Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Deuxième partie. Les armées occupantes : administration, accommodation, représentations

L’hôpital militaire en pays occupé, un lieu de négociation ? Aperçus de Pologne, 1806-1807

Benoit Roger

Texte intégral

  • 1 Monique Lucenet, Médecine, chirurgie et armée en France au siècle des Lumières, Paris, Ed. I & D, (...)

1Avant de figurer parmi les bâtiments habituellement prévus au sein des places fortes Vauban, c’est de l’autre côté des remparts que l’hôpital militaire est apparu pour la première fois dans la France moderne, au sein même des armées de siège que le roi Henri iv réunit sous les murs d’Amiens (1597) puis sous ceux de Sedan (1606)1. Si les rois de France n’avaient certes pas attendu cette époque pour apporter à leurs soldats blessés, certainement moins par humanité que dans le dessein de les conserver à leur service, le secours d’hommes de la pratique, barbiers et chirurgiens parmi lesquels le fameux Ambroise Paré, la chose était cependant jusqu’à présent demeurée au stade des opérations individuelles. Avec l’établissement de véritables hôpitaux militaires, la monarchie administrative faisait un pas de plus dans l’intégration de ces lieux de soin à l’économie de ses guerres. Trente ans après la fondation du premier établissement de ce nouveau genre, le code Michau de 1629 consacrait cette évolution en prévoyant la présence dans chaque régiment d’un chirurgien et dans chaque armée d’un hôpital.

  • 2 John Lynn, « How War Fed War: The Tax of Violence and Contributions during the Grand Siècle », The (...)
  • 3 Jacques Godechot, « Les variations de la politique française à l’égard des pays occupés, 1792-1815 (...)

2La sollicitude que le roi de guerre montrait à l’égard de ses soldats trouvait cependant sa limite dans sa réticence à supporter le coût de ce nouvel équipement. La solution fut rapidement trouvée et cette charge supplémentaire répartie entre les soldats eux-mêmes et les pays hébergeant les hôpitaux. Si la monarchie se montrait parfois disposée à alléger le poids de ces établissements lorsque ceux-ci étaient établis dans le royaume, une fois passées les frontières ils étaient volontiers laissés à la charge des pays occupés, soumis par droit de conquête à des contributions de guerre, en argent comme en nature2. Ce système qui perdura au moins jusqu’au début du XIXe siècle connut cependant des variantes et des exceptions, et les guerres de « libération » menées par la France de la Révolution et de l’Empire en produisirent de nombreuses, qui offrent l’opportunité de repenser différemment l’équilibre des charges reposant sur des pays occupés mais aussi libérés3, comme ce fut le cas de la Pologne en 1806-1807.

  • 4 Ce partage, opéré par la Prusse, l’Autriche et la Russie, succédait à ceux de 1772 et 1793. Pour u (...)
  • 5 Les hôpitaux militaires français comptent en moyenne 200 blessés et malades.
  • 6 Barbara Grochulska, Male panstwo wielkich nadziei, Varsovie, Krajowa Agencja Wydawnicza, 1987.

3Dix ans après la disparition de ce pays, supprimé de la carte de l’Europe lors de son ultime partage en 17954, les provinces polonaises de la Prusse étaient en effet devenues le théâtre de la guerre qui opposait alors la France impériale à une coalition continentale formée autour de la Prusse et de la Russie. Enflammées par les demi-promesses de résurrection nationale faites par Napoléon en contrepartie de l’engagement des Polonais à soutenir humainement et matériellement l’armée française, et notamment ses hôpitaux (une vingtaine au début de l’hiver 1806-1807, une quarantaine au début de l’été 18075), les provinces polonaises, et la Grande Armée avec elles, vécurent dès lors dans une tension continue entre libération et occupation6.

  • 7 Tadeusz Srogosz, Pomoc weteranom, rannym i chorym na ziemach polskich w latach 1806-1807, Częstoch (...)
  • 8 En confondant cependant fréquemment hôpitaux militaires français et hôpitaux militaires polonais.
  • 9 Quand bien même Tadeusz Srogosz mettait lui-même en garde contre ce piège dans son introduction.

4L’historien polonais Tadeusz Srogosz ne s’y est pas trompé, qui dans le livre qu’il a consacré à suivre dans le détail la politique d’aide aux blessés, malades et vétérans menée par les autorités polonaises en 1806-18077, accorde une grande attention aux hôpitaux militaires8, et dépeint un pays qui en est semé, préoccupé par leur fonctionnement et épuisé par la charge de leur entretien. Mais concentré sur les sources administratives polonaises, Tadeusz Srogosz ne voit que les difficultés et les analyse systématiquement en tant que fardeau tombant sur le pays quand une étude plus fine, associant notamment les sources administratives françaises, pourrait conduire à nuancer cette présentation et à abandonner le misérabilisme qui la sous-tend9 pour réévaluer la relation qui s’est établie entre Français et Polonais autour de ces hôpitaux. Notre propos sera précisément de démontrer combien ces lieux, fruit d’une coproduction entre occupants et occupés, constituent à n’en pas douter un des observatoires les plus pertinents des mécanismes de négociation et d’accommodement qui innervaient les relations entre individus, groupes et autorités des deux nations.

Des principes non négociables

  • 10 Christophe Dupont, « Le “négociable” et le “non-négociable”. Différenciation et typologie », Revue (...)

5Partir de l’idée que tout est négociable serait cependant une erreur10, tant la Grande Armée, en Pologne comme ailleurs, tenait pour intangibles un certain nombre de principes présidant au fonctionnement des hôpitaux militaires.

6Le premier d’entre eux accordait le monopole de l’établissement et de la suppression de tout hôpital militaire, quelles que soient sa taille et sa localisation, au seul commandement de l’armée. L’estimation des besoins en places et la désignation des localités devant abriter les hôpitaux nécessitaient en effet l’accès à des informations stratégiques – mouvements de troupe et prévision des combats et des pertes – que l’autorité militaire était seule à détenir. La création d’un hôpital se trouvait donc placée dans la sphère de décision du militaire, qui certes pouvait consulter administrateurs ou officiers de santé, mais qui en dernier ressort tranchait toujours la question. Une fois l’ordre tombé d’établir un hôpital de tant de places dans telle ville, la machine administrative accompagnant l’armée se mettait en marche, officiers de santé, administrateurs militaires et administrateurs des pays occupés s’employant à exécuter le mieux possible les directives militaires, dont les autorités locales étaient elles-mêmes bientôt informées. Il en fut ainsi en décembre 1806 quand, à la veille de la bataille décisive qui devait opposer la Grande Armée à l’armée russe aux environs de Varsovie, Napoléon prévoyant un afflux de 6 000 blessés, ordonna l’ouverture d’autant de places dans de nouveaux hôpitaux militaires, à charge pour Daru, intendant général de la Grande Armée et administrateur général des pays conquis, de répartir la tâche d’organisation entre ses divers subordonnés, parmi lesquels le médecin militaire Duval.

  • 11 ANF, 138 AP 45, Lettre de Daru à Duval, 24 décembre 1806, Varsovie.

« Ne perdez pas un seul instant car l’urgence est telle que je vous rends personnellement responsable du moindre retard que vous pourriez apporter dans cette circonstance, en un mot employez tous les moyens qui pourront vous seconder pour que cette nuit ou demain matin au plus tard vous soyez en mesure. Il faut compter sur 6 000 blessés11. »

  • 12 SHD, 2C 392.
  • 13 Notamment si les unités en question avaient à quitter la région où était établi l’hôpital, ce qui (...)
  • 14 La situation des hôpitaux militaires n’était guère différente à ce sujet des autres services de l’ (...)

7Deuxième principe essentiel qui n’était pas davantage négociable et dont la lettre précitée rend bien compte : la soumission impérative à l’urgente nécessité qui caractérisait le fonctionnement des hôpitaux militaires. La raison en était simple et tenait avant tout à la dépendance presque absolue des blessés et des malades à l’égard de l’administration militaire qui avait la charge de ces établissements. Laisser une compagnie de 120 soldats sans rations pendant une semaine ne condamnait généralement personne à la mort, et les hommes savaient trouver par leurs propres moyens les vivres nécessaires à leur survie, ce dont témoignent abondement les ego-documents de l’époque, correspondances, journaux et mémoires, qui rapportent sur le ton du pittoresque les explorations, véritables chasses au trésor, auxquelles les troupes étaient parfois contraintes de se livrer, la plupart du temps aux dépens des paysans. Il n’en allait pas de même des usagers des hôpitaux militaires qui, par leur affaiblissement ou leur immobilité, étaient condamnés à rester sur place et à attendre un secours extérieur. Aussi, en cas de crise d’approvisionnement, et elles étaient fréquentes, si les combattants étaient livrés à eux-mêmes, blessés et malades étaient quant à eux abandonnés à la mort. Les mesures décidées par le commandement du 4e corps d’armée en janvier 1807 pour assurer militairement l’approvisionnement en bois de chauffage des hôpitaux centraux de Przasznitz, montrent bien le degré de sensibilité des autorités militaires aux besoins particuliers des blessés et des malades12. À cette occasion l’état-major mobilise à leur profit plusieurs centaines d’hommes qui doivent couper le bois nécessaire et le transporter jusqu’aux hôpitaux, sous bonne garde, afin de prévenir tout vol de la part des troupes cantonnées sur le trajet. La répétition des crises et donc la fragilité de tout le système s’expliquaient principalement par la structure même de la logistique sanitaire de la Grande Armée. L’administration des hôpitaux militaires n’était en effet absolument pas en mesure de faire face seule aux événements d’une campagne, et dépendait pour cela très largement des ressources des pays où étaient établis ses hôpitaux. Si elle disposait bien de quelques réserves en petit matériel de traitement (instruments de chirurgie, charpie…) et en médicaments, rapidement épuisés, aucun approvisionnement n’était fait en matériel d’équipement (lits, linge, ustensiles…). Quant au personnel permanent, l’administration n’en employait que très peu, tirant les médecins et chirurgiens qui lui faisaient défaut soit des unités où ils étaient affectés, ce qui pouvait cependant poser problème13, soit plus simplement du pays, lequel fournissait également la presque totalité des infirmiers. En somme, l’administration n’avait pas d’autre moyen pour faire fonctionner les hôpitaux que de mettre à contribution le pays14.

