Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Troisième partie. Les sociétés à l’épreuve de l’occupation : à la recherche des accommodements

Les relations entre le clergé français et les militaires des armées d’invasion et d’occupation en France entre 1814 et 1818 : le cas du diocèse de Metz

Jacques Hantraye

Texte intégral

1Au début du XIXe siècle, le clergé français se trouve dans une phase de reconstruction après le séisme révolutionnaire. Toutefois, alors que l’Église et le pouvoir politique se sont rapprochés à partir du Consulat, des tensions se font jour autour de 1810, avant que le conflit avec le pape ne provoque une rupture qui persiste jusqu’à la fin du règne de Napoléon Ier. C’est dans ce contexte que surviennent les deux occupations qui accompagnent la chute de l’empereur.

  • 1 Thomas Dwight veve, The Duke of Wellington and the British Army of Occupation in France, 1815-1818 (...)

2Le diocèse de Metz est largement concerné par les conséquences de ces événements religieux, politiques et militaires. Cette terre frontalière est touchée très tôt, et durablement, par les invasions et les occupations de la fin du Premier Empire. Les Alliés sont présents en 1814, et de juin 1815 à novembre 1818. La région subit en effet l’occupation de garantie qui suit la signature du second traité de Paris en novembre 1815. Les troupes d’occupation cantonnées dans le nord-est de la France rassemblent alors 150 000 hommes, dont environ 30 000 Russes et autant de Prussiens, ainsi que 10 000 Bavarois1.

3Comment le clergé réagit-il face à cette présence massive qui dure près de cinquante mois répartis sur cinq ans ? Quelles sont les relations entre les prêtres et les contingents étrangers en fonction de la religion et de la provenance géographique des soldats ? Enfin, quelles tensions traversent le clergé, entre proximité et éloignement avec des chrétiens de différentes confessions d’une part, solidarité avec des occupants rétablissant la monarchie d’autre part ? Dans un premier temps, j’évoquerai brièvement les difficultés auxquelles le clergé est confronté dans ce contexte de guerre et de présence d’armées étrangères. Puis j’observerai les différentes réponses du monde ecclésiastique aux problèmes posés par la présence des troupes, avant d’envisager les relations que l’évêque entretient personnellement avec les militaires étrangers. Je m’appuierai essentiellement sur le fonds de l’évêché de Metz, en particulier sur des registres de correspondance et les comptes rendus des visites pastorales de l’évêque.

Un clergé et des fidèles entre reconstruction concordataire et fléaux de la guerre

  • 2 Thierry Lentz et Denis Imhoff, La Moselle et Napoléon, Metz, Éditions Serpenoise, 1986, p. 189.
  • 3 Ibid., p. 110-111.
  • 4 Almanach ecclésiastique du diocèse de Metz pour l’an 1809 de l’ère chrétienne, Metz, Lemaire, 1809.
  • 5 Il fait ensuite partie du diocèse de Namur.
  • 6 Albert Calmes, Histoire contemporaine du grand-duché de Luxembourg, t. I, Luxembourg, chez l’auteu (...)
  • 7 Picot, Louis-Gabriel Michaud (dir.), Biographie ancienne et moderne, t. XX, Paris, Desplaces, 1858 (...)
  • 8 Les Ardennes et la Moselle comptent 6500 juifs sous le Premier Empire, tandis que l’on trouve un p (...)

4En 1814, le diocèse de Metz est l’un des plus vastes de France, sinon le plus vaste, puisqu’il s’étend sur trois départements (la Moselle, les Ardennes et les Forêts)2, avant que sa superficie ne soit réduite quelques années plus tard. La Moselle regroupe 40 % des 830 000 habitants du diocèse3. Les limites administratives du territoire sont bouleversées lors du congrès de Vienne4. En effet, le Luxembourg, ex-département des Forêts, qui est rattaché au diocèse de Metz depuis 18015, appartient depuis 1815 au roi des Pays-Bas en tant que grand duché, tout en étant intégré à la confédération germanique6. Les Ardennes, quant à elles, sont séparées du diocèse de Metz en 18217. Ces évolutions suggèrent que le contrôle de l’espace a pu constituer un enjeu important. À côté des catholiques, majoritaires, le diocèse de Metz, et tout particulièrement la Moselle, compte des minorités protestante et juive8. Leurs consistoires ont laissé bien moins de sources que l’évêché de Metz, ce qui ne permet pas d’appréhender réellement les relations que pasteurs et rabbins ont entretenues avec les Alliés.

  • 9 Picot, Louis-Gabriel Michaud (dir.), art. cit., p. 594. Cette présentation est issue essentiellemen (...)
  • 10 Robert Reboul, op. cit., p. 5 et 7-8.
  • 11 Ibid., p. 10, 16 et 41. Mgr Jauffret est également vicaire général de la Grande Aumônerie sous le (...)
  • 12 AD Moselle, 29 J 863, t. 13, 8 janvier et 23 septembre 1814. Cette cote rassemble des copies de la (...)
  • 13 Robert Reboul, op. cit., p. 36 et 77.
  • 14 Henry Contamine, op. cit., p. 325.

5À la tête de ce diocèse se trouve Mgr Gaspard Jauffret, un homme de pouvoir et d’expérience qui a joué un rôle non négligeable dans le renouveau de l’Église de France au début du XIXe siècle. Né à la Roquebrussanne9, dans le Var, en 1759 et mort à Metz en 1823, il prend position pendant la Révolution contre la constitution civile du clergé, ce qui le conduit dans la clandestinité. Il participe en 1796 à la fondation des Annales religieuses, politiques et littéraires, contribuant ainsi au rétablissement de l’Église de France10. Encore proche des royalistes sous le Directoire, il évolue rapidement et prend part aux négociations du Concordat aux côtés de Mgr Fesch, oncle de Napoléon, dont il devient le vicaire général à Lyon en 1802. Mgr Jauffret est attaché au régime de Napoléon, qui le fait évêque de Metz en 1806, baron puis comte d’Empire, avant de le nommer archevêque d’Aix en 1811, sans la sanction papale11. Le prélat retrouve son diocèse d’origine en avril 1814 après s’être justifié auprès du pape de sa nomination à Aix ; il est de retour à Metz le 23 septembre suivant12. Cet homme modeste apparaît comme un véritable pasteur et un bon administrateur13. Il ne passe pas sous la Restauration pour un royaliste convaincu14.

  • 15 Picot, Louis-Gabriel Michaud (dir.), art. cit., p. 594.
  • 16 AD Moselle, 1 V 31, maire de Herny au préfet, 19.3.1815. Il s’agit du curé Henry.
  • 17 AD Moselle, 29 J 309, Passerel aux membres du conseil de l’évêque de Metz, à Metz, 24 septembre 18 (...)

6Mgr Jauffret, dont le prédécesseur était âgé et malade, prend en mains son diocèse en 1806 comme si le Concordat venait d’être signé. Il établit des congrégations et ordonne plusieurs centaines de prêtres15. Le clergé marque parfois son opposition au nouveau régime, comme tel curé qui tonne en chaire contre les acquéreurs de biens nationaux en février 1815. L’autorité civile doit même sévir contre ceux qui dissuadent de rejoindre l’armée en juin 181516. Cette attitude d’une partie des prêtres à l’égard des partisans de l’Empire se maintient sous la Seconde Restauration. Les ecclésiastiques, du moins ceux qui s’expriment, apparaissent d’autant plus marqués idéologiquement qu’ils ont parfois émigré, notamment les deux vicaires généraux17. L’évêque est confronté à un double défi lors de la reprise en main du diocèse en 1814-1815 : les conséquences d’une longue absence d’une part, et celles des changements de régime politique, entre restaurations et Cent-Jours, d’autre part.

  • 18 AD Moselle, 29 J 601, arrêté du préfet de la Moselle, 19 novembre 1813 ; 29 J 601, maire de Metz à (...)
  • 19 Thierry Lentz et Denis Imhoff, op. cit., p. 234-235.
  • 20 AD Moselle, 29 J 164, vicaire général à curé de Sarreguemines, 18 avril 1814. Les cérémonies ordin (...)
  • 21 AD Moselle, 29 J 139 et 29 J 164.

