Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Conclusion

Annie Crépin

Texte intégral

1C’est délibérément qu’un cadre chronologique s’ouvrant par les guerres de la Révolution et de l’Empire fut tracé par les organisateurs de nouvelles journées d’études consacrées à l’analyse historiographique de « la sauvegarde des intérêts de la paix dans la guerre » et de « la recherche du moindre mal », et destinées à poursuivre la recherche initiée pour la fin du Moyen Âge et l’époque moderne.

2Cette étape paraissait débuter par une rupture, du moins par de profonds bouleversements qui ne permettraient plus de « retours en arrière », même une fois close la période révolutionnaire et impériale. La marge d’initiative consentie aux occupés leur était désormais laissée dans un contexte marqué par une emprise grandissante de la souveraineté étatique et surtout par l’affirmation de l’État-nation, par le durcissement des identités et des appartenances nationales, voire, tant chez les occupés que chez les occupants, par l’émergence de nationalismes qui ne semblaient plus souffrir aucune forme d’accommodement, les arrangements recherchés par les populations locales pouvant apparaître comme une transgression et même une trahison de l’ensemble étatique auquel elles « appartenaient ». À tel point que, lorsqu’à l’occupation succède l’annexion, il ne s’agit plus seulement pour l’occupant d’acquérir une « monnaie d’échange » ni même de nouveaux territoires mais d’englober des peuples par la force tout en prétendant recevoir leur adhésion à un projet politique et idéologique ; d’où une des origines de la guerre totale, notion controversée mais par là même fructueuse et actuellement en débat parmi les historiens : telle était en tout cas la vision communément admise.

3Force est de reconnaître que, tout en ouvrant de nouvelles pistes de recherches, les journées d’études de Lille ont conduit, en approfondissant les pistes déjà tracées, à des conceptions plus nuancées, tant à propos de la guerre totale qu’en ce qui concerne la vision d’une opposition binaire entre les occupants et les occupés.

Une transition plutôt qu’une rupture

4La plupart des interventions ont montré qu’on est alors, et encore pour un long moment, dans une époque de transition.

5D’abord parce que la proclamation de l’idéal – nouveau – de libération se heurte aux contingences traditionnelles, c’est-à-dire aux besoins matériels et financiers des armées « libératrices ». En fait la perception de l’occupation et la recherche des arrangements qui en découlent dépendent davantage de la nature de la guerre et des opérations militaires ainsi que du type d’armées avec lequel les civils ont affaire. Or les guerres de la Révolution et de l’Empire sont menées par des armées de masse qui, quelle que soit leur appartenance nationale, vivent sur le pays au détriment de ses habitants. Ces armées prétendent pourtant les libérer mais elles vivent dans une zone qu’elles ont d’abord soustraite à leurs adversaires. D’où une ambiguïté fondamentale mise en lumière par la communication d’Ute Planert et en même temps une piste pour de nouvelles recherches : qui paie les occupations ? Comment ? Cette ambivalence, la communication d’Horst Carl la démontre à propos des exemples de la Belgique, de la rive gauche du Rhin et de la Westphalie. L’occupant a dans ces trois cas un but qui va bien au-delà de la « simple » acquisition territoriale, il se propose de transformer l’ordre social établi, de le révolutionner dans les deux premiers cas, à tout le moins dans le troisième de passer en 1806-1807 au nouveau régime de l’administration centralisée et du Code civil. Mais ce but prioritaire semble obéré par les nécessités du financement de la guerre. Ainsi, la mise à contribution de la Belgique pour les besoins de la Révolution, demandée par les députés de la Convention, alla à l’encontre du désir révolutionnaire de « libérer » la population.

6Dans le cas de la Belgique et dans celui de la Rhénanie, l’idéologie ne réussit qu’à briser « l’équilibre » fragile entre occupants et occupés qui s’était établi sous l’Ancien Régime et à radicaliser l’exploitation au rebours des intentions initiales. La destruction de l’ordre politique et social traditionnel, la disparition consécutive des cadres qui prive l’occupant d’interlocuteurs valables, le chaos administratif non moins grand du côté des Français, puisqu’agissent un grand nombre de personnes représentant souvent des intérêts concurrents, sans qu’existe une autorité centrale apte à les coordonner, tous ces facteurs sapent les bases d’une possible efficacité de l’occupation.

7Plus conscient de cette ambiguïté, Napoléon fait preuve de davantage de prudence en Westphalie ; et aussi en Pologne : nulle part on ne le voit mieux qu’à propos du cas des hôpitaux militaires étudié par Benoît Roger. Si les troupes de Napoléon sont libératrices, leurs chefs et la France ne sont-ils pas en droit d’attendre un concours matériel et financier ? Mais s’ils exigent tout – ou trop – ne risquent-ils pas de s’aliéner la population, qui considérera dès lors ses sauveurs comme des ennemis ? Il y a une recherche d’équilibre qui permet la négociation et entraîne la mise en route d’un mécanisme exemplaire d’accommodement, non sans tension entre les choix politiques et les contraintes administratives et économiques.

8La volonté de révolutionner l’ordre établi se heurte aussi aux nécessités du maintien de l’ordre et au besoin de trouver, pour ce faire, des interlocuteurs et des intermédiaires locaux. On aurait pu croire que les autorités locales traditionnelles, dont la légitimité n’était pas remise en cause à l’époque précédente – ce qui était en cause, c’était la souveraineté –, étaient désormais délégitimées. À l’époque révolutionnaire, c’est vrai pour la Belgique et la Rhénanie, ce ne l’est plus pour la Westphalie de 1806-1807. La politique d’occupation napoléonienne, comme le montre Horst Carl, laisse en place les structures existantes pour servir – également au point de vue économique et financier – l’efficacité de l’exploitation et revient ainsi à la pratique classique des politiques d’occupation d’Ancien Régime.

9Ce ne l’est pas davantage pour l’Italie centrale et méridionale de Bernard Gainot ; au contraire, à l’appui des patriotes, jugés trop « sectaires », l’armée française préfère celui des médiateurs institutionnels et des relais traditionnels que sont les membres du patriciat et de l’Église ; ces derniers qui jouent double jeu la plupart du temps inaugurent le temps des « hommes doubles » ou même « triples ». Dans l’exemple des hôpitaux militaires en Pologne, on retrouve d’ailleurs au moment de la conquête napoléonienne le recours aux élites traditionnelles, il est vrai épurées et polonisées, en particulier le clergé catholique qui reçoit en échange un contrôle spirituel sur ces hôpitaux. L’ère des arrangements n’est donc pas close avec la Révolution française.

10Ce qui est nouveau, c’est que le maintien de l’ordre change de dimension ou plutôt qu’il prend immédiatement une dimension militaire. La guerre de police – souci obsédant du commandement français – qui entraîne un risque de montée aux extrêmes n’autorise pas cependant à parler de guerre totale tant les protagonistes n’opposent pas à l’occupant un front uni, les notables, même réticents devant les Français, étant encore plus hostiles aux désordres créés par les insurgés issus du peuple. Ainsi le concept de brutalisation peut-il et doit-il être davantage précisé et défini à la lumière de ces journées d’études.

11Ces rapports ambigus entre pouvoirs locaux et autorités d’occupation, on les retrouve soixante ans plus tard comme le montre la communication de Guillaume Parisot. Les maires des zones de l’Aisne – mais la démonstration vaut sans doute pour d’autres départements – tombées aux mains des Allemands lors de la guerre de 1870-1871 négocient inlassablement pour atténuer les exigences de l’occupant. Dans un contexte de quasi « vide de pouvoir », leur attitude n’est pas sans révéler la persistance du système des sauvegardes de l’époque moderne.

