Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Première partie. Occupation et neutralité. De la guerre révolutionnaire à la guerre nationale

L’occupation militaire de 1870-1871 vue par les Anglais

Heidi Mehrkens
Traduction de Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 Lettre de Guizot à Gladstone (Val Richer, [17] janvier 1871, avec un post-scriptum du 18 janvier), (...)
  • 2 Lettre de Guizot à Gladstone, op. cit., p. 100 R.

1Le 17 janvier 1871, alors que Paris subissait d’intenses bombardements et que la France était près de capituler, l’ancien ministre François Guizot, très inquiet de la perspective menaçante d’une paix imposée, écrivit une lettre au Premier ministre britannique William Ewart Gladstone1. Les deux hommes se connaissaient depuis longtemps, par le biais de la politique internationale. Guizot n’avait combattu durant cette guerre que par la plume ; âgé de plus de 80 ans, il vivait en effet retiré au Val Richer. Ses fils aidaient bien sûr à la défense de Paris et le tenaient au courant des événements de la capitale. En politicien expérimenté, Guizot savait bien que le courage et le sacrifice ne suffiraient plus à sauver la France. C’est en un style émouvant que Guizot appela l’Angleterre neutre à aider la France. La nation insulaire, ainsi qu’il l’écrivit, n’aurait pas besoin pour cela de participer au conflit armé. Elle devrait plutôt être active diplomatiquement, pour le bien de l’ordre politique et moral de l’Europe : d’une part, l’Angleterre pourrait insister sur la nécessité d’une conférence internationale, et par-là empêcher la Prusse d’imposer seule les conditions de la paix. D’autre part, Guizot proposa de déclarer l’Alsace et la Lorraine zones neutres, pour que la Prusse ne puisse pas réclamer ces territoires. Aux termes de la lettre, à côté de la France, c’était le statu quo en Europe qui devait être défendu contre les conséquences du désir de conquête démesuré de la Prusse : « Prenez en main la cause de l’équilibre européen et de la paix européenne ; défendez-la contre les ambitieux et des conquérants nouveaux. C’est là, dans ce siècle, le rôle naturel, le rôle historique, le rôle glorieux de l’Angleterre2. »

2Par sa lettre ouverte au Premier ministre, Guizot voulait inciter le Parlement anglais à débattre de la menace d’une défaite de la France dès l’ouverture de la session de 1871. Son argumentation se place sur le terrain de la diplomatie et de l’action gouvernementale – Guizot parle presque exclusivement de la France en effet, et presque jamais des Français. Autrement dit, pour justifier l’urgence de l’aide requise de l’Angleterre, il n’utilise pas l’argument des conditions concrètes de l’occupation (celle-ci, au milieu de janvier 1871, durait déjà depuis cinq mois). Guizot refusait d’instrumentaliser au profit de son appel les rapports entretenus par les troupes d’occupation avec la population occupée. Certes, il loue la bravoure des Parisiens, qui défendaient sans relâche, sur les barricades, leur ville soumise aux bombardements. Mais il ne récrimine pas contre le comportement des soldats allemands dans le pays ennemi ; ce qui ne signifie pas, naturellement, qu’il le jugeait exemplaire.

3Ce silence concernant les rapports entre les soldats et les civils en France ne doit pas particulièrement étonner à ce niveau de la haute politique. Il pose néanmoins la question de la place réelle, dans les jugements portés en cette seconde moitié du XIXe siècle sur une guerre européenne, des conditions concrètes de l’occupation et de l’entente entre les occupés et les occupants, en tant que signes de la manière qu’avait une nation de faire la guerre. Quelles conséquences pouvaient avoir, sur le comportement à l’égard de la population civile d’un pays conquis, les compliments ou les blâmes qui étaient décernés à une armée en campagne ? Dans quelles circonstances les conditions d’occupation pouvaient-elles devenir un argument politique ? Qui contribuait à faire connaître à l’étranger le comportement des occupants ?

4La situation de la France occupée a bien entendu été débattue à différents moments en Angleterre au cours de la guerre de 1870-1871. Dans la présente contribution, nous voudrions montrer que les débats des Britanniques autour de la conduite de la guerre sur le continent étaient intégrés à une perspective plus large : l’appréciation des conditions de l’occupation servit aux contemporains, dans le même temps, d’instrument permettant de renégocier les lignes directrices de la politique intérieure et extérieure britannique.

5Ci-après, on esquissera tout d’abord les conditions de la neutralité britannique dans le conflit franco-allemand de 1870/1871. Dans une deuxième partie, il s’agira de mettre en lumière les voies par lesquelles l’information arrivait en Angleterre, relativement à la conduite de la guerre par les troupes allemandes et au comportement de ces dernières à l’égard de la population civile. Même pendant les opérations militaires, de nombreux Britanniques séjournèrent en France : personnel sanitaire et d’aide humanitaire, membres du corps diplomatique, conseillers militaires sur le théâtre des opérations et correspondants de guerre travaillant pour des journaux anglais. Ces témoins oculaires avaient les moyens de faire leurs propres observations dans la région en guerre et, avec des objectifs variés, ils relayaient dans leur patrie leur point de vue sur le comportement des occupants et des populations occupées. Enfin, nous tenterons d’évaluer l’importance des conditions de l’occupation comme argument politique auprès des pays étrangers restés neutres.

Les conditions de la neutralité britannique en 1870-1871

  • 3 Par le comte de Derby (Stanley), au Parlement, à propos de la question danoise en 1864. Voir Chris (...)
  • 4 Klaus Hildebrand, No intervention. Die Pax Britannica und Preußen 1865/66 – 1869/70. Eine Untersuc (...)

6Depuis la fin de la guerre de Crimée en 1856, la Grande-Bretagne privilégiait, lors des crises internationales, une position attentiste, attitude qui fut qualifiée de « politique de neutralité et de non-intervention » (policy of neutrality and non-intervention)3. Cette ligne politique, qui fut constamment populaire en Grande-Bretagne, fut particulièrement encouragée après la mort du Premier ministre Palmerston en 1865. Ce furent seulement la guerre franco-allemande de 1870-1871 et ses conséquences qui augmentèrent le nombre des voix critiques à l’encontre de la « politique craintive4 » de l’Angleterre.

  • 5 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 51; Peter Alter, op. cit., p. 81 et 87; Klaus Hildebrand, Großb (...)
  • 6 Klaus Hildebrand, Großbritannien, op. cit., p. 17.
  • 7 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 51.
  • 8 Peter Alter, op. cit., p. 91; Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 76.

7Cette politique de non-intervention ne signifiait pas un renoncement général à toute forme d’influence dans les conflits entre d’autres puissances. Elle laissait une marge de manœuvre aux missions diplomatiques et même, quand les intérêts britanniques étaient concernés de façon immédiate – comme en Belgique ou dans la question d’Orient –, à une intervention militaire limitée5. Au cœur de cette politique, il y avait cependant le refus d’une implication dans les rapports entre les puissances européennes. Cela s’expliquait, d’une part, par le fait que les réformes de politique intérieure étaient jugées plus importantes, dans les années 1860, qu’une politique de réarmement militaire coûteuse, qui aurait impliqué une réforme de l’armée6. D’autre part, l’Europe n’était que l’un des théâtres où se jouait la politique de l’empire insulaire, à côté de ses colonies ; et, sur le continent, l’équilibre des puissances semblait stable dans l’été 1870, ou, du moins, il ne paraissait pas menacé de façon imminente7. Lord Granville, qui succéda au début de juillet à Lord Clarendon en tant que Secrétaire du Foreign Office, fut surpris, comme beaucoup d’experts à Londres, de la force explosive de l’affaire de la succession au trône d’Espagne8.

  • 9 Thomas Schaarschmidt, op. cit, p. 98.
  • 10 Ibid., p. 111 ; Granville à la chambre des Lords (18.7.1870), Hansard Collection, vol. 203, col. 3 (...)

8La reine Victoria était constamment engagée dans des questions qui concernaient les États allemands ; néanmoins, c’est en vain, à l’instar du gouvernement, qu’elle essaya de s’interposer entre les parties en conflit. Un appel personnel à la paix, lancé au roi Guillaume de Prusse, ne fut pas même en mesure de diminuer les tensions9. La déclaration de guerre de la France contre la Prusse signa l’échec des efforts diplomatiques. Granville exposa alors devant la Chambre des Lords les grandes lignes de la neutralité anglaise, qui devaient, pour le moment opportun, préparer le terrain à une médiation de son pays entre les belligérants10.

