Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Deuxième partie. Les armées occupantes : administration, accommodation, représentations

Amis ou ennemis ? Expériences de guerre et d’occupation au temps de la Révolution française et de Napoléon

Ute Planert
Traduction de Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 Theodor Körner, Leyer und Schwerdt, Berlin, Nicolai, 1814, p. 37-39, 45 et suiv., extraits de « Au (...)
  • 2 Ernst Moritz Arndt, « Vaterlandslied », id., Kriegs-Lieder der Teutschen, Francfort-sur-le-Main, K (...)
  • 3 Theodor Körner, « Aufruf », op. cit. : « Gebt kein Pardon ! Könnt Ihr das Schwert nicht heben, so (...)
  • 4 Jochen Dollwet, Thomas Weichel (éd.), Das Tagebuch des Friedrich Ludwig Burk. Aufzeichnungen eines (...)
  • 5 On appelait « Ackerbürger » (en français « bourgeois-paysans »), depuis le Moyen Âge, les habitant (...)
  • 6 Ibid., p. 174: « Man befürchtet ein trauriges Jahr von wegen dem schröcklichen Kriegswesen allentha (...)

1« Le plus haut, l’ultime salut, c’est par le glaive qu’on l’atteint » (Das höchste Heil, das letzte, liegt im Schwerte.), avertit le poète Theodor Körner, et il exhorte encore et encore ses lecteurs – jeunes, pour la plupart – à la « croisade » (Kreuzzug) et à la « guerre sainte » (heil’gen Krieg) contre « l’engeance de brigands » (Räuberbrut) de ce « tyran » (Tyrannen) français haï, Napoléon1. Ernst Moritz Arndt, autre poète du temps, écrit avoir soif du « sang des bourreaux », du « sang des Français » (Henkerblut, Franzosenblut)2, et Körner renchérit : « N’accordez aucun pardon ! Si vous n’avez pas la force de lever l’épée, étranglez-les sans crainte3 » ! Pendant que de grands écrivains allemands, de Schelling à Schlegel, présentaient, de façon imagée, la « guerre de libération » (Befreiungskrieg) contre « l’ennemi héréditaire » (Erbfeind) français sous les traits d’un combat entre Dieu et le diable, d’autres voix se faisaient entendre, à l’écart de la grande littérature épique. « Des milliers d’hommes restés sur le champ de bataille, et des milliers d’estropiés, et de plus nombreux encore victimes de la pauvreté, de l’adversité, et de la misère, des milliers qui par suite s’en sont allés avant l’heure dans la tombe – décrire toute la misère de la guerre est impossible4 », c’est ce qu’écrit dans son journal, dans la nuit de la Saint-Sylvestre 1813, Johann Friedrich Burk, bourgeois-paysan (Ackerbürger)5 de Wiesbaden. En janvier de la même année déjà, Burk y avait écrit : « On craint une triste année, à cause de l’horrible guerre qui sévit partout. Que les Français puissent être victorieux, ou qu’ils se soumettent, ce sera mauvais pour nous6. »

2Restés à l’écart de tout patriotisme émotionnel, la Bürgerchronik de Hesse-Nassau, ainsi que beaucoup d’autres écrits non publiés, que ce soient des journaux intimes, des chroniques ou d’autres récits descriptifs issus des États allemands confédérés, montrent clairement que la plupart des gens, même en cette année supposée décisive de 1813, se préoccupaient moins de considérations nationales que de la façon de surmonter la guerre et les crises. Durant plus de vingt années, marquées par le passage des troupes de la Révolution française au-delà du Rhin, l’effondrement du Saint Empire Romain Germanique puis l’extension de la souveraineté de Napoléon en Europe, les populations d’Europe centrale de langue allemande subirent la malédiction de la guerre. Bien sûr, la situation des habitants était tellement diverse, selon le contexte politique, qu’une étude différenciée selon les régions s’avère indispensable. Si l’on veut se pencher, au-delà de la littérature épique et des écrits de propagande, omniprésents, sur l’expérience des contemporains face à la guerre, à la conquête et à l’occupation au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, si l’on veut explorer en particulier les rapports entre la population occupée et les occupants, on doit d’abord prendre en compte les différentes conditions initiales. On livrera donc d’abord au lecteur un bref panorama des diverses expériences contemporaines, avant d’entrer, ensuite, dans le détail des comportements au sud du vieil Empire, au sein des États confédérés du Rhin, à savoir le margraviat de Bade, le Wurtemberg et la Bavière.

  • 7 Voir Bernd von Münchow-Pohl, Zwischen Reform und Krieg. Untersuchungen zur Bewußtseinslage in Preu (...)
  • 8 Voir Francois Crouzet, Richard Tilly, « Wars, Blockade, and Economic Change in Europe, 1792-1815 » (...)

3La paix séparée de Bâle de 1795 avait ouvert pour la Prusse et l’Allemagne du Nord, une décennie de paix. Les contemporains gardèrent un souvenir d’autant plus vif de la période qui suivit la défaite de 1806. L’occupation française et la cession de vastes régions précipitèrent le pays dans une crise économique et financière qui éclipsa tout ce qui s’était passé jusque-là. Pour beaucoup de ses fonctionnaires et de ses soldats, l’État, amoindri et appauvri, n’avait plus de raison d’être ; du fait des répercussions du blocus continental, de nobles propriétaires fonciers durent se déclarer en faillite, et la plus grande armée que l’histoire de l’humanité eût jamais compté entraîna après elle, lors de sa marche en Prusse orientale, de très nombreuses calamités. Beaucoup de gens avaient donc des raisons suffisantes pour rendre la politique française responsable de leur misère. Ces conditions particulières, accompagnées d’une loyauté dynastique fortement ancrée, constituaient un arrière-plan social favorable au succès d’une propagande anti-française ciblée, et de l’animosité qui frappa la Grande Armée à son retour du désastre de Russie7. La situation évolua tout aussi gravement à Hambourg et dans les autres villes-ports de l’Allemagne du Nord au temps de Napoléon. Les villes côtières souffrirent du déclin du commerce maritime et du déplacement vers le Rhin de la zone de prospérité. L’annexion militaire, en vue d’imposer le blocus continental, paralysa complètement leur économie, jadis si florissante. C’est pourquoi les proclamations anti-françaises trouvèrent ici un écho favorable ; aux côtés des Alliés combattirent donc des volontaires enrôlés dans la Légion hanséatique (Hanseatischen Legion), créée à cet effet en 18138.

  • 9 Voir Roger Dufraisse, L’Allemagne à l’époque napoléonienne. Questions d’histoire politique, économ (...)
  • 10 Voir Katherine Aaslestad, Place and Politics. Local Identity, Civic Culture, and German Nationalis (...)

4La Saxe, comme la Rhénanie après son agrégation à la France, fut au contraire pendant des années à l’abri des querelles politiques. De plus, dans les deux cas, il s’agissait de régions textiles, dont l’essor était favorisé par l’élimination de la concurrence britannique. L’économie profita en outre, en Rhénanie française, des nouveaux débouchés constitués par l’Empire napoléonien, et put consolider son avance de façon sensible face aux régions de la rive droite du Rhin. L’introduction du Code Napoléon offrit aux habitants des libertés civiles jusque-là inconnues. Parallèlement, la population eut progressivement tendance à juger avec bienveillance le régime napoléonien. La désertion fut même moins fréquente chez les jeunes hommes de Rhénanie appelés sous les drapeaux que chez leurs contemporains français9. Au total, les études récentes sur l’Allemagne du Nord, la Saxe et la Rhénanie soulignent toutes l’imbrication entre les identités locales, régionales et nationales, ainsi que la pérennité de la région comme point de référence par-delà les bouleversements politiques10.

  • 11 Concernant la fin de l’Empire germanique, voir Wolfgang Burgdorf, Ein Weltbild verliert seine Welt (...)

5Au sud et au sud-ouest, avec la chute du vieil Empire germanique disparurent aussi de multiples formes de domination qui avaient marqué auparavant de façon si décisive des territoires situés de l’autre côté du Main : celles des princes de l’Église catholique, des nobles de moindre puissance, des villes impériales libres ou encore des chevaleries d’Empire jouissant de l’immédiateté11. À la place, les États territoriaux les plus grands accédèrent au rang de royaumes et de grands-duchés, qui durent leur existence à leur coopération avec Napoléon et à leur entrée dans la Confédération du Rhin. Un nombre non négligeable d’habitants regrettèrent la perte de l’univers étatique qui leur était familier, mais, après que l’Allemagne du Sud eut été marquée par la guerre durant dix ans du fait du conflit entre l’Autriche et la France, la révolution territoriale de 1803-1806 et l’entrée des princes de la Confédération du Rhin dans l’alliance militaire française apportèrent malgré tout pour quelques années la paix si longtemps désirée.

