Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Troisième partie. Les sociétés à l’épreuve de l’occupation : à la recherche des accommodements

De la négociation comme instrument d’occupation pacifiée et d’exploitation économique efficace pendant la guerre de 1870-1871

Guillaume Parisot

Texte intégral

  • 1 Cf. Stéphane Audoin-Rouzeau, 1870 : la France dans la guerre, Paris, A. Colin, 1989, p. 264-265 ; (...)

1Le rôle des maires et des municipalités dans le dispositif d’occupation mis en place par les armées allemandes au cours de la guerre de 1870-1871 est unanimement souligné par les historiens de ce conflit1. Contraints par l’ennemi de rester en place et d’agir pour lui, certains ont tenu pendant l’occupation un journal, ou ont écrit après la guerre pour décrire, sinon les avanies et brutalités qu’ils subirent de sa part, du moins les menaces qui les contraignirent à exécuter ses ordres et surtout à faire droit à ses exigences : au premier chef réquisitions, contributions, impôts et amendes diverses, logement et nourriture des troupes. Ces récits, on le comprend aisément, ne laissent qu’une part infime aux « gracieusetés » de l’autorité occupante pour faire la part belle aux efforts entrepris pour atténuer les charges de la commune et des habitants. C’est qu’en effet les exigences ennemies furent inlassablement négociées à la baisse par les maires dans un constant souci d’atténuation des charges de l’occupation. Cette opiniâtre volonté d’apaisement et d’accommodement avec l’ennemi, au nom du salut de la collectivité, ne laisse pas de poser la question des marges et des moyens de négociation dont les maires ont usé face à l’envahisseur et à l’occupant et surtout le bénéfice qu’ils ont pu effectivement en retirer – ou qu’ils ont cru en retirer. Bien qu’ils agissent à l’évidence pour défendre les intérêts de leur commune et de leurs administrés, ils recueillent pour l’occupant quantité de numéraire et de réquisitions et participent fortement de la « normalisation », au sens réglementaire du terme – notamment par le recours aux emprunts forcés garantis par la commune auprès des administrés –, et de la pacification de l’occupation : ils centralisent les demandes de l’occupant pour lequel ils procèdent aux réquisitions et à la répartition des logements, et les plaintes des occupés relatives à ces mêmes questions. L’une et l’autre sont profitables à un ennemi qui peut ainsi ravitailler efficacement ses troupes et mener ses opérations guerrières en ne sacrifiant au dispositif d’occupation que de faibles effectifs. Les allégements obtenus par les maires au prix d’interminables négociations auxquelles l’occupant s’est prêté, le nombre de réclamations qu’il a enregistrées et les retards qu’il a soufferts dans la satisfaction de ses exigences apparaissent à bien des égards comme une marge de manœuvre délibérément consentie aux vaincus afin de pacifier les rapports avec ceux-ci et d’optimiser la satisfaction de ses demandes. Le dispositif d’occupation mis en place par les Allemands eut en outre pour conséquence d’obliger les occupés à négocier et à s’arranger entre eux – municipalités avec leurs administrés et chefs-lieux avec les communes de leurs cantons –, ce qui n’alla pas sans accroître et diluer tout à la fois un mécontentement qui, initialement dirigé contre l’envahisseur, se retournait désormais contre ses exécutants français.

  • 2 Aube, Ardennes, Côte-d’Or, Doubs, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Haute-Sa (...)

2Les archives municipales conservent la trace des tractations quotidiennes qui eurent lieu entre les autorités municipales et les autorités occupantes locales – commandants de place et d’étape, sous-préfets et préfets –, elles ont fourni le matériau principal de cette étude qui, pour être plus précisément centrée sur le département de l’Aisne, n’en permet pas moins, eu égard aux sources consultées dans d’autres départements2, des conclusions qui valent aussi pour eux.

Mériter de la patrie ou de sa patrie

  • 3 AM Saint-Quentin, 4H 22, placard, 27 octobre 1870.

3Après la guerre, des publications émanant des municipalités occupées elles-mêmes ou de leurs membres voient le jour. On ne peut à l’évidence appréhender ces publications, quoique les auteurs s’en défendent, sans y voir une tentative de justification a posteriori de leurs actes pendant l’occupation, qu’il s’agisse de la satisfaction des exigences ennemies, dont il sera question plus loin, ou des prises de position en faveur de l’abandon de toute velléité de résistance. Pendant la guerre, face à l’incompréhension ou à la colère d’administrés, des justifications fleurissaient déjà, sous forme de placards, sur les murs de certaines communes. Ce fut le cas à Saint-Quentin, où dès le 28 octobre 1870, une semaine après que la ville eut été prise sans opposer la moindre résistance, ainsi que le souhaitait la municipalité – alors que le 8 octobre elle résistait sous la direction du préfet Anatole de la Forge –, une proclamation de la Commission municipale provisoire à ses concitoyens déplorait que « ses actes, ses intentions, son attitude [avaient] été méconnus parfois ou mal interprétés ; il lui eût été facile [pouvait-on lire sur cette affiche], si elle avait mis sa popularité au rang de ses principales préoccupations, de rétablir l’exactitude des faits ; elle a préféré garder un silence compromettant peut-être pour elle à l’égard de quelques esprits prévenus mais commandé par le sentiment des intérêts dont elle avait accepté la garde3 ».

4Ce n’est pas à son « silence compromettant » que Soissons dut sa flétrissure publique dans le Moniteur de Tours mais à une proclamation que les membres de la commission municipale adressèrent, également fin octobre 1870, alors que la ville était occupée, à leurs concitoyens, à la suite d’un coup de feu nocturne qui blessa une sentinelle allemande à la main :

  • 4 AM Soissons, 4H 4, placard, 28 octobre 1870.

« Jusqu’ici la population soissonnaise s’est montrée calme. Et nous avons bon droit de compter qu’elle continuera à comprendre la situation et les devoirs qu’elle impose.
Cependant un malfaiteur que nous ne pouvons croire être de notre ville, s’est livré cette nuit à un acte d’hostilité envers un factionnaire prussien.
De tels faits ne sont pas seulement condamnables, ils peuvent amener des représailles et des rigueurs qu’il importe à tous de conjurer.
Nous avons trop de confiance dans la loyauté de nos concitoyens et le sentiment du devoir qui les anime pour douter un instant de leur concours et de leurs efforts afin d’empêcher à l’avenir le renouvellement d’un pareil acte4. »

  • 5 Ibid., Registre de délibérations du conseil municipal (désormais RDCM), 27 novembre 1870.
  • 6 Le Progrès de l’Aisne, 22 novembre 1870.

5Si le Moniteur de Tours qualifiait les membres de la commission d’« auxiliaires et de porte-parole des ennemis de la France5 », le Progrès de l’Aisne classait quant à lui cet attentat contre la sentinelle ennemie dans la « catégorie du guet-apens » et rappelait : « Notre devoir est de combattre des ennemis mais non de les assassiner. » L’article se concluait par un soutien fort à la municipalité soissonnaise : « Terminons en souhaitant que nos villes menacées possèdent, si elles ont le malheur d’être occupées par l’ennemi, une édilité aussi ferme, aussi courageuse et aussi soucieuse que la nôtre des intérêts de ses administrés6. »

  • 7 Recueil des actes administratifs de la Préfecture de l’Aisne, no 1, 15 décembre 1870.

6Cette dernière phrase résume parfaitement le dilemme auquel se trouvèrent confrontés les maires face à l’envahisseur/occupant : mériter de la patrie ou de leur patrie. En posant en ces termes le problème, on en donne évidemment la réponse : les maires agirent presque invariablement dans le sens de leurs concitoyens et non dans celui que leur dictait un Gouvernement de la Défense nationale qui avait perdu toute autorité en territoire occupé mais continuait de menacer ceux qui se soumettraient à l’autorité occupante. Dans l’Aisne, département qui fut « administré » par deux préfets simultanément, le fonctionnaire français prit le 7 décembre, deux mois jour pour jour après la prise de fonction de son homologue allemand, un arrêté qui « interdi [sait] aux présidents et membres des commissions municipales des chefs-lieux de canton et des communes rurales d’exécuter les décisions de l’autorité ennemie7 » sous peine de révocation immédiate. Cet arrêté et les quelques révocations qui furent prononcées à sa suite n’eurent qu’une portée toute symbolique : à cette date, seul l’arrondissement de Vervins, au nord du département, était hors de la zone d’occupation et dans le territoire occupé les maires exécutaient les décisions du Gouvernement général allemand. Pour lever les scrupules des derniers récalcitrants, les propagandistes allemands s’employaient à démontrer que les actes commis en exécution des ordres de l’occupant n’appelleraient pas après la guerre les sanctions annoncées :

  • 8 Moniteur officiel du Gouvernement général à Reims (désormais MOGGR), no 8, 16 novembre 1870.

« Quelques personnes nous ont exprimé la crainte qu’en désobéissant aux ordres émanés des gouvernements provisoires de Tours et de Paris, elles risquaient d’encourir, après la paix, les peines édictées par les proclamations et ordonnances que ce double gouvernement répand à profusion. Nous avons de bonnes raisons de ne point partager ces craintes ; nous nous bornerons à en indiquer une seule.
La plupart des traités de paix de ce siècle, notamment le traité de Paris du 30 mai 1814, article 16, et le traité de Prague du 23 août 1866, article 10, alinéa 3 contiennent des stipulations spéciales garantissant tout citoyen contre toute espèce de poursuite relativement à son attitude pendant la guerre. Il est à présumer que lors de la prochaine paix entre l’Allemagne et la France, on adoptera un principe que les gouvernements des deux pays ont trouvé bon de sanctionner dans des occasions semblables8. »

  • 9 MOGGR, no 6, 25 janvier 1871.
  • 10 « Le président de la Commission municipale de Vervins est venu me déclarer qu’en réponse à une cir (...)

7Même discours en janvier 1871, à l’occasion de l’adjudication des coupes domaniales dans les forêts de l’État, ordonnée par les autorités allemandes, sous la plume du même propagandiste du Moniteur Officiel du Gouvernement Général à Reims raillant les menaces de mort de « M. Gambetta » contre les forestiers qui exécuteraient les ordres de l’occupant, « vu qu’à chaque conclusion de paix, une amnistie générale est accordée par les deux parties belligérantes9 ». Le rédacteur citait en outre un article du Courrier de la Champagne qui s’interrogeait sur le comportement à adopter face aux exigences ennemies : « Entre la fusillade française et la fusillade prussienne, que faire ? Éviter celle qui vous menace de plus près. » Les maires l’entendaient bien ainsi, qui préférèrent s’arranger avec l’occupant plutôt que de se conformer aux ordres du gouvernement français. Parfois ils devançaient même l’arrivée de l’ennemi. Ainsi des cantons de l’arrondissement de Vervins qui payèrent des contributions imposées par l’envahisseur alors que celui-ci n’avait pas encore paru sur leur territoire. La circulaire comminatoire du baron de Landsberg qui annonçait des représailles militaires suffit notamment à décider la ville de Vervins à prendre langue avec le préfet allemand, alors qu’un sous-préfet français y était toujours en poste, pour se prémunir d’une éventuelle marche des troupes ennemies sur son territoire10.

  • 11 Voir à ce sujet Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), Les ressources des faibles. Neutra (...)
  • 12 « En Côte-d’Or, où – selon Éric Bonhomme – l’assistance à l’occupant est érigée en système », le s (...)
  • 13 Pierre Defoug, Vervins pendant la guerre de 1870-1871 d’après le carnet de notes de M. Eugène Blan (...)
  • 14 Ibid., p. 19.
  • 15 « Certains maires n’hésitaient pas à devancer les désirs ennemis en servant de relais pour les réq (...)

8Cet épisode ne laisse pas de faire penser à une persistance du système de sauvegardes qui avait cours à l’époque moderne11. Les propos du maire de Vervins lui-même, qui a consigné ses souvenirs dans un journal, confirment cette hypothèse : la proximité des soldats allemands le décida en effet à prendre contact avec le préfet pour éviter qu’ils ne vinssent jusqu’à sa commune12, et ce malgré la remarque sans ambiguïté d’un membre de la Commission municipale consultée à ce sujet qui fit valoir « que ce sera[it] faire acte de soumission à la Prusse13 ». C’est bien de cela qu’il s’agit puisque, à la suite de cette entrevue avec le préfet allemand, Blanquinque entendait rester absolument étranger à tout acte qui pourrait être perçu par l’ennemi comme hostile ou non conforme aux engagements pris : « Du moment que nous avons renoncé à nous défendre, c’est jouer un double jeu qui ne me convient pas, d’autant que le préfet prussien nous a fait la promesse que nous n’aurions pas de garnison14. » Un témoignage comme celui-ci montre qu’il existe un périmètre d’influence de l’occupant qui s’étend au-delà de la zone d’occupation proprement dite et dans lequel les municipalités estiment qu’il est préférable de faire acte de soumission à un ennemi qu’elles savent pouvoir prendre le contrôle de leur territoire à tout moment15. Malgré la présence d’un fonctionnaire français encore en poste mais dépourvu de fait de toute puissance coercitive, dans un arrondissement situé à la lisière de la zone extrême de présence de l’ennemi et déserté par l’armée française incapable d’y reprendre pied, la commune de Vervins décide d’acheter sa tranquillité – tout au moins provisoire – au prix d’une démarche de conciliation avec l’occupant ; mais également de négociation puisque la délégation envoyée à Landsberg devait faire valoir, pour échapper à la contribution de 30 000 francs exigée pour dédommager les Allemands expulsés de France, qu’à Vervins ils avaient toujours été très bien accueillis et jamais inquiétés.

  • 16 Ou celui de la commune d’Omissy dont la municipalité a déclaré dans sa séance du 13 novembre 1870 (...)
  • 17 Pierre Defoug, op. cit., p. 16.

9Cet épisode fournit aussi quelques indices quant au fonctionnement du système d’exploitation économique mis en place par les gouvernements généraux d’occupation. Tout d’abord, les préfets allemands adressent des exigences à des communes voire à des cantons de leur département qui n’ont jamais été occupés ni même traversés par des troupes ennemies mais qui sont situés à immédiate proximité – et donc sous la menace – de l’armée d’occupation. Cela peut suffire à susciter les « bonnes volontés » ainsi que le montre l’exemple de Vervins16. Dans un second temps, le préfet allemand accepte de recevoir les délégations envoyées par les municipalités pour négocier ces contributions, montrant ainsi qu’un espace est laissé à la discussion, donc à des accommodements. La délégation de Vervins ressort de cette « réception aussi polie que possible » avec la promesse que le préfet en référera à son gouvernement, et un délai pour le paiement de la contribution, dont 10 000 francs devront être payés dans les jours suivants17 et le reste sous réserve de négociations ultérieures.

  • 18 « J’avais lu dans les journaux la critique des proclamations des maires de Mulhouse, de Nancy et d (...)
  • 19 À Dreux, où « désobéissant aux ordres du sous-préfet [français], le maire a couru au devant de l’e (...)
  • 20 Dans l’arrondissement de Montbéliard, où le maire de cette ville s’est « rendu au quartier général (...)

10Qu’il s’agisse des nombreux appels au calme des maires pour prévenir toute agression de la part de leurs concitoyens envers les troupes d’occupation18, de leur activité pour satisfaire aux exigences ennemies19 ou même des contributions ou réquisitions qu’ils ont pu livrer pour éloigner les troupes de leur commune20, tous ces agissements sont difficilement conciliables avec la définition du patriotisme puisqu’ils favorisent l’ennemi. Une rhétorique de « petit patriotisme » va donc apparaître dans le discours des municipalités afin de réconcilier en les associant étroitement leurs actes avec l’idée d’attachement à la patrie.

  • 21 AM Épinal, RDCM, 15 octobre 1870.
  • 22 Ibid., 4H 2.

11Un exemple caractéristique est fourni par l’arrêté que prend le 18 octobre 1870 le « maire d’Épinal, chevalier de la Légion d’honneur », en considération d’un arrêté du préfet allemand et d’une délibération du conseil municipal. Il appelle ses administrés à verser leurs contributions de l’exercice 1870 et par anticipation à solder à titre d’avance les trois cinquièmes de l’exercice 1871 afin de pouvoir verser 100 000 francs de contribution à l’occupant, chiffre qui procède d’ailleurs d’une négociation puisque la somme initialement demandée était de 500 000 francs21. L’arrêté se conclut sur ces mots : « Le Maire compte sur le civisme et sur le patriotisme de ses concitoyens pour n’apporter aucun retard dans l’accomplissement de cette obligation impérieuse qui affranchit la ville de toute contribution de guerre22. »

12Dans sa forme la plus simple, cette rhétorique en appelait systématiquement au patriotisme des habitants de la commune lorsqu’il s’agissait de satisfaire une exigence ennemie, ou qualifiait de « patriotique » tout acte ou décision visant à la défense des intérêts de la petite patrie, souvent incompatibles en cette période d’occupation avec ceux de la grande. De nombreuses variantes furent utilisées par les municipalités : ainsi celle de Soissons, dont le cas a été évoqué précédemment, qui affirmait que la population, malgré les charges de l’occupation, « n’en rest[ait] pas moins plus affectée des malheurs de la patrie que des siens propres » :

  • 23 AM Soissons, RDCM, 24 novembre 1870.

« Vous vous élevez contre les termes de cette proclamation, contre la qualification que nous y donnons à l’auteur du coup de feu, mais, dans une ville qui a capitulé, l’inviolabilité des habitants a pour corrélation nécessaire l’inviolabilité des soldats ennemis, et attenter à la vie de ceux-ci treize jours après l’occupation, quand l’animation de la lutte a eu le temps de s’apaiser, c’est se retirer jusqu’à l’excuse résultant de l’exaltation. Nous comprenons ce qu’impose le devoir de la Défense nationale et les actes de bravoure et de dévouement qu’il peut inspirer. Jamais nous n’élèverons à la hauteur de ces actes le fait qui a eu lieu ici dans la nuit du 27 au 28 octobre et qui, tel qu’il s’est produit, n’est autre chose qu’un lâche guet-apens. Que deviendrait l’antique réputation française, ce renom de courage et de loyauté qu’a toujours conservé notre pays, si le blâme d’un pareil fait pouvait être désapprouvé par l’opinion publique ? L’excès de nos désastres aurait-il perverti les idées23 ? »

  • 24 « Dans une conjoncture aussi mouvante et difficile, où est l’intérêt général ? Faut-il céder à l’e (...)

13La conclusion – « Nous ne faisons donc pas la police pour l’ennemi. Nous la faisons pour la ville dont nous sommes les administrateurs et les représentants » – montre bien l’ambiguïté et la complexité de la tâche assumée par les maires pendant l’occupation24. En prétendant agir dans l’intérêt des administrés, n’ont-ils pas de fait, bien souvent, agi dans celui de l’occupant ?

Arrangements et accommodements entre autorités locales

  • 25 Leurs proclamations sont publiées dans les Moniteurs officiels des gouvernements généraux. Voir no (...)
  • 26 Qu’on ne s’y méprenne pas, il y avait bien entendu parmi ces auxiliaires des militaires qui occupa (...)
  • 27 Diancourt note que le comte d’Irsch, sous-préfet de Reims « apportait dans ses fonctions une réser (...)
  • 28 L.-M. Petit, Histoire d’Épernay et de l’invasion 1870-1871 dans l’arrondissement, Épernay, Impr. d (...)
  • 29 Car il y en eut, contrairement à ce qu’affirme Pierre Milza lorsqu’il évoque « Gambetta [qui] avai (...)
  • 30 L.-M. Petit, op. cit., p. 238-239.

14À mesure qu’ils prenaient leurs fonctions dans les départements occupés et désormais placés sous la tutelle de gouvernements généraux, les commissaires civils et les préfets allemands s’annonçaient en prétendant exercer leur administration avec le concours des maires et des populations françaises25 et atténuer autant que possible les conséquences malheureuses de la guerre. Ces déclarations furent moquées par les contemporains dans les récits qu’ils écrivirent après la guerre, mais plusieurs d’entre eux établissent une hiérarchie dans le degré de conciliation des auxiliaires des gouvernements « civils26 » de la force d’occupation, et vont jusqu’à regretter le départ de certains préfets ou sous-préfets allemands jugés particulièrement justes ou conciliants27. Le sous-préfet allemand d’Épernay a même subi une disgrâce pour cette raison : « J’ai été trop bon pour les Français, et l’on m’en punit28 » aurait-il déclaré à Petit, employé français à la sous-préfecture qui reprit sous les ordres de Blücher – et sur sa réquisition – les fonctions qu’il avait abandonnées à l’arrivée de l’ennemi. Le récit de Petit est intéressant à plus d’un titre car il résume bien l’état d’esprit des fonctionnaires qui ont travaillé sous les ordres de l’occupant29 ou tout au moins la justification qu’ils en ont donnée par la suite : il s’agissait d’épargner des malheurs supplémentaires au pays. Dans le cas de Petit, celui-ci pensait aider à répartir plus équitablement les réquisitions entre les différentes communes de l’arrondissement30. Cette explication récurrente dans les souvenirs d’occupation des maires et des fonctionnaires se trouve confirmée – avec tout de même quelques nuances d’importance – par le Manuel de droit international à l’usage des officiers de l’armée de terre publié en 1877 et très influencé par la dernière guerre :

  • 31 Ce que cette déclaration du maire de Lunéville illustre remarquablement : « Je ne devais pas recev (...)
  • 32 Manuel de droit international à l’usage des officiers de l’armée de terre, Paris, J. Dumaine, 1877 (...)

« L’occupation temporaire, on le sait déjà, n’a pas pour effet de subroger l’occupant aux droits du gouvernement légal : les fonctionnaires et les magistrats de la contrée envahie continuent par conséquent à devoir obéissance et fidélité à leur gouvernement. Ils ont à se conformer à ses ordres sur le point de savoir s’ils doivent ou non continuer leurs fonctions pendant l’occupation. À défaut d’instructions spéciales, ils n’ont qu’à se laisser guider par les inspirations de leur conscience. Leur conduite sera souvent déterminée par l’intérêt de la contrée, qui souffrirait du brusque arrêt de toute administration.
Les fonctionnaires municipaux considéreront presque toujours comme une obligation patriotique de rester en place. Cependant ils n’oublieront pas qu’audessus des intérêts de la localité se place le salut du pays, et ils se garderont de tout ce qui pourrait favoriser l’invasion. […] Dans tous les cas, ils éviteront de se faire spontanément les intermédiaires de l’envahisseur. Ils seront parfois excusables d’intervenir, dans l’intérêt de leur commune, pour alléger par une équitable répartition des charges qui ne peuvent plus être évitées ; mais ils failliraient à leur devoir s’ils devenaient sans nécessité les pourvoyeurs de l’ennemi, s’ils se constituaient ses mandataires auprès des municipalités voisines.
L’occupant ne négligera rien, d’ordinaire, pour s’assurer le concours des fonctionnaires locaux ne fût-ce que pour faciliter le maintien de l’ordre et de la vie sociale.
Il pourrait certainement suspendre leur action : le droit international l’y autorise. Mais il s’en gardera dans son propre intérêt. Au début de l’invasion, il affirmera l’intention de n’apporter aucun obstacle au service régulier des administrations publiques. Toutefois il s’abstiendra d’inviter personnellement les fonctionnaires à continuer leurs fonctions, et ne réclamera d’eux ni consentement formel ni serment : un scrupule respectable pourrait, en effet, paralyser leur bonne volonté s’ils devaient se considérer comme agissant en vertu d’une délégation de l’ennemi31. […]
En principe, rien ne les oblige à continuer leurs fonctions s’ils en jugent l’exercice incompatible avec les devoirs du patriotisme, et ils demeurent toujours libres de donner leur démission32. »

  • 33 Le major von Lingk, dans ses Souvenirs d’un commandant d’étapes en France de 1870 à 1873 évoque sa (...)
  • 34 Cf. Claude farenc, op. cit., p. 529.
  • 35 « La plupart [des préfets allemands] n’ont pas laissé que de mauvais souvenirs. Autant qu’ils le p (...)
  • 36 L.-M. Petit, op. cit., p. 241-242, 247-249 et 313. À Lunéville, la municipalité écrivait au préfet (...)
  • 37 AM Troyes, 4S 1, lettre du 22 mars 1871. Le préfet allemand remerciait notamment « les maires et l (...)

15L’occupant n’a certes rien négligé pour s’assurer le concours des « autorités administratives » locales33 qu’il n’a guère laissé libres de démissionner à leur guise34. De nombreux fonctionnaires ou militaires faisant partie du dispositif d’occupation affectèrent une attitude conciliante, voire complaisante, parfois louée par les contemporains35. Petit n’est pas le seul à faire état des bonnes dispositions du comte Blücher ; surtout, il dépeint le sous-préfet allemand comme un exécutant qui cherchait à adoucir autant qu’il le pouvait la rigueur de mesures qui lui étaient dictées par le gouvernement général et auxquelles il ne semblait pas toujours souscrire, loin s’en faut, ainsi qu’à aplanir les problèmes qui pouvaient survenir entre la municipalité et l’autorité militaire36. Cette affabilité affichée et revendiquée des préfets allemands vis-à-vis des municipalités donna lieu, à l’occasion de leur départ, à quelques démentis rendus nécessaires par les déclarations qu’ils adressèrent à leurs ci-devant administrés. Ainsi la municipalité de Troyes reprocha à son préfet « le trop de cordialité de ses adieux » qui avaient « fait ressembler pour le public [ses membres] à ses complaisants37 ».

16Ceci nous rappelle qu’au-delà des règlements, des directives et des instructions, l’appareil d’occupation est avant tout un maillage d’individus disséminés en territoire occupé et confrontés localement aux autorités autochtones. La personnalité des occupants, tout comme celle des occupés, est une composante essentielle du processus et, de même qu’on observe des stratégies d’occupés, il existe des stratégies d’occupants, entendues comme des libertés prises avec les directives, ou comme des moyens originaux de les faire appliquer.

  • 38 MOGGR, no 5, 2 novembre 1870.
  • 39 À ce sujet voir Claude Farenc, op. cit., p. 425-428.
  • 40 Les « grosses pierres placées en travers de la voie, les pièces de bois, en forme de coin, enfoncé (...)
  • 41 « La réquisition de la locomotive était ce qui m’inspirait le plus d’appréhension et de répugnance (...)
  • 42 AM Châlons-en-Champagne, 2/1 D2, RDCM, 12 novembre 1870 ; AM Nancy, 1D 49, RDCM, 23 octobre 1870 ; (...)

17L’exemple qui suit montre bien la marge de manœuvre des autorités occupantes locales et les arrangements – accommodements réels ou tactiques – qu’elles pouvaient consentir par rapport à la lettre des règlements émanant du ministère de la Guerre ou des gouvernements généraux. Suite à plusieurs endommagements de voies ferrées, le commissaire civil du Gouvernement général de Reims, le prince Charles de Hohenlohe, ordonnait, dès le 27 octobre 1870, « de faire accompagner les trains par des habitants des localités ou communautés contiguës aux voies ferrées, habitants connus et jouissant de la considération générale ». Ces personnes devaient être placées sur la locomotive « de manière à faire comprendre que tout accident causé par l’hostilité des habitants frappera[it] en premier lieu leurs nationaux38 ». Cette mesure en apparence rigoureuse ne doit guère tromper quant à sa réelle dangerosité. Les contemporains eux-mêmes savaient le peu de risque qu’ils encouraient à « accompagner » des trains contre lesquels du reste les prétendues attaques de francs-tireurs ne furent ni aussi nombreuses39 ni aussi dangereuses40 que ce que suggère la décision de l’autorité allemande41. Partout où elle fut mise en place, la mesure déclencha des protestations énergiques des municipalités qui la qualifiaient d’« inutile » et de « barbare », refusaient de désigner des habitants et déclaraient ne s’y soumettre que par la force et ne la faire supporter que par les membres des commissions municipales42.

  • 43 AD Aisne, AC Laon 4H 15, lettre du 28 novembre 1870.
  • 44 AM Soissons, 4H 4, lettre du 2 novembre 1870.
  • 45 Ibid., RDCM, 4 novembre 1870.
  • 46 Charles Maciet, Souvenirs de l’invasion et du siège de Paris. Documents inédits classés et annotés (...)

18Entre l’esprit et même la lettre de la mesure décidée par Bismarck lui-même et son application, ce qui frappe, outre le décalage évident entre son bénéfice réel et ce que semblait en attendre l’autorité supérieure, c’est la diversité des situations à laquelle elle donna lieu. Celle-ci trahit une marge de manœuvre importante à l’échelon des sous-préfets et commandants de place et met en lumière les accommodements qu’ils proposèrent et les arrangements auxquels ils consentirent spontanément. À Laon, pourtant siège de la préfecture allemande de l’Aisne, la mesure ne fut mise en place qu’un mois après qu’elle eut été annoncée par Hohenlohe ; et dès le premier voyage qui eut lieu avec un otage, le commandant de place fit savoir « qu’il n’y avait pas obligation de monter sur la locomotive et qu’une place serait donnée dans un wagon à l’habitant chargé de ce service43 ». À Soissons, la mesure avait été annoncée le 2 novembre par le sous-préfet allemand Parseval à l’occasion de la reprise prochaine du service régulier des trains vers Reims ; l’autorité militaire ayant décidé que le premier départ de chaque jour serait accompagné de plusieurs notables de la ville ou des communes voisines, celui-ci proposait au maire la solution suivante : « Pour ne pas obliger des personnes à un déplacement onéreux ou sans utilité pour elles personnellement, il pourra être accordé des transports gratuits à des personnes que leurs affaires appelleraient à Reims. […] j’aurai besoin de me concerter avec vous sur le mode à adopter pour régulariser la désignation ou le choix des personnes auxquelles il sera remis des cartes de transport gratuit44. » La municipalité protesta tout en reconnaissant « la modération des termes employés par M. le sous-préfet » et « l’adoucissement qu’il a bien voulu chercher à apporter dans le mode d’exécution45 ». Certains « otages » désignés ou volontaires purent en outre se soustraire à cette contrainte, comme le suggère le journal de l’un d’entre eux, Charles Maciet : « Rien de plus facile, du reste, que de ne pas faire le voyage du tout. Il suffit de s’arranger pour dix ou vingt francs avec un remplaçant. Les officiers acceptent toute personne qui se présente sans en rien dire au commandant46. »

19Les récits et les histoires de la guerre de 1870 ont fait une large place au topos des otages sur les trains pour stigmatiser la « barbarie » de l’ennemi et magnifier la résistance et le courage des municipalités. Cet épisode est donc doublement intéressant en ce qu’il révèle à la fois les arrangements entre occupés et occupants et l’enjeu mémoriel que constituent les relations entre le vaincu et le vainqueur. Il en est un autre qui présente le même intérêt : les demandes – aux maires toujours – par l’autorité allemande des listes de « conscrits ».

  • 47 La portée de ces levées dans les territoires occupés est à nuancer fortement. Il est beaucoup d’en (...)
  • 48 Ordonnance concernant la conscription, MOGGR, no 5, 2 novembre 1870.
  • 49 AM Metz, 2H/b214, Copie d’une lettre de la Commission civile de l’Alsace au préfet du département (...)
  • 50 On nuancera pour les départements de l’Est cette affirmation d’Olivier Berger au sujet de la parti (...)
  • 51 AD Aisne, AC Laon, 4H 7.
  • 52 AD Haute-Marne, E-dépôt 3980, Registre de correspondance de la mairie d’Arc-en-Barrois, f° 45, let (...)

20Alléguant le grand nombre de personnes qui rejoignaient l’armée française depuis les territoires occupés par suite des levées ordonnées par le gouvernement de la Défense nationale47, les préfets des différents départements sous tutelle allemande envoyèrent aux édiles l’ordre de dresser la liste des personnes appartenant à leurs communes et sujettes à la conscription, tant pour l’armée que pour la garde nationale mobile, puis exigèrent des listes des hommes de moins de 46 ans48, ou des hommes valides de 17 à 40 ans49. Il fallait s’exécuter aussitôt sous peine des mesures les plus rigoureuses. Or les maires qui n’ont pas obéi tout de suite ont pu différer très longtemps cet ordre, voire s’en affranchir complètement50. Ce fut notamment le cas à Laon, pourtant préfecture allemande, qui, ainsi que les vingt-deux communes de son canton, ne donna jamais suite à cette « pressante » demande datée du 27 octobre, maintes fois réitérée et assortie de menaces diverses par le fonctionnaire allemand en résidence dans cette ville51. La résistance obstinée du maire d’Arc-en-Barrois qui qualifiait « la question de la conscription soulevée par l’ennemi » de « monstruosité », en est un autre exemple remarquable puisque celui-ci parvint à s’entendre avec les maires de son canton pour protester conjointement et démissionner – ce qui fut refusé – en précisant au préfet allemand : « Si des maires assez complaisants se rencontrent pour trahir leur pays et obéir à la pression de vos ordres, prenez-les. » Deux maires sur les onze signataires envoyèrent in fine la liste quand la menace d’une intervention militaire se fit plus précise en février 187152.

  • 53 En l’absence de documents allemands plus précis que les circulaires de rappel envoyées par les pré (...)

21Cette absence de réaction de l’autorité allemande, mis à part l’envoi répété de lettres comminatoires non suivies d’exécution, pose question : bien que beaucoup n’aient voulu voir là qu’une preuve de la fermeté des maires face aux exigences allemandes, il semble plus pertinent de souligner la « molle » détermination des fonctionnaires allemands à obtenir ces listes des édiles récalcitrants. S’ils avaient mis à exécution leurs menaces, ou tout au moins si celles-ci étaient apparues comme immédiatement sérieuses aux maires, sans doute les listes des communes seraient-elles plus rapidement parvenues sur le bureau des fonctionnaires allemands53.

22Les maires ont composé avec leurs différents interlocuteurs et leurs différentes exigences, ainsi qu’avec les libertés ou assouplissements qu’ils pouvaient consentir, certains avec plus d’habileté que d’autres, certains en jouant les uns contre les autres. Tout cela dans un dispositif d’occupation qui avait pour principaux objectifs d’assurer la sécurité des troupes, de pourvoir à leur ravitaillement et de lever des de contributions. Si elle fit montre de bien peu d’ardeur à collecter les listes de conscrits, en revanche l’administration allemande n’abandonna pas aussi aisément les exigences pécuniaires et matérielles qu’elle n’eut de cesse d’imposer aux municipalités tout au long de la guerre, et que celles-ci négocièrent inlassablement.

Petit précis d’exploitation économique

  • 54 Émile Chantriot, L’administration des départements envahis en 1870-1871, Paris, Berger-Levrault, 1 (...)
  • 55 MOGGR, no 11, 3 décembre 1870. Dans la Meurthe, les « sous-préfectures, ayant été reconnues inutil (...)

23Le système d’occupation allemand reposait tout entier sur la collaboration bon gré mal gré des maires. Dans ce dispositif, ceux des chefs-lieux de canton jouèrent un rôle aussi inconfortable qu’il était indispensable à l’occupant, celui « d’intermédiaires forcés entre l’autorité prussienne et leurs collègues des communes rurales54 ». Officiellement « délégués pour faire exécuter dans toutes les communes rurales de leurs cantons respectifs les décisions de l’autorité supérieure concernant l’administration publique et le recouvrement des impôts55 », les maires des chefs-lieux durent se livrer à une triple négociation permanente : avec l’occupant tout d’abord, leurs administrés d’autre part et enfin les maires de leur canton. Ce dernier front ne devait d’ailleurs pas s’avérer le moins délicat.

24Qu’il s’agisse des contributions de guerre que l’ennemi imposa dès son installation dans les localités de quelque importance, ou de celles qu’il imposa ultérieurement pour les motifs les plus divers – de l’indemnisation des Allemands expulsés jusqu’à la dépense de l’éclairage au gaz de l’armée allemande devant Paris –, ou encore de celle qu’il substitua dans les départements occupés aux impôts ordinaires, toutes firent l’objet d’une importante correspondance entre l’occupant et des maires qui les négociaient à la baisse et faisaient valoir, outre l’absurdité du mode de répartition ou de calcul de la somme exigée, l’impossibilité matérielle d’y pourvoir. Ce « jeu » avait ses règles, bien comprises des contemporains :

  • 56 Armand Surmont, « Les Allemands dans la Sarthe. Rapport fait au nom de la Commission chargée de di (...)
  • 57 Ibid., p. 260.

« Le Prussien sait bien que la commune est en effet hors d’état de payer même la moitié de ce qu’il a demandé. Et alors commencent les négociations entre lui qui cherche à avoir le plus d’argent possible, et elle qui se défend de son mieux56. » « Ce qui nous frappe le plus peut-être […] c’est ce procédé de marchandage éternellement employé sous toutes les formes ; cette manière de fixer la contribution à un chiffre qu’on sait trois ou quatre fois supérieur aux ressources de la commune, de façon à pouvoir présenter la fixation ultérieure à un chiffre moindre comme une gracieuseté, et à obtenir, dans tous les cas le maximum de rendement dont la localité est susceptible57. »

  • 58 « Nos ennemis emploient des ruses grossières qui ne peuvent vous tromper. […] Ils exécutent ainsi (...)
  • 59 « Au terme de l’armistice […], les autorités allemandes ont pris l’engagement de n’entraver en rie (...)

25Les spectaculaires et quasi systématiques réductions accordées par l’autorité allemande sur des contributions démesurées qu’elle avait imposées relèvent sans doute bien plus de ces « gracieusetés » feintes décrites ci-dessus que des talents de négociation des municipalités : de cinq cent mille francs, Épinal vit sa contribution ramenée à cent mille, Épernay de quatre cent mille à deux cent mille, Le Mans de quatre millions à un million et demi… Quand les sommes ou les produits exigés n’étaient pas négociables, les maires cherchèrent à différer les paiements ou les livraisons, se contentant de fournir des fractions à titre d’avance et négociant des délais pour le complément. Cette stratégie d’inertie58 fut particulièrement employée par les édiles pour ne pas acquitter l’impôt allemand, dont la levée souffrit des retards considérables qui eurent pour conséquence l’augmentation de la contrainte exercée sur les maires lors de la période d’armistice. En effet, à partir de la fin du mois de janvier, quelques jours avant la suspension des hostilités, une guerre d’usure et de juristes commença entre les gouverneurs généraux pressés de faire rentrer les deniers municipaux qu’ils considéraient comme leur étant dus et les municipalités qui arguaient de clauses de l’armistice pour ne pas céder59.

  • 60 Relatives à l’exécution des préliminaires de paix signés à Versailles le 26 février 1871.
  • 61 AM Soissons, 4H 7, lettre du 15 mars 1871. Le texte cité est un ajout ultérieur de dernière minute (...)

26L’état de paix, effectif le 3 mars 1871, date de promulgation de la ratification des préliminaires de paix, transféra la charge de l’occupation au gouvernement français. Selon les articles 4 et 8 du traité, « les troupes allemandes s’abstiendront de faire des réquisitions, soit en argent, soit en nature, dans les départements occupés » et « la perception des impôts s’opérera pour le compte du Gouvernement français et par le moyen de ses employés ». Les modalités d’entretien des troupes allemandes en France ayant été reportées à une entente ultérieure, les réquisitions ne cessèrent qu’après les conventions de Ferrières du 11 mars60. Quant aux impôts, s’il ne pouvait plus en être exigé de nouveaux, les Allemands s’employèrent à recouvrer ceux qui avaient déjà été réclamés aux maires en les assortissant d’amendes et de pénalités de retard. Le 16 mars 1871, à la faveur d’une énième convention relative aux impôts et aux contributions, les édiles virent leur stratégie enfin récompensée. Ayant échappé grâce à ce texte à des arriérés de paiements, le président de la commission municipale de Vic-sur-Aisne manifesta sa satisfaction à son homologue du chef-lieu de canton : « Nous avons la lettre de la convention relative à l’impôt 1871. Nous devons nous féliciter et vous féliciter particulièrement d’avoir mis un médiocre empressement à payer61. »

27Dans cette lutte contre les prétentions ennemies, les maires se sont trouvés bien seuls. Le gouvernement français, saisi de la question par eux, ne put que leur recommander l’attitude que beaucoup avaient spontanément adoptée pendant toute la durée de la guerre :

  • 62 ANF, F1c I 131, lettre du baron Napoléon de Ring, commissaire pour l’armistice, 8 mars 1871. Pragm (...)

« Dans le cas où les autorités allemandes […] réclameraient sous le nom d’impôts des sommes indues ou qu’elles frapperaient, sous le prétexte d’alimentation des troupes, des réquisitions arbitraires, les communes auraient à protester. Mais le Gouvernement les invite à céder à la force et même devant des menaces sérieuses, pour éviter des malheurs irréparables62. »

  • 63 AM Saint-Quentin, 4 H 22, circulaire du 13 mars 1871.
  • 64 Précisons également que les prises d’otages opérées par l’occupant pour décider les communes récal (...)
  • 65 Voire un préfet français, comme ce fut le cas dans la Côte-d’Or où l’action de Luce-Villard est à (...)

28La formulation de cette réponse était des plus malheureuses, le maire de Laon, Vinchon, qui exerçait alors les fonctions de préfet provisoire le comprit bien, qui envoya une circulaire confidentielle dans laquelle il exposait que « la communication de cette pensée […] doit être faite et reçue avec discrétion dans la crainte que si l’autorité allemande avait connaissance du conseil donné de céder à la force, elle n’en vînt à recourir plus facilement aux moyens de force63 ». Or il faut bien remarquer que l’autorité allemande n’a effectivement, dans le cadre de l’exploitation économique des territoires occupés, pas recouru fréquemment à la force annoncée, différant le plus souvent l’exécution militaire de la commune par l’envoi d’une nouvelle lettre de menace64. Le système mis en place fonctionnait plus sur l’intimidation que sur l’exécution. Ce qui décidait bien souvent un maire à payer65, c’était le risque immédiat – ou supposé tel – de l’envoi de garnisaires supplémentaires si la commune logeait déjà des troupes, ou d’une garnison quand celle-ci n’en hébergeait pas encore, ainsi qu’en témoigne cette lettre adressée par le maire de Guise à son homologue d’Aisonville, le 3 mars 1871 :

  • 66 AD Aisne, AC Aisonville et Bernoville. Je souligne. En territoire occupé, le maire de Lunéville, à (...)

