Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Première partie. Occupation et neutralité. De la guerre révolutionnaire à la guerre nationale

La Hongrie sous le néoabsolutisme autrichien (1849-1859)

Catherine Horel

Texte intégral

  • 1 La couronne de Hongrie – qui avait été récemment rendue aux Hongrois après avoir longtemps été gar (...)
  • 2 Les treize officiers étaient en fait douze généraux : le comte Arisztid Dessewffy ; Ernő Kiss ; Jó (...)

1La décennie qui suit l’échec de la guerre d’indépendance hongroise de 1848-1849 ne fait pas l’objet d’un examen historiographique approfondi : la recherche s’est essentiellement concentrée sur l’aspect répressif de la reprise en main par les Autrichiens, ainsi que sur le début des années 1860 qui annonce la réconciliation et la négociation du Compromis de 1867. L’intervention russe de mai 1849, la prise de la capitale par les Impériaux, la défaite d’août 1849, les derniers combats de l’automne puis l’occupation du pays ont pourtant marqué la mémoire collective d’une manière indélébile. L’expérience de la révolution puis de la guerre contre l’Autriche est venue rejoindre le patrimoine insurrectionnel de la Hongrie : son ampleur et sa violence effacent même les épisodes précédents (guerres contre les Turcs, insurrection de Rákóczi) et acquièrent une dimension symbolique forte avec la disparition de la Couronne1. L’héritage de 1848 est parfaitement lisible lors de l’insurrection de 1956 et au-delà. La répression exercée par l’Autriche lors de l’occupation du pays a été particulièrement brutale pour deux raisons : l’outrage à la dynastie et l’outrage à l’armée. François-Joseph, monté sur le trône le 2 décembre 1848, avait reçu une éducation militariste et son entourage l’investit de la tâche de sauver la monarchie. Il ne peut de ce fait tolérer le séparatisme hongrois – or la diète réunie à Debrecen en avril 1849 a voté le détrônement des Habsbourg – ni l’insubordination – or de nombreux officiers, qui n’étaient pas tous hongrois, ont quitté leurs régiments pour aller combattre aux côtés des révolutionnaires. On décide donc de faire des exemples : le 6 octobre 1849, l’ancien président du Conseil Lajos Batthyány, pourtant démissionnaire en septembre 1848, est exécuté à Pest ; simultanément treize généraux de l’armée hongroise (Honvéd) sont passés par les armes à Arad2.

2L’héroïsme et le martyre brouillent l’analyse des années qui suivent. La mémoire ne semble retenir que la répression, le mépris du droit d’État historique de la Hongrie et la résistance passive de toute la nation au centralisme autrichien, qui plus est germanisateur. Les années 1850 se présentent dans l’historiographie comme une parenthèse finalement peu intéressante au niveau local et l’on s’attache le plus souvent à l’étude de l’exil des principaux chefs de la révolution, notamment à leurs tentatives pour reprendre le combat et à se faire entendre sur la scène internationale. Le « réveil » de la nation au début des années 1860 serait ainsi dû aux difficultés de l’Autriche et non au génie local, ce qui est pour le moins paradoxal. François-Joseph ne serait donc pas allé se faire couronner en 1867 à Budapest mais en fait à Canossa. L’idéologie nationale en effet préfère passer sous silence les années 1850 durant lesquelles – après la secousse de 1849 – de nombreux acteurs de la vie publique s’accommodent de la situation tout en s’efforçant de l’infléchir et en transformant même certaines contraintes en avantages. Le tournant de 1860-1861 est certes dû à une évolution de la cour de Vienne confrontée à des problèmes économiques et à une configuration internationale pour le moins défavorable – guerre de Crimée et retournement de la Russie, défaite de l’Autriche en Italie – mais il correspond aussi à un mûrissement de la réflexion des politiciens hongrois. Les deux partenaires font un pas l’un vers l’autre car ils y ont intérêt : l’Autriche a besoin de la Hongrie et la Hongrie ne peut recouvrer son intégrité qu’avec l’aide de l’Autriche. Paradoxalement le projet national hongrois ne passe plus alors par le séparatisme, mais par le retour du royaume reconstitué à une union personnelle avec l’Autriche qui lui garantisse l’autonomie refusée en 1848.

D’une occupation à l’autre. Désintégration territoriale et germanisation janvier 1848-août 1849

3Après la fin des troubles en Italie, la cour de Vienne décide d’en finir avec les Hongrois. Afin d’éviter d’intervenir directement, elle charge de cette besogne le ban de Croatie Jelačić, qui à la tête des troupes levées dans la frontière militaire s’approche de la capitale hongroise. Le mois de septembre se passe en incessants voyages entre Pest et Vienne ; les membres du gouvernement hongrois et des délégations de la Diète relaient en vain les tentatives de négociation du Premier ministre Lajos Batthyány. Le 16 septembre, Batthyány et les membres de son gouvernement démissionnent, laissant la voie libre aux radicaux, partisans de la rupture avec Vienne et de la lutte armée. Des membres du gouvernement et des députés libéraux, déplorant la tournure violente prise par les événements, quittent la ville et même le pays. Aussitôt, un Comité de défense nationale dont Lajos Kossuth prend la présidence, est formé au sein de la Diète et devient le véritable organe dirigeant du pays. Le palatin, l’archiduc Étienne, tente à son tour de s’entremettre mais son départ marque la fin d’une époque puisque la charge de palatin ainsi que le Conseil de lieutenance seront bientôt suspendus.

