Version classiqueVersion mobile

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

Genèses et modèles

Liberté française contre liberté polonaise. La France de l’Ancien Régime à la Révolution sous le regard de Felix Oraczewski, envoyé du roi de Pologne Stanisław Auguste

Aleksandra Janiszewska

Texte intégral

1Les Polonais s’honorent depuis 1569 d’habiter un pays qualifié dans son nom même de « Rzeczpospolita » – res publica – c’est-à-dire de République. Cette dénomination caractérise le système politique polonais assujettissant le roi à un parlement et assurant aux représentants de la noblesse une égalité de voix d’électeurs. Ainsi dès le XVIe siècle l’accès au trône fait-il l’objet d’une procédure électorale. Dans leur quête d’appuis politiques, les prétendants au trône développent des stratégies d’alliances, aussi bien sur le territoire national qu’à l’étranger, qui les amènent souvent à s’engager auprès d’intérêts contraires à ceux de la République et par là même à affaiblir l’exercice de leur pouvoir futur. De fait, cette autonomie parlementaire de la noblesse polonaise qui faisait tant l’admiration de l’Europe se dégrade rapidement sous les effets d’une corruption grandissante conduisant à un irrémédiable affaiblissement de l’État.

2Le dernier roi de Pologne, Stanisław Auguste Poniatowski, est un monarque faible et dépendant de la Russie. Mais c’est aussi un véritable représentant du siècle des Lumières, disposant d’une éducation moderne, érudit en art et propagateur des sciences. Il contribue dans son pays à une large diffusion des nouvelles idées de son siècle. Il signe en particulier la constitution du 3 mai 1791, une constitution incroyablement démocratique pour l’époque, qui devait jeter les bases d’un État moderne, promu par l’élite polonaise. Mais la Russie s’inquiète de cette perspective d’un renforcement de l’État polonais et, de concert avec la Prusse et l’Autriche, mène rapidement au démembrement du pays. La Pologne disparaît complètement de la carte de l’Europe en 1795.

3Jusqu’à cette époque, les Polonais, inconscients de la catastrophe qui se prépare, observent avec intérêt les bouleversements violents qui se déroulent sur la scène politique française. Riches de deux cents ans d’expérience d’une « démocratie aristocratique », ils sont à même de porter un regard particulier sur les dernières années de l’Ancien Régime, comme sur la Révolution et les premières années des gouvernements républicains qui suivirent.

  • 1 Les informations biographiques sur Felix Oraczewski proviennent de M. Skórzepianka, Feliks Oraczew (...)

4Ce rapport particulier des Polonais avec la France trouve son expression dans deux recueils particulièrement intéressants de la correspondance qu’a entretenue le noble Felix Oraczewski1 avec son roi Stanisław Auguste. Le premier recueil remonte aux années 1783-1784, alors qu’Oraczewski effectue un séjour d’études à Paris. Le second date de la période révolutionnaire – les années 1791 et 1792 – au moment où Oraczewski est délégué à Paris en tant que représentant diplomatique de la République. Ces documents permettent de comparer les impressions de l’auteur à quelques années de distance, d’abord avant la Révolution et ensuite après son éclatement. Ajoutons qu’Oraczewski écrit en polonais en conservant parfois des expressions françaises, en particulier lorsqu’il se réfère en les citant à des articles de presse. Le polonais du XVIIIe siècle qu’il emploie a été modernisé dans la traduction pour en faciliter la compréhension par les lecteurs francophones.

Les années 1780. Avant l’éclatement de la Révolution

5Tout comme leurs concitoyens européens, les Polonais de la deuxième moitié du XVIIIe siècle voyagent souvent et volontiers. On trouve dans les hautes sphères de la société un milieu aristocrate et cosmopolite maniant un français courant et se sentant aussi à l’aise à Varsovie qu’à Paris, Vienne ou Lausanne. Pour ceux d’entre eux qui voyagent en France, Paris constitue une étape incontournable. Mais ils ne manquent pas non plus de visiter dans les environs proches de la capitale les résidences de personnalités célèbres aux demeures magnifiquement entourées de parcs et jardins à la mode. Parmi celles-ci arrive en première place Versailles, et l’on compte aussi Marly, Fontainebleau, Chantilly, Ermenonville et – dans les années 1780-1790 – le Désert de Retz. Des touristes moins titrés, hommes de sciences, artistes ou jeunes gens accomplissant leur Grand Tour, ne manquent pas eux-mêmes de visiter Paris, et nombreux sont les hommes d’Église qui organisent leur voyage de retour de Rome dans l’idée de découvrir de leurs propres yeux la capitale mondiale des Lumières.

