Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie IV. Déclin d’un parti, postérité d’un héritage

Le PSU, laboratoire de l’écologie politique

Tudi Kernalegenn

Texte intégral

  • 1 Guillaume Sainteny, Les Verts, Paris, PUF, 1991, p. 101.
  • 2 Disponible en ligne : http://www.lesverts.fr/IMG/pdf/enq99.pdf
  • 3 Cf. notamment Yves Frémion, Histoire de la révolution écologiste, Paris, Éd. Hoëbeke, 2007, p. 163

1Le PSU fait partie de l’histoire de l’écologie politique, plus qu’aucun autre parti de gauche. Étudiant l’histoire des Verts, Guillaume Sainteny souligne qu’à la création du parti, en 1984, sur vingt-six dirigeants ayant appartenu auparavant à au moins une organisation politique ou syndicale, huit ont été membres du PSU et trois se décrivent comme anciens compagnons de route du PSU, trois étant passés par la mouvance anarchiste, trois par le PCF/JC et quatre par la SFIO/PS1. De même, une enquête auprès des adhérents Verts réalisée par Daniel Boy, Bruno Villalba et Agnès Roche au cours de l’hiver 1999 révèle que parmi les 1 361 répondants (sur 2 000 contactés), 138 sont passés par le PSU, c’est-à-dire 10,1 %, ce qui est de loin le parti comptant le plus d’anciens adhérents parmi les militants Verts de 1999 (6 % des répondants sont passés par le PCF et 6,5 % par le PS ou la mouvance radicale de gauche2). Enfin, on ne peut qu’être frappé par le fait que quatre des dix secrétaires nationaux qu’ont compté Les Verts sont issus du PSU – Michel Delore, Guy Marimot, Jean-Luc Bennahmias et Gilles Lemaire –, tout comme le fondateur et président de Génération Écologie pendant plus de dix ans, Brice Lalonde3.

  • 4 Cet article s’appuie sur un dépouillement exhaustif de Combat socialiste (hebdomadaire du PSU des (...)

2Pour mieux comprendre la relation entre le PSU et l’écologie, il nous faut nous focaliser sur plusieurs dimensions de celle-ci : l’intégration des questions environnementales puis d’une approche écologiste dans l’idéologie du PSU, le rôle et l’implication du PSU dans les luttes écologistes, et enfin les réseaux et trajectoires entre le PSU et la mouvance écologiste proprement dite4.

L’écologie au PSU

  • 5 Pour le PSU, « les problèmes du cadre de vie ce sont ceux de la conception, la gestion, l’utilisat (...)

3Dès la fin des années 1960, dans le cadre de sa réflexion sur ce qu’il appelle le « cadre de vie5 », le PSU s’intéresse aux questions de pollution et s’investit précocement sur les thématiques liées à l’environnement. Mais cela reste un élément secondaire de son intervention sur les problèmes des travailleurs en dehors de leur lieu de travail, au même titre que les questions de logement, de transport, etc. De fait, « les 17 thèses du PSU », adoptées au congrès de Dijon en mars 1969, sont totalement dépourvues de toute réflexion s’apparentant à de l’écologie politique, si l’on excepte une dénonciation marginale de la « société de consommation », de la « production pour la production » et des « gaspillages » (p. 134).

Contrôler aujourd’hui pour décider demain

4Le manifeste adopté à Toulouse en décembre 1972, Contrôler aujourd’hui pour décider demain, est une première étape importante vers la structuration d’une pensée proto-écologiste au PSU. Celui-ci contient tout d’abord l’émergence dans le programme du parti d’un nouveau vocabulaire. Il y a ainsi au moins six occurrences du mot « pollution », qui « devient un danger permanent » (p. 36). Le texte se préoccupe de la destruction de l’environnement, du gaspillage des ressources naturelles (p. 36), de l’« accaparement de la nature au profit de quelques-uns » (p. 48), etc.

5Mais plus important, le Manifeste déplore que « le développement des forces productives [soit] tout entier centré sur la production croissante de biens sans s’interroger sur leur destination et leur utilité sociale » (p. 38). Il développe donc toute une réflexion sur les finalités de la production, constatant un « prélèvement sans mesure sur des ressources naturelles limitées » (p. 88) et prônant « l’arrêt du gâchis capitaliste » (p. 94). Renvoyant dos à dos le communisme soviétique et le capitalisme « en ce qui concerne le prélèvement incontrôlé sur les ressources naturelles, la pollution, et surtout la priorité donnée à un modèle de consommation purement acquisitif, purement quantitatif » (p. 88-89), le manifeste assure que, « pour trouver les fondements d’une société socialiste c’est l’idée même de croissance qui doit être discutée, ce qu’elle veut dire et ce qu’elle impose » (p. 34).