  • 11 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 112.
  • 12 Horst Lademacher, « Zwischen Bismarck und Napoleon: Das Problem der belgischen Neutralität von 186 (...)
  • 13 Horst Lademacher, op. cit., p. 111 et suiv.

9Le contenu des médias anglais et des déclarations publiques montre que la décision d’adopter une position neutre dans ce conflit fut largement acceptée. Tant que le conflit était limité militairement à deux États, on ne voyait pas la nécessité de revenir sur la politique de non-intervention, qui avait fait ses preuves11. En août 1870 cependant, le gouvernement anglais dut assumer la garantie de la neutralité de la Belgique, et fut par-là menacé d’une implication dans les opérations militaires12. Un double traité fut signé en ce mois d’août, d’une part par les Britanniques et les Français, d’autre part par les Britanniques, les Prussiens et les États d’Allemagne du Nord ; il garantissait l’indépendance du territoire belge et obligeait le gouvernement anglais, en cas d’atteinte à la neutralité belge par l’un des belligérants, à intervenir militairement au côté de l’autre belligérant13.

  • 14 Concernant la pratique du droit international, voir Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 164 et suiv (...)

10Le gouvernement anglais revendiquait son impartialité et sa position de retrait face aux puissances en guerre. La réalité de cette neutralité affichée fut néanmoins sans cesse mise en doute par les Français, et plus encore par les Allemands. Les Prussiens critiquaient surtout le refus, de la part du cabinet anglais, d’interdire la contrebande de guerre ; la France continua en effet d’acheter des armes à l’Angleterre14.

  • 15 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 184-199.
  • 16 George P. Gooch, Adolphus W. Ward, op. cit., p. 41 et suiv.

11La coopération de la Grande-Bretagne avec d’autres puissances neutres montre clairement aussi que ce pays visait à l’indépendance la plus grande possible dans le cadre de l’exercice de la politique de non-intervention15. En août 1870, l’Angleterre forma, avec la Russie, l’Autriche et l’Italie, une « Ligue des neutres », qui n’entraînait toutefois aucune obligation respective. Il n’y eut pas de règle de conduite commune des puissances neutres ; les missions diplomatiques ne dépendaient pas d’accords au sein de la Ligue16.

  • 17 « The wretched youth had imperilled his country’s neutral status. He deserved to lose his commissi (...)

12La neutralité politique et militaire resta donc inorganisée pendant toute la durée du conflit ; à preuve, les mesures de protection individuelles qui furent amorcées dès que menaçait ne fût-ce qu’à l’horizon une atteinte à cette politique de base : Herbert Horatio Kitchener, tout juste sorti de l’académie militaire royale de Woolwich, se mit au service d’une unité d’ambulance de campagne, et put être ainsi un témoin oculaire de la bataille de Laval. Kitchener persuada des officiers français de le faire monter dans un ballon français, pour pouvoir étudier les mouvements des troupes allemandes. Cette « action allant plus ou moins à l’encontre de la neutralité » (somewhat non-neutral action) s’étant ébruitée dans la presse britannique, il fut peu après convoqué devant son propre commandement militaire : « Le misérable jeune homme a mis en danger la neutralité de son pays. Il mériterait de perdre sa commission17. » Kitchener conserva sa commission d’officier, mais il reçut un avertissement pour avoir mis en péril la neutralité britannique.

Rapports en provenance du théâtre de la guerre

  • 18 Concernant la vie dans la région occupée, voir François Roth, La guerre de 1870, Paris, Fayard, 19 (...)

13Durant l’offensive d’août 1870, les armées allemandes unies remportèrent de difficiles et sanglantes victoires sur les champs de bataille de Woerth, de Spicheren ou de Gravelotte. Et l’avancée en territoire français s’accompagna d’une occupation de guerre éprouvante à différents égards pour la population locale ; cette occupation fut marquée par le déplacement de corps de troupes massifs et par l’issue incertaine du conflit18.

  • 19 Voir les exemples de Sedan et Versailles, dans Heidi Mehrkens, op. cit., p. 198-204.
  • 20 Sur les francs-tireurs, voir François Roth, op. cit., p. 212-244 ; Heidi Mehrkens, op. cit., p. 12 (...)
  • 21 Ibid., p. 210-246 ; excellente étude sur la guerre de siège vue par les assiégés, publiée par Matt (...)

14Des dizaines de milliers de soldats allemands étaient en marche, depuis les régions frontalières, vers Paris ou Orléans. Les troupes allemandes essayaient autant que possible de sécuriser durablement leurs arrières, et de construire ou de réparer des infrastructures telles que les lignes de chemin de fer, les ponts ou les lignes de télégraphe. Les occupants prirent le contrôle de la vie publique et des activités des habitants, et furent ainsi, par la force des choses, en contact constant avec la population civile : les soldats étaient nourris sur le pays et, de plus, logeaient souvent chez l’habitant19. L’effondrement de l’Empire français après la bataille de Sedan, et l’établissement de la République changèrent les conditions de l’occupation : quand le gouvernement de défense nationale appela à la « guerre à outrance », la méfiance s’accrut, dans les régions occupées, à l’égard de la population civile. Les relations entre les occupants et les populations occupées se dégradaient à chaque mesure que les premiers prenaient en vue de faire pièce à un possible soulèvement de la population, ou de protéger les soldats contre des attaques de corps francs, ceux que l’on appelait les « francs-tireurs20 ». La campagne d’hiver fut de plus marquée par plusieurs grandes occupations dont les populations civiles subirent les conséquences, que ce fût parce qu’elles durent mettre leurs maisons à la disposition des soldats, ou parce que, cherchant refuge dans les places de Metz ou Paris, elles y moururent de faim et furent exposées au feu ennemi21.

  • 22 Robert John Wilkinson-latham, From our Special Correspondent. Victorian War Correspondents and the (...)
  • 23 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 160. La campagne d’hiver gagna aux Français secoués par les déf (...)
  • 24 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 55.

15En Angleterre, l’intérêt était grand pour le conflit qui se déroulait sur le continent ; entre juillet 1870 et les préliminaires de paix à Versailles en février 1871, les journaux à grand tirage rapportèrent régulièrement l’évolution des opérations22. Quoique l’on ne puisse parler d’une opinion publique unique, ni affirmer que seule une opinion ciblée fut publiée, les succès militaires des armées allemandes, jusqu’à la bataille de Sedan, furent commentés en grande partie avec respect ; au début de la guerre dominaient les sympathies pro-allemandes et l’approbation de la politique de neutralité par la population23. Comme la session parlementaire prit fin au début d’août 1870, et que la nouvelle ne s’ouvrit qu’en février 1871, le parlement ne put presque pas influer sur les événements, pendant toute la durée du conflit ; par suite, le débat sur la conduite de la guerre resta circonscrit aux médias et à d’autres plates-formes donnant matière à discussion publique, comme les réunions et les communiqués24.

  • 25 Certes, il y eut aussi de nombreuses publications de lettres de guerre et de mémoires, mais ces le (...)
  • 26 Robert John Wilkinson-latham, op. cit., p. 102 ; Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 15.

16En Angleterre, la presse quotidienne constituait le forum de discussion le plus important sur les événements militaires ; son tirage et l’ampleur des thèmes traités ne cessèrent de croître ; elle permettait en effet une information immédiate et actualisée25. Pour tenir leurs lecteurs au courant de ce qui se passait sur le continent, les éditeurs de journaux britanniques envoyaient des correspondants en France26. Chaque jour, par lettre et par télégraphe, des rapports concernant le théâtre de la guerre atteignaient les rédactions : des nouvelles en exprès, des statistiques, des cartes, des lettres de lecteurs ou des comptes rendus de voyage colorés sur le pays et ses habitants.

  • 27 Sur les conditions de travail des correspondants de guerre, voir Phillip Knightley, The First Casu (...)
  • 28 Edward Cook, Delane of « The Times », Londres, Constable, 1915, p. 230 et suiv. ; Robert John Wilk (...)
  • 29 Phillip Knightley, op. cit., p. 47.

