Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Troisième partie. Les sociétés à l’épreuve de l’occupation : à la recherche des accommodements

Compromis et compromission pendant l’occupation française dans le nord de l’Espagne (1809-1814)

Gildas Lepetit

Texte intégral

1Dans le conflit asymétrique qui se déroule en Espagne, le ralliement de la population est un facteur essentiel de pacification. À en croire Las Cases, Napoléon pense être parvenu à soumettre les Espagnols. N’écrit-il pas :

  • 1 Emmanuel de Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, Paris, Le Seuil, 1968, p. 560.

« L’agglomération des trente ou quarante millions de Français était faite et parfaite ; celle des quinze millions d’Espagnols l’était à peu près aussi ; car rien n’est plus commun que de convertir l’accident en principe ; comme je n’ai point soumis les Espagnols, on raisonnera désormais comme s’ils eussent été insoumettables. Mais le fait est qu’ils ont été soumis, et qu’au moment même où ils m’ont échappé, les cortès de Cadix traitaient secrètement avec nous1 ? »

  • 2 SHD, C8 53, Lettre du 14 août 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

2Cette généralisation, si elle est pour partie exagérée, au même titre d’ailleurs que l’image d’Épinal du soulèvement unanime du peuple espagnol contre l’occupation française, n’en est pas moins l’expression d’une réalité partielle. Les Espagnols ont avant tout composé, ménageant les deux camps, aidant alternativement l’un et l’autre en fonction de leurs intérêts immédiats et des forces en présence. À défaut de se comporter constamment comme des « enfants de la Grande Famille2 », selon l’expression née sous la plume du général Buquet, inspecteur général de la gendarmerie d’Espagne, ils ont parfois apporté leur concours aux opérations françaises soit en intégrant les réseaux de renseignements napoléoniens, soit en rejoignant les aigles impériales. L’objet de la présente contribution est de mieux comprendre les motivations des soutiens français au sein de la population espagnole. Trois axes ont ainsi été privilégiés. Le premier permettra de définir le cadre juridique dans lequel évoluent les gendarmes dans le nord de l’Espagne. Nous étudierons ensuite les intentions des Espagnols qui fournissent des renseignements aux troupes napoléoniennes. Enfin, nous nous attacherons à comprendre l’engagement d’une partie, infime, des occupés au sein des forces armées, à travers notamment le parcours d’un auxiliaire nommé Barrutia.

Des provinces au statut juridique particulier

  • 3 AGS, GYJ Leg. 1110, Décret impérial du 8 février 1810 créant des gouvernements militaires pour les (...)
  • 4 SHD, C8 48, Décret du 29 mai 1810 formant les 5e et 6e gouvernements à Burgos et Valladolid. Même (...)
  • 5 Jean Sarramon, La guerre d’indépendance de la péninsule ibérique contre Napoléon Ier, inédit, 1970 (...)
  • 6 Gabriel Girod de l’Ain, Joseph Bonaparte, le roi malgré lui, Paris, Perrin, 1970, p. 248.
  • 7 André-François Miot de Mélito, Mémoires du comte Miot de Mélito, ancien ministre, ambassadeur, con (...)

3Il convient, en premier lieu, de préciser le cadre organisationnel dans lequel les gendarmes évoluent. Les provinces du nord de l’Espagne jouissent, en effet, d’un statut particulier. Elles ne sont pas à proprement parler totalement détachées du reste du royaume ni même officiellement annexées à l’Empire. Elles sont en réalité divisées en gouvernements militaires par le décret impérial du 8 février 18103 et ne dépendent plus de Madrid. Ainsi, la Catalogne constitue désormais le 1er gouvernement militaire, l’Aragon le 2e, la Navarre le 3e et la Biscaye le 4e. D’autres gouvernements sont créés par la suite. Un décret daté du 29 mai 1810 annonce la formation des 5e et 6e autour des provinces de Burgos et de Valladolid4. Le 12 février 1811, la province de Salamanque est constituée en 7e gouvernement militaire5. Les gouverneurs, chargés à la fois des questions administratives et militaires, reçoivent leurs ordres directement de Paris. Ils peuvent donc être assimilés à des sortes de préfets, disposant de prérogatives élargies, notamment d’un point de vue militaire. Selon Girod de l’Ain, Joseph, qui n’a eu connaissance de la promulgation de ce décret qu’après coup, y voit le premier pas vers l’annexion à la France6. Miot de Mélito explique que la création de ces nouveaux gouvernements militaires consiste à « faire passer ces provinces, qui sont toutes à peu près bornées par l’Èbre, sous la domination française, et opérer de fait un démembrement de l’Espagne, jusqu’à ce qu’un sénatus-consulte en eût prononcé la réunion à l’Empire7 ».

  • 8 Gazette extraordinaire de la Régence et des Indes du 9 mai 1810. AHN, Leg 3146.
  • 9 SHD, C8 198, Lettre du 10 janvier 1811 du général Thouvenot au général Caffarelli.
  • 10 SHD, C8 90, Lettre du 14 février 1812 du général Thouvenot au général Dorsenne.
  • 11 ANF, 384AP 22, Lettre du 26 février 1812 du maréchal Suchet au général Reille.
  • 12 SHD, C8 43, Lettre du 2 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. SHD, C8 43, Lettre du (...)
  • 13 SHD, C8 43, Lettre du 3 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.
  • 14 Ibid., Lettre du 12 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.
  • 15 SHD, C8 45, Lettre du 5 avril 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.
  • 16 SHD, C200, Lettre du 19 septembre 1810 du général Thouvenot au général Reille.

4Or ce sénatus-consulte n’a jamais été promulgué. Des rumeurs en ont pourtant fait état. Ainsi, la Gazette extraordinaire de la Régence et des Indes du 9 mai 1810 annonce que, « par un canal secret et digne de foi », le gouvernement madrilène a eu connaissance qu’« en vertu d’un sénatus-consulte organique, il avait été décrété de réunir à la France tous les pays situés au delà de l’Èbre8 ». La même nouvelle arrive aux oreilles des gouverneurs militaires français, en janvier 18119. L’année suivante, le même général Thouvenot, gouverneur militaire des Provinces basques, fait part au général Dorsenne, commandant de l’armée du nord de l’Espagne qu’« un bruit venant de Paris et de Bayonne [annonce] qu’un décret du 28 [janvier 1812] prononce la réunion à la France des provinces d’Espagne de la rive gauche de l’Èbre10 ». Cette rumeur est relayée par Suchet dans une lettre adressée à Reille, le 26 février suivant11. Bien que la réunion à la France n’ait jamais été officiellement prononcée – nous n’avons ainsi jamais trouvé d’exemplaire du décret mentionné par le général Thouvenot –, les gouverneurs militaires n’ont eu de cesse de sonder la population à ce propos. Le plus attentif à ce sujet est sans conteste le général Thouvenot, qui, rien que pour les mois de mars et d’avril 1810, écrit près d’une dizaine de lettres – tant au maréchal Berthier qu’au ministre de la Guerre – sur cet objet12. Selon lui, le rattachement « n’a pas produit aucune sensation défavorable13 » ; il fait part « du calme et [de la] résignation14 » des populations, ajoutant même que « la province du Guipuzcoa entière désire que l’incertitude de [son] sort soit promptement fixée par la réunion à la France ; que la seigneurie de Biscaye forme le même vœu, mais pas si généralement » et que « la province d’Alava manifeste des sentiments contraires15 ». D’ailleurs, Thouvenot se présente comme un partisan de cette réunion qu’il attend « comme les juifs le Messie16 ».

  • 17 Joseph-Léopold Hugo, Mémoires du général Hugo, gouverneur de plusieurs provinces et aide-major gén (...)
  • 18 ANF, AFIV 1623, Projet de traité avec l’Espagne du 7 septembre 1810 réunissant les provinces du no (...)
  • 19 ANF, AFIV 1623, Rapport du duc de Cadore à l’Empereur daté du 7 septembre 1810.
  • 20 SHD, C8 57, Ordre du 12 octobre 1810 de l’Empereur au maréchal Berthier.
  • 21 Décret impérial du 26 janvier 1812 divisant le territoire de la Catalogne en quatre départements.

5Napoléon a donc eu, un temps, l’intention de rattacher ces provinces à l’Empire. Ainsi fait-il déclarer « verbalement » à Charles iv, alors roi d’Espagne, que « l’intérêt de son empire exigeait l’incorporation à la France des provinces espagnoles situées sur la rive gauche de l’Èbre » et qu’en échange, il offrait « le Portugal que ses armées avaient conquis17 ». Un projet de décret, datant du 7 septembre 1810, doit fixer les modalités de cette annexion18. Dans une lettre du même jour, le duc de Cadore rappelle que Charlemagne aussi, en son temps, avait voulu porter son empire sur les bords de l’Èbre, précisant que « ce fleuve a, comme ligne de démarcation, plusieurs avantages sur la chaîne pyrénéenne » à laquelle il reproche de ne pas être une barrière le long des côtes19. Le 12 octobre 1810, Napoléon écrit au maréchal Berthier que « [son] intention est de réunir la Biscaye à la France, qu’il ne faut pas en parler, mais que [le général Thouvenot] doit se conduire en conséquence » et lui ordonne également de faire « la même confidence » au général Reille sur la Navarre20. En réalité, si l’Aragon, la Biscaye et la Navarre ne seront jamais réunies à la France, la Catalogne est organisée en quatre départements, en janvier 181221.

  • 22 SHD, C8 39, Ordre de l’Empereur du 20 janvier 1810 au maréchal Berthier.
  • 23 SHD, C8 41, Ordre de l’Empereur du 12 février 1810 au maréchal Berthier.

6Dès lors, l’action de la gendarmerie apparaît sous un jour nouveau, qui met un terme à la notion d’illégalité d’emploi. En effet, après le projet initial installant les vingt escadrons le long de la route reliant la France à Madrid22, l’Empereur décide de cantonner les gendarmes d’Espagne dans cinq régions : les provinces basques, la Navarre, l’Aragon, la province de Santander et la Castille. Ce changement de destination intervient quatre jours seulement après la création des gouvernements militaires dans ces mêmes provinces23. Dans ces conditions, doit-on considérer les provinces du nord de l’Espagne comme une région à faire entrer dans la sphère d’influence française avant une éventuelle annexion, ou bien comme un front à part entière ? La première solution paraissant la plus plausible, l’intervention de la gendarmerie a alors lieu dans un cadre légal, d’un point de vue français, et relève de la même logique que celle qui a poussé Bonaparte à renforcer la gendarmerie dans les départements de l’ouest de la France, quand il a fallu les pacifier et les purger de l’opposition royaliste.

7Si le statut particulier des provinces septentrionales semble clarifier les conditions d’emploi de l’arme, il ne dissipe pas le flou qui entoure les réactions de la population. Le rattachement, indirect, du Nord de la péninsule à la France n’entraîne pas à l’évidence le basculement unanime des habitants dans le camp francophile, et l’occupant doit toujours compter sur la bonne volonté ou la crainte qu’il inspire à l’occupé. On retrouve de telles motivations dans l’étude des sources d’informations dont disposent les troupes impériales en Espagne.

Informer les Français

8Le renseignement, mission par essence confiée à la gendarmerie en temps de paix, revêt une importance toute particulière en cas de conflit ou de menace. La situation espagnole impose, à l’évidence, à l’institution d’y consacrer une part prépondérante de son activité. Cependant, à la différence du confort relatif des gendarmes à l’intérieur de l’Empire qui peuvent s’appuyer sur leur réseau et leur implantation au cœur de la société française, leurs camarades d’Espagne doivent composer avec les réticences, voire l’hostilité, d’une partie de la population. Ils ont dû adapter leurs techniques au contexte, recherchant de nouvelles sources et s’exposant aux tentatives de désinformation des insurgés.

9On peut légitimement s’interroger sur les raisons qui poussent certains Espagnols à épouser la cause française ou, du moins, à contribuer à la pacification des provinces septentrionales de la péninsule. Les motivations des informateurs sont en réalité variées. Entre contrainte, peur de l’anarchie, idéologie, intérêt personnel et volonté de nuire, il est parfois bien malaisé d’opérer une distinction. On peut, malgré tout, dégager quelques constantes.

  • 24 SHD, C8 37, Rapport du général Avril au maréchal Berthier en date du 24 décembre 1809.
  • 25 ANF, 384AP 20, Lettre du 7 mars 1810 du général Suchet au général Buquet.

10La première concerne les « autorités locales », seules à avoir l’obligation d’informer les troupes françaises. Cette notion recouvre une réalité variée, où se côtoient, notamment, les alcades et la police. Qu’ils aient été choisis par les Français ou qu’ils aient conservé leur poste malgré l’invasion, les édiles font l’objet d’une surveillance constante et d’une protection particulière. Déjà, en décembre 1809, le général Avril appelle le maréchal Berthier à la vigilance contre « les factieux » lors du renouvellement des municipalités24. En mars 1810, lorsqu’il transmet ses consignes au général Buquet pour mettre en place le service de la gendarmerie en Aragon, Suchet insiste sur l’importance de « s’attacher à protéger les justices du pays, qui seules peuvent connaître les retraites des brigands25 ». En réalité, les alcades sont utilisés en Espagne comme les maires et les notables le sont en France : en matière de renseignement institutionnel, les gendarmes ne font donc que mettre en œuvre des méthodes similaires à celles de l’intérieur de l’Empire.

