Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie IV. Déclin d’un parti, postérité d’un héritage

Le PSU (1974-1988) : une longue agonie ?

Yannick Drouet

Texte intégral

  • 1 Citons un mémoire de maîtrise de Michel Michard, Le PSU de 1969 à 1985, université Paris 7, 1985, (...)

1Travailler sur l’histoire du PSU après 1974, c’est un peu entrer dans l’inconnu et parcourir une vaste « terra incognita ». Autant la période antérieure a fait l’objet de nombreuses publications, autant celle qui nous préoccupe, pourtant d’égale durée, se caractérise par une bibliographie quasi inexistante en ce qui concerne l’histoire générale du parti1.

  • 2 Le fonds PSU est divisé en trois parties : les archives propres de l’organisation, les publication (...)
  • 3 Jean-Jacques Mabilat a été secrétaire du secteur Étudiants du PSU entre 1973 et 1976. Il devient s (...)

2Ce n’est pourtant pas les archives qui manquent que ce soit à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) de Nanterre et surtout au Centre d’histoire du travail de Nantes (CHT) où sont déposées les archives nationales du PSU pour la période allant de 1973 à 1988, ce qui représente autour de trois cents boîtes d’archives2. Le CHT dispose également des archives privées de militants du PSU, notamment celles de Jean-Jacques Mabilat, qui nous ont été très utiles pour cette contribution3.

3Comment alors expliquer cette situation, ce vide historiographique ? Est-ce le simple effet du hasard ou plutôt le résultat d’une construction historique a posteriori, l’histoire ayant donné raison à ceux qui étaient partis. Le départ de Michel Rocard en 1974 aurait été une rupture définitive plongeant le parti dans un lent déclin, une longue agonie de quatorze ans. Il aurait annoncé la disparition inéluctable du parti. Finalement le PSU serait mort à la moitié de sa vie !

4Faut-il donc accréditer cette idée d’un déclin inexorable, d’un « dépérissement continu » (l’expression est de Victor Leduc), le PSU ne jouant après 1974 qu’un rôle marginal sur la scène politique française, ce qui expliquerait finalement le peu d’intérêt des historiens ?

5Ou bien, au contraire, le PSU garde-t-il, après cette date, une influence notable dans le paysage politique français ? Reste-t-il toujours un laboratoire d’idées, continuant à développer des thèmes, des préoccupations qui se diffusent ensuite dans l’ensemble du corps social ? Réussit-il à attirer encore des militants ?

6Vastes questionnements auxquels il est difficile de répondre dans une simple contribution. Nous lancerons seulement quelques pistes de réflexion en partant de l’analyse des effectifs du parti et de sa sociologie pendant cette période. Étude évidemment partielle, l’influence et le poids d’un parti ne pouvant se limiter à ces seuls critères, mais qui nous donne déjà quelques éléments de réponse.

L’évolution des effectifs du parti dément partiellement l’idée d’un déclin continu

7Une remarque préliminaire s’impose.

81974 ne marque pas une rupture dans le sens où il n’y a pas changement d’évolution en termes d’effectifs, mais poursuite d’un mouvement décroissant amorcé dès 1970 (voir annexe 1, p. 303).

  • 4 De son côté, Michel Rocard estime le nombre des militants qui l’ont suivi au PS à 2 200. Il fait, (...)

9En effet, entre 1970 et 1975, le PSU perd quasiment les deux tiers de ses adhérents : départ de ceux qui sont hostiles à la dérive « gauchiste » du parti, puis départ des trotskistes et des maoïsants. Pour la seule année 1974, le parti perd autour de 2 000 adhérents (passant de 7 500 à 5 500), ce qui correspond à 27 % de ses effectifs. Dans ces 2 000 adhérents, on peut considérer que la moitié a quitté le parti en raison du choix de la direction politique de soutenir la candidature Mitterrand aux élections présidentielles et que l’autre moitié a suivi le courant des Assises. Le départ du courant rocardien vers le PS a donc entraîné une hémorragie d’un millier de militants, soit 15 % de l’effectif total. Le problème n’est pas tant le nombre que la spécificité de ces militants, parmi lesquels beaucoup de cadres historiques du parti et aussi de nombreux élus4.

10Venons-en à l’après 1974. On peut distinguer trois phases dans l’évolution des effectifs du PSU (voir annexe 2, p. 304)

  • 5 Le graphique est élaboré à partir de plusieurs sources : un état des cartes rentrées pour la pério (...)

Annexe 1 : Les effectifs du PSU5 (1960-1989)

1975-1979 : le renouvellement et la reconquête relative

11La deuxième moitié des années 1970 est pour le PSU une période de renouvellement, de reconstruction. La décrue des effectifs continue mais plus lentement que les années précédentes.