6La présente contribution s’attachera à présenter la manière dont les habitants du Sud et du Sud-Ouest de l’Allemagne vécurent la période allant de la Révolution française au congrès de Vienne. Les chroniques, les notes personnelles et le contenu des archives régionales et locales montrent clairement que les contemporains percevaient essentiellement leur époque comme celle d’un état de guerre permanent, interrompu seulement par de courtes pauses, et dont ils cherchaient à éviter autant que possible les contraintes. La question de savoir de quel côté venaient les charges, comme celle de savoir qui était l’ennemi et qui était l’ami, jouait en la matière un rôle secondaire. Les sources du temps témoignent bien plus, quant à la guerre, de l’expérience concrète des conditions militaires et politiques locales. Les facteurs sociaux et géographiques, ainsi que le comportement des troupes de part et d’autre, jouaient aussi un rôle décisif. Au contraire, les facteurs idéologiques, et même les changements répétés de souveraineté, avec le revirement des alliances militaires qui en découlaient, ne pesaient guère dans la balance au regard du pragmatisme quotidien.

La situation initiale

  • 12 Dans l’ensemble de la production historique à ce sujet, voir surtout Timothy C. W. Blanning, The F (...)

7C’était le long du Rhin, dans le voisinage immédiat de la France, que l’enthousiasme avait été le plus grand pour la Révolution française. À Mayence, la république fut proclamée, tandis que Strasbourg et Bâle devenaient des centres de clubs jacobins allemands. Dans les villes d’Empire furent créés des comités de citoyens luttant contre la prééminence du patriciat. Les désordres provoqués par les corporations et les soulèvements de compagnons se multiplièrent, et dans la région du Rhin supérieur se succédèrent les révoltes paysannes. Mais cette opposition n’aboutit à rien, car les objectifs poursuivis par les différents groupes et groupuscules étaient trop divers. De plus, le soutien de la France faisait défaut depuis que, à Paris, l’attention était plutôt focalisée sur le conflit avec l’Autriche en Italie du Nord12.

8À la suite de la paix séparée avec la Prusse en 1795, la ligne de démarcation assura la neutralité du Nord de l’Allemagne jusqu’en 1806. Ce furent donc dans un premier temps les régions situées entre les belligérants (la France et l’Autriche), en Allemagne du Sud et de l’Ouest, qui servirent de théâtre à la guerre. Au début des années 1790, les combats eurent lieu avant tout à proximité du Rhin ; mais, dans les années 1796-1797, puis entre 1799 et 1801, en 1805, en 1809 encore et, enfin, de 1813 à 1815, l’Allemagne du Sud fut l’espace de déploiement et de passage des troupes françaises, des troupes impériales ou alliées, comme de celles des États qui leur étaient respectivement liés.

L’armée française et la campagne de 1796

  • 13 Voir le journal d’Ignatz Speckle: Ignatz Speckle, Das Tagebuch von Ignaz Speckle, Abt von St. Pete (...)
  • 14 Georg Pankreatius Rossdörfer, Chronik der Stadt Schweinfurt, 1796-1801, archives municipales de Sc (...)
  • 15 Anonyme, Gebet, welche alle guten Bayern in dieser Zeit der Not und Bedrängnis fleißig beten solle (...)
  • 16 Voir Adolf Schmitthenner, Das Tagebuch meines Urgroßvaters, 1790-1799, Fribourg-en-Brisgau et Bade (...)

9Par l’invasion de 1796, l’armée républicaine française tenta une première fois de prendre pied dans une région de la rive droite du Rhin, après de longues années de combats sur la rive gauche. Des nobles, des ecclésiastiques et d’autres privilégiés de la société d’ordres s’efforcèrent de se sauver et de sauver leurs biens par la fuite devant les défenseurs de l’égalité qui approchaient. Lorsque les troupes françaises pénétrèrent en Forêt Noire et dans la région du lac de Constance, la plupart des dignitaires locaux s’étaient enfuis, le pays s’était vidé de sa population et avait été plus ou moins dépouillé par les troupes13. La vacuité du pouvoir politique favorisa à cette époque un glissement des repères de l’autorité au profit des sujets. « Bien peu nombreux étaient ceux qui acceptaient encore d’obéir ou de payer les impôts », se plaignait le recteur de Schweinfurt, Georg Pankreatius Roßdörfer ; au lieu de cela, les gens souhaitaient ardemment, selon lui, « l’arrivée des nouveaux Francs » (Ankunft der Neufranken) – c’est-à-dire des Français14. À Munich, on priait en faveur de « ceux qui combattaient noblement pour nos droits et nos dignités » (die edlen Kämpfer für unsere Rechte und Würden)15 ; dans les campagnes jouxtant la frontière suisse, tenanciers et manouvriers attendaient de l’arrivée des révolutionnaires « un changement total du monde » (eine gänzliche Umänderung der Welt) et prétendaient que « les pauvres recevraient désormais de grandes fermes, et [que] les riches seraient leurs journaliers » (die Armen bekämen jetzt große Bauernhöfe, die Reichen würden ihre Tagelöhner)16.

  • 17 Voir Timothy C. W Blanning, The French Revolutionary Wars 1787-1802, Londres, Arnold, 1996 ; Jacqu (...)

10Ces espoirs étaient évidemment chimériques. Certes, la République française, grâce à la « levée en masse », première forme de service militaire obligatoire, disposait d’un instrument de guerre d’un nouveau type et d’un réservoir de soldats presque inépuisable, dont le simple nombre était supérieur à celui des traditionnelles armées de métier de ses adversaires et permettait des batailles offensives et décisives. Elle se trouvait cependant incapable d’entretenir avec ses propres forces les armées de masse ainsi déployées. L’approvisionnement de l’armée par le biais de magasins, habituellement employé lors des précédentes guerres, avait été abandonné ; les soldats se nourrissaient sur le pays, avec ce qu’ils en tiraient. Ce système favorisait la rapidité de manœuvre des troupes mais imposait aux habitants des régions concernées des charges jusqu’alors inconnues. Les bataillons de volontaires et les vieux régiments avaient été, après 1793, fondus en une armée nationale. Une grande partie des officiers nobles avaient quitté l’armée et avaient été remplacés par des chefs élus, qui ne réussirent pas toujours à s’imposer face à l’absence de discipline de la troupe. De plus, la guerre défensive de la République française s’était transformée en une guerre de conquête. Après la chute de Robespierre, ce ne fut qu’en poursuivant et en étendant la guerre que les gouvernements successifs purent se maintenir et détourner l’attention des problèmes de politique intérieure. Non seulement les armées eurent à assurer elles-mêmes leur entretien, mais elles durent se faire aussi pourvoyeuses d’argent et de devises au profit de la République en faillite17.

  • 18 Sur la condition des soldats français, voir Jean-Paul Bertaud, La Révolution armée. Les soldats ci (...)

11Les habitants des régions conquises de la rive droite du Rhin n’eurent donc pas en face d’eux de fiers enfants de la Révolution, mais des silhouettes affamées et déguenillées, constamment à la recherche d’argent et d’alcool18. Par les contributions de guerre, et parfois sous la menace de la violence, les chefs militaires cherchaient à assurer à leur armée de larges recettes en argent, dont les sommes considérables étaient réparties entre les villes et les villages. Les habitants devaient procurer aux militaires de quoi satisfaire tous leurs besoins quotidiens : nourriture pour les hommes et fourrage pour les chevaux, bétail sur pied, chaussures, vêtements. Et des soldats maraudeurs cherchaient de leur propre initiative, par la force et le pillage, à se rembourser de leurs frais, quand la discipline militaire, défaillante, ne réussissait pas à empêcher ces excès.

  • 19 Voir Timothy C. W. Blanning, « Die Französischen Revolutionsarmeen in Deutschland: Der Feldzug von (...)
  • 20 Voir Weber, Erfahrungen im Pfarramte; Der Stadt Munderkingen Chronik, angefangen im Monath Juni 18 (...)
  • 21 « Die Gleichheit ist eingetreten, weil alles fast gleich arm wurde. Von der Freiheit sah man nicht (...)

12En somme, en 1796, l’armée française mena plus une campagne de pillage qu’une véritable guerre. L’écart entre les promesses de la Révolution française et le comportement de ses représentants fit plus pour discréditer les efforts révolutionnaires que toutes les œuvres de la propagande contrerévolutionnaire n’auraient jamais pu le faire19. C’est pourquoi, à l’annonce de l’approche de troupes françaises, les populations interrompaient leurs activités quotidiennes. Elles se cachaient dans leurs maisons ou cherchaient leur salut dans la fuite. Les femmes et les enfants se réfugiaient dans les églises et, là où la géographie le permettait, des villages entiers se cachaient avec leurs nippes et leur bétail dans les forêts et les montagnes environnantes20. Le patron de la taverne « Zum Bären », Ferdinant Müller de Welschingen, petit village du Hegau, commenta la situation comme suit, avec ironie : « L’égalité a fait intrusion ; en effet, tout est presque tombé dans une égale pauvreté. De liberté cependant, on n’a point vu de signe21. »

Une autre façon de faire la guerre

  • 22 Voir, entre autres : Ute Planert, Der Mythos vom Befreiungskrieg. Frankreichs Kriege und der deuts (...)

