Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie IV. Déclin d’un parti, postérité d’un héritage

L’autre nom du PSU ? Enjeux identitaires et stratégiques de l’autogestion (1960-1990)

Frank Georgi

Texte intégral

  • 1 « La deuxième gauche, une histoire inachevée », Esprit, février 2006, p. 140-147.
  • 2 À l’arrière-plan de nombreuses contributions, l’autogestion ne fait pas l’objet d’un chapitre spéc (...)

1Dans un entretien donné en 2004, Michel Rocard expliquait que le PSU n’avait « pas inventé » l’autogestion, mais saisi opportunément, en Mai 68, un « mot d’ordre » élaboré par la « Chimie CFDT1 ». Il ajoutait cependant qu’il « collait parfaitement » avec son orientation fondamentale, « pour laquelle », précisait-il, « nous n’avions pas de nom de baptême ». L’autogestion lui aurait fourni un « patois » pour dire ce qu’il était déjà. Le premier PSU aurait-il été autogestionnaire sans le savoir ? Cette interrogation rétrospective n’a de sens que si l’on souligne à quel point ce parti s’est ensuite identifié à l’autogestion. Car celle-ci ne fut pas seulement une idée directrice et une figure centrale de son discours : elle fut, jusqu’à sa dissolution, l’autre nom du PSU. Elle inspira l’action au quotidien de militants engagés dans des réseaux, des « luttes », des pratiques alternatives, sur les terrains les plus divers. Nous ne rendrons pas compte ici du foisonnement de cette autogestion d’« en bas2 », pas plus que de l’ensemble de la littérature du PSU consacrée au concept et à ses déclinaisons. Moins qu’à l’histoire d’une idée politique, nous nous attacherons à l’histoire politique d’une idée. Car si la « saisie » de l’autogestion par le PSU a redéfini de manière décisive l’identité du parti, celui-ci n’en a pas eu le monopole. D’autres forces politiques, sociales ou culturelles s’en sont réclamées, avant ou après lui, même si la plupart des théoriciens et propagandistes de l’autogestion en France, ont, à un moment ou à un autre, milité dans ses rangs. Il a été confronté de manière récurrente à la question de son rôle au sein d’un « courant autogestionnaire » aux frontières incertaines. Ce sont ces enjeux identitaires et stratégiques du choix de l’autogestion par le PSU dont nous essaierons de retracer brièvement l’évolution.

Le premier PSU entre intérêt et prudence

  • 3 Elle l’est par exemple par Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Histoire de la souverainet (...)
  • 4 Frank Georgi, « La France et la circulation internationale de l’utopie autogestionnaire », dans Ge (...)
  • 5 Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau Parti socialiste, Toulouse, Privat, 1990, (...)

2Le néologisme « autogestion » est-il né en 1960, la même année que le PSU ? Malheureusement, cette assertion, régulièrement reprise3, est infondée. Depuis 1953 au moins, le mot est employé pour traduire le terme serbo-croate désignant la gestion « ouvrière » en Yougoslavie. Il renvoie le plus souvent à ce pays, même si, en 1963, l’Algérie de Ben Bella l’adopte officiellement. Le soutien précoce d’une partie de ses fondateurs à la dissidence titiste, comme son engagement algérien, alimentent dans les rangs du PSU un préjugé favorable à ces « expériences » autogestionnaires. La Yougoslavie se réclame d’un marxisme authentique, fondé sur la libre association des producteurs, éloigné de la social-démocratie comme du modèle soviétique. Socialistes, communistes dissidents, trotskystes, chrétiens de gauche, conseillistes et même libertaires peuvent s’y reconnaître, au moins partiellement4. En 1966, la Yougoslavie est, pour les cadres PSU, le pays qui incarne le moins mal les idéaux du socialisme5.

  • 6 Par exemple, Jean-François Leclerc, « Un mois dans un kibboutz, société communautaire moderne », T (...)
  • 7 « Éléments du programme du PSU », Textes et documents du congrès d’unification, Paris, 1960, p. 17 (...)
  • 8 Cf. « Les travailleurs peuvent-ils gérer l’économie ? », Les Cahiers du Centre d’études socialiste (...)
  • 9 Frank Georgi, « La Nouvelle classe ouvrière : la construction politique d’une catégorie sociale da (...)

3Ces références étrangères, auxquelles il faudrait ajouter une sympathie encore vivace pour le mouvement kibboutzique6, présentent une limite évidente : elles ne paraissent guère transposables à une économie développée. Or, dès sa fondation, le PSU réaffirme l’objectif de la « gestion de l’économie par les travailleurs7 ». Il s’agit de lui donner un contenu concret dans le cadre d’une société industrielle avancée8. L’invention du concept de « nouvelle classe ouvrière » par Serge Mallet constitue un moment essentiel de cette recherche : loin de conduire mécaniquement à l’embourgeoisement de « la classe », la révolution technologique engendrerait le développement d’une couche de travailleurs hautement qualifiés mais frustrés de responsabilités, susceptibles de devenir le nouveau fer de lance de la révolution socialiste9. Cette construction théorique contribue à installer l’image d’un PSU « laboratoire d’idées ». Sans dessiner les contours de la société rêvée, elle conforte sa stratégie originale dite de « Front socialiste » : construction « dans la lutte », à tous les niveaux, d’une alliance des « forces populaires » privilégiant les syndicats ; priorité aux revendications de gestion ou de contrôle. Cette approche recoupe celle de la gauche de la CFTC, dont plusieurs responsables ont adhéré au parti à sa fondation. La priorité donnée à la prise de responsabilité se retrouve sur d’autres terrains, où des militants PSU animent syndicats ou associations : l’Université, la pédagogie, le monde agricole, la commune, le quartier.

  • 10 Par exemple Edmond Maire pour la Chimie, Frédo Krumnow pour Hacuitex, Pierre Naville, Daniel Guéri (...)
  • 11 Voir Matthieu Jeanne, Le PSU et l’autogestion 1968-1974, mémoire de maîtrise d’histoire, CRHMSS, P (...)