8Une difficulté supplémentaire consistait pour l’administration française à y trouver exactement ce que les normes de fonctionnement imposaient et qui n’était pas non plus négociable. Normes d’hygiène qui recommandaient un espace clair, aéré et si possible pavé. Normes pharmaceutiques, médicales et chirurgicales que détaillaient de volumineux règlements et formulaires. Normes d’équipement qui exigeaient pour un hôpital de 200 places 200 bois de lit, 200 matelas, 200 couvertures, 400 draps, 200 écuelles, 200 pots, 600 chemises, etc. Normes alimentaires également, peut-être celles auxquelles on se montrait le plus sensible, en raison du rôle quasimédical prêté aux aliments dans la guérison. Pain blanc, viande et vin y étaient de mise, et fournis en quantité et en qualité supérieures à celles des rations ordinaires. Les infractions à ces normes constatées par Napoléon lors d’une inspection des hôpitaux de Varsovie suscitèrent un rappel à l’ordre immédiat adressé à Daru.

  • 15 ANF, 138 AP 39, Lettre de Berthier à Daru, 10 janvier 1807, Varsovie.

« Sa Majesté a remarqué aussi que le pain des hôpitaux était très mauvais. Les officiers de santé lui ont dit qu’on donnait très peu de vin et qu’encore il était de mauvaise qualité. Donnez donc vos ordres pour que les hôpitaux aient tous les jours du vin et qu’il soit de la meilleure qualité possible15. »

9Si la surabondance de ce type de remarques tend à dessiner un tableau de l’approvisionnement des hôpitaux très éloigné de celui officiellement prévu, elle témoigne aussi d’une vigilance toujours en éveil, requise des employés et parfois attisée par les convalescents eux-mêmes, les premiers intéressés au respect de ces normes généreuses. Le commissaire des guerres de la place de Plock, chargé de la surveillance de l’hôpital militaire français, s’en ouvre ainsi très simplement à la Chambre administrative du département au sujet du plat de base servi dans les hôpitaux militaires : la soupe.

  • 16 Lettre de Joanas à la Chambre de Plock, 4 janvier 1807, Plock. [Paris, Bibliothèque Thiers, Masson (...)

« Un des objets sur lequel je dois également vous entretenir est la soupe des malades. On n’a pas encore pu la faire selon le goût et les habitudes des malades français. Une des principales causes est le défaut de légumes, tels que carottes, navets, choux, oignons etc. Ces petits objets sont d’une nécessité indispensable pour faire une bonne soupe16. »

10Encore fallait-il trouver sur place les légumes en question, mais peut-être était-ce là une chose enfin négociable.

L’argent, toujours l’argent

  • 17 Rafal Kowalczyk, « Intendentura wojsk Ksiestwa warszawskiego. Komisja zywnosci 1807-1809 », Studia (...)

11De ce que les hôpitaux militaires devaient vivre du pays, c’est-à-dire des ressources trouvées localement, il ne faut pas déduire qu’ils devaient nécessairement vivre sur le pays, c’est-à-dire aux frais de celui-ci. La différence est plus qu’une nuance, on la retrouve au cœur de la négociation. En cette matière le cas polonais semble tout à fait extraordinaire. Alors que la pratique habituelle prévoyait une répartition des charges très favorable à l’armée occupante, qui ne payait parfois que les salaires des personnels employés et quelques menues dépenses alimentaires, la politique d’extrême ménagement développée en Pologne prussienne par Napoléon eut pour conséquence de renverser complètement l’équilibre ordinaire en faisant peser l’essentiel des frais d’entretien des hôpitaux militaires français non pas sur le pays mais sur la Grande Armée. Si celui-là devait certes toujours fournir les locaux ainsi que les éléments d’équipement (lits, linge, ustensiles, etc.), sa contribution s’arrêtait cependant là, et l’administration militaire française prenait à sa charge tout le reste, id est tout ce que l’on appelait les dépenses d’entretien : salaires et médicaments, mais aussi vivres. Si les deux premiers étaient directement payés en argent ou venaient en compensation pour annuler les dettes des autorités polonaises à l’égard de l’administration française, la livraison des vivres s’opérait par un système plus complexe, qui n’était d’ailleurs pas exclusivement destiné aux hôpitaux puisqu’il devait également nourrir toute la Grande Armée. En décembre 1806, dans les premiers temps de l’occupation, les propriétaires polonais furent ainsi appelés à verser en nature – grains, fourrages ou bétail – les quatre cinquièmes de l’impôt foncier qu’ils devaient à l’État, c’est-à-dire en réalité à l’administration militaire d’occupation. Ces subsistances, réunies en magasins, étaient ensuite employées à nourrir les troupes. D’une certaine manière le système consistait donc pour la Grande Armée à vivre du sien, sans imposer au pays de charges supplémentaires, quand la politique habituelle était de considérer que l’armée devait se fournir sur le pays et que l’ensemble des recettes légales devait alimenter un trésor de guerre. Le revenu des 4/5 ne suffisant rapidement plus à nourrir la Grande Armée et celui-ci ayant été par ailleurs remis au gouvernement polonais provisoire en février 1807, à l’instar de toutes les autres ressources fiscales, l’administration militaire française dut assurer l’approvisionnement des troupes par des moyens alternatifs comme l’importation de denrées venant d’autres provinces occupées (notamment de Silésie), ou plus souvent encore la conclusion de marchés avec des particuliers. Si l’on relève habituellement à ce propos la fréquence avec laquelle les négociants juifs, parmi lesquels la fameuse Mme Jakubowicz17, ont soumissionné avec la Grande Armée, les historiens polonais négligent cependant de rappeler que le marché qui fut de très loin le plus important par ses quantités et son montant fut signé en avril 1807 avec le gouvernement polonais lui-même, agissant alors comme représentant et défenseur des intérêts des propriétaires terriens nobles. Ce marché fut conclu après une négociation difficile au cours de laquelle les Polonais tinrent la dragée haute aux Français et imposèrent leurs conditions.

