Versione classicaVersione mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Troisième partie. Les sociétés à l’épreuve de l’occupation : à la recherche des accommodements

La Paix au château ? L’occupation française de l’Irlande en 1798 : traduction, accommodements, perceptions de l’autre

Sylvie Kleinman

Testo integrale

Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une bourse postdoctorale du Irish Research Council for the Humanities qui m’associa au département d’Histoire et au Centre for War Studies de Trinity College, Dublin. Je suis donc reconnaissante à Tom Bartlett et David Dickson pour leurs conseils, et au soutien financier de la Grace Lawless Lee Fund (Trinity) m’ayant permis de faire les recherches nécessaires en France, notamment au Service historique de la Défense (Vincennes), dorénavant SHD.

  • 1 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une bourse postdoctorale du Irish Research Council for th (...)
  • 2 Cf. Sylvie Kleinman, « Un “brave de plus”. La carrière militaire de Theobald Wolfe Tone, héros du (...)
  • 3 Theobald Wolfe Tone, « Writings », Theodore Moody, Robert Mcdowell, Christopher Woods (dir.), Oxfo (...)

1Le 22 septembre 1797 eut lieu à Bonn1 une fête célébrant conjointement l’établissement de la République française et celle de la nouvelle République cisrhénane. Aux côtés des officiers français se trouvait un Irlandais exilé, dont les profonds sentiments républicains le disposaient à tout sacrifier pour l’émancipation de son pays. Pour cet avocat de formation, devenu dans ce but militaire de métier, son engagement dans l’armée de Sambre et Meuse représentait le seul moyen de rompre le lien détesté avec l’Angleterre, pour lui le fléau de l’Irlande. Plusieurs de ses camarades savaient que derrière le nom de guerre banal de James Smith se cachait Théobald Wolfe Tone (1763-1798)2, un des chefs des Irlandais Unis (mouvement séparatiste). Arrivé en France en février 1796 comme ambassadeur incognito auprès du Directoire, il avait servi de conseiller logistique avant d’être nommé officier d’état-major auprès du général Hoche, à qui on confia un premier projet d’invasion de l’Irlande. Paradoxalement, le président de la Commission intermédiaire pour l’administration civile du pays cisrhénan, le colonel Henri Shée (1739-1820), était un compatriote, né à Landrecies mais de père irlandais. Il avait servi de mentor à « Smith » lors de la campagne irlandaise de Hoche en décembre 1796, et en dépit de son échec catastrophique, ils ne cessèrent – avec d’autres – de faire pression pour qu’on renouvelât la tentative d’amener les hommes et les armes indispensables à la réussite d’une insurrection irlandaise. Les deux Irlandais avaient sans doute le cœur lourd en cette fête de Vendémiaire, puisque Hoche, le champion de leur cause, venait de mourir. Il revenait désormais au général Bonaparte de susciter un soulèvement en Irlande, mais celui-ci n’allait-il pas empiéter sur les droits fondamentaux des Irlandais comme il l’avait fait en Italie, et y agir de manière impropre, voire indécente ? C’est en ces termes que Tone avait fait part de son angoisse à Hoche quelques mois plus tôt, craignant les ambitions conquérantes des Français. L’Irlandais impétueux avait tout de même participé aux fastes triomphalistes en pays conquis. Il raconta avec fierté à son épouse que le petit garçon de Shée l’avait aidé à planter l’arbre de la liberté, rêvant sans doute d’en faire autant avec leurs enfants dans leur propre patrie3.

  • 4 Ibid., p. 327.
  • 5 « The calamitous Event » ([James Little] « Little’s diary of the French landing in 1798 », Nualla (...)
  • 6 « My dear Mr. Little, we are undone, they are French! » (ibid, p. 75).

2Presque un an plus tard son frère Mathieu écrivait à sa belle-sœur pour lui décrire à chaud le déroulement du rêve qui se réalisait. Animé par la même ardeur que son frère aîné, exilé en France, il était venu en juillet 1798 à La Rochelle se présenter à l’un des commandants d’une nouvelle expédition irlandaise, le général Humbert, ancien bras droit de Hoche en Vendée. C’est ainsi que, le 22 août 1798, jour même des trente et un ans du général, Mathieu qui se trouvait toujours à bord d’un des navires de la petite flotte française, pouvait exprimer la vive émotion de se retrouver, enfin, à quelques portées de fusil de la côte nord-ouest de l’Irlande, au large du Mayo. Encerclé de montagnes, il imaginait avec un malin plaisir que dans les hauteurs un aristocrate affolé les lorgnait, paralysé par l’angoisse4. Quelques heures plus tard, ce fut bien un protestant privilégié mais non un riche propriétaire qui les aperçut. Le révérend James Little, loyaliste fervent et humble pasteur du tout petit bourg littoral de Lackan, nota dans son journal le début de cet « événement calamiteux5 ». Il avait bien vu dans son télescope quelques navires isolés et bizarres, puis quelques heures plus tard une colonne de soldats débarqués. Ceux-ci s’acheminaient vers Killala (à 8 km), ville plus importante, siège de l’évêque protestant Joseph Stock, que l’invasion allait aussi transformer en chroniqueur, comme nous le verrons. Sur leur chemin, ces soldats avaient distribué aux habitants une proclamation imprimée en anglais, la harangue du général Humbert exposant les intentions du Directoire. Un autre protestant en tendit une copie à Little, et déclara, totalement décontenancé : « Mon pauvre M. Little, nous sommes perdus, ils sont Français6 ! » Sous les yeux de ces modestes sujets du roi Georges se concrétisait la vision cauchemardesque d’une invasion française, tant médiatisée depuis plusieurs mois.

  • 7 « Into faction and warfare » (ibid.).
  • 8 Cf. Catriona Kennedy, « “Our separate rooms”: Bishop Stock’s Narrative of the French Invasion of M (...)

3Perçant la phraséologie lourde mais au message transparent, Little put conclure que derrière la rhétorique républicaine fleurie se cachait la véritable couleur des envahisseurs galliques. Ils feraient, anticipa Little, ce qu’ils avaient fait partout ailleurs, poursuivant sans modération leur système inhumain, armant la populace, la divisant et la forçant « en factions et à la guerre7 ». Pour comprendre cette hantise, il faut avoir à l’esprit que les « spin doctors » anglais avaient exploité l’horreur ressentie à la suite de la (désastreuse) descente française à Fishguard en février 1797, qu’alimentaient les récits des atrocités dont s’étaient rendus coupables quelques-uns des forçats de la Légion franche de Hoche8. Il en résulta un renouveau de la propagande francophobe présentant le soldat républicain comme un barbare, et ravivant le souvenir des pires atrocités de la Terreur commises envers les femmes enceintes et le clergé. L’identité nationale et culturelle des îles britanniques se cristallisait durant cette période par son opposition à « l’autre », le pays s’unifiant en un patriotisme enhardi par les menaces d’invasion. L’Irlande, dont la propre identité nationale restait confuse et déchirée, était entraînée dans cette guerre de papier car l’Angleterre cherchait à rallier ses colons à l’union parlementaire. De plus, la guerre contre la France ouvrait enfin les carrières militaires aux catholiques, ils pourraient y prendre part eux aussi. Mais depuis 1793 le mécontentement irlandais s’était radicalisé, puis militarisé. La rébellion de 1798 éclata sans l’intervention de la France, fut brutalement écrasée en juin, mais les loyalistes vivaient dans la crainte constante d’une invasion française.

  • 9 Gallic Invaders in Their True Colours, gravure polychrome d’après Gillray, [1798?], Inv. Roger Viol (...)
  • 10 « In a word, there was to be no neutrality » (James Little, op. cit., p. 75, souligné par nous).

