Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Deuxième partie. Les armées occupantes : administration, accommodation, représentations

L’hôpital militaire et l’accommodation à l’occupation en Algérie (années 1830-années 1850)

Claire Fredj

Texte intégral

  • 1 Alfred Symon de Villeneuve, Mes années militaires (1856-1867), souvenirs anecdotiques d’un ex-méde (...)

1Dans ses souvenirs, l’aide-major Alfred Symon de Villeneuve écrit qu’après le tremblement de terre qui détruisit Djidjelli en 1856, « l’hôpital militaire, solidement construit, était le seul édifice resté debout de la vieille ville dont il occupait l’extrême pointe, bordant la mer ». Au-delà s’étale la nouvelle ville, « deux larges voies, se coupant à angle droit, bordées d’arbres qui ombrageaient quelques rares maisons d’un seul côté encore, les unes simples baraques, trois ou quatre seulement en pierre1 ». Cela fait alors un quart de siècle que les Français ont débarqué à Alger et l’hôpital militaire, bâti dans la ville musulmane, témoigne d’une occupation qui se pérennise, que reflète également la ville européenne.

  • 2 Jean-Claude Vatin, L’Algérie politique : histoire et société, Paris, Presses de la Fondation natio (...)

2Quelle que soit la campagne, l’hôpital militaire est un élément important de la présence étrangère dans des lieux occupés, même temporairement, par les armées françaises au XIXe siècle. Les logiques d’implantation des équipements sanitaires et leur impact sur le territoire diffèrent cependant en Algérie, dans un contexte de guerre permanente durant les premières décennies d’une conquête caractérisée par de longues hésitations quant à l’avenir de ce qui deviendra une colonie de peuplement. L’occupation aurait finalement pour origine moins une volonté politique délibérée et exprimée que l’initiative de généraux prêts à interpréter les silences du pouvoir comme un encouragement, faute d’une ligne directrice2.

  • 3 Pierre-Jean Linon, « Pourquoi un programme de construction d’hôpitaux militaire permanents en Algé (...)

3L’institution médicale est une manière d’aborder l’occupation d’un territoire. Établir la géographie des lieux de soins et observer la manière dont ils se combinent, s’étendent et se déplacent au gré des opérations, permet en effet de cerner la dynamique de la prise de possession de l’espace. La matérialité des bâtiments et des équipements permet aussi d’envisager les nécessaires accommodements qui accompagnent leur installation. Plusieurs échelles d’analyse s’interpénètrent comme deux articles récents le montrent, l’un s’intéressant au programme de construction d’hôpitaux militaires élaboré en Algérie à partir de 1841, l’autre étudiant de manière fine la manière dont l’hôpital militaire amorce la structuration de la ville coloniale de Bône3. Ce dernier texte de Khedidja Boufenara, largement utilisé dans ce propos, sera mis en perspective autant que faire se peut avec des situations observables dans d’autres villes de l’ancienne Régence. C’est en effet un travail systématique à l’échelle de la colonie que cette question appelle et les lignes qui suivent, plus que des résultats, proposent des pistes visant à compléter progressivement un programme de recherche s’intéressant à la manière dont, dans un monde médical algérien longtemps dominé par l’armée, les modalités d’installation d’un hôpital militaire participent au processus d’invention de la ville coloniale.

Un monde médical longtemps dominé par l’armée

  • 4 William Serman, La vie professionnelle des officiers française au milieu du XIXe s., Paris, éditio (...)
  • 5 Claire Fredj, Médecins en campagne, médecine des lointains. Le service de santé des armées dans le (...)
  • 6 Adolphe-Marie Le Roy, Aperçu sur la dysenterie observée au camp d’El-Arrouch (Algérie), thèse de m (...)
  • 7 Voir notamment Yvonne Turin, Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale, écoles, médecines, (...)
  • 8 Alfred Symon de Villeneuve, op. cit., p. 135. Destinés aux populations indigènes des territoires m (...)
  • 9 Alfred Symon de Villeneuve, op. cit., p. 148.
  • 10 Ibid., p. 167.
  • 11 Ibid., p. 177.

4Le monde médical en Algérie est longtemps dominé par l’armée, par le nombre de médecins militaires présents sur le territoire. École de guerre permanente pendant une trentaine d’années, l’Algérie est en effet le terrain de formation et d’exercice de plusieurs milliers d’officiers en activité entre 1848 et 1870, notamment les médecins militaires4. Évalués à 360 en 1850, ils constituent pendant les premières décennies de la conquête une part importante du milieu médical européen de la colonie. Sur un groupe de 370 médecins militaires nés entre 1800 et 1840, plus de 80 % ont été envoyés en Algérie à un moment ou à un autre de leur carrière. Toutes générations et toutes campagnes confondues, la durée moyenne de séjour en Afrique est de cinq ans et pour beaucoup d’officiers de santé, l’apprentissage du métier commence là5. Leur mission consiste à « protéger le soldat et le colon contre l’insalubrité du lieu6 ». Ils dispensent leurs soins aux militaires dont l’entretien est prioritaire, aux civils européens mais aussi aux « indigènes7 ». Leur polyvalence est à souligner. Les tâches que remplit l’aide-major Alfred Symon de Villeneuve à Djidjelli en 1859 comprennent, outre son service militaire, les soins à donner à la population européenne indigente pour laquelle il fait aussi office le cas échéant de sage-femme ainsi que le service du bureau arabe8. Il dit gagner beaucoup d’argent grâce à une clientèle civile payante9. À Batna, il est davantage occupé à son service à l’hôpital militaire « dont les salles étaient toujours pleines de militaires et de civils avec des blessures ou des maladies graves ». Il fait quand même un peu de clientèle civile, car aucun médecin civil n’exerce dans la localité10. À Constantine enfin, où « on se battait assez sérieusement à cette époque sur divers points de la province », les salles de chirurgie sont toujours pleines11, ce qui l’occupe à plein temps. L’expérience racontée par Symon n’est en rien exceptionnelle.

  • 12 Conseil de Santé, « Fragment pour servir à l’histoire médicale de l’armée d’Afrique », Recueil de (...)
  • 13 Victor Deschamps, Essai sur la topographie médicale d’Aïn-Temouchent, province d’Oran, thèse de mé (...)

5Témoins et acteurs de l’emprise territoriale de la Régence, plusieurs médecins de l’armée appréhendent l’inconnu médical par une importante production écrite. Dès 1832, le Conseil de Santé souligne l’intérêt des travaux susceptibles « de perfectionner nos connaissances topographiques et médicales sur les pays où les divers corps d’armée sont placés12 », particulièrement l’Algérie. Ainsi « pareil aux tribus nomades », le médecin décrit par Victor Deschamps « va dresser sa tente là où le devoir l’appelle [. Q]ue de fois il arrive dans un pays inconnu, surtout au point de vue médical, comme le sont tant de contrées africaines ! La topographie de ce lieu peut le guider dans sa pratique, lui éviter ainsi bien des erreurs et bien des mécomptes13 ». Dans la logique hippocratique, en effet, comprendre les endémies et les épidémies passe ainsi par la collecte des données topographiques et climatologiques, voire historiques. La mise en relation de ces informations oriente les hypothèses quant à l’origine des affections, leur possible thérapeutique et les mesures d’hygiène à adopter. Le but principal des états nosographiques, dont la rédaction est imposée aux divers agents, est de constater périodiquement le degré d’insalubrité des localités. Ces nombreuses connaissances contribuent à la construction d’un territoire mis en chiffres, en lettres et en cartes. Ces opérations intellectuelles que l’on retrouve pour bien d’autres territoires, prennent une ampleur nouvelle en Algérie, par leur importance, leur nouveauté, mais aussi par les projets « civilisateurs » qu’elles sous-tendent de colonisation agricole et de mise en valeur, adossés au modèle antique romain, ainsi que par les réflexions démographiques sur la régénération et la fusion des « races » qu’elles portent.

