Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie IV. Déclin d’un parti, postérité d’un héritage

Socialismes face à face. Les cas du Parti socialiste unifié (PSU) et du Partito socialista italiano di unità proletaria (PSIUP)

Roberto Colozza

Texte intégral

  • 1 Geneviève Dreyfus-Armand et alii (dir.), Les Années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Co (...)
  • 2 Gerd-Rainer Horn, The Spirit of’68. Rebellion in Western Europe and North America, 1956-1976, Oxfo (...)

1L’idée de comparer l’histoire du PSU et du PSIUP naît d’un constat : ces deux partis appartenaient à la vague politique qui, dès la moitié des années 1950, secouait la gauche occidentale, en redéfinissant son profil et ses méthodes. Se distinguant à la fois de la social-démocratie réformiste et du communisme, cette gauche non conformiste se nourrissait des suggestions culturelles provenant des couches intellectuelles qui, surtout en France, en Allemagne, en Italie et dans le monde anglo-saxon, révisaient la lecture traditionnelle de Marx et préparaient les nouvelles formes de mobilisation sociale qui caractériseront les années 19681. Le « temps de la contestation » en France et en Italie fut aussi le temps du PSU et du PSIUP. Alors que 1968 est généralement associé aux révoltes estudiantines, aux revendications syndicales, et aux élaborations idéologiques, en France et en Italie il fut inspiré aussi par des partis politiques d’envergure nationale, ce qui différencie ces deux pays du reste de la scène politique occidentale et notamment européenne. Il s’agit d’une donnée non négligeable qui a fait parler récemment d’une « mediterranean new left2 ».

2D’emblée, la formule de la « mediterranean new left » semble être légitimée par l’homogénéité des acteurs concernés. La coïncidence chronologique entre les expériences du PSU et du PSIUP aide à saisir leur correspondance réciproque : le PSU fut fondé en avril 1960 à la suite de la fusion de l’Union de la gauche socialistes (UGS), du Parti socialiste autonome (PSA) et de Tribune du communisme ; le PSIUP fut constitué en janvier 1964 par l’aile gauche du Partito socialista italiano (PSI) s’opposant à la collaboration gouvernementale, dite centro-sinistra, entre le PSI même et la Democrazia cristiana (DC). En 1972, le PSIUP procéda à son autodissolution n’ayant pas atteint le quorum pour l’accès de ses candidats au Parlement lors des élections générales de mai 1972 ; le PSU perdit beaucoup de son audience publique pendant la première moitié des années 1970 : en 1972, il ne signa pas le programme commun des gauches, et en 1974, il vit partir beaucoup de ses dirigeants vers le PS lors des Assises nationales du socialisme.

3Le PSU et le PSIUP furent le produit d’une réaction qui visait à empêcher la dégénérescence du système politico-social national à travers le « sauvetage » de la gauche. Chez eux, l’engagement militant s’accompagnait d’une réflexion autour des institutions et des destins de la démocratie républicaine. Dans le cas du PSU, la guerre d’Algérie fut le catalyseur d’un processus de révision de la gauche qui avait débuté bien avant le conflit colonial. L’anticolonialisme arriva à unifier les forces émiettées de la gauche « non conformiste », mais celles-ci existaient déjà ou bien alimentaient une protestation qui préparait un nouveau chemin. Quoique multiformes, ces forces interprétaient avec cohérence le dépaysement de certaines couches intellectuelles, syndicales, ouvrières, juvéniles face au détachement apparent des partis traditionnels de la gauche – SFIO et PCF – par rapport à la dimension sociétale de leur horizon stratégique. Pour ce qui est du PSIUP, on assistait à une dynamique contestataire tout interne à la métropole – vu que l’Italie ne possédait plus de colonies depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale –, mais qui était néanmoins influencée par des événements internationaux. La distension géopolitique poststalinienne déclencha la formation de deux courants opposés dans le PSI : le premier, guidé par le secrétaire général Pietro Nenni, voulait que le PSI redevienne un parti de gouvernement, en le soustrayant au pacte frontiste avec le Partito comunista italiano (PCI) et en le situant dans le champ atlantiste ; le deuxième courant, réunissant la gauche du parti, s’opposait à Nenni, qui était accusé de vouloir jeter le PSI entre les bras de la DC, et de trahir ainsi la « classe ouvrière » et son but révolutionnaire.

  • 3 Daniel A. Gordon, « A “Mediterranean New Left” ? Comparing and Contrasting the French PSU and the (...)

