Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Deuxième partie. Les armées occupantes : administration, accommodation, représentations

« Un paradis habité par des diables » : l’accommodation impossible entre les Calabrais et les militaires français lors de la campagne de 1806-1807

Nicolas Cadet

Texte intégral

1L’occupation du royaume de Naples par les troupes napoléoniennes à l’hiver 1806 débouche en quelques mois à peine sur une insurrection de grande ampleur dans les provinces les plus méridionales du royaume, la Calabre et la Basilicate. Au terme d’une année de rudes affrontements, les Français parviennent à ramener un calme précaire dans les provinces rebelles, mais l’insécurité et l’agitation persistent dans l’ensemble de l’Italie méridionale jusqu’à la fin du règne de Murat, en 1815. Par la férocité des combats, l’implication des populations dans la lutte et l’ampleur de la répression, la campagne de Calabre de 1806-1807 annonce la guerre d’Espagne à venir. Les causes d’une telle explosion de brutalité sont nombreuses, et tiennent notamment aux conditions socio-économiques très particulières du royaume de Naples dans les premières années du XIXe siècle, marquées par la persistance du système féodal. Elles découlent également du regard qu’occupants et occupés portent les uns sur les autres. En Calabre, le système de représentation de l’autre constitue un puissant moteur de la violence extrême et empêche tout accommodement.

  • 1 C’est notamment le cas du futur général Guglielmo Pepe, grande figure de la lutte en faveur de l’u (...)

2Il convient toutefois de souligner d’emblée qu’il est beaucoup plus aisé de saisir la grille de lecture à travers laquelle les militaires français s’efforcent de comprendre l’univers nouveau auquel ils sont confrontés que d’appréhender la vision qu’ont les Calabrais de leurs occupants. Les paysans des provinces méridionales du royaume de Naples, qui forment la masse des insurgés, sont à l’époque pratiquement tous analphabètes et n’ont pas produit de témoignages écrits. Les relations des événements de 1806-1807 rédigées par des Calabrais émanent pour la plupart d’individus appartenant aux classes aisées et éduquées, dans une certaine mesure acculturés, et souvent favorables aux Français1. Nous disposons en revanche des récits et témoignages laissés par une trentaine de militaires ou de civils français ayant directement pris part à la campagne de Calabre, ou voyagé dans cette partie du royaume avant que n’y éclate l’insurrection. Certaines de ces sources écrites sont contemporaines des faits relatés, à l’image des lettres envoyées par le chef d’escadron Courier, ou du chef de bataillon Duret de Tavel. La plupart, cependant, ont été rédigées dans les années qui ont suivi la fin des guerres de l’Empire.

3Le système de représentation des Calabrais par les Français est très tôt fixé, dès le printemps 1806, et il ne variera que fort peu par la suite. Marqué par la méfiance et les préjugés, il rend d’emblée ardue toute tentative de rapprochement entre occupants et populations autochtones, et ne laisse guère de place pour les accommodements entre les uns et les autres. Plus encore, la grille dépréciative à travers laquelle les militaires napoléoniens appréhendent la Calabre et les Calabrais contient les germes de la violence qui se déchaînera à de nombreuses reprises à l’encontre des civils à partir de l’été 1806.

4Pour saisir le processus d’élaboration du système de représentation bâti par les Français sur cette contrée, il est nécessaire de prendre en compte plusieurs facteurs, qui feront l’objet de la première partie de cet exposé. Il faut avant tout envisager la situation très particulière des militaires napoléoniens en Calabre dans les premiers temps de l’occupation. Confrontés à un univers nouveau et déroutant, ces derniers se heurtent à l’hostilité grandissante d’une part croissante de la population. Il en découle un sentiment d’isolement et de crainte qui influe fortement sur la façon dont ces hommes appréhendent leur nouvel environnement. Il faut, en second lieu, tenir compte du cadre mental et culturel dans lequel les témoins évoluent. Ceux-ci sont très fortement marqués par la culture classique, et le référent antique tient une place prépondérante dans leur imaginaire. À cela s’ajoute le poids des stéréotypes façonnés de longue date sur les Calabrais par les autres habitants de la péninsule italienne, préjugés qu’ont largement intégrés les militaires français. A priori et idées préconçues se mêlent et se complètent pour former un système de représentation de l’autre cohérent, mais très fortement dépréciatif. Comme nous le verrons dans un second temps, si la perception de l’espace calabrais donne lieu à un double discours parfois contradictoire, les Calabrais sont unanimement perçus comme les « sauvages de l’Europe », ramassis d’individus violents et grossiers, peuple-enfant incapable de se gouverner lui-même.

5Pour exorciser la crainte que leur inspire la menaçante altérité calabraise, les Français s’efforcent d’introduire du rationnel dans cet univers qui leur paraît si étrange. Au cours du printemps 1806, ils multiplient enquêtes et études sur la Calabre, classent, et dénombrent, et tentent, par des réalisations concrètes, de dompter ce territoire hostile. Le soulèvement qui secoue les Calabres à partir de juillet 1806 met brutalement un terme à ces tentatives de domestiquer l’espace occupé, et creuse d’une manière plus irrévocable encore le fossé qui sépare Français et Calabrais.

6La décision d’annexer le royaume de Naples est prise par Napoléon au lendemain de la victoire d’Austerlitz. L’Empereur souhaite faire de l’Italie du Sud le premier maillon du « Grand Empire » qu’il entend constituer en Europe, et prévoit de placer son frère Joseph sur le trône de Naples une fois les Bourbons renversés. La conquête de cette partie de la péninsule vise également à fournir à la France la base territoriale qui lui permettra de mener en Méditerranée une politique ambitieuse. Au début de février 1806, une armée de 40 000 hommes placée sous le commandement de Joseph Bonaparte et du maréchal Masséna marche sur Naples. Dès le 15 février, les Français entrent dans la capitale, tandis que le roi Ferdinand IV et sa famille se réfugient en Sicile, sous la protection de la flotte anglaise. Le 20 mars, le corps du général Reynier, chargé de conquérir la Calabre, entre dans Reggio après avoir dispersé l’armée bourbonienne. À l’exception de la Sicile, toute l’Italie est désormais aux mains des Français.

  • 2 Archives nationales de France (ANF), AF IV 1084. Rapport de Mollien à Napoléon sur la situation fi (...)

