Version classiqueVersion mobile

Petites patries dans la grande guerre

 | 
Yann Lagadec
, 
Erwan Le Gall
, 
Michaël Bourlet

Deuxième partie. Recrutement, langues, identités : guerre et fait régional en France, 1914-1919

L’expérience de la guerre des soldats du Nord et du Pas-de-Calais : Chtimi s’en va-t-en guerre…

Michaël Bourlet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La région Nord-Pas-de-Calais forme une entité administrative et économique dont la dénomination officielle remonte à 1955, région composée de deux départements, le Nord et le Pas-de-Calais. À la veille de la Première Guerre mondiale, cet espace n’a aucune unité historique et on peut s’interroger sur son unité culturelle. Pourtant, quand Roland Dorgelès présente les soldats de l’escouade dans son roman Les Croix de bois, le soldat Broucke est le seul à être défini en fonction de son origine géographique : Broucke est « le gars de ch’Nord1 ». La multiplication de tels exemples dans les témoignages et les souvenirs de guerre nous a amené à nous interroger sur la pertinence d’une approche régionale au sujet des soldats du Nord pendant la Première Guerre mondiale.

Quel cadre géographique faut-il retenir ? On parlera du Nord au sens large pour désigner les deux départements, qui couvrent un espace s’étendant des frontières de la Belgique à l’est jusqu’à la côte d’Opale à l’ouest, des marge...

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search