7Constituant l’un des premiers lieux de passage des troupes étrangères en France, le diocèse de Metz connaît d’emblée et pendant plusieurs années des difficultés importantes qui entraînent des souffrances pour le clergé et les fidèles. Les sources consultées ne recensent pas de violences contre des ecclésiastiques, même si dans ce domaine la documentation peut comporter des lacunes. Ces perturbations, qui sont plutôt d’ordre matériel, n’en sont pas moins importantes. Dès novembre 1813, les autorités civiles et militaires françaises réquisitionnent des églises pour héberger les militaires blessés ou malades du typhus, en concertation avec l’évêché18. À l’automne 1813, 20 000 malades ou blessés français sont regroupés à Metz ; en janvier 1814, on compte plusieurs milliers de morts de maladie dans le département de la Moselle, dont quelques centaines de civils19. À cause de ces évacuations, puis des combats, les communications sont interrompues à l’intérieur du diocèse. Un vicaire général écrit le 18 avril 1814 que l’on ne sait rien, hormis des rumeurs20. D’ailleurs, la correspondance de l’évêché n’est plus enregistrée entre janvier et septembre 1814, ainsi que pendant plusieurs mois en 181521.

  • 22 Ibid., 29 J 139, lettres du 17 décembre 1813 au curé de Mouzon et du 7 janvier 1814 au curé de Not (...)

8Les lettres adressées au clergé des Ardennes par les autorités épiscopales indiquent qu’à l’évêché on est conscient de ces difficultés. Le 17 décembre 1813, un vicaire général confie au curé de Mouzon sa « douleur » de voir les Ardennes frappées par le même « fléau » que Metz. Il engage les desservants des alentours à seconder ce prêtre. De même, il autorise le desservant de l’église Notre-Dame, à Givet, à prendre du repos et à se faire seconder par les prêtres des environs en janvier 1814, alors que sévit la « cruelle épidémie apportée par l’armée22 ».

9Puis vient le temps de l’invasion et de l’occupation, ce qui conduit à se demander à quelles difficultés le clergé et les autorités épiscopales en particulier sont confrontés dans leurs relations avec les Alliés et comment ils y font face.

L’évêque et le conseil épiscopal face aux besoins religieux des Alliés

  • 23 Ibid., 29 J 316, mandement des vicaires généraux du diocèse de Metz, 23 avril 1814.
  • 24 Ibid., mandement de Mgr Jauffret, 18 mai 1814.
  • 25 Id., lettre circulaire des vicaires généraux du diocèse de Metz aux curés de la Moselle, 30 avril (...)
  • 26 Id., lettre circulaire des vicaires généraux du diocèse de Metz au clergé séculier de la Moselle, (...)
  • 27 Journal du département de la Moselle, no 49, 5 septembre 1816 ; parmi les 24 numéros du Journal du (...)
  • 28 AD Moselle, 29 J 863, t. 15, 29 septembre 1815.

10D’emblée, on observe que le clergé présente les événements de façon ambiguë. Le 23 avril 1814, alors que Mgr Jauffret n’est pas encore de retour dans son diocèse, les vicaires généraux ordonnent dans un mandement que soit célébré un te deum en l’honneur de Louis xviii. Si le texte souligne la violence des « légions belliqueuses de l’orient et du nord de l’Europe », il qualifie également les Alliés de « libérateurs », voire de « pacificateurs », et nie leur volonté de vengeance. Le tsar est présenté comme un nouvel Alexandre le Grand ou un Cyrus moderne, ce qui constitue par ailleurs une simple reprise du discours tenu auparavant au sujet de Napoléon23. Le 18 mai 1814, de retour à Metz, Mgr Jauffret publie un autre mandement allant dans le même sens24. Il s’agit là du discours destiné à la fois au clergé et aux fidèles. Plus intéressant est le message adressé aux seuls prêtres. Les vicaires généraux ont tenu aux curés quelques jours auparavant, le 30 avril, le même langage, plus explicite, que dans le mandement du 23 avril : tout en reconnaissant ce que les habitants ont subi, ils préconisent de voir les Alliés comme des « libérateurs » et non des « oppresseurs », qui rendent les Français « à [leur] Religion, à [leur] liberté, à [leurs] loix, à [leurs] souverains ». Pragmatiques, les vicaires généraux se font les relais du préfet en expliquant aux prêtres des paroisses qu’il faut pourvoir à la subsistance des troupes étrangères afin d’éviter les tensions25. L’évêque et le clergé se montrent plus discrets encore en 1815-181626. Pour sa part, le desservant de Vatimont évoque plus sobrement le souverain français dont la « puissante médiation […] a sauvé la France27 ». Ces paroles apparaissent comme une manifestation de prudence, dans un contexte politique difficile. Au sujet des habitants de son diocèse, Mgr Jauffret écrit d’ailleurs en privé en septembre 1815 qu’« il faudra la paix et des années pour les réconcilier avec les vrais principes28 ». À présent, il convient d’examiner quelles relations le clergé entretient avec les occupants.

  • 29 Ibid., 29 J 316, mandement des vicaires généraux du diocèse de Metz, 23 avril 1814.

11Les vicaires généraux sont d’abord frappés par l’aspect exotique à leurs yeux des militaires alliés. Ainsi, le mandement du 23 avril 1814 évoque des « troupes innombrables, différentes entre elles comme les soldats d’Annibal, par l’origine, les mœurs, la religion et le langage ». Ce texte mentionne encore les dizaines de milliers de combattants « accourus des bords de la Baltique, du fond de l’Asie et des climats presqu’inconnus de la mer glaciale29 ».

  • 30 Pour l’assister, l’évêque peut compter sur ses vicaires généraux, J.-B. Dubois, Prosper Tournefort (...)
  • 31 AD Moselle, 61 J 88-1 C 2, registre de catholicité de Bionville, 20 septembre 1816 et 20 avril 181 (...)

12Sous l’angle politique, les autorités supérieures du diocèse sont dans une position ambiguë, entre reconnaissance à l’égard des Alliés, crainte, et enfin volonté de contrôle sur l’occupant d’un point de vue religieux. Ce dernier point nous est connu dans la mesure où les prêtres sollicitent les lumières de l’évêché, en l’occurrence auprès du conseil épiscopal, lorsque des problèmes se posent30. Ce sont plutôt les curés de canton qui demandent l’aide de leur hiérarchie, les desservants se tenant plus en retrait, peut-être parce que les premiers sont plus éclairés, à moins qu’ils ne se sentent davantage en mesure de tenir tête à l’envahisseur en raison de leur statut. Le desservant de Bionville entre 1804 et 1822, Charles Thimothée Sainpy, recule sans doute d’autant plus facilement devant les exigences des Alliés en 1817 qu’il n’est pas apprécié par ses paroissiens31. Il apparaît que curés et desservants se montrent moins accommodants que l’évêque ou que les maires. Ils prêtent une grande attention à la confession de leurs interlocuteurs étrangers afin de déterminer qui est susceptible de recevoir les sacrements. Trois situations possibles se dessinent en fonction de critères nationaux et surtout religieux.

  • 32 AD Moselle, 29 J 164, vicaires généraux à Yvart, desservant des Étangs, 6 décembre 1813.

13À l’invitation du conseil épiscopal, le clergé se montre plutôt favorable aux militaires français. Bon gré mal gré, les prêtres en charge des paroisses acceptent la cession momentanée des lieux de culte en décembre 1813 : un vicaire général indique ainsi au curé des Étangs qu’il ne peut s’opposer à la réquisition de son église, car les malades ne peuvent être logés chez des particuliers à cause de la contagion32.

  • 33 Ibid., un vicaire général à Verdet, curé de Sarreguemines, 26 janvier 1816.
  • 34 Id., conseil épiscopal au curé de Sturtzelbronn, 12 mai 1817.
  • 35 Id., conseil épiscopal au curé d’Achen, 22 mai 1818.

14Il existe indéniablement une proximité entre le clergé français et les militaires étrangers catholiques ; elle n’empêche pas, toutefois, les efforts pour contenir les Alliés dans certaines limites. Le 26 janvier 1816, un vicaire général autorise ainsi « bien volontiers » le curé de Sarreguemines, Verdet, à dire une messe et à chanter un Te Deum à la demande des officiers bavarois. Il s’agit pour ces militaires de célébrer l’anniversaire de leur souveraine, pratique courante dans les armées du temps33. Cependant, le clergé entend avant tout maintenir une distance sur le plan spatial entre ses fidèles et les troupes de passage. Le 12 mai 1817, un vicaire général déconseille au desservant et au maire de Sturzelbronn, près de Bitche, de céder une chapelle privée aux militaires bavarois34. Il s’agit aussi de contrôler les individus. Dans les cas de mariage avec des femmes françaises, l’origine étrangère des militaires les oblige à fournir davantage de preuves que les autres, en un temps où l’emprise de l’administration sur les individus se renforce. On accepte ainsi le 22 mai 1818 que Bayer, curé d’Achen, près de Sarreguemines, marie d’anciens soldats bavarois installés là depuis quelques mois, à condition de réclamer des preuves écrites attestant que ces militaires sont célibataires et qu’ils n’appartiennent plus à l’armée35.

  • 36 Il s’agit de Sébastien Gamps sergent-major au 12e régiment d’infanterie bavaroise, et de Godefroy (...)

15A contrario, il est des cas sur lesquels le clergé paraît fermer les yeux. En septembre 1816 et en avril 1817, deux enfants nés de femmes célibataires sont baptisés par le curé de Bionville. Dans les deux cas, le parrain appartient à l’armée bavaroise36. Le second exemple est d’autant plus frappant que le parrain et la marraine sont représentés par des habitants de la localité, ce qui suggère la volonté de dissimuler une situation gênante. De plus, la mère est venue récemment s’installer dans la paroisse et l’enfant porte comme second prénom celui du parrain. Cette situation étonnante, deux enfants naturels dont les parrains sont des militaires alliés, laisse supposer que ces derniers ou du moins certains de leurs compagnons d’armes seraient les géniteurs, à moins que les femmes ne soient au service des militaires étrangers.

  • 37 Dans d’autres régions cette séparation peut être fondée sur des motifs sanitaires, comme à Poissy, (...)

16À l’égard des militaires étrangers non catholiques, on assiste à un partage de l’espace cultuel et funéraire entre autochtones catholiques et étrangers orthodoxes ou protestants aussi strict que le permet le rapport de force local, et ce pour des raisons religieuses37. Néanmoins, les militaires ne sont pas exclus en tant qu’individus.

  • 38 Articles organiques du Concordat de 1801 (Le Concordat et les articles organiques avec commentaire (...)
  • 39 Henry Vincent, Histoire de la ville de Vouziers, Nouzonville, Les Cerises aux loups, 1998, p. ix, (...)
  • 40 AD Moselle, 29 J 164, conseil épiscopal au curé de Briey, 21 août 1815. On ignore s’il s’agit de M (...)

17En dépit d’un ton toujours civil, on se montre ferme sur le principe quand les Alliés réclament de célébrer leur culte dans une église. Le conseil épiscopal suggère aux prêtres de résister le plus possible et fournit à cet effet des prescriptions détaillées. Ainsi, un vicaire général écrit au curé de Briey en août 1815 que « si les alliés du rite grec non uni, persistent dans le désir de faire leur office dans votre église », il faut « leur observer que d’après nos lois, aucune église ne doit servir à deux cultes, et que d’ailleurs cette pratique est absolument contraire à nos usages, comme aux idées reçues par nos fidelles ». C’est le peuple catholique tout entier, et pas seulement les autorités ecclésiastiques et civiles, qui refuserait donc qu’un même lieu de culte soit mis à disposition de deux communautés de confessions différentes. Effectivement, le paragraphe 46 des articles organiques prévoit qu’un « même temple ne pourra être consacré qu’à un même culte38 ». Dans la pratique, on module néanmoins la place accordée aux militaires en fonction de leur confession et du rapport de force local, qui conduit souvent à céder. On sait ainsi qu’en mai 1816 des popes célèbrent des offices dans cinq églises dont celles de Vouziers et de Rethel, mais pas à Attigny, où l’abbé Hulot s’oppose fermement au général commandant en chef39. Le vicaire général prescrit en août 1815 de négocier avec les officiers supérieurs russes, lesquels entendent le français et « respectent notre clergé », précise-t-il, ajoutant qu’ils sont justes. Il cite l’exemple du desservant de Mézières, dispensé de « donner son église » à « l’aumônier grec » des troupes stationnées ; il prévoit cependant un échec possible et demande en ce cas que la messe ne soit pas célébrée sur l’autel40.

  • 41 Ibid., 29 J 164, conseil épiscopal au curé de Thionville, 19 décembre 1815.

18On retrouve des dispositions semblables à l’égard des protestants. Le 21 décembre 1815, le vicaire général Dubois écrit au curé Maudoux, de Longuyon, près de Briey, que « les loix et les reglemens sur le culte public en France défendent que la même église serve à deux cultes différens ». Il faut donc obtenir si possible qu’un « local » soit affecté à l’« office » de la garnison étrangère, par exemple « la salle de l’hôtel de ville ». En cas d’échec, « le culte protestant » sera célébré après la messe dans la nef de l’église, « en séparant par un rideau l’autel de la place où aura lieu le service étranger au culte catholique ». Cependant, là encore, on est contraint de céder, et sans doute fréquemment. Un vicaire général et le conseil épiscopal reconnaissent le 19 décembre 1815 que le curé de Thionville doit autoriser la tenue du « culte protestant » dans l’église paroissiale. Le prêtre doit néanmoins tenter d’obtenir auparavant de la ville un « local » destiné à l’« aumônier41 ».

  • 42 Jacques Hantraye (éd.), Le récit d’un civil dans la campagne de France de 1814. Les « Lettres hist (...)

19Il arrive que l’on transige. On sait qu’à Chaumont, dans la Haute-Marne proche, où armées et souverains alliés furent très présents, il y eut en 1814 un lieu de culte spécifiquement destiné à l’usage des orthodoxes : l’office du tsar est ainsi célébré à l’hôtel de ville, considéré comme un espace neutre. Toutefois, les funérailles d’un officier cosaque orthodoxe sont célébrées dans l’église de la ville42.

  • 43 Cette chapelle édifiée en 1781-1784 et située à proximité du centre de Givet, est consacrée à Notr (...)
  • 44 Jean-François Pinard, « Les notes historiques de Philippe Courtin », art. cit., p. 18 et 21. Il es (...)

20Même quand il est contraint de céder à l’occupant, le clergé n’accepte pas toujours la situation, comme à Givet, où le curé Courtin est contraint d’abandonner aux troupes russes la chapelle Notre-Dame de Walcourt située dans les environs de la ville43. Il doit la céder en échange de la conservation de l’église Saint-Hilaire, située au cœur de la cité. Les Russes font de la chapelle un lieu de culte orthodoxe et de ses abords un espace de sépulture44. Or le curé demande l’accès à ce site de pèlerinage, déplorant l’impossibilité de « retourner à la chapelle pour cause de disparité de culte ». L’évêque autorise le 31 mai 1816 la bénédiction de la mise au tombeau située sous le calvaire, ce qui permet au curé de célébrer la messe en ce lieu le jour de la Trinité. La chapelle est rendue au culte catholique en 1818, à la suite du départ des troupes.

  • 45 Robert Reboul, op. cit., p. 211.

21Malgré tout, il arrive que le clergé fasse des concessions aux occupants au nom de la foi commune qui unit les chrétiens, à moins qu’il n’agisse par pragmatisme, pour des raisons politiques. L’évêque lui-même donne l’exemple. Ainsi, le 2 mars 1815, entre les deux occupations, il engage le provicaire général de Charleville à chanter le Domine salvum fac Ducem pour le prince héréditaire de La Trémouille-Tarente, duc de Bouillon, « bien que le duc soit anglican, car le devoir de la prière n’en oblige pas moins les fidèles envers leur prince, et pourquoi n’invoqueraient-ils pas sous ce rapport le souverain seigneur, pour sa conservation45 [?] ».

  • 46 AD Moselle, 29 J 440, Deniset, desservant de Gandrange, au conseil épiscopal, 8 mai 1814.
  • 47 Ibid., 29 J 164, conseil épiscopal à Deniset, desservant de Gondrange, 11 mai 1814.