4Comme on le voit, les ressemblances entre PSU et PSIUP se réfèrent à leur disposition dans les échiquiers politiques respectifs – se distinguer des socialistes « majoritaires » et des communistes –, ce qui n’implique toutefois pas que leurs identités et leurs propositions soient parfaitement homogènes. En ce sens, la définition de « mediterranean new left » a été contestée, n’attachant pas une attention suffisante au décalage entre le PSU et le PSIUP dans plusieurs domaines3.

  • 4 Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau Parti socialiste. Les minorités qui ont r (...)
  • 5 Maurizio Degl’innocenti, Storia del PSI, vol. 3, Dal dopoguerra a oggi, Roma, Laterza, 1993.

5Tout d’abord, une différence saute aux yeux. Les origines du PSU plongent dans le métissage idéologique ; celles du PSIUP dans la continuité d’une tradition militante. Il suffit juste de rappeler que le PSU était un véritable collage de différentes familles politiques : des marxistes de tout ordre – ex-communistes, ex-socialistes, trotskistes, luxembourgistes –, des socialistes non marxistes, des radicaux mendésistes, des catholiques de gauche issus de plusieurs contextes, etc.4. À la différence de son confrère transalpin, le PSIUP était un parti très compact et homogène. Il bénéficiait du legs de la gauche socialiste, qui avait été à la tête du PSI de 1949 à 1957 et qui, même après, avait joué un rôle central dans la vie du parti. Sous le leadership de Rodolfo Morandi, mort prématurément en 1955, la gauche socialiste avait modelé le PSI sur l’exemple du PCI. Le centralisme démocratique avait imposé une forte discipline, le nombre des cadres professionnels avait sensiblement augmenté, l’alliance frontiste avec les communistes était l’emblème d’une vision radicalement antibourgeoise et philo-soviétique. Le XXe congrès du PCUS en 1956, le congrès du PSI en 1957 et, après quelques mois, le vote parlementaire sur le Marché commun européen (traité de Rome) dans lequel le PSI s’abstint, furent les étapes principales du processus de social-démocratisation du PSI et de mise en minorité de sa gauche interne. Soucieuse de garder le caractère antisystème du socialisme révolutionnaire, la gauche socialiste devint de moins en moins influente dans le PSI jusqu’à la scission successive aux élections de 19635.

  • 6 Silvano Miniati, PSIUP, 1964-1972. Vita e morte di un partito, Roma, Edimez, 1981, p. 55-71 ; Vale (...)
  • 7 Mondo Nuovo, n 4, 26 janvier 1964. 39,80 % des inscrits étaient dans le Midi ; 33,72 % dans le Nor (...)

6La structure organisationnelle du PSU et du PSIUP découlait de leur vision idéologique et leur genèse historique. Le PSU ne dépassa jamais les 16 000 inscrits ; le PSIUP en avait officiellement 164 520 en 1964, parmi lesquels 500 fonctionnaires permanents. Surdimensionné pour des raisons de prestige, le nombre des effectifs réels du PSIUP était compris vraisemblablement entre 110 000 et 120 000. Le clivage PSU-PSIUP était le fruit de différentes conceptions du parti. Le PSU avait une composante ouvrière significative, représentée notamment par les ex-MLP (Mouvement de libération du peuple) et par les affiliés de la CGT et de la CFTC, mais était surtout un parti léger en termes d’effectifs, avec une forte empreinte intellectuelle et un appareil plutôt restreint ; le PSIUP mettait en œuvre la leçon du PCI de Togliatti, à savoir du partito nuovo : un parti doté en même temps de la discipline léniniste et de l’ampleur d’un parti de masse. Dans le cas du PSIUP, il s’agissait de créer un parti à partir du réseau des fiefs de la gauche du PSI. Cela fut possible grâce – surtout – à l’argent de Moscou qui, filtré par le PCI, finançait la gauche socialiste depuis 1957 et qui se rendit nécessaire pour installer et maintenir en vie le vaste appareil du PSIUP6. L’« armée » du PSIUP, enracinée surtout dans le Midi et dans le Nord, était encadrée par un corpus solide de généraux : la scission, selon l’hebdomadaire du nouveau parti, enleva au PSI 25 députés, 8 sénateurs, 34 membres du comité central, 11 conseillers régionaux, 32 secrétaires fédéraux7.

  • 8 Vincent Duclert, « La “Deuxième gauche” », dans Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histo (...)
  • 9 Stuart Hall, l’un des fondateurs de la First New Left, souligne cette filiation terminologique: St (...)
  • 10 La citation est tirée de Patrick Massa, « Les classes moyennes vues par le PCF et le PSU (1962-196 (...)