  • 26 SHD, C8 51, Rapport du général Avril au maréchal Berthier en date du 3 juillet 1810.
  • 27 Richard Hocquellet, Résistance et Révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne 1808-181 (...)

11Pour collecter le renseignement, les Français reçoivent des rapports émanant des édiles. En juillet 1810, le général Avril cite ainsi « le rapport de l’alcade d’Elorio (Provinces basques) » qui relate l’entrée d’« une bande de coquins […] dans cette ville, où ils ont commis mille excès26 ». On pourrait voir dans ces rapports l’expression d’un éventuel ralliement des notables espagnols à la cause française. Ils doivent s’entendre avec les autorités impériales pour le ravitaillement, le logement des troupes et le maintien de l’ordre. Il semble en effet que les alcades souhaitent avant tout empêcher les désordres et agissent dès lors par crainte de l’anarchie. Cette tâche ingrate n’est pas sans conséquence sur leur image. Ils craignent d’être méprisés par la population parce qu’ils coopèrent avec l’ennemi. Ils sont haïs car ils doivent répartir les contributions imposées par les Français. Enfin, ils sont inquiets de la réaction des troupes françaises car ils sont considérés comme responsables de la bonne exécution de ces opérations27.

  • 28 ANF, F7 3049, Rapport du 1er au 5 mai 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale.
  • 29 Nicole Gotteri, « Le général Louis Léopold Buquet, commandant la gendarmerie en Espagne, et ses ra (...)

12Parmi les autorités locales, il convient de mentionner d’autres agents de renseignement très prisés : les commissaires de police. Une fois encore, les Français mettent à profit leur connaissance de la population et leur assise locale. Le général Buquet, inspecteur général de la gendarmerie d’Espagne, se montre cependant méfiant vis-à-vis de ces interlocuteurs. S’il juge Vildosola28, commissaire de police à Bilbao, intelligent et zélé, il éprouve une certaine défiance vis-à-vis de Murga et de son successeur, Adam29.

  • 30 SHD, C8 47, Lettre du 7 mai 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.
  • 31 SHD, C8 52, Lettre du 16 juillet 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.
  • 32 SHD, C8 56, Lettre du 17 septembre 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.
  • 33 SHD, C8 89, Lettre du 26 janvier 1812 du général Buquet au maréchal Berthier.
  • 34 SHD, C8 69. Lettre du 10 avril 1811 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

13À côté de ces sources institutionnelles il en est d’autres qui aident les autorités françaises de façon plus ou moins volontaire. Ainsi, tout Espagnol souhaitant jouir d’une amnistie ou fait prisonnier doit, invariablement, être reçu par un officier français. Dans le premier cas, l’« informateur » se plie à cet exercice pour rejoindre le calme de son foyer. Dans le second, il espère obtenir la clémence des Français en échange de révélations. Les révélations des captifs concernent les contacts des insurgés dans la population. Des embaucheurs30, des agitateurs31 et des espions sont ainsi arrêtés. Un fournisseur de poudre aux bandes est dénoncé en septembre 181132. En janvier 1812, un certain José Diaz « fait des dépositions très importantes sur les secours fournis aux insurgés33 ». Bref, nombreux sont les agents des insurgés donnés aux Français par ce biais. D’ailleurs, Thouvenot ne cache pas son intérêt pour les interrogatoires des « brigands » interpellés. N’écrit-il pas en avril 1811 qu’il compte sur les révélations de « plusieurs brigands de la bande de Chato, de Chato lui-même et plusieurs brigands » pour « découvrir […] plusieurs personnes d’intelligence avec les brigands et qui les servent34 » ?

  • 35 SHD, C8 88, Lettre du 2 janvier 1812 du général Buquet au maréchal Berthier.

14Cette méthode, si elle donne parfois de bons résultats, n’en connaît pas moins certains écueils. En effet, dans la masse des prisonniers capturés par les Français, certains n’hésitent pas à faire de fausses déclarations pour sauver leur tête, ne serait-ce que provisoirement. Mentionnons, à titre d’exemple, le cas de Sacarito qui pense sauver la sienne « à force de dénonciations ». Vingt et un individus sont arrêtés sur ses dires avant la découverte de « ses impostures, ses calomnies ». Il est exécuté le 25 décembre 1812 à Valladolid (Castille)35.

  • 36 SHD, C8 46, Lettre du 16 avril 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

15Enfin, certains voient dans cette occupation un moyen de faire fructifier leurs intérêts. La période de l’occupation française est, en effet, propice aux dénonciations. Les moyens de distinguer un « brigand » d’un honnête citoyen étant peu nombreux, notamment avant 1811, date à laquelle les insurgés commencent à se vêtir d’uniformes, il est somme toute facile de voir des affidés des partisans partout. En avril 1810, un habitant de Villafranca (Provinces basques) dénonce ainsi un « brigand » à la gendarmerie et le maréchal des logis Liormet, du 3e escadron, procède à son arrestation36. Le bien-fondé de telles dénonciations ne peut être démontré, et la volonté de nuire des informateurs ne doit pas être écartée des motivations éventuelles.

  • 37 SHD, C8 51, Lettre du 1er juillet 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. ANF, 384AP 110, (...)
  • 38 SHD, C8 84, Projet du l’Espagne du général baron Poinsot en date du 11 novembre 1811.
  • 39 Paul Bergounioux, Brigandage et répression dans les départements romains (1810-1813), maîtrise d’h (...)