4Le terme d’autogestion est parfois, mais rarement, utilisé pour désigner ces revendications. Au milieu des années 1960, les premières formulations faisant explicitement de l’autogestion le fondement de la société socialiste s’élaborent ailleurs : à la CFDT (Chimie, Textile) ou sous la plume des sociologues de la revue Autogestion. Certains de ces défricheurs sont ou ont été membres du PSU10, mais ne l’engagent pas. Certes, la rencontre socialiste de Grenoble en 1966 parle de « développer l’autogestion dans tous les secteurs » (immeubles collectifs, cantines, œuvres sociales), celle de Saint-Brieuc de « décoloniser la province », mais le PSU demeure prudent sur le terrain de la production. Ses propositions s’inscrivent toujours dans le cadre « moderniste » du début de la décennie : planification démocratique, renforcement du pouvoir syndical, démocratisation de l’entreprise11. Mai 68 ouvre brutalement des perspectives nouvelles.

Mai ou l’autogestion à l’ordre du jour ?

  • 12 Cf. Vladimir Claude Fisera, « Le PSU face à son histoire. Le tournant de Mai 68 », dans René Mouri (...)
  • 13 Extraits dans Kathleen Evin, Michel Rocard ou l’art du possible, Paris, Jean-Claude Simoën, 1979, (...)

5On ne rappellera pas ici l’importance du rôle des militants PSU en mai et juin 196812. À partir du 20 mai, la radicalisation du parti se traduit par le mot d’ordre de « pouvoir populaire » – ouvrier, étudiant, paysan – et par l’appel à la constitution de « comités d’action populaire ». Plus concrètement, le « Projet de déclaration pour un gouvernement de transition vers le socialisme13 », élaboré à la veille du meeting au stade Charléty, prévoit un « contrôle ouvrier » sur l’embauche, les conditions de travail et les investissements. Si une entreprise n’applique pas les mesures décidées, elle sera placée sous « contrôle public » et sa « gestion » confiée aux « ouvriers, techniciens et cadres ». Des « comités populaires » à tous les échelons (entreprises, universités, localités) réunis ensuite en une « assemblée nationale », prépareront la mise en place d’institutions décentralisées, indispensables à la « décolonisation de la province » et à une « démocratie directe ». Ce texte, rédigé dans la fièvre, est incontestablement d’esprit autogestionnaire, mais le terme n’y figure pas. Il n’est que rarement employé par le PSU, même si celui-ci souligne son identité de vue avec la CFDT sur « le sens profond des événements » : l’aspiration à des « structures démocratiques à base d’autogestion ».

  • 14 « Ce n’est qu’un début », Tribune socialiste, 374, 13 juin 1968, p. 1-2.
  • 15 « La révolution dans la démocratie », ibid., p. 21-22.

6Michel Rocard l’utilise pourtant dans un éditorial de Tribune socialiste du 13 juin, où il voit dans la revendication de « pouvoir » l’esprit même de Mai. La lutte était bien davantage, selon lui, dirigée contre « certaines formes de gestion » que contre le régime de propriété. Il défend le principe de l’association des intéressés à leurs propres affaires, « soit par l’autogestion, soit par le contrôle des décisions14 ». Pour Claude Bourdet, dans la même livraison, le mouvement a démontré que l’autogestion était bien le « remède de l’âge moderne15 ». Mais le contexte a changé, les usines ne sont plus des « biens vacants ». La revendication autogestionnaire, explicite ou non, cède le pas à celle de « contrôle ouvrier ».

  • 16 PSU Documentation, 1, 15 novembre 1968.
  • 17 Résolutions dans Tribune socialiste, 386, 24 octobre 1968, p. 4.
  • 18 Pour une analyse des débats, cf. Matthieu Jeanne, op. cit.

7La question est posée dès l’automne 1968, aux premières journées nationales « Entreprises » du parti. PSU Documentation propose un document intitulé « Du contrôle ouvrier au pouvoir des travailleurs vers l’autogestion16 ». Saluant cette aspiration comme une « donnée fondamentale du mouvement socialiste dans les pays développés », le PSU s’interroge, comme la CFDT au même moment, sur ses implications concrètes : comment concilier autogestion et planification, éviter l’égoïsme d’entreprise ou la reconstitution d’une caste de spécialistes ? Mais ces questions n’ont guère de portée immédiate. Les journées « Entreprises », animées par Abraham Behar, ont en effet donné le ton pour près de quatre ans17. Le mot d’ordre autogestionnaire de « pouvoir ouvrier » est caduc : l’État bourgeois « remis sur pied » et le pouvoir patronal rétabli, la revendication n’a plus que le sens d’une « participation » ou d’une « cogestion », c’est-à-dire d’une intégration et d’une trahison. La voie qui se dégage pour le court et le moyen terme est celle du « contrôle ouvrier18 ».

8Promu au rang d’« axe principal de lutte », il se veut affrontement direct avec le capital. Il est pratique du fait accompli – on ne négocie pas, on prend ! Il prépare, par l’auto-organisation des travailleurs et l’élévation de leur conscience, le renversement de l’État bourgeois. S’il s’inscrit dans la perspective révolutionnaire du PSU, le contrôle présente des caractères spécifiques. Il privilégie, par définition, les luttes sociales sur le combat électoral. Il s’appuie, quitte à en surestimer l’importance, sur les revendications « qualitatives ». Il recherche une cohérence entre celles-ci et la société socialiste à construire. Le PCF y voit une stratégie réformiste sous un verbiage révolutionnaire, occultant la question de la propriété. Si la notion de contrôle retarde de fait l’adoption de thèses directement autogestionnaires, elle les préfigure, y compris par les critiques qu’elle suscite.

L’autogestion à l’ombre du contrôle

  • 19 Reproduite dans Michel Rocard, Le PSU et l’avenir socialiste de la France, Paris, Le Seuil, 1969, (...)