  • 6 Michel Mousel, adhérent de la fédération parisienne, fonctionnaire des finances, devient membre de (...)

12Il s’agit d’abord de remplacer les nombreux cadres du parti qui ont suivi Michel Rocard au PS. Parmi les soixante-treize membres de la nouvelle direction politique élue lors du IXe congrès du parti à Amiens, seuls treize étaient déjà présents dans l’ancienne direction. Il y a donc un renouvellement très important des instances dirigeantes et une nouvelle équipe qui se met en place avec Michel Mousel6 comme secrétaire national et avec l’objectif stratégique de fédérer les nouveaux mouvements sociaux pour leur offrir une issue politique dans une perspective autogestionnaire.

Annexe 2 : effectifs du PSU (1975-1989)

13Il faut aussi redonner vie à de nombreuses fédérations saignées à blanc, notamment dans des régions de vieille implantation PSU, comme en Bretagne, en Rhône-Alpes ou dans l’est. Ce vaste chantier de reconquête connaît des résultats très variables mais globalement, l’hémorragie est résorbée. De nombreuses fédérations réussissent à remonter la pente sans pour autant toutefois retrouver le niveau d’adhérents d’avant 1974. Les adhésions nouvelles ne compensent pas totalement les départs mais elles permettent de ralentir fortement la décrue. Entre 1975 et 1977, le nombre total d’adhérents se stabilise tant bien que mal autour de 5 000. Il y a encore une petite quinzaine de fédérations dépassant les cent adhérents.

  • 7 Le Front autogestionnaire regroupe le PSU, le Mouvement pour une alternative non violente (MAN) et (...)

14Mais la reconquête reste fragile et le PSU subit une nouvelle baisse sensible de ses effectifs en 1978-1979, perdant 1 500 adhérents en deux ans. L’échec électoral aux législatives de mars 1978 semble avoir joué un rôle important dans ce nouvel affaissement. Bon nombre de militants ont été découragés par les mauvais résultats enregistrés par le Front autogestionnaire (FA) dans lequel s’était fondu le PSU pour ces élections7. Le FA n’a été pour eux qu’une nébuleuse où le PSU a perdu son identité et sa lisibilité politique.

15Par ailleurs, de manière plus structurelle, s’amplifie au sein du parti une critique forte du décalage entre la stratégie autogestionnaire proclamée et l’organisation interne considérée comme très dirigiste. Des militants n’acceptent plus que le parti prône une autogestion qu’il paraît, selon eux, incapable d’appliquer à lui-même avec une direction politique parisienne imposant ses décisions, agissant comme un parlement sans tenir compte de la base, des fédérations.

1980-1983 : la stabilisation

  • 8 La ligne de « soutien critique » définie dès l’élection de François Mitterrand est approuvée lors (...)
  • 9 Pour davantage de renseignements sur Huguette Bouchardeau et Serge Depaquit, voir les notices du M (...)

16Entre 1980 et 1983, les effectifs se stabilisent autour de 3 000-3 500 adhérents. Cette période est marquée bien évidemment par l’arrivée de la gauche au pouvoir et la ligne de « soutien critique8 » défendue par la direction du PSU animée par Huguette Bouchardeau et Serge Depaquit9 : soutien global au pouvoir socialiste mais critique de l’insuffisance des réformes. Le PSU veut alors apparaître comme la « troisième gauche » et en tant que telle, composante de la nouvelle majorité populaire élue en 1981.

17Ce contexte a, dans un premier temps, plutôt tendance à favoriser le PSU en termes d’adhésions. De nombreux jeunes rejoignent alors ses rangs, considérant que les idées autogestionnaires défendues par le parti seraient entendues et prises en compte, beaucoup plus en tous les cas qu’à l’époque giscardienne. Il y avait là en quelque sorte une opportunité politique à côté de laquelle on ne pouvait passer.

18Pour ces jeunes, pour la plupart venant du milieu universitaire et qui ont côtoyé les militants PSU dans les actions antinucléaires et les campagnes en faveur du désarmement, le PSU incarne l’un des derniers bastions de l’esprit libertaire face à des partis de gauche jugés trop institutionnels et une extrême gauche alors en délitement. À ce titre, le PSU leur paraît être le seul parti capable d’aiguillonner le parti socialiste et d’infléchir certains aspects de sa politique, notamment au niveau énergétique et sur des sujets de politique internationale comme le problème palestinien. D’autant plus que le parti communiste est alors lié par son entrée au gouvernement et que se dégage ainsi un espace politique à la gauche du PS.

