Desktop versionMobile Version

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Première partie. Occupation et neutralité. De la guerre révolutionnaire à la guerre nationale

D’une occupation l’autre en Italie : « vacances de pouvoir » et médiations dans la République romaine et la République napolitaine (1798-1800)

Bernard Gainot

Volltext

  • 1 Marc Belissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795). Les cosmopolitiques du droit (...)
  • 2 Emer DeVattel, Le droit des gens, ou Principes de la loi naturelle appliqués aux affaires des nati (...)

1Le régime d’occupation militaire est défini par des normes juridiques précises, qui se réfèrent à un ius bellum, codifié pour notre époque à travers le droit des gens (ius gentium) dessinant les contraintes et les garanties des populations qui vivent dans les territoires occupés1. Selon Vattel, dans le droit des gens, ou principe de la Loi naturelle appliquée à la conduite et aux affaires des nations et des souverains (1758), ouvrage qui fait encore autorité à l’époque révolutionnaire, les armées d’occupation ne peuvent qu’exceptionnellement être nourries directement par les habitants du pays où elles stationnent. Il faut développer pour cela un service logistique, et s’en remettre à l’administration des États qui les entretiennent. Le fait de savoir si l’occupation est ou non justifiée n’entre pas en ligne de compte. Les occupés, momentanément ou durablement dépourvus de troupes réglées, n’ont d’autre choix que l’accommodement2. C’est la raison pour laquelle sont installées, peu de temps après la phase de conquête proprement dite, qui est l’acte de saisie d’un territoire, des administrations provisoires qui sont les interlocutrices des représentants du pays occupant.

2Aussi est-il essentiel de distinguer plusieurs phases. La première est celle de la conquête proprement dite. Les autorités du pays occupé ont perdu le contrôle de tout ou partie du territoire, il y a un déficit administratif que le commandement militaire de l’armée occupante remplit, directement ou avec l’aide de fractions de la population civile en opposition plus ou moins ouverte avec les anciennes autorités. Les territoires romains ont théoriquement franchi une étape ultérieure, en se constituant en République. Les rapports avec l’autorité militaire sont définis par un acte diplomatique, un traité d’alliance, qui précise les contraintes et les garanties des populations par rapport aux autorités d’occupation. Car le régime d’occupation se maintient, tant que la guerre se poursuit, jusqu’à ce que les troupes locales soient en mesure d’assurer leur propre sécurité.

  • 3 Archives nationales de France (ANF), AFiii77, dossier 1, folio 10.

3La France bénéficie du droit de conquête ; elle peut exiger pour l’entretien des troupes l’utilisation des ressources de la République romaine. Seule la solde reste à la charge de la République française. Il y a enfin les conventions secrètes, par lesquelles la République romaine prend elle-même en charge les frais d’entretien de l’armée, sur le modèle de la convention entre l’administrateur des contributions et finances de l’armée d’Italie, Haller, et le ministre de l’Intérieur de la République romaine, Camille Corona3. Cette convention accorde à la France 3 millions de piastres effectives en numéraire ou en monnaie-papier (les cédules), au cours, et un million de piastres en biens d’Église, plus les domaines du pape, de sa famille, et de plusieurs cardinaux. Au total, la convention représente autour de 35 millions de francs.

  • 4 Jacques Godechot, Les commissaires aux armées sous le Directoire, 2 t., Paris, PUF, 1941. L’auteur (...)

4Le terme « régime d’occupation » recouvre donc un régime de transition, assez indifférent à l’égard de l’organisation locale des pouvoirs. Il y a le « régime militaire » au sens strict, le régime constitutionnel plus ou moins imbriqué dans une situation de conflit généralisé, et ce « régime transitoire », où perdure la présence des troupes étrangères, avec délégation de pouvoirs du commandement militaire aux autorités civiles. Ce n’est pas une occupation au sens strict (qui est le régime militaire à proprement parler), mais ce n’est pas non plus une forme constitutionnelle pacifiée. Pour qualifier ce régime transitoire, nous récusons totalement le terme de « dictature militaire », dont l’emploi extensif fait l’économie de la description des enjeux réels de pouvoir in situ4. Un troisième cas de figure peut se présenter, lorsque ce « régime transitoire » doit affronter une nouvelle invasion, conduite par une armée extérieure qui a pour objectif la restauration de l’ancien régime.

  • 5 Centre d’histoire économique et sociale (Bruxelles), Occupants, occupés, 1792-1815. Colloque de Br (...)
  • 6 Bernard Gainot, « I rapporti franco-italiani nel 1799: tra confederazione democratica e congiura p (...)

5La présente communication est centrée sur la notion de médiation dans une phase de confrontation militaire intense, qui recouvre en fait ces trois situations très différentes, un peu vite ramenées à un seul et unique « régime d’occupation5 ». La médiation est le type de rapports entretenus entre les autorités militaires et les diverses forces politiques locales. Elle interroge de façon un peu détournée, tant la question de la neutralité que celle de l’accommodement. Elle s’insère dans un chantier de recherches que je mène depuis plusieurs années à propos de la présence de la force armée de la République directoriale sur un terrain d’opérations extérieures, comme acteur politique6. Ces recherches tournent autour des rapports entre Guerre et République, et ont pour cadre l’Italie centrale et méridionale, dans un contexte qui est moins visité par l’historiographie que ceux de la première campagne d’Italie (1796-1797), ou de la campagne du printemps 1800. J’ai choisi un temps court, de l’été 1798 à la fin janvier 1799. Tous les pouvoirs installés dans la région, quelle que soit leur nature, sont alors déstabilisés par des phases d’occupation militaire. Mais celles-ci sont diverses. En novembre 1798, ce sont les troupes austro-napolitaines qui envahissent le territoire de la République romaine, puis, en forme de choc en retour, les troupes françaises envahissent à leur tour le territoire napolitain. En arrière-plan de ces occupations, les territoires sont dévastés par des soulèvements populaires (les insorgenze), ce qui ajoute la guerre civile à l’occupation étrangère. Les soulèvements populaires ont pour cible les troupes françaises et les patriotes locaux qui s’appuient sur elles. Ce contexte de conflits de haute intensité n’est toutefois pas une situation d’anomie : des situations de grande violence dont les civils sont diversement victimes, certes, mais qui ne sont pas opaques à toute tentative de décryptage pour l’historien. Il s’agit de « vacance de pouvoir », propice à des médiations de toute nature.