  • 14 Ministère de la Guerre, Tableau de la situation des établissements français en Algérie, Paris, Imp (...)
  • 15 Pierre-Augustin Didiot, Code des officiers de santé de l’armée de terre, ou Traité de droit admini (...)
  • 16 Dès 1845, le territoire algérien se divise en territoires occupés, territoires en voie d’occupatio (...)
  • 17 L’Akhbar, no 1126, jeudi 7 décembre 1848.

6La domination par l’armée du monde médical passe aussi par l’importance des lieux de soins. Avec 33 établissements en 185014, les hôpitaux militaires, qui accueillent les militaires mais aussi les malades civils indigents, européens et indigènes, constituent longtemps la charpente de l’assistance hospitalière en Algérie. Suivant un programme de construction d’établissements permanents lancé en 1841, leur nombre augmente au fur et à mesure de la conquête territoriale. Ce dispositif est complété par les ambulances dont la composition en personnel et en matériel est en rapport avec la variabilité de l’effectif des colonnes expéditionnaires qui opèrent en Afrique. Leur organisation dépend également de la forme que peuvent prendre les opérations militaires, les unes à proximité des centres de ravitaillement, les autres à de grandes distances15. Si, dans la guerre européenne, l’ambulance est spécialement destinée aux premiers secours sur le champ de bataille, elle est aussi en Algérie – et le plus souvent – un hôpital temporaire. Le paysage sanitaire « à l’occidentale » est ainsi dominé, dans les villes comme dans les campagnes, par le service de santé de l’armée, ce qui ne va pas d’ailleurs sans problèmes de partage en territoires appelés à devenir civils. En effet, l’organisation politique et administrative civile ne prend pas le relais de l’occupation militaire mais débute presque avec elle pour s’élargir ensuite, se superposer puis se substituer à elle16. À partir des années 1840, l’arrivée de colons de métropole provoque rapidement et de manière toujours plus insistante des demandes d’ouverture d’hôpitaux civils : « À chacun ses attributions ! L’administration civile doit, comme l’administration militaire, prendre soin de ses administrés17 » souligne le journal l’Akhbar en 1848.

7La question de la « civilisation » des hôpitaux militaires pose la question de l’assimilation du territoire algérien à la France, toujours retardée depuis 1849, et montre que les éventuels accommodements entre occupants et occupés incluent un troisième acteur : l’occupant civil français se sentant occupé par l’institution militaire chargée de protéger son occupation. Cette revendication indique également le passage d’une logique d’occupation à une logique d’installation et de colonisation effective.

L’hôpital militaire dans la ville algérienne occupée

  • 18 Cité par Louis Girault, Contribution à l’étude du rôle du service de santé militaire. Conquête de (...)
  • 19 Lucien Baudens, « Épisode de la campagne d’Afrique : journée du 19 juin 1830 », RMMCPM, 1re série, (...)

8L’hôpital militaire du camp de Lalla Magnia compte 86 lits, « renfermés sous une baraque en planches et sous des tentes en forme de fermes et d’un tissu végéto-animal épais de couleur brune (ce tissu est composé de filaments de palmier et de poils de chameau)18 ». La tente-hôpital « se composant d’arcades en bois, triangulaires, ayant douze pieds de hauteur, réunies par des planches fixées transversalement » et à la charpente « recouverte par de larges toiles vernissées, à l’épreuve de la pluie19 » est également massivement employée dès le début de l’occupation.

9Dans les villes cependant, les possibilités de ce type d’installations sont plus limitées et la présence de l’armée se traduit d’abord par l’érection de bâtiments temporaires mais surtout par la mise en état de bâtiments existants et dont l’appropriation s’effectue en fonction de plusieurs contraintes. Outre les impératifs de défense, l’installation d’un bâtiment militaire – hôpital mais aussi caserne – suppose le respect de règles d’hygiène consistant surtout à préserver les habitations des foyers miasmatiques, en les plaçant autant que possible sur des points élevés et permettant une circulation aisée de l’air dans la logique aériste alors en vigueur. Il s’agit de trouver des bâtiments bien situés et suffisamment grands pour accueillir parfois plusieurs centaines d’hommes. Des commissions, composées au minimum d’un médecin et d’un membre de l’intendance, inspectent donc les lieux possibles d’installation d’établissements sanitaires en fonction de ces contraintes. La décision est ensuite avalisée par l’autorité militaire.

  • 20 Louis Girault, op. cit., p. 17.
  • 21 Frédéric Mauricheau-Beaupre, « Relation de l’expédition faite dans l’Atlas au mois de novembre 183 (...)
  • 22 Khedidja Boufenara, L’hôpital militaire de Bône, op. cit.
  • 23 SHD, IV H 371, Le colonel directeur des fortifications, commandant le génie de l’armée, Alger, 9 m (...)
  • 24 SHD, 1H 652, PV hôpital militaire de Médéah, 5 juin 1844.
  • 25 SHD, GR 1H 652, Article 2, no 6, Dubost, capitaine du génie, Note sur les travaux exécutés depuis (...)

10Dans les premiers temps de la conquête, plusieurs lieux servent à l’accueil des hôpitaux de l’armée. Le palais d’Hussein Dey, à Alger, qui marque l’entrée de la Casbah, est rapidement occupé à cet effet : si le lieu est éminemment symbolique, ce sont surtout les jardins et la place disponible qui intéressent l’intendance. Lorsque les Français entrent dans Constantine, on place les blessés et les fiévreux dans deux ou trois des principales bâtisses : « la maison du Caïpha, une mosquée et l’ancienne maison du Bey20 ». Dans plusieurs villes, les palais mais surtout les « maisons mauresques » sont ainsi appropriés comme hôpital, ainsi que les mosquées. Lors de la première occupation de la ville en 1830, 62 hommes blessés sont placés dans une mosquée de Blida où les médecins trouvent des nattes pour les coucher ; « des morceaux de tapis divisés convenablement leur servirent de couvertures21 » relate l’officier de santé Mauricheau-Beaupré. L’emplacement de la mosquée Sidi Marouane de Bône dans la partie haute de la ville a été « heureusement » choisi pour son air pur. Ses terrasses doivent servir pour la déambulation des malades avec vue sur mer. La préservation de la cour de la mosquée et des terrasses ainsi que la généralisation des coursives (comme déambulatoires et espaces de distribution) dans l’hôpital montre que le Génie conserve « le caractère architectonique de la mosquée lorsqu’il répond à ses attentes. D’autres interventions en revanche transforment radicalement la morphologie du bâtiment. L’introduction de deux étages par recouvrement des terrasses détruit ainsi son volume originel et les percements effectués en façade son aspect. Les cours et les entrées ont été agrandies afin de recevoir des attelages. Les terrasses ont été transformées pour recevoir et abriter du matériel22 ». Les dispositifs hospitaliers sont ainsi progressivement améliorés et augmentés. À Blida, on installe dans l’hôpital provisoire « des bassins à sangsues et une distillerie de fleurs d’oranger qui étaient demandés avec insistance par l’intendance militaire23 ». À Médéah, la buanderie et le séchage de l’hôpital sont situés en dehors de la ville, comme le jardin fournit les légumes à l’établissement24. D’autres établissements religieux servent d’annexes, comme à Médéah, où une ancienne synagogue est utilisée comme magasin à linge25.