12Défendant leurs administrés, et donnant ainsi la priorité à leur petite patrie au détriment de la grande Patrie, ils permettent la normalisation de l’occupation et facilitent involontairement la satisfaction des exigences de l’occupant qui feint de négocier au lieu d’imposer sans fard sa volonté. La marge de manœuvre qui semble être laissée aux maires aboutit de façon « perverse » à ce que les occupés « s’arrangent » entre eux et par conséquent se divisent et fait des maires la cible des mécontentements à la place des Allemands.

13D’une façon générale, que les arrangements se poursuivent encore alors qu’on est dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’intervention de Heidi Mehrkens le démontre. En effet, les journalistes accrédités auprès de l’armée prussienne – alors que l’État-major français ne voulait pas de ceux-ci – développent l’idée que les arrangements locaux et régionaux sont un progrès et prouvent que la guerre est devenue moderne et « civilisée ».

14La recherche d’arrangements par les acteurs locaux n’empêche pas la poursuite de la définition de règles et de normes juridiques et c’est aussi à cette époque que l’on passe « des » neutralités à « la » neutralité. Le droit s’enrichit alors d’un approfondissement de la définition du concept de neutralité, neutralité des organisations telles la Croix Rouge à laquelle est consacrée la communication de Daniel Segesser qui retrace la genèse du concept. Si cette genèse est lente, du moins le concept n’est plus controversé au moment de Solférino et son prestige devient tel qu’il convainc les initiateurs de la Convention de Genève de 1864 de placer leur texte sous sa bannière, texte qui est testé avec succès dès la guerre austro-prussienne. Mais les usages du concept pendant la guerre de 1870 déplacent le débat, non plus autour de sa faisabilité et de son efficacité, mais autour de son extension. Toutefois il faut attendre 1906 pour qu’il soit abandonné.

15Quant à la neutralité des états, Andreas Würgler note à propos de la Suisse que 1798 marque la fin des anciennes déclarations de neutralité apparues à la fin du XVIe siècle mais que dès 1815 est instituée la neutralité moderne et, dans ce cas précis, perpétuelle. Un travail comparatif pourrait être mené à propos de la Belgique après 1830. En tout cas, 1798 ouvre pour les cantons suisses une période d’entre-deux qui n’empêche pas les arrangements, au contraire ! Mais ces accommodements ne peuvent plus se produire qu’à l’échelle locale, cantonale ou communale, voire individuelle.

16Heidi Mehrkens montre que pour l’Angleterre la neutralité est un choix politique opéré par les gouvernements britanniques depuis la fin de la guerre de Crimée et renforcé après 1865. Il aurait pu être contesté, à propos de la guerre de 1870, comme « politique de lâcheté », notamment lors du débat au Parlement en février 1871. S’il n’en fut rien, c’est que les rapports des témoins oculaires britanniques et surtout des correspondants de guerre ne contribuèrent à aucune remise en cause, quand ce ne fut pas à une vision « allemande » de la guerre, on a vu plus haut pour quelles raisons.

Le temps du politique, le temps du social, le temps du culturel

17Des décalages temporels se télescopent lors d’une même période chronologique. De même, il existe des décalages spatiaux et il convient, pour une analyse pertinente, d’opérer des distinctions suivant les zones géographiques et les aires culturelles, la Calabre de Nicolas Cadet, par exemple, n’étant pas la cité de Berne d’Andreas Würgler.

18On peut emprunter à Bernard Gainot les schémas qu’il trace pour l’Italie centrale et méridionale et qui se révèlent précieux pour une histoire comparative, à la fois dans le temps et dans l’espace.

19Il est essentiel selon lui de distinguer plusieurs étapes. La première phase est celle de la conquête ; les autorités du pays occupé ne contrôlent plus leur territoire. Le commandement militaire de l’armée occupante remplit donc un vide administratif, soit seul, soit avec l’aide de fractions de la population civile en opposition plus ou moins ouverte avec les anciennes autorités. Puis une seconde phase peut apparaître au cours de laquelle les rapports avec l’occupant sont définis par un acte diplomatique qui précise les contraintes et les garanties des populations occupées. En effet, le régime d’occupation se maintient jusqu’à ce que les troupes locales soient en mesure d’assurer leur propre sécurité. Le régime d’occupation peut donc être un régime de transition qui n’est plus une occupation au sens strict mais qui n’est pas non plus constitutionnel ni pacifié. Pour autant, on ne saurait qualifier ce régime transitoire de « dictature militaire ». Une troisième étape peut advenir, lorsque ce « régime transitoire » doit affronter une nouvelle invasion, conduite par une armée extérieure qui a pour objectif la restauration de l’ancien régime.

20Il est parfois une quatrième étape et une « libération » peut s’accompagner aussi d’une annexion officielle ou déguisée. Dans le cas de la Hongrie de 1849, évoqué par Catherine Horel, il vaut mieux parler de réannexion. Le souverain au nom duquel agissent les troupes d’occupation n’est-il pas celui que les Hongrois reconnaissent pour leur jusqu’en 1848 ? Ensuite le neo-absolutisme qui y est imposé n’est-il pas le régime sous lequel vit l’ensemble de l’empire des Habsbourg, y compris la partie allemande, jusqu’à la défaite de Solférino ? On ne pouvait pas prévoir alors l’indépendance hongroise de 1918. Il y aurait lieu de faire des rapprochements avec les régions qui, à l’intérieur d’une même entité nationale, ont connu la guerre civile, telle la Vendée, et avec les conditions qu’elles connaissent ou subissent après la reconquête mais aussi avec les accommodements, loin de la résistance mythique dont la mémoire a gardé trace.

21Dans le nord de l’Espagne au moment de la conquête napoléonienne, la marge d’initiative qui est prise par les occupés et par leurs représentants locaux n’est consentie par les autorités françaises que pour mieux préparer l’annexion ultérieure, comme le démontre Gildas Lepetit. Dans ce cas, le compromis tourne à la compromission, analysée à travers la trajectoire personnelle de l’ancien guérillero Barrutia qui, par son ascension sociale, est la « vitrine » d’une politique de main tendue aux Espagnols révoltés avec les conséquences que l’on sait quand change le rapport de forces. Gildas Lepetit rappelle au passage l’importance de la micro-histoire et, en complément, de la prosopographie car c’est à travers le profil social et personnel des acteurs des accommodements qu’on peut mieux comprendre ceux-ci. Andreas Würgler affirme lui-aussi la nécessité de passer d’une macroperspective à une microperspective en vue d’une analyse qui porte sur la façon dont des changements macrohistoriques sont perçus à l’échelle locale et individuelle, par exemple dans le cas suisse et plus spécifiquement dans celui du canton de Berne, la définition des frontières faite pour la première fois… par « l’occupant libérateur ». Mais sur place, la population est encore plus sensible aux manifestations visibles, audibles et symboliques de l’occupation de l’espace de la cité et de l’espace privé.

22L’occupation et l’annexion peuvent cependant aboutir à une intégration paradoxale que révèle le « jeu du chat et de la souris » auquel se livrent les autorités locales lors des rébellions contre les gendarmes. Ainsi le démontre la communication d’Aurélien Lignereux consacrée aux départements annexés de la France des cent-trente départements. Le niveau quantitatif de ces rébellions n’est guère différent de celui des départements de l’ancienne France, même si l’observation chronologique montre qu’il y a un pic au moment de l’annexion et que le « front chaud » rébellionnaire se déplace au fil des annexions, de la Belgique à la rive gauche du Rhin et au Piémont puis à la Ligurie, la Toscane, enfin aux départements hanséatiques et hollandais.