4Rien n’illustre mieux l’effroi de Little et de ses pareils qu’une gravure satirique anglaise intitulée, « Gallic invaders in their true colours », ou envahisseurs galliques sous leur vrai jour (cf. page x). Elle représente dans le style mordant de Gillray l’incontournable stéréotype national renforcé par le zoomorphisme9. Sauvages effrénés, les redoutables soldats jacobins sont représentés mi-hommes mi-singes. Ils « émancipent » et « convertissent » l’Irlande à la mode républicaine, c’est-à-dire en chassant à coup de bottes et de poignard un digne clerc de son lieu de culte, sous le regard d’un sinistre Directeur. Serait-ce le sort de l’Irlande si les troupes de Bonaparte l’envahissaient ? La grande majorité de la population y était catholique et pratiquante, son clergé conservateur, et le pouvoir des ecclésiastiques – tant romains que réformés – était démesurément important en raison de leur place dans l’administration de l’île. La déchristianisation brutale faisait-elle partie du projet politique de cette descente en Irlande ? Little redoutait non seulement la réquisition corporelle des hommes, mais aussi de leurs esprits. Les biens seraient confisqués et le clergé forcé de renoncer à l’office pastoral pour alimenter non plus les brebis mais les loups. Il prévoyait aussi les inévitables divisions si souvent provoquées par les occupations. S’il se laissa aller à un sermon cynique, l’historien notera la sagesse avec laquelle il résuma si laconiquement le dilemme des comportements humains : « en bref, il n’y aurait aucune neutralité10 ».

  • 11 Pour le déroulement de la campagne, cf. Pierre Joannon, « Les soldats perdus de l’armée d’Irlande  (...)
  • 12 Jean Sarrazin, Jean-Louis Jobit, Louis-Octave Fontaine, Pierre Joannon (dir.), La descente des Fra (...)

5Les défaites glorieuses trouvent leur place, on le sait, dans les épopées nationales fondatrices. Si la descente du général Humbert dans ce coin isolé du nord-ouest de l’Irlande a peu retenu l’attention des historiens français, c’est que cette entreprise hardie s’est rapidement soldée par une défaite militaire, puis un désastre politique et social pour les insurgés irlandais11. Pourtant, dans la conscience collective irlandaise, ce témoignage tant politique que martial de la reconnaissance française du droit à une identité nationale du peuple irlandais est devenue un des plus importants lieux de mémoire. 1798, « L’Année des Français » symbolise l’année des espoirs et des possibilités, et ce n’est pas par hasard que le départ du Tour de France a été donné à Dublin en 1998, l’année du bicentenaire de la rébellion. Trois des militaires français ont publié des récits-bataille enjolivés et contradictoires, repris après coup, motivés par des griefs contre leur commandant12. Aucun de ces touristes accidentels n’a eu le goût d’esquisser une ruine celtique tapissée de mousse ou un arc-en-ciel illuminant les massifs brumeux traversés par la petite armée, aucun n’a manifesté la moindre curiosité pour la langue gaélique et les écarts culturels accentuant les écarts sociaux dans cette périphérie du royaume britannique. Ce n’était décidément pas l’Égypte. En revanche, les notations concernant la misère – tant intellectuelle que matérielle – témoignent du choc du monde sécularisé à l’encontre de la superstition quasi-primitive. Le capitaine Jobit note

  • 13 Jean-Louis Jobit, « Journal de l’expédition d’Irlande », Pierre Joannon (dir.), La descente des Fr (...)

« l’extrême pauvreté […] de cette contrée d’Irlande. Jamais pays n’a présenté une perspective plus malheureuse ; les hommes, les femmes, les enfants presque nus n’y ont d’autre asile qu’une étroite et mauvaise chaumière qui ne les met pas à couvert des rigueurs des saisons. […] Presque tous ces demi-sauvages sont catholiques et d’un fanatisme rebutant qui fait vraiment pitié. […] ils se précipitaient au-devant de nous, se prosternaient à nos pieds et la tête dans la boue, récitaient de longues prières pour nos succès. Tous, hommes et femmes, portent suspendus à leurs cous de larges sales et crasseux scapulaires, ainsi que des chapelets ou rosaires13 ».

6Ces officiers mépriseront ensuite leurs recrues irlandaises, qui prenaient les armes pour la France et pour la Sainte Vierge !

  • 14 Stock a tenu un journal pendant l’occupation qu’il recopiait sous formes de lettres à son frère, p (...)
  • 15 Joseph Stock, op. cit., p. 329.

7Quels seront donc les accommodements entre le jacobin Humbert et l’évêque Stock, envahi dans son intimité familiale et prisonnier trente-deux jours sous son propre toit ? Nous trouvons la réponse dans sa correspondence puis son étonnant récit publié (anonymement) en 180014. En dépit du mal qu’il a eu à trouver le calme nécessaire pour écrire, il se révèle un habile observateur et un précieux témoin de l’histoire malgré lui, n’ayant eu « pour but que d’écrire ce qu’il a vécu et senti15 ». Des récits de Stock et de Little ressortent les tourments de l’individu confronté aux divers conflits et tensions causés par l’invasion entre civils et militaires. Des oppositions plus complexes se dessineront aussi, entre des hommes instruits et urbains et la misérable paysannerie partageant un même voisinage. D’autres clivages et oppositions sont plus subtils, et la perception de l’ami et de l’ennemi de nos chroniqueurs se métamorphose progressivement pour livrer un portrait tout à fait inattendu des « Gallic invaders ».

  • 16 Ibid., p. 309.

8L’évêque Joseph Stock (1740-1813) était un Irlandais issu de milieu aisé, mais qui n’avait pas fait, comme tant de ses confrères, ses études de théologie à Cambridge ou à Oxford, mais à Trinity College, en plein cœur de Dublin, sa ville natale. Cette étape cruciale renforce sans doute la complexité de son identité nationale, que viennent perturber l’invasion puis le fractionnement de la société qui en découle. Cette épreuve inattendue le pousse à prendre la plume comme en un acte de rédemption. Mais c’est aussi un homme qui ne peut s’empêcher d’admirer cette figure emblématique de son siècle, le militaire. Entouré d’officiers, leur présence le stimule. Le conflit et ses défis mobilisent un sens du devoir déjà mûr, dédoublant celui du chef spirituel. Nul ne s’étonne qu’il ait écrit son récit à la troisième personne. Était-ce pour prendre, en chrétien modeste, ses distances avec le rôle de héros local qui fut le sien, ou plutôt pour se dédouaner de celui de collaborateur malgré lui ? Des pointes d’orgueil émergent de temps à autre, comme lorsqu’Humbert propose une place au sein du gouvernement provisoire qui allait se mettre en place à « un homme de la capacité et de l’importance de l’évêque de Killala16 ».

  • 17 Son récit inspira même plusieurs romans et un téléfilm franco-irlandais.
  • 18 En français dans le texte original.
  • 19 Ibid., p. 308.

9Mais une dimension fondamentale de sa médiation entre l’envahisseur et les divers groupements autochtones n’a pas suffisamment retenu l’attention de générations d’historiens de l’Irlande, qui pourtant se sont appuyés sur son récit comme source primaire essentielle17. Nullement offusqué par le fait qu’Humbert l’avait rétrogradé au rang de simple citoyen – il avait exigé de parler à « Monsieur l’évêque18 » lors de son irruption dans la cour de l’évêché, Stock sera métamorphosé en sauveur pour le voisinage. Il avait pu se rendre utile car, « fort heureusement pour sa famille, et comme on le vit plus tard, pour la ville et les environs, [l’évêque] parlait assez couramment la langue française, ayant eu dans sa jeunesse l’avantage de voyager à l’étranger19 ». Il avait pensé quelques instants fuir, mais il s’en était sagement abstenu. Non seulement Stock peut donc dialoguer directement et sans intermédiaire avec l’occupant – contrairement à Little qui adopte le statut de la victime – mais encore ce rapprochement renforce son autorité publique puis une intimité croissante avec les officiers français installés chez lui pendant trente-deux jours. L’évêque francophone devient l’arbitre indispensable entre les envahisseurs et la population locale.

  • 20 Ibid., p. 312.