13Les nombreuses plaintes concernant le comportement de l’armée révolutionnaire française en 1796 masquent le fait que les contemporains, à la fin du XVIIIe siècle, furent les témoins d’un changement structurel dans la façon de faire la guerre ; par suite, la population civile fut impliquée dans la guerre d’une manière inconnue jusque-là. Après les dévastations de la guerre de Trente Ans, les stratèges militaires s’étaient efforcés, au XVIIIe siècle, de tenir le théâtre de la guerre éloigné de la population civile. Les armées permanentes de l’absolutisme étaient des armées professionnelles coûteuses, et ces coûts élevés commandaient d’user avec ménagement de ressources de valeur. Comme, souvent, les guerres découlaient de querelles dynastiques et de revendications territoriales, ménager les régions revendiquées était aussi de l’intérêt de l’État agresseur. L’approvisionnement des armées était assuré par des magasins et des voies de ravitaillement fixes, de telle sorte que, dans ce type de guerre méthodique, la bataille perdit de son importance par rapport à la volonté de paralyser les bases de ravitaillement et à la manœuvre contre l’adversaire. Quoique cette conception de la guerre « réglée » ait déjà été battue en brèche dans la pratique pendant la guerre de Sept Ans, du fait de batailles meurtrières, de conditions d’occupation rigoureuses, ou à cause de la « petite guerre », l’idéal de la « Bellone apprivoisée » resta cependant présent jusqu’à la fin du XVIIIe siècle22.

14Les armées issues de la « levée en masse » et celles d’autres pays européens, ces dernières ayant été renforcées en réaction à la formation des premières, modifièrent fondamentalement la façon de faire la guerre. Les opérations militaires bien ordonnées des temps anciens devinrent impossibles avec les recrues non formées des nouvelles armées. Pour pallier ce problème, les stratèges militaires – Napoléon le premier – s’appuyèrent donc, dans les batailles décisives, sur la simple masse des soldats qui, du fait de l’introduction de la conscription et des levées répétées, paraissait inépuisable. Au cours des guerres de la Révolution et de l’Empire, les armées devinrent plus nombreuses que jamais, et la force de destruction des batailles livrées dans de telles conditions, de même que les problèmes sanitaires et logistiques inhérents à l’apparition d’armées de masse, causèrent à la population civile bien plus de souffrances collatérales que les guerres des décennies antérieures.

L’approvisionnement de l’armée

  • 23 Voir Henri de Nanteuil, « Logistische Probleme der napoleonischen Kriegsführung », Wolfgang von Gr (...)
  • 24 Voir Ute Planert, op. cit., p. 160 et suiv., et p. 246.

15Pour entretenir une armée de 250 000 hommes et 100 000 chevaux, il fallait quotidiennement 2 000 quintaux de pain, 250 bœufs, 5 000 quintaux d’avoine, la même quantité de foin, 4 000 quintaux de paille et 25 000 quintaux de fourrage vert23. En conséquence, au début des années 1790, les troupes autrichiennes avaient mis en place de grands magasins, qui étaient approvisionnés par les paysans contre paiement, même si c’était au-dessous du niveau moyen des prix. Mais au cours de la guerre ce système s’effondra à plusieurs reprises. La monnaie métallique se fit rare, et l’État autrichien était de moins en moins solvable. La faillite de l’État fut déclarée en 1811. Dès les années précédentes, le papier-monnaie avec lequel les troupes payaient leur approvisionnement avait pratiquement perdu toute valeur. Déjà, depuis 1795, l’armée autrichienne délivrait de ce fait des billets et des reconnaissances de dettes qui pouvaient être compensés lors du paiement des impositions de guerre. Comme le montrent les fréquentes plaintes des habitants, les règlements effectifs restaient cependant aléatoires. Il arrivait que des reçus restent impayés, ou qu’ils ne soient même pas délivrés, ou encore que des denrées alimentaires soient extorquées par la violence. Maintes communes durent ainsi contracter des dettes importantes pour pouvoir seulement fournir les livraisons exigées pour les magasins. Quand le ravitaillement des magasins était insuffisant, l’armée autrichienne opérait des réquisitions sur place. Parfois, des villages entiers furent tenus de faire la cuisine pour plusieurs centaines de soldats qui y étaient cantonnés24.

  • 25 Voir Jean-Paul Bertaud, William Serman, La nouvelle histoire militaire de la France 1789-1919, Par (...)

16Du côté français, à la fin des années 1790, les campagnes militaires désordonnées de l’arrière-saison, propices aux déprédations, évoluèrent vers une soumission systématique de la population civile à l’entretien des troupes. Grâce au logement des soldats chez les habitants des villes et des campagnes, ou à leur cantonnement dans des bâtiments publics, les troupes napoléoniennes purent renoncer aux équipages encombrants de l’époque précédente ; en conséquence, elles acquirent, par leur vitesse et leur mobilité, des avantages militaires décisifs pour plusieurs années. Napoléon intégra les services de santé et le train de munitions dans l’organisation militaire, en ayant recours au système des étapes, déjà pratiqué en France sous l’Ancien Régime. Les habitants des environs pourvoyaient à l’étape25.

  • 26 Voir Gerdi Kempfler (éd.), Tagebuchaufzeichnungen eines Landpfarrers 1804/34, Passau, s. n., 1982, (...)

17La réglementation croissante des circuits de l’approvisionnement, non seulement prévint les pillages incontrôlés, mais permit aussi aux habitants de mieux évaluer les charges, donc de mieux les supporter. C’est pourquoi, dès la fin du XVIIIe siècle, les plaintes à l’encontre de l’armée française diminuèrent. Certes, les paiements continuèrent d’être faits au moyen de reçus de marchandises dont le remboursement restait aléatoire. On ne doit pas s’étonner que les habitants, même au temps de la Confédération du Rhin, se soient plaints des « Alliés onéreux » (theure [n] Alliierte [n]). Mais, aussi fortes qu’aient pu être les plaintes, on trouve toujours dans les témoignages du temps, même dans les plus moroses, l’indication que désormais, au moins, on était préservé des actes de violence26.

Ami et ennemi

  • 27 Voir Jean-Paul Bertaud, William Serman, op. cit. ; Gunther Rothenberg, op. cit. ; Johann Gottfried(...)

18Comme pour l’approvisionnement des troupes – coûteux dans tous les cas pour les populations –, les « amis » et les « ennemis » ne se différenciaient pas fondamentalement dans leur comportement à l’égard de la population civile. Deux éléments avaient une influence déterminante sur le comportement des soldats : la discipline et la situation de l’approvisionnement des troupes qui traversaient le pays. Du côté français, l’introduction du système des étapes améliora nettement les rapports entre les soldats et la population civile. Les contemporains eux-mêmes perçurent la grande différence entre les troupes révolutionnaires de 1796 et l’armée commandée par Napoléon. La réintroduction de la hiérarchie militaire et des sanctions disciplinaires, une tendance à la professionnalisation de l’armée, de même que l’insistance sur le principe des contributions, avaient apporté un changement significatif dans l’armée napoléonienne, qui se traduisit aussi par un meilleur traitement de la population civile. Les écarts de conduite et les menaces de violences militaires se firent plus rares ; on les vit cependant encore, quand l’approvisionnement se ralentissait, lors de marches forcées27.

  • 28 Voir Die chronikalischen Aufzeichnungen des Korker Gerichtsschultheißen Johann Georg Zuflucht, Gen (...)
  • 29 Voir Seylersche Chronik von Memmingen, Archives municipales de Memmingen, 2°, 2, 23, t. 3, p. 352 (...)
  • 30 Voir Max Zengerle (éd.), Johann Baptist Pflug, Aus der Räuber-und Franzosenzeit Schwabens. Die Eri (...)

