Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie IV. Déclin d’un parti, postérité d’un héritage

Déclin d’un parti, postérité d’un héritage

Texte intégral

1Quels sont les spécificités et transformations du PSU après 68 et, par-delà, ses héritages, telle est la question à laquelle cette dernière partie veut répondre. Du demi-échec de la direction rocardienne au début des années 1970, jusqu’à la progressive dissolution du parti à la fin des années 1980, le PSU n’a pas su se trouver une place durable dans le champ politique français. Durant un quart de siècle, il a certes été une formation charnière, mais il n’a pas réussi à achever sa mutation en parti présidentiel. Dans l’histoire de la gauche française au XXe siècle, d’autres formations, souvent aux racines parlementaires, situées entre les radicaux et les socialistes, ou entre les socialistes et les communistes, ont déjà existé sans laisser de trace pérenne. Aussi, l’hypothèse retenue ici est que le PSU n’a pas été seulement, comme eux, une buttetémoin d’une position médiane de son temps, pas plus qu’il n’aurait été un « laboratoire d’idées », selon la formule consacrée.

2Il s’agit donc de souligner la spécificité du PSU, en comparant, d’une part, ses experts économiques avec ceux des autres forces de la gauche socialiste, d’autre part son organisation avec celle du PSIUP italien, qui lui aussi est issu d’une scission à gauche et qui tente de s’ouvrir aux chrétiens.

3Au-delà de l’histoire des dernières années du PSU, c’est son héritage à long terme qui importe. L’autogestion semble bel et bien être son principal marqueur identitaire – et elle fait ici l’objet d’un article spécifique, mais apparaît en filigrane de tout l’après-Mai 68. Mais il faut aussi souligner son rôle dans l’émergence de l’écologie politique, de même que son ombre portée sur le PS, laquelle ne se résume pas au seul rocardisme, avec des apports idéologiques et en termes d’image. Les Assises du socialisme de 1974 achèvent ainsi le processus d’unification du socialisme français amorcé au congrès d’Épinay.

4Refusant l’adaptation aux logiques de la Ve République, le PSU a défendu des valeurs et initié des interrogations et des pratiques politiques originales, déjà remarquées par ses contemporains, et dont la portée historique se mesure au fait qu’elles sont toujours présentes dans la vie politique française près de trente ans après sa disparition. Ainsi l’histoire du PSU s’est-elle poursuivie, mais sans lui.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search