Version classiqueVersion mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Première partie. Occupation et neutralité. De la guerre révolutionnaire à la guerre nationale

L’arrivée de la Révolution à travers l’occupation militaire ? La politique d’occupation française en Belgique, en Rhénanie et en Westphalie pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire (1792-1807)

Horst Carl
Traduction de Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 Ute Planert, Der Mythos vom Befreiungskrieg. Frankreichs Kriege und der deutsche Süden: Alltag – W (...)
  • 2 Cette opposition apparaît très nettement par exemple dans l’ouvrage de Blanning et à travers l’acc (...)

1Dans les travaux historiques récents, beaucoup plus que précédemment, la période de bouleversements comprise entre 1790 et 1815, liée à la fin de l’Ancien Régime et du Saint Empire romain germanique, à la Révolution française et à Napoléon, apparaît marquée par la guerre1. Ces travaux ne se rattachent toutefois pas à la tradition, ancrée dans l’historiographie allemande, qui voit dans la défaite militaire et le soulèvement une légitimation de la construction de l’État national germano-prussien ; ils ne doivent pas non plus une quelconque paternité à l’historiographie, connotée idéologiquement, de la seconde moitié du XXe siècle, époque à laquelle l’histoire militaire resta l’apanage d’une part conservatrice des historiens, tandis qu’une aile plus « à gauche » tendit à masquer en grande partie les aspects guerriers de la Révolution et de la modernisation napoléonienne2.

2Le point de départ de l’intérêt renouvelé pour la guerre et la violence se résume en grande partie au constat réaliste que, sans l’étude de ces cadres et de ce contexte à caractère guerrier, les efforts de modernisation et la mutation progressive des mentalités, qui sont incontestables et mirent fin en Europe, notamment en Allemagne, à l’Ancien Régime, ne peuvent être bien comprises.

  • 3 Horst Carl, «Militärische Okkupation im 18. Jahrhundert – Anmerkungen zu einer spezifischen Situat (...)
  • 4 Id., « Französische Besatzungsherrschaft im Alten Reich. Völkerrechtliche, verwaltungs-und erfahrun (...)
  • 5 Charles Esdaile (dir.), Popular Resistance in the French Wars. Patriots, Partisans and Land Pirate (...)

3Quand ce contexte guerrier est ainsi mis en évidence, le phénomène de l’occupation militaire arrive inévitablement au premier plan, tant ce phénomène est étroitement lié à l’art de la guerre en Europe – ou, plus précisément, aux processus de construction de l’État et de rationalisation de l’art de la guerre au cours de l’époque moderne3. Dès l’Ancien Régime, les Français furent réputés être la puissance d’occupation par excellence. La politique d’expansion de Louis XIV entraîna en effet, à de multiples reprises, une occupation des territoires voisins de la France, notamment la Belgique et la Rhénanie4. Les Français ne firent que confirmer cette réputation au cours de l’expansion liée aux guerres révolutionnaires puis napoléoniennes, de 1792 à 1813. Le rayon des occupations françaises s’étendit alors à la péninsule Ibérique et à l’Italie, aux Pays-Bas, à l’Allemagne du Nord et de l’Est, ainsi qu’à la monarchie habsbourgeoise et à la Russie, donc, bien plus loin que ce que l’Ancien Régime avait connu5.

  • 6 Centre d’histoire économique et sociale (Bruxelles), Occupants, occupés, 1792-1815. Colloque de Br (...)
  • 7 On trouve une approche comparable dans l’article de Helmut Stubbe-da Luz, « Occupantsoccupés. Die (...)
  • 8 Jacques Godechot, « Les variations de la politique française à l’égard des pays occupés, 1792-1815 (...)
  • 9 Ibid., p. 21-25.
  • 10 Ibid., p. 31-33.

4On comprend donc aisément qu’ait été organisé dès 1969 un colloque, tenu à Bruxelles, sur le thème « Occupants-occupés, 1792-1815 ». Les actes de ce colloque, devenus bientôt un classique de la recherche sur les occupations militaires6, constituent un travail pilote dans le domaine de l’étude des structures administratives comme dans celui du droit des gens ou de l’histoire des relations entre occupants et occupés. Ils furent en effet parmi les premiers travaux qui, par un questionnement systématique du sujet, tentèrent de dégager tout l’enseignement possible d’une situation d’occupation – l’acception de cette dernière expression étant elle-même sujette à caution. Le titre (Occupants-occupés, 1792-1815) suggère aussi que toute la période du bouleversement révolutionnaire est ici restituée, sous l’angle de l’occupation7. Mais, dans les faits, Jacques Godechot, éminent chercheur et spécialiste de la période révolutionnaire, subdivise sa contribution en deux époques d’occupation différentes et très inégales8. La première englobe seulement les années 1792 et 1793, pendant lesquelles la politique étrangère de la France aurait consisté en une libération révolutionnaire des peuples9 ; la seconde, beaucoup plus longue, s’étendant de 1794 à 1813, aurait été caractérisée par le retour de pratiques de l’Ancien Régime. Ces faits sont incontestables. Mais Godechot introduit ensuite une distinction qui, elle, pose problème, entre l’occupation par les Français de pays ennemis et de pays amis, qualifiant indifféremment du terme assez vague d’« occupation » le cas des républiques sœurs révolutionnaires et celui des États satellites napoléoniens10.

  • 11 Horst Carl, «Militärische Okkupation…», op. cit., p. 351.

