Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie IV. Déclin d’un parti, postérité d’un héritage

L’expertise économique du PSU : un cas singulier dans la gauche socialiste1 (1968-1981) ?

Mathieu Fulla

Texte intégral

Je remercie Marc Lazar pour ses remarques et conseils ainsi que Cédric Fériel et Pascal Fulla pour leurs relectures. Je tiens également à remercier Roger Barralis – qui m’a permis de retrouver un certain nombre d’anciens « experts » – ainsi que l’ensemble des témoins m’ayant accordé un entretien ou ayant répondu à mon questionnaire écrit.

  • 1 Je remercie Marc Lazar pour ses remarques et conseils ainsi que Cédric Fériel et Pascal Fulla pour (...)
  • 2 Pierre Birnbaum, Les Sommets de l’État. Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Le Seuil, 1 (...)
  • 3 Steven Brint, In an Age of Experts. The Changing Role of Professionals in Politics and Public Life(...)
  • 4 Isabelle Berrebi-Hoffmann et Michel Lallement (dir.), « À quoi servent les experts ? », Cahiers in (...)

1La question de l’expertise mobilise peu les historiens. À l’exception des travaux de Pierre Birnbaum sur les « sommets de l’État2 » – à la frontière de l’histoire et de la sociologie –, ce terrain demeure une chasse-gardée des sociologues et des politologues. Principalement anglo-saxonnes3, les synthèses récentes consacrées à la figure de l’expert laissent en friche un champ d’analyse fécond pour l’étude des partis politiques dans la moyenne-longue durée : celui de l’expertise militante. Des raisons d’ordre épistémologique et chronologique expliquent logiquement ce biais : sociologues et politologues travaillent sur le temps court ; leurs travaux se centrent principalement sur l’avènement puis le développement de la « consultocratie » dans nos démocraties contemporaines4. En miroir, l’expertise partisane s’avère quelque peu délaissée, les historiens du politique ne prenant que timidement le relais pour la période antérieure aux années 1980.

  • 5 Mathieu Fulla, Le Parti socialiste face à la question économique (1945-1981). Une histoire économi (...)

2De fait, notre définition de l’expert économique socialiste en période d’opposition s’appuie d’abord sur notre propre travail de recherche5. Dans le cadre de cette contribution, nous entendrons par expert, un homme – la part de femmes dans les quelque deux cent cinquante experts recensés au PS et au Parti socialiste unifié (PSU) étant extrêmement faible –, membre du parti ou circulant dans sa mouvance, perçu – c’est le critère fondamental – par l’un des principaux responsables politiques comme compétent en économie ou socio-économie. Ces experts fournissent pour le parti des travaux extrêmement variés, de la rédaction d’articles pour une publication partisane (ou de courant) à la préparation de débats télévisés et d’interviews, en passant par la défense des positions économiques du parti dans le débat public ou encore la participation à des sessions de formation des militants. Volontairement large, cette définition montre que l’on ne peut réduire l’expert économique socialiste au professeur agrégé d’économie ou aux seuls membres de la commission économique officielle. La dimension culturelle de la définition prime : est d’abord expert celui perçu comme tel au sein des instances partisanes, fort d’une capacité à traduire le langage technique de l’économie en une langue plus commune, celle du politique.

  • 6 Pierre Birnbaum (dir.), Les Élites socialistes au pouvoir. Les dirigeants socialistes face à l’Éta (...)
  • 7 La thèse en cours de Paola Cristofalo remédie à cette lacune pour l’histoire syndicale. Voir Paola(...)

3Du fait de sa situation marginale sur l’échiquier politique français, le PSU se trouve complètement éclipsé dans la littérature sociologique par son grand frère d’Épinay6. Relégué aux marges de la « gauche socialiste », le parti apparaît comme le grand oublié de l’expertise socialiste de la décennie 19707. Or, s’il n’est plus le principal laboratoire d’idées du socialisme en économie, comme ce put être le cas dans les années 1960, le PSU n’en conserve pas moins une certaine influence. D’abord parce que la plupart des principaux experts de la période post-Assises (Michel Mousel, André Gauron, Jacques Sallois, Yves Barou) intègrent les cabinets ministériels en 1981, preuve de la persistance de la porosité entre courants socialistes ; ensuite parce qu’au plan socio-économique (temps de travail, modes de gestion dans l’entreprise), certains de ses travaux exercent une influence – relative – dans les milieux du PS ; enfin parce que tant au plan sociologique que des représentations du jeu économique, les experts unifiés présentent un profil similaire à celui de leurs homologues rocardiens et – conclusion plus inattendue – à celui des « économistes » du Centre d’études, de recherches et d’éducation socialiste (CERES) de Jean-Pierre Chevènement.

  • 8 Marc Lazar, « La gauche et l’État : le “moment programme commun”, 1973-1978 » dans Danielle Tartak (...)
  • 9 François Kraus, Les Assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti, Les (...)

4Le refus de la stratégie scellée par le programme commun8 puis le départ des rocardiens à l’occasion des « Assises du socialisme » d’octobre 19749 n’ont donc pas réduit à néant l’influence du PSU sur le socialisme institutionnel. D’où l’intérêt de s’intéresser plus précisément à l’évolution de la construction de ses positions économiques. L’échelle micro-historique de l’expertise des socialistes unifiés soulève en effet le paradoxe suivant. En dépit d’une animosité forte à l’égard de l’union de la gauche et de « l’étatisme » du programme commun, les experts du PSU n’en partagent pas moins avec leurs homologues du PS une sensibilité commune – qui n’est pas synonyme d’identité de vues – quant au fonctionnement de l’économie, sa place dans la société et son rapport à la théorie économique.

5Le paradoxe n’est qu’apparent comme nous allons essayer de le montrer dans cette contribution. Après avoir brossé une brève histoire du PSU à travers le prisme de ses experts, nous introduirons dans un deuxième temps une analyse socio-culturelle comparée avec les grands courants d’expertise du PS, à savoir la majorité d’Épinay, le CERES et les rocardiens. Centrer l’analyse sur la période 1975-1981 permet d’effectuer à la fois une approche synchronique et diachronique de l’expertise unifiée des années 1970, l’équipe rocardienne du PS constituant l’armature de la commission économique du PSU entre 1968 et 1974. Elle permet également de battre en brèche l’idée d’une singularité radicale de chaque courant socialiste : l’approche quantitative et qualitative de l’expertise partisane conduit à formuler l’hypothèse d’une culture économique commune d’une culture économique commune aux « économistes » socialistes quel que soit leur courant d’appartenance. Celle-ci s’exprime notamment dans leur manière d’appréhender la crise frappant les économies capitalistes dans la deuxième moitié des années 1970.

Une brève histoire du PSU par ses experts économiques (1960-1981)

  • 10 Le contre-plan du PSU est défendu à l’Assemblée nationale par l’unique parlementaire de l’organisa (...)
  • 11 Rédigé sous le pseudonyme de Georges Servet, ce rapport dense, centré sur les problématiques écono (...)
  • 12 Archives nationales, Archives du PSU, commission économique du PSU, dossier 175 et 177, 581 AP 43 (...)

6Avant 1967, le parti dirigé par Édouard Depreux joue un rôle indéniable de laboratoire d’idées et d’aiguillon de la gauche non communiste, participant activement à la rénovation de la culture économique socialiste. L’équipe d’experts du « premier PSU » (1960-1967) s’efforce, en effet, de diffuser dans les milieux de gauche une culture économique de sensibilité « keynésiano-mendésiste » éclairée par la maîtrise des instruments de prévision macroéconomiques et des outils de la comptabilité nationale. La stratégie du « contre-plan » de 1963-196510 et le rapport de Michel Rocard au colloque de Grenoble en avril 196611 constituent les éléments les plus marquants de son apport au processus d’acculturation du socialisme à une forme de réformisme économique fondée sur la conquête et la démocratisation de l’État économiste, en particulier de ses grandes directions centrales. Ces textes soulignent également le rôle prépondérant joué par la haute fonction publique dans la construction de l’expertise partisane. La liste des membres de la commission économique du PSU témoigne de la présence massive de grands commis travaillant dans les centres névralgiques de la rue de Rivoli : le Commissariat général du Plan, l’INSEE et le Service des études économiques et financières, future direction de la Prévision (DP) après 196512.

  • 13 Voir sur ce point la contribution de Laurent Jalabert dans le même ouvrage.
  • 14 Hélène Hatzfeld, « L’autogestion dans la recomposition d’un champ politique de gauche », dans Fran (...)
  • 15 Michel Rocard, Le PSU et l’avenir socialiste de la France, Paris, Le Seuil, 1969, p. 143.
  • 16 Entretien de l’auteur avec Michel Mousel, 12 octobre 2010, 2 h.
  • 17 Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990, p. 243-268.
  • 18 André Barjonet, « Lettre aux membres de la commission économique » (1 p.), 4 novembre 1971, Archiv (...)
  • 19 Entretien (téléphonique) de l’auteur avec François Soulage, 17 juin 2011, 33 mn. Celui-ci est l’un (...)

7La crise interne de 196713 puis l’explosion sociale de Mai 68 induisent un raidissement doctrinal au sein de l’organisation, marqué par la diffusion de la thématique autogestionnaire14 et un retour aux fondamentaux marxistes dans le discours économique. Adoptées à l’issue du congrès de Dijon de mars 1969, les « 17 thèses du PSU » soulignent cette réorientation idéologique contrastant avec le « keynésiano-mendésisme » de la période antérieure. La cinquième thèse stipule ainsi que seule la conquête puis la destruction de l’État capitaliste bourgeois peut permettre la transition socialiste : « Fixer comme objectif aux travailleurs la conquête d’une démocratie véritable ou avancée est […] une erreur profonde. C’est en fait […] leur proposer […] une voie qui n’est pas sensiblement différente de celle du réformisme traditionnel15. » Cette période de ferveur idéologique et de divisions internes profondes n’est guère propice à une réflexion économique poussée. Pour les experts économiques du PSU, le choix est simple : quitter le parti ou mettre provisoirement l’expertise en sommeil au profit du militantisme. Ayant choisi le second terme de l’alternative, Michel Mousel se souvient du climat de défiance à l’égard des experts non engagés, « perçus comme des technocrates en complet décalage avec le projet autogestionnaire16 ». La désertion des experts porteurs d’un réformisme économique appuyé sur « l’État keynésien modernisateur17 » est confirmée par les archives de la commission économique. À la suite du séisme de 1968, celle-ci éprouve le plus grand mal à se remettre en route. Les années 1969-1971 apparaissent ainsi vierges de toute activité. Finalement chargé par la Direction politique nationale (DPN) de reprendre en main la commission, l’ancien responsable du Centre d’études économiques de la Confédération générale du travail (CGT), André Barjonet, rallié au PSU depuis les événements de Mai, déplore que « depuis bientôt deux ans, [celle-ci] ne fonctionne plus18 ». Si cette mise en sommeil n’est pas synonyme d’inactivité des experts, leurs travaux « n’expriment plus des préoccupations partisanes mais celles des [nombreuses] tendances du parti19 ».

  • 20 « Le PSU : le Programme commun ne peut ouvrir la voie au socialisme », Le Monde, 7 juillet 1972, p (...)
  • 21 Gilbert Mathieu, compte rendu (manuscrit) du week-end d’études du PSU consacré au Programme commun (...)
  • 22 Alain Cuénot, « Pierre Naville et l’autogestion », et Bernard Ravenel, « Deux théoriciens de l’aut (...)
  • 23 Sur la politique agricole du PSU, voir la contribution de Fabien Conord dans le même ouvrage.
  • 24 Michel Rocard et la commission économique du PSU, Propositions pour sortir de la crise, Paris, Éd. (...)

8Il faut donc attendre un stimulus extérieur, la signature du programme commun, pour relancer une réflexion transcendant les querelles de tendance. « Expression d’une centralisation étatique largement aggravée » selon le bureau national20, le texte socialo-communiste incite le PSU à repréciser ses positions en faveur d’un socialisme marxiste et autogestionnaire. Les papiers privés de Gilbert Mathieu conservent trace de réunions « œcuméniques » à l’automne 1972 consacrées à la discussion théorique et politique du programme commun : situé sur l’aile gauche du parti, Victor Fay, qui présente un long exposé sur les conséquences du programme pour le parti, côtoie des représentants de la fédération de Paris (Michel Mousel) et les rocardiens (Michel Rocard, Gilbert Mathieu, Dominique Wallon21). L’embellie est de courte durée. La persistance de fortes tensions entre courants aux stratégies politiques antagonistes – de la Gauche ouvrière et paysanne (GOP) aux rocardiens – renforce l’impression d’une expertise en miettes : la formation et l’idéologie sont tenues par les théoriciens partisans d’un marxisme rénové (Victor Fay, Victor Leduc, Pierre Naville22) ; des minorités, notamment proches du maoïsme, contrôlent la « commission nationale entreprises » (Abraham Béhar) et la commission agricole (Bernard Lambert23) ; la commission économique, quant à elle, est dominée par les rocardiens, culturellement proches des réformistes du « premier PSU ». La liste des contributeurs aux Propositions économiques pour sortir de la crise – unique ouvrage publié par la commission entre 1968 et 1974 – souligne bien cette prépondérance24. Outre François Stasse (Jacques Gallus), secrétaire de la commission toujours présidée par André Barjonet, on retrouve nombre d’experts – pour la plupart sous pseudonyme – du courant rocardien de la fin des années 1970 : Jacques Bravo (Jacques Boniface), Philippe Brachet (Philippe Bach), Jean-Pierre Marion (Jean-Pierre Romain) ou encore Dominique Wallon. Le départ de ces acteurs après les Assises contraint le PSU à remanier une nouvelle fois son organe de réflexion économique.

