Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie III. Le PSU au carrefour des années 68 et 70

Comment le PSU a-t-il fait de la politique autrement ?

Hélène Hatzfeld

Texte intégral

1Nous voulons nous interroger sur la manière de concevoir le PSU aujourd’hui, soixante ans après sa fondation et vingt ans après sa disparition. Quelles questions a-t-il posées ? Quelles pratiques de changement social et politique a-t-il initiées, qui soient aujourd’hui audibles, sources de nouvelles réflexions et propositions ? Si le PSU est resté une expérience forte dans les mémoires et inspire encore de nombreuses recherches, c’est qu’il a puissamment contribué à transformer le rapport à la politique, dans une relation étroite avec la transformation sociale.

2Nous nous interrogerons, dans un premier temps, sur les présupposés de cette question : « Comment le PSU a-t-il fait de la politique autrement ? » et montrerons les limites des réponses qui y ont été apportées en termes de « nouvelle politique » ou de « parti de l’autogestion ». Puis, nous tenterons de dégager les principaux apports politiques du PSU.

Ce que présuppose de « faire de la politique autrement »

3La formule, que les écologistes ont largement contribué à diffuser, désigne aujourd’hui certaines attentes et expériences de renouvellement des pratiques et conceptions politiques, qui ont pris une forme particulièrement vive dans les années 1970.

Un renouvellement des pratiques et conceptions politiques

4Par « faire de la politique », on entend ici à la fois la politique institutionnelle, dont la vie électorale et la gestion des organes publics sont le pivot, et l’action militante. Mais, déjà, de ce point de vue, il n’est pas facile de cerner ce qui définit en propre le PSU, tout d’abord parce qu’il a beaucoup évolué. Même si l’on se limite aux années 1970, bornées par mai 1968 et l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, les conditions de son action et de son influence varient, avant et après le départ de son secrétaire général et d’une partie des adhérents au Parti socialiste (PS) en 1974. Cependant, la poursuite des réflexions et expériences nous incite à considérer l’ensemble de cette période. Le PSU est, par ailleurs, un parti poreux à l’air du temps et aux militantismes : au niveau central, où de multiples tendances font entendre leur voix et, plus encore, au niveau local. Ces fils qui relient le PSU aux Groupes d’action municipale (GAM), à l’Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale (Adels), à la CFDT, aux organisations d’extrême gauche, à de multiples associations et, selon les contextes locaux, à des milieux catholiques de gauche, laïques et communistes, sont des composantes de son identité polymorphe.

5« Autrement ». L’expression suppose des repères par rapport auxquels cette politique est jugée autre. Or, entre ce qui a pu être jugé « autre » à l’époque et maintenant, il existe un écart. Celui-ci est dû à l’intégration par la politique traditionnelle d’idées et de pratiques, comme la concertation, à l’expérience de la gauche au pouvoir, et plus globalement à la transformation des références idéologiques et politiques. À l’époque du PSU, « autrement » se définit par rapport à plusieurs repoussoirs : la quasi-exclusivité de la démocratie représentative, le poids de la centralisation, la domination du capitalisme sous ses diverses figures de l’exploitation et de l’oppression, en France, mais aussi du colonialisme et de l’impérialisme dans le monde, et le « socialisme démocratique » des pays de l’Est. « Autrement », c’est aussi, de façon émergente et conflictuelle, s’opposer à la logique productiviste et à la domination masculine dans la conduite de la société.

  • 1 Ronald Inglehart, The Silent Revolution. Changing Values and Political Styles Among Western Democr (...)
  • 2 Alain Touraine, Production de la société, Paris, Le Seuil, 1973.

6C’est par rapport à toute une culture politique que cet « autrement » a pu alors s’exprimer. « Autrement » prend sens dans cette « révolution silencieuse1 » dont Alain Touraine2 a été l’un des interprètes en France : elle voit émerger une société post-industrielle, où l’enjeu d’information devient central, et post-matérialiste, privilégiant des valeurs qualitatives.

7L’appréciation que l’on peut avoir de l’alternative politique portée par le PSU varie donc selon le choix des périodes et des documents de référence, selon la possibilité de distinguer les pratiques qui relèvent à proprement parler du PSU dans des contextes de forte imbrication militante, mais aussi selon l’échelle considérée, nationale ou locale, et le champ des comparaisons, en France ou dans d’autres pays.

  • 3 Sur le PS et la « nouvelle politique », voir Cathy Crawford, La nouvelle politique en France, mémo (...)
  • 4 Cf. l’étude que j’ai menée dans Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Les expériences (...)
  • 5 Une étude d’archives et de presse est en cours à Louviers.
  • 6 Ce séminaire a préparé les deux journées d’étude qui ont marqué le cinquantenaire de l’Adels en 20 (...)

8L’optique choisie ici se centre sur les années 1970 et sur le champ politique et social français, dans le but de faire apparaître les spécificités du PSU au regard d’autres partis, tel le PS3 ou de nouveaux mouvements sociaux4. Cette contribution s’appuie donc d’abord sur deux grands textes programmatiques qui encadrent la période : le manifeste « Contrôler aujourd’hui pour décider demain » (1972) et « Pour vivre, produire, travailler autrement » (1978). Les expériences autogestionnaires dans des municipalités, analysées à chaud par Christophe Wargny, constituent également un riche matériau, auquel il convient cependant d’apporter aujourd’hui des précisions5. Enfin, les témoignages recueillis lors du séminaire de l’Adels en 2009-20106 ont permis de mettre en perspective différents points de vue.

9Si l’originalité du PSU dans le champ politique français, malgré sa disparition et sa faiblesse électorale et militante, est une idée largement partagée, elle a été caractérisée de diverses façons. Nous en retiendrons deux : celle de la « nouvelle politique » et celle du « parti de l’autogestion ».

Le PSU : un parti de la « nouvelle politique » ?

  • 7 Marc Lazar (dir.), La gauche en Europe depuis 1945. Invariants et mutations du socialisme européen(...)
  • 8 Cathy Crawford, op. cit.., p. 9-10.
  • 9 PSU, Manifeste « Contrôler aujourd’hui pour décider demain », p. 88, cité par Cathy Crawford, op. (...)

10Dans La Percée de la nouvelle politique en France7, Cathy Crawford emprunte une expression anglo-saxonne : la « nouvelle politique » se caractérise par de nouveaux enjeux (surtout écologiques et qