Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La République en voyage

 | 
Pierre Serna
, 
Gilles Bertrand

Introduction

Voyage des anciens, voyages des modernes : qu’est-ce qu’un voyage républicain ?

Gilles Bertrand

Texte intégral

  • 1 Cette césure a été soulignée tant par les travaux d’Alphonse Dupront sur les pèlerinages que de Gé (...)

1Réfléchir sur la république en voyage en retenant comme pertinent un arc chronologique d’une soixantaine d’années, de 1770 à 1830, c’est s’inscrire dans une histoire visant des personnes qui se déplacent pour une durée maîtrisée, en ayant si possible en tête l’idée du retour et la conscience de vivre une rupture par rapport à un état de sédentarité relative que le voyage contribue à renouveler. Il est vrai que la diversité des conditions du voyage défie toute vision unifiante : le départ a pu être volontaire ou contraint, choisi ou commandé, le voyage vécu comme une épreuve ou au contraire comme le moyen de conquérir une liberté. On peut cependant reconnaître, à la suite de l’anthropologue américain Eric J. Leed, qu’ont existé de grandes phases dans l’histoire du voyage en Europe comme en dehors. Toute une lignée a ainsi été modelée par l’idéal du pèlerinage, par une empreinte sacrale qui, sans épuiser l’ensemble des voyages du Moyen Âge et de la Renaissance, a joué un rôle décisif au moins jusqu’à la fin du XVIIe siècle dans l’histoire de la chrétienté devenue Europe1. Ces parcours vers des reliques ont ensuite été l’objet d’un processus de laïcisation qui transforma le voyage en entreprise de connaissance, propre à lier entre eux les représentants des hautes classes de la société ou les membres d’une même profession et aidant à comprendre le monde, voire à le modifier.

  • 2 Eric J. Leed, La mente del viaggiatore : dall’Odissea al turismo globale, Bologne, Il Mulino, 1992 (...)
  • 3 Jean Boutier, « L’institution politique du gentilhomme. Le “Grand Tour” des jeunes nobles florenti (...)

2Certes, dès le second XVIe siècle, la raison inductive liée à l’observation et à l’expérimentation rivalise avec la raison formelle mathématique pour définir la vérité2. Le voyage de Montaigne en 1580, conçu comme quête de vérité alors qu’il a quarante-sept ans, comporte cette volonté de se connaître soi-même et de découvrir le monde en comparant non seulement les sources et établissements thermaux mais aussi les pratiques religieuses, les mœurs et les prix. De son côté, Jean Boutier a montré que le Grand Tour des jeunes nobles anglais qu’on envoyait parfaire leur éducation sur le continent, loin de leur famille, commença à se déployer dès les années 1530, en relation avec la révolution éducative anglaise dont Francis Bacon synthétisa les conséquences sur le voyage au début du XVIIe siècle dans son essai « Of travaile » (1625). Le Grand Tour, fondé sur l’idée d’expérimentation, n’a donc pas attendu la seconde moitié du XVIIe siècle pour prendre son essor3. Il n’en reste pas moins que l’expression « Grand Tour » ne se popularisa sous la plume de Richard Lassels qu’en 1671. Au cours des décennies suivantes, le « Grand Tour of France » et le « Giro of Italy » de Lassels firent place à un Grand Tour embrassant plusieurs pays d’Europe, celui auquel renvoie en 1749 le guide de Thomas Nugent intitulé The Grand Tour, or a Journey Through the Netherlands, Germany, Italy, and France. Ce modèle relève d’un projet encyclopédique même si l’article « Voyage » du chevalier de Jaucourt dans l’Encyclopédie en ignore les termes.

  • 4 Sur la métamorphose de la figure du voyageur à partir des années 1780 et au siècle suivant, voir S (...)

3Or, dans les années 1770, le Grand Tour, qui jusque-là tendait à s’affirmer pour les élites européennes comme une incontournable pratique d’exploration et de reconnaissance de leur territoire familier, source de « civilisation », à partir duquel elles entendaient gouverner le monde, commença à subir une remise en question. Quoiqu’il n’ait jamais eu l’exclusivité puisque de nombreux individus parcoururent l’Europe à l’époque des Lumières sans être des jeunes gens qu’on avait envoyé s’éduquer, des modes de voyage plus spécialisés se développèrent en son sein et sur ses marges, concurrençant le Grand Tour et imposant d’en relativiser les effets. Les expéditions et missions savantes assurèrent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle une meilleure connaissance des roches ou de la flore à la surface du globe et elles permirent d’affiner un regard ethnographique sur les peuples. Certains voyageurs cultivèrent dès les années 1780 leur propre émotion en adoptant des poses stéréotypées que popularisèrent les Lettres sur l’Italie en 1785 de Dupaty. La visite hâtive de pays étrangers à laquelle engagèrent les guides plus brefs lancés à partir des années 1770 constitue l’amorce du « tourisme » qui caractérisera l’âge des chemins de fer. Parallèlement à l’émergence du moi comme principale source de légitimation du déplacement, les goûts évoluaient et les voyages assurèrent un pont entre le néo-classicisme, la promotion des paysages pittoresques et la réhabilitation des architectures médiévales4.

  • 5 Philippe Antoine, Quand le Voyage devient Promenade. Écritures du voyage au temps du romantisme, P (...)

4Avant de plonger dans l’épaisseur politique du voyage républicain, rappelons donc qu’une multiplicité de pistes, savante, esthétique ou morale, se croisent dans les expériences voyageuses de la fin du XVIIIe siècle, et qu’en même temps la composante du pèlerinage perdure dans le voyage de connaissance tel que le conçoit Chateaubriand au seuil du XIXe siècle5. Il est vrai que cette coexistence et ce croisement renvoient à la densité des buts propres à tous les voyages dès lors qu’ils échappent à l’état d’indifférence d’une mobilité errante qui vagabonderait sans conscience d’elle-même. Par là, le voyage s’inscrit avant comme après 1770 dans une dynamique d’interactions culturelles qui met à l’épreuve le fragile équilibre des sociétés de départ et de retour autant que celui des sociétés d’accueil. Selon des modalités variées, du voyage des diplomates à celui des marchands ou des artisans, de celui des artistes à celui des gens de lettres, les voyages tendent à produire un espace original sur le plan géographique et humain. Cet espace naît d’abord des parcours réalisés en suivant des itinéraires plus ou moins réglés, ponctués de lieux de rencontre et de sociabilité. Il se construit ensuite par les relations imprimées ou manuscrites, les lettres, les articles, les essais ou les mémoires. Un espace fictif, réinventé, surgit de la lecture et du commentaire partagé de traces écrites ou visuelles, voire d’objets et de souvenirs divers arrivant jusque dans les bibliothèques, salons, cafés, cabinets de curiosité ou de lecture de toute l’Europe.

5Pour mesurer l’impact du voyage, on doit tenir compte de cette articulation entre l’effectuation concrète du déplacement et le compte rendu qui en fait une expérience virtuelle, en chambre, touchant une large communauté d’individus dont beaucoup ne sont voyageurs que par procuration. En associant le contact physique en terre étrangère avec la lente dissémination de récits proposant des visions du monde par le canal de l’écriture, de la conversation et de la lecture, les voyages constituent un puissant levier d’action sur les sociétés, susceptible de provoquer leur transformation.

  • 6 Voir à ce sujet Georges Gusdorf, Les Sciences humaines et la pensée occidentale, Paris, Payot, 196 (...)
  • 7 Maurizio Bossi, Anne Hofmann, François Rosset (dir.), Il gruppo di Coppet e il viaggio. Liberalism (...)

6Or, un groupe de voyages de cette époque répondit à des mobiles plus spécifiquement politiques, qu’il se soit agi de fuir son propre pays, de porter au-delà des frontières certaines des valeurs dont il était le foyer ou de chercher à l’étranger des modèles plus satisfaisants. Les objectifs du voyage dans l’Europe des dernières décennies du XVIIIe siècle s’enrichirent grâce à la mise en place de modalités inédites d’enquête sur les paysages et les hommes, auxquelles invitèrent in fine les travaux des Idéologues et de la Société des Observateurs de l’homme6. Cette évolution eut partie liée avec les bouleversements de la géographie européenne sous l’effet des guerres, des changements politiques et de la montée d’un sentiment patriotique qui ne tua pourtant pas totalement certaines formes de déplacement héritées du cosmopolitisme. Le cas de l’émigration, celui des membres du groupe de Coppet7 et a fortiori celui des circulations républicaines dans l’espace européen et au-delà sont autant d’indices de la complexité des voyages de l’époque révolutionnaire et impériale face aux affirmations nationales.

  • 8 Fernand Baldensperger, Le Mouvement des idées dans l’émigration française (1789-1815), Paris, Plon (...)

7On comprend ainsi l’opportunité de s’attarder sur la dimension politique du voyage. La rencontre du « voyage » avec la « république » fournit l’occasion de saisir entre la fin de la guerre de Sept Ans et la vague des révolutions menant jusqu’à celle de juillet 1830 les composantes d’une conception peut-être inattendue du voyage. Il ne s’agit plus de traquer la nouveauté dans l’attention aux paysages naturels, dans la mesure mathématique du monde ou dans le passage d’une culture érudite à une saisie émotionnelle et égotiste des patrimoines et des mémoires. C’est dans la convergence entre une pratique éprouvée du voyage et l’idée neuve que devient la république que les contributeurs de ce volume cherchent à comprendre si, en contrepoint du voyage d’émigration marqué par une résistance à l’ordre nouveau8, se manifesta un tropisme engendré par l’idée au reste multiforme de « république ». Cela revient à examiner comment, en réponse à une actualité marquée par la révolution américaine puis par les mouvements révolutionnaires de diverses contrées européennes et à nouveau américaines, s’imposèrent des pratiques de voyage elles-mêmes « révolutionnées ».

Observer, commenter : voyager c’est comparer

La tradition du voyage philosophique

  • 9 Andreas Nijenhuis, Les « Voyages de Hollande » et la perception française des Provinces-Unies dans (...)
  • 10 Alberto Postigliola, Anna Maria Lazzarino Del Grosso (dir.), L’Europe de Montesquieu (actes du col (...)
  • 11 Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon (dir.), La Politique par correspondance. Les usages po (...)
  • 12 Ranieri Schippisi, « Il “grand tour” e un viaggio italiano di un aristocratico piacentino : Uberti (...)

8Certes d’un côté la république n’attend pas la fin du XVIIIe siècle pour apparaître dans le lexique et dans l’imaginaire politique des Européens : si la Suisse est un laboratoire du voyage en république, les Provinces-Unies au XVIIe siècle le sont encore davantage, une fois acquis le statut de grande puissance. En prouvant qu’étaient compatibles un gouvernement de nature républicaine et la grandeur et le rayonnement d’un État, elles stimulèrent l’intérêt des penseurs politiques. Certains voyageurs nobles et gens de lettres comme les Français Henri II de Rohan (1600), Bénard (1617), Claude Joly (1646 et 1647), Jean Le Laboureur (1645-1646) et La Boullaye Le Gouz (1650) ont observé dans la première moitié du XVIIe siècle la République des Provinces-Unies en y soulignant l’importance des débats interconfessionnels et en la comparant parfois à Venise9. C’est là, en contrepoint des voyages de la période 1770-1830, un aspect de la dimension républicaine du voyage qu’on ne peut négliger. D’un autre côté, on a connu avant 1770 des formes annonciatrices du voyage porteur de valeurs républicaines de la fin du siècle même si elles n’en présentent pas pour autant toutes les caractéristiques : du refuge huguenot au voyage de parlementaires curieux comme Montesquieu de la forme des divers gouvernements, la composante politique du voyage s’est affirmée en suscitant des jugements critiques sur l’absolutisme10. Il reste qu’à l’époque de l’absolutisme triomphant domine encore le voyage de diplomates accomplissant leurs devoirs politiques dans des négociations subtiles dont leur correspondance se fait l’écho11. Par ailleurs, des voyageurs comme le noble de Plaisance Ubertino Landi en 1713-1714 n’accomplissent pas leur tour d’Europe avec l’esprit républicain dans le sens moderne bien qu’ils soient attentifs à une large palette de réalités de la vie quotidienne, mondaine et politique des contrées visitées12.

  • 13 Vittor Ivo Comparato, « Viaggi e politica in età moderna », in Attilio Brilli, Elisabetta Federici(...)
  • 14 Roland Mortier, « Les voyageurs français en Italie et le débat sur les institutions au XVIIIe sièc (...)
  • 15 Mario Mirri, « La fisocrazia in Toscana : un tema da riprendere », in Studi di storia medievale e (...)

