Versione classicaVersione mobile

Le temps des hommes doubles

 | 
Annie Crépin
, 
Jean-François Chanet
, 
Christian Windler

Introduction

Jean-François Chanet e Christian Windler

Testo integrale

  • 1 Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), Les ressources des faibles. Neutralités, sauvegard (...)

1Ce livre est le fruit d’une coopération de cinq années autour d’un objet d’études, l’occupation militaire, plus familier aux historiens du XXe siècle qu’à ceux des époques antérieures. Le projet d’étudier de façon comparative depuis le tournant du XVIe siècle les arrangements et les neutralités en situation ou sous la menace d’une occupation a pris naissance avant même l’obtention du soutien de l’Agence nationale de la recherche, qui a permis de lui donner consistance. Un premier colloque consacré aux pratiques de neutralisation, de sauvegarde et d’accommodement à l’époque moderne s’est tenu en 2007 à Berne. Il a donné lieu à la publication, en 2009, d’un premier ouvrage collectif1, dont celui que nous présentons aujourd’hui constitue la suite. Cette introduction se propose d’abord de résumer ses apports, en mettant un accent particulier sur la transformation des pratiques à partir du XVIIIe siècle.

  • 2 Sur l’histoire du concept de neutralité : « Neutralität », Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Ko (...)
  • 3 Voir Alexander Hamilton, James Madison, The Pacificus-Helvidius Debates of 1793-1794: Toward the C (...)
  • 4 Voir Janice E. Thomson, Mercenaries, Pirates & Sovereigns: State-Building and Extraterritorial Vio (...)
  • 5 Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques. Affaires du Congo et de l’Afrique occi (...)

2Le concept même de neutralité demande quelques remarques préliminaires. Si, à l’époque moderne, nous retrouvons un peu partout en Europe, dans les situations de guerre, de multiples pratiques de neutralisation adoptées par des acteurs de statut très différent, « la » neutralité au singulier, en tant que conception politique déterminant l’ensemble des relations extérieures d’un État souverain, est un phénomène récent2. Le concept de neutralité tel qu’il s’est développé jusque vers 1800 restait en général immédiatement lié à des contextes concrets de conflits militaires ; c’est dans ce sens qu’en 1793 encore, les États-Unis se sont déclarés neutres par rapport au conflit en cours en Europe3. Si les États-Unis légifèrent ensuite sur la neutralité, par la loi du 5 juin 1794, c’est pour fixer les devoirs de leurs citoyens pour le cas où le gouvernement fédéral adopterait une position de neutralité dans un conflit armé4. Dans ce même sens, lors de la conférence de Berlin de 1884-1885, l’ambassadeur français, Alphonse Chodron, baron de Courcel, pouvait encore déclarer : « Pour qu’on parle de neutres, il faut qu’il y ait des belligérants, et il n’y a pas de neutralité en temps de paix, ni entre deux parties envisagées seulement au point de vue de leurs rapports mutuels5. »

  • 6 Il est caractéristique que, dans l’étude classique du juriste grec Stélio Séfériadès, les pages re (...)
  • 7 L’article 10 du traité d’Amiens (27 mars 1802) avait proclamé « la neutralité permanente de l’île (...)
  • 8 « Neutralität », Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriff (...)

3En réalité, à cette date, le concept de « neutralité perpétuelle » avait profondément changé la manière dont se posait la question dans le droit des gens, en faisant de la neutralité un principe constitutif des relations extérieures d’un État comportant des devoirs déjà en temps de paix. Il importe de souligner que la « neutralité perpétuelle », née dans un contexte d’affirmation de souverainetés nationales, limitait en fait ces droits de souveraineté6. Sa première apparition dans un traité international – la paix d’Amiens de 1802 – concernait l’île de Malte occupée par la Grande-Bretagne7. En Europe, au XIXe siècle, le concept s’est appliqué notamment à la Suisse, à la Belgique et au Luxembourg, États-tampons aux frontières d’une France considérée comme une menace pour l’équilibre et la paix en Europe. À côté de cette neutralisation « à perpétuité » d’États entiers, le Congrès de Vienne a introduit un autre cas de figure, nouveau dans les termes où il était formulé mais, dans ses effets, proche de pratiques anciennes. On pense à la neutralisation de portions de territoires à l’intérieur d’un État souverain : ce fut le cas du Chablais et du Faucigny, provinces de la Savoie, dont l’article 92 de l’acte final du Congrès de Vienne stipule qu’ils « feront partie de la neutralité de la Suisse », donnant à celle-ci le droit d’y stationner des troupes en temps de guerre afin de garantir cette neutralisation. Le traité de Turin de 1860, réglant la cession de la Savoie à la France, confirmait encore ce règlement, qui ne fut supprimé qu’après la Première Guerre mondiale8.