10Stock n’était en poste à Killala que depuis quelques mois et le jour du débarquement recevait à dîner ses confrères anglicans du diocèse et leurs épouses, ce rassemblement conférant une mise en scène quasi-théâtrale à l’irruption des Français – après leur brève confrontation victorieuse avec quelques yeomen et miliciens – dans le « château » épiscopal : « La salle à manger du château qui, quelques minutes auparavant, ne respirait qu’enjouement et gaieté, fut immédiatement remplie d’un bout à l’autre d’officiers et de soldats français traînant armes et bagages, de prisonniers qui subissaient un interrogatoire, pendant que, dans un coin, un chirurgien et ses aides pansaient un officier de grenadiers français20. » Le salon fut converti en prison pour les yeomen, mais le dernier étage fut réservé à l’évêque et à sa famille (nombreuse), et « les Français mirent une délicatesse scrupuleuse à ne pas troubler cette partie de la maison où demeurent les femmes ». Comme le note astucieusement Stock, « l’Irlande n’avait connu des horreurs de la guerre que les récits [souligné par nous] qu’on en faisait », son coin obscur avait été peu politisé, ayant échappé aux pires ravages de la rébellion qui venait de déchirer d’autres parties de l’Irlande. De plus, protestants et catholiques y vivaient en relative harmonie. Le « tumulte » de l’invasion épouvanta donc les imaginations des gens de la ville et ceux-ci envahirent à leur tour le siège épiscopal, leur seul refuge. Les envahisseurs occupant les escaliers et dormant sur des chaises, « le château, semblable à une maison de fous, retentissait en bas de la loquacité des Français, en haut des cris de terreur et de gémissements des réfugiés » dont certains trouvaient une consolation dans le whisky.

  • 21 SHD/Armée, B5*-97, f. 78 v° [lettre 218], le Directoire au Général Hoche, 5 messidor iv [23 juin 1 (...)
  • 22 Futur Duc de Feltre puis Maréchal, il était né en France mais de père irlandais.
  • 23 Joseph Stock, op. cit., p. 317. Les Français ont sans doute repris viva voce les formules clefs de (...)
  • 24 James Little, op. cit., p. 84. Ce drapeau irlandais de fabrication française ne fut jamais retrouv (...)

11Dès le lendemain Humbert commença ses opérations militaires avec l’inévitable rituel du pavoisement. Cet aspect de l’exportation de la Révolution en Irlande en territoire ennemi mais chez un peuple ami, présente une nuance qui mérite qu’on s’y attarde, comme l’ont fait nos deux chroniqueurs civils. Le Directoire avait prévu non un drapeau tricolore français, mais une fusion des emblèmes des deux peuples fraternels. Reconnaissant que « les Irlandais, comme toutes les nations [souligné par nous] du monde » vénéraient les emblèmes qui avaient « mené leurs ancêtres à la bataille », Carnot et cie les adaptèrent afin de les tourner à l’avantage de la révolution dans leur pays21. Au printemps 1796, Tone et le général Clarke22 avaient déjà conçu pour la campagne de Hoche des cocardes qui seraient un mélange de vert et de bleu-blanc-rouge, ainsi qu’un drapeau vert avec au centre, à la place du faisceau de licteur romain, la harpe celtique. Sur le drapeau irlandais de l’époque, celle-ci était surmontée de la couronne de l’assujettissement à la suprématie anglaise, mais les Irlandais-Unis l’avait « décapitée » pour la remplacer par le suprême symbole de la liberté, le bonnet phrygien. Il n’y eut donc pas d’émeutes à Killala, mais un ralliement à la levée des couleurs par les envahisseurs. Stock et Little associent l’adhésion spontanée de quelques centaines de campagnards à la cause des Français aux incantations idéologiques déployées par ceux-ci, venus mêler leur sang à celui d’« un peuple brave » et dont le seul but était « de donner à l’Irlande l’indépendance23 ». Selon l’évêque « un drapeau fut déployé au-dessus de la porte du château avec l’inscription ERIN GO BRAGH signifiant [en gaélique] m’a-t-on dit, Vive l’Irlande ! » Son confrère, plus ultra-loyaliste, nota que cette ruse consistait en un drapeau spécifiquement irlandais comportant bien une harpe mais justement sans sa couronne habituelle24.

  • 25 Le ministre de la Marine Bruix au Général Hardy, 12 thermidor vi [30 juillet 1798], SHD/Marine, BB (...)
  • 26 Joseph Stock, op. cit., p. 307.
  • 27 Ibid., p. 310.
  • 28 À cette époque et dans cette contrée isolée, il est certain qu’une partie de la population rurale (...)

12En reconnaissant le droit à l’émancipation des Irlandais, le Directoire avait aussi souligné l’intérêt « de vivifier l’esprit public par tous les moyens possibles, et surtout d’entretenir constamment la haine du nom anglais. Vous ne négligerez aucune occasion de faire connaître les crimes que cet odieux gouvernement a commis ou pourra commettre encore en Irlande [souligné par nous]25 ». Stock souligne bien que « les Français, en toutes circonstances, affectaient de distinguer un Anglais des natifs du pays26 ». À la prise de Killala, Humbert avait immédiatement fait renvoyer en France un lieutenant d’un régiment de fencibles anglais, tandis qu’un Kirkwood, magistrat et capitaine de la yeomanry locale, mais Irlandais, fut libéré sur parole. Il avait répondu avec franchise lorsqu’il fut interrogé quant aux possibilités d’approvisionnement à tirer de la localité. Stock précise le sous-entendu, car l’interrogatoire d’Humbert fut rendu possible par l’interprétation de « quelques officiers irlandais enrôlés dans la petite armée française27 ». Ils étaient quatre, et nous reviendrons sur le double rôle politique et militaire de ces médiateurs auto-désignés. S’il ignorait le français, Kirkwood était cependant fort apprécié dans le voisinage, car lui parlait le gaélique. En le notant, Stock souligne un aspect fondamental qui entravait la communication entre colons et colonisés, urbains et ruraux. Ni lui ni son confrère Little ne maîtrisait le gaélique, et ce dernier remarquait que sans cette langue on ne pouvait vraiment connaître le voisinage28. Les occupants étaient donc confrontés à la complexité d’une situation linguistique triangulaire chevauchant le conflit politique et religieux d’apparence binaire.

  • 29 Cf, inter alia, Jean Delisle, Judith Woodsworth (dir.), Translators through History, Amsterdam, Ph (...)
  • 30 Le thème de notre these : Sylvie Kleinman, Translation, the French Language and the United Irishme (...)
  • 31 Dalton (1776-1859), aide de camp de Berthier, assista en 1802-1803 l’un des derniers négociateurs (...)
  • 32 Notre thèse, chapitres 2 et 3, p. 72-198 ; ANF, AF III/52-3/2B ; MAE, dossiers personnels de Madge (...)

13Toute campagne transfrontalière implique certes un choc des cultures souvent inséparable de celui des langues. L’incompréhension linguistique rend difficile pour le militaire le passage de l’ordre à l’action, aggrave pour tous le sentiment réciproque de distance entre l’autre et soi. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que les compétences professionnelles des traducteurs-interprètes ont été vraiment reconnues, et la contribution de leur métier au fil des siècles appréciée29. La question a plus préoccupé les littéraires et les linguistes que les historiens, ces derniers concluant trop facilement que les acteurs de l’histoire se débrouillaient tant bien que mal, même si la transmission de messages se faisait souvent avec perte ou à l’aide d’un truchement. Les mesures (planifiées ou improvisées) pour surmonter les barrières linguistiques sont souvent évoquées par Tone et Stock, deux bilingues que les événements transformèrent sur le tas en traducteurs-interprètes, l’un engagé, l’autre malgré lui. Leurs appréciations de cet aspect du contact et de la communication, souvent subjectives, peuvent facilement se juxtaposer aux innombrables anecdotes dont débordent les sources officielles sur les rapports franco-irlandais au cours de la décennie révolutionnaire30. Civils et militaires bilingues d’origine mixte irlandaise – Clarke, Shée, puis Alexandre Dalton – assurèrent souvent eux-mêmes la tâche de traducteur31. Signalons aussi que le Bureau de traduction formé en 1793 au Département de la Marine, contrôlé un moment par le Comité de Salut public puis intégré au Département des relations extérieures, avait comme chef un Irlandais, Nicholas Madgett32. L’assistance de celui-ci et de son neveu John Sullivan fut précieuse pour Tone lors des intenses pourparlers du printemps 1796. Doté de cette expérience professionnelle, Sullivan proposa ses services à Humbert, comme nous le verrons.