  • 26 SHD, 1 H 857, Art. 3, no 1 en date du 25 août 1832.
  • 27 SHD, 1H 652, PV hôpital militaire de Médéah, 5 juin 1844.
  • 28 SHD, 1H 652, Art. 1, no 5, Rapport sur la place de Médéah demandé par la dépêche ministérielle du (...)
  • 29 SHD, 1H 652, Art. 2, no 4, Aufray, chef du bureau du génie, 9 mai 1841.
  • 30 Ibid.
  • 31 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéah, 1er octobre 1841.
  • 32 SHD, 1H 652, PV hôpital militaire de Médéah, 5 juin 1844.
  • 33 SHD, IV H 371, chef du bataillon du génie, Mémoire sur l’état actuel de la place sur les travaux e (...)

11Souvent, plusieurs types de bâtiments constituent le dispositif sanitaire. En 1832, la capacité totale de l’Hôpital de Bône est de 290 lits dont 105 à Sidi Marouane, le reste réparti dans les maisons particulières voisines26. À Médéah, la mosquée hanafite sert d’abord d’hôpital pour les blessés27. Puis, « au moyen de percement de portes et fenêtres28 », trois maisons de la ville haute sont réunies pour former l’hôpital supérieur destiné aux fiévreux et contenant 120 malades, bâtiments entre lesquels on établit des communications de manière qu’ils puissent être tous mis « sous une même clef pour faciliter la surveillance29 ». Pour augmenter la contenance, le génie s’approprie également la mosquée Ahmar, qui, « quoique située sur un des points les plus bas de la ville […] ne paraît pas devoir être insalubre, la circulation de l’air pouvant s’y opérer convenablement30 », ainsi que la mosquée Sidi Soliman qui, « sans tribunes », ne contient pas autant de malades que la mosquée turque et pour laquelle on réalise « des travaux d’améliorations assez considérables31 » consistant « à assurer la solidité des colonnes légères, à procurer un aérage convenable, à établir une nouvelle salle32 ». La capacité des bâtiments est encore augmentée par l’emploi des baraques. Comme les hôpitaux sous tente, les hôpitaux de baraques sont systématiquement employés en campagne dès le début de la conquête. À Blida en 1842, l’hôpital est dit provisoire parce que les salles de malades sont établies dans cinq baraques et « que les accessoires sont un peu à l’étroit dans la maison mauresque de solidité fort équivoque », mais les baraques en planches ont été recouvertes de tuiles puis les planches des parois remplacées par des murs et le sol planchéié33.

  • 34 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéah, 1e octobre 1841.
  • 35 SHD, 1H 652, Art. 2, no 4, Aufray, chef du bureau du génie, 9 mai 1841.
  • 36 SHD, 1H 652, Art. 2, no 5, Dubost, apostilles des projets pour 1842.
  • 37 SHD, 1H 652, Art. 1, no 5, Rapport sur la place de Médéah, 10 décembre 1841.
  • 38 P-J. Linon, op. cit., p. 267. Le projet d’hôpital de Médéah repose ainsi « sur les vœux exprimés d (...)
  • 39 Lettre du 5 avril 1843, cité par Pierre-Jean Linon, op. cit., p. 271.

12Rapidement toutefois, les aménagements provisoires cessent de convenir. Dès 1840, le maréchal de camp de Bellonnet, commandant supérieur du Génie en Afrique, estime qu’à Médéah, les bâtiments existant ne peuvent, même en étant améliorés, produire un bon hôpital34. L’un des inconvénients des maisons mauresques tiendrait, selon un officier du génie, à leur « peu de largeur » et à « la difficulté d’y établir généralement une bonne circulation de l’air35 ». D’autre part, « le service et la surveillance de l’hôpital sont très difficiles à cause de la division des bâtiments, les uns dans le haut, les autres dans le bas de la ville36. Pour éviter la dispersion, souligne un autre officier, il faut construire des bâtiments neufs37. Ce souhait rencontre les décisions de la commission de 1842. Le comité des fortifications définit les bases sur lesquelles les hôpitaux permanents doivent être édifiés : leur implantation, le nombre d’étages, la dimension des salles, le nombre de lits, etc.38. Or, quand le programme de construction d’hôpitaux est décidé, la fin de la conquête semble encore loin et les opposants à l’entreprise demeurent nombreux. Ce programme de construction répond d’abord à des impératifs sanitaires mais est aussi censé marquer dans le sol la prise de possession du terrain : « la vue des constructions en pierres a enfin convaincu les Arabes de notre ferme volonté de résider définitivement au milieu d’eux. Des baraques en planches n’auraient pas suffi à leur faire ajouter foi à nos dires39 » écrit en avril 1843 le lieutenant-colonel Tinan.

  • 40 Xavier Malverti, « Les officiers du Génie et le dessin des villes en Algérie (1830-1870) », Revue (...)
  • 41 SHD, 1H 848, Art. 2, no 14, Chef du génie, apostille, 10 août 1836.
  • 42 SHD, 1H 652, Art. 2, no 5, Dubost, apostilles des projets pour 1842.
  • 43 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéa, 1e octobre 1841.
  • 44 SHD, 1H 652, Art. 1, no 5, Rapport sur la place de Médéah, 10 décembre 1841.

13Pour les hôpitaux comme pour d’autres bâtiments militaires, l’armée se fait « entrepreneur40 », passant aussi des marchés avec diverses entreprises. Elle cherche à se procurer des matériaux, parfois introuvables sur place, comme à Bône, où les tuiles sont commandées et attendues d’Alger41, avant que la construction de briqueteries et de fours à chaux par les services du génie militaire ne diminuent les coûts et les délais de construction, comme ailleurs, notamment à Médéah. Là, c’est le bois qui manque, obligeant à des adaptations architecturales : « Il faut dans les constructions suppléer par des voûtes et des arceaux au défaut des charpentes qui exigeraient des bois de grande portée42. » De même « on aurait pu se dispenser d’avoir des escaliers en maçonnerie. Il eût été plus simple de les faire en charpente ». De nombreuses maisons de Médéah et des environs ont pourtant été démolies pour en retirer le bois de couverture43. « Est-il nécessaire de dire », commente un officier, que ces démolitions, nécessaires sans doute aux besoins du service, « ont été exécutées sans beaucoup d’ordre par des agents secondaires de l’administration et par les soldats. Les décombres sont restées sur place et cette opération, plus encore que celle des communications, contribua à donner à Médéah l’aspect qu’on lui reproche44 ». Ordre est donc donné d’arrêter la dévastation des maisons de la ville.

  • 45 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéah, 1e octobre 1841.
  • 46 SHD, IV H 371, Le colonel directeur des fortifications, commandant le génie de l’armée, Alger, 9 m (...)
  • 47 Pierre-Jean Linon, op. cit., p. 270.

14Il peut y avoir concurrence d’usage entre les bâtiments. À Médéah, on suppose en 1841 que lorsque l’hôpital définitif sera terminé, « on pourra remettre au casernement les bâtiments hospitaliers tels que l’hôpital supérieur et son annexe, qui peuvent procurer de bons logements à la troupe45 ». À Blida, la rapide construction d’un hôpital définitif, en rendant libre l’emplacement de l’hôpital temporaire, devrait permettre d’élever toutes les casernes dont le besoin est vivement senti46, mais en mars 1847, l’hôpital de la ville est toujours composé d’un « groupe de maisons mauresques avec cinq baraques », alors que le bâtiment construit pour l’hôpital sert de caserne d’infanterie47.

  • 48 SHD, I V H 374, carton 4, no 176, Capitaines Loyre et Schmutz, PV de conférence entre les services (...)
  • 49 Danièle Voldman, « Laboratoires précurseurs : les hôpitaux militaires au siècle des lumières », Mo (...)
  • 50 SHD, 1H 652, Art. 2, no 16, 5 avril 1847.
  • 51 Ibid.

15On passe progressivement de l’hôpital temporaire à l’« hôpital définitif », dont on améliore au fur et à mesure l’équipement. À Blida, après que le gros du bâtiment a été construit, on s’occupe de placer des colonnes en fonte sous les poutres du premier étage du bâtiment, d’installer l’appareil des douches, deux loges pour les fous ainsi que deux cabinets pour les accouchements48. L’hôpital de Médéah est un corps de logis formé d’un bâtiment central avec deux ailes de retour et destiné exclusivement aux malades et d’autres bâtiments annexes. Si, à partir du XVIIIe siècle, un vaste programme d’aménagement ou de construction d’hôpitaux militaires est réalisé en France, fruit d’une concertation permanente entre pouvoirs médicaux, administratifs, militaires et urbains49, la situation diffère évidemment en Algérie. En 1847, le commandement reproche au Génie de Médéah de n’avoir pas suivi des règles de procédures. Les officiers protestent, regrettant comme « beaucoup d’autres que les questions de l’Algérie et de ses installations militaires ne soient pas encore mieux définies […]. Il a fallu bien des études, bien des tâtonnements, pour asseoir des idées sur l’organisation militaire qu’il convient de donner à nos centres de commandement. Combien en faudra-t-il encore pour consommer l’œuvre50 ». Un plan d’hôpital militaire semble cependant progressivement émerger, avec des choix quant à la distribution des salles, des bains, des latrines, des galeries, avec parfois des écarts par rapport à un modèle qui semble se dégager. Ainsi, à Médéah, une galerie « ménagée intérieurement au rez-de-chaussée du côté de la cour de l’hôpital servira à la communication des infirmiers qui se rendent à la pharmacie ou à la cuisine et à la dépense ». Le directeur la conserve mais préfère « la galerie ouverte ainsi qu’il l’a proposé pour Blida, Orléansville et pour les divers autres hôpitaux51 ».

L’hôpital, un élément fort du paysage colonial urbain

  • 52 Alfred Symon de Villeneuve, op. cit., p. 180.

16Symon de Villeneuve décrit une ville de Constantine au centre « marqué par une méchante place carrée avec quelques arbres rabougris. Rien n’y retenait le regard […]. Sur les faces latérales, à l’opposite, le Cercle militaire d’un côté, le fameux café Charles et la trésorerie de l’autre […] une voie toute droite et un peu plus large, bordée de magasins français n’existant que là, conduisait à la place et à la porte Danrémont. Voilà le Constantine français de 1860. Tout le reste de la ville, habitations et habitants étaient arabe, juif, maltais, voire nègre soudanais, mais surtout Arabe et les ruelles, on ne peut dire les rues, s’y enchevêtraient sans le moindre souci d’alignement, ni même de pavage52 ».

  • 53 SHD, 1H 653, commandement du génie de la chefferie de Médéah, article 3, no 2, Plan de la ville de (...)
  • 54 SHD, 1H 652, Art. 2, no 11, Javain, capitaine du génie en chef, mémoire sommaire sur la place de M (...)
  • 55 Ibid. Un plan de 1844 fait bien apparaître le projet de ville nouvelle. Voir Xavier Malverti et Al (...)

17Une vingtaine d’années après la prise de la cité, la ville européenne émerge à côté de la ville arabe, que l’occupation, malgré l’impression donnée par le médecin militaire, commence à transformer. Un plan de Médéah effectué par le Génie en 1842 signale l’importance de la présence française dans la ville au moyen de couleurs, les teintes bleues signalant les « maisons, mosquées et autres établissements occupés par le casernement des troupes ou l’administration militaire », les rouges les immeubles occupés provisoirement par les indigènes, les marchands et autres particuliers, les noires et carmin les « masses de maisons démolies ou en ruine dont on ne pense pas tirer parti pour le service53 ». Au cours de l’année, l’armée a relevé les rues et les contours de la ville, établi leur nivellement et s’assure les services d’un géomètre « pour continuer les levers de détail servant à la rédaction du plan parcellaire des bâtiments militaires dont les dimensions n’ont pu qu’être indiquées d’une manière très inexacte54 ». Dès 1843, l’agglomération est divisée en deux « l’une toute militaire occupe toute la partie du mamelon sur lequel est assis Médéah ; l’autre consacrée aux habitants civils à quelques emplacements près réservés aux constructions militaires », au sein d’une enceinte complètement neuve55.

  • 56 J.-B. Vincent, Les médecins de l’Algérie au temps de la conquête, Thèse de médecine, Alger, 1914, (...)
  • 57 J. Foucqueron, « Essai topographique et médical de la régence d’Alger », RMMCPM, 34, 1833, p. 1-10 (...)
  • 58 Louis Girault, op. cit., p. 73.
  • 59 Ibid., p. 74.

18Les effets de cette occupation sont jugés de manière très positive par les médecins de l’armée qui décrivent l’organisation des villes de la Régence comme totalement contraire aux règles de l’hygiène. Alger est ainsi « une ville aux maisons étroites, sans air, dont bon nombre tombaient en ruines, [aux] rues tortueuses, sombres, humides, remplies de détritus, d’immondices, de cadavres d’animaux en putréfaction56 », descriptions que l’on retrouve pour plusieurs des villes occupées. Dès 1833, le médecin Foucqueron témoigne des évolutions de la ville arabe occupée par les Français : « Nous n’avons qu’à nous louer des dernières mesures que vient de prendre la nouvelle administration […]. Par ses soins, la ville d’Alger est devenue presqu’une ville nouvelle ; quelques rues ont été élargies ; toutes ont été débarrassées des immondices qui faisaient de ce lieu un séjour dégoûtant, un repaire de maladies57. » Comme ils le font dans leur pays d’origine, les médecins français pathologisent la ville arabe et appellent à l’ouverture de son corps malade par le scalpel des ingénieurs. Les retards pris dans ce processus indignent plus d’un médecin. En 1837, Hutin par exemple s’adresse ainsi à l’Intendance : « Parmi les causes nombreuses de maladies qui désolent si souvent la garnison de Bône, il en est une que l’on est étonné de voir subsister dans un pays qui, depuis cinq ans, est occupé par les troupes françaises : c’est la malpropreté révoltante de la ville et de ses environs58. » Il dénonce donc l’incurie de cette partie de la police qui laisse les rues pleines d’immondices. Mais si l’urbanisme « à l’européenne » apparaît comme le modèle hygiénique à implanter, les impératifs militaires peuvent aussi le contrarier. Ainsi, toujours selon Hutin, c’est surtout le fossé d’enceinte, « qu’une idée d’hygiène mal appliquée a fait creuser à grand frais aux pieds des remparts [qui] est le rendez-vous et le point de séjour de matières en putréfaction », dont les émanations délétères deviendront mortelles si une sage administration ne les supprime bientôt59.

