Versione classicaVersione mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Troisième partie. Les sociétés à l’épreuve de l’occupation : à la recherche des accommodements

Les campagnes napoléoniennes au Portugal (1807-1811) : de l’impossibilité de l’accommodement à la naissance de nouvelles représentations culturelles dans la population

Walter Bruyère-Ostells

Testo integrale

  • 1 Signé en 1703, ce traité accorde à l’Angleterre des avantages commerciaux au Portugal et dans ses (...)
  • 2 Conflit qui oppose l’Espagne au Portugal entre mai et juin 1801 en raison du refus du Portugal de (...)

1Si pour les troupes de Napoléon et celles de Wellington, la péninsule ibérique constitue un seul et même théâtre d’opérations militaires, du point de vue politique et culturel, sa séparation en deux États, l’Espagne et le Portugal, a des conséquences multiples. À bien des égards, l’évolution dans ces deux États envahis et occupés par les troupes napoléoniennes peut sembler identique et aller de pair, mais des variations de situations et un fossé existent tout de même entre eux. Quelques données doivent être rappelées pour les comprendre et bien saisir le contexte dans lequel se passe l’occupation napoléonienne du Portugal. Depuis le début du XVIIIe siècle, l’anglophilie très forte (traité de Methuen1) du Portugal contraste avec un sentiment strictement inverse en Espagne. La seconde raison est la montée des désaccords entre les deux États face à la Révolution française, dont témoigne la « guerre des oranges » sous le Consulat2. En outre, le rôle de la dynastie des Bragance se distingue de celui des Bourbons d’Espagne : réellement populaire dans l’opinion avant l’invasion française, elle est la seule à s’être transportée vers une colonie pour éviter toute forme de collaboration avec le vainqueur. Il faut également rappeler que l’occupation napoléonienne se déroule en trois temps distincts, sous trois chefs militaires successifs – Junot (1807-1808), Soult (1809), Masséna (1810-1811) – et dans trois contextes, ibériques et européens, différents. Malgré la brièveté de cet épisode, son analyse doit permettre de dégager en quoi il est fondateur d’une histoire contemporaine du Portugal. En effet, il est à l’origine de la rupture entre la métropole et sa colonie brésilienne, selon des modalités très différentes de ce qui se passe pour l’Espagne, et de l’entrée dans une longue période d’affrontement entre traditionalisme et libéralisme politique. C’est pourquoi nous tâcherons aussi de comprendre les changements provoqués dans les mentalités portugaises par cet épisode de domination napoléonienne. Pour cela, il nous faudra d’abord comprendre en quoi les violences de guerre ont pu être un choc pour les populations puis nous verrons comment elles ont fait imploser la société portugaise et, enfin, comment elles ont modifié ses représentations mentales.

Appétit des généraux et violences de guerre

  • 3 MAE, C.P. Portugal, 1, lettre de Napoléon du 12 novembre 1807.
  • 4 Nicole Gotteri, Napoléon et le Portugal, Paris, B. Giovanangeli éditions, 2004.

2En 1807, Junot reçoit pour instructions « de ne donner lieu à aucune espèce de plaintes », « de se bien conduire » et de « donner l’exemple de la plus grande pureté3 ». Les conditions semblent réunies pour que le général français puisse prendre en main les rênes du Portugal sans résistance. En butte au projet napoléonien de scinder le Portugal en trois parties (le sud pour Godoy, le centre pour la France et le nord en dédommagement au roi d’Étrurie), le régent, futur Jean vi, oppose une résistance en creux en refusant de s’associer à toute négociation. Il s’embarque pour la colonie brésilienne le 26 novembre. Avant de partir, il exhorte ses sujets à ne pas tenter une vaine rébellion. À la tête du Portugal, il laisse une junte de gouverneurs, chargée des accommodements nécessaires avec le vainqueur. Son poids politique paraît bien maigre pour s’opposer aux ordres de Napoléon. Le haut clergé adopte aussi une position de non-résistance : les pastorales pour le maintien de la tranquillité publique et la plus stricte soumission aux forces françaises se multiplient pendant l’hiver 1807-18084. Enfin, les élites se rallient, certes sans enthousiasme mais également sans difficulté.

  • 5 Laquelle ne constitue pas un bloc mais on détaillera cet aspect dans la seconde partie.
  • 6 MAE, C.P. Portugal, 1, lettre du 16 décembre.

3Après une rapide campagne militaire, Junot met en place le premier régime constitutionnel de l’histoire portugaise. La dynastie « légitime » est loin du pays. Pourtant, très rapidement, les exactions de la troupe française d’occupation vont provoquer le soulèvement populaire. En premier lieu doivent être relevées des décisions coercitives dont le caractère symbolique fait basculer l’opinion portugaise5. Dès le 15 décembre, Junot fait descendre le drapeau portugais des forts et garnisons de Lisbonne et le fait remplacer par la bannière tricolore. En signe de désapprobation, une foule nombreuse se rassemble et refuse de se disperser à l’issue de la revue des troupes au Rossio. Rapidement, l’émeute s’amplifie. Pendant deux jours, des insurgés s’opposent aux soldats et tuent quelques Français. Le calme est ramené dans la capitale, comme l’écrit Junot à Napoléon : « Depuis deux jours, j’ai été occupé à ramener la tranquillité dans la ville de Lisbonne. Une portion de la plus vile canaille qui inonde les rues de cette capitale avait insulté des soldats et ne voulait pas voir flotter le drapeau tricolore : quelques coups de fusil et une commission militaire ont ramené le calme6. »

  • 7 Nicole Gotteri, Napoléon et le Portugal, op. cit., p. 195.
  • 8 SHD, C7, 1.
  • 9 ANF, 618 AP 1.

