dans l’impossibilité de vérifier si les individus en question se sont réellement (...)

21Il était également courant que le ministre de la Police, Johann Pergen, envoie des dépêches aux Gubernia de Brno ou de Prague pour les prévenir de la présence d’éléments considérés comme dangereux dans le pays38.

  • 39 Du fait que l’on dispose de peu d’informations à son sujet, les documents n’indiquant même pas son (...)
  • 40 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 243, cote 15e (1792), no 286.
  • 41 AN de Prague, préfecture de Police, 96 ; carton 5, cote 339, no 948, Dresde, le 20 avril 1792, La (...)
  • 42 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 243, cote 15e (1793), Vienne, le 14 mai 1793.

22Ainsi, par exemple, en avril 1792, le ministre de la Police de Vienne avertit le Gubernium de Bohême qu’un certain Joubert, ancien officier en relation étroite avec le club des Jacobins de Paris39, voyage par Clève, Braunschweig et Dresde jusqu’à Vienne, en passant par la Bohême40. À la même époque, la description physique du même Joubert est envoyée à la préfecture de Police de Prague par celle de Dresde. La description rapporte qu’il est en bonne santé, qu’il a le « teint frais » et les jambes un peu torses. Dans le dossier, il est ouvertement désigné comme un « émissaire français ». On y trouve aussi un extrait d’une lettre rédigée le 6 avril à La Haye et qui résume les observations « exactes » de la police locale dénonçant Joubert comme « un homme vraiment dangereux ». Selon cette dénonciation, il « menait des conversations suspectes contre le gouverneur héréditaire » (des Pays-Bas) et était en bonne entente avec les jacobins parisiens. Il parlait aussi d’« entreprises meurtrières » (mörderischen Unternehmungen). Au moment où la police commence à s’intéresser à lui, il disparaît et prend la route de Vienne en passant par Clève, Braunschweig et Dresde41. En mai 1793, le ministère de la Police viennois avertit le chef du Gubernium de Bohême qu’un des « célèbres membres de la Convention nationale », Hérault de Séchelles, est en train de voyager en secret par les Pays héréditaires, et on prétend qu’il doit traverser également le Royaume de Bohême. Le chef de l’administration de Bohême est donc incité à prendre « en secret » des mesures indispensables et à donner des nouvelles du « résultat42 ». On ignore là encore la suite des événements.

  • 43 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 243, cote 15e (1793), no 1488.
  • 44 « Le S. Pethion ancien Maire de Paris vojage de Basel par Vittingen, Rottenbourg et Heilbronn, il (...)

23Début décembre 1793, le Gubernium de Bohême reçoit un message indiquant qu’un certain duc de la Force, (membre) « de la Convention nationale », se rapproche de la Bohême. Dans le cas où il serait vu, il est « absolument nécessaire que ce criminel (Bösewicht) soit arrêté43 ». Il n’est pas impossible qu’il s’agisse de François-Pierre-Bertrand de Nompar de Caumont, duc de la Force (1772-1854), député et futur pair de France. Nous ne savons pas si de Séchelles et de Nompar vinrent réellement en Bohême ou non, de sorte que nous continuons à ignorer leurs aventures « autrichiennes ». Évoquons encore le cas intéressant d’une lettre anonyme de dénonciation, rédigée en français, et dont Pergen envoie la copie à Prague. Selon cette lettre, l’ancien maire de Paris, Jérôme Pétion, alors proscrit en tant que l’un des chefs « girondins », traverse la Suisse et une partie de l’Allemagne avec un faux passeport de Lausanne délivré au nom de Jacques Metzgré. « C’est un homme adroit », lit-on à la fin de la lettre, « dont l’arrestation feroit honneur à l’humanité ». Cette lettre, qui contient par ailleurs une description détaillée des habits du proscrit, porte la date du 1er juillet 1794. Pourtant il était déjà mort à ce moment, car on date généralement son suicide dans les Landes bordelaises au 18 juin 179444.