9Jusqu’en 1972, l’autogestion végète à l’ombre du contrôle. Parmi les « 17 thèses du PSU », adoptées en mars 1969 à Dijon, seule la sixième (« Sur la société socialiste en gestation ») l’évoque19. Elle s’ouvre sur une dénonciation de la bureaucratie à l’Est. L’« autogestion yougoslave », par contraste, est saluée pour ses « références utilisables pour l’élaboration d’un projet socialiste nouveau » : conseils ouvriers, planification démocratisée et assouplie, « autogestion sociale ». En ce qui concerne la France, en dehors d’une brève allusion à des « services publics autogérés », la question ne concerne directement qu’une partie des entreprises nationalisées. Là où « les techniques de production ou le niveau élevé de qualification des travailleurs le permet, l’autogestion, c’est-à-dire la prise des décisions essentielles, le choix des directeurs et leur révocabilité par des conseils élus par les travailleurs de l’entreprise, devra être mise en place ». Elle demeure l’apanage de la nouvelle classe ouvrière. « Partout ailleurs », les directions resteront nommées, « des représentations ouvrières » exerçant un « contrôle » avec « droit de veto ». Le passage à « l’autogestion complète » « pourra se faire », « sur la demande des travailleurs », après « approbation de la collectivité régionale, tutrice de l’entreprise… »

10Les deux années qui séparent les congrès de Dijon et de Lille, fin juin 1971, sont marquées par le gauchissement très net d’un parti largement renouvelé, où les débats sur le « parti révolutionnaire » monopolisent les énergies, et par la cristallisation en son sein de tendances trotskystes, maoïstes ou « basistes ». Il n’est guère question d’autogestion à Lille. Le mot ne figure pas dans la résolution finale. Michel Rocard l’emporte à une courte majorité, et l’élaboration d’un projet socialiste est reportée au congrès suivant. Dans l’intervalle, le départ d’une aile trotskyste et surtout celui des maoïstes de la Gauche révolutionnaire, facilitent une prise de distance avec le gauchisme. C’est dans ce contexte « clarifié » que se prépare l’adoption par le congrès de Toulouse en décembre 1972 d’un manifeste autogestionnaire.

  • 20 Secteur économique confédéral, « L’autogestion. Analyse de trois opinions : le PCF, le PS, le PSU  (...)

11Ce choix tardif répond à une nécessité interne : donner une cohésion idéologique à une majorité hétérogène, sortir de la paralysie, doter le second PSU d’une identité qui le distingue du gauchisme tout en le posant en héritier de Mai. Mais cette redéfinition théorique traduit aussi une visée politique externe. Pendant que le PSU débattait de la révolution, d’autres engageaient leur rénovation. La CFDT, comme le PSU, s’est radicalisée après 1968. Mais elle a su capitaliser cet apport en bâtissant en 1970 son propre projet de société. Le socialisme autogestionnaire est désormais revendiqué par une organisation syndicale de masse, dont la direction et une partie des militants sont proches du PSU. Pourtant, la CFDT s’inquiète de la « dérive » gauchiste du parti20. L’un des enjeux du tournant autogestionnaire du PSU est de retisser avec elle des liens privilégiés.

  • 21 « Le PSU analyse l’accord entre le Parti communiste français et le Parti socialiste pour un Progra (...)
  • 22 Ibid., p. 17.

12Enfin, la gauche « réformiste », regardée avec mépris, est entrée dans une phase de rénovation. L’introduction prudente dans le vocabulaire socialiste du terme d’autogestion en est l’un des marqueurs. Le CERES en a fait son cheval de bataille. Il doit contribuer à radicaliser le parti d’Épinay, afficher symboliquement sa rupture avec la SFIO et son originalité face au partenaire communiste. Le programme commun de gouvernement oblige le PSU à se situer. Avant même la tenue du congrès de Toulouse, le « refus » de l’autogestion est explicitement présenté comme la tare essentielle de l’accord conclu en juin 197221. L’unique mention du terme, assumée par le seul PS, est qualifiée d’« escroquerie intellectuelle22 ». Le texte exprimerait une approche fondamentalement étatiste, centralisatrice, productiviste et hiérarchique. Mais son existence rend encore plus impérative la nécessité pour le PSU d’affirmer son projet propre.

« Contrôler aujourd’hui pour décider demain » ?

  • 23 Cf. Matthieu Jeanne, op. cit., p. 110-128.
  • 24 Préface du Manifeste du Parti socialiste unifié. Contrôler aujourd’hui pour décider demain, Paris, (...)
  • 25 Ibid. p. 19. Les expressions entre guillemets qui suivent sont extraites du Manifeste proprement di (...)

13La longueur du document adopté à Toulouse (plus de 200 pages), sa diffusion sous forme de livre (50 000 exemplaires écoulés en trois mois) traduisent l’importance que lui donne le parti23. Ce « Manifeste » – Contrôler aujourd’hui pour décider demain – se présente comme un « projet » et non un programme conjoncturel. Il n’y a pas rupture assumée par rapport au passé immédiat. La référence au contrôle n’a pas disparu. Elle est même explicite dans le titre, alors qu’« autogestion » n’y figure pas – même si « décider » y renvoie sans ambiguïté. Dans le texte lui-même, « contrôle » revient près de cent cinquante fois, soit trois fois plus souvent qu’« autogestion ». La première notion est toujours synonyme d’affrontement : « Les travailleurs n’auront que ce qu’ils prendront. » Mais l’emploi désormais massif de la seconde et l’orientation générale du document expriment bien un tournant. L’autogestion est au cœur de la démarche. Michel Rocard, dans sa préface, affirme que l’« autogestion populaire » est « la voie nouvelle qui redonne on sens historique à la révolution socialiste24 ». Elle traduit tout autant le refus de l’État modelé par la bourgeoisie que celui, prétendument ouvrier, des démocraties populaires. Surtout, malgré les ambiguïtés du mot, elle exprime positivement une aspiration essentielle, « le projet d’une société où les hommes soient capables de prendre en main leurs propres affaires25 ».