  • 3 La bataille de Pákozd est d’ailleurs interprétée en Croatie à l’inverse de son issue.

4Les troupes croates sont parvenues le 26 septembre à Székesfehérvár, à quelque cinquante kilomètres au sud-ouest de Budapest mais la Honvéd inflige trois jours plus tard, à Pákozd3, une défaite cuisante à Jelačić qui doit conclure un armistice avec le général Moga. Mais entre-temps à Vienne, des radicaux, apprenant que le gouvernement s’apprêtait à envoyer l’armée impériale contre les Hongrois, ont déclenché une insurrection afin d’empêcher le départ des régiments ; devant l’échec de la troupe, incapable de réprimer ce soulèvement, la Cour doit faire appel à des renforts ; les Croates se mettent alors à sa disposition et font route vers Vienne, laissant aux Pestois un très court répit.

  • 4 Catherine Horel, Soldaten zwischen nationalen Fronten : Die Auflösung der Militärgrenze und die En (...)

5Les relations entre Hongrois et Croates avaient ainsi atteint un point de non-retour après des mois de négociations entre les deux diètes et la menace que faisait peser le ban et ses troupes sur le sud du pays. Nommé une première fois ban de Croatie par Vienne le 23 mars 1848, Jelačić avait été relevé de ses fonctions suite aux pressions de Budapest le 10 juin, avant d’être réinstallé dans sa dignité le 4 septembre, signe clair que la situation avait évolué au détriment de Budapest. Jelačić était parvenu à unir les revendications politiques des Croates et des Serbes malgré son aversion pour toute forme de parlementarisme et plus encore de démocratie. Sa puissance militaire constituée par les Grenzer représentait un argument de poids pour la diète de Zagreb qui espérait ainsi obtenir de la Hongrie une plus large autonomie, comparable à celle que cette dernière venait d’arracher à Vienne. La montée de la tension entre Budapest et Zagreb pouvait certes à la fois représenter un danger pour Vienne mais aussi une opportunité lui permettant de tirer les marrons du feu4. L’archiduc Johann, envoyé en Hongrie pour amener les deux partenaires à trouver un compromis, ne peut que constater l’hostilité viscérale de Jelačić à l’égard des représentants du gouvernement hongrois qui font pourtant un certain nombre de propositions conformes aux « exigences de la nation » (Zahtijevanja naroda) formulées le 25 mars par le Sabor croate et dont il acceptait une grande partie. Mais manifestement Jelačić ne pouvait plus accepter de prendre ses ordres de Budapest et l’avance de ses troupes avait rendu tout recul impossible. Il est faux en revanche de prétendre qu’il a marché sur la Hongrie sur ordre de Vienne, où ce mouvement fit l’effet d’une « divine surprise ».

6Après avoir écrasé la révolution viennoise, l’armée du maréchal Alfred Windischgraetz, qui s’était déjà rendu maître de Prague, augmentée des troupes croates (sous les couleurs impériales), peut concentrer ses forces contre la rébellion hongroise. D’autant que l’armée hongroise a tenté en vain de porter secours aux Viennois insurgés : la Honvéd a échoué à Schwechat, aux portes de Vienne, et a dû battre en retraite. L’accession de François-Joseph au trône impérial, le 2 décembre 1848, signifie beaucoup plus qu’une simple succession dynastique : le jeune souverain, formé et entouré par les principaux avocats de la réaction, va réprimer dans les premières années de son règne ceux qui ont osé désobéir, en particulier les militaires, qui ont renié leur serment de fidélité à la monarchie. Le 13 décembre 1848, l’armée impériale franchit la frontière hongroise. Les troupes de la Honvéd freinent sa progression, mais les Impériaux sont à Győr le 27 décembre, puis à Mór, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Budapest, le 30. À Pest, la défense s’organise. Les compagnies de gardes nationaux sont renforcées ; tous les ouvriers du bâtiment, ceux qui travaillent à l’achèvement du Lánchíd et à la construction du chemin de fer, sont réquisitionnés pour fabriquer armes et munitions, et pour fortifier les points de défense de la ville. Le Comité de défense nationale peut compter sur le soutien de nombreux industriels : la fonderie d’Abraham Ganz fournit armes et canons ; des marchands de drap et des industriels du textile livrent des uniformes ; enfin les banques et la Caisse d’épargne dégagent les fonds nécessaires à l’achat des armes et au financement des travaux. Début janvier 1849, le Comité de défense nationale et les membres de la Diète partent pour Debrecen. Les partisans de la paix et les conservateurs demeurent, ainsi qu’une majorité des conseillers municipaux de Pest et de Buda. Les troupes hongroises, commandées par Mór Perczel, quittent elles aussi la ville en direction de Szolnok. Le 5 janvier, les forces impériales pénètrent dans Buda, inaugurant tristement le Lánchíd, puis occupent Pest.

7Dès leur arrivée, les autorités autrichiennes destituent la municipalité de Pest, y compris les conseillers qui leur étaient favorables. Les conseillers et fonctionnaires sont remplacés par des hommes acquis à la réaction. À Buda, en revanche, quelques conseillers sont laissés en place, mais la municipalité perd toute autonomie. Dans une ville qui s’était toujours glorifiée de son indépendance, cette reprise en main est un avant-goût du système qui sera mis en place un an plus tard, avec l’avènement de l’ère néo-absolutiste. Un contrôle très strict s’exerce sur la population, en particulier sur les étudiants et les ouvriers. La censure est immédiatement remise en vigueur et des journalistes sont arrêtés. Windischgraetz va faire payer à la ville son engagement révolutionnaire : Buda doit acquitter une amende de 100 000 florins, qui s’élève à 400 000 florins pour Pest ; à Óbuda, la communauté juive est mise en demeure de payer 20 000 florins pour avoir pris des armes dans l’arsenal royal de Buda. Dans une proclamation placardée le 11 février 1849, la communauté juive de Pest est stigmatisée comme le principal soutien des rebelles et astreinte à payer 20 000 florins par homme compromis ; elle fait de plus l’objet d’une amende collective.