7Le PSU et le PSIUP se situaient sous les signes, respectivement, de la rupture et de la continuité, ce qui est confirmé par l’autodéfinition des deux mouvements. L’une des formations fondatrice du PSU était l’UGS, qui se constitua en 1957 à partir d’une nébuleuse d’acteurs politiques se disant « nouvelles gauches » à compter de 19548. Cette appellation connaîtra un succès global par le moyen de la gauche anticonformiste britannique, la New Left, qui emprunta son propre nom à l’exemple français9. La « modernité » continua d’être revendiquée par le PSU, même si la capacité d’innovation apportée ou déclarée par le PSA et Tribune du communisme n’atteignait pas celle de l’UGS. Le but prioritaire de l’autoreprésentation publique du PSU était de se montrer comme le pionnier d’une vision originale de la gauche et comme le porteur d’un projet de rénovation de ses valeurs. Certes, restauration et innovation se côtoyaient dans le PSU. L’acteur social visé était toujours la « classe ouvrière », mais elle devint l’objet d’une recherche intellectuelle censée redéfinir les caractères de cette « classe » de façon à les adapter aux instances de la démocratie moderne. L’idée s’imposait d’une « nouvelle classe ouvrière », intégrée notamment par les cadres et techniciens, véritable symbole des Trente Glorieuses et de la modernisation. Liant la recherche sociologique à ses exigences d’autolégitimation, le PSU se situait « du côté de l’avenir » dans la mesure où il se définissait comme le héraut des couches sociales qui fabriquaient le futur10.

  • 11 C’est le nom du PCI jusqu’en 1943, quand la Troisième Internationale est dissoute.
  • 12 Michel Dreyfus, « Bureau de Paris et bureau de Londres. Le socialisme de gauche en Europe entre le (...)
  • 13 Paolo Mattera, Storia del PSI. 1892-1994, Roma, Carocci, 2010.

8L’esprit expérimental du PSIUP était beaucoup moins développé que celui du PSU. Une fois devenue parti indépendant, la gauche socialiste ambitionna de réaffirmer une orthodoxie socialiste trahie par ceux qu’elle croyait être les corrupteurs du socialisme italien, c’est-à-dire Nenni et ses amis. La référence implicite du PSIUP n’était pas une nouvelle gauche hypothétique, mais un modèle de gauche qui trouvait ses racines dans l’entre-deux-guerres. En particulier, le PSIUP récupérait la tradition du frontisme antifasciste, liant le PSI et le Partito comunista d’Italia (PCd’I11) à partir de 1934 ; et maintenait la posture révolutionnaire du maximalisme, qui avait été l’un des protagonistes du socialisme de gauche international de la fin de la Grande Guerre aux années 194012. Après la deuxième guerre mondiale, le socialisme italien continua à être marqué par les stigmates du socialisme révolutionnaire. Réuni sous le nom de Partito socialista italiano di unità proletaria (PSIUP), le parti socialiste perdit le courant social-démocrate en 1947 et se rebaptisa PSI13. En choisissant de se réapproprier ce nom, le PSIUP de 1964 reprenait la dénomination du parti socialiste d’avant la scission social-démocrate : non en hommage à la social-démocratie, évidemment, mais pour renouer avec l’esprit unitaire du socialisme, repousser toute accusation de sectarisme et souligner sa propre orthodoxie militante.

  • 14 Lelio Basso, Due totalitarismi. Fascismo e democrazia cristiana, Milano, Garzanti, 1951. Sur Basso (...)
  • 15 Lelio Basso, « L’antistato », La rivoluzione liberale, 1, 2 janvier 1925. L’article est repérable (...)
  • 16 Jens Petersen, « The History of the Concept of Totalitarianism in Italy », dans Hans Maier (dir.),(...)

9À la base du radicalisme idéologique du PSIUP, il y avait une conception outrancière de l’antifascisme, influençant le jugement du parti autour de la DC et de la démocratie républicaine. Lelio Basso, qui fut le président du comité central du PSIUP de 1965 à 1968, avait publié en 1951 un pamphlet dont l’intitulé est Due totalitarismi. Fascismo e democrazia cristiana14. Dans son ouvrage, Basso définit la DC comme l’héritière du fascisme. D’après lui, elle avait créé un système de pouvoir s’appuyant sur le Vatican et utilisant la religion catholique tout comme le fascisme avait employé la violence et la propagande. La thèse de Basso est d’autant plus frappante qu’elle utilise un concept, celui de « totalitarismo », que Basso même, à l’âge de 21 ans, avait introduit par un article paru dans La rivoluzione liberale de Piero Gobetti15. Dans son article, Basso avait parlé de « totalitarismo indistinto » pour indiquer l’encadrement du pluralisme social sous la volonté unificatrice et oppressive du Partito nazionale fascista (PNF), voire de l’État fasciste. Le substantif « totalitarismo » dérivait à son tour de l’adjectif « totalitario » créé par le libéral Giovanni Amendola en 1923 pour designer l’attitude électorale fondamentalement antipluraliste adoptée par les fascistes16.