5C’est problématique, parce que le concept d’occupation est employé ici de manière métaphorique et que, par suite, sa définition perd en acuité ; c’est également problématique dans la mesure où le sens dans lequel Godechot emploie le concept d’« occupation » reprend l’usage fautif qui en fut fait par des historiens allemands pour décrire cette période de bouleversements. Dans l’historiographie allemande en effet, englober sous une même expression, celle du « temps des Français » (Franzosenzeit), les réorganisations territoriales mises en place par la Révolution française puis par le régime napoléonien, connotées par la domination étrangère et l’occupation militaire, a servi à discréditer après coup les souverains de la Confédération du Rhin. Ici, on évita délibérément d’employer le terme d’« occupation » dans un sens précis, pour lui réserver une connotation politique et morale qui tirait profit de ce que la légitimité de la domination temporaire d’un occupant est par définition limitée. On put ainsi qualifier l’occupation de prétention indue et d’usurpation, qu’il s’agît d’une véritable occupation au sens technique du terme, ou d’une annexion (cas des Pays-Bas en 1810), ou encore d’un changement de souveraineté (cas des États de la Confédération du Rhin nouvellement fondés par Napoléon en 1807). De même que le concept de « collaboration » désigne moins une façon de se comporter que le jugement moral à son encontre, l’emploi métaphorique du concept d’« occupation » permet rétrospectivement de remettre en cause la légitimité d’une domination, même quand il n’a pas été question, techniquement ou au regard du droit des gens, d’une occupation militaire, par exemple parce qu’une paix a été conclue et qu’un pays a été annexé. Une telle conception rétrospective a cela de fâcheux, qu’elle implique une évaluation des événements du point de vue du vainqueur11.

6L’historien ne devrait évidemment pas céder à cette tentation du jugement rétrospectif, mais se mettre à la place des contemporains pour déterminer quelles étaient, à l’époque, leurs perspectives d’avenir ; pour eux, il y avait une différence fondamentale entre, par exemple, la situation de la Belgique, partie intégrante de la France depuis 1795, et celle des régions de la Rhénanie, qui furent annexées formellement en 1801 seulement ; ils virent de même de grandes différences entre les statuts successifs que connurent les Pays-Bas, de celui d’État satellite de plus en plus dépendant à celui d’État annexé. Désigner ces différents contextes par le même mot d’« occupation » gomme malheureusement les différences qui les caractérisent. De même, on ne peut dire que le royaume de Westphalie fut une région occupée ; ce royaume fut le résultat d’une réforme originale de l’État sur sol allemand. De manière caractéristique, le terme d’« occupation » et l’expression de « temps des Français » ne sont pas employés dans les ouvrages issus des pays qui sortirent gagnants de la réorganisation de l’Empire, et qui furent à même de garder leurs gains territoriaux – le royaume de Bavière, le royaume de Wurtemberg, le grand-duché de Bade. Si la recherche historique assimile à une même situation les contextes, très différents, que sont l’occupation militaire, la création d’États satellites et l’annexion dans l’ensemble étatique français, elle risque de reprendre à son compte, sans esprit critique, la perspective du vainqueur.

  • 12 Robert De Vleeshouwer, L’arrondissement du Brabant sous l’occupation française, 1794-1795, aspects (...)
  • 13 Id., « Conclusion », Centre d’histoire économique et sociale, Occupants, occupés, op. cit., p. 312 (...)

7L’extension, problématique, du concept d’occupation a encore, dans l’important recueil d’articles mentionné, une deuxième conséquence : dans sa conclusion, Robert de Vleeshouwer, qui a codirigé une des meilleures études sur l’occupation12, refuse l’idée d’une typologie ou d’une comparaison systématique explicite des situations d’occupation. Il justifie sa position par le fait que le colloque aurait fait ressortir le grand écart qui a existé entre les différents régimes d’occupation, écart qui serait dû aux profondes différences de structures sociales entre les territoires concernés13. Mais cette argumentation est vaine, car c’est avant tout le caractère trop vague du concept d’occupation qui empêche une réelle comparaison. Les différentes structures des régions occupées, quant à elles, modifient peu les conditions et les cadres d’une occupation.

  • 14 Horst Carl, « Militärische Okkupation… », op. cit., p. 351.

8Nous soulignerons là encore au contraire qu’une occupation militaire était une situation en très grande partie standardisée, que les contemporains eux-mêmes ont pensée et théorisée. Les expériences multiples faites par les puissances d’occupation en Europe de l’Ouest depuis la fin du XVIe siècle, avec une présence relativement longue en pays ennemi, menèrent dès le XVIIIe siècle à une compréhension de l’occupatio bellica qui la distinguait nettement d’autres situations telles que l’invasion militaire de courte durée et l’annexion territoriale (ou conquête), et qui, sur les principaux points, anticipait déjà la compréhension moderne de l’occupation militaire du XIXe siècle et du début du XXe14. Pour les praticiens de l’administration militaire comme pour les théoriciens du droit des gens, on pouvait parler d’occupation militaire si la domination effective de la région conquise était exercée par l’armée d’occupation et si cette domination était maintenue et réglementée jusqu’à une décision définitive scellant l’avenir de la région concernée. L’occupation militaire était donc liée aux conflits militaires ; la domination de la puissance d’occupation devait être complète et non pas seulement ponctuelle, ce qui nécessitait la mise en place d’une administration. Il ne faut pas perdre de vue cependant que la domination résultant de l’occupation militaire était temporaire et que, surtout, elle ne procurait à l’occupant aucun droit légitime (c’est-à-dire reconnu par les contemporains) de revendiquer la possession du territoire en question. C’était seulement après l’occupation que le destin de la région occupée était définitivement fixé, en général sur la base d’un traité de paix.

  • 15 Hubert Van Houtte, Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien régime, 3 t., Gand, Ryssel (...)
  • 16 Cela vaut aussi pour la comparaison entre des aspects tels que la légitimité au regard du droit de (...)

9Dans son ouvrage classique sur les occupations à l’époque moderne, Hubert van Houtte a pu évoquer en détail, à l’occasion d’une analyse diachronique de phases d’occupation concrètes des Pays-Bas espagnols, puis autrichiens, la façon dont cette conception de l’occupation militaire s’est progressivement imposée15. Il a apporté la preuve que les conditions cadres très unifiées des situations d’occupation non seulement permettaient des comparaisons dans l’espace et dans le temps mais, même, les commandaient16. De ce fait, on doit se poser la question d’éventuels changements dans la politique d’occupation quand celle-ci fut le fait des révolutionnaires, après 1792 : les nouveaux fondements de la légitimation du pouvoir nés de la Révolution française – les concepts de société de citoyens et de nation, d’égalité et de liberté – et leur prétention à l’universalité ont-ils modifié de façon significative les pratiques d’occupation, ou bien fut-ce seulement une étape supplémentaire dans le processus de renforcement de l’État ?