7La mission la plus importante de Reynier, à l’issue de sa rapide et victorieuse campagne, consiste à organiser la conquête de la Sicile, refuge des souverains napolitains détrônés. Ce projet est toutefois entravé par le manque de moyens dont souffre l’armée française dans le royaume de Naples : tout, depuis le numéraire pour payer les fournitures, jusqu’aux souliers, en passant par les vivres, l’artillerie et les munitions, fait défaut. Napoléon juge en effet qu’à partir du moment où son frère est installé sur le trône de Naples, son royaume doit être considéré comme un État allié de la France, et non comme une province de l’Empire français. En conséquence, il n’incombe plus à l’armée impériale de prendre en charge l’entretien des unités stationnées en Italie du Sud2.

  • 3 SHD/Marine, BB 4 246. Lettre de Decrès à Jacob, 7 avril 1806.

8Aussi Joseph Bonaparte se trouve-t-il bientôt confronté à une préoccupante disette financière et matérielle. En outre, le royaume de Naples, tout en longueur et en littoraux, ne peut vivre que par la mer, indispensable aux échanges commerciaux. Or, dans le domaine naval, l’infériorité française est patente. Pressé par le roi Joseph d’apporter son concours, le ministre français de la marine, Denis Decrès, ne peut dépêcher vers l’Italie du Sud que quelques bâtiments légers, bien incapables de garantir les côtes napolitaines des attaques de la Royal Navy3, ou de mener à bien l’expédition de Sicile.

  • 4 SHD, C5 31. Idem.
  • 5 SHD, C5 31. Lettre de Reynier à Joseph, Reggio, 26 mars 1806.
  • 6 Paul-Louis Courier, Lettres de France et d’Italie, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèqu (...)

9Une résistance imprévue vient encore compromettre la position du nouveau souverain. Le siège de la citadelle de Gaëte, au nord de Naples, tenue par une garnison restée fidèle à Ferdinand IV, se prolonge jusqu’à l’été 1806, et mobilise une part croissante des forces françaises. Ses effets se font particulièrement sentir en Calabre car, Joseph non seulement ne peut faire parvenir à Reynier les renforts que celui-ci lui réclame, mais encore est bientôt contraint de prélever plusieurs unités de l’armée de Calabre pour les envoyer renforcer le corps de siège, ramenant les forces du général à 9 000 hommes à peine. En outre, malgré leur nombre réduit, les Français, toujours à court d’argent, multiplient les réquisitions, au grand mécontentement de la population calabraise4. Dès les premiers temps de l’occupation française, des mouvements insurrectionnels éclatent, dans la région de Cosenza5. Ainsi, menacés d’être pris pour cibles par les Anglais dès qu’ils s’approchent de la côte, les Français courent le risque de tomber dans une embuscade tendue par les Calabrais sitôt qu’ils s’aventurent à l’intérieur des terres. Leurs témoignages montrent qu’ils ont le sentiment d’évoluer dans un espace entièrement hostile, où le danger peut surgir de partout à chaque instant6.

  • 7 SHD, C5 31. Lettre de Reynier à Joseph, Reggio, 1er avril 1806.

10À cette impression d’insécurité, s’ajoute celle, non moins angoissante, d’être totalement coupés du monde, car les dangers qui pèsent sur les voies de communications terrestres et maritimes rendent très difficile la circulation des individus et des nouvelles entre la Calabre et le reste du pays7. Ce sentiment de vulnérabilité influe fortement sur le système de représentation qu’élaborent les Français sur la Calabre et les Calabrais dès les premiers temps de la conquête.

  • 8 Georges Vallet, Naples et l’Italie du Sud, Paris, PUF, 1986, p. 7.

11La vision qu’ont les militaires napoléoniens de la Calabre lorsqu’ils découvrent cette région, au printemps 1806, ne peut être saisie que si l’on mesure pleinement la méconnaissance de cette partie de l’Italie par les Européens au tout début du XIXe siècle. Aux yeux de l’immense majorité d’entre eux, l’extrémité méridionale de la péninsule fait figure de terra incognita. Ainsi, sur 450 voyageurs ayant consacré des récits à l’Italie au XVIIIe siècle, quatre seulement ont visité la Calabre8.

  • 9 Alphonse Duret de Tavel, Séjour d’un officier français en Calabre ou lettres propres à faire conna (...)
  • 10 Ibid., p. 110.
  • 11 Abraham Rösselet, Souvenirs d’Abraham Rösselet (1770-1850), lieutenant-colonel en retraite au serv (...)

12La découverte de celle-ci donne lieu, de la part des Français, à deux discours contradictoires, qui se superposent et s’enchevêtrent. D’une part, ce pays fait figure de contrée totalement inhospitalière et impénétrable. Le commandant Duret de Tavel affirme ainsi que : « [dans] les montagnes, on ne peut contempler sans saisissement des vallées profondes, ténébreuses, inhabitées, dont le silence n’est troublé que par la chute des eaux, qui, dans la saison des pluies, forment des torrents considérables9 ». Le climat n’est guère plus clément que le relief. L’été transforme les régions basses en fournaises, tandis que les pluies hivernales « durent environ deux mois avec une violence extrême10 ». Beaucoup de témoins dénoncent également les effets du siroco, ce vent chaud venu d’Afrique du Nord, qui, selon le Suisse Abraham Rösselet, est « brûlant à un degré insupportable11 ».

13Mais ce qui ressort surtout de manière frappante de la plupart des récits, c’est le caractère extrêmement mouvant, instable du sol. Les secousses sismiques qui affectent la Sicile et le Sud de l’Italie sont un phénomène entièrement nouveau pour les Français, et la découverte de ce genre d’accident constitue un motif de surprise et de crainte. Cette particularité calabraise accentue chez les Français le sentiment d’évoluer dans un univers où tout n’est qu’instabilité.

  • 12 Paul-Louis Courier, op. cit., p. 1008. Lettre non envoyée rédigée le 12 septembre 1806.

14Cet aspect d’altérité absolue et insolite que revêtent les provinces les plus méridionales du royaume aux yeux des militaires français contribue à accentuer leur sensation de dépaysement. Les témoins ont la certitude d’avoir été transportés dans un pays lointain, qui s’apparente davantage à l’Asie ou à l’Afrique qu’à l’Europe. Paul-Louis Courier affirme ainsi que cette partie de la péninsule constitue « l’Inde de l’Italie12 ».

15Cette impression de se trouver dans un autre monde favorise l’éclosion d’un discours sur la Calabre en complète contradiction avec le précédent. La province n’est plus vue comme un pays sauvage et hostile, mais comme une contrée d’une merveilleuse fertilité, jouissant de tous les dons que la nature peut prodiguer. Bien des témoins vantent les forêts giboyeuses du centre de la Calabre, la diversité des productions dans les plaines, les mers poissonneuses qui baignent les côtes…

16Comment, dès lors, expliquer ce discours, qui présente la Calabre alternativement comme une terre désolée et un véritable jardin d’Eden ? Ces espaces inaccessibles, situés aux confins du monde civilisé, marqués par une altérité absolue, fascinent des hommes imprégnés de la philosophie des Lumières. Dans cette nature sauvage et inviolée, les Français cherchent les traces de la pureté originelle. En outre, dresser le tableau d’une Calabre dotée par la nature de richesses à profusion permet aussi de souligner le contraste qui existe entre l’opulence du pays et la misère des habitants, et d’en rendre ces derniers responsables.

  • 13 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 5.
  • 14 Philippe de Ségur, Histoire et Mémoires, t. 2, Paris, Firmin Didot, 1877, p. 516.

17Mal connue des étrangers, la Calabre ne l’est guère plus des autres habitants du royaume. Venant de recevoir son affectation pour cette région, Duret de Tavel parcourt les librairies de Naples dans le but de se procurer quelques ouvrages récents sur la Calabre. À sa grande surprise, il s’entend répondre qu’il n’en existe pas13. Cette absence de connaissances précises laisse un vaste champ libre à l’imaginaire, dans lequel les Français vont s’engouffrer. Ces derniers ne s’enfoncent d’ailleurs pas au fond de la botte sans attentes ni présupposés. Si la trentaine de témoins ayant laissé leurs impressions sur la Calabre représentent l’ensemble de la société militaire de leur temps, du militaire du rang au général de division, il est juste de signaler que la grande majorité d’entre eux appartiennent aux classes supérieures de la société, à l’image de Philippe de Ségur, héritier d’une illustre famille de diplomates et de militaires, de l’helléniste Paul-Louis Courier, ou du futur général d’artillerie Griois, tous deux issus de la bourgeoisie bourguignonne. Ces hommes ont reçu une éducation très approfondie, et la culture classique dont ils sont imprégnés structure fortement leur vision de la partie méridionale de la péninsule. Ainsi, l’Antiquité grecque et romaine a pour eux valeur de référence absolue. Parcourant la Calabre, Philippe de Ségur atteint le rocher de Scilla, sur le détroit de Messine, lieu dans lequel Homère situe le séjour des monstres Charybde et Scylla, si redoutés des navigateurs. Le jeune officier s’exclame : « C’était Scylla ! À la vue de cet écueil fameux, […] subitement transformés en Grecs ou Troyens, les souvenirs d’Ulysse ou d’Énée nous firent oublier les ordres de Bonaparte14. »

  • 15 Giuseppe Galasso, L’autre Europe, Rome, École française de Rome, coll. « Publications de l’École f (...)
  • 16 Ibid., p. 149.
  • 17 Federico Chabod, Storia della politica estera italiana del 1870 al 1896, Bari, Laterza, 1962, p. 3 (...)

18Un second facteur influe sur le regard que les Français portent sur la Calabre. Les nouveaux venus intègrent les préjugés dont sont victimes les habitants de cette partie du Mezzogiorno de la part des autres occupants de la péninsule, notamment les Napolitains. Comme l’a montré Giuseppe Galasso, à partir du XIe siècle, les stéréotypes sur les méridionaux s’accumulent, véhiculés notamment par les Toscans, dont les liens économiques avec le royaume de Naples sont étroits15. Les Italiens du Sud, et surtout les Calabrais, sont censés accorder une grande importance à l’honneur, et être volontiers portés aux actes violents, marque d’une nature restée primitive. La Calabre ayant durant longtemps fait partie de l’empire byzantin, le caractère fourbe et perfide des Calabrais, trait associé de longue date aux Grecs et aux Byzantins, fait l’objet d’une dénonciation unanime. Ce topos va de pair avec un autre stéréotype, celui de la paresse proverbiale des habitants des provinces méridionales du royaume, qui les conduit à négliger la mise en valeur d’une terre pourtant prodigieusement fertile16. Cette vision négative reste très présente au siècle des Lumières. Aux yeux d’un grand nombre de Napolitains, les Calabrais font déjà figure de « barbares de l’intérieur », pour reprendre une expression qui sera forgée ultérieurement17.

  • 18 Jean-Michel Chevalier, Souvenirs des guerres napoléoniennes du lieutenant Chevalier, Jean Mistler, (...)

19Au tout début du XIXe siècle, l’image du méridional est désormais fixée auprès des Européens. Les sources sont muettes sur la façon dont les militaires de l’armée de Reynier ont intégré cette vision, mais il est probable qu’elle leur a été instillée peu à peu, au contact des Italiens côtoyés durant leurs années de campagne dans la péninsule. On retrouve sous la plume de plusieurs témoins un vieil adage napolitain à propos de la Calabre. Évoquant cette région, ils affirment qu’il s’agit d’un « paradis habité par des diables18 ». De la sorte, le référent antique et l’opinion négative des Italiens sur les Calabrais cumulent leurs effets pour conférer à ces derniers, dans l’esprit des Français, un relief particulier.

  • 19 Pierre-Charles Duthilt, Mémoires du capitaine Duthilt. Mes campagnes et mes souvenirs de 1792 à 18 (...)

20La vision qu’ont les Français des Calabrais découle enfin du souvenir de la Révolution française, encore proche et dont les influences se mêlent à celles précédemment évoquées. Les militaires ont le sentiment d’être les représentants d’une France conquérante, qui impose par les armes son modèle politique à l’Europe entière, et beaucoup d’entre eux ont fait leur l’idéal de liberté qui guidait les soldats de l’an ii. Valeur phare des temps nouveaux, le concept de liberté plonge ses racines dans le siècle des Lumières, et, par delà, dans celui de Périclès. À l’égal de Rome, la Grèce a valeur de modèle pour les Français, qui se considèrent comme les héritiers des législateurs et des stratèges athéniens. Dans le regard porté sur la Calabre le référent antique joue donc à plein. Pour les Français, ce pays n’est plus une province du royaume de Naples, mais la « Grande Grèce », prolongement naturel de la patrie de Lycurgue et de Thémistocle, qui a connu son heure de gloire entre le VIIIe et le IIIe siècles avant notre ère, lorsque les cités grecques y ont fondé de nombreuses colonies. Le lieutenant Duthilt note ainsi que « les Calabrais ont conservé le caractère primitif des Grecs montagnards dont ils sont une colonie19 ».