  • 45 Milan Šmerda, « Lafayettova internace v Olomouci v letech 1794-1797 a moravská společnost » [« L’e (...)
  • 46 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 245, cote 15e, juillet 1795.

24Les « otages d’État », ou « prisonniers d’État » (Staatsgefangene), constituent un exemple particulier de « voyageurs » encore moins volontaires : il s’agit notamment de plusieurs révolutionnaires incarcérés dans les forteresses de Moravie, lesquelles servaient à l’époque de prisons d’État pour des détenus d’importance, notamment politiques. L’exemple le plus connu est sans doute celui du général Lafayette, incarcéré dans la ville-forteresse d’Olomouc, en Moravie. Sa présence en Moravie, et surtout sa tentative d’évasion manquée, en 1794, lui valent de vives sympathies de la part de la noblesse libérale morave45. Les francs-maçons de Moravie tentèrent en vain d’intervenir en sa faveur. Quant aux deux Allemands qui lui prêtèrent secours pendant sa tentative d’évasion, ils furent chassés de la monarchie autrichienne46.

  • 47 Pierre Riel, marquis de Beurnonville, commandait l’armée de Moselle et de Luxembourg (1792). Il fu (...)
  • 48 AN de Prague, PG 1791-1806 ; carton 24, 15e (1793), inventaire 286, no 1110, août 1793.
  • 49 Ibid., no 1503, novembre 1793.

25Pratiquement à la même époque, la Moravie devient également un lieu de résidence forcée pour Beurnonville (1752-1821), ministre de la Guerre47, et quatre députés de la Convention, Armand-Gaston Camus (1740-1804), Jean-Henri Bancal des Issarts (1750-1826), Nicolas-Marie Quinette (1762-1839) et François Lamargue (1753-1839), ainsi que deux secrétaires (Faucon et Vilmer) et un adjudant du ministre. Ces hommes, arrivés auprès de l’armée du Nord et munis d’un arrêt de la Convention ordonnant de faire incarcérer le général Dumouriez, sont livrés par le même Dumouriez au prince de Cobourg le 3 avril 1793. Dumouriez, comme on sait, passe aux Autrichiens ; les otages leur sont remis et incarcérés dans les forteresses de Moravie, Olomouc ou Brno-Spielberg. Pendant leur transfert en Moravie, ils sont tenus en toute discrétion, voire dans la clandestinité. Ce transfert en Moravie a lieu en août 1793 ; le chef du Gubernium de Bohême précise alors, dans une lettre destinée à Pergen, le ministre de la Police, qu’en passant par la Bohême, les prisonniers seraient tenus en toute discrétion, voire dans la clandestinité48. On n’autorise même pas l’un des secrétaires, Faucon, à recevoir une lettre transmise par un commerçant49. Le 25 décembre 1795, ces « otages d’État » sont échangés à Bâle contre la fille de Louis XVI. Il semble toutefois que grâce à ces trente-trois mois de détention, certains de ces prisonniers purent échapper à la guillotine.

  • 50 Il se retrouve sur une liste des membres du Gubernium de Bohême suspectés du « jacobinisme », PG 1 (...)
  • 51 Milan Šmerda, « Polští vězni v českých zemích v době Kosciuszkova povstání. Stanislaw Kostka Potoc (...)
  • 52 Lettre de Wilczek datée du 16 juin 1790 ; lettre de Gherardini à Kaunitz datée du 4 juillet 1790.

26Enfin, n’oublions pas le cas des étrangers « non français » inquiétés par la police autrichienne dans les régions « tchèques » pour leur soi-disant « jacobinisme ». On peut probablement considérer certains d’entre eux comme des républicains. L’abbé Scipione Piattoli (1749-1809) constitue sans doute l’exemple le plus connu. Florentin de naissance, il prend parti pour l’indépendance de la Pologne. Il participe aussi à la rédaction de la fameuse Constitution polonaise du 3 mai 1791, largement inspirée par celle des États-Unis, qui procède à une redistribution des pouvoirs en faveur des assemblées élues. Admirateur de la Révolution française, qui avait visité la France en 1789, à la veille de la révolution, il songe non seulement à une future alliance avec la France républicaine, mais aussi à une constitution républicaine pour la Pologne. Cependant toute tentative de réforme radicale de la Pologne est un échec, et la plupart des défenseurs de la Constitution du 3 mai sont contraints d’émigrer. Une partie de ces émigrés polonais sensibles aux idées républicaines se réunissait dans les villes d’eau de Bohême de l’Ouest. C’est justement à Karlovy Vary que Scipione Piattoli est arrêté, en 1794, avec un autre « patriote » polonais, Ignacy (Stanislaw Kostka) Potocki. Il est intéressant de noter que le comte Wratislaw, le préfet de région qui les fit arrêter, avait lui-même été dénoncé, quelques jours plus tôt seulement, comme « jacobin50 ». Piattoli et Potocki passent ensuite six ans en prison, dans la forteresse de Josefov/Josephstadt. On prétend aussi qu’ils devaient être pris en otage et échangés contre plusieurs diplomates autrichiens capturés à Cracovie. Des personnalités d’importance, comme le roi de Pologne Stanislaw August Poniatowski ou Napoléon Bonaparte, intervinrent pour les faire libérer51. Dans les lettres du marquis de Gherardini au prince Kaunitz de 1790 citées plus haut, Piattoli est déjà clairement désigné comme l’un des « prosélytes » italiens du Comité de propagande parisien et comme un collaborateur des jacobins ; cette lettre prévoit déjà son arrestation52.

  • 53 ARM de Brno, B 95, carton 225, cote 492/98 – Gustav Adolf Bucher, 167 p.

27Les organes administratifs et policiers de Bohême et de Moravie eurent également affaire à toute une série d’individus « suspects » particuliers dont les sources ne donnent qu’une idée trop vague. Pour ne citer qu’un exemple assez éloquent : un certain protestant de Saxe nommé Gustav Adolf Bucher53, assesseur au Conseil de guerre secret auprès de la cour de Saxe, arrive début 1798 – après avoir séjourné à Dresde, Prague et Vienne – dans la métropole morave de Brno. Il a alors trente-sept ans. Dans plusieurs auberges, il se permet des discours « dangereux pour l’État » : il vante notamment « la Constitution française, la liberté et l’égalité », puis le nouveau régime français dans son ensemble. Il montre aux hôtes des portraits de combattants révolutionnaires, Murat, Bonaparte, et il ose même prophétiser la fin prochaine de toutes les monarchies. Il se vante aussi de détenir un diplôme qui lui assure un poste d’officier dans l’armée française. Le document porte effectivement le sceau de la République française et la signature de Bonaparte. Après son arrestation, il affirme que ce document n’était que pure invention, un simple faux. Néanmoins, une fouille détaillée de ses bagages révèle des choses qui intéressent énormément la police de Brno : on y trouve non seulement des sceaux de la République française, mais aussi des cahiers remplis de citations « philosophiques », de réflexions sur la justification morale de la révolution et de la lutte contre la tyrannie ; on y découvre également un fragment de la Marseillaise. Dans l’un de ces cahiers, il se proclame « citoyen français », et désigne sa domestique comme une « citoyenne française ».

28Afin de se justifier, il prétend collectionner des choses intéressantes, comme des sceaux ou des gravures, et il affirme que ces cahiers ne lui servent qu’à pratiquer son français. Mais son « apprentissage » du français paraît fort singulier au préfet de police lorsqu’il découvre dans ses affaires des tableaux précis indiquant l’état numérique de l’armée prussienne, ainsi que des plans détaillant la situation des armées prussienne et autrichienne, le tout minutieusement commenté en français. Les inclinations et les centres d’intérêts singuliers de M. Bucher semblant suspects au préfet Okacz, ce dernier le fait aussitôt expulser d’« Autriche » vers sa Saxe natale, à la condition qu’il ne revienne jamais en Moravie. Tout son itinéraire fait l’objet d’une reconstitution détaillée par le préfet Okacz, reconstitution qu’il envoie à la préfecture de Police de Dresde. Il joint une lettre comportant une description de la personne et des activités suspectes de Gustav Bucher, dans laquelle ce dernier est présenté comme « un dangereux agitateur qui met en danger les fondements de l’État et de la Religion ».

Conclusion

29Les différents cas étudiés nous ont le plus souvent placés en face de voyages peu volontaires, voire « subis » ou « forcés ». Paradoxalement, la plupart des voyageurs concernés n’étaient nullement de ceux qui voulaient répandre les idéaux de la révolution : la raison de leur départ de France était généralement tout le contraire, et les mesures prises contre les « étrangers suspects » retombaient principalement sur les opposants au régime révolutionnaire qui cherchaient un asile, souvent en vain, en Bohême et Moravie. Les mesures prises contre la « peste de la révolution » frappent donc pour la plupart des individus qui cherchent eux-mêmes à fuir cette « peste ». Bien que fort éloignés de tout « propagandisme » révolutionnaire, tous ces fugitifs sont traités comme une source indésirable d’informations, et comme des personnes contaminées par la « peste de la liberté », l’« infection de la démocratie », comme s’ils portaient dans leur errance le stigmate qu’ils fuyaient.

30Toutefois, les raisons qui mènent à l’expulsion hors des pays gouvernés par les Habsbourg étaient multiples, et pouvaient aller de la diffusion d’opinions « dangereuses » à l’incapacité à produire des documents exigés en passant par la simple « pauvreté ».

31Il est encore difficile de répondre à la question de savoir s’il y eut donc des « républicains » parmi les personnes retenues par les autorités « autrichiennes » en Bohême et en Moravie. Difficile, car le mot « républicain » n’apparaît dans les documents policiers qu’en relation avec les émigrés des « nouvelles républiques », c’est-à-dire des « républiques sœurs », les Neue Republikanern, après 1795. Le mot « républicain » désigne donc une origine géopolitique et non une orientation politique. Les prétendus « républicains » sont donc inclus dans la vague catégorie des « émissaires », ou dans celle des « jacobins ». Ils sont difficilement séparables de toute une série d’individus suspects où l’on trouve, entre autres, les « porteurs de lanternes magiques » et autres « meneurs d’ours » qu’on expulse du pays. Leur nombre reste pourtant fort limité, notamment en comparaison avec d’autres personnes inquiétées par les autorités ou la police. Toutefois, on peut croire que les mesures, les ordonnances policières et autres dispositions de censure visant le « système français » firent une propagande et une publicité à la Révolution et à la République bien plus efficace que les actions présumées des « émissaires jacobins ».

32Il y avait très peu de républicains dans les provinces « autrichiennes », et l’idée de république elle-même restait assez vague même parmi les « démocrates » modérés. L’historien a finalement plutôt l’impression que les seules entités à avoir, dans ces pays, une idée tant soit peu claire de ce que pouvait être la République étaient les organes policiers et les autorités administratives. Il semble donc que les soi-disant républicains, ou plutôt leur image dans l’imaginaire aient aidé à raffermir l’importance du rôle de la police dans la monarchie des Habsbourg, et à consolider l’image de l’« Autriche » en tant qu’État « policier ». Ou lorsque le prétendu voyageur républicain sert à mieux immobiliser les sujets de l’empereur autoritaire.

Notes

1 Ce texte fait partie du projet de GAAV no IAA801010903 portant sur la circulation des idées sur la Révolution française et brabançonne en Bohême et en Moravie.

2 Moravský Zemský Archiv v Brně (Archives régionales de Moravie, ARM), fonds B 95 (Présidence du Gubernium de Moravie et de Silésie), cote 36, carton 219, no 1211/90, fol. 15. Gherardini à Kaunitz, Turin, le 26 juin 1790, en français.