4Dès le printemps 1808, inspiré par la situation en Espagne, l’armée quadrille le pays et restreint les libertés. Cela prend parfois un tour contreproductif. Ainsi, à Lisbonne, on interdit les réunions liées à des pratiques traditionnelles comme la sonnerie des cloches ou les Jogos de Entrudo avant le début du Carême7. Dans le reste du pays, le sentiment d’occupation est plus ou moins fortement ressenti. Le stationnement de soldats espagnols dans le nord et en Alentejo est vécu comme une provocation par la population8. Il semble toutefois que certains officiers français, comme le général Thiébault, aient mieux réussi à faire accepter la présence étrangère par les habitants9.

  • 10 Propos prêtés au général Taviel par Paul Thiébault, Mémoires du général baron Thiébault, Paris, Le (...)
  • 11 Ibid., t. 2, p. 912.

5À ce titre, le général Thiébault insiste sur la conduite personnelle du chef. Il met en scène sa retenue dans le traitement des populations et va jusqu’à affirmer : « Il n’y a qu’un général qui n’ait pas volé en Portugal et c’est le général Thiébault10. » Aussi tandis que, dans les derniers temps de la présence française à Lisbonne en 1808, le général Loison était selon lui entouré en permanence de quatre bataillons, lui-même aurait circulé librement dans la ville, salué par les habitants. « Il [lui] a paru intéressant de montrer par cet exemple comment un peuple conquis juge ses conquérants assez justement d’après leur conduite, et par suite de quelles actions une conquête peut être conservée ou perdue11. »

  • 12 Rapport non daté et non signé (ANF, 618 AP 1).
  • 13 Idem.

6À côté des vexations chargées de symboles, d’autres décisions font monter l’hostilité de la population par leurs conséquences pratiques. Ainsi, la méfiance ancestrale des populations du nord du pays envers les troupes espagnoles tourne à la haine en raison d’une gestion jugée provocatrice des stocks de céréales. Un rapport français analyse ainsi la détérioration de l’acceptation de l’occupation dans le centre-est du pays : « On est informé que le régiment de cavalerie espagnol qui est à Thomar donne du froment aux chevaux, sans doute parce que l’orge y manque. Il est arrivé que la troupe a aussi pris des bœufs de la charrue même pour la boucherie, ce qui a effrayé les fermiers et pour cette cause ne continuent pas l’ensemencement de leurs terres. Il n’en faut pas davantage pour propager la disette sur l’année suivante et s’attirer l’hostilité des Portugais, si aucune mesure n’est prise12. » Le même officier s’inquiète du facteur de désordre que constituent les déserteurs dans la détérioration des rapports entre occupants et occupés : « On rapporte que dans les campagnes il y a beaucoup de déserteurs français qui y vaquent en demandant l’aumône, que parmi eux, il s’en trouve d’armés. Il est à craindre qu’il n’en résulte du désordre13. »

  • 14 ANF, 182 AP 1. Dans ses Mémoires, Thiébault cite le même Hermann parmi les concussion
  • 15 ANF, 182 AP 1.

7De plus, les autorités françaises exploitent le pays pour l’entretien de l’armée et pour leur propre compte. Ainsi, le ministre de la Guerre, Clarke, adresse à Napoléon en novembre 1808 un rapport accablant pour Junot. Il a été alerté par Hermann, administrateur des Finances, « témoin des accaparements et des brutalités de Junot14 ». Napoléon exige la fin des « pillages ». Au-delà des exagérations de l’auteur, sont dénoncés l’enrichissement illicite et les nombreux pillages de Junot et de son entourage. Sont visés Geouffre, son beau-frère, administrateur de toutes les résidences royales ; Legoy, chargé du séquestre des propriétés et marchandises anglaises ayant appartenu à des Portugais, ou Lhuit, chargé de la guerre et de la marine15.

8Le rapport dénonce aussi les accords passés en matière économique avec les élites marchandes. Ainsi pointe-t-il les commissions touchées par Junot et le général Quesnel sur l’exportation du vin de Porto, ou encore les sommes versées aux autorités par le négociant Bandeira pour obtenir les marchés d’approvisionnement des armées. Sont également soulignés les frais excessifs de Junot mis à la charge des contribuables locaux et le pillage des bibliothèques – dont fut victime notamment la fameuse Bible du couvent de Bélem. Sans doute faut-il suivre l’analyse de Thiébault et voir dans le comportement de Junot et de son entourage l’une des raisons principales du soulèvement portugais.

  • 16 MAE, C.P. Portugal, 2, lettre de Junot à Napoléon le 17 mars 1808.
  • 17 MAE, C.P. Portugal, 2, lettre du 21 mai 1808.

