Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Conclusion. L’énigme PSU

Marc Lazar

Texte intégral

  • 1 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en (...)

1Plus de cinquante ans après sa naissance, en 1960, et vingt-quatre ans après son décès officiel, en 1989, le Parti socialiste unifié nourrit la curiosité des historiens. Nombre de travaux lui sont directement consacrés depuis quelques années, comme en atteste, par exemple, ce livre qui vient juste après celui publié en 2009, fruit de deux colloques, Le PSU vu d’en bas1. Il s’avère intéressant de se demander ce qui motive ce soudain, fut-il relatif, intérêt pour pareil parti politique dont la durée de vie fut assez limitée.

2Plusieurs explications peuvent être avancées. D’abord, le développement des recherches sur le socialisme français de l’après-Deuxième Guerre mondiale qui fut longtemps délaissé, au profit, à gauche, des études sur le Parti communiste français. Le renouvellement des approches des formations politiques ensuite. En effet, elles ne se limitent plus à l’étude, aussi nécessaire qu’indispensable, de leurs appareils, de leurs directions, de leurs rapports avec les institutions, de leurs stratégies, de leurs conceptions de la politique ou de leurs grandes références idéologiques ; elles entendent également saisir la complexité des structures partisanes, leurs modes d’insertion dans des pans entiers de la société, les interactions qui se produisent, ou pas, avec les mouvements de fond qui affectent les opinions, leurs rapports avec tel ou tel groupe social ou encore leur production en tant qu’instances culturelles et entreprises de sens, etc. Enfin, joue certainement l’engouement récent des recherches dédiées aux décennies des années 1960-1970 dû, entre autres, à l’ouverture de fonds d’archives et à la prise de conscience qu’elles représentent un moment charnière au cours duquel disparaît le monde de l’après-1945 et émerge un autre univers, qui est le nôtre.

3Le PSU représente l’un des objets à la croisée de toutes ces investigations. Un objet qui, en outre, exerce un attrait paradoxal. D’une part, il dispose d’une date de naissance et d’un acte de décès clairement établi, ce qui, a priori, circonscrit nettement la curiosité historienne. Mais, de l’autre, il est entouré d’une réputation favorable, selon laquelle il aurait été un petit parti ayant exercé une grande influence et eu une forte postérité. En quelque sorte, le PSU aurait disparu de la scène politique assez rapidement en tant que parti, mais son ombre perdurerait au-delà de sa mort, dilatant ainsi les bornes chronologiques bien établies. « Petit parti, grande influence et forte postérité » ? La formule est suggestive et, en large partie, fondée, mais elle est aussi trompeuse. En effet, elle pourrait inciter à exhumer a posteriori ce que le PSU aurait quasiment voulu laisser en héritage ou encore à l’ériger en un ingénieux pionnier qui n’aurait existé que pour ouvrir des pistes que d’autres partis auraient ensuite empruntées. Il ne faut donc pas tomber dans ce piège du déterminisme et s’efforcer de penser le PSU en le contextualisant de manière systématique et en considérant que, du temps de son existence, il s’efforçait de construire un projet politique consistant à changer en profondeur la gauche et à modifier les rapports de forces qui caractérisaient ce camp-là.

4La tâche est ardue, et c’est ce qui rend l’entreprise intéressante. Car qu’est-ce que le PSU ? Lors du colloque, dont ce livre est tiré en partie, qui s’est déroulé au Centre d’histoire de Sciences Po, à Paris en novembre 2010, comme dans les pages qui précèdent, un foisonnement d’adjectifs sont mobilisés par les différents auteurs pour le définir : parti marxiste, révolutionnaire, anticapitaliste, socialiste, autogestionnaire, parti-laboratoire, parti-passoire, parti-carrefour, parti-attrape-tout, parti du mouvement, parti généraliste, parti composite, parti jeune, jeune parti, et la liste n’est pas close. Cette profusion atteste la difficulté à cerner ce parti. Pourtant, au terme de ce livre, qui lui-même ne constitue qu’une étape supplémentaire dans la recherche, notre connaissance du PSU s’est enrichie sous cinq principaux angles, ceux de sa trajectoire, de son rapport avec les institutions et du système politique, de ses réalités organisationnelles, de sa culture politique et de son épaisseur sociétale.