6En dehors de Paris, on peut recenser encore au moins deux points sur la carte de France souvent visités par les Polonais. Au premier rang figure le sud de la France. La Provence riche de vestiges romains constitue une destination privilégiée. Si l’on ne pouvait s’offrir le luxe d’expéditions plus lointaines menant à Rome, à Pompéi et en Sicile, il suffisait de visiter Nîmes, Arles et le pont du Gard pour pouvoir en bonne conscience se vanter de s’être initié à l’art antique. Les Polonais à la mode ne manquent pas non plus de se rendre sur la tombe de Laure, l’amante de Pétrarque, dans les environs d’Avignon, ainsi que dans les manufactures de Lyon ou encore dans le tout aussi incontournable port de Marseille. Une seconde destination d’importance pour les Polonais est la Lorraine. En 1776 le roi Stanisław Leszczyński, beau-père de Louis XV, y avait établi sa cour, et de nombreuses années après sa mort de nombreux milieux polonais y sont encore actifs.

7Oraczewski fut l’un des nombreux Polonais à visiter la France de l’Ancien Régime. Mais ce n’est pas un touriste. Il arrive dans la capitale en 1783 mandé par Stanisław Auguste, pour une mission de reconnaissance scientifique et économique. Théoriquement le but de son voyage est sa participation à un ensemble de cours de sciences naturelles, à la suite desquels il devrait au bout de quelques années pouvoir rentrer servir son pays comme expert en exploitations minières. Mais le roi le charge de la tâche supplémentaire de lui faire le récit de toutes les curiosités, de lui rapporter tout événement lié à la vie culturelle, de décrire chaque nouveau bâtiment qu’il pourrait rencontrer.

8Les lettres d’Oraczewski de 1783-1784 abondent en remarques témoignant de sa sensibilité envers de nombreux signes annonçant la fin d’une époque. Il voit dans le comportement des gens les symptômes avant-coureurs d’une décadence des mœurs. Les remarques d’Oraczewski sur le caractère des Français et la situation sociale et politique du pays à quelques années de l’éclatement de la Révolution s’avèrent étonnamment justes : ce noble polonais, coutumier des mécanismes de la démocratie, en discernant les avantages comme les pièges, porte sur les Français un regard mêlé d’appréhension et de condescendance, tel qu’on peut le porter sur un plus jeune frère. Dès son arrivée et après une première reconnaissance de Paris, il écrit au roi :

  • 2 Bibliothèque Czartoryski de Cracovie, ms. 678, p. 206. C’est nous qui traduisons l’ensemble des te (...)

« La mode est un Dieu qui les a ensorcelés pour toujours et qui semble abaisser les esprits vers les considérations les plus viles. La littérature est en perdition et rien ne semble devoir pouvoir lui venir en aide. Par contre les sciences gagnent en considération. […] Ici comme ailleurs les sciences sont truffées de charlatans et d’escroqueries, peu d’inventions servent au bien public2. »

9Et plus loin :

  • 3 Ibid., p. 207.

« La ville regorge de nouveaux bâtiments publics, partout de nouvelles rues, le Boulevard est devenu la plus belle d’entre elles, bordé de magnifiques nouvelles maisons, mais ces demeures ne sont pratiquement habitées que par des messieurs en faillite. Ils sont endettés sur des dizaines de millions, sans le moindre espoir de pouvoir un jour se redresser3. »

10Ses remarques les plus intéressantes concernent cependant les faux airs de puissance de l’État, pur jeu de façade, et le caractère artificiel de certaines cérémonies, qui, si celles-ci s’accompagnaient en leur temps d’un réel cortège d’émotions témoignant de leur importance, n’apparaissent aujourd’hui que comme autant de chorégraphies vides auxquelles plus personne n’accorde la moindre importance. Oraczewski décrit un défilé triomphal célébrant une victoire militaire lointaine organisée dans les rues de Paris sur l’ordre du roi en novembre 1783. Il s’étonne du manque d’engagement des organisateurs comme des Parisiens rassemblés pour assister à la parade :

  • 4 Ibid., p. 246.