6Pour la première fois, nous voyons ici le PSU prendre conscience de la finitude du monde et suggérer, même si cette idée reste encore marginale, que le problème n’est pas uniquement le « capitalisme » mais également le « productivisme » (mot que le PSU n’utilise pas encore). Tout au long des années qui suivent, le PSU va déplorer « le règne de la marchandise » et tenter de répondre à la question « produire pourquoi » en s’interrogeant sur « la signification de la croissance dans les économies capitalistes » (titres de trois sous-parties de ce manifeste). Si le PSU n’a pas encore les réponses, il a déjà les questions.

Le PSU dans les luttes antinucléaires

  • 6 Cf. notamment Tribune socialiste, no 580, 30 mai 1973
  • 7 À l’instar d’un PSU alsacien, engagé contre la construction de la centrale nucléaire de Fessenheim (...)

7La deuxième étape importante est le combat antinucléaire. À partir de 1973, le PSU entame une réflexion de fond sur la question des centrales nucléaires6. Tout en témoignant être consciente des problèmes soulevés par l’utilisation de l’énergie d’origine nucléaire, la direction rocardienne du PSU reste modérée et prône avant tout un moratoire. Ce qui n’a pas empêché de nombreux militants et sections du PSU de s’investir dans les premières luttes antinucléaires7.

  • 8 Tribune socialiste, no 649, 15-22 mars 1975.

8Il faut toutefois attendre la réunion de la direction politique nationale des 22 et 23 février 1975 – donc après le départ du courant des Assises – pour que le PSU décide de s’engager pleinement au plan national dans la lutte contre le programme français de construction de centrales nucléaires. Cet investissement a une conséquence importante. Comme le souligne alors Michel Mousel : « Le PSU est le premier parti en France à s’être engagé dans une lutte écologique en lui donnant sa dimension politique8. » De fait, dépassant rapidement une interrogation limitée aux problèmes techniques, environnementaux et sanitaires du nucléaire, le PSU focalise sur la question de la démocratie en suggérant que, derrière le nucléaire, l’enjeu est avant tout celui d’un choix de société. Par une véritable opération de connexion de cadres idéologiques, la question nucléaire est retraduite discursivement comme une question d’autogestion, de démocratie, de pouvoir. À l’instar des écologistes, le PSU souligne que le nucléaire est dangereux et non rentable. Il insiste aussi toutefois qu’une société basée sur l’énergie nucléaire ne pourrait être que centralisée et non démocratique, société incompatible avec leur projet autogestionnaire. Raison de plus pour eux de s’y opposer.

  • 9 Tribune socialiste, no 750, 14-20 juillet 1977.
  • 10 À noter plusieurs « une » choc, comme celle du no 654 (26 avril-3 mai 1975) reproduisant un atome (...)

9Le parti s’investit entièrement dans le combat antinucléaire, et tout particulièrement contre le projet de surgénérateur de Creys-Malville (Superphénix). À l’instar de Serge Depaquit, le PSU estime que « la centrale de Malville […] constitue la clé de voûte du programme électronucléaire français, européen même9 ». Mais dans toute la France, ses militants participent activement aux différents comités antinucléaires. Ils suscitent des collectifs et actions divers. La question devient récurrente dans les publications du parti, notamment Tribune socialiste10. Dans Combat socialiste la lutte anti-nucléaire est une rubrique à part entière, avec un logo bien identifiable.

  • 11 Tribune socialiste, no 708, 1er-12 juillet 1976.
  • 12 Cf. Tribune socialiste, no 620, 25-31 mai 1974.
  • 13 Voir par exemple Tribune socialiste, no 779, 23-30 avril 1977.

10Si l’opposition au nucléaire est « absolue11 », elle est aussi propositionnelle. Dans une logique décentralisatrice et autogestionnaire, le PSU appelle dès 197412 à la relance des possibilités hydroélectriques et au développement de la recherche sur les possibilités de l’énergie solaire ou marémotrice. C’est le projet Alter qui va le plus loin dans la présentation d’un projet de société alternatif se passant du nucléaire. Initié par le Groupe de Bellevue (un groupe de scientifiques membres ou proches du PSU), ce projet s’efforce de démontrer comment, vers 2050, la France pourrait vivre en utilisant seulement des énergies renouvelables13.

  • 14 Le projet Alter Breton, Supplément au Combat socialiste – Vivre au Pays, décembre 1979, p. 2.
  • 15 Ouest-France, 7 janvier 1980.