9Si la pratique du voyage politique est clairement antérieure aux années 1760, il faut tenter de mieux la définir pour comprendre les évolutions de la fin du XVIIIe siècle. Vittor Ivo Comparato a explicité le rapport entre la politique et les journaux de voyage à l’époque moderne en individualisant trois grandes familles de voyageurs. Il distingue d’abord les voyageurs professionnels, au premier rang desquels figurent les diplomates à côté de marchands accomplissant au cours de leurs voyages des missions politiques précises ; viennent ensuite les philosophes et gens de lettres observant les constitutions et coutumes des États ; enfin des voyageurs virtuels véhiculent par l’utopie le projet d’une nouvelle société13. Les voyages de parlementaires et autres esprits éclairés étudiés par Roland Mortier14 relèvent de la seconde catégorie. De l’abbé Coyer à Charles Duclos et Dupaty, ils participent à l’élaboration d’un nouveau régime du voyage à forte valeur politique, surtout quand des personnages en vue donnent à leur exil la forme du voyage. Duclos fut en l’occurrence amené à voyager en Angleterre en 1763 et à se lancer en 1766 sur les routes d’Italie pour s’être intéressé de trop près aux affaires du parlement de Bretagne. Mais en dépit de sa fascination pour la Toscane de Pierre Léopold, modèle à ses yeux comme à ceux du parti physiocratique d’une application des idées des Lumières15, nous place-t-il si près de l’idéal républicain ? Pour faire qu’un voyage soit républicain, il faut qu’il réponde à un programme méthodique et expérimental d’observation des réalités, dans la ligne des Questions de statistique à l’usage des voyageurs de Volney (1795), ou du moins à des buts précis d’action au moment où se créent des républiques. Le caractère républicain que le voyage peut assumer ne résiste pas nécessairement aux conditions fortuites et passagères, et donc aux circonstances qui à un moment donné l’ont fait être républicain.

10Il est un point qui préfigure dans les voyages philosophiques ce qui va devenir un signe distinctif du voyage républicain : à savoir la volonté de comparer. Il existe pourtant d’importants écarts entre les voyages antérieurs à la période d’effervescence révolutionnaire et ceux qui ont suivi, à partir des années 1770, entre l’Europe et l’Amérique et à l’intérieur de l’Europe.

Vers un voyage républicain, ou les difficultés d’une définition

11Quelques définitions doivent être précisées afin de s’entendre sur les termes. Le voyage est une pratique de déplacement, mais comme le rappellent tous les dictionnaires d’avant la Révolution, de Furetière à l’Encyclopédie, il est également récit, description, mise en écriture qui vaut elle-même voyage et dont la lecture peut tromper le lecteur sur la vérité de ce qui y est dit, justifiant les allusions fréquentes de l’époque des Lumières aux « mensonges » des récits de voyage. Le terme de république possède de son côté plusieurs sens et il est important d’en mesurer la plasticité à cette période, en évitant de s’en tenir à l’image centralisée et univoque que tendit à façonner en France l’histoire des deux siècles qui suivirent. La richesse du voyage républicain et des problèmes qu’il pose tient en effet pour une large part à cette incertitude qu’il nous faut restituer dans l’approche qu’eurent de la république les acteurs de la période.

  • 16 Jean-Jacques Rousseau, Contrat social, livre II, chap. VI, cité par Paul Robert, Dictionnaire alph (...)
  • 17 Voir infra, Aleksandra Janiszewska, « Liberté française contre liberté polonaise. La France de l’A (...)
  • 18 Voir infra, Annie Jourdan, « La république d’avant la République (1760-1791). Voyages français en (...)
  • 19 Deux contributions de ce volume font explicitement référence à ces tentatives, même si la seconde (...)

12La république a acquis aujourd’hui des significations qui sont largement redevables du XVIIIe siècle et que discutent plusieurs contributions de ce volume. Dans l’« organisation politique de la société », dans la « chose publique » qu’est la république, le dictionnaire de Paul Robert reconnaît l’héritage de Rousseau qui appelait république « tout État régi par des lois […] car alors seulement l’intérêt public gouverne […]. Tout gouvernement légitime est républicain […]. Je n’entends pas seulement par ce mot une aristocratie ou une démocratie, mais en général tout gouvernement guidé par la volonté générale, qui est la loi […] alors la monarchie elle-même est république16 ». P. Robert distingue ce sens d’un second, plus restrictif, faisant de la république une « forme de gouvernement où le pouvoir et la puissance ne sont pas détenus par un seul, et dans lequel le chef de l’État n’est pas héréditaire ». La République est, de ce fait, l’« État ainsi gouverné ». Il ajoute que c’est avec la Révolution française que le mot aurait acquis un sens juridique précis, après avoir caractérisé aux XVIIe et XVIIIe siècles un « État ou gouvernement populaire » aux limites variables, comprenant la démocratie et l’aristocratie, mais excluant certaines des déformations issues de la démagogie et de l’oligarchie. On doit tenir compte de ces héritages, y compris de celui des républiques oligarchiques de Venise ou de Gênes, pour situer le contexte dans lequel s’inscrit la république qui se met à voyager à la veille puis au cours de la Révolution française. Il n’est pas jusqu’à la Pologne qui n’offre un modèle de « république nobiliaire », justifiant le regard mêlé d’appréhension et de condescendance que l’envoyé du roi de Pologne Oraczewski porte sur la France en 1783-1784 puis en 1791-1792 – regard qu’Aleksandra Janiszewska juge « résolument républicain17 ». Annie Jourdan montre aussi dans ce volume comment l’idée de république s’est incarnée politiquement bien avant 1792 en faisant coexister deux paradigmes, l’un s’inspirant de l’Antiquité et prônant une communauté liée par une vertu civique exemplaire, l’autre placé dans le sillage des expériences anglaise et hollandaise du XVIIe siècle, préservant à la fois le sens moral et le développement de l’industrie et du commerce18. Et en effet les références républicaines ne manquent pas, des républiques antiques à la Suisse et aux Provinces-Unies, du système anglais à l’exemple américain. Avec les exilés genevois de 1782 et les patriotes néerlandais d’après 1787, ce sont les partisans les plus fervents d’un idéal républicain nourri de ces références mais trempé dans l’action récente qui se rendent au sud de l’Irlande, à Bruxelles ou dans la France monarchique afin d’accélérer l’avènement de la république et avec l’espoir de la réimplanter ou « transplanter » dans leur patrie d’origine19. La République existe évidemment avant que la France ne la réinvente avec fracas.

De Montesquieu à Gorani : curiosité républicaine ?

  • 20 Hermann Harder, Le Président de Brosses et le voyage en Italie au XVIIIe siècle, Genève/Moncalieri (...)
  • 21 Jacques Godechot, « Nation, patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle », Anna (...)
  • 22 Gabor Gelléri, « Cette chose ordinaire et inutile ». Le voyage d’Angleterre de 1660 à 1789 : défi (...)
  • 23 Claude Reichler, Roland Ruffieux, Le Voyage en Suisse. Anthologie des voyageurs français et europé (...)
  • 24 Madeleine Van Strien-Chardonneau, Le Voyage de Hollande : récits de voyageurs français dans les Pr (...)

13La question de la définition d’un voyage républicain est par là complexe. Tout voyage de curiosité politique, comme ont pu l’être ceux des parlementaires examinés de près par Hermann Herder, Roger Mercier ou Eric Le Grandic20, n’est pas appelé à devenir républicain. Il faut distinguer la tradition du regard politique des voyageurs qui depuis les protestants, en particulier anglais, et surtout à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, ont critiqué les États du pape comme le royaume de France, et les voyages qui promeuvent une pensée politique accompagnée d’un programme d’action concrète. En faisant du voyage une entreprise de connaissance rationnelle, à laquelle l’âge romantique ajoutera une composante émotionnelle en germe dès les années 1780, la République des lettres a-t-elle contribué à inventer le voyage républicain ? Pour La Bruyère comme pour Montesquieu ou Voltaire, la patrie recherchée est celle, imaginaire, qu’ils associent à la liberté du genre humain21. Elle n’a pas de sens exclusif. Or, certains lieux privilégiés paraissent la préfigurer dans l’Europe des Lumières. On songe à l’image favorable dont bénéficie l’Angleterre comme terre de liberté et du refuge huguenot où se rendent Suisses et Français à partir des années 1680, ainsi que l’a montré Gabor Gelléri dans son étude sur le voyage d’Angleterre22. Claude Reichler rappelle que l’une des raisons qui constituèrent la Suisse comme « mythe européen » au seuil du XVIIIe siècle, à côté de la politique antiprotestante de Louis XIV, de la quête d’une esthétique anticlassique et du souci d’explorer des zones géographiques marginales propres à développer les sciences naturelles, fut « la recherche d’un modèle politique et humain proche d’une simplicité qu’on croyait primitive23 ». Madeleine Van Strien-Chardonneau remarque aussi que l’image de la Hollande comme pays prospère, aux habitants sobres, vertueux et tolérants, perdure malgré les problèmes rencontrés par la République jusqu’à la fin du XVIIIe siècle chez des voyageurs français attentifs à y décrire les institutions charitables et les techniques agricoles et horticoles24. Nombreux sont les voyageurs, parlementaires ou non, qui tout au long du siècle guettent dans les pays visités à travers l’Europe ou – comme Brissot – en Amérique tour à tour des repoussoirs et des modèles dont il serait possible de s’inspirer pour réformer leur propre pays.

  • 25 Matthieu Zamponi, « Éducation et voyage des ducs de Bourgogne et de Berry dans la France du Grand (...)

14Le voyage avec Montesquieu est source de savoir et une science politique se constitue au fil de ses itinéraires de Paris à l’Autriche et à la « Hongrie » (en fait la Slovaquie), puis à l’Italie, aux États allemands, à la Hollande et enfin à l’Angleterre entre 1728 et 1731. Forgée au fil de notes consignées dans divers écrits, de ses journaux de voyage aux Pensées et au Spicilège, cette science repose sur l’observation des gouvernements et sur l’examen de leurs ressources économiques, démographiques et militaires. Un tel tour européen se distingue de la volonté de connaissance de leurs propres États par les princes, dont témoignaient en 1697 les mémoires des intendants en vue de l’éducation du duc de Bourgogne, complétés par le voyage des trois petits-fils de Louis XIV de Versailles jusqu’à la frontière espagnole en 1700-170125. Plus tard, entre 1768 et 1780, Joseph II visitera autant ses États que des pays étrangers, mais en n’exerçant pas tout à fait le même regard d’« administrateur » dans les seconds.

  • 26 Giuseppe Gorani, Mémoires secrets et critiques des cours, des gouvernemens, et des mœurs des princ (...)
  • 27 À l’instar des ouvrages de Bourgoing sur l’Espagne en 1788 et de Levesque sur Rome en 1791, le man (...)

15Dans ce contexte, les Mémoires secrets et critiques de Giuseppe Gorani (1740-1819), écrits à la suite de son voyage à travers l’Italie de septembre 1787 à mai 1788, opèrent une véritable rupture26. D’autres Italiens circulèrent d’une cour à l’autre dans la péninsule, à l’instar de nobles de Plaisance comme Antonio Casati, qui dans les mêmes années 1780 nous ont laissé des récits manuscrits de leur voyage. Mais l’expérience de ce noble milanais est originale du fait qu’il s’écarte du simple récit d’une déambulation inventoriant les personnes rencontrées et les curiosités d’une ville à l’autre, œuvres d’art, églises et palais, monuments antiques, spectacles, objets d’histoire naturelle. Dans son tableau du royaume de Naples et de Sicile (vol. 1), de l’État pontifical (vol. 2) et de l’Italie centrale et septentrionale (vol. 3), il se fait le portraitiste engagé d’une Italie pré-révolutionnaire27. À l’époque où il voyage, toute l’Europe est en effervescence depuis plusieurs années mais la Révolution n’en est encore qu’à ses prémisses en France ; en revanche, lors de la publication de ses Mémoires en 1793, la France est devenue une République. Compte tenu de son expérience girondine et d’ami de la France – il est naturalisé français le 26 août 1792, en même temps que Thomas Paine, Washington, Klopstock, Schiller, Kosciuszko, Cloots –, on peut être tenté de le définir comme un « républicain », porteur d’une cause alors en plein renouvellement, prônant le passage des monarchies despotiques et des républiques oligarchiques aux républiques conçues comme une alternative aux États d’Ancien Régime. Le regard que son voyage offre sur l’Italie des cours est républicain à la fois à l’ancienne et à la nouvelle mode.

  • 28 Texte publié en italien à Genève en 1790, traduit en français en 1792.