19Du côté autrichien, il n’y eut presque pas de plaintes à l’encontre de l’armée principale, disciplinée. Les habitants des régions en guerre déplorèrent d’autant plus fortement, par comparaison, la brutalité des alliés des Autrichiens, qui n’avait que peu à envier à celle de l’armée révolutionnaire française, surtout en 1796. Les difficultés dans l’approvisionnement des troupes et le manque de discipline se traduisirent en effet également, chez les différents alliés, par des excès au détriment de la population. Ainsi, on vit les soldats du cercle de Souabe allié, troupe peu habituée à la guerre, harceler la région, « comme s’ils avaient fait la guerre aux habitants » (als wenn sie Krieg mit den Bürgern gehabt hätten), note, en 1796, le maire de Kork, ville proche de la frontière française ; il ajoute que l’on se défiait de ses propres soldats « presque plus que des Français » (fast mehr als vor den Franzosen)28. À Memmingen, ville d’Empire, la nouvelle de l’approche supposée de l’armée contre-révolutionnaire du duc de Condé, Français allié des Autrichiens, provoqua même une véritable alerte : la ville fut mise en état de défense, la milice bourgeoise et les tireurs d’élite se rassemblèrent sur la place du village, le conseil de ville se réunit, on plaça des postes alentour, et l’arrière-ban (Landsturm) fut appelé en renfort. En Allemagne du Sud, du fait de leurs manières arrogantes, les émigrés n’étaient de toute façon pas bien vus ; au reste, leur armée agissait plus comme un corps franc que comme l’élément d’une armée véritable29. De même, dès que des hussards de la frontière militaire autrichienne des Balkans étaient en marche, les habitants cachaient leurs objets de valeur et ramenaient leurs enfants de l’école à la maison. Ceux que l’on appelait « les manteaux rouges » (Rotmäntler) opéraient selon les règles de la « petite guerre » et étaient de ce fait habitués à pourvoir eux-mêmes à leur entretien30. On craignait aussi l’armée russe, non seulement en raison de problèmes d’approvisionnement récurrents, mais parce que les soldats ne se comportaient pas mieux à l’égard de la population civile que les officiers russes à l’égard de leurs propres soldats, et que les coups de bâton étaient de ce fait monnaie courante.

  • 31 Ibid., p. 50 : « [dass sie die Kranken] absetzten und hilflos auf der Straße liegen ließen ».

20Si l’on se représente encore que ce fut grâce au renfort des chevaux des paysans qu’une masse armée jusque-là inconnue, amie ou ennemie, réussit à couvrir d’énormes distances, on prendra aisément la mesure de la charge imposée par la guerre à la population civile. Les paysans cachaient donc souvent leurs bestiaux, ou bien tentaient de se soustraire d’une autre manière à l’obligation qui leur était faite de contribuer aux charges de transport. Lorsque des paysans des environs du lac de Constance furent contraints de transporter des blessés russes – donc, des alliés – à l’hôpital militaire de Weingarten, le peintre Johann Baptist Pflug rapporte qu’en chemin, ils déposèrent les blessés à terre et les abandonnèrent sur la route31. En effet les paysans, en cas de pénurie de chevaux, devaient atteler leurs vaches laitières aux voitures ; sous la charge inhabituelle, ces animaux s’écroulaient et crevaient misérablement, et aucun dédommagement ne venait réparer ces pertes.

  • 32 Die chronikalischen Aufzeichnungen des Korker Gerichtsschultheißen Johann Georg Zuflucht, Generall (...)

21Les habitants d’Allemagne du Sud furent accablés jusqu’à l’extrême limite de ce qu’ils pouvaient supporter par le passage et le logement des troupes, les livraisons pour les magasins des armées et l’obligation d’apporter leur concours aux divers transports. Pour toutes ces charges, il était secondaire pour eux de savoir de quel côté venaient les exigences. Les soldats français et habsbourgeois, les contingents de l’Empire, les troupes de secours russes et l’armée contre-révolutionnaire de Condé, tous voulaient manger, boire, se déplacer et être logés. « Il faut sans cesse fournir, et on n’a rien », se plaignait Johann Georg Zuflucht, maire de Kork ; « alors cela m’est égal, il me faut être tourmenté, quelles que soient les troupes32 ».

La géographie des épidémies

22Si les exigences des amis ou des ennemis s’abattaient sans distinction sur les habitants des régions en guerre, ces dernières ne furent pas toutes touchées de la même façon. Les villes et villages situés le long des grandes routes militaires ou des lieux de passage fréquent des troupes furent les plus frappés. Leurs habitants ne furent bientôt presque plus en mesure de fournir le nombre d’animaux de trait et la quantité de nourriture requis pour les troupes de passage. La mise à contribution des villages situés à proximité des troupes ne suffisait pas toujours. Ce fut seulement la mise en place des étapes qui permit de mieux gérer la pénurie chronique. De plus, les lieux constamment occupés par des soldats de toutes provenances étaient particulièrement exposés aux épidémies. L’habitude de faire suivre les armées par du bétail de boucherie sur pied, comme réserve de viande vivante, favorisait la propagation d’épizooties ; en effet, les animaux étaient parqués en chemin dans les étables des paysans des lieux traversés, et menés au pâturage sur place. On craignait surtout la peste bovine, une maladie virale incurable qui décimait 90 % des bêtes infectées. L’épidémie se manifesta de façon croissante durant les années de guerre ; en 1796-1797, de 1799 à 1801, comme de 1805 à 1807 puis encore en 1814-1815, elle se propagea dans les villes et les villages, le long des routes empruntées par les armées. Une fois introduite quelque part, la peste bovine ne faiblissait que lorsque presque tout le cheptel de la commune concernée en avait été victime. En conséquence ce n’étaient pas seulement le lait et la viande qui manquaient, mais aussi la fumure pour les champs. Et les paysans pouvaient s’en trouver ruinés, dans la mesure où ils ne recevaient aucune indemnisation.

  • 33 Voir Ute Planert, op. cit., p. 281-287.
  • 34 Reproductions disponibles dans Leander Petzoldt, Schenkenberg – eine Wallfahrt im Hegau, Singen, V (...)

23Les autorités sanitaires étaient conscientes que les bêtes de boucherie destinées à l’armée représentaient une source d’infection importante. C’est pourquoi l’administration militaire bavaroise fut chargée de veiller à ce que les marchands de bestiaux n’introduisissent dans l’armée que des bêtes originaires de régions exemptes d’épidémies. De telles mesures ne purent naturellement presque jamais s’imposer, et les autorités vétérinaires savaient qu’un certain nombre de marchands s’empressaient encore de vendre rapidement à l’armée des animaux malades avant que les symptômes fussent trop visibles. Les lieux de garnison et d’étape, comme la petite ville de Villingen, à proximité de la Forêt Noire, perdirent ainsi presque tout leur cheptel durant les années de guerre33. Il est donc logique que le thème le plus fréquemment observé sur les plaques votives, pour la période des guerres de la Révolution et de l’Empire napoléonien, soit celui des « vœux pour le bétail » (Viehverlöbnisse) – vœux liés à une demande de protection contre les épidémies34.

  • 35 Voir Ute Planert, op. cit., p. 290-296.

24Il ne faisait pas bon vivre non plus aux environs des casernes, des anciens monastères et des maisons nobles réquisitionnées. Des hôpitaux militaires y avaient souvent été installés, dont l’état sanitaire défiait toute description. La dysenterie et le typhus étaient monnaie courante parmi les pensionnaires de ces hôpitaux. Certes, le chirurgien en chef de Napoléon, Larrey, se préoccupa de l’hygiène et de la lutte contre les épidémies ; dans les régions allemandes également, des médecins militaires, grâce aux Lumières et à la diffusion des connaissances en matière d’hygiène, tentèrent d’enrayer la « peste de la guerre ». Toutefois, on ne trouve dans les traités d’hygiène presque rien contre la corruption, la léthargie et l’incurie fréquemment présentes dans les hôpitaux militaires. Si bien que les choses restaient dans un état si catastrophique que les ecclésiastiques eux-mêmes refusaient d’aller visiter les hôpitaux militaires, par peur de mettre en jeu leur propre vie35.

  • 36 Ibid., p. 300 et suiv.

25Médecins et soignants étaient si souvent victimes de leur métier dans les hôpitaux militaires, que les autorités du Wurtemberg, par exemple, durent offrir des primes élevées pour trouver encore des médecins disposés à y servir. Les artisans, gendarmes ou journaliers des villages alentour furent embauchés sous la contrainte en tant que personnel soignant. Souvent, les membres de ce personnel contractaient le typhus et transmettaient la maladie parmi la population. Les livreurs de denrées alimentaires, les tailleurs et les lavandières propageaient aussi la maladie et payaient souvent leur activité de leur vie36.

  • 37 « Dem Durchzug der gefangenen und meistens erkrankten Franzosen. » Voir le rapport du médecin de D (...)
  • 38 Ibid., « nur solche Leute erkrankt, die dero Quartier ertragen oder sie gedient [sic] haben ».
  • 39 Lettre à Friedrich August Köhler, Stuttgart, 10 mai 1801, Württembergische Landesbibliothek, Cod. (...)
  • 40 Voir Wilhelm Stricker, « Historische Studien über Heereskrankheiten und Militärkrankenpflege, 1743 (...)
  • 41 Chiffres cités d’après Baden und Württemberg im Zeitalter Napoleons, t. 1,1, Stuttgart, Cantz, 198 (...)