12La situation des Polonais n’était en effet pas des plus défavorables puisque, sauf à recourir au moyen compliqué et très onéreux de l’importation de biens, l’administration française était contrainte de se fournir sur place, à ses frais, et de surcroît de ménager ses fournisseurs locaux, en raison à la fois de son intérêt bien compris et de la configuration politique spécifique de la Pologne libérée. Pour autant, cela ne faisait pas de l’administration un agent économique comme un autre, négociant librement et de gré à gré avec un autre agent économique et établissant ainsi le prix du marché. Personne ne s’y trompait, et beaucoup firent même l’expérience de la manière dont Daru distordait parfois cette négociation économique en jouant de son statut juridique de représentant des autorités d’occupation, comme le montre la lettre qu’il adressa à la Chambre de Varsovie au sujet des médicaments demandés par les pharmaciens militaires français.

  • 18 ANF, 138 AP 45, Lettre de Daru à la Chambre de Varsovie, 24 décembre 1806, Varsovie.

« Messieurs les officiers de santé de l’armée ont fait, Messieurs, l’état des médicaments nécessaires pour le service des hôpitaux, je vous prie d’avoir la bonté de les faire fournir. Ils seront payés exactement, mais j’ai été étonné de voir que Messieurs les apothicaires de Varsovie […] ont demandé en bloc une somme de 5000 ducats, qu’ils ont demandé en outre qu’on leur en payât la moitié d’avance et qu’ils se sont réservés un délai de six semaines pour compléter la fourniture. Cette manière de traiter n’est pas proposable dans les circonstances que nous sommes [sic]. L’armée a besoin des objets demandés, elle en a besoin non pas dans six semaines mais dans 24 heures, de ce que ce besoin est urgent, il ne faut pas conclure que ceux qui fournissent la chose nécessaire soient en droit d’en fixer le prix sans qu’on puisse le débattre. J’ai l’honneur de vous inviter, Messieurs, à faire sentir à Messieurs les apothicaires de Varsovie l’inconvenance de leur demande18. »

13Tout en rappelant fermement aux autorités polonaises la distinction entre le négociable (le prix) et le non-négociable (l’urgence de la livraison), Daru repoussait à plus tard une négociation dont il estimait qu’elle était proposée dans des conditions extrêmement défavorables pour la Grande Armée, assimilées par lui à un véritable chantage puisque son besoin vital et immédiat ne pouvait être satisfait que par un fournisseur en situation de monopole qui prétendait dicter ses conditions. Face à cela, Daru calculait qu’une fois la livraison effectuée, la corporation incriminée perdrait de facto son principal moyen de pression, et que la négociation pourrait dès lors prendre un tour plus raisonnable. Pour plausible que soit l’argument moral de la recherche du juste prix des choses, qui venait dans sa lettre légitimer cette décision, il ne faisait cependant de doute pour personne que Daru agissait également ici comme administrateur général des pays conquis, et que derrière ses phrases pointait la menace d’une réquisition militaire. Certes, c’était là prendre le risque de s’aliéner les pharmaciens de Varsovie, mais l’urgence sanitaire le commandait.

  • 19 Tadeusz Srogosz, op. cit., chap. IX.
  • 20 Lettre de Joanas à la Chambre de Plock, 4 janvier 1807, Plock [Paris, Bibliothèque Thiers, Masson (...)