16Même s’ils sont moins prolixes sur la Toscane que sur Naples et Rome, les Mémoires secrets sont un texte important pour la connaissance du territoire italien, faisant écho à la vogue croissante de la statistique. Par la virulence de leurs attaques et compte tenu du contexte de publication, ils nous font dans le même temps assister à l’avènement du voyage militant, qui se charge d’utiliser le voyage comme un vecteur de l’action politique. Certes la déploration de l’état des routes ou de la mauvaise qualité de l’hébergement est un topos des récits de voyage de l’époque. Mais son positionnement éminemment critique amène Gorani à décrire au cours des années 1780 des États italiens aux réformes « mitigées », de plus en plus figés. Dénonçant la négligence de gouvernements auxquels il associe les termes de « misère », « faste », « despotisme », « décadence », « dégradation », « abandon », « ruine », « sclérose », il se place en position d’extranéité par rapport à l’Italie et s’en prend sans état d’âme aux abus des princes. Ainsi déjoue-t-il le rituel classique d’accueil qui amène par exemple Casati à citer avec soin les noms des familles nobles chez lesquelles il descend de ville en ville. S’il vante les républiques de Gênes et de Lucques, Gorani en décrit aussi les faiblesses et constate que partout les souverains choisissent des magistrats médiocres afin de mieux les dominer, ce qui n’empêche pas l’émergence de figures positives telles celles de Tanucci ou de Caracciolo. Se faisant à la fois observateur des usages du peuple, sur lesquels il pose un regard quasi ethnographique, et théoricien d’une science des gouvernements marquée par l’absolutisme éclairé, ainsi qu’en témoignent en 1790 ses Recherches sur la science du gouvernement28, il estime qu’une Italie croulant sous le poids des privilèges et de l’avidité des souverains a peu de chances de s’en sortir sur le plan économique et social. Tout en proposant des descriptions minutieuses, son récit est un pamphlet irrigué par une verve polémique qui répond aux besoins de la propagande de l’époque : on peut le lire comme participant d’une pénétration des idées révolutionnaires en Italie, ne serait-ce que quand il suggère que l’éducation est le seul moyen d’accéder à la liberté, contre l’ignorance et la superstition.

  • 29 Ainsi Franco Catalano dans Illuministi e giacobini del ‘ 700 italiano, Milan/Varese, Istituto edit (...)
  • 30 Giuseppe Gorani, Dalla Rivoluzione al volontario esilio (1792-1811), tome 4 des Mémoires pour serv (...)
  • 31 Ibid., p. 294-297.
  • 32 Carlo Capra, introduction au tome 4 des Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie, op. cit., not (...)

17Gorani, grand voyageur à travers l’Europe depuis l’âge de 17 ans et théoricien attentif des systèmes politiques et économiques, est pourtant un républicain déçu. Si l’historiographie italienne en a fait un auteur « jacobin29 », malgré son penchant durable pour une monarchie tempérée, l’on ne saurait oublier la cruelle désillusion qui transparaît dans le tome 4 de ses Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie, couvrant la période de 1792 à 181130. Ayant rejoint Paris en août 1790 après avoir passé deux ans en Suisse, Gorani s’est bien inscrit au Club des jacobins, a composé des textes pro-girondins comme les Lettres aux souverains et le Projet d’une Constitution républicaine pour le Milanez, a effectué diverses missions pour le compte de Mirabeau et ensuite de Brissot et des Girondins dans les départements français puis en Angleterre, Hollande et Allemagne. Mais la mort du roi et la montée en puissance des montagnards le firent changer brutalement d’opinion, comme le rappellent ses Lettres aux Français publiées en 1794-1795. Envoyé à Genève au printemps 1793, il se retira en Suisse où il fut traqué par l’agent robespierriste Soulavie et par deux agents de la reine Marie-Caroline de Naples à cause des critiques contenues dans les Mémoires secrets. Il revint à Paris en juin 1795 mais, déçu cette fois-ci par le Directoire, il quitta définitivement la France pour Genève. Son passage par Lyon en février 1796 n’offre la vision que de ruines et d’anciens amis disparus31. Ainsi avec Gorani le voyage républicain s’inverse-t-il sans pour autant devenir un voyage d’émigré – dont il a d’ailleurs réussi à se faire rayer de la liste dès l’été 1795. Un peu à la manière dont Alessandro Verri, en côtoyant les salons parisiens en 1766-1767, avait souffert de l’autosuffisance philosophique qui s’y affichait, puis au retour en Italie s’était fixé à Rome plutôt qu’à Milan, Gorani éprouve une vive amertume face à la tyrannie – à celle de Robespierre succédera à ses yeux celle de Napoléon. Ses voyages débouchent vers une impasse au niveau personnel. On peut certes y reconnaître avec Carlo Capra la persistance d’une forme de fierté nobiliaire ouverte à la reconstruction du système monarchique et s’affirmant à la manière de Pietro Verri contre tout despotisme ; on peut aussi y déceler l’effet d’une vie placée sous le signe de la fuite plutôt que de l’exil ou a fortiori de l’émigration32. Il reste que le parcours de Gorani traduit non seulement les fragilités de l’expérience républicaine d’un voyageur inquiet, mais aussi la capacité du voyage à renforcer ou à vider des modèles de leur sens, à faire éprouver leurs limites dans le contact avec l’expérience réelle. Que son républicanisme soit avéré ou non, Gorani nous livre un matériau qui peut servir la cause républicaine.

Changer le monde : faire voyager l’idée de république, donner corps à la république en voyageant

18Si le parcours de Gorani nous montre les oscillations d’un voyage républicain qui se cherche et les difficultés rencontrées dans le passage de la théorie à l’action, il n’en révèle sans doute que mieux la rupture que représente cette exigence de l’action dans la définition des voyages de la république. Ainsi se pose le problème du passage sur la longue durée d’un voyage d’observation, critique et philosophique, à un type de voyage militant, engagé en tout ou en partie dans un processus ou une volonté de transformation de l’ordre politique et social, stimulé par la nouveauté des configurations que prend cet engagement à la fin du XVIIIe siècle. Ce qui caractérise le voyage républicain, c’est en effet le surgissement de l’action et la volonté d’utiliser les observations qui sont recueillies en vue d’un programme de réforme politique.

Le voyage patriotique, amorce du voyage républicain

  • 33 Françoise Knopper, Le Regard du voyageur en Allemagne du Sud et en Autriche dans les relations de (...)
  • 34 Jacques Solé, « Des voyageurs officiels dans la France profonde au temps de la Terreur », in Par m (...)
  • 35 Philippe Antoine, introduction à Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, Paris, Gallimard, (...)

19Le combat pour changer le monde peut prendre diverses formes. Dès avant la Révolution s’ébauchent les éléments du futur voyage républicain à travers le voyage patriotique, qui constitue dans l’espace allemand décrit par Françoise Knopper autant que dans l’espace français à partir des années 1780 l’une des modalités les plus neuves du voyage, où les relations sont « conçues comme des tribunes présentant les mécanismes sociaux et politiques afin d’informer et de faire réfléchir le public33 ». Dans certains cas, le voyage de curiosité à l’étranger se reconvertit en un voyage destiné à connaître des parties de son propre territoire. Un voyage chez soi est alors promu, qui finit par installer un mode de quadrillage systématique et une acculturation des habitants, à l’instar des commissaires envoyés en l’an ii dans les provinces départementalisées34. À cette phase succède sous le Directoire, entre 1795 et 1799, un voyage à la fois attentif à la promotion des humanités patriotes et plus ouvert sur la connaissance des civilisations. C’est ainsi que la république introduit dans le voyage une composante idéologique et militante, en même temps qu’elle ouvre le voyage patriotique vers une appréhension géographique large, marquée par l’utilitarisme pédagogique et la pensée de l’altérité. Par son lien privilégié avec le temps de Révolution, l’association des deux termes de voyage et de république suggère que le voyage permet de véhiculer des idées nouvelles, refondant le cosmopolitisme des Lumières en y introduisant une large part de volontarisme politique – l’exportation de la liberté et l’apprentissage des patries aux frais de la République. Plus tard, certains voyageurs devenus auteurs reconstruiront a posteriori leurs expériences du temps de révolution, à l’exemple de Chateaubriand qui présentera dans la préface de 1826 l’édition de l’Itinéraire de Paris à Jérusalem de 1811 comme un jalon de l’éveil du philhellénisme des années 182035.

  • 36 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienn (...)
  • 37 Pour la seule Italie à partir de 1797 et dans la première décennie du XIXe siècle, on peut associe (...)
  • 38 Voir infra, Jean-René Aymes, « Ferveur républicaine ou modération du diplomate ? L’Espagne et les (...)

20Par-delà l’institution du voyage patriotique puis le passage à une perspective « civilisationniste », la logique des descriptions statistiques, voulues par le pouvoir et privilégiant l’enquête de terrain, allait se développer dans les départements français sous le Consulat36. Confirmant l’installation de la république par l’inventaire des territoires que celle-ci administrait, elle s’élargit aux départements étrangers nouvellement intégrés à la France, en commençant dans le cas de l’Italie par ceux du Piémont que décrivirent Laboulinière, Breton, Chanlaire, Herbin de Halle ou Maranda en 1802 et 180337. Cette même logique s’appliqua à une meilleure connaissance de pays étrangers qui n’entraient pas dans un projet de domination immédiat. C’est ce qui advint avec le Nouveau voyage en Espagne de Bourgoing, paru en 1788 puis devenu à partir de 1789 et dans toutes les rééditions qui suivirent jusqu’en 1808 le Tableau de l’Espagne moderne. Jean-René Aymes montre dans les pages qui suivent comment la rigueur statistique de l’enquêteur allait s’allier ici à la modération du diplomate. La solide et intime connaissance de l’Espagne par l’auteur, qui invite ses lecteurs à remettre en cause une série de stéréotypes accumulés sur ce pays au cours du XVIIIe siècle et à l’aimer comme lui, ne l’empêche pas de promouvoir les valeurs de la république à partir de l’édition de 179738.

  • 39 Jean-François Albanis-Beaumont, Description des Alpes grecques et cottiennes, ou tableau historiqu (...)
  • 40 Mona Ozouf, « Voyages en France dans la décennie révolutionnaire », in Willem Frijhoff, Rudolf Dek (...)
  • 41 Daniel Nordman, « Une représentation géographique du territoire sous la Révolution : le “jardin pa (...)

21L’écriture statistique, conçue comme mode de constitution d’un nouvel espace politique unifié par le principe républicain, assure la (re)connaissance des pays visités et prolonge l’encyclopédisme proposé au voyageur des Lumières en y ajoutant une dimension de pédagogie patriotique. En décrivant les provinces du « ci-devant duché de Savoie », Albanis-Beaumont (1853-1810) dresse le bilan d’une réalité politique désormais défunte et juge que les temps nouveaux obligent autant à faire le point sur des aspects d’histoire naturelle qu’à proposer un parcours historique depuis les origines jusqu’à la période de 1792 à 1802, où en Savoie se construit précisément une nouvelle origine39. Cette appropriation savante des territoires servait à diffuser des modèles moraux et politiques qui se heurtaient à de nombreuses résistances, ainsi que l’a montré Mona Ozouf à partir d’un large corpus de récits de voyage entre 1789 et 179940. Elle visait en même temps à approfondir la connaissance de leur géographie, de leurs richesses et de leurs potentialités pour le développement agricole, commercial et industriel. Qu’elle ait été source de préoccupation pendant l’époque révolutionnaire et dans les années suivantes, c’est ce que révèle le projet de « jardin patriotique » soumis par Deleyre à la Convention dès le début de l’été 1793, véritable leçon de géographie nationale destinée aux élèves de 16 à 18 ans en leur présentant l’espace français comme un jardin composé de départements41.

  • 42 [François Rever ?], Voyage des élèves du pensionnat de l’école centrale de l’Eure, dans la partie (...)

22À la même veine se rattache sous le Consulat le règlement du pensionnat de l’école centrale de l’Eure, dont les meilleurs élèves sont récompensés en allant parcourir pendant les vacances « les endroits du département les plus intéressans par leur situation, par l’antiquité des monumens qu’ils renferment, par les manufactures qui s’y trouvent, et par le genre de culture dont on s’occupe dans ces endroits42 ». Il y est prescrit

  • 43 Ibid., p. 561-562.

« que ces élèves dessinent dans ces petits voyages, les objets dont il leur paroît important de conserver les traits ; qu’ils décrivent ce qu’il est utile de faire connoître ; qu’ils recherchent les productions naturelles du sol ; qu’ils recueillent les plantes utiles ou rares ; qu’ils consignent avec soin tous les détails de leur voyage dans un journal, et qu’ils en arrêtent en commun la rédaction ; qu’au retour de leur expédition ils déposent [p. 562] dans le muséum de l’école les fruits de leurs recherches avec le journal, et que le conseil d’instruction arrête l’impression de ce qui lui paroît digne d’être rendu public43 ».

  • 44 Ibid., p. 562.
  • 45 Voir infra, Gabor Gelléri, « Voyager : un programme républicain ».