26Les maladies endémiques se répandaient partout où les gens étaient entassés dans un espace étroit. Cela ne concernait pas seulement les hôpitaux militaires, mais aussi les transports de malades et de prisonniers, ainsi que leur cantonnement. Ainsi, dès l’hiver 1793-1794, une épidémie de dysenterie se répandit dans les localités situées au bord du Danube, après que l’armée autrichienne eut placé plusieurs milliers de prisonniers français dans les villages des environs de Deggendorf. Selon le médecin de la ville de Deggendorf, le lien avec « le passage des prisonniers français, la plupart du temps malades37 », était évident, car « seuls tombaient malades ceux qui les avaient logés ou qui les avaient servis38 ». Ni les administrations, ni les habitants n’ignoraient la relation entre le cantonnement et le déclenchement d’épidémies. Il était de notoriété publique que les maladies introduites « se terminaient souvent tragiquement » (schon oft in Tragödien endigten) pour les populations des lieux où des troupes étaient cantonnées39. Toutes les prescriptions sur le comportement à adopter en vue de prévenir les épidémies ne purent cependant empêcher que, dans les régions affectées par le passage fréquent des troupes, les décès se multiplient. Sur la portion de territoire, particulièrement disputée, située entre le lac de Constance et la Forêt Noire, le typhus fut, durant les années de guerre de la période révolutionnaire, la cause de mortalité la plus fréquente chez les adultes. La situation fut particulièrement dramatique en 1813 et 1814, quand les soldats survivants, mais en majorité malades, rentrèrent de la campagne de Russie. Le typhus se répandit le long des étapes et des routes militaires. D’après des évaluations postérieures, il y eut, pour la seule Bavière, 40 000 morts au sein de la population civile40. En de nombreux endroits, les cimetières ne suffirent plus. Entre novembre 1813 et août 1814, ce furent près de 650 000 soldats qui furent cantonnés dans la seule ville de Fribourg-en-Brisgau, ville étape de 9 000 habitants située sur une route militaire importante ; il fallut creuser pour ces soldats 17 000 tombes41. Le curé de la ville de Villingen, Adrian Johann Baptist Wittum, écrivit dans son journal :

  • 42 Voir les annotations en latin de Wittum, aux Archives municipales de Villingen-Schwenningen, Besta (...)

« Suite à la victoire de Leipzig, les peuples d’Allemagne furent certes libérés du joug français, mais les vainqueurs, aussi bien les Autrichiens que les Russes et les Prussiens, avec lesquels Bavarois, Wurtembergeois et Badois s’étaient alliés, inondèrent les régions allemandes situées le long du Rhin. Du fait du temps constamment pluvieux, orageux et malsain, de très nombreux soldats contractèrent une violente, maligne et dangereuse fièvre nerveuse, de telle sorte que l’on compta plus de 2600 soldats malades et indisposés dans les différents hôpitaux militaires locaux. Mais, comme les bâtiments publics ne pouvaient accueillir autant de monde, quatre auberges furent également remplies de soldats. C’est pourquoi la maladie, contagieuse, envahit aussi les maisons des habitants et tua un très grand nombre de personnes42. »

Guerre et changement de souveraineté

  • 43 Voir Ute Planert, op. cit.

27Les notes du curé de Villingen montrent clairement à quel point le changement de coalition eut un effet ambivalent du côté des Alliés. Les habitants du sud et du sud-ouest de l’Allemagne avaient une longue expérience des changements de souveraineté ; après la chute de l’ancien Empire, leurs souverains avaient adhéré à la Confédération du Rhin, et étaient ainsi devenus les alliés de l’empereur français. Après presque dix ans de guerre, cette alliance offrit aux populations d’Allemagne du Sud quelques années paisibles, car les guerres se déroulaient alors en dehors de leur patrie. Naturellement, l’entrée dans la Confédération du Rhin obligeait aussi à des levées militaires au profit du nouveau souverain. En conséquence, les princes de la Confédération du Rhin imposèrent à leurs sujets la très impopulaire conscription, à laquelle beaucoup de jeunes hommes cherchèrent à se soustraire par tous les moyens. D’autres facteurs contribuèrent à refroidir à vue d’œil l’enthousiasme initial à l’égard de Napoléon : la récession économique du fait des impôts élevés, la partialité du système douanier français et les conséquences du blocus continental. Au plus tard après la meurtrière campagne de Russie, les populations aspirèrent à un changement qui pût mettre un terme aux guerres continuelles43.

28Mais les nombreuses personnes qui, dans l’espoir de la paix, avaient ardemment désiré la fin de la domination napoléonienne, furent bien déçues après le changement d’alliances. Même les partisans de la nouvelle coalition contre Napoléon durent constater que les impôts, après 1813, augmentèrent à nouveau tandis que le pouvoir d’achat des habitants diminuait toujours plus. En outre, les États allemands étaient devenus, depuis la fin de l’automne 1813, la principale région de déploiement des troupes alliées dans leur marche vers Paris. À nouveau, des troupes de tous les États souverains entendaient être hébergées et nourries. En moyenne, durant les guerres contre Napoléon, un habitant de Bade sur quatre, en comptant les enfants et les vieillards, eut un soldat à entretenir. « Personne n’était plus maître en sa propre maison », soulignait en 1815 le bailli du petit village d’Erlach, au sud du pays de Bade, pour résumer l’essentiel des rapports entre les uns et les autres en 1815.

  • 44 Voir Gustav Siegel, « Truppenbewegungen auf der Leipziger Heerstraße im Amt Lichtenau 1811-1815 »,(...)
  • 45 Voir Ortschronik Unlingen, archives municipales d’Unlingen, vol. 195, Signatur B 19a, p. 51.
  • 46 Voir Pfarrchronik des Sigismund Heinrich von Schwandorf. Cité d’après « Aus der Geschichte Schwand (...)

29Des notes émanant de la ville étape de Lichtenau, en Westphalie, montrent que, durant ces campagnes, il y eut au moins autant de chevaux et d’hommes à entretenir que durant les années antérieures, lorsque la région se battait aux côtés de l’Empereur des Français44. Dans le même sens, l’administrateur communal du petit village souabe d’Unlingen juge considérables les coûts engendrés, lors des seules « guerres de libération » (Befreiungskriegen), par le passage des « peuples combattants » (Kriegsvölker)45. Le vocable de « Kriegsvölker » utilisé par les contemporains est à prendre au sens littéral, puisque « les nations de l’Asie occidentale, les Carpates, le Kirghize, les Basques, les Kalmouks, les Bulgares […], s’étaient alliés aux Tartares, aux Finnois, aux Slovaques, ainsi qu’aux Hongrois, aux Autrichiens, aux Bohémiens, aux Prussiens et à tous les Allemands, aux Hollandais, aux Suédois, aux Danois, aux Anglais, aux Espagnols et aux Portugais » contre la France46. Seuls pouvaient voir, dans les campagnes contre Napoléon, une guerre nationale des Allemands, ceux qui ignoraient le caractère international de l’effort de guerre des alliés – comme ce fut le cas de beaucoup d’historiens de tendance nationaliste du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

  • 47 Voir Pfarrchronik des Sigismund Heinrich von Schwandorf. Cité d’après « Aus der Geschichte Schwand (...)
  • 48 Voir August Schmitt, Chronik der Stadt Kitzingen, Kitzingen, s. n., 1873, p. 182. Voir aussi, par (...)
  • 49 Voir F. Schantz, « Aus der Russenzeit in Hessenland », Hessenland : Zeitschrift für hessische Gesc (...)
  • 50 Voir le journal du cordonnier Johannes Jauch, à la date du 1er mai 1814. Cité d’après Otto Benzing (...)
  • 51 Journal du cordonnier Johannes Jauch, à la date du 1er mai 1814. Cité d’après Otto Benzing, op. ci (...)
  • 52 Voir Johann Wilhelm von Archenholz, Geschichte des siebenjährigen Krieges in Deutschland von 1756 (...)