L’échec de l’expérience révolutionnaire : le cas de la Belgique en 1792-1793

  • 17 Robert De Vleeshouwer, « Le cas de la Belgique », Centre d’histoire économique et sociale, Occupan (...)
  • 18 Paul Verhaegen (dir.), Recueil des ordonnances des Pays-Bas autrichiens, 1700-1794, série III, t.  (...)
  • 19 Jean-Jacques Heirwegh, op. cit., p. 28-30; Timothy Blanning, op. cit., p. 64-69; Johannes Koll, op (...)
  • 20 Horst Carl, «Französische Besatzungsherrschaft…», op. cit., p. 43-44.

10Pour répondre à cette question, on procédera ci-après à une comparaison succincte entre, d’une part, les situations d’occupation en Belgique et en Rhénanie dans les années 1790 et, d’autre part, l’occupation française de certaines parties du futur royaume de Westphalie par la Grande armée en 1806-1807, en mettant l’accent sur deux aspects, l’administration des territoires occupés et leur mise à contribution, qui sont deux points importants d’une politique d’occupation. Dans le premier cas, celui de la Belgique en 1792-1793, il s’agit au départ d’une tentative d’exportation de la liberté révolutionnaire dans le cadre d’une occupation : la conquête de la Belgique en hiver 1792-1793, après la victoire du général Dumouriez à Jemmapes (6 novembre 1792), offrit pour la première fois aux armées françaises l’occasion de transférer les acquis politiques de la Révolution. Le succès militaire constituait à cet effet une condition et un cadre. Cependant, au départ, l’équilibre à définir entre l’esprit de conversion à l’émancipation, l’idéologie de libération et la présence militaire n’était pas clair17. Lorsqu’à Paris, la Convention prit le 15 décembre 179218 une décision de principe à ce sujet, sa rhétorique exprimait encore la logique d’émancipation des peuples qui caractérisait l’exportation des idées révolutionnaires : l’article 1 stipulait que, dans toutes les régions occupées actuellement ou à l’avenir, les généraux devaient, « au nom de la nation française », décréter la souveraineté du peuple, la suppression des institutions en vigueur, l’abolition des taxes féodales et des droits seigneuriaux tyranniques, ainsi que celle de tous les privilèges. Mais le discours devant la Convention de l’initiateur de ce décret, Cambon, montrait déjà nettement l’ambivalence dudit décret : certes, la guerre contre l’Ancien Régime devait être poursuivie fermement, mais la France se réservait un rôle de tutelle révolutionnaire dans les régions « libérées » ; si les peuples libérés étaient encore trop inexpérimentés pour assumer leurs nouveaux droits, cette responsabilité devait incomber aux armées de la République. En conséquence, la Convention décréta que les biens des princes déposés et de leurs partisans ainsi que ceux des corporations et des confréries devraient être mis sous la surveillance de la République française19. Cela ressemblait fort, en fin de compte, à l’administration d’un séquestre telle qu’elle avait cours sous les gouvernements d’occupation d’Ancien Régime20.

  • 21 Jean-Jacques Heirwegh, op. cit., p. 31-35.

11Ces décisions allaient à l’encontre de la politique favorisée par Dumouriez, qui souhaitait accorder l’indépendance à la Belgique et lui laisser le soin de procéder elle-même aux changements révolutionnaires au sein de sa société. La Convention, au contraire, entendait que cette marche vers des institutions révolutionnaires se fît sous l’égide de la puissance d’occupation. Les assemblées locales qui avaient fleuri entre-temps furent interdites et un vote sommaire fut organisé finalement en mars 1793 par la puissance d’occupation en vue de rattacher la Belgique à la France21.

  • 22 Timothy Blanning, op. cit., p. 71.
  • 23 Voir Christoph Girtanner, Historische Nachrichten und politische Betrachtungen über die Französisc (...)

12Si la république révolutionnaire mit en œuvre cette politique d’annexion, ce fut parce que, pour entretenir son armée, elle avait besoin de se garantir l’accès aux caisses publiques ainsi qu’aux biens confisqués aux ennemis de la Révolution – biens du clergé et de la noblesse. D’autre part, une Belgique annexée pouvait constituer un débouché pour les assignats dévalués. L’alternative consistant à financer les besoins de l’armée par les impôts français ne parut à la Convention ni réaliste, ni acceptable par les citoyens. Il était cependant clair pour les membres de la Convention que la mise à contribution de la riche Belgique pour les besoins de la Révolution, demandée avec force par les députés, allait à l’encontre du désir révolutionnaire de « libérer » la population : on n’appréciait en général pas les missionnaires armés, jugea Robespierre22. Et en Angleterre, dès les débats parlementaires de 1793 en vue de la mobilisation contre la France révolutionnaire, l’image de l’exportation de la Révolution à la pointe de la baïonnette fut utilisée avec profit23.

  • 24 Jean-Jacques Heirwegh, op. cit., p. 36.
  • 25 Thomas R. Kraus, Auf dem Weg in die Moderne. Aachen in französischer Zeit 1792/93, 1794-1814, Aix- (...)