16Enfin, nous ne pouvons passer sous silence la présence des espions disséminés au sein de la population. Leur utilisation est avérée pour les gouverneurs militaires comme Thouvenot, dans les Provinces basques, ou Reille, en Navarre37. D’ailleurs, le général Poinsot voit dans la multiplication des espions une des solutions pour mener à bien la contre-guérilla et ramener l’ordre38. Ces pratiques sont en vigueur dans la gendarmerie comme ce fut le cas à la même époque dans les départements romains39. Bien que Moncey interdise ce genre de pratique, le contexte exceptionnel dans lequel évolue la gendarmerie d’Espagne a pu en justifier l’emploi. En plus de ces espions plus ou moins officiels, les Français s’appuient sur différents informateurs sédentaires ou de passage. Comme en France, la base du renseignement est constituée par la population. Dans les rapports, cette dernière est désignée sous les noms génériques de « paysans », « muletiers » ou « arrieros ». Nous ne savons pas grand-chose des personnes qui se cachent sous ce vocable et moins encore de leurs motivations. S’agit-il d’une appellation destinée à cacher des agents à la solde des Français ? Sont-ils rémunérés pour leur renseignement ? Sont-ils inquiets à cause du désordre créé par les actions des insurgés et notamment par les interceptions sur les routes et le paiement des droits de douane ? Sont-ils partisans des Français ? Autant de questions qui peinent à trouver des réponses devant le silence des sources. Quoi qu’il en soit, on constate, dans la correspondance française, une sur-représentation des paysans et des muletiers comme informateurs à partir de 1812, date à laquelle les troupes françaises perdent l’initiative de la guerre. On peut y voir le signe de la faillite du système initial d’information par les fonctionnaires et les notabilités locales, en raison de la pression accrue des insurgés sur les alcades qui se dessine à cette époque.

17Cette incertitude sur les motivations des informateurs se retrouve presque dans le recrutement des troupes locales servant sous les aigles impériales. Dans le Nord de l’Espagne, les Français forment ainsi des troupes auxiliaires, notamment des compagnies de gendarmerie, à l’image des gendarmeries cantabre ou aragonaise. Mais les sources demeurent en grande partie muettes sur la composition du corps. Certains détails de la formation sont malgré tout parvenus jusqu’à nous.

Servir les aigles impériales

  • 40 Statistiques établies sur 78 cas.
  • 41 Baron Ernouf, Souvenirs d’un officier polonais en Espagne et en Russie, Paris, Charpentier, 1877, (...)
  • 42 SHD, C8 45, Lettre du 11 avril 1810 du général Buquet au ministre de la Guerre.
  • 43 ANF, 384AP 106, Lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.

18On remarque ainsi que la plupart des recrues entrées dans la gendarmerie cantabre sont très jeunes : la moyenne d’âge se situe aux alentours de 25 ans, et 80 % des Cantabres n’ont pas 30 ans40. Faut-il y voir l’indice d’une imprégnation accrue des jeunes générations espagnoles par les idées venues de France ? D’une volonté de servir le nouveau régime41 ? À moins qu’il ne s’agisse en effet des difficultés sociales traversées par le Vascongadas, province très douloureusement frappée par la fermeture de ses ports aux marchandises anglaises, et dont le taux de chômage ou d’inactivité s’est fortement accru42 ? Cette dernière hypothèse semble corroborée par les propos tenus par le commissaire des guerres Perrin sur la « cherté des vivres et du fourrage », qui représente selon lui un puissant moteur du recrutement43.

  • 44 ANF, 384AP 107, Lettre du 4 décembre 1811 du général Musnier au maréchal Suchet. ANF, 384AP 106. L (...)
  • 45 ANF, 384AP 59, Lettre du 8 octobre 1811 du chef d’état-major du IIIe corps d’armée au chef d’escad (...)
  • 46 ANF, 384AP 106, Lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.
  • 47 Anonyme, Tarragona sacrificada en sus intereses y vidas por la independencia de la nación y libert (...)
  • 48 SHD, C8 66, Lettre du 26 février 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.

19Dans d’autres régions, le recrutement des compagnies d’auxiliaires fait la part belle aux amnistiés et aux prisonniers de guerre. En Aragon, Suchet pense un temps utiliser Bénito Falcón, homme de grande influence aux dires du commandant Bugeaud et « commandant la cavalerie de Campillo » pris par les Français, comme gendarme44. En octobre 1811, le capitaine Desroberts, commandant une compagnie de gendarmes, est autorisé à recruter les nommés Vicente Godas et Joseph Cordona, « déserteurs espagnols45 ». Selon le commissaire des guerres Perrin, on y trouve également des prisonniers de guerre46. La compagnie de gendarmes de Tarragone (Catalogne) est ainsi entièrement composée de déserteurs et de transfuges des bandes47. En Navarre, la gendarmerie auxiliaire, qui ne voit finalement jamais le jour, doit servir de refuge à des insurgés amnistiés48.

20Les gendarmes cantabres, formés dans les Provinces basques espagnoles pour servir théoriquement de guides et d’interprètes, utilisent également ce mode de recrutement, mais à une moindre échelle. À ce titre, l’étude de l’histoire de Barrutia, symbole à plus d’un titre de la composition et du parcours des auxiliaires issus des bandes insurgées, permet d’appréhender les motivations, l’efficacité, mais également le devenir des hommes ayant embrassé la cause française, par conviction ou par opportunisme.

  • 49 SHD, C8 185, Lettre du 22 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron Burette, commandant le (...)
  • 50 SHD, C8 185, Lettre du 21 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron Seignanserre, commanda (...)

21À l’origine, les unités de gendarmes cantabres doivent compter deux sous-officiers, du grade de maréchal des logis49. Le premier poste est confié à Louis Vento, ancien sergent dans l’armée des Bourbons, rallié à Joseph en janvier 1809 et sergent-major dans la compagnie de miquelets de Bilbao. Le second revient à Barrutia, ancien opposant à l’occupation française qui s’est rallié. En mars 1810, le général Thouvenot, après une action d’éclat des gendarmes cantabres, voit d’ailleurs « avec plaisir [que Barrutia] veut faire oublier ses erreurs en […] aidant à détruire les brigands qui nous tourmentent encore50 ».

  • 51 ANF, AFIV 1634, Rapport du 14 juin 1813 du ministre de la Guerre à l’Empereur.
  • 52 Raymond Barrutia entre ainsi dans les gendarmes cantabres le 11 avril 1810, comme brigadier. Maréc (...)
  • 53 SHD, C8 56, Lettre du 16 septembre 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. Voir également (...)

22Le recrutement d’un personnage comme Barrutia remplit plusieurs objectifs. Il dote les auxiliaires d’un chef rompu aux méthodes de la guérilla et de leur mode de fonctionnement. Il démoralise aussi les insurgés par le ralliement d’un de leurs membres. Il montre enfin qu’en cas de soumission sincère, ils peuvent être reçus avec clémence par les Français et espérer faire carrière au sein de l’armée impériale. Cette politique de la main tendue est confirmée par le maréchal Bessières, commandant en chef de l’armée du nord de l’Espagne. Il espère en effet que « le bon accueil qu’il ferait [à Barrutia] entraînerait la soumission d’autres chefs51 ». D’ailleurs, la mise en avant rapide d’un homme au passé aussi trouble n’est-elle pas la conséquence de visées politiques ? Bien qu’il ne faille pas remettre en cause les capacités de cet homme de dix-neuf ans, son ascension fulgurante jusqu’au grade de sous-lieutenant52 donne l’impression d’être autant une récompense qu’un choix politique. D’ailleurs, tout en soulignant la bonne conduite, la « bravoure » et le « dévouement » de l’intéressé, Thouvenot ajoute que lui accorder un brevet de sous-lieutenant « ferait un très bon effet sur l’opinion des jeunes gens et serait d’ailleurs fort utile53 ». Dès lors, les Français veulent imposer les troupes auxiliaires comme un moyen d’ascension sociale.