3 Ibid., B 95, cote 36, carton 219, no 1211/90, fol. 4-5. Wilczek (Milan), Serristori (Florence) à Kaunitz, le 16 juin 1790.

4 Ibid., B 95, cote 36, carton 219, no 1211/90, fol. 11 et suiv., Marquis de Gherardini à Kaunitz, Turin, le 17 juin 1790, en français.

5 Récemment, la question des étrangers a été étudiée notamment par Zdeňka Stoklásková, Cizincem na Moravě. Zákonodárství a praxe pro cizince na Moravě (1750-1867) [Être un étranger en Moravie. Législation et pratique concernant les étrangers en Moravie, 1750-1867], Brno, Matice moravská, 2007, 328 p. Cf. également ses articles : « Osvícenská církevní politika a její vliv na svobodu pohybu duchovenstva » [« La politique ecclésiastique des Lumières et son influence sur la libre circulation du clergé »], in Od barokní piety k interiorizaci víry [De la piété baroque à l’intériorisation de la croyance], HOP – Historie – Otázky – Problémy 1, 2/2009, Jaroslav Lorman, Daniela Tinková (dir.), p. 69-82 ; et « Francouzský švindl svobody. Strach z revoluce ve světle zákonů v Rakousku 1792-1805 » [« La duperie française de la liberté. La peur de la Révolution à la lumière des Lois en Autriche », 1792-1805], in Jiří Hanuš, Radomír Vlček (dir.), Interpretace francouzské revoluce, Brno, 2004, p. 70-80.

6 Národní Archiv Praha (Archives nationales/AN de Prague), Prezidium gubernia (Présidence du Gubernium) 1791-1806, carton 243, cote 15e (1793), Vienne, le 12 février 1793.

7 Nařízení královského českého Gubernyum (17/02/1793), AN de Prague, PG 1791-1806, carton 252, fascicule 15e, no 6152.

8 Par ex. AN de Prague, Policejní ředitelství (préfecture de Police) PR, carton 8 ; no 380/3, Prague, le 26 décembre 1793. Décret de la préfecture de Police, en vertu de la lettre ministérielle du comte Pergen du 18 décembre.

9 Stoklásková, Cizincem na Moravě, op. cit., p. 157.

10 Ibid., p. 165.

11 Ibid., p. 158.

12 Ibid., p. 156.

13 Ibid., p. 155-156 et p. 163. Cf. l’empereur pour les Gubernia, le 23 mars 1793.

14 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 252, fascicule 15e, no 451.

15 Stoklásková, Cizincem na Moravě, op. cit., p. 157.

16 Le thème n’étant devenu que récemment un objet d’étude pour les historiens, nos connaissances demeurent fort fragmentaires. Un mémoire de maîtrise vient d’être soutenu sous notre direction à la faculté de lettres de l’université Charles de Prague : Lucie Jílková, « A nad jejich chováním a činy bedlivé oko míti… Dohled nad cizinci v lázních za neklidných let konce 18. stol. a na začátku 19. stol. » [« et sur leurs comportements et actions, garder un œil vigilant… »], La surveillance des étrangers dans les villes d’eau pendant les années troublées au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, 112 p., Prague, université Charles, 2010.

17 František Roubík, Počátky policejního ředitelství v Praze [Les débuts de la préfecture de Police de Prague], Prague, 1926, p. 182.

18 AN de Prague, préfecture de Police, fonds no 96, cote 232, carton 5, lettre de la préfecture de Police de Prague aux autorités régionales de Loket (pour Karlovy Vary) et Litoměřice (pour Teplice), le 31 mai 1792.