  • 60 J.-B. Vincent, op. cit., p. 21.
  • 61 Ibid.
  • 62 Khedidja Boufenara, L’hôpital militaire de Bône, op. cit.. Sur la morphologie des villes arabes, v (...)
  • 63 Ibid.
  • 64 Ibid.
  • 65 Alfred Symon de Villeneuve, op. cit., p. 176.
  • 66 SHD, IV H 371, Mémoire sur l’état actuel de la place sur les travaux exécutés en 1841 et sur ceux (...)
  • 67 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéa, 1e octobre 1841.
  • 68 SHD, 1H 652, Art. 2, no 1, État sommaire des travaux que l’on propose d’exécuter en 1841 dans la p (...)

19C’est néanmoins l’européanisation de la ville qui la rend plus salubre : « à Bône, on a réparé les citernes, amené l’eau excellente et très abondante par les canalisations ; tous les établissements militaires et les places publiques ont été pourvus de fontaines ; on a créé un égout collecteur et un grand réservoir au point le plus élevé de la ville. Blida, Phillipeville, Oran, se sont assainies de même et transformées par la création de quartiers européens60. » L’hôpital définitif fait partie de cette transformation radicale : « partout, les précaires baraques en bois, les mosquées qui servaient d’abri aux malades sont remplacées par des hôpitaux construits en pierre61 ». Les transformations du bâti ou les destructions destinées à libérer des terrains font évoluer la configuration originelle de la ville traditionnelle, tant sur le plan architectural qu’urbain. À Bône, « la surélévation du bâtiment sur deux étages n’est pas sans conséquences sur le profil de la façade urbaine ». De manière générale, le souci « de régularité, de fonctionnalité et de rationalité du Génie va à l’encontre d’une forme organique adaptée et adoptée pour des besoins spécifiques d’une société vivant dans un milieu qu’elle connaît depuis des siècles62 ». Un jardin est par exemple aménagé comme annexe de l’hôpital de Bône, « dans une cité où le végétal n’est connu qu’à l’intérieur des maisons et de manière très légère venant aérer un espace voulu et conçu de manière dense63 ». Une nouvelle trame urbaine qui découle de la morphologie et des usages de l’hôpital militaire se dessine d’autant que les projets d’ouverture d’une rue vont dépendre des équipements à desservir et les projets d’hôpitaux font évoluer les projets des rues64. La construction des vastes bâtiments que sont les hôpitaux définitifs transforme également l’aspect de la ville arabe : l’hôpital militaire de Constantine forme ainsi, « au sommet du rocher qui supporte la ville, le groupe qui, avec les casernes d’infanterie, zouaves et turcos, porte le nom générique de Kasbah65 ». À Blida, le quartier militaire protégé par une triple enceinte offre l’avantage de rassembler presque tous les établissements militaires dans une même partie de la ville66. De même, à Médéah, l’hôpital définitif doit naturellement se situer « dans la Casbah au point le plus élevé et près de la Manutention67 », dans la partie ouest de la ville « qui se trouve la plus à l’abri des attaques de l’ennemi et dont la situation élevée présente en même temps le plus d’avantage sous le rapport de la salubrité68 ».

  • 69 SHD, 1H 652, Art. 2, no 4, Aufray, chef du bureau du génie, 9 mai 1841.
  • 70 SHD, IV H 371, Mémoire sur l’état actuel de la place sur les travaux exécutés en 1841 et sur ceux (...)
  • 71 SHD, IV H 371, Le colonel directeur des fortifications, commandant le génie de l’armée, Alger, 9 m (...)

20L’hôpital est ainsi – avec la caserne – un des moteurs de l’extension des villes nouvelles en Algérie. Il s’agit en effet de bâtiments ayant besoin d’espace : ainsi, le lieu désigné au plan général pour l’hôpital de Médéa semble insuffisant au chef du bureau du génie : « Son peu d’étendue obligerait à donner une trop grande hauteur aux bâtiments et il nous paraîtrait convenable d’y ajouter quelques portions de terrains à l’est69. » Tout emplacement ne convient pas pour autant : à Blida, les alignements de la ville et les limites de la portion de cette dernière affectée à la garnison sont tracés par l’autorité civile sur un plan approuvé par le gouverneur. Il est cependant impossible de placer l’hôpital dans l’agrandissement nord-ouest de la ville comme le voulait le comité : « L’emplacement a été déclaré malsain par les officiers de santé de la place, qui ont jugé que l’endroit le plus bas de la ville, celui où toutes les eaux sales se rendent, ne convenaient pas pour l’hôpital70, contrairement à celui choisi près la porte d’Alger71. »

  • 72 Zeynep Çelik, Urban Forms and Colonial Confrontations. Algiers under French Rule, Berkeley, Los An (...)
  • 73 Zohra Hakimi, Alger. Politiques urbaines (1846-1958), Saint-Denis, Bouchène, 2011, p. 13.
  • 74 Emery De Vattel, Le Droit des gens, ou Principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et au (...)
  • 75 Johann Ludwig Klüber, Droit des gens moderne de l’Europe, Paris, J.-P. Aillaud, 1831, dans Odile D (...)
  • 76 Ibid., p. 5.
  • 77 Naima Mahindad Abderrahim, Essai de restitution de l’histoire urbaine de la ville de Bejaia, Mémoi (...)
  • 78 L’intervention des différents acteurs (militaires, municipalité, « francs-tireurs de l’aménagement (...)

21L’architecture et l’urbanisme sont ainsi des éléments particulièrement visibles par lesquels l’ordre colonial se donne à voir72. Dans un contexte colonial qui réduit le poids des structures foncières et des rapports sociaux sur les instances décisionnaires73, les habitants jouent-ils encore un rôle dans cette activité bâtisseuse dont les étapes ne semblent faire intervenir que les nouveaux conquérants ? La souveraineté de l’occupant sur le territoire occupé est une règle qui prévaut pendant longtemps. Le Droit des gens de Vattel précise en 1758 que si les immeubles, les villes, les terres, les provinces, « passent sous la puissance de l’ennemi qui s’en empare », la propriété ne devient « stable et parfaite que par le traité de paix ou par l’entière soumission et l’extinction de l’État auquel ces villes ou provinces appartenaient74 ». En 1831, le Droit des gens modernes de l’Europe de Klüber rappelle cependant que « les biens immeubles de l’ennemi, ainsi que la souveraineté des provinces qui lui sont soumises, peuvent être occupés par ce qu’on appelle la conquête (occupatio bellica)75 ». Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que les internationalistes ne confondent plus l’occupation d’un territoire par une autorité et son acquisition définitive76. L’urbanisme militaire des débuts de la conquête marque l’évolution de nombreuses villes de la Régence. En 1835, lorsque l’occupation partielle de Bougie est décidée, l’érection d’ouvrages défensifs et d’édifices militaires entraîne « le dépeuplement et la ruine des quartiers supérieurs de la ville, déjà réduite par la guerre77 ». Jusqu’où les pratiques urbaines françaises, l’imposition du droit foncier français ou l’adaptation du droit musulman et des coutumes kabyles en vigueur constituent-t-elles un espace possible d’accommodement78 ?

  • 79 SHD, Art. 8 section 1, Blida, 1V H 372, carton 2, Chef de bataillon du génie, Mémoire sur les proj (...)
  • 80 Ibid.

22Il semble que les lois du 16 septembre 1807 et du 7 juillet 1833 sur l’expropriation pour utilité publique sont utilisées par les autorités françaises lors des plans d’alignement, de redressement ou des percements dans les médinas. À Bône, plusieurs maisons arabes proches de la mosquée sont réquisitionnées. Il semble qu’un loyer est parfois payé. À Blida, le Génie écrit avoir à payer en 1843 « les immeubles compris dans l’emplacement du nouvel hôpital, quelques maisons occupées actuellement par le service militaire, les terrains pour l’établissement de la nouvelle enceinte de la rue du rempart et des glacis79 ». Il est probable estime l’officier du génie, que « beaucoup de propriétaires ne pourront pas fournir des titres de propriété assez complets pour être payés avant la fin de l’exercice80 ». L’armée, passée la première phase de la conquête, semble se plier aux contraintes du droit de propriété. Ainsi, les terrains possédés par le service du génie à Blida sont beaucoup trop restreints pour permettre l’érection des divers établissements nécessaires et les terrains possédés par les domaines et dont on eût pu demander la remise sont trop disséminés dans la Ville pour qu’on puisse en tirer un bon parti.

  • 81 SHD, Art. 8 section 1, Blida, 1V H 372, carton 2, Génie, apostilles du directeur, Alger, 17 avril (...)
  • 82 Voir René Lespes, Alger, Etude de géographie et d’histoire urbaine, Paris, Félix Alcan, 1950 ; Mar (...)
  • 83 SHD, Art. 8 section 1, Blida, 1V H 372, carton 2, Génie, apostilles du directeur, Alger, 17 avril (...)
  • 84 SHD, Art. 8, section 1, Blida, 1V H 372, carton 2, Chef de bataillon du génie, Mémoire sur les pro (...)

23De nouveaux établissements ayant été décidés, des agrandissements considérables demandés pour les établissements anciens ou déjà projetés, il a fallu chercher de nouveaux emplacements. On pouvait les prendre dans la ville ou à l’extérieur en augmentant l’enceinte. Or les emplacements de la ville sont devenus très chers. L’Administration des domaines a vendu des terrains à bâtir jusqu’à 60 francs le mètre carré et naturellement, les terrains appartenant à des particuliers ont augmenté de valeur dans cette proportion81. La spéculation concerne les principales villes occupées, notamment Alger, principal point d’arrivée des colons. La solution adoptée est la destruction d’une partie de la ville musulmane, qui bouleverse considérablement la physionomie de la capitale82, désormais davantage tournée vers la mer. À Blida, le directeur arrête donc qu’on pourvoirait aux établissements militaires à créer au moyen d’une extension donnée à l’enceinte83. À l’hôpital, les modifications apportées par l’agrandissement de la ville sont l’addition d’un promenoir, l’augmentation de la cour de service, qui est devenue très belle par la disposition de la buanderie et l’agrandissement de la cour des officiers84.

  • 85 Jean-Pierre Goubert, « La ville, miroir et enjeu de la santé : Paris, Montréal et Alger au XIXe si (...)
  • 86 Robert Home, Of Planting and Planning. The making of British colonial cities, London, E & FN Spon (...)

24Par sa visibilité physique, son rôle d’acteur économique à part entière, l’hôpital, l’une des institutions les plus représentatives de la culture occidentale, s’impose sur le territoire occupé. Si une partie de ce propos vaut pour toute installation militaire en terrain étranger, l’hôpital et la médecine militaire sont aussi un rouage d’un « bio-pouvoir » dont les technologies servent aux soins, au contrôle des populations et à l’affirmation de la mission civilisatrice85. Il est un élément important de la ville algérienne du XIXe siècle qui, comme les autres villes coloniales, est un « terrain de conflit et de négociation86 » où les Occidentaux, qui se trouvent eux-mêmes loin de l’Europe, ont à faire avec des climats, des terrains, des pratiques sociales différentes et où le contact avec les populations locales est aussi un conflit pour le contrôle de l’espace, qu’il s’agisse d’amener de l’eau et drainer les terrains, curer les égouts, ramasser les ordures.

  • 87 Mary Louise Pratt, Imperial Eyes. Travel Writings and Transculturation, London-New York, Routledge (...)

25Épaulés par les médecins militaires, « spécialistes de l’espace » à part entière, les ingénieurs du Génie militaire implantent leurs équipements dans un tissu dont la forme, la structure sont différentes de celles connues en France. Concepteurs et entrepreneurs à l’échelle du bâtiment mais aussi à celle de la ville, ils sont des acteurs de l’aménagement urbain dans les premières décennies de la conquête de l’Algérie. Résultats d’accommodements divers entre les pouvoirs militaires, entre pouvoirs militaires et civils indigènes et français, les hôpitaux produisent des zones de contact, définies comme l’espace social où des cultures différentes se rencontrent souvent dans le cadre de relations asymétriques de domination et de subordination87.

Notes

1 Alfred Symon de Villeneuve, Mes années militaires (1856-1867), souvenirs anecdotiques d’un ex-médecin aide-major de 1re classe, Angers, J. Siraudeau, 1907, p. 147 et 134.

2 Jean-Claude Vatin, L’Algérie politique : histoire et société, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1983, p. 112. Sur cette question, voir aussi Hélène Blais, « “Qu’est-ce qu’Alger ?” : le débat colonial sous la monarchie de Juillet », Romantisme, no 139 (2008-1), p. 19-32.

3 Pierre-Jean Linon, « Pourquoi un programme de construction d’hôpitaux militaire permanents en Algérie avant la fin de la conquête (1841-1860) ? », Histoire des sciences médicales, t. XLIII, no 3, 2009, p. 261-274 et Khedidja Boufenara, L’hôpital militaire de Bône, œuvre du Génie militaire français. L’amorce d’une nouvelle structuration de la ville coloniale, texte inédit, présenté à Paris le 26 septembre 2009 dans le cadre de la 4e rencontre du FSP : « Savoirs techniques et administrations dans le Maghreb moderne et contemporain : héritages et circulations. » Je remercie l’auteur, architecte-ingénieur, maître assistante chargée de cours au département d’architecture, faculté des sciences de la terre, université Badji Mokhtar (Annaba) et docteur de l’université Mentouri (Constantine), de me l’avoir communiqué. La plupart des éléments concernant Bône dans ce texte vient de cette recherche. Voir aussi Khedidja Boufenara, Le Génie militaire français et la production des villes coloniales (Annaba et Constantine), Sarrebruck, Éditions universitaires européennes, 2011.