30À l’occasion de la marche des armées alliées vers la France, toutes les anciennes plaintes émergèrent à nouveau, qui concernaient l’obligation de fournir des bêtes d’attelage de renfort pendant des semaines dans des régions éloignées, la perte d’animaux de trait et de voitures, le trop grand nombre de soldats cantonnés en un même lieu, les prix exorbitants des denrées alimentaires, les actes de violence des militaires. Comme déjà au temps de la Confédération du Rhin, villes et villages furent pressurés par les livraisons aux armées jusqu’à la limite de leurs capacités de production. Dans l’hiver 1813-1814, on manqua partout, non pas seulement de foin et de paille pour le bétail, mais aussi, dans les régions mises à mal par le passage des armées, de farine et de pain pour les habitants47. Si l’on en croit les témoignages du temps, c’étaient surtout les troupes russes qui persécutaient les habitants des villes et villages. Pour la majorité des habitants des États de l’ancienne Confédération du Rhin, les troupes russes étaient « de terribles goinfres et des picoleurs de brandevin » (fürchterliche Fresser und Branntweinsüffer), qui « volaient tout ce qu’il y avait à voler » (stahlen, was zu stehlen war)48. Dans la bourgade westphalienne de Lichtenau, on maudissait contre les Russes, qui étaient, disait-on, pires que ne l’avaient été les Français auparavant49. Les écarts culturels, les difficultés de compréhension mutuelle, les malentendus, les interprétations différentes des devoirs des logeurs et des soldats hébergés, mais aussi, simplement, la déficience de l’approvisionnement des troupes russes de la part de leurs chefs militaires, tout cela se traduisit par de violentes querelles, lors desquelles les habitants des villes concernées, comme à Schwenningen au début de 1814 ou à Rötz, dans le Haut Palatinat, en 1815, alarmèrent les paysans des environs en faisant sonner le tocsin puis se jetèrent sur les troupes cantonnées avec des fourches à fumier (Furken und Mist Gabeln)50. Bientôt, les conditions d’occupation de l’armée russe parurent aux habitants des États de l’ancienne Confédération du Rhin tout aussi terribles que celles du temps de la souveraineté napoléonienne sur la région. C’est pourquoi le cordonnier de Schwenningen, Johannes Jauch, exhorte ainsi ses descendants dans son journal personnel : « O, vous, chers enfants, ne laissez plus de Russes ni de Cosaques dans votre pays, car c’est le plus mauvais peuple qui existe51. » Il est bien possible que, à côté d’expériences réelles, toutes ces imprécations fussent aussi alimentées par des préjugés séculaires, et par l’image de la Russie et de ses habitants véhiculée dans la Geschichte des Siebenjährigen Krieges [Histoire de la guerre de Sept Ans] de Johann Wilhelm von Archenholz, qui eut à l’époque beaucoup de succès. Le livre parut sous forme de calendrier et connut de nombreuses rééditions, si bien qu’à la fin du XVIIIe siècle, il était le livre le plus vendu en Allemagne après la Bible52.

  • 53 Voir la Chronica Parochia Hosskirch, oder Verzeichnis besonderer Ereignisse, die sich entweder in (...)

31Sous l’effet des vexations continuelles, les espoirs que l’on avait placés dans la fin de la souveraineté de Napoléon s’envolèrent aussi vite que le souvenir du changement d’alliance politique. Aux yeux de maints habitants, les événements politiques étaient passés à tel point au second plan que, à l’instar de Johannes Baratti, curé de Hosskirch, dans l’Allgäu, ils ne prennent pas la peine d’évoquer dans leurs chroniques pour la postérité le changement d’alliance de 1813, mais relatent seulement les souffrances qui accompagnèrent les nouveaux cantonnements des années 1814 et 1815. Aux yeux d’autres contemporains, seule la conclusion de la paix de 1814 paraît digne d’être rapportée53. De là, on peut conclure que la période allant de la Révolution française au congrès de Vienne apparut aux contemporains moins comme un temps héroïque de révolution et de libération nationale que comme une longue suite de charges, quel que fût le côté d’où elles venaient.

Notes

1 Theodor Körner, Leyer und Schwerdt, Berlin, Nicolai, 1814, p. 37-39, 45 et suiv., extraits de « Aufruf » et de « Lied der schwarzen Jäger ».

2 Ernst Moritz Arndt, « Vaterlandslied », id., Kriegs-Lieder der Teutschen, Francfort-sur-le-Main, Körner, 1814, p. 45.

3 Theodor Körner, « Aufruf », op. cit. : « Gebt kein Pardon ! Könnt Ihr das Schwert nicht heben, so würgt sie ohne Scheu! »

4 Jochen Dollwet, Thomas Weichel (éd.), Das Tagebuch des Friedrich Ludwig Burk. Aufzeichnungen eines Wiesbadener Bürgers und Bauern 1806-1866, 3e éd., Wiesbaden, archives municipales de Wiesbaden, 1994 (1re édition: 1993), p. 76 et suiv. : « Tausende auf dem Schlachtfeld, Tausende zu Krüppeln, aber noch mehr in Armut, Unglück und Elend, Tausende dadurch vor der Zeit in das Grab – es läßt sich all das Elend des Krieges nicht beschreiben. »

5 On appelait « Ackerbürger » (en français « bourgeois-paysans »), depuis le Moyen Âge, les habitants d’une ville possédant le droit de bourgeoisie et dont l’activité principale était cependant l’agriculture.

6 Ibid., p. 174: « Man befürchtet ein trauriges Jahr von wegen dem schröcklichen Kriegswesen allenthalben. Die Franzosen, sie mögen siegen oder unterliegen, so wird es böse für uns. »

7 Voir Bernd von Münchow-Pohl, Zwischen Reform und Krieg. Untersuchungen zur Bewußtseinslage in Preußen 1809-1812, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, 1987, p. 49-62 ; et, aussi, l’ouvrage fondamental de Rudolf Ibbeken, Preußen 1807-1813. Staat und Volk als Idee und Wirklichkeit, Cologne, Grote, 1970 ; voir encore : Karen Hagemann, « Mannlicher Muth und teutsche Ehre » Nation, Militär und Geschlecht zur Zeit der Antinapoleonischen Kriege Preußens, Paderborn, Schöningh, 2002.

8 Voir Francois Crouzet, Richard Tilly, « Wars, Blockade, and Economic Change in Europe, 1792-1815 », Journal of Economic History, 24, 1964, p. 567-588; Katherine Aaslestad, « Revisiting the Continental System: Exploitation to Self-Destruction in the Napoleonic Empire », Philip Dwyer, Alan Forrest (éd.), Napoleon and His Empire, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, p. 114-132.

9 Voir Roger Dufraisse, L’Allemagne à l’époque napoléonienne. Questions d’histoire politique, économique et sociale, Bonn, Bouvier, 1992 ; Josef Smets, Les Pays Rhénans (1794-1814). Le comportement des Rhénans face à l’occupation française, Berne, Peter Lang, 1997; Michael Rowe, From Reich to State. The Rhineland in the Revolutionary Age, 1780-1830, Cambridge, Cambridge University Press, 2003; pour la Saxe, voir Robert Beachy, The Soul of Commerce. Credit, Property, and Politics in Leipzig, 1750-1840, Leyde, Brill, 2005.

10 Voir Katherine Aaslestad, Place and Politics. Local Identity, Civic Culture, and German Nationalism in North Germany During the Revolutionary Era, Leyde, Brill, 2005 ; id., « Remembering and Forgetting. The Local and the Nation in Hamburg’s Commemorations of the Wars of Liberation », Central European History, 38, 2005, p. 384-416 ; Michael Rowe, « Divided Loyalities. Sovereignty, Politics, and Public Service in the Rhineland under French Occupation, 1792-1801 », European Review of History, 5, 1998, p. 151-168 ; id., « Between Empire and Home Town. Napoleonic Rule on the Rhine, 1799-1814 », The Historical Journal, 42, 1999, p. 643-674; id., op. cit., 2003 ; Dieter K. Buse, « Finding the Nation in Bremen. The Lower Class and Women after Napoleonic Occupation », Canadian Journal of History, 40, 2005, p. 1-23; Robert Beachy, op. cit. L’importance de la diversité des conditions locales était déjà soulignée par Helmut Berding, « Das geschichtliche Problem der Freiheitskriege 1813-1814 », Karl Otmar von Aretin, Gerhard A. Ritter (éd.), Historismus und moderne Geschichtswissenschaft. Europa zwischen Revolution und Restauration 1797-1815. Drittes deutsch-sowjetisches Historikertreffen in der Bundesrepublik Deutschland, München, 13-18 mars 1978, Stuttgart, Steiner, 1987, p. 201-215.

11 Concernant la fin de l’Empire germanique, voir Wolfgang Burgdorf, Ein Weltbild verliert seine Welt. Der Untergang des Alten Reiches und die Generation 1806, Munich, Oldenbourg, 2006; id., « Der “sang-und klanglose” Untergang des Alten Reiches im August 1806 », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 57, 2006, p. 564-573; Wolfram Siemann, « “Der deutsche Bund ist nur die Continuität des Reichs…” Über das Weiterleben des Alten Reiches nach seiner Totsagung im Jahre 1806 », ibid., p. 485-593. Sur l’Empire en général, voir Heinz Schilling, Werner Heun, Jutta Götzmann (éd.), Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation 962-1806, t. 2 : Essays, Dresde, Sandstein, 2006; Karl Otmar von Aretin, Das Alte Reich 1648-1806, t. 3, Stuttgart, Klett-Cotta, 1997. Sur la sécularisation et la fin de l’immédiateté d’Empire en Allemagne du sud, voir surtout : Peter Schmid, Klemens Unger (éd.), 1803 – Wende in Europas Mitte. Vom feudalen zum bürgerlichen Zeitalter, Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2003 ; Hans Ulrich Rudolf (éd.), Alte Klöster – neue Herren. Die Säkularisation im deutschen Südwesten 1803, 2 t., Ostfildern, Thorbecke, 2003 ; Klaus-Peter Schroeder, Das alte Reich und seine Städte. Untergang und Neubeginn. Die Mediatisierung der oberdeutschen Reichsstädte im Gefolge des Reichsdeputationshauptschlusses 1802/03, Munich, Beck, 1991; Daniel Hohrath, Gebhard Weig, Michael Wettengel (éd.), Das Ende reichsstädtischer Freiheit 1802. Zum Übergang schwäbischer Reichsstädte vom Kaiser zum Landesherrn, Stuttgart, Kohlhammer, 2002; Peter Blickle, Andreas Schmauder (éd.), Die Mediatisierung der oberschwäbischen Reichsstädte in europäischem Kontext, Epfendorf, Bibliotheka Academica, 2003.