17En cet « âge d’or27 » du journalisme de guerre, souvent romancé aujourd’hui, les correspondants internationaux présents dans la région en conflit prenaient eux-mêmes l’initiative de rechercher les nouvelles. Ils se réservaient ainsi plus de chances de vivre des expériences aventureuses, mais couraient aussi le danger, dans un grand pays, de manquer une « bonne histoire », autrement dit, une bataille. Souvent, les correspondants comptaient être aidés dans leur travail en s’attachant à l’une des armées – en réalité, dans ce cas, c’était à l’armée allemande, car le commandement militaire français ne tolérait que peu de correspondants dans ses rangs, et en aucun cas des étrangers28. Dans les quartiers généraux prussiens, au contraire, les journalistes étaient acceptés, surtout lorsqu’il s’agissait de célébrités dans ce domaine somme toute encore récent qu’était le journalisme de guerre29. De ce fait, le regard porté par les correspondants anglais sur la France était souvent très « allemand » : ils vivaient avec les armées allemandes les victoires de ces dernières et étaient présents lorsque, kilomètre après kilomètre, les régions françaises furent conquises et placées sous occupation militaire.

  • 30 « for fear that their presence might give offence to the Emperor » (Edward Cook, op. cit., p. 231)
  • 31 Dans une lettre à G. W. Dasent du 17 juillet 1870. Arthur Irwin Dasent, John Thadeus Delane, Edito (...)
  • 32 Ute Daniel, « Der Krimkrieg 1853-1856 und die Entstehungskontexte medialer Kriegsberich terstattun (...)

18En juillet 1870, la prudente politique britannique de non-intervention posa des problèmes à certains éditeurs de journaux : John Thadeus Delane avait prévu d’envoyer, pour le compte du London Times, les deux officiers Hozier comme correspondants auprès de l’armée prussienne, mais le gouvernement le lui refusa, « de peur que leur présence ne froissât l’Empereur30 ». Delane déplora amèrement que les politiciens aient tout bonnement manqué de courage en des circonstances aussi critiques31, et il consacra un éditorial au thème du refus de ses correspondants de guerre par son propre gouvernement. Finalement, ce fut William Howard Russell qu’il envoya au quartier général du prince impérial. Russell n’était pas un second couteau ; ses rapports incisifs sur l’insuffisance de l’approvisionnement de l’armée pendant la guerre de Crimée l’avaient rendu célèbre, et sa critique de la direction militaire de son propre pays, en 1855, avait provoqué une crise de politique intérieure32. Le choix de ce journaliste semblait assez bon, si l’objectif était de limiter le plus possible la présence militaire britannique dans la région en guerre et d’éviter toute apparence de travail en commun avec les troupes impliquées.

  • 33 Les livres de ce correspondant de guerre étaient aussi des succès sur le continent: Archibald Forb (...)
  • 34 « It is the Special Correspondent’s duty to make history out of that fleshless skeleton, and, when (...)

19La présente contribution proposera exclusivement des exemples de rapports parus à l’époque dans le London Times et dans le Daily News ; c’étaient en effet les esprits les plus expérimentés de la profession qui travaillaient pour ces journaux à grand tirage. Mais même des journalistes avertis comme Russell, Archibald Forbes ou Henri Labouchère33 – ce résident assiégé parvenu à la notoriété littéraire – se virent confrontés, en tant que correspondants neutres en zone de guerre, à des défis particuliers. Leur mission consistait selon eux à garder un regard indépendant sur la guerre, et à fournir aux lecteurs des informations sur les tenants et les aboutissants des événements. De la part du gouvernement, il n’y eut pas de directives concernant le ton à adopter dans leurs rapports. Mais, peu après la déclaration de guerre, le Times fédéra son lectorat autour de l’idée de l’authenticité et de l’importance historique des reportages réalisés par des témoins oculaires anglais : « Le devoir de l’envoyé spécial est de construire l’Histoire à partir de ce squelette dépourvu de chair et, en cas de défaillance électrique, sa plume rend les formes et les couleurs de la vie »34. Ce devoir impliquait aussi de dépeindre les conditions de vie de la population dans la région en guerre. Le Daily news comprenait la tâche de ses correspondants comme un travail d’éclaireurs dans le domaine humanitaire :

  • 35 Daily News, 13 août 1870, p. 4: « The function discharged by the Correspondent is higher than the (...)

« La fonction accomplie par le correspondant est plus noble que la simple satisfaction de la curiosité du public, même si elle l’inclut. Sans l’écriture vive et imagée de ces hommes de qualité, nous ne saurions rien de ce domaine de la guerre ignoré de la politique, de la diplomatie et des historiens. Les images de chariots emplis de blessés, de soldats éperdus de douleur et de soif, de femmes en larmes fuyant leurs maisons où éclatent les obus, tout cela tend à nous faire voir la guerre glorieuse avec des sentiments totalement différents de ce caractère de revue et de parade auquel l’ont réduite les romantiques aux yeux du monde35. »

20Ce furent non seulement les correspondants de guerre, mais tous les témoins oculaires qui contribuèrent à offrir à la discussion dans la presse, par le biais du courrier des lecteurs et des feuilletons, différentes perceptions de la guerre. À côté des événements militaires et politiques, des batailles et des négociations de capitulation, les conditions de l’occupation et les souffrances de la population civile eurent ici une place importante. Au titre des thèmes les plus fréquemment abordés dans la presse britannique, on distingue, selon les motivations des auteurs : l’encouragement à l’humanité en temps de guerre, les progrès de la modernité et de la technologie dans le conflit et, en troisième lieu, le caractère égoïste de l’isolement politique. Ces thèmes furent tous trois utilisés à titre d’arguments dans les discussions publiques sur la politique de non-intervention.

L’humanité à l’heure de la guerre

  • 36 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 160 et suiv. Sur les victimes militaires voir Christine G. Krue (...)

21Lors de la campagne militaire du mois d’août déjà, il était clair que les soldats n’étaient pas les seules victimes de la guerre. Dans la région frontalière, fortement peuplée, des habitants furent de plus en plus souvent entraînés, involontairement, dans les opérations militaires, que ce fût parce qu’ils devaient fuir une place militaire convoitée, ou parce qu’ils tombaient malades ou souffraient de pénurie. En Angleterre, les lecteurs des journaux manifestèrent de façon croissante leur désir d’apporter leur aide ou de donner de leur argent au profit des soldats blessés et des victimes civiles36.

  • 37 The Times, 29 août 1870, p. 6: « Aid to the Sick and Wounded », allocution du colonel Loyd Lindsay (...)
  • 38 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 161.
  • 39 Report of the Operations of the British National Society for Aid to the Sick and Wounded in War du (...)
  • 40 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 161.

22Conformément aux dispositions de la première Convention de Genève de 1864, l’Angleterre fit parvenir de l’aide humanitaire dans la région en guerre37. En accord avec le gouvernement britannique et avec l’Anglo-American Ambulance, la National Society for Aid to the Sick and Wounded in War mit à disposition, à partir du mois d’août 1870, des médecins et des aides volontaires. La Société rendait compte régulièrement, dans ses propres colonnes, de la misère des civils sur le théâtre de la guerre. Dans de nombreuses villes et communes anglaises, des filiales de cette société aidaient à rassembler les dons et à organiser l’aide humanitaire des Britanniques38. En septembre 1870, d’après le rapport d’activité de la National Society, 110 personnes travaillaient dans la région en guerre, dont plus de 60 chirurgiens, 16 infirmiers ou infirmières et quelque 30 « agents » qui s’occupaient de questions d’administration et d’organisation39. Chaque jour, des caisses de pansements et de médicaments atteignaient la France ; les journaux publiaient des listes de dons et des remerciements en provenance de France, et appelaient encore et toujours les citoyens à participer à l’aide sur leurs propres deniers. À la fin de septembre, la National Society avait enregistré un total de 200 000 livres de recettes40.

  • 41 Letters to the Editor of The Times, 29 novembre 1870, p. 10; 9 décembre 1870, p. 4.
  • 42 Jusqu’à la troisième semaine de septembre 13 000 livres furent rassemblées au profit des villages (...)

23L’aide humanitaire britannique porta son effort, de façon ciblée, là où la population civile française était concernée par les opérations militaires. Dans le territoire occupé lui-même, plusieurs associations aidaient au ravitaillement de la population. Le directeur du French Peasant Relief Fund, William Henry Bullock-Hall, faisait régulièrement dans le courrier des lecteurs des comptes rendus des activités de l’association41. Ce fonds d’entraide, créé par le Daily News, distribuait des denrées alimentaires dans le département des Ardennes et s’offrait comme interlocuteur à la population souffrant de pénurie42. En tant qu’aide volontaire à Sedan, James Graham Goodenough, officier britannique de la Navy, travaillait à améliorer l’approvisionnement des régions frontalières en denrées alimentaires à partir de Bouillon, en Belgique ; il travaillait aussi, en même temps, à donner un élan à l’économie française :

  • 43 James Graham Goodenough, Memoir of Commodore Goodenough. With Extracts from His Letters and Journa (...)

