Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie IV. Déclin d’un parti, postérité d’un héritage

Après les Assises, l’ombre portée du PSU sur le PS

Pierre Simon

Texte intégral

1Pour les contemporains de l’événement comme pour les historiens, les Assises du socialisme, organisées à l’automne 1974, marquent l’achèvement du processus de rassemblement des familles socialistes au sein d’une même organisation. L’adhésion de personnalités en grande partie issues de la mouvance autogestionnaire consacre définitivement le parti socialiste, en pleine rénovation depuis 1969, comme le pôle de regroupement de la gauche non communiste et marque de manière tout aussi irrémédiable l’échec en ce domaine du PSU dont prennent acte les principaux cadres de cette organisation, Michel Rocard en tête, en proposant ou en acceptant de rejoindre la formation dirigée par François Mitterrand.

  • 1 Le concept de « cycle d’Épinay » proposé par Alain Bergounioux et Gérard Grunberg (Le Long remords (...)
  • 2 François Kraus, Les Assises du socialiste ou l’échec de rénovation d’un parti, Notes de la Fondati (...)
  • 3 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement : les expériences inachevées des années 1970, Ren (...)

2Pourtant, la mémoire et l’historiographie socialistes présentent très rarement ces Assises comme une date charnière de l’histoire du socialisme français, privilégiant plutôt le congrès d’Épinay comme épicentre de la réflexion sur la rénovation de l’organisation socialiste1. L’attitude de la direction du parti socialiste de l’époque a joué un rôle non négligeable dans cette marginalisation de l’événement : en effet, celle-ci chercha à réduire la portée des Assises en ne la présentant que comme un simple élargissement permettant de concrétiser en grande partie le rassemblement qui s’était réalisé quelques mois plus tôt autour de la candidature de François Mitterrand à l’élection présidentielle. Cependant, cette démarche des dirigeants socialistes a été facilitée par l’incapacité de Michel Rocard et de ses amis à convaincre l’ensemble du PSU de rejoindre le PS, ne permettant pas ainsi de conférer à l’événement une signification autre que celle souhaitée par François Mitterrand, c’est-à-dire un renforcement du parti socialiste par des adhésions individuelles. En outre, les études et les réflexions entreprises ces dernières années sur les Assises du socialisme, en particulier par François Kraus2 ou par Hélène Hatzfeld3, mettent en évidence l’échec de la volonté de rénovation ou de renouvellement de l’organisation partisane que ces Assises avaient pu représenter et participent donc à leur tour à relativiser l’importance de cette manifestation.

3Alors, si au regard de l’histoire du parti socialiste, les Assises ne constituent pas un tournant mais une étape supplémentaire dans l’entreprise de refondation entamée quelques années auparavant, il est difficile de ne pas s’interroger sur l’influence de ces militantes et militants à la culture politique originale dans le parti socialiste et sur leur contribution à la rénovation de la gauche non communiste. Nous proposerons pour cela une démarche en deux temps avec, d’une part, l’examen de la place qu’occupent au sein du PS après 1974 ceux qui arrivent du PSU et, d’autre part, quelques réflexions sur ce qu’ils ont pu apporter, afin de dégager cette ombre que suggère le titre de notre contribution.

Le PSU au PS : influence et ambitions

Une arrivée quasi anecdotique : Pau n’est pas l’achèvement d’Épinay

4Les nouveaux adhérents issus des Assises effectuent leur entrée au parti socialiste lors du congrès de Pau organisé les 31 janvier, 1er et 2 février 1975. Les Assises du socialisme n’étaient en effet conçues que comme un temps de rencontre devant permettre aux participants d’établir les convergences rendant possible un militantisme commun. Le congrès de Pau, qui se déroule quelques semaines plus tard, pouvait constituer l’occasion de célébrer l’achèvement de l’unité des socialistes en accueillant plus ou moins solennellement les nouveaux venus. Il n’en fut rien et ceux qui arrivent doivent accepter de le faire sur la pointe des pieds en assistant à un congrès où il est assez peu question d’eux, les esprits et les débats étant accaparés par le sort à réserver à Jean-Pierre Chevènement et à ses amis du Ceres. La question d’une éventuelle nouvelle organisation ayant été écartée dès le lancement du processus des Assises et les enjeux de Pau se limitant à la nature de la majorité qui existe autour de François Mitterrand, ce congrès ne sera donc pas le prolongement de celui d’Épinay, lequel conserve seul le statut de congrès de l’unité des socialistes et de la refondation de l’organisation socialiste.