5Dans la durée, le PSU, au niveau national, a connu trois grandes phases. La première s’étend de sa naissance à la fin des années 1960. Une phase contradictoire mais plutôt heureuse. Sur la scène officielle de la politique, il s’avère faible électoralement et dispose d’un nombre limité d’adhérents, malgré quelques réussites passagères et locales. Il ne pèse donc qu’assez marginalement dans la compétition politique, d’autant qu’il est divisé (mais la division le caractérise tout au long de son existence, on y reviendra). En revanche, il est actif dans le débat des idées, si intense à cette époque, notamment dans la gauche française et européenne. Parallèlement, il est présent dans les mobilisations collectives, par exemple, contre la guerre d’Algérie, lors des conflits sociaux et de l’agitation étudiante. Il sera d’ailleurs l’un des acteurs importants de la crise de mai 1968, tant par les thèmes qu’il met en avant, celui du pouvoir populaire par exemple, que par ses initiatives, le meeting du 27 mai au stade Charléty à Paris, ou ses propositions stratégiques pour essayer de coordonner les différents mouvements et amorcer « une transition vers le socialisme », son objectif affiché. La seconde phase est celle qui s’amorce au tout début de la décennie des années 1970 et qui s’interrompt en 1974 : c’est celle de la déstabilisation. Le PSU continue de lancer des thématiques d’envergure (sur l’environnement par exemple), de bénéficier d’un écho certain dans la société et d’agir dans certaines grandes mobilisations à l’instar de celles des travailleurs de Lip et des paysans du Larzac ; mais il est plus divisé que jamais, quasiment balkanisé, paralysé parfois par les affrontements qui opposent ses diverses composantes. En outre, il est déstabilisé par la refondation du Parti socialiste autour de François Mitterrand en 1971, la signature du programme commun avec le PCF et la formidable dynamique politique déclenchée par l’Union de la gauche. Le départ du secrétaire du parti, Michel Rocard, et de ses amis en 1974 pour rallier le parti de François Mitterrand l’affaiblit considérablement et lui fait perdre une grande partie de sa visibilité. S’amorce alors la dernière séquence qui court de 1974 à 1989, celle du déclin et de la lente agonie qui ne lui interdit cependant pas d’enregistrer quelques recrutements significatifs, de jouer encore le trublion ou de lancer des idées qui nourriront quelque peu le débat public.

6La reconstitution de cette trajectoire météorique pointe d’emblée l’un des problèmes majeurs du PSU, celui de son rapport aux institutions. Tel est le paradoxe de ce parti : né comme expression critique des institutions de la Ve République, il sera progressivement étouffé par celles-ci. Du fait du mode de scrutin majoritaire à deux tours qui réduit son espace et le contraint à des choix. À cause de l’élection présidentielle qu’il condamne, comme tant d’autres, qu’il cherche à exploiter ensuite avec la candidature de Michel Rocard en 1969 (occasion pour celui-ci de bien davantage faire connaître sa personne que son parti), et qui surtout le marginalise au fur et à mesure que François Mitterrand, en 1965, 1974, 1981 et 1988, s’en empare pour lui-même et pour assurer la prééminence de son parti sur son principal rival, le Parti communiste. Enfin, par les formes mêmes que prend la compétition politique dans la Ve République du fait de ces deux facteurs, en particulier avec le phénomène des coalitions bipolaires, la personnalisation et la présidentialisation. Le PSU tente de jouer sa carte quand un espace se libère suite aux divisions du reste des partis de gauche : il en est ainsi au début des années soixante ou durant le mois de mai 1968 et pendant les deux-trois années qui suivent, même si, à ce moment-là, il est bousculé sur sa gauche par les groupes trotskistes et maoïstes qui compliquent le jeu et ont un impact direct dans ses rangs et sur ses propres débats et orientations. Mais le PSU est au pied du mur, et en plus se déchire, lorsque les alliances se nouent entre les principaux acteurs de la gauche, du milieu des années 1960 à 1968, entre la FGDS et le PCF, de 1972 à 1977 avec le programme commun entre le PS, le PCF et les radicaux de gauche, sachant que lors de la rupture de cette même union à la fin de l’été 1977, le PSU ne dispose plus des ressources pour peser sur l’orientation du PS. Ce rôle assez secondaire dans les institutions et cette difficulté à se situer par rapport à elles ne sauraient toutefois occulter la présence du PSU au niveau local, une présence qui varie selon, là encore, les moments et les territoires, comme plusieurs études le montrent clairement au fil de ce livre. Le PSU a donc eu un rôle relativement effacé à l’échelon national, mais bien plus important lorsque l’on change le jeu d’échelles et que l’on plonge dans les réalités du terrain, en particulier, mais pas exclusivement, dans l’Ouest de la France ou encore en Rhône-Alpes.