8Le maréchal prend une autre mesure, contre laquelle le gouvernement hongrois ne peut rien. Il avait émis des billets de banque, imprimés par la Banque commerciale hongroise de Pest, et surnommés « billets Kossuth », qui était alors ministre des Finances. Ces billets avaient été mis en circulation en août 1848, pour une valeur totale de 12,5 millions de florins. Dès son arrivée, Windischgraetz décrète leur annulation. Les billets doivent être récupérés par les soldats autrichiens et brûlés, sans compensation pour leurs détenteurs, malgré de fallacieuses promesses de remboursement en monnaie impériale après le retour à l’ordre. En mars, de spectaculaires autodafés sont orchestrés par les troupes à Buda et à Pest : un million de florins en billets sont également saisis au siège de la Banque.

9La résistance s’organise à Pest, autour des radicaux qui se réunissent secrètement au café Pillwax et forment le Cercle radical. La nuit, des mains anonymes couvrent les murs d’inscriptions « vive Kossuth », et le Közlöny (Le Moniteur), journal officiel du gouvernement hongrois et de la Diète, est distribué clandestinement. Les nouvelles circulent tant bien que mal entre Pest et Debrecen, où se sont réfugiées les autorités hongroises. L’espoir revient au printemps, nourri par les succès de la Honvéd qui se rapproche de la capitale en avril 1849. Le 14 avril, à Debrecen, le gouvernement et la Diète annoncent la déchéance des Habsbourg du trône de Hongrie et la proclamation de l’indépendance. Kossuth est aussitôt élu gouverneur d’un État dont la forme reste pour l’heure en suspens. Les événements se précipitent : le successeur de Windischgraetz, le baron Ludwig Welden, décide l’évacuation de la capitale. Une partie des troupes hongroises entre dans Pest le 24 avril, mais les Impériaux maintiennent leur présence, par l’intermédiaire de la garnison du château de Buda, forte d’environ 4 000 hommes et commandée par le général Heinrich Hentzi.

10La municipalité change à nouveau de visage avec le retour à leurs postes des édiles et des fonctionnaires hongrois. Les libertés publiques sont rétablies. Mais Buda reste isolée dans ses murs, toujours gardés par les soldats impériaux. Dans les premiers jours de mai, le siège est mis contre la garnison et le bombardement du château commence. Des approches sont entreprises en direction du général Hentzi afin de l’amener à se rendre, mais en vain. Les deux camps s’affrontent jusqu’au 21 mai : à trois heures du matin, les assaillants pénètrent dans le château après un dernier combat durant lequel le général Hentzi meurt entouré de ses soldats. Le surlendemain, des réjouissances sont organisées pour célébrer la « libération » des deux villes : 80 000 personnes se rassemblent dans Városliget. Une semaine plus tard, la liesse se renouvelle dans le parc de Városmajor à Buda. Le retour de la Diète, le 30 mai, déclenche des manifestations de joie, qui culminent le 5 juin lors de l’arrivée du gouvernement et de Kossuth.

  • 5 Le drapeau aux couleurs noir et jaune était celui de la monarchie des Habsbourg.

11La vie quotidienne reprend son cours : le gouvernement est présent, la Diète siège, la presse d’opposition reparaît. On commence à reconstruire les bâtiments détruits ou endommagés par les bombardements, on envisage même de relancer les travaux d’embellissement de la ville prévus avant la révolution et l’on compte sur le retour du comte Széchenyi. Mais les nouvelles des divers fronts de la guerre d’indépendance sont alarmantes : depuis le début du mois de mai, des troupes russes, appelées en renfort par François-Joseph, ont envahi le Nord du pays. Les armées impériales, désormais sous le commandement du général Julius Haynau, font route vers la ville. Le 29 juin, un dernier rassemblement populaire a lieu devant le Musée national, à l’initiative de l’assemblée des citoyens de Pest qui a tenu la veille sa dernière séance. Trois jours plus tard, la Diète clôt ses sessions et reprend sa vie itinérante, cette fois en direction du sud, vers Szeged. Le 8 juillet, le gouvernement quitte la ville. L’avant-garde du général Haynau, précédé de sa réputation acquise en Italie où on l’a surnommé la « hyène de Brescia », pénètre dans la capitale le 11 juillet. La guerre d’indépendance hongroise est pratiquement perdue. En quelques heures, le schwarz-gelb5 impérial flotte sur la ville. L’arrivée des Russes, commandés par le général Panjutin, accroît le choc de la défaite et fait craindre le pire ; ils sont simplement de passage, mais l’invasion de la grande puissance de l’Est a laissé une trace durable dans les mémoires et contribua à fonder la russophobie hongroise dont les derniers avatars se manifestèrent en 1945 et 1956.

  • 6 Afin de donner un ordre de grandeur et de mettre en perspective deux événements souvent accolés da (...)

12À peine entré à Budapest, le général Julius Haynau met en place des tribunaux militaires. Les officiers coupables de trahison sont transférés à Arad puis exécutés. Après l’arrêt définitif des combats, au début d’octobre, les civils sont emprisonnés dans la caserne du Neugebäude. Entre le mois de juillet 1849 et la première moitié de l’année 1850, plus de 1500 personnes y sont détenues. Plus de deux cents d’entre elles sont condamnées à mort, mais toutes ne sont pas exécutées6. Le comte Lajos Batthyány, l’ancien Premier ministre, qui s’était désolidarisé de Kossuth et avait ensuite rejoint les rangs des partisans de la paix, est fusillé le 6 octobre. En prononçant son arrêt de mort, les Autrichiens font de lui un martyr de l’indépendance hongroise.

  • 7 Symbole d’horreur pour les Hongrois, il fut déplacé en 1899 dans la cour de l’école des cadets de (...)

13Pendant que la justice militaire autrichienne traque les partisans de la révolution, tout particulièrement ceux qui ont occupé des fonctions officielles et les journalistes, coupables d’avoir propagé les idées réformistes, les étudiants, les religieux de toutes confessions ayant prêché la révolte, les nouveaux maîtres érigent la citadelle du mont Gellért, dont les canons sont tournés vers Pest, et fortifient les collines de Buda. Ils couronnent leur entreprise par un monument à la gloire du général Hentzi et des 418 soldats tombés à ses côtés, inauguré le 11 juillet 1852, sur la place Saint Georges devant le château7.

14Haynau garde la haute main sur l’appareil répressif jusqu’au printemps de 1850. À ses côtés, le baron Karl Geringer, ancien ambassadeur, est chargé de remettre de l’ordre dans l’administration et le fonctionnement de la ville. Ce commissaire impérial s’installe dans le château royal de Buda que les Autrichiens se sont empressés de restaurer, mais ses bureaux sont à Pest, dans le palais de la famille Ullmann, où il s’entoure d’une nuée de fonctionnaires autrichiens ; les rares Hongrois qui se voient gratifier de responsabilités sont au-dessus de tout soupçon de réformisme. Sous sa direction, les Autrichiens mettent en place un réseau d’espions et d’indicateurs, grâce aux aubergistes et hôteliers, visant surtout Pest, dont ils redoutent qu’elle s’enflamme de nouveau.

  • 8 Jean-Paul Bled, Histoire de Vienne, Paris, Fayard, 1998.
  • 9 Éva Somogyi, « The Age of Neoabsolutism 1849-1867 », Péter F. Sugar, Péter Hanák, Tibor Frank (éd. (...)
  • 10 György Szabad, « Az önkényuralom kora (1849-1867) » [L’ère absolutiste], Magyarország története [H (...)

15La cour de Vienne prend également toute une série de mesures pour rétrograder la Hongrie au rang de province. C’est Alexander Bach, un « ancien révolutionnaire rallié au néo-absolutisme8 », nommé ministre de l’Intérieur dans le gouvernement du prince Schwarzenberg en novembre 1848, qui mène à bien la réorganisation administrative de la Hongrie, dont l’arbitraire foule aux pieds les lois et les traditions9. La Diète est bien entendu suspendue et les cinquante-deux comitats, dissous, sont remplacés par cinq grands districts tout d’abord administrés par les militaires10. Par la même occasion, le royaume de Hongrie est amputé de la Transylvanie, de la Croatie-Slavonie, du Banat et des confins militaires, qui sont désormais administrés par Vienne comme des provinces autonomes. Le rattachement définitif de la principauté de Transylvanie (administrée par la chancellerie de Hongrie, à Vienne, depuis la reconquête turque et l’échec de l’insurrection de Rákóczi au début du XVIIIe siècle) avait été un des objectifs et l’une des conquêtes les plus significatives de la révolution dans sa phase légale (avril-septembre 1848). L’historiographie hongroise traditionnelle (indépendamment de l’idéologie politique) présente le plus souvent ces atteintes à l’intégrité territoriale du royaume de Hongrie comme l’expression de la politique de divide et impera de la cour qui aurait cherché par là à favoriser les autres nationalités au détriment des Magyars. Or il n’en est rien, car les fonctionnaires non-magyars qui sont mis en place sont tous de loyaux serviteurs de l’Autriche et propagent non leurs langues respectives, mais l’allemand. La meilleure preuve du retour au centralisme est le traitement que subit la Croatie dont les régiments s’étaient pourtant portés au secours de Vienne. L’autonomie accordée à la Voïvodine et au Banat de Temesvár satisfait, il est vrai, certains aspects des revendications serbes, mais gèle pour un temps le problème de la frontière militaire.

  • 11 Avant 1848, les préfets des comitats étaient nommés par Vienne, tandis que les deux sous-préfets é (...)

16Le comitat de Pest est réuni au comitat voisin d’Esztergom, au nord, et au territoire de Jászkun, au sud, l’ensemble étant placé sous l’autorité de Vince Szent-Iványi11. Mais ce Hongrois est bientôt remplacé par un Autrichien, le conseiller aulique Franz Koller. Le 13 septembre 1850, une ordonnance du ministère de l’Intérieur définit l’organisation des nouveaux districts : le pouvoir passe aux mains des civils ; mais Pest reste le centre de cette nouvelle entité administrative. Les trois villes avaient été réunies sous le nom de Budapest par une décision du ministre de l’Intérieur Bertalan Szemere, le 14 juin 1849, mais ce décret est annulé, comme toutes les autres mesures prises par la Diète depuis 1848. Le préfet, nommé à la fin de l’année 1850, est le baron Antal Augusz, un ami de Franz Liszt. L’édifice est complété par l’archiduc Albrecht, général, petit-cousin et principal instructeur de l’empereur, qui succède à Haynau et devient le gouverneur du pays.