12 Dans l’ensemble de la production historique à ce sujet, voir surtout Timothy C. W. Blanning, The French Revolution in Germany. Occupation and Resistance in the Rhineland, 1792-1802, Oxford, Oxford University Press, 1983 ; Hellmut G. Haasis, Gebt der Freiheit Flügel. Die Zeit der deutschen Jakobiner 1789-1805, 2 t., Reinbek, Rowohlt, 1988 ; Arno Herzig (éd.), « Sie, und nicht wir. » Die Französische Revolution und ihre Wirkung auf Norddeutschland und das Reich, 2 t., Hamburg, Dölling & Galitz, 1989 ; Helmut Reinalter, Freiheit-Gleichheit-Brüderlichkeit. 200 Jahre Französische Revolution in Deutschland. Reform, Umbruch und Modernisierung in Aufklärung und Französischer Revolution, Düsseldorf, Schwann, 1989 ; Volker Rödel (éd.), Die Französische Revolution und die Oberrheinlande (1789-1798), Sigmaringen, Thorbecke, 1991; Heinrich Scheel, Süddeutsche Jakobiner. Klassenkämpfe und republikanische Bestrebungen im deutschen Süden Ende des 18. Jahrhunderts, Berlin, Akademie-Verlag, 1962 ; Uwe Schmidt, Südwestdeutschland im Zeichen der Französischen Revolution. Bürgeropposition in Ulm, Reutlingen und Esslingen, Stuttgart, Kohlhammer, 1993 ; Helmut Berding (éd.), Soziale Unruhen in Deutschland während der Französischen Revolution, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, 1988; Meinrad Schaab (éd.), Oberrheinische Aspekte des Zeitalters der Französischen Revolution, Stuttgart, Kohlhammer, 1990 ; Jürgen Voss (éd.), Deutschland und die Französische Revolution, Munich, Thorbecke, 1983.

13 Voir le journal d’Ignatz Speckle: Ignatz Speckle, Das Tagebuch von Ignaz Speckle, Abt von St. Peter im Schwarzwald, Ursmar Engelmann (éd.). Stuttgart, Kohlhammer, 1965-1968, t. 1, p. 47 (3 juillet 1796): « die meisten Herrschaften […] entflohen, das Land […] verlassen, und von Truppen ziemlich entblößt ».

14 Georg Pankreatius Rossdörfer, Chronik der Stadt Schweinfurt, 1796-1801, archives municipales de Schweinfurt, Ha 121, p. 5 et suiv. : « Wenige wollten mehr gehorchen oder Abgaben leisten. »

15 Anonyme, Gebet, welche alle guten Bayern in dieser Zeit der Not und Bedrängnis fleißig beten sollen, Munich, s. n. Cité d’après Heinrich Scheel (éd.), Jakobinische Flugschriften aus dem deutschen Süden Ende des 18. Jahrhunderts, Berlin, Akademie-Verlag, 1965, p. 221.

16 Voir Adolf Schmitthenner, Das Tagebuch meines Urgroßvaters, 1790-1799, Fribourg-en-Brisgau et Baden, Bielefeld-Verlag, 1908, p. 106.

17 Voir Timothy C. W Blanning, The French Revolutionary Wars 1787-1802, Londres, Arnold, 1996 ; Jacques Godechot, La Grande Nation. L’expansion révolutionnaire de la France dans le monde 1789-1799, Paris, Aubier, 1983.

18 Sur la condition des soldats français, voir Jean-Paul Bertaud, La Révolution armée. Les soldats citoyens de la Révolution Française, Paris 1979 ; id., La vie quotidienne des soldats de la Révolution, 1789-1799, Paris, Laffont, 1985 ; Alan Forrest, The Soldiers of the French Revolution, Durham, Duke University Press, 1990.

19 Voir Timothy C. W. Blanning, « Die Französischen Revolutionsarmeen in Deutschland: Der Feldzug von 1796 », Ralph Melville (éd.), Deutschland und Europa in der Neuzeit. Festschrift für Karl Otmar Freiherr von Aretin, Stuttgart, Steiner, 1988, p. 489-504.

20 Voir Weber, Erfahrungen im Pfarramte; Der Stadt Munderkingen Chronik, angefangen im Monath Juni 1819 durch Amtmann und Anmtschreiber J[uris] L[icentia] t[us] Wilhelm Christian Christlieb (journal commencé le 27 août 1819), archives municipales de Munderkingen, vol. 187, p. 80 et suiv. ; Marcellus Mezger, Parochio functiones, Reditus, Reperationes facta ac gesta, Eintrag 1796 und 1800, archives du diocèse d’Augsbourg, Pf 95, Schöffelding, carton no 1, registre paroissial de 1787 et suiv.

21 « Die Gleichheit ist eingetreten, weil alles fast gleich arm wurde. Von der Freiheit sah man nichts. » Voir Ferdinant Müller, « Lebensgeschichte », Ulf Wendler (éd.), Pulverdampf und Kriegsgeschrei. Krieg und Alltag um 1800, Engen, Stadt Engen, 2001, p. 124-249, ici p. 163.

22 Voir, entre autres : Ute Planert, Der Mythos vom Befreiungskrieg. Frankreichs Kriege und der deutsche Süden: Alltag – Wahrnehmung – Deutung, 1792-1841, Paderborn, Schöningh, 2007, coll. « Krieg in der Geschichte » 33, p. 96-102 ; Horst Carl, Okkupation und Regionalismus. Die preußischen Westprovinzen im Siebenjährigen Krieg, Mainz, von Zabern, 1993, coll. « Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, Abt. Universalgeschichte » 150 ; Johannnes Kunisch, Der kleine Krieg. Studien zum Heerwesen des Absolutismus, Wiesbaden, Steiner, 1973.

23 Voir Henri de Nanteuil, « Logistische Probleme der napoleonischen Kriegsführung », Wolfgang von Groote, Klaus-Jürgen Müller (éd.), Napoleon i. und das Militärwesen seiner Zeit, Fribourgen-Brisgau, Rombach, 1968, p. 65.

24 Voir Ute Planert, op. cit., p. 160 et suiv., et p. 246.

25 Voir Jean-Paul Bertaud, William Serman, La nouvelle histoire militaire de la France 1789-1919, Paris, Fayard, 1998; Gunther E. Rothenberg, The Art of Warfare in the Age of Napoleon, Bloomington, Indiana University Press, 1978.

26 Voir Gerdi Kempfler (éd.), Tagebuchaufzeichnungen eines Landpfarrers 1804/34, Passau, s. n., 1982, p. 29 (pour l’année 1809).

27 Voir Jean-Paul Bertaud, William Serman, op. cit. ; Gunther Rothenberg, op. cit. ; Johann Gottfried Pahl, Denkwürdigkeiten zur Geschichte von Schwaben während der beyden Feldzüge von 1799 und 1800, Nördlingen, Beck, 1802, p. 292, p. 323 et suiv.

28 Voir Die chronikalischen Aufzeichnungen des Korker Gerichtsschultheißen Johann Georg Zuflucht, Generallandesarchiv Karlsruhe 65/11281, à la date du 26 juin 1796, p. 48 et suiv.

29 Voir Seylersche Chronik von Memmingen, Archives municipales de Memmingen, 2°, 2, 23, t. 3, p. 352 et suiv., et l’aquarelle contemporaine de E. F. Küchlin, Der Marktplatz mit dem Condéer-Rummel 1796 [La place du marché en alerte à l’arrivée de l’armée de Condé 1796], musée de la ville de Memmingen, reproduit dans Günther Bayer (éd.), Memmingen in alten Ansichten, Memmingen, Verlag Memminger Zeitung, 1979, p. 57.

30 Voir Max Zengerle (éd.), Johann Baptist Pflug, Aus der Räuber-und Franzosenzeit Schwabens. Die Erinnerungen des schwäbischen Malers an die Jahre 1780-1840, 3e éd., Weißenhorn, Konrad, 1975 (1re édition : 1966), p. 50.