22De ce point de vue, on accepte plus facilement l’inhumation des défunts dans le cimetière communal que l’usage partagé des églises. On ménage une place aux dépouilles d’étrangers de différentes confessions dans les lieux de sépulture, en introduisant toutefois des conditions. En effet, si l’évêché accepte la situation, celle-ci suscite parfois les réticences du clergé local. Ainsi, Deniset, desservant de Gandrange, déplore le 8 mai 1814 que lors du décès récent de l’un des « hessoy protestants » en cantonnement dans la commune, le maire ait désigné de son propre chef une place dans le cimetière « pour la sepulture du defunct » ; le prêtre n’en a été informé qu’au moment « de la ceremonie qui a été faite par le ministre de l’armé (sic) hessoise ». Deniset considère, d’après « les principes catholiques », que le cimetière est « pollué » et demande à le consacrer à nouveau, sans toutefois s’opposer aux inhumations46. Un vicaire général lui répond qu’il a lui-même « toléré » des enterrements de ce type à Metz. Le conseil épiscopal suggère donc d’enterrer les protestants dans le secteur réservé aux enfants sans baptême47. Il y a donc acceptation de l’Autre, mais au prix d’une forme de ségrégation spatiale. L’accommodement encouragé par l’évêché à l’occasion des inhumations s’inscrit dans la continuité des relations locales entre catholiques et protestants et dans le cadre de la pratique concordataire, alors que le reste du clergé se montre plus réticent.

  • 48 Ou du moins de « langue russe ».
  • 49 AD Moselle, 29 J 164, conseil épiscopal à Noirjean, curé de Ville au Montois, 2 juin 1817.

23Il existe enfin des formes d’acceptation de l’étranger fondées sur le principe d’humanité : un vicaire général sollicite par exemple Noirjean, desservant de Ville-au-Montois, le 2 juin 1817, en réclamant « [son] zèle et [sa] charité » pour accompagner un « malheureux » condamné à mort russe48 dans son « douloureux voyage49 ». Il ne paraît pas être question de sacrements ici, ce qui lève sans doute les obstacles au rapprochement.

  • 50 Ibid., conseil épiscopal à Saimpy, curé de Bionville, 2 avril 1817.

24L’attitude devant la mort est donc bien le facteur qui assouplit les relations aux yeux des autorités, ce que l’on constate dans certains cas limites. Ainsi, le 2 avril 1817, le vicaire général Dubois expose à Sainpy, desservant de Bionville, qu’à l’égard des non-catholiques « nous [ne] pouvons exercer [que] les plus simples fonctions de notre ministère ». En revanche, il est possible de dispenser la communion aux officiers catholiques50.

25Si le contrôle de l’espace religieux et des sacrements en fonction de la confession constitue le principal enjeu, on observe toutefois dans le même temps une certaine ouverture en faveur des Alliés, dans un souci d’humanité, mais dans le cadre de la législation civile. En dernier lieu, que révèle l’attitude de l’évêque dans ses contacts officiels ou privés avec les militaires étrangers ?

Les relations de l’évêque avec les militaires étrangers

26Le rapprochement entre le clergé et les Alliés se produit dès l’invasion de 1814, en partie à l’initiative des Russes et d’abord dans un cadre local. Il s’agit pour l’envahisseur de se faire accepter par les ecclésiastiques français et au-delà par la population, ce qui correspond aux buts de guerre du tsar Alexandre Ier. Peut-être s’agit-il même de désarmer psychologiquement l’adversaire afin de faciliter l’invasion. Cette stratégie se maintient lors de l’occupation de garantie. Un cas en particulier éclaire bien cette démarche.

  • 51 C’est-à-dire du côté français, de deux maires, des conseillers municipaux, d’anciens militaires et (...)
  • 52 Le blocus dure du 27 janvier au 10 avril 1814.
  • 53 Procès-verbal de la cérémonie des obsèques de très-illustre dame Anne Goulet de Montlibert, veuve (...)

27Le 12 mars 1814, Madame Anne de Foix de Candale décède à Metz. Cette épouse de notable est inhumée dans la cathédrale. La population messine prend le deuil en raison de la générosité dont elle a fait preuve durant sa vie. Le 17 mars, une cérémonie est célébrée en son honneur à Ars-sur-Moselle, près de Metz, en présence de représentants des autorités locales, d’officiers russes et de membres du clergé orthodoxe51. Elle a lieu à la demande du général russe Yousefowitch, présent en personne, dans un contexte tendu. En effet, les Russes, dont le quartier général est à Ars, font le blocus de Metz depuis un peu plus d’un mois et demi. Ils le poursuivront encore pendant près de trois semaines. Dix jours avant la célébration, l’attaque du quartier général par les Français a entraîné des pertes importantes chez l’envahisseur52. La célébration prend pour prétexte la générosité de la défunte envers les prisonniers de guerre. Au-delà, dans la lettre qu’il adresse à l’abbé Thomas, curé d’Ars, le général Yousefowitch décrit madame de Foix de Candale comme un « modèle illustre de toutes les vertus chrétiennes [qui] appartient à toute la chrétienté, à l’humanité tout entière ». Il demande que soit célébré un service « où les Russes et Français [sic] confondus puissent offrir, au Père commun de tous, leurs vœux et leurs prières53 ». À une dimension religieuse sans doute sincère se combine la volonté d’améliorer l’image de l’occupant. On notera par ailleurs une démarche syncrétique de la part de l’officier supérieur russe qui est absente de ce que l’on a pu observer de la part de l’évêché.

  • 54 Déjà Paul Ier émit en 1800-1801 l’idée d’un rapprochement entre catholiques et orthodoxes contre l (...)
  • 55 Ibid., p. 330-332.
  • 56 Id., p. 338-339.
  • 57 Id., p. 388 et 391.

28Au-delà de l’initiative personnelle du général, cette célébration est en rapport avec les choix religieux et politiques du tsar Alexandre Ier54. Elle est à rapprocher de cérémonies publiques comme la messe célébrée à Paris quelques semaines plus tard sur l’actuelle place de la Concorde, le jour de Pâques 1814. Ces offices constituent bien sûr des vœux ou des proclamations de victoire, mais pas seulement. En effet, conduit par des idées mystiques, Alexandre poursuit un rêve de paix générale et de fraternité en Europe55. Les célébrations religieuses organisées en France expriment cette volonté politique d’apaisement : lors de son séjour en Europe occidentale en 1814-1815, le tsar s’est montré très soucieux d’apparaître sous un jour positif. C’est ce que montre la proclamation qu’il adresse à ses troupes lors de son entrée en France, dans laquelle il affirme entre autres : « Notre foi révérée nous enseigne, par la bouche même de Dieu, à aimer nos ennemis, à faire du bien à ceux qui nous haïssent56. » Le général Yousefowitch se ferait donc ici l’écho des choix politiques de son souverain. Par ailleurs, le rapprochement surprenant avec les catholiques s’explique dans la mesure où l’officier paraît adopter la « conception éclectique voire libérale de la religion » du tsar lui-même, selon l’expression de Marie-Pierre Rey. Ceci s’inscrit également dans le contexte de la vague de conversions au catholicisme au sein de la haute société russe vers 181557.

29Comme on a pu le constater, Mgr Jauffret et ses conseillers sont confrontés à des situations complexes qui les conduisent à se montrer tour à tour – et de façon inégale – fermes ou souples suivant qu’ils ont affaire à des interlocuteurs catholiques, protestants ou orthodoxes. Par ailleurs, et c’est ce que nous allons voir à présent, l’évêque entre directement en contact avec des militaires alliés. En quoi cette proximité modifie-t-elle les relations entre les deux parties ? C’est au cours de ses visites pastorales que le prélat a le plus affaire aux militaires étrangers. Sa correspondance permet également d’appréhender sa position à ce sujet.

  • 58 AD Moselle, 29 J 863, t. 17, lettre à Dubois, vicaire général, 30 mai 1817 et t. 18, lettre à Neuh (...)

30Lors de ses visites, l’évêque se déplace en petit comité à travers son diocèse. Il voyage pendant quelques jours, parfois plusieurs semaines, en particulier lorsqu’il se rend dans des secteurs éloignés de Metz, comme les Ardennes ou le Luxembourg. Ces déplacements constituent une contrainte pour le prélat, dont la santé est parfois défaillante58. L’essentiel des visites dans les secteurs occupés s’étale sur deux ans environ, de juin 1816 à juillet 1818. Monseigneur Jauffret, qui ne se rend pas toujours dans des localités où les Alliés sont présents, fréquente surtout les secteurs occupés par les Russes.