17La politique de germanisation connaît un nouvel élan, toutes les villes choisies pour être capitales de district sont des cités à dominante allemande et la Cour ne manque pas une occasion de défavoriser Pest, en développant par exemple le chemin de fer entre Vienne, Sopron et Pécs, au détriment des liaisons vers Pest.

  • 12 Dienstes-Instruktion für das k.k. Pest-Ofner Militär-Polizei-Wache-Corps, Ofen, Druck Univ., 1851.
  • 13 Ibid.

18Pendant plusieurs années, Budapest garde l’aspect d’une ville occupée par une armée étrangère. Le corps de police, le k.k. Pest-Ofner Militär-Polizei-Wache-Corps, est organisé sur le modèle de la gendarmerie impériale et ses pouvoirs sont renforcés en 1851. Désormais, les seuls rassemblements autorisés sont les fêtes religieuses. Encore celles-ci sont-elles étroitement surveillées, tant les Autrichiens craignent qu’elles puissent être l’occasion de démonstrations patriotiques. Le moindre attroupement est suspect et le carnaval est interdit, de même que la Katzenmusik, ce concert discordant accompagné de huées donné sous les fenêtres de certains citoyens. Certes, les policiers sont invités à ne pas montrer un zèle excessif dans les lieux de promenade publique, mais ils doivent connaître tous les bâtiments de la ville, édifices publics ou maisons privées, dont ils doivent repérer les issues et passages. Budapest reste soumise à une censure très stricte. « Le policier ne doit pas autoriser que des publications, à l’exception des avis officiels, à caractère purement local ou professionnel, des programmes des théâtres, des annonces de réjouissances ou de ventes publiques, soient distribuées sur la voie publique ; en outre, il doit veiller à ce que les annonces susmentionnées ne soient pas placardées à des endroits autres que les emplacements prévus à cet effet. Il doit saisir les avis placardés illégalement, en faire état aux autorités de la police et lui présenter les coupables12. » Une surveillance très étroite s’exerce sur les individus susceptibles d’organiser des réunions secrètes, voire de fonder des associations par définition interdites. « Si un policier militaire a connaissance de la formation de sociétés ou d’associations secrètes ou de tout autre mouvement hostile à l’État, ou d’organisations menaçant l’ordre public et la sécurité, ou bien s’il apprend qu’un groupe politique s’est constitué sans en faire la déclaration préalable aux autorités, il doit immédiatement établir un rapport13. »

Le mythe de la résistance passive

  • 14 Mór Jókai, Le nouveau seigneur, trad. du hongrois par Antal Radvanszky, Paris, Phébus, 1993.
  • 15 Miklós Molnár, Histoire de la Hongrie, Paris, Hatier, 1996, p. 271. Il s’agit de sa deuxième visit (...)

19À toutes ces mesures les Hongrois répondent par une résistance passive, à l’image du protagoniste du roman de Mór Jókai, Le nouveau seigneur (Az új földesúr)14, qui cesse de fumer quand Vienne décide d’introduire le monopole d’État sur le tabac ; la taxe sur le vin semble le rendre soudain sobre et celle sur les jeux, vertueux. À la fin du livre, le noble hongrois vainc l’hostilité de son voisin autrichien dont il avait vu l’installation récente (au lendemain de la révolution) comme une provocation. D’autres auteurs manifestent leur hostilité au nouveau pouvoir par des œuvres qui attaquent implicitement l’Autriche. Le dramaturge Imre Madách, essentiellement passé à la postérité pour sa Tragédie de l’homme (Az ember tragédiája) écrite en 1860, avait produit l’année précédente une pièce intitulée Le civilisateur (A civilizátor). Ayant lui-même pris part aux événements en tant que garde national, Madách devait être emprisonné en 1852. La pièce est une attaque à peine voilée contre le système des « hussards » de Bach, une satire du « civilisateur » allemand envoyé en Hongrie pour discipliner le paysan magyar. Le grand poète János Arany travestit son hommage à François-Joseph qui vient visiter la Hongrie en 1857 en ballade anglaise narrant le martyre de cinq cents bardes gallois suppliciés par un souverain inique15.

  • 16 Ágnes Deák, « The Birth of a Kossuth nóta », László Péter, Martin Rady (éd.), Resistance, Rebellio (...)

20Des représentations des Treize Martyrs d’Arad et les portraits de Batthyány et Kossuth sont affichés discrètement dans les foyers, la célèbre Kossuth-nóta16 et d’autres chansons se transmettent. On porte ostensiblement des chapeaux ressemblant à celui de Kossuth, les hommes se font tailler la barbe de la même manière, et l’on se répète des anecdotes sur le grand homme exilé.

  • 17 On chiffre à environ 1 000 personnes le nombre des exilés, partis pour la plupart vers la Turquie (...)
  • 18 Ágnes Deák, op. cit., p. 113-119.