  • 33 « In the family of the général en chef, speaking a little French, to interpret between him and the (...)

14Tone avait justement anticipé la question cruciale de l’officier de contact. Le général en chef de l’expédition d’Irlande ne devrait-il pas maîtriser l’anglais, lui demanda Clarke ? Ce serait un avantage, mais pas absolument nécessaire, lui répondit Tone. Cet avocat devenu conspirateur et révolutionnaire, sans expérience militaire, avait reconnu que même son modeste bilinguisme était un atout dans la guerre contre l’Angleterre. Il avait proposé de se rendre utile « dans la famille du général en chef, parlant un peu français, pour servir d’interprète entre lui et les autochtones33 » dès le débarquement. Il pourrait former un corps de hussards en regroupant des Irlandais libérés parmi les prisonniers de guerre en France, qui serviraient d’« éclaireurs » (en français dans le texte) pour informer eux aussi les natifs du pays. Notons toutefois qu’il aurait fallu un second relayeur de message, car Tone ne parlait pas le gaélique. C’est précisément la fonction que rempliront son frère Mathieu et ses confrères recrutés par Humbert. Mais réfléchissons d’abord au rôle crucial des civils bilingues, emportés par les événements pour devenir acteurs de l’histoire et facilitateurs des accommodements.

15Avant même que Stock père assure cette « prestation », son fils Arthur, curieux dès l’arrivée des navires français sur la côte de Killala, s’était aventuré trop près d’eux. Fait prisonnier, il s’était rendu utile car il parlait un peu le français et avait servi de pilote à la petite flotille pour faciliter le mouillage.

  • 34 L’Irlande vivait sous la loi martiale depuis 1796. Lorsque Stock occupa le siège de Killala, sa pr (...)
  • 35 Joseph Stock, op. cit., p. 372.
  • 36 Ibid., p. 350.

16Plus tard Humbert le prendra en otage en quittant Killala, mesure tactique pour intimider un acteur local aussi important que l’évêque, mais qui le dotera d’un interprète de plus. Dans les récits de Little et surtout de Stock, le rôle de l’interprète comme médiateur essentiel, réduisant les malentendus entre occupants francophones et occupés anglophones, est régulièrement évoqué. C’est une fonction qui peut paraître essentiellement linguistique mais qui, dans des situations comme celle d’un conflit tel qu’une invasion, se démultiplie en divers rôles (souvent contradictoires). Stock y voit en partie un exercice pastoral, lié à l’obligation morale de garantir la vérité dans les transactions humaines, tandis que le militaire, pragmatique, veille à ne pas être dupé. Dans un premier temps, Stock remplit la tâche avantageuse de servir de relais entre Humbert et la population locale, agissant comme un porte-parole neutre, voire un éclaireur civil. De par son statut et sa profession, cette figure d’autorité34 pouvait allier à cette tâche ses autres compétences, c’est-à-dire l’habitude de la communication, de la médiation et de la pacification. Lorsque deux paysans s’étaient disputés dans la bassecour, ne s’étaient-ils pas dits : « Viens chez l’évêque, il arrangera l’affaire : il nous fait écouter l’un l’autre35. » Stock invoque ce qui est devenu de nos jours le pilier du code déontologique et professionnel de l’interprète, l’impartialité, lorsqu’il note que les Français pouvaient lui faire confiance, car il était resté un « interprète fidèle, même quand l’objet des réclamations le faisait frissonner36 ».

  • 37 Leurs dossiers au SHD ne comportent presque aucune trace de leur séjour en Irlande : SHD/Armée, so (...)
  • 38 Joseph Stock, op. cit., p. 319.
  • 39 Ibid., p. 333.
  • 40 Ibid., p. 377. Charost ayant fait campagne aux États-Unis en 1793-1794 maîtrisait peut-être un peu (...)
  • 41 Le catholique n’avait pas le choix jusqu’à l’établissement du séminaire de Maynooth en 1794. Les a (...)
  • 42 Joseph Stock, op. cit., p. 357.
  • 43 Richard Hayes, The Last Invasion of Ireland, Dublin, Gill & MacMillan, 1937, 1979, p. 308. Hayes a (...)

17Lorsqu’Humbert débute sa campagne, il laisse à Killala deux cent quatre-vingts barils de poudre, sous la protection des capitaines Charost, Boudet et Ponson soutenus par deux cents insurgés irlandais37. Charost commandait cette petite armée alliée et s’attacha tant bien que mal à maintenir la sécurité du district qu’il divisa en cantons. Chaque nuit déprédations et vols se multipliaient loin de la ville, et prenaient un caractère sectaire et polarisé. Stock observa qu’en secouant « les chaînes des lois civiles38 » pour s’armer contre ses riches voisins (surtout protestants, mais pas exclusivement), l’indigent était souvent mû par l’appât du butin. Il fallait donc une ferme intervention. Lorsque « le besoin de chevaux se fit cruellement sentir », Boudet fut expédié dans le voisinage mais il « ne pouvait rien faire sans interprète », et Stock fut obligé de lui dépêcher l’aîné de ses fils. Dans « l’obscurité de la nuit, des clameurs et de la confusion des trois langues39 », l’évêque faisait tout pour apaiser les mécontents, traduisait, écrivait des pétitions, allait de maison en maison pour s’enquérir des abus. Le rôle était ardu, surtout après la vague d’angoisse et les récits des excès déclenchés par la défaite finale des Français à Ballinamuck le 8 septembre. Mais Killala n’est pas libéré tout de suite, et le 21 septembre (trente et unième jour de l’occupation), « l’évêque vint dans la ville avec M. Charost pour l’aider à intimer à un corps de piquiers » l’ordre de retourner faire la moisson. « C’était un service dangereux à rendre. Il fallait dire à une centaine de gaillards à mine sombre que le commandant avait assez d’hommes pour garder la place […] et qu’il ne voulait pas être gêné par un tas de voleurs. » Stock, précurseur du psycholinguiste du XXe siècle, met en lumière la façon dont l’interprète peut souvent s’approprier le rôle (et ici l’autorité militaire) de l’interlocuteur principal : « Charost pria son interprète de signifier au peuple, en termes de commandement, qu’il ne pouvait y avoir ni doute ni discus40. » Stock ne s’inquiéta guère de la « concurrence » parmi des « confrères » bilingues identifiés sur place. « Quelques prêtres [catholiques] […] ayant fait leurs études à l’étranger41, savaient parler un peu le français. […] Les Français [les ménagaient] à cause de leur influence sur leurs ouailles, et de leur utilité comme interprètes. Encore le commandant [Charost] ne se serait pas fié à leur traduction ; s’il avait besoin de savoir la vérité, il préférait attendre la présence de l’évêque42. » Lorsque Humbert forma son directoire provisoire à Castlebar, un certain père Michael Gannon, récemment rentré de France, aurait servi de commissaire à l’armée française43.

  • 44 « As if he were interrogating a lying slave » (James Little, op. cit., p. 91).
  • 45 Little était sans doute un timide. Lui aussi était diplômé de Trinity College, pourtant réputé pou (...)

18Little nous a laissé une anecdote plaisante qui illustre les improvisations de la médiation linguistique sous l’occupation en même temps que son refus de la collaboration. Contrairement à Guillaume le Conquérant, Humbert n’avait pu transporter des chevaux et dut immédiatement en réquisitionner pour ses dragons. Deux officiers français reconnurent le pasteur dans le voisinage et l’interpellèrent ; ils constatèrent que le latin était leur seule langue commune, quoique le protestant ne pût la parler. Son voisin avait-il des chevaux ? Little n’en avait pas vu car le propriétaire de ces terres n’y habitait pas. Un des Français, défiant et hautain, « comme s’il interrogeait un esclave menteur44 » exigea que Little lui dît la vérité, parce qu’il convenait moins qu’à quiconque à un homme investi du sacerdoce de mentir. Madame Little comprenait (sans interprète) la colère des soldats, car des bruits couraient que les Français allaient décapiter un voisin ayant caché ses chevaux. L’interrogateur de Little lui signala au moins un mensonge : son latin parlé n’était pas si mauvais. Little répliqua qu’il n’avait aucune raison de cacher les chevaux de son voisin et (comme un enfant grondé) que leur système scolaire défaillant favorisait la traduction écrite plutôt que l’argumentation orale45.