14Le cadre conceptuel demeure marxiste. L’horizon révolutionnaire (« vers le communisme ») est réaffirmé, tout comme la nécessité de « briser » « l’appareil d’État » bourgeois et la « résistance inéluctable des classes dirigeantes » au cours de la « transition ». L’héritage basiste (« les luttes montrent la voie ») est partiellement intégré. Mais le Manifeste reprend surtout à son compte les figures obligées du discours autogestionnaire : l’autogestion généralisée, le dépérissement nécessaire de l’État ou les trois « piliers » cédétistes (socialisation-planification-autogestion). Renouant avec les préoccupations du premier PSU, il réaffirme l’importance de la « compétence », tout en cherchant à limiter les risques de dérive technocratique dans la société autogérée. Ses rouages seront fondés sur le pouvoir de conseils et de collectifs de base. Insistant sur l’aliénation et la domination plus que sur l’exploitation, il propose une « révolution culturelle » qui renverserait les rapports sociaux. Au-delà de la hiérarchie, de la délégation et de la division sociale du travail, il remet en question les structures « répressives » de la famille et de l’école, soutient les luttes des femmes, des minorités nationales et des jeunes, revendique le « droit à la différence ». Enfin, comme la CFDT au même moment, il dénonce un type de croissance destructeur pour l’environnement, tournant ainsi le dos à la logique productiviste originelle de l’autogestion.

  • 26 Critique socialiste, 12, mars 1973, où s’opposent Robert Chapuis et Victor Fay.

15Le Manifeste remplit d’autant mieux sa fonction fédératrice interne que le congrès a laissé ouverte la question essentielle de l’État : faut-il aller vers son dépérissement rapide au profit du seul pouvoir des conseils ou maintenir à côté de ceux-ci des institutions démocratiques et représentatives autonomes26 ? Seule la Gauche ouvrière et paysanne (GOP) lui oppose une critique globale, d’inspiration maoïste. Une société « autogérée » ne pourrait que reconstituer une hiérarchie au profit des cadres et des « compétents ».

Quel parti pour l’autogestion ?

  • 27 Voir les actes du colloque Autogestion et révolution socialiste, Paris, Syros, 1973 et les « Quato (...)
  • 28 Secteur politique confédéral, « Les principales orientations du PSU », 4 janvier 1974 (Archives CF (...)
  • 29 Voir François Kraus, Les Assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti(...)

16Le PSU doit surtout convaincre au-delà de ses rangs. Dans un premier temps, il cherche à rassembler autour de lui l’extrême gauche « responsable » qui voit dans l’autogestion socialiste une alternative au programme commun. C’est la brève aventure du Comité de liaison pour l’autogestion socialiste (CLAS), avec l’Alliance marxiste révolutionnaire (AMR), les Centres d’initiative communistes (CIC) et Objectif socialiste. Le rapprochement entre militants issus du communisme, du trotskysme et de la gauche catholique, confirme le caractère syncrétique de l’idée27. Mais l’élargissement ne va pas au-delà et Objectif socialiste regarde déjà ailleurs. Car le PSU n’a pas seulement connu une hémorragie de ses effectifs depuis 1969 et perdu la moitié de son capital électoral entre juin 1968 et mars 1973. Il a progressivement vu décroître son influence dans divers réseaux et surtout à la CFDT, qui a pourtant salué dans le Manifeste le « meilleur » texte produit par une formation politique sur la question28. La confédération refuse de participer aux essais de constitution d’un pôle autogestionnaire si le PS n’en est pas, et celui-ci rejette toute initiative qui gênerait sa stratégie unitaire. Le PSU semble avoir déjà perdu la bataille politique. Aux yeux de la CFDT, les législatives ont confirmé le PS comme seule force « autogestionnaire » électoralement crédible29. Ce printemps 1973 apparaît comme l’apogée du thème de l’autogestion en France. Popularisé par le PSU et ses alliés du CLAS, il est également très présent dans les débats au congrès socialiste de Grenoble et, naturellement, au congrès cédétiste de Nantes. Surtout, il prend enfin corps avec la grève de Lip et la lutte des paysans du Larzac, où des syndicalistes membres du parti (Charles Piaget) ou l’ayant tout récemment quitté (Bernard Lambert), sont en première ligne.

17Sur le plan stratégique, Lip semble ouvrir la voie au mouvement social autogestionnaire, même si ses animateurs, comme le PSU, prennent bien soin de parler d’« autodéfense » et non d’« autogestion ». C’est au nom d’un courant autogestionnaire « révolutionnaire » ancré dans les « luttes » qu’une forte minorité du parti, soutenue par des groupes d’extrême gauche, Libération et Politique hebdo, défend la candidature mort-née de Charles Piaget à l’élection présidentielle du printemps 1974. C’est au nom du réalisme et de la prise en compte par François Mitterrand de la sensibilité autogestionnaire que les directions de la CFDT et du PSU soutiennent sa candidature au premier tour, prélude aux Assises du socialisme. L’échec de Michel Rocard et de Robert Chapuis à convaincre une majorité des militants de rallier le PS sous le signe de l’autogestion (« clé de voûte » des Assises) consacre la division de l’héritage culturel du PSU.

Autogestionnaires pour exister

  • 30 « Pour un communisme autogestionnaire », IXe Congrès du PSU Amiens décembre 1974. Les textes du co (...)
  • 31 Voir André Fontaine, Mai 68 dans l’histoire. Les ambiguïtés du socialisme autogestionnaire, Paris, (...)

18Dès l’automne 1974, l’identification constante à l’autogestion apparaît comme la condition de la survie politique du PSU, y compris pour les opposants à sa direction. Les quelques héritiers de l’ex-GOP demeurés au parti (courant « C ») sont ainsi amenés à nuancer leur critique radicale en opposant au « socialisme autogestionnaire », au service des « compétents », un « communisme autogestionnaire », fondé sur l’« alliance » des « compétents » et des « exécutants », mais placé sous la « dominance » des seconds30. Ces militants poursuivent leur travail critique jusqu’en 1979, confinés dans une sorte de « ghetto » intérieur31.

  • 32 Voir le numéro spécial de L’Internationale, 71-72, février 1975.
  • 33 Tendance B, « Lettre ouverte aux militants du PSU », 7-8 mai 1977 (Archives de l’auteur).