« Le jeudi, nous partîmes aux environs de neuf heures en direction d’Illy, de Floing, et de Saint-Menges, où j’espérais prendre des dispositions pour faire cuire le pain sur place, plutôt que de l’envoyer en Belgique. Notre chariot, sur lequel flottait le drapeau britannique, fut chargé, dans le moment même, de 120 pains de cinq kilogrammes chaque, de six sacs de café et d’une caisse de viande en conserve. […] Comme le pain venait d’être distribué, j’appris la triste nouvelle de la détresse dans laquelle se trouvaient plusieurs familles – beaucoup de leurs membres étaient malades, et leur maladie était aggravée par le manque de bonne nourriture […] ; les Allemands avaient brisé leurs fenêtres et pris leurs lits ; ces gens étaient, pour ainsi dire, à la charge de la paroisse, ou du moins ils l’auraient été si la paroisse avait eu quelque chose à leur donner43. »

  • 44 James Graham Goodenough, op. cit., p. 92 et suiv.
  • 45 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 559 et suiv. ; Heidi Mehrkens, op. cit., p. 230-247, ici p. 238
  • 46 « A fortress is a fortress. » Cité dans Heidi Mehrkens, op. cit., p. 238.

24C’est pourquoi le French Peasant Relief Fund soutenait aussi, par des dons en argent aux institutions locales d’assistance, l’approvisionnement en médicaments44. Pendant la campagne d’hiver, les bonnes volontés se manifestèrent en nombre pour octroyer des dons : suite au canonnage de Paris, qui dura trois semaines, jusqu’au 26 janvier 1871, les boîtes aux dons se remplirent à nouveau, ce qui permit, à la fois, de fonder de nouvelles organisations, et de favoriser une discussion sur la place de l’humanitaire dans la conduite de la guerre et sur l’approvisionnement de la capitale assiégée en biens alimentaires45. Bien que la légitimité du canonnage ne fût pas remise en cause en soi – « une place forte est une place forte46 », constatait le Daily News de façon pragmatique le 16 janvier –, des lettres de lecteurs déploraient cependant la destruction de trésors artistiques et les souffrances de la population soumise au feu sans pitié des pièces d’artillerie allemandes.

  • 47 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 162.

25En Angleterre même, l’engagement humanitaire fut lui aussi en butte à des critiques. Les plaintes allemandes sur la pratique de la neutralité, qui serait un moyen de fournir du matériel de guerre à la France, purent diminuer la disposition de certains participants aux discussions à apporter de l’aide. Les citoyens de la nation insulaire voulaient-ils, par leurs dons, se dédouaner du reproche possible de ceux qui considéraient leur attitude de neutralité comme un signe d’égoïsme et d’avarice47 ? Pouvait-on se racheter une conscience pure par un don à un fonds d’entraide, quand on voyait des gens mourir sur le continent ? Lors d’une réunion au profit de l’Aide aux Blessés, à Cambridge, l’un des participants s’exprima en ces termes :

  • 48 Le révérend S. Taylor, lors d’une réunion de l’Aide aux blessés, à Cambridge, The Times, 19 août 1 (...)

« Nous devrions saisir l’occasion de montrer notre sympathie pour les soldats courageux qui, que ce soit du côté français ou du côté prussien, sont tombés pour la défense de leur patrie, et en ce sens, nous devrions réfuter, de la manière la plus catégorique et la plus définitive, les propos calomnieux de ceux qui ont dit que notre neutralité était synonyme d’indifférence égoïste au destin des autres nations et de sauvegarde de nos finances à tout prix48. »

  • 49 Klaus Hildebrand, Großbritannien, op. cit., p. 42. Voir aussi, dans le London Times, les comptesre (...)
  • 50 À l’issue de la guerre de Crimée, il fut décidé que la mer Noire serait une zone démilitarisée (lo (...)

26Au fur et à mesure que la guerre avança, la question des conséquences de la neutralité britannique devint un thème de discussion publique – et inopinément, les dons et l’aide humanitaire servirent d’arguments à la fois pour et contre la policy of non-intervention. Cette compassion publique fait donc office d’échelle de mesure tout à fait appropriée pour évaluer la critique croissante de la neutralité anglaise en Grande-Bretagne même. Toutefois, même la vague de protestations et d’indignation humanitaire, qui enfla particulièrement pendant le bombardement de Paris, n’engagea pas le gouvernement anglais à intervenir dans le conflit49. Le ministère des Affaires étrangères, bien plus préoccupé par la dénonciation unilatérale russe des traités de la mer Noire50 et par la préparation de la conférence du Pont, s’en tint à l’automne et dans l’hiver 1870 à sa ligne politique, qui était de ne pas proposer de médiation entre les belligérants sans qu’elle ait de réelles chances de succès.

Conflit et civilisation

27En août 1870, « mois des batailles », ce fut la rapide progression des armées allemandes qui fit la une des journaux. Les correspondants de guerre, comme ci-après dans le Daily News, se montraient impressionnés :

  • 51 Rapport du 14 août 1870 depuis la Lorraine, dans War Correspondence of the Daily News, op. cit., p (...)

« Vous devez vous représenter la scène pour mesurer l’impression d’accablement qu’elle produit – hôtels de ville français occupés par des Prussiens casqués, paysans français en sarrau enrôlés de force pour travailler dans les services de l’intendance prussienne. Ces faits font partie du tableau de la guerre. Il faut vous représenter le pays entier grouillant d’ennemis, et les colonnes d’infanterie se pressant comme des colonies de fourmis au travail51. »

  • 52 Rapport du 22 octobre 1870 depuis Gorze (commune de Lorraine): War Correspondence of the Daily New (...)
  • 53 William Russell, pour le London Times, 24 août 1870, p. 7: « The War. »

28Les articles évoquant des rencontres avec la population civile française tenaient à cette époque bien peu de place, dans les écrits des correspondants, en comparaison du récit des opérations militaires. Dans les reportages issus de la région conquise qui traitaient des conditions de l’occupation, les correspondants de guerre britanniques s’efforçaient de présenter une image neutre du conflit, et ils évitaient de scandaliser. Une importante part des écrits des correspondants sur ce thème visait à montrer que les habitants des contrées françaises et les soldats allemands faisaient de part et d’autre de leur mieux pour s’accommoder de la situation nouvelle et s’efforçaient d’être en bons termes52. On y lit que soldats et autochtones faisaient du commerce les uns avec les autres, que les parties en présence cherchaient peu à tirer profit de l’occupation et mettaient de côté les hostilités53.

29Les correspondants anglais véhiculaient l’image d’un conflit moderne, marqué par la technicité, entre des belligérants civilisés. Souvent, pour rendre plus net le progrès observé dans la conduite de la guerre, ils opposaient, dans leurs articles, la cohabitation entre les occupants et les habitants dans la présente guerre à la cruauté des guerres antérieures. Dans les guerres du temps, les femmes, les enfants et les vieillards n’avaient plus, selon ces journalistes, à craindre pour leur vie ni pour leur personne face à une armée ennemie :

  • 54 Rapport du 15 août, depuis Phalsbourg, reproduit dans War Correspondence of the Daily News, op. ci (...)

« Je ne peux que reconnaître que la scène à laquelle nous assistons, au fil de notre avancée, est due entièrement aux progrès de la civilisation moderne. Il y a ici des petites filles qui rient debout aux portes de leurs maisons, sans peur d’une quelconque violence ; or, nous sommes passés après qu’une centaine de milliers d’hommes eurent eux-mêmes défilé le long de cette même route. Il n’en aurait pas été de même pendant la guerre de Trente Ans. Il n’en aurait même guère été ainsi il y a seulement cinquante ans. Mais ici, aujourd’hui, c’est ainsi. Les jeunes filles du village se tiennent debout, mi-timides, mi-curieuses, pour voir le prince et son état-major qui arrivent en chevauchant ; les vieillards, assis, se chauffent au soleil, secouant la tête à la vue des jours funestes qui se préparent54. »

30À côté de ce regard en grande partie paisible sur les conditions d’occupation, les correspondants se faisaient aussi l’écho des conflits. Ceux-ci naissaient par exemple de la barrière de la langue, qui compliquait la communication entre Allemands et Français. On vit relatées dans les journaux anglais d’innombrables querelles, parfois accompagnées de violences à l’encontre de la population, quand un soldat allemand sentait qu’un habitant faisait exprès de ne pas le comprendre :

  • 55 Rapport du 15 août depuis Phalsbourg, reproduit dans War Correspondence of the Daily News, op. cit (...)

