Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Troisième partie. Les sociétés à l’épreuve de l’occupation : à la recherche des accommodements

Expérimenter l’occupation de l’espace : la population suisse face à l’invasion française et à la formation de la République helvétique (1798-1803)

Andreas Würgler

Texte intégral

  • 1 Les recherches pour cette contribution ont été menées dans le cadre du projet « Bitten im Wandel. (...)

1Les expériences de la population suisse confrontée à la réorganisation de l’espace lors de l’invasion des troupes françaises en mars 1798 seront analysées dans cette contribution. Il s’agit d’étudier dans une macro-perspective la redéfinition de l’espace « national » suivant le modèle de la Constitution du Directoire français et la restructuration complète des entités territoriales. La perte de la souveraineté nationale limita la marge de manœuvre de la population concernée à l’échelle cantonale ou communale. Nous passerons ensuite à une micro-perspective pour nous focaliser sur les expériences concrètes des populations devant la réorganisation et l’occupation de l’espace public. Cependant, l’occupation de l’espace privé par les militaires étrangers a sans doute été encore plus difficile pour les habitants. Le logement des officiers et des soldats constituait d’ailleurs un aspect du financement de l’occupation. Pour approcher la variété des expériences de cette occupation de l’espace nous nous appuierons principalement sur deux types de sources : les requêtes adressées aux autorités et les « ego-documents1 ».

Réorganiser l’espace « national »

  • 2 Cf. parmi beaucoup de références bibliographiques : Thomas Maissen, « L’invention de la tradition (...)

2Lors du déclenchement de la première guerre de coalition en 1792, les confédérés suisses, renouant avec leur tradition, se déclarèrent neutres pour éviter que les opérations militaires s’étendissent au territoire suisse. Cette ancienne forme de neutralité se pratiquait depuis le XVIe siècle d’une manière occasionnelle et depuis la fin du XVIIe d’une façon plus décisive et durable. Elle signifiait la non-intervention dans les conflits européens, mais non le renoncement au commerce avec les parties belligérantes et au financement de la guerre2. Les déclarations de neutralité participaient de la construction d’un espace fédéral ou « national » pacifique, une soi-disant « île de paix ». Ainsi, en 1792 comme à l’accoutumée, les confédérés se proclamèrent neutres et organisèrent la défense militaire des frontières en incluant les pays alliés comme la ville de Genève, la principauté de Neuchâtel, et les seules parties méridionales du territoire du prince-évêque de Bâle considérées comme suisses.

  • 3 Andreas Fankhauser, « Coalition, guerres de », Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version (...)
  • 4 Dans la Constitution actuelle on ne la trouve cependant ni dans le préambule ni parmi les objectif (...)

3Mais en 1798 la France mit un terme brutal à ces anciennes formes de neutralité. L’invasion des troupes françaises en mars, l’octroi de la Constitution helvétique le 12 avril et la passation d’une alliance offensive et défensive entre les Républiques française et helvétique le 19 août empêchèrent la poursuite d’une politique extérieure indépendante. Toutes les formes de l’ancienne neutralité furent suspendues. Par la suite et jusqu’en 1815, les déclarations de neutralité proclamées par la République helvétique, plus ou moins respectées dans les cas où la Suisse restait éloignée des champs de bataille (1806, 1809), furent ignorées lorsqu’elle présentait un intérêt stratégique pour les belligérants (1798, 1799, 1800, 1813)3. La neutralité moderne, dite « perpétuelle », qui figure parmi les composants les plus importants de l’identité politique suisse actuelle4, fut un cadeau des grandes puissances, l’Autriche, la Grande-Bretagne, la France, la Prusse et la Russie, lors de la paix de Paris en 1815. C’est depuis ce moment-là que la Suisse se définit comme « État neutre » par principe.

  • 5 Pour l’ancienne Confédération voir Andreas Würgler, « Confédération », DHS, version du 16.10.2006 (...)
  • 6 La tentative récente de parler de la « souveraineté acquise » par les cantons suisses en 1798-1803 (...)

4La fin de la neutralité ancienne n’était cependant qu’une manifestation parmi d’autres du changement le plus radical que la Confédération ait jamais subi. Car l’implosion de l’ancienne Confédération5 ne signifiait pas seulement la fin d’une politique de neutralité, mais aussi le bouleversement complet du système politique. Même si les cantons suisses ne furent pas simplement réunis à la France, ils subirent leur transformation en République helvétique. Cette « république sœur » n’avait dorénavant plus de grandes marges de manœuvre ni à l’intérieur, ni à l’extérieur6. Les possibilités de s’accommoder avec les envahisseurs se bornaient à l’échelle cantonale ou communale ou même individuelle, tandis que la Constitution helvétique structurait l’espace national.

  • 7 Cf. Andreas Würgler, « Which Switzerland? Contrasting Conceptions of the Early Modern Swiss Confed (...)

5Cette Constitution helvétique, élaborée à Paris avec l’aide du Bâlois révolutionnaire Pierre Ochs, transforma le système fédératif souple en un État unifié et unifiant, centralisateur et bureaucratique avec, pour la première fois dans l’histoire suisse, des frontières bien définies. Car dans l’Ancien Régime, les cantons suisses n’avaient – surtout à cause de motifs confessionnels – pas pu trouver un consensus pour définir lesquels des pays alliés faisaient partie de la Confédération et lesquels restaient en dehors. Personne ne pouvait dire alors avec certitude où se trouvaient les frontières de la Suisse7. Quelques-uns de ces territoires d’appartenance contestée furent annexés par la France : la partie septentrionale de l’évêché de Bâle (1792), la ville de Genève (1798), et la principauté de Neuchâtel (sous la suzeraineté prussienne) (1806).

  • 8 Constitution helvétique du 12 avril 1798, http://icp.ge.ch/po/cliotexte/ xviiie-et-xixe -siecle-ep (...)
  • 9 François Walter, « Échec à la départementalisation : les découpages administratifs de la Républiqu (...)
  • 10 Ibid., 1990, p. 78-80 ; Andreas Würgler, « Aufbruch und Zusammenbruch. Die Helvetische Revolution (...)

6À l’échelle nationale, la nouvelle Constitution helvétique règle avant tout l’organisation de l’espace dans le premier article : « La République helvétique est une et indivisible. Il n’y a plus de frontière entre les cantons et les pays sujets, ni de canton à canton. L’unité de patrie et d’intérêt succède au faible lien qui rassemblait et guidait au hasard des parties hétérogènes, inégales, disproportionnées et asservies à de petites localités et des préjugés domestiques. On était faible de toute sa faiblesse individuelle ; on sera fort de la force de tous8. » Le nouveau système ne se contenta pas de priver les cantons ci-devant souverains de tout leur pouvoir, mais il se mit à redessiner les limites de leurs territoires. Parce que les cantons de la Suisse centrale et orientale résistèrent à leur dégradation de canton souverain en département administratif, plusieurs petits cantons centraux (Uri, Schwyz, Unterwalden, Zoug) furent regroupés dans un seul nouveau « canton des Waldstätten » et dans la Suisse orientale des territoires assez divers par leurs traditions politiques et identités confessionnelles – quelques districts de l’abbaye de Saint-Gall et la ville réformée de Saint-Gall, les deux demi-cantons d’Appenzell Rhodes intérieurs, catholiques, et Rhodes extérieurs, réformés, avec un ancien baillage commun bi-confessionnel (Rheintal) – furent rassemblés dans une nouvelle entité administrative (« canton de Säntis »). D’autres parties de l’abbaye de Saint-Gall (la partie réformée de la vallée de Toggenbourg) cependant furent fusionnées avec le canton bi-confessionnel de Glaris, le baillage zurichois réformé de Sax et les baillages communs catholiques (Sargans, Uznach, Gaster, Rapperswil) dans le nouveau « canton de la Linth ». Même si de telles restructurations de l’espace national étaient effectuées selon des arguments rationnels (faire des entités de la même taille de population en respectant plus ou moins les données « naturelles », mais non l’histoire), elles étaient en même temps un moyen de punir les cantons insurgés en diminuant leur influence relative dans les institutions nationales9. Mais ces découpages se heurtèrent à l’incompréhension et au refus ouvert de la population locale10.