1984-1989 : le déclin irrémédiable

19Ce troisième temps apparaît comme celui du déclin irrémédiable du PSU. En 1984-1985, le parti connaît une chute brutale de ses effectifs et perd plus de la moitié de ses adhérents. En 1986, la barre symbolique des 1000 adhérents est franchie. C’est une hémorragie militante sans précédent en termes de pourcentage. Trois événements majeurs y concourent.

  • 10 Huguette Bouchardeau devient ensuite ministre de l’Environnement en juillet 1984 dans le gouvernem (...)
  • 11 André Laudouze, dominicain et journaliste, collaborateur de Témoignage Chrétien, a été membre de l (...)

20Tout d’abord, l’entrée dans le dernier gouvernement Mauroy d’Huguette Bouchardeau en mars 1983 comme secrétaire d’État à l’Environnement et à la Qualité de la Vie10. L’événement déchire le parti et entraîne le départ de militants, certains (environ 10 %) allant continuer le combat autour de la revue Gauche autogestionnaire. Parmi eux, André Laudouze11, dont la lettre de démission est pour le moins explicite :

  • 12 Archives CHT, PSU 28.

« Je ne veux plus faire partie d’une organisation politique qui collabore avec la social-démocratie, qui n’a pas décidé de renvoyer Huguette Bouchardeau, qui trahit ses acquis et héritages révolutionnaires. […] Le PSU est fini. Il n’a plus aucune crédibilité pour un combat à gauche de la gauche, même pour un combat autogestionnaire. […] Il n’est qu’un petit page servile portant la traîne du PS dominant12. »

  • 13 Jean-Claude Le Scornet, technicien au CNRS, est adhérent de la fédération de l’Essonne du PSU depu (...)
  • 14 Contribution au débat pour la conférence nationale de Saint-Denis (octobre 1984), Archives CHT, PS (...)

21Ensuite, la débâcle électorale de juin 1984 aux élections européennes. La liste PSU associée aux communistes démocrates et unitaires d’Henri Fiszbin n’obtient que 0,72 % des suffrages exprimés. C’est un véritable électrochoc pour le parti qui pensait attirer une partie des « déçus de la gauche ». Pour beaucoup, cet échec signe l’arrêt de mort du PSU. Jean-Claude Le Scornet et Thierry Billet13 le disent crûment : « L’histoire du PSU né en 1960, gonflé à bloc en 1968, l’histoire d’un troisième parti de gauche ni stalinien ni social-démocrate s’est achevée le 17 juin 1984 au soir. Le PSU est mort14. »

  • 15 Jacques Salvator, médecin, adhère au PSU en 1972 à la section d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). (...)

22Enfin, le psychodrame du XVe congrès du parti à Bourges en décembre 1984. Cinq textes d’orientation sont soumis aux délégués des fédérations. La direction sortante proche d’Huguette Bouchardeau est elle-même divisée en deux courants, le courant Depaquit et le courant Salvator15. Aucune véritable majorité ne ressort des débats. Deux candidats postulent au secrétariat national : Jacques Salvator et Jean-Claude Le Scornet qui, finalement, profite du regroupement des courants oppositionnels. La direction sortante se retrouve ainsi mise en minorité. Dans les mois qui suivent, au printemps 1985, l’ancienne majorité quitte le parti. Seul Jacques Salvator, avec peut-être deux cent cinquante militants, rejoint le PS.

23À partir de là, le PSU est hanté par une question qui se résume à trois mots : disparaître, renaître ou se dépasser. Après le sursis de l’engagement derrière la candidature de Pierre Juquin aux élections présidentielles de 1988, le parti se dissout et fusionne avec la Nouvelle Gauche des anciens comités Juquin donnant naissance à l’Alternative rouge et verte (AREV) en novembre 1989.

Le PSU reste un parti attractif jusqu’aux années 1983-1984

24Jusqu’en 1983-1984, le parti continue d’attirer de nouveaux adhérents et ce, de manière significative. Ainsi en 1976, 34 % des adhérents sont au PSU depuis moins de deux ans. Pour la période 1979-1984, sur cinq ans, le PSU a attiré 3 113 nouveaux adhérents avec trois années, 1981, 1982 et 1983 où la part des nouveaux adhérents a tourné autour de 20 % (voir annexe 3, p. 308).

25Le PSU garde, à l’évidence, un réel pouvoir d’attractivité militante jusqu’en 1984. Il faut se sortir de l’esprit l’idée d’un parti qui épuise d’année en année un capital militant initial et qui accrédite la thèse d’un déclin continu, régulier et inexorable. On est alors encore dans un parti-étape (certains diraient « parti-passoire ») marqué par d’importants flux de militants entrants et sortants. Affinons et nuançons cette attractivité.