23Est-ce-à dire que l’accommodement qui se met en place est le fait d’une intégration totale ? Si on s’oppose au régime et non au drapeau et si la référence nationale semble absente, l’éventail des raisons de l’opposition est beaucoup plus large que celui de la France de l’intérieur. Au motif anticonscriptionnel s’ajoutent des motifs de mécontentements fiscaux et judiciaires, différence qualitative par conséquent et différence significative avec la situation française.

24Toutefois – et c’est une nouvelle preuve paradoxale d’intégration – les autorités locales sont habiles à mobiliser le droit français, après l’avoir bravé, pour le retourner contre les gendarmes, tout comme leurs homologues de l’intérieur même si, à la différence de ceux-ci, ils sont beaucoup plus souvent des adversaires que des appuis. De part et d’autre de l’ancienne frontière, les autorités supérieures sont enclines aux tractations, le compromis permettant de rebâtir un ordre d’autant plus solide qu’il a les apparences du consentement local et implique les maires.

25En dépit de tous les accommodements qui sont recherchés, les occupations et les annexions consécutives peuvent exacerber le ressentiment. Ce ressentiment risque de créer ou de renforcer une prise de conscience nationale et même faire naître le sentiment national, un nationalisme de ressentiment. Ainsi, le découpage territorial de la Suisse de 1798 fait naître un intérêt commun et un sentiment patriotique alors que la population n’apprécie pas ce découpage imposé par le vainqueur. Walter Bruyère-Ostells démontre que l’occupation napoléonienne est fondatrice de l’histoire contemporaine du Portugal où la violence subie alors ressurgit dans la vie politique intérieure une quinzaine d’années plus tard ; quant à la Hongrie, évoquée plus haut, la résistance passive opposée par les Hongrois au neo-absolutisme ne fait que confirmer une identité déjà développée lors des décennies précédentes. Même si la mémoire « enjolivée » de cette résistance passive occulte les multiples arrangements qui lui furent contemporains.

26Mais l’occupation et l’annexion ne déclenchent pas nécessairement une prise de conscience de « l’identité nationale », même si elles déchaînent l’hostilité des masses populaires, comme à deux reprises en Italie méridionale, en 1798-1799 puis en 1806-1807. Il est vrai que la perception de l’occupation par les occupés dépend de leur fonction et de leur statut social. La vision d’une opposition binaire entre occupants et occupés est une construction a posteriori d’un travail de mémoire, rendu plus aigu par le déchaînement de la violence qui accompagna parfois ces occupations, et aussi une conception rétrospective des « romans nationaux », voire des historiens eux-mêmes. De fait, ce que révèlent les communications, c’est que cette période est le temps des « hommes-doubles », tant du côté des occupants que des occupés.

27Du côté des occupants, partagés, notamment dans le cas des guerres de la Révolution et de l’Empire, entre leurs convictions politiques qui les portent à sympathiser avec les patriotes locaux pour lesquels ils sont des libérateurs, et la connivence sociale qui renforce encore les liens qu’ils forgent avec les notables « traditionnels » pour éviter l’anomie. Et peut-être aussi déchirés entre leur désir sincère d’être des libérateurs et la nécessité où ils se retrouvent de se conduire en occupants. Ce déchirement est moins sensible au cours des guerres ultérieures, évoquées lors de ces journées d’études, du moins celles qui, telle la guerre de 1870, sont plus « classiques » et moins idéologiques. Peut-être conviendrait-il de creuser cette problématique à propos des guerres menées par les Habsbourg en 1848-1849 pour reconquérir leurs états.

28Les occupés sont également partagés, et pas seulement ceux qui sont « duplices » en raison du double jeu dont ils sont les acteurs. D’abord parce que quelques-uns d’entre eux, par exemple certains Suisses de 1798 et certains Italiens de la même période, partagent l’idéologie des occupants et se considèrent comme libérés.