« Les soldats ne sont pas enclins à être durs tant qu’ils obtiennent ce qu’ils pensent devoir obtenir, et il n’y a pas de quoi effrayer les habitants dans le comportement de ces terribles ennemis. Mais la différence de langage commence à perturber sérieusement les relations quotidiennes entre les conquérants et les populations conquises. Les Français acceptent leur mauvaise fortune d’assez bonne grâce ; mais ils sortent de leurs gonds si on leur crie après dans une langue étrange, et qu’on leur secoue l’épaule s’ils ne comprennent pas assez vite55. »

31Les exigences matérielles des troupes allemandes furent sans cesse matière à conflits. William Howard Russell, qui suivait le quartier général du prince impérial, rapportait pour le London Times les demandes, selon lui exorbitantes, et les menaces disproportionnées par lesquelles toute velléité de résistance dans la région occupée devait être coupée à la racine :

  • 56 Journal de guerre de William Russell, remanié avec l’autorisation de l’auteur par Max Schlesinger,(...)

« Ô combien le cœur des Anglais serait affecté, si des placards signés de Bazaine ou de Napoléon III étaient apposés aux murs de Douvres ou de Canterbury, dans lesquels on ferait savoir à tous les habitants du pays qu’ils seraient fusillés s’ils reconnaissaient pour leur chef les troupes anglaises, s’ils détruisaient les ponts et les télégraphes, s’ils hébergeaient des espions ou servaient eux-mêmes d’espions56. »

  • 57 Rapport du 19 août 1870, depuis Nancy : War Correspondence of the Daily News, op. cit., p. 85 ; de (...)
  • 58 « Mainly […] narratives of adventure, without too much political comment or moralising to interrup (...)
  • 59 Max Schlesinger, op. cit., p. 134 et suiv. : « gerade wie die eines neutral sein wollenden Staates (...)

32Les journalistes anglais renoncèrent cependant à attribuer la responsabilité de la guerre à l’une ou l’autre des parties en présence. On trouve rarement dans leurs articles une opposition ouverte à l’occupation, non plus que la crainte des francs-tireurs dans les régions occupées, qui augmenta pourtant en septembre 1870. Les correspondants de guerre évitaient de prendre le point de vue d’une seule des parties pour référence, quand ils décrivaient les problèmes qui arrivaient à leur connaissance dans le cadre de l’occupation ; pour chaque « manifestation de haine » d’un soldat allemand, on trouvait dans le même article une référence à une « provocation idiote » d’un paysan français. Les facteurs des conflits n’étaient pas simplement ramenés à la haine entre les belligérants ; les problèmes, dans les rapports, découlaient des lacunes du droit de la guerre, ou du caractère violent des guerres en général. Les correspondants britanniques déclaraient que la guerre elle-même était l’ennemie de l’humanité57. Cette caractéristique des comptes rendus journalistiques dura pour l’essentiel jusqu’à la fin des hostilités. Comme il était de coutume en ce temps, c’étaient « surtout des récits d’aventures, sans trop de commentaires ou de leçons de morale venant rompre le rythme du récit58 ». Les correspondants de guerre soutenaient de leur mieux la politique de neutralité, puisque leur regard personnel sur la guerre restait professionnellement un regard neutre et qu’ils ne cherchaient pas de coupables – ni dans leur propre pays, ni sur le continent. Les intéressés faisaient eux-mêmes délibérément le parallèle : William Russell affirme que la position d’un correspondant de guerre neutre est parfois inconfortable, « exactement comme celle d’un État voulant être neutre59 ».

Neutralité ou isolationnisme égoïste ?

  • 60 La correspondance de guerre de Walker, ainsi que des extraits de son journal, se trouvent dans : D (...)
  • 61 Klaus Hildebrand, Großbritannien, op. cit., p. 43; Id., No intervention, op. cit., p. 398.

33Un troisième groupe de témoins oculaires était constitué par les politiciens anglais, et par les militaires au service de l’Angleterre qui en temps de guerre étaient envoyés en mission comme observateurs particuliers, tels le colonel Charles Beauchamp Walker, représentant militaire anglais auprès du quartier général allemand, ou l’ambassadeur Odo Russell60. Quand la session parlementaire s’ouvrit à Londres en février 1871, la guerre sur le continent était devenue l’un des thèmes majeurs de l’actualité. Entretemps, la situation avait changé : un empereur allemand avait été proclamé à Versailles et un armistice avait été signé ; Paris était tombé. La signature de la paix signifierait la cession de parties de l’Alsace et de la Lorraine au nouvel Empire allemand. Quelles en seraient les conséquences pour l’Angleterre61 ? Dès lors que la carte politique de l’Europe était sensiblement modifiée, les Anglais tirèrent de leur neutralité un bilan peu amène. Le comportement d’observateurs britanniques dans la région en guerre contribua aussi à cette opinion.

  • 62 Interpellation adressée au sous-secrétaire d’État pour les affaires étrangères, le vicomte Enfield (...)
  • 63 Débats parlementaires du 17 février 1871, Hansard Collection, vol. 204 cc. 387-455, ici c. 398. Su (...)

34Le départ de Paris, le 17 septembre 1870, de Lord Richard Lyons, consul de l’ambassade britannique, fut bientôt élevé au rang de scandale, avec valeur de symbole. Alors que les troupes allemandes étaient aux portes de Paris, le consul se rendit à Tours, pour rester en contact avec le gouvernement provisoire de la Défense nationale62. Jusqu’à 2000 ressortissants britanniques étaient restés à Paris, dont devaient s’occuper désormais le vice-consul ainsi que le deuxième secrétaire Wodehouse. C’était une « fuite peu généreuse, et même lâche » (ungenerous and unmanly flight) ainsi que la qualifia, indigné, le politicien libéral Robert Peel63. L’exploitation de ce scandale permit d’éluder la question du caractère éventuellement lâche et inhumain de la neutralité britannique, susceptible d’être interprétée comme un signe de faiblesse politique. Peel reprochait expressément au gouvernement, dont la neutralité était selon lui réprouvée partout à l’étranger, une défaillance politique, et louait d’un même élan les efforts déployés par ses concitoyens pour apporter de l’aide :

  • 64 Débats parlementaires du 17 février 1871, Hansard Collection, vol. 204 cc. 387-455, ici c. 399 et (...)

« Allez en France – allez en Suisse – allez en Allemagne – allez en Belgique – pays où j’ai récemment séjourné. Pourquoi l’opinion universellement répandue dans toutes les classes de la société, et dont les colonnes des journaux se font l’écho, est-elle que “la politique du gouvernement anglais fait honte” ! C’est en effet ce que vous entendez à l’étranger. J’ai visité ces pays, je puis donc parler d’après ce que j’ai observé. Or, quelle est l’attitude du gouvernement ? Et, quand je parle de son attitude, je devrais me réjouir de pouvoir dire, entre parenthèses, que je fais seulement référence ici à l’attitude du gouvernement, et que j’en distingue radicalement l’attitude du pays. J’ai admiré – et nous devons tous avoir admiré – la splendide philanthropie dont ont fait preuve nos compatriotes. Quand on a été le témoin, comme j’en ai été le témoin, de milliers et de dizaines de milliers de misérables victimes de cette guerre, parachutés en Suisse, estropiés, blessés, entassés, et quand on a pensé à ce que l’Angleterre a fait au profit de ces gens, pour apaiser et soulager cette misère, j’avoue que je me suis réjoui de ce qui a été fait – que je me suis senti fier de mon pays. Je parle donc seulement de l’attitude politique du gouvernement64. »

  • 65 « Germany, France and England », Edinburgh Review, no 270, oct. 1870, p. 554-593.
  • 66 Ibid. p. 581 et suiv. Voir aussi Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 266 et suiv. ; George P. Gooch (...)
  • 67 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 610.