6Pour fil conducteur, j’ai choisi trois documents différents, mais dont le caractère commun est d’être des journaux qui seront présentés dans un ordre chronologique. Le premier est celui d’un militaire français spécialiste de la contre-insurrection qui analyse le rôle des médiateurs civils dans la pacification d’un département. Le second est celui d’un diplomate français encerclé par une insurrection à Viterbe. Il a l’avantage de montrer comment un acteur dont la raison d’être est la médiation a pu opérer dans une situation qui n’est pas le cadre habituel de l’exercice de son métier. Le troisième est le mémoire d’un patriote napolitain qui observe la dialectique de la montée de la violence et de la vacance du pouvoir dans la ville de Naples en passe d’être investie par l’armée française.

Guerre de police dans le Circeo

  • 7 Pour le Journal de marche du général Antoine Girardon, voir Georges Segarini, Maria Pia Critelli, (...)
  • 8 Bernard Gainot, La guerre de police contre les brigands ; une innovation tactique sous le Directoi (...)
  • 9 Maria Pia Donato, David Armando, Massimo Cattaneo, Una rivoluzione difficile. La Repubblica romana (...)

7J’ai déjà utilisé les journaux de marche de ce général particulièrement actif, et « politique », pour les opérations menées dans le département romain du Circeo au cours de l’été 1798, puis pour les opérations de défense de la citadelle de Capoue, au début de l’année 17997. Il est devenu un spécialiste de la « guerre de police », ce que l’on appellerait aujourd’hui la contre-insurrection, notion théorisée dans l’entourage de Hoche pour la pacification des départements de l’Ouest en 17968. Le Circeo est le département méridional de la République romaine, limitrophe du Royaume de Naples. C’est une nouvelle création administrative de la toute nouvelle république, instaurée en février 17989.

8Comment Girardon analyse-t-il la nature de l’insurrection ?

  • 10 SHD, B3/54, armée d’Italie : Girardon à Mac Donald, 11 thermidor an vi (29 juillet 1798).

« Le caractère de l’insurrection est sérieux ; c’est le fanatisme qui l’alimente, mais les ex-nobles sont à la tête, et, pour exciter le peuple, ils ont répandu que la France était en guerre avec l’Empereur, que les Anglais étaient à Civita-Vecchia, enfin que les Français avaient abandonné l’Italie […]. Je n’ai point de données sur le nombre des rebelles ; c’est tout le pays, les bois en sont pleins. C’est absolument la Vendée !
Le montagneux est couvert ; vous jugez par cela le genre de guerre que je suis obligé de faire10. »

9Le rapprochement entre les départements italiens et les départements de l’Ouest, dans ce contexte de guerre de police, n’est pas fortuit. La tactique est la même : s’appuyer sur des places sûres et fortifiées, d’où partent les colonnes mobiles sur le territoire environnant ; laisser la bride à une administration civile « patriote » ; combiner la place forte et la mobilité.

  • 11 Ibid., rapport de Girardon du 15 thermidor.

10Le traitement militaire des villes insurgées est fréquent : Frosinone est partiellement incendiée et pillée, Terracina est mise à sac. Le cas du saccage de la ville de Frosinone peut être évoqué comme symptomatique d’un échec de la médiation. Les combats se font de nuit, à trois heures du matin. Les habitants, réunis à un groupe important de sbirris (sorte de police privée soldée par les grands propriétaires), ont fortifié les abords de la ville. Celle-ci est bombardée avec des obus, puis des tirailleurs se déploient vers les premières maisons fortifiées, tandis que la grande rue est prise en enfilade par un canon. La première ligne de maisons est finalement enlevée ; les rebelles se replient vers le cœur de la ville, en protégeant leur retraite par des barricades, édifiées à l’aide de charrettes. Un prêtre, le sabre à la main, commande les opérations. Les opérations s’arrêtent lorsque ce prêtre est transpercé d’un coup de baïonnette sur les barricades. Girardon dénombre vingt-deux cadavres. Les rebelles se débandent, « chacun dans son village ». Girardon limite les représailles à l’incendie de huit maisons11.

11Le traitement à infliger aux villes rebelles doit être exemplaire. Si Girardon déplore le caractère impolitique du traitement infligé aux villes, c’est pour Piperno la républicaine. Il admet que le terrible exemple de Frosinone la rebelle a pu dissuader des localités comme Veroli de se soulever. Quant au commandement, il admet l’exemplarité du châtiment des localités rebelles comme moyen tactique à utiliser dans ce type de guerre. Le 13 thermidor an vi (31 juillet 1798), le général Mac Donald avait insisté sur un tel caractère, dans sa correspondance avec Girardon : il le félicite de « la terrible leçon qu’il a infligée aux rebelles à Ferentino ; il espère qu’elle fera un bon effet sur les autres villes insurgées ». Puis, dans une autre lettre du même jour, il évoque plus précisément le châtiment de Frosinone. Il espère que Girardon est en mouvement pour attaquer la localité ; il est important que les insurgés y reçoivent une « horrible leçon », ainsi qu’à Veroli.