4 William Serman, La vie professionnelle des officiers française au milieu du XIXe s., Paris, éditions Christian, 1994, p. 88.

5 Claire Fredj, Médecins en campagne, médecine des lointains. Le service de santé des armées dans les campagnes du Second Empire (Crimée, Chine-Cochinchine, Mexique), thèse d’histoire, dir. Daniel Nordman, EHESS, 2006, p. 207.

6 Adolphe-Marie Le Roy, Aperçu sur la dysenterie observée au camp d’El-Arrouch (Algérie), thèse de médecine, Montpellier, 1851, p. 5.

7 Voir notamment Yvonne Turin, Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale, écoles, médecines, religion, 1830-1880, Paris, F. Maspero, 1971.

8 Alfred Symon de Villeneuve, op. cit., p. 135. Destinés aux populations indigènes des territoires militaires, les bureaux arabes, organisés en février 1844, commencent à fonctionner en 1837. En juin 1847, un service de santé gratuit est institué auprès de chacun d’eux et assuré par l’officier de santé de l’hôpital, de l’ambulance, du corps de troupe voisin sans que l’officier y soit attaché de manière permanente, Jacques Fremeaux, Les bureaux arabes dans l’Algérie de la conquête, Paris, Denoël, 1993, p. 214.

9 Alfred Symon de Villeneuve, op. cit., p. 148.

10 Ibid., p. 167.

11 Ibid., p. 177.

12 Conseil de Santé, « Fragment pour servir à l’histoire médicale de l’armée d’Afrique », Recueil de mémoires de médecine, de chirurgie et de pharmacie militaires (RMMCPM), 33, 1832, p. 200-202, p. 202.

13 Victor Deschamps, Essai sur la topographie médicale d’Aïn-Temouchent, province d’Oran, thèse de médecine, Montpellier, 1853, p. 8.

14 Ministère de la Guerre, Tableau de la situation des établissements français en Algérie, Paris, Imprimerie impériale, 1853. Le maximum est atteint en 1912 avec 55 hôpitaux militaires, cf. Pierre-Jean Linon, op. cit., p. 272.

15 Pierre-Augustin Didiot, Code des officiers de santé de l’armée de terre, ou Traité de droit administratif, d’hygiène et de médecine légale militaires, Paris, V. Rozier, 1863, p. 517.

16 Dès 1845, le territoire algérien se divise en territoires occupés, territoires en voie d’occupation, territoires à occuper. Cette partition se retrouve dans la forme de statuts assez souples et perméables. À partir de l’ordonnance du 28 septembre 1847 en territoire civil, le régime est celui de la France, dans les deux autres, l’armée gouverne soit directement, soit en s’appuyant sur les chefs indigènes, Jean-Claude Vatin, op. cit., p. 114.

17 L’Akhbar, no 1126, jeudi 7 décembre 1848.

18 Cité par Louis Girault, Contribution à l’étude du rôle du service de santé militaire. Conquête de l’Algérie (1830-1847), Thèse, Paris, 1937, p. 64.

19 Lucien Baudens, « Épisode de la campagne d’Afrique : journée du 19 juin 1830 », RMMCPM, 1re série, t. XXX, 1831, p. 110-143, p. 112.

20 Louis Girault, op. cit., p. 17.

21 Frédéric Mauricheau-Beaupre, « Relation de l’expédition faite dans l’Atlas au mois de novembre 1830 », RMMPM, 30, 1831, p. 144-153, p. 146.

22 Khedidja Boufenara, L’hôpital militaire de Bône, op. cit.

23 SHD, IV H 371, Le colonel directeur des fortifications, commandant le génie de l’armée, Alger, 9 mai 1842.

24 SHD, 1H 652, PV hôpital militaire de Médéah, 5 juin 1844.

25 SHD, GR 1H 652, Article 2, no 6, Dubost, capitaine du génie, Note sur les travaux exécutés depuis le mois de novembre jusqu’au mois de février, 14 février 1842.

26 SHD, 1 H 857, Art. 3, no 1 en date du 25 août 1832.

27 SHD, 1H 652, PV hôpital militaire de Médéah, 5 juin 1844.

28 SHD, 1H 652, Art. 1, no 5, Rapport sur la place de Médéah demandé par la dépêche ministérielle du 18 novembre 1841, 10 décembre 1841.

29 SHD, 1H 652, Art. 2, no 4, Aufray, chef du bureau du génie, 9 mai 1841.

30 Ibid.

31 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéah, 1er octobre 1841.

32 SHD, 1H 652, PV hôpital militaire de Médéah, 5 juin 1844.

33 SHD, IV H 371, chef du bataillon du génie, Mémoire sur l’état actuel de la place sur les travaux exécutés en 1841 et sur ceux que l’on propose pour 1842, à Blida, le 31 mars 1842.

34 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéah, 1e octobre 1841.

35 SHD, 1H 652, Art. 2, no 4, Aufray, chef du bureau du génie, 9 mai 1841.

36 SHD, 1H 652, Art. 2, no 5, Dubost, apostilles des projets pour 1842.

37 SHD, 1H 652, Art. 1, no 5, Rapport sur la place de Médéah, 10 décembre 1841.

38 P-J. Linon, op. cit., p. 267. Le projet d’hôpital de Médéah repose ainsi « sur les vœux exprimés dans la commission des hôpitaux de donner 1m90 par malade et de les réunir par chambrée de 50 à 60 individus. Les autres conditions générales adoptées pour ce genre d’établissements ont été remplies. Les latrines sont indépendantes du bâtiment principal et il en existe une particulière pour chaque grande salle », SHD, 1H 652, Art. 2, no 11, Javain, capitaine du génie en chef, mémoire sommaire sur la place de Médéah pour servir à la conception des projets pour 1843, 18 mars 1843.

39 Lettre du 5 avril 1843, cité par Pierre-Jean Linon, op. cit., p. 271.

40 Xavier Malverti, « Les officiers du Génie et le dessin des villes en Algérie (1830-1870) », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, no 73-74, 1994, p. 229-244.

41 SHD, 1H 848, Art. 2, no 14, Chef du génie, apostille, 10 août 1836.

42 SHD, 1H 652, Art. 2, no 5, Dubost, apostilles des projets pour 1842.

43 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéa, 1e octobre 1841.

44 SHD, 1H 652, Art. 1, no 5, Rapport sur la place de Médéah, 10 décembre 1841.

45 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéah, 1e octobre 1841.

46 SHD, IV H 371, Le colonel directeur des fortifications, commandant le génie de l’armée, Alger, 9 mai 1842.

47 Pierre-Jean Linon, op. cit., p. 270.

48 SHD, I V H 374, carton 4, no 176, Capitaines Loyre et Schmutz, PV de conférence entre les services de l’intendance militaire et celui du génie au sujet des améliorations à faire à l’hôpital militaire de Blidah, 22 janvier 1859.

49 Danièle Voldman, « Laboratoires précurseurs : les hôpitaux militaires au siècle des lumières », Monuments historiques, avril-mai 1981, p. 25-32.