  • 25 Pour une approche historique des différentes branches de ce que l’on appelle par commodité « L’Éco (...)
  • 26 Bernard Billaudot, « Rapport pour la DPN sur le “Programme” », rédigé pour la réunion de la DPN de (...)
  • 27 PSU, Manifeste du Parti socialiste unifié. Contrôler aujourd’hui pour décider demain, Paris, Tema- (...)
  • 28 Ces pseudonymes sont mentionnés entre parenthèses.
  • 29 Les trois hommes publient deux ans plus tard un ouvrage plus théorique fortement marqué par l’anal (...)
  • 30 Michel Mousel et alii, op. cit., p. 188-195.
  • 31 Id., p. 79-103.

9Prenant acte de sa situation marginale sur l’échiquier politique, le parti joue de cette position pour explorer des voies plus audacieuses que celles de son grand voisin socialiste. Ancien de l’INSEE et de la direction de la Prévision, l’universitaire Bernard Billaudot, l’un des précurseurs du courant « régulationniste » de Grenoble25, est chargé en tant que membre de la DPN de relancer la commission économique. En avril 1975, il propose un programme ambitieux de transition socialiste par l’autogestion, affirmant avec force la singularité du parti par rapport au programme commun perçu comme un simple projet de « démocratie avancée en régime capitaliste26 ». Ce rapport initial débouche deux ans plus tard sur la publication de L’Utopie réaliste, actualisation économique du manifeste adopté au congrès de Toulouse de novembre 1972 « Contrôler aujourd’hui pour décider demain27 ». Les rédacteurs de l’ouvrage sont aussi les principaux experts économiques de la période post-Assises. Détaché de la direction de la Prévision en raison de ses fonctions de secrétaire national, Michel Mousel supervise la mise en musique politique des travaux de ses experts qui, devoir de réserve oblige oblige, se dissimulent derrière des pseudonymes28. Chef du bureau « emploi-salaire » à la DP, Yves Barou (Yves Baron) se charge des questions relatives au temps de travail ; Bernard Billaudot (Bernard Billandrot) et André Gauron (André Granou) couvrent l’ensemble des aspects macroéconomiques29 ; enfin, Jean-Pierre Piau (Jean-Pierre Sorel), seul expert important de la période issu du secteur privé, prend en charge les questions relatives à la consommation et à la réforme des circuits de distribution. Extrêmement critique à l’égard du PS, l’ouvrage se caractérise par des positions en rupture sur les questions énergétiques – moratoire sur la construction de centrales nucléaires, développement des énergies alternatives30 –, et la réduction du temps de travail31.

10Ces prises de position radicales tendent à confirmer l’hypothèse selon laquelle le PSU continue de développer dans les années 1970 une expertise singulière au sein d’une gauche dominée par un programme commun très « stato-centré ». Si l’originalité du programme économique du parti par rapport à celui de l’union de la gauche est indéniable, elle s’explique cependant bien davantage par des stratégies politiques divergentes que par des différences sociologiques profondes entre experts des deux camps.

Sociologie comparée des experts économiques du PSU et du PS (1975-1981)

Une homogénéité sociologique relative des courants

  • 32 Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 20 (...)

11Dans le cadre de cette contribution, nous avons choisi d’opérer une analyse comparative du « noyau dur » des experts économiques du PSU post-Assises avec ceux des trois principaux courants du PS : la majorité d’Épinay, le courant rocardien et le CERES de Jean-Pierre Chevènement. Le concept de « noyau dur » a guidé la composition de notre corpus, le PSU servant d’étalon. Les acteurs retenus sont ceux ayant réellement contribué à l’édification de la ligne économique de leur courant. Restreinte au PSU et au CERES, la base d’« économistes » est plus large chez les rocardiens et davantage encore au sein du courant d’Épinay. Nous en avons tenu compte dans la pondération. Le choix de l’année 1975 se justifie quant à lui par la stabilisation des pôles d’expertise au sein de la famille socialiste. Après le congrès du PS à Pau (31 janvier-2 février 1975), où le CERES est écarté de la majorité, la circulation des acteurs entre courants devient marginale. S’appuyant sur ces principes de construction, nous avons établi un corpus de soixante-six experts ayant fait l’objet d’un traitement quantitatif32 et qualitatif autour d’une problématique centrale : déterminer dans quelle mesure les experts unifiés se distinguent – ou pas – de leurs camarades socialistes.

  • 33 PSU, « Liste des membres de la commission économique », avril 1974, 1 p., CHT de Nantes, Archives (...)
  • 34 Courriel de Géraldine Capdeboscq à l’auteur, 6 novembre 2010 ; courriel d’Annie Vinokur à l’auteur (...)

12Deux remarques liminaires ne nécessitent pas une analyse quantitative poussée. La première concerne le genre. Au PSU comme au PS, l’expert économique est un homme. En élargissant les recherches aux experts « secondaires » du PSU, seules quatre femmes figurent dans les archives de la commission économique entre 1968 et 198133. Deux d’entre elles que nous avons pu contacter, Géraldine Capdeboscq et Annie Vinokur, ont répondu en termes identiques à nos demandes d’entretien : reconnaissant leur appartenance au parti, elles nient en revanche toute implication dans les travaux de la commission34. La deuxième remarque est d’ordre géographique. Au PSU comme au PS, l’expertise économique est parisienne. Le phénomène s’explique assez facilement compte tenu du caractère centralisé de la réflexion au sein des partis politiques et de la difficulté pour les militants « provinciaux » d’assister régulièrement aux réunions. La disponibilité constitue, en effet, la condition sine qua non pour celui qui aspire à influer sur la ligne économique. Expert important de la commission en 1972-1973, Denis Clerc (le fondateur d’Alternatives économiques) fait de l’éloignement l’une des principales causes expliquant sa faible implication dans le projet de L’Utopie réaliste :

  • 35 Entretien (téléphonique) de l’auteur avec Denis Clerc, 18 octobre 2010, 1 h.