  • 12 SHD, 1M 457, Précis des opérations du général Girardon pendant les campagnes de l’an vi et de l’an (...)
  • 13 SHD, B3/54, Lettre de Girardon à Mac Donald, 17 thermidor an vi.
  • 14 Vincenzo Cuoco, Essai historique sur la Révolution de Naples, Édition bilingue, texte établi par A (...)

12Au début du mois d’août 1798, l’insurrection est comprimée, et Girardon fait une analyse de celle-ci12 ; ses causes, mais aussi l’attitude des médiateurs politiques et sociaux. Les instigateurs des soulèvements sont de trois ordres : les agents de la Cour de Naples ; l’exclusion des sbirri du recrutement de la nouvelle gendarmerie ; la levée des chevaux de la réquisition. Selon Girardon, c’est cette troisième cause qui fut déterminante, en raison des procédés malhonnêtes du commissaire des guerres de la République romaine, un Français nommé Vezin13. Mais, dans son Essai sur la Révolution de Naples, Vincenzo Cuoco considère que le licenciement des troupes soldées par le gouvernement d’Ancien Régime est l’une des principales erreurs tactiques des révolutionnaires14, car ces gens d’armes « abandonnés par la République, s’unirent aux insurgés ». Les autorités responsables de l’ordre public peuvent ainsi devenir facteur de désordre. Girardon, en totale conformité de ce point de vue avec l’enseignement de Hoche, enregistre ces comportements pour les condamner : à Terracina, le commandant militaire de la place a été assassiné dans les circonstances suivantes :

  • 15 SHD, 1M 457, Précis de l’expédition contre les rebelles du Circeo, p. 14.

« Ce capitaine, sans respecter les préjugés religieux, avait établi un cimetière hors la ville, et défendu d’enterrer dans ceux voisins des églises : les habitants de ce pays très superstitieux lui firent des représentations, et dirent : “Vous empêchez d’enterrer en terre sainte, où mettrons-nous donc les morts ?” Le commandant répondit imprudemment : “F… les à l’eau si vous voulez !” Le peuple irrité et déjà excité à la révolte, s’assembla, le commandant de place était sans troupes, il fut assassiné15. »

13Pour le retour à l’ordre, il faut absolument s’appuyer sur les médiateurs institutionnels :

  • 16 Ibid., p. 8.

« Je m’occupai donc à mon retour des moyens politiques de terminer cette guerre ; je fis une proclamation par laquelle je promis le pardon à tous ceux qui, n’ayant été qu’égarés ou trompés, mettraient bas les armes dans les vingt-quatre heures. Mon embarras était de la faire parvenir aux rebelles. Je fus obligé d’avoir recours à l’évêque d’Anagni, Monseigneur Devoto ; quoique je le connusse pour un des moteurs de l’insurrection, je résolus de m’en servir. Je fis une visite à cet évêque et le complimentai sur la tranquillité de son diocèse que j’attribuai à son amour pour la République ; je lui promis de faire connaître ses bonnes intentions au gouvernement et j’obtins de lui des capucins qui portèrent ma proclamation dans le camp des rebelles16. »

14Le double jeu est toutefois périlleux pour les notables, comme en témoigne la condamnation à la peine de mort de Filippo Carrozzi, de la municipalité d’Alatri :

« C’est un riche particulier qui avait une très grosse influence sur les habitants d’Alatri. Il se prétendait patriote et avait été nommé pour cela édile. Puis, lorsqu’il crut que le gouvernement républicain avait été renversé, il reçut dans sa maison l’officier napolitain Fortuna qui le reconnut pour commandant de toutes les forces catholiques d’Alatri. Après la prise de Ferentino, il joua de nouveau de son influence pour ramener les habitants à l’obéissance. Pendant l’insurrection, il a sauvé plusieurs patriotes ; mais il fait promener l’épouse du préfet consulaire sur un âne, couronnée de papier, avec l’écriteau : “Voilà votre reine !” »

  • 17 SHD, B3/54, lettre de Girardon à Mac Donald, 3e jour complémentaire de l’an vii.

15Le double jeu fut constant, mais la découverte de sa correspondance l’a percé à jour17.

  • 18 SHD, 1M457, Précis des opérations, op. cit., nivôse an VII.

16Ce qui peut convaincre les notables de rallier les Français, c’est de leur démontrer que ces derniers sont les meilleurs garants de l’ordre public. Il prend l’exemple de la ville de Frosinone, livrée au pillage pendant plusieurs jours, après les combats précédemment relatés. Le détachement polonais fut d’abord rendu responsable des exactions de tous ordres ; puis Girardon corrige ce premier réquisitoire ; il n’y a pas que les Polonais qui sont responsables du pillage. Les pauvres sont entrés les premiers, et ont pillé les maisons des riches. De quoi inciter ces derniers, pour lesquels Girardon n’éprouve pas une tendresse débordante (« la classe riche est sans amour pour sa patrie »), à réfléchir tout de même avant de basculer dans la rébellion. Les patriotes locaux ne sont pas particulièrement encensés par le général français ; trop souvent, leur attitude sectaire, leur souci de faire passer les intérêts privés avant le bien public, ont poussé leurs administrés à rejoindre les rangs de l’insurrection. Pour pacifier le département, Girardon semble privilégier la médiation des autorités traditionnelles. Pacification fragile ; lorsque, au cours du mois de décembre 1798, Girardon visite de nouveau les localités pacifiées à la fin de l’été, celles-ci sont pratiquement sur le point de basculer dans une nouvelle insurrection, entre autres Sessa, à la frontière napolitaine sur le Garigliano, menaçant les lignes de communication de l’armée de Championnet18.

Journal d’un diplomate français encerclé à Viterbe

  • 19 Cette délégation n’est pas insignifiante ; on note au fil du récit la présence de plusieurs diplom (...)
  • 20 Alexandre-Edme Méchain, Précis de mon voyage et ma mission en Italie, dans les années 1798 et 1799 (...)