  • 46 Ibid., p. 81-82.
  • 47 SHD/Marine, BB4/123/f. 170 r °, Humbert au Ministre de la Marine Bruix, Paris le 17 juillet 1798.
  • 48 Paul Weber, On the Road to Rebellion: The United Irishmen and Hamburg 1796-1803, Dublin, Four Cour (...)
  • 49 James Little, op. cit., p. 81-82 ; SHD/Armée, sous-série 2Ye (1791-1847) : [dossiers individuels] (...)

19La perspicacité de Little éclaire le rôle complexe des quatre capitaines interprètes irlandais, dont l’engagement idéologique pouvait se concrétiser par le service sous le drapeau français. Little va droit au but, citant cyniquement ce que les Français appelaient l’organisation des Irlandais, c’est-à-dire le recrutement d’insurgés autochtones. Il corrige en spécifiant qu’il s’agissait seulement de la séduction préalable à l’enrôlement et que, pour ce racolage idéologique, les Français avaient justement parmi eux « certains habitants de ce royaume46 » qui, accusés de trahison, avaient fui en France ou y résidaient, et étaient disposés à assister l’invasion et la révolution. Lors des préparatifs de juillet, le Directoire avait fait connaître aux cellules d’Irlandais Unis exilés à Paris qu’on ordonnait que « les officiers destinés pour l’expédition et les individus parlant la langue du pays » se rendissent dans les ports d’embarquement47. En dépit de l’ambiguïté de cet ordre (cherchait-on des anglophones ou des gaélophones ?), notons toutefois l’anticipation du problème de communication. C’est ainsi que se présentèrent à Rochefort fin juillet48 les quatre aides de camp irlandais, Mathieu Tone et ses camarades Bartholomew Teeling et John Sullivan, qui adoptèrent respectivement les pseudonymes de Smith, Byron et Laroche. Little les nomme ainsi que le quatrième, Henry O’Keane, un ancien prêtre qui sera fort utile et très actif – Stock aussi le souligne – car il était originaire de Killala et obtint le soutien de son père et ses frères49.

20Little décrit l’énergie avec laquelle O’Keane haranguait le peuple qui se présentait au camp français, persuadant les jeunes et les actifs de rejoindre leurs libérateurs. Invoquant l’étoile médiatique du moment, O’Keane raconta même qu’ils étaient détachés des troupes du général Bonaparte et que celui-ci lui avait donné son épée de ses propres mains. Le lendemain du malentendu en latin, Little chercha à s’expliquer auprès du chef de brigade Dufour, par l’intermédiaire d’un de ces capitaines irlandais, craignant que lui et sa famille ne risquent « un outrage militaire ». Dufour proposa de lui envoyer une sentinelle mais Little n’osait pas accepter une protection française aussi visible. L’officier irlandais (non nommé) s’interposa avec des paroles menaçantes, affectant, selon Little, de traduire « les sentiments des Français ». Il dit en pérorant que ce serait une folie pour des gens isolés si proches d’une armée hostile d’irriter les occupants, ce qui pourrait attirer sur des innocents la sévérité et la rapine militaire. Le reste du témoignage de Little se distingue par sa clarté lexicale : cet Irlandais expliqua que les habitants devraient s’abstenir de toute forme d’hostilité et observer une neutralité exacte, mais notre chroniqueur ajoute que cette mention de neutralité n’était selon lui que moquerie et duplicité. Ce message de l’occupant à l’occupé, passant directement d’un Irlandais à un autre dans la langue commune, n’était donc pas susceptible d’ambiguïtés linguistiques.

  • 50 SHD/Armée, 2Ye, dossier Sullivan : Attestation de civisme, Société populaire de la Flèche, 11 déce (...)
  • 51 MAE, Personnel 1re série/65/60r.
  • 52 Ibid. ; Décret de la Convention nationale du 8 Brumaire ii [29 octobre 1793] Archives parlementair (...)
  • 53 Trinity College Dublin Manuscripts, Account given by James Fullam, cité dans Richard Hayes, op. ci (...)
  • 54 « Liberty glowed in the bosom of many of the military » (ibid.).
  • 55 Statement of Michael Burke, cité dans Theobald Wolfe Tone, op. cit., III, p. 344. Ce témoignage fu (...)

21Des quatre, c’est Sullivan/Laroche qui nous est le mieux connu, car plusieurs sources nous permettent de reconstituer son parcours, indissociable des progrès de la révolution armée. Il enseigne à La Flèche lorsqu’éclate la Révolution, et s’y montre bon patriote car « dans tous les discours qu’il a prononcés […] il a cherché à éclairer ses concitoyens et à alimenter le feu du patriotisme50 ». Sa maîtrise du français est donc bien attestée. Il est canonnier dans la Vendée, où l’on devine son assiduité à l’école de jacobinisme qu’est le camp. Recruté par son oncle Madgett dans la guerre de papier51, Sullivan se perfectionne dans les tâches linguistiques routinières, traduisant de la propagande républicaine pour diffusion clandestine en Angleterre, avant d’agir ouvertement en faveur de l’Irlande. Il assure aussi des « missions particulières » comme interprète auprès des prisonniers de guerre anglais dans les ports bretons52. Victime d’une suppression de poste il rappelle son dévouement et son utilité au ministre des Relations extérieures, Delacroix : « Par mon zèle à prêcher aux prisonniers les principes de la révolution, il suffira de dire qu’à Dinan plus de 200 de ces prisonniers m’ont offert de s’enrôler sur les vaisseaux de la République. » Natif d’Irlande, il était « ennemi juré de l’Angleterre », et faisait beaucoup plus que simplement traduire. Ce parcours professionnel nous permet de deviner les multiples services qu’il put rendre (avec enthousiasme) à Humbert, et nous le retrouvons avec ses camarades dans le récit d’un milicien irlandais fait prisonnier après la victoire française de Castlebar53. Il commence par Smith (Mathieu Tone), qui menait des insurgés et se déclara Irlandais, rentré au pays avec ses confrères en armes français pour libérer sa patrie. Pour séduire des recrues il leur assura que « la liberté luisait dans le cœur de nombreux militaires54 ». Puis le « Captain Roche » (Sullivan) ordonna que les Anglais parmi eux se rangent séparément, car tout Orangiste serait fusillé. Il se lança ensuite dans une péroraison en anglais mais dont nous reconnaissons facilement la phraséologie jacobine. Les Irlandais étaient depuis longtemps opprimés et tenus en esclavage par les Anglais, mais leurs frères français étaient venus secouer ce joug tyrannique et les libérer. Une autre recrue témoignera après la défaite des Français que ces Irlandais étaient les plus « actifs » dans cet endoctrinement et ce racolage idéologique55.

  • 56 Joseph Stock, op. cit., p. 355.

22De jour en jour, dans la localité de Killala, occupants et occupés s’étaient habitués à une cohabitation qui n’allait pas sans humour. Selon Stock, « c’était une situation bien nouvelle pour l’évêque d’être forcé de vivre de viandes et de boissons provenant de pillage56 ». Il plaignait le pauvre paysan en guenilles qui n’avait jamais connu le peigne, transformé en un tout autre être une fois lavé, poudré et chaussé par les Français. Un bel officier de marine, perché sur un baril à poudre, décorait même les recrues de shakos bordés de brun tacheté comme la peau de léopard et les enfonçait à coup de poings sur les plus grosses têtes. Inhabitués à la viande fraîche, les rustres dévoraient avec avidité leur ration quotidienne, excitant les rires des Français. L’armement présentait un spectacle non moins réjouissant, car le nouveau soldat mettait les cartouches à l’envers, déchargeait les fusils dans la cour du château, gaspillait les balles sur les corbeaux, menaçant même un jour la vie d’Humbert.