9La levée des impôts se traduit aussi par une forme de pillage économique du Portugal, une nouvelle fois chargée de symbole. En effet, l’argent que Junot réussit à faire rentrer dans ses caisses est principalement constitué par l’argenterie des églises : « L’argenterie des églises rentre sans difficulté et sans cette contribution, nous serions sans argent16 » ; ou encore : « Il nous faut le temps de battre monnaie avec l’argenterie des églises, ce qui est notre principale ressource […]. J’ai dans ce moment-ci, toute l’argenterie des églises des provinces17. » Par ailleurs, Junot décide d’« une levée extraordinaire », une contribution de guerre de 40 millions de cruzades (100 millions de francs-or). Il en exempte « les villes sur la route de Lisbonne » qui avaient bien accueilli ses troupes en novembre 1807. Ce traitement inégal ne fait que renforcer le mécontentement croissant d’une partie des populations, notamment celles des régions au nord du Tage.

  • 18 On pourra se reporter aux remarques formulées par B. Gainot sur le cas italien.
  • 19 João Francisco Marquès, « Le clergé de Porto et les invasions françaises : le patriotisme et la ré (...)
  • 20 ANF, 618 AP 1, Rapport du 9 juillet 1808 adressé à Junot.

10Face au soulèvement qui s’ensuit, la population n’expérimente que deux situations, aussi insatisfaisantes l’une que l’autre. La vacance des autorités se traduit d’abord par une période de non-droit18. À Bragança, la troupe portugaise se rallie aux meneurs, le savetier Viseu et le très populaire tavernier, Nicolau, suivis aveuglément par la foule. Des suspects sont arrêtés et jetés en prison sans autre forme de procès19. Le général Loison fait de cette anarchie l’un des facteurs du basculement de la région entre Minho et Douro, abandonnée après la défection des troupes espagnoles, l’enlèvement du général Quesnel et l’effondrement des autorités portugaises qui collaboraient20. Il faudrait également ajouter que le relief très accidenté entraîne un très fort cloisonnement et l’émergence de guérillas locales hors de tout contrôle hiérarchique dans une région considérée comme traditionaliste.

  • 21 MAE, C.P. Portugal, 3, rapport de Clarke.
  • 22 ANF, 618 AP 1, Rapport du 6 août 1808 adressé à Junot.

11Dans un second temps, la reprise en main de ces territoires passe par une répression systématique. L’armée française se coupe alors définitivement de la population. Ainsi, au début de février 1808, des insurgés tentent d’attaquer un convoi de 100 soldats, des Français et Espagnols malades se rendant à l’hôpital de Caldas. Une partie du 18e régiment de ligne de Porto, constitué de soldats portugais, se joint à eux. Le général Loison écrase avec vigueur la tentative. Huit insurgés sont condamnés à mort par une Commission militaire et exécutés. Enfin, le 18e de ligne de Porto, compromis par cet acte d’insubordination grave, est dissous. La méthode radicale de la répression du général Loison aurait frappé certains officiers présents21. Après avoir repris la place insurgée d’Evora le 29 juillet 1808, ses troupes se livrent à de grand excès. Loison lui-même avance le chiffre de 5 000 morts et de 2 000 prisonniers. Il est difficile de distinguer la part de réels insurgés enfermés dans la ville et de malheureux habitants massacrés par les soldats français lors de l’assaut. Dans son rapport, le général reconnaît : « Cet acharnement mit le comble à la fureur des troupes et tout ce qu’on put obtenir, fut d’empêcher l’incendie de la ville22. » Surnommé « mancheta » par la population en raison d’un bras perdu dans des campagnes précédentes, l’officier français donne naissance à une expression : « aller à mancheta » prend le sens d’« aller à la mort ».

  • 23 William Francis Patrick Napier, Histoire de la guerre de la péninsule 1807-1814, Paris, Éditions C (...)
  • 24 Capitaine Nicolas Marcel, Campagnes en Espagne et au Portugal 1808-1814, Paris, Éditions du Grenad (...)

12Alors que Junot n’avait pas rencontré de résistance militaire notable, Soult se heurte lors de la seconde invasion à des guérilleros mais aussi à l’armée régulière portugaise. Quand les Français parviennent enfin à rentrer dans Porto, la prise de la ville donne lieu à une répression brutale : « Chaque rue, chaque maison retentissait du bruit des combattants et des cris des victimes ; car les soldats français, exaspérés par de longues fatigues, et comme tout autre soldat, poussés à la violence et à la férocité par le fait même de l’assaut, devinrent furieux lorsqu’ils aperçurent, au milieu d’une des plus grandes places de Porto, plusieurs de leurs camarades que les Portugais avaient pris, et auxquels ils avaient arraché les yeux, la langue et qu’ils avaient mutilés avec un raffinement de barbarie. Ces malheureux vivaient encore ; à cet horrible spectacle, rien ne fut plus épargné. Ce fut en vain que Soult s’efforça d’arrêter le carnage […]. On dit que 10 000 Portugais périrent ce jour-là », affirme l’Anglais Napier23. Le capitaine Marcel témoigne à propos de l’entrée dans Coimbra le 2 octobre 1810 : « Nos soldats qui étaient sans pain depuis plusieurs jours envahirent la ville en masse : ils avaient tant souffert […] qu’il ne vint à aucun officier l’idée de s’opposer au pillage24. » Français et insurgés portugais entrent dans une spirale de violence haineuse. Cette évolution des sentiments et des actes réciproques de l’occupant et de l’occupé est sans doute à mettre en relation avec l’implication nouvelle des civils dans la guerre. Cette montée incontrôlée des violences résulte sans doute du caractère asymétrique du conflit, au Portugal comme dans le reste de la péninsule.