31 Ibid., p. 50 : « [dass sie die Kranken] absetzten und hilflos auf der Straße liegen ließen ».

32 Die chronikalischen Aufzeichnungen des Korker Gerichtsschultheißen Johann Georg Zuflucht, Generallandesarchiv Karlsruhe 65/11281, à la date du 19 août 1799, p. 148 : « Ich soll immer nur herschaffen und man hat es nicht. Also ist es für mich einerlei, ich muß geplagt sein, seien Truppen da, was es für wollen. »

33 Voir Ute Planert, op. cit., p. 281-287.

34 Reproductions disponibles dans Leander Petzoldt, Schenkenberg – eine Wallfahrt im Hegau, Singen, Verein für Geschichte des Hegaus, 1979. Voir notamment les figures 56, 57,69, 70, 84, 85, 90, 91 et 143.

35 Voir Ute Planert, op. cit., p. 290-296.

36 Ibid., p. 300 et suiv.

37 « Dem Durchzug der gefangenen und meistens erkrankten Franzosen. » Voir le rapport du médecin de Deggendorf du 27 novembre 1793, Archives municipales de Deggendorf, V 1.

38 Ibid., « nur solche Leute erkrankt, die dero Quartier ertragen oder sie gedient [sic] haben ».

39 Lettre à Friedrich August Köhler, Stuttgart, 10 mai 1801, Württembergische Landesbibliothek, Cod. Hist. 4, n° 459.

40 Voir Wilhelm Stricker, « Historische Studien über Heereskrankheiten und Militärkrankenpflege, 1743-1814 », Archiv für pathologische Anatomie und Physiologie und für klinische Medicin, 53, 1871, p. 383-395, ici p. 393.

41 Chiffres cités d’après Baden und Württemberg im Zeitalter Napoleons, t. 1,1, Stuttgart, Cantz, 1987, p. 46 ; les données concernant les décès sont citées d’après Jan Gerchow, Hans Schadek, « Rückzug der « milden österreichischen Hand »: Freiburg wird badisch (1806-1815) », Heiko Haumann, Hans Schadek (éd.), Geschichte der Stadt Freiburg im Breisgau, t. 3 : Von der badischen Herrschaft bis zur Gegenwart, Stuttgart, Theiss, 1992, p. 19-43, ici p. 42.

42 Voir les annotations en latin de Wittum, aux Archives municipales de Villingen-Schwenningen, Bestand 2.4. Sign. R (no 499). Citées d’après la version imprimée dans le Villinger Volksblatt, no 55, du 13 mai 1884 : « In Folge des Sieges bei Leipzig wurden die Völker Deutschlands zwar vom französischen Joche befreit, aber die Sieger, sowohl die Österreicher als die Russen und Preußen, mit welche sich [sic !] auch die Baiern, Württemberger und Badenser verbunden hatten, erfüllten wie eine Flut die am Rhein gelegenen deutschen Gegenden. Wegen der beständig regnerischen, stürmischen und ungesunden Witterung bekamen sehr viele Soldaten ein hitziges, bösartiges und gefährliches Nervenfieber, so zwar, daß man in den verschiedenen hiesigen Militärlazaretten mehr als 2600 Unpäßliche und Kranke zählte. Weil aber die öffentlichen Gebäude eine so große Menge nicht aufnehmen sollten, so wurden auch vier Wirtshäuser mit kranken Soldaten angefüllt. Deswegen brach die ansteckende Krankheit auch in die Häuser der Bürger ein und tötete sehr viele Leute. »

43 Voir Ute Planert, op. cit.

44 Voir Gustav Siegel, « Truppenbewegungen auf der Leipziger Heerstraße im Amt Lichtenau 1811-1815 », Hessenland, t. 11, 1897, p 199-203. Je remercie vivement ici Michael Kemming (Cassel) pour m’avoir indiqué cette source.

45 Voir Ortschronik Unlingen, archives municipales d’Unlingen, vol. 195, Signatur B 19a, p. 51.

46 Voir Pfarrchronik des Sigismund Heinrich von Schwandorf. Cité d’après « Aus der Geschichte Schwandorfs », Hegau, 13/14, 1968/69, no 1, p. 109-144, ici p. 138. Burk évoque aussi de cette multitude de peuples en marche : Jochen Dollwet, Thomas Weichel, op. cit., p. 79, à la date du 26 juin 1814.

47 Voir Pfarrchronik des Sigismund Heinrich von Schwandorf. Cité d’après « Aus der Geschichte Schwandorfs », Hegau, 13/14, 1968/69, no 1, p. 109-144, ici p. 137.

48 Voir August Schmitt, Chronik der Stadt Kitzingen, Kitzingen, s. n., 1873, p. 182. Voir aussi, par exemple, Max Dugrillon (éd.), Joachim Kupferer, der Vogt zu Erlach. Jahrbuch eines Zeitzeugen des frühen 19. Jahrhunderts, 3e éd., Moesbach, Dugrillon, 1998, p. 11 ; Jochen Dollwet, Thomas Weichel, op. cit., p. 74 et suiv., à la date du 15 novembre 1813. On trouvait aussi de semblables jugements en Saxe ; voir Erhard Hexelschneider, Kulturelle Begegnungen zwischen Sachsen und Rußland 1790-1849, Köln, Böhlau, 2000, p. 111-144, en particulier la reproduction des sources de l’époque, p. 140-143.

49 Voir F. Schantz, « Aus der Russenzeit in Hessenland », Hessenland : Zeitschrift für hessische Geschichte und Literatur, 38, 1926.

50 Voir le journal du cordonnier Johannes Jauch, à la date du 1er mai 1814. Cité d’après Otto Benzing, Schwenningen am Neckar. Geschichte eines Grenzdorfes auf der Baar, Villingen, Hermann Kuhn, 1985, p. 303. L’incident de Rötz est relaté dans Werner K. Blessing, « Umbruchkrise und “Verstörung”. Die “Napoleonische” Erschütterung und ihre sozialpsychologische Bedeutung », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, 42, 1979, p. 75-106, ici p. 82. Les contemporains avaient déjà remarqué que les divergences culturelles étaient source de conflits. Ainsi en était-il de l’aristocrate saxon Hans Georg von Carlowitz, qui avait un emploi au sein du gouvernement général russe en Saxe, nouvellement créé. « Les Russes », écrit Carlowitz le 18 novembre 1813 à son frère Adolf, qui commandait là-bas militairement, « ont d’autres normes culturelles, une autre approche du droit de la propriété et des rapports entre les citoyens, que celles que nous connaissons en Saxe et, de ce fait, il arrive que ce peuple en soi loyal et bon, s’il manque de tous les biens nécessaires à la vie, commette, partout où il n’est pas sous la plus stricte surveillance, des actes qui nous paraissent plus abjects que les Russes ne les imaginent » [« Die Russen haben einen anderen Begriffvon Kultur, Eigentumsrecht und bürgerlichen Verhältnissen, als man in Sachsen hat, und daher kommt, daß dies an sich rechtliche und gutmütige Volk bei seinem Mangel an allen Bedürfnissen des Lebens, überall, wo nicht die strengste Aufsicht geführt wird, Schritte tut, die uns verderblicher sind, als sie es ahnen »]. Cité d’après Erhard Hexelschneider, op. cit., p. 140 et suiv.

51 Journal du cordonnier Johannes Jauch, à la date du 1er mai 1814. Cité d’après Otto Benzing, op. cit., p. 303 : « O, ihr lieben Kinder, laßet nur keine Rußen mer und kein Koßaken in euer Land, denn das ist das böseste Folk, das zu finden ist. » Ce n’est pas un hasard si Jauch évoque d’un même élan les vexations exercées par les troupes Russes et par celles des Français, sans même mentionner les changements d’alliances et la situation politique.

52 Voir Johann Wilhelm von Archenholz, Geschichte des siebenjährigen Krieges in Deutschland von 1756 bis 1763, Wien, Tratner, 1791. Concernant le dénigrement public et la diabolisation de la Russie et de ses habitants depuis l’époque moderne, voir Wolfgang Burgdorf, « Unmenschen im Zeitalter der Aufklärung. Die Bedeutung von Archenholz’Geschichte des Siebenjährigen Krieges für das Bild vom russischen Menschen in Deutschland », Rafael von Uslar, Irmtrud Wojak (éd.), Blondies and Brownies, Blondinchen und Bräunchen, weiß bin auch ich. Multikulturalismus und Rassismus in der Alten und der Neuen Welt, Essen, Klartext, 2001, p. 93-101 ; pour la Confédération du Rhin, voir p. 98 et suiv.

53 Voir la Chronica Parochia Hosskirch, oder Verzeichnis besonderer Ereignisse, die sich entweder in dieser Pfarrei zugetragen haben, oder sich auf dieselbe beziehen : in kurze Worte zusammengefasst von dem dermaligen Pfarrer Johannes Franc Joseph Baratti ab anno 1796, archives paroissiales de Königseggwald, p. 31.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search