11Il suscite plusieurs Plans Alters locaux, parmi lesquels il convient de remarquer tout particulièrement le projet Alter Breton. Publié en décembre 1979 par le PSU-Bretagne, il est le résultat d’une recherche des « bases d’un écodéveloppement de la Bretagne, appuyé sur l’utilisation exclusive des énergies renouvelables14 ». Le projet Alter se veut une réponse concrète aux projets d’EDF, suggérant qu’« on peut se passer du nucléaire et même du pétrole, sans revenir pour cela à la bougie15 ». Il s’inscrit dans une réflexion politique globale sur une société décentralisée et solidaire. Passant pour l’un des textes fondateurs de l’écologie politique en Bretagne, le projet impulse notamment la création de nouvelles associations qui se proposent de développer les énergies alternatives dans la région.

  • 16 Après le succès de la manifestation contre le projet de surgénérateur Superphénix de Creys-Malvill (...)

12Si au niveau national la question nucléaire perd en centralité après l’été 1977 (et la manifestation endeuillée contre Superphénix16), elle n’en reste pas moins présente et les militants du PSU sont de toutes les luttes antinucléaires, de Plogoff à Golfech en passant par Nogent-sur-Seine. Dans la continuité de cette dynamique, Huguette Bouchardeau fait de la lutte contre le programme nucléaire du gouvernement l’un des axes de sa campagne présidentielle en 1981.

Le PSU à la découverte de l’écologie politique

  • 17 « Nucléaire et politique » en 1975 ; « Écologie et lutte des classes » en 1977, etc.

13Au-delà du nucléaire, le PSU s’investit au cours des années soixante-dix sur toutes les thématiques participant de l’émergence d’une sphère idéologique écologiste spécifique. Tous les thèmes de l’écologie politique apparaissent les uns après les autres dans les publications du PSU. De même, les fêtes du PSU consacrent systématiquement une partie importante de leurs débats aux questions écologistes à partir de 197517.

  • 18 Tribune socialiste, no 578, 16 mai 1973.

14Directement issue des problématiques du cadre de vie, la question des transports, et notamment des transports en commun, prend une place importante au PSU. Dès 1972, Brice Lalonde sensibilise le PSU aux « manifs à vélo » et implique le parti dans la lutte contre le projet d’autoroute sur la rive gauche de la Seine à Paris. La question de l’automobile est récurrente mais, dépassant la promotion des transports collectifs, le PSU dénonce la pollution occasionnée par les véhicules individuels et s’interroge sur les possibilités techniques qui permettraient de vivre dans un monde sans automobile18.

  • 19 Tribune socialiste, no 581, 6 juin 1973.

15Au fur et à mesure, les principales luttes écologistes sont abordées dans les colonnes de Tribune socialiste, souvent relatées par les sections locales directement impliquées. Ainsi, en juin 1973, la section d’Ajaccio du PSU fait état de son investissement dans le combat contre les boues rouges en Corse. Rattachant ce combat à la revendication d’autonomie et d’autogestion, le PSU corse conclut que la préservation de la Corse des agressions internes et externes prime l’industrialisation de l’île19.

  • 20 Cf. par exemple Tribune socialiste, no 726, 20-26 janvier 1977.
  • 21 Tribune socialiste, no 741, 12-18 mai 1977.

16En 1977, c’est au tour du PSU franc-comtois de développer son opposition au projet de canal Rhin-Rhône, en mettant l’accent sur son coût écologique20. Le PSU s’intéresse également précocement au scandale de l’amiante, notamment à travers une enquête de Jean-Yves Rognan sur l’usine d’Amisol, fermée en 1976, mais où « l’amiante tue toujours21 ».

  • 22 Succession de dossiers, entre Tribune socialiste, no 779 (23-30 mars 1978) et no 785 (18-25 mai 19 (...)

17À la suite de la marée noire provoquée par l’Amoco Cadiz, ce sont de nombreux dossiers que consacre le PSU aux marées noires, en questionnant aussi bien les pavillons de complaisance qu’une réglementation trop laxiste de la circulation, en critiquant aussi bien les pouvoirs publics, plus focalisés sur le sauvetage de la saison touristique que sur les intérêts des travailleurs du Nord-Finistère, que la gauche traditionnelle, aux conceptions considérées trop productivistes22.

  • 23 Tribune socialiste, no 4, juin 1979.
  • 24 Cf. notamment Tribune socialiste, no 6, septembre-octobre 1979 et no 12, avril 1980.