  • 25 Capitaine Charles-Rémi Beaujot, Relation de captivité, Paris, Éditions Teissèdre, 2001, coll. « Bi (...)
  • 26 Jean Jacques Germain Pelet, Mémoire sur la campagne du Portugal (1810-1811), Paris, Éditions Teiss (...)
  • 27 Idem, p. 333.
  • 28 George L. Mosse, Fallen Soldiers, Reshaping the Memory of the World Wars, London, Oxford Universit (...)

13Les actes de torture sont probables, comme pourrait le confirmer la soif de vengeance de ce Portugais qui cherche à s’en prendre à des soldats français prisonniers : cet « homme de mauvaise mine s’approcha de nous. Il tira de sa poche un grand couteau et nous en menaça. Il fallait, disait-il, qu’il tirât vengeance des Français. En parlant, il retroussa ses manches et nous fit voir deux grandes cicatrices au-dessus de ses poignets25 ». Le général Pelet confesse d’ailleurs : « On a parlé encore de bien d’autres crimes […] commis pour arracher aux malheureux paysans le secret de leurs caches. On donnait sur cela des détails qui faisaient frémir26. » Rendus possibles par le désordre qui régnait dans le pays et les mésententes entre officiers français, d’autres excès rendent définitivement odieuse la présence napoléonienne. Ainsi, le général Pelet dit-il encore, à propos des soldats « qui allaient à la recherche des vivres, enlevant les jeunes femmes qu’ils rencontraient, les entraînaient à leur suite et en firent un odieux trafic. On a prétendu qu’il s’était tenu des marchés publics de cette espèce27 ». On peut donc conclure que l’occupation française aboutit à l’expérience par les Portugais d’« atrocités de guerre », au moins pour les formes de torture et de prostitution. Toutes proportions gardées, cette violence subie et la souffrance engendrée au sein de la population civile pourraient être rapprochées du concept de « brutalisation », introduit par George Mosse à propos de la Première Guerre mondiale et de ses conséquences dans l’entre-deux-guerres28.

Fractures de la société portugaise

  • 29 Edward Costello, Rifleman Costello: The Adventures of a Soldier of the 95th (Rifles) in the Penins (...)
  • 30 Toutefois, seule une enquête à grande échelle pourrait nous le confirmer.

14En apparence, la population fait rapidement bloc derrière ses élites traditionnelles et son clergé contre les Français. « La nature sanguinaire des Portugais exprimée pendant toute la guerre est connue, affirme le soldat du 95th Rifles irlandais, Costello. C’était toujours avec la plus grande difficulté que nous pouvions éviter à nos prisonniers français d’être étripés, même de sang-froid. Le peuple attendait toutes les opportunités de satisfaire son amour de la vengeance […]. Même il n’était pas rare que nos propres hommes aient à souffrir de leur férocité29. » Il faut pourtant nuancer ce tableau subjectif. Dans la lignée des Lumières, une partie de la classe moyenne et de la bourgeoisie apprécie la politique menée par les autorités françaises. Certes, une grande partie des élites s’est ralliée à la France par obéissance aux dernières instructions du régent et aux appels des corps constitués. Le ralliement aux Français est également l’expression d’un souci, conscient ou non, des élites de voir l’ordre maintenu. Cette réaction de classe explique peut-être l’engagement apparemment plus grand du bas-clergé dans l’insurrection30. Faute d’études, le nombre d’Afrancesados portugais est difficile à chiffrer. Mais il semble que les personnes qui eurent à rendre des comptes devant l’Inconfidencia, tribunal créé pour l’épuration, soient une infime part des personnes dénoncées et arrêtées. Cette observation ouvre la voie à deux interprétations : soit un courant assez profond favorable à l’accommodement existe en 1807-1810, soit des Portugais saisissent l’occasion de régler des comptes avec leurs voisins sous prétexte qu’ils sont des « partidarios » (partisans). Dans le premier cas, les raisons de ce choix sont difficilement accessibles à l’historien ; elles relèvent de l’intime et échappent donc largement aux traces archivées. Le second cas de figure peut être envisagé par comparaison avec d’autres périodes (occupation allemande en France durant la seconde guerre mondiale).

  • 31 ANF, 618 AP 1, Rapport du consul de France M. Mure juin 1808.
  • 32 Jacome Ratton, Recordaçoens de Jacome Ratton sobre ocurrencias do seu tempo em Portugal de Maio de (...)
  • 33 Nuno Daupias d’Alcochete, « La réaction anti-libérale au Portugal après l’invasion française », Ar (...)

15Le « parti français » s’organise autour d’aristocrates comme le comte d’Ega, de négociants comme Jacome Ratton ou de grands financiers. Ces élites voient avec satisfaction la relance économique permise par la présence française. En juin, 30 000 balles de coton sont expédiées de Lisbonne vers la France31. Dans un mémoire justificatif, J. Ratton témoigne en 1813 des bénéfices tirés de la fourniture aux armées, de la spéculation sur le coton ou les pièces d’or32. En effet, il échappe largement au blocus continental : un de ses enfants est à Londres et Bernard Daupias, son petit-fils, à Paris. Toutefois, les Afrancesados ne se limitent pas aux élites. Ainsi, l’approche de Masséna provoque dans la nuit du 10 au 11 septembre 1810 à Lisbonne une vague d’arrestations qui fera grand bruit en Europe, car ces supposés collaborateurs vont être déportés puis exilés sans aucune forme de procès. Or sur quarante-six personnes, on trouve à côté de cinq négociants, de quatre représentants des professions intellectuelles, de deux peintres et de deux avocats, douze fonctionnaires, sept religieux, sept militaires mais encore deux artisans et deux domestiques. Enfin, trois personnes n’ont pas de profession indiquée33.