29Mais aussi parce que leurs intérêts de classe sont en jeu et la connivence sociale évoquée plus haut joue dans les deux sens : ainsi, Gildas Lepetit remarque que, si les alcaldes du nord de l’Espagne sont amenés à donner des renseignements aux gendarmes, c’est par crainte de l’anarchie, crainte plus forte encore que leur crainte tout aussi réelle de passer pour des collaborateurs des Français. Cette volonté d’éviter les désordres sociaux se retrouve au Portugal dont une partie des élites se rallie à la France de Napoléon pour cette raison. Sylvie Kleinman montre que l’expédition du général Humbert en Irlande met en pleine lumière un clivage social inattendu entre les citadins instruits et la paysannerie misérable, jugée arriérée par les troupes françaises venues en principe la libérer ou l’aider à se libérer ; au point que la perception de l’ami et de l’ennemi s’en trouve bouleversée.

30En somme, connivence politique, connivence sociale et connivence culturelle ne coïncident pas toujours, loin de là.

La confrontation des cultures

31Les occupations sont en effet l’occasion d’une confrontation culturelle, le terme culturel étant pris au sens large. Ce choc des cultures prend une résonance nouvelle puisque, au moins dans le cas des guerres de la Révolution et de l’Empire, mais dans une moindre mesure dans la contre-offensive menée par l’armée des Habsbourg pour briser le Printemps des peuples, l’occupant impose son modèle et dans le premier exemple se veut un libérateur. L’échange culturel se fait alors de « haut en bas », de l’occupant à l’occupé ou plutôt du « libérateur » au « libéré ». Il peut aboutir à une impasse, l’impossibilité de se comprendre comme en Calabre en 1806-1807 et au Portugal de 1807 à 1810 ; la guerre culturelle prolongeant la guerre proprement dite. L’imposition du modèle par la force conduit à son rejet comme dans l’Espagne de la conquête napoléonienne et comme dans la Hongrie des années cinquante et soixante du XIXe siècle. Une histoire comparative avec la répression des mouvements nationaux et libéraux des années vingt et trente du XIXe siècle et avec l’occupation consécutive de l’armée des Habsbourg serait à poursuivre.

32Quand on se perçoit comme libérateur, on peut être d’autant plus surpris et déçu des réactions des « libérés », ce qui accentue la brutalité de l’occupation et l’impossibilité de trouver des arrangements de part et d’autre. Ainsi, selon Nicolas Cadet, existe-t-il, avant même le déclenchement de l’insurrection en Calabre, un écart dans les perceptions des militaires français, basées sur les mythes de la Grande Grèce tirés de la culture classique dont ils sont pétris – du moins les officiers –, et leur vision des Calabrais en lesquels ils veulent à toute force retrouver les Grecs anciens. Cette fausse idéalisation et la déception qu’elle engendre les conduit, d’une part à une vision dépréciative des véritables Calabrais, partagée d’ailleurs par les autres « Italiens », d’autre part à une volonté de régénération par la force, une des matrices de la guerre totale. Il faudrait rapprocher cette déconvenue éprouvée par les Français de la frustration éprouvée soixante plus tard au moment des guerres du brigandage par l’armée de l’état unitaire italien qui crut découvrir « un autre monde ».

33Cette déconvenue arrive aussi aux Anglais de Wellington qui, selon Walter Bruyère-Ostells, n’apparaissent nullement aux yeux des couches populaires du Portugal comme des libérateurs en raison de leur politique de terre brûlée.

34Parfois il n’est nul contrepoids à la volonté régénératrice de l’occupant qui se veut civilisateur. On le remarque à propos de l’établissement des hôpitaux militaires en Algérie, sujet du chapitre de Claire Fredj. Ils sont les rouages d’un biopouvoir et les marqueurs d’une dynamique et d’une symbolique de prise de possession de l’espace. Toutefois, même dans ce cas, d’une part, des accommodements sont encore possibles entre occupants et occupés, futurs colonisés, autour de l’imposition du droit français de propriété ou du maintien du droit musulman, et, d’autre part, ces hôpitaux sont les lieux d’un « triple jeu » entre les occupés, les occupants militaires et les occupants civils qui se sentent dominés par les seconds chargés de protéger leur occupation. Le plus souvent la confrontation culturelle est à double sens et complexe.