18« Sous le béton… la plage », déplore Claude-Marie Vadrot, dénonçant le « bétonnage du littoral français23 ». L’agriculture biologique est également abordée, et plus globalement l’« agriculture moderne » et l’évolution de l’industrie agro-alimentaire qui sont questionnées24.

19L’introduction des thématiques environnementales au PSU, et leur questionnement sous un angle écologiste, ne peuvent être compris sans les « entrepreneurs de cause ». Deux d’entre ces militants sont particulièrement dynamiques dans les colonnes de Tribune socialiste : Brice Lalonde (tout particulièrement entre 1972 et 1974) et Claude-Marie Vadrot (tout particulièrement entre 1976 et 1980). Brice Lalonde, membre du PSU entre 1969 et 1976, adhère aux Amis de la Terre en 1972 et en devient rapidement un des principaux animateurs. Claude-Marie Vadrot, au PSU de 1968 aux années 1980, est journaliste, précurseur de l’écologie politique, notamment dans les colonnes de L’Aurore ou de Politique Hebdo. Ils informent tous deux de l’actualité des luttes écologistes, mais aussi de leurs acteurs, leur histoire et leur philosophie. Notamment, Claude-Marie Vadrot rédige à partir de septembre 1976 et jusqu’en mai 1980 un billet d’humeur hebdomadaire dans Tribune socialiste. La thématique et l’approche ont souvent une dimension écologiste (des pesticides aux voitures en passant par les chasseurs). D’autres entrepreneurs de cause doivent toutefois être mentionnés, dont Jacques Bleibtreu (premier animateur de la Commission écologie), Paul Tréguer (secrétaire du PSU-Bretagne), Michel Mousel (secrétaire national du PSU entre 1974 et 1979, auteur notamment d’une brochure intitulée « Écologie et autogestion »), Jean-François Thoraval, Vincent Comparat, Jean-Yves Rognan, etc., sans oublier les centaines de militants locaux investis dans les luttes écologistes.

  • 25 Comme l’assume explicitement Brice Lalonde (Tribune socialiste, no 540, 31 mai 1972).
  • 26 Il convient néanmoins de reconnaître que les problématiques écologistes sont bien plus présentes q (...)

20Ces entrepreneurs de cause travaillent à extraire l’écologie du cadre de vie25. Un premier succès est la création d’une Commission nationale Écologie en décembre 1974, lors du congrès d’Amiens. Paradoxalement toutefois, la persistance de cette commission souligne que le PSU, ouvert aux thématiques environnementales et aux questions soulevées par l’écologie politique, ne devient pas un parti écologiste. L’écologie reste un secteur, bien circonscrit, parmi d’autres. « Pour vivre, produire et travailler autrement », programme proposé par le PSU à l’occasion des élections législatives de 1978, reste clairement basé sur un paradigme socialiste autogestionnaire. Le passage sur « La pollution, les nuisances, l’écologie » ne prend que deux pages sur 237, s’intégrant dans le chapitre « Changer le cadre de vie26 ».

  • 27 Dont les membres regrettent d’ailleurs régulièrement le « décalage entre le PSU-B et l’ensemble du (...)
  • 28 Combat socialiste, no 859, 25 mars 1978.
  • 29 Combat socialiste, no 868, 30 septembre 1978.

21Pour autant, certains éléments du parti évoluent clairement vers l’écologie politique au cours de la deuxième moitié des années 1970, à l’instar du PSU-Bretagne à partir de 197827. Ainsi, pour Paul Tréguer, « pour nous Écologie et Socialisme ne sont qu’un seul et même combat28 ». Renchérissant, Paul Trémintin, dans un éditorial à Combat Socialiste, soutient : « Le PSU, aussi bien en Bretagne qu’ailleurs, mais plus particulièrement en Bretagne, pose le problème de la croissance, qui est pour nous essentiel : c’est à partir de la réponse qu’on y apporte que l’on peut prendre position d’une façon logique. Nous considérons qu’il est faux d’affirmer que l’augmentation continue de la croissance est une nécessité. » Affirmant rejoindre le point de vue des écologistes, Paul Trémintin regrette essentiellement leur refus de choisir entre la gauche et la droite29.

22Quand Huguette Bouchardeau est nommée, en mars 1983, secrétaire d’État à l’Environnement et au Cadre de Vie, avant de devenir en juillet 1984 (et jusqu’en mars 1986) ministre de l’Environnement, c’est en quelque sorte la reconnaissance de l’investissement du PSU sur les questions environnementales. Mais c’est également le chant du cygne du parti, au moment même où les écologistes se rassemblent enfin dans un seul parti : Les Verts créés en 1984.