  • 16 Données obtenues à partir des sources suivantes : Direction Politique des 16 et 17 janvier 1982. B (...)

Annexe 3 : L’attractivité du PSU16

26Premièrement, les arrivées ne compensent globalement pas les départs sauf pour l’année 1981 où le nombre d’adhérents a augmenté de 4,5 % et, dans une moindre mesure, les années 1980 et 1983 où le déficit d’adhérents se limite respectivement à 6 % et à 3,5 %. Le déficit est également limité pour les années 1976 et 1977. À partir de 1984, la source des nouveaux militants se tarit et le PSU entre alors vraiment dans un véritable déclin par érosion progressive de sa base militante restante.

  • 17 Il s’agit de Bernard Chaouat, Jacques Laïk, Arnaud Massip, Jacques Salvator et Marc Sonder.

27Deuxièmement, les nouveaux arrivants ne restent pas au PSU. Ils repartent le plus souvent très rapidement. C’est le constat amer que fait par exemple le bureau politique en novembre 1982. Il demande aux fédérations de faire « des efforts particuliers dans l’accueil des nouveaux adhérents : pratiquement la moitié de ces camarades nous quittent au bout d’un an. C’est principalement cela qui nous empêche de progresser alors même que le rythme des nouvelles adhésions est satisfaisant ». Des membres de ce même bureau politique17, dans une contribution pour la conférence nationale de Saint-Denis d’octobre 1984, notent que les trois quarts des nouveaux adhérents de 1980 à 1984 sont repartis. Ils concluent ainsi :

  • 18 Archives CHT, PSU 4.

« Tout se passe comme si les nouveaux venus ne trouvaient pas au PSU ce qu’ils étaient venus chercher. Plus qu’un déclin, le PSU offre l’image d’un parti qui refuse de s’adapter, de se transformer à la nouvelle demande qui frappe à sa porte18. »

28Troisièmement, les nouveaux adhérents appartiennent massivement aux professions intermédiaires et aux professions intellectuelles supérieures (voir annexe 4) avec beaucoup d’enseignants (ce qui n’est pas nouveau) et de travailleurs du secteur social et culturel (éducateurs, animateurs, salariés du secteur hospitalier).

  • 19 D’après Guy Nania, Un parti de la gauche, le PSU, Paris, Gédalge, 1966, 301 p.
  • 20 D’après Michel Rocard, Le PSU et l’avenir socialiste de la France : histoire et sociologie d’un pa (...)
  • 21 D’après Tribuns socialiste, « Radioscopie du PSU », no 724, 28 décembre 1976-12 janvier 1977.
  • 22 D’après le fichier national du PSU de 1985, archives CHT. L’étude porte sur 800 cartes d’adhérents
  • 23 Le chiffre intègre les femmes au foyer. Pour les trois autres années, elles sont répertoriées dans (...)

Note 1919
Note 2020
Note 2121
Note 2222
Note2323
Annexe 4 : La composition sociologique du PSU

29On retrouve une frange de la population sensible aux questions écologiques, aux luttes régionalistes, au féminisme, au cadre de vie, au Tiers-Monde, thèmes qui correspondent à la réorientation de la stratégie politique du PSU surtout à partir des années 1975-1976. La conséquence en est un resserrement très net de la base sociologique du PSU. Le bloc des professions intermédiaires s’est renforcé et représente la moitié des adhérents, sachant que par ailleurs beaucoup de retraités sont d’anciens enseignants. Si on ajoute les cadres supérieurs, on arrive aux deux tiers des effectifs du parti.

  • 24 Christian Berger, militant parisien, professeur de lycée, membre de la direction politique depuis (...)
  • 25 Archives CHT, PSU 28.
  • 26 Lors de la réunion de la direction politique du 30 juin 1979, des membres du bureau politique (Ber (...)

30Quatrièmement, durant ces années, le PSU s’est éloigné progressivement du monde ouvrier. Les ouvriers représentaient autour de 15 % des adhérents jusqu’au milieu des années 1970. Ce pourcentage est divisé par trois dix ans plus tard. Si une frange de militants ouvriers a rejoint le PS au nom d’un certain réalisme politique, beaucoup de départs sont liés à la réorientation stratégique du PSU vers les nouveaux mouvements sociaux. C’est ce que martèle Christian Berger24 dans sa lettre de démission en janvier 1980 où il critique « un PSU de plus en plus ailleurs », ce qui « a accéléré le départ de militants qui ont été des animateurs du parti, a entraîné en échange l’arrivée d’adhérents aux préoccupations différentes, pour qui unité, mouvement ouvrier, voire marxisme relèvent de l’archaïsme. Échange bien inégal d’ailleurs, les départs l’emportent. Un « nouveau PSU s’installe à côté de ce qui reste de l’ancien25 ». Pour certains anciens militants, il y a là une « dérive26 » idéologique inacceptable du PSU et souvent une coexistence, une cohabitation problématique entre les anciens et les nouveaux adhérents au sein des sections et des fédérations. C’est ce que fait remarquer Jean-Claude Gillet, également dans sa lettre de démission du 8 janvier 1980 :

  • 27 Archives CHT, PSU 28.