  • 57 SHD/Marine, BB4/122/f. 165-167, Schérer à Humbert, 19 juillet 1798 ; repris dans Édouard Desbrière (...)
  • 58 Repris dans Pierre Joannon, « Les soldats perdus de l’Irlande », p. 45.

23Mais l’invasion du 22 août avait ravivé les tensions que l’écrasement brutal de la rébellion en juin-juillet n’avait pas entièrement étouffées et des soulèvements sporadiques éclatèrent, tandis que continuait le maraudage de « rebelles » et d’opportunistes. S’enchaînèrent les nouvelles des victoires d’Humbert, de sa défaite et du massacre des rebelles sous son drapeau, puis des cours martiales envoyant à la va-vite au gibet de nombreux insurgés. Au quotidien les soldats d’Humbert avaient dû assurer un rôle de police locale, suivant à la lettre les ordres du ministre de la Guerre Schérer, qui avait expressément recommandé au citoyen général « de respecter et faire respecter les mœurs, usages et les pratiques religieuses des Irlandais, et de ne souffrir dans aucun cas qu’il soit porté atteinte aux personnes et aux propriétés57 ». Humbert devait entretenir parmi ses troupes « la plus exacte discipline » pour qu’elles servent de modèle aux troupes irlandaises, et punir « tout officier ou soldat qui s’écarterait des devoirs que l’hospitalité commande58 ». Et cet aspect fondamental des rapports entre occupants et occupés permet de se faire une idée du comportement des Français en Irlande, grâce au bilan surprenant qu’en dressent Stock et Little.

  • 59 Décrets [5 Octobre 1803] 1813 I : 801 ; SHD/Armée, 2Ye /Cuvillier-Fleury ; XR 30-2.

24Cet épisode négligé de l’histoire militaire française est riche d’enseignements dans l’histoire de la professionnalisation du soldat, notamment de l’officier de contact bilingue. Soulignons d’abord ce beau paradoxe de l’histoire culturelle de cette période : le révolutionnaire irlandais, maîtrisant la langue anglaise imposée par le conquérant Tudor, la détourne et l’exploite comme arme de guerre en servant sous le drapeau français. Le partenariat franco-irlandais avait sensibilisé les autorités militaires au problème de communication, et en formant sa compagnie de guides-interprètes en 1803, Napoléon rappelle qu’on invitait particulièrement les Irlandais à s’y présenter59. La présence des quatre capitaines interprètes irlandais parmi les occupants les rapprochait inévitablement de leurs compatriotes civils (enthousiastes ou non) et permettait aux Français de se tenir à distance des occupés en leur déléguant diverses tâches délicates de communication. L’exemple le plus probant est celui de Charost priant Stock de transmettre ses ordres en termes de commandement. Si l’anglais que cet officier français aurait acquis à Philadelphie n’était certes pas celui de Killala, nous pouvons supposer qu’il entretenait aussi une part de stratégie dans la décision d’un militaire étranger de faire passer un message par la bouche d’un civil autochtone.

  • 60 O’Keane rédigea un récit de la campagne d’Humbert qui demeure introuvable : TCD MS, Madden 873/528

25Ces officiers irlandais étaient avant tout des militaires et, même au cœur d’une campagne idéologique, ils avaient garanti la sécurité des civils. Ils avaient tenté de soulever le pays en faveur des Français, mais avaient tout fait pour empêcher des règlements de compte et des massacres de protestants, surtout dans l’atmosphère explosive après la défaite de Ballinamuck. Little, Stock, et Humbert le confirment ; les deux derniers réussissent même avec cet argument à faire commuer la peine de mort d’O’Keane après son passage en cour martiale et à le faire échanger comme prisonnier de guerre, tout comme Sullivan60. En dépit des efforts de son général, Teeling, lui n’a pu être sauvé et avec Mathieu a été condamné à mort pour trahison à Dublin. Les deux furent pendus et sans doute décapités, voire éviscérés pour servir d’exemple.

  • 61 Pourtant il n’en existe aucune édition scientifique. Nous en préparons actuellement une version bi (...)

26Quoiqu’il ait été repris après les faits et la libération de sa ville et des siens, le récit de Stock, évoquant une situation dont nous avons démontré la complexité, ne pouvait suivre le modèle classique et binaire du récit d’invasion. Nous sentons dans son journal une sensibilité aux maux de son pays, éveillée par la rébellion mais aussi une indéfectible loyauté à la couronne anglaise, progressivement fragilisée. Dans l’ambiance politique d’amères divisions de l’Acte d’Union de 1800, le récit de Stock fut un succès de librairie considérable, avec cinq tirages en deux ans61. Mais les protestants ultra-loyalistes furent ulcérés ou simplement choqués par sa représentation trop favorable de l’ennemi interne, sans parler de l’ennemi étranger, le Français.

  • 62 Joseph Stock, op. cit., p. 321, 318.
  • 63 Ibid., p. 380.

27Les récits conservateurs et loyalistes de l’invasion comportaient tous des comparaisons entre les troupes françaises aguerries et disciplinées (donc des adversaires vaillants au niveau de l’Anglais) et la populace irlandaise turbulente et désordonnée. Stock n’avait pu s’empêcher de « prendre en pitié la grande naïveté […] des pauvres paysans » qui, pleins d’ardeur, se poussaient pour saisir un des uniformes que leur distribuaient les Français, « une de ces fatales parures, présage certain de leur mort prochaine62 ». Il avait exprimé trop d’empathie envers la misère et la naïveté des rebelles de sa contrée, trop de respect, voire d’affection pour les Français, et surtout un rejet catégorique des méthodes rapaces et brutales des forces anglaises. Lorsque les colonnes infernales anglaises s’avançaient vers sa petite ville de Killala encore tenue par les Français, il eut l’occasion d’observer du haut d’une colline les ravages commis par ces soldats irréguliers. Une traînée de feu marquait trop clairement leur ligne de marche par l’incendie des maisons de pauvres paysans. « Ce ne sont que quelques cabanes » fit remarquer l’évêque. Il avait à peine prononcé ces paroles qu’il en sentit l’imprudence. « La cabane d’un pauvre homme, répliqua un des rebelles, a pour lui autant de valeur qu’un palais63. »

  • 64 Ibid., p. 370.
  • 65 Joseph Stock, op. cit., p. 312-313.
  • 66 « The French had abstained from the plunder of houses, and preserved a very laudable discipline an (...)
  • 67 Joseph Stock, op. cit., p. 309.

28Stock avait tenu à rectifier les mensonges sur les soldats d’Humbert diffusés par divers auteurs loyalistes, et qui pourraient induire en erreur l’historien. Il avait dû prendre un malin plaisir à enregistrer en français la boutade (néanmoins sérieuse) de Charost, qui avait rappelé à ses recrues qu’il ne tolérerait aucun vol ni violence : « Je suis chef de brigade, et non chef de brigands64. » Dès le premier jour, en entrant dans la salle à manger de Stock, un officier français avait appelé son domestique et après avoir ramassé l’argenterie et les verres, l’avait prié de les emporter dans son office. Après la fin de leur séjour, l’évêque note qu’« au milieu des tentations de pillage que leur offraient […] un buffet chargé d’argenterie et de cristaux, et dans un vestibule rempli […] pas un seul objet [fut] enlevé ou égaré65 ». Ce serait une grande injustice à l’égard de « l’excellente discipline, constamment observée par les envahisseurs, de ne pas les remarquer », ajouta l’évêque. Des récits des officiers français se dégage un portrait peu flatteur d’Humbert, fils de paysan et pur produit de la Révolution armée, soi-disant inculte, voire illettré, grossier et violent. En fait il s’était révélé un excellent meneur d’hommes. Progressivement d’ailleurs, dans le récit de Little il est clair que lui ne s’est senti en sécurité que grâce aux soldats français, qu’il oppose aux insurgés rapaces. Vers le dixième jour de l’occupation, il ne pouvait nier que « les Français s’étaient abstenus de piller les maisons, maintenant une discipline fort louable en assurant une sorte de police, se contentant de ne réquisitionner que des vivres et les articles qui leur étaient nécessaires, à eux et aux malades ou blessés66 ». Humbert avait bien assuré Stock que les troupes françaises ne prendraient que le nécessaire pour vivre, et cette promesse, « aussi longtemps que les troupes restèrent à Killala, fut [savourons l’adverbe choisi par l’évêque] très religieusement observée67 ». Par un effet de pirouette, les polarités si nettes au début de l’invasion se déplacèrent faisant des ennemis des amis.