  • 34 Ibid., p. 214.

16Une seconde forme d’implosion concerne la société militaire portugaise. En effet, la légion portugaise créée par Junot combat loyalement aux côtés des Français. Elle s’illustre ensuite en Allemagne et en Russie. Certains officiers revendiqueront toute leur vie d’avoir servi dans la Grande Armée. Ainsi, Manuel Bernardo Cota Falcao Aranha de Sousa e Meneses, officier de très vieille noblesse, a pour épitaphe en 1840 : « décoré de la Légion d’honneur sur le champ de bataille de Wagram de la main du Grand Empereur Napoléon34 ». En revanche, après la prise en main du Portugal par Beresford, on observe une réelle résistance de l’armée régulière portugaise à l’avancée de Soult. Ainsi, la société militaire lusitanienne est éclatée entre sa légion, fidèle aux Français, et sa nouvelle armée, recrutée et formée dans le cadre de l’alliance anglaise.

  • 35 Ce récit du chroniqueur anonyme des Ephemérides Portuenses a été publié en 1949 dans une série Doc (...)
  • 36 ANF, 618 AP 1, Rapport du 6 août 1808. Cet exemple viendrait à l’appui d’une hypothétique césure e (...)

17En réalité, l’impression d’unanimisme portugais devant les exactions françaises s’explique par l’apparente colère populaire. En principe, la convention de Cintra, signée par Junot avec les Anglais, garantit la non-persécution de ceux qui se sont ralliés aux Français mais, dans les faits, l’épuration populaire n’est pas jugulée. Le patriotisme antilibéral semble animé par le clergé. La ritualisation religieuse est fortement mobilisatrice. Ainsi, à Porto, la pastorale de Dom Antonio de Sao José de Castro, prononcée le 14 juillet 1808, commence par dresser un tableau du Portugal gémissant sous le joug des Français. Elle décrète trois jours de prières publiques, avec exposition du Saint Sacrement, jeûnes et processions de pénitents dans toutes les paroisses de la ville. Le succès populaire est immense. Pendant les trois jours, la présence d’un régiment ecclésiastique dans le défilé militaire qui se présente au grand complet devant l’évêque galvanise la population35. Il y a cependant des contre-exemples. Après la prise d’Evora, le général Loison blanchit l’archevêque « forcé par les Espagnols d’accepter la présidence d’une espèce de gouvernement au nom de Ferdinand vii [et qui] risqua plusieurs fois sa vie pour ne pas montrer assez de zèle36 ».

  • 37 « Nouveaux Chrétiens. »
  • 38 Nuno Daupias d’Alcochete, op. cit., p. 211.

18Tout élément perçu comme suspect de manque de patriotisme est victime de la fureur vengeresse du peuple. Ainsi, sous l’effet de l’exaltation religieuse, aux côtés des « jacobins » on persécute et on pourchasse aussi les Juifs, les Marranes37, comme à Bragança lors des troubles évoqués plus haut. Ensuite, à chaque reflux des Français, une épuration sauvage est menée contre leurs partisans. Lors de l’arrestation de quelques Afrancesados de Beira Alta, on n’hésite pas à les accuser de crime de lèse-majesté sous le prétexte (bien peu vraisemblable) qu’on les aurait vu brûler une effigie du prince-régent en paille après l’avoir toréée38. Soult rapporte :

  • 39 Freire de Andrade accusé de trahison pour n’avoir pas su s’opposer à l’entrée des Français a été m (...)
  • 40 Mémoires de Soult (reprise en fait d’un rapport fait à Napoléon le 31 mai 1809).

« Lorsque j’entrai à Braga, la ville était entièrement déserte, nous eûmes l’affreux spectacle d’un des plus terribles effets de l’anarchie. Le corregidor de Braga, homme de bien, avait été accusé d’être partisan des Français, parce qu’il n’avait pas voulu favoriser les vexations de quelques chefs de l’insurrection. Dès lors, sa perte était résolue, et le jour même où le général Bernardin Frère Bernardino39 était massacré, ses bourreaux vinrent, les mains encore fumantes de son sang, les plonger dans celui de leur premier magistrat. Ils poussèrent même la barbarie jusqu’à empêcher que ses parents et amis lui rendissent les derniers devoirs. Je vis, sur une des places de Braga, son cadavre à moitié dévoré par les cochons […]. Longtemps après, je me rappelais ce spectacle et cet abandon d’une ville par la totalité de ses habitants comme l’un des souvenirs les plus impressionnants de ma carrière40. »

19Même si le récit du maréchal chargé de la reconquête n’est pas neutre, il illustre cependant la violence exercée par les Portugais en retour de celle qu’ils avaient subie de la part des occupants.

Les nouvelles représentations au sein de la population portugaise

20En 1811, le Portugal se retrouve à nouveau sous contrôle anglais. Beresford reçoit le titre de maréchal de l’armée portugaise et est investi des pouvoirs réels. On pourrait penser que l’anglophilie, encouragée depuis un siècle dans le pays, reprend son cours naturel. En réalité, l’invasion française et les violences de guerre entraînent un glissement des représentations de l’Angleterre dans la population portugaise. Ainsi, à l’anglophilie traditionnelle, s’oppose un ressentiment grandissant envers les forces libératrices de Wellington, ajoutant une nouvelle ligne de fracture dans la société portugaise.