  • 54 SHD, 28Yc 249 et 257, Registre matricule du 1er escadron de gendarmerie d’Espagne. SHD-DAT, 28Yc 2 (...)
  • 55 SHD, 28Yc 249 et 257, Registre matricule du 1er escadron de gendarmerie d’Espagne.
  • 56 SHD, 28Yc 251, Registre matricule du 4e escadron de gendarmerie d’Espagne.

23Barrutia ne se contente pas de représenter la clémence de la France à l’égard de ses anciens adversaires : il convainc une partie de sa famille d’entrer dans la gendarmerie cantabre, puisque son frère le rejoint quelques semaines plus tard54. Les Barrutia ne sont pas la seule fratrie réunie au sein des compagnies de gendarmerie auxiliaire. Le 12 novembre 1810, un certain Urbin Sarazua, âgé de vingt et un ans, s’engage dans les gendarmes cantabres attachés au 1er escadron. Un mois plus tard, c’est au tour de François Sarazua, âgé de dix-neuf ans, d’en faire autant55. Si aucun élément tangible n’atteste réellement le lien de parenté entre ces deux hommes, un nom et un lieu de naissance identiques, Marquiña (Provinces basques), le laissent supposer. De même, Jérôme Uzabiaga rejoint les cantabres du 4e escadron le 10 avril 1811, précédant de trois mois celui qui semble être son frère, Pierre56. Dans les deux cas, plusieurs hypothèses peuvent être avancées. S’agit-il de l’envoi en « éclaireur » d’un des frères avant l’arrivée d’un second, plus craintif ? Doit-on y voir l’influence des récits d’un frère sur son cadet ? En tout état de cause, il existe un certain nombre de fratries dans les brigades cantabres : les Arana, Pierre et Joseph, ou les Barbara, Manuel et Balthazard, au 1er escadron.

  • 57 SHD, C8 108, Lettre du 3 mai 1813 de Julien Bessières au général Clauzel. ANF, AFIV 1634, Rapport (...)

24Bien que relativement fréquent, le cas Barrutia n’en est pas moins, par certains côtés, extrême puisqu’il bénéficie de privilèges dont ne peuvent jouir d’autres auxiliaires. Ainsi, le frère de Barrutia est envoyé par le maréchal Bessières dans un lycée français à Pau « pour y être élevé aux dépens du gouvernement ». Le général Thouvenot se charge alors d’assurer « les avances nécessaires pour le trousseau et la pension » du jeune lycéen57. Le souhait de donner une éducation française à ce jeune Espagnol se double donc d’une intention sociale.

25D’ailleurs, au moment du renversement de la situation française, lorsque la majeure partie des troupes impériales sont refoulées par delà les Pyrénées, après l’ultime défaite de Vitoria, le 21 juin 1813, Barrutia doit, à l’image de nombreux autres hommes compromis par leur soutien aux Français, prendre le chemin de l’exil.

  • 58 SHD, Xf 163, Lettre du 25 juillet 1813 du général Pâris au ministre de la Guerre. Même lettre, SHD (...)
  • 59 « Quant aux gendarmes espagnols, j’ai la certitude qu’il n’en existe pas un dans la colonne. Plusi (...)
  • 60 SHD, Yj 125, État nominatif de messieurs les officiers espagnols qui pouvant rentrer en Espagne d’ (...)

26Une vingtaine de Cantabres ont ainsi préféré quitter leur pays. Bien loin de leur être spécifique, cet avenir apparaît comme une constante chez tous les auxiliaires. Les compagnies de gendarmes espagnols de Saragosse (Aragon) et Jaca (Aragon) sont envoyées à Oloron par le général Pâris. Ce départ vers la France peine à trouver ses origines dans l’indéfectible attachement des Espagnols aux aigles impériales et semble s’expliquer davantage par la crainte de subir les affres de l’épuration. C’est du moins ce que pense le général Pâris pour les gendarmes aragonais, quand il mentionne la peur qu’ils éprouvent « de tomber entre les mains des leurs et d’être fusillés58 ». D’ailleurs les différentes exactions subies par quelques-uns de leurs camarades semblent leur donner raison. Certains sont tués avant de pouvoir franchir les Pyrénées59. D’autres sont pendus à la « libération », comme Joseph Pujol, commandant d’une troupe auxiliaire en Catalogne60.

27Cependant, après leur arrivée en France, dans la plupart des cas nous perdons leur trace jusqu’à l’effondrement du régime napoléonien. Tout au plus savons-nous que certains d’entre eux tentent de rejoindre l’armée française. En réalité, il faut attendre la Restauration pour qu’ils soient à nouveau mentionnés. En effet, la chute de l’Empire et la normalisation des relations franco-espagnoles n’entraînent pas pour autant un retour complet des réfugiés. Nombreux sont ceux qui demeurent plusieurs années dans des dépôts de réfugiés, formés tant pour leur apporter du secours que pour les surveiller.

  • 61 Id., Le paradoxe andalou (1808-1812). Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le mi (...)
  • 62 « Je pense aussi que l’on pourrait établir à l’île d’Oléron un dépôt de punition où seraient envoy (...)
  • 63 SHD, Yj 125, État des réfugiés espagnols militaires qui font partie du dépôt de l’île d’Oléron le (...)
  • 64 Ibid., État nominatif des réfugiés espagnols partis de l’île d’Oléron en date du 19 avril 1817.

28Sont ainsi créés des camps de réfugiés, dont un à l’île d’Oléron, « lazaret idéologique », selon l’expression de Jean-Marc Lafon, réservé aux Espagnols suspectés d’opinions bonapartistes ou libérales61. D’ailleurs les autorités royales expriment cette destination avec clarté peu de temps avant le retour de l’île d’Elbe, date de la formation du dépôt62. En décembre 1816, on y retrouve Barrutia, au moment où il fait part de son désir de « rentrer dans sa patrie ». À cette époque, il est considéré comme « un homme dangereux et remuant » et continue à faire l’objet d’une surveillance constante63. Cependant son souhait n’est pas exaucé, et il est encore présent au dépôt en avril 1817, juste avant son départ pour l’Angleterre64. Le nom de Barrutia réapparaît en mai suivant dans la correspondance du colonel chef de l’état-major de la division militaire de Tours. Ce dernier rédige le 9 mai 1817 une longue note concernant l’ancien sous-lieutenant cantabre :

  • 65 Ibid., Note du colonel chef de l’état-major de la division militaire de Tours en date du 9 mai 181 (...)