19 Ibid., Prague, le 5 juin 1792.

20 Voir Jílková, op. cit., p. 47 n. et 59 n.

21 AN de Prague, préfecture de Police ; cote 232, carton 5, cote 337, no 796, le 3 avril 1792.

22 Voir notamment AN de Prague, PG 1791-1806, carton 252, fascicule 15e ; no 1784, le 10 novembre 1798.

23 Jílková,op. cit., p. 108, voir AN de Prague, PG 1791-1806, carton 79, fascicule 1/XXXIII.

24 Jílková, op. cit., p. 97.

25 AN de Prague, préfecture de Police, carton 8, comte Stampach, le 2 juillet 1794.

26 AN de Prague, PG 1791-1806, 15e (1796), carton 246, no 1377, juin 1796.

27 Stoklásková, Cizincem na Moravě, p. 177 ; Jílková, op. cit., p. 83.

28 AN de Prague, préfecture de Police, carton 8, 422/1676, Prague, le 3 juillet 1794.

29 AN de Prague, PG 1791-1806, cote 15e (1796), carton 246, no 1903, fol. 97.

30 Ibid., fol. 204-205.

31 Stoklásková, « Francouzský švindl svobody », art. cité, p. 78.

32 AN de Prague, PR, carton 14, no 544/2167, année 1799.

33 Il s’agit sans doute de l’allusion à l’hébertiste Antoine-Joseph Santerre (1752-1809).

34 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 243, cote 15e (1793), no 286, Vienne, le 18 février 1793, et no 5882-945, Vienne, le 16 mars 1793.

35 ARM de Brno, B 95, carton 220, cote 36, no 1631/91 et 51/92.

36 Ibid.

37 Après son retour en France, en 1792, il participe à la manifestation du 20 juillet, ainsi qu’au soulèvement du 10 août, durant lequel on sait qu’il reprend contact avec Napoléon Bonaparte, son ancien condisciple. Durant la campagne d’Italie, il devient même son secrétaire, et Bonaparte, alors général, met à profit ses connaissances en droit et en langue allemande pour conclure un traité de paix avec l’Autriche à Campo Formio au mois d’octobre 1797. Fauvelet de Bourrienne suivra Napoléon Ier jusqu’en Égypte, et l’aidera à se maintenir au pouvoir lors du coup d’État du 18 brumaire. Quoiqu’il soit le premier consul à tomber pour un temps en disgrâce auprès de Napoléon après 1802, il est nommé ambassadeur de la ville libre de Hambourg dès 1805. Pendant les Cent-Jours, il rallie le camp des Bourbons, et va jusqu’à accompagner Louis XVIII à Gand. Après la restauration, de Bourrienne embrasse totalement la cause royaliste. Mais la révolution de 1830 devait lui faire perdre la raison pour le restant de ses jours. Ses Mémoires (Mémoires de Bourrienne sur Napoléon, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, précédés d’une étude de M. H. D’Alméras, Paris, A. Savine, [s.d.]) ont été traduits en anglais (Memoirs of Napoleon Bonaparte, by Louis-Antoine Fauvelet de Bourrienne, his private secretary. To which are added an account of the important events of the Hundred Days, of Napoleon’s surrender to the English, and of his residence and death at St Helena, with anecdotes and illustrative extracts from all the most authentic sources. Edited by R. W. Phipps,… New and revised edition, with numerous illustrations on steel, Londres, R. Bentley, 1885, 1912).

38 Nous sommes hélas dans l’impossibilité de vérifier si les individus en question se sont réellement rendus dans la région.

39 Du fait que l’on dispose de peu d’informations à son sujet, les documents n’indiquant même pas son prénom, nous ignorons s’il existe des liens de parenté entre lui et d’autres « Joubert », le général Barthélemy-Catherine Joubert (1769-1799), tué à Novi, ou éventuellement avec le général Joseph Antoine René Joubert (1772-1843), qui prit part aux batailles de Verdun et Jemappes, entre autres.

40 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 243, cote 15e (1792), no 286.

41 AN de Prague, préfecture de Police, 96 ; carton 5, cote 339, no 948, Dresde, le 20 avril 1792, La Haye, le 6 avril 1792.

42 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 243, cote 15e (1793), Vienne, le 14 mai 1793.

43 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 243, cote 15e (1793), no 1488.