23Le règlement du pensionnat de cette école met en scène un mode de voyage qu’on peut qualifier de républicain en ce qu’il est propre à procurer des connaissances pratiques qui complètent les apprentissages livresques, valorise les voyages à pied jugés bons pour la santé et pour leur apport moral d’incitation à l’effort et aux privations, développe le goût de l’observation « d’abord dans la contrée qu’ils habitent44 ». Ce texte s’inscrit dans la lignée des voyages annuels d’élèves institués par Christian-Gotthilf Salzmann (1744-1811), directeur à partir de 1784 de l’Institut d’éducation de Schnepfenthal, près de Gotha en Saxe, après avoir collaboré au Philantropinum créé en 1774 à Dessau par Johann Bernhard Basedow (1723-1790). Et c’est ici que prend place le projet soumis par Louis Portiez au Comité d’instruction publique au début de juillet 1794, décrit dans ce volume par Gabor Gelléri. Allant plus loin que les réponses au concours de l’Académie de Lyon de 1787 sur les voyages comme « moyen de perfectionner l’éducation » et l’apprentissage d’un métier, il prévoit que dans le façonnement de l’homme régénéré les voyages des jeunes gens à l’étranger et plus encore ceux à l’intérieur du pays se pratiqueront en groupe, sous une forme collective qui en assure la nature républicaine45.

Une topographie républicaine aux « foyers » politiques éclatés

  • 46 Jeremy D. Popkin, « Marat en Hollande. Un témoignage inconnu », Dix-huitième siècle, « Voyager, ex (...)
  • 47 Voir infra, Bernard Gainot, « La République et la pastorale. Autour du “Nouveau voyage en Suisse” (...)
  • 48 Voir infra, Arianne Baggerman, Rudolf Dekker, « Un révolutionnaire néerlandais à Paris en 1788. Le (...)
  • 49 Voir infra, Sylvie Kleinman, « “Vive le pain bis et la Liberté !” Le regard d’un républicain irlan (...)

24Il semble que la situation ait résolument évolué à partir de la fin des années 1770 et surtout au cours des années 1780. C’est dans des lieux où une action politique de nature révolutionnaire était possible que se rendit Marat dans les années 1770, participant au mouvement contre la couronne anglaise inspiré par John Wilkes, puis rencontrant en Hollande en 1774-1775 des partisans de la cause orangiste qui orientèrent sa pensée dans le sens d’un soutien au peuple contre la position des patriotes hostiles aux orangistes et représentants d’une aristocratie bourgeoise qu’il jugeait trop coupée du peuple46. L’attrait de Helen Maria Williams pour la Suisse, où après un long séjour à Paris dans les milieux radicaux pro-girondins elle accompagna en 1794 John Stone, résulte du besoin de trouver un refuge mais aussi d’une volonté d’observer des régimes « dégénérés » et de penser une révolution helvétique à venir47. C’est non moins naturellement que Paris est devenu le foyer républicain par excellence avant même 1789. Nous en avons pour preuve le voyage de Lambert van Eck et Pieter Paulus qui descendirent de Rotterdam à Paris en 1788, le second rencontrant de nombreux ministres et personnages influents avec l’espoir d’orienter la politique de la monarchie française dans un sens favorable à la cause des patriotes néerlandais48. Sylvie Kleinman montre comment, quelques années plus tard, le révolutionnaire irlandais Wolfe Tone, « républicain-apprenti », s’y rendit à son tour en mission patriotique clandestine à l’hiver 1796 en vue de sceller une alliance militaire avec la République française49.

  • 50 Maurice Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome et des états ecclésiastiques, acco (...)
  • 51 J.-F. de Bourgoing se fit payer 1 500 livres par le Directoire pour ce tableau résultant d’une com (...)

25À l’inverse Rahul Markovits nous rappelle qu’aux yeux de Clavière l’Italie de 1782 était « peu convenable à des républicains », car n’exigeant pas assez d’effort pour y gagner sa nourriture. Départageant l’Europe et l’Amérique en lieux propices et lieux moins adaptés à l’idée de république, la critique peut se faire très dure à l’égard de certains régimes étrangers, comme dans le tableau de Rome et des États pontificaux de Maurice Levesque paru sous la Constituante, en 179150, et dont s’inspirera Bourgoing pour son propre tableau publié à la demande du Directoire en 1797, à la veille de l’entrée des armées françaises à Rome51. « Résultat » d’un séjour de quatre ans accompli dans les années 1780, l’ouvrage de Levesque devint, en raison de sa date de parution, partie prenante d’un programme révolutionnaire. Dans les années de peu antérieures à la Révolution cette dimension critique du voyage s’était accrue et la volonté de comparer les régimes avait pris un tour plus offensif. Elle se place dans le sillage d’une quête « patriotique » où l’on s’est mis à sillonner avec une attention tout à la fois critique et érudite son propre pays. À peine postérieure aux descriptions de voyages à travers les provinces françaises publiées dans les années 1780, telles celles de Legrand d’Aussy en Auvergne, de Papon en Provence ou de Ramond de Carbonnières dans les Pyrénées, l’image que Levesque donne de la situation politique et sociale dans les États du pape traduit la volonté de passer à une phase d’action ouverte, en se servant des potentialités de propagande du récit de voyage. Nous avons vu que la publication à Paris chez Buisson en 1793 du voyage de Gorani accompli en 1787-1788 à travers les cours italiennes a pareillement pu s’inscrire dans un processus de diffusion des idées républicaines à destination de l’Italie.

  • 52 Cité par Jeremy Black dans l’épilogue de son ouvrage The British Abroad. The Grand Tour in the Eig (...)
  • 53 Ibid., p. 310.
  • 54 Voir infra, Anna Maria Rao, « D’un Royaume à l’autre : le voyage en Catalogne du capitaine napolit (...)

26Certains voyages entrepris sur le modèle du Grand Tour se transformèrent sous la pression des événements en voyages « républicains ». Ainsi Samuel Boddington (1766-1843), fils de marchand présent à Paris au moment de la prise de la Bastille (il a traversé la Manche de Douvres à Calais le 3 juillet 1789), s’enthousiasme-t-il pour la liberté en tant que whig opposé au roi George III52. Loin de la méfiance croissante de Young lors de son troisième voyage en France à partir de juin 1789, c’est cette vision que révèlent ses lettres à son père écrites de Paris les 13 et 14 juillet 1789, puis à sa mère, toujours de Paris, le 19 juillet 1789. Dans une nouvelle lettre à son père le 24 juillet 1789, de Lyon, il présente la Révolution comme ayant libéré les énergies nationales. S’extasiant de la richesse et fertilité du pays, où il n’a pas vu de lande inculte de toute la journée, il ajoute: « If such has been the situation of a country under the iron hand of dispotism what may not be expected from it now the shackles of industry are broken and a free government is about to be established53. » Placés dans un autre contexte, des soldats se forgeront une identité républicaine en parcourant les routes d’Europe au fil des campagnes militaires ou à la suite d’un exil. C’est ce qui arrive à deux Napolitains encore jeunes en 1799, le capitaine de la garde nationale Giuseppe De Lorenzo et le capitaine Gabriele Pepe, dont Anna Maria Rao montre ici à quel point les voyages favorisèrent chez eux un processus de politisation et fortifièrent leurs valeurs patriotiques. Malgré un attachement croissant à la monarchie constitutionnelle, le second allait rester fidèle aux idées de vertu civique et de participation du peuple, qu’il finit par redécouvrir dans le lointain passé républicain de sa propre patrie54.

  • 55 Anna Maria Rao, « Touristes malgré eux : les Français en Italie et les récits de voyages des Itali (...)
  • 56 Voir infra, Madeleine Van Strien-chardonneau, « André Thouin (1747-1824), un commissaire de la Rép (...)

27Aux voyages spontanés qui continuent la tradition du Grand Tour, il faut ajouter les voyages accomplis par des acteurs qui y sont contraints en raison de leur métier et de la situation politique de leur pays, soit parce que celui-ci les repousse après l’échec d’une expérience républicaine, soit au contraire parce que les dirigeants les envoient en mission au nom de la fraternité (« peuples frères ») ou de la République (« républiques sœurs »). On a déjà évoqué les exilés qui depuis les années 1780 durent fuir après des tentatives ratées de changements politiques dans les Provinces-Unies, à Genève, à Fribourg ou dans les Pays-Bas autrichiens, jusqu’aux Italiens de 1799 ailleurs étudiés par Anna Maria Rao55. Mais il ne faut pas oublier ceux qui partent sur ordre de leur gouvernement, tels les gens de science envoyés comme Thouin en Hollande et en Italie, ou à la suite de Bonaparte en Égypte. Une large place leur est faite dans les pages qui suivent, qui permet de revenir sur la vision d’une République française rayonnante et autocentrée et de mieux comprendre d’une part la relation à double sens qui s’institue au cours du Directoire entre le foyer républicain français et ceux des républiques sœurs, d’autre part la continuité des pratiques cosmopolites des Lumières au sein de la communauté savante, enfin les liens qui se nouent alors entre la science, la république et le voyage56.

  • 57 Yves Ansel, « République, républicain », in Yves Ansel, Philippe Berthier, Michael Nerlich (dir.),(...)

28À l’inverse, certains grands voyageurs de l’époque révolutionnaire et impériale, malgré leur critique de la tyrannie, ont tout été sauf de farouches défenseurs de l’idée de république, à tout le moins sous la forme qu’elle a prise à partir de 1792. La relation entretenue par Stendhal à l’égard de la république et des républicains fut toujours de grande réserve, les carbonari étant pour lui des idéalistes dépourvus du sens de la réalité et les républicains des « fous » méconnaissant la nature humaine. C’est ce qui permet à Yves Ansel d’affirmer que Stendhal, hostile à tout despotisme et soucieux des libertés, ne fut pas pour autant un partisan farouche du gouvernement démocratique57.

29Du service commandé à la décision personnelle de voyager en promouvant les idéaux de la République ou en réfléchissant aux formes d’action possible pour repenser la société, la volonté de changer le monde et d’exporter des idéaux républicains trouve à s’exprimer de façon variable. Il arrive que le voyage se limite à servir une opération de propagande, marquant l’asservissement à des mots d’ordre du moment comme en témoigne la dédicace du tableau statistique de Maranda sur le Piémont paru en 1803, au ton encomiastique alors très courant :

  • 58 Maranda, Tableau du Piémont sous le régime des rois, avec un précis sur les Vaudois et une notice (...)

« À Bonaparte, Premier Consul de la République Française
Citoyen Premier Consul
La Nation Piémontaise étoit parvenue au dernier terme de dégradation lorsqu’elle a été appellée [sic] à faire partie de la République Française.
Elle ne présentoit depuis long-tems qu’un Gouvernement vacillant entre des amis débiles ; des tribunaux sans forces, paralisés [sic] encore par l’arbitraire ; des loix vicieuses ; une réligion [sic] réduite en momeries et en ostentations ; un peuple sans mœurs, esclave de deux castes, et sans considération au dehors.
Elle commence à voir aujourd’hui, avec une administration ferme et modérée, des Tribunaux qui ont toute leur vigueur, des lois salutaires qui remplacent successivement celles qui étoient l’origine de tant de maux ; des cultes qui seront rappellés [sic] à leurs vrais principes ; une morale qui ne sera plus abandonnée à la nullité ; des citoyens, et plus d’esclaves ; les portes de l’édifice social ouvertes à tous les talens, encouragés dans l’intérieur, et respectés chez l’étranger58. »

Le républicain en voyage, ou la république missionnaire

  • 59 Marie Dupond, Édition de la correspondance de Gaspard Monge (1795-1799) : ce qu’elle révèle d’un g (...)

30Dans le même temps s’affirme une forte composante volontariste du voyage républicain. Ainsi peut-on déceler derrière les lettres que Monge envoie à sa femme au cours de sa première mission en Italie en 1796-1797 en tant que responsable de la commission chargée de recueillir les objets de science et d’art, donc dans le vif de l’événement, la trace d’un véritable projet culturel, assumé à la première personne et qui nous aide à cueillir une forme combative de voyage républicain. Étudiant son engagement politique, Marie Dupond montre que le jugement porté par Monge sur la situation de l’Italie au moment de l’arrivée des Français actualise un discours élaboré avant son départ pour l’Italie, déjà clairement formulé et construit en 179559. Ce discours est structuré par l’idée de progrès qui pose les prêtres comme les ennemis des Lumières. Ce n’est pas en Italie, ni à Rome que Monge aurait forgé son jugement. Mais il fait voyager dans sa correspondance cette France qu’il a reconstruite idéalement, et qui est non seulement l’espace mais aussi le modèle de la réalisation d’un projet de réforme culturelle diffusé au sein de l’Académie des sciences dès 1781. Au sein de ce projet dont les lettres écrites d’Italie par Monge se font l’écho, on peut identifier un anticléricalisme plus qu’un athéisme. Loin d’un questionnement spirituel, est à l’œuvre un jugement fondé sur une histoire culturelle qui dès l’Antiquité pose la religion en ennemi du progrès.