Du PSU à l’écologie politique

23Par bien des aspects, les préoccupations écologistes intègrent précocement et profondément le PSU, ce qui permet déjà d’avoir quelques éléments pour comprendre pourquoi tant de militants écologistes sont issus de ce parti. Il convient, dans un second temps, d’étudier de manière plus directe l’évolution de membres du PSU vers l’écologie politique proprement dite.

Les lieux de rencontre

  • 30 Il publie d’ailleurs en 1977 « Seule une écologie socialiste ».
  • 31 Jean Jacob, Histoire de l’écologie politique, Paris, Albin Michel, 1999, p. 288.

24Dès le début des années 1970, les militants PSU ont fréquenté les militants écologistes dans les luttes sociales, tout particulièrement dans les luttes antinucléaires. Dans le champ plus spécifique des élections et des relations entre partis, les connexions sont également constantes et privilégiées entre militants PSU et militants écologistes, et ceci dès 1974. Cette année-là, en effet, la candidature de René Dumont à la présidentielle marque le PSU. Passé lui-même par le PSU, il continue à en porter les idéaux socialistes30. Il obtient officieusement le soutien de nombre de militants du PSU déçus par la candidature avortée de Charles Piaget et la décision du parti de soutenir François Mitterrand dès le premier tour31.

  • 32 Tribune socialiste, no 731, 23 février-3 mars 1977.

25Dès les municipales de 1977, émerge pourtant une forme de concurrence entre le PSU et les écologistes. Si des listes de rassemblement entre les deux mouvances se mettent en place dans plusieurs villes de France – Grenoble, Clermont-Ferrand, Montpellier, Rennes, Toulouse ou encore Lille –, c’est l’exception plutôt que la règle. « Le PSU s’inquiète de la volonté d’autonomisation plus ou moins apolitique de la plupart des listes “écologistes”32 », reconnaît la rédaction de Tribune socialiste, et elle leur reproche de ne pas vouloir donner de consignes de vote au second tour. Ce reproche sera au cœur du malentendu entre les écologistes – qui affirment porter un nouveau paradigme dans le champ politique qui n’entre pas dans le cadre gauche-droite traditionnel – et le PSU – qui se situe clairement à la gauche de la gauche. Le même problème se pose lors des élections législatives de 1978, où le Front autogestionnaire mis en place par le PSU est opposé à Écologie 78, mais reçoit le soutien de nombreux écologistes, y compris de certains militants des Amis de la terre, divisés sur l’attitude à adopter. Pour les élections suivantes, de 1979 à 1988, le scénario est le même : s’il y a des alliances ponctuelles et locales entre le PSU et les écologistes, il n’existe aucun accord global.

26Pour autant, si l’alliance électorale ne se fait pas, les rencontres politiques entre écologistes et PSU sont de plus en plus visibles au cours des années 1980. Les initiatives pour créer des passerelles entre les deux mouvances sont de plus en plus fréquentes, avec souvent les Grünen allemands pour modèle, qui prennent généralement la forme d’un appel (avec des signataires, souvent les mêmes, venant aussi bien de la gauche des Verts que du PSU et du reste de la gauche alternative) suivi d’une rencontre : Rencontre des pratiques alternatives les 26-27 mai 1985, Rencontre écologie et mouvement ouvrier le 17 janvier 1987, Forum alternative et nouvelle culture politique le 19 mars 1988, etc.

  • 33 2A no 188, 12 octobre 1987. FGA (Fédération pour une gauche alternative) est un groupuscule créé e (...)

27L’initiative la plus importante et emblématique de cette quête d’une union entre la gauche alternative et les écologistes est l’Appel pour un Arc-en-Ciel, lancé le 18 janvier 1987, et qui propose les bases pour une convergence alternative. Le texte rassemble rapidement près de 2 000 signataires dans toute la France. Les origines politiques sont diverses – PSU, Verts, PAC, FGA, certains rénovateurs, mais aussi des libertaires ou d’anciens trotskystes33. Le texte rassemble aussi bien des Verts passés par le PSU (Jean-Luc Bennahmias, Alain Rist, Guy Marimot, etc.), des membres du PSU qui se retrouveront quelques années plus tard chez Les Verts (Bernard Delemotte, Liliane Dayot, Didier-Claude Rod, etc.), que d’anciens militants du PSU « en chemin » vers Les Verts (Alain Lipietz, Gérard Peurière, Jean-Pierre Lemaire, etc.). Toutes les figures de la « gauche écologiste » sont également parties prenantes, de René Dumont à Daniel Cohn-Bendit en passant par Yves Cochet, Jean Brière et Didier Anger.