50 SHD, 1H 652, Art. 2, no 16, 5 avril 1847.

51 Ibid.

52 Alfred Symon de Villeneuve, op. cit., p. 180.

53 SHD, 1H 653, commandement du génie de la chefferie de Médéah, article 3, no 2, Plan de la ville de Médéah, comprenant tous les immeubles, maisons et établissements publics occupés par les services militaires ou par les particuliers avec indication des principaux projets que l’on se propose d’exécuter dans cette place, 15 avril 1842. Certaines cartes du même type proposent une chronologie : « la teinte rouge indique les travaux indispensables dès la première année, la teinte brun rouge indique les travaux indispensables dès la 2e année », Plan général de l’établissement français de La Calle.

54 SHD, 1H 652, Art. 2, no 11, Javain, capitaine du génie en chef, mémoire sommaire sur la place de Médéah pour servir à la conception des projets pour 1843, 18 mars 1843.

55 Ibid. Un plan de 1844 fait bien apparaître le projet de ville nouvelle. Voir Xavier Malverti et Aleth Picard, Les villes coloniales fondées entre 1830 et 1870 en Algérie : Les tracés de ville et le savoir des ingénieurs du génie, Grenoble, Ecole d’Architecture de Grenoble, 1989.

56 J.-B. Vincent, Les médecins de l’Algérie au temps de la conquête, Thèse de médecine, Alger, 1914, p. 11.

57 J. Foucqueron, « Essai topographique et médical de la régence d’Alger », RMMCPM, 34, 1833, p. 1-104, p. 101.

58 Louis Girault, op. cit., p. 73.

59 Ibid., p. 74.

60 J.-B. Vincent, op. cit., p. 21.

61 Ibid.

62 Khedidja Boufenara, L’hôpital militaire de Bône, op. cit.. Sur la morphologie des villes arabes, voir Roger Le Tourneau, Les villes musulmanes de l’Afrique du Nord, Alger, La maison des livres, 1957 ; Eugen Wirth, « Villes islamiques, villes arabes, villes orientales ? Une problématique face au changement », Abdelwahab Bouhbida et Dominique Chevallier (dir.), La ville arabe dans l’Islam, Paris, CNRS, 1982, p. 193-199 ; Denis Grandet, Architecture et urbanisme islamiques, Alger, OPU, rééd 1992.

63 Ibid.

64 Ibid.

65 Alfred Symon de Villeneuve, op. cit., p. 176.

66 SHD, IV H 371, Mémoire sur l’état actuel de la place sur les travaux exécutés en 1841 et sur ceux que l’on propose pour 1842, à Blida, le 31 mars 1842, le chef du bataillon du génie.

67 SHD, 1H 652, Art. 1, no 4, Notes sur la place de Médéa, 1e octobre 1841.

68 SHD, 1H 652, Art. 2, no 1, État sommaire des travaux que l’on propose d’exécuter en 1841 dans la place de Médéah.

69 SHD, 1H 652, Art. 2, no 4, Aufray, chef du bureau du génie, 9 mai 1841.

70 SHD, IV H 371, Mémoire sur l’état actuel de la place sur les travaux exécutés en 1841 et sur ceux que l’on propose pour 1842, à Blida, le 31 mars 1842, le chef du bataillon du génie.

71 SHD, IV H 371, Le colonel directeur des fortifications, commandant le génie de l’armée, Alger, 9 mai 1842.

72 Zeynep Çelik, Urban Forms and Colonial Confrontations. Algiers under French Rule, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 1997, p. 4.

73 Zohra Hakimi, Alger. Politiques urbaines (1846-1958), Saint-Denis, Bouchène, 2011, p. 13.

74 Emery De Vattel, Le Droit des gens, ou Principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux affaires des nations et des souverains, Londres (Neufchâtel), 1758, cité d’après Odile Debbasch, L’occupation militaire. Pouvoirs reconnus aux forces armées hors de leur territoire national, Paris, R. Pichon et R. Durand-Auzias, 1962, p. 4.

75 Johann Ludwig Klüber, Droit des gens moderne de l’Europe, Paris, J.-P. Aillaud, 1831, dans Odile Debbasch, op. cit., p. 3-5.

76 Ibid., p. 5.

77 Naima Mahindad Abderrahim, Essai de restitution de l’histoire urbaine de la ville de Bejaia, Mémoire de magistère, dirigé par Zine-Eddine Seffadj, Alger, École polytechnique d’architecture et d’urbanisme, 2001, p. 141.

78 L’intervention des différents acteurs (militaires, municipalité, « francs-tireurs de l’aménagement ») est étudiée dans le cadre algérois et à l’échelle maghrébine (maîtres d’œuvre, professionnels de la construction) surtout à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, voir Maouia Saïdouni, Rapports de force dans l’urbanisme colonial algérois (1855-1935) ou de la genèse de l’aménagement urbain à Alger, thèse d’urbanisme, dir. Stéphane Yerasimos, université Paris VIII, 1995 ; Myriam Bacha (dir.), Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles). Réinvention du patrimoine, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2011.

79 SHD, Art. 8 section 1, Blida, 1V H 372, carton 2, Chef de bataillon du génie, Mémoire sur les projets pour 1843, Blida, 4 août 1843.

80 Ibid.

81 SHD, Art. 8 section 1, Blida, 1V H 372, carton 2, Génie, apostilles du directeur, Alger, 17 avril 1843 et SHD, Article 8 section 1, Blida, 1V H 372, carton 2, Chef de bataillon du génie, Mémoire sur les projets pour 1843, Blida, 4 août 1843.

82 Voir René Lespes, Alger, Etude de géographie et d’histoire urbaine, Paris, Félix Alcan, 1950 ; Maria Sgroi-dufresne, Alger, 1830-1894, Stratégies et enjeux urbains, Paris, Recherches sur les civilisations, 1986 ; Jean-Louis Cohen, Nabila Oulebsir et Youcef Kanoun, Alger, paysage urbain et architectures. 1800-2000, Paris, Éditions de l’imprimeur, 2003. Quelques études existent sur d’autres villes, sur Bône, Constantine, ou encore Bougie, voir par exemple Fatima-Zohra Guechi (dir.), Constantine, une ville, des héritages, Constantine, Média plus, 2004 ; Hachémi Boukhzer, Le grand projet de transformation de la ville algérienne (1830-1870). Le cas de la ville de Bougie, thèse de sociologie, dir. par Marcel Roncayolo, EHESS, 1998 ; Naima Mahindad Abderrahim, op. cit.

83 SHD, Art. 8 section 1, Blida, 1V H 372, carton 2, Génie, apostilles du directeur, Alger, 17 avril 1843.

84 SHD, Art. 8, section 1, Blida, 1V H 372, carton 2, Chef de bataillon du génie, Mémoire sur les projets pour 1843, Blida, 4 août 1843.

85 Jean-Pierre Goubert, « La ville, miroir et enjeu de la santé : Paris, Montréal et Alger au XIXe siècle », Histoire, Économie et Société, no 3 juillet 2001, p. 355-370, p. 363.

86 Robert Home, Of Planting and Planning. The making of British colonial cities, London, E & FN Spon (Chapman & Hall), 1997, p. 53.

87 Mary Louise Pratt, Imperial Eyes. Travel Writings and Transculturation, London-New York, Routledge, 1991, p. 4.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search