« Barrutia a été le chef de guérillas. Il passa ensuite du côté de l’armée française, se présenta au gouverneur de Vitoria (Provinces basques) et fut reçu dans la Gendarmerie dans le grade de lieutenant. Rentré en France après l’évacuation de l’Espagne, il fut mis en non activité. Ce ne fut qu’au retour de Bonaparte qu’il obtint du service. Il a été renvoyé lors du licenciement. Cet individu a toujours tenu et ne cesse de tenir la conduite la plus suspecte. Il a été mis en prison plusieurs fois pour des propos qui démontraient son opposition au gouvernement légitime. Il s’est attaché à Sardino qui le flatte des plus brillantes espérances.
[…]
D’après ce que Barrutia a dit dans sa conversation, il paraît qu’il y a à La Rochelle des réunions particulières pour des officiers en non-activité qui ne professent point de véritable attachement au Roi. Barrutia n’a qu’indiqué la maison où se tenaient ces réunions65. »

  • 66 SHD, Yj 93, Rapport du 18 juillet 1815 de l’inspecteur aux revues Prévost au ministre de la Guerre
  • 67 SHD, Yj 125, Lettre du 16 février 1816 du comte de Loverdo au Roi.

29À travers ce document apparaît un des aspects de l’opposition à Louis xviii. Pour autant, on peine à savoir si le ralliement de Barrutia à la cause bonapartiste tient de l’idéologie ou de la nostalgie d’une époque où il était en activité. D’ailleurs, les soupçons d’un bonapartisme supposé des réfugiés sont somme toute très répandus parmi les autorités françaises de la Restauration, notamment à cause du comportement et de l’enthousiasme de certains Espagnols lors des Cent-Jours66. De même, en 1816, on juge toujours les réfugiés prompts à « tremper dans tous les complots dirigés contre la tranquillité publique » et à « saisir toutes les occasions de se rallier aux ennemis de l’État67 ». Notons enfin pour ce document que les informations fournies sur Barrutia sont pour partie erronées, puisqu’il est présenté comme étant entré dans la gendarmerie, sans mention au passage de l’épithète cantabre, comme lieutenant, alors qu’il n’a jamais été détenteur de ce grade, ne dépassant pas celui de sous-lieutenant, et encore n’a-t-il été acquis que plusieurs mois après son passage sous les drapeaux français.

  • 68 SHD, Yj 93, Lettre du 26 mai 1817 du ministre de la Guerre au lieutenant-général comte d’Espinois, (...)

30Preuve de la surveillance dont l’ancien sous-lieutenant cantabre fait l’objet, une nouvelle lettre datée du 26 mai 1817 rapporte que Barrutia « est logé au 9 rue de la Bibliothèque alors qu’il n’est point autorisé à séjourner à Paris68 ». La crainte d’un nouveau retour de Bonaparte oblige les autorités royales à épier les cercles des fidèles de l’Empereur ou des déçus du régime en place. Barrutia semble donc suffisamment impliqué dans ces milieux pour être soumis à un contrôle strict.

  • 69 SHD, Yj 125, État des réfugiés espagnols qui ont quitté volontairement le dépôt de Montauban pour (...)
  • 70 AGS, GYJ Leg. 1125, Ordonnance royale émise par Ferdinand vii le 30 mai 1814, art. VII.
  • 71 Ibid., art. I.
  • 72 SHD, Yj 125, État des réfugiés espagnols militaires qui font partie du dépôt de l’île d’Oléron à l (...)
  • 73 SHD, Yj 125, État nominatif de messieurs les officiers espagnols qui pouvant rentrer en Espagne d’ (...)
  • 74 SHD, Yj 120, État nominatif des réfugiés espagnols qui doivent rentrer dans leur patrie à l’époque (...)

31Cependant, ce cas ne doit pas masquer la grande majorité de ceux qui attendent dans les dépôts un retour en Espagne. Tous les auxiliaires n’ont pas fait partie du camp disciplinaire d’Oléron, et l’on en retrouve dans nombre d’autres. À titre d’exemple, citons le cas du maréchal des logis cantabre Subiarren attaché au dépôt de Montauban qu’il quitte « volontairement » le 8 août 1816 « pour rentrer dans ses foyers69 ». En effet, le retour en Espagne n’est pas rare pour les expatriés, même s’il peut être tardif. Dès mai 1814, comme convenu aux termes du traité de Valençay du 11 décembre 1813, une ordonnance de Ferdinand vii prononce une amnistie pour les sous-officiers et soldats ayant rejoint la cause française70. En sont exclus en revanche tous les dignitaires civils, ecclésiastiques et militaires71. Pour autant, les réfugiés hésitent à rentrer car si les autorités peuvent pardonner, le comportement des populations est beaucoup plus incertain. Avoir pris les armes contre des compatriotes et livré des insurgés à des pelotons d’exécution français ne plaide pas en leur faveur. En décembre 1816, le sous-lieutenant Garcia « désire rester en France, ne pouvant rentrer dans sa patrie72 ». L’exercice des fonctions de gendarme ou de policier semble ainsi constituer une circonstance aggravante aux yeux des populations. Nous avons déjà évoqué le cas de Pujol, capitaine d’une compagnie de partisans pro-français, dont le frère, exerçant les mêmes fonctions, a été pendu à son retour en Catalogne. L’on peut également citer celui de Domingo Brun, capitaine des gendarmes aragonais, décoré par Joseph, qui, pour cette raison « ne peut rentrer » chez lui. François Vidiella, servant « dans l’arme de la gendarmerie, ce motif l’empêche de rentrer en Espagne73 ». L’appartenance à un corps de police ayant servi la cause des Français semble être une raison suffisante pour surseoir au retour d’un expatrié. Or, certains ne se privent pas d’avancer un tel prétexte pour ne pas rentrer au pays. Alors qu’en 1818 les autorités françaises décident de renvoyer une partie des exilés vivant dans le royaume, le nommé Bernard Carvayal, s’étant initialement présenté comme « employé de police », voit sa véritable activité professionnelle révélée. « Au lieu d’employé de police qu’il a prétendu avoir exercé, il n’a jamais été que garde-magasin [et] par conséquent il peut rentrer dans sa patrie. » En revanche, Ange Gonzalez, « ayant justifié de son emploi dans la police », a été « réintégré » dans son dépôt74.