  • 34 Les signataires se réunissent à deux reprises sous la forme d’Assises – à Lyon les 16-18 octobre 1 (...)

28Le PSU, qui a appelé lors de son congrès de Bourg-en-Bresse (décembre 1986) à la construction d’un mouvement pour une alternative socialiste autogestionnaire et écologiste, et donc au dépassement du PSU, s’investit très fortement dans la dynamique Arc-en-Ciel. Il participe à sa structuration et à son animation34. Si l’Appel peut sembler, à court terme, un échec, il permet la rencontre sur une même initiative politique de la gauche des Verts et de militants alternatifs, dont une proportion importante rejoindra Les Verts à plus ou moins long terme (via souvent les comités Juquin, dont l’échec de la candidature à l’élection présidentielle de 1988 marque l’échec de la reconfiguration d’une gauche alternative sur un paradigme socialiste).

Trois parcours types

  • 35 Nous avons repéré près de 150 trajectoires de ce type, mais n’avons de données fiables et suffisam (...)

29En nous appuyant sur l’étude d’une soixantaine de parcours d’anciens militants du PSU ayant ensuite adhéré à un parti écologiste35, nous pouvons distinguer trois trajectoires types du passage du PSU à l’écologie.

30Les pionniers tout d’abord sont les personnes passées par le PSU et qui participent à la création de l’écologie politique (premières campagnes écologistes, création des Verts, etc.). Nous pouvons ainsi mentionner René Dumont, Brice Lalonde (les deux premiers candidats écologistes à la présidentielle), Michel Delore, Guy Marimot (les deux premiers secrétaires nationaux des Verts entre 1984 et 1988), Jean-Luc Bennahmias (également secrétaire national des Verts, entre 1997 et 2001, puis député européen Vert avant de passer au Modem) ou encore Françoise Mazel-Degans. On pourrait ajouter ici également Claude-Marie Vadrot, bien qu’il reste au PSU jusqu’aux années 1980. De fait, ces pionniers commencent souvent à être militants écologistes tout en étant au PSU.

31Les gauchistes sont partis du PSU en 1972 pour la plupart, après un investissement dans les tendances de gauche du PSU (Gauche révolutionnaire, Courant 5/Gauche ouvrière et paysanne). Ils sont ensuite passés pour la plupart par la GOP (Gauche ouvrière et populaire), puis par l’OCT (Organisation communiste des travailleurs). Il s’agit de militants tels qu’Alain Lipietz, Gilles Lemaire (secrétaire national des Verts entre 2003 et 2005), Francine Comte, Gérard Peurière, Alain Rist, André Cicollela ou encore Alain Desjardin. Contrairement aux pionniers, ils ont un souvenir fort de leur départ du PSU, marqué par une violence vécue (exclusion, scission, départ solidaire avec des « copains », etc.). Le PSU est un moment formateur de leur histoire. Ils sont restés peu de temps au PSU (quatre ans et trois mois en moyenne), mais ce sont des années marquantes, celles souvent du premier engagement politique. Plus jeunes que les deux autres groupes – ils sont nés en moyenne en 1945 –, ils ont été très influencés par Mai 68 (1968 est d’ailleurs l’année d’adhésion au PSU de la moitié d’entre eux). Leur adhésion aux Verts est individuelle et échelonnée dans le temps (l’année moyenne d’adhésion est 1995 alors qu’elle était 1986 pour les pionniers). Leur évolution vers l’écologie, postérieure à leur passage par le PSU, est marquée par la lutte du Larzac et les luttes antinucléaires dans les années 1970.

32Les historiques enfin sont restés au PSU jusqu’aux années 1980, et souvent jusqu’à la toute fin du parti. Très marqués par le PSU – ils y ont passé en moyenne plus de 22 ans ! –, ils n’ont pas le sentiment d’avoir quitté le PSU, qui reste aujourd’hui encore leur parti du cœur : « Je n’ai pas quitté le PSU, c’est le PSU qui m’a quitté » revient souvent. Ils participent pour une large part à la création de l’AREV (Alternative rouge et verte). Ils n’adhèrent pour la plupart aux Verts qu’après l’ancrage à gauche de ce parti, leur année moyenne d’adhésion étant 1996. Tous ont le sentiment d’avoir été écologistes tout en étant au PSU, et que l’adhésion aux Verts s’inscrit largement dans la continuité logique de leur parcours politique. Parmi les figures de cette trajectoire, nous pouvons mentionner Didier-Claude Rod (qui adhère aux Verts dès 1992 et est député européen entre 1999 et 2004), Liliane Dayot, Guy Philippon ou encore Bernard Delemotte.