13La contradiction entre, d’un côté, la volonté d’exporter la révolution et la liberté, et, de l’autre, une occupation militaire, engendra pour toutes les parties en cause une grande frustration : le général Dumouriez victorieux se brouilla avec le gouvernement révolutionnaire et fut finalement déclaré traître à la nation et à la Révolution, tandis que les sympathisants belges de la Révolution se réfugièrent dans la passivité et qu’une large part de la population, qui n’avait pas été insensible aux promesses de liberté, manifesta de façon croissante son hostilité aux occupants français24. Dans quelques cas isolés, la population participa activement à l’expulsion des Français en mars 1793, comme, non loin de la Belgique, dans la ville d’Empire occupée d’Aix-la-Chapelle25. Ainsi, si les révolutionnaires réussirent à mobiliser entièrement la population, cette dernière se retourna finalement contre eux. La participation de « civils » aux actions guerrières, qui manifestait une rupture par rapport à la stricte séparation observée sous l’Ancien Régime entre combattants et non combattants, compromit de façon pour ainsi dire « révolutionnaire » la réussite de la première période d’occupation française.

La pratique d’occupation révolutionnaire, radicalisation chaotique de l’exploitation

  • 26 Décision du Comité de salut public du 3 août 1794. Hervé Hasquin, « De Fleurus à l’annexion à la R (...)
  • 27 Pour la Belgique, voir Hervé Hasquin, « De Fleurus à… », op. cit., p. 64-66 ; Robert de Vlees houw (...)

14Lorsque, en 1794, la situation militaire permit à nouveau aux Français de conquérir la Belgique et la Rhénanie, la perspective avait fondamentalement changé : la puissance d’occupation française traita dès le début la population des pays voisins en ennemie ; les proclamations françaises exigeaient l’obéissance et le désarmement et menaçaient de répression ; des directives de Paris commandaient sans ambiguïté d’exploiter le pays jusqu’à l’extrême au profit des objectifs militaires français. Alors que, en 1792, la « fraternité » était encore le mot d’ordre des Français, désormais, cette « fraternisation » avec les sujets ennemis était explicitement et fermement interdite. Il était demandé « de traiter les contrées en pays conquis, de ne point fraterniser, de ne point municipaliser, de ne point s’occuper de réunion ; de désarmer complètement les habitants, […] d’accabler les riches, de faire des otages […] de dépouiller la Belgique des subsistances26… » La conquête de la Belgique, comme celle de la Rhénanie, s’accompagna donc de réquisitions et de demandes de contributions sans précédent27.

15Si quelque chose fut révolutionnaire dans ces occupations postérieures à 1794, ce fut bien l’ampleur sans précédent de l’exploitation. La responsabilité en revint en grande partie au chaos administratif : du côté français agissaient un grand nombre de personnes représentant souvent des intérêts concurrents, sans qu’il y eût une autorité centrale apte à coordonner l’ensemble. Des représentants de l’administration militaire tels que les commissaires des guerres, les commissaires de la Convention, les intendants de l’armée et les munitionnaires purent en profiter pour s’enrichir personnellement.

16Ce qui était en outre très fâcheux, c’était que les fonctionnaires civils, qui auraient pu jouer le rôle d’un organe de réglementation et de contrôle, étaient également nommés à titre temporaire : munis des pleins pouvoirs, ils ne restaient souvent que peu de temps dans leur lieu d’affectation, ce qui les incitait fortement à s’enrichir au maximum, avec un minimum de risques. Le chaos administratif n’était pas moins grand du côté des occupés car, après que les privilégiés eurent fui et que les états eurent été dissous, le pays manqua d’interlocuteurs institutionnels. Sans les états, on ne pouvait notamment presque plus obtenir de crédit pour pouvoir satisfaire au moins en partie les exigences financières exorbitantes des Français.

  • 28 Horst Carl, Okkupation und Regionalismus. Die preußischen Westprovinzen im Siebenjährigen Krieg, M (...)

17Dès le début de cette nouvelle phase, de nombreux détails révélèrent une radicalisation par rapport aux précédentes occupations : les Français passèrent beaucoup plus vite et plus durement que sous l’Ancien Régime à des mesures coercitives, prenant des otages en grand nombre dès l’entrée des troupes dans le pays. Certes, durant la guerre de Sept Ans, ces méthodes avaient été utilisées couramment, mais seulement lors d’invasions de courte durée, ou comme mesures extrêmes, pour extorquer les derniers paiements28. D’autre part, sous l’Ancien Régime, une puissance occupante émettait sa propre monnaie en imposant un taux de change qui lui fût favorable, et qui en général correspondait à une revalorisation de moins de 10 % ; les révolutionnaires, eux, inondèrent dès le départ les pays occupés d’assignats sans valeur. Pour le reste, le domaine dans lequel ils agirent le plus méthodiquement fut le pillage rapide et à grande échelle des biens culturels qu’ils détournèrent vers Paris.

  • 29 Hervé Hasquin, « De Fleurus à… », op. cit., p. 64.
  • 30 Ibid., p. 65.

18De même, le montant des contributions militaires, dont la levée était au cœur des activités de l’occupation, fut sans précédent : le 31 octobre 1794 fut imposée à la Belgique une contribution militaire de 68 millions de livres tournois ; le montant exigible fut ensuite porté à 80 millions de livres tournois, livrables jusqu’au mois de mars 179529. Les sommes exigées en Rhénanie furent tout aussi exorbitantes, n’étant pas fondées sur des bases réalistes quant à la capacité contributive. Pour ce qui concerne les montants qui furent réellement payés, on doit s’en tenir à des estimations – pour la Belgique, on a avancé en tout cas une proportion de 40 %. Toutefois, une grande partie des montants prélevés s’évanouit dans les sombres méandres d’une énorme corruption30.

  • 31 Uwe Andrae, Die Rheinländer, die Revolution und der Krieg 1794-1798, Essen, Klartext, 1994, coll. (...)

19Il faut observer que ce ne furent pas les contributions en argent qui constituèrent la charge la plus lourde durant cette première phase, mais les réquisitions, que les circonstances révolutionnaires aggravèrent aussi. C’est visible surtout pour la Rhénanie, pour laquelle on dispose d’études locales. Les contributions exigées en nature étant payées par des assignats sans valeur, elles ressemblaient fort dans les faits à des réquisitions. Pour ce qui concerne la Rhénanie, Uwe Andrae a montré que les contributions représentèrent jusqu’en 1796 seulement 7 % de l’ensemble des charges générées par la guerre, tandis que les coûts estimés des réquisitions s’élevaient à bien plus de 50 %31.