« Tout cela [le défilé] rappelle plutôt une procession, en tout et pour tout seuls sept Héros d’Armes paradent sur leurs chevaux vêtus de toges violettes comme des évêques. […] L’ensemble est plutôt amusant à l’œil et évoque plus des jeux de cirques qu’une magnifique célébration. J’étais curieux de savoir qui étaient ces fameux Héros d’Armes. On m’a dit que ce sont des inspecteurs de police. N’est-il pas étrange qu’une victoire militaire soit honorée par des gens qui n’ont rien à voir avec la guerre mais qui ne sont que des fonctionnaires de police de la ville4 ? »

  • 5 Ibid., p. 231.

11Ainsi les fêtes publiques lui apparaissent-elles vides de sens, sans faste ni couleur. Il se montre en revanche beaucoup plus enthousiaste au sujet de la fête de la Rosière, une fête au caractère caritatif et religieux. Il y participe en septembre 1783 dans la bourgade de Romainville aux environs de Paris. La générosité des organisateurs, leur intention déclarée de se faire les hérauts des vertus et des bonnes mœurs, provoquent son admiration : l’usage veut en effet qu’à cette occasion les « Chevaliers de la Rosières » – telle est l’orthographe originale utilisée par Oraczewski – récompensent une jeune femme du pays recommandée par ses pairs pour ses qualités exemplaires de vertu. Mais, prenant au pied de la lettre le slogan clamé par les organisateurs, il s’offusque lorsqu’à la fin de la cérémonie il découvre que des deux tables apprêtées pour accueillir un banquet, l’une réservée aux chevaliers est richement dressée de couverts luxueux, tandis que sur l’autre n’apparaissent que de pauvres cuillères en cuivre. « Si cette cérémonie est effectivement un hommage à la Vertu, il serait naturel que celle-ci puisse au moins une fois dans sa vie manger à la table de ses protecteurs. » Et de rajouter : « La superficialité congénitale des gens de ce pays qui les pousse à agir sans ordre ni raison enlève sa beauté au spectacle censé inspirer vertus et bonnes mœurs5. » Le manque de soin et d’engagement témoigné à l’occasion de cette cérémonie lui apparaît comme le signe avant-coureur d’une décadence qu’il interprète comme un symptôme des profonds changements à venir.

Les années 1791-1792. La période révolutionnaire

12Le second voyage de Felix Oraczewski est lié à une mission diplomatique dont il est chargé auprès du gouvernement français. Oraczewski est tenu d’adresser des rapports réguliers au ministre des Affaires extérieures, mais il entretient également à cette occasion une correspondance privée avec le roi Stanisław Auguste où il laisse libre cours à des divagations d’une étonnante franchise. Il convient ici de souligner que ces lettres furent rédigées en des temps très particuliers pour la Pologne. La toute nouvelle constitution du 3 mai venait de transformer un pays corrompu en une monarchie constitutionnelle moderne et marquait un pas décisif vers la liquidation des privilèges d’états. La République polonaise semblait avoir reconquis son indépendance. Cette révolution accomplie sans que n’ait été versée la moindre goutte de sang fit l’admiration de toute l’Europe. Oraczewski a alors toutes les raisons de se sentir fier de ses compatriotes qui sur la seule force d’un consensus national parvinrent à engager de profondes réformes devant assainir le fonctionnement de l’État. De la même façon, il a toutes les raisons d’être fier de son roi, signataire d’une telle constitution.

13C’est avec incrédulité qu’il assiste à l’expansion du chaos en France, à l’incompétence des services de sécurité, aux agissements du gouvernement sans plan ni coordination et aux meurtres perpétrés sans que le moindre coupable ne soit traîné devant les tribunaux. Oraczewski démontre à de maintes reprises comment le chaos ouvre la voie à l’anarchie et libère au sein de la population les pires instincts :

  • 6 Archives centrales de documents anciens à Varsovie (AGAD), Fonds de Popiel, ms. 418, p. 259.

« Cette folie est sans issue. L’anarchie domine dans tout le pays, personne n’écoute les nouveaux pouvoirs en place, et ces derniers restent sourds à leurs instances supérieures. C’est un miracle de la providence que rien de pire n’ait encore eu lieu jusqu’à maintenant. Il n’y a plus rien de sûr, rien à quoi on puisse se fier6. »

  • 7 Ibid., p. 244.
  • 8 Ibid., p. 259.