« Pour vous éviter l’occupation militaire prussienne, la ville de Vervins a bien voulu verser pour le compte de votre commune six francs, au sous-préfet prussien, pour le prix de l’abonnement au moniteur de son gouvernement que vous avez reçu ou non, peu importe.
Ce paiement a eu lieu au moment où les troupes étaient rassemblées et prêtes à partir pour venir dans le canton de Guise66. »

  • 67 Armand Surmont, op. cit., p. 270.

29La somme en jeu ici paraît ridicule ; elle est en réalité très révélatrice. Elle témoigne de la comptabilité sourcilleuse de l’administration allemande, tenue au centime près malgré l’arbitraire des sommes exigées, et à jour malgré les multiples amendes et pénalités de retard. En outre, elle met en lumière le principe de paiement différé adopté par les maires afin de se soustraire aux exigences même les plus minimes de l’ennemi. Enfin, elle illustre bien le « système de solidarité par échelon qui rend le canton responsable de la commune, l’arrondissement du canton67 ». Une solidarité imposée par l’occupant qui se révéla fort complexe à mettre effectivement en œuvre entre occupés et fit nombre de mécontents.

  • 68 À ce sujet, voir Guillaume Parisot, L’invasion et l’occupation allemande, op. cit., p. 129-130. La (...)

30La moindre des obligations qui échurent aux maires pendant l’occupation ne fut sans doute pas celle de devoir s’arranger avec leurs propres concitoyens ou leurs homologues. La répartition des logements, la collecte des contributions, de l’impôt, des réquisitions sont autant de domaines propres à détourner la grogne contre l’occupant vers son intermédiaire désigné et à susciter des rancunes tenaces. Pour réunir les fonds nécessaires au paiement des contributions ou des impôts, les municipalités recoururent à divers procédés, variables d’une commune à l’autre : paiement anticipé des impôts français, souscriptions, emprunts libres ou forcés auprès d’établissements ou de leurs administrés. Des maires assumèrent sur leurs fonds propres certaines charges financières. Les emprunts, quand ils étaient libres et rémunérés, purent même s’avérer assez lucratifs pour ceux qui y prirent part68, c’était là un moyen commode de s’assurer la collecte de la somme demandée en faisant le moins de mécontents. Au contraire des répartitions, procédé qui eut cours à Saint-Dié et donna lieu le 31 décembre à une réunion houleuse, ouverte par une longue allocution du maire qui s’employait à fléchir les récalcitrants, remarquable illustration de la rhétorique de petit patriotisme, :

  • 69 Henri Bardy, « Saint-Dié pendant l’administration prussienne dans les Vosges (14 octobre 1870-25 a (...)

« Dès à présent, on reconnaît que les vrais patriotes ne sont pas toujours ceux qui critiquent et déblatèrent constamment et s’accommoderaient fort de ne jamais payer ni de leur argent ni de leur personne […] ; mais bien ceux qui, dans un sincère désintéressement et par véritable affection pour leurs concitoyens, se résignent à subir pour eux et à faire accepter aux autres des mesures contre lesquelles leur cœur proteste et leur dignité se révolte, mais auxquelles ils se soumettent pour ne pas attirer de plus grands malheurs sur les milliers d’existences qui leur sont confiées.
Si donc – ce que j’aime à ne pas prévoir – il se trouvait dans cette enceinte quelques récalcitrants imbus d’un patriotisme ombrageux et étroit ou de dissentiments persistants, tout en leur reconnaissant le droit de se soustraire individuellement à la charge commune, je leur dénierais celui d’engager et de compromettre la liberté des autres, en faisant subir à leurs compatriotes les tristes conséquences d’une résistance injustifiable. Et comme il serait peu logique et peu généreux de faire retomber sur la tête d’autrui la punition de leurs propres actes, je leur proposerais d’aller à Épinal, leur protestation en mains, en guise de fusils que nous n’avons plus, signifier carrément au préfet prussien leur résolution de résister quand même à toutes ses injonctions, mais de le sommer en même temps de ne faire retomber que sur eux l’inévitable répression qui suivrait de près leur protestation.
Comme je ne pense pas que mon invitation entraîne un grand nombre d’adhérents, je m’empresse de rentrer dans la question69. »

  • 70 Ibid., p. 140. Lettre retranscrite par l’auteur de l’article qui indique en note « Arch. municip. (...)
  • 71 Plus ou moins rigoureusement avéré selon les cas et les municipalités.

31Il se trouva malgré tout quelques « faux patriotes » dont l’un écrivit au maire « qu’il était plus que jamais dans l’intention de refuser l’argent de la nouvelle contribution imposée jusqu’à ce que la force brutale de l’invasion l’y ait contraint70 ». En cédant à une logique de sauvegarde qui le poussa à verser la contribution pour éloigner de sa ville les soldats ennemis, le maire prêta le flanc à la critique de ceux de ses concitoyens qui renâclaient à payer leur écot tant que la menace ne leur semblait pas pressante. En l’absence de fusils allemands devant lesquels céder – on n’en vit que très peu dans certaines communes, voire pas du tout –, le maire apparaît comme l’exécutant trop zélé d’un occupant qui se contente d’envoyer ses exigences par courrier. Quand celui-ci est bel et bien présent, c’est la question du logement qui cristallise les mécontentements et déclenche de vives protestations de la part de la population. Rapidement en effet, face à l’anarchie du logement des troupes allemandes, les maires instaurèrent, en accord avec les chefs de garnison, une répartition plus juste et des rotations. Des classes de logeurs furent alors créées dans lesquelles on inscrivait les habitants selon leur état de fortune71. La responsabilité assumée par les maires de répartir le logement militaire dans un souci d’apaisement et de plus grande équité eut pour conséquence de déplacer une part de l’animosité des hébergeurs forcés vers les municipalités qui édictaient les bons de logement : des membres des commissions de répartition furent pris à partie par des mécontents et les lettres de réclamation ou dénonciation de l’état de fortune du voisin se multiplièrent.

  • 72 AM Soissons, 4H 7, lettre du maire de Soissons au sous-préfet, 17 novembre 1870.
  • 73 À Vervins notamment, cf. Pierre Defoug, op. cit., p. 43 ; ou à Aÿ où l’on signala « jour par jour (...)
  • 74 AD Vosges, AC Dommartin, ED 150/5H 5, lettre du maire de Remiremont au maire de Dommartin, 26 déce (...)
  • 75 AM Lunéville, 2D3 28, 11 novembre 1870.

32Les mêmes mécanismes jouèrent entre les municipalités rurales et leur chef-lieu. Quand leur position hors des voies de grande communication les mettait à l’abri du passage et du logement des troupes, il leur était assez pénible de prendre part aux réquisitions et de s’acquitter de leur quotepart dans les contributions ou de l’impôt allemand à payer au chef-lieu. Le consensus n’était pas plus aisé à trouver entre homologues qu’avec les administrés. Après avoir rappelé aux préfets allemands qu’ils n’avaient pas autorité sur leurs homologues du canton72, des maires de chefs-lieux en vinrent à fournir la liste des communes récalcitrantes à l’autorité d’occupation73. Certains prirent très au sérieux le rôle nouveau qui leur était dévolu : ainsi le maire de Remiremont dans les Vosges qui s’adressait à ses homologues du canton en qualité de « maire cantonal » pour relayer les exigences de l’ennemi74 ou celui de Lunéville qui, en « priant » le préfet allemand de bien vouloir lui signaler les communes de son canton qui seraient retardataires pour la remise des listes de conscrits, lui signalait que « l’administration française n’a[vait] jamais pu obtenir de promptes réponses des maires de campagnes et [que] les maires de canton ont à lutter contre la même difficulté75 ».

  • 76 « 4 de l’intégralité des sommes avancées, 3 de parties de ces sommes. » AD Aisne, AC Burelles, 4H (...)
  • 77 BM Soissons, Fonds Périn 2070.
  • 78 AD Doubs, EAC 2759 H14.
  • 79 AD Doubs, 5K 109.

33Ce système était particulièrement bénéfique à un occupant qui s’épargnait ainsi la collecte dans les localités qui coopéraient avec leur chef-lieu et ne devaient envoyer des troupes que dans celles qui s’y refusaient. Les comptes rendus de réunions et les correspondances entre les maires des chefs-lieux de canton et ceux des communes trahissent des négociations laborieuses pour parvenir à des arrangements qu’il fut parfois bien difficile de faire respecter et qui se conclurent pour certains devant les tribunaux. La proportion de communes ayant accepté le principe de solidarité dans les contributions cantonales devant la menace de l’invasion et qui renâclèrent ensuite à honorer les dettes contractées auprès du chef-lieu qui avançait bien souvent les sommes, est loin d’être négligeable : en novembre 1873, sur les vingt-quatre communes du canton de Vervins, sept restaient débitrices de la ville76 ; la ville de La Fère, quant à elle, obtint la même année gain de cause devant le tribunal civil de Laon contre les quatre communes – le canton en compte vingt-six – qui refusaient de payer leur quotepart au motif que « les présidents des commissions municipales n’avaient pas qualité pour engager leurs communes » et « que leur consentement n’avait pas été libre77 ». En août 1872, la municipalité de Vercel, dans le Doubs, voulut traduire en justice les sept communes de son canton qui lui étaient encore débitrices78 et Baume-les-Dames fut autorisée, suite à un décret en Conseil d’État approuvé le 7 mai 1873, à ester en justice contre onze récalcitrantes afin d’obtenir « le remboursement de leur contingent dans la contribution de guerre de 64 000 francs, payé par ladite ville, à leur décharge à l’armée allemande79 ». Comme à Lunéville où le maire rappelait la traditionnelle inertie des communes rurales de son canton, on perçoit, dans l’argumentation du maire de la commune rurale de Bretigney, refusant de reconnaître sa dette envers Baume, un antagonisme qui préexistait à l’état de guerre :

  • 80 Ibid., lettre du maire de Bretigney au sous-préfet, 2 mai 1872. Souligné par le scripteur.

« À l’époque indiquée, nous ressentions trop vivement nos propres souffrances pour songer à celles d’autrui.
[…] Je n’ai pas l’habitude de me mêler de ce qui ne me regarde pas. Je me suis occupé uniquement des affaires de ma commune, et j’ajouterai qu’au moment où les Prussiens nous rançonnaient je n’ai demandé ni avis ni secours aux gens de Baume. […]
Enfin la ville de Baume nous avertit qu’il n’y a pas à discuter. Elle ne nous laisse pas ignorer que si nous ne reconnaissons pas la dette, elle sera inscrite d’office.
Ces menaces auraient de quoi nous effrayer si nous étions riches, mais notre pauvreté bien connue nous met à l’abri. Notre caisse communale est ordinairement vide et rien ne fait présager qu’elle se remplira de sitôt80. »

34Pour laborieux qu’ils aient été, les arrangements trouvés entre occupés en présence de l’occupant ont permis de réunir, même partiellement, les sommes ou réquisitions qu’il exigeait sans qu’il ait eu à recourir aux mesures de rigueur promises et en lui épargnant d’avoir affaire à chacune des communes des cantons.