« Mon langage se heurte à un mur de silence, ou de haussements d’épaules désabusés de la part des nouveaux PSU qui se croient un peu trop dans une auberge espagnole. Et je prétends que l’orientation actuelle du PSU, sa politique de recrutement (ou son absence), sa politique de formation (ou son absence) favorisent un tel mouvement. Et voilà pourquoi l’on voit les mêmes militants qui pendant des années assument les mêmes responsabilités (avec un certain sens de ce qu’est ou était le parti) alors que par ailleurs les autres (ou d’autres) se foutent de ce que tu dis ou fais, préférant leur militantisme de base dans leur club PSU ou leur nébuleuse PSU pour les autres27. »

Le PSU garde un ancrage local réel

Dans les luttes sur le terrain

31Les adhérents du PSU sont certes peu nombreux mais font souvent preuve d’un militantisme très actif. On peut rappeler que deux tiers des militants du PSU sont syndiqués quelles que soient les époques concernées. Ils sont très présents dans les réseaux associatifs et beaucoup participent aux mouvements sociaux des années 1970 et 1980 : luttes anti-nucléaires, mouvements régionalistes, mouvements féministes et homosexuels, luttes pour la syndicalisation dans l’armée, campagnes en faveur du désarmement, mouvements tiers-mondistes. Donnons quelques exemples.

  • 28 Vincent Porhel, « Le PSU dans le mouvement social en Bretagne », dans Tudi Kernalegenn, François P (...)

32On retrouve beaucoup de militants PSU au sein des Comités locaux d’information sur le nucléaire (CLIN). Vincent Porhel montre par exemple que « c’est bien l’activisme des CLIN brestois largement irrigués par les militants PSU qui fait échouer le projet de centrale nucléaire à Plomodiern et amène les dirigeants EDF à choisir Plogoff pour son implantation future avec les résultats que l’on connait28 ».

  • 29 Il s’agit d’Armand Jung (Strasbourg), Jean Lajonchère (Clermont-Ferrand) et Jean-Claude Valentini (...)

33De la même façon, les militants PSU ont été les principaux animateurs des comités Information pour les droits du soldat (IDS). Ils y prônent la reconnaissance d’un droit syndical du soldat et soutiennent avec la CFDT la première section syndicale de soldats créée à Besançon en novembre 1975. Le PSU présente également trois soldats inculpés pour démoralisation de l’armée aux élections cantonales de mars 197629.

34Dernier exemple, les militants PSU participent activement au Comité pour le désarmement nucléaire en Europe (CODENE). C’est le CODENE qui appelle au rassemblement pacifiste au Larzac en août 1983 avec l’objectif de pousser le gouvernement socialiste à prendre position en faveur du gel des armements nucléaires. Une caravane du PSU, « la caravane de la paix », part de Paris le 16 juillet et sillonne la France en douze étapes jusqu’au Larzac.

35Ce militantisme est une arme à double tranchant. Il permet aux idées du PSU de se diffuser dans des cercles plus larges mais il est en même temps épuisant et peut amener à faire des choix et à délaisser le terrain politique pour le terrain associatif et syndical. Beaucoup de militants n’arrivent plus à assumer un engagement multiple.

  • 30 Vincent Porhel, op. cit., p. 111.

36De plus, comme le précise Vincent Porhel, « le PSU en s’appuyant sur une dynamique ancrée dans le local a, par là même, hypothéqué ses chances sur le plan national30 ».

  • 31 Cet épisode est relaté par Jean-Claude Gillet, alors membre de la DPN et délégué à l’organisation, (...)

37Enfin, la double casquette politique et syndicale peut être problématique. Ainsi l’UD-CFDT des Deux-Sèvres vote en 1977 l’incompatibilité des mandats politiques et syndicaux. Il s’agit pour la centrale syndicale d’éviter une OPA du PS mais en fait c’est surtout PSU qui en subit les conséquences : le secrétaire permanent de l’UD-CFDT ne reprend pas sa carte au PSU, suivi par d’autres militants31.