  • 9 « La Révolution a mis fin aux “sociétés territoriales” de l’Ancien Régime, conçues comme des “asse (...)

4Si les termes dans lesquels le Congrès de Vienne réglait la neutralisation de ces territoires savoyards furent nouveaux, la situation créée par le Congrès rappelle en fait des réalités sans doute plus familières aux historiens de l’Ancien Régime qu’à ceux du XIXe siècle. En effet, les neutralisations de portions de territoire, qu’elles fussent explicitement évoquées dans ces termes ou non, étaient fréquentes dans les conflits de l’époque moderne à l’échelle européenne. À l’instar de celle du Chablais et du Faucigny par le Congrès de Vienne, ces neutralisations ne concernaient souvent que des parties limitées du territoire d’une monarchie. Cependant, alors qu’en 1814-1815, ce furent les représentants des États européens réunis à Vienne qui s’entendirent sur un règlement restreignant les droits de souveraineté du roi de Sardaigne dans une partie de son royaume, sous l’Ancien Régime, les neutralisations locales avaient fréquemment été le fait d’acteurs subalternes – seigneurs ou corporations territoriales privilégiées, notamment – qui limitaient ainsi leur implication dans les guerres menées par leur suzerain9.

  • 10 André Holenstein, « L’enjeu de la neutralité : les cantons suisses et la guerre de Trente Ans », J (...)
  • 11 Voir Thomas Maissen, « L’invention de la tradition de neutralité helvétique : une adaptation au dr (...)

5Dans ce contexte, le cas des cantons suisses où, au cours du dernier tiers du XVIIe siècle, les magistrats et publicistes transformèrent la neutralité en une option légitime, est à la fois exceptionnel et lié à des expériences observables un peu partout en Europe occidentale : il est exceptionnel dans la mesure où la neutralité, que les cantons avaient d’abord été forcés « d’accepter […] comme condition de leur existence10 » à cause des clivages confessionnels, se trouvait dans un rapport étroit avec l’articulation, à la même époque, d’un nouveau concept de souveraineté étatique républicaine remplaçant les définitions plus anciennes des cantons comme membres particulièrement privilégiés du Saint Empire11. Pourtant, les pratiques de neutralisation adoptées par les cantons sont aussi, dans une certaine mesure, comparables à des pratiques repérables un peu partout en Europe occidentale dans des situations de conflit.

  • 12 La difficulté d’avouer la non-implication dans des guerres « justes » explique que, malgré leur ap (...)
  • 13 Olivier Christin, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe siècle, Par (...)

6En effet, comme cela a été rappelé dans Les ressources des faibles, « la » neutralité au singulier, comprise comme un principe du droit des gens, s’est constituée, très lentement, au cours de l’époque moderne à partir des discussions suscitées par des solutions apportées à des situations concrètes de conflit. La légitimation explicite de la neutralité des cantons, telle que Thomas Maissen l’a repérée dans une ample production suisse de textes et d’images de la seconde moitié du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, s’est faite à partir d’un fond commun européen d’idées qui ont été formulées, notamment, dans les conflits confessionnels. Ces réflexions qui accompagnaient l’apprentissage des pratiques concernaient la possibilité de rester neutre dans les conflits, notamment religieux, alors que le concept de « guerre juste » faisait d’une telle attitude une trahison envers Dieu et les hommes12. La consécration de la neutralité des cantons comme une option politique légitime s’inscrit dans le processus d’autonomisation d’une raison politique amorcé à partir des guerres de religion du XVIe siècle et mis en lumière, en particulier, par Olivier Christin13.

  • 14 « Neutralität », Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriff (...)

7Pendant la guerre de Trente Ans, dans le Saint Empire, le refus des neutralisations se justifiait encore en raison de l’enjeu religieux de la lutte et aussi du devoir de loyauté et de service à l’égard de l’empereur. C’est ainsi qu’en 1623, répondant à un Maurice de Hesse demandant le respect de sa neutralité, le comte de Tilly, commandant des armées de la Ligue catholique, constata que ce qu’on attendait de lui en tant que prince du Saint Empire, ce n’était pas la neutralité mais l’obéissance à l’égard de son suzerain, c’est-à-dire l’empereur14.