*

35Afin de sauvegarder les intérêts de leurs communes, les maires se sont affranchis à l’arrivée de l’ennemi des directives du gouvernement de la Défense nationale, intenables en territoire occupé. Parfois même ont-ils, pour éloigner les troupes et se prémunir d’une occupation physique, acquitté des contributions exigées par les délégués des gouvernements généraux allemands dont la principale tâche était précisément la perception des différentes charges imposées aux pays occupés. En ce sens, les listes de conscription jamais remises et les aménagements consentis dans l’exécution du service d’accompagnement des trains, les importantes réductions accordées ainsi que les retards de paiement non suivis d’exécution ne doivent pas occulter un bilan tout à fait satisfaisant en matière de rentrée des contributions et des réquisitions, véritable priorité de l’administration allemande, tout comme l’était la non résistance des communes. La différence saisissante dont purent après la guerre se prévaloir les municipalités entre le montant des contributions ou réquisitions exigées par les Allemands et les sommes réellement acquittées par elles procède de la marge de négociation consentie par un occupant qui était conscient de l’importance des maires dans son dispositif, et qui pouvait dans un apparent souci d’arrangement revoir à la baisse des prétentions qu’il exagérait à dessein ; tout ceci en recourant peu aux démonstrations de force pourtant maintes fois promises. Ce n’est pas le moindre succès de cette administration d’occupation qui ne disposait pas d’effectifs considérables mais qui joua habilement de la solidarité imposée entre communes d’un même canton et trouva chez les maires des auxiliaires précieux qui contribuèrent à « normaliser » l’occupation au point de devenir les cibles d’une partie du mécontentement que celle-ci pouvait engendrer parmi les habitants.

36Pendant toute la durée de l’occupation, sous prétexte de protéger les populations, les maires ont en effet garanti une relative tranquillité aux troupes occupantes et facilité leur action en intervenant dans de nombreux domaines : simplification du ravitaillement, mise à disposition d’hommes, de fournitures, organisation du logement, maintien de l’ordre, lutte contre le chômage, et surtout pacification des rapports entre occupants et occupés.

  • 81 « Je ferai remarquer à M. le maire que si je demande une réciprocité de bons procédés, cela est to (...)

37Dans ce dispositif qui reposait sur la soumission et la coopération des municipalités, l’importance des autorités locales d’occupation doit être soulignée. Leur capacité à laisser aux maires un espace de négociation, à assouplir les directives officielles et à accepter des arrangements, fut un des principaux facteurs de pacification. Par la suite, l’occupation de garantie, quoique régie par des conventions précisant les limites dans lesquelles s’exercerait l’autorité allemande dans les territoires dont l’administration était rendue aux vaincus, devait encore montrer combien la personnalité des chefs locaux pouvait influer sur la situation des occupés81.

Carte. 1. – Territoires français occupés par les armées allemandes à la fin du conflit (février 1871).

Notes

1 Cf. Stéphane Audoin-Rouzeau, 1870 : la France dans la guerre, Paris, A. Colin, 1989, p. 264-265 ; Claude Farenc, Problèmes de l’occupation allemande en Champagne, 1870-1873, thèse de IIIe cycle, université de Paris i, 1976, 3 vol., t. 2, p. 527 et suiv. ; François Roth, La guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990, p. 386.

2 Aube, Ardennes, Côte-d’Or, Doubs, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Haute-Saône, Vosges.

3 AM Saint-Quentin, 4H 22, placard, 27 octobre 1870.

4 AM Soissons, 4H 4, placard, 28 octobre 1870.

5 Ibid., Registre de délibérations du conseil municipal (désormais RDCM), 27 novembre 1870.

6 Le Progrès de l’Aisne, 22 novembre 1870.

7 Recueil des actes administratifs de la Préfecture de l’Aisne, no 1, 15 décembre 1870.

8 Moniteur officiel du Gouvernement général à Reims (désormais MOGGR), no 8, 16 novembre 1870.

9 MOGGR, no 6, 25 janvier 1871.

10 « Le président de la Commission municipale de Vervins est venu me déclarer qu’en réponse à une circulaire arrivée le matin de la préfecture allemande de Laon signée du baron de Londsberg [sic] et imposant d’une contribution de 30000 frs canton de Vervins exigible dans les trois jours le conseil municipal avait décidé de se rendre à l’invitation a nommé une commission dont l’unique but était d’aller demander à Laon réduction. » ANF, F7 12674/Aisne, télégramme du sous-préfet de Vervins au ministre de l’Intérieur.

11 Voir à ce sujet Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), Les ressources des faibles. Neutralités, sauvegardes, accommodements en temps de guerre (XVIe-XVIIIe siècle), Rennes, PUR, 2009. Qu’on songe également à cette démarche des « grandes fortunes » de Crépy qui « se seraient cotisé[e] s et auraient ainsi réuni une certaine somme […] destinée à être remise aux Barbares qui nous envahissent, lors de leur apparition dans cette localité. » ANF, F1ciii Aisne 15, lettre du 16 septembre 1870 au ministre de l’Intérieur.

12 « En Côte-d’Or, où – selon Éric Bonhomme – l’assistance à l’occupant est érigée en système », le sous-préfet de Sémur laissait ravitailler Dijon occupé afin de préserver son arrondissement : « Dijon a contracté l’engagement d’entretenir 20 000 Prussiens et de faire circuler des réquisitionnaires de bétail, fourrage, denrées ; ce que vous avez interdit au profit de l’ennemi tend à se faire en grand pour les réquisitions de Dijon. Nos cultivateurs conduisent leurs animaux, denrées, etc., aux réquisitionnaires de la ville. Je ne crois pas devoir les arrêter quand ils sont munis de commissions de la ville, mais bien des personnes s’émeuvent et me disent que je fournis, en somme, les Prussiens, à qui je ferais ainsi passer nos ressources. Je réponds que si nos pays refusent à Dijon, Dijon ne pourra pas s’exécuter vers l’ennemi, qui prendra le parti de venir chez nous et nous prendra sans payer, ce que Dijon nous paie pour lui. Que nous précipiterions le moment où nous serons exploités par lui. Nos gardes nationales, nos populations ne sont pas organisées, armées pour la défense et nous serons un peu plus tôt écrasés, envahis, tandis qu’autrement le mal se localisera peut-être à Dijon et dans ses environs… » Cité par Éric Bonhomme, La République improvisée : l’exercice du pouvoir sous la Défense nationale, 4 septembre 1870-8 février 1871, Saint-Pierre-du-Mont, Eurédit, 2000, p. 314.

13 Pierre Defoug, Vervins pendant la guerre de 1870-1871 d’après le carnet de notes de M. Eugène Blanquinque Président de la Commission Municipale de Vervins, Vervins, Société archéologique, 1940, p. 15.

14 Ibid., p. 19.

15 « Certains maires n’hésitaient pas à devancer les désirs ennemis en servant de relais pour les réquisitions » note Stéphane Audoin-Rouzeau qui cite à l’appui de cette réflexion le vice-président du conseil de préfecture des Vosges, faisant office de préfet, qui signale le 27 octobre 1870 que « certaines communes plus rapprochées des points occupés cèdent aux réquisitions de par la faiblesse des maires ». Stéphane Audoin-rouzeau, op. cit., p. 211. L’exemple suivant est un peu particulier car il concerne le département du Doubs, non compris dans l’armistice, mais il montre bien l’existence de cette zone mouvante dans laquelle les municipalités sont susceptibles de se soumettre au futur occupant, et ce, jusqu’en présence de l’armée française. Le maire d’Aveney ayant fait part au quartier général français situé à 2,5 km de sa commune que son homologue du chef-lieu venait de lui apprendre que le canton était imposé par le général commandant l’armée prussienne d’une somme de 235 000 francs à verser dans les trois jours, le général français lui fit remarquer qu’Aveney « étant occupée par des troupes françaises ne peut-être soumise à aucune contribution de guerre de la part de l’ennemi ». AD Doubs, AC Aveney, EAC 4809/H10, lettre du 13 février 1871. Où l’on mesure la confiance qu’inspirait alors l’armée française aux maires, et la protection qu’ils pensaient pouvoir en attendre.

16 Ou celui de la commune d’Omissy dont la municipalité a déclaré dans sa séance du 13 novembre 1870 « qu’un percepteur français ne [pouvait] percevoir les impôts qu’avec une autorisation du Préfet prussien de l’Aisne » alors même que, selon le préfet français, celle-ci « n’a jamais été occupée par les Prussiens ». ANF, F1b II Aisne 18.

17 Pierre Defoug, op. cit., p. 16.

18 « J’avais lu dans les journaux la critique des proclamations des maires de Mulhouse, de Nancy et de Châlons, et je m’étais bien promis, quoi qu’il dut m’en coûter, de garder le silence. En présence cependant de l’impossibilité matérielle évidente de résister à une armée considérable, en présence de l’agitation de la foule qui ne semblait pas comprendre la situation et faisait entendre des cris de colère, entouré de mes collègues du Conseil qui se pressaient autour de moi, comme pour combattre toute hésitation, je rédigeai la proclamation suivante. » Simon Dauphinot, Souvenirs du maire de Reims pendant la guerre franco-allemande, Henri Labbé de La Mauvinière (éd.), Reims, L. Michaud, 1904, p. 36.

19 À Dreux, où « désobéissant aux ordres du sous-préfet [français], le maire a couru au devant de l’ennemi pour s’empresser de lui promettre d’obtempérer à la réquisition exigée d’avoine et de logement ». Pierre Allorant, Le corps préfectoral et les municipalités dans les départements de la Loire moyenne au XIXe siècle (1800-1914), Orléans, Presses universitaires d’Orléans, 2007, p. 361.

20 Dans l’arrondissement de Montbéliard, où le maire de cette ville s’est « rendu au quartier général des troupes allemandes et que d’accord avec neuf cantons environnant Belfort, il avait été convenu, […] qu’on fournirait des provisions à l’ennemi afin qu’il n’aille plus dans les villages pour les réquisitions ». AD Doubs, M753, lettre du maire de Saint-Julien-les-Montbéliard au préfet, 26 novembre 1870.

21 AM Épinal, RDCM, 15 octobre 1870.

22 Ibid., 4H 2.

23 AM Soissons, RDCM, 24 novembre 1870.

24 « Dans une conjoncture aussi mouvante et difficile, où est l’intérêt général ? Faut-il céder à l’ennemi ? Faut-il lui résister pied à pied ? La marge est étroite, parfois inexistante. » François Roth, op. cit., p. 386.