*

32L’invasion française n’a pas été perçue par les Espagnols de façon uniforme. Les afrancesados, les insoumis et la masse silencieuse, extrêmement majoritaire dans les premières années du conflit, se côtoient au sein d’une population où les Français ne voient bien souvent qu’un ensemble homogène. Il s’y entremêle en réalité des sentiments divers et complexes allant du rejet au ralliement. Il est à l’évidence difficile de mettre en lumière cette diversité. La psychologie, l’expérience ou les convictions sont autant de facteurs qui influent sur un choix qui est aussi une affaire intime. Ces motifs restent difficiles à détecter dans les sources manuscrites.

33Malgré cette incertitude, certains motifs affleurent. On perçoit ainsi la crainte de l’anarchie, la quête de clémence, mais aussi les intérêts plus personnels ou la malveillance. La crainte et la contrainte restent toutefois les plus puissants moteurs de la relation entre occupants et occupés. Les Espagnols changent de camp en fonction de la puissance de la présence française. Aussi, à compter de 1812, les Français, qui ont perdu l’initiative des combats et se retrouvent en position de faiblesse, ne peuvent plus compter sur un soutien populaire et sombrent progressivement dans la cécité et la surdité.

Notes

1 Emmanuel de Las Cases, Mémorial de Sainte-Hélène, Paris, Le Seuil, 1968, p. 560.

2 SHD, C8 53, Lettre du 14 août 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

3 AGS, GYJ Leg. 1110, Décret impérial du 8 février 1810 créant des gouvernements militaires pour les provinces de Catalogne, Aragon, Biscaye et Navarre. Même décret, SHD, C17 222.

4 SHD, C8 48, Décret du 29 mai 1810 formant les 5e et 6e gouvernements à Burgos et Valladolid. Même décret, SHD, Xp 34 et Xp 35.

5 Jean Sarramon, La guerre d’indépendance de la péninsule ibérique contre Napoléon Ier, inédit, 1970, t. 9, p. 5.

6 Gabriel Girod de l’Ain, Joseph Bonaparte, le roi malgré lui, Paris, Perrin, 1970, p. 248.

7 André-François Miot de Mélito, Mémoires du comte Miot de Mélito, ancien ministre, ambassadeur, conseiller d’État et membre de l’Institut (1788-1815), Paris, Michel Lévy, 1858, t. III, p. 137.

8 Gazette extraordinaire de la Régence et des Indes du 9 mai 1810. AHN, Leg 3146.

9 SHD, C8 198, Lettre du 10 janvier 1811 du général Thouvenot au général Caffarelli.

10 SHD, C8 90, Lettre du 14 février 1812 du général Thouvenot au général Dorsenne.

11 ANF, 384AP 22, Lettre du 26 février 1812 du maréchal Suchet au général Reille.

12 SHD, C8 43, Lettre du 2 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. SHD, C8 43, Lettre du 3 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier, Lettre du 12 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. SHD, C8 44, Lettre du 16 mars 1810 du général Thouvenot au ministre de la Guerre, Lettre du 20 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier, Lettre du 25 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. SHD, C8 45, Lettre du 5 avril 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier, Lettre du 7 avril 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. SHD, C8 46, Lettre du 26 avril 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

13 SHD, C8 43, Lettre du 3 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

14 Ibid., Lettre du 12 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

15 SHD, C8 45, Lettre du 5 avril 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

16 SHD, C200, Lettre du 19 septembre 1810 du général Thouvenot au général Reille.

17 Joseph-Léopold Hugo, Mémoires du général Hugo, gouverneur de plusieurs provinces et aide-major général des armées d’Espagne, Paris, Ladvocat, 1823, t. III, p. xxxviii. Cet échange est également mentionné par Sébastien Blaze dans ses mémoires : Sébastien Blaze, Mémoires d’un apothicaire sur la guerre d’Espagne pendant les années 1808-1814, 1re éd., 1828, Genève, Slatkine Reprints, 1977, t. 1, p. 39.

18 ANF, AFIV 1623, Projet de traité avec l’Espagne du 7 septembre 1810 réunissant les provinces du nord de l’Èbre à l’empire soumis par le duc de Cadore à l’Empereur. Par ailleurs, Talleyrand, dans ses Mémoires, mentionne l’existence d’un autre traité « ébauché à Paris vers le 20 mars [1808] par M. Izquierdo », dans lequel « Napoléon avait fait insérer parmi les bases d’un arrangement l’obligation, pour l’Espagne, de lui céder une portion de son territoire, en fixant à l’Èbre la limite des deux pays ». Charles Maurice de Talleyrand-périgord, Mémoires complets et authentiques de Charles-Maurice de Talleyrand, Prince de Bénévent, Paris, éd. Jean de Bonnot, 1967, t. II, p. 369.

19 ANF, AFIV 1623, Rapport du duc de Cadore à l’Empereur daté du 7 septembre 1810.

20 SHD, C8 57, Ordre du 12 octobre 1810 de l’Empereur au maréchal Berthier.

21 Décret impérial du 26 janvier 1812 divisant le territoire de la Catalogne en quatre départements.

22 SHD, C8 39, Ordre de l’Empereur du 20 janvier 1810 au maréchal Berthier.

23 SHD, C8 41, Ordre de l’Empereur du 12 février 1810 au maréchal Berthier.

24 SHD, C8 37, Rapport du général Avril au maréchal Berthier en date du 24 décembre 1809.

25 ANF, 384AP 20, Lettre du 7 mars 1810 du général Suchet au général Buquet.

26 SHD, C8 51, Rapport du général Avril au maréchal Berthier en date du 3 juillet 1810.

27 Richard Hocquellet, Résistance et Révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne 1808-1812, Paris, La Bibliothèque de l’Histoire, 2001, p. 46

28 ANF, F7 3049, Rapport du 1er au 5 mai 1812 du général Buquet au ministre de la Police générale.

29 Nicole Gotteri, « Le général Louis Léopold Buquet, commandant la gendarmerie en Espagne, et ses rapports à Savary, ministre de la Police générale (1810-1813) », Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 167.

30 SHD, C8 47, Lettre du 7 mai 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

31 SHD, C8 52, Lettre du 16 juillet 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

32 SHD, C8 56, Lettre du 17 septembre 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.

33 SHD, C8 89, Lettre du 26 janvier 1812 du général Buquet au maréchal Berthier.

34 SHD, C8 69. Lettre du 10 avril 1811 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

35 SHD, C8 88, Lettre du 2 janvier 1812 du général Buquet au maréchal Berthier.

36 SHD, C8 46, Lettre du 16 avril 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

37 SHD, C8 51, Lettre du 1er juillet 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. ANF, 384AP 110, Lettre du 9 juin 1812 du général Reille au maréchal Suchet.