  • 15 Serge Brunet, « Entre pastoralisme, commerce et défense mutuelle : les lies et passeries des Pyrén (...)
  • 16 Caroline Lugat, « Les traités de “bonne correspondance” entre les trois provinces maritimes basque (...)

8Dans la pratique, les acteurs subalternes disposaient aux XVIe et XVIIe siècles de marges de manœuvres souvent assez considérables entre le devoir de loyauté à l’égard de leur propre prince, d’une part, et les puissances qui les menaçaient. Les journées d’études de Berne ont permis un repérage de pratiques locales de neutralisation dans les provinces situées sur les limites entre le royaume de France, la monarchie hispanique et le Saint Empire. Sans être exhaustif, ce repérage a été suffisamment ample pour que l’on puisse donner comme acquise la présence généralisée de ces pratiques dans les conflits des XVIe et XVIIe siècles. Si, à la différence de ce qui se pratiquait entre les deux Bourgogne à partir du début du XVIe siècle, les « lies et passeries » pyrénéennes évitaient les termes de « neutre » et de « neutralité », leurs effets étaient similaires : autant que les traités de neutralité conclus en Bourgogne, les « lies et passeries » rendaient possible la continuité du commerce transfrontalier en temps de guerre. Dans les deux cas, la neutralisation plus ou moins poussée était considérée comme faisant partie des privilèges d’entités territoriales subalternes, le comté et le duché de Bourgogne, d’une part, les communautés pyrénéennes françaises et espagnoles, de l’autre15. Bien que les autorités monarchiques aient participé à leur négociation, les accords de neutralisation rappellent ainsi le caractère composé des monarchies française et hispanique de l’époque moderne. Dans le même ordre d’idées, on pourrait aussi citer les traités de bonne correspondance entre les provinces basques françaises et espagnoles régulièrement renouvelés au XVIe et XVIIe siècles16.

  • 17 Hubert van Houtte, Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, Gand, Van Rysselbe (...)
  • 18 Catherine Denys, « Quelques réflexions sur la régulation de la violence de guerre dans les Pays-Ba (...)

9Depuis les travaux entrepris par Hubert van Houtte à la suite de l’occupation allemande de sa patrie belge pendant la Première Guerre mondiale17, l’espace des anciens Pays-Bas, marqué par la récurrence séculaire des guerres, de la fin du Moyen Âge au XVIIIe siècle, a été un lieu privilégié des recherches sur les arrangements entre les populations et les armées sous l’Ancien Régime. Plutôt que des traités couvrant des provinces entières comme dans le cas des deux Bourgognes, la recherche y a repéré une pratique constante de négociation de sauvegardes avec les armées ennemies. Catherine Denys décrit les Pays-Bas méridionaux comme une sorte de laboratoire pour la régulation de la violence de guerre18. Dans les négociations, au niveau local, de sauvegardes et de passeports comprenant des obligations de non-agression et de protection, les nécessités financières des armées et le besoin de tranquillité des populations se rencontraient dans une relation pleine de violences, mais qui ouvrait aussi des marges de manœuvre à ceux qui ne pouvaient pas compter sur la force des armes.

10Les arrangements – lies et passeries, neutralité bourguignonne, traités de bonne correspondance, sauvegardes des anciens Pays-Bas et d’ailleurs – soulèvent le problème des rapports entre des entités territoriales privilégiées et les pouvoirs monarchiques, à une époque où les guerres menées par ces derniers accompagnaient la formation de structures étatiques. Peut-on, dans certaines circonstances, être neutre vis-à-vis de son propre prince ou, par le paiement de contributions lié aux sauvegardes, aider à financer les armées des ennemis de ce prince ? Quelles furent les conséquences des arrangements sur les rapports entre les communautés et leur souverain naturel ? L’étude des pratiques de neutralisation et d’accommodement permet donc d’approcher sous un nouvel angle de vue le caractère « absolu » du gouvernement de monarchies dont les armées ne défendaient pas des territoires clairement délimités comme dans les guerres européennes des XIXe et XXe siècles, mais s’appuyaient sur des places fortifiées pour soumettre à contribution de vastes espaces, par la pratique de la « petite guerre ».

  • 19 Horst Carl, « Des ennemis familiers : arrangements avec les Français pendant la guerre de Sept Ans (...)