  • 11 Beat Junker, Geschichte des Kantons Bern seit 1798, t. 1 : Helvetik, Mediation, Restauration 1798- (...)

7Telles furent les réactions du patriciat dirigeant de Berne au démembrement de « son » canton, qui était le plus grand de la Confédération, en quatre morceaux : Argovie, Léman (le pays de Vaud francophone), Oberland (montagnard) et le reste avec l’ancienne capitale11. En revanche, les élites éclairées et ambitieuses des anciennes seigneuries de l’Argovie et du pays de Vaud saluèrent la création des cantons et des frontières nouvelles et s’engagèrent sans retenue dans les institutions nationales de la nouvelle République helvétique. Même les populations des nouveaux cantons se réjouissaient d’un changement dont elles espéraient davantage d’autonomie. La transformation profonde du découpage de l’espace et de la structure du pouvoir se manifesta symboliquement dans le choix de la petite ville d’Aarau, auparavant assujettie à la ville de Berne, pour capitale de la nouvelle République.

  • 12 Cf. Johannes Strickler, Alfred Rufer, Actensammlung aus der Zeit der Helvetischen Republik (1798-1 (...)
  • 13 François Walter, op. cit., 1990, p. 71. Pour les changements des frontières : François De Capitani (...)
  • 14 François Walter, op. cit., 1990.

8L’importance de ces changements, même à l’échelle du district ou de la commune, se reflète dans les nombreuses requêtes, supplications et pétitions écrites par les communes pour les approuver ou, plus souvent, pour les rejeter12. Ces nouvelles frontières raisonnées, créées autour d’un tapis vert, heurtèrent les populations à tel point qu’elles durent être modifiées peu de temps après, par exemple en Suisse orientale. De même, en Suisse occidentale, le reste de l’ancien canton de Berne fut réuni avec le canton d’Oberland qui en avait été détaché en 1798. Les modifications du tracé des frontières étaient aussi massives qu’éphémères et elles finirent par un véritable « échec du quadrillage géométrique13 ». Tous ces débats concernant la réorganisation de l’espace national, cantonal, départemental ou communal, révèlent des luttes politiques. Que le découpage des entités anciennes visât à extirper le fédéralisme traditionnel ou à éliminer les oligarchies cantonales, qu’il prétendît regrouper les nouvelles entités selon des critères « naturels » (fleuves et montagnes), fonctionnels (sûreté des communications), politiques (répartition équilibrée du nombre des citoyens actifs), administratifs (établissement d’une hiérarchie nouvelle et loyale), géométriques (création de districts de surface égale) ou historiques (coïncidence avec des identités traditionnelles) – les débats autour de l’espace bouleversaient les élites centrales éclairées aussi bien que les populations locales14.

  • 15 C’est pourquoi on a bientôt abandonné cette technique en faveur de la lithographie (développée aut (...)

9Symboliquement, la hâte à réorganiser l’espace et la multiplication de plans donnèrent lieu à une floraison de la typométrie. Cette technique d’impression n’utilisait pas les moyens habituels de la gravure, mais adaptait plutôt le système des lettres mobiles inventé par Gutenberg pour imprimer des textes à un système de caractères mobiles pour dresser des cartes et des plans. Grâce à cette méthode, inventée par Wilhelm Haas père à Bâle, Wilhelm Haas fils fut capable de fournir des cartes des frontières suisses, mais aussi des campagnes de Napoléon, plus actuelles et moins chères que celles de ses concurrents, bien que la qualité esthétique de ces cartes typométriques fût bien inférieure à celle des cartes en taille-douce15.

  • 16 Lettre du 9 mars 1798, reproduite par Moritz von Stürler (dir.), « Actenstücke zur Geschichte der (...)
  • 17 Lettre du 11 mars 1798, ibid., p. 223-224.
  • 18 Germaine de Staël, Considérations sur les principaux événements de la révolution française, t. 2, (...)
  • 19 Derck C. E. Engelberts, Lukas Vogel, Christian Moser, Widerstand gegen die Helvetik 1798, Au, Mili (...)

10Pour essayer de se protéger de l’invasion et de la révolution ou pour trouver des accommodements avec les vainqueurs, les populations employèrent plusieurs stratégies. Dans les Pré-alpes, où se trouvaient les petits cantons catholiques, tous les hommes étaient politiquement bien intégrés par la démocratie directe. Ils ne pouvaient pas s’imaginer gagner plus de liberté grâce à la révolution. Ainsi la Landsgemeinde de Nidwalden – c’est-àdire l’assemblée des hommes aptes au service et possédant le « Landrecht », une sorte de citoyenneté du canton – se présenta envers les envahisseurs comme ancienne république amie de la République française pour éviter ainsi l’occupation16. La Landsgemeinde du canton de Zoug espérait en mars 1798 obtenir du général français Brune la promesse, « que les troupes françaises n’entreraient pas dans le territoire ». Elle évoqua dans une lettre adressée au général « la conservation de notre liberté et égalité, dont nous jouissons depuis des siècles et en faisons jouir dès à présent tous les habitans des ci-devant baillages médiats et immédiats17 ». Cette représentation des Suisses comme « les plus anciens amis de liberté » fut d’ailleurs partagée entre autres par Madame de Staël18. Les cantons démocratiques résistèrent par les armes à l’invasion et encore plus à la prestation du serment à la nouvelle Constitution. Celle-ci fut surtout contestée par le clergé catholique qui blâmait l’athéisme de la Révolution française et qui entretenait des relations secrètes avec les militaires autrichiens. Parce que le soutien autrichien n’arriva pas, la résistance du canton de Nidwalden aboutit, le 9 septembre 1798, à une défaite complète et à un massacre qui causa la mort de 5 % de la population et n’épargna ni les clercs, ni les femmes, ni les enfants19. Cette défaite mit en évidence que l’option militaire, abandonnée à l’échelle nationale, ne pouvait pas être appliquée avec succès à l’échelle cantonale : un canton seul n’avait aucune chance de se défendre contre l’armée française.

Occuper l’espace public

  • 20 « Es gibt keine Geschichte, ohne dass sie durch Erfahrungen und Erwartungen der handelnden oder le (...)
  • 21 Pour le problème du choix d’échelle et de la généralisation : Bernard Lepetit, « De l’échelle en h (...)

11« Il n’y a pas d’histoire hors de l’expérience. » Cette maxime de l’historien allemand Reinhart Koselleck20 sert de point de départ à cette section qui va s’attacher à analyser à l’échelle locale la manière dont les habitants perçurent et vécurent l’expérience de l’occupation militaire par des troupes françaises de 1798 à 1803. L’analyse à échelle dite « micro » se concentre sur la ville de Berne. C’est la marge de manœuvre à disposition des acteurs qui impose cette échelle21.

12Comment la population expérimente-t-elle à l’échelle locale et individuelle la restructuration radicale du système politique et des frontières territoriales, processus encadrés dans des changements macro-historiques ? Quelles sont les conséquences de la fin de la tradition des neutralités pour les pratiques de l’occupation ? Quelle marge de manœuvre restait-il aux habitants à l’échelle de la ville ou du village ? Comment les négociations entre occupants et occupés se déroulent-elles au quotidien ? Quels accommodements peut-on observer entre officiers ou soldats cantonnés et leurs hôtes civils ?

  • 22 Andreas Würgler, « Bitten und Begehren. Suppliken und Gravamina in der deutschsprachigen Frühneuze (...)

13Une des stratégies choisies par les populations pour améliorer concrètement leur situation est le recours à un moyen traditionnel, le « pouvoir de la supplication22 ». À mesure que les envahisseurs deviennent les nouveaux maîtres, ils se retrouvent destinataires des requêtes, supplications et pétitions.