14Le problème surgit de nouveau quelques semaines plus tard lorsque Daru adresse au gouvernement polonais provisoire une nouvelle commande de médicaments dont les pharmaciens s’empressent de suspendre la livraison à l’exact paiement de ce qui avait déjà été fourni par le passé19. L’administration française n’avait pas usurpé sa réputation de mauvaise payeuse, et si elle tenait pour nécessaire et normal que le service attendu soit rendu sans délai, elle tendait à en repousser indéfiniment le paiement afin de conserver par devers elle le plus d’argent possible et de pouvoir ainsi faire face à des dépenses urgentes. Quand il arrivait cependant que ce règlement se révélât absolument nécessaire, généralement par crainte que le service qu’il indemnisait n’en souffrît, voire ne cessât complètement, l’administration française cherchait généralement chez autrui l’argent qu’elle ne voulait pas trouver chez elle. Les banques présentant l’inconvénient de prêter à intérêt – intérêt d’autant plus élevé qu’elles avaient peu confiance dans le retour de leur capital – l’administration profitait une fois de plus de la tutelle qu’elle exerçait sur les autorités locales pour les contraindre à avancer l’argent nécessaire. Il en est ainsi à Plock en janvier 1807 lorsque, informé que le non-paiement des gages dus aux Polonais employés à l’hôpital militaire de la ville entraînait le départ des infirmiers et la protestation écrite des chirurgiens et des médecins – répertoires d’actions reflétant par ailleurs assez clairement les différences de statut social – le commissaire des guerres français en poste dans cette place écrivit immédiatement à la Chambre administrative du département pour lui recommander de verser les gages dus, suggérant que les infirmiers soient traités sur le pied français (en termes de solde comme de ration), et que l’on négocie avec les chirurgiens et les médecins un traitement honorable20. S’il était entendu que le Trésor français rembourserait un jour ces avances, la pratique ainsi instaurée de faire payer le pays, au moins de manière provisoire, rappelait étrangement le régime ordinaire des hôpitaux militaires en pays occupé, régime que les choix politiques avaient cherché à éviter mais que les pratiques économiques et administratives de la Grande Armée réintroduisaient subrepticement.

L’immatériel en négociation

15Au-delà du jeu apparent des discussions de prix, de qualité ou de délai, se jouaient également, dissimulés dans les plis de la négociation même, le statut des partenaires et leur légitimité en tant qu’agents de l’échange.

16Le recours aux autorités du pays est un fait habituel des occupations militaires napoléoniennes. On considérait alors qu’il s’agissait du chemin le plus court pour parvenir aux ressources locales, ces intermédiaires disposant normalement de solides connaissances sur celles-ci, de l’expérience de leur mise à profit et de la légitimité à le faire aux yeux des populations. Elle permettait de surcroît à la Grande Armée de se libérer de la tâche d’administrer directement un pays inconnu et de former un tampon entre elle et les habitants. La Pologne, dont il fallait bien symboliser la libération par quelques signes institutionnels, se distingue une fois de plus de ce schéma classique. Si la forme locale des anciennes autorités prussiennes est bien conservée, leur composition est cependant entièrement revue puisque dès l’occupation/libération du pays elles sont épurées et polonisées. On établit par ailleurs de toutes pièces en janvier 1807 un gouvernement central ayant autorité sur tous les départements polonais et appelé pour cela à devenir l’interlocuteur principal des pouvoirs français par sa capacité à proposer une intermédiation au niveau national. Celui-ci doit permettre à la fois d’accréditer l’idée d’une libération porteuse d’un avenir national prochain et de donner un souffle nouveau à la mobilisation du pays, à un moment où Napoléon vient de prendre la décision d’établir ses quartiers d’hiver en Pologne, ce qui y prolonge de plusieurs mois le séjour de la Grande Armée tout entière.