11Comment les pratiques ont-elles évolué entre le XVIe et le XVIIIe siècle ? En premier lieu, l’ouvrage Les ressources des faibles est venu confirmer la thèse, déjà formulée par Hubert van Houtte, suivant laquelle, au cours du XVIIe siècle, dans le contexte d’une multiplication sans précédent des conflits armés entre les États en formation, on peut suivre l’élaboration des normes d’un droit de la guerre limitant l’impact des conflits sur les populations civiles. Dans les régions les plus touchées par les guerres, on peut observer comment les populations acquièrent un savoir pratique quant aux rapports avec les armées ennemies et amies, ce qui leur facilite la recherche de sauvegardes et la négociation des contributions avec des ennemis qui leur étaient familiers19.

  • 20 Serge Brunet, op. cit., p. 140-141.
  • 21 Renaud Morieux, « Mare pacificum : les îles de la Manche, entre trêves de Dieu et pratiques de neu (...)

12Tandis que ces pratiques d’accommodement par le biais du paiement de contributions et des rapports plus ou moins réglés avec les armées d’occupation continuent tout au long du XVIIIe siècle, les pratiques locales de neutralisation formelle sont de plus en plus contestées à partir du XVIIe, à mesure que les États affirment leur mainmise sur leur territoire et leurs populations. L’affirmation d’une souveraineté étatique admet de plus en plus mal que des sujets s’abstiennent de toute implication dans les guerres menées par leur prince. Ainsi, à partir de la guerre de Succession d’Espagne, les lies et passeries tendent à redevenir de simples accords sur les droits de pâturage et de passage des troupeaux20. Dans un même mouvement, la neutralité des îles de la Manche fut abolie à la fin du XVIIe siècle21, et les « traités de bonne correspondance » entre les provinces basques espagnoles et françaises ne furent plus renouvelés à partir du début du XVIIIe siècle. Pour ce type d’accords qui avaient inscrit la neutralisation dans la longue durée, la période autour de 1700 semble marquer un tournant décisif.

  • 22 Horst Carl, op. cit. ; Sandrine Picaut-Monnerat, « Accommodements locaux, sauvegardes, contributio (...)

13Lors des journées de Berne, les guerres du XVIIIe siècle furent plus particulièrement étudiées par Horst Carl, à partir des cas des régions prussiennes du Rhin inférieur et de la Hesse, et par Sandrine Picaud-Monnerat, qui a traité de la Flandre pendant la guerre de Succession d’Autriche22. Tous deux s’accordent à constater une tendance des belligérants à limiter la guerre le plus possible aux soldats, en respectant un droit des gens qui tendait à protéger les civils. La pratique des arrangements entre les populations et les armées est profondément transformée par l’affirmation des souverainetés étatiques. Le poids plus grand des autorités étatiques assure une discipline plus sévère dans les armées, et celle-ci profite aux civils, mieux protégés par le droit des gens et aussi par la capacité des armées à défendre un territoire plus clairement délimité. Si les sauvegardes et les passeports continuent d’avoir cours et sont amplement pratiqués par les armées, les neutralisations locales plus permanentes deviennent cependant cause de surprise et d’irritation.

14Peut-on, pour le XIXe siècle, parler encore de neutralités au pluriel ? C’est l’une des questions que nous nous posions au moment d’aborder le nouvel âge guerrier qui commence en 1792. La logique d’accroissement général de l’emprise étatique compromet dès lors la possibilité même de « neutralités », en un sens à la fois coutumier et, si peu que ce soit, institutionnalisé. La « sauvegarde des intérêts de la paix dans la guerre » ne disparaît pas pour autant, en tant que problème juridique aussi bien que matériel, comme le montre, parmi d’autres contributeurs, Daniel Segesser.

  • 23 Raphaël Lafhail-Molino, note sur Louis Aragon, Les Beaux quartiers [1936], Œuvres romanesques comp (...)
  • 24 Centre d’histoire économique et sociale (Bruxelles), Occupants, occupés, 1792-1815. Colloque de Br (...)