  • 32 Hervé Hasquin, « De Fleurus à… », op. cit., p. 66-69.

20Les conséquences de cette politique d’occupation chaotique et brutale furent catastrophiques : à la fin de 1794, la Belgique et la Rhénanie étaient au bord de la famine, alors que l’hiver était l’un des plus rigoureux du siècle. Dans les régions occupées, les taux de mortalité augmentèrent, surtout dans les villes, jusqu’à trois ou quatre fois par rapport aux années précédentes – des chiffres typiques des crises de mortalité de l’Ancien Régime –, ce qui était dû surtout au fait que les entrepôts de provisions de l’Église et des communes avaient été vidés. Cela s’accompagna d’un effondrement de l’ordre public resté dans la mémoire collective sous l’expression de l’« hiver du pillage » [Plünderwinter]. Et ce ne furent pas seulement les soldats français qui se livrèrent à des déprédations ; des bandes de paysans et de brigands courant la campagne frappaient de leurs méfaits les palais et les monastères32.

  • 33 Ibid., p. 69-71.

21L’armée française elle-même était au bord de la catastrophe, l’approvisionnement se tarissant. Elle fut uniquement sauvée par l’acte désespéré que fut la campagne d’hiver menée contre les riches Pays-Bas, campagne qui, contre toute attente, connut un succès rapide et permit à l’armée de prendre ses quartiers d’hiver dans le pays le plus riche de l’Europe de l’Ouest. Ce succès militaire, qui apportait à toutes les parties prenantes, y compris les Néerlandais, le soulagement tant attendu, permit l’instauration, d’abord en Belgique, d’une réglementation publique. Ce fut un gouvernement central sur le modèle de la France nouvelle qui en assuma avec succès la responsabilité ; en 1795, ce gouvernement devint tributaire de la France quand celle-ci annexa le pays. Ce fut vraisemblablement l’évolution radicale de la situation militaire qui permit cette transformation, la Belgique étant alors sortie du cercle des régions européennes en guerre – après la conquête du Luxembourg, tous les fronts de la guerre se trouvaient loin. Le passage de l’occupation à l’annexion, qui fut déclaré unilatéralement et fut donc une négation « révolutionnaire » de la pratique du droit des gens, suivit essentiellement une logique militaire33.

  • 34 Joseph Hansen, op. cit., t. 3, p. 878-902; Timothy Blanning, op. cit., p. 168-171.

22La Rhénanie, qui resta plus longtemps un théâtre d’opérations militaires – jusqu’en 1798 – fut pour cette raison plus longtemps occupée, sans que la puissance occupante française ait pu mettre en place une administration d’occupation efficace. Le général Hoche conçut en 1797 un plan qui résonne comme un aveu de l’inefficacité des révolutionnaires : il s’agissait de rétablir en partie l’Ancien Régime, ou du moins ses autorités administratives et les organes représentatifs des anciens états, au motif que cette solution serait la seule permettant de rendre l’administration d’occupation relativement efficace34. Ce plan était logique dans la mesure où la métamorphose révolutionnaire de la société, sous l’égide de l’autorité d’occupation, n’avait encore été introduite ni en Belgique, ni en Rhénanie. En Belgique, par exemple, l’abolition du système féodal et de ses privilèges comme la mise en place du cadre institutionnel révolutionnaire sur le modèle de la France (administration, impôts, armée), ainsi que les actions contre l’Église et la noblesse, n’intervinrent qu’après l’annexion de 1795 ; de même, en Rhénanie, la constitution sociale de l’Ancien Régime ne fut juridiquement dissoute qu’en 1798, avec l’annexion effective. Mais, encore une fois, l’expérience de Hoche signifiait qu’une idéologie révolutionnaire n’était pas profitable à l’efficacité d’une politique d’occupation.

23Pour conclure ce rapide aperçu, on peut dire que la politique d’occupation des révolutionnaires en Belgique et en Rhénanie fut certes la plus dure, mais non la plus efficace des formes d’occupation militaire que le XVIIIe siècle ait connues. Le fait que, à la fin de 1794, l’armée elle-même courut le danger de mourir de faim montre que, du point de vue des objectifs assignés à une puissance d’occupation, l’occupation militaire de la Belgique et de la Rhénanie, en réalité, ne fut pas un succès.

Le contraste napoléonien : l’occupation de l’ouest de l’Elbe, 1806-1807

  • 35 En 1803, au cours de la guerre avec l’Angleterre, le Hanovre avait été occupé par les Français. Pa (...)

24La politique d’occupation napoléonienne en Allemagne offre un contraste instructif. Nous prendrons ici pour exemple l’occupation des régions d’Allemagne du Nord relevant de la Prusse et de ses alliés en 1806-1807, conséquence des batailles d’Iéna et d’Auerstedt. À la fin de 1807, ces régions passèrent en majorité sous le contrôle du royaume de Westphalie nouvellement créé. Quelques-uns des territoires concernés, comme l’électorat de Hanovre, venaient d’être débarrassés de l’occupation militaire et du brutal changement de domination, quand les Français revinrent occuper la région à partir de 1803, avant d’être remplacés par les Prussiens au début de 180635. À la suite du Reichsdeputationshauptschluss (Recès de la députation extraordinaire de l’Empire), adopté le 25 février 1803, les principautés ecclésiastiques de Westphalie, à savoir les archevêchés de Munster, de Paderborn et d’Hildesheim, avaient échu également à la Prusse protestante, ce qui mit un terme à l’indépendance qu’elles avaient gardée depuis le Moyen Âge.

  • 36 Rudolf Goecke, Theodor Ilgen, Das Königreich Westphalen. Sieben Jahre französischer Fremdherrschaf (...)