  • 59 Robert Reboul, op. cit., p. 37-38.
  • 60 AD Moselle : 29 J 355, 13 juin 1817.

31Ces visites ont mis l’évêque en contact avec un nombre d’habitants considérable. On évalue à près de 100 000 le nombre de personnes confirmées. S’il est doué de charisme, Mgr Jauffret a pourtant besoin d’un intermédiaire dans ses rapports avec les populations de langue allemande59. Des situations semblables se produisent avec les occupants. Lorsqu’il dîne le 13 juin 1817 au presbytère du Chesne avec le curé du lieu, les desservants, le maire et le juge de paix, on n’a convié que les deux premiers officiers russes « qui savaient assez le français pour l’entendre et être entendus60 ».

  • 61 Ibid., 13 juin 1816.

32Les rencontres entre Mgr Jauffret et les Alliés, lorsqu’elles ont lieu, se produisent en général dans un cadre collectif, beaucoup plus rarement en tête-à-tête. Elles réunissent souvent l’évêque, les autorités, les fidèles et le clergé. Le type de sociabilité avec les Alliés est varié, du simple compliment au dîner en passant par l’échange de visites. La rencontre implique le plus souvent des officiers supérieurs du côté de l’occupant. Il s’agit de Russes (dix fois), de Prussiens (quatre fois), de Bavarois (deux cas) et de militaires des Pays-Bas (un cas). Une situation classique est celle du 13 juin 1816, quand l’évêque se rend à Boulay à l’occasion d’une bénédiction de cloches. Il est invité à dîner chez le comte de Boucy qui a réuni les principales autorités de l’endroit et « plusieurs officiers bavarois en garnison dans cette ville61 ».

  • 62 Le Concordat et les articles organiques avec commentaires, op. cit., p. 40.
  • 63 AD Moselle, 29 J 355, 25 mai 1814.
  • 64 La présence étrangère change en partie la donne, comme l’indique cette mention qui fait suite à ce (...)

33Ces déplacements répondent à trois objectifs principaux. Tout d’abord, Mgr Jauffret souhaite reprendre en main son territoire. Certes, les articles organiques prévoient que chaque évêque doit avoir parcouru l’ensemble de son diocèse en l’espace de cinq ans62, mais le contexte politique et la situation personnelle du prélat par rapport au pouvoir expliquent également cette démarche. Il s’agit pour lui de maintenir l’ordre en affirmant sa présence, aussi bien à l’égard de la population que du clergé. C’est d’autant plus vrai qu’en son absence Mgr Colmar, évêque de Mayence, est venu faire des ordinations et des confirmations à Metz le 25 mai 181463. Il est significatif que les visites les plus longues et qui donnent lieu aux relations les plus détaillées concernent les deux territoires les plus excentrés : les Ardennes et le Luxembourg. On comprend donc que les déplacements de l’évêque aient été marqués par l’attention extrême portée aux signes de distinction. En octobre 1816, lorsque l’évêque quitte Luxembourg pour se rendre à Thionville, son secrétaire consigne soigneusement le fait que sa voiture fut escortée sur une « longue distance par un détachement de gendarmerie hollandaise et fut exempté de droit de barrière : laquelle exemption ne porte que sur la voiture du Roi et celle des évêques du Royaume ». Une mention indique surtout : « Malgré les grands changements politiques survenus depuis que mgr [sic] n’avait plus visité les bons luxembourgeois, il fut accueilli avec les mêmes démonstrations de respect, de prévenance, de dévouement et d’amour filial qu’il avait reçues lors de ses premières visites64. »

  • 65 Albert Calmes, op. cit., p. 4 et 21.
  • 66 Ibid., p. 482 et 487-488.
  • 67 Id., p. 481.

34Il faut souligner à ce sujet que les enjeux du voyage au Luxembourg sont importants. Devenu département des Forêts en 1794, le territoire est attribué par le Concordat à l’évêque de Metz. En 1815, lorsqu’il est cédé aux Pays-Bas, Mgr Jauffret ignore si le grand duché va rester sous son autorité65. À partir de cette date, le Luxembourg est le cadre de conflits entre civils et militaires, population et autorités, mettant aux prises autochtones catholiques d’un côté, Hollandais et Prussiens protestants de l’autre. Les voyages de Mgr Jauffret s’inscrivent dans ce contexte tendu, lourd d’enjeux ecclésiastiques et politiques. L’évêque entend faire rentrer dans le rang des prêtres favorables au roi Guillaume Ier conduits par l’abbé Dominique Munchen, ancien prêtre constitutionnel66. Par ailleurs, il doit compter avec la demande des États provinciaux de mettre fin au rattachement du grand duché au diocèse de Metz en 1816 et en 181867.

  • 68 AD Moselle, 29 J 355, 14 octobre 1816.
  • 69 Ibid., 12 mai 1814.
  • 70 Ibid., 2 juillet 1816.

35Il s’agit aussi de la part de Mgr Jauffret de se concilier les Alliés afin d’apaiser les relations entre eux et la population. Il suggère par sa présence aux officiers étrangers que les civils français font l’objet de la préoccupation de l’autorité, qui les prend sous sa protection. Ainsi, « connaissant combien il importait aux pasteurs et aux fidelles de se concilier la bienveillance des chefs de trouppes alliées qui occupaient le pays », l’évêque fait complimenter dès son arrivée à Bouzonville M. de Reichs, colonel d’un régiment bavarois cantonné dans le village et ses environs68. Se montrer en présence des militaires étrangers permet aussi de rassembler en énonçant la voie définie par les autorités. Le prélat répand un message politique à la louange des Bourbons, ce qui va dans le sens des Alliés, qui assurent une occupation de garantie. À Boulay, le 12 mai 1814, après avoir chanté les vêpres, il dispense à l’église une « instruction particulière » invitant notamment à « jouir de la paix ramenée en France par le roi69 ». Il va plus loin le 2 juillet 1816 : lors d’un dîner à Rethel avec l’état-major russe, il porte un toast à Alexandre Ier « modérateur et pacificateur de l’Europe », tandis que les généraux en portent un à Louis XVIII70. Ainsi, il indique aux populations que les militaires sont fréquentables.

  • 71 Ibid., 7 juillet 1816.
  • 72 Ibid., 1 juillet 1816.
  • 73 Ibid., 2 juillet 1816.
  • 74 Thomas Dwight Veve, op. cit., p. 87-88.

36Dans le même temps, les relations entre occupants et occupés s’inscrivent dans le cadre d’une sociabilité au sein des élites qui nous paraît sans doute inconcevable aujourd’hui, mais qui était fort naturelle au début du XIXe siècle. Dans ce domaine, les troupes d’occupation sont davantage demandeuses qu’elles n’exigent. En effet, sans occulter la volonté de tromper l’ennui de la vie de garnison dans de petites localités, les Alliés souhaitent être pris en compte sur le plan religieux et espèrent être acceptés par les populations. À Château-Porcien par exemple, le 7 juillet 1816, les « officiers russes » assistent à une messe célébrée par Mgr Jauffret. Suit un dîner au cours duquel le colonel russe comte de Konski, apprenant que l’orgue de l’église paroissiale a brûlé, lance une souscription, et verse lui-même 250 francs71. À Rethel en juillet 1816, l’évêque est invité à dîner par le général Reystieffet sa femme, laquelle est catholique. « Les généraux russes et plusieurs de leurs officiers ont assisté aux instructions du Prélat72. » Ceci s’accompagne de la découverte d’une culture étrangère. À Château-Porcien encore, le colonel de Konski invite Mgr Jauffret à déjeûner le 8 juillet 1816. Au cours du repas, la musique militaire « a exécuté divers airs français et russes ». À Rethel encore, le 2 juillet 1816, le dîner avec l’état-major russe « a été servi à la manière russe73 ». Ce rapport particulier avec les Russes étonne. En effet, ils n’apparaissent pas comme les plus agressifs parmi les occupants, mais ce constat présent dans les sources tient peut-être à ce qu’ils se montrent bienveillants avec les notables – dont le clergé – plus qu’avec la population. En effet, les Prussiens à Longwy, mais aussi les Russes dans les Ardennes en 1816, ou encore les Bavarois, commettent des actes de violence. Aussi, c’est avec joie que la population fête le départ de tous les contingents, y compris celui des Russes à Givet en novembre 181874.