14D’après Oraczewski, le désordre ne peut que conduire le pays à la faillite et au pillage. « Plus personne ne veut payer d’impôts. […]. [Les Français] appellent de leurs vœux la liberté et la constitution, mais l’impatience les gagne et ils s’arment en silence contre les pillards7… » Il décrit également comment à Paris les prix des produits de première nécessité augmentent de jour en jour, tout en prenant le parti des paysans qui réagissent ainsi à la désorganisation générale qui règne dans le pays. D’après lui, la responsabilité pèse avant tout sur une interprétation erronée des Français des slogans libertaires. « Ici le mot “liberté” prend des connotations religieuses. Tous veulent être libres, mais personne ne sait comment s’y prendre. Au moindre obstacle on réagit par la force et la violence au lieu de faire preuve de persuasion et de conviction8. » Plus loin il expose sa conception entre différentes conceptions de liberté, louant à l’occasion l’option polonaise ouvrant la voie à une République moderne, et critiquant celle française :

  • 9 Ibid., p. 271.

« Dans cette perspective la liberté n’apparaît que comme une variante d’une anarchie générale à laquelle aucune raison ne peut venir en remède, tout ce à quoi l’on peut s’attendre c’est une suite violente de réactions en chaîne […] il est facile de prévoir que surviendront encore de nombreux malheurs et bains de sang avant qu’ils ne comprennent qu’il est nécessaire de limiter les libertés individuelles comme nous l’avons fait avec la constitution du 3 mai9. »

15Il qualifie la liberté individuelle d’égoïsme, utilisée comme prétexte à des décisions irréfléchies, parfois illégales, uniquement mise aux services d’intérêts particuliers. Par contre une autre conception de la liberté dessine la possibilité de vivre dans un état de droit libéré de la tutelle de tout pouvoir despotique, où les citoyens disposeraient du droit d’influer sur les actions du gouvernement. Ces remarques, très critiques à l’égard des Français, montrent à quel point Oraczewski est conscient de la différence entre une conception anarchique de la liberté et celle d’une liberté citoyenne issue d’un fonctionnement démocratique. Riche d’une histoire polonaise ayant elle-même mené un travail de réflexion sur l’essence de la liberté, il dénonce non sans ironie la superficialité et le radicalisme destructeur de l’idéologie des révolutionnaires français. Oraczewski développe ses réflexions sur les différences entre la « révolution » constitutionnelle polonaise et son pendant français immergé dans la violence et le sang. Il affirme que la liberté comprise comme liberté individuelle est justement celle qui régna pendant longtemps, jusqu’à la déclaration de la constitution du 3 mai, et qui se caractérisa par un pouvoir exécutif paralysé, une corruption généralisée et les dissolutions répétées du parlement. D’après lui les conséquences furent catastrophiques pour le pays, et il s’interroge sur la manière dont les Polonais parvinrent à surmonter cette crise et sur les chances des Français à pouvoir se relever des pertes et des destructions opérées par leur révolution. Oraczewski relève également comment les Français ne manquèrent pas de stigmatiser les « coutumes barbares » des Polonais, alors qu’eux-mêmes aujourd’hui travaillent activement à la ruine de leur pays :

  • 10 Ibid., p. 77-78.

« Ils nous accusaient de mœurs sauvages, de cruauté. On voit où les ont conduits leurs prétendues Lumières et leur goût de la plaisanterie. Chez nous la religion et la simplicité des mœurs parvinrent à suppléer aux manques de l’État, mais ici rien de tel. Aucun bon mot ni aucune tirade frivole ne sauront reconstruire ce qu’ont détruit trois ans d’égoïsme et de passions déchaînées10. »

16À côté de ses réflexions sur les révolutions polonaises et françaises, Oraczewski relate également les différences qu’il observe entre Paris et la province. Ses relations ne sont pas optimistes. Alors que la province tombe sous le coup de multiples émeutes et se prépare à la guerre, Paris – celle des puissants et des élites – s’amuse sans interruption. D’après lui, cette surenchère de divertissements joue un rôle de propagande. Il écrit :

  • 11 Ibid., p. 184.

« L’atmosphère de désordre et d’émeutes se fait de plus en plus sensible. Malgré cela les divertissements offerts au peuple se multiplient comme s’il s’agissait de détourner son attention de son propre sort11. »

17L’anecdote la plus frappante qu’il fait de la différence entre Paris et la province raconte l’histoire d’un certain Anglais voyageant d’Ostende à Paris. L’Anglais fut le témoin « de pillages et d’incendies à Dunkerque, de la rébellion d’un régiment à Lille, d’une mutinerie à Noyon et de la faiblesse des instances gouvernementales, législatives et militaires. » Il s’attendait à trouver Paris dans un bain de sang, mais aussitôt sur place il trouva une ville calme et fut même ce soir-là invité à assister à la représentation d’une comédie.