21Pour les militaires de l’armée de Calabre, il semble que le temps soit suspendu en « Grande Grèce », et que cette contrée demeure à jamais figée dans le siècle de Périclès. Cette Grande Grèce de légende laisse une large place à l’idéalisation. Les témoins évoquent une contrée fabuleuse, foyer de culture, de richesses et de progrès, qui perd en réalité tangible ce qu’elle gagne en grandeur abstraite. En avril 1806, le voyage du roi Joseph en Calabre donne au géographe Malte-Brun, qui rédige des chroniques pour le Journal de l’Empire, l’occasion d’exalter la grandeur de cette civilisation disparue :

  • 20 BNF, Micr. D-59. Article d’Irénée Malte-Brun paru dans le Journal de l’Empire le 3 août 1806, p. 3 (...)

« Le roi Joseph Ier est allé se convaincre lui-même de l’extrême importance de cette partie de ses états. En foulant ce sol classique où fleurirent la sage république de Locri, la belliqueuse Crotone ; en parcourant cette patrie naturelle ou adoptive d’un Pythagore […], d’un Praxitèle, et de tant d’autres hommes illustres, le roi Joseph a […] conçu des projets qui rappelleront pour la Calabre les siècles heureux ou elle formait une portion si brillante de la grande Grèce20. »

  • 21 Dimitri Nicolaïdis, « La France et les Grecs sous la Révolution et l’Empire. Étude d’une représent (...)

22La glorification continuelle de la présence grecque en Italie du Sud aboutit à fausser le regard que portent les occupants sur les Calabrais. Dans leur discours, le présent n’est mesuré qu’à l’aune du passé, et les témoins ne cessent d’effectuer un mouvement de va-et-vient entre la période antique, toute de gloire et de magnificence, et le temps présent, fait de décadence et de misère. Cette constante mise en parallèle présente l’avantage d’offrir une grille de lecture simple, qui satisfait chez les témoins le besoin de comprendre le monde étrange qui les entoure. Dans le système de représentation élaboré par les Français sur les Calabrais, chaque élément nouveau vient s’insérer automatiquement dans les schémas mentaux préexistants, ce qui favorise grandement l’édification des stéréotypes21.

  • 22 Auguste de Rivarol, Notice historique sur la Calabre pendant les dernières révolutions de Naples, (...)
  • 23 Philippe de Ségur, op. cit., p. 535.

23Ainsi, les Calabrais ne sont pas regardés comme une entité autonome, mais comme de simples « palimpsestes » des Grecs anciens. Sous l’apparence physique du berger de la Sila ou du pécheur de Tropea, les militaires napoléoniens ne cessent de rechercher le contemporain de Solon ou de Pythagore. La comparaison, cependant, n’est jamais à l’avantage des modernes habitants de l’Italie méridionale, car à côté de leurs prestigieux ancêtres, dont les vertus sont constamment exaltées, les Calabrais font figure d’héritiers indignes et dégénérés. Auguste de Rivarol oppose ainsi « un peuple jadis industrieux et guerrier » aux « dégoûtants habitants de quelques chétives bourgades22 » qu’il a sous les yeux. À l’issue du voyage de Joseph en Calabre, Philippe de Ségur dresse un constat sans appel : « telle fut la fin de notre voyage dans l’antique Grande Grèce, jadis si florissante, et aujourd’hui si complètement déchue […] Tant de ruines d’une gloire autrefois semblable nous avait découragés23 ».

  • 24 SHD, 1M 1405. Estimation anonyme de la population du royaume de Naples, qui figure à la suite du m (...)

24Pour les Français, la principale manifestation de cette décadence est la dépopulation qui frappe les Calabres, que démentiront les recensements effectués par les agents de Joseph dans les premiers temps de la conquête. Avec une population de 496 000 habitants, la Calabre ultérieure serait même la province la plus peuplée du royaume après Naples24.

  • 25 Pierre-Charles Griois, Mémoires du général Griois, Paris, Plon-Nourrit, 1909, p. 298.
  • 26 Lire à ce propos l’article de Maurice Sartre, « Vous avez dit Barbare ? », L’Histoire, no 327, jan (...)
  • 27 Voir en particulier l’échec de la tentative du seigneur d’Ajello, en Calabre citérieure, pour mett (...)

25Vient ensuite l’énumération des innombrables tares et vices des Calabrais. Au premier rang figure la paresse : « Paresseuse et entièrement dénuée d’industrie, la population est très pauvre, mais un climat superbe, une terre fertile, et, surtout, une grande sobriété, lui rendent cette pauvreté à peu près indifférente25 » affirme ainsi le major Griois. Semblable assertion se retrouve, avec quelques variantes, sous la plume de la majorité des témoins. Leur réaction est emblématique de celle de l’ensemble des classes aisées de l’époque, pour lesquelles la paresse est l’un des vices majeurs, source de tous les désordres qui peuvent menacer l’ordre social. Rares sont cependant ceux qui s’efforcent de déterminer les causes d’une telle propension à l’oisiveté. La plupart se retranchent derrière le déterminisme géographique. Les militaires français reprennent à leur compte la théorie environnementaliste développée dans le traité d’Hippocrate Des airs, des eaux, des lieux, à la fin du Ve siècle avant J. C. Selon Hippocrate, les peuples sont définis en fonction de leur situation géographique, et il est possible d’en déduire des traits de caractère collectifs immuables. Plus les individus sont éloignés d’un centre perçu comme idéal – la Grèce à l’époque classique, la France vingt siècles plus tard – plus ils sont enclins à la mollesse ou à la sauvagerie26. Néanmoins, la persistance avec laquelle les témoins soulignent ce défaut inhérent au Calabrais traduit surtout leur incompréhension devant les réalités de la situation socio-économique en Calabre. De nombreuses enquêtes réalisées par les agents des barons calabrais à la fin du XVIIIe siècle dénoncent le manque d’ardeur des paysans lorsqu’il s’agit de travailler sur les terres du seigneur, et le peu d’empressement mis à exécuter les travaux ordonnés par ce dernier27. L’état réel de stagnation que connaît l’économie calabraise résulte de la persistance du système féodal, notamment du maintien de latifundia mal exploitées par des propriétaires absents et des paysans auxquels on refuse la possession de la terre, et non d’un quelconque déterminisme qui ferait de l’habitant des provinces méridionales un être indolent et porté à l’oisiveté. Ce point capital échappe cependant à la majorité des témoins.

  • 28 Auguste de Rivarol, op. cit., p. 18.
  • 29 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 125.
  • 30 Ibid., p. 123.
  • 31 SHD, 1M 1405, id.