44 « Le S. Pethion ancien Maire de Paris vojage de Basel par Vittingen, Rottenbourg et Heilbronn, il est à cheval, vetu d’une Redingotte verde, un Gillet rouge, un Chapeau retroussé avec un petit bouton jaune, et une ganse en or, il est brun, de taille de 5 pieds 4 pouces, et agé de 34 à 35 ans, il a un passeport de Lauyane sous le nom de Jacques Metzgré, ou nom semblable. On présume, qu’il doit avoir pris la route de la Souabe de crainte de rencontrer les Emigrés françois, s’il avoit pris plus près du Rhin ; c’est un homme adroit, dont l’arrestation feroit honneur à l’humanité ». AN de Prague, PG 1791-1806, carton 243, cote 15e (1794), no 935 ; juillet 1794. Voir aussi préfecture de Police, carton 8, le 1er juillet 1794.

45 Milan Šmerda, « Lafayettova internace v Olomouci v letech 1794-1797 a moravská společnost » [« L’emprisonnement de Lafayette à Olomouc entre 1794 et 1797 et la société morave »], Časopis Matice moravské, 95, 1976, p. 245-264.

46 AN de Prague, PG 1791-1806, carton 245, cote 15e, juillet 1795.

47 Pierre Riel, marquis de Beurnonville, commandait l’armée de Moselle et de Luxembourg (1792). Il fut nommé ministre de la Guerre le 4 février 1793. Le 1er avril 1793, la Convention l’envoya, accompagné de quatre députés, rejoindre l’armée du Nord, afin d’arrêter Dumouriez.

48 AN de Prague, PG 1791-1806 ; carton 24, 15e (1793), inventaire 286, no 1110, août 1793.

49 Ibid., no 1503, novembre 1793.

50 Il se retrouve sur une liste des membres du Gubernium de Bohême suspectés du « jacobinisme », PG 1791-1806, carton 79, fascicule 1/XXIX.

51 Milan Šmerda, « Polští vězni v českých zemích v době Kosciuszkova povstání. Stanislaw Kostka Potocki a Scipione Piattoli » [« Les prisonniers polonais dans les pays tchèques à l’époque de l’insurrection de Kosciuszko. Stanislaw Kostka Potocki et Scipione Piattoli »], Slovanský přehled, no 64/6, 1978, p. 472-487, ici p. 486-487. Les procès-verbaux de l’arrestation de Piattoli et Potocki : PG 1791-1806, carton 78, fascicule 15e/XIX.

52 Lettre de Wilczek datée du 16 juin 1790 ; lettre de Gherardini à Kaunitz datée du 4 juillet 1790.

53 ARM de Brno, B 95, carton 225, cote 492/98 – Gustav Adolf Bucher, 167 p.

Auteur

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches auprès de l’Institut d’histoire tchèque de la Faculté des lettres de l’université Charles à Prague. Ses domaines de recherche et d ´ enseignement représentent notamment l’histoire des Lumières européennes et de la Révolution française, puis l ´ histoire des sciences (notamment de la médecine), du droit pénal et de la police. Elle est auteur des livres Hřích, zločin, šílenství v čase odkouzlování světa (Péché, crime, folie aux temps du désenchantement du monde), Prague, Argo, 2004 ; Revoluční Francie (La France révolutionnaire), Prague, Triton, 2009 ; Tělo, věda, stát. Zrození porodnice v osvícenské Evropě (Corps, science, État. La naissance de la maternité dans l ´ Europe des Lumières), Argo, Praha 2010 ; Jakobíni v sutaně. Neklidní kněží, strach z revoluce a konec osvícenství na Moravě (Les Jacobins en soutane. Les prêtres inquiets, la peur de la Révolution et la fin des Lumières en Moravie), Prague, Argo, 2011 ; et Zákeřná Mefitis. Zdravotní policie a osvěta v pozdně osvícenských Čechách (La Méphitis insidieuse. La police médicale en Bohême du XVIIIe siècle tardif), Prague, Argo, 2012.
Benoît Meunier (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540