25Les exemples suivants sont empruntés cependant à un autre de ces territoires du Nord de l’Allemagne, le duché de Brunswick-Wolfenbüttel, État original gouverné par une branche secondaire des guelfes, qui survécut tant bien que mal jusqu’en 1806 à toutes les turbulences politiques, à l’abri du danger de la Prusse. Le souverain de ce duché, le prince Ferdinand, était le général qui, en 1792, alors qu’il commandait en chef l’armée alliée autrichienne et prussienne, avait menacé, dans un manifeste virulent qui porte son nom, de faire détruire Paris si l’on touchait à un seul des cheveux de Louis XVI ; ce fut aussi lui qui commanda l’armée prussienne à la bataille d’Iéna, en 1806. Le duché de Brunswick-Wolfenbüttel fut trop mêlé à la défaite prussienne pour ne pas perdre brutalement la tranquillité et l’indépendance qui avaient prévalu jusque-là ; Napoléon n’était prêt en effet à aucune concession quant à la souveraineté du duché36.

  • 37 Helmut Stubbe-da Luz, « General Gobert, Napoleons “Zweites Gouvernement der eroberten Länder” und (...)
  • 38 Ce qui suit est tiré de Dorothea Puhle, Das Herzogtum Braunschweig-Wolfenbüttel im Königreich West (...)
  • 39 Ibid., p. 34.

26Lorsqu’en octobre 1806 les armées napoléoniennes, augmentées d’une forte armée hollandaise, pénétrèrent en Allemagne du Nord, Napoléon usa lui aussi d’une rhétorique qui le posait en rénovateur et en libérateur du joug de l’Ancien Régime : « Peuples, faites confiance à la bonté et à la magnanimité de l’invincible Napoléon. Il m’a ordonné de faire votre bonheur […]37 » – ce bonheur consistait surtout à apporter enfin la paix. Et le « choc de l’occupation » ne fut pas comparable à ce qu’avait été l’incursion des Français en 1794. Dès l’arrivée des troupes napoléoniennes, l’administration d’occupation mit en place des organes centraux efficaces, aux compétences territoriales et pratiques clairement délimitées, cependant que l’Allemagne du Nord-Ouest était divisée en cinq gouvernements militaires. Les troupes françaises entrèrent dans le duché de Brunswick et dans sa capitale éponyme le 26 octobre 1806, et commencèrent d’emblée à établir une occupation méthodique : désarmement des troupes et de la population, mise des scellés sur l’argent public, suppression des anciens signes de majesté et leur remplacement par de nouveaux symboles de souveraineté. On laissa les fonctionnaires en place, à condition qu’ils fussent prêts à prêter serment sous certaines réserves dès le 26 novembre suivant38. Les Français laissèrent notamment en fonction le Schatzkollegium (« Collège du trésor »), un comité corporatif chargé de la levée des impôts et de l’administration des finances dans le pays. Ils disposèrent ainsi dès le début, pour tous les pourparlers, d’un interlocuteur compétent. La contribution de guerre fut finalement fixée à 6,25 millions de francs, une somme énorme, dont le paiement nécessita de la part du Schatzkollegium des efforts considérables et parfois désespérés. Pour mobiliser cette somme, on eut recours à tous les moyens existants, depuis les impôts extraordinaires jusqu’aux emprunts forcés auprès des marchands et des gens fortunés. Grâce à ces efforts et contre toute attente, la contribution put être acquittée dans son entier pour la dernière échéance, fixée à juillet 1807, ce qui évita aux habitants de subir de la part des Français les représailles usuelles de ce temps, comme la prise d’otages. L’intendant de la puissance d’occupation, Daru, remercia les populations occupées pour avoir payé la somme exigée39, ce qui constitue vraisemblablement une exception dans la longue histoire des occupations militaires.

  • 40 Voir désormais sur ce sujet Veit Veltzke (dir.), Napoleon – Trikolore und Kaiseradler über Rhein u (...)
  • 41 Dorothea Puhle, op. cit., p. 36; Helmut Berding, Napoleonische Herrschafts – und Gesellschaftspoli (...)

27Si cette occupation fut un tel succès, ce fut sans doute parce que les Français n’eurent pas en 1806 l’ambition de réformer la société, mais s’adaptèrent à l’ordre social hérité de l’Ancien Régime, contrairement aux occupants révolutionnaires des années 1790. Ce fut seulement le nouveau royaume de Westphalie qui entreprit de grandes réformes politiques et sociales, après la fin de l’occupation, à partir de 180740. Cette politique d’occupation en quelque sorte exemplaire coûta tout de même cher : la dette publique passa, en l’espace d’une année d’occupation, de 19 à 26 millions de francs ; et cette dette fut un grand obstacle à l’instauration de réformes de la société à l’époque du royaume de Westphalie41.

*

28Pour conclure brièvement, une confrontation des politiques d’occupation révolutionnaire et napoléonienne montre un net contraste, la politique d’occupation révolutionnaire des années 1790 se caractérisant par une exploitation chaotique du territoire et une efficacité déficiente, ce qui était dû en grande partie à la volonté des révolutionnaires de lier leur occupation à des ambitions réformatrices plus ou moins radicales. La destruction de l’ordre politique et social existant sapa les bases d’une possible efficacité de l’exploitation des régions occupées. La politique d’occupation napoléonienne apparaît tout autre, elle qui laissa en place les structures existantes pour servir l’efficacité de l’exploitation, et revint ainsi à la pratique classique des politiques d’occupation d’Ancien Régime. Pour ce qui concerne les conséquences sociétales cependant, les deux époques de l’occupation française aboutirent à un résultat similaire en dépit de leur caractère antithétique : la multiplication des situations d’occupation autour de 1800, qui concentra les expériences révolutionnaires de la mise en danger ou de la destruction de l’ordre politique et social traditionnel, provoqua chez les populations concernées, en Belgique, mais plus encore en Rhénanie et en Allemagne du Nord, un besoin accru d’ordre et de sécurité, auquel un État fort comme l’incarnait la France de Napoléon pouvait répondre. Ce besoin d’un État fort, renforcé essentiellement par les mauvaises expériences d’occupation révolutionnaires, est devenu après 1815 bien plus important, pour les Rhénans et certainement aussi pour d’autres parties de l’Allemagne, que toutes les promesses de l’idéologie révolutionnaire et la rhétorique l’accompagnant ; il participe à l’histoire des mentalités de Biedermeier et de la Restauration. En ce sens, et quoique d’une manière paradoxale (par les réactions suscitées chez les populations occupées dans le premier cas, par la politique d’occupation elle-même dans le second), on observe une réelle continuité entre la pratique d’occupation révolutionnaire et celle de l’époque napoléonienne : une corrélation entre occupation et affermissement de l’État, qui avait été déjà un trait fondamental de la pratique d’occupation à l’époque moderne.

