Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le peuple du rivage

 | 
Emmanuelle Charpentier

Préface

Annie Antoine

Texte intégral

1Deux barques ont été tirées sur le sable, là où la marée haute ne devrait pas les atteindre. Elles ont cependant été solidement arrimées à leur ancre. Deux personnages vaquent à leurs occupations quotidiennes. L’un d’eux est encore très proche de la mer. Coiffé d’un chapeau, il s’active à la proue de sa barque, s’apprêtant, peut-être, à la quitter. L’autre a déjà atteint « le grand chemin charretier pour desservir les pièces de terres » qui va le mener quelques mètres plus haut, du sable vers la terre, dans un environnement subitement devenu entièrement rural. Il traversera d’abord, sur quelques centaines de mètres, la « champagne » de Rothéneuf – un curieux espace fait de champs ouverts contigus, une incongruité finalement assez fréquente dans cette région plutôt bocagère – et il atteindra, un peu plus loin, le village – une demi-douzaine d’habitations – dans lequel il réside… peut-être.

2Le sujet de l’ouvrage que signe Emmanuelle Charpentier est parfaitement illustré par ce superbe dessin du XVIIIe siècle – bleu, jaune, vert/la mer, le sable, les champs – représentant « la champagne de Rothéneuf » située dans la paroisse de Paramé. Une histoire du contact entre la terre et la mer, mais surtout une histoire du contact entre deux vies menées par les mêmes hommes, celle de la terre et celle de la mer. Au cours de ses années d’étudiante s’achevant par une maîtrise à l’université de Poitiers sous la direction de Dominique Guillemet, puis de doctorante à Rennes 2 – en tout une dizaine d’années de recherche –, Emmanuelle Charpentier est devenue une spécialiste des populations du littoral. Son approche est originale à différents titres : faire le lien entre l’histoire rurale et celle des populations littorales, utiliser des affaires de justice pour penser tout à la fois les conflits mais aussi la banalité et l’épaisseur de la vie quotidienne de ces populations.

3Les deux premières parties de l’ouvrage sont consacrées à l’étude conjointe des usages et des représentations d’un territoire, celui qui se situe à l’interface de la terre et de la mer. À l’origine de cela, il y a deux rencontres : celle de l’ouvrage d’Alain Corbin sur le territoire du vide et celle des archives de justice qui montrent, au contraire, le littoral nord de la Bretagne comme un lieu très fréquenté. À la confluence de ces deux points de vue, Emmanuelle Charpentier cherche à définir les représentations de l’espace qui furent celle des populations littorales au XVIIIe siècle. Cet espace avait toutes les raisons d’être vu et pensé comme menaçant : la mer y rejetait des cadavres, les Anglais y abordaient pour faire la guerre et « les sables volages » engloutissaient parfois des habitations et même des églises entières. Voilà de quoi impressionner un lecteur sensible ! Mais on s’aperçoit progressivement que ce territoire, qui n’était jamais vide, n’apparaissait même pas répulsif à ses habitants qui y menaient, insouciants, leurs activités familières, comme sur l’image de couverture. Pour les gens du littoral, cet espace entre la terre et la mer n’était pas un « territoire du vide », mais un territoire vécu, approprié, utilisé, « un espace de vie intégré aux pratiques quotidiennes et ordinaires de ses habitants », un lieu que l’on parcourait sans crainte (à tort parfois car le risque de la noyade existait bel et bien), dans lequel on se promenait entre amis, et où l’on pratiquait la sieste ou la baignade.