15Le titre du présent livre est emprunté au roman de Louis Aragon Les Beaux quartiers, qui tente de restituer le climat politique et moral de l’immédiat avant-guerre de 1914. Dans l’esprit de l’auteur, alors soumis aux injonctions du réalisme socialiste, l’expression d’« hommes doubles » signifie que, « dans la société capitaliste, l’homme social et l’homme privé sont séparés et peuvent s’opposer l’un à l’autre23 ». Pour notre part, nous souhaitons mettre en avant l’idée que l’occupation militaire, dès lors que se trouvent plus rigoureusement assignées, tant aux soldats qu’aux civils, à la fois une « identité » et une « cause » supposées dépasser leur état civil et leurs intérêts immédiats, multiplie, dans la recherche des arrangements – nécessaires pour des raisons d’ailleurs contradictoires suivant le camp auquel on appartient : faciliter le plus possible l’occupation ou en limiter le plus possible les effets –, les tensions et les combinaisons possibles entre fonctions ou statuts publics, sociabilités et influences locales, opinions personnelles et intérêts particuliers. Ainsi espérons-nous apporter un renouvellement par rapport au colloque de Bruxelles de 1968, Occupants, occupés, 1792-1815, auquel, comme tous les chercheurs qui travaillent sur ces questions, nous sommes naturellement redevables24.

16Pour aider à caractériser l’évolution qui s’est produite entre le début et la fin de la période couverte, entre les guerres déclarées par la France à l’Autriche en 1792 et à la Prusse en 1870, nous avons proposé aux contributeurs trois thèmes structurants, qui correspondaient à trois approches possibles des problèmes posés. Le premier touchait aux enjeux politiques et administratifs généraux soulevés par les situations d’occupation, parmi lesquels se posent les questions relatives à la neutralité, qu’il s’agisse de rendre compte de son devenir en tant que concept dans les relations internationales ou d’analyser le positionnement des États neutres dans des conflits où l’on s’efforce de mobiliser aussi les opinions publiques. L’accent a été mis ensuite sur les armées occupantes, les problèmes auxquels elles étaient confrontées dans un processus où la priorité allait à leur sécurité, quelle que fût la part d’idéologie que l’autorité politique introduisait dans leurs missions, l’accommodation qu’elles recherchaient avec les populations, ne fût-ce que pour en obtenir davantage, ou les représentations culturelles qui pesaient sur leurs rapports avec elles et pouvaient contribuer à en radicaliser la violence. Dans un dernier ensemble de contributions, la recherche des accommodements, ou, le cas échéant, le constat de l’extrême difficulté d’en trouver, sont abordés du point de vue des sociétés en proie à l’occupation.

  • 25 Jean-Yves Guiomar, L’invention de la guerre totale, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Félin, 2 (...)
  • 26 Voir aussi David A. Bell, The First Total War. Napoleon’s Europe and the Birth of Warfare as We Kn (...)

17Entre ces trois axes d’étude et de réflexion existent naturellement des liens thématiques ou problématiques. L’un des plus saillants est fourni par l’examen des parts respectives du militaire et du politique, tant dans la recherche et la mise en œuvre pratique des arrangements que, le cas échéant, dans la responsabilité de leur échec. On retrouve là, par le biais de l’occupation, l’un des principaux objets du débat autour des propositions récentes de considérer la période révolutionnaire et impériale comme celle de « l’invention de la guerre totale25 » : la redéfinition des distinctions entre civils et militaires sous l’effet des nouveaux modes de recrutement des armées et de leur emploi pour des objectifs qui ne sont pas seulement territoriaux26.

  • 27 George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme : La brutalisation des sociétés européennes,(...)

18Les besoins des occupants ne varient guère : logement et ravitaillement des hommes et des chevaux, hospitalisation des blessés et des malades… Mais ils ne suffisent pas à caractériser la situation d’occupation, puisque ces problèmes se posent aussi pour les armées de l’État souverain ou des troupes alliées. Même le pillage n’est pas une exclusivité des ennemis. Il importe donc, dans une perspective logiquement clausewitzienne, de mettre en relation les objectifs et les méthodes militaires avec les buts et les décisions politiques. Quant au « transfert » des idées de George Mosse dans un autre temps que celui à propos duquel elles ont été conçues, proposé par Walter Bruyère-Ostells à partir du cas du Portugal à l’époque napoléonienne, il suppose de garder à l’esprit l’importance du lien établi par Mosse lui-même entre la « banalisation » de la violence de guerre dans une culture de masse sur laquelle pèse fortement la commémoration et la « brutalisation » de la politique27.

  • 28 Voir la communication de Benoît Roger dans le présent volume.