18L’atmosphère révolutionnaire n’ayant en rien empêché ni cet Anglais ni Oraczewski lui-même de jouir des distractions offertes par Paris, pourquoi en aurait-il été autrement pour d’autres voyageurs polonais ? Il ressort des correspondances et carnets de voyages que la tempête révolutionnaire – du moins tant que le couple royal était encore en vie – ne suffisait pas à convaincre les Polonais de revoir leurs plans de voyage. Oraczewski fit part au roi de la visite à Paris de Mme de Tyszkiewicz et de Mme de Potocka, et il raconta ses déjeuners chez Tadeusz Morski. La vie semblait suivre son cours le plus normalement du monde. On peut même se permettre de risquer l’hypothèse que dans ses premières années la Révolution fut perçue comme une attraction supplémentaire offerte par Paris. On suivait les débats du gouvernement français avec le même intérêt que celui que l’on vouait aux réunions des milieux académiques. Jean Potocki, aristocrate polonais, alla jusqu’à se rendre spécialement à Paris pour assurer la correspondance avec Varsovie des débats parlementaires dont il publiait les compte rendus dans son Journal hebdomadaire de la Diète. D’autres, séduits par la perspective de disputes savantes sur les droits et les devoirs des citoyens dans une société démocratique, exprimèrent leur déception devant l’arrogance et le populisme des orateurs. Oraczewski rédige une note intéressante à propos de Seweryn Potocki :

  • 12 Ibid., p. 156.

« Monsieur Seweryn, confronté aux désordres et à la violence des débats qui ont lieu ici, semble devoir revoir son appréciation des vertus de la démocratie dont il est le si ardent défenseur. Il m’a l’air en permanence choqué d’être le témoin au parlement français de scènes bien éloignées de celles auxquelles il devait s’attendre12. »

  • 13 Face à la tourmente révolutionnaire Victor Louis pense se mettre au service du roi Stanisław Augus (...)

19En tout état de cause il ne venait pas à l’esprit des voyageurs polonais de qualifier la situation politique de la France comme dangereuse. Les Français cependant jugeaient le développement de la situation d’un tout autre œil. Dans ses relations, Oraczewski fait de plus en plus souvent part au roi de visites qu’il recevait de soldats, artisans et artistes venant s’enquérir de la possibilité de trouver un travail en Pologne. S’il rejeta certaines de ces candidatures, d’autres firent l’objet de ses recommandations. Parmi celles-ci se trouve celle de l’architecte Victor Louis, une connaissance du roi, qui avait travaillé dans les années 1760 sur les plans de transformation du palais royal de Varsovie13. Au fil du temps cependant de plus en plus nombreux furent les Polonais qui se décidèrent à quitter la France révolutionnaire. Oraczewski lui-même reçoit une lettre du roi qui l’autorise à quitter Paris, devenu dangereux, au printemps 1792. Fait intéressant, Oraczewski n’en a pas la moindre envie. Il prétexte coup sur coup une maladie ou des conditions météorologiques défavorables, à la suite de quoi il ne quitte Paris qu’à l’automne 1792. Le départ forcé de certains Polonais ne les empêche cependant pas de continuer leurs périples à travers l’Europe. Mme Tyszkiewicz emménage à Berlin. Élisabeth Lubomirska, établie à Nice, c’est-à-dire juste au-delà des frontières où elle retrouva une partie de la communauté française, entraîne celle-ci dans de régulières libations entrecoupées d’adorables excursions dans les environs de la ville. Peu nombreux sont ceux qui sont encore à Paris à la fin de 1792. Le cas le plus spectaculaire est celui de l’aristocrate Rozalia Lubomirska qui, pour avoir mal jugé la situation en retardant trop longuement son départ, finit sous la guillotine.