19Une minorité plus importante, active dans les mouvements sociaux, est représentée par le courant pabliste. Elle n’a pas ces réserves théoriques. L’AMR s’est rapprochée du PSU sur le thème du « socialisme d’autogestion » – dont elle peut à bon droit revendiquer l’antériorité – et celui du nécessaire regroupement de ses « partisans révolutionnaires32 ». En 1975, elle finit par mener à son terme le processus du « fusion dans le PSU », un temps retardé par les « manœuvres électoralistes » de l’ancienne direction (rejet de la candidature Piaget, Assises). En son sein, elle défend une lecture « révolutionnaire » de l’autogestion : primat des luttes, rapprochement avec la LCR et rejet du programme commun. Dès avril 1976, à propos des élections municipales, les pablistes prennent leurs distances avec la direction du PSU, avant de se constituer en « tendance » organisée (dite « B »), puis, pour la plupart, de quitter le parti au printemps 197733. Le motif de la rupture n’est pas l’autogestion, mais le refus d’une stratégie de « débordement » révolutionnaire de la gauche au lendemain de la victoire annoncée du PS et du PCF aux élections législatives de 1978. Les dissidents fondent alors, avec les plus « autogestionnaires » de la LCR, les Comités communistes pour l’autogestion (CCA).

20La majorité du PSU, elle-même très composite, cimentée par le refus du rocardisme et la référence autogestionnaire, se retrouve dans une position délicate. Il lui faut constamment justifier la nécessité politique du maintien du PSU, tout en l’envisageant comme un outil susceptible d’être dépassé ; affirmer une spécificité fondée sur l’autogestion, alors même que ce thème est en passe de devenir le patrimoine commun de la gauche française ; trouver sa place dans une configuration tripolaire mouvante, entre extrême gauche, union de la gauche et mouvement social.

  • 34 Texte d’orientation adopté à Amiens, IXe Congrès…, op. cit., p. 9-42.

21Plusieurs facteurs, dans les années 1974-1976, tendent à renforcer une conception de l’autogestion qui privilégie les mouvements sociaux, condamne l’électoralisme, et appelle au regroupement des « révolutionnaires » qui s’en réclament34. Mécaniquement, après le départ des « rocardiens », le parti se trouve déporté vers la gauche. Son discours reprend les thèmes du « contrôle ouvrier et populaire ». La tragédie chilienne et le 25 avril portugais réactivent le mythe de la révolution : imposer l’autogestion exige la rupture avec la légalité, appuyée par la mobilisation populaire. Une conflictualité sociale forte malgré la crise, des grèves actives à l’exemple de Lip, l’extension des « luttes » hors de la production (lycées, armée, prisons, féminisme, régionalismes, écologie…), entretiennent l’espoir d’une contestation protéiforme et d’une aspiration autogestionnaire globale, dont le PSU pourrait devenir le catalyseur politique. Pourtant, assez vite, la majorité du parti affirme sa volonté de tenir compte d’une autre réalité, qui est la dynamique portée par l’union de la gauche. Le choix « tactique » fait en avril 1976 de constituer avec les partis du programme commun des listes uniques pour le premier tour des élections municipales de 1977 traduit le refus de la marginalisation gauchiste. Le PSU élabore cependant sa propre « charte municipale » d’inspiration autogestionnaire, réaffirme la nécessité de développer parallèlement l’« action de masse » et de rassembler les militants se référant à « une conception révolutionnaire de l’autogestion socialiste ». Cette double contrainte se renforce à mesure que se rapproche l’échéance décisive de 1978 : plus le PSU envisage une alliance stratégique avec l’union de la gauche au nom de l’« unité populaire », plus il doit, pour exister, creuser son propre projet et rassembler autour de lui les forces éparses du « courant autogestionnaire ».

  • 35 Voir PSU Information, 54, avril 1976 ; « États généraux pour l’autogestion socialiste 3-4 juillet (...)
  • 36 Brochure préparatoire, p. 3.
  • 37 Postface de Michel Mousel, L’Autogestion ?…, op. cit., p. 259-267.

22L’organisation par le parti d’« États généraux pour l’autogestion socialiste » en juillet 1976 reflète bien cette situation délicate. La démarche est prudente : il ne s’agit dans un premier temps que de (re)nouer le « dialogue » entre tous ceux qui cherchent, dans les « combats quotidiens », une alternative autogestionnaire35. L’éventail des invités politiques est volontairement très ouvert, du PS à la LCR, ce qui provoque la défiance de la CFDT, pièce maîtresse du dispositif aux yeux du PSU. Les mouvements sociaux, anciens et nouveaux, sont largement représentés : syndicalisme ouvrier (CFDT en tête) et paysan, organisations de jeunes, chrétiens contestataires, groupes féministes, immigrés, écologistes, « nationalitaires », non-violents, etc. Pour le PSU, ces combats, chacun dans son milieu, préparent l’« autogestion généralisée36 ». Pourtant, il est indispensable d’aller vers la « convergence » de ces mouvements éclatés pour faire émerger une « force politique » autonome, autogestionnaire et révolutionnaire37. Mais il s’agit là d’un objectif à long terme. Tout en y travaillant, le PSU cherche sa place dans la dynamique unitaire. Le congrès de Strasbourg en janvier 1977 le confirme : pour que 1978 ouvre la voie à une « rupture » autogestionnaire, il faut à la fois s’inscrire résolument dans « l’unité populaire » et développer en son sein un « courant révolutionnaire pour l’autogestion », « dépassant » les organisations existantes.

Au-delà du PSU, au-delà de l’autogestion ?

  • 38 Supplément au no 772 de Tribune socialiste, « Le PSU dans le Front autogestionnaire ».
  • 39 Patrick Viveret, Pierre Rosanvallon et Jacques Julliard, figures de proue du rocardisme théorique, (...)