Conclusion

33L’histoire des Verts, et plus largement des partis écologistes, ne commence pas en 1984, ni même en 1974. Elle est l’héritière d’histoires plus anciennes dont nous venons de dessiner ici un des éléments, et pas des moindres. Nous ne pouvons certes pas affirmer que le PSU a débouché sur Les Verts, le parti écologiste n’étant d’aucune manière une de ses scissions. Néanmoins, il est possible de considérer que Les Verts ont une de leurs racines les plus solides dans le PSU et, par ce biais, dans toute une tradition de gauche alternative, voire révolutionnaire.

34Les anciens militants PSU ont intégré Les Verts de manière individuelle, à la suite d’une démarche personnelle, si l’on excepte l’arrivée groupée de militants de l’AREV en 1998. Néanmoins, le PSU est clairement la source politique partisane la plus importante pour Les Verts.

35Le PSU n’a jamais été fondamentalement un parti écologiste. Il est resté jusqu’à la fin un parti socialiste autogestionnaire, avec en son sein des militants écologistes dès le début des années 1970 (Brice Lalonde ou Claude-Marie Vadrot), voire des franges du parti (cf. le PSU-Bretagne, sous la direction de Paul Tréguer, tout particulièrement entre 1978 et 1981). Toutefois, on peut considérer le PSU comme un laboratoire de l’écologie politique. Parti curieux et ouvert aux nouvelles thématiques, le PSU a été le parti préexistant à l’écologie politique à s’investir le plus sur les thématiques portées par ce courant de pensée : évocation précoce des problèmes liés à la pollution, réflexion sur la croissance et ses finalités, mise en cause de la société de consommation, lutte sans équivoque contre le nucléaire, etc. Progressivement d’ailleurs, pour bon nombre de ces militants, l’« écologie » est devenue le nouveau concept central pour intégrer l’autogestion et les combats sociaux et démocratiques du PSU.

Notes

1 Guillaume Sainteny, Les Verts, Paris, PUF, 1991, p. 101.

2 Disponible en ligne : http://www.lesverts.fr/IMG/pdf/enq99.pdf

3 Cf. notamment Yves Frémion, Histoire de la révolution écologiste, Paris, Éd. Hoëbeke, 2007, p. 163.

4 Cet article s’appuie sur un dépouillement exhaustif de Combat socialiste (hebdomadaire du PSU des Côtes-du-Nord, puis du PSU-Bretagne), de Tribune socialiste et 2A, Autogestion l’Alternative (2A). Nous avons aussi eu accès aux archives du PSU et de militants du PSU au Centre d’histoire du travail de Nantes, aux archives privées de nombreux anciens militants PSU, et enfin au fonds PSU des Archives nationales. À cela s’ajoutent une dizaine d’entretiens et une soixantaine de questionnaires auprès d’anciens militants du PSU se retrouvant aujourd’hui dans l’écologie politique.

5 Pour le PSU, « les problèmes du cadre de vie ce sont ceux de la conception, la gestion, l’utilisation en ce qui concerne : le logement, l’immeuble, le quartier […], les moyens de transport, individuels et collectifs […], l’ensemble des équipements scolaires, sanitaires et sociaux, commerciaux, des équipements de loisirs […], les zones d’emploi, les zones de détente et de vacances, la nature, le calme, l’air, le patrimoine artistique. […] Le cadre de vie recouvre en fait tous les aspects de la vie quotidienne, et en particulier ceux qui sont liés à la production (pollution, nuisances, habitat populaire) » (Tribune socialiste, no 628, 21 septembre 1974).

6 Cf. notamment Tribune socialiste, no 580, 30 mai 1973

7 À l’instar d’un PSU alsacien, engagé contre la construction de la centrale nucléaire de Fessenheim, ou d’un PSU lyonnais manifestant contre la centrale du Bugey. Cf. notamment Tribune socialiste, no 545, 12 juillet 1972.

8 Tribune socialiste, no 649, 15-22 mars 1975.

9 Tribune socialiste, no 750, 14-20 juillet 1977.

10 À noter plusieurs « une » choc, comme celle du no 654 (26 avril-3 mai 1975) reproduisant un atome en forme de tête de mort avec pour slogan « EDF – un ami qui nous veut du mal » ; ou celle du no 751 (août 1977) qui proclame, suite à la mort de Vital Michalon, « Le nucléaire tue ». Mentionnons également deux PSU-Documentation (la revue de formation du parti) consacrés au nucléaire : no 103-105 « Électro-nucléaire et développement capitaliste » (début 1976) ; et no 116-118 « Électro-nucléaire : le PSU accuse ! » (février 1977).