26Les autres défauts attribués aux Calabrais visent à les présenter comme les « sauvages de l’Europe28 », un peuple-enfant attardé, tout entier livré à des pulsions primitives, et incapable de se gouverner lui-même. La dénonciation du caractère rancunier et violent des Calabrais est unanime. Duret de Tavel voit en eux une perpétuelle « soif de vengeance », qui les conduit à être « toujours disposés à l’attaque et à la défense29 ». Ainsi, on ne trouve guère de Calabrais « qui ne soit entaché de plusieurs homicides30 ». Cette brutalité et ce goût du sang vont de pair avec un penchant affirmé pour la duplicité et la fourberie. Les Calabrais sont « faux » et « perfides » assène Philippe de Ségur dans son mémoire31. Les Français reprennent à leur compte le vieux topos de l’hypocrisie des « Grecs », accolé aux Calabrais par les autres habitants de la péninsule. Cependant, la dénonciation du climat de violence dans lequel baigne la société calabraise ne relève nullement de l’invention : homicides et « crimes d’honneur » sont effectivement monnaie courante. Une fois encore, toutefois, si les témoins mesurent bien la portée du phénomène, ils se bornent à incriminer le facteur géographique, dans une perspective néo-hippocratique. Le poids du système féodal et l’incurie du pouvoir royal, incapable de faire régner l’ordre et la justice, ne sont pas considérés comme des facteurs importants d’explication.

  • 32 Auguste de Rivarol, op. cit., p. 20.
  • 33 Voir la contribution de Nélia Dias, « Langues inférieures, langues supérieures », Claude Blanckaer (...)
  • 34 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 116, et SHD, 1M1405, Philippe de Ségur, « Mémoires militaire (...)
  • 35 Jean-Clément Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Le (...)

27D’autres traits viennent accentuer le caractère attardé et primitif des Calabrais. L’aspect exacerbé et souvent doloriste que revêt le catholicisme en Italie méridionale, la persistance, chez beaucoup de fidèles, d’un vieux fond de superstitions populaires, mêlées à des relents de paganisme, choquent profondément les Français, influencés par le rationalisme des Lumières, et prompts à taxer de fanatisme ces manifestations de piété. La langue calabraise, qui mêle le toscan, le dialecte napolitain, et des termes venus du grec, est un « jargon déréglé, il est guttural ou nasal dans un excès intolérable32 ». Miroir de l’âme, la langue reflète par ses sons et ses mots la tournure d’esprit et le degré de développement de ses locuteurs, aussi, tant vaut la langue, tant vaut le peuple33. Les militaires sont par ailleurs unanimes à dénoncer la saleté corporelle des Calabrais, leur manque de soins et d’hygiène34. Il s’agit, là encore, d’une réaction caractéristique d’individus appartenant aux classes moyennes ou supérieures, qui éprouvent un sentiment de distance de plus en plus accentué à l’encontre des membres des classes populaires. Les travaux de Georges Vigarello ou de Jean-Clément Martin ont ainsi montré comment, à partir du XVIIIe siècle, les élites sociales privilégient des pratiques d’hygiène corporelle visant à les distinguer des pauvres, de plus en plus associés à la puanteur35. Cette volonté de mettre en lumière le manque de propreté de celui que l’on occupe, ainsi que le caractère insolite de son langage, vise également à déshumaniser ce dernier en le retranchant de la sphère des êtres civilisés, et donc à excuser la violence que l’on commet en violant son espace privé, en bafouant son intimité.

  • 36 SHD, 1M 1405, « Mémoire militaire sur Naples » rédigé par Philippe de Ségur.

28De la déshumanisation à l’animalisation, le pas est vite franchi. Le procédé qui consiste à expulser l’adversaire de l’humanité en l’assimilant à un animal permet de justifier les mauvais traitements qu’on lui inflige. Dans les récits des militaires de l’armée de Calabre, jamais les habitants de ce pays ne sont explicitement comparés à des animaux. Si animalisation il y a, elle s’accomplit de manière détournée : plusieurs auteurs soulignent la grande proximité qui existe entre les porcs et les humains dans les villages et les maisons calabraises. Beaucoup plus affirmé, cependant, est le rejet du Calabrais dans la sphère orientale, en raison de ses origines grecques, de son apparence physique, et de ses traits de caractère. Ainsi, pour Philippe de Ségur, les Calabrais sont « paresseux comme des Orientaux36 », tandis que d’autres auteurs, nous l’avons vu, assimilent la Calabre à l’« Inde de l’Italie ».

  • 37 Pierre-Charles Griois, op. cit., p. 302.
  • 38 Pierre-Charles Duthilt, op. cit., p. 255.

29Est-ce à dire, pour autant, que cet être sauvage et grossier est entièrement dépourvu de vertus ? Après l’énumération des innombrables tares du Calabrais, bien des témoins lui reconnaissent certaines qualités. Plusieurs d’entre eux louent la beauté de cette population méditerranéenne, à l’image de Griois qui vante les « formes magnifiques » des marins de Calabre ultérieure37. Par ailleurs, les Français admirent la valeur des Calabrais au plan militaire. Cependant, la principale qualité qui leur est attribuée par l’ensemble des auteurs est la sobriété. Le lieutenant Duthilt déclare que si les Calabrais sont paresseux, ils sont aussi très sobres, et qu’un soldat français absorbe plus à lui seul que deux d’entre eux38. Ce discours ne doit pas faire illusion, car les vertus dont il pare les Calabrais relèvent autant du stéréotype que les vices qu’on leur impute. Ces qualités – sobriété, endurance, aptitudes à la guerre – sont celles qu’offre, dans l’esprit des Français, une société encore pastorale et patriarcale, belliqueuse et vivant en autarcie, bref, une communauté se situant hors du temps présent. Une fois encore s’exerce la fascination des Occidentaux pour les espaces sauvages situés aux limites du monde civilisé, gage de virginité préservée. Au confluent de la mythologie antique et de l’idéal de pureté rousseauiste, les occupants cherchent les traces de la pureté originelle sous la saleté, la paresse, la cruauté du Calabrais. Car celui-ci, sans en avoir conscience, touche peut-être à deux idées essentielles du XVIIIe siècle, le Bonheur et la Vertu. En définitive, cependant, la tonalité du discours ne change guère. Même promu au rang de « bon sauvage » au caractère frugal, voire ascétique, le Calabrais demeure exclu de la sphère des êtres civilisés.