« C’est en 1972-1973 que j’ai été le plus assidu à la commission économique du PSU car je travaillais à Paris tout en habitant Dijon. […] Ensuite, j’ai continué à travailler sur les questions de vulgarisation de l’économie, où l’on me reconnaissait un certain rôle. Mais en revanche, sur les questions d’orientation de la commission économique, les Parisiens présents étaient dominants. Ils étaient là tout le temps. Moi je n’y étais que de temps en temps et j’étais très largement minoritaire35. »

13La suite de l’analyse exige un traitement plus approfondi du corpus. Une sociologie comparée en termes de génération, formation et profession met en lumière une homogénéité relative entre experts unifiés, rocardiens mais aussi avec les « économistes » du CERES. A contrario, le courant d’Épinay se distingue par une plus grande hétérogénéité des profils participant à la construction de l’expertise économique. D’emblée, l’approche générationnelle souligne le phénomène de superposition des couches d’expertise réalisé par François Mitterrand tandis que PSU, CERES et rocardiens se caractérisent par la jeunesse de leurs techniciens. Aucun de ces trois courants ne compte dans ses rangs une part significative d’experts âgés de plus de 50 ans.

25-35 ans

35-50 ans

Plus de 50 ans

Total

Majorité d’Épinay

52 %

26 %

22 %

100 % (n = 23)

CERES

85 %

15 %

0 %

100 % (n = 13)

Rocardiens

58 %

42 %

0 %

100 % (n = 19)

PSU

82 %

9 %

9 %

100 % (n = 11)

Total

65 %

26 %

9 %

100 % (n = 66)

Tableau 1 : Approche générationnelle des experts socialistes (1975)

  • 36 Réponse de Daniel Grande à un questionnaire écrit, courriel, 11 juillet 2011. Son témoignage est c (...)

14À l’inverse, le PSU se caractérise – comme le CERES – par une surreprésentation des 25-35 ans, qui le conduit parfois à confier à de très jeunes experts des fonctions importantes. Un an après sa sortie d’HEC, Daniel Grande accède à 25 ans au bureau fédéral des Yvelines tout en jouant un rôle clé dans l’animation de la commission « Économie internationale36 ».

15L’étude de la formation des experts révèle quant à elle deux phénomènes intéressants. Le premier confirme une tendance lourde de la sociologie politique : le peu d’attrait des énarques pour les marges du jeu, rocardiens et chevènementistes captant l’essentiel des futures élites de l’État.

Énarques

Non énarques

Total

Majorité d’Épinay

22 %

78 %

100 % (n = 23)

CERES

62 %

38 %

100 % (n = 13)

Rocardiens

47 %

53 %

100 % (n = 19)

PSU

18 %

82 %

100 % (n = 11)

Total

36 %

64 %

100 % (n = 66)

Tableau 2 : Le PSU dédaigné par les énarques

  • 37 En référence aux citoyens Juifs nés sur la terre d’Israël, François Mitterrand appelle « sabras » (...)
  • 38 Réalisé dans un tableau croisant appartenance à un courant et nombre de doctorats d’économie, le t (...)

16Le faible score de la majorité d’Épinay s’explique par la dilution des énarques – appartenant pour l’essentiel à la génération des « sabras37 » – dans l’empilement des strates d’expertise chères à François Mitterrand. Dans le cas du PSU, une précision importante doit également être apportée. Malgré leur nombre réduit, les rares énarques – Michel Mousel et Jacques Sallois – occupent des fonctions clés dans le processus d’expertise, à la fois par l’autorité morale qu’ils exercent sur les jeunes générations et par leur faculté à assurer la conversion du message économique en programme politique. Également révélé par l’étude de la variable « formation », le deuxième phénomène contredit quant à lui une idée reçue. Si l’on se fie au nombre de doctorats d’économie, le parti unifié ne se distingue pas par un tropisme théoricien plus prononcé que le PS. À l’exception du CERES, où la surreprésentation des énarques (62 % des experts) fait pendant à la sous-représentation des docteurs (8 %), aucun des autres courants n’attire – ou ne repousse – particulièrement les théoriciens de l’économie38.

17Enfin, l’analyse de la profession des experts vient à l’appui de l’hypothèse d’une culture économique commune aux courants socialistes. La domination du ministère des Finances et de ses pôles hétérodoxes se confirme dans l’ensemble des courants à l’exception de celui d’Épinay dont on a déjà souligné la plus grande pluralité.

Ministère des Finances

Universitaire

Autre

Total

PSU, CERES et Rocardiens ensemble

44 %

12 %

44 %

100 % (n = 43)

Majorité d’Épinay

17 %

30 %

53 %

100 % (n = 23)

Total

35 %

18 %

47 %

100 % (n = 66)

Tableau 3 : Le ministère des Finances surreprésenté au sein de l’expertise économique

  • 39 40 % des experts PSU et 55 % des rocardiens travaillent à la DP contre 13 % pour le CERES et 17 % (...)

18En s’intéressant aux fonctions occupées par les experts socialistes de la rue de Rivoli, on constate les similitudes fortes entre rocardiens et PSU. Dans les deux courants, les experts travaillent essentiellement à la DP et au Plan, le CERES comptant davantage de membres aux directions du Budget et du Trésor39. L’analyse quantitative corrobore donc les témoignages d’Yves Barou, Michel Mousel et Jacques Sallois selon lesquels le choix de demeurer au PSU fin 1974 résulte avant tout d’une décision sentimentale et/ou politique plus que d’une divergence de fond avec l’approche rocardienne :

  • 40 Entretien de l’auteur avec Jacques Sallois, 4 novembre 2010, 50 mn.

« je vais rester au PSU et ne pas suivre Rocard quand il rentre au PS. À vrai dire plus pour des motivations morales que pour des raisons de fond, parce qu’en réalité sur le fond, probablement que j’aurais dû suivre. Mais pour des raisons morales je n’ai pas suivi. Je pense que j’ai été amené à habiller par des raisons idéologiques cette réticence morale40. »

19Le propos de Jacques Sallois renforce l’idée d’une culture économique commune aux rocardiens et aux experts économiques du PSU par-delà des oppositions idéologiques parfois violemment clamées dans le discours public. La preuve la plus éclatante de ces affinités culturelles en matière économique est donnée par les connexions très étroites entretenues par les deux courants avec la CFDT.

Membre de la CFDT

Non Membre de la CFDT

Ne sait pas

Total

8 %

70 %

22 %

100 % (n = 23)

CERES

40 %

46 %

14 %

100 % (n = 13)

Rocardiens

89 %

6 %

5 %

100 % (n = 19)

PSU

73 %

18 %

9 %

100 % (n = 11)

Total

48 %

38 %

14 %

100 % (n = 66)

20Majorité d’Épinay

Tableau 4 : Les affinités marquées du PSU et des rocardiens avec la CFDT

  • 41 Entretien de l’auteur avec André Gauron, 22 octobre 2010, 1 h 30.
  • 42 CFDT, La Crise, Paris, Montholon-Services, 1976.
  • 43 Lettre du ministre de l’Économie et des Finances Jean-Pierre Fourcade à Raymond Cabaret (secrétair (...)