  • 4 Les délégations nationales font leur apparition dans l’organigramme de la direction nationale du P (...)
  • 5 Roger Fajardie représentant de la sensibilité laïque des proches de Pierre Mauroy, était secrétair (...)
  • 6 Le Ceres (Centre d’études, de recherches et d’éducation socialiste) promeut depuis sa création une (...)
  • 7 Le délégué général exerce ses responsabilités sous l’autorité d’un secrétaire national. Dans le ca (...)

5Le caractère discret, voire anecdotique, conféré par le parti socialiste à l’arrivée des militants du PSU est confirmé par la place qui leur est octroyée dans les instances nationales. Outre une représentation limitée au comité directeur et au bureau exécutif, aucun d’entre eux n’accède à l’issue du congrès de Pau au secrétariat national, le « gouvernement » du parti. Michel Rocard doit dans un premier temps ronger son frein avec une délégation nationale au plan4 avant de devenir secrétaire national au secteur public à l’automne 1975. Mais sa nomination est banalisée par la promotion simultanée de Roger Fajardie5. En outre, ses attributions, nouvelles dans l’organigramme du parti, se limitent à une activité de réflexion sur la conduite des nationalisations et ne permettent pas à Michel Rocard de participer réellement à l’animation du PS. D’autres anciens responsables nationaux du PSU reçoivent des missions similaires : Robert Chapuis est délégué national à la recherche et Jean Le Garrec, délégué national aux immigrés. Par contre, les sections d’entreprises, présentées depuis Épinay comme une des priorités du parti, sont confiées à Alain Rannou qui occupait les mêmes responsabilités au PSU. Choisi en raison de son expérience dans ce secteur pour y réduire l’influence du Ceres6, son action reste néanmoins encadrée puisqu’il ne reçoit qu’une délégation générale et ne dispose donc pas d’une réelle autonomie politique7. On peut donc comprendre que les nouveaux venus n’occupent qu’une place marginale au sein de l’appareil national du parti contrôlé dans son ensemble par les proches de François Mitterrand ou de Pierre Mauroy.

L’influence dans le parti socialiste

  • 8 Ce chiffre qui correspond à un quart des effectifs du PSU est donné par la direction politique nat (...)
  • 9 D’après Charles-Émile Loo, trésorier du parti, ces effectifs sont de 137 300 au 31 décembre 1974.
  • 10 Selon François Kraus, op. cit., 200 à 300 adhérents du PSU auraient alors imité Gilles Martinet.
  • 11 Le Ceres éprouve à l’égard de la démarche des Assises à la fois de l’intérêt en raison de sa proxi (...)
  • 12 Cette citation est extraite de la brochure « Pour le renforcement de la ligne de gauche : la motio (...)