30Toutefois, ces mérites enfouis laissent deviner un espoir de salut, car ils peuvent constituer le socle à partir duquel il va secouer vingt siècles de déclin et d’abrutissement. L’idée de dégénérescence tant de fois affirmée par les Français annonce, dans un même mouvement, l’inévitable régénération qu’induit leur présence. Bien des militaires napoléoniens pensent que le Calabrais n’attend plus que d’être tiré de l’état de misère et de décadence où il se trouve confiné pour reprendre sa place aux côtés de ses prestigieux ancêtres. Naturellement, c’est aux représentants de cette jeune nation conquérante, porteuse d’un idéal de liberté et de civilisation, jadis incarné par la Grèce, qu’il incombe de « régénérer » cette race assoupie. Dans un article paru le 3 mars 1806 dans le Journal de l’Empire, Malte-Brun exprime avec force cette conviction :

  • 39 BNF, Micr. D-59. Article d’Irénée Malte-brun paru dans le Journal de l’Empire le 3 mars 1806, p. 3

« Napoléon maîtrise toutes les craintes, toutes les espérances et toutes les destinées […]. Dans le midi, sa voix énergique réveille les nations endormies au sein de la volupté et les rappelle à leurs antiques vertus […]. Les contrées qui languissaient sous le sceptre napolitain reprennent toute leur importance naturelle en devenant un État fédératif de l’Empire français39. »

  • 40 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 130.

31Cette nécessaire régénération suppose cependant de profonds bouleversements en Italie du Sud, et l’emploi de la manière forte n’est pas exclu. Duret de Tavel appelle de ses vœux « un gouvernement éclairé, paternel, mais ferme », propre à corriger la « perversité » de ce peuple40. Ainsi, le système de représentation élaboré par les Français sur les Calabrais dans les premiers temps de l’occupation, gros d’autant de certitudes que d’incompréhension, rend-il compte, au moins pour une part, de la violence extrême qui se déchaînera à partir de l’été.

32Confrontés à un univers déroutant et hostile, les Français s’efforcent, au printemps 1806, de dompter cet environnement en imprimant leur marque sur le territoire, et en tentant d’y introduire du rationnel. Ces tentatives pour domestiquer l’espace calabrais revêtent trois formes : dans le discours, un désir manichéen de séparer les habitants de la province qui offrent quelques points de ressemblance avec les occupants de ceux qui s’en écartent radicalement ; une volonté de mieux connaître et maîtriser cette région par l’étude ; enfin, des efforts concrets pour l’aménager et l’ouvrir.

  • 41 Dimitri Nicolaïdis, op. cit., p. 523.

33Dans le processus d’élaboration du système de représentation de l’« autre », une première phase consiste à confronter l’image perçue à l’imaginaire dans lequel celle-ci s’intègre41. Intervient ensuite une seconde opération de relativisation, ou l’autre n’est plus seulement ramené au système de représentation du témoin, mais au témoin lui-même, à son univers et à ses valeurs. Dès lors, le monde se scinde en deux : le similaire et le différent, opposition binaire autour de laquelle il s’ordonne. De fait, lorsqu’ils découvrent la Calabre, les Français s’efforcent d’élaborer une sorte de hiérarchie des valeurs qui s’articule autour de deux pôles : le pôle positif, vers lequel converge tout ce qui se rapproche, de près ou de loin, de la France, et le pôle négatif, qui englobe tout ce qui s’en écarte. Ce classement aide à déterminer quels sont les ennemis à combattre et les alliés potentiels, et présente l’avantage d’offrir un mode d’explication simple et efficace de cet espace déroutant.

  • 42 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 82.

34Pour élaborer ces distinctions, les Français ont recours à des critères géographiques, sociologiques, et ethniques. Duret de Tavel oppose les habitants de la Calabre du Nord et de la Calabre méridionale, soulignant qu’il règne chez les seconds « moins de préjugés, de barbarie, et conséquemment moins de brigandage42 », car le sud de la province est moins montagneux que le nord, et plus ouvert sur la Sicile.

  • 43 Ibid., p. 153.
  • 44 Alain Ducelier, Les chemins de l’exil. Bouleversements de l’Est européens et migrations vers l’oue (...)
  • 45 Auguste de Rivarol, op. cit., p. 25.
  • 46 BNF, Micr. D-59. Article d’Irénée Malte-brun paru dans le Journal de l’Empire le 2 août 1806.

35Indépendamment de la géographie, le facteur sociologique intervient également. Duret de Tavel sépare les Calabrais appartenant aux classes cultivées, éduquées, et souvent favorables aux Français, de la masse du peuple, ignorante et brutale43. Cependant, c’est le critère ethnique qui est surtout utilisé par les témoins pour différencier nettement ceux qui les entourent. Outre sa population d’origine, la Calabre abrite une importante communauté d’Albanais, descendants des réfugiés balkaniques ayant fui l’avancée des Turcs au XVe siècle. Or la population calabraise tend à rejeter ces étrangers qui vivent entre eux et refusent de s’intégrer44. Aux yeux des nouveaux maîtres de la Calabre, l’hostilité des Albanais aux Calabrais contribue à les faire basculer du côté positif. Face aux seconds, sales et paresseux, les Albanais sont, pour Rivarol, « industrieux, énergiques, propres45 », tandis qu’Irénée Malte-Brun voit en eux « les habitants les plus industrieux de la Calabre46 ».

  • 47 Philippe de Ségur, op. cit., t. II, p. 513.

36Le classement binaire opéré par les Français leur offre la certitude d’incarner le pôle positif, et justifie par avance la violence à laquelle ils vont être « contraints » de se livrer à l’égard de ceux qui incarnent la négation de ce système de valeurs. Ce classement ne suffit cependant pas à exorciser la menaçante altérité calabraise. Aussi, au-delà du discours, s’efforcent-ils de dompter le territoire en l’étudiant. Les Français mesurent rapidement que leur manque de moyens renvoie l’expédition de Sicile à une date que nul ne se soucie de déterminer avec précision. À défaut de soumettre la grande île par les armes, ils tentent alors d’en appréhender l’espace par l’étude, de manière à se l’approprier de façon symbolique. L’hiver et le printemps 1806 voient une floraison de notes et de mémoires qui portent sur la Sicile, mais également sur la Calabre, d’où doit partir la flotte d’invasion. La plus importante de ces études est le mémoire rédigé par Philippe de Ségur lors du voyage de Joseph en Calabre, en avril 1806. Le frère de l’Empereur souhaite en effet découvrir ces provinces éloignées afin de prendre sur place la mesure des réformes à entreprendre et des progrès à apporter47. Dans ce but, il charge son aide de camp Ségur de parcourir la Calabre afin de glaner le plus grand nombre d’informations possibles sur le pays et ses habitants. Ce mémoire, et ceux réalisés par les autres agents de Joseph, montrent à quel point la guerre ou sa préparation favorisent la découverte du monde.