  • 23 Par exemple la petite ville de Burgdorf près de Berne dans une supplication du 6 mars 1798, Moritz (...)
  • 24 « Les plaintes et demandes respectueuses suivantes : 1) sûreté des personnes et des propriétés tan (...)
  • 25 Ibid., p. 204.
  • 26 Beat Junker, op. cit., p. 23.
  • 27 Par exemple la supplication des quatre communes de Höchstetten au général Brune en faveur de quatr (...)
  • 28 Vinzenz Bartlome, « Der Umbruch 1798-1831 aus der Sicht der “Verlierer”. Das Schicksal des Rudolf (...)

14Nombre de villes ou de villages demandent à être épargnés23 ou à ne pas être livrés plus longtemps au pillage24. La ville de Zofingen s’empresse d’écrire une lettre obséquieuse à Brune pour se présenter comme ville « de tout temps démocrate » avec un « gouvernement purement populaire » et « pour vous prier, citoyen général, si vous vouliez bien lui accorder la grâce de ne pas mettre une garnison française dans une ville qui aime tant fraterniser avec la grande nation25 ». De simples particuliers tentent de tergiverser à propos des charges en soulignant qu’ils ont publiquement pris le parti de la liberté et de l’égalité bien avant la « libération » par les Français26. Il en est de même pour qui ce mot peut présenter un sens très concret, comme les délinquants prisonniers de l’ancien régime qui demandent pardon27. À la suite de la défaite du mars 1798, le patriciat bernois perdit non seulement la maîtrise de la ville peuplée alors de 12 000 habitants, mais aussi de son territoire sur lequel vivaient quelque 400 000 sujets. En outre les patriciens perdent tous leurs privilèges politiques, juridiques, économiques et sociaux. Les anciens sujets accèdent subitement aux mêmes droits ou même à davantage de droits : les nouveaux maîtres français promulguent une loi défendant aux membres des anciennes familles dirigeantes d’entrer dans un office de la République helvétique28.

15Du point de vue de la population, le transfert du pouvoir de l’ancien régime de Berne aux autorités de la nouvelle République helvétique a des effets à plusieurs niveaux. Le premier est le déplacement du gouvernement de la ville de Berne vers Aarau, capitale de la nouvelle République. Aarau avait été, depuis 1415, une petite ville municipale sous le contrôle de la « Ville et République » de Berne. Ce déplacement du gouvernement atteste la perte de souveraineté de l’État de Berne.

  • 29 Derek C. E. Engelberts, Lukas Vogel, Christian Moser, op. cit., p. 66.
  • 30 Andreas Fankhauser, op. cit. 1998, p. 131.
  • 31 ASHR, t. 1, no 98, p. 956. Cf. Thomas Maissen, op. cit., 2006, p. 569-570.
  • 32 Pour la tradition de la lutte symbolique contre les autorités : Andreas Würgler, Unruhen und Öffen (...)
  • 33 Stadtarchiv Bern [=SAB, archives de la ville de Berne], A 244, V-390, 24 juin 1799.
  • 34 SAB, A 245, vi-423, 19 septembre 1799, commandant de place Delaunay à la municipalité de Berne.

16Dans la ville de Berne, les lieux publics sont occupés par les troupes françaises, composées de soldats venant de France, d’Allemagne et des Pays-Bas autrichiens (ci-devant espagnols)29, dont la présence est visible aux portes et sur le seul pont de cette ville située sur une presqu’île. Les troupes étrangères se tiennent aussi devant la mairie, devant l’arsenal et à d’autres endroits stratégiques de la ville. Les bâtiments publics sont ornés du drapeau tricolore de la République française et celui de la République helvétique (vert, blanc, jaune), qui remplace l’ours de l’ancien drapeau bernois30. Un des premiers décrets du nouveau régime ordonne de bannir tous les symboles de l’ancien pouvoir et ses signes d’autorité (blasons, drapeaux, etc.) qui ornaient les façades des bâtiments publics (et même privés31). En des endroits clés comme les portes de l’hôtel de ville et des églises sont placardées les proclamations du commandant français de la place de Berne. La réaction symbolique (et traditionnelle32) à ce changement est évidente : les mécontents essaient de déchirer ou de souiller ces affiches pour montrer leur défiance envers le gouvernement. Le commandant français s’indigne « qu’on couvre de boue […] les affiches destinées à éclairer le peuple33 ». Le drapeau tricolore, lui aussi, est l’objet d’agressions symboliques que le commandant de la place qualifie d’« insulte grave à la nation française : le Drapeau National […] à été couvert d’encre34 ».

  • 35 [Marianne von Jenner-von Haller], « Leidenstage einer besetzten Stadt. Briefe einer Bernerin aus d (...)
  • 36 SAB, A 251, xii-80, 29 janvier 1801, le sous-préfet à la municipalité.
  • 37 Rouge, vert, jaune, noir, SAB, A 241, ii-16, 1. Juni 1798 ; Hans Markwalder, op. cit., p. 24.
  • 38 [Marianne von Jenner-von Haller], op. cit., p. 104.
  • 39 Ibid., p. 115.

17Bien d’autres mesures d’occupation symbolique de l’espace sont prises. Un arbre de la liberté planté par les autorités helvétiques accompagnées par la fanfare des troupes françaises sur la place devant l’hôtel de ville indique que tout a changé35. Arbre plus tard abattu ou « exécuté » selon les termes de l’enquête officielle sur les auteurs du forfait36. Les maisons de la ville sont numérotées afin qu’on puisse mieux organiser le cantonnement chez l’habitant : des peintres peignent les chiffres sur les murs dans l’une des quatre couleurs grâce auxquelles on distinguait les quartiers37. Tandis que les citoyens de Berne ont dû rendre leurs armes38, le commandant français fait régulièrement parader ses troupes pour signaler à toute la population qui est le maître de la ville39.

  • 40 SAB, A 242, iii-457, 21 décembre 1798 (le directeur de la police Wild à la municipalité) ; SAB, A (...)

18Les Bernois et les Bernoises ont des réactions de plusieurs types devant cette occupation matérielle et symbolique de l’espace public. Hormis les actions destructrices déjà mentionnées, des voix s’élèvent pour critiquer par exemple le comportement des militaires français sur la voie publique. Les Bernois se plaignent auprès des autorités municipales du fait que les soldats vont à cheval et battent du tambour sous les arcades40.

  • 41 SAB, A 229, Manuel de la municipalité, t. 11, 16 décembre 1801, p. 446-449, etc.

19L’occupation des lieux les plus représentatifs, les plus prestigieux de la ville n’était pas un but seulement pour les commandants des troupes françaises, elle l’était aussi pour les autorités helvétiques. Quand, vers la fin de l’année 1801, le gouvernement helvétique, d’abord installé à Aarau, puis à Lucerne, arrive à Berne (suite à divers coups d’État), il réquisitionne le grand bâtiment sis à côté de la collégiale (réformée) où logeait déjà le général français, commandant les troupes françaises en Helvétie. Le gouvernement helvétique profite du délai entre le départ de ce général et l’arrivée de son successeur pour s’y installer41.

  • 42 SAB, A 243, iv-290, 16 mars 1799.

20Ce ne sont pas seulement les troupes françaises qui occasionnent des plaintes mais aussi les troupes helvétiques. Le chef des troupes françaises logées dans un bâtiment utilisé comme caserne reproche aux auxiliaires helvétiques, installés au même endroit, de faire « dans leurs Chambres & dans les Corridors tous leurs besoins […] au point que l’urine découle dans les Chambres de mes Chasseurs, qui sont dessous42 ».

  • 43 SAB, A 242, iii-43, 28 septembre 1798.
  • 44 Beat Kümin, Drinking Matters. Public Houses and Social Exchange in Early Modern Central Europe, Ba (...)

21D’autres centres de la vie publique de la cité, les tavernes, restaurants et cafés, changent parfois totalement d’affectation. Les uns sont transformés en caserne comme l’Aigle d’Or, puisque Berne ne disposait pas de casernes régulières étant donnée l’absence d’armée permanente43. D’autres établissements gastronomiques comme le fameux Faucon servaient de logements de luxe pour les diplomates étrangers44. Devant ces transformations les propriétaires réclament des dédommagements.