  • 75 Ibid., p. 21.
  • 76 Mais aussi les Bavarois, comme le 16 octobre 1816 (AD Moselle, 29 J 355).
  • 77 AD Moselle, 29 J 355, 29 juin 1816.
  • 78 Ibid., 8 juillet 1816.
  • 79 Ibid. Il a été promu depuis la rencontre précédente.
  • 80 Madame de Reystieff est catholique (AD Moselle, 29 J 355).

37En dernier lieu, lors de ses visites l’évêque entre étroitement en contact avec certains militaires étrangers, lesquels ne manifestent pas de réticences à le rencontrer. Seuls les Allemands (Bavarois ou Prussiens) se cantonnent au strict minimum à son égard. L’étude de la sociabilité révèle une proximité variable entre l’évêque et les officiers étrangers. Les rencontres incluent parfois la volonté d’entamer une discussion personnelle entre le prélat et certains officiers alliés, d’autant plus que, lors de l’occupation de garantie, le quartier-général russe se trouve à Maubeuge et que cet éloignement confère une plus grande liberté aux officiers75. Les militaires de ce contingent se montrent plus ouverts à l’égard de l’évêque que les autres76, y compris des hommes de troupe. Le 29 juin 1816, lors de son entrée à Rethel, « les soldats russes stationnés à Rethel et qui se trouvaient sur le passage du cortège [levèrent] leurs bonnets ou leurs casques77 ». Les interlocuteurs étrangers de Mgr Jauffret ont des parcours personnels qui les rapprochent de l’évêque, comme ces catholiques servant dans l’armée russe ou ce protestant d’origine française du contingent des Pays-Bas. Mgr Jauffret et les officiers de l’armée russe vont inégalement loin dans leurs échanges. Les Polonais qui sollicitent le prélat se montrent discrets, comme celui qui précise qu’il porte un toast en public à la santé du pape uniquement en tant que « souverain de Rome », tout en témoignant beaucoup de respect à l’évêque. Ainsi, le colonel de Konski, polonais et catholique, se sépare de Mgr Jauffret en juillet 1816 « en s’inclinant devant lui pour recevoir sa bénédiction et baiser sa main78 ». Les rencontres dans un cercle privé sont plus propices au rapprochement, comme avec Konski, promu entre temps général, et la nièce de ce dernier, tous deux « catholiques très zélés », et Mme de Narbal « femme catholique d’un colonel Russe79 ». Le 2 juillet 1816, lors d’un dîner avec l’état-major de la division russe, l’évêque « a fait une connaissance particulière avec deux généraux et a été satisfait des princippes [sic] et des sentimens de Mde la Baronne de Reystieff à laquelle il a fait accepter ses entretiens sur la confirmation et un livre de prières intitulé l’adorateur80 ».

  • 81 AD Moselle, 29 J 355, 17 juin 1817. Le général russe de Kaabloukoff séjourne à Vouziers de mai 181 (...)

38Les démonstrations publiques à l’égard de Mgr Jauffret sont appuyées, même de la part des orthodoxes. Lorsqu’il se rend à Vouziers, le prélat est visité par le général russe Kabloukoff, puis dîne chez le curé avec le général « et les premières autorités ». Kabloukoff assiste à la confirmation et rencontre plusieurs fois Mgr Jauffret. L’évêque part « au son de la musique Russe et escorté de gendarmes ». Il se rend ensuite à Buzancy, où il reçoit la visite des officiers russes. Son départ de cette dernière localité le 17 juin 1817 est organisé de façon « triomphale », deux officiers russes escortant la voiture, accompagnés du chef de la garde nationale à cheval, tandis que des jeunes filles confirmées précèdent le cortège, suivies par la garde nationale ; au terme d’une longue conduite, le prélat donne sa bénédiction, avant que les officiers russes ne le saluent81.

  • 82 Ibid., 29 J 863, t. 16, lettre à l’abbé Brémond, 15 juillet 1816.

39Les Russes et les Polonais se tournent vers le prélat à la fois par francophilie et pour des raisons idéologiques. On évoque souvent l’influence chez les futurs Décabristes du séjour en France comme apprentissage de la contestation de l’autocratie, mais les relations entre l’évêque et les Alliés révèlent un autre aspect que la quête du libéralisme ou la sociabilité maçonnique, peut-être aussi contestataire dans sa dimension religieuse. Ces protestants, ces orthodoxes ou ces catholiques sous domination orthodoxe qui conversent avec le prélat lorrain sont à vrai dire assez difficiles à appréhender, d’autant qu’on ne connaît pas la teneur de leurs entretiens. Mgr Jauffret, pour sa part, ne se livre guère. À peine écrit-il à la suite de sa visite dans les Ardennes en 1816, alors qu’il circule entre deux divisions, russe et prussienne : « Les généraux et les officiers russes m’ont comblé, ils ont assisté à mes prédications et j’ai plusieurs fois diné avec eux soit chez les curés soit chez eux et j’en ai reçu divers honneurs militaires82. »

*

40Les relations entre le clergé français et les occupants alliés sont donc complexes et les enjeux se situent à plusieurs niveaux. De façon générale, les ecclésiastiques français sont partagés entre la reconnaissance envers des militaires qui ont mis fin à la domination napoléonienne, et les réticences à l’égard d’envahisseurs dont la présence est souvent génératrice de tensions et de souffrances. La proximité idéologique entre le clergé et ceux qui ont permis le rétablissement de la monarchie n’efface pas tous les obstacles. Dans une perpétuelle tension entre distance et proximité, les relations dépendent beaucoup de l’interlocuteur en présence du côté allié. Le critère d’appréciation de l’Autre est moins national que religieux, fruit de la diversité confessionnelle des occupants.

41Quant aux questions proprement religieuses, elles ne semblent évoquées que lorsque le clergé soulève un problème, ce qui ne paraît pas fréquent, du moins à en croire la correspondance conservée. En définitive, les décisions sont prises en fonction de la législation civile et des règlements ecclésiastiques. L’évêque et son entourage se montrent plus accommodants que les membres du clergé en contact direct avec les militaires. Une distinction est opérée au détriment des non catholiques, dont les demandes sont moins bien reçues, même si l’issue du débat dépend en dernier ressort d’un rapport de forces local. Ces interactions sont d’autant plus complexes qu’un rapprochement s’effectue au fil du temps. En effet, à certaines réticences de la part des autorités ecclésiastiques fait pendant la nécessité d’accueillir les militaires catholiques et de répondre à une demande spirituelle ou du moins sacramentelle de la part des autres qui favorise un rapprochement a minima.

42Enfin, il faut signaler qu’il existe des relations étroites entre l’évêque et certains officiers alliés. La rencontre se fait au gré des visites pastorales. Cette sociabilité est discrètement recherchée de part et d’autre, essentiellement du côté des officiers des armées russes. Ces derniers mettent en avant ce qu’ils ont de commun avec les catholiques d’un point de vue religieux, ce qui n’est pas sans implications politiques. En ce sens, les sujets du tsar se montrent plus syncrétiques, voire plus ouverts que les catholiques français et les autres militaires étrangers. C’est là qu’apparaît l’ambiguïté de la relation : si du point de vue de la discipline ecclésiastique, l’évêque se montre plus réticent à l’égard des orthodoxes, c’est néanmoins avec ces derniers que le rapprochement est le plus facile sur le plan personnel.

43Il y a dans ces rencontres une conjonction d’intérêts. Au cours de ses visites, l’évêque cherche à renforcer une position politique a priori peu favorable pour lui et à reprendre en main un diocèse aux limites géographiques rendues incertaines par le bouleversement de la carte européenne. Il cherche également à apaiser les relations entre Français et étrangers. Les militaires alliés, de façon spontanée ou parce qu’ils obéissent à des ordres, ou encore pour les deux raisons à la fois, cherchent pour leur part à se faire reconnaître et apprécier par les élites et les populations locales. Certains essaient de nouer une relation personnelle avec l’évêque, de façon plus ou moins désintéressée. Il existe enfin une volonté de rapprochement entre les élites, surtout de la part des Russes. Sans doute l’évêque apparaît-il à l’occupant comme le plus accessible des personnages de premier plan, car il se rend auprès d’eux, mais aussi en raison de sa personnalité, éclairée et ouverte.