17Si ces deux exemples sont bien connus des historiens et peuvent à coup sûr être analysés non pas tant comme des décisions françaises que comme le résultat de négociations franco-polonaises, un troisième, jamais évoqué, mérite que l’on s’y attarde ici puisqu’il touche directement aux hôpitaux militaires. Alors qu’il vient d’entrer en Pologne et séjourne à Posen, principale ville de l’Ouest du pays, Napoléon décide en décembre 1806 que chaque hôpital militaire français de Pologne emploiera sous le titre de chapelain un prêtre catholique polonais dont la fonction principale sera de contrôler les infirmiers. Si à première vue cette décision peut s’expliquer par la volonté de disposer de cadres intermédiaires ayant des connaissances médicales, comptables et linguistiques, le fait qu’elle n’ait cours qu’en Pologne alors que de nouveaux hôpitaux apparaissaient partout ailleurs à la même époque (Silésie, Poméranie…) intrigue et pousse à chercher une autre hypothèse. Une explication plus pertinente serait alors peut-être de replacer cette mesure dans le cadre des premiers pas de la politique de ménagement de Napoléon à l’égard du pays, et de la considérer comme un geste fait en direction d’une catégorie particulière de Polonais, à la fois groupe social et institution : le clergé. Celui-ci était en effet doublement important pour l’empereur. Spirituellement tout d’abord le soutien officiel qu’il pouvait apporter à ses entreprises, s’il n’influençait pas nécessairement le sort des batailles, comptait cependant beaucoup par l’écho de la gloire de l’Empereur et de son élection divine qu’il faisait retentir dans toutes les églises du pays. Matériellement ensuite : l’Église disposait de très nombreux bâtiments, églises, couvents ou collèges, dont elle était parvenue à garder la jouissance en dépit des essais d’appropriation de la monarchie prussienne. Or Posen offrait en décembre 1806 le tableau d’une ville où les quatre hôpitaux militaires avaient tous été établis dans des bâtiments religieux, et où Mgr Raczynski, archevêque de Gniezno et par là détenteur de l’ancien siège des primats de Pologne, était spécialement venu officier en l’honneur de Napoléon le Grand. L’Empereur agréa l’hommage que lui apportait ainsi le chef symbolique de l’Église polonaise, et l’on peut légitimement supposer que la décision de nommer un chapelain fut la conséquence d’une forme de négociation avec un clergé polonais acceptant de bon gré l’occupation de ses maisons mais obtenant en retour un droit de regard sur leur utilisation et sur les négociations du quotidien qui s’y tramaient. La nomination du prieur des Bernardins comme chapelain de l’hôpital militaire installé au sein de son propre couvent pourrait être un indice supplémentaire en ce sens.

  • 21 Voir sur ce sujet ce qu’en dit notamment Malgorzata Karpinska, « Wladze Warszawy w dobie Ksiestwa (...)

18Une fois nommées ou instituées, les autorités polonaises n’en étaient pas moins toujours placées sous la tutelle, directe ou indirecte, de l’administration française, et pour demeurer en place elles devaient faire la preuve de leur utilité réelle en exécutant efficacement les ordres reçus. S’ils devaient leur pouvoir à la confiance que leur accordait l’occupant, souvent les Polonais nommés à ces positions cherchèrent également à recueillir l’adhésion de leurs concitoyens en exerçant auprès d’eux un magistère de protection et d’intermédiation qui se voulait tout aussi efficace que leur obéissance aux ordres français. La difficulté du rôle consistait à parvenir à satisfaire les deux parties, comme le montre l’exemple malheureux de Joachim Moszynski21. À peine nommé président de la ville de Varsovie par le prince Murat, début décembre 1806, Moszynski dut faire face aux énormes demandes de fournitures présentées de manière impérieuse par l’occupant, parmi lesquelles celle de 6 000 lits pour le service des hôpitaux militaires frappa beaucoup les esprits, ce qui se comprend aisément dans une ville qui comptait 65 000 habitants, dont beaucoup, faut-il le préciser, ne dormaient pas dans des lits individuels.

  • 22 ANF, 138 AP 45, Lettre de Daru à la régence de Varsovie, 25 décembre 1806, Varsovie.

« J’apprends avec infiniment de chagrin, Messieurs, que la remise des lits ne s’effectue pas dans mes hôpitaux et cependant les malades arrivent. […] Il ne m’est pas possible, Messieurs, de réduire la demande que je vous ai faite parce que je ne puis pas éviter qu’il n’arrive un nombre de malades égal à celui que j’attends. Je ne saurais consentir non plus à ce que pour ménager des intérêts individuels on effectua cette fourniture par la voie toujours très lente des marchés. J’ai l’honneur de vous prévenir Messieurs que les malades affluent déjà dans les hôpitaux, que depuis deux jours il n’y a pas encore 600 lits de livrés sur les 6000 qui devaient être livrés dans les 24 h, que l’intérêt des blessés ne se concilie point avec de semblables retards et que je vais prier M. le gouverneur de faire exécuter cet enlèvement militairement, si cette nuit les hôpitaux que j’ai indiqués ne sont pas meublés22. »

19L’insatisfaction à l’égard des mesures prises par Moszynski se trouvait ainsi aussitôt assortie de la menace clairement explicitée de le déposséder de son pouvoir, au moins sur cet objet précis, en transférant à l’autorité militaire une mission d’administration directe de la ville. Si rien n’indique, malheureusement, la manière dont le président réagit à la lecture de cette lettre, les historiens polonais ont cependant établi que la soumission profonde de Moszynski aux ordres de l’administration d’occupation lui valut une solide inimitié de la part des Varsoviens, qui considéraient qu’il négociait mal les charges pesant sur eux. Moszynski en paya chèrement le prix en février 1807, quand la centaine de grands électeurs réunis pour élire le nouveau président de la ville ne lui accordèrent pas une seule voix, alors qu’il exerçait cette fonction depuis plus de deux mois et qu’il se portait candidat à sa propre succession. Moszynski se retira alors de la vie publique, emportant seulement avec lui les remerciements officiels du gouvernement polonais soucieux d’éviter que l’opprobre jeté sur un président nommé par l’occupant et désavoué par les occupés, ne rejaillît sur l’occupant lui-même ou ne fut porté à sa connaissance.