  • 45 Ibid., p. 100-101.
  • 46 SAB, A 220 (Manuel de la municipalité, vol. 2, 6 juillet 1798), p. 78 ; SAB : A 223 (Manuel de la (...)
  • 47 Le citoyen Bossart fut maltraité et blessé par cinq boulangers de l’armée française (« Feldbecken  (...)

22Dans ce contexte il faut évoquer les problèmes posés par la consommation d’alcool. À l’époque, Berne appartient à une région où l’on boit du vin plutôt que de la bière45. Le commandant des troupes françaises ordonne aux auberges de ne plus servir de vin après une certaine heure du soir, annoncée au son du tambour. Le commandant doit répéter cet ordre à plusieurs reprises et il intervient auprès des autorités municipales pour le faire respecter. La municipalité réplique que la police de la ville n’en a pas les moyens. Il faut recourir à la troupe occupante elle-même pour le mettre à exécution auprès des soldats français46. L’alcool, on le sait, pouvait déclencher des bagarres parfois sanglantes ou les faire dégénérer47.

  • 48 Danièle Tosato-rigo, « Étrangers mais frères : les réfugiés huguenots », André Holenstein (dir.), (...)
  • 49 SAB, A 246, vii-403 (28 novembre 1799) ; A 224, Manuel de la municipalité, vol. 6), p. 386ff. (29 (...)

23Une autre zone très sensible de l’espace public urbain est celle de l’Église. La Constitution helvétique a mis fin à la collaboration étroite de l’État protestant avec l’Église reformée ; la religion est donc plus ou moins réduite à une pratique privée. Le nouvel État ayant proclamé sa neutralité en matière de religion, les pasteurs protestants officient dans des conditions moins favorables. À Berne, l’église française, utilisée depuis 1623 par la communauté francophone composée des réfugiés huguenots48, est transformée en grange à foin et à paille. Pour pouvoir continuer le service, le pasteur et les anciens de la paroisse française adressent à maintes reprises des pétitions à la municipalité en vue d’obtenir une (autre) église. C’est ainsi que la paroisse française doit partager la collégiale avec la paroisse allemande. La situation s’aggrave avec la formation, dès 1799, d’une paroisse catholique contrainte, elle aussi, d’offrir ses services dans la collégiale. Le dimanche, trois services se succèdent, ce qui ne va pas sans frictions. L’horaire ne prévoyant qu’une heure par service est serré, surtout pour les besoins d’une messe catholique49.

  • 50 SAB, A 226, Manuel de la municipalité, t. 8, p. 34ff. (19 avril 1800) ; A 248, xi-241 (13 mai 1800 (...)

24Une autre intrusion dans l’espace ecclésial inquiète également pasteurs et fidèles. Certaines personnes, mais non des soldats français, avaient l’aplomb de s’asseoir sur les sièges autrefois réservés aux patriciens et aux familles bourgeoises autochtones et qui s’en considéraient toujours comme les propriétaires. Les longues discussions qui s’ensuivent sur la vénalité des sièges et la qualité des personnes autorisées à acheter une place rappellent la dimension sociale et révolutionnaire de ce bouleversement50.

  • 51 SAB, A 245, vi-44, 2 juillet 1799.

25Ces exemples à propos de la vie autour des places publiques, des restaurants et des églises montrent que l’espace public est occupé par l’armée française de façon visible. Mais l’occupation est aussi audible : les salves de coups de canon tirées au voisinage immédiat de la collégiale et pendant le service sont interprétées par les fidèles comme une provocation et un abus de pouvoir de la part des occupants51. Les soldats qui battent du tambour sous les arcades, les corps de musique qui paradent sans cesse et les chansons françaises chantées ou sifflées dans les rues, sur les places, autour de l’arbre de la liberté sont perçus de la même manière.

S’introduire dans l’espace privé

  • 52 Le total de 1467 requêtes par des privés, des corporations, des associations ou institutions non-é (...)

26Si l’invasion et l’occupation de l’espace public créent déjà de nombreux motifs de contentieux, l’occupation de l’espace privé est encore plus dure à supporter. La majeure partie – environ 80 % – des requêtes adressées aux autorités municipales durant les années de présence militaire française sont d’ordre privé52. Comme on pouvait s’y attendre, les particuliers se plaignent surtout du cantonnement puisqu’ils doivent partager leurs maisons ou leurs appartements avec les officiers et soldats étrangers. Encore se plaint-on moins du comportement des soldats, que de l’inégalité prétendue de leur répartition : les voisins ont moins de soldats à loger tandis qu’ils ont des maisons et des fortunes plus grandes.

  • 53 [Marianne von Jenner-von Haller], op. cit., p. 101, 103, 105.
  • 54 AFS, BO 1210, p. 127 et suiv. : Rapport du pasteur A. J. […] de Gsteig près d’Interlaken concernan (...)
  • 55 SAB, A 257, xviii-26, Supplication de Müslin à la municipalité, 12 janvier 1803. Cf. SAB, A 257, x (...)
  • 56 SAB, A 257, xviii-58, 31 janvier 1803.
  • 57 SAB, A 257, xviii-62, plainte du commandant de place Laffou à la municipalité, 1 février 1803.

27La cohabitation elle-même n’est pas sans entraîner des tensions. Le comportement peu civilisé des militaires qui exigent de boire du vin et de manger à leur goût en dépit des pénuries alimentaires53 de l’époque et qui dégradent ou détruisent parfois les meubles de leurs hôtes, est souvent dénoncé54. Les sources permettent d’illustrer dans le détail des cas comme celui du pasteur Müslin et son hôte Collot. L’officier français arrive avec sa femme et ses deux enfants. Pour sa cuisinière qui faisait partie du ménage, Collot fait installer un foyer dans une chambre sans âtre, enfumant presque toute la maison55. Quand le bois est épuisé, les Français commencent à brûler les meubles de Müslin pour chauffer et cuisiner. La cuisinière de Collot et la servante de Müslin en viennent à se battre à coups de casseroles56 et de bâtons57.

  • 58 [Marianne von Jenner-von Haller], op. cit., p. 101.
  • 59 Ibid., p. 104, 105.

28Puisque les soldats et officiers réclament, en plus des fourneaux, des lits aux propriétaires, les familles sont obligées de les mettre à la disposition des intrus et de se retirer dans les chambres restantes. Par conséquent, certains membres de la famille doivent se contenter de solutions peu confortables : des patriciennes âgées sont contraintes de coucher dans la même chambre que leurs servantes, les chefs de famille sur le canapé58, dans un petit lit d’enfant ou même dans la cuisine59.

  • 60 Pourtant il existe une recherche de la part d’un collaborateur de mon projet : Philippe Oggier, «  (...)
  • 61 Derck C. E. Engelberts, « La présence militaire française en Suisse en 1798 : sources, données sta (...)
  • 62 Bien soignée d’ailleurs au XIXe siècle par les couches conservatrices et les associations historiq (...)
  • 63 Derek C. E. Engelberts, op. cit., p. 76, 79 ; Philippe Oggier, op. cit.
  • 64 AFS, BO 1210, p. 127 et suiv.

29Les cas de viol, sujet peu étudié60, ne semblent pas si nombreux contrairement aux suppositions émises par l’historiographie traditionnelle61 qui se fondait sur des sources occasionnelles et des allusions issues de la mémoire collective62. De plus, presque tous les cas recensés furent commis hors de la ville, même hors des villages, principalement au bord des grandes chaussées quand des troupes nombreuses affluaient. Il faut pourtant affirmer que le triste décompte des viols peut être plus élevé63. Par honte, beaucoup de familles préférèrent taire les viols plutôt que de les dénoncer aux autorités64.

  • 65 SAB, A 244, v-240, 13 mai 1799.
  • 66 SAB, A 244, v-390, 24 juin 1799.