17Entre-temps, en novembre 1798, les Français avaient évacué Rome, devant l’avance des troupes napolitaines, commandées par le général autrichien Mack. Les souverains Ferdinand IV et Marie-Caroline viennent de renoncer à la neutralité et de rejoindre la Deuxième Coalition en formation contre la France. Ils passent à l’offensive contre la République romaine, minée par des difficultés financières et des insurrections paysannes. Un jeune agent diplomatique, Alexandre Méchain, 26 ans, est pris au piège, au cours de la retraite, avec sa femme et quelques compatriotes19, dans Viterbe insurgée contre les Français et les républicains locaux. Le groupe de Français est chassé de l’auberge où ils ont fait étape, sur la route de la Toscane, attaqué par une foule qui veut les massacrer, et finalement sauvé par le comte Zelli, un patricien qui a pris la tête d’une municipalité insurrectionnelle. Méchain interprète ainsi cette prise de pouvoir, qui lui sauve finalement la vie : « Les gens honnêtes avaient reconnu toute l’importance de s’emparer des affaires et de comprimer l’anarchie qui menaçait les propriétaires d’un pillage prochain20. » Les Français sont recueillis et très bien soignés par Zelli, qui joue un double jeu, s’efforçant de convaincre la foule que la détention des diplomates et de leur famille a pour but de s’assurer d’otages dans l’hypothèse d’un assaut du bataillon français qui est aux portes de la ville.

  • 21 Alexandre-Edme Méchain, op. cit., p. 47.
  • 22 Ibid., p. 64.

18Les prisonniers tiennent salon au palais Zelli ; leur hôte va même jusqu’à solliciter leurs conseils pour la conduite de la municipalité provisoire. Il reçoit la visite des autorités ecclésiastiques, l’archevêque d’Aquapendente, Paolo Bartoli, et le cardinal-évêque de Viterbe, Muzio Gallo. Méchain note que tous les gens de bien souhaitent une occupation militaire de la ville, française ou napolitaine : « L’état d’anarchie où flottait la ville était intolérable21. » Ce sont finalement les Napolitains qui investissent la ville, offrant un spectacle peu glorieux, « marchant sans ordre au son d’une musique discordante et lugubre […] encadrés par des officiers autrichiens qui font pleuvoir sur leurs épaules une grêle de coups de bâton ». L’occupation militaire napolitaine est de courte durée, les troupes françaises reviennent aux portes de la ville. Les « paysans » insurgés (en fait une partie de la population qui souhaite fortifier la ville et résister aux Français) forment une sorte de commune insurrectionnelle dirigée par un Comité de quatre personnes intitulé « la Congrégation » ; « ses fonctions se bornaient à rédiger et enregistrer toutes les décisions ridicules et contradictoires qui étaient prises par acclamation sur la place publique, et exécutées sans aucun retard22 ». Plusieurs bourgeois viennent voir Zelli et protestent de l’indignation que leur procure la « révolte opiniâtre des paysans ». Méchain et ses compatriotes se font alors les intermédiaires entre assiégés et assiégeants, délivrent des « sauvegardes » (des passeports intérieurs) aux notables.

  • 23 Ibid., p. 66.
  • 24 Ibid., p. 85.
  • 25 Ibid., p. 87.

19Kellermann lance un ultimatum, invoquant le sort de la ville voisine de Neppi, qui vient d’être entièrement détruite par le fer et par le feu. On retrouve ici invoquée la valeur de l’exemple pour le ralliement des notables. Mais aussi le double jeu de ces derniers qui, en l’occurrence, va leur être profitable. Zelli prêche la soumission à l’ultimatum, et la reconnaissance de l’autorité française. Le palais est pris d’assaut, et ses occupants ne sont sauvés que par l’intervention du cardinal-évêque, qui paraît au balcon, « et à peine a-t-il prononcé quelques mots que cette multitude perd sa furie, tombe à genoux, reçoit sa bénédiction, et se retire23 ». Le cardinal offre ensuite un asile plus sûr à l’Évêché au petit groupe de Français, qui parvient à conduire à terme sa médiation. Méchain reçoit le chef des insurgés, Vincenzo, qui lui explique son parcours. Il fut d’abord favorable à la République, mais ses compatriotes eurent à se plaindre des Français. Il se tourne alors vers le roi de Naples, mais ce dernier les a abandonnés. Alors, « le peuple est rentré dans l’exercice de sa souveraineté24 » et il n’a pas pu se dérober à son appel. Mais il ne veut pas que sa ville soit détruite par le feu. Il proclame qu’il n’a eu d’autre dessein que de « sauver sa patrie », et qu’il va faire désarmer. Ce qui fut fait. Kellermann entre dans la ville qui est déclarée coupable, « mais la conduite magnanime de plusieurs de ses notables habitants détourna d’elle les châtiments terribles qu’elle avait mérités. » Le 27 décembre, toute la famille Zelli accompagne les Français vers Rome, « car elle craint des vengeances particulières25 ».

20Le 25 frimaire an vii (15 décembre 1798), Rome a été réoccupée par les Français, et la République restaurée. Les troupes napolitaines sont en débandade, la décision d’occuper le Royaume de Naples est prise. Le 29 frimaire, le général Championnet consulte un bon connaisseur de la région comprise entre les faubourgs de Rome et la frontière napolitaine, le général de brigade Antoine Girardon.

Mémoire d’un patriote napolitain

  • 26 Brigitte Marin, « Vivere insieme concordemente : Le projet d’un département de police pour la vill (...)