11 Tribune socialiste, no 708, 1er-12 juillet 1976.

12 Cf. Tribune socialiste, no 620, 25-31 mai 1974.

13 Voir par exemple Tribune socialiste, no 779, 23-30 avril 1977.

14 Le projet Alter Breton, Supplément au Combat socialiste – Vivre au Pays, décembre 1979, p. 2.

15 Ouest-France, 7 janvier 1980.

16 Après le succès de la manifestation contre le projet de surgénérateur Superphénix de Creys-Malville (Isère) en juillet 1976, qui réunit une vingtaine de milliers de personnes, un autre rassemblement est organisé les 30-31 juillet 1977. Quelque 60 000 personnes, dont de nombreux militants du PSU, convergent alors vers l’espace prévu pour abriter le futur surgénérateur. La manifestation est toutefois durement réprimée, les gendarmes mobiles utilisant y compris des grenades offensives. Le jeune enseignant Vital Michalon, l’un des manifestants, est ainsi tué par une grenade lancée en tir tendu. Ce drame cassera la dynamique de la mobilisation antinucléaire.

17 « Nucléaire et politique » en 1975 ; « Écologie et lutte des classes » en 1977, etc.

18 Tribune socialiste, no 578, 16 mai 1973.

19 Tribune socialiste, no 581, 6 juin 1973.

20 Cf. par exemple Tribune socialiste, no 726, 20-26 janvier 1977.

21 Tribune socialiste, no 741, 12-18 mai 1977.

22 Succession de dossiers, entre Tribune socialiste, no 779 (23-30 mars 1978) et no 785 (18-25 mai 1978).

23 Tribune socialiste, no 4, juin 1979.

24 Cf. notamment Tribune socialiste, no 6, septembre-octobre 1979 et no 12, avril 1980.

25 Comme l’assume explicitement Brice Lalonde (Tribune socialiste, no 540, 31 mai 1972).

26 Il convient néanmoins de reconnaître que les problématiques écologistes sont bien plus présentes que cela au cours de la campagne elle-même, le Front autogestionnaire appelant explicitement à « rompre avec la logique de la croissance capitaliste » et dénonçant sans nuance le nucléaire (« Appel pour la constitution d’un Front autogestionnaire », Tribune socialiste, no 769, 12-18 janvier 1978).

27 Dont les membres regrettent d’ailleurs régulièrement le « décalage entre le PSU-B et l’ensemble du parti, qui ne prend pas assez en compte le problème de la croissance, du productivisme » (Bulletin intérieur no 65 du PSU-Bretagne, 4 mars 1981).

28 Combat socialiste, no 859, 25 mars 1978.

29 Combat socialiste, no 868, 30 septembre 1978.

30 Il publie d’ailleurs en 1977 « Seule une écologie socialiste ».

31 Jean Jacob, Histoire de l’écologie politique, Paris, Albin Michel, 1999, p. 288.

32 Tribune socialiste, no 731, 23 février-3 mars 1977.

33 2A no 188, 12 octobre 1987. FGA (Fédération pour une gauche alternative) est un groupuscule créé en 1984 et largement issu du PSU, où se retrouvèrent de nombreux futurs Verts, à l’instar de Jean-Pierre Lemaire, Jacques Archimbaud, Patrick Petitjean ou Patrick Franjou ; PAC (Parti pour une alternative communiste) est le dernier avatar du PCMLF.

34 Les signataires se réunissent à deux reprises sous la forme d’Assises – à Lyon les 16-18 octobre 1987, et à Paris les 23-24 janvier 1988 – et existent entre-temps sous la forme de groupes locaux et d’une coordination nationale appelée « groupe des 40 », mise en place lors d’une assemblée générale le 22 mars 1987. L’Appel existe également sous la forme d’un bulletin, Pour un Arc-en-Ciel, qui dure jusqu’en février 1989.

35 Nous avons repéré près de 150 trajectoires de ce type, mais n’avons de données fiables et suffisamment précises que pour une soixantaine d’entre elles, tout particulièrement grâce aux réponses à notre questionnaire. Ayant passé en moyenne douze ans et neuf mois au PSU et treize ans et deux mois dans un parti écologiste, notre échantillon est probablement assez représentatif des militants ayant été investis de manière visible dans chacune des deux mouvances : il a en effet été constitué par « capillarité », en s’appuyant sur les contacts et noms donnés par nos interlocuteurs.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search