19Trois autres thèmes feront ici l’objet d’une attention particulière. En premier lieu, le poids relatif des structures étatiques dans l’organisation des armées, qu’il s’agisse de leurs modes de financement et des conditions d’entretien, ou du droit dont elles sont l’un des instruments, lors même que la discipline militaire elle-même peine à régner. Si les transformations sont nettes depuis la seconde moitié du XVIIe siècle, les conflits au tournant des XVIIIe et XIXe siècles montrent cependant aussi des continuités en quelque sorte inhérentes à la situation même d’occupation militaire. En ce qui concerne le financement, les armées doivent largement y subvenir aux dépens des territoires – amis ou ennemis – où elles sont stationnées, même si des transformations sont perceptibles. À cet égard, le paiement des personnels et des médicaments dans les hôpitaux de Pologne en plus de celui des vivres par le Trésor représente un cas limite de régime d’occupation au sens où on l’entend généralement28. Les formes de légitimation de la violence ne retiendront pas moins l’attention. Dans quelle mesure l’invention révolutionnaire d’un nouveau droit des gens basé sur le droit naturel a-t-elle pu être dans la pratique source de violence ? Plus largement, des interrogations sur les articulations complexes entre légitimation de la violence par le droit naturel des révolutions de la fin du XVIIIe siècle, construction de structures étatiques et appartenances nationales, se font jour dans plusieurs contributions. Dès que l’on aborde la politique, des tensions et même des contradictions apparaissent entre des motivations idéologiques générales, des intérêts nationaux ou des considérations de politique internationale, et des besoins immédiats, des intérêts locaux, au premier rang desquels figure le maintien de l’ordre public.

20Le besoin de relais dans la population locale conduit les occupants à se tourner d’abord vers les autorités traditionnelles et légitimes. Mais la question se pose de savoir si et par qui la légitimité de ces autorités est effectivement reconnue. Dans les guerres du XVIIe et du XVIIIe siècle, ce qui est en général en cause, ce sont des titres dynastiques plus ou moins fondés ; la légitimité des autorités subalternes n’est guère remise en cause. On pourrait citer les conquêtes de Louis xiv sous le couvert des « droits de la reine ». Or, sous la Révolution, la légitimité des autorités subalternes pose également problème. Pour Horst Carl, c’est une arme à double tranchant : si l’invention d’une nouvelle légitimité – révolutionnaire, fondée sur des titres jusnaturalistes – permet a priori des politiques de table rase, la désarticulation des structures locales rend cependant difficile le maintien des armées d’occupation dans les années 1790 ; la stratégie napoléonienne se révèle meilleure d’un point de vue pratique, dans les cas où les états provinciaux sont chargés de réunir les contributions.

  • 29 Voir Pierre Vilar, « Quelques aspects de l’occupation et de la résistance en Espagne en 1794 et au (...)

21Dans ces situations de face à face entre anciens et nouveaux maîtres, « l’autre » du point de vue national ou politique est souvent un « semblable » du point de vue social et culturel. On pouvait donc au moins partir de l’hypothèse qu’à la suite de la rupture révolutionnaire l’occupation militaire, avant de révéler le degré d’intériorisation par les masses de leur appartenance nationale29, reflète la capacité des groupes dominants à limiter autant que possible le risque de l’anomie. C’est entre eux qu’il y a d’abord avantage réciproque à « sauvegarder les intérêts de la paix dans la guerre ».

  • 30 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seu (...)

22Cela n’empêche pas cependant, du côté des occupés, les dominants momentanément dominés de retourner contre les occupants les principes que ceux-ci ont invoqués pour justifier la guerre et le droit qu’ils prétendent faire triompher. N’y a-t-il pas là un vecteur sous-estimé de ce qu’Anne-Marie Thiesse a appelé la « création des identités nationales30 », un vecteur trop souvent négligé au profit d’une approche qui fait la part belle à la culture partagée ? Son efficacité ne tient-elle pas, précisément, à la capacité des classes dirigeantes à le faire intérioriser au « peuple », sur qui pèsent les charges de l’occupation militaire mais qui semble s’y soumettre dès lors que la situation se prolonge et évolue vers l’annexion, comme le montre dans sa contribution au présent volume Aurélien Lignereux ?

23C’est pourquoi il faut être attentif à la durée des occupations autant qu’aux changements de statut des territoires et des populations auxquels elles peuvent donner lieu. Les annexions de la période révolutionnaire et napoléonienne, nouvelles par leur extension aussi bien que par la manière dont elles sont légitimées, peuvent être considérées à certains égards comme des occupations. Il convient cependant de les distinguer clairement d’occupations qui ne transforment pas le statut des territoires.

  • 31 Cf. Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. (...)