23Dans cette configuration, seule la référence autogestionnaire constamment martelée peut empêcher le parti de se dissoudre dans l’union de la gauche. Usant et abusant du terme, le PSU réaffirme son identité tout en annonçant son propre dépassement. « Autogestionnaire » renvoie à la fois au PSU présent et au courant « large » qu’il souhaite fédérer. Au congrès de Strasbourg, le logo du parti figure en caractères bien plus petits que l’inscription « autogestion » qui orne la tribune. Les nouveaux conseillers municipaux PSU ou proches de lui sont réunis au sein d’une « Fédération des élus autogestionnaires ». La fête du PSU est rebaptisée « fête de l’autogestion socialiste ». Le parti publie à l’automne 1977 son « programme autogestionnaire » en vue des élections législatives. Au même moment, l’éclatement de l’union de la gauche crée une situation nouvelle. Pour la direction du PSU, l’échec était en germe dès 1972 dans un accord ignorant les aspirations autogestionnaires. Tout en dialoguant avec un PCF jugé plus ouvert qu’auparavant sur la question de l’autogestion et en prétendant refonder l’unité populaire sur d’autres bases (« tout redevient possible »), le PSU s’oriente vers des candidatures autonomes aux élections législatives dans le cadre d’un « Front autogestionnaire », ébauche du « rassemblement » de tous ceux qui veulent « choisir » eux-mêmes leur vie, non-violents, écologistes, féministes, régionalistes38 … Si les grands thèmes avancés figuraient déjà dans le Manifeste, le nouveau triptyque « droit des femmes-écologie-socialisme » a remplacé l’ancien « lutte-contrôle-autogestion ». Il met explicitement en avant deux nouveaux fronts emblématiques, le féminisme et surtout l’écologie politique (environnement, type de croissance, choix énergétique), perçus comme des enjeux autogestionnaires actuels, qu’il s’agit d’articuler avec le combat pour le socialisme. Au-delà de la stratégie et de la tactique, la formule exprime une évolution sensible du contenu même de la notion d’autogestion – plus manifeste encore sous la plume des auteurs « rocardiens39 » – marquée par le recul des références au mouvement ouvrier au profit des questions sociétales.

  • 40 Intervention de Pascal Gollet au congrès, document dactylographié (Archives CFDT).
  • 41 Huguette Bouchardeau, citée dans Nouvelles CFDT, 2 février 1979.
  • 42 « L’expérimentation sociale en question », Critique socialiste, 35, juin 1979.

24L’échec du Front autogestionnaire et la défaite de la gauche désunie contraignent une nouvelle fois le PSU à s’interroger sur les implications stratégiques de son choix autogestionnaire. Le congrès de Saint-Étienne, en janvier 1979, voit s’opposer, de manière assez classique, une minorité hostile à toute alliance autre que tactique avec une gauche étrangère à l’autogestion, et une majorité appelant à des « convergences autogestionnaires » pour un « troisième courant » à gauche, tout en travaillant à la construction « conflictuelle » d’une « nouvelle unité » avec le PS et le PCF. Cette affirmation d’une autonomie ouverte passe par une candidature « autogestionnaire » à la présidentielle et l’approfondissement de la réflexion sur l’autogestion. Plus neuve est l’expression d’une sensibilité minoritaire dénonçant une logique qui ferait du PSU, qui « crève d’avoir des idées justes » sans pouvoir les appliquer, le « Monseigneur Lefebvre de l’autogestion40 ». Pour eux, la dynamique autogestionnaire passe depuis mars 1978 par l’affirmation du rocardisme, dont les thèmes et la méthode, malgré leurs ambiguïtés, pourraient permettre la recomposition de la gauche, à condition que le PSU y prenne sa place et pèse, avec d’autres, dont la CFDT, pour en faire le levier du « changement social par l’autogestion ». La majorité du parti refuse tout rapprochement privilégié avec son ancien secrétaire national, le « socialisme autogestionnaire » ne devant pas servir de « piédestal » à une « vedette politique41 ». Le traumatisme des Assises n’est pas encore effacé, mais le dialogue est relancé, comme en témoignent les controverses publiées dans la revue théorique du parti sur la question de l’« expérimentation sociale », thème central de l’autogestion rocardienne42.

  • 43 « Dossier d’accueil », PSU documentation, 144, mars 1982, p. 3.
  • 44 Victor Fay, La Flamme et la cendre. Histoire d’une vie militante, Saint-Denis, PU Vincennes, 1989, (...)
  • 45 « Pouvoir socialiste et autogestion », Critique socialiste, 42, janvier-mars 1982.
  • 46 Pour le PSU, elle consacre une « ouverture en direction du courant autogestionnaire » (« Informati (...)
  • 47 « Pour une double rupture », texte adopté à Bourges à la majorité relative, Autogestion l’Alternat (...)
  • 48 Jacques Salvator et alii, « Pourquoi nous adhérons au Parti socialiste », Objectif : autogestion, (...)

25La défaite de Michel Rocard au congrès socialiste de Metz, puis sa marginalisation, clarifient la situation. Lors de l’élection présidentielle du printemps 1981, Huguette Bouchardeau, seule « candidate pour l’autogestion », sur laquelle le PS est muet au cours de la campagne, entend « obliger » François Mitterrand à prendre en compte l’expression d’une gauche « différente ». La faiblesse de son score confirme l’impuissance électorale du PSU. Au lendemain de la victoire, la majorité du parti fait adopter, contre les partisans d’une force autogestionnaire autonome, le principe d’une intégration à la nouvelle majorité qu’elle souhaite aiguillonner pour « ouvrir la voie à l’autogestion ». Le PSU réaffirme à la fois son caractère « indispensable » (la « seule organisation politique » susceptible d’unir « les vécus autogestionnaires tout neufs » des nouveaux mouvements sociaux à l’« expérience et la théorie du mouvement ouvrier révolutionnaire ») et la nécessité de son dépassement43. Le décalage entre l’ambition proclamée et la réalité est tel qu’il conduit une figure emblématique de l’autogestion conseilliste, comme Victor Fay, à rejoindre le PS pour tenter d’influer sur les réformes44. L’atonie des mouvements sociaux et la désyndicalisation, le chômage de masse, la crise des utopies, fussent-elles « concrètes » ou « réalistes », réduisent encore l’espace étroit où le PSU espérait survivre. Comment pousser à l’autogestion quand le socialisme au pouvoir a cessé de s’en réclamer, quand la décentralisation est conduite d’en haut, quand les travailleurs ne se mobilisent plus45 ? La reconnaissance symbolique et paradoxale que représente en mars 1983 l’entrée d’Huguette Bouchardeau au gouvernement46, au moment même où s’amorce la politique de rigueur, précipite le déclin du parti. Au nom de la fidélité à l’autogestion, des militants abandonnent un PSU perçu comme ayant renoncé à toute ambition transformatrice. D’autres continuent à dénoncer de l’intérieur le « suivisme » et prônent une « rupture » idéologique, politique et organisationnelle qui referait de l’autogestion une alternative47. Ces minoritaires l’emportent au congrès de Bourges en décembre 1984, provoquant en réaction d’autres défections, les transfuges qui rallient le PS pariant sur la possibilité d’y réactiver une sensibilité autogestionnaire48.

  • 49 Ibid., p. 96 sq.
  • 50 « De l’espérance quotidienne à l’invention d’un monde » fut le sous-titre d’Autogestion l’Alternat (...)
  • 51 « Pour un double rupture », op. cit., p. 6.
  • 52 Résolution générale du congrès, 2A, 157, 22-29 décembre 1986, p. 7-8.
  • 53 Voir leur site : www.alternatifs.org [lien consulté le 12 novembre 2012].

26La rupture avec la gauche de gouvernement, pour les nouveaux responsables du PSU, s’accompagne de la mise en avant du thème de l’« alternative49 ». L’autogestion a toujours été présentée, au PSU en particulier, comme une « alternative » : au socialisme d’État, au capitalisme, à la société productiviste (projets « alter » dans le domaine énergétique). Il s’agissait de « vivre autrement » dans une autre société. Dans sa période de « soutien critique » au gouvernement, le parti se présente comme le seul à maintenir le cap sur « l’invention d’un monde50 ». Tribune socialiste, « mensuel de l’autogestion », est significativement rebaptisée en 1982 Autogestion. L’Alternative (2A). Quant au bulletin interne du PSU, il s’intitule, depuis le début de la décennie, Pour l’Alternative. L’ambition « alternative » concerne également le parti lui-même : réactivant une préoccupation ancienne, le congrès de Bourges propose de refonder entièrement ses structures (allant vers un « réseau », une « coopérative »), conformément à sa vocation autogestionnaire51. Mais deux ans plus tard, à Bourg-en-Bresse, cette logique conduit un PSU exsangue à envisager à la quasi-unanimité sa propre disparition au profit d’« un mouvement pour une alternative socialiste autogestionnaire et écologiste52 ». Le champ de la gauche critique s’est en effet diversifié : aux groupes d’extrême gauche, de la LCR aux CCA, sont venus s’ajouter la gauche des Verts, nouvellement créés, et des dissidents d’un PCF en déclin. Les jalons complexes de la « recomposition » de cette petite nébuleuse hétérogène qui conduisent à la disparition du PSU et à sa fusion en 1989 avec la « Nouvelle gauche », issue des comités de soutien à la candidature de Pierre Juquin, en une « Alternative rouge et verte » (AREV), sortent de notre propos. Remarquons simplement que la nouvelle formation revendique toujours l’héritage de l’autogestion, contrairement au PS et à la CFDT. Mais elle n’est plus référence exclusive, ni même centrale. Elle partage à égalité l’affiche avec l’écologie politique. Lorsqu’en 1998, l’AREV cède à son tour la place aux « Alternatifs », l’autogestion n’est plus que l’un des quatre « piliers » de son projet, avec l’écologie, le féminisme et les solidarités53. Même pour les héritiers en ligne directe du PSU, elle a cessé de résumer d’un mot le rêve d’un autre monde.

27La rencontre avec l’idée d’autogestion fut-elle une chance pour le PSU ? Elle lui a fourni un drapeau, permis de s’affirmer positivement dans le champ politique de la gauche, a renforcé son aura de « laboratoire d’idées », l’a installé comme héritier légitime de l’« esprit de 68 » et lui a donné une relative homogénéité idéologique. Mais d’une certaine manière, le mariage a été célébré trop tard. Quatre ans après 1968, la nouvelle configuration politique ne lui laisse qu’un espace restreint. La voie révolutionnaire s’est révélée sans issue, et le PS, qui se réclame avec modération de l’autogestion, domine sans partage le terrain électoral, attirant à lui une partie des responsables et des militants du PSU. Alors même que l’idée autogestionnaire se diffuse plus largement et se banalise, la formation qui se présente comme son vecteur politique authentique est très tôt renvoyée à la marginalité. Si ses militants continuent à jouer un rôle dans les mouvements sociaux, anciens ou nouveaux, le parti en tant que tel ne pèse plus. Ses appels récurrents à la constitution d’une vaste regroupement des « autogestionnaires » restent sans écho. Dans les années 1980, l’invocation incantatoire de l’autogestion ne suffit pas à compenser son absence de prise sur le réel, dans un environnement bouleversé. La dissolution du parti consacre un échec stratégique depuis longtemps avéré et la disparition du socialisme autogestionnaire comme horizon d’attente. Ce qui ne signifie pas, loin de là, que l’héritage bigarré des critiques, propositions et expériences, qu’il a autrefois défendues à l’enseigne de l’autogestion, ait été définitivement perdu.

Notes

1 « La deuxième gauche, une histoire inachevée », Esprit, février 2006, p. 140-147.

2 À l’arrière-plan de nombreuses contributions, l’autogestion ne fait pas l’objet d’un chapitre spécifique dans l’ouvrage pionnier de Tudi Kernalegenn et alii (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2010.

3 Elle l’est par exemple par Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, 2000, p. 386.

4 Frank Georgi, « La France et la circulation internationale de l’utopie autogestionnaire », dans Geneviève Dreyfus-Armand (dir.), Les Années 68, un monde en mouvement. Nouveaux regards sur une histoire plurielle (1962-1981), Paris, Syllepse, 2008, p. 82-107. Sur le cas français, Frank Georgi (dir.), Autogestion, la dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

5 Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau Parti socialiste, Toulouse, Privat, 1990, p. 413-414.

6 Par exemple, Jean-François Leclerc, « Un mois dans un kibboutz, société communautaire moderne », Tribune socialiste, 5 février 1966.

7 « Éléments du programme du PSU », Textes et documents du congrès d’unification, Paris, 1960, p. 17-18.

8 Cf. « Les travailleurs peuvent-ils gérer l’économie ? », Les Cahiers du Centre d’études socialistes, 23-24, février 1963.

9 Frank Georgi, « La Nouvelle classe ouvrière : la construction politique d’une catégorie sociale dans la France des Trente Glorieuses », dans Jean-Michel Chapoulie et alii (dir.), Sociologues et sociologies. La France des années 60, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 227-238.

10 Par exemple Edmond Maire pour la Chimie, Frédo Krumnow pour Hacuitex, Pierre Naville, Daniel Guérin et Yvon Bourdet pour la revue Autogestion.

11 Voir Matthieu Jeanne, Le PSU et l’autogestion 1968-1974, mémoire de maîtrise d’histoire, CRHMSS, Paris 1, 1999.

12 Cf. Vladimir Claude Fisera, « Le PSU face à son histoire. Le tournant de Mai 68 », dans René Mouriaux et alii (dir.), 1968. Exploration du Mai français, t. 2, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 178-216. Cf. supra, Xavier Vigna.

13 Extraits dans Kathleen Evin, Michel Rocard ou l’art du possible, Paris, Jean-Claude Simoën, 1979, p. 225-228.

14 « Ce n’est qu’un début », Tribune socialiste, 374, 13 juin 1968, p. 1-2.

15 « La révolution dans la démocratie », ibid., p. 21-22.

16 PSU Documentation, 1, 15 novembre 1968.

17 Résolutions dans Tribune socialiste, 386, 24 octobre 1968, p. 4.

18 Pour une analyse des débats, cf. Matthieu Jeanne, op. cit.

19 Reproduite dans Michel Rocard, Le PSU et l’avenir socialiste de la France, Paris, Le Seuil, 1969, p. 144-152. Les passages entre guillemets qui suivent en sont extraits.

20 Secteur économique confédéral, « L’autogestion. Analyse de trois opinions : le PCF, le PS, le PSU », mai 1972 (Archives confédérales CFDT, 8H1634).

21 « Le PSU analyse l’accord entre le Parti communiste français et le Parti socialiste pour un Programme commun de gouvernement », PSU Documentation, 35-37, octobre 1972.

22 Ibid., p. 17.

23 Cf. Matthieu Jeanne, op. cit., p. 110-128.

24 Préface du Manifeste du Parti socialiste unifié. Contrôler aujourd’hui pour décider demain, Paris, Tema, 1973, p. 20.

25 Ibid. p. 19. Les expressions entre guillemets qui suivent sont extraites du Manifeste proprement dit.

26 Critique socialiste, 12, mars 1973, où s’opposent Robert Chapuis et Victor Fay.

27 Voir les actes du colloque Autogestion et révolution socialiste, Paris, Syros, 1973 et les « Quatorze thèses sur l’autogestion » adoptées par le CLAS (Critique socialiste, 15, octobre-novembre 1973).

28 Secteur politique confédéral, « Les principales orientations du PSU », 4 janvier 1974 (Archives CFDT, 8H1598).

29 Voir François Kraus, Les Assises du socialisme ou l’échec d’une tentative de rénovation d’un parti, Paris, Fondation Jean-Jaurès, 2002.

30 « Pour un communisme autogestionnaire », IXe Congrès du PSU Amiens décembre 1974. Les textes du congrès, Paris, Syros, 1975, p. 121-140.

31 Voir André Fontaine, Mai 68 dans l’histoire. Les ambiguïtés du socialisme autogestionnaire, Paris, L’Harmattan, 2010, et le bilan qu’il tire en mai 1978 (« Courant communiste autogestionnaire. Historique et positions fondamentales », texte dactylographié, confié à l’auteur par A. Fontaine).

32 Voir le numéro spécial de L’Internationale, 71-72, février 1975.

33 Tendance B, « Lettre ouverte aux militants du PSU », 7-8 mai 1977 (Archives de l’auteur).

34 Texte d’orientation adopté à Amiens, IXe Congrès…, op. cit., p. 9-42.

35 Voir PSU Information, 54, avril 1976 ; « États généraux pour l’autogestion socialiste 3-4 juillet 76 », brochure préparatoire ; compte rendu des débats : L’autogestion ? États généraux pour l’autogestion socialiste, Paris, Syros, 1976.

36 Brochure préparatoire, p. 3.

37 Postface de Michel Mousel, L’Autogestion ?…, op. cit., p. 259-267.

38 Supplément au no 772 de Tribune socialiste, « Le PSU dans le Front autogestionnaire ».

39 Patrick Viveret, Pierre Rosanvallon et Jacques Julliard, figures de proue du rocardisme théorique, sont tous, avec des degrés d’implication divers, passés par le PSU.

40 Intervention de Pascal Gollet au congrès, document dactylographié (Archives CFDT).

41 Huguette Bouchardeau, citée dans Nouvelles CFDT, 2 février 1979.

42 « L’expérimentation sociale en question », Critique socialiste, 35, juin 1979.

43 « Dossier d’accueil », PSU documentation, 144, mars 1982, p. 3.

44 Victor Fay, La Flamme et la cendre. Histoire d’une vie militante, Saint-Denis, PU Vincennes, 1989, p. 259-263 et Autogestion. Une utopie réaliste, Paris, Syllepse, 1996.

45 « Pouvoir socialiste et autogestion », Critique socialiste, 42, janvier-mars 1982.

46 Pour le PSU, elle consacre une « ouverture en direction du courant autogestionnaire » (« Information aux militantes et militants », Autogestion l’Alternative, supplément au no 14, 24-30 mars 1983, p. 3).

47 « Pour une double rupture », texte adopté à Bourges à la majorité relative, Autogestion l’Alternative, 76, 7-13 novembre 1984, p. 4-6.

48 Jacques Salvator et alii, « Pourquoi nous adhérons au Parti socialiste », Objectif : autogestion, no 0, mai 1985 (reproduit dans la brochure 1960-2010 : 50e anniversaire de la création du PSU, Paris, ATS, 2010, p. 94-95).

49 Ibid., p. 96 sq.

50 « De l’espérance quotidienne à l’invention d’un monde » fut le sous-titre d’Autogestion l’Alternative.

51 « Pour un double rupture », op. cit., p. 6.

52 Résolution générale du congrès, 2A, 157, 22-29 décembre 1986, p. 7-8.

53 Voir leur site : www.alternatifs.org [lien consulté le 12 novembre 2012].

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search