44On ne perçoit guère de prises de position affirmées de la part du clergé dans l’espace public au sujet de l’occupation, pas plus que de la part des détenteurs de l’autorité du côté français. Si l’on compare la situation du premier avec celle de ces derniers, et même si l’on ne saisit pas toujours exactement l’économie de la relation qu’entretiennent les différents pouvoirs français et les officiers étrangers, on remarque que Mgr Jauffret manifeste moins d’opposition à l’égard des Alliés que certains préfets. Curés et desservants se heurtent sans doute moins à l’occupant que les maires, qui contestent eux aussi à propos de sujets qui nous échappent dans le cadre de cette étude. Dans l’espace public, l’évêque se cantonne le plus souvent aux aspects religieux et ecclésiastiques de sa fonction. Il se met peu en avant, ce qui illustrerait le choix de l’épiscopat et du clergé en général de s’accommoder momentanément de la présence étrangère. Doit-on voir dans cette attitude de retrait une tendance du monde ecclésiastique, une réaction au choc de la période révolutionnaire et dans une moindre mesure impériale, une prudence devant les circonstances liées à l’occupation, ou doit-on l’interpréter comme un signe de satisfaction à l’égard du retour des Bourbons ? De la part du prélat, les stratégies d’accommodement sont mises au service du renforcement d’une position personnelle incertaine.

  • 83 Thomas Dwight Veve, p. 171 et 148.
  • 84 Ibid., p. 83. Ainsi, en mai 1816 un fantassin anglais détruit une croix qu’il a volée dans une égl (...)

45En cela, les rapports que l’évêque entretient avec les Alliés ressemblent à ceux que noue au même moment avec l’occupant le duc de Richelieu, ministre de Louis xviii : l’accommodement ou l’entente n’excluent pas le désir profond des Français de voir partir les étrangers83. La traduction sur le terrain de la position gouvernementale est illustrée par les consignes données aux magistrats par Barbé-Marbois, ministre de la Justice, qui souhaite le maintien de bonnes relations avec les étrangers tout en signalant aux Alliés les militaires ayant mal agi afin qu’ils soient poursuivis84. En définitive, l’Église réagit suivant sa plus ou moins grande proximité religieuse avec l’occupant, par respect de certains principes moraux et par obéissance au régime politique en vigueur en France quel qu’il soit. Sa prudence apparaît conforme à l’attitude générale.

Notes

1 Thomas Dwight veve, The Duke of Wellington and the British Army of Occupation in France, 1815-1818, Westport, Greenwood Press, 1992, p. 20.

2 Thierry Lentz et Denis Imhoff, La Moselle et Napoléon, Metz, Éditions Serpenoise, 1986, p. 189.

3 Ibid., p. 110-111.

4 Almanach ecclésiastique du diocèse de Metz pour l’an 1809 de l’ère chrétienne, Metz, Lemaire, 1809.

5 Il fait ensuite partie du diocèse de Namur.

6 Albert Calmes, Histoire contemporaine du grand-duché de Luxembourg, t. I, Luxembourg, chez l’auteur, 1971, p. 480-481. Robert Reboul, Un archevêque nommé d’Aix, évêque de Metz, et ses frères, Aix-en-Provence, Remondet-Aubin, 1896, p. 68.

7 Picot, Louis-Gabriel Michaud (dir.), Biographie ancienne et moderne, t. XX, Paris, Desplaces, 1858, p. 595.

8 Les Ardennes et la Moselle comptent 6500 juifs sous le Premier Empire, tandis que l’on trouve un peu plus de 1500 protestants dans la Moselle (Thierry Lentz et Denis Imhoff,, op. cit., p. 202-203 ; Henry Contamine, Metz et la la Moselle de 1814 à 1870, t. II, Nancy, Société d’impressions typographiques, 1932, p. 348-349).

9 Picot, Louis-Gabriel Michaud (dir.), art. cit., p. 594. Cette présentation est issue essentiellement de la notice qui figure dans l’ouvrage de Jacques-Olivier Boudon, Les élites religieuses à l’époque de Napoléon, Paris, Nouveau Monde éditions, 2003, p. 174-176.

10 Robert Reboul, op. cit., p. 5 et 7-8.

11 Ibid., p. 10, 16 et 41. Mgr Jauffret est également vicaire général de la Grande Aumônerie sous le Premier Empire (Almanach ecclésiastique du diocèse de Metz, op. cit., p. 166-167).

12 AD Moselle, 29 J 863, t. 13, 8 janvier et 23 septembre 1814. Cette cote rassemble des copies de la correspondance de Mgr Jauffret réalisées au XXe siècle.

13 Robert Reboul, op. cit., p. 36 et 77.

14 Henry Contamine, op. cit., p. 325.

15 Picot, Louis-Gabriel Michaud (dir.), art. cit., p. 594.

16 AD Moselle, 1 V 31, maire de Herny au préfet, 19.3.1815. Il s’agit du curé Henry.

17 AD Moselle, 29 J 309, Passerel aux membres du conseil de l’évêque de Metz, à Metz, 24 septembre 1814. Plusieurs prêtres impliqués dans les événements de 1814-1818 sont également dans ce cas : Courtin, curé de Saint-Hilaire à Givet de 1812 à 1845, ou encore le curé d’Asfeld (Jean-François Pinard, « Les notes historiques de Philippe Courtin », Ardenne Wallonne, no 110, septembre 2007, p. 18, et Gilberte Tramuset, Histoire de la ville d’Asfeld, Charleville-Mézières, Éditions de la SEA, 1977, p. 99-100).

18 AD Moselle, 29 J 601, arrêté du préfet de la Moselle, 19 novembre 1813 ; 29 J 601, maire de Metz à l’abbé Dubois, vicaire général de Metz, 27 mai 1815.

19 Thierry Lentz et Denis Imhoff, op. cit., p. 234-235.

20 AD Moselle, 29 J 164, vicaire général à curé de Sarreguemines, 18 avril 1814. Les cérémonies ordinaires sont perturbées : « Il n’y a pas eu de première communion en 1814 » note le prêtre de Maizières-lès-Metz, ce qui est exceptionnel (AD Moselle, 61 J 438-1 C 11, liber animarum de Maizières-lès-Metz 1802-1838).

21 AD Moselle, 29 J 139 et 29 J 164.

22 Ibid., 29 J 139, lettres du 17 décembre 1813 au curé de Mouzon et du 7 janvier 1814 au curé de Notre-Dame de Givet.

23 Ibid., 29 J 316, mandement des vicaires généraux du diocèse de Metz, 23 avril 1814.

24 Ibid., mandement de Mgr Jauffret, 18 mai 1814.

25 Id., lettre circulaire des vicaires généraux du diocèse de Metz aux curés de la Moselle, 30 avril 1814.

26 Id., lettre circulaire des vicaires généraux du diocèse de Metz au clergé séculier de la Moselle, 8 juillet 1815.

27 Journal du département de la Moselle, no 49, 5 septembre 1816 ; parmi les 24 numéros du Journal du département de la Moselle de l’année 1816 que j’ai pu consulter, un seul évoque les événements, d’ailleurs de façon marginale.

28 AD Moselle, 29 J 863, t. 15, 29 septembre 1815.

29 Ibid., 29 J 316, mandement des vicaires généraux du diocèse de Metz, 23 avril 1814.

30 Pour l’assister, l’évêque peut compter sur ses vicaires généraux, J.-B. Dubois, Prosper Tournefort et Nicolas Thibiat supérieur-général des Séminaires, sans oublier un secrétaire (Robert Reboul, op. cit., p. 73 ; Almanach ecclésiastique du diocèse de Metz pour l’an 1809 de l’ère chrétienne, op. cit., p. 20-21).

31 AD Moselle, 61 J 88-1 C 2, registre de catholicité de Bionville, 20 septembre 1816 et 20 avril 1817. André Morhain, Bionville sur Nied Morlange 1238-1947, Falck, Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine, section des pays de la Nied, 1992, coll. « Monographies des communes des pays de la Nied », 11, p. 25 et 29.