6Il est vrai qu’estimé au mieux à 1 5008, ces anciens militants du PSU ne représentent que 1 % des effectifs officiels du parti socialiste au moment du congrès de Pau9. Cependant, cette faiblesse numérique est toute relative car ils espèrent bien exercer une véritable influence au sein de leur nouvelle organisation en s’appuyant notamment sur leurs anciens camarades du PSU qui les ont précédés dans cette démarche de ralliement au PS. En effet, celui-ci rassemble à partir de 1975 pratiquement toutes les tendances qui ont animé le PSU depuis sa constitution. Parmi elles, certaines accueillent avec bienveillance la démarche des Assises, comme les « savarystes » qui ont intégré la majorité de François Mitterrand en 1973 mais sans organiser un vrai courant de pensée. Au contraire, Jean Poperen et ses amis de l’ERIS (Études recherches et informations socialistes) manifestent à l’égard de Michel Rocard les réticences, pour ne pas dire plus, qui étaient déjà les leurs à l’époque de leur cohabitation au PSU. Par contre, les nouveaux venus peuvent bénéficier du soutien actif et enthousiaste de Gilles Martinet. Depuis son adhésion au PS en 197210, celui-ci travaille avec les membres du Ceres et il estime alors que l’arrivée des militants du PSU est l’occasion de renforcer le courant qui se qualifie lui-même de gauche et de développer la perspective autogestionnaire au sein du parti socialiste. Cependant, lors du congrès de Pau, il réfute, avec d’autres comme Robert Chapuis, à la fois la stratégie du Ceres de soumettre une motion concurrente à celle de François Mitterrand11 et celle de dilution dans la majorité du premier secrétaire voulue par Michel Rocard. Aussi propose-t-il de s’appuyer sur le texte de la direction sortante tout en l’amendant car, se justifie-t-il, « nous n’avons pas le goût de l’unanimité et nous ne pratiquons pas le culte de la personnalité. Mais il nous paraît inutile dans les circonstances présentes de donner priorité à une bataille interne susceptible d’immobiliser le parti et nous ne pouvons oublier d’autre part le rôle que François Mitterrand a joué et continuera à jouer dans son renouvellement comme dans son élargissement12 ». Constatant que, s’il n’y pas de divergences sur le fond, des différences existent « naturellement », celles-ci doivent donc être légitimement exposées aux militants qui pourront ainsi se prononcer dès le vote indicatif du congrès. Cette démarche permet, en outre, d’identifier, sans s’opposer au premier secrétaire, ce qu’on appelle alors le courant des Assises et d’en mesurer immédiatement l’influence dans le parti.

  • 13 Pierre Brana fut secrétaire fédéral du PSU girondin de 1969 à 1974.
  • 14 Citations extraites de : Arnaud Dellu, Le Parti socialiste en Gironde (1971-1981), TER Histoire, B (...)

7Le résultat est à ce titre intéressant puisque l’amendement recueille 15 % des mandats dans un ensemble de soixante-neuf fédérations. Les meilleurs scores correspondent souvent à des zones d’implantation militante du PSU comme les départements bretons du Finistère (où l’amendement avoisine les 50 %) et des Côtes-du-Nord, la Seine-Maritime, le Puy-de-Dôme ou le Loiret. Dans d’autres départements où existe également un potentiel militant originaire du PSU, les scores sont plus faibles car les Assises ont alors plutôt profité au Ceres comme dans la Loire ou, de manière plus originale, en Loire-Atlantique. Dans cette fédération, les représentants locaux de la majorité, anciens de la SFIO, refusent d’intégrer les nouveaux adhérents ; ceux-ci se rapprochent alors du Ceres et leur liste commune atteint un excellent score (42 %). Enfin, dans quelques autres cas, les résultats obtenus par l’« amendement Martinet » témoignent d’un intérêt pour cette démarche comme le montre l’exemple de la Gironde où cette vieille fédération socialiste accorde près de 30 % des mandats au texte défendu par les anciens du PSU. Pierre Brana, leader local du courant des Assises13, explique ainsi ce résultat : « Beaucoup d’adhérents girondins avaient été intrigués par notre esprit militant qui contrastait énormément avec l’esprit gestionnaire pépère qui régnait dans la fédération. » Mais il ajoute : « Et puisque cela n’était qu’un amendement au texte majoritaire, beaucoup se sont dit : cela ne coûte rien de le voter14. »

Le PSU au PS : pour quoi faire ?

8L’amendement Martinet avait été précédé d’une contribution non soumise au vote réunissant les représentants des deuxième et troisième composantes des Assises, Michel Rocard en tête. Quels que soient les désaccords stratégiques qui se manifestent entre l’écriture de ces deux textes, ils permettent néanmoins de dégager les thèmes originaux que le courant des Assises, s’appuyant essentiellement sur les anciens du PSU, propose de promouvoir au sein du parti socialiste.