4Non, les habitants des côtes nord de la Bretagne ne furent pas aussi oublieux de leur condition de populations littorales que les habitants des « faux villages littoraux » qu’Alain Cabantous découvre dans le Pays de Caux ou de ceux d’Ouessant dont Dominique Guillemet avait expliqué qu’ils vivaient comme des continentaux, n’affrétant pas la moindre barque et ne s’intéressant pas le moins du monde à la mer. Tout montre au contraire l’intérêt que les populations du nord de la Bretagne portaient à cet espace où se rencontrent la terre et la mer. Elles y pratiquaient la pêche à pied, le ramassage des coquillages, la pêche à la menusse, la pêche journalière… tant pour la consommation que pour la commercialisation du poisson frais. Dès que l’on s’éloignait de quelques mètres du rivage, les mêmes habitants devenaient de vrais ruraux. Les plans dressés à la fin du siècle pour la réformation du duché de Penthièvre montrent bien l’importance des incultes, landes et/ou pâtures, utilisés pour le pâturage en bordure de mer. Si la Coutume de Bretagne en fait des espaces appartenant aux seigneurs, il faut néanmoins considérer qu’il s’agit là de ce que, ailleurs en France, on appellerait sans hésitation des communaux, et qu’ils constituent parfois un pourcentage énorme de la superficie des paroisses littorales. Ce n’est pas le moindre apport de ce livre que de nous apporter des certitudes sur cette question. Les ruralistes liront aussi avec grand intérêt les pages consacrées aux incultes permanents et temporaires, à l’usage des terres chaudes et des terres froides et aux liens qu’entretenaient ces deux types d’espaces. La variété des cultures, mais aussi toutes les pratiques visant à collecter le goémon et les différentes manières de l’utiliser (frais, sec, lavé, pourri, mélangé au marni…) montrent tout l’intérêt économique de cet « espace de l’entre-deux ». Un espace utilisé, un espace riche, mais aussi un espace de conflits, en premier lieu entre le roi et les seigneurs. On y voit par exemple le pouvoir royal légiférer pour protéger la ressource en fixant la taille des mailles des filets, ou bien les seigneurs s’efforcer de rentabiliser les incultes en pratiquant des afféagements. Cette dernière question est particulièrement importante. Le dossier des afféagements, qui avait été mis au jour par Jean Meyer n’avait pas fait l’objet d’une étude exhaustive depuis. Il est ici abordé à partir de cinquante-cinq procédures judiciaires issues de différentes sources (Intendance, États de Bretagne, duché de Penthièvre, etc.). Les afféagements portent à la fois sur de minuscules parcelles cédées à des particuliers et sur de vastes incultes pris à cens par des sociétés d’exploitants. Si les premiers sont concédés en contrepartie du paiement de sommes dérisoires, tel n’est pas le cas des seconds. Il s’agit là d’une forme de partage des communaux avant la lettre, et on observe que les oppositions sont nombreuses. Elles ressemblent à ce qui se passe en Angleterre au moment des Enclosures, et beaucoup de ces afféagements semblent d’ailleurs ne pas aboutir.

5La troisième partie est incontestablement la plus originale, la plus maîtrisée et la plus novatrice de cet ouvrage. On la lit simplement par plaisir. C’est là où Emmanuelle Charpentier montre sa parfaite maîtrise de l’utilisation de l’archive de justice, de la connaissance du milieu qu’elle étudie et aussi de toute la bibliographie qu’elle a rassemblée. Ces pages explorent la question de l’identité et de l’originalité des populations vivant, hors des villes, au contact de la mer. Mais, alors que les pages précédentes posent la question de savoir si l’orientation vers la mer des habitants des régions étudiées était une réalité (et la réponse est largement positive) celle-ci pose la question de savoir si cette orientation est une fatalité. Elle s’ouvre par une analyse sociale visant à déterminer l’importance des populations exerçant un travail lié à la mer et aussi à étudier quelles sortes de professions étaient pratiquées en même temps par ces populations. On a là une incursion dans le quantitatif, mais il faut bien avouer que la matière première n’est pas excellente dans cette région dispensée de taille et où les rôles de capitation sont bien laconiques, surtout pour les paroisses rurales. Heureusement, il y a les inventaires après décès qui offrent une riche information. Mais c’est le retour vers l’archive de justice qui donne les plus beaux chapitres de cette thèse, en particulier celui sur l’identité maritime. Le lecteur pourra a priori se demander pourquoi Emmanuelle Charpentier s’acharne ainsi à chercher les marqueurs identitaires d’une population qu’elle a précédemment décrite comme disparate, vivant partiellement de la mer, pratiquant la pluriactivité, habitant dans des villages ruraux… Mais il sera finalement convaincu par la subtilité des conclusions sur lesquelles se termine l’étude. Il en va de même pour les pages qui traitent de la vocation – un modèle méthodologique de rejet des idées reçues et d’étude, tout en nuance, des sources –, du processus de l’embarquement des hommes, celui aussi sur le temps de l’absence, habilement présenté de la mer (par les hommes embarqués) et de la terre (par les femmes de marins). Il faut encore signaler les excellentes pages consacrées aux stratégies de survie de ces populations et, notamment, au développement de la cohabitation pendant le temps de l’absence. Et les délinquants du bord de mer ne manquent pas non plus de vie et de réalité.

6Cet ouvrage est le résultat d’une très belle thèse, le fruit du travail d’une historienne passionnée depuis plusieurs années par sa recherche, mais c’est surtout un livre très plaisant à lire. Car Emmanuelle Charpentier aime écrire, et elle le fait avec beaucoup d’élégance.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540