38 SHD, C8 84, Projet du l’Espagne du général baron Poinsot en date du 11 novembre 1811.

39 Paul Bergounioux, Brigandage et répression dans les départements romains (1810-1813), maîtrise d’histoire sous la direction de Jean-Clément Martin, université Paris i, 2002, p. 50.

40 Statistiques établies sur 78 cas.

41 Baron Ernouf, Souvenirs d’un officier polonais en Espagne et en Russie, Paris, Charpentier, 1877, p. 81-82.

42 SHD, C8 45, Lettre du 11 avril 1810 du général Buquet au ministre de la Guerre.

43 ANF, 384AP 106, Lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.

44 ANF, 384AP 107, Lettre du 4 décembre 1811 du général Musnier au maréchal Suchet. ANF, 384AP 106. Lettre du 24 janvier 1812 du général Pâris au maréchal Suchet.

45 ANF, 384AP 59, Lettre du 8 octobre 1811 du chef d’état-major du IIIe corps d’armée au chef d’escadron de gendarmerie Vincent.

46 ANF, 384AP 106, Lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.

47 Anonyme, Tarragona sacrificada en sus intereses y vidas por la independencia de la nación y libertad de su cautivo monarca Fernando séptimo, Tarragone, Puigrubi, 1816, p. 66.

48 SHD, C8 66, Lettre du 26 février 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.

49 SHD, C8 185, Lettre du 22 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron Burette, commandant le 3e escadron de gendarmerie d’Espagne à Tolosa (Provinces basques).

50 SHD, C8 185, Lettre du 21 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron Seignanserre, commandant le 1er escadron de gendarmerie d’Espagne à Bilbao (Provinces basques).

51 ANF, AFIV 1634, Rapport du 14 juin 1813 du ministre de la Guerre à l’Empereur.

52 Raymond Barrutia entre ainsi dans les gendarmes cantabres le 11 avril 1810, comme brigadier. Maréchal des logis le 2 juin suivant, il est promu sous-lieutenant le 27 octobre de la même année, après seulement six mois de service. SHD, 28Yc 249 et 257, Registre matricule du 1er escadron de gendarmerie d’Espagne.

53 SHD, C8 56, Lettre du 16 septembre 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. Voir également la lettre du 11 octobre 1810 du général Thouvenot au maréchal Soult. SHD, C8 195.

54 SHD, 28Yc 249 et 257, Registre matricule du 1er escadron de gendarmerie d’Espagne. SHD-DAT, 28Yc 258, Registre matricule du 2e escadron de gendarmerie d’Espagne.

55 SHD, 28Yc 249 et 257, Registre matricule du 1er escadron de gendarmerie d’Espagne.

56 SHD, 28Yc 251, Registre matricule du 4e escadron de gendarmerie d’Espagne.

57 SHD, C8 108, Lettre du 3 mai 1813 de Julien Bessières au général Clauzel. ANF, AFIV 1634, Rapport du ministre de la Guerre à l’Empereur en date du 14 juin 1813.

58 SHD, Xf 163, Lettre du 25 juillet 1813 du général Pâris au ministre de la Guerre. Même lettre, SHD, C112.

59 « Quant aux gendarmes espagnols, j’ai la certitude qu’il n’en existe pas un dans la colonne. Plusieurs étaient restés à Lérida (Aragon), d’autres ont été assassinés en route. » ANF, 384AP 126, Lettre du 19 février 1814 du général Lamarque au chef de la Ire armée d’Espagne.

60 SHD, Yj 125, État nominatif de messieurs les officiers espagnols qui pouvant rentrer en Espagne d’après la dépêche ministérielle du 27 juin 1817 sont jugés susceptibles de rester au dépôt d’après des motifs particuliers, le 31 juillet 1817. Ce cas semble assez particulier puisque Pujol, auteur de nombreuses exactions au cours de l’occupation, a été, selon Jean-Marc Lafon, « extradé » vers l’Espagne par les autorités alors qu’il avait trouvé refuge en France. Jean-Marc Lafon, L’Andalousie et Napoléon. Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le midi de l’Espagne (1808-1812), Paris, Nouveau Monde éditions/Fondation Napoléon, 2007, p. 227.

61 Id., Le paradoxe andalou (1808-1812). Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le midi de l’Espagne, doctorat d’histoire sous la direction de Jules Maurin, université Montpellier iii, 2004, p. 16.

62 « Je pense aussi que l’on pourrait établir à l’île d’Oléron un dépôt de punition où seraient envoyés ceux qui ont donné ou donneraient à l’avenir des sujets de plainte ou d’inquiétude. Approuvé le 8 mars 1815. » SHD, Yj 93, Rapport fait au ministre de la Guerre le 8 mars 1815.

63 SHD, Yj 125, État des réfugiés espagnols militaires qui font partie du dépôt de l’île d’Oléron le 10 décembre 1816.

64 Ibid., État nominatif des réfugiés espagnols partis de l’île d’Oléron en date du 19 avril 1817.

65 Ibid., Note du colonel chef de l’état-major de la division militaire de Tours en date du 9 mai 1817.

66 SHD, Yj 93, Rapport du 18 juillet 1815 de l’inspecteur aux revues Prévost au ministre de la Guerre.

67 SHD, Yj 125, Lettre du 16 février 1816 du comte de Loverdo au Roi.

68 SHD, Yj 93, Lettre du 26 mai 1817 du ministre de la Guerre au lieutenant-général comte d’Espinois, commandant la 1re division militaire.

69 SHD, Yj 125, État des réfugiés espagnols qui ont quitté volontairement le dépôt de Montauban pour rentrer dans leur foyer en 1816.

70 AGS, GYJ Leg. 1125, Ordonnance royale émise par Ferdinand vii le 30 mai 1814, art. VII.

71 Ibid., art. I.

72 SHD, Yj 125, État des réfugiés espagnols militaires qui font partie du dépôt de l’île d’Oléron à l’époque du 10 décembre 1816.

73 SHD, Yj 125, État nominatif de messieurs les officiers espagnols qui pouvant rentrer en Espagne d’après la dépêche ministérielle du 27 juin 1817 sont jugés susceptibles de rester au dépôt d’après des motifs particuliers, le 31 juillet 1817.

74 SHD, Yj 120, État nominatif des réfugiés espagnols qui doivent rentrer dans leur patrie à l’époque du 28 mai 1818.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540