30L’usage de la violence n’était pas unilatéral. En certaines circonstances, les occupants se retrouvaient dans le rôle de victimes. Des officiers français portèrent plainte contre leurs hôtes parce qu’ils leur manquaient de respect65 ; il y eut aussi des cas de violence exercée par les occupés envers des occupants66.

  • 67 SAB, A 244, v-202, 3 mai 1799 ; cf. SAB, A 245, vi-57, 5 juillet 1799. Susanna Bühler, Diego Hätte (...)

31Mais occupants et occupés pouvaient aussi établir des relations symbiotiques, comme par exemple entre marchands et clients : les soldats et surtout les officiers dépensaient des sommes d’argent importantes pour les pâtisseries, le vin, la bière – et les femmes. Les autorités municipales cependant ne goûtèrent pas du tout ces types d’échange entre les « nations67 ».

Financer l’occupation

32Supporter les cantonnements sans indemnisations est bien sûr une forme très directe du financement de l’occupation. Elle est difficile à quantifier, car, comme on l’a vu, les intrus se comportaient de manière assez diverse.

  • 68 [Marianne von Jenner-von Haller], op. cit., p. 101.
  • 69 Hans Markwalder, op. cit., p. 131-135.

33Les occupants utilisèrent tous les moyens connus pour alimenter et financer une armée : réquisitions, contributions, impôts, recrutements. Les maisons ou familles n’avaient pas seulement à procurer les repas et les logements pour les officiers et soldats selon leur part aux rôles de la municipalité ; elles devaient aussi procurer du matériel comme des draps et des trousses de pansement68 ou bien effectuer un service de transport à cheval par exemple69. En outre, l’armée française réquisitionna les armes des citoyens aussi bien que les canons, les munitions et tout ce qui était gardé dans les arsenaux des villes conquises. À part les armes, les envahisseurs s’intéressèrent beaucoup aux trésors des villes-États de Berne et Zurich. Ces deux cantons étaient parmi les rares États qui n’avaient pas de dettes, mais des trésors considérables.

  • 70 Beat Junker, op. cit., p. 22-23.
  • 71 [Gabriel Albrecht von Erlach], « Fragment aus dem Tagebuch des Gabriel Albrecht von Erlach 1739-18 (...)

34Un autre mode de paiement doit être mentionné, ce sont les contributions de guerre que l’armée française collecta sur place et surtout parmi les « profiteurs » de l’ancien régime. Ainsi, les monastères des cantons catholiques ou les aristocraties des cantons réformés durent payer à maintes reprises des sommes considérables70. Pour assurer les versements l’armée française prit en otages plusieurs membres du patriciat bernois et les déporta à Strasbourg. Et les frais du séjour furent mis à la charge des prisonniers71.

  • 72 Andreas Fankhauser, « République helvétique », DHS, version du 26.11.2009 (traduit de l’allemand), (...)

35La population n’expérimentait pas seulement la charge des cantonnements et des contributions de guerre, mais aussi le nouveau fardeau des impôts directs introduits par la République helvétique pour financer le grand projet des réformes éclairées. La multitude des nouveaux impôts sur la fortune mobilière et immobilière (impôts sur le capital, impôt foncier, taxe d’habitation, impôt de succession), des taxes sur la consommation (commerce en gros et en détail) et sur les produits de luxe (par exemple les chiens de chasse, les voitures, etc.) entraîna un effort bureaucratique considérable. Mais la complexité énorme de ce système empêcha sa réalisation. Parce que la majorité des Suisses n’avaient plus payé d’impôts directs pendant des siècles, il fallut faire un très grand effort non seulement pour réunir toutes les informations nécessaires et taxer les fortunes, mais aussi pour convaincre les habitants de la nécessité d’introduire des impôts directs. Les rentrées fiscales arrivèrent tardivement et restèrent largement inférieures aux attentes. De plus, les impôts extraordinaires lors de la guerre de 1799 perturbèrent les revenus réguliers. Enfin la république ne pouvait survivre autrement qu’en vendant les biens nationaux – c’est-à-dire les fortunes des anciens cantons72. Les habitants des villes ne profitèrent même pas de l’abolition des dîmes et du cens, qui soulagea un peu la population paysanne. Ainsi les citoyens ne durent pas seulement financer l’occupation, mais aussi la révolution.

*

  • 73 AFS, BO 1210, p. 127 : « Die Munizipalität bezeugt, sie dürfften nur nicht alles sagen, da es gewi (...)
  • 74 Pour cette thématique, Andreas Würgler, « Wer hat Angst vor wem ? Kulturelle, soziale und national (...)

36Le genre des sources oriente naturellement les résultats d’une recherche. Les deux types de sources principales analysées ici mettent en évidence deux aspects différents des expériences de l’invasion, de l’occupation et de la révolution. Les requêtes, suppliques et autres pétitions évoquent presque toujours des problèmes. Elles donnent des détails sur les conflits, les plaintes, les lamentations. Elles retracent des fardeaux, des malentendus, des souffrances. Et elles se fondent sur l’obtention d’une amélioration. Mais on ne peut pas en déduire que tous les inconvénients sont nommés. Il existait nombre d’incidents dont on ne parlait pas. On préférait passer sous silence des événements qui pouvaient porter préjudice à l’honneur d’une personne ou d’une famille, comme le notait un curé en 1799 : « La municipalité témoigne qu’elle ne peut pas tout dire puisque beaucoup de maisons préfèrent que tout ce qu’on n’avait pas pu éviter, ne soit pas révélé73. » En revanche, le deuxième type de sources, les « ego-documents » tels que les lettres, les journaux intimes et les autobiographies témoignent souvent aussi – en dehors des charges et plaintes – d’aspects de l’occupation perçus comme positifs : que ce soit la gratitude envers les troupes étrangères qui protégèrent les aristocrates suisses contre la rage et les actes de vengeance des anciens sujets paysans, ou les espoirs d’un changement politique, ou encore les agréments du contact avec des officiers civilisés, parfois poussé jusqu’à la liaison amoureuse74. L’occupation militaire fut un phénomène qui ne se limita pas à la dimension symbolique et à l’espace public ; il affecta aussi l’espace privé. Personne ne pouvait éviter d’être confronté à cette situation.

37Le caractère extraordinaire de ces années-là ne se réduisit pourtant pas à l’invasion et à l’occupation militaire. Un changement complet du système politique se produisit, la Révolution s’instaura. L’inauguration de la République helvétique signifiait, pour les Bernois et les Suisses, la perte de l’autonomie ou de la souveraineté et amorçait un changement radical : le passage d’un régime de privilèges à un régime d’égalité devant la loi. Ce fut moins la transition vers la République – les cantons suisses étaient depuis longtemps des républiques – que le passage d’une fédération à un État centralisateur qui fut problématique par défaut d’expérience et de consentement.

  • 75 Par exemple Nidwalden (Derek C. E. Engelberts, Lukas Vogel, Christian Moser, op. cit., p. 32-54 ; (...)
  • 76 Cf. Cecilia nubola, Andreas Würgler (dir.), Mit dem Feind tanzen ? Reaktionen auf die französische (...)

38Pour terminer, il faut souligner, dans une perspective comparative, que par rapport à d’autres régions de Suisse75 ou d’autres villes d’Europe76, l’invasion et l’occupation françaises à Berne furent assez douces : il n’y eut pas de siège, pas d’incendies, pas de démolitions et de pillages systématiques. Elles suscitèrent pourtant des sentiments d’angoisse et d’impuissance. Bien que la présence militaire étrangère n’ait pas été très brutale, que le statut politique de la Suisse ait préservé une certaine autonomie et que les frontières aient été en définitive assez stables, l’invasion, l’occupation et la révolution sont restées des expériences traumatisantes dans la mémoire collective et dans l’historiographie nationale.

Carte 1. – La République helvétique en 1798.

Carte 2. – La Confédération helvétique en 1805.