35Cette réappropriation peut être aussi le fait des occupés, comme l’a montré Aurélien Lignereux. Ainsi le prouve, dans la communication de Sylvie Kleinman, l’exemple de l’évêque protestant Stock qui se veut loyal sujet de la couronne britannique mais n’est pas insensible aux qualités – et à la discipline – des troupes anticléricales et jacobines du général Humbert sous le Directoire ; il faut souligner qu’il n’est pas arrêté par la barrière linguistique et que, de plus, son statut ecclésiastique lui assure une place privilégiée. A contrario, le cas du pasteur Little prouve qu’un non bilingue – fût-il ecclésiastique – est enfermé dans « son statut de victime » et ne peut être ni l’arbitre ni l’acteur majeur des accommodements que sont ceux qui sont des « passeurs » de langues et peut-être de culture, par exemple les interprètes irlandais – qui sont en même temps des révolutionnaires – au service de l’armée française. L’expérience de l’occupation conduit Stock à une modification de ses conceptions traditionnelles ; lui, le loyaliste, en vient à éprouver de l’empathie envers les ruraux irlandais et à juger sévèrement le comportement des troupes anglaises qui viennent remplacer celles du « conquérant ».

36En règle générale, cette possibilité de passer d’une langue à l’autre ou d’une culture à l’autre est liée au niveau social et la connivence sociale peut être renforcée par la connivence culturelle. La circulation de ces échanges, la perception qu’on a de « l’autre » dépendent donc du statut social et de la fonction de ceux qui « échangent ». On l’observe au Portugal avec la fragmentation de la société portugaise. Le ressentiment engendré par la violence de l’occupation napoléonienne mais aussi par celle de la « libération » menée par les Anglais aggrave les failles qui existent dans la société portugaise entre le peuple et les élites, et même entre le haut et le bas-clergé, bien que la césure ne soit pas totale entre ces deux derniers groupes. On le note aussi dans le cas de la péninsule italienne où la connivence socioculturelle entre les représentants de la puissance occupante et les notables « occupés » transcende le critère national pour contenir le peuple « contre révolutionnaire ». On le remarque enfin dans les relations entre ecclésiastiques français et troupes alliées lors des occupations de 1814 et de 1815, cette dernière se prolongeant jusqu’en 1818 pour certains départements qui sont évoqués par Jacques Hantraye dans sa communication consacrée au diocèse de Metz, les curés se montrant moins « accommodants » que leur évêque, monseigneur Jauffret. Celui-ci est en contact avec les autorités d’occupation lors de ses visites pastorales à l’occasion desquelles est visible une sociabilité propre aux élites qui transcende les critères nationaux.

37Mais, soit qu’ils les renforcent soit qu’ils les contredisent, ceux-ci interfèrent avec les critères idéologiques : la reconnaissance qu’éprouve le clergé tout entier, fort réticent à l’égard du régime napoléonien, envers les Alliés qui ont permis le rétablissement de la monarchie contrebalance la méfiance envers ces mêmes hommes qui sont tout de même des occupants. Et avec les critères religieux puisqu’en principe les occupants catholiques sont mieux accueillis que les Russes orthodoxes, en dépit de la volonté de syncrétisme de ceux-ci, en tout cas de leur souhait de rapprochement avec les tenants du catholicisme.

38Cette situation semble symptomatique de l’époque de transition qu’ont mise en lumière les travaux de ces journées d’études. Il faut sans doute avancer fort avant dans le XIXe siècle pour que le critère national devienne dominant, voire exclusif.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search