  • 48 SHD, 1M 1405, « Notice sur le canal de Messine ».
  • 49 SHD, C5 3. Id.
  • 50 ANF, 381 AP 9. Lettre d’un correspondant anonyme au roi Joseph, 16 avril 1806.

37De fait, une opération d’envergure comme celle qu’envisagent les Français en Sicile oblige à prendre en compte un grand nombre de paramètres, qui relèvent, avant tout, de la géographie physique. Ségur consacre une bonne partie de son mémoire à décrire les Apennins et les plaines littorales. Sous la plume d’autres rédacteurs, le tracé des côtes de Calabre ultérieure donne lieu à une minutieuse évocation48. De façon indirecte, les préoccupations d’ordre militaire conduisent à s’intéresser à des domaines autres que la géographie physique : un nommé Ribbaud, agent français en poste à Messine, entreprend ainsi de répertorier les espèces de bois qu’offre la Calabre, et qui pourront être employées à la construction des embarcations49. Études et mémoires montrent aussi la volonté des Français d’introduire du rationnel dans cet univers déroutant en classant, en répertoriant, en dénombrant. La population des deux Calabre fait ainsi l’objet de plusieurs évaluations. Sur un plan plus général, rien de ce qui peut être utile à l’expédition n’échappe au zèle comptable des occupants. Comme il est nécessaire de se procurer des rameurs et des pilotes pour conduire les esquifs nécessaires à l’invasion, les navires et les marins des bourgades littorales font également l’objet d’un comptage précis50.

38Il convient toutefois de s’interroger sur la portée de ces travaux. Les mémoires et études réalisés en 1806 permettent-ils un véritable progrès dans la connaissance du pays ? Il semble qu’il faille répondre par la négative. La plupart de ces rapports émanent de correspondants bénévoles qui ne semblent pas disposer du bagage suffisant pour favoriser une avancée significative dans le domaine géographique. D’autre part, rapports et enquêtes ne font l’objet d’aucune synthèse ou tentative d’approfondissement et on peut même se demander s’ils ont été lus. Les efforts accomplis par les Français pour dompter l’espace calabrais ne se limitent toutefois pas à user de l’encre et du papier. Ils passent également par des tentatives concrètes pour aménager ce territoire.

  • 51 Albert Du Casse, Mémoires et correspondance politique et militaire du roi Joseph, Paris, Perrotin, (...)
  • 52 Philippe de Ségur, op. cit., t. II, p. 520.

39Reynier et Joseph élaborent en effet d’ambitieux projets pour dompter cet espace hostile et impénétrable, et rendre plus tangible le nouveau pouvoir aux yeux des populations de la province. Il s’agit tout d’abord de sortir la Calabre de l’isolement et de la rattacher au reste du royaume. Le roi Joseph est si frappé par l’état lamentable des chemins qu’il parcourt que l’une de ses premières mesures est d’ordonner qu’une route praticable aux voitures et à l’artillerie soit ouverte en Calabre51. Un autre grand projet s’inscrit dans ce désir des autorités françaises de raccourcir les distances. Lors de son voyage, Joseph a l’idée de faire percer un canal au point le plus étroit de l’isthme calabrais, situé entre le golfe de Santa-Eufemia, à l’ouest, et celui de Squillace, à l’est, afin de relier la mer Ionienne à la mer Tyrrhénienne, et d’éviter aux navigateurs le contournement de la Calabre ultérieure. Toutefois, pour obtenir le résultat escompté et mener à bien les ambitieux projets ébauchés au printemps 1806, il faut disposer de moyens que les conquérants n’ont pas en leur possession. Du fait de cette pénurie, la plupart des grandioses projets envisagés par Joseph et Reynier ne sont pas exécutés ou sont à peine ébauchés. Ainsi, le canal projeté par Joseph à travers l’isthme ne reçoit pas le premier coup de pioche, faute d’argent52, et il en va de même de l’ouverture des nouvelles routes. En somme, à la fin du printemps 1806, les efforts tentés par les Français pour accroître leur maîtrise du territoire calabrais semblent ne pas avoir abouti, et le contrôle de vastes parties de la province leur échappe, comme l’atteste la poursuite des mouvements de révolte. Bien loin de faire figure de pouvoir réformateur et régénérateur, le gouvernement de Joseph apparaît comme plus oppressif et prédateur encore que celui de Ferdinand IV.

  • 53 François Lenormant, À travers l’Apulie et la Lucanie, Paris, A. Lévy, 1883.

40Trois mois après l’entrée des troupes de Reynier à Reggio, la position des Français en Calabre paraît donc très fragile. Les occupants se sont montrés incapables de conserver le capital de neutralité, sinon de bienveillance, dont ils bénéficiaient initialement auprès de la population. L’intervention des Britanniques sur les côtes de Calabre, en juillet, précipite l’insurrection de la province. Celle-ci se traduit, une année durant, par les actes d’extrême violence auxquels se livrent les deux camps : prisonniers sommairement exécutés, civils massacrés, villages incendiés, populations déplacées, etc. Cette brutalité trouve partiellement son origine dans le système de représentation élaboré par les Français sur les Calabrais, et le conflit qui se déchaîne à partir de l’été 1806 aboutit à creuser davantage encore le fossé entre les deux communautés. L’épisode calabrais ancre auprès de l’opinion française l’image d’une Calabre terre de sang et de violence où tout se règle à coups de fusils. La description horrifiée et fascinée du « bandit calabrais » et de ses crimes devient l’un des thèmes de prédilection de l’iconographie et de la littérature populaires durant tout le XIXe siècle. Malgré l’ouvrage fouillé et érudit publié dans les années 1880 par l’archéologue François Lenormant53, qui met en pièces nombre d’idées reçues sur le Mezzogiorno, cette vision simpliste du grand sud de l’Italie n’a cessé, depuis, de hanter notre imaginaire, et informe encore largement notre vision commune de cette partie du continent européen.

Notes

1 C’est notamment le cas du futur général Guglielmo Pepe, grande figure de la lutte en faveur de l’unification de l’Italie dans les années 1840-1850, issu de la bourgeoisie calabraise ouverte aux idées des Lumières, qui se met au service de Joseph Bonaparte.

2 Archives nationales de France (ANF), AF IV 1084. Rapport de Mollien à Napoléon sur la situation financière de l’armée de Naples, 12 novembre 1806.