Notes

1 Ute Planert, Der Mythos vom Befreiungskrieg. Frankreichs Kriege und der deutsche Süden: Alltag – Wahrnehmung – Deutung 1792-1814, Paderborn, Schöningh, 2007, coll. «Krieg in der Geschichte» 33; Ute Planert (dir.), Krieg und Umbruch um 1800. Das französisch dominierte Mitteleuropa auf dem Weg in eine neue Zeit, Paderborn, Schöningh, 2009, coll. «Krieg in der Geschichte» 44; Horst Carl, «Der Mythos des Befreiungskrieges. Die “martialische Nation” im Zeitalter der Revolutionsund Befreiungskriege 1792-1815», Dieter Langewiesche, Georg Schmidt (dir.), Föderative Nation. Deutschlandkonzepte von der Reformation bis zum ersten Weltkrieg, Munich, Oldenbourg, 2000, p. 62-83; Alan Forrest, Karen Hagemann, Jane Rendall (dir.), Soldiers, Citizens and Civilians. Experiences and Perceptions of the Revolutionary and Napoleonic Wars, 1790-1820, Cambridge, Palgrave Macmillan, 2008, coll. «War, Culture and Society, 1750-1850»; Cecilia Nubola, Andreas Würgler (dir.), Ballare col nemico? Reazioni all´ espansione francese in Europa tra entusiasmo e resistenza (1792-1815) – Mit dem Feind tanzen? Reaktionen auf die französische Expansion in Europa zwischen Begeisterung und Protest (1792-1815), Bologne, società ed. Il Mulino, Berlin, Duncker & Humblot, 2010, coll. «Annali dell’istituto storico italo-germanico in Trento, Contributi, vol. 24, Jahrbuch des italienisch-deutschen historischen Instituts in Trient, Beiträge», 24.

2 Cette opposition apparaît très nettement par exemple dans l’ouvrage de Blanning et à travers l’accueil controversé qu’il reçut : Timothy C. Blanning, The French Revolution in Germany. Occupation and Resistance in the Rhineland 1792-1802, Oxford, Oxford University Press, 1983.

3 Horst Carl, «Militärische Okkupation im 18. Jahrhundert – Anmerkungen zu einer spezifischen Situation», Markus Meumann, Jörg Rogge (dir.), Die besetzte res publica. Zum Verhältnis von ziviler Obrigkeit und militärischer Herrschaft in besetzten Gebieten vom Spätmittelalter bis zum 18. Jahrhundert, Berlin, LIT-Verlag, 2006, coll. «Herrschaft und soziale Systeme in der Frühen Neuzeit» 1, p. 350-362.

4 Id., « Französische Besatzungsherrschaft im Alten Reich. Völkerrechtliche, verwaltungs-und erfahrungsgeschichtliche Kontinuitätslinien französischer Okkupationen am Niederrhein im 17. und 18. Jahrhundert », Francia, 23, no 2, 1996, p. 33-64, ici p. 33-35 ; Peter Hüttenberger, Hansgeorg Molitor (dir.), Franzosen und Deutsche am Rhein: 1789-1918-1945, Essen, Klartext-Verlag, 1989, coll. « Düsseldorfer Schriften zur neueren Landesgeschichte » 23.

5 Charles Esdaile (dir.), Popular Resistance in the French Wars. Patriots, Partisans and Land Pirates, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2005.

6 Centre d’histoire économique et sociale (Bruxelles), Occupants, occupés, 1792-1815. Colloque de Bruxelles, 29 et 30 janvier 1968, Bruxelles, Université libre, Institut de sociologie, 1969.

7 On trouve une approche comparable dans l’article de Helmut Stubbe-da Luz, « Occupantsoccupés. Die napoleonische Besatzungsherrschaft in den Hansestädten (1806-1814) im Lichte eines sozialhistorisches Okkupationsmodells », Zeitschrift des Vereins für Hamburgische Geschichte, 84, 1998, p. 51-88.

8 Jacques Godechot, « Les variations de la politique française à l’égard des pays occupés, 1792-1815 », Centre d’histoire économique et sociale, Occupants, occupés, op. cit., p. 15-41.

9 Ibid., p. 21-25.

10 Ibid., p. 31-33.

11 Horst Carl, «Militärische Okkupation…», op. cit., p. 351.

12 Robert De Vleeshouwer, L’arrondissement du Brabant sous l’occupation française, 1794-1795, aspects administratifs et économiques, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, Institut de Sociologie, 1964.

13 Id., « Conclusion », Centre d’histoire économique et sociale, Occupants, occupés, op. cit., p. 312-319.

14 Horst Carl, « Militärische Okkupation… », op. cit., p. 351.

15 Hubert Van Houtte, Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien régime, 3 t., Gand, Rysselberghe et Rombaut, 1930.

16 Cela vaut aussi pour la comparaison entre des aspects tels que la légitimité au regard du droit des gens, la politique administrative, l’exploitation financière ou les rapports de l’armée ennemie avec la population civile. Voir : Horst Carl, « Französische Besatzungsherrschaft… », op. cit., p. 33-64.