  • 41 Cette caricature a notamment été reproduite dans la thèse de Mme Tereza Caillaux de Almeida, La mé (...)

21Alvaro Marques a réalisé en 1811 une aquarelle très intéressante car elle est un des rares exemples de caricature purement portugaise ; l’énorme majorité des œuvres qui circulent au Portugal à cette époque est, en effet, produite par les Anglais ou les Espagnols. Le dessin caricature de façon bon enfant tous les principaux acteurs des campagnes napoléoniennes41. Un militaire portugais, Frederico Pinto Basto, donne ainsi une leçon de stratégie aux Français (Napoléon, Junot ou Soult) mais parmi ses auditeurs, on trouve également les « libérateurs », Beresford et Wellington.

22En effet, l’armée de Wellington commet elle aussi de nombreuses atrocités envers les civils. Face à la troisième invasion, celle de Masséna, le commandant en chef des forces anglaises décide notamment une politique de terre brûlée. Cette méthode brutale exige la désertification absolue des zones de combats, au grand mécontentement des habitants. Elle contribue à ruiner des franges entières du royaume. L’Anglais Napier n’hésite pas à rapporter les conséquences néfastes des choix de Wellington pour la population :

  • 42 William Francis Patrick Napier, op. cit., p. 569.

« La journée du 7 mars (1811) fut marquée par une horrible découverte : on trouva dans un pli de montagnes une grande maison remplie d’individus des deux sexes, morts ou mourants de faim. Plus de 30 d’entre eux avaient succombé, et près de leurs cadavres gisaient encore une quinzaine de femmes et un seul homme, mais si faibles qu’ils ne purent rien avaler du peu de nourriture que nous avions à leur offrir. Les plus jeunes étaient morts les premiers, il ne restait aucun enfant […]. L’homme témoignait du désir de vivre ; les femmes, patientes et résignées, avaient même, malgré leur cruelle détresse, arrangé avec soin, avec décence, les vêtements de ceux qui n’existaient plus42. »

  • 43 MAE, C.P. Portugal, 3.
  • 44 Rapporté par le général François Nicolas Fririon, Journal historique de la campagne de Portugal, P (...)

23Cette tactique provoque d’ailleurs des dissensions entre les autorités militaires anglaises et certains officiers portugais, notamment Sousa43. Un général portugais n’hésite ainsi pas à interpeller Wellington après la chute d’Almeida : « Si vous ne pouviez pas nous défendre, pourquoi nous exciter à la résistance et couvrir de ruines et de sang notre malheureux pays ? Si vous êtes en force, livrez bataille ; si vous êtes trop faible et que vous ne puissiez pas faire venir de plus grandes forces, retirez-vous et laissez-nous nous arranger avec les vainqueurs44. » Le mépris des officiers et hommes politiques anglais envers les populations jugées arriérées attise également le ressentiment de celles-ci. Le ton des courriers diplomatiques de sir John Cradock à lord Castlereagh est révélateur des préjugés anglais.

24Ainsi, l’existence d’une « union sacrée » des Portugais derrière l’allié anglais, incarné par Beresford, et les élites traditionnelles est largement un mythe. L’insurrection est partie de Porto où une junte s’est mise en place sous la direction de l’évêque. Il est significatif que la première ville à se retourner contre les Français et où se déchaîne la fureur vengeresse populaire est celle dont la bourgeoisie a été le plus durement touchée par l’imposition du Blocus continental. Les élites locales forment une junte insurrectionnelle et entraînent une population fortement atteinte par le chômage. Dès le départ, ces nouvelles autorités s’inscrivent dans un projet de retour à l’Ancien Régime et de fidélité aux Bragance. On peut cependant supposer que les enjeux économiques pèsent lourd dans les variations locales face à l’occupant français.

  • 45 Anna Maria de Almeida Camargo, Ruben Borba de Moraes, Bibliografia de Impressao Regia do Rio de Ja (...)
  • 46 Idem.

25Le second changement dans les représentations concerne les rapports entre le Portugal et le Brésil. L’opinion portugaise attend une aide de sa principale colonie pour traverser les difficultés économiques et politiques d’après guerre. Installés à Rio, le prince-régent et les élites brésiliennes montrent très vite une grande indifférence pour le sort de la métropole. Dès 1809, un tiers seulement des publications historiques de l’Imprimerie Royale concernent l’invasion française du Portugal ; en 1810, elles ne sont plus qu’un neuvième45. Les mémoires, comme ceux de l’archevêque de Rio, Memoria historica da Invasao dos francezes em Portugal no anno de 1807, offrent une vision du conflit élargie à l’ensemble du continent européen et une grande distance par rapport aux difficultés des Portugais46. Cette absence de solidarité et de patriotisme de la royauté et des élites provoque l’inquiétude dans la métropole.

  • 47 Voir Correio Brasiliense, volume 1 à 5 et la biographie de Hipolito Jose da Costa Pereira Furtado (...)
  • 48 Article « destinos de Portugal » publié dans Campeao Portuguez, 3 et repris plus tard dans son ouv (...)