21Les nouvelles des exilés et les rumeurs de retour de certains d’entre eux circulent17. Le comte Andrássy, condamné par contumace à la peine de mort, est appelé « le beau pendu » par les Viennois et ce surnom passe rapidement la frontière. Les vétérans gardent précieusement leurs pièces d’uniforme ; on fabrique des objets souvenirs en utilisant les portraits des leaders de la révolution qui ont circulé en 1848-1849 sous forme de gravures, ainsi que leurs initiales. Le tricolore hongrois : rouge-blanc-vert (ardeur, fidélité et espérance) est discrètement affiché dans les compositions florales et on diffuse également des cocardes commémoratives faciles à dissimuler. Les dates du 15 mars et du 6 octobre deviennent des occasions de célébrer – en privé – les grands moments. Les bals de village arborent des décorations tricolores et c’est durant ces festivités que se répètent les chansons telles que la nóta dont il existe autant de versions que de colporteurs. Les sources judiciaires qui font état des dénonciations et des condamnations pour reproduction et distribution de ces couplets montrent que, s’ils sont souvent diffusés par les membres des élites locales (instituteurs, prêtres), leur contenu est assimilé par l’ensemble de la population18.

22Il est difficile toutefois de se faire une idée précise de ces formes de résistance : au plus fort de la guerre d’indépendance, l’armée hongroise a compté un peu moins de 170 000 hommes alors que le royaume (dans son intégralité territoriale) totalisait environ 14 500 000 habitants. Malgré les apparences, la révolution et la guerre d’indépendance ont été un phénomène de masse qui a concerné tout le royaume, y compris ses nationalités non magyares dont certaines ont suivi le mouvement et d’autres s’y sont opposées. La pénétration des idées, des images et des symboles de 1848-1849 dépasse largement le nombre d’hommes enrôlés dans la Honvéd. L’itinérance du parlement et des dirigeants au fur et à mesure des combats a également contribué à faire de la lutte contre l’Autriche un événement national. Contrairement aux insurrections précédentes suscitées par la noblesse qui y engageait ses paysans, la guerre d’indépendance de 1848-1849 repose sur le volontariat, donc sur la nécessité de convaincre de la justesse de la cause.

23Mais tout cela ne fait pas un comportement collectif de résistance comme on a voulu le faire croire pour les besoins de la construction de l’identité nationale et pour faire admettre la conclusion du Compromis de 1867 que certains radicaux virent de toute manière comme une trahison des modérés. L’historiographie a longtemps compensé l’absence de recherches sur les sources par le mythe et représentait la nation figée dans une attitude d’opposition au néo-absolutisme : il était généralement admis que les Hongrois avaient massivement déserté les offices publics, refusé de payer impôts et taxes, s’étaient soustraits au service militaire, en gros s’étaient abstenus de toute communication avec le nouveau pouvoir, perçu comme une occupation étrangère. Ferenc Deák fut a posteriori considéré comme le principal tenant de cette résistance passive : n’ayant pas émigré, il devait être l’un des concepteurs et négociateurs du Compromis. Toutefois aucun écrit de sa part n’a jamais encouragé ou théorisé la résistance passive avant 1860-1861.

24Si les mesures appliquées à la Hongrie ont effectivement signifié un renforcement de la germanisation et un centralisme accru, il est nécessaire de rappeler que cette politique a été appliquée à tout l’Empire dont le prince Schwarzenberg voulait faire un Gesamtstaat de cinquante millions d’habitants où le particularisme national aurait été limité à de strictes autonomies locales. De nombreux fonctionnaires originaires de tout l’Empire vinrent certes occuper des postes dans la Hongrie réorganisée, mais les responsables locaux demeurèrent en très grande majorité des Hongrois issus de la petite noblesse et de la mince couche de l’intelligentsia roturière des Honoratiores. La Hongrie appartenait depuis 1527 à l’empire des Habsbourg et son élite nobiliaire et administrative s’était depuis longtemps habituée à la fréquentation du système autrichien, même si jusque-là les souverains avaient scrupuleusement – hormis les périodes insurrectionnelles – respecté ses droits historiques. L’occupant ne saurait donc être assimilé complètement à un étranger. La germanisation en revanche est mal vécue car la Hongrie – comme la Croatie – avait obtenu en 1844 de pouvoir utiliser la langue vernaculaire à la place du latin dans toute l’administration. L’Autriche parvient par la force à imposer l’allemand, ce que Joseph II n’avait pu réussir, mais à une élite qui est de toute manière bilingue.

Les accommodements et le renouveau économique

25À partir de 1852, l’État autrichien relâche sa pression. La Hongrie pacifiée ne lui semble plus aussi dangereuse, mais surtout la monarchie traverse une crise économique sans précédent et les entraves que Vienne a imposées au développement de Pest se révèlent catastrophiques pour l’approvisionnement de l’Empire. Le gouvernement impérial avait supprimé les barrières douanières pour encourager l’exportation des produits hongrois vers l’Autriche et l’importation des produits manufacturés autrichiens vers la Hongrie. Cette mesure, instaurée comme une contrainte, servit en fait les intérêts des grossistes hongrois, notamment dans le domaine des grains et du bétail. De même, le télégraphe, que les autorités militaires avaient installé entre Vienne et Buda-Pest afin de faciliter leurs communications, profita aux commerçants et aux banquiers, en leur permettant de connaître dans les meilleurs délais les cours de la bourse des valeurs et de la bourse de commerce de Vienne. Pest ne sera cependant pas reliée aux villes de la province hongroise avant la fin des années 1850.