35Le Premier ministre Gladstone mit en garde, lui aussi, contre une « selfish isolation » politique. En octobre 1870, dans le cadre d’un compte rendu, il publia un communiqué politique dans l’Edinburgh Review65. Dans cet appel, destiné au public britannique mais qui concernait aussi les parties en guerre, il plaidait entre autres pour un rôle de premier plan de l’Angleterre quant à la mise en place ultérieure de règles de droit international et à l’intervention internationale dans les conflits européens ; et, au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, il stigmatisait les plans d’annexion allemands66. La prise de position de Gladstone dans la Edinburgh Review et l’engagement du Premier ministre en faveur d’une neutralisation de l’Alsace et de la Lorraine pouvaient – comme le montre la lettre de Guizot citée au début du présent article – nourrir les espoirs français de voir le gouvernement anglais, sous la pression du public indigné, mettre un frein aux exigences allemandes67. Mais ni la faim qui sévissait à Paris, ni le changement dans l’équilibre des puissances au profit de la Prusse, qui pouvait devenir une menace pour l’Europe, ne constituèrent des arguments suffisants pour faire dévier le gouvernement anglais de la neutralité qu’il avait librement choisie. La réponse de Gladstone au courrier de Guizot montre, à côté de la compassion, un imperturbable attachement au concept politique de non-intervention :

  • 68 Réponse de Gladstone à la lettre de Guizot, 30 janvier 1871, transcrite dans British Library Manus (...)

« J’ai longtemps eu l’impression, comme, je pense, plusieurs de mes collègues, que la position d’une puissance neutre à l’égard de la guerre était compliquée, et qu’elle souffrait de l’absence d’une assemblée compétente pour parler au nom de la France. J’étais sur le point de répondre à votre lettre quand nous avons appris que ce besoin était sur le point d’être satisfait, conformément à l’arrangement conclu entre M. Favre et Ct. Bismarck. Quand, par cet authentique moyen de communication, la nation française aura fait connaître les points qui sont pour elle essentiels en vue d’une paix, alors nous serons plus à même de juger s’il y a place pour les bons offices et les déclarations des neutres, ou si ces derniers doivent renoncer à l’espoir de contribuer en quoi que ce soit à la justice et à la solidité de la paix68. »

Les conditions de l’occupation, un argument politique

36Que peut nous apprendre, sur la guerre franco-allemande, le regard porté par un pays neutre sur les conditions d’occupation ? Dans un conflit opposant deux puissances européennes, chercher des arrangements locaux et éviter le plus possible la dureté de la guerre fut perçu comme une aspiration naturelle des peuples en guerre. Les relations entre soldats et habitants, génératrices de conflits, mais relativement peu violentes, pouvaient ainsi valoir comme un acquis de la conduite de la guerre, considérée comme civilisée. En ce sens, l’occupation fut comprise avant tout comme un défi humanitaire dans un conflit technicisé ; elle fut acceptée comme élément d’une conduite « moderne » de la guerre.

37Mais l’observation des conditions de l’occupation de 1870-1871 ne suffit pas à elle seule pour comprendre précisément la conduite de la guerre ou rendre compte de l’acceptation de la guerre comme moyen de puissance en général. La discussion publique dans la presse montre clairement que ceux qui y écrivaient avaient moins de choses à dire sur la guerre en France que sur la situation politique de leur propre pays. La guerre fut un test pour la neutralité britannique, déjà éprouvée. Les conditions de l’occupation ont leur place dans la question, politique, de savoir jusqu’à quel point un gouvernement peut se permettre de ne pas intervenir, au regard de la souffrance humaine et du changement de l’équilibre des puissances sur le continent ; et à partir de quand le concept de neutralité perd sa crédibilité politique. Dans le même temps, l’observation des conditions de l’occupation met en lumière l’efficacité de l’aide humanitaire internationale, dont l’organisation bénéficia de l’appui du public, grâce à l’existence des médias. Sur ce terrain, les critiques et les soutiens de la politique de neutralité retrouvaient une base commune.

Notes

1 Lettre de Guizot à Gladstone (Val Richer, [17] janvier 1871, avec un post-scriptum du 18 janvier), British Library, Add. Mss. 44429, p. 88-102. Concernant cet échange de correspondance, voir aussi Gabriel de Broglie, Guizot, Paris, Perrin, 1990, p. 467-471 ; Thomas Schaarschmidt, Außenpolitik und öffentliche Meinung in Großbritannien während des deutsch-französischen Krieges von 1870/71, Francfort sur le Main, etc., Peter Lang, 1993, p. 610.

2 Lettre de Guizot à Gladstone, op. cit., p. 100 R.

3 Par le comte de Derby (Stanley), au Parlement, à propos de la question danoise en 1864. Voir Christopher Howard, Britain and the Casus Belli 1822-1902. A study of Britain’s International Position from Canning to Salisbury, Londres, University of London, 1974, p. 64. Sur le principe de la non-intervention dans les années 1860 et 1870, voir aussi Peter Alter, « Weltmacht auf Distanz. Britische Außenpolitik 1860-1870 », Eberhard Kolb (dir.), Europa vor dem Krieg von 1870. Mächtekonstellationen – Konfliktfelder – Kriegsausbruch, Munich, Oldenbourg, 1987, p. 77-91. Les rapports germano-britanniques durant la guerre franco-allemande ont donné lieu à des études détaillées. À titre d’exemples de l’historiographie relativement ancienne, marquée par la Première Guerre mondiale, citons : Dora Neill Raymond, British Policy and Opinion during the Franco-Prussian War, New York, Columbia University, 1921 ; Kurt Rheindorf, England und der deutsch-französische Krieg 1870/71 : Ein Beitrag zur englischen Politik in der Zeit des Übergangs vom Manchestertum zum Imperialismus, Bonn-Leipzig, Schroeder, 1923. On trouve une discussion plus acérée dans : Veit Valentin, Bismarcks Reichsgründung im Urteil englischer Politiker und Diplomaten seiner Zeit 1862-1890, Amsterdam, Elsevier, 1937 ; Elisabeth Wentz, Die Behandlung des deutsch-französischen Krieges 1870/71 in der englischen Presse : Ein Beitrag zur Geschichte der Kriegsberichterstattung, Wurtzbourg-Aumühle, Triltsch, 1940.

4 Klaus Hildebrand, No intervention. Die Pax Britannica und Preußen 1865/66 – 1869/70. Eine Untersuchung zur englischen Weltpolitik im 19. Jahrhundert, Munich, Oldenbourg, 1997, p. 8; Voir aussi: Id., « Großbritannien und die deutsche Reichsgründung », Eberhard Kolb (dir.), Europa und die Reichsgründung. Preußen-Deutschland in der Sicht der großen europäischen Mächte 1860-1880, Munich, Oldenbourg, 1980, p. 9-62, ici p. 22.

5 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 51; Peter Alter, op. cit., p. 81 et 87; Klaus Hildebrand, Großbritannien, op. cit., p. 17.

6 Klaus Hildebrand, Großbritannien, op. cit., p. 17.

7 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 51.

8 Peter Alter, op. cit., p. 91; Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 76.

9 Thomas Schaarschmidt, op. cit, p. 98.

10 Ibid., p. 111 ; Granville à la chambre des Lords (18.7.1870), Hansard Collection, vol. 203, col. 382.

11 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 112.

12 Horst Lademacher, « Zwischen Bismarck und Napoleon: Das Problem der belgischen Neutralität von 1866-1870 », Eberhard Kolb (dir.), Europa vor dem Krieg, op. cit., p. 103-112; Adolphus W. Ward, George P. Gooch (dir.), The Cambridge History of British Foreign Policy, 1783-1919, t. III, 1866-1919, Londres, Cambridge University Press, 1923, p. 37 et suiv.

13 Horst Lademacher, op. cit., p. 111 et suiv.

14 Concernant la pratique du droit international, voir Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 164 et suiv. Le 21 juillet 1870, Bismarck monta une campagne de presse qui remettait en question la neutralité britannique : Eberhard Kolb, Der Weg aus dem Krieg. Bismarcks Politik im Krieg und die Friedensanbahnung 1870/71, Munich, Oldenbourg, 1989, p. 30.

15 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 184-199.

16 George P. Gooch, Adolphus W. Ward, op. cit., p. 41 et suiv.

17 « The wretched youth had imperilled his country’s neutral status. He deserved to lose his commission. » Cité dans Philipp Warner, Kitchener. The Man behind the Legend, Londres, Hamilton, 1985, p. 16 et suiv.

18 Concernant la vie dans la région occupée, voir François Roth, La guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990, p. 372-410 ; Jean-Jacques Becker, Stéphane Audoin-rouzeau, La France, la nation, la guerre : 1850-1920, Paris, Sedes, 1995, p. 74-79 ; Stéphane Audoin-rouzeau, 1870 : la France dans la guerre, Paris, Armand Colin, 1989 ; Heidi Mehrkens, Statuswechsel : Kriegserfahrung und nationale Wahrnehmung im Deutsch-Französischen Krieg 1870/71, Essen, Klartext Verlag, 2008, p. 196-210.