7Le troisième grand apport du livre provient des éclairages qu’il apporte sur les multiples facettes du parti, en tant que tel. Un parti qui, au fil de sa courte histoire, change presque en continu tout en conservant quelques invariants qui font son originalité. D’abord, concernant l’organisation. Elle est caractérisée par sa faible institutionnalisation, la difficulté à imposer des règles disciplinaires internes, l’éclatement, la décentralisation et l’autonomie de ses structures. Cela laisse une large marge de manœuvre à ses adhérents et une grande liberté d’expression aux tendances. Et cela autorise une marqueterie de petits écosystèmes locaux, une implantation en forme d’archipel, avec quelques îlots émergents qui sont autant de points de force, tels l’Ouest, la région parisienne, le Rhône, l’Isère ou l’Ain. Le PSU c’est aussi un ensemble qui va bien au-delà des frontières classiques d’un parti ; en conséquence, pour l’appréhender, il faut reconstituer les réseaux plus ou moins formalisés qu’il instaure, ses liens ténus avec des associations et des sections syndicales. De ce fait, il ne rentre pas dans les catégories traditionnelles de définition des partis politiques, proposées par exemple par la science politique. Davantage, osons la réflexion, il anticipe d’une certaine façon l’évolution actuelle que connaissent les partis. Ensuite, le PSU est en permanence divisé. Par les luttes pour le pouvoir, comme dans toute organisation. Mais aussi par sa situation originale qui fait sa marque : il est, en effet, le fourre-tout, le creuset, le melting pot de presque tout ce que la gauche compte d’idéologies, de références culturelles et de sensibilités. S’y retrouvent donc la vaste gamme des marxismes ainsi que les multiples variantes socialistes, des ex-communistes, des chrétiens de gauche, des autogestionnaires, des décentralisateurs, des régionalistes, des planistes éclairés ou encore des jacobins convaincus. Autant de catégories qu’il faut elles-mêmes interroger tant elles sont composites, comme cela est fait dans un chapitre de cet ouvrage sur les chrétiens de gauche où il est clairement démontré le caractère, à la fois véridique et trop simplificateur de la formule si répandue du PSU, parti des chrétiens. Ce mélange détonnant fait du PSU la plaque sensible des évolutions, des pratiques et des expérimentations de la gauche dans les secteurs de l’appareil d’État, mais également dans les municipalités, les villes, certaines campagnes, les milieux associatifs ou encore les syndicats. Cela constitue sa force, son inventivité ou encore sa richesse intellectuelle. Mais également, sa chronique faiblesse politique. Par ailleurs, le PSU est une pépinière d’hommes, plus que de femmes, même si celles-ci, non sans difficultés, vont s’affirmer et s’emparer des revendications féministes. Des hommes qui appartiennent à des générations différentes et qui viennent de milieux sociaux plus composites qu’on ne peut le penser, variant selon les moments et les lieux, même si, indéniablement, le PSU est caractérisé par la forte présence des catégories intellectuelles au sens large de l’expression, qui explique sa propension aux grandes controverses, à la confrontation idéologique, aux débats d’idées. Enfin, le PSU, malgré ses déchirements constants, a formé une communauté humaine, dotée d’une forte dimension affective et identitaire ; longtemps après, celle-ci émeut encore ceux qui sont passés par cette expérience, et pas simplement parce qu’elle est liée à leur jeunesse d’antan, comme on a pu le constater lors du colloque de Paris avec les prises de paroles des anciens du PSU où s’exprimaient la force du témoignage et le plaisir à dérouler des récits de vie, dont la structure est, par exemple, très différente de celle des ex-communistes. Le PSU a rempli une fonction de socialisation politique qu’il faudrait cerner au plus près selon les générations, soit au sens biologique de ce mot (la date de naissance), soit dans sa signification politique (la date d’adhésion et l’événement fondateur de référence). Il a été l’instance de la formation politique de nombreux adhérents qui eux-mêmes cumulaient souvent des multi-appartenances, au PSU, à une voire à plusieurs associations, et à des syndicats, dont beaucoup sauront ensuite reconvertir les ressources acquises dans la politique sous d’autres couleurs (PS, Verts, Modem de nos jours, par exemple), dans la vie associative et syndicale, ou encore dans d’autres milieux professionnels, liés souvent à la fonction publique ou territoriale, au travail social, aux métiers de la ville, etc.