  • 17 Jens Petersen, op. cit., p. 17-18.

10L’accusation portée par Basso contre la DC contenait un double enjeu. D’un côté, elle refusait tout attribut démocratique au principal parti de gouvernement. Ce faisant, elle dramatisait le conflit politique et instillait la peur permanente d’un retour du fascisme au visage clérical. D’un autre côté, elle introduisait dans le langage d’extrême gauche un terme, « totalitarismo », qui venait de la tradition libéral-démocrate et catholique, et qui, parmi les socialistes, n’était employé que par le social-démocrate Giuseppe Saragat avec ses visées anticommunistes17. Pendant la guerre froide, Basso fut le premier anti-atlantiste à légitimer un mot qui, depuis sa naissance, avait servi à stigmatiser l’omnipuissance de l’État, fût-il de droite ou de gauche, face à la société civile et à l’individu. Cela était possible chez Basso en raison de trois atouts culturels : sa matrice luxembourgiste ; son attention à la théologie chrétienne (Rudolf Otto) et notamment à la pensée protestante (Giuseppe Gangale) ; et sa proximité politique avec les couches du socialisme libéral italien, surtout le mouvement antifasciste Giustizia e Libertà (GL) fondé par Carlo Rosselli. Ces tendances politiques, si distantes fussent-elles, avaient en commun le fait de contester la primauté du centralisme étatique dans l’organisation de la société civile.

  • 18 Daniel A. Gordon, op. cit., p. 315.
  • 19 Sur les liens entre Lelio Basso, le PSU et la « deuxième gauche », je me permets de renvoyer à mes (...)

11La sensibilité de Basso envers les sciences sociales et la démocratie d’en bas était insolite dans le marxisme italien et elle resta minoritaire dans le PSIUP, mais pas dans son aile gauche, qui fut le véritable courant innovateur du parti. Les rapports entre le PSU et le PSIUP se basant sur les contacts interpersonnels plutôt que sur les rencontres « diplomatiques18 », la gauche du PSIUP fut le principal point de contact avec le parti français. Basso s’était rapproché précocement des « nouvelles gauches » et avait participé à la naissance du PSU. Sa fréquentation de Gilles Martinet et de beaucoup d’autres représentants de la « deuxième gauche » lui ouvrit les portes de plusieurs collaborations politico-culturelles avec des revues, des centres d’études, des maisons d’édition. Les relations que Basso cultivait en France lui permirent de maîtriser quelques idées peu ou nullement débattues dans la gauche italienne – l’anticolonialisme, le tiers-mondisme, le contre-plan – et de les importer de l’autre côté des Alpes19.

  • 20 Michel Contat, « André Gorz », Le Débat, no 50, mai-août 1988, p. 243. Sur la gauche syndicale, vo (...)
  • 21 Giovanni De Luna, Storia del Partito d’azione. 1942-1947, Torino, UTET, 2006 [éd. or. : Milano, Fe (...)
  • 22 Sergio Turone, Storia del sindacato in Italia. Dal 1943 al crollo del comunismo, Roma, Laterza, 19 (...)

12André Gorz, notamment, et les cédétistes ne cachaient pas leur estime envers le syndicalisme de gauche italien et les opéraïstes20. Quoique non opéraïste à proprement parler, Vittorio Foa était proche de ce mouvement au début des années 1960. Il était aussi le leader de la gauche syndicale et le chef de file, au même titre que Basso, de la gauche du PSIUP. Foa était un dirigeant de la Confederazione Generale Italiana del Lavoro (CGIL), le plus important syndicat italien et courroie de transmission entre le PCI et le monde du travail. Il avait été membre de GL ainsi que du Partito d’Azione (PdA), le mouvement politique né en 1942 en continuité avec GL21. Lors de la dissolution du PdA, en 1947, Foa adhéra au PSI, dont Basso était alors le secrétaire général. Empruntant à GL et au PdA une idée de socialisme décentralisateur, régionaliste et antibureaucratique, Foa défendait l’autonomie des syndicats par rapport aux partis et le droit des travailleurs à définir une stratégie de lutte revendicative indépendante de la politique. Il fut favorable au principe de l’incompatibilité entre les mandats directifs syndicaux et politiques, ce qui affaiblit temporairement la tradition italienne du collateralismo – la contiguïté collaborative entre partis et syndicats – et entraîna le processus de rapprochement des trois syndicats majeurs – la CGIL, la Confederazione Italiana Sindacati dei Lavoratori (CISL), proche de la Democrazia cristiana (DC), et l’Unione Italiana del Lavoro (UIL), d’inspiration réformiste – débouchant sur leur pacte fédératif en 197222.