24En somme, il y a beaucoup à apprendre encore sur ce qu’on pourrait appeler, en langage philosophique, les logiques polyvalentes des situations d’occupation militaire. Nécessairement provisoires, ces situations sont caractérisées par l’indécision sur l’avenir et l’existence simultanée d’« horizons d’attente » socialement contrastés qui induisent un régime temporel spécifique31. Si l’on admet que ce sont des situations où le présent est vécu et interprété en fonction d’une mémoire individuelle et collective d’expériences antérieures, encore doit-on reconnaître la complexité du rôle politique et culturel qui peut être joué alors par les occupants, rôle qui ne peut se réduire à la brutalité de la soldatesque et à l’exploitation économique.

Note

1 Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), Les ressources des faibles. Neutralités, sauvegardes, accommodements en temps de guerre (XVIe-XVIIIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

2 Sur l’histoire du concept de neutralité : « Neutralität », Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, t. 4, Stuttgart, Klett-Cotta, 1978, p. 315-370. Cf., parmi d’autres travaux, l’essai récent de Jean-Jacques Langendorf, Histoire de la neutralité. Une perspective, Gollion, Infolio éditions, 2007. Pour la période postérieure à celle que nous étudions ici, voir notamment : Johan den Hertog et Samuël Huizinga (éd.), Caught in the Middle : Neutrals, Neutrality and the First World War, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2011.

3 Voir Alexander Hamilton, James Madison, The Pacificus-Helvidius Debates of 1793-1794: Toward the Completion of the American Founding, Morton J. Frisch (éd.), Indianapolis, Liberty Fund, 2007.

4 Voir Janice E. Thomson, Mercenaries, Pirates & Sovereigns: State-Building and Extraterritorial Violence in Early Modern Europe, Princeton, Princeton University Press, 1994, p. 77-79 ; Alfred P. Rubin, Ethics and Authority in International Law, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 96 ; Thomas M. Kane, Theoretical Roots of US Foreign Policy: Machiavelli and American Unilateralism, New York, Routledge, 2006, p. 41.

5 Ministère des Affaires étrangères, Documents diplomatiques. Affaires du Congo et de l’Afrique occidentale, Paris, Imprimerie nationale, 1885, p. 229. Cité dans « Neutralität », Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe, op. cit., p. 330.

6 Il est caractéristique que, dans l’étude classique du juriste grec Stélio Séfériadès, les pages relatives à la « neutralité perpétuelle » figurent à la fin du chapitre IV, « Personnes du droit international », juste avant le chapitre V, « Apparition et reconnaissance internationale de l’État ». Stélio Séfériadès, Principes généraux du droit international de la paix, Académie de droit international, établie avec le concours de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, Recueil des cours, t. 34, 1930, IV, p. 327-332.

7 L’article 10 du traité d’Amiens (27 mars 1802) avait proclamé « la neutralité permanente de l’île de Malte, de l’ordre de Saint-Jean et de ses dépendances ». Elle était internationalement garantie par les puissances européennes (France, Grande-Bretagne, Autriche, Espagne, Russie et Prusse), mais, du fait de la rupture de la paix d’Amiens dès 1803, cet article resta lettre morte. Voir : Camille Piccioni, Essai sur la neutralité perpétuelle, Paris, Arthur Rousseau, 1902, p. 27 ; Michel Kérautret, « L’Angleterre et la rupture du traité d’Amiens », Revue du souvenir napoléonien, no 447, juin-juillet 2003, p. 13-25.

8 « Neutralität », Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe, op. cit., p. 331.

9 « La Révolution a mis fin aux “sociétés territoriales” de l’Ancien Régime, conçues comme des “assemblages plus ou moins intégrés de territoires autonomes” » (Albert Mabileau, « Le local comme phénomène de société. 3. Le local en questions », Sciences de la société, no 50/51, 2000, p. 331-354, ici p. 346). L’auteur cite ici Pierre Muller, Les politiques publiques, Paris, PUF, 1990.

10 André Holenstein, « L’enjeu de la neutralité : les cantons suisses et la guerre de Trente Ans », Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), op. cit., p. 47-61, ici p. 48.

11 Voir Thomas Maissen, « L’invention de la tradition de neutralité helvétique : une adaptation au droit naissant du XVIIe siècle », Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), op. cit., p. 17-46.