  • 68 Richard Hayes, op. cit., p. 155 ; il ne cite pas le nom précis du journal consulté.

29Humbert et ses officiers sont acheminés par canal sous escorte honorable à Dublin, invités à un banquet somptueux que leur offre la garnison anglaise de Longford, puis logés dans le meilleur hôtel de la capitale (au grand plaisir des dames de cette ville). Ils y dînent avec plusieurs hauts dignitaires civils, militaires et ecclésiastiques puis, échangés comme prisonniers de guerre, sont raccompagnés aux docks aux sons de la Marseillaise que leur jouent les musiciens d’un régiment anglais. La presse officielle mit l’accent sur l’étrangeté du simple soldat en reprenant les caricatures usuelles. Leur apparence avait infiniment déçu la foule, curieuse de voir des « sans-culottes […] à visage humain », découvrant plutôt des créatures crasseuses, diminuées, sauvages, entre singe et orang-outan68. L’évêque de Killala en dira autre chose.

  • 69 Joseph Stock, op. cit., p. 396.
  • 70 Ibid., p. 312.

30Lorsque les troupes royales libérèrent Killala, elles y séjournèrent assez longtemps et établirent elles aussi leurs quartiers chez l’évêque. Cette deuxième occupation lui inspira des comparaisons inévitables. Les officiers français avaient été adoptés dans « la famille du château », mangeant à la même table que l’évêque et sa famille, et jouant au piquet avec Madame Stock. À l’inverse, les miliciens venus au secours de Killala adoptèrent le comportement de locustes que Little, adoptant une lexicologie biblique, avait tant craint à l’arrivée des sans-culottes. Ces « soldats de sa majesté […] étaient incomparablement supérieurs aux traîtres Irlandais dans leur dextérité à voler69 », leur rapacité ne différant pas de celle des rebelles. Même si les régiments réguliers eurent un comportement louable, ils ne furent pas adoptés dans la famille du château et firent table à part. Combien de lecteurs avaient noté que, selon les mots bien pesés de l’évêque, c’était la Providence qui leur avait rendu la liberté, et non les troupes du gouvernement. Il finit par attacher des valeurs quasi-chrétiennes aux citoyens-soldats français : « Intelligence, activité, endurance paraissaient des qualités combinées à un degré surprenant chez les soldats qui suivaient Humbert. C’étaient cependant des hommes qui savaient se contenter pour leur subsistance de pain, de pommes de terre et d’eau ; qui se faisaient un lit avec des pierres sur le chemin et qui dormaient tout habillés sans d’autre couverture que la voûte du ciel70. » Ils avaient respecté les dévotions dominicales, et même Little ne put pas associer ces « Gallic invaders » aux grotesques créatures simiesques des caricatures anglaises.

  • 71 Ibid., p. 406-407.
  • 72 Ibid., p. 394.

31Avant de retrouver la France, Humbert envoya une lettre de Douvres à « Milord l’évêque de Killala » exprimant ses regrets « que le hasard et mon devoir de militaire m’aient obligé, en portant le fléau de la guerre dans votre voisinage, à troubler le bonheur domestique71 ». La lettre fut réimprimée dans le récit de Stock. C’est aussi un exemple touchant et lyrique de la sentimentalité et de la convivialité du siècle qui venait de s’éteindre. En laissant le dernier mot à l’évêque, on ne s’étonnera guère que sa promotion vers un poste plus prestigieux ait été bloquée pendant une décennie. Il qualifie ainsi l’adieu aux officiers français quittant la famille du château : « Nous nous séparâmes de nos amis et protecteurs, non sans verser des larmes72. »

Carte. 1. – L’expédition du général Humbert en Irlande en 1798.

Note

1 Ce travail a été réalisé dans le cadre d’une bourse postdoctorale du Irish Research Council for the Humanities qui m’associa au département d’Histoire et au Centre for War Studies de Trinity College, Dublin. Je suis donc reconnaissante à Tom Bartlett et David Dickson pour leurs conseils, et au soutien financier de la Grace Lawless Lee Fund (Trinity) m’ayant permis de faire les recherches nécessaires en France, notamment au Service historique de la Défense (Vincennes), dorénavant SHD.

2 Cf. Sylvie Kleinman, « Un “brave de plus”. La carrière militaire de Theobald Wolfe Tone, héros du nationalisme irlandais et officier français, 1796-1798 », Revue historique des armées, no 253, 2008, p. 55-65 ; id., « Libérer ou exploiter ? L’Irlande dans la stratégie diplomatique et militaire de la France (1792-1805) », Frédéric Dessberg, Éric Schnakenbourg (dir.), Les horizons de la politique extérieure française Stratégie diplomatique et militaire dans les régions périphériques et les espaces seconds (XVIe-XXe siècles) Bruxelles, Peter Lang, 2011, p. 283-296.

3 Theobald Wolfe Tone, « Writings », Theodore Moody, Robert Mcdowell, Christopher Woods (dir.), Oxford, Clarendon Press, 2007, t. III, p. 152-155.

4 Ibid., p. 327.

5 « The calamitous Event » ([James Little] « Little’s diary of the French landing in 1798 », Nualla Costello [éd.], Analecta Hibernia xi, Dublin, 1941, p. 59-174, ici p. 63).

6 « My dear Mr. Little, we are undone, they are French! » (ibid, p. 75).

7 « Into faction and warfare » (ibid.).

8 Cf. Catriona Kennedy, « “Our separate rooms”: Bishop Stock’s Narrative of the French Invasion of Mayo, 1798 », Field Day Review, 5, 2009, p. 95-107, ici p. 97-98.

9 Gallic Invaders in Their True Colours, gravure polychrome d’après Gillray, [1798?], Inv. Roger Viollet 24976-4 ; cf. catalogue de l’exposition France-Angleterre au musée Carnavalet, Face à la Révolution et l’Empire : caricatures anglaises (1789-1815), Pascal Dupuy (dir.), co-édition Paris-Musées-Nicolas Chaudun, Paris, Paris-Musées, 2008.

10 « In a word, there was to be no neutrality » (James Little, op. cit., p. 75, souligné par nous).

11 Pour le déroulement de la campagne, cf. Pierre Joannon, « Les soldats perdus de l’armée d’Irlande », Revue historique des armées, no 253, 2008, p. 43-54 ; cf. la carte, p. 128 dans Pierre Joannon (dir.) ci-dessous.

12 Jean Sarrazin, Jean-Louis Jobit, Louis-Octave Fontaine, Pierre Joannon (dir.), La descente des Français en Irlande 1798, Paris, La Vouivre, 1998, coll. « Du Directoire à l’Empire » 12.

13 Jean-Louis Jobit, « Journal de l’expédition d’Irlande », Pierre Joannon (dir.), La descente des Français en Irlande 1798 », Paris, La Vouivre, 1998, coll. « Du Directoire à l’Empire » 12, p. 25-71, ici p. 29.

14 Stock a tenu un journal pendant l’occupation qu’il recopiait sous formes de lettres à son frère, publiées par la suite mais qui n’avaient circulé qu’entre intimes : Trinity College Dublin Manuscripts (TCD MS), Stock 1690 ; Proceedings at Killalla during the French Invasion… In Letters from the Right Reverend Joseph Lord Bishop of Killalla to his brother, Mr. Stephen Stock, of Dame street Dublin, and others (Bath, 1799). Nous en préparons actuellement une édition. Nous citerons surtout ici la 2e version plus connue du public, [Joseph Stock] A Narrative of what passed at Killala […] during the French Invasion in the summer of 1798, by an eye witness, Dublin, Mercier, 1800, et sa traduction française (fort louable) de Louis Jouve, « Le Général Humbert en Irlande. Événements de Killala pendant l’invasion française en 1798 : par un témoin oculaire. Traduit de l’anglais par Louis Jouve. Avec une carte du théâtre de la guerre et des notes », Annales de la société d’émulation du département des Vosges, t. 26-27, 1887, p. 279-428.