17 Robert De Vleeshouwer, « Le cas de la Belgique », Centre d’histoire économique et sociale, Occupants, occupés, op. cit., p. 43-66, ici p. 45-48 ; Jean-Jacques Heirwegh, « De Jemappes à Fleurus », Hervé Hasquin (dir.), La Belgique française 1792-1815, Bruxelles, Crédit communal, 1993, p. 13-39 ; Johannes Koll, « Die belgische Nation. » Patriotismus und Nationalbewusstsein in den südlichen Niederlanden im späten 18. Jahrhundert, Munster, New York, Waxmann, 2003, coll. « Niederlande-Studien » 33, p. 355-367.

18 Paul Verhaegen (dir.), Recueil des ordonnances des Pays-Bas autrichiens, 1700-1794, série III, t. 14, Bruxelles, Goemaere, 1936, p. 247-256.

19 Jean-Jacques Heirwegh, op. cit., p. 28-30; Timothy Blanning, op. cit., p. 64-69; Johannes Koll, op. cit., p. 364-365.

20 Horst Carl, «Französische Besatzungsherrschaft…», op. cit., p. 43-44.

21 Jean-Jacques Heirwegh, op. cit., p. 31-35.

22 Timothy Blanning, op. cit., p. 71.

23 Voir Christoph Girtanner, Historische Nachrichten und politische Betrachtungen über die Französische Revolution, t. 12, Berlin, Johann Friedrich Unger, 1796, p. 133.

24 Jean-Jacques Heirwegh, op. cit., p. 36.

25 Thomas R. Kraus, Auf dem Weg in die Moderne. Aachen in französischer Zeit 1792/93, 1794-1814, Aix-la-Chapelle, Aachener Geschichtsverein, 1994, coll. « Beihefte der Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins » 4, p. 57-63.

26 Décision du Comité de salut public du 3 août 1794. Hervé Hasquin, « De Fleurus à l’annexion à la République : un pays meurtri », id., La Belgique française, op. cit., p. 41-71, ici p. 61.

27 Pour la Belgique, voir Hervé Hasquin, « De Fleurus à… », op. cit., p. 64-66 ; Robert de Vlees houwer, L’arrondissement du Brabant, op. cit., p. 51-158 ; pour la Rhénanie, voir la vaste collection de sources rassemblées par Joseph Hansen : Joseph Hansen (éd.), Quellen zur Geschichte des Rheinlandes im Zeitalter der französischen Revolution 1780-1801, t. 2-4, Bonn, Bouvier, 1933-1938, coll. « Publikationen der Gesellschaft für rheinische Geschichtskunde » 43, 44, 46 ; Timothy Blanning, op. cit., p. 83-167 ; Wilhelm Steffens, « Die linksrheinischen Provinzen Preußens unter französischer Herrschaft 1794-1802 », Rheinische Vierteljahrsblätter, no 19, 1954, p. 402-465, ici p. 415-417 ; Josef Smets, « Freiheit, Gleichheit, Brüderlichkeit. Untersuchungen zum Verhalten der linksrheinischen Bevölkerung gegenüber der französischen Herrschaft 1794-1801 », Rheinische Vierteljahrsblätter, no 59, 1995, p. 80-122.

28 Horst Carl, Okkupation und Regionalismus. Die preußischen Westprovinzen im Siebenjährigen Krieg, Mayence, Philipp von Zabern, 1993, coll. « Veröffentlichungen des Instituts für Europäische Geschichte Mainz, Abt. Universalgeschichte » 150, p. 221-232 ; pour la Belgique pendant les guerres de la Révolution, voir Robert De Vleeshouwer, L’arrondissement du Brabant, op. cit., p. 107-114 ; pour la Rhénanie, voir : Josef Smets, op. cit., p. 70.

29 Hervé Hasquin, « De Fleurus à… », op. cit., p. 64.

30 Ibid., p. 65.

31 Uwe Andrae, Die Rheinländer, die Revolution und der Krieg 1794-1798, Essen, Klartext, 1994, coll. «Düsseldorfer Schriften zur neueren Landesgeschichte» 38, p. 196.

32 Hervé Hasquin, « De Fleurus à… », op. cit., p. 66-69.

33 Ibid., p. 69-71.

34 Joseph Hansen, op. cit., t. 3, p. 878-902; Timothy Blanning, op. cit., p. 168-171.

35 En 1803, au cours de la guerre avec l’Angleterre, le Hanovre avait été occupé par les Français. Par la convention de Vienne, signée le 15 décembre 1805, l’Électorat fut cédé par la France à la Prusse, dont les troupes pénétrèrent dans le territoire au début de 1806.

36 Rudolf Goecke, Theodor Ilgen, Das Königreich Westphalen. Sieben Jahre französischer Fremdherrschaft im Herzen Deutschlands, 1807-1813, Düsseldorf, Voß, 1888, p. 26-28.

37 Helmut Stubbe-da Luz, « General Gobert, Napoleons “Zweites Gouvernement der eroberten Länder” und die Anfänge des Königreichs Westphalen », Westfälische Forschungen, 56, 2006, p. 379-402, ici p. 386: « Völker, vertraut der Güte und dem Großmut des unüberwindlichen Napoleon. Mir hat er befohlen, euer Glück zu machen. »

38 Ce qui suit est tiré de Dorothea Puhle, Das Herzogtum Braunschweig-Wolfenbüttel im Königreich Westphalen und seine Restitution 1806-1815, Brunswick, Braunschweigischer Geschichtsverein, 1989, coll. « Beihefte zum Braunschweigischen Jahrbuch » 5, p. 24-41.

39 Ibid., p. 34.

40 Voir désormais sur ce sujet Veit Veltzke (dir.), Napoleon – Trikolore und Kaiseradler über Rhein und Weser, Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau, 2007.

41 Dorothea Puhle, op. cit., p. 36; Helmut Berding, Napoleonische Herrschafts – und Gesellschaftspolitik im Königreich Westfalen 1807-1813, Göttingen, Vandenhoek, 1973, coll. «Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft» 7.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search