25 Leurs proclamations sont publiées dans les Moniteurs officiels des gouvernements généraux. Voir not. MOGGR, no 1, 10 octobre 1870.

26 Qu’on ne s’y méprenne pas, il y avait bien entendu parmi ces auxiliaires des militaires qui occupaient provisoirement des fonctions au sein de ces gouvernements.

27 Diancourt note que le comte d’Irsch, sous-préfet de Reims « apportait dans ses fonctions une réserve et un esprit de conciliation qui le rendait un peu suspect au parti militaire prussien ». Victor Diancourt, Les Allemands à Reims en 1870. Aperçu historique, Reims, F. Michaud, 1883, p. 90.

28 L.-M. Petit, Histoire d’Épernay et de l’invasion 1870-1871 dans l’arrondissement, Épernay, Impr. du Courrier du Nord-Est, 1898, t. 2, p. 312.

29 Car il y en eut, contrairement à ce qu’affirme Pierre Milza lorsqu’il évoque « Gambetta [qui] avait rigoureusement interdit aux représentants de l’administration française, préfets, sous-préfets et fonctionnaires d’un rang subalterne, de servir l’occupant : consigne étendue aux employés de poste, aux cheminots et qui fut strictement observée », Pierre Milza, « L’année terrible », t. I, La guerre franco-prussienne, septembre 1870-mars 1871, Paris, Perrin, 2009, p. 358. À titre d’exemple, lors de sa prise de fonction comme préfet de l’Aisne, Achard ne trouve « aucun employé », ceux-là étant « tous à Laon travaillant tous sous les ordres du Préfet Prussien ». Lettre de Benoît Wulveryck à sa femme, Saint-Quentin le 10 novembre 1870, dans Victor Boca, Benoît et Mathilde Wulveryck, Saint-Quentin pendant la guerre de 1870-1871 d’après les lettres recueillies par leur arrière-petit-fils Jean-Marie Boulanger, manuscrit, 1985, AM Saint-Quentin. Le scripteur grossit vraisemblablement le trait, il n’en demeure pas moins que des fonctionnaires français travaillèrent à la préfecture allemande de Laon, alors que la préfecture française, d’abord établie à Saint-Quentin en raison de l’invasion, se replia ensuite dans le Nord. À ce sujet nous nous permettons de renvoyer le lecteur à Guillaume Parisot, L’invasion et l’occupation allemandes dans le département de l’Aisne (septembre 1870-octobre 1871), mémoire de master 2, Jean-François Chanet (dir.), université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2009, p. 103-112.

30 L.-M. Petit, op. cit., p. 238-239.

31 Ce que cette déclaration du maire de Lunéville illustre remarquablement : « Je ne devais pas recevoir de nomination des dignitaires représentant S. M. le Roi de Prusse, à cette condition, je pouvais être Maire à titre Français, comme ceux que l’invasion avait trouvés en fonction et sans compromettre en rien ma nationalité. » AM Lunéville, 2D3 28, lettre du 28 novembre 1870 au préfet allemand de la Meuse.

32 Manuel de droit international à l’usage des officiers de l’armée de terre, Paris, J. Dumaine, 1877, p. 97-99. Je souligne.

33 Le major von Lingk, dans ses Souvenirs d’un commandant d’étapes en France de 1870 à 1873 évoque sans ambages l’importance des maires dans le dispositif d’occupation mis en place par les Allemands. Il préconise notamment qu’« à moins d’être contraint à agir autrement, il faut autant que possible, en territoire ennemi, maintenir les autorités administratives en fonctions, du moins lorsqu’elles consentent à se plier à la volonté du vainqueur ». Et de souligner qu’« autant que le permettaient les lois de la guerre, [le Gouverneur général de Reims] avait laissé l’administration de la police aux maires, mesure qui avait donné de bons résultats ». Baron von Lingk, Souvenirs d’un commandant d’étapes, 1870-1873. Le service des étapes à la IIIe armée et pendant la période de l’occupation allemande, R. Chapelot et Cie, 1909, p. 16 et 18.

34 Cf. Claude farenc, op. cit., p. 529.

35 « La plupart [des préfets allemands] n’ont pas laissé que de mauvais souvenirs. Autant qu’ils le pouvaient, ils ont cherché à atténuer le caractère déplaisant de leur fonction. » François Roth, op. cit., p. 384.

36 L.-M. Petit, op. cit., p. 241-242, 247-249 et 313. À Lunéville, la municipalité écrivait au préfet allemand le 19 novembre 1870 qu’« elle se souviendra avec gratitude […] que [son] opinion a été dès le premier moment favorable à sa cause » et l’assurait qu’« elle continuera à satisfaire de tout son pouvoir aux charges journalières, bien lourdes malgré les allègements qu[’il] cherche à lui procurer ». AM Lunéville, 2D3 28.

37 AM Troyes, 4S 1, lettre du 22 mars 1871. Le préfet allemand remerciait notamment « les maires et les membres des conseils municipaux du concours qu’ils [avaient] bien voulu [lui] prêter dans l’intérêt de leurs administrés, ainsi que tous ceux qui [lui] avaient témoigné leur bienveillance personnelle ». AD Aube, RAA no 12 bis, 18 mars 1871. Quant au préfet des Vosges, il ne put « quitter les Vosges sans témoigner à ses habitants [sa] vive reconnaissance pour la tenue digne, conciliante et confiante avec laquelle la majorité prédominante du pays a contribué à faciliter la marche des affaires et, de la sorte, à amoindrir les maux inévitables de la guerre. Je m’adresse, avant tout, à MM. les Maires qui m’ont prêté, avec tant de dévouement pour leurs communes respectives, leur concours intelligent et patriotique, et sans lequel le département devait inévitablement tomber dans un état déplorable d’anarchie. Je me plais aussi à reconnaître, avec une vive satisfaction, la façon toute convenable avec laquelle les habitants du département sont entrés avec moi dans des relations personnelles qui ont abouti, pour une bonne part, à soutenir, pendant la guerre, un état moins pénible pour le pays. Je crois avoir rempli consciencieusement la mission qui m’a été confiée dans l’intérêt des armées allemandes, mais je quitte les Vosges avec la conviction d’avoir concilié, autant que les circonstances le permettaient, les intérêts hostiles avec les devoirs impérieux de l’humanité ». AD Vosges, RAA no 13, 2 avril 1871.

38 MOGGR, no 5, 2 novembre 1870.

39 À ce sujet voir Claude Farenc, op. cit., p. 425-428.

40 Les « grosses pierres placées en travers de la voie, les pièces de bois, en forme de coin, enfoncées sous les rails ou d’autres objets destinés à produire des déraillements », les rails détachés ou enlevés, « n’étaient pas rares » selon von Lingk qui, s’il signale « la mesure importante et efficace prescrite par l’empereur de faire monter sur les locomotives des otages », reconnaît que les patrouilles constatèrent toujours à temps ces « mauvais tours » et que le service de celles-ci « fut le facteur principal de la sécurité de la voie ». Baron von Lingk, op. cit., p. 6 et 62.

41 « La réquisition de la locomotive était ce qui m’inspirait le plus d’appréhension et de répugnance, non par crainte du péril qui est nul, aucun accident ne s’étant produit jusqu’à présent dans ces trajets forcés. » Louis Lacroix, Journal d’un habitant de Nancy pendant l’invasion de 1870-1871, Nancy, Vagner, 1873, p. 331.

42 AM Châlons-en-Champagne, 2/1 D2, RDCM, 12 novembre 1870 ; AM Nancy, 1D 49, RDCM, 23 octobre 1870 ; AM Troyes, 1 D 29, RDCM, 30 décembre 1870, etc.

43 AD Aisne, AC Laon 4H 15, lettre du 28 novembre 1870.

44 AM Soissons, 4H 4, lettre du 2 novembre 1870.

45 Ibid., RDCM, 4 novembre 1870.

46 Charles Maciet, Souvenirs de l’invasion et du siège de Paris. Documents inédits classés et annotés par François Rousseau, Paris, Plon-Nourrit et Cie, [2e éd.], 1913, p. 78. Le même ajoute : « Ils semblent reconnaître ce que ce voyage forcé a de révoltant. Le remplacement est devenu un métier et l’on a vu un même homme se présenter huit jours de suite pour huit personnes différentes. » Les adoucissements consentis sont fluctuants ; en l’occurrence, ils varient au gré de la crainte – plus ou moins réelle – suscitée par les francs-tireurs : à la date du 27 janvier, on lit dans le même journal : « Les francs-tireurs causent une telle peur que l’on exige la présence, chaque jour, de huit personnes sur les locomotives ; on n’accepte plus de remplaçant et on exige des conseillers municipaux. » Ibid., p. 171.

47 La portée de ces levées dans les territoires occupés est à nuancer fortement. Il est beaucoup d’endroits où l’on se satisfaisait en effet à cet égard fort bien du « régime prussien » – l’expression est contemporaine – qui avait formellement aboli dès le 13 août 1870, par décret royal, la conscription « dans toute l’étendue du territoire français occupé par les troupes allemandes ». Ainsi Benoît Wulveryck à Saint-Quentin se réjouit-il en novembre 1870 de ce que « du moment que l’on se trouve dans la position où nous sommes aujourd’hui, la levée d’hommes ne peut pas se faire dans le département de l’Aisne ; dans ce cas, Victor ne peut pas partir ; de plus on ne sera pas forcé de fermer les établissements, car s’il fallait se conformer aux décrets il ne nous resterait que deux employés et deux contremaîtres, les trois quarts des ouvriers seraient enrôlés ». Lettre à sa femme, 10 novembre 1870, dans Victor Boca, Benoît et Mathilde Wulveryck,, op. cit., p. 11. Dans la Meurthe, le sous-préfet de Lunéville déplorait le 27 janvier 1871 que « les campagnes conservent encore beaucoup trop de jeunes gens », hommes non mariés ou veufs sans enfants de 20 à 40 ans appelés sous les drapeaux et se proposait « de faire une dernière fois appel énergique à leur patriotisme bien peu surexcité ». MAE, PA-AP 164/6. Sur cette question du patriotisme au cours de la guerre de 1870, voir Jean-François Chanet, « “From the Wound a Flower Grows” : A Re-Examination of French Patriotism in the Face of the Franco-Prussian War », Maarten Van Ginderachter, Marnix Beyen (dir.), Nationhood from Below. Europe in the Long Nineteenth Century, New York, Palgrave Macmillan, 2012, p. 214-229.

48 Ordonnance concernant la conscription, MOGGR, no 5, 2 novembre 1870.

49 AM Metz, 2H/b214, Copie d’une lettre de la Commission civile de l’Alsace au préfet du département de la Lorraine allemande, 17 novembre 1870. Dans la Haute-Marne l’autorité allemande demande la liste des hommes de 16 à 40 ans.