15 Joseph Stock, op. cit., p. 329.

16 Ibid., p. 309.

17 Son récit inspira même plusieurs romans et un téléfilm franco-irlandais.

18 En français dans le texte original.

19 Ibid., p. 308.

20 Ibid., p. 312.

21 SHD/Armée, B5*-97, f. 78 v° [lettre 218], le Directoire au Général Hoche, 5 messidor iv [23 juin 1796] ; cf. François Van Brock, « A proposed Irish regiment and standard », Irish Sword, XI, no 42, 1973, p. 226-232.

22 Futur Duc de Feltre puis Maréchal, il était né en France mais de père irlandais.

23 Joseph Stock, op. cit., p. 317. Les Français ont sans doute repris viva voce les formules clefs de la proclamation d’Humbert, reprise dans Ernest Guillon, La France et l’Irlande pendant la Révolution Hoche et Humbert, Paris, Armand Colin, 1888, p. 375-376.

24 James Little, op. cit., p. 84. Ce drapeau irlandais de fabrication française ne fut jamais retrouvé et comportait peut-être aussi des branches de trèfle, à la place des feuilles de chêne habituelles.

25 Le ministre de la Marine Bruix au Général Hardy, 12 thermidor vi [30 juillet 1798], SHD/Marine, BB4/123, repris dans Ernest Guillon, op. cit., p. 369.

26 Joseph Stock, op. cit., p. 307.

27 Ibid., p. 310.

28 À cette époque et dans cette contrée isolée, il est certain qu’une partie de la population rurale était illettrée et ne comprenait que le gaélique, tandis que d’autres comprenaient l’anglais sans pouvoir le lire. On était donc habitué à l’intervention d’interprètes ad hoc.

29 Cf, inter alia, Jean Delisle, Judith Woodsworth (dir.), Translators through History, Amsterdam, Philadelphia, John Benjamins, Unesco, 1995; Ruth Rolland, Interpreters as Diplomats. A History of the Role of Interpreters in World Politics, Ottawa, University of Ottawa Press, 1999.

30 Le thème de notre these : Sylvie Kleinman, Translation, the French Language and the United Irishmen: 1792-1804. unpublished Ph. D. thesis, Dublin City University, 2005.

31 Dalton (1776-1859), aide de camp de Berthier, assista en 1802-1803 l’un des derniers négociateurs Irlandais en France, Thomas Addis Emmet. Cf. SHD/Armée, Dossier individuel GD 7yd 852/Dalton.

32 Notre thèse, chapitres 2 et 3, p. 72-198 ; ANF, AF III/52-3/2B ; MAE, dossiers personnels de Madgett et Sullivan : Pers. 1/47 & 65 ; Frédéric Masson, Le département des affaires étrangères pendant la Révolution 1787-1804, Paris, Ollendorff, 1903, p. 354, 366, 388 ; James Little, op. cit., t. II, p. 56.

33 « In the family of the général en chef, speaking a little French, to interpret between him and the natives » (Theobald Wolfe Tone, op. cit., p. 142).

34 L’Irlande vivait sous la loi martiale depuis 1796. Lorsque Stock occupa le siège de Killala, sa première tâche officielle avait été de rassembler le clergé catholique et de lui imposer le serment de fidélité au roi d’Angleterre. Desmond Mc Cabe, « Joseph Stock », Dictionary of Irish Biography, Cambridge, Cambridge University Press, 2009 (http://dib.cambridge.org.elib.tcd.ie, accede le 20 juin 2010).

35 Joseph Stock, op. cit., p. 372.

36 Ibid., p. 350.

37 Leurs dossiers au SHD ne comportent presque aucune trace de leur séjour en Irlande : SHD/Armée, sous-série 2Ye (1791-1847) : Philippe Boudet dossier 470 ; Amable Charost dossier 771 ; François Ponson [Dossiers pensions] 51534.

38 Joseph Stock, op. cit., p. 319.

39 Ibid., p. 333.

40 Ibid., p. 377. Charost ayant fait campagne aux États-Unis en 1793-1794 maîtrisait peut-être un peu l’anglais.

41 Le catholique n’avait pas le choix jusqu’à l’établissement du séminaire de Maynooth en 1794. Les autorités avaient reconnu le risque de contamination par des subversifs que représentait le séjour indispensable sur le « continent ».

42 Joseph Stock, op. cit., p. 357.

43 Richard Hayes, The Last Invasion of Ireland, Dublin, Gill & MacMillan, 1937, 1979, p. 308. Hayes a fait des recherches approfondies dans les archives françaises mais ne cite pas ses sources. Son récit repose autrement sur des « traditions » orales et folkloriques des contrées traversées par Humbert dont se méfie l’historien.

44 « As if he were interrogating a lying slave » (James Little, op. cit., p. 91).

45 Little était sans doute un timide. Lui aussi était diplômé de Trinity College, pourtant réputé pour ses cours de rhétorique formant de brillants orateurs, comme Edmund Burke.

46 Ibid., p. 81-82.

47 SHD/Marine, BB4/123/f. 170 r °, Humbert au Ministre de la Marine Bruix, Paris le 17 juillet 1798.

48 Paul Weber, On the Road to Rebellion: The United Irishmen and Hamburg 1796-1803, Dublin, Four Courts Press, 1997, p. 114.

49 James Little, op. cit., p. 81-82 ; SHD/Armée, sous-série 2Ye (1791-1847) : [dossiers individuels] O’Keane (1763-1817) et Sullivan (1767-1801).

50 SHD/Armée, 2Ye, dossier Sullivan : Attestation de civisme, Société populaire de la Flèche, 11 décembre 1793.

51 MAE, Personnel 1re série/65/60r.

52 Ibid. ; Décret de la Convention nationale du 8 Brumaire ii [29 octobre 1793] Archives parlementaires, t. 78, p. 16.

53 Trinity College Dublin Manuscripts, Account given by James Fullam, cité dans Richard Hayes, op. cit., p. 279-280.

54 « Liberty glowed in the bosom of many of the military » (ibid.).

55 Statement of Michael Burke, cité dans Theobald Wolfe Tone, op. cit., III, p. 344. Ce témoignage fut crucial lors de la cour martiale condamnant à mort Mathieu Tone et Teeling pour haute trahison.

56 Joseph Stock, op. cit., p. 355.

57 SHD/Marine, BB4/122/f. 165-167, Schérer à Humbert, 19 juillet 1798 ; repris dans Édouard Desbrière, Projets et tentatives de débarquement aux îles britanniques, Paris, Chapelot, 1901, t. II, p. 72.

58 Repris dans Pierre Joannon, « Les soldats perdus de l’Irlande », p. 45.

59 Décrets [5 Octobre 1803] 1813 I : 801 ; SHD/Armée, 2Ye /Cuvillier-Fleury ; XR 30-2.

60 O’Keane rédigea un récit de la campagne d’Humbert qui demeure introuvable : TCD MS, Madden 873/528.

61 Pourtant il n’en existe aucune édition scientifique. Nous en préparons actuellement une version bilingue avec index et annotations.

62 Joseph Stock, op. cit., p. 321, 318.

63 Ibid., p. 380.

64 Ibid., p. 370.

65 Joseph Stock, op. cit., p. 312-313.

66 « The French had abstained from the plunder of houses, and preserved a very laudable discipline and a sort of police, contenting themselves with the requisition of provisions and such articles as were necessary to them […] and for the sick or wounded » (James Little, op. cit., p. 134, 137).

67 Joseph Stock, op. cit., p. 309.

68 Richard Hayes, op. cit., p. 155 ; il ne cite pas le nom précis du journal consulté.

69 Joseph Stock, op. cit., p. 396.

70 Ibid., p. 312.

71 Ibid., p. 406-407.

72 Ibid., p. 394.

Indice delle illustrazioni

Legenda Carte. 1. – L’expédition du général Humbert en Irlande en 1798.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/134265/img-1.jpg
File image/jpeg, 322k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search