19 Voir les exemples de Sedan et Versailles, dans Heidi Mehrkens, op. cit., p. 198-204.

20 Sur les francs-tireurs, voir François Roth, op. cit., p. 212-244 ; Heidi Mehrkens, op. cit., p. 129-155.

21 Ibid., p. 210-246 ; excellente étude sur la guerre de siège vue par les assiégés, publiée par Matthias Steinbach, Abgrund Metz. Kriegserfahrung, Belagerungsalltag und nationale Erziehung im Schatten einer Festung 1870/71, Munich, Oldenbourg, 2002; François Roth, op. cit., p. 245-275.

22 Robert John Wilkinson-latham, From our Special Correspondent. Victorian War Correspondents and their Campaigns, Londres, etc., Hodder & Stoughton, 1979. Pour la guerre franco-allemande, voir p. 102-118, ici p. 102 ; Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 15.

23 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 160. La campagne d’hiver gagna aux Français secoués par les défaites, par contrecoup, des sympathies qui plus tard, jusqu’à la paix de Francfort, furent à nouveau ébranlées en raison de la Commune de Paris de mars 1871. Voir Klaus Hildebrand, Großbritannien, op. cit., p. 48.

24 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 55.

25 Certes, il y eut aussi de nombreuses publications de lettres de guerre et de mémoires, mais ces lettres et mémoires paraissaient souvent avec un décalage chronologique par rapport aux événements de la guerre ; aussi leur influence sur les débats politiques et publics relatifs à la guerre fut-elle limitée. On citera ici, à titre d’exemples, quelques publications émanant d’aides humanitaires : Charles E. Ryan, With an Ambulance during the Franco-German War. Personal Experiences and Adventures with both Armies 1870-1871, Londres, Murray, 1896; William Mac Cormac, Notes and Recollections of an Ambulance Surgeon, being an Account of Work done under the Red Cross during the Campaign of 1870, Londres, J. & A. Churchill, 1871.

26 Robert John Wilkinson-latham, op. cit., p. 102 ; Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 15.

27 Sur les conditions de travail des correspondants de guerre, voir Phillip Knightley, The First Casualty. The War Correspondent as Hero and Myth-Maker from the Crimea to Iraq, Baltimore et Londres, Johns Hopkins University Press, 2004 (5e éd.), chapitre « The Golden Age 1865-1914 », p. 43-66. Pour le versant allemand, voir Frank Becker, « Deutschland im Krieg von 1870/71 oder die mediale Inszenierung der deutschen Einheit », Ute Daniel (dir.), Augenzeugen. Kriegsberichterstattung vom 18. zum 21. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006, p. 68-86.

28 Edward Cook, Delane of « The Times », Londres, Constable, 1915, p. 230 et suiv. ; Robert John Wilkinson-latham, op. cit., p. 103.

29 Phillip Knightley, op. cit., p. 47.

30 « for fear that their presence might give offence to the Emperor » (Edward Cook, op. cit., p. 231).

31 Dans une lettre à G. W. Dasent du 17 juillet 1870. Arthur Irwin Dasent, John Thadeus Delane, Editor of « The Times ». His life and Correspondence, vol. II, Londres, Murray, 1908, p. 265. Editorial du London Times, 21 juillet 1870, p. 9: « We can well understand why newspaper correspondents… »; Phillip Knightley, op. cit., p. 47 et suiv.

32 Ute Daniel, « Der Krimkrieg 1853-1856 und die Entstehungskontexte medialer Kriegsberich terstattung », id. (dir.), op. cit., p. 40-67; Philipp Knightley, op. cit., p. 47 et suiv.

33 Les livres de ce correspondant de guerre étaient aussi des succès sur le continent: Archibald Forbes, My Experiences of the War between France and Germany by Archibald Forbes, One of the Special Correspondents of the Daily News, in two vol. , Leipzig, Tauchnitz, 1871; Henry Labouchere, Diary of the Besieged Resident in Paris. Reprinted from the « daily news », with Several New Letters and Preface, in one vol. , Londres, Hurst et Blackett, 1871; William Howard Russell, My Diary during the Last Great War, Londres et New York, Routledge, 1874.

34 « It is the Special Correspondent’s duty to make history out of that fleshless skeleton, and, when the electric spark fails, his graphic pen supplies the form and hue of life. » (London Times, Éditorial du 21 juillet 1870, p. 9: « We can well understand why newspaper correspondents… »)

35 Daily News, 13 août 1870, p. 4: « The function discharged by the Correspondent is higher than the office of merely satisfying curiosity, although it includes that. Without the picturesque and ready pens of these gentlemen, we should remain in ignorance of that part of the business of fighting which is ignored in politics, in diplomacy and by historians. Pictures of waggon-loads of wounded, of soldiers writhing with pain and thirst, of weeping women fleeing from the cottages amongst which the shells were bursting, tend to make us regard glorious war with feelings altogether distinct from that review and parade temper in which it is placed before the world by romanticists »; voir aussi Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 160.

36 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 160 et suiv. Sur les victimes militaires voir Christine G. Krueger, « German Suffering in the Franco-German War 1870/71 », German History, 29, (2011), S. 404-422 ; Jean-François Lecaillon, Les Français et la guerre de 1870, Paris, Bernard Giovanangeli, 2004, p. 30-96.

37 The Times, 29 août 1870, p. 6: « Aid to the Sick and Wounded », allocution du colonel Loyd Lindsay à la réunion de Reading. Sur les débuts de l’aide humanitaire, voir aussi la contribution de Daniel Marc Segesser dans ce même volume ; et, sur la guerre franco-allemande, Heidi Mehrkens, op. cit., p. 43-59.

38 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 161.

39 Report of the Operations of the British National Society for Aid to the Sick and Wounded in War during the Franco-German War, 1870-1871, together with a Statement of Receipts and Expenditure and Maps, Reports, and Correspondence, Londres, Harrison, 1871, p. 9; Letters to the Editor of The Times, 19 septembre 1870, p. 6: « Aid to the Sick and Wounded. »

40 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 161.

41 Letters to the Editor of The Times, 29 novembre 1870, p. 10; 9 décembre 1870, p. 4.

42 Jusqu’à la troisième semaine de septembre 13 000 livres furent rassemblées au profit des villages particulièrement touchés par la guerre entre Metz, Nancy et Sedan ; voir The War Correspondence of the Daily News 1870. Edited, with Notes and Comments forming a continuous narrative of the war between Germany and France with Maps, Londres, Macmillan & Co., 1871, p. 429 et suiv.

43 James Graham Goodenough, Memoir of Commodore Goodenough. With Extracts from His Letters and Journals, Londres, C. Kegan Paul & Co, 1878, p. 81-105. Il s’agit ici des lettres des 22 et 24 novembre 1870, p. 87 et 92: « On Thursday we started at about nine o’clock for Illy, Floing, and St. Menges, where I hoped to make arrangements for baking the bread on the spot, instead of having it sent to Belgium. Our wagon, with the Union Jack flying, started at the same time laden with 120 loaves, of five kilogrammes each, and six bags of coffee, and a case of preserved meat. […] As the bread was being issued, I obtained sad details of distress in some of the families – many were ill, and their illness was aggravated by the want of good food […]; the Germans had smashed their windows, and taken their beds, and they were, as we should say, “on the parish”; that is to say, they would be on the parish if the parish had anything to give them. »

44 James Graham Goodenough, op. cit., p. 92 et suiv.

45 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 559 et suiv. ; Heidi Mehrkens, op. cit., p. 230-247, ici p. 238.

46 « A fortress is a fortress. » Cité dans Heidi Mehrkens, op. cit., p. 238.

47 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 162.

48 Le révérend S. Taylor, lors d’une réunion de l’Aide aux blessés, à Cambridge, The Times, 19 août 1870, p. 5 (« Incidents of the war »): « We should seize the opportunity of showing our sympathy for the brave soldiers who, whether on the French or the Prussian side, have fallen in defence of their country, and in this way we should in the most direct and conclusive manner refute the slander of those who said that our neutrality was synonymous with a selfish indifference to the fate of other nations, and a determination to save our own pockets at all costs. » Voir aussi Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 162, note 49.