21Ce mémoire est daté du 27 janvier 1799, « 4e jour de la République napolitaine ». Rappelons le contexte. Le roi Ferdinand et la reine Marie-Caroline ont abandonné la ville de Naples, laissant le pouvoir nominal au prince Pignatelli avec le titre de vicaire général. La Vicaria est une institution traditionnelle, à la fois judiciaire et policière, chargée de l’ordre public urbain. La plus haute autorité en matière de police est un Régent. La police de la ville de Naples a été profondément réformée par la loi de 1798. C’est Francesco Pignatelli qui fut le grand artisan de cette réforme, marquée par une certaine militarisation de l’institution, et par une séparation plus nette entre la tutelle policière et l’autorité judiciaire, alors que les deux domaines étaient encore étroitement mêlés, aux termes de la loi de 177926. En outre, il y avait une marginalisation croissante du gouvernement municipal, qui était traditionnellement chargé du maintien de l’ordre public à Naples. Selon Girardon :

  • 27 SHD, Girardon, 1M 457, op. cit., Précis des opérations du général Girardon ; vendémiaire an vii [… (...)

« Les agents du roi mirent en mouvement les lazzaroni, classe nombreuse d’hommes plus que sauvages, vivant du vol, n’ayant de règles que la plus grossière superstition, tolérée et protégée par un gouvernement trop faible pour la réduire, et si peu respecté qu’il n’a jamais pu même en faire le dénombrement […]. La Santa fede fut le levier qui servit à lancer cette horde de bandits ; tout ce qui parut suspect aux agents du roi fut désigné par le nom de giacobini, sous lequel le prince Della Torre fut assassiné27. »

  • 28 Sur le rôle de la noblesse napolitaine dans le Corps de ville napolitain, et la construction de la (...)

22Cette interprétation est corroborée par notre mémorialiste anonyme, qui relate le double jeu de Pignatelli ; d’une part, il cherche à empêcher que le gouvernement municipal de Naples (ceux qui sont désignés comme Élus dans le document) ne prenne des mesures efficaces pour garantir la sécurité, notamment la formation d’une milice urbaine28 :

  • 29 Ce manuscrit se trouve à la BNF, Nouvelles acquisitions françaises, ms 939, dans les Papiers Alexa (...)

« Le gouvernement était en agitation et s’affaiblissait de moment en moment. Toutes ses préoccupations étaient d’empêcher les représentants de la cité d’accomplir le moindre acte d’autorité tandis que, de son côté, il exécutait en toute hâte les ordres reçus. » Parallèlement, « le même jour à six heures, des émissaires du vice-roi se répandirent par la ville chargés de séduire les lazzaroni du Largo del Castello lesquels s’attroupèrent dans l’intention de massacrer les Français. Ils se portèrent au théâtre et désarmèrent les troupes. Ils allèrent au Palais, et, volontairement les troupes leur cédèrent leurs armes29. »

23Les « agents du roi », aux ordres de Pignatelli, mentionnés, tant par Girardon que par le mémorialiste, sont certainement les « députés de quartier », des agents de police qui ne dépendent plus du gouvernement municipal, suivant les réformes récentes. Pignatelli envoie des émissaires auprès de Championnet pour obtenir un armistice. Le général Mack se place sous la protection des Français.

  • 30 John A. Davis, « Naples During the French “Decennio” ; a Problem Unresolved ? », Villes et territo (...)

24Les lazzaroni se rendent maîtres des principales forteresses, et font régner une terreur populaire dans la ville. Il faut replacer cette intervention du petit peuple napolitain dans le contexte d’une crise urbaine de longue durée. Pendant la crise de subsistances de 1793-1794, le gouvernement bourbonien avait pris des mesures radicales : achats massifs de grains, suppression des traditionnels contrôles ; mais en retour, augmentation des taxes sur le vin, des matériaux de construction et des produits importés. En conséquence, le prix du pain explose. Il ne faut pas négliger le fait que l’insurrection de janvier 1799 commence comme une émeute pour le pain après que les troupes françaises se sont emparées des greniers. Au même moment, la décision d’augmenter les taxes sur des produits principalement consommés par les classes les plus riches va détourner ces dernières d’une solidarité avec la monarchie bourbonienne, alors que le gouvernement demande aux groupes dirigeants de prendre une part plus importante aux charges de la cité, en restreignant les traditionnels privilèges urbains30. La conquête française se place dans un contexte de crise sociale et politique napolitaine qui oppose le petit peuple aux élites, et qui dissocie ces dernières de la monarchie bourbonienne. La municipalité désigne un « général du Peuple », le prince de Moliterne, et un adjoint, le duc de Rocca Romana. « Moliterne a fait planter des potences dans plusieurs endroits de la Cité, ce qui a donné confiance et fait rouvrir les boutiques. »

25Dans la nuit du 15 au 16, Pignatelli s’embarque pour fuir la ville, avec une partie des fonds collectés pour la défense.

  • 31 Recueil de pièces, op. cit., p. 121.

« Cette fuite aurait dû être favorable aux représentants de la ville ; mais ils manquaient de moyens pour s’organiser, car la force qui était si nécessaire au maintien des droits qu’ils défendaient, était entre les mains du peuple, que Moliterno n’avait pu parvenir à calmer, comme on l’a vu. Il restait pourtant l’ombre d’un gouvernement […] mais plutôt pour prononcer l’oraison funèbre du gouvernement qui se débattait dans sa dernière agonie, que pour prendre des mesures31. »

26Les tenants de ce qui reste d’autorité légale, qualifiés de « patriotes », réussissent à s’emparer du château Saint-Elme, et à s’y fortifier. Ce sont eux qui vont proclamer la République. Ils pressent les « représentants de la ville », c’est-à-dire ce qui subsiste du gouvernement municipal, de prendre des mesures énergiques d’ordre public, afin de circonscrire, autant que faire se peut, l’anarchie qui gagne progressivement toute la ville. Ces Élus manifestent tout leur désarroi dans leur réponse :

  • 32 Ibid., note p. 136 et suiv.