50 On nuancera pour les départements de l’Est cette affirmation d’Olivier Berger au sujet de la partie de la Seine-et-Oise devenue le département de l’Essonne : « Les maires n’ont jamais obéi à cet ordre car on leur demandait en fait de dénoncer leurs concitoyens. » Olivier Berger, « L’administration prussienne dans le département de l’Essonne pendant l’occupation de 1870-1871 », Yann Delbrel, Pierre Allorant, Philippe Tanchoux (dir.), France occupée – France occupante, actes du colloque d’Orléans (septembre 2006), Orléans, Presses universitaires d’Orléans, 2008, p. 131-145, ici p. 143. On trouve en effet la trace de listes de conscrits remises aux autorités d’occupation, notamment dans les départements des Ardennes, de la Marne, de la Haute-Marne, de la Meurthe, de la Meuse, de la Moselle ou des Vosges. Par exemple à Doulevant-le-Château où « les listes des hommes de 16 à 40 ans demandées par l’ennemi lui ont été transmises par tous les maires des communes du canton ou à peu près ». AD Haute-Marne, 220U 1, lettre du juge de paix au procureur de la République à Wassy, 21 mars 1871.

51 AD Aisne, AC Laon, 4H 7.

52 AD Haute-Marne, E-dépôt 3980, Registre de correspondance de la mairie d’Arc-en-Barrois, f° 45, lettres des 19 et 30 décembre 1870 ; Henri Cavaniol, L’invasion de 1870-71 dans la Haute-Marne, Chaumont, C. Cavaniol, 1873, p. 178-184.

53 En l’absence de documents allemands plus précis que les circulaires de rappel envoyées par les préfets, il est très difficile d’évaluer la proportion des maires récalcitrants et celle des maires qui fournirent les listes. Signalons néanmoins que dans les départements alsaciens ou lorrains cette exigence de l’ennemi rencontra une hostilité encore accrue par la crainte de voir les inscrits contraints de revêtir prochainement l’uniforme allemand. AD Moselle, AC Réchicourt-le-Château, E-dépôt 568 4H1, lettre circulaire de Knebel, sous-préfet allemand de Strasbourg aux maires, 18 janvier 1871 ; AD Vosges, AC Plainfaing, E-dépôt 356, 5H 2, lettre du 25 janvier 1871.

54 Émile Chantriot, L’administration des départements envahis en 1870-1871, Paris, Berger-Levrault, 1916, p. 6.

55 MOGGR, no 11, 3 décembre 1870. Dans la Meurthe, les « sous-préfectures, ayant été reconnues inutiles et dispendieuses » par l’occupant ont été supprimées. « Le préfet, par ce moyen, pourra communiquer plus directement et plus immédiatement avec ses administrés. La hiérarchie administrative est établie comme suit : 1 ° Le Préfet, 2 ° Les maires des cantons, 3 ° Les maires des communes. Les maires des cantons doivent surveiller les maires des communes ressortissantes de leur canton et s’assurer de la stricte exécution des ordres qu’ils transmettent. Ils doivent contrôler leur inscription et s’assurer si l’on a équitablement fait entre les communes la répartition des charges imposées au canton dont elles dépendent, en tenant compte de leur solvabilité respective. Ils sont chargés en outre de maintenir l’ordre et la sécurité publique dans tout le canton. Les maires des communes, assistés par le conseil municipal, sont chargés d’administrer toutes les affaires de la commune, sans aucune exception. Tous leurs ressortissants leur doivent obéissance et respect ; à leur tour, les maires des communes ont à obéir aux maires des cantons. » Moniteur officiel du Gouvernement général de Lorraine et du préfet de la Meurthe, 25 novembre 1871.

56 Armand Surmont, « Les Allemands dans la Sarthe. Rapport fait au nom de la Commission chargée de diriger l’enquête sur le caractère de l’invasion allemande dans les départements », Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Sarthe, t. XIV, Le Mans, Impr. Ed. Monnoyer, 1873, p. 256.

57 Ibid., p. 260.

58 « Nos ennemis emploient des ruses grossières qui ne peuvent vous tromper. […] Ils exécutent ainsi l’abominable projet […] de vous ruiner, et ils comptent le faire avec votre concours. […] Déjouez ces indignes et déloyales manœuvres ; opposez une résistance sourde et passive à tous leurs ordres. Ils ne pourront rien contre une force d’inertie calculée et qui leur sera opposée partout. » AD Haute-Saône, AC Gray, 279 ED 1216, circulaire de l’Administrateur provisoire de la Haute-Saône aux maires, 17 décembre 1870.

59 « Au terme de l’armistice […], les autorités allemandes ont pris l’engagement de n’entraver en rien les élections à l’assemblée nationale, qui se préparent actuellement. Néanmoins, depuis quelques jours, sous différents prétextes, les autorités allemandes enlèvent des maires et des conseillers municipaux et les retiennent comme otages pour le paiement des sommes qu’elles réclament […]. Les soussignés, délégués du département et candidats à la députation protestent de la manière la plus formelle contre de pareils agissements parce que : 1 ° en ce qui touche les élections, ils rendent parfaitement illusoire la liberté électorale garantie par l’armistice. 2 ° En ce qui touche les perceptions en nature ou en argent, ils sont manifestement contraires au droit des gens, qui veut que toute mesure de guerre et notamment les contributions forcées soient suspendues pendant la durée d’un armistice. » AM Soissons, 4H 7, Copie faite à l’hôtel de ville de Laon le 5 février 1871 d’une lettre adressée au baron de Landsberg, préfet allemand de l’Aisne et signée, entre autres, par William Henry Waddington, le futur président du Conseil.

60 Relatives à l’exécution des préliminaires de paix signés à Versailles le 26 février 1871.

61 AM Soissons, 4H 7, lettre du 15 mars 1871. Le texte cité est un ajout ultérieur de dernière minute en bas de celle-ci.

62 ANF, F1c I 131, lettre du baron Napoléon de Ring, commissaire pour l’armistice, 8 mars 1871. Pragmatique, le préfet du Doubs préconisait quant à lui aux maires de n’acquitter les réquisitions qu’à leur « corps défendant et en défendant le terrain pied à pied. Mais [d’]exiger toujours au moins des bons ». AD Doubs, M 1181, Dépêche télégraphique, 19 février 1871.

63 AM Saint-Quentin, 4 H 22, circulaire du 13 mars 1871.

64 Précisons également que les prises d’otages opérées par l’occupant pour décider les communes récalcitrantes à acquitter promptement leurs « dettes » ou à fournir des réquisitions ne peuvent être assimilées à celles menées en représailles de résistances locales, de destructions ou d’attentats contre les soldats allemands. Les maires, conseillers municipaux ou notables, garants du paiement de leur commune, furent souvent rapidement élargis et le tableau que brosse Ernest Lavisse de leur traitement apparaît quelque peu caricatural. L’invasion dans le département de l’Aisne, Laon, Impr. de H. de Coquet, 1872.

65 Voire un préfet français, comme ce fut le cas dans la Côte-d’Or où l’action de Luce-Villard est à signaler dans la collecte de la contribution d’un million imposée par l’autorité allemande. Le fonctionnaire français agissant « pour éviter les moyens de coercitions dont l’autorité allemande menace le département » ; tout comme les maires agirent pour prévenir les mesures coercitives dont leur commune était menacée. AD Côte-d’Or, R 1392 et R 2012.

66 AD Aisne, AC Aisonville et Bernoville. Je souligne. En territoire occupé, le maire de Lunéville, à propos de deux contributions ennemies de 750 000 et 10 millions de francs, écrivait à son homologue de Badonvillers : « [si le préfet allemand] ne se contente pas de cette raison et procède à l’exécution militaire, on attendra l’emploi de la force et on recourra à un emprunt ». AM Lunéville, 2D3 28, lettre du 6 février 1871.

67 Armand Surmont, op. cit., p. 270.

68 À ce sujet, voir Guillaume Parisot, L’invasion et l’occupation allemande, op. cit., p. 129-130. La majorité des communes empruntèrent à un taux d’intérêt de 5 %, certaines allèrent jusqu’à 6 %. AD Vosges, AC Plainfaing, ED 356/1D 8, RDCM, 1er avril 1871.

69 Henri Bardy, « Saint-Dié pendant l’administration prussienne dans les Vosges (14 octobre 1870-25 avril 1871) », Bulletin de la Société Philomatique vosgienne, Saint-Dié, Impr. C. Cuny, 1903-1904, p. 136-137.

70 Ibid., p. 140. Lettre retranscrite par l’auteur de l’article qui indique en note « Arch. municip. Lettres div. des 1er et 2 janvier 1871. » Les archives municipales de Saint-Dié ont été depuis détruites lors du bombardement de 1944.

71 Plus ou moins rigoureusement avéré selon les cas et les municipalités.

72 AM Soissons, 4H 7, lettre du maire de Soissons au sous-préfet, 17 novembre 1870.

73 À Vervins notamment, cf. Pierre Defoug, op. cit., p. 43 ; ou à Aÿ où l’on signala « jour par jour au trésor allemand le versement des communes », AD Marne, ED 1419, 24 février 1871. À l’échelle de la commune les contribuables récalcitrants risquaient quant à eux d’être signalés à l’autorité allemande. AM Stenay, H4 7, proclamation du maire, 9 février 1871.

74 AD Vosges, AC Dommartin, ED 150/5H 5, lettre du maire de Remiremont au maire de Dommartin, 26 décembre 1870.

75 AM Lunéville, 2D3 28, 11 novembre 1870.

76 « 4 de l’intégralité des sommes avancées, 3 de parties de ces sommes. » AD Aisne, AC Burelles, 4H 1, extrait du RDCM de Vervins, demande d’autorisation de poursuites contre diverses communes débitrices, 6 novembre 1873.

77 BM Soissons, Fonds Périn 2070.

78 AD Doubs, EAC 2759 H14.

79 AD Doubs, 5K 109.

80 Ibid., lettre du maire de Bretigney au sous-préfet, 2 mai 1872. Souligné par le scripteur.

81 « Je ferai remarquer à M. le maire que si je demande une réciprocité de bons procédés, cela est tout à fait dans son intérêt. Dès l’instant où je me serai convaincu que la mairie n’y met pas de bon vouloir, il ne pourra plus être question de soulagement, ni d’appui, tel que la concession du changement de logement au bout de quatre semaines, chose que j’avais accordé volontiers jusqu’ici dans l’intérêt des habitants malgré les désagréments qui en résultent pour les troupes. » AM Saint-Quentin, 4H 22, lettre du commandant de place au maire, 21 août 1871.

Table des illustrations

Légende Carte. 1. – Territoires français occupés par les armées allemandes à la fin du conflit (février 1871).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/134286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search