9Tout d’abord, les textes insistent sur la nécessaire préparation de l’arrivée au pouvoir par une approche concrète du programme de gouvernement :

  • 15 « Vers une grande force socialiste et autogestionnaire », contribution pour le congrès de Pau sign (...)

« Il ne suffit pas de soutenir le principe des nationalisations : il faut déterminer quelle sera leur nature selon les branches et les secteurs d’activité. Il ne suffit pas d’affirmer que la gauche ne se contentera pas d’occuper des fonctions gouvernementales et qu’elle transformera l’État, il faut voir ce que signifie précisément cette transformation dans l’armée, la police, la justice l’information… Il ne suffit pas de rappeler la nécessité d’une mobilisation populaire sans laquelle il serait impossible de franchir le seuil décisif qui sépare la prédominance de la classe capitaliste de celle des travailleurs salariés : il faut indiquer sur quelles bases, autour de quels objectifs pourra s’opérer l’articulation entre l’action du gouvernement et celles des travailleurs en lutte15. »

10Autrement dit, une certaine forme d’incantation, dénoncée ici implicitement, doit laisser la place à une réflexion sur les moyens et les méthodes à appliquer pour réaliser l’objectif suprême des socialistes, substituer au capitalisme une société socialiste autogestionnaire, démarche qui suppose également de prendre en considération les changements économiques survenus avec le choc pétrolier.

11La deuxième approche originale concerne la notion de croissance que l’on suggère d’abandonner au profit de celle de développement afin de dépasser la problématique de la rupture avec le capitalisme jusque-là limitée à la question de production et d’amener de nouvelles pratiques militantes étendues aux luttes agricoles, aux luttes des femmes ou du cadre de vie.

  • 16 Sur ces publications, se reporter à la thèse d’Émeric Bréhier, Les revues politiques de la gauche (...)

12Enfin, les auteurs de ces textes cachent à peine leur ambition de transformer le parti socialiste en grande force socialiste autogestionnaire. Malgré l’accueil peu chaleureux qu’ils ont reçu en rejoignant le PS, la stratégie de l’amendement démontre une audience sur laquelle ils peuvent s’appuyer pour promouvoir leur vision du socialisme. Dans un premier temps, à défaut d’un véritable courant, un réseau s’organise autour d’une première publication, Le Manifeste, qui disparaît à la demande de Michel Rocard au début de 1976 au profit de la revue Faire. Celle-ci s’inscrit néanmoins dans la démarche majoritaire tout en cherchant à développer les thèmes du renouvellement16.

L’apport du PSU au PS : influence ou récupération ?

L’influence idéologique : du projet autogestionnaire au « parler vrai »

  • 17 Hélène Hatzfeld, op. cit.
  • 18 Le Parti socialiste se présente, brochure publiée par le Bureau national des adhésions, 1976.

13Bien que le projet autogestionnaire se soit imposé comme la matrice idéologique du PSU, il ne fait pour autant son apparition au parti socialiste avec les Assises du socialisme. Depuis longtemps défendue par le Ceres, l’autogestion a été un des éléments des débats qui ont précédé l’adoption du programme socialiste, Changer la vie, dans lequel elle a d’ailleurs trouvé sa place. Car, comme l’a expliqué Hélène Hatzfeld17, placer l’autogestion dans le projet de société que les socialistes aspirent à mettre en place permet au parti de se doter d’une identité propre au sein de la gauche, distincte des deux modèles auxquels ses adversaires, de droite mais aussi de gauche, aiment à le renvoyer, le socialisme bureaucratique de type soviétique ou la social-démocratie. Les Assises du socialisme signifient en ce domaine l’élimination définitive de toute concurrence crédible et l’accaparement par le parti socialiste de la thématique autogestionnaire. La convention nationale organisée dès juin 1975 consacre cette stratégie à travers l’adoption des quinze thèses pour l’autogestion. Cependant, le parti socialiste se refuse à faire pour autant de l’autogestion un marqueur identitaire absolu. Ainsi, en 1976, à l’occasion d’une campagne d’adhésion, il présente son projet qu’il résume par la construction d’une véritable démocratie socialiste dont un des aspects, parmi d’autres, est la perspective autogestionnaire expédiée en une phrase et relativisée par sa présence déjà ancienne dans le « socialisme associatif et mutualiste de Proudhon et aussi dans Marx18 ». Si la convention nationale sur l’autogestion semblait se résumer par un « nous sommes tous autogestionnaires », une année plus tard, l’affirmation semble se nuancer par un « nous sommes tous autogestionnaires… entre autres ».

  • 19 « S’assurer que le socialisme repose sur un exercice réel du pouvoir par l’ensemble des travailleu (...)

14Face à cette affirmation ambiguë de l’identité autogestionnaire qui aboutit à une banalisation et à une édulcoration du thème, Michel Rocard reprend l’initiative à partir du congrès de Nantes en choisissant d’abord comme angle d’attaque la diversité des cultures politiques des socialistes français qu’il choisit d’exposer clairement dans son discours du congrès de Nantes. Puis, l’échec des élections législatives de 1978 lui permet de s’affirmer comme le défenseur d’un programme de gouvernement lucide, réaliste et rigoureux. Certes, la motion, dont il est le premier signataire au congrès de Metz, reprend, comme toutes ses concurrentes, l’argumentaire autogestionnaire qui lui permet de critiquer à la fois une rupture qui n’est envisagée que par le contrôle de l’État19 et une vision trop statique de l’union de gauche proposant d’y associer désormais syndicats, associations et mouvements sociaux. La motion dite « C » avance également des idées iconoclastes à gauche comme la place du marché et de nouveaux concepts telle que l’économie sociale sur lequel travaillent des proches de Michel Rocard comme François Soulage. Mais elle appelle les socialistes à s’adapter à la situation actuelle (« À problèmes nouveaux, réponses nouvelles »), c’est-à-dire à la crise et la dimension internationale des relations économiques, ce qui rend encore plus nécessaire une politique rigoureuse en cas d’accession au pouvoir. Ces thèmes séduisent l’opinion mais trouvent également un écho dans le parti auprès d’anciens partisans d’Alain Savary, comme Jean-Pierre Cot ou Dominique Taddéi, des jeunes députés, pourtant promus par François Mitterrand, comme Alain Vivien ou les Bretons Louis Le Pensec ou Charles Josselin ou bien encore des personnalités venues du gaullisme au moment des Assises comme Edgard Pisani. Le courant rocardien se constitue alors, fort des 20 % des mandats obtenus au congrès de Metz, s’appuyant sur le courant des Assises, le « parler vrai » remplaçant l’autogestion comme marqueur identitaire.

L’influence culturelle

  • 20 Confié à Marie-Thérèse Eyquem.
  • 21 Respectivement attribués à Annette Chépy et à Michel Pezet.

15En arrivant au parti socialiste, les transfuges du PSU prétendent également à un renouvellement de la culture militante socialiste à travers l’exploitation de nouveaux thèmes dont un retient particulièrement leur attention depuis quelques années, le cadre de vie. Or, après le congrès de Pau, le parti socialiste semble vouloir investir cette problématique en créant et en développant au sein de sa direction nationale un secteur spécifique animé par un secrétariat national aux associations20 puis renforcé par diverses délégations nationales relatives à l’environnement, au logement, aux sports et loisirs, à la consommation ou encore à l’écologie. Ce secteur organise rapidement des manifestations avec une grande campagne d’action à l’automne 1976 intitulée « vivre aujourd’hui » et un colloque, en janvier 1978, permettant de rassembler les propositions socialistes dans ce domaine quelques semaines avant les élections législatives. Après le congrès de Metz, l’effort se poursuit avec la transformation du secrétariat national aux associations en secrétariat national au cadre de vie complété par un secrétariat spécifique à l’urbanisme et à l’environnement21 qui multiplie les journées d’études sur la mer, la montagne, les parcs naturels… L’effort de réflexion entrepris aboutit à des États généraux du cadre de vie organisés en mars 1981.

  • 22 Par exemple, la lutte des femmes qui bénéficie également d’un secteur d’activité spécifique à part (...)
  • 23 La délégation nationale aux immigrés de Jean Le Garrec en constitue une.
  • 24 La question mériterait d’être analysée au niveau local.
  • 25 Selon l’expression d’Hélène Hatzfeld.

16Peut-on considérer qu’une telle démarche, élargie à d’autres questions de société22, est liée à l’influence de la culture militante du PSU ? D’abord, il faut observer que ces thématiques n’ont, à quelques exceptions près23, jamais été traitées au niveau national24 par des anciens du PSU. Ensuite, on aurait tort de penser qu’à l’instar du PSU le parti socialiste ait cherché en reprenant à son compte ces problématiques à faire de la « politique autrement25 ». En effet, s’il y a bien renouvellement de l’action militante, celui-ci ne s’inscrit pas vraiment dans la perspective promue par le PSU, c’est-à-dire faire du militant un acteur des luttes et, par ce biais, de la transformation sociale. Dans les années 1970, le militant socialiste est plutôt appelé à agir dans le cadre d’une communication politique s’appuyant sur une production élaborée par le parti à travers ses commissions et journées d’études, auxquelles le militant a éventuellement participé et qu’il a pu également ratifier. L’objectif est ensuite de choisir une cible et de la convaincre, en utilisant une démarche adaptée au terrain, de souscrire au projet de société socialiste par une adhésion si possible mais avec une finalité électorale évidente. On reste finalement assez éloigné de la régénération militante auxquels aspirent les militants du PSU avant ou après les Assises et qui proposait aux militants de construire ce projet de société avec le mouvement social. Néanmoins, l’idée d’expérimentations n’est pas totalement absente dans le militantisme socialiste des années 1970 mais s’applique plutôt aux municipalités ce qui participe néanmoins à faire de la question électorale le cœur de l’activité du parti.

L’influence électorale

  • 26 C’est par exemple le cas en Loire-Atlantique malgré la présence de socialistes encore imprégnés de (...)

17Il peut être surprenant de parler d’influence électorale tant les performances en ce domaine du PSU n’ont jamais été à son avantage et expliquent d’ailleurs en grande partie le processus des Assises. Pourtant, on attribue généralement la poussée électorale des socialistes des années 1970 dans l’Ouest, la vallée de la Loire, l’Est ou la région rhodanienne à la conquête d’un électorat chrétien et de nouvelles couches salariées dont le PSU aurait été un des vecteurs. En réalité, une certaine dynamique électorale apparaît dans ces différentes parties du territoire dès 1973 quel que soit le profil politique des fédérations26, ces bons résultats rendant compte de l’amorce d’une perception du renouvellement du parti. Mais ce renouvellement est, dans ces régions assimilées souvent à des terres de mission pour la gauche, amplifié par l’arrivée des militants du PSU selon trois modèles qui se dégagent.

  • 27 Christian Bougeard (dir.), Un siècle de socialismes en Bretagne, op. cit.

18Le premier cas peut être illustré par les fédérations bretonnes, qui connaissaient déjà avant les Assises un regain de dynamisme grâce à l’ouverture vers de nouveaux milieux. Après 1975, le courant rocardien devient le cadre de convergences de ces apports multiples et contribue à la croissance électorale des socialistes27.

  • 28 Cf. Jean Guiffan, op. cit., et Arnaud Dellu, op. cit.

19Dans un deuxième cas de figure, les militants PSU renouvellent le parti socialiste grâce à de nouvelles personnalités et de nouvelles pratiques militantes. Cette situation se retrouve dans des fédérations comme celle de Loire-Atlantique ou de Gironde28.

  • 29 Voir Fabrice Cheignon, La Fédération de Maine-et-Loire du Parti socialiste 1971-1986, contribution (...)
  • 30 Le Maine-et-Loire et le Loiret s’affirment alors comme des grandes fédérations rocardiennes.
  • 31 François Prigent l’a également analysé pour la Bretagne : « Par un déplacement minime de voix, le (...)

20Enfin, les Assisses ont donné au parti socialiste un visage et une existence dans des endroits où il n’en avait pas vraiment. Le Maine-et-Loire et le Loiret sont à ce titre exemplaires29. Derrière respectivement Jean Monnier et Michel de la Fournière, et malgré leur faible effectif, les transfuges du PSU vont s’emparer des directions de fédérations léthargiques en suivant dans le premier cas une démarche martinetiste, c’est-à-dire adhésion en 1971-1972 au Ceres puis ralliement à l’amendement Martinet, dans le second cas en s’alliant en 1975 au Ceres pour évincer les anciens de la SFIO. La maîtrise de l’appareil30 permet de valoriser la culture militante et les réseaux d’origine syndicale ou associative qui constituent le plus souvent pour le PS la principale plus-value31. L’effet cumulé de ces ressources explique le développement d’une audience électorale dont la principale manifestation est la conquête de pouvoirs locaux à partir des élections municipales de 1977.

21L’ombre du PSU plane sur le parti socialiste quand celui-ci parle d’autogestion, travaille sur les questions de cadre de vie ou se développe dans l’Ouest de la France par exemple. Mais cela est sans doute moins le fait de l’influence du courant de pensée qui s’organise autour de Michel Rocard que la capacité du PS à capter le capital du PSU pour l’intégrer dans sa problématique principale, c’est-à-dire la constitution d’une force alternative capable de fédérer les diverses tendances de la gauche non communiste autour d’un équilibre dont François Mitterrand fut longtemps le garant et qui ne pouvait supporter l’ambition d’hégémonie idéologique et culturelle que portaient les militants du PSU en arrivant au parti socialiste.

Notes

1 Le concept de « cycle d’Épinay » proposé par Alain Bergounioux et Gérard Grunberg (Le Long remords du pouvoir : le Parti socialiste 1905-1992, Paris, Fayard, 1992) est une référence communément admise dans la plupart des travaux réalisés ces dernières années sur le parti socialiste. Néanmoins, il a rencontré des détracteurs qui lui reprochent, notamment, de négliger l’entreprise de rénovation entamée à partir de 1969.

2 François Kraus, Les Assises du socialiste ou l’échec de rénovation d’un parti, Notes de la Fondation Jean-Jaurès, 31, juillet 2002. Il s’agit de la version publiée d’un mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine préparé par l’auteur sous la direction de Frank Georgi et Jean-Louis Robert et soutenu en 2001 à l’université de Paris 1.

3 Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement : les expériences inachevées des années 1970, Rennes, PUR, 2005.

4 Les délégations nationales font leur apparition dans l’organigramme de la direction nationale du Parti socialiste à l’occasion du congrès de Pau. Le titulaire de cette fonction doit assumer la tâche de porte-parole dans son domaine d’attribution.

5 Roger Fajardie représentant de la sensibilité laïque des proches de Pierre Mauroy, était secrétaire national adjoint aux élections depuis le congrès de Pau. Il est nommé secrétaire national titulaire avec Michel Rocard, l’accession de l’ancien leader du PSU au secrétariat national du PSU prenant ainsi la simple forme d’un ajustement politique.

6 Le Ceres (Centre d’études, de recherches et d’éducation socialiste) promeut depuis sa création une présence plus forte et plus active des socialistes dans les entreprises. À la suite du congrès d’Épinay, Georges Sarre prend en charge ce secteur au sein du secrétariat national. Mais beaucoup au sein du parti dénoncent la volonté du Ceres de s’appuyer sur les sections d’entreprise pour étendre leur influence, argument qui contribue à la rupture du congrès de Pau.

7 Le délégué général exerce ses responsabilités sous l’autorité d’un secrétaire national. Dans le cas d’Alain Rannou, ce secrétaire national est Louis Mermaz, chargé des fédérations et des entreprises. En outre, à partir de 1977, il doit accepter la présence à ses côtés d’une autre déléguée aux entreprises, Anne Trégouêt, jeune permanente et ancienne de la CIR. Après les élections législatives de 1978, François Mitterrand prend directement la responsabilité du secteur.

8 Ce chiffre qui correspond à un quart des effectifs du PSU est donné par la direction politique nationale (Kathleen Evin, Michel Rocard ou l’art du possible, Paris, Jean-Claude Simoën, 1979).

9 D’après Charles-Émile Loo, trésorier du parti, ces effectifs sont de 137 300 au 31 décembre 1974.

10 Selon François Kraus, op. cit., 200 à 300 adhérents du PSU auraient alors imité Gilles Martinet.

11 Le Ceres éprouve à l’égard de la démarche des Assises à la fois de l’intérêt en raison de sa proximité idéologique et sociologique avec ceux qui arrivent mais également une certaine méfiance.

12 Cette citation est extraite de la brochure « Pour le renforcement de la ligne de gauche : la motion plus l’amendement », publiée à l’occasion du congrès de Pau pour expliquer la démarche qui conduit à la présentation de l’amendement à la motion défendue par François Mitterrand, dite motion 1. L’amendement intitulé « Pour le renforcement d’une ligne de gauche » devient très vite « l’amendement Martinet » (Archives du Centre d’histoire de Sciences Po, Fonds Gilles Martinet, MR 11).

13 Pierre Brana fut secrétaire fédéral du PSU girondin de 1969 à 1974.

14 Citations extraites de : Arnaud Dellu, Le Parti socialiste en Gironde (1971-1981), TER Histoire, Bordeaux 3, 1995.

15 « Vers une grande force socialiste et autogestionnaire », contribution pour le congrès de Pau signée par le courant PSU des Assises et le comité de l’appel du 11 juin, Le Poing et la Rose, 36.

16 Sur ces publications, se reporter à la thèse d’Émeric Bréhier, Les revues politiques de la gauche non communiste de 1958 à 1986, thèse de doctorat de science politique, sous la direction de Pierre Avril, Paris 1, 2000.

17 Hélène Hatzfeld, op. cit.

18 Le Parti socialiste se présente, brochure publiée par le Bureau national des adhésions, 1976.

19 « S’assurer que le socialisme repose sur un exercice réel du pouvoir par l’ensemble des travailleurs et des citoyens et non par quelques technocrates ou dirigeants » : « Redonner ses chances à la gauche », motion nationale d’orientation C proposée au congrès de Metz.

20 Confié à Marie-Thérèse Eyquem.

21 Respectivement attribués à Annette Chépy et à Michel Pezet.

22 Par exemple, la lutte des femmes qui bénéficie également d’un secteur d’activité spécifique à partir de 1977 qui organise des manifestations donnant lieu à une production programmatique.

23 La délégation nationale aux immigrés de Jean Le Garrec en constitue une.

24 La question mériterait d’être analysée au niveau local.

25 Selon l’expression d’Hélène Hatzfeld.

26 C’est par exemple le cas en Loire-Atlantique malgré la présence de socialistes encore imprégnés de la culture de la IVe République : Jean Guiffan, « De la SFIO au PS en Loire-Atlantique : la disparition de la vieille maison (1958-2004) », dans Christian Bougeard (dir.), Un siècle de socialismes en Bretagne, de la SFIO au PS (1905-2005), Rennes, PUR, « Centre de recherche bretonne et celtique », 2008.

27 Christian Bougeard (dir.), Un siècle de socialismes en Bretagne, op. cit.

28 Cf. Jean Guiffan, op. cit., et Arnaud Dellu, op. cit.

29 Voir Fabrice Cheignon, La Fédération de Maine-et-Loire du Parti socialiste 1971-1986, contribution à une étude sociologiquement, TER Histoire, université d’Angers, septembre 2003 et Cyril Beauné, Le Parti socialiste dans le Loiret de 1974 à 1989, TER Histoire, université d’Orléans, 2007.

30 Le Maine-et-Loire et le Loiret s’affirment alors comme des grandes fédérations rocardiennes.

31 François Prigent l’a également analysé pour la Bretagne : « Par un déplacement minime de voix, le PSU a transféré une partie de son enracinement multiforme au PS recentré par bipolarisation ». François Prigent, « Les élus socialistes en Bretagne : réseaux, trajectoires et identités des années 1930 aux années 1980 », dans Christian Bougeard (dir.), Un siècle de socialismes en Bretagne, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search