12 La difficulté d’avouer la non-implication dans des guerres « justes » explique que, malgré leur apparition assez précoce, les termes de « neutre » et plus encore de « neutralité » aient tardé à s’imposer dans le langage politique avec des acceptions plus ou moins dénuées de jugements de valeur négatifs. Axel Gotthard a montré jusqu’à quel point, dans les conflits de la première moitié du XVIIe siècle au Saint Empire, ces termes étaient encore chargés d’illégitimité. Voir Axel Gotthard, « L’“abominable monstre de la neutralité” : la campagne de libelles contre la neutralité pendant la guerre de Trente Ans », Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), op. cit., p. 83-103.

13 Olivier Christin, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe siècle, Paris, Seuil, coll. « Liber », 1997.

14 « Neutralität », Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck (éd.), Geschichtliche Grundbegriffe, op. cit., p. 324. Cf. Henri Sacchi, La guerre de Trente Ans, II, L’Empire supplicié, Paris, L’Harmattan, 2003 [1re éd. 1991], p. 135-136.

15 Serge Brunet, « Entre pastoralisme, commerce et défense mutuelle : les lies et passeries des Pyrénées et la genèse de la frontière (XIVe-XVIIe siècle) », Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), op. cit., p. 123-141 ; Patrice Poujade, « Les réseaux marchands pyrénéens et la pratique du commerce en temps de guerre », ibid., p. 143-161 ; Christian Windler, « De la neutralité à la relation tributaire : la Franche-Comté, le duché de Bourgogne et le royaume de France aux XVIe et XVIIe siècles », ibid., p. 163-185.

16 Caroline Lugat, « Les traités de “bonne correspondance” entre les trois provinces maritimes basques (XVIe-XVIIe siècles) », Revue historique, no 623, 2002, p. 611-655.

17 Hubert van Houtte, Les occupations étrangères en Belgique sous l’Ancien Régime, Gand, Van Rysselberghe & Rombaut, Paris, Champion, 2 t., 1930.

18 Catherine Denys, « Quelques réflexions sur la régulation de la violence de guerre dans les Pays-Bas méridionaux aux XVIIe et XVIIIe siècles », Jean-François Chanet, Christian Windler (dir.), op. cit., p. 205-219.

19 Horst Carl, « Des ennemis familiers : arrangements avec les Français pendant la guerre de Sept Ans et les guerres révolutionnaires », ibid., p. 361-383.

20 Serge Brunet, op. cit., p. 140-141.

21 Renaud Morieux, « Mare pacificum : les îles de la Manche, entre trêves de Dieu et pratiques de neutralisation (XVe-XIXe siècle) », ibid., p. 315-337.

22 Horst Carl, op. cit. ; Sandrine Picaut-Monnerat, « Accommodements locaux, sauvegardes, contributions : le cas des campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche (1744-1748) », ibid., p. 339-360.

23 Raphaël Lafhail-Molino, note sur Louis Aragon, Les Beaux quartiers [1936], Œuvres romanesques complètes, Daniel Bougnoux (dir.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2000, p. 1345. Christophe Charle a déjà eu recours à cette expression pour désigner, dans le monde de la culture, des « médiateurs » qui « appartiennent conjointement à deux niveaux culturels d’habitude séparés et servent de passeurs entre eux » : Christophe Charle, « Le temps des hommes doubles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 39-1, janvier-mars 1992, p. 73-85.

24 Centre d’histoire économique et sociale (Bruxelles), Occupants, occupés, 1792-1815. Colloque de Bruxelles, 29 et 30 janvier 1968, Bruxelles, Université libre, Institut de sociologie, 1969.

25 Jean-Yves Guiomar, L’invention de la guerre totale, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Félin, 2004.

26 Voir aussi David A. Bell, The First Total War. Napoleon’s Europe and the Birth of Warfare as We Know It, Boston-New York, Houghton Mifflin Company, 2007, notamment p. 11-12.

27 George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme : La brutalisation des sociétés européennes, traduction d’Edith Magyar, préface de Stéphane Audoin-Rouzeau, Paris, Hachette Littératures, 1999 [éd. anglaise, 1990].

28 Voir la communication de Benoît Roger dans le présent volume.

29 Voir Pierre Vilar, « Quelques aspects de l’occupation et de la résistance en Espagne en 1794 et au temps de Napoléon », Occupants, occupés, op. cit., p. 221-252, particulièrement la conclusion, p. 252.

30 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 1999.

31 Cf. Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. de l’allemand par Jochen et Marie-Claire Hoock, Paris, éd. de l’EHESS, 2000, et François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, coll. « La librairie du XXIe siècle », 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search