Notes

1 Les recherches pour cette contribution ont été menées dans le cadre du projet « Bitten im Wandel. Umbrucherfahrung und Interessenartikulation der städtischen Bevölkerung, Bern 1798-1803 », financé par le « Fonds national suisse de la recherche scientifique » [FNS], que je tiens à remercier vivement. http://www.hist.unibe.ch/content/forschungsprojekte/bitten_im_wandel/index_ger.html (29.12.2009). Pour la notion d’« ego-document » cf. Benigna von Krusenstjern, « Was sind Selbstzeugnisse ? Begriffskritische und quellenkundliche Überlegungen anhand von Beispielen aus dem 17. Jahrhundert », Historische Anthropologie, 2, no 3, 1994, p. 462-471, les contributions au volume de Wilfried Schulze (dir.), Ego-Dokumente : Annäherung an den Menschen in der Geschichte ?, Berlin, Akademie Verlag, 1996 et Andreas Rutz, « Ego-Dokument oder Ich-Konstruktion ? Selbstzeugnisse als Quellen zur Erforschung des frühneuzeitlichen Menschen », Zeitenblicke, 1, no 2, 2002 [20.12.2002], URL : www.zeitenblicke.historicum.net/2002/02/rutz/index.html (29.12.2009).

2 Cf. parmi beaucoup de références bibliographiques : Thomas Maissen, « L’invention de la tradition de neutralité helvétique : une adaptation au droit des gens naissant du XVIIe siècle », Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), Les ressources des faibles. Neutralités, sauvegardes, accommodements en temps de guerre (XVIe-XVIIIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 17-46 ; André Holenstein, « L’enjeu de la neutralité : les cantons suisses et la guerre de Trente Ans », ibid., p. 47-61.

3 Andreas Fankhauser, « Coalition, guerres de », Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 16.10.2006 (traduit de l’allemand), URL : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F8914.php (28.12.2009).

4 Dans la Constitution actuelle on ne la trouve cependant ni dans le préambule ni parmi les objectifs de l’État (article 2). Mais sous le titre « Autres tâches et compétences » l’Assemblée fédérale (le Parlement, article 173, 1a) et le Conseil fédéral (le gouvernement, article 185, 1) ont la légitimité de prendre « les mesures nécessaires pour préserver la sécurité extérieure, l’indépendance et la neutralité de la Suisse ». La neutralité n’est cependant pas définie plus précisément. La valeur très haute de la neutralité dans les débats actuels s’explique par le rôle de cette maxime pendant les guerres mondiales et aussi par une tradition plus ancienne. Le texte actuel de la Constitution, http://www.admin.ch/ch/f/rs/1/101.fr.pdf (28.12.2009).

5 Pour l’ancienne Confédération voir Andreas Würgler, « Confédération », DHS, version du 16.10.2006 (traduit de l’allemand), URL : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F26413.php (6.1.2010).

6 La tentative récente de parler de la « souveraineté acquise » par les cantons suisses en 1798-1803 me paraît être assez loin de la réalité historique des rapports de pouvoir entre la France et la Suisse. Cf. Bernd Marquardt, Die alte Eidgenossenschaft und das Heilige Römische Reich (1350-1798). Staatsbildung, Souveränität und Sonderstatus am alteuropäischen Alpenrand, Zurich-St. Gall, Dike Verlag, 2007, p. 181 et 333 : « Eine Souveränität der Schweiz beziehungsweise ihrer Kantone […] konnte erst mit dem […] Umbruch von 1798 entstehen » ; François Walter, Histoire de la Suisse, t. 1, Neuchâtel, Éditions Alphil-Presses universitaires Suisses, 2009, p. 8 : « L’indépendance de la Confédération est très aléatoire avant 1803 ! »

7 Cf. Andreas Würgler, « Which Switzerland? Contrasting Conceptions of the Early Modern Swiss Confederation in European Minds and Maps », Beat Kümin (dir.), Political Space in Pre-Industrial Europe, Farnham-Burlington, Ashgate, 2009, p. 197-213.

8 Constitution helvétique du 12 avril 1798, http://icp.ge.ch/po/cliotexte/ xviiie-et-xixe -siecle-epoque-de-la-revolution-francaise/suisse.histoire.1798.html(29.12.2009).

9 François Walter, « Échec à la départementalisation : les découpages administratifs de la République helvétique (1798-1803) », Revue Suisse d’Histoire, 40, 1990, p. 67-85, ici p. 71-74, 77-78. Cet article discute aussi les projets non réalisés et les objectifs de la réorganisation spatiale.

10 Ibid., 1990, p. 78-80 ; Andreas Würgler, « Aufbruch und Zusammenbruch. Die Helvetische Revolution von 1798 aus der Perspektive von Selbstzeugnissen », Ute Planert (dir.), Krieg und Umbruch in Mitteleuropa um 1800. Erfahrungsgeschichte (n) auf dem Weg in eine neue Zeit, Paderborn et al., Schöningh, 2009, coll. « Krieg in der Geschichte », 44, p. 89-110.

11 Beat Junker, Geschichte des Kantons Bern seit 1798, t. 1 : Helvetik, Mediation, Restauration 1798-1815, Bern, Historischer Verein des Kantons Bern, 1982, coll. « Archiv des Historischen Vereins des Kantons Berns », 66, p. 17-18.

12 Cf. Johannes Strickler, Alfred Rufer, Actensammlung aus der Zeit der Helvetischen Republik (1798-1803) [ASHR], 16 t., t. 1-11, Berne 1886-1911 ; t. 12-16, Fribourg 1940-1966, t. 10, Index, p. 38. « Cantone » et « Zahl », « Gebiethsabgrenzungen », « Grenzen, Aufhebung » ; p. 82-83. « Gebiethseinteilungen, in Cantone und Districte. » Archives fédérales suisses, Berne (AFS) : B 494 et B 495 (Bitt-und Zuschriften an das Ministerium des Innern, 1798-1801). Pour le cas bernois : Andreas Fankhauser, « “da sich viele einbilden, es seie nun unter dem Titel Freiheit alles zu tun erlaubt”. Der Kanton Bern unter der Trikolore 1798-1803 », Berner Zeitschrift für Geschichte und Heimatkunde, 60, 1998, p. 119-133, ici p. 124-127.

13 François Walter, op. cit., 1990, p. 71. Pour les changements des frontières : François De Capitani, « Vie et mort de l’ancien régime (1648-1815) », Beatrix Mesmer (dir.), Nouvelle histoire de la Suisse et des Suisses, t. 2, Lausanne, Editions Payot, 1983, p. 97-170, 161 (1798), 164 (1805).

14 François Walter, op. cit., 1990.

15 C’est pourquoi on a bientôt abandonné cette technique en faveur de la lithographie (développée autour de 1800), Andreas Würgler, Medien in der Frühen Neuzeit, Munich, Oldenbourg, 2009, coll. « Enzyklopädie deutscher Geschichte », 85, p. 59, 120-122. Une carte reproduite par exemple François Walter, op. cit., 1990, p. 72. Les cartes de Wilhelm Haas sont accessibles dans la collection Ryhiner de la Bibliothèque universitaire de Berne, http://www.zb.unibe.ch/stub/ryhiner/images/ch/list2/l2000051.htm (30.12.2009).

16 Lettre du 9 mars 1798, reproduite par Moritz von Stürler (dir.), « Actenstücke zur Geschichte der französischen Invasion in die Schweiz im Jahre 1798 [3. Teil] », Archiv für Schweizerische Geschichte, 16, 1868, p. 179-420, ici p. 222.

17 Lettre du 11 mars 1798, ibid., p. 223-224.

18 Germaine de Staël, Considérations sur les principaux événements de la révolution française, t. 2, Paris 1820, p. 197-200, cité par Thomas Maissen, op. cit., 2006, p. 586.