Épilogue

20Les opinions d’Oraczewski sur la France et les Français au cours de ses deux séjours ne sont pas contradictoires entre elles. Elles se complètent plutôt, les remarques des années 1780 trouvant leur aboutissement dans celles des années 1790. Il est remarquable qu’Oraczewski, écrivant à un roi, porte sur la Révolution un regard résolument républicain. Il faut y voir la particularité polonaise de considérer son monarque comme un représentant de la nation élu par un collège d’électeurs, au contraire du modèle français conférant au roi un statut d’exception le plaçant au-dessus du commun des mortels. C’est ce qui explique par exemple comment Oraczewski se permet d’user de termes peu flatteurs sur la cour française en émigration. Il témoigne ainsi sa confiance en Stanisław Auguste qu’il considère non comme un autocrate mais comme un réformateur éclairé conscient des limites d’une monarchie absolue.

21Lorsqu’Oraczewski quitte Paris en 1792, la Révolution n’a pas encore montré son visage le plus cruel. À Paris, les salles de théâtre et de concerts ne désemplissaient pas. En province, les aristocrates étrangers continuaient de voyager en toute insouciance. La crise intervient peu de temps après et prend des proportions dépassant de loin tout ce qu’Oraczewski était capable de s’imaginer. En 1792 il nous fait encore part d’une réflexion étrangement optimiste, mais aussi singulièrement prophétique lorsqu’on l’observe dans la perspective du début de notre siècle :

  • 14 Ibid., p. 285.

« Il semble que les générations d’aujourd’hui, en proie aux passions les plus violentes et rejetant les prudences les plus élémentaires, suivent un chemin les menant tout droit à leur perte. […] Mais ces bouleversements peuvent donner naissance à un nouvel ordre, les expériences malheureuses de la Révolution ouvrir la voie à une société heureuse. L’époque que nous sommes en train de vivre est une époque qui se sacrifie au nom d’un futur meilleur14. »

22Felix Oraczewski parle-t-il après septembre 1792 dans d’autres papiers du (nouveau) modèle de la République créé en France ? Après son séjour à Paris il vécut en Pologne ainsi qu’à Vienne. Comme il entretint encore longtemps sa correspondance avec le roi Stanisław, il serait intéressant de pousser l’enquête plus loin afin de répondre à cette question.

Notes

1 Les informations biographiques sur Felix Oraczewski proviennent de M. Skórzepianka, Feliks Oraczewski Rektor Krakowskiej Szkoły Głównej, Cracovie, Anczyc i S-ki, 1935, et d’une note biographique sur Felix Oraczewski de J. Michalski dans le Dictionnaire polonais des biographies [Polski Słownik Biograficzny],t. XXIV (PSBt. XXIV), Zakład Narodowy im. Ossolińskich et PAN, Wroclaw-Varsovie-Cracovie-Gdansk, 1979, p. 152-156. Les informations relatives au séjour d’Oraczewski à Paris dans les années 1783-1784 s’appuient également sur le texte d’I. Zatorska, « Feliks Oraczewski, correspondant de Stanislaw-August et démystificateur de Paris, 1783-1784 », présenté au colloque Le Sacre d’une capitale. Paris vu par les écrivains, les historiens et les voyageurs, organisé par l’Institut d’études romanes de Varsovie en coopération avec l’Université Paul-Valéry Montpellier III du 3 au 5 juin 2002, textes réunis et établis par Zbigniew Naliwajek et Joanna Zurowska, Varsovie, Instytut Romanistyki UW, 2005, p. 91-103.

2 Bibliothèque Czartoryski de Cracovie, ms. 678, p. 206. C’est nous qui traduisons l’ensemble des textes d’Oraczewski.

3 Ibid., p. 207.

4 Ibid., p. 246.

5 Ibid., p. 231.

6 Archives centrales de documents anciens à Varsovie (AGAD), Fonds de Popiel, ms. 418, p. 259.

7 Ibid., p. 244.

8 Ibid., p. 259.

9 Ibid., p. 271.

10 Ibid., p. 77-78.

11 Ibid., p. 184.

12 Ibid., p. 156.

13 Face à la tourmente révolutionnaire Victor Louis pense se mettre au service du roi Stanisław Auguste et profite de la présence d’Oraczewski à Paris pour s’enquérir des chances de réalisation d’un tel projet. Il ne retournera toutefois jamais en Pologne.

14 Ibid., p. 285.

Auteur

Historienne de l’art et docteur en Sciences humaines à l’Académie polonaise des sciences à Varsovie (thèse de doctorat : Un Polonais à Paris. La France et la route pour la France à travers les descriptions des voyageurs à l’époque du roi Stanislas). Elle est directrice de publication à la maison d’édition au sein de KARTA (organisation non gouvernementale).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search