21Indéniable, le tropisme cédétiste des rocardiens et du PSU peut être légèrement affiné. Si les experts unifiés reconnaissent les liens forts qui les unissent à la confédération d’Edmond Maire, certains, comme André Gauron, précisent que, contrairement aux rocardiens, le parti penchait davantage du côté de Michel Rolant, responsable du secteur économique confédéral et membre du CERES, que du secrétaire général41. L’Utopie réaliste présente, en effet, un air de famille prononcé, tant dans le diagnostic que dans les remèdes prescrits, avec une brochure sur la crise capitaliste produite l’année précédente par la CFDT42. Rédigée par une petite équipe dirigée par Michel Branciard au sein de laquelle on retrouve Jean-Pierre Aubert, Marcel Gonin, Hubert Prévot et Pierre Rosanvallon, la tonalité très « marxiste-régulationniste » de la brochure irrite profondément Edmond Maire. Détaché du ministère des Finances au secteur confédéral entre 1975 et 1981 et réputé proche des thèses rocardiennes43, Hubert Prévot se souvient avoir subi les foudres du secrétaire général, inquiet de voir le patronat récupérer les thèses trop « alarmistes » de ses experts :

  • 44 Entretien (téléphonique) de l’auteur avec Hubert Prévot, 5 novembre 2010, 1 h 15.

« Dès que je suis arrivé à la CFDT Michel Rolant m’a dit : “Il faut qu’on fasse un grand numéro spécial sur la crise et comment en sortir.” Nous avons imaginé décrire cette crise comme une crise structurelle du capitalisme, c’est-à-dire une crise où les modes de fonctionnement du capitalisme devenaient contradictoires. On se fait engueuler par Edmond Maire et ses plus proches amis, notamment Jeannette Laot qui s’occupait de l’emploi. Ils nous ont dit : “Si vous dites que la France est plongée dans une crise de structure, parce qu’il y a des industries défaillantes, parce que les Charbonnages c’est fini, parce que la sidérurgie française est complètement à la traîne, parce que l’industrie automobile est fatiguée, parce que les mécanismes mêmes de la croissance française dans le cadre du Marché commun sont grippés et qu’il faut réformer l’industrie elle-même, et pas seulement les mécanismes de son financement, vos thèses seront récupérées par le patronat qui nous dira : vous voyez bien, même vos experts à la CFDT reconnaissent qu’il y a une crise structurelle”44… »

22La colère d’Edmond Maire n’est donc pas due à une divergence sur l’analyse de la crise capitaliste mais plutôt aux conséquences politiques que celle-ci fait encourir à sa confédération. La logique du responsable syndical est aisément transposable à l’échelle des partis socialistes : c’est bien la situation de l’organisation sur l’échiquier politique qui fixe dans une large mesure le cadre d’expression des experts.

La situation politique du parti, facteur clé de compréhension du travail de l’expert

23Contraint par la stratégie de l’union avec les communistes, le PS jongle entre une approche post-keynésienne des grands dossiers de politique économique et un discours de « rupture avec le capitalisme » afin de limiter les accusations communistes de « dérive droitière ». Formation aspirant à exercer le pouvoir, les travaux de ses experts portent principalement sur les problèmes de court terme : chiffrage d’une politique de relance par la consommation et la création d’emplois publics ; préparation juridique et technique des nationalisations bancaires et industrielles. À l’inverse, le PSU est contraint de durcir son programme de transition socialiste pour exister sur une scène dominée par les partenaires de l’union de la gauche. Michel Mousel explique clairement les soubassements politiques de L’utopie réaliste, conçue pour rappeler à l’opinion l’existence du parti :

  • 45 Entretien avec Michel Mousel, entretien cité.

« Nous avions à la fois le besoin d’expliciter nos positions et de souligner la différence qu’il y avait par rapport au Programme commun. Cela ne devait pas apparaître comme une sorte de rejet viscéral. Nous voulions expliquer clairement où se situaient les problèmes. […] On avait donc profité d’une fenêtre qui s’ouvrait parce que le PCF voulait discuter. Il ne vivait pas très bien les mauvaises relations qui s’étaient instaurées avec le PS depuis 1974 […] Ce livre s’explique donc aussi par ce contexte. On avait une très petite lueur qui s’ouvrait pour dire des choses. […] Parce que, je ne vous l’ai pas encore dit, mais on a la plupart du temps vécu avec la sensation d’être compressés par l’union de la gauche d’un côté et par le fait que du côté des médias seuls les tenants de l’union étaient intéressants. Il n’était pas facile d’avoir un espace vital. L’utopie réaliste, c’était une période dans laquelle on a eu l’impression d’avoir un peu cet espace vital et on a essayé d’en profiter45. »

  • 46 Michel Mousel et la commission économique du PSU, L’Utopie réaliste. Une autre logique économique (...)
  • 47 Michel Mousel et alii, op. cit., p. 23-51.
  • 48 Serge Mallet, La Nouvelle classe ouvrière, Paris, Le Seuil, 1963.
  • 49 Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste. La dégradation du travail au XXe siècle, Pari (...)
  • 50 Réponse de Bernard Billaudot à un questionnaire écrit, courriel, 22 juillet 2011.

24Les experts du parti unifié ont davantage de latitude pour produire des travaux hétérodoxes, assez bien résumés par l’oxymore de l’« utopie réaliste46 ». De fait, les experts unifiés disposent d’une grande liberté prospective à condition de respecter la ligne autogestionnaire. Aussi les écrits du parti accordent-ils une plus large place aux innovations de la théorie économique et de la sociologie du travail. Sous l’influence d’un Bernard Billaudot, d’un Yves Barou ou d’un André Gauron, le PSU pousse à son terme les implications de la théorie régulationniste47. L’influence d’André Gorz et de son ouvrage Stratégie ouvrière et néo-capitalisme est fréquemment évoquée par les témoins, de même que les travaux de Serge Mallet sur la « nouvelle classe ouvrière48 » voire d’Harry Bravermann sur la dégradation des conditions de travail dans l’entreprise capitaliste au cours du XXe siècle49. Dans le même ordre d’idée, les experts du PSU apparaissent davantage ouverts aux expériences étrangères « exotiques » : le Chili, la Yougoslavie, le syndicalisme italien font partie de leur corpus de références. Mais ces modèles demeurent davantage dans leur esprit une utopie stimulante qu’un modèle de gestion économique à importer en France. L’ensemble des témoins interrogés peut se retrouver dans la réflexion de Bernard Billaudot : « À l’exception du “mythe” de l’autogestion yougoslave – à évoquer dans les congrès ! – l’idée de base était qu’il fallait inventer sans modèle préexistant50. » Cette croyance en la possibilité d’une voie française au socialisme est largement partagée dans les cercles d’expertise du PS. Au sein des deux organisations, les « économistes » sont convaincus qu’une meilleure utilisation des armes à disposition de l’État permettrait d’impulser une politique combinant efficacité économique et justice sociale. Cette confiance dans l’État constitue l’un des traits les plus saillants de la culture économique commune des experts sur laquelle il faut maintenant se pencher.