32 AD Moselle, 29 J 164, vicaires généraux à Yvart, desservant des Étangs, 6 décembre 1813.

33 Ibid., un vicaire général à Verdet, curé de Sarreguemines, 26 janvier 1816.

34 Id., conseil épiscopal au curé de Sturtzelbronn, 12 mai 1817.

35 Id., conseil épiscopal au curé d’Achen, 22 mai 1818.

36 Il s’agit de Sébastien Gamps sergent-major au 12e régiment d’infanterie bavaroise, et de Godefroy Seidel, officier de santé attaché à l’hôpital des Bavarois à Elfedange (AD Moselle, 61 J 88-1 C 2, 29 septembre 1816 et 24 avril 1817).

37 Dans d’autres régions cette séparation peut être fondée sur des motifs sanitaires, comme à Poissy, en Seine-et-Oise, en 1814 (Jacques Hantraye, Les cosaques aux Champs-Elysées, Paris, Belin, 2005, p. 253).

38 Articles organiques du Concordat de 1801 (Le Concordat et les articles organiques avec commentaires, Paris, Imprimerie nouvelle, 1897, p. 54).

39 Henry Vincent, Histoire de la ville de Vouziers, Nouzonville, Les Cerises aux loups, 1998, p. ix, xiii et 273.

40 AD Moselle, 29 J 164, conseil épiscopal au curé de Briey, 21 août 1815. On ignore s’il s’agit de Mézières-lès-Vic ou de Mézières-lès-Metz. Le 2 avril 1817, le vicaire général Dubois expose à Sainpy, desservant de Bionville, qu’on ne peut laisser l’église aux militaires du « rite grec non uni » et qu’il faut les aider à trouver un local pour « leurs cérémonies ». Ce document laisse supposer l’attitude conciliante de l’évêché à l’égard des uniates, ce qui implique une bonne connaissance des différences qui existent au sein des Églises de l’Europe orientale. Par ailleurs, le débat suggère que les Alliés, pour leur part, ne voient pas d’inconvénients à partager les lieux de culte (AD Moselle, 29 J 164). Ces relations ne sont pas sans rappeler celles entre chrétiens d’Orient, orthodoxes et catholiques occidentaux en Orient à l’époque moderne (Bernard Heyberger, Les chrétiens du Proche-Orient au temps de la réforme catholique, Palais Farnèse, École française de Rome, 1994, notamment p. 549-550).

41 Ibid., 29 J 164, conseil épiscopal au curé de Thionville, 19 décembre 1815.

42 Jacques Hantraye (éd.), Le récit d’un civil dans la campagne de France de 1814. Les « Lettres historiques » de Pierre Dardenne (1768-1857), Paris, éditions du CTHS, 2008, p. 50-53.

43 Cette chapelle édifiée en 1781-1784 et située à proximité du centre de Givet, est consacrée à Notre-Dame de Walcourt en référence à un sanctuaire, du XVIIe siècle, de Philippeville, localité située à 15 km environ, première chapelle à proximité de Givet (Jean-François Pinard, « La chapelle N. D. de Walcourt », Ardenne wallonne, no 110, septembre 2007, p. 3-4).

44 Jean-François Pinard, « Les notes historiques de Philippe Courtin », art. cit., p. 18 et 21. Il est intéressant de noter qu’en 1914-1918, les troupes allemandes aménagent en ce lieu un cimetière pour leurs morts. Il existe un projet récent de chapelle œcuménique dans la Chapelle restaurée (Jean-François Pinard, « La chapelle N. D. de Walcourt », ibid., p. 5-6 ; « Notes et archives », id., p. 66).

45 Robert Reboul, op. cit., p. 211.

46 AD Moselle, 29 J 440, Deniset, desservant de Gandrange, au conseil épiscopal, 8 mai 1814.

47 Ibid., 29 J 164, conseil épiscopal à Deniset, desservant de Gondrange, 11 mai 1814.

48 Ou du moins de « langue russe ».

49 AD Moselle, 29 J 164, conseil épiscopal à Noirjean, curé de Ville au Montois, 2 juin 1817.

50 Ibid., conseil épiscopal à Saimpy, curé de Bionville, 2 avril 1817.

51 C’est-à-dire du côté français, de deux maires, des conseillers municipaux, d’anciens militaires et de huit prêtres ; du côté russe, de vingt-cinq officiers et de « M. l’Aumônier de l’Armée russe ».

52 Le blocus dure du 27 janvier au 10 avril 1814.

53 Procès-verbal de la cérémonie des obsèques de très-illustre dame Anne Goulet de Montlibert, veuve de M. Jean-François de Foix de Candale, chevalier de l’ordre militaire de Saint Louis, célébrées dans l’église d’Ars-sur-Moselle, le 17 mars 1814, par ordre de son Excellence Mr Yousefowitch, Général russe, commandant des troupes alliées du blocus de Metz ; et oraison funèbre prononcée par l’un des curés présents à la cérémonie, 11 p., cote BNF : 4-LN27-38702 et Thierry Lentz et Denis Imhoff, op. cit., p. 240 et 242-243.

54 Déjà Paul Ier émit en 1800-1801 l’idée d’un rapprochement entre catholiques et orthodoxes contre la France révolutionnaire (Marie-Pierre Rey, Alexandre Ier, Paris, Flammarion, 2009, p. 108-109).

55 Ibid., p. 330-332.

56 Id., p. 338-339.

57 Id., p. 388 et 391.

58 AD Moselle, 29 J 863, t. 17, lettre à Dubois, vicaire général, 30 mai 1817 et t. 18, lettre à Neuheuser, 30 juin 1817.

59 Robert Reboul, op. cit., p. 37-38.

60 AD Moselle : 29 J 355, 13 juin 1817.

61 Ibid., 13 juin 1816.

62 Le Concordat et les articles organiques avec commentaires, op. cit., p. 40.

63 AD Moselle, 29 J 355, 25 mai 1814.

64 La présence étrangère change en partie la donne, comme l’indique cette mention qui fait suite à celle citée dans le corps du texte : « Les autorités civiles s’étaient adressées à Mr le commandant prussien pour qu’il fût tiré 24 coups de canon à son entrée dans la ville, selon l’ancienne étiquette. Mais celui-ci avait répondu qu’il ne pouvait le faire sans instruction de son gouvernement et d’autant moins que cela ne s’était pas pratiqué dernièrement, lors de l’entrée du frère de S. M. le Roi de Prusse, qui avait visité la ville et forteresse de Luxembourg » (AD Moselle, 29 J 355, 10 octobre 1816).

65 Albert Calmes, op. cit., p. 4 et 21.

66 Ibid., p. 482 et 487-488.

67 Id., p. 481.

68 AD Moselle, 29 J 355, 14 octobre 1816.

69 Ibid., 12 mai 1814.

70 Ibid., 2 juillet 1816.

71 Ibid., 7 juillet 1816.

72 Ibid., 1 juillet 1816.

73 Ibid., 2 juillet 1816.

74 Thomas Dwight Veve, op. cit., p. 87-88.

75 Ibid., p. 21.

76 Mais aussi les Bavarois, comme le 16 octobre 1816 (AD Moselle, 29 J 355).

77 AD Moselle, 29 J 355, 29 juin 1816.

78 Ibid., 8 juillet 1816.

79 Ibid. Il a été promu depuis la rencontre précédente.

80 Madame de Reystieff est catholique (AD Moselle, 29 J 355).

81 AD Moselle, 29 J 355, 17 juin 1817. Le général russe de Kaabloukoff séjourne à Vouziers de mai 1817 à novembre 1818, et en novembre 1818, le lieutenant général Alexeieff est également présent. Le lieutenant-général Alexeieff et le major-général Kabloukoff commandent la division (Henry Vincent, op. cit., p. 274-275 ; Thomas Dwight Veve, op. cit., p. 193-194).

82 Ibid., 29 J 863, t. 16, lettre à l’abbé Brémond, 15 juillet 1816.

83 Thomas Dwight Veve, p. 171 et 148.

84 Ibid., p. 83. Ainsi, en mai 1816 un fantassin anglais détruit une croix qu’il a volée dans une église du nord de la France ou de Picardie, d’où une plainte adressée par le ministre de l’Intérieur au commandement britannique (id., p. 85).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search