31Voilà qui nous invite à relire la correspondance de Monge. Sa première mission en Italie eut lieu de mai 1796 à octobre 1797 avant un intermède à la direction de l’École polytechnique de novembre 1797 à février 1798, puis une seconde mission en Italie de février à mai 1798 et l’expédition en Égypte de mai 1798 à décembre 1799. Le spectacle de l’Italie du Nord parcourue à la fin du printemps 1796 comble le républicain dont la correspondance avec sa femme dessine un véritable parcours patriotique. Tout en étant conscient de ne rencontrer que des personnes acquises à la cause française, « des amis de la liberté et de l’égalité, des hommes instruits, dégagés des préjugés, et qui voient de loin la Révolution comme la verra la postérité » (9 juin 1796), Monge s’érige en juge du degré de patriotisme dans les régions traversées, de la vallée de la Maurienne à Turin. Il narrera ensuite, de Pavie à Florence, les opérations de prélèvement des objets de sciences et d’art, depuis la « récolte de tableaux » jusqu’aux « dons spontanés » de leurs ouvrages par les savants, « hommages faits à la république française ». Mais pour Monge la République doit être commémorée, elle a ses hauts lieux se prêtant comme Lodi à un rituel de la reconnaissance du « champ de la fameuse bataille », même si elle bénéficie également « du travail presque incroyable des habitans de la Lombardie qui ont mis à profit les eaux qui descendent des Alpes pour arroser cette vaste plaine » (24 juin 1796) et qui en ont fait un « pays de cocagne » où la nourriture « est abondante et d’excellente qualité » (29 juin 1796). L’écriture militante de Monge privilégie cependant les Français : il voit les armées avancer et s’enorgueillit de ce que les « papiers » italiens soient « maintenant […] tous favorables à la Révolution française » (24 juin 1796). À ce prix, la ville de Milan ne peut être que « vraiment enchantée » de sa reddition qui épargne de nombreuses œuvres d’art. L’idée que la France apporte à la Lombardie les valeurs de la République l’amène à célébrer les apports anciens de la France à l’Italie, et à exalter la supériorité française. Si les habitants, par leur « industrie » et les « canaux multipliés », ont « converti en prairies immensément productrices des terres qui sans cela ne seraient qu’un sable stérile comme les landes de Bordeaux », ils le doivent aux Français à l’époque de François Ier qui, « dirigé par Léonard de Vinci », avait fait creuser le premier canal en Lombardie (10 juillet 1796).

32À Florence, le passé doit être mis au service du présent. Monge dote sans appel l’ancienne République florentine de toutes les qualités par rapport au principat. Après avoir évoqué l’« incroyable collection d’objets d’art », qui même s’il ne le dit pas doit beaucoup aux Médicis, il ajoute, oubliant que Galilée a vécu à l’époque des Médicis :

« Une autre chose m’a frappé à Florence. C’est que cette ville qui a été le berceau du renouvellement des arts et des sciences en Europe, qui a produit de si grands hommes, tels les Léonard de Vinci, les Galilée, les Machiavel, les Dante, etc. et qui a élevé de si grands monuments, n’a produit tous ces miracles que dans le temps qu’elle était une petite république démocratique. Depuis qu’elle a un maître, ce n’est plus rien » (22 juillet 1796).

33N’offrant par rapport aux hommes que des ruines, la Florence des Médicis est associée par Monge à la mollesse des sigisbées et opposée à la virilité républicaine. De manière générale, le sentiment d’immunité des Français reconnus comme les maîtres du pays vient de ce qu’ils sont les hérauts de la République :

« Tu vois, ma chère amie, que notre mission n’aura rien de fâcheux, et nous espérons la remplir d’une manière digne de la République. Ah, ma chère amie, que le mot est beau au-delà des frontières ! Partout où nous passons, les difficultés disparaissent, on s’informe seulement si nous sommes Français, encore ne le fait-on que quand on ne voit pas la cocarde. On ne nous visite à aucune frontière ; on ne permet pas que nous payons aucun péage ; les ponts sont francs pour nous. Oh, que la République est grande au dehors ! » (22 juillet 1796)

34L’Italie devient une sorte d’espace idéal quasi platonicien par rapport à la France elle-même, du moins là où les troupes françaises l’ont emporté.

35À cette exaltation républicaine, encore possible à Florence, s’oppose la vision foncièrement dépréciative du peuple de Rome, qui procure à Monge un « sentiment pénible » en raison de l’abandon des terres et de « l’état d’abrutissement auquel se trouve réduit un peuple conduit par un gouvernement fondé sur l’imposture » (30 juillet-1er août 1796). Ce présent dégradé appelle un autre présent qui sera son avenir. Monge se réfère alors au modèle républicain de l’ancienne Rome, bien que celui-ci soit devenu « aussi étranger au peuple imbécile qui l’habite que les pyramides d’Égypte le sont aux pauvres mahométans qui ne savent même pas quelle est la nation qui les a bâties ». Le Forum a en effet fait place à sa figure dégradée, le Campo Vaccino, ou « Champ des vaches » dont l’emploi « n’est pas plus noble que son nom ». Aux yeux de Monge Rome « n’est plus qu’une momie » à l’agonie, un « vieux cadavre » qui « n’a plus qu’un souffle de vie » (23 février 1797). Nous sommes dans le pays de l’erreur, opposé au progrès et où le gouvernement et le peuple – « cet imbécile de peuple de Rome » (28 avril 1798) – ignorent ce qui se passe en France. Dans ces lettres à usage intime et politique tout à la fois, compte tenu des responsabilités qu’il occupait au sein de la Commission des sciences et des arts, Monge se fait le chantre de la liberté, « plus beau présent que puissent recevoir des nations » (lettre de Rome à Bonaparte, 27 avril 1797), et il explique à sa femme qu’« ici jacobin signifie ami de la République et de son gouvernement actuel » (28 avril 1797). Il ne reste par conséquent, face aux résistances du gouvernement papal qui risquent de renforcer le despotisme, qu’à amener à son tour la liberté sur le Capitole.

  • 60 Voir infra, Daniela Tinková, « La peste de la liberté. Les Français suspects de jacobinisme en Boh (...)

36Cette image du Français véhiculant les idéaux de la République imprégna durablement les mentalités et détermina la politique des gouvernements européens. Elle justifia avant même l’instauration de la Première République et à plus forte raison à partir de la création des républiques sœurs la mise en place d’une surveillance policière tatillonne que Daniela Tinková qualifie pour les États de la monarchie des Habsbourg de « chasse aux émissaires », fondée sur l’idée que tout Français, quel qu’il soit, constituait une menace à l’ordre public et faisait se dresser le « spectre d’un “émissaire jacobin”60 ». Cette méfiance, on le sait, fut durement ressentie par les émigrés à travers l’Europe monarchique, à commencer par le comte de Provence. Elle amena le républicain en voyage à être autant imaginé que réel, la suspicion suffisant à le faire exister comme tel aux yeux des autorités, lors même qu’elles avaient affaire, comme c’était souvent le cas, à des opposants au régime révolutionnaire.

Du voyage de la mémoire au voyage militant

37Les missions d’agents de la République française à l’étranger et les voyages de républicains poussés sur les routes d’Europe par l’échec de mouvements révolutionnaires chez eux ou par l’attrait d’autres « foyers » politiques incarnent certes une forte composante volontariste du voyage républicain. Celle-ci trouve cependant sa limite dans la diversité des formes et dans les possibilités de métamorphose que l’exil ou le travail de la mémoire font subir à la nature républicaine du voyage. La république ne voyage pas sans risque, en même temps qu’elle se constitue à la faveur de multiples voyages : voyage des hommes, des textes et des idées. Si tout au long du XVIIIe siècle les objectifs du voyage se sont laïcisés, avant que ne s’installe avec l’effervescence révolutionnaire un mode de voyage conçu comme une action participant du projet de transformer le monde, il n’est pas incongru de chercher la trace d’un nouveau type de pèlerinage, cette fois-ci laïc, dans la manière dont un certain nombre de fidèles de l’idée de république, d’exilés et d’anciens soldats de la Révolution et de l’Empire ont parcouru l’Europe des premières décennies du XIXe siècle. En relation avec la structure matricielle du pèlerinage, un voyage mémoriel élabore des lieux privilégiés. De leur côté, en voyageant eux-mêmes, les livres, « reliques de papier », contribuent à fabriquer non seulement une mémoire, mais aussi la réalité même de la république.

Des pratiques de voyage révolutionnées

  • 61 Voir infra, Élisabeth Liris, « Lafayette ou le long périple du “Héros des deux Mondes” entre répub (...)
  • 62 Voir infra, Guillaume Mazeau, « L’errance républicaine, les Girondins et l’exil intérieur ».

38Le voyage se charge de l’énergie d’un projet politique. L’exil, s’il n’est pas nouveau dans les années 1780, se transforme en force d’action. En l’orientant vers un idéal politique, sa motivation républicaine nourrit un type de voyage qui jusque-là était plutôt marqué par le refus, le rejet et l’exclusion même s’il avait pu constituer une occasion économique pour les intéressés et les États d’accueil, ainsi qu’on le constate avec les huguenots partis de France après la révocation de l’édit de Nantes à destination de Berlin, des Provinces-Unies ou de l’Angleterre. La Fayette utilise le prestige de ses voyages en Amérique et de son amitié avec Washington à différents moments de sa carrière pour tenter de faire adapter en France l’idée de république et importer en Europe le modèle des Républiques américaines, qu’il souhaite combiner avec celui d’une monarchie constitutionnelle. Ses voyages, accomplis au grand jour après qu’il soit revenu en héros de la guerre d’indépendance américaine, se font à partir de 1792 dans l’ombre de la clandestinité, jusqu’à ce qu’ils prennent comme l’écrit Élisabeth Liris la forme du « pèlerinage mémoriel » lors du troisième voyage vers les États-Unis en 1824. Mêlant l’exil intérieur et le combat républicain, ils dessinent la continuité d’un parcours qui apparaît comme étant avant tout celui d’un engagement républicain hissé au rang du mythe61. Non moins républicains sont les itinéraires à travers la France de l’Ouest et du Sud-Ouest des députés girondins les plus motivés après leur proscription du 2 juin 1793, dussent-ils y découvrir, contre toute attente, le visage d’un peuple qui était loin de leur ouvrir les bras et qui au contraire les ignorait ou se détournait d’eux62. D’ailleurs leur exil précipité n’est pas perçu par eux comme tel au début du voyage.

  • 63 Voir infra, Frédéric Régent, « Le voyage républicain détourné : la Royal Navy républicaine ».
  • 64 Voir infra, Olaf Müller, « Voyageurs républicains et constitution du panthéon national en Italie. (...)
  • 65 Voir infra, Maïté Bouyssy, « Barère, voyageur immobile ».

39Constituant avec l’émigration, comme le rappelle Guillaume Mazeau, la « partie sombre du voyage en temps républicain », l’exil ou la déportation favorisent l’émergence de nouvelles manières d’être républicain. Frédéric Régent parle dans ce livre du voyage fondateur d’un groupe de déportés embarqués sur des bateaux anglo-royalistes à destination de l’Angleterre et qui se révoltèrent à l’été 1794, adaptant le vocabulaire et les pratiques républicaines au contexte tropical63. L’exilé ou le déporté transportent avec eux une certaine mémoire de la république et des valeurs qui contribuent à la construire. C’est le cas, on l’a vu, du révolutionnaire et patriote irlandais Wolfe Tone, venu d’Irlande à Paris en 1796 pour une mission secrète auprès du Directoire qui devint un exil temporaire mais qui renforça son républicanisme. Le sens que les exilés donnent à leurs voyages républicains varie. L’éloignement de Naples a fait réfléchir Gabriele Pepe jusqu’à ce qu’il finisse par célébrer les vertus d’un « gouvernement mixte » (A. M. Rao). Réfugié en Suisse puis en Angleterre à partir de 1816, Foscolo devient la figure tutélaire autour de laquelle s’organisent les voyages d’exilés italiens, les uns en passe de partir pour l’Espagne ou la Grèce, les autres préparant une action politique plus lointaine, d’autres encore n’ayant à l’instar de Manzoni en tête que de constituer un panthéon littéraire national. Tandis que Foscolo s’en prend à l’universalisme abstrait des libéraux italiens de 1821, ses voyages tirent aux yeux de son biographe et contemporain Pecchio leur légitimité précisément de l’idée d’universalité du progrès et de la raison64. Avec Barère l’on est confronté à un républicain qui exilé ou non ne voyage guère, ou plutôt qui voyage si peu que Maïté Bouyssy le qualifie de « voyageur immobile » : après avoir joué un rôle de premier plan jusqu’à l’été 1794, il est malgré un retour en grâce ambigu sous le Consulat devenu silencieux, vivant dans son exil la mort civile et l’absence même d’identité. Le voyage, fût-il limité à l’exil intérieur en France, peut interrompre le parcours d’un républicain et sa prétention à l’existence au sein de l’espace national65

  • 66 Jean Starobinski, « Le concept de nostalgie », Diogène, no 54, avril-juin 1966, p. 92-115.
  • 67 Sur l’instabilité du « genre sans loi » qu’est le récit de voyage, voir Roland Le Huenen, « Qu’est (...)