Divergences idéologiques et politiques, fond culturel commun

25Par-delà les divergences doctrinales et politiques entre courants, notre réflexion nous conduit donc à nuancer l’idée d’une singularité de l’expertise économique du PSU et à formuler l’hypothèse d’une culture commune à l’ensemble des techniciens de la gauche socialiste. Celle-ci se caractérise par deux représentations partagées du jeu économique.

  • 51 Entretien de l’auteur avec Jacques Rigaudiat, 22 novembre 2010, 50 mn.
  • 52 Ainsi le « modèle DMS » développé par l’INSEE entre 1974 et 1976 et utilisé dans les travaux prépa (...)
  • 53 Commune au PSU, au PS et à la CFDT, cette explication de l’inflation est, par exemple, clairement (...)
  • 54 Entretien de l’auteur avec Denis Clerc, entretien cité.

26La première est incontestablement le fait de privilégier l’impact des facteurs réels – travail, production, productivité – par rapport aux facteurs monétaires dans la compréhension de la dynamique du capitalisme : « Nous ne donnions à la monnaie qu’une place j’allais dire “basique”. […] Nous étions dans un monde où la monnaie au fond n’était pas un acteur à part entière51 », rappelle Jacques Rigaudiat, chargé de mission au Plan et secrétaire de rédaction de Critique socialiste. Conséquence de leur formation keynésienne et de l’usage professionnel de modèles économétriques accordant aux facteurs réels le rôle premier52, cette tendance des experts à penser la monnaie comme une variable neutre, en tout cas seconde dans l’explication de la dynamique économique, se retrouve notamment dans leur analyse de l’inflation. Au PSU, comme au PS ou à la CFDT, la hausse des prix consécutive au choc pétrolier de 1973 est d’abord présentée comme la résultante d’une exacerbation des conflits entre classes sociales pour le partage d’une valeur ajoutée en baisse en raison de la « baisse de la rentabilité du capital53 ». Le désintérêt pour les questions monétaires s’explique également par l’hégémonie des « monétaristes » (Milton Friedman) sur le thème. Les préventions de la gauche française à l’encontre de théories produites par des tenants d’un libéralisme économique pur et dur apparaissent aisément compréhensibles : « le monétarisme nous apparaissait être l’ennemi majeur, parce qu’il était la couverture à travers laquelle l’orthodoxie libérale avançait54 », souligne Denis Clerc. Enfin, le poids du tabou monétaire au sein de la gauche française demeure particulièrement puissant. Aux yeux de l’opinion, toute manipulation du franc par un gouvernement de gauche demeure suspecte. L’échec récent des expériences chilienne et portugaise vient s’ajouter aux traumatismes de 1936 et de 1956, pesant lourdement sur l’appréhension de la monnaie par les experts et les prises de position des partis.

  • 55 Voir par exemple Claude Bourdet, L’Europe truquée. Supranationalité, pacte atlantique, force de fr (...)
  • 56 PS, Projet socialiste pour la France des années 1980, Paris, Club socialiste du livre, 1980, p. 17 (...)
  • 57 Michel Mousel et alii, L’Utopie réaliste, op. cit., p. 151-180.
  • 58 Huguette Bouchardeau, Tout le possible, Paris, Syros, 1981.
  • 59 Anicet Le Pors, « Produire français », L’Humanité, 13 janvier 1978.

27La deuxième représentation commune de la gauche socialiste des années 1970 réside dans l’appréhension du cadre national comme espace économique pertinent. Alors que sur bien d’autres points, en particulier la décentralisation administrative et les questions sociales, les partis socialistes louent la pertinence des échelles régionale et locale, ils demeurent, en matière économique, fixés sur l’État comme principal producteur, employeur et régulateur de la conjoncture. Cette prépondérance du cadre national dans les représentations va de pair avec une sous-estimation de l’interdépendance des économies européennes engendrée par le Marché commun. Ce dernier fait d’ailleurs l’objet de violentes diatribes, le PSU se montrant particulièrement virulent55. Fondamentalement, il existe une animosité de fond des experts unifiés, CERES et, dans une moindre mesure, mitterrandistes et rocardiens, à l’encontre d’une Europe économique libérale, perçue avant tout comme entrave à la mise en œuvre de la transition socialiste. Les solutions avancées par les experts en matière de politique économique extérieure rendent bien compte de cet état d’esprit. Dans les programmes socialistes s’exprime en filigrane la croyance en la possibilité pour la France de remodeler la structure de ses échanges extérieurs en fonction de son projet politique. Après 1973 émerge progressivement un état d’esprit « néo-protectionniste », commun à l’ensemble de la gauche, qui se cristallise dans les programmes de la fin de la décennie. Au PS, le leitmotiv chevènementiste de la « reconquête du marché intérieur », prévoyant notamment la limitation des importations à 20 % du PIB, triomphe après le congrès de Metz (avril 1979) et est repris dans le Projet socialiste comme dans les « 110 propositions » de François Mitterrand56 ; au PSU, le mot d’ordre de « rupture avec le marché mondial57 », largement développé dans L’Utopie réaliste, est réaffirmé avec force dans le programme présidentiel d’Hughette Bouchardeau58. Cette représentation du rôle de l’État en politique économique extérieure peut être étendue au PCF : sous la houlette d’Anicet Le Pors, le parti popularise la thématique du « Produire français » à travers une série d’articles de L’Humanité puis des « 130 propositions » du candidat Marchais59.

  • 60 Marc Lazar, « La gauche, l’État et les services publics en France de 1945 à nos jours », dans Bert (...)

28Deux causes principales expliquent cette confiance des experts dans les capacités de l’État économiste. En premier lieu, les années 1970 consacrent la victoire de l’État fort dans le socialisme français. Comme le souligne Marc Lazar, la gauche est alors véritablement « habitée par l’État » au sens « où la composante étatique s’est durablement incrustée en son sein60 ». Les « économistes » socialistes ont largement contribué à cette acculturation – au sens anthropologique du terme – en permettant au socialisme de pénétrer progressivement, à partir des années 1960, les grands bastions économiques de l’État. Dans la décennie suivante, le PS comme le PSU se sentent capables d’utiliser avec davantage d’efficacité que la droite les instruments aux mains de la puissance publique.