  • 23 Au Sénat, le PSIUP présenta des listes en commun avec le PCI.

13Les syndicats, et surtout la CGIL, furent un important réservoir pour le PSIUP. Dans certains contextes locaux, le nombre des inscrits du PSIUP dépassait celui du contingent socialiste resté fidèle au PSI. En mars 1964 lors du congrès national de la Federazione Impiegati Operai Metallurgici (FIOM), l’un des syndicats de catégorie les plus importants de la CGIL, 19 représentants sur 25 du courant socialiste adhérèrent au PSIUP. Un autre milieu de recrutement du PSIUP fut le mouvement juvénile du PSI, la Federazione giovanile socialista (FGS), dont la moitié passa du côté du nouveau parti. Dans le monde syndical et ouvrier ainsi que dans les milieux étudiants, le PSIUP montra, au moins jusqu’en 1968, une capacité d’influence qui est analogue à celle du PSU. C’est dans ces couches sociales que le PSU et le PSIUP arrivèrent à avoir davantage d’audience. Ce n’est pas un hasard si le meilleur score électoral des deux partis fut en 1968, quand le PSU atteignit 3,9 % tandis que le PSIUP obtenait lui 4,5 %23. Le bon résultat du PSIUP fut aussi le produit de la réunification entre PSI et PSDI de 1966, face à laquelle beaucoup d’électeurs du PSI se sentirent trahis – les sociaux-démocrates étaient toujours des « bourgeois » déguisés en socialistes –, ce qui les poussa à choisir les sociaux-prolétaires.

  • 24 Voir, par exemple, « Lettera aperta ai compagni cinesi », Mondo nuovo, n 16, 19 avril 1964 ; Lucio(...)
  • 25 Giuseppe (Pino) Ferraris, syndicaliste et sociologue, fut le secrétaire des fédérations provincial (...)
  • 26 Piero Ardenti, « Incontro tra sinistra operaia e sinistra cattolica », Mondo nuovo, no 51, 27 déce (...)
  • 27 Tous ces textes sont dans le bulletin bimensuel publié par le bureau de presse du PSIUP : Rassegna (...)

141968 fut pour le PSIUP l’année de l’apogée électoral et de la fin de sa fonction relativement innovatrice dans la gauche italienne. Pendant ses premières années de vie, le PSIUP n’avait pas totalement ignoré les ferments qui allaient diversifier les typologies de la militance de gauche. On peut citer son tiers-mondisme amorcé, son attitude parfois prochinoise – surtout chez Lucio Libertini –, son soutien au Vietnam et au tribunal Russell se battant contre l’intervention militaire étasunienne et même sa curiosité envers les mouvements émancipateurs des noirs aux États-Unis24 ; le penchant de certaines fédérations de gauche – par exemple Biella, Turin, Plaisance et Pise – pour la méthode de l’enquête ouvrière, théorisée par les opéraïstes25 ; la collaboration avec les catholiques de gauche pour les soustraire à l’influence de l’Église et de la DC26. Toutefois, l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie mit en évidence la dépendance idéologique de la majorité du PSIUP à l’égard de l’URSS. Tandis que le PCI condamnait clairement l’attaque militaire soviétique, le PSIUP diffusait des déclarations pleines de prudence et de réticences27. À partir de ce moment, le rapprochement du PSIUP avec Moscou fut total et la gauche du parti fut contrainte à l’isolement.

  • 28 Vladimir Claude Fišera, « Le PSU face à son histoire. Le tournant de mai 68 », dans René Mouriaux, (...)
  • 29 Yves Tavernier, Roland Cayrol, « Sociologie des adhérents du Parti socialiste unifié », Revue fran (...)
  • 30 Frank Georgi (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003 ; (...)

15Parti-symbole de 196828, le PSU se renouvela et se rajeunit profondément avant et après les événements de mai. Entre 1967, quand les ESU s’emparèrent de l’UNEF, et 1969, 57,4 % des adhérents du parti avaient pris leur carte pour la première fois. En 1968, 52,5 % avaient un âge compris entre 21 et 29 ans ; l’année suivante, un tiers des inscrits venait des milieux universitaires, avec une augmentation sensible des étudiants surtout en région parisienne, là où se concentraient les 30 % environ des affiliés du PSU. Cela n’impliquait pas la disparition de la base « populaire » du PSU, 40 % de ses militants étant encore des ouvriers, employés, techniciens et petits cadres29. De moins en moins puissant sur le plan électoral, le PSU d’après-1968 se radicalisait suivant l’allure de son élite dirigeante et de son corpus militant. Le mot d’ordre du « contrôle ouvrier » et de l’autogestion fut l’antidote à l’isolement croissant d’un parti marginalisé par les tendances dominantes de la gauche française30. N’abandonnant pas sa vocation innovatrice, le PSU répandit des thématiques originales, tel l’écologisme, dans le débat public des années 1970. La participation du PSU au gouvernement Mauroy fut la réponse ambiguë à la question irrésolue du rapport avec le pouvoir étatique, peu avant la dissolution du parti scellée en 1990.

  • 31 Guido Verucci, « Il dissenso cattolico in Italia », Studi storici, a. 43, no 1, janvier-mars 2002  (...)
  • 32 Daniele Protti, Cronache di « Nuova Sinistra ». Dal PSIUP a Democrazia proletaria, Milano, Gammali (...)

16Aux élections générales de 1972, le PSIUP n’obtint que 1,8 % des votes, ce qui le tint hors des chambres parlementaires et qui entraîna sa fin. La majorité du parti entra dans le PCI, une très faible minorité dans le PSI, tandis que 20 % environ décidaient de continuer l’expérience en créant le Nuovo PSIUP. Quelques mois plus tard, le Nuovo PSIUP fusionna avec la gauche du Movimento politico dei lavoratori (MPL), un petit mouvement politique issu du syndicalisme catholique et notamment des Associazioni cristiane dei lavoratori italiani (ACLI). Les ACLI, tout comme le MPL et l’Associazione di cultura politica (ACPOL), faisaient partie de la galaxie du dissenso cattolico, le phénomène catholique de contestation des hiérarchies ecclésiastiques et de la DC31. Le Nuovo PSIUP et la gauche du MPL – nommée Alternativa socialista – formèrent le Partito di unità proletaria (PdUP), qui sera l’un des partis majeurs de la nuova sinistra32. La rencontre entre le radicalisme socialiste et celui des catholiques fit du PdUP un protagoniste de cet amalgame entre croyants et non croyants si caractéristique de la nouvelle gauche, aussi bien en France qu’en Italie.

17Comparer l’histoire du PSU et du PSIUP nous aide à mieux connaître non seulement ces deux partis mais aussi l’évolution des systèmes politiques auxquels ils appartenaient. Étant donné leur positionnement politique dans leurs contextes nationaux respectifs, cela nous fait comprendre le niveau de pénétration de la révolution sociétale des années 1960 dans les gauches française et italienne. Le traditionalisme idéologique du PSIUP et le retard avec lequel la formule de nuova sinistra se répandit en Italie sont à lire comme les signes d’une résistance de l’extrême gauche italienne à réviser sa Weltanschauung historiciste et centraliste, et à accepter les instances de la société nationale métamorphosées par le boom économique. Tandis que le PSU canalisait les forces hétérogènes de l’extrême gauche française, le PSIUP disparut au moment où se structuraient les mouvements nés dans l’ambiance de 1968. L’absence d’un parti-vecteur entre la nouvelle vague des révolutionnaires et la génération de la « première gauche » contribua à radicaliser les uns et à « institutionnaliser » l’autre. Dans un cas, cela favorisa l’émiettement des forces issues de la contestation et la prolifération des groupuscules de la gauche extraparlementaire qui caractérisera les turbulentes années 1970 en Italie ; dans l’autre cas, cela accéléra le rapprochement de l’extrême gauche « officielle » avec les institutions républicaines, – ce qui fut évident dans le cas du PCI lors de l’enlèvement d’Aldo Moro en 1978 – sans que celle-ci entame pour autant une révision structurelle de son identité antibourgeoise avant l’écroulement de l’URSS.

Notes

1 Geneviève Dreyfus-Armand et alii (dir.), Les Années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe, 2000.

2 Gerd-Rainer Horn, The Spirit of’68. Rebellion in Western Europe and North America, 1956-1976, Oxford UP, Oxford, 2007, p. 148-152. L’auteur insère aussi dans sa définition le cas de l’espagnol Frente de Liberación Popular (FLP). La comparaison est partiellement entravée par le fait que le FLP agissait sous un régime dictatorial et qu’il avait été déclaré illégal par le gouvernement de Franco.

3 Daniel A. Gordon, « A “Mediterranean New Left” ? Comparing and Contrasting the French PSU and the Italian PSIUP », Contemporary European History, 19, 4 (2010), p. 309-330.

4 Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau Parti socialiste. Les minorités qui ont rénové le PS, Toulouse, Privat, 1990 ; Marc Heurgon, Histoire du PSU, vol. 1 : La Fondation et la guerre d’Algérie (1958-1962), Paris, Éd. La Découverte, 1994 ; Gilles Morin, « De l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie au Parti socialiste autonome (1954-1960). Un courant politique de la SFIO au PSU », thèse de doctorat, université Paris 1, 1992.

5 Maurizio Degl’innocenti, Storia del PSI, vol. 3, Dal dopoguerra a oggi, Roma, Laterza, 1993.

6 Silvano Miniati, PSIUP, 1964-1972. Vita e morte di un partito, Roma, Edimez, 1981, p. 55-71 ; Valerio Riva (in collaborazione con Francesco Bigazzi), Oro da Mosca. I finanziamenti sovietici al PCI dalla rivoluzione d’ottobre al crollo dell’URSS, Milano, Mondadori, 1999, p. 293-304. D’après le dossier Mitrokhin, contenant des renseignements sur les contacts entre le KGB et des représentants du monde politique italien, le PSIUP reçut du KGB 3 775 000 dollars entre 1969 et 1972. L’argent était remis normalement au député Francesco Lami. Voir le document conclusif sur l’activité de la commission parlementaire d’enquête concernant le dossier Mitrokhin et l’activité d’intelligence italienne (15 mars 2006) : http://www.parlamento.it/parlam/bicam/14/Mitrokhin/documenti/documentoconclusivo.pdf (lien consulté le 17 juillet 2011).

7 Mondo Nuovo, n 4, 26 janvier 1964. 39,80 % des inscrits étaient dans le Midi ; 33,72 % dans le Nord ; 26,47 % au centre, voir Mondo Nuovo, n 2, 10 janvier 1965. Voir aussi Mauro Condò, Per una storia del PSIUP (1964-1972). Un tentativo di organizzazione della sinistra socialista, tesi di dottorato in Storia dell’Italia contemporanea, XIII cycle (1997-2001), Università degli studi di Roma Tre, relatori prof. Fabio Fabbri e prof. Sergio La Salvia, p. 150-155.

8 Vincent Duclert, « La “Deuxième gauche” », dans Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France, vol. 2, Paris, La Découverte, p. 180-182.

9 Stuart Hall, l’un des fondateurs de la First New Left, souligne cette filiation terminologique: Stuart Hall, « Life and Time of the First New Left », New Left Review, 61, January-February 2010. L’article est repérable à cette adresse web : http://newleftreview.org/?page=article&view=2826#_ednref4 [lien consulté le 14 juin 2011].

10 La citation est tirée de Patrick Massa, « Les classes moyennes vues par le PCF et le PSU (1962-1968) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 37, 1, 1993, p. 54.

11 C’est le nom du PCI jusqu’en 1943, quand la Troisième Internationale est dissoute.

12 Michel Dreyfus, « Bureau de Paris et bureau de Londres. Le socialisme de gauche en Europe entre les deux guerres », Le Mouvement social, no 112, juillet-septembre 1980, p. 25-55 ; Luciano Della Mea (dir.), « Viva il socialismo. Contributi sul socialismo di sinistra », numero monografico de Il Ponte, Firenze, Vallecchi, 1989 ; Giacomo Marramao, Austromarxismo e socialismo di sinistra fra le due guerre, Milano, La Pietra, 1977.

13 Paolo Mattera, Storia del PSI. 1892-1994, Roma, Carocci, 2010.

14 Lelio Basso, Due totalitarismi. Fascismo e democrazia cristiana, Milano, Garzanti, 1951. Sur Basso, je me permets de renvoyer à mon Lelio Basso. Una biografia politica (1948-1958), Roma, Ediesse, 2010 ; voir aussi Giancarlo Monina (dir.), Novecento contemporaneo. Studi su Lelio Basso, Roma, Ediesse, 2009.

15 Lelio Basso, « L’antistato », La rivoluzione liberale, 1, 2 janvier 1925. L’article est repérable à cette adresse web : http://www.leliobasso.it/documento.aspx?id=4c6255222036fa9a1780e7468a688482 [lien consulté le 23 mai 2011].

16 Jens Petersen, « The History of the Concept of Totalitarianism in Italy », dans Hans Maier (dir.), Totalitarianism and Political Religions. Concepts for the Comparison of Dictatorships, vol. 1, London, Routledge, 2004, p. 3-21. Dès 1924 le prêtre catholique Luigi Sturzo développe le concept de « totalitarismo », voir Michael Schäfer, « Luigi Sturzo as a theorist of totalitarianism », ibid., p. 22-31. Sur ce sujet, voir aussi Jean-Luc Pouthier, « Luigi Sturzo et la critique de l’État totalitaire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, janvier-mars 1989, no 21, p. 83-89.