26Plusieurs signes annoncent le renouveau de l’économie hongroise. D’abord, la relance de la construction ferroviaire. Dès 1854, Budapest est reliée à la plupart des grandes villes de la province hongroise, et trois ans plus tard, on peut se rendre à Cracovie, Prague, et Trieste. Ensuite, l’augmentation du trafic des marchandises sur le Danube. Entre 1843 et 1857, la Société de navigation sur le Danube construit à Pest un quai mobile de part et d’autre du pont, permettant l’accostage des bateaux à vapeur. C’était là qu’on déchargeait les marchandises qui étaient ensuite acheminées sur l’autre rive, vers le chemin de fer du Sud, dans le quartier de Krisztinaváros. Le trafic se développe à tel point qu’en 1865 le pont des chaînes (Lánchíd) ne suffit plus et qu’il faut transborder les marchandises dans des charrettes. On parle alors de construire un nouveau pont, mais il ne sera pas réalisé avant une quinzaine d’années. De 1859 à 1866, les quais du Danube, surtout sur la rive gauche, sont aménagés pour faciliter le débarquement des marchandises et des passagers.

  • 19 Les membres de la Chambre étaient des commerçants ou des industriels, établis depuis au moins cinq (...)

27La fondation de la Chambre de commerce et d’industrie de Pest, le 18 mars 1851, est également une étape importante. Bien qu’elle dépende du ministère autrichien du Commerce, les Hongrois qui l’animent servent autant leurs intérêts que ceux de la monarchie, encourageant en particulier le développement du chemin de fer. Elle ouvre bientôt des filiales en province et en 1853, le nombre de ses adhérents pour le district de Pest atteint huit mille19, preuve du réveil progressif de la ville.

  • 20 Et qui existe toujours sous une forme simplifiée, destinée surtout aux touristes et aux expatriés.
  • 21 György Szabad, op. cit., p. 470.

28Autre signe du dynamisme retrouvé, des commerçants et des entrepreneurs fondent, toujours en 1851, la société Pesti Lloyd (Pester Lloyd en allemand). Son principal promoteur, Jakab Kern, a pour ambition de regrouper dans une même association tous les commerçants de Pest, afin de renforcer leur poids et d’affaiblir la concurrence autrichienne. La société s’installe dans la Halle du commerce, face au Lánchíd, où se trouvait déjà le Casino national ; les marchands de grain y ouvrent bientôt ce qui deviendra une bourse du commerce. Mises devant le fait accompli, les autorités finissent par reconnaître la société puisqu’elle sert aussi leur politique. Le 1er janvier 1854, celle-ci lance son propre quotidien, le Pester Lloyd, qui devient l’un des meilleurs journaux germanophones de la capitale20. C’est à cette époque que le bâtiment dans lequel sont installés ses bureaux, prend le nom de palais Lloyd. En 1857, l’ouverture de l’académie commerciale de Pest (Pesti kereskedelmi akadémia) par les autorités montre que l’on se soucie aussi de former des cadres pour le commerce et l’industrie en plein essor21.

  • 22 Ibid., p. 467.

29Dans d’autres domaines, les principales conquêtes sociales – mais non nationales – de la révolution de 1848 ont été préservées voire perfectionnées par le système néo-absolutiste. Il serait donc faux de présenter la décennie 1849-1859 comme un retour au Vormärz. Dans les mentalités et la littérature de l’époque on ne veut pourtant voir que l’aspect répressif et germanisateur : la réforme de l’éducation entreprise par le comte Leo Thun, bien plus progressiste que certains ministres après lui, contribue largement à réduire l’analphabétisme et prépare le terrain pour les gouvernements libéraux de l’après-1867. Mais on ne retient que l’épuration de l’université de Pest – ou l’exil de nombre de ses professeurs compromis dans la guerre d’indépendance – et sa germanisation, de même que la domination de l’allemand dans tout le système scolaire22.

  • 23 Ce système inique qui existait depuis 1351 avait été jusque-là respecté par l’Autriche : il stipul (...)
  • 24 Éva Somogyi, op. cit., p. 237.

30La fin du servage se traduit par l’octroi du droit de propriété à un nombre considérable de paysans. Au lendemain de 1848, trois paysans hongrois sur quatre sont propriétaires de leurs tenures ; celles-ci demeurent toutefois de superficies très modestes, et ce problème allait se poser jusqu’en 1945. Les grands propriétaires, pourtant indemnisés par l’État, avaient fait en sorte de morceler leurs terres au minimum. Par la même occasion se trouve abolie l’avicitas qui facilitait la transmission des propriétés et représentait un obstacle à l’acquisition des terres par les paysans23. Cela prouve une fois de plus que Vienne n’a pas cherché à brimer systématiquement les Hongrois puisque les nobles – avec la complicité des autorités locales – ont pu préserver leurs privilèges. Lors des insurrections précédentes menées par la noblesse, l’Autriche n’avait pas hésité à saisir les terres des seigneurs rebelles. Le principe de l’égalité des citoyens devant la loi, et donc la fin des privilèges nobiliaires, est acquis depuis 1848, de même que la proportionnalité des taxations. Un ensemble de lois imposées par le gouvernement (les diètes sont suspendues dans tout l’Empire jusqu’en 1861) entreprend de renforcer les institutions centrales et le code civil autrichien entre en vigueur en 1853 : il pose le principe de libre disposition de la propriété privée et instaure définitivement le cadastre en 185524.

31Comme sous Joseph ii, une grande partie de ces mesures vont dans le sens d’une meilleure administration d’un ensemble très disparate que l’on veut centraliser pour le moderniser. Elles sont toutefois perçues en Hongrie comme des atteintes répétées au droit d’État, puisqu’elles sont prises sans consultation de la diète ; on rejette en même temps le progrès qu’elles introduisent alors que certaines d’entre elles reprennent purement et simplement des dispositions du gouvernement révolutionnaire.

Carte. 1. – Découpage administratif de la Hongrie durant la période absolutiste.