29La deuxième cause relève de la conjoncture politico-économique des années 1970. Les pays occidentaux ne sont pas entrés dans l’ère du « no alternative » thatchérien. Bien que s’appuyant sur des experts économiques plus keynésiens que marxistes, le socialisme français se présente encore comme une force politique offrant au peuple une alternative radicale au capitalisme libéral. La persistance dans le discours public des thématiques de « rupture », de « transition socialiste » ou encore de « nouvelle logique de croissance » en constitue une preuve révélatrice. Cette dernière remarque permet de rappeler la primauté des enjeux politiques dans le traitement des questions économiques à l’échelle partisane, ce qui n’enlève cependant rien à l’intérêt d’une approche micro-historique par les experts pour l’étude des partis politiques.

Conclusion : l’expertise, échelle micro-historique féconde pour l’histoire politique du socialisme

  • 61 Nombre d’experts de la section économique du PCF des années 1970 travaillent au sein de l’État éco (...)

30Appréhender l’histoire du socialisme par ses techniciens apporte, en effet, un éclairage original dans l’étude de sa relation à l’État économiste, soulignant sa conversion progressive à l’impératif d’une connaissance fine de ses rouages. L’échelle de l’expertise partisane facilite également l’insertion des partis socialistes dans l’histoire économique. Tournant théorique majeur, l’approche « régulationniste » doit beaucoup aux « ingénieurs-économistes », grands commis de l’État engagés en socialisme ou en communisme61.

31Cependant, des va-et-vient réguliers entre le point de vue des experts et des échelles plus larges constituent une condition nécessaire pour saisir la forte instrumentalisation dont l’économie est l’objet par les dirigeants politiques. Réduire l’expert de parti à un agent « neutre », simple producteur d’une connaissance scientifique, conduit à omettre la dimension fondamentale de la connaissance économique dans le champ politique : celle d’être un enjeu de pouvoir.

Notes

1 Je remercie Marc Lazar pour ses remarques et conseils ainsi que Cédric Fériel et Pascal Fulla pour leurs relectures. Je tiens également à remercier Roger Barralis – qui m’a permis de retrouver un certain nombre d’anciens « experts » – ainsi que l’ensemble des témoins m’ayant accordé un entretien ou ayant répondu à mon questionnaire écrit.

2 Pierre Birnbaum, Les Sommets de l’État. Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Le Seuil, 1977.

3 Steven Brint, In an Age of Experts. The Changing Role of Professionals in Politics and Public Life, Princeton, Princeton University Press, 1996 (1re éd. 1994); Harry Collins et Robert Evans, Rethinking Expertise, Chicago and London, The University of Chicago Press, 2007. La première synthèse en langue française est l’œuvre de Jean-Yves Trepos, La Sociologie de l’expertise, Paris, PUF, 1996.

4 Isabelle Berrebi-Hoffmann et Michel Lallement (dir.), « À quoi servent les experts ? », Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXXVI, PUF, janvier-juin 2009, p. 5-12.

5 Mathieu Fulla, Le Parti socialiste face à la question économique (1945-1981). Une histoire économique du politique, thèse de doctorat sous la direction de Marc Lazar, 2012, 1045 p.

6 Pierre Birnbaum (dir.), Les Élites socialistes au pouvoir. Les dirigeants socialistes face à l’État, 1981-1985, Paris, PUF, 1985 ; Monique Dagnaud et Dominique Mehl, L’Élite rose, Paris, Ramsay, 1988 (1re éd. 1982).

7 La thèse en cours de Paola Cristofalo remédie à cette lacune pour l’histoire syndicale. Voir Paola Cristofalo, Expertise et syndicalisme, usages syndicaux d’une activité de conseil et d’expertise, Paris X-Nanterre.

8 Marc Lazar, « La gauche et l’État : le “moment programme commun”, 1973-1978 » dans Danielle Tartakowsky et Alain Bergounioux (dir.), L’Union sans unité. Le programme commun de la gauche 1963-1978, Rennes, PUR, p. 107-118.

9 François Kraus, Les Assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti, Les Notes de la Fondation Jean-Jaurès, no 31, juillet 2002.

10 Le contre-plan du PSU est défendu à l’Assemblée nationale par l’unique parlementaire de l’organisation, François Tanguy-Prigent. Voir François Tanguy-Prigent, intervention à l’Assemblée nationale, 3e séance du 5 novembre 1965, Journal officiel, 6 novembre 1965, p. 4556-4561. Les auteurs du contre-plan publient également la même année un ouvrage sous pseudonyme. Voir Julien Ensemble, Le Contre-plan, Paris, Le Seuil, 1965.

11 Rédigé sous le pseudonyme de Georges Servet, ce rapport dense, centré sur les problématiques économiques, porte sur trois aspects principaux : « le rôle du secteur public et du secteur privé » ; les « fondements économiques et financiers d’une politique internationale socialiste » ; « la gauche et la monnaie ». Les documents préparatoires au rapport « Rocard-Servet » ainsi que le texte intégral sont disponibles dans les Archives Alain Savary, aux Archives du Centre d’histoire de Sciences Po, 1 SV 12.

12 Archives nationales, Archives du PSU, commission économique du PSU, dossier 175 et 177, 581 AP 43 (carton consultable sur dérogation).

13 Voir sur ce point la contribution de Laurent Jalabert dans le même ouvrage.

14 Hélène Hatzfeld, « L’autogestion dans la recomposition d’un champ politique de gauche », dans Frank Georgi (dir.), Autogestion, la dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

15 Michel Rocard, Le PSU et l’avenir socialiste de la France, Paris, Le Seuil, 1969, p. 143.

16 Entretien de l’auteur avec Michel Mousel, 12 octobre 2010, 2 h.

17 Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990, p. 243-268.

18 André Barjonet, « Lettre aux membres de la commission économique » (1 p.), 4 novembre 1971, Archives nationales, Archives du PSU, 581 AP 43.

19 Entretien (téléphonique) de l’auteur avec François Soulage, 17 juin 2011, 33 mn. Celui-ci est l’un des proches collaborateurs du secrétaire national Michel Rocard et responsable de la commission « Cadre de vie » du PSU.

20 « Le PSU : le Programme commun ne peut ouvrir la voie au socialisme », Le Monde, 7 juillet 1972, p. 10.

21 Gilbert Mathieu, compte rendu (manuscrit) du week-end d’études du PSU consacré au Programme commun de gouvernement de la gauche, 30 septembre-1er octobre 1972, 6 p., Papiers privés de Gilbert Mathieu. Nous tenons ici à remercier chaleureusement Marie-Thérèse et Hélène Mathieu pour nous avoir permis de consulter cette documentation.