26Ainsi naît au Portugal un profond sentiment de décadence et d’inversion du rapport entre la métropole et sa colonie. Le sentiment national qui paraît si puissant dans le soulèvement contre l’occupant et si unanime derrière la dynastie des Bragance est finalement très vite remis en cause. Les revirements du journaliste libéral, Hipolito José da Costa Pereira Furtado de Mendoça, exilé à Londres dès 1805, traduisent les glissements de représentations chez les Portugais. Au moment du conflit, son journal le Correio Braziliense est un ardent défenseur de l’union des deux royaumes47. Mais, ensuite, Hipolito devient l’un des propagateurs de l’idée de l’indépendance brésilienne. Bien qu’interdit sur le territoire du Portugal et du Brésil, on sait par de multiples témoignages qu’il est lu aussi bien à Lisbonne qu’à Rio. Son confrère José Liberato propose, au cas où l’union entre le Portugal et le Brésil ne tiendrait pas, que le Portugal se rattache à l’Espagne48. Il fonde ainsi une nouvelle école de pensée politique, l’ibérisme, qui va persister pendant tout le XIXe siècle portugais. En effet, plus que jamais, le Portugal a besoin d’une grande puissance pour se relever économiquement.

  • 49 MAE, C.P. Portugal, 1.

27Le manque d’incarnation royale dans la métropole en lutte fait également ressurgir une forme de messianisme typiquement portugais, le sébastianisme. Cela pose le dernier problème des représentations politico-religieuses face aux occupants. Le trouble de la société portugaise explique le regain du sébastianisme. Ce phénomène se renouvelle, en effet, à chaque époque troublée de son histoire. Les premiers signes se manifestent dès le printemps 1808 à Lisbonne. La foule insurgée lors de la revue au Rossio est, en partie, excitée par les bruits de miracles annonçant un imminent retour du roi Sébastien pour exterminer l’envahisseur français. Peu après, un habitant trouve dans son poulailler un œuf portant l’inscription V.D.S.R.D.P. qui est aussitôt traduite en Viva don Sebastião Rei de Portugal. Malgré cette manipulation grossière obtenue grâce à un procédé chimique, une émeute éclate dans le quartier et la troupe doit disperser près de 2 000 personnes49.

28Sous la direction de Junot, le Portugal est un exemple des violences exercées par les troupes d’occupation dans l’Europe napoléonienne. Observés à grande échelle, les effets sont dévastateurs avec peut-être 100 000 morts dans les combats et les violences d’occupation, soit plus de 3 % de la population totale du pays. Il faudrait, par ailleurs, y ajouter les victimes de la famine. La population du pays diminue en nombre absolu pendant la période. Les appétits insatiables des officiers généraux, les exigences fiscales napoléoniennes et le maintien de l’ordre brutal sont les principaux aspects de cette violence. La micro-histoire peut révéler des exactions beaucoup plus sordides, des atrocités de guerre, de la part des officiers subalternes et de la troupe face au chaos engendré par la maladresse de Junot et par les divisions au sein de l’état-major. Face à cette violence de l’occupant, la société portugaise implose réellement et la guérilla conduit le pays dans une spirale de violence. Aucun acteur ne semble y échapper, pas même l’allié anglais. La population est divisée, tant dans sa perception des Français et des Anglais que sur le plan politique et religieux intérieur, et les fractures en son sein rendent compte de la prise de conscience brutale de la perte de puissance du Portugal. Ce sentiment et les divisions de la société sont étouffés au moment de la libération du territoire par l’autorité pro-anglaise. C’est ainsi que s’enracine une frustration qui demeure sourde jusqu’à la révolution de 1820. Comme dans la démarche intellectuelle de G. Mosse à propos du XXe siècle, on retrouve un mélange de grande violence militaire s’exerçant sur des civils et la montée d’un sentiment de frustration politique et économique. Or, on observe que le Portugal de la première moitié du XIXe siècle (et au-delà) est marqué par une recrudescence durable des violences politiques et l’acceptation de combats mortels au nom d’idéaux opposés – libéralisme politique contre traditionalisme monarchique et religieux – comme dans l’entre-deux-guerres décrit par G. Mosse. À ce titre, le bref épisode de l’occupation napoléonienne serait bien fondateur du Portugal contemporain.

Note

1 Signé en 1703, ce traité accorde à l’Angleterre des avantages commerciaux au Portugal et dans ses colonies. Durant tout le XVIIIe siècle, le Portugal est donc très dépendant de l’Angleterre (et inversement). Cette proximité commerciale explique la décision napoléonienne d’intervenir au Portugal dans la logique du blocus continental.

2 Conflit qui oppose l’Espagne au Portugal entre mai et juin 1801 en raison du refus du Portugal de renoncer à son alliance anglaise, de verser des indemnités de guerre à l’Espagne et à la France et d’accepter des rectifications de frontière avec l’Espagne. Une courte campagne militaire permet la victoire espagnole.

3 MAE, C.P. Portugal, 1, lettre de Napoléon du 12 novembre 1807.

4 Nicole Gotteri, Napoléon et le Portugal, Paris, B. Giovanangeli éditions, 2004.

5 Laquelle ne constitue pas un bloc mais on détaillera cet aspect dans la seconde partie.

6 MAE, C.P. Portugal, 1, lettre du 16 décembre.

7 Nicole Gotteri, Napoléon et le Portugal, op. cit., p. 195.

8 SHD, C7, 1.

9 ANF, 618 AP 1.

10 Propos prêtés au général Taviel par Paul Thiébault, Mémoires du général baron Thiébault, Paris, Le Livre chez vous, 2005, 2 t.