40Cette idée du souvenir et de la mémoire pose la question du rapport qu’entretiennent les républicains avec la patrie. Si l’exil produit à la fois le regret de son propre passé et le désir d’un retour incertain vers une patrie localisée, qu’éveille le sentiment douloureux de ne plus s’y trouver, alors on peut avoir affaire à de la nostalgie, manifestée médicalement par des troubles issus de l’éloignement par rapport à un milieu accoutumé66. Mais l’exil républicain est aussi tourné, à l’instar de la mission de nombreux savants et administrateurs, vers un devenir en construction. Il est projeté vers l’avenir tout en cultivant une mémoire. Le voyage d’exil républicain renoue ainsi de thermidor à l’Empire et à la Restauration avec la tradition du pèlerinage en se projetant dans une dynamique du souvenir destiné à donner sens à une quête. Le pèlerinage comme acte de mémoire obligé est présent au sein du voyage républicain de Van Eck et Paulus lorsqu’ils se rendent à Ermenonville, mais la visite du Panthéon à Paris dont Wolfe Tone rend compte dans son journal clandestin appelé à être longtemps utilisé par les patriotes irlandais permet d’affiner un voyage républicain militant. Qu’en est-il dans ces conditions du statut de l’écriture du journal de voyage républicain ? Pas plus que le récit de voyage à l’époque des Lumières, il ne constitue un genre réglé. De La Fayette circulant entre deux mondes à Wolfe Tone narrant la France directoriale ou à Pepe qui se raconte de Naples à la Catalogne, les écritures de l’exil sont désordonnées et multiples. Le journal de voyage côtoie les mémoires ou la correspondance, telle celle entre Madison et Jefferson où se mêlent politique et curiosité scientifique, et la figure de Foscolo suscite des biographies qui se transforment en éditions de ses manuscrits, écrits par lui ou par d’autres, comme cela arriva pour une bonne part du commentaire de Dante que Mazzini imagina que Foscolo avait écrit. Pas plus que n’existe un genre stabilisé du récit de voyage67, il n’existe un type d’écriture propre à l’expérience républicaine du voyage.

La république voyage aussi par les textes, les traductions et les objets

  • 68 Voir infra, Lucia Bergamasco, « James Madison et les républiques anciennes et modernes : un voyage (...)
  • 69 Voir infra, Jean-Luc Chappey, « La traduction comme pratique politique chez Antoine-Gilbert Griffe (...)

41Ce qui est en revanche certain c’est que, par-delà les expériences concrètes du déplacement physique des individus, circulèrent une multitude de textes, récits, essais et lettres demeurés manuscrits ou publiés à l’époque, en langue originale ou traduits. Le voyage des idées passe à travers le contact physique des hommes, mais il est relayé en chambre par le jeu complexe de la lecture. À Londres, au cours des années 1820, Foscolo qui ne voyage plus et qui ne se rendra pas en Grèce distribue à ses proches et à ses visiteurs certains des textes manuscrits qu’il n’a pas osé publier : il les fait ainsi circuler. Lucia Bergamasco montre que Madison, qui à la différence d’Adams, Franklin ou Jefferson ne se rendit pas en mission en Europe, se rattrapa avec les livres qu’on lui envoyait, en lisant la presse et par le biais de l’échange épistolaire. Les livres reçus et les lettres échangées avec Jefferson lui permirent de connaître les États européens anciens et plus récents et de bâtir entre 1786 et 1787 sa réflexion sur le système fédéral le plus convenable pour les États-Unis, à orienter selon lui vers un pouvoir central fort68. Barère emporte avec lui des exemplaires d’ouvrages interfoliés qu’il utilise comme instruments de travail lorsqu’il retourne à Tarbes et il se livre lui-même à de nombreuses traductions. Le rôle des traductions mérite d’être souligné. Ne se cantonnant pas à la sphère des idées mais conçues comme un mode d’action politique, celles-ci permirent à la république de voyager d’une langue à l’autre. Jean-Luc Chappey rend compte de la place occupée par les traductions de Griffet de Labaume dans la campagne anti-esclavagiste dès 1788 puis dans celle en faveur de l’idée républicaine à partir de 179169. À Paris, où il fréquentait des cercles anglophones et traduisait aussi des ouvrages de l’allemand, Labaume fut un acteur effacé mais qui participa durablement à la constitution d’un espace de circulation des idées au sein des États de la Grande Nation. On lui doit également d’avoir fait du traducteur un collecteur de matériau, à l’égal des voyageurs naturalistes, et de s’être mis au service d’un idéal d’échange et de progrès des civilisations jusqu’à ce qu’à la veille de sa mort une visée impériale et le choc de la perte de Haïti ne le conduisent à promouvoir l’idée d’une supériorité de la France. Bernard Gainot suggère de son côté que la traduction en français du Nouveau voyage en Suisse d’Helen Maria Williams par Jean-Baptiste Say en assura le succès de librairie même si celui-ci tenait sans doute davantage, peu de mois avant la création de la République helvétique, à sa nature de composition littéraire mêlée à une réflexion politique. À côté des traductions, on pourrait faire également état du travail des polygraphes qui mettent en récit des images en les « républicanisant ». Lavallée ne procède-t-il pas ainsi avec les gravures réalisées en Istrie et Dalmatie par Cassas en 1782 ? À l’adresse d’un public francophone mais européen, il interprète comme un signe de la féodalité battue en brèche l’image du château de Luegg dans le texte qui en accompagne la publication en 1802 :

  • 70 Joseph Lavallée, Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, rédigé d’après l’ (...)

« on ne peut disconvenir que la bizarre situation du château de Luegg lui donne un caractere que l’on chercheroit vainement ailleurs : il rappelle ces châteaux habités par des enchanteurs, dont les descriptions n’appartiennent qu’à l’imagination des romanciers ou des poëtes […] Hélas ! on est bien forcé de reconnoître à ce choix extraordinaire les deux passions les plus communes, et cependant les plus funestes à l’espece humaine, les fureurs de la guerre et l’amour de la domination : l’orgueil de la féodalité a seul eu le droit d’inspirer le sombre courage de fonder un semblable palais70 ».

  • 71 Voir infra, Anne Simonin, « La République en ses provinces : la traduction des lois, histoire d’un (...)

42Que les mots soient porteurs d’action, générateurs du réel, c’est bien ce que nous aide à comprendre le parcours dans l’histoire de la traduction des lois auquel nous convie Anne Simonin. Les enjeux de leur transmission est immense à l’échelle nationale puis européenne, car la république se façonne par la circulation de ces textes71. Alors que sous la Constituante la politique de traduction de la loi vise à diffuser les idées révolutionnaires à l’intérieur des frontières, le français devient sous la Convention une langue diplomatique et la traduction des lois se met à relever d’une « cosmopolitique » qui réinsère la France dans le concert des nations. Le décret du 14 janvier 1790, destiné à faire traduire les lois dans les idiomes et dialectes parlés en France, eut pourtant un destin singulier puisque, faute d’une visibilité de la sanction du roi, il n’eut jamais force de loi. Cela n’empêcha pas une cohorte de traducteurs, de copistes et de vérificateurs de s’employer à faire voyager la langue légale en opérant les traductions, mais en se heurtant dans les faits à de telles difficultés qu’on peut avancer l’hypothèse que face au constat du caractère « intraduisible » de la loi, la « guerre aux idiomes » fut lancée dès la Constituante.

43Parmi les objets qui voyagent on eut pu considérer ceux du voyage maçon – certificats, guides de voyage et objets maçons. On se contentera ici des œuvres d’art et de science que les trois commissions envoyées par les autorités parisiennes du Rhin à l’Italie entre 1794 et 1797 prélèvent méthodiquement dans les pays conquis pour les faire venir à Paris. Pierre-Yves Lacour insiste sur les raisons de la différence de perception de l’opinion à propos des déplacements d’objets d’art et de livres, sources d’une intense polémique sous le Directoire, et des confiscations naturalistes, qui au contraire ne suscitèrent que peu de désapprobation, notamment parce qu’il s’agissait de spécimens reproductibles qui constituaient rarement les représentants uniques de leur espèce. Quoi qu’il en soit, l’idéal républicain sert de « liant social » et de « support identitaire » pour la circulation de l’ensemble de ces textes et de ces objets ; il donne sens à leurs voyages.

L’instabilité du voyage républicain

  • 72 On peut ainsi lui appliquer certains des paradoxes soulignés par Nicolas Bourguinat, Sylvain Venay (...)

44L’histoire compliquée de la république dans les années 1770-1830 ne peut impliquer de voyage univoque, lisse, cadrant avec un militantisme aux lignes clairement définies. Le voyage républicain est un voyage exposé à l’échec, un voyage qui peut changer de sens en cours de route et avorter dans son projet ou dans sa réception, ainsi que l’illustre le journal de Thouin, révisé par lui-même et édulcoré par le baron Trouvé en 1841. C’est parfois un voyage volontaire, assumé à la manière de la seconde expédition en Grèce de lord Byron, qui se conclut à la fois tragiquement et héroïquement à Missolonghi en 1824. Mais c’est souvent aussi un voyage contraint, voire contrarié, où l’exil demeure un trait qui le distingue de l’émigration, sans pour autant toujours lui donner la force et la valeur d’un voyage tourné vers l’action : la déception des Girondins proscrits en juin 1793 prouve que, de ce point de vue, il peut déboucher sur une impasse. En sorte qu’il paraît difficile de lui assigner une forme stable et linéaire alors même qu’il relève d’une période où la république se cherche. S’il en accompagne et favorise l’expansion par la circulation des hommes et des idées, s’il peut devenir un auxiliaire de sa « genèse », il s’inscrit également dans un horizon de contraintes qui font obstacle à cette circulation72. Les guerres, le développement des idées nationales, la surveillance des individus qu’assure mieux que jamais à partir de l’époque révolutionnaire et en divers pays d’Europe la diffusion de l’usage du passeport, rendent tumultueux et incertains les voyages de la république. Il s’ensuit une configuration hachée, partielle, morcelée, qui au rythme des conquêtes juxtapose des expériences exaltantes et triomphales, et des phases de repli, d’exils intérieurs comme celui de Barère, le voyageur immobile qui se réfugie dans les lettres. Envers et contre tout, la république pourtant est mobile. Mais si l’on sait plus ou moins d’où vient le voyage républicain – curiosité philosophique et recherche de la liberté, exil et refuge, propagande et expansionnisme –, il est plus difficile de dire où il va. Il revient aux auteurs de ce livre de nous le suggérer, puisqu’ils s’arrêtent sur ce moment où, tout comme la république, le voyage connaît sans doute sa mue la plus décisive à la veille de l’avènement du tourisme.

  • 73 Voir infra, Nicole Pellegrin, « Errances, odyssées ou cheminements ? Quelques religieuses voyageus (...)

45De manière symétrique, les religieuses voyageuses chassées de leurs couvents en 1792 vivent une errance qui est moins anti-ou contre-républicaine que mystique, le cheminement intérieur primant pour beaucoup d’entre elles sur le combat politique. La république est presque vécue comme une chance, une occasion en tout cas d’expier des fautes. Nicole Pellegrin insiste sur la vocation refondatrice de leurs errances à la veille du XIXe siècle, plus proches du pèlerinage qui permet de se rapprocher de Dieu que de l’exil ou de l’émigration73. À un autre type de distance de la république se situent les témoignages d’une grappe de voyageurs anglophones et américains que Sylvie Kleinman place en contrepoint de celui de Wolfe Tone, même si tous observent avec curiosité ce pays inconnu et exotique qu’est devenue la France révolutionnée des années 1796-1797.

  • 74 Camille de Tournon, Études statistiques sur Rome et la partie occidentale des États romains, conte (...)

46Les oscillations entre diverses approches possibles du voyage républicain à l’aube du XIXe siècle n’en continuent pas moins à poser le problème de savoir à partir de quel moment un voyage devient « républicain ». Suffit-il que le voyageur se fasse propagandiste de la liberté pour que son voyage acquière ce statut ? Suffit-il qu’il recherche cette liberté en décrivant son manque, en suivant la voie tracée par Gorani face aux cours italiennes, pour dépasser le stade d’un monarchiste éclairé, observateur bienveillant des anciennes républiques ? Ou bien faut-il qu’il devienne soldat ou administrateur de la République, à l’instar de Monge fustigeant dans la partie d’Italie encore dominée par la papauté, et par contraste avec la République cisalpine, les marques multiples d’une arriération qui fait obstacle à la République ? Un administrateur servant fidèlement son État n’est pas républicain pour la seule raison de sa fidélité à l’égard de son administration, et alors même que ses chefs glissent de l’engagement pour la République à l’allégeance à l’Empire, voire à la monarchie restaurée. On peut s’interroger sur ce qu’est un républicain au cours des années 1800 : Desaix est républicain en 1797, mais l’aurait-il été en 1810 ? On peut se demander ce qu’il y a de républicain dans les récits d’agents de la République écrits longtemps après le séjour effectué en temps de République, alors qu’ils vivent sous un régime monarchique. Ainsi en va-t-il d’André Thouin, membre de la commission des sciences et des arts en Italie de 1796 à 1798, ou de Camille de Tournon, préfet de Rome sous l’Empire, de 1809 à 1814. Les « études statistiques » de Tournon paraissent en 1831, le « voyage » de Thouin est même publié, on l’a dit, par quelqu’un d’autre que lui, son gendre, en 184174.

  • 75 Anne Dulphy, Yves Léonard, Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), Intellectuels, artistes et militants. (...)

47Face aux comptes rendus de missions, voyages et séjours d’administrateurs à l’étranger de durées variables, il n’est pas aisé de définir la nature républicaine d’expériences dont le sens même peut avoir subi des transformations avec les changements de régime. Un voyage peut avoir été républicain dans son effectuation concrète sans qu’il en ait été laissé de trace écrite, et une expérience relativement « neutre » et peu combative, une simple mission diplomatique, peuvent devenir républicaines par la manière dont elles sont décrites, par le sens que l’écriture donne au voyage narré, en chargeant le texte d’idéaux assignables au combat républicain. La pratique effective du voyage et sa mise en scène par le voyageur ne coïncident pas nécessairement. C’est à nous qu’il revient de qualifier ou non un voyage de républicain, en fonction de l’idée que l’on se fait de la république et de la volonté de celui qui se déplace. Ne pouvant sonder l’intimité des cœurs ni imaginer des parcours indépendamment du geste d’écriture qui les réinvente, nous ne pouvons que privilégier dans la république en voyage les discours tenus par les protagonistes du déplacement, ou accessoirement par des tiers qui les mandent ou qu’ils rencontrent. Ces discours sont élaborés à la faveur de l’exil ou lors de missions en service commandé, voire d’initiatives individuelles et volontaires. Ils dessinent à l’orée du XIXe siècle des modèles de la pratique voyageuse qui, sans se confondre avec eux, annoncent le volontariat fraternel du XIXe siècle puis le voyage militant du XXe siècle, accompli pour fuir le nazisme et revivifier les énergies afin de résister à une dictature ou de constituer une communauté politique qui passe par l’affirmation de solidarités internationales et la célébration de héros de signes divers, de Mussolini ou Franco à Staline75.

48Dans cette histoire du voyage républicain, il reste à évaluer la part de décision personnelle des voyageurs lorsqu’ils embrassent la cause de la République, agissent en son nom. Pour qu’un voyage soit républicain, il faut qu’un projet et des circonstances politiques le légitiment. La république n’étant pas la propriété d’un club ou d’une faction, l’exil intérieur des Girondins après le 2 juin 1793 est bien une modalité du voyage républicain. Quand les circonstances se modifient, par exemple sous l’Empire, le voyage peut perdre cette qualité. Pourtant, non seulement une opposition républicaine subsiste à l’époque de Napoléon et a fortiori lors des restaurations, mais un esprit animé par les idéaux de la république continue dans les premières décennies du XIXe siècle à justifier des itinéraires, des séjours et des étapes auprès de lieux devenus symboliques de la république. Il nous faut alors départager la mémoire de la République comme régime, et la république pensée comme temps de formation et d’éveil de patries en lutte contre leurs ennemis. Il n’en demeure pas moins parfois difficile de décider de la perduration ou non de la nature républicaine d’un voyage, tant celle-ci est marquée par les usages et les circonstances.

49Pour mieux maîtriser les cahots de l’histoire, on peut se risquer à faire du voyage républicain une catégorie politique, actualisée dans l’éphémère de l’événement, dans le caractère circonstanciel d’une mission ou dans celui, tragique, d’une fuite et d’un exil, mais définie par quelques critères stables. Certains traits se retrouveront dans le visage pris au XXe siècle par le voyage militant. Voyage au service d’une cause, depuis la recherche de la liberté par rapport à une situation jugée oppressante jusqu’à la volonté d’exporter des idéaux par le biais d’un « tourisme idéologique » avant la lettre. En faisant émerger des figures de passeurs d’idées, voire d’objets, les voyages de la république ont contribué à définir de nouveaux types de liens, tissant dans le système des relations internationales ces « forces profondes » chères à Jean-Baptiste Duroselle et Pierre Renouvin.

Ouverture

50Comment, à la fin du XVIIIe siècle, se pose en définitive la question du voyage républicain, c’est-à-dire de l’émergence de pratiques voyageuses entrant en relation avec un projet de transformation de l’ordre politique et social ? Du voyage d’observation critique et philosophique dans la ligne de Montesquieu et de la tradition du voyage d’Angleterre, on est passé, de Gorani à Monge et à bien d’autres, à des voyages participant de façon concrète à l’invention d’un nouvel ordre républicain. Qu’ils soient l’effet de contraintes comme dans le cas de l’exil ou du voyage administratif, où se manifeste un jeu subtil de va-et-vient entre la liberté individuelle et l’engagement collectif, n’enlève rien à leur caractère volontariste. Une rupture s’opère dans la longue durée des usages politiques du voyage, alors que des configurations inédites voient le jour, non seulement par rapport au Grand Tour mais aussi à des pratiques plus spécialisées qui existaient déjà et à la tradition même du pèlerinage, marquée par la recherche du sacré.

51La curiosité politique n’est, bien sûr, pas nécessairement républicaine. Ce qui l’est, ce serait plutôt la nature de la relation qui s’établit entre le voyage et les circonstances qui poussent à l’accomplir. Le républicain peut se mettre en route sous l’effet d’un déterminisme ou d’une volonté, en ayant la charge ou le sentiment d’une mission ou parce que la république à l’avènement de laquelle il a œuvré n’est plus à l’ordre du jour et l’oblige à errer, dans l’attente qu’advienne un monde transformé, « républicanisé ». Quelles que soient ces différentes voies, le voyage républicain tire son origine et son sens d’un monde en mouvement, où des acteurs circulent, porteurs de mots, d’armes et d’idéaux. Ceux-ci modèlent, d’un pays ou d’un continent à l’autre et par le déplacement même, une république dont l’expérience tend à être commune, où voyager ne consiste pas seulement à passer des frontières, mais amène les individus à se retrouver dans un même espace malgré les différences, unis par l’idée de la pratique d’un nouveau cosmopolitisme que le voyage républicain lui-même a conçu.

Notes

1 Cette césure a été soulignée tant par les travaux d’Alphonse Dupront sur les pèlerinages que de Gérard Labrot dans L’Image de Rome. Une arme pour la Contre-Réforme, 1534-1677, Seyssel, Champ Vallon, 1987.

2 Eric J. Leed, La mente del viaggiatore : dall’Odissea al turismo globale, Bologne, Il Mulino, 1992, p. 210 (éd. orig. The Mind of the Traveler. From Gilgamesh to Global Tourism, New York, Basic Books, 1991).

3 Jean Boutier, « L’institution politique du gentilhomme. Le “Grand Tour” des jeunes nobles florentins en Europe, XVIIe-XVIIIIe siècles », in Istituzioni e società in Toscana nell’età moderna, Rome, Ministero per i Beni culturali e ambientali, Ufficio Centrale per i Beni archivistici, 1994, p. 257-290.

4 Sur la métamorphose de la figure du voyageur à partir des années 1780 et au siècle suivant, voir Sylvain Venayre, Panorama du voyage, 1780-1920, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

5 Philippe Antoine, Quand le Voyage devient Promenade. Écritures du voyage au temps du romantisme, Paris, PUPS, 2011.

6 Voir à ce sujet Georges Gusdorf, Les Sciences humaines et la pensée occidentale, Paris, Payot, 1966-1988, en particulier le t. VII, Naissance de la conscience romantique au siècle des Lumières, 1976, et le t. VIII, La Conscience révolutionnaire. Les idéologues, 1978.

7 Maurizio Bossi, Anne Hofmann, François Rosset (dir.), Il gruppo di Coppet e il viaggio. Liberalismo e conoscenza dell’Europa tra Sette e Ottocento, Florence, Olschki, 2006.

8 Fernand Baldensperger, Le Mouvement des idées dans l’émigration française (1789-1815), Paris, Plon, 1924.

9 Andreas Nijenhuis, Les « Voyages de Hollande » et la perception française des Provinces-Unies dans la première moitié du XVIIe siècle, thèse de doctorat sous la direction de M. Willem Frijhoff, Amsterdam, Vrije Universiteit Amsterdam, 2012.

10 Alberto Postigliola, Anna Maria Lazzarino Del Grosso (dir.), L’Europe de Montesquieu (actes du colloque de Gênes, 26-29 mai 1993), Naples/Paris/Oxford, Liguori/Universitas/Voltaire Foundation, 1995.

11 Jean Boutier, Sandro Landi, Olivier Rouchon (dir.), La Politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie (XIVe-XVIIIe siècle), Rennes, PUR, 2009.

12 Ranieri Schippisi, « Il “grand tour” e un viaggio italiano di un aristocratico piacentino : Ubertino Landi », in Elvio Guagnini (dir.), La regione e l’Europa. Viaggi e viaggiatori emiliani e romagnoli nel Settecento, Bologne, Il Mulino, 1986, p. 59-69.

13 Vittor Ivo Comparato, « Viaggi e politica in età moderna », in Attilio Brilli, Elisabetta Federici (dir.), Il viaggio e i viaggiatori in età moderna. Gli inglesi in Italia e le avventure dei viaggiatori italiani, Bologne, Pendragon, 2009, p. 33-46.

14 Roland Mortier, « Les voyageurs français en Italie et le débat sur les institutions au XVIIIe siècle », in Modèles et moyens de la réflexion politique au XVIIIe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Publications de l’université de Lille III, 1977, t. 1, p. 117-136.

15 Mario Mirri, « La fisocrazia in Toscana : un tema da riprendere », in Studi di storia medievale e moderna per Ernesto Sestan, Florence, Olschki, 1980, p. 703-760 ; id., « Riflessioni su Toscana e Francia, riforme e rivoluzione », in 1789 in Toscana : la rivoluzione francese nel Granducato, Cortone, Calosci, 1990, p. 117-233.

16 Jean-Jacques Rousseau, Contrat social, livre II, chap. VI, cité par Paul Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, 6 vol. , rééd. 1983.

17 Voir infra, Aleksandra Janiszewska, « Liberté française contre liberté polonaise. La France de l’Ancien Régime à la Révolution sous le regard de Felix Oraczewski, envoyé du roi de Pologne Stanislaw Auguste ».

18 Voir infra, Annie Jourdan, « La république d’avant la République (1760-1791). Voyages français en terres de liberté ».

19 Deux contributions de ce volume font explicitement référence à ces tentatives, même si la seconde traite d’une mission diplomatique et non d’un exil : voir infra, Rahul Markovits, « “Transplanter” la République : la Nouvelle Genève, une utopie au contact des révolutions (1782-1784) » ; Arianne Baggerman et Rudolf Dekker, « Un révolutionnaire néerlandais à Paris en 1788. Le journal de voyage de Lambert van Eck ».

20 Hermann Harder, Le Président de Brosses et le voyage en Italie au XVIIIe siècle, Genève/Moncalieri, Slatkine/CIRVI, 1981 ; Éric Le Grandic, « Les salons en voyage, ou le débat esthétique, politique et moral des voyageurs français en Italie au XVIIIe siècle », Revue d’histoire littéraire de la France, LXXXVIII, nov.-déc. 1988, p. 1047-1063 ; Roger Mercier, « Voyages et réflexion politique. Le relativisme vrai ou supposé des Lumières », in Modèles et moyens de la réflexion politique au XVIIIe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Publications de l’université de Lille III, 1977, t. 1, p. 19-36.

21 Jacques Godechot, « Nation, patrie, nationalisme et patriotisme en France au XVIIIe siècle », Annales historiques de la Révolution française, no 206, oct.-déc. 1971, p. 481-501.

22 Gabor Gelléri, « Cette chose ordinaire et inutile ». Le voyage d’Angleterre de 1660 à 1789 : défi philosophique, enjeu politique, pratique sociale, thèse soutenue à l’EHESS sous la direction d’A. Burguière et G. Granasztoi, 2009.