De par ses nombreux élus locaux

38Après 1974, le PSU n’a plus aucun député. Le seul député PSU élu aux élections législatives de mars 1973, Yves Le Foll à Saint-Brieuc, adhère au PS début 1975. Par contre, le PSU conserve de nombreux conseillers municipaux après 1974.

39Aux élections municipales de mars 1977, le PSU a autour d’un millier d’élus dans près de 400 communes, dont 51 villes de plus de 30 000 habitants. La plupart ont été élus sur des listes d’Union de la gauche, selon la tactique unitaire définie au congrès de Strasbourg en janvier 1977. Le PSU obtient aussi quelques bons scores et des élus sur des listes autonomes autogestionnaires, remportant même la mairie à Coupvray (Seine-et-Marne) au premier tour et à Louviers (Eure) au second tour. Ces élections marquent un renforcement considérable de la présence du PSU au niveau communal puisque le nombre de ses élus est multiplié par cinq par rapport aux élections précédentes de 1971.

40En 1983, le PSU a encore plus de 800 élus, notamment dans 82 villes de plus de 30 000 habitants (51 villes en 1977). Les candidats PSU ont là aussi été élus essentiellement sur des listes de rassemblement de la gauche.

  • 32 La « charte municipale » du PSU est élaborée durant l’année 1976. Elle établit une plate-forme des (...)

41Les conseils municipaux lui offrent une tribune non négligeable et lui permet de développer les pratiques participatives préconisées dans sa « charte municipale32 ». Cette présence municipale implique également des moyens matériels accrus : indemnités reversées au parti par les nombreux adjoints PSU, permanents appointés par les municipalités, locaux et journaux communaux.

  • 33 François Autain, médecin de formation, militant PSU jusqu’en 1974 où il rejoint alors le PS avec l (...)
  • 34 Entretiens avec Jean Lucas, adjoint au maire de Bouguenais de 1971 à 1983, et Joachim Lebot, conse (...)

42Prenons l’exemple d’une commune de l’agglomération nantaise, Bouguenais qui compte autour de 15 000 habitants dans les années 1970. En 1971, la liste Union socialiste et démocratique à majorité PSU gagne les élections municipales et François Autain33 devient maire. En 1977, la liste d’Union de la gauche est facilement réélue et le PSU a trois sièges dans la nouvelle municipalité. Pendant les années 1971-1983, Bouguenais a eu la réputation d’une ville autogestionnaire avec une volonté de participation citoyenne aux affaires communales. Beaucoup d’initiatives tendaient à faire coopérer au maximum la population à la préparation des décisions de l’équipe municipale : réunions de quartier à propos du POS, d’équipements, du budget, droit du public à la parole pendant les réunions du conseil municipal, bulletin municipal ouvert aux associations de la commune. Des initiatives étaient prises pour faire de la politique autrement : les équipements d’une ZAC étaient construits avant l’arrivée des habitants, la piscine était gratuite ainsi que les spectacles culturels et la permanence juridique. Même si beaucoup d’élus étaient passés au PS en 1975 et dans les années suivantes, ils mettaient en œuvre la politique du PSU34.

43Il y a donc tout au long de la période 1974-1988 une présence non négligeable d’élus locaux PSU dans des municipalités pour l’essentiel d’Union de la gauche et où les élus PSU ne font pas que de la figuration. Il demeure que la présence du PSU n’est jamais numériquement importante (deux ou trois conseillers en moyenne) et le parti ne réussit jamais à structurer ce réseau d’élus malgré la création de la Fédération des élus autogestionnaires (FEA) dès la fin mars 1977. Beaucoup d’élus disent leur isolement au sein des municipalités socialistes et communistes et l’absence de soutien des fédérations et encore plus des instances nationales.

44Enfin, un nombre important d’élus sous l’étiquette PSU le quittent par la suite. Ainsi, en 1985, il ne reste plus que 222 élus municipaux PSU (dont sept maires et quarante adjoints) sur les 800 élus de 1983.

45La messe était-elle dite en 1974 ? Le départ de Michel Rocard annonçait-il le déclin irrémédiable du PSU ? Rien n’est moins sûr.

  • 35 Sans compter les membres ou anciens membres du parti nommés depuis 1981 dans des cabinets ministér (...)

46Jusqu’aux années 1983-1984, le PSU garde un potentiel militant réel, non négligeable, avec une forte participation aux nouveaux mouvements sociaux. Il possède de nombreux conseillers municipaux très impliqués dans la vie locale. Ses idées continuent d’influencer une partie de la gauche française (l’autogestion, l’anti-productivisme, la lutte antihiérarchique). Il a un courant de sympathie important dans l’opinion même si cela ne se traduit pas lors des joutes électorales. Et puis, il faut quand même le rappeler, en 1983, pour la seule fois de son histoire, le PSU a une représentante au gouvernement. Huguette Bouchardeau a été la seule ministre avec l’étiquette PSU35. Pourtant, cette situation, loin de galvaniser et de mobiliser le parti, le déchire et entraîne, à ce moment-là seulement, d’après nous, son irrémédiable déclin.

47Alors pourquoi cette césure de 1974 ? Parce qu’il y a là une portée symbolique au moment où le PS commence à asseoir son hégémonie sur la gauche française. Aussi parce que, raison plus objective, le PSU perd à ce moment-là ses principaux dirigeants et élus qui lui donnaient une lisibilité et une envergure nationales. Et parce que Michel Rocard a eu un destin national.

48Cette « rupture » de 1974 tient finalement davantage d’une construction a posteriori. Cette date n’a pas plus de justification que 1969 ou 1983-1984. À moins que 1974 soit une date décisive pour le parti pour une autre raison : le refus de la candidature Piaget…

Notes

1 Citons un mémoire de maîtrise de Michel Michard, Le PSU de 1969 à 1985, université Paris 7, 1985, ainsi qu’une chronologie détaillée de l’histoire du PSU éditée par l’Association des Amis de Tribune socialiste à l’occasion du cinquantième anniversaire de la naissance du parti.

2 Le fonds PSU est divisé en trois parties : les archives propres de l’organisation, les publications du PSU et celles qu’il a reçues, la comptabilité avec les fichiers d’adhérents pour les années 1979 à 1985. Cette dernière partie n’est pas inventoriée.

3 Jean-Jacques Mabilat a été secrétaire du secteur Étudiants du PSU entre 1973 et 1976. Il devient secrétaire fédéral de l’Essonne en 1979 puis membre de la direction politique et du bureau politique début 1981. Il est élu secrétaire national du PSU en décembre 1981 chargé de l’organisation et des relations avec les fédérations.

4 De son côté, Michel Rocard estime le nombre des militants qui l’ont suivi au PS à 2 200. Il fait, volontairement ou pas, l’amalgame entre les départs de toute l’année 1974 et ceux liés au seul courant des Assises. Michel Rocard, Si la gauche savait, Paris, Robert Laffont, 2005.

5 Le graphique est élaboré à partir de plusieurs sources : un état des cartes rentrées pour la période allant de 1961 à 1970, Archives CHT, PSU 26 ; un état des adhésions incomplet pour les années 1975, 1976, 1977 et 1979 et complet pour les années 1982 à 1986, archives CHT, PSU 27 ; le rapport financier présenté à la Commission statutaire par le trésorier Jean-François Laval pour la Conférence nationale d’octobre 1984, archives CHT, PSU 24.

6 Michel Mousel, adhérent de la fédération parisienne, fonctionnaire des finances, devient membre de la direction politique en décembre 1972 puis secrétaire national du PSU de décembre 1974 à décembre 1979.

7 Le Front autogestionnaire regroupe le PSU, le Mouvement pour une alternative non violente (MAN) et des responsables de mouvements écologistes, régionalistes et de groupes de femmes. Le FA se veut l’affirmation d’une « nouvelle gauche socialiste, écologiste et autogestionnaire ». Il recueille un peu moins de 350 000 voix. C’est un net recul par rapport à 1973 où le seul PSU avait comptabilisé 460 000 voix.

8 La ligne de « soutien critique » définie dès l’élection de François Mitterrand est approuvée lors du XIIIe congrès national du PSU à Nantes (18-20 décembre 1981) par 60 % des délégués. La forte minorité restante considère que, si le PSU fait bien partie de la majorité populaire, il n’est pas question qu’il s’intègre à la majorité gouvernementale et parlementaire, le PS ne manifestant pas sa volonté de rompre avec le capitalisme.

9 Pour davantage de renseignements sur Huguette Bouchardeau et Serge Depaquit, voir les notices du Maitron. Claude Pennetier (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social (1940-1968), vol. 2 et 4, Paris, Éd. de l’Atelier, 2005-2012.

10 Huguette Bouchardeau devient ensuite ministre de l’Environnement en juillet 1984 dans le gouvernement Fabius et le reste jusqu’en mars 1986.

11 André Laudouze, dominicain et journaliste, collaborateur de Témoignage Chrétien, a été membre de la DPN entre 1974 et 1977.

12 Archives CHT, PSU 28.

13 Jean-Claude Le Scornet, technicien au CNRS, est adhérent de la fédération de l’Essonne du PSU depuis 1975. Il devient membre de la direction politique et du bureau politique en juin 1983 (congrès de Vénissieux). C’est le dernier secrétaire national du PSU. Thierry Billet, inspecteur du travail, militant PSU de la Somme depuis 1973, est élu à la direction politique entre juin 1983 et décembre 1984.

14 Contribution au débat pour la conférence nationale de Saint-Denis (octobre 1984), Archives CHT, PSU 4.

15 Jacques Salvator, médecin, adhère au PSU en 1972 à la section d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Il est le principal animateur de la campagne présidentielle d’Huguette Bouchardeau. Il entre à la Direction politique en février 1981 (congrès de Colombes) et au bureau politique fin 1981 après le congrès de Nantes. Il est membre du secrétariat national depuis cette date.

16 Données obtenues à partir des sources suivantes : Direction Politique des 16 et 17 janvier 1982. Bilan de l’implantation du PSU fin 1981, Archives CHT, MAB 2 ; Rapport financier pour la conférence nationale d’octobre 1984, archives CHT, PSU 4.

17 Il s’agit de Bernard Chaouat, Jacques Laïk, Arnaud Massip, Jacques Salvator et Marc Sonder.

18 Archives CHT, PSU 4.

19 D’après Guy Nania, Un parti de la gauche, le PSU, Paris, Gédalge, 1966, 301 p.

20 D’après Michel Rocard, Le PSU et l’avenir socialiste de la France : histoire et sociologie d’un parti, Paris, Le Seuil, 1969, 182 p.

21 D’après Tribuns socialiste, « Radioscopie du PSU », no 724, 28 décembre 1976-12 janvier 1977.

22 D’après le fichier national du PSU de 1985, archives CHT. L’étude porte sur 800 cartes d’adhérents.

23 Le chiffre intègre les femmes au foyer. Pour les trois autres années, elles sont répertoriées dans la catégorie « autres ».

24 Christian Berger, militant parisien, professeur de lycée, membre de la direction politique depuis décembre 1974 et du Bureau national depuis janvier 1977.

25 Archives CHT, PSU 28.

26 Lors de la réunion de la direction politique du 30 juin 1979, des membres du bureau politique (Berger, Goldberg, Demaldent, Jayet, Petiot) présentent un texte intitulé « Contre la dérive », texte considérant qu’une partie de la majorité pousse le PSU hors du mouvement ouvrier. En novembre, au conseil national du Havre, les mêmes présentent un texte d’orientation critiquant une « dérive du PSU par rapport à son insertion dans le mouvement ouvrier ». Pour eux, le regroupement hypothétique des nouveaux mouvements sociaux ne peut constituer une alternative à la gauche traditionnelle. Courrier du PSU, no 28, octobre 1979.

27 Archives CHT, PSU 28.

28 Vincent Porhel, « Le PSU dans le mouvement social en Bretagne », dans Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2009, p. 110.

29 Il s’agit d’Armand Jung (Strasbourg), Jean Lajonchère (Clermont-Ferrand) et Jean-Claude Valentini (Besançon).

30 Vincent Porhel, op. cit., p. 111.

31 Cet épisode est relaté par Jean-Claude Gillet, alors membre de la DPN et délégué à l’organisation, lors de ses nombreux voyages en 1977 et 1978 dans les petites fédérations du Sud-Ouest. Les rapports de Jean-Claude Gillet sont une véritable mine pour comprendre les difficultés des petites fédérations qui ne tiennent souvent que par l’abnégation de quelques militants et où se jouent des luttes de pouvoir souvent dérisoires. Archives CHT, PSU 27.

32 La « charte municipale » du PSU est élaborée durant l’année 1976. Elle établit une plate-forme des mesures à mettre en œuvre dans les conseils municipaux auxquels participe le PSU ainsi que les réformes attendues d’un gouvernement de gauche en ce qui concerne les institutions locales.

33 François Autain, médecin de formation, militant PSU jusqu’en 1974 où il rejoint alors le PS avec le courant des Assises. Il devient député en 1978 puis secrétaire d’État de 1981 à 1983 dans le gouvernement Mauroy. Il est sénateur depuis 1983.

34 Entretiens avec Jean Lucas, adjoint au maire de Bouguenais de 1971 à 1983, et Joachim Lebot, conseiller municipal PSU de 1977 à 1989.

35 Sans compter les membres ou anciens membres du parti nommés depuis 1981 dans des cabinets ministériels ou à des fonctions dans des organismes publics. Par exemple, Michel Mousel entre au cabinet d’Anicet Le Pors en 1981 puis devient le directeur de cabinet d’Huguette Bouchardeau entre 1983 et 1986.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search