3 SHD/Marine, BB 4 246. Lettre de Decrès à Jacob, 7 avril 1806.

4 SHD, C5 31. Idem.

5 SHD, C5 31. Lettre de Reynier à Joseph, Reggio, 26 mars 1806.

6 Paul-Louis Courier, Lettres de France et d’Italie, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 1964, p. 713. Lettre de Paul-Louis Courier à M…, officier d’artillerie à Cosenza, Monteleone, 26 juin 1806.

7 SHD, C5 31. Lettre de Reynier à Joseph, Reggio, 1er avril 1806.

8 Georges Vallet, Naples et l’Italie du Sud, Paris, PUF, 1986, p. 7.

9 Alphonse Duret de Tavel, Séjour d’un officier français en Calabre ou lettres propres à faire connaître l’état de la Calabre Paris, Béchet aîné, 1820, p. 109.

10 Ibid., p. 110.

11 Abraham Rösselet, Souvenirs d’Abraham Rösselet (1770-1850), lieutenant-colonel en retraite au service de la France, Neuchâtel, imprimerie J. Attinger, 1857, p. 150.

12 Paul-Louis Courier, op. cit., p. 1008. Lettre non envoyée rédigée le 12 septembre 1806.

13 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 5.

14 Philippe de Ségur, Histoire et Mémoires, t. 2, Paris, Firmin Didot, 1877, p. 516.

15 Giuseppe Galasso, L’autre Europe, Rome, École française de Rome, coll. « Publications de l’École française de Rome », 1992, notamment chap. iv, « Les stéréotypes du Napolitain et ses variantes régionales », p. 148.

16 Ibid., p. 149.

17 Federico Chabod, Storia della politica estera italiana del 1870 al 1896, Bari, Laterza, 1962, p. 325.

18 Jean-Michel Chevalier, Souvenirs des guerres napoléoniennes du lieutenant Chevalier, Jean Mistler, Hélène Michaud (éd.), Paris, Hachette, 1970, p. 77 : « C’est le paradis terrestre habité par des diables » ; Abraham Rösselet, op. cit., p. 150 : « C’est un bon pays, mais un peu habité par des diables » ; sous-lieutenant Paris, « Souvenir du 14e léger par un officier du corps », Carnet de la Sabretache, no 133, février 1904, p. 117 : « On disait de ce beau pays que c’est le paradis habité par les diables. »

19 Pierre-Charles Duthilt, Mémoires du capitaine Duthilt. Mes campagnes et mes souvenirs de 1792 à 1815, Lille, J. Tallandier, 1909, p. 255.

20 BNF, Micr. D-59. Article d’Irénée Malte-Brun paru dans le Journal de l’Empire le 3 août 1806, p. 3. D’origine danoise, Bruun Malte Conrad (1775-1826) – dit « Malte Brun » – collabore au Journal de l’Empire dès 1805, s’attachant en particulier à la description des pays conquis par Napoléon. Son œuvre maîtresse est le Précis de la géographie universelle, en sept volumes, publié en 1810. Article « Malte-Brun », Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1999, p. 1126-1127.

21 Dimitri Nicolaïdis, « La France et les Grecs sous la Révolution et l’Empire. Étude d’une représentation à l’échelle d’un peuple », Annales historiques de la Révolution française, no 286, octobredécembre 1991, p. 515-537, ici p. 517.

22 Auguste de Rivarol, Notice historique sur la Calabre pendant les dernières révolutions de Naples, Paris, Anselin et Pochard, 1817, p. 23.

23 Philippe de Ségur, op. cit., p. 535.

24 SHD, 1M 1405. Estimation anonyme de la population du royaume de Naples, qui figure à la suite du mémoire de Philippe de Ségur.

25 Pierre-Charles Griois, Mémoires du général Griois, Paris, Plon-Nourrit, 1909, p. 298.

26 Lire à ce propos l’article de Maurice Sartre, « Vous avez dit Barbare ? », L’Histoire, no 327, janvier 2008, p. 38-40.

27 Voir en particulier l’échec de la tentative du seigneur d’Ajello, en Calabre citérieure, pour mettre en valeur son domaine dans les années 1770-1780. Michèle Benaiteau, « Les dépendances féodales des Di Tocco en Calabre citérieure, 1788-1810 », La Calabria dalle Riforme alla Restaurazione, Atti del VIe Congresso Storico Calabrese, Catanzaro 29 octobre-1er novembre 1977, 2 t., Salerno-Catanzaro, Società Editrice Meridionale, 1981. coll. « Meridionale », 9, p. 18-19.

28 Auguste de Rivarol, op. cit., p. 18.

29 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 125.

30 Ibid., p. 123.

31 SHD, 1M 1405, id.

32 Auguste de Rivarol, op. cit., p. 20.

33 Voir la contribution de Nélia Dias, « Langues inférieures, langues supérieures », Claude Blanckaert (dir.), Des sciences contre l’homme, vol. I : Classer, hiérarchiser, exclure, Paris, Éd. Autrement, 1993, coll. « Autrement. Série Sciences en société » 8, p. 99.

34 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 116, et SHD, 1M1405, Philippe de Ségur, « Mémoires militaire sur le royaume de Naples ».

35 Jean-Clément Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Le Seuil, 2006, p. 33.

36 SHD, 1M 1405, « Mémoire militaire sur Naples » rédigé par Philippe de Ségur.

37 Pierre-Charles Griois, op. cit., p. 302.

38 Pierre-Charles Duthilt, op. cit., p. 255.

39 BNF, Micr. D-59. Article d’Irénée Malte-brun paru dans le Journal de l’Empire le 3 mars 1806, p. 3.

40 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 130.

41 Dimitri Nicolaïdis, op. cit., p. 523.

42 Alphonse Duret de Tavel, op. cit., p. 82.

43 Ibid., p. 153.

44 Alain Ducelier, Les chemins de l’exil. Bouleversements de l’Est européens et migrations vers l’ouest à la fin du Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1991, p. 432-433.

45 Auguste de Rivarol, op. cit., p. 25.

46 BNF, Micr. D-59. Article d’Irénée Malte-brun paru dans le Journal de l’Empire le 2 août 1806.

47 Philippe de Ségur, op. cit., t. II, p. 513.

48 SHD, 1M 1405, « Notice sur le canal de Messine ».

49 SHD, C5 3. Id.

50 ANF, 381 AP 9. Lettre d’un correspondant anonyme au roi Joseph, 16 avril 1806.

51 Albert Du Casse, Mémoires et correspondance politique et militaire du roi Joseph, Paris, Perrotin, 1853-1854, t. II, p. 137.

52 Philippe de Ségur, op. cit., t. II, p. 520.

53 François Lenormant, À travers l’Apulie et la Lucanie, Paris, A. Lévy, 1883.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search