22 Alain Cuénot, « Pierre Naville et l’autogestion », et Bernard Ravenel, « Deux théoriciens de l’autogestion au PSU : Victor Fay et Victor Leduc », dans Frank Georgi (dir.), op. cit., p. 79-132.

23 Sur la politique agricole du PSU, voir la contribution de Fabien Conord dans le même ouvrage.

24 Michel Rocard et la commission économique du PSU, Propositions pour sortir de la crise, Paris, Éd. du Cerf, 1974.

25 Pour une approche historique des différentes branches de ce que l’on appelle par commodité « L’École de la Régulation » et leur rapport au marxisme et à la théorie du Capitalisme monopoliste d’État du PCF, voir Thierry Pouch, Les Économistes français et le marxisme. Apogée et déclin d’un discours critique (1950-2000), Rennes, PUR, 2001, p. 99-105.

26 Bernard Billaudot, « Rapport pour la DPN sur le “Programme” », rédigé pour la réunion de la DPN des 12-13 avril 1975 (8 p.), Centre d’histoire du travail de Nantes, Archives du PSU, PSU 8.

27 PSU, Manifeste du Parti socialiste unifié. Contrôler aujourd’hui pour décider demain, Paris, Tema-Éditions, 1972.

28 Ces pseudonymes sont mentionnés entre parenthèses.

29 Les trois hommes publient deux ans plus tard un ouvrage plus théorique fortement marqué par l’analyse « régulationniste » de la crise du capitalisme. Voir Yves Baron, Bernard Billandrot et André Granou, Croissance et crise, Paris, Maspero, 1979.

30 Michel Mousel et alii, op. cit., p. 188-195.

31 Id., p. 79-103.

32 Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008.

33 PSU, « Liste des membres de la commission économique », avril 1974, 1 p., CHT de Nantes, Archives PSU, PSU 8.

34 Courriel de Géraldine Capdeboscq à l’auteur, 6 novembre 2010 ; courriel d’Annie Vinokur à l’auteur, 15 novembre 2010.

35 Entretien (téléphonique) de l’auteur avec Denis Clerc, 18 octobre 2010, 1 h.

36 Réponse de Daniel Grande à un questionnaire écrit, courriel, 11 juillet 2011. Son témoignage est corroboré par celui de Jacques Sallois ainsi que par une liste de membres de la commission économique du PSU distinguant les membres « actifs » des « inactifs ». Voir « Liste des membres de la Commission nationale économique », sans date (probablement 1976-début 1977), 2 p. (rectoverso), CHT de Nantes, Archives du PSU, PSU 8.

37 En référence aux citoyens Juifs nés sur la terre d’Israël, François Mitterrand appelle « sabras » les socialistes nés à la politique au moment ou peu après le congrès d’Épinay. Parmi les plus célèbres, on trouve Jacques Attali, Lionel Jospin (perçu comme tel, son appartenance à la mouvance trotskyste n’étant alors connue que de rares initiés), Laurent Fabius ou encore Paul Quilès. Les trois premiers cités sont énarques…

38 Réalisé dans un tableau croisant appartenance à un courant et nombre de doctorats d’économie, le test de chi-2 ne distingue aucune attraction forte entre les modalités de ces deux variables. Sur les tests de significativité, voir Claire Lemercier et Claire Zalc, op. cit., p. 24-33.

39 40 % des experts PSU et 55 % des rocardiens travaillent à la DP contre 13 % pour le CERES et 17 % pour la majorité d’Épinay ; le constat est similaire concernant le Commissariat au Plan : 40 % des experts PSU et 36 % des rocardiens y travaillent contre aucun pour le CERES.

40 Entretien de l’auteur avec Jacques Sallois, 4 novembre 2010, 50 mn.

41 Entretien de l’auteur avec André Gauron, 22 octobre 2010, 1 h 30.

42 CFDT, La Crise, Paris, Montholon-Services, 1976.

43 Lettre du ministre de l’Économie et des Finances Jean-Pierre Fourcade à Raymond Cabaret (secrétaire général CFDT de l’Union des fédérations de fonctionnaires et assimilés), 25 février 1975, 1 p., Archives fédérales de la CFDT, Fonds de la fédération des Finances et des Affaires économiques, 1 R 83.

44 Entretien (téléphonique) de l’auteur avec Hubert Prévot, 5 novembre 2010, 1 h 15.

45 Entretien avec Michel Mousel, entretien cité.

46 Michel Mousel et la commission économique du PSU, L’Utopie réaliste. Une autre logique économique pour la gauche, Paris, Christian Bourgeois, 1977.

47 Michel Mousel et alii, op. cit., p. 23-51.

48 Serge Mallet, La Nouvelle classe ouvrière, Paris, Le Seuil, 1963.

49 Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste. La dégradation du travail au XXe siècle, Paris, Maspero, 1976 (1re éd. New York, 1974).

50 Réponse de Bernard Billaudot à un questionnaire écrit, courriel, 22 juillet 2011.

51 Entretien de l’auteur avec Jacques Rigaudiat, 22 novembre 2010, 50 mn.

52 Ainsi le « modèle DMS » développé par l’INSEE entre 1974 et 1976 et utilisé dans les travaux préparatoires au VIIIe Plan. Voir Service des programmes de l’INSEE, « Une représentation de l’économie française : le modèle DMS », Revue économique, no 5, vol. 31, septembre 1980, p. 930-981.

53 Commune au PSU, au PS et à la CFDT, cette explication de l’inflation est, par exemple, clairement développée dans CFDT, La crise, op. cit., p. 9-23.

54 Entretien de l’auteur avec Denis Clerc, entretien cité.

55 Voir par exemple Claude Bourdet, L’Europe truquée. Supranationalité, pacte atlantique, force de frappe, Paris, Seghers, 1977.

56 PS, Projet socialiste pour la France des années 1980, Paris, Club socialiste du livre, 1980, p. 179-180. François Mitterrand reprend la thématique dans ses « 110 propositions ».

57 Michel Mousel et alii, L’Utopie réaliste, op. cit., p. 151-180.

58 Huguette Bouchardeau, Tout le possible, Paris, Syros, 1981.

59 Anicet Le Pors, « Produire français », L’Humanité, 13 janvier 1978.

60 Marc Lazar, « La gauche, l’État et les services publics en France de 1945 à nos jours », dans Bertrand Badie et Yves Déloye (dir.), Le Temps de l’État. Mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum, Paris, Fayard, 2007, p. 360.

61 Nombre d’experts de la section économique du PCF des années 1970 travaillent au sein de l’État économiste, en particulier à l’INSEE. Voir Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (Bobigny), Archives du Parti communiste français, carton « Section économique. Négociations sur le Programme commun », sans cote.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search