23 Claude Reichler, Roland Ruffieux, Le Voyage en Suisse. Anthologie des voyageurs français et européens de la Renaissance au XXe siècle, Paris, R. Laffont, 1998, p. 6.

24 Madeleine Van Strien-Chardonneau, Le Voyage de Hollande : récits de voyageurs français dans les Provinces-Unies 1748-1795, Oxford, Voltaire Foundation, 1994.

25 Matthieu Zamponi, « Éducation et voyage des ducs de Bourgogne et de Berry dans la France du Grand Siècle en 1700-1701 », in Gilles Bertrand (dir.), Voyage et représentations réciproques (XVIe-XIXe siècle), Grenoble, Cahiers du CRHIPA no 15, 2009, p. 139-153.

26 Giuseppe Gorani, Mémoires secrets et critiques des cours, des gouvernemens, et des mœurs des principaux États de l’Italie, Paris, Buisson, 1793.

27 À l’instar des ouvrages de Bourgoing sur l’Espagne en 1788 et de Levesque sur Rome en 1791, le manuscrit des Mémoires secrets conservé à Vienne en 6 volumes, dont trois seulement seront repris dans l’édition de 1793, est précisément dénommé « tableau » (Tableaux philosophiques, historiques et critiques des mœurs et des gouvernemens des Peuples d’Italie, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, S.N. cod. 5571).

28 Texte publié en italien à Genève en 1790, traduit en français en 1792.

29 Ainsi Franco Catalano dans Illuministi e giacobini del ‘ 700 italiano, Milan/Varese, Istituto editoriale Cisalpino, 1959. E. Puccinelli estime que, malgré son idéal d’une monarchie constitutionnelle respectant la séparation des trois pouvoirs, son adhésion au programme girondin « suggère en substance une acceptation de l’hypothèse républicaine » (« Gorani, Giuseppe », in Dizionario biografico degli italiani, vol. 58, 2002).

30 Giuseppe Gorani, Dalla Rivoluzione al volontario esilio (1792-1811), tome 4 des Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie publié par Elena Puccinelli, Milan/Rome, Cariplo/Laterza, 1998. Les trois premiers volumes de ces Mémoires avaient été publiés de 1936 à 1942 par Alessandro Casati.

31 Ibid., p. 294-297.

32 Carlo Capra, introduction au tome 4 des Mémoires pour servir à l’histoire de ma vie, op. cit., notamment p. VIII et XII. C. Capra souligne aussi la propension de Gorani au masque et au travestissement.

33 Françoise Knopper, Le Regard du voyageur en Allemagne du Sud et en Autriche dans les relations de voyageurs allemands, Nancy, PU de Nancy, 1992, p. 7 ; voir aussi Gilles Bertrand, « Aux sources du voyage romantique : le voyage patriotique dans la France des années 1760-1820 », in Alain Guyot, Chantal Massol (dir.), Voyager en France au temps du romantisme. Poétique, esthétique, idéologie, Grenoble, ELLUG, 2003, p. 35-53.

34 Jacques Solé, « Des voyageurs officiels dans la France profonde au temps de la Terreur », in Par monts et par vaux. Migrations et voyages, Montbrison, Ville de Montbrison, 2001, p. 373-387 (rééd. dans id., De Luther à Taine. Essais d’histoire culturelle, Grenoble, PUG, 2011).

35 Philippe Antoine, introduction à Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, Paris, Gallimard, 2006, p. 12-14.

36 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1988.

37 Pour la seule Italie à partir de 1797 et dans la première décennie du XIXe siècle, on peut associer à cette veine statistique des travaux aussi variés que ceux de Thouvenel (Padoue), Albanis-Beaumont (Savoie), Sismondi (Toscane), Bonstetten (Latium), Gioia (Lombardie), Fodéré (comté de Nice/Alpes maritimes), Chabrol de Volvic (Ligurie/Montenotte) et Tournon (Rome et la partie occidentale des États pontificaux).

38 Voir infra, Jean-René Aymes, « Ferveur républicaine ou modération du diplomate ? L’Espagne et les Espagnols dans les éditions successives du Tableau de l’Espagne moderne de Jean-François Bourgoing ou la remise en cause de plusieurs stéréotypes entre 1788 et 1807 ».

39 Jean-François Albanis-Beaumont, Description des Alpes grecques et cottiennes, ou tableau historique et statistique de la Savoie, Paris/Genève, Didot l’aîné/Paschaud, 1802-1806, vol. 1, « Avertissement », p. XIV.

40 Mona Ozouf, « Voyages en France dans la décennie révolutionnaire », in Willem Frijhoff, Rudolf Dekker (dir.), Le voyage révolutionnaire, Hilversum, Verloren, 1991, p. 15-35.

41 Daniel Nordman, « Une représentation géographique du territoire sous la Révolution : le “jardin patriotique” », Lectures, Bari, Edizioni dal Sud, no 24, 1789 e dopo, I. Lumi, diritti, scritture, 1990, p. 223-240.

42 [François Rever ?], Voyage des élèves du pensionnat de l’école centrale de l’Eure, dans la partie occidentale du département, pendant les vacances de l’an 8, avec des observations, des notes, et plusieurs gravures relatives à l’histoire naturelle, l’agriculture et les arts. À Évreux, chez J. J. L. Ancelle, imprimeur-libraire, an x-1802. Une annonce de cet ouvrage se trouve dans le Magasin encyclopédique, VIIe année, an ix-1801, t. 42, p. 561-563.

43 Ibid., p. 561-562.

44 Ibid., p. 562.

45 Voir infra, Gabor Gelléri, « Voyager : un programme républicain ».

46 Jeremy D. Popkin, « Marat en Hollande. Un témoignage inconnu », Dix-huitième siècle, « Voyager, explorer », no 22, 1990, p. 291-293.

47 Voir infra, Bernard Gainot, « La République et la pastorale. Autour du “Nouveau voyage en Suisse” de Helen-Maria Williams (1798) ».

48 Voir infra, Arianne Baggerman, Rudolf Dekker, « Un révolutionnaire néerlandais à Paris en 1788. Le journal de voyage de Lambert van Eck ».

49 Voir infra, Sylvie Kleinman, « “Vive le pain bis et la Liberté !” Le regard d’un républicain irlandais sur la France directoriale (1796-1797), et autres chassés-croisés de voyageurs anglophones ».

50 Maurice Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome et des états ecclésiastiques, accompagné de notes analogues au sujet et à la nouvelle constitution de la France, Paris, Desenne, 1791.

51 J.-F. de Bourgoing se fit payer 1 500 livres par le Directoire pour ce tableau résultant d’une compilation et non d’un vrai voyage : Mémoires historiques et philosophiques sur Pie VI et son pontificat, jusqu’à sa retraite en Toscane, Paris, F. Buisson, an vii (1798 ; 2e éd. en 1799). Je remercie Jean-Luc Chappey de m’avoir donné cette précision.

52 Cité par Jeremy Black dans l’épilogue de son ouvrage The British Abroad. The Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud, Sutton, 1992, p. 307-311.

53 Ibid., p. 310.

54 Voir infra, Anna Maria Rao, « D’un Royaume à l’autre : le voyage en Catalogne du capitaine napolitain Gabriele Pepe (1807-1808) ».

55 Anna Maria Rao, « Touristes malgré eux : les Français en Italie et les récits de voyages des Italiens réfugiés en France pendant la Révolution », in Claudy Valin (dir.), Circulation des hommes et des idées à l’époque révolutionnaire, Paris, CTHS, 2008, p. 41-51 51 ; ainsi que, bien sûr, Esuli : l’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992.

56 Voir infra, Madeleine Van Strien-chardonneau, « André Thouin (1747-1824), un commissaire de la République en voyage dans les Provinces-Unies (1794-1795) » ; Pierre-Yves Lacour, « La République des sciences dans les guerres révolutionnaires. Les missions des commissaires des sciences et des arts en Europe septentrionale et en Italie, 1794-1797 » ; Jean Dhombres, « Les “atours” de la science républicaine en voyage à la toute fin du XVIIIe siècle et les effets du retour ».

57 Yves Ansel, « République, républicain », in Yves Ansel, Philippe Berthier, Michael Nerlich (dir.), Dictionnaire de Stendhal, Paris, Champion, 2003, p. 593-594.

58 Maranda, Tableau du Piémont sous le régime des rois, avec un précis sur les Vaudois et une notice sur les Barbets par Maranda chef de Brigade, ancien colonel des Vaudois, Turin, an xi-1803.

59 Marie Dupond, Édition de la correspondance de Gaspard Monge (1795-1799) : ce qu’elle révèle d’un géomètre engagé, thèse en cours sous la direction de J. Dhombres et de J. Christiannidis (Centre Koyré et université d’Athènes).

60 Voir infra, Daniela Tinková, « La peste de la liberté. Les Français suspects de jacobinisme en Bohême et en Moravie (1790-1800) ».

61 Voir infra, Élisabeth Liris, « Lafayette ou le long périple du “Héros des deux Mondes” entre républicanisme et démocratie royale des vrais constitutionnels ».

62 Voir infra, Guillaume Mazeau, « L’errance républicaine, les Girondins et l’exil intérieur ».

63 Voir infra, Frédéric Régent, « Le voyage républicain détourné : la Royal Navy républicaine ».

64 Voir infra, Olaf Müller, « Voyageurs républicains et constitution du panthéon national en Italie. Ugo Foscolo et les exilés italiens d’après 182 entre Londres, Paris et Bruxelles ».

65 Voir infra, Maïté Bouyssy, « Barère, voyageur immobile ».

66 Jean Starobinski, « Le concept de nostalgie », Diogène, no 54, avril-juin 1966, p. 92-115.

67 Sur l’instabilité du « genre sans loi » qu’est le récit de voyage, voir Roland Le Huenen, « Qu’est-ce qu’un récit de voyage ? », in Marie-Christine Gomez-Géraud (dir.), Les Modèles du récit de voyage, Littérales, no 7, 1990, p. 11-27.

68 Voir infra, Lucia Bergamasco, « James Madison et les républiques anciennes et modernes : un voyage dans et par les livres ».

69 Voir infra, Jean-Luc Chappey, « La traduction comme pratique politique chez Antoine-Gilbert Griffet de Labaume (1756-1805) ».

70 Joseph Lavallée, Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, rédigé d’après l’itinéraire de L.-F. Cassas, Paris, Née, an x-1802, p. 154.

71 Voir infra, Anne Simonin, « La République en ses provinces : la traduction des lois, histoire d’un échec révolutionnaire (1790-1792 et au-delà) ».

72 On peut ainsi lui appliquer certains des paradoxes soulignés par Nicolas Bourguinat, Sylvain Venayre (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Contraintes nationales et tentations cosmopolites, 1790-1840, Paris, Nouveau Monde, 2007.

73 Voir infra, Nicole Pellegrin, « Errances, odyssées ou cheminements ? Quelques religieuses voyageuses au temps des Républiques ».

74 Camille de Tournon, Études statistiques sur Rome et la partie occidentale des États romains, contenant une description topographique et des recherches sur la population, l’agriculture, les manufactures, le commerce, le gouvernement, les établissements publics, et une notice sur les travaux exécutés par l’administration française…, Paris, Treuttel et Wurtz, 1831, 2 t. (rééd. 1855) ; André Thouin, Voyage dans la Belgique, la Hollande et l’Italie, par feu André Thouin… rédigé sur le journal autographe de ce savant professeur par le baron Trouvé, Paris, chez l’éditeur, 1841.

75 Anne Dulphy, Yves Léonard, Marie-Anne Matard-Bonucci (dir.), Intellectuels, artistes et militants. Le voyage comme expérience de l’étranger, Bruxelles, PIE Peter Lang, coll. « Comparatisme et Société », 2009.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université de Grenoble (université Pierre Mendès France-Grenoble 2), membre senior de l’Institut universitaire de France et membre du CRHIPA. Dans le domaine de l’histoire des voyages en Europe, il a croisé pratiques matérielles de la mobilité et représentations de l’altérité et des paysages naturels ou urbains. Il s’est penché sur le voyage des Français en Italie au XVIIIe et au début du XIXe siècle (Le Grand Tour revisité, Rome, 2008) et a codirigé l’édition de Mes voyages de Montesquieu (avec J. Ehrard, Lyon/Paris, 2012). Parmi les ouvrages collectifs qu’il a coordonnés : La Culture du voyage (Paris, 2004), Des « passeurs » entre science, histoire et littérature. Contribution à l’étude de la construction des savoirs (1750-1840) (avec A. Guyot, Grenoble, 2011), Fraternité : pour une histoire du concept (avec C. Brice et G. Montègre, Grenoble, 2012).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540