« Avec la consternation que les circonstances actuelles inspirent à tout le monde, nous cinq, soussignants nous nous sommes réunis, et nous nous sommes fait un devoir de ne jamais abandonner la ville dans ces désolantes circonstances. Cependant, nous ne pouvons dire autre chose à Vos Excellences que nous n’en imposons nullement au peuple, et que, quoique nous n’ayons pas fait partie de la classe opposée, on ne pourra pas cependant nous dire que nous n’ayons pas été parmi les modérés, et portés plutôt pour les arrangements quelconques que pour l’effusion de sang ; nous souscririons donc de tout notre cœur aux intentions pacifiques de Vos Excellences si l’on pouvait avoir quelque autorité dans l’anarchie. Mais comment mettre un frein à plus de 40 000 hommes armés et éparpillés un peu partout, ayant la même pensée et étant encouragés par de nombreux soldats de la troupe de ligne débarqués ici, dont on a congédié les officiers pour donner le commandement aux sergents et aux caporaux, qui ont fait reculer l’ennemi, en lui enlevant même une bonne partie de son artillerie, et en l’affrontant face à face32 ? »

27Les rédacteurs de la lettre cherchent à dissuader les patriotes de Saint-Elme de bombarder la ville (ce qu’ils feront tout de même, et avec grande efficacité) car, outre le fait que « ce serait renier le patriotisme affiché, en renversant les murailles où vous avez reçu le jour », ce serait également mettre dangereusement en péril sa propre vie et la vie des proches « si le résultat douteux des armes, animé par une ferveur religieuse, faisait que les Français dussent se retrancher, car alors le peuple reconnaissant qu’il y a eu déloyauté de la part de Vos Excellences pourrait déchaîner sur vous et sur vos familles leurs terribles fureurs ». Leur avis est donc la temporisation, de telle sorte qu’ils soient en mesure d’exercer une médiation, afin de sauver le mince pouvoir de représentation qui leur reste : « Nous serions de l’avis que Vos Excellences se contentant d’observer laissent faire le peuple afin que s’il parvenait à repousser l’armée française, on puisse être en état de faire une paix avantageuse. »

28Vains calculs qui allaient bien vite sombrer, par suite de la radicalisation induite par l’évolution de la situation militaire. Tandis que ce qui reste du gouvernement municipal s’accroche encore à ce frêle espoir de médiation, d’autres représentants de la société traditionnelle prennent ouvertement parti pour les patriotes et les Français. Les moines de la Chartreuse de San Martino ont constamment secondé les patriotes, sous des formes diverses, dont certaines suscitent la légère ironie de notre mémorialiste :

  • 33 Ibid., p. 154-155.

« Plusieurs bonnes citoyennes s’étaient aussi rendues au fort pour voir leurs parents et leurs amis. Le soir, les moines de Citeaux [sic] donnèrent un souper à une quarantaine d’individus des deux sexes ; après le souper, on passa à la danse dans les appartements du prieur. Ces cénobites pleins d’admiration et de joie, en voyant des jeunes femmes dansant entre elles, durent vraiment jouir de la Liberté33. »

29Pendant ce temps, la ville est livrée aux massacres et aux pillages. C’est dans ces circonstances que les jeunes ducs Della Torre sont mis à mort ; c’est cet événement qui a fort impressionné Girardon, comme tous les contemporains, d’ailleurs.

  • 34 Ibid., p. 142-143.

« On dirait déjà dans le peuple que ce n’était point la peine de se mettre à la recherche des giacomini et qu’était giacomino tout homme portant un habit. Le jour suivant le massacre et le pillage eussent été universels si les femmes du peuple ne s’étaient pas préparées à aider au pillage et n’eussent pas dit tout haut à l’avance qu’il y aurait grand plaisir pour elles à habiter les appartements des nobles ; quelques-unes même depuis se plaignirent en disant : Un autre jour que ça durait, Naples se serait enrichi. Mais alors, chacun se renferma et se prépara au moment suprême. Le peuple seul allait féroce et les armes à la main, menaçant d’exterminer les jacobins qui en somme n’étaient autre que ceux qui avaient des habits34. »

30Les lazzaroni mettent alors la ville en état de défense, et les troupes françaises vont s’avancer depuis Capodimonte pour investir la ville. Les lazzaroni sont pris sous le feu croisé des Français et des patriotes qui prennent les rues en enfilade, du haut du château Saint-Elme. Du 20 au 23 janvier, ce sont trois jours de terribles combats de rues, offrant l’un des rares exemples de l’investissement d’une grande ville par l’armée pendant cette période.

31Un autre témoin oculaire, Carlo De Nicolà, a retracé les combats du 22 janvier, les plus durs qu’il ait eu à connaître dans une époque fort peu pacifique :

  • 35 Recueil, op. cit.

« Il suffit de dire que nous avons vu une vraie guerre au centre même de la ville […] le peuple faisait feu de tous les côtés, fenêtres, balcons, et autres lieux où se trouvaient piégés les honnêtes et tranquilles citoyens. Les maisons étaient livrées au pillage et à l’incendie, particulièrement celles que le peuple désignait pour être celles des jacobins, c’est-à-dire ceux qu’il accusait d’être les partisans des Français. La maison Solimene fut la proie des flammes, et le monastère San Gaudisio fut livré au saccage. Les armées françaises pénétrèrent dans la Cité sans cesser de faire toujours face au peuple, de telle sorte que les quartiers de la Porta Capuana et le Largo delle pigne devinrent de vrais champs de bataille. Il y eut un feu continu pendant sept heures d’affilée et l’armée française fut sur le point d’abandonner le terrain. Mais elle fut puissamment secondée par les jeunes gens de l’Institution des Incurables, qui firent feu sur le peuple, et le château Saint-Elme qui tint sous le feu de ses canons à mitraille35. »

*

  • 36 Un bon exemple de cette indétermination est l’opposition pratiquée dans le texte du mémoire anonym (...)