19 Derck C. E. Engelberts, Lukas Vogel, Christian Moser, Widerstand gegen die Helvetik 1798, Au, Militärische Führungsschule, 1998, p. 32-54 ; Historischer Verein Nidwalden (dir.), Nidwalden 1798. Geschichte und Überlieferung, Stans, Historischer Verein Nidwalden, 1998 ; Eric Godel, « Nur das Kreuz ist der wahre Freiheitsbaum. » Gottlosigkeit, Häresie und Landesverrat : Die helvetische Revolution als Bedrohung des christlichen Glaubens in der Zentralschweiz », Ute Planert (dir.), Krieg und Umbruch in Mitteleuropa um 1800. Erfahrungsgeschichte (n) auf dem Weg in eine neue Zeit, Paderborn et al., Schöningh, 2009, coll. « Krieg in der Geschichte », 44, S. 219-241 ; Eric Godel, Die Zentralschweiz in der Helvetik (1798-1803). Kriegserfahrungen und Religion im Spannungsfeld von Nation und Region, Münster, Aschendorff, 2009.

20 « Es gibt keine Geschichte, ohne dass sie durch Erfahrungen und Erwartungen der handelnden oder leidenden Menschen konstituiert worden wäre. » Reinhart Koselleck, « Erfahrungsraum und Erwartungshorizont – zwei historische Kategorien » [1976], id., Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1989, p. 349-375, ici p. 351. Cf. Andreas Würgler, « Grenzen des Zumutbaren ? Revolution und Okkupation als Erfahrung und Erinnerung », id. (dir.), Grenzen des Zumutbaren. Erfahrungen mit der französischen Okkupation und der Helvetischen Republik (1798-1803), Bâle, Schwabe, 2011, p. 9-27.

21 Pour le problème du choix d’échelle et de la généralisation : Bernard Lepetit, « De l’échelle en histoire », Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard Le Seuil, 1996, p. 71-94. Le changement d’échelle ne veut pas suggérer qu’on puisse généraliser les résultats de l’enquête sur la ville de Berne pour toute la Suisse. Pour la micro-analyse, Jürgen Schlumbohm, « Mikrogeschichte – Makrogeschichte : Zur Eröffnung einer Debatte », Jürgen Schlumbohm (dir.), Mikrogeschichte – Makrogeschichte : komplementär oder inkommensurabel ?, Gœttingue, Wallstein, 1998, p. 7-32 ; Otto Ulbricht, Mikrogeschichte. Menschen und Konflikte in der Frühen Neuzeit, Francfort-New York, Campus, 2009.

22 Andreas Würgler, « Bitten und Begehren. Suppliken und Gravamina in der deutschsprachigen Frühneuzeitforschung », Cecilia Nubola, Andreas Würgler (dir.), Bittschriften und Gravamina. Politik, Verwaltung und Justiz in Europa (14.-18. Jahrhundert), Berlin, Duncker & Humblot, 2005, coll. « Schriften des Italienisch-Deutschen Historischen Instituts in Trient », 19, p. 17-52 (cf. la première version en italien : Andreas Würgler, « Suppliche e “gravamina” nella prima età moderna : la storiografia di lingua tedesca », Annali dell’Istituto storico Italo-germanico in Trento 1999/Jahrbuch des Italienisch-deutschen Historischen Instituts in Trient 1999, 25, 2000, p. 515-546).

23 Par exemple la petite ville de Burgdorf près de Berne dans une supplication du 6 mars 1798, Moritz von Stürler (dir.), op. cit., p. 182-183.

24 « Les plaintes et demandes respectueuses suivantes : 1) sûreté des personnes et des propriétés tant en ville qu’à la campagne et cessation du pillage qui encore la nuit dernière a eu lieu à l’entour de la ville du côté de Thoune et même en ville, d’une manière extrèmement affligeante », C. Frisching, président du gouvernement provisoire et populaire, [au général Brune], Berne le 7 mars 1798, ibid., p. 192-193.

25 Ibid., p. 204.

26 Beat Junker, op. cit., p. 23.

27 Par exemple la supplication des quatre communes de Höchstetten au général Brune en faveur de quatre victimes de l’ancien régime, [Berne, ca. 8 mars 1798], ibid., p. 202-203. Cf. la supplication de Schönweitz du 30 juin 1798, AFS, B 222, p. 63-66.

28 Vinzenz Bartlome, « Der Umbruch 1798-1831 aus der Sicht der “Verlierer”. Das Schicksal des Rudolf Ludwig de Goumoëns (1771-1839) », Berner Zeitschrift für Geschichte und Heimatkunde, 60, 1998, p. 134-159.

29 Derek C. E. Engelberts, Lukas Vogel, Christian Moser, op. cit., p. 66.

30 Andreas Fankhauser, op. cit. 1998, p. 131.

31 ASHR, t. 1, no 98, p. 956. Cf. Thomas Maissen, op. cit., 2006, p. 569-570.

32 Pour la tradition de la lutte symbolique contre les autorités : Andreas Würgler, Unruhen und Öffentlichkeit. Städtische und ländliche Protestbewegungen im 18. Jahrhundert, Tübingen, bibliotheca academica Verlag, 1995, coll. « Frühneuzeit-Forschungen », 1, p. 169-184.

33 Stadtarchiv Bern [=SAB, archives de la ville de Berne], A 244, V-390, 24 juin 1799.

34 SAB, A 245, vi-423, 19 septembre 1799, commandant de place Delaunay à la municipalité de Berne.

35 [Marianne von Jenner-von Haller], « Leidenstage einer besetzten Stadt. Briefe einer Bernerin aus dem Jahre 1798 », Berner Zeitschrift für Geschichte und Heimatkunde, 3, 1941, p. 97-122, 103 ; Hans Markwalder, Die Stadt Bern 1798-1799. Die Neuorganisation der Gemeindeverwaltung, Bern, Verlag Gustav Grunau, 1927, p. 25 ; Richard Feller, Geschichte Berns, t. 4 : Der Untergang des alten Bern 1789-1798, Berne/Francfort-sur-le-Main, Verlag Herbert Lang, 1974 [1960], p. 693.

36 SAB, A 251, xii-80, 29 janvier 1801, le sous-préfet à la municipalité.

37 Rouge, vert, jaune, noir, SAB, A 241, ii-16, 1. Juni 1798 ; Hans Markwalder, op. cit., p. 24.

38 [Marianne von Jenner-von Haller], op. cit., p. 104.

39 Ibid., p. 115.

40 SAB, A 242, iii-457, 21 décembre 1798 (le directeur de la police Wild à la municipalité) ; SAB, A 254, xv-208, 22 décembre 1801 ; Richard Feller, op. cit., p. 693.

41 SAB, A 229, Manuel de la municipalité, t. 11, 16 décembre 1801, p. 446-449, etc.

42 SAB, A 243, iv-290, 16 mars 1799.

43 SAB, A 242, iii-43, 28 septembre 1798.

44 Beat Kümin, Drinking Matters. Public Houses and Social Exchange in Early Modern Central Europe, Basingstoke-New York, Palgrave Macmillan, 2007, p. 68-69.

45 Ibid., p. 100-101.

46 SAB, A 220 (Manuel de la municipalité, vol. 2, 6 juillet 1798), p. 78 ; SAB : A 223 (Manuel de la municipalité, vol. 5, 7 mai 1799), p. 50 ; ibid. p. 49-50.

47 Le citoyen Bossart fut maltraité et blessé par cinq boulangers de l’armée française (« Feldbecken ») qu’il rencontra dans le bistrot (« Bierstüblein ») où il but un verre de vin avec ses camarades en janvier 1800, Archives de l’État, Berne [AEB], Helv BE 15, p. 4-5 (rapport final des procès verbaux des interrogatoires, 24 juin 1800).

48 Danièle Tosato-rigo, « Étrangers mais frères : les réfugiés huguenots », André Holenstein (dir.), Berns mächtige Zeit. Das 16. und 17. Jahrhundert neu entdeckt, Berne, Stämpli, 2006, p. 266-269, p. 266.

49 SAB, A 246, vii-403 (28 novembre 1799) ; A 224, Manuel de la municipalité, vol. 6), p. 386ff. (29 novembre 1799) ; A 246, vii-496, (10 décembre 1799) ; A 246, vii-497 (13 décembre 1799) ; A 246, vii-495 (15 décembre 1799) ; A 225, Manuel de la municipalité, t. 7, p. 60 (16 décembre 1799), etc.

50 SAB, A 226, Manuel de la municipalité, t. 8, p. 34ff. (19 avril 1800) ; A 248, xi-241 (13 mai 1800).

51 SAB, A 245, vi-44, 2 juillet 1799.

52 Le total de 1467 requêtes par des privés, des corporations, des associations ou institutions non-étatiques (Eglises). Chiffres basés sur les fonds du SAB. Si on considère aussi les requêtes administratives (provenant d’autres autorités) on arrive à 2798 requêtes, parmi lesquelles plus de la moitié étaient privées et environ 30 % administratives (étatiques).

53 [Marianne von Jenner-von Haller], op. cit., p. 101, 103, 105.

54 AFS, BO 1210, p. 127 et suiv. : Rapport du pasteur A. J. […] de Gsteig près d’Interlaken concernant le comportement de certains soldats français, 4 août 1799.

55 SAB, A 257, xviii-26, Supplication de Müslin à la municipalité, 12 janvier 1803. Cf. SAB, A 257, xviii-29, 14 janvier 1803, R. Haller (dir.), « David Müslins Tagebuch über die Märztage 1798 », Neues Berner Taschenbuch auf das Jahr 1899, Berne, K. J. Wyss, 1898, S. 190-248.

56 SAB, A 257, xviii-58, 31 janvier 1803.

57 SAB, A 257, xviii-62, plainte du commandant de place Laffou à la municipalité, 1 février 1803.

58 [Marianne von Jenner-von Haller], op. cit., p. 101.

59 Ibid., p. 104, 105.

60 Pourtant il existe une recherche de la part d’un collaborateur de mon projet : Philippe Oggier, « Übergriffe. Körperliche Gewalt französischer Besatzungstruppen gegen Berner Zivilpersonen 1798 – 1803 », Andreas Würgler (dir.), Grenzen des Zumutbaren. Erfahrungen mit der französischen Okkupation und der Helvetischen Republik (1798-1803), Bâle, Schwabe, 2011, p. 67-83.

61 Derck C. E. Engelberts, « La présence militaire française en Suisse en 1798 : sources, données statistiques et judiciaires », Christian Simon, André Schluchter (dir.), Souveränitätsfragen – Militärgeschichte. La souveraineté en question – Histoire militaire, Bâle, Schwabe, 1995, coll. « Dossier Helvetik/Dossier Helvétique, vol. 1 », p. 63-81, 74. Cf. Richard Feller, op. cit., p. 691 ; Daniel Andreas Schläppi, Die Zunftgesellschaft zu Schmieden in Bern zwischen Tradition und Moderne. Sozial-, struktur-und kulturgeschichtliche Aspekte von der Helvetik bis ins ausgehende 20. Jahrhundert, Bern, Historischer Verein des Kantons Bern, 2001, coll. « Archiv des Historischen Vereins des Kantons Bern, vol. 81 », p. 264-265 ; Jürg Stüssi-lauterburg, Hans Luginbühl, Vivat das Bernbiet Bis an d’r Welt ihr End ! Berns Krieg im Jahre 1798 gegen die Franzosen, Bern, Historischer Verein des Kantons Bern, 1998, coll. « Archiv des Historischen Vereins des Kantons Bern, vol. 80 », p. 342.

62 Bien soignée d’ailleurs au XIXe siècle par les couches conservatrices et les associations historiques et patriotiques qui se développaient, André Holenstein, « Rekonstruierte Erinnerung und konservatives Geschichtsdenken. Die Helvetische Revolution in der bernischen Erinnerungskultur des 19. und 20. Jahrhunderts », Andreas Würgler (dir.), Grenzen des Zumutbaren. Erfahrungen mit der französischen Okkupation und der Helvetischen Republik (1798-1803), Bâle, Schwabe, 2011, p. 107-119.

63 Derek C. E. Engelberts, op. cit., p. 76, 79 ; Philippe Oggier, op. cit.

64 AFS, BO 1210, p. 127 et suiv.

65 SAB, A 244, v-240, 13 mai 1799.

66 SAB, A 244, v-390, 24 juin 1799.

67 SAB, A 244, v-202, 3 mai 1799 ; cf. SAB, A 245, vi-57, 5 juillet 1799. Susanna Bühler, Diego Hättenschwiler, « Franzosenblut in Berner Adern. Der Einmarsch der Franzosen vor 200 Jahren hinterliess auch demographische Spuren », Der kleine Bund, no 296, 19 décembre 1998, p. 296.

68 [Marianne von Jenner-von Haller], op. cit., p. 101.

69 Hans Markwalder, op. cit., p. 131-135.

70 Beat Junker, op. cit., p. 22-23.

71 [Gabriel Albrecht von Erlach], « Fragment aus dem Tagebuch des Gabriel Albrecht von Erlach 1739-1802, Freiherr zu Spiez », Berner Zeitschrift für Geschichte und Heimatkunde, 16, 1954, p. 205-214.

72 Andreas Fankhauser, « République helvétique », DHS, version du 26.11.2009 (traduit de l’allemand), URL : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F9797.php (28.12.2009).

73 AFS, BO 1210, p. 127 : « Die Munizipalität bezeugt, sie dürfften nur nicht alles sagen, da es gewiß vielen Haushaltungen lieber ist, wenn nicht alles, was man nicht verhüten konnte, an den Tag kommt. »

74 Pour cette thématique, Andreas Würgler, « Wer hat Angst vor wem ? Kulturelle, soziale und nationale Muster in den Beziehungen zwischen Bürgern und Soldaten (1792-1815) », Cecilia Nubola, Andreas Würgler (dir.), Mit dem Feind tanzen ? Reaktionen auf die französische Expansion in Europa zwischen Enthusiasmus und Protest (1792-1815)/Ballare col Nemico ? Reazioni all’espansione francese in Europa tra entusiasmo e resistenza (1792-1815), Bologna, Il Mulino/Berlin, Duncker & Humblot, 2010, coll. « Annali dell’istituto storico italo-germanico in Trento, Contributi/Jahrbuch des italienisch-deutschen historischen Instituts in Trient, Beiträge », 24.

75 Par exemple Nidwalden (Derek C. E. Engelberts, Lukas Vogel, Christian Moser, op. cit., p. 32-54 ; Historischer Verein Nidwalden [dir.], op. cit. ; Eric Godel, op. cit.) ou à cause de la guerre de coalition, Zurich. Mais il y avait aussi des villes et régions qui semblent avoir été moins affligées par le cantonnement, par exemple la ville de Fribourg (selon Jean-Pierre Dorand, La ville de Fribourg de 1798 à 1814. Les municipalités sous l’Helvétique et la Médiation, une comparaison avec d’autres Villes-Etats de Suisse, Fribourg, Academic Press, 2006, p. 200-201) ou le village de Worb près de Berne, Heinrich Richard Schmidt (dir.), Worber Geschichte, Berne, Stämpfli, 2005, p. 289. Cf. Richard Feller, op. cit., p. 694.

76 Cf. Cecilia nubola, Andreas Würgler (dir.), Mit dem Feind tanzen ? Reaktionen auf die französische Expansion in Europa zwischen Enthusiasmus und Protest (1792-1815)/Ballare col Nemico ? Reazioni all’espansione francese in Europa tra entusiasmo e resistenza (1792-1815), Bologna, Il Mulino/Berlin, Duncker & Humblot, 2010, coll. « Annali dell’istituto storico italo-germanico in Trento, Contributi, vol. 24/Jahrbuch des italienisch-deutschen historischen Instituts in Trient, Beiträge, 24 ; pour la Russie : Anke Muhlstein, Napoléon à Moscou, Paris, Éditions Odile Jacob, 2007.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – La République helvétique en 1798.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/134259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Carte 2. – La Confédération helvétique en 1805.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/134259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search