49 Klaus Hildebrand, Großbritannien, op. cit., p. 42. Voir aussi, dans le London Times, les comptesrendus des réunions et manifestations au profit de la population parisienne, comme le 13 janvier 1871, p. 3 : « Sympathy with France » ; de même, le 21 janvier 1871, p. 6 : « The Working Classes and the War. » La sympathie pour la population en souffrance n’impliquait pas une sympathie pour le régime républicain, comme le montre entre autres l’article : « The English Sympathizers with the French Republic », du 24 janvier 1871, p. 9.

50 À l’issue de la guerre de Crimée, il fut décidé que la mer Noire serait une zone démilitarisée (lors du traité de Paris, en 1856). En octobre 1870, profitant de ce que les puissances européennes étaient occupées par la guerre franco-allemande, la Russie dénonça unilatéralement ces dispositions. Une conférence réunit alors à Londres, en janvier 1871, les puissances signataires du traité de Paris, à l’issue de laquelle un nouveau traité (mars 1871) abrogea les dispositions du traité de Paris relatives à la mer Noire. Concernant la guerre de Crimée, voir Winfried Baumgart, Der Friede von Paris 1856. Studien zum Verhältnis von Kriegführung, Politik und Friedensbewahrung, Munich, Oldenbourg, 1972.

51 Rapport du 14 août 1870 depuis la Lorraine, dans War Correspondence of the Daily News, op. cit., p. 52: « You must realize the scene to measure its overwhelming effect – French hotels de ville occupied by helmeted Prussians, French peasants in blouses doing forced service to the Prussian commissariat. These things form part of the picture. You see the whole country alive with invaders, and the columns of infantry pressing forward like trains of working ants. »

52 Rapport du 22 octobre 1870 depuis Gorze (commune de Lorraine): War Correspondence of the Daily News, op. cit., p. 312.

53 William Russell, pour le London Times, 24 août 1870, p. 7: « The War. »

54 Rapport du 15 août, depuis Phalsbourg, reproduit dans War Correspondence of the Daily News, op. cit., p. 80 : « I cannot but think that the whole scene as we advance is a tribute to modern civilization. Here are young girls standing laughing at the cottage doors, not a bit afraid of violence; and we pass after a hundred thousand men, more or less, have gone by along that same road. It would not have been so in the Thirty Years’War. It would scarcely have been so some fifty years back. But here it is to-day. The village maidens stand half-shy, half-curious, to see the Prince and his Staffride on their way; the old people sit basking in the sunshine, and shaking their heads over the evil days. » Les références à l’invasion prussienne de la France en 1814-1815, invasion à laquelle fut par exemple consacrée dans le Times une série d’articles, jouèrent un rôle important dans ces comparaisons historiques.

55 Rapport du 15 août depuis Phalsbourg, reproduit dans War Correspondence of the Daily News, op. cit., p. 79: « The soldiers are not inclined to be harsh, if only they get what they think [they] ought to have, and there is nothing to alarm the inhabitants in the demeanour of their terrible foes. But this difference of language begins to make the everyday intercourse of conquerors and conquered far from smooth. The French accept their ill-luck fairly enough; what they are put out of temper by is being shouted at in strange tongues and shaken by the shoulder [as] if they are dull. »

56 Journal de guerre de William Russell, remanié avec l’autorisation de l’auteur par Max Schlesinger, Leipzig, Hirzel, 1874, p. 39 et suiv. : « Wie würde es wohl den Engländern ums Herz sein, wenn an den Mauern von Dover oder Canterbury Plakate mit der Unterschrift Bazaine’s oder Napoleon III. angeschlagen würden, in denen jedem Landesbewohner kund und zu wissen gethan wäre, daß er erschossen werden würde, wofern er englischen Truppen als Führer dienen, Brücken und Telegraphen zerstören, Spione beherbergen oder selber Spionierdienste thun sollte » ; voir, de même, les articles de Russell dans le Times du 24 août 1870, p. 7 : « The War », et dans celui du 30 août 1870, p. 7 : « The War. »

57 Rapport du 19 août 1870, depuis Nancy : War Correspondence of the Daily News, op. cit., p. 85 ; de même : rapport du 29 octobre 1870, depuis Metz, ibid., p. 339.

58 « Mainly […] narratives of adventure, without too much political comment or moralising to interrupt the narrative. » Phillip Knightley, op. cit., p. 44, considère que c’est, d’une manière générale, une caractéristique des rapports journalistiques de « l’âge d’or ».

59 Max Schlesinger, op. cit., p. 134 et suiv. : « gerade wie die eines neutral sein wollenden Staates ».

60 La correspondance de guerre de Walker, ainsi que des extraits de son journal, se trouvent dans : Days of a Soldier’s Life. Being Letters written by the Late General Sir C. P. Beauchamp Walker, during Active Service in the Crimean, Chinese, Austro-Prussian (66) and Franco-German (70-71) Wars, Londres, Chapman & Hall, 1894. Walker gérait entre autres, à Versailles, une caisse pour les citoyens britanniques résidant à Paris qui quittaient la France et avaient besoin d’un soutien financier. Voir Ernest Alfred Vizetelly, My Days of Adventure: The Fall of France, 1870-71, Londres, Chatto & Windus, 1914, p. 190 et suiv. Sur Russell, voir Klaus Hildebrand, No intervention, op. cit., p. 383-414.

61 Klaus Hildebrand, Großbritannien, op. cit., p. 43; Id., No intervention, op. cit., p. 398.

62 Interpellation adressée au sous-secrétaire d’État pour les affaires étrangères, le vicomte Enfield, à la Chambre des Communes : « Absence of the English Consul », Hansard Collection, vol. 204 c. 166 ; Thomas Wodehouse Legh Newton, Lord Lyons. A Record of British Diplomacy, t. I, Londres, Arnold, 1913, p. 322; Ernest Alfred Vizetelly, op. cit., p. 95 et suiv.

63 Débats parlementaires du 17 février 1871, Hansard Collection, vol. 204 cc. 387-455, ici c. 398. Sur cette discussion, voir aussi Thomas Newton, op. cit., p. 323 et suiv. ; Ernest Vizetelly, op. cit., p. 162. Sur les étrangers à Paris en temps de guerre voir aussi Mareike Koenig, « Les immigrés allemands à Paris 1870/71 : entre expulsion, naturalisation et lutte sur les barricades », Migrance, no 35, 2010, p. 60-71.

64 Débats parlementaires du 17 février 1871, Hansard Collection, vol. 204 cc. 387-455, ici c. 399 et suiv. : « Go to France – go to Switzerland – go to Germany – go to Belgium – countries which I have recently visited. Why, the universal expression of opinion on the part of all classes of society, echoed in the columns of the newspapers, is, La politique du Gouvernement Anglais fait honte! That is what you hear abroad. I have visited those countries, and can speak from my own observation. Now, what is the attitude of the Government? And when I speak of its attitude, I should be glad to say, by way of parenthesis, that I only refer to the attitude of the Government, and that I separate altogether from it the attitude of the country. I have admired – we all must have admired – the splendid philanthropy which has been exhibited. When one has witnessed, as I have witnessed, the thousands and tens of thousands of miserable victims of this war, thrust into Switzerland, maimed, and wounded, and crushed, and has thought of what England did to benefit, to assuage, and to alleviate this misery, I own that I have rejoiced at what has been done – that I have felt proud of my country. I speak, therefore, only of the political attitude of the Government. »

65 « Germany, France and England », Edinburgh Review, no 270, oct. 1870, p. 554-593.

66 Ibid. p. 581 et suiv. Voir aussi Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 266 et suiv. ; George P. Gooch, Adolphus W. Ward, op. cit., p. 43.

67 Thomas Schaarschmidt, op. cit., p. 610.

68 Réponse de Gladstone à la lettre de Guizot, 30 janvier 1871, transcrite dans British Library Manuscripts Collection, Add. Mss. 44429, p. 123 et suiv. : « I have long felt, + I think others among my colleagues had done the same, that the position of neutral Powers with ref. to the War was complicated, as well as weakened by the absence of any assembly competent to speak in the name of France. I was about to reply to y [ou] r letter when we learnt that this want was about to be supplied, under the arrangement concluded between M. Favre + Ct. Bismarck. When, through this authentic medium, the French nation shall have made its own mind known with regard to the general basics of a peace, then we shall be better able to judge whether there is place for the good offices + the declarations of neutrals or whether they must forgo the hope of contributing anything to the justice + solidity of the peace. » Pour la lettre de Guizot, voir Débats parlementaires du 17 février 1871, Hansard Collection, vol. 204 c. 387-455, ici c. 410 et suiv. Voir aussi Klaus Hildebrand, No intervention, op. cit., p. 398.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search