Notes

1 La couronne de Hongrie – qui avait été récemment rendue aux Hongrois après avoir longtemps été gardée à Vienne – est enterrée par des fidèles de Kossuth lors de leur fuite en direction de l’Empire ottoman. Sur cet épisode, voir le récent livre d’Ágnes Deák, A koronás Wargha. Egy kettős ügynök Kossuth és a császári rendőrség szolgálatában [Wargha et la couronne. Un agent double au service de Kossuth et de la gendarmerie impériale], Budapest, Akadémiai kiadó, 2010. Les « disparitions » de la couronne sont interprétées dans la conscience nationale comme des atteintes à l’identité nationale. Il en ira de même en 1945 : la couronne est emmenée en Autriche et finit entre les mains des Américains qui la restitueront en 1978.

2 Les treize officiers étaient en fait douze généraux : le comte Arisztid Dessewffy ; Ernő Kiss ; József Schweidel ; le chevalier Ernő Poeltenberg ; Ignác Török ; György Lahner ; Károly Knezić ; Nagy (Sándor) József ; le comte Károly Leiningen-Westerburg ; Lajos Aulich ; János Damjanich ; le comte Károly Vécsey ; et le colonel Vilmos Lázár.

3 La bataille de Pákozd est d’ailleurs interprétée en Croatie à l’inverse de son issue.

4 Catherine Horel, Soldaten zwischen nationalen Fronten : Die Auflösung der Militärgrenze und die Entwicklung der königlich-ungarischen Landwehr (Honvéd) in Kroatien-Slawonien 1868-1914, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2009, coll. « Studien zur Geschichte der Österreichisch-ungarischen Monarchie », 31, p. 31-36.

5 Le drapeau aux couleurs noir et jaune était celui de la monarchie des Habsbourg.

6 Afin de donner un ordre de grandeur et de mettre en perspective deux événements souvent accolés dans la mémoire collective : 177 personnes furent exécutées après la révolution de 1956 alors que la Hongrie avait perdu les deux tiers de sa superficie et comptait environ 9 300 000 habitants. Le nombre des exilés se chiffrait alors à environ 200 000.

7 Symbole d’horreur pour les Hongrois, il fut déplacé en 1899 dans la cour de l’école des cadets de Hüvösvölgy. En 1892, François-Joseph avait autorisé l’érection d’un monument à la Honvéd non loin de celui de Hentzi. Catherine Horel, Histoire de Budapest, Paris, Fayard, 1999, p. 144. Voir aussi Michael L. Miller, « A Monumental Debate in Budapest: The Hentzi Statue and the Limits of Austro-Hungarian Reconciliation, 1852-1918 », Austrian History Yearbook, 40, 2009, p. 215-237.

8 Jean-Paul Bled, Histoire de Vienne, Paris, Fayard, 1998.

9 Éva Somogyi, « The Age of Neoabsolutism 1849-1867 », Péter F. Sugar, Péter Hanák, Tibor Frank (éd.), A History of Hungary, Bloomington, Indiana University Press, 1994, p. 236.

10 György Szabad, « Az önkényuralom kora (1849-1867) » [L’ère absolutiste], Magyarország története [Histoire de la Hongrie], t. 6, Budapest, Akadémiai kiadó, 1987, p. 455.

11 Avant 1848, les préfets des comitats étaient nommés par Vienne, tandis que les deux sous-préfets étaient élus par l’assemblée du comitat.

12 Dienstes-Instruktion für das k.k. Pest-Ofner Militär-Polizei-Wache-Corps, Ofen, Druck Univ., 1851.

13 Ibid.

14 Mór Jókai, Le nouveau seigneur, trad. du hongrois par Antal Radvanszky, Paris, Phébus, 1993.

15 Miklós Molnár, Histoire de la Hongrie, Paris, Hatier, 1996, p. 271. Il s’agit de sa deuxième visite en tant que roi, il avait déjà effectué une inspection en 1852.

16 Ágnes Deák, « The Birth of a Kossuth nóta », László Péter, Martin Rady (éd.), Resistance, Rebellion and Revolution in Hungary and Central Europe: Commemorating 1956, Londres, Hungarian Cultural Centre London, UCL, 2008, p. 113-119. Je cite d’après le manuscrit de l’article aimablement fourni par l’auteur.

17 On chiffre à environ 1 000 personnes le nombre des exilés, partis pour la plupart vers la Turquie où certains firent carrière dans l’empire ottoman, mais la majorité se retrouva ensuite en Europe occidentale et aux États-Unis.

18 Ágnes Deák, op. cit., p. 113-119.

19 Les membres de la Chambre étaient des commerçants ou des industriels, établis depuis au moins cinq ans, pouvant justifier d’un minimum de cinq (trois en province) florins d’impôts annuels pour les premiers et de deux florins pour les seconds ; cette large base de recrutement permet d’associer un nombre très important d’acteurs économiques.

20 Et qui existe toujours sous une forme simplifiée, destinée surtout aux touristes et aux expatriés.

21 György Szabad, op. cit., p. 470.

22 Ibid., p. 467.

23 Ce système inique qui existait depuis 1351 avait été jusque-là respecté par l’Autriche : il stipulait que les terres étaient héréditaires et tombaient dans les mains de l’État seulement en cas d’extinction de tous les héritiers mâles. Les Hongrois virent dans la fin de l’avicitas un nouveau coup porté au droit d’État, bien qu’il s’agisse là d’une mesure de justice.

24 Éva Somogyi, op. cit., p. 237.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search