32Par ces quelques situations exemplaires, les catégories interprétatives auxquelles les historiens ramènent encore bien souvent les interventions militaires de cette période directoriale sont sensiblement modifiées. La conjonction de la présence française et d’une profonde volonté de changement de régime portée par les patriotes, tant romains que napolitains, déborde largement le cadre d’une simple occupation militaire. La situation ne peut se traduire par le binôme réducteur occupants-occupés. Ce qui n’autorise pas pour autant à reprendre le schéma de la guerre d’expansion révolutionnaire en raison de la position des acteurs sociaux ; le « peuple » dont il est ici question, plèbe urbaine ou paysans san-fedistes, se soulève contre le changement de régime, alors que les élites oscillent entre adhésion aux idéaux portés par les envahisseurs, compromis attentiste, et solidarité avec les insurgés. Dans les textes d’époque, cela se traduit par l’indétermination des termes « peuple » et « nation » qui peuvent prendre des significations antagoniques, selon les auteurs36.

  • 37 Bernard Gainot, « I rapporti », op. cit.

33De même, les interprétations classiques qui opposaient « guerre offensive » de conquête, et « guerre défensive », patriotique, n’ont plus cours. L’expansion révolutionnaire a fait voler en éclats la démarcation entre guerre à l’intérieur des frontières et guerre à l’extérieur37. Comme le soulignent tant les publicistes qui soutiennent la politique directoriale que ceux qui s’y opposent, la constitution des « républiques-sœurs » brouille les cadres traditionnels de l’équilibre européen classique.

34Par suite, la question de l’ordre public change également de dimension, parce que les cadres du « public » auxquels elle se réfère ont également changé de sens. Une opération de maintien de l’ordre prend immédiatement une dimension militaire, et vice-versa. Rien ne peut mieux illustrer cet aspect que cette notion de « guerre de police » fréquemment utilisée par les protagonistes. L’Italie du Triennio est un cadre d’observation idéal pour tous ces changements.

  • 38 J’utilise naturellement cette expression par commodité. Il faudrait la définir avec davantage de p (...)

35Sur cet arrière-plan, j’ai donc ici brièvement exposé trois points de vue d’acteurs : le diplomate étranger pris dans un soulèvement populaire (insorgenza) ; le général aux prises directes avec le soulèvement, qui pratique la guerre de police (la contre-insurrection) ; le mémorialiste patriote qui observe une situation de « vacance du pouvoir » qui rompt le trop facile face-à-face occupanti/occupati. On peut dégager des constantes. Tout d’abord, pour les notables, la présence militaire est une variable de la question bien plus fondamentale de l’ordre public. Sur ces bases, les notables38 sont donc à même de proposer des médiations. Comme tout compromis dans une phase de conflit aigu, la médiation est à double face, puisqu’il est nécessaire d’avoir deux interlocuteurs, mais elle peut apparaître comme un double jeu dangereux.

36Tout se ramène en fin de compte à une question de légitimité. En période de vacance de pouvoir, et face à une force étrangère, la source de légitimité vient de la tradition, et s’appuie simultanément sur une autorité « naturelle » admise par le commun, et sur une connivence socio-culturelle avec les représentants de la puissance occupante. Ce qui pimente ce schéma d’ensemble, c’est la spécificité du contexte ; la puissance occupante intervient ici au nom d’idéaux révolutionnaires, mais est amenée à composer, et même plus, avec les pouvoirs traditionnels (le patriciat, l’Église) pour s’opposer à des foules qualifiées de « contre-révolutionnaires ».

Carte. 1. – La République romaine 1798-1799

Anmerkungen

1 Marc Belissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795). Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kime, 1998 ; Eugenio Di Rienzo, Il diritto delle armi, Guerra e politica nell’Europa moderna, Milan, Franco Angeli, 2005.

2 Emer DeVattel, Le droit des gens, ou Principes de la loi naturelle appliqués aux affaires des nations et des souverains, Londres, 1758, t. 2, 12, § 189-190, p. 164-166 : « Toute notre (les occupés) ressource est dans la victoire, ou dans un accommodement. »

3 Archives nationales de France (ANF), AFiii77, dossier 1, folio 10.

4 Jacques Godechot, Les commissaires aux armées sous le Directoire, 2 t., Paris, PUF, 1941. L’auteur qualifie la République romaine de « dictature militaire », sans plus de précautions. Il reflète alors l’historiographie du début du siècle dernier, que des travaux récents ont rendue totalement obsolète. C’est pourquoi nous sommes perplexes devant la reprise de cette épithète dans une récente synthèse anglo-saxonne sur la période directoriale, synthèse qui développe par ailleurs des problématiques très novatrices (Howard G. Brown, « The search for stability », id., Judith Miller, (dir.), Taking Liberties. Problems of a New Order from the French Revolution to Napoleon, Manchester, Manchester University Press, 2002, p. 34).

5 Centre d’histoire économique et sociale (Bruxelles), Occupants, occupés, 1792-1815. Colloque de Bruxelles, 29 et 30 janvier 1968, Bruxelles, Université libre, Institut de sociologie, 1969.

6 Bernard Gainot, « I rapporti franco-italiani nel 1799: tra confederazione democratica e congiura politico-militare », Società e storia, no 76, 1997, p. 345-376.

7 Pour le Journal de marche du général Antoine Girardon, voir Georges Segarini, Maria Pia Critelli, « Une source inédite de l’histoire de la Révolution romaine : les registres du commandant Girardon. L’insorgenza du Latium méridional et la Campagne du Circeo », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 104, no 1, 1992, p. 245-453. Cf. le registre de correspondance de l’armée d’Italie, alors commandée par Mac Donald (SHD, B3/54) et le Précis des opérations du général Girardon, dans la série Mémoires et reconnaissances (SHD, 1M 457). Ce précis a été édité par Georges Segarini et Maria Pia Critelli, avec une présentation de Anna Maria Rao, « Le patriotisme et le courage », La repubblica napoletana del 1799 nei manoscritti del generale di bigata Antoine Girardon, Naples, Vivarium, 2000.