  • 23 Tadeusz Srogosz, op. cit., chap. VIII, « goscinni charakter narodu ».
  • 24 Lettre de Lenoble à la Chambre de Plock, 1er janvier 1807, Plock [Paris, Bibliothèque Thiers, Mass (...)
  • 25 Tadeusz Srogosz, op. cit., chap. I.

20Et la chose était d’importance, à en juger par les discours tenus dans les journaux et les correspondances, où l’idée d’hospitalité entre Français libérateurs et Polonais libérés tenait une place centrale. Espace d’un don et d’un contre-don, l’hospitalité supposait une relation cordiale où chacun savait gré à l’autre non seulement de ses actes mais aussi de l’esprit dans lequel il agissait. Au-delà des fournitures mentionnées, ce qui était négocié, c’étaient bien les statuts réciproques des Français et des Polonais que l’on appelait à reconnaître dans leur position respective de libérateurs et de libérés. Or l’hôpital militaire offrait l’avantage de pouvoir très facilement susciter des discours de sympathie. La Chambre administrative de Varsovie le vit bien lorsqu’en janvier 1807 elle appela solennellement dans la presse à venir en aide aux blessés et aux malades français des hôpitaux, la meilleure façon, selon elle, de témoigner du « caractère accueillant de la nation23 ». D’un côté comme de l’autre deux thèmes dominent ces discours sur les hôpitaux : compassion charitable envers les malheureux et reconnaissance patriotique envers les guerriers. Un employé supérieur de l’administration militaire écrit ainsi à la Chambre administrative du département de Plock que, « par humanité et par attachement à l’armée française, je ne doute point, Messieurs, que vous ne preniez des mesures certaines pour que les soldats dans leurs cantonnements, comme dans les hôpitaux, ne manquent de rien24 ». À la même époque la presse varsovienne se fait l’écho d’un appel de la Chambre de la ville adressé aux jeunes gens élèves du lycée, au nom de leurs vertus patriotiques, et aux religieux des couvents, au nom des vertus chrétiennes, pour que tous abandonnent leur lit au profit des braves libérateurs frappés par le sort. Que ces appels et ces dons, dont la presse relaie systématiquement l’annonce25, aient été d’un réel secours ou pas, les Français se devaient de les recevoir comme tels, avec la gratitude attendue pour des sacrifices censés être faits librement, ce qui n’était pas sans imposer quelques contorsions de langage et de manières quand l’un de ces dons ne rencontrait pas l’adhésion de l’administration française. Daru s’y essaya en décembre 1806, alors que les hôpitaux militaires manquaient cruellement de charpie et que la ville avait appelé « le beau sexe » à transformer ses salons en ateliers de fabrication, ce qu’il s’était empressé de faire.

  • 26 ANF, 138 AP 45, Lettre de Daru à la ville de Varsovie, 24 décembre 1806, Varsovie.

« Je pense qu’en distribuant du vieux linge aux enfants trouvés l’on obtiendrait une plus grande quantité de charpie que celle que pourront procurer les dames qui veulent bien s’employer pour cet objet26. »

21Tout en faisant part de ses doutes sur l’efficacité du moyen et en proposant une solution alternative jugée plus productive, Daru prenait soin d’honorer l’effort de ces dames de l’aristocratie plongé en plein tableau de genre, participant à sa façon au travail effectué par les Français pour négocier leur statut d’hôtes bienvenus.

*

22De tout ceci on peut sans nul doute conclure que les hôpitaux furent effectivement bien un des hauts lieux des négociations que suscita l’occupation militaire de la Pologne par la Grande Armée en 1806-1807. Cette conclusion s’impose d’autant plus que la configuration politique singulière de ce pays libéré par les Français obligeait l’occupant à davantage considérer l’occupé et prédisposa les deux parties à négocier la solution de leurs difficultés. La période d’occupation qui succéda à la paix de Tilsit (juillet 1807) et prolongea pendant encore un an la présence d’un important corps de troupes placé sous les ordres de Davout ne modifia pas cet équilibre. La convention signée alors entre la France et le duché de Varsovie, nouvel État créé sur les ruines de la Pologne prussienne, devait indiquer très clairement que les hôpitaux militaires français qui demeuraient dans ce pays allié de l’Empire seraient à la charge de Napoléon.

  • 27 David Edelstein, Occupational Hazards. Success and Failure in Military Occupation, Ithaca, Cornell (...)

23Si cette politique d’adoucissement27 ne se limita pas aux hôpitaux mais s’étendit à l’ensemble des pratiques de l’occupation militaire, ceux-ci paraissent cependant en avoir été un des lieux privilégiés. En cause certainement, la dépendance structurelle des armées de cette époque envers le pays dans lequel elles stationnaient ou qu’elles occupaient, et ce plus particulièrement en matière de « soutien-santé », qui faisait peut-être de l’hôpital militaire le principal lieu de rencontre massif et permanent entre occupants et occupés, et donc aussi de confrontation, d’échange et de négociation. Un lieu que la multiplication des expéditions coloniales, les progrès de l’hygiène et de la médecine, et la pression croissante de l’opinion publique pour l’amélioration de la prise en charge des victimes de guerre ont progressivement contribué à faire disparaître, donnant à l’hôpital militaire contemporain son aspect d’extraterritorialité.