8Pépinière d’hommes, le PSU a été également un réservoir d’idées, un incubateur d’une culture politique hétérogène. Comme tout parti à la doctrine faiblement établie, parce qu’en permanence objet de polémiques internes et de négociations entre factions, son identité se définit par ses oppositions : anticapitalisme, anticolonialisme, anti-impérialisme (un thème où le PSU s’illustra moins que le précédent, tant, dans les années 1960-1970, la compétition en la matière est ardente avec les communistes et les gauchistes), antimilitarisme, là encore un domaine où, au début des années 1970, le PSU fut quelque peu éclipsé par l’activisme de l’extrême gauche. Sa critique des appareils de gauche traditionnels, PCF et SFIO, l’amena à être inventif et original. Il sut lancer de nouvelles notions et ouvrir des fronts pionniers, avec l’autogestion, en premier lieu, sa volonté d’étendre la démocratie aux entreprises, aux universités et à l’ensemble de la vie sociale, l’environnement, l’écologie, le régionalisme, la politique de la ville, l’habitat, la vie quotidienne, la situation des femmes, l’immigration. Il forgea aussi de nouvelles façons de faire de la politique, en rupture avec l’autoritarisme communiste et le clientélisme gestionnaire, façon SFIO.

9D’où l’importance de sa dimension sociétale qui dépasse largement les simples données brutes d’électeurs et d’adhérents. Avec ses thématiques, le PSU est en osmose avec certaines fractions de la société par le biais des militants associatifs, des syndicalistes, agriculteurs, étudiants, employés, ouvriers, salariés, et avec des régions entières. Mais là encore avec une différence dans le temps. Le PSU est en phase avec ce que certains ont pu appeler l’âge d’or du capitalisme, qui nourrit l’aspiration contraire à sa contestation, jusqu’au milieu des années 1970. Mais, lorsque s’opère la grande transformation des années 1970, le PSU a le plus grand mal à négocier ce virage. À la fois pour des raisons politiques, mais aussi culturelles. Il n’en demeure pas moins que ce parti a exercé une influence sur la société qui va bien au-delà des seules données chiffrées.

10Le sujet du PSU est loin d’être épuisé. Tant de problématiques méritent d’être encore explorées. À l’instar des relations qui se sont tissées entre le PSU et certains représentants de catégories minoritaires mais ascendantes dans la société française des années 1960-1970 : hauts fonctionnaires, intellectuels-experts, notamment les sociologues, cadres, technocrates, ingénieurs et techniciens. De même, il serait intéressant d’approfondir la connaissance des rapports institutionnels qui se sont établis entre le PSU et les organisations syndicales de salariés, au premier chef la CFDT, de paysans, d’enseignants (le SGEN) et d’étudiants (l’UNEF). Mais surtout, il s’avère nécessaire de décloisonner le PSU de la seule France. Sans nier ses spécificités, il faudrait évaluer ce que représente le PSU dans ce mouvement plus général d’invention d’une autre gauche, qui, au cours de ces décennies, travaille la gauche européenne, notamment en Italie ou en Allemagne. Tout comme il est important de comprendre la conception internationale du PSU et l’ensemble des liens tissés avec certains pays, qui ont pu sembler, à un moment donné, et aux yeux de ses dirigeants, instaurer un socialisme innovant et original, à l’instar de l’Algérie et de la Yougoslavie.

11En d’autres termes, ce petit parti nourrit encore de grandes interrogations tandis que de multiples recherches qui explorent les années 1960 et 1970 ne peuvent faire l’économie d’un passage par le PSU. Sans doute est-ce là une postérité non négligeable.

Notes

1 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, Mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search