8 Bernard Gainot, La guerre de police contre les brigands ; une innovation tactique sous le Directoire, contribution au colloque de Toulouse sur le brigandage, mai 2007, actes à paraître.

9 Maria Pia Donato, David Armando, Massimo Cattaneo, Una rivoluzione difficile. La Repubblica romana del 1798-1799, Pise, Rome, Istituti editoriali poligrafici internazionali, 2000.

10 SHD, B3/54, armée d’Italie : Girardon à Mac Donald, 11 thermidor an vi (29 juillet 1798).

11 Ibid., rapport de Girardon du 15 thermidor.

12 SHD, 1M 457, Précis des opérations du général Girardon pendant les campagnes de l’an vi et de l’an vii en Italie, dossier ; Précis de l’expédition contre les rebelles du Circeo.

13 SHD, B3/54, Lettre de Girardon à Mac Donald, 17 thermidor an vi.

14 Vincenzo Cuoco, Essai historique sur la Révolution de Naples, Édition bilingue, texte établi par Antonino De Francesco, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 139.

15 SHD, 1M 457, Précis de l’expédition contre les rebelles du Circeo, p. 14.

16 Ibid., p. 8.

17 SHD, B3/54, lettre de Girardon à Mac Donald, 3e jour complémentaire de l’an vii.

18 SHD, 1M457, Précis des opérations, op. cit., nivôse an VII.

19 Cette délégation n’est pas insignifiante ; on note au fil du récit la présence de plusieurs diplomates de haut rang : Mangourit, Artaud, Édouard Lefebvre, ex-premier secrétaire de la Commission de Malte.

20 Alexandre-Edme Méchain, Précis de mon voyage et ma mission en Italie, dans les années 1798 et 1799 et relation des événements qui ont eu lieu à Viterbe depuis le 27 novembre 1798 jusqu’au 28 décembre suivant, Laon, de Melleville, 1808, p. 37.

21 Alexandre-Edme Méchain, op. cit., p. 47.

22 Ibid., p. 64.

23 Ibid., p. 66.

24 Ibid., p. 85.

25 Ibid., p. 87.

26 Brigitte Marin, « Vivere insieme concordemente : Le projet d’un département de police pour la ville de Naples de Giuseppe Franci (1786) », Catherine Denys, Brigitte Marin, Vincent Milliot (dir.), Réformer la police. Les mémoires policiers en Europe au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 145-168. Giorgio Alessi, Giustizia e policia. Il controllo di una capitale. Napoli 1779-1803, Naples, Jovene, 1992. Il faudrait voir également – ce que je n’ai pas fait –, Brigitte Marin, Policer la ville. Polices royales, pouvoirs locaux et organisations territoriales à Naples et à Madrid dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, dossier inédit d’habilitation à diriger des recherches, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2005.

27 SHD, Girardon, 1M 457, op. cit., Précis des opérations du général Girardon ; vendémiaire an vii […] jusqu’à la prise de Naples (pluviôse an vii).

28 Sur le rôle de la noblesse napolitaine dans le Corps de ville napolitain, et la construction de la mythologie de la « libre République Napolitaine » à l’époque moderne, voir Maria-Antonietta Visceglia, « Un groupe social ambigu. Organisation, stratégies et représentations de la noblesse napolitaine, XVIe-XVIIIe siècles », Annales. Économies – Sociétés – Civilisations, 48, 1993, p. 819-851, ici p. 819-832. La structuration territoriale de la ville se faisait depuis le XVIe siècle autour des seggio (lieux publics, à proximité des grands édifices urbains, où le peuple se rassemble, mais aussi circonscription électorale de base pour devenir un Élu de la cité) ; depuis les réformes de 1779, les unités territoriales fondamentales sont les quartieri, placés sous le contrôle des députés, eux-mêmes dépendants du Régent de la Vicaria, autorité suprême en matière de police. Voir aussi Alain Hugon, Naples insurgée, 1647-1648. De l’événement à la mémoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

29 Ce manuscrit se trouve à la BNF, Nouvelles acquisitions françaises, ms 939, dans les Papiers Alexandre Dumas ; Recueil de copies de pièces, fourni par Alexandre Dumas, sur la prise de Naples par Championnet, l’établissement de la République parthénopéenne, et la reprise de cette ville par le parti royaliste en 1799, 824 feuillets. Les trois mémoires, celui que nous utilisons pour cette communication, ainsi que ceux de Nardini et Coletta, ont été transcrits et annotés par Anne-Sophie Zanetacci, Les sources de la San Felice dans les papiers d’Alexandre Dumas, mémoire inédit de master, dir. par Bernard Gainot, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2005.

30 John A. Davis, « Naples During the French “Decennio” ; a Problem Unresolved ? », Villes et territoire pendant la période napoléonienne (France et Italie), Actes du colloque de Rome (3-5 mai 1984), Rome, École française de Rome, 1987, coll. « Publications de l’École française de Rome » 96, p. 327-354.

31 Recueil de pièces, op. cit., p. 121.

32 Ibid., note p. 136 et suiv.

33 Ibid., p. 154-155.

34 Ibid., p. 142-143.

35 Recueil, op. cit.

36 Un bon exemple de cette indétermination est l’opposition pratiquée dans le texte du mémoire anonyme entre le « peuple » des insurgés napolitains, et la « nation » napolitaine, représentée par les patriotes retranchés au château Saint-Elme.

37 Bernard Gainot, « I rapporti », op. cit.

38 J’utilise naturellement cette expression par commodité. Il faudrait la définir avec davantage de précision.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Carte. 1. – La République romaine 1798-1799
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/134214/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 58k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search