Notes

1 Monique Lucenet, Médecine, chirurgie et armée en France au siècle des Lumières, Paris, Ed. I & D, 2006.

2 John Lynn, « How War Fed War: The Tax of Violence and Contributions during the Grand Siècle », The Journal of Modern History, 65, 1993, p. 286-310.

3 Jacques Godechot, « Les variations de la politique française à l’égard des pays occupés, 1792-1815 », Centre d’histoire économique et sociale (Bruxelles), Occupants, occupés, 1792-1815. Colloque de Bruxelles, 29 et 30 janvier 1968, Bruxelles, Université libre, Institut de sociologie, 1969, p. 15-41.

4 Ce partage, opéré par la Prusse, l’Autriche et la Russie, succédait à ceux de 1772 et 1793. Pour une histoire générale du pays, nous conseillerons Daniel Beauvois, La Pologne, histoire, société, culture, Paris, La Martinière, 2004.

5 Les hôpitaux militaires français comptent en moyenne 200 blessés et malades.

6 Barbara Grochulska, Male panstwo wielkich nadziei, Varsovie, Krajowa Agencja Wydawnicza, 1987.

7 Tadeusz Srogosz, Pomoc weteranom, rannym i chorym na ziemach polskich w latach 1806-1807, Częstochowa, Wydawnictwo Częstochowa, 2001.

8 En confondant cependant fréquemment hôpitaux militaires français et hôpitaux militaires polonais.

9 Quand bien même Tadeusz Srogosz mettait lui-même en garde contre ce piège dans son introduction.

10 Christophe Dupont, « Le “négociable” et le “non-négociable”. Différenciation et typologie », Revue française de gestion, no 154, 2005, p. 29-44.

11 ANF, 138 AP 45, Lettre de Daru à Duval, 24 décembre 1806, Varsovie.

12 SHD, 2C 392.

13 Notamment si les unités en question avaient à quitter la région où était établi l’hôpital, ce qui arriva lors de la campagne de 1806 où, alors que les officiers de santé des corps avaient été massivement affectés aux hôpitaux militaires immédiatement créés en Allemagne, la Grande Armée continua sa progression sans eux, ce qui suscita la colère de Napoléon et lui fit écrire « qu’ils sont d’un côté et l’armée de l’autre », Lettre de Napoléon à Daru, 12 décembre 1806, Posen. ANF, 138 AP 38.

14 La situation des hôpitaux militaires n’était guère différente à ce sujet des autres services de l’armée qui tous puisaient dans le pays les ressources qu’ils n’emportaient pas avec eux (pain, viande, bois…). En matière de logistique nous renverrons aux travaux fondateurs de Martin Van Creveld, Supplying War : Logistics from Wallenstein to Patton, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

15 ANF, 138 AP 39, Lettre de Berthier à Daru, 10 janvier 1807, Varsovie.

16 Lettre de Joanas à la Chambre de Plock, 4 janvier 1807, Plock. [Paris, Bibliothèque Thiers, Masson 190.]

17 Rafal Kowalczyk, « Intendentura wojsk Ksiestwa warszawskiego. Komisja zywnosci 1807-1809 », Studia z historii społeczno-gospodarczej xix i xx wieku, t. 4, 2006, p. 7-48.

18 ANF, 138 AP 45, Lettre de Daru à la Chambre de Varsovie, 24 décembre 1806, Varsovie.

19 Tadeusz Srogosz, op. cit., chap. IX.

20 Lettre de Joanas à la Chambre de Plock, 4 janvier 1807, Plock [Paris, Bibliothèque Thiers, Masson 190].

21 Voir sur ce sujet ce qu’en dit notamment Malgorzata Karpinska, « Wladze Warszawy w dobie Ksiestwa Warszawskiego i Krolestwa Polskiego w latach 1806-1831 », Rocznik warszawski, no 36, 2008, p. 261-285.

22 ANF, 138 AP 45, Lettre de Daru à la régence de Varsovie, 25 décembre 1806, Varsovie.

23 Tadeusz Srogosz, op. cit., chap. VIII, « goscinni charakter narodu ».

24 Lettre de Lenoble à la Chambre de Plock, 1er janvier 1807, Plock [Paris, Bibliothèque Thiers, Masson 190].

25 Tadeusz Srogosz, op. cit., chap. I.

26 ANF, 138 AP 45, Lettre de Daru à la ville de Varsovie, 24 décembre 1806, Varsovie.

27 David Edelstein, Occupational Hazards. Success and Failure in Military Occupation, Ithaca, Cornell University Press, 2008.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search