11 Ibid., t. 2, p. 912.

12 Rapport non daté et non signé (ANF, 618 AP 1).

13 Idem.

14 ANF, 182 AP 1. Dans ses Mémoires, Thiébault cite le même Hermann parmi les concussion

15 ANF, 182 AP 1.

16 MAE, C.P. Portugal, 2, lettre de Junot à Napoléon le 17 mars 1808.

17 MAE, C.P. Portugal, 2, lettre du 21 mai 1808.

18 On pourra se reporter aux remarques formulées par B. Gainot sur le cas italien.

19 João Francisco Marquès, « Le clergé de Porto et les invasions françaises : le patriotisme et la résistance régionale », L’identité régionale : l’idée de région dans l’Europe du Sud-Ouest. Actes des Deuxièmes Journées d’études Nord du Portugal-Aquitaine : CENPA-Maison des pays ibériques, Talence, 21-25 mars 1988, Paris, Éditions du CNRS, 1991 p. 45-65.

20 ANF, 618 AP 1, Rapport du 9 juillet 1808 adressé à Junot.

21 MAE, C.P. Portugal, 3, rapport de Clarke.

22 ANF, 618 AP 1, Rapport du 6 août 1808 adressé à Junot.

23 William Francis Patrick Napier, Histoire de la guerre de la péninsule 1807-1814, Paris, Éditions Champ libre, 1983. Historien de ce conflit, Napier en est surtout l’un des plus fidèles témoins puisqu’il combat aux côtés de Wellington durant toutes les campagnes napoléoniennes.

24 Capitaine Nicolas Marcel, Campagnes en Espagne et au Portugal 1808-1814, Paris, Éditions du Grenadier, 2001.

25 Capitaine Charles-Rémi Beaujot, Relation de captivité, Paris, Éditions Teissèdre, 2001, coll. « Bicentenaire de l’épopée impériale ».

26 Jean Jacques Germain Pelet, Mémoire sur la campagne du Portugal (1810-1811), Paris, Éditions Teissèdre, 2003.

27 Idem, p. 333.

28 George L. Mosse, Fallen Soldiers, Reshaping the Memory of the World Wars, London, Oxford University Press, 1990, ou sa version traduite De la Grande Guerre au totalitarisme : la brutalisation des sociétés européennes, traduction d’Edith Magyar, préface de Stéphane Audoin-Rouzeau, Paris, Hachette Littératures, 1999.

29 Edward Costello, Rifleman Costello: The Adventures of a Soldier of the 95th (Rifles) in the Peninsular and Waterloo Campaigns of the Napoleonic Wars, London, Leonaur, 2005.

30 Toutefois, seule une enquête à grande échelle pourrait nous le confirmer.

31 ANF, 618 AP 1, Rapport du consul de France M. Mure juin 1808.

32 Jacome Ratton, Recordaçoens de Jacome Ratton sobre ocurrencias do seu tempo em Portugal de Maio de 1747 Setembro de 1810, Lisbonne, Fenda, 1992.

33 Nuno Daupias d’Alcochete, « La réaction anti-libérale au Portugal après l’invasion française », Arquivos do Centro Cultural C. Gulbenkian, 38, 1999, p. 173-238.

34 Ibid., p. 214.

35 Ce récit du chroniqueur anonyme des Ephemérides Portuenses a été publié en 1949 dans une série Documentos e Memorias para a historia do Porto, Porto, Camara Municipal, 2 t. L’original est conservé à la Bibliothèque Nationale de Lisbonne.

36 ANF, 618 AP 1, Rapport du 6 août 1808. Cet exemple viendrait à l’appui d’une hypothétique césure entre haut-clergé et bas-clergé face à l’occupant.

37 « Nouveaux Chrétiens. »

38 Nuno Daupias d’Alcochete, op. cit., p. 211.

39 Freire de Andrade accusé de trahison pour n’avoir pas su s’opposer à l’entrée des Français a été massacré par ses propres soldats.

40 Mémoires de Soult (reprise en fait d’un rapport fait à Napoléon le 31 mai 1809).

41 Cette caricature a notamment été reproduite dans la thèse de Mme Tereza Caillaux de Almeida, La mémoire des campagnes napoléoniennes au Portugal (1807-1811) : au croisement des sources orales, écrites et iconographiques, sous la direction d’I. Muzart-Fonseca dos Santos, université Paris-x, 2008, 2 t.

42 William Francis Patrick Napier, op. cit., p. 569.

43 MAE, C.P. Portugal, 3.

44 Rapporté par le général François Nicolas Fririon, Journal historique de la campagne de Portugal, Paris, Librairie militaire Leneveu, 1841.

45 Anna Maria de Almeida Camargo, Ruben Borba de Moraes, Bibliografia de Impressao Regia do Rio de Janeiro (1808-1822), Sao Paulo, Edusp, 1993, 2 t.

46 Idem.

47 Voir Correio Brasiliense, volume 1 à 5 et la biographie de Hipolito Jose da Costa Pereira Furtado de Mendonça, Hipolito da Costa. Cronologia do fundador da imprensa brasileira, Rio de Janeiro, Natal, 2008.

48 Article « destinos de Portugal » publié dans Campeao Portuguez, 3 et repris plus tard dans son ouvrage publié en 1830, Essai historico-politique sur la Constitution et le gouvernement du royaume portugais, Paris, Kessinger Publishing, 2009.

49 MAE, C.P. Portugal, 1.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search