17 Jens Petersen, op. cit., p. 17-18.

18 Daniel A. Gordon, op. cit., p. 315.

19 Sur les liens entre Lelio Basso, le PSU et la « deuxième gauche », je me permets de renvoyer à mes articles : « De l’Italie à la France, de l’Algérie au Vietnam. La gauche vue par Lelio Basso », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 3/2012, no 115, p. 103-114 et « Une affinité intellectuelle, une proximité politique. Lelio Basso, Gilles Martinet et la “deuxième gauche” », Histoire@politique. Politique, culture, société, janvier-avril 2012, no 16.

20 Michel Contat, « André Gorz », Le Débat, no 50, mai-août 1988, p. 243. Sur la gauche syndicale, voir Fabrizio Loreto, L’anima bella del sindacato. Storia della sinistra sindacale, 1960-1980, Roma, Ediesse, 2005. Sur l’histoire de l’opéraïsme, voir Steve Wright, Storming Heaven. Class composition and Struggle in Italian Autonomist Marxism, London, Sterling, 2002.

21 Giovanni De Luna, Storia del Partito d’azione. 1942-1947, Torino, UTET, 2006 [éd. or. : Milano, Feltrinelli, 1982]. Sur les positions de Foa dans GL – giellismo – et dans le PdA – azionismo –, cf. Vittorio Foa, Scritti politici. Tra giellismo e azionismo (1932-1947), a cura di Chiara Colombini e Andrea Ricciardi, Torino, Bollati Boringhieri, 2010.

22 Sergio Turone, Storia del sindacato in Italia. Dal 1943 al crollo del comunismo, Roma, Laterza, 1992, p. 339-464.

23 Au Sénat, le PSIUP présenta des listes en commun avec le PCI.

24 Voir, par exemple, « Lettera aperta ai compagni cinesi », Mondo nuovo, n 16, 19 avril 1964 ; Lucio Libertini, « Il Vietnam è in Italia », ibidem, n 15, 11 avril 1965 ; Id., « Oggi in Italia. Oggi in Vietnam », ibid., n 49, 12 décembre 1965 et Piero Avolio, « Vietnam : primo problema », ibid., n 41, 15 octobre 1967 ; « Black power » était le titre du numéro de Mondo Nuovo du 6 août 1967.

25 Giuseppe (Pino) Ferraris, syndicaliste et sociologue, fut le secrétaire des fédérations provinciales de Biella et ensuite de Turin ; à Plaisance se trouvait Stefano Merli, intellectuel militant, historien et éditeur ; à Pise vivait Luciano Della Mea, l’un des fondateurs de la revue Quaderni rossi, qui fut la plateforme théorique de l’opéraïsme.

26 Piero Ardenti, « Incontro tra sinistra operaia e sinistra cattolica », Mondo nuovo, no 51, 27 décembre 1964 ; Vittorio Foa, « È l’ora della sinistra cattolica », ibidem, n 3, 17 janvier 1965.

27 Tous ces textes sont dans le bulletin bimensuel publié par le bureau de presse du PSIUP : Rassegna socialista, V, no 1, 20 octobre 1968.

28 Vladimir Claude Fišera, « Le PSU face à son histoire. Le tournant de mai 68 », dans René Mouriaux, Annick Percheron, Antoine Prost, Danielle Tartakowsky (dir.), 1968. Exploration du mai français, t. 2 : Acteurs, Paris, l’Harmattan, 1992, p. 178-216.

29 Yves Tavernier, Roland Cayrol, « Sociologie des adhérents du Parti socialiste unifié », Revue française de science politique, 1969, no 3, p. 699-707.

30 Frank Georgi (dir.), Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003 ; Roland Cayrol, Jacques Capdevielle, « Les groupes d’entreprise du PSU », Revue française de science politique, no 1, 1972, p. 89-107.

31 Guido Verucci, « Il dissenso cattolico in Italia », Studi storici, a. 43, no 1, janvier-mars 2002 ; Mario Cuminetti, Il dissenso cattolico in Italia, Milano, Rizzoli, 1983.

32 Daniele Protti, Cronache di « Nuova Sinistra ». Dal PSIUP a Democrazia proletaria, Milano, Gammalibri, 1979.

Auteur

Post-doc Marie-Curie IEF (7e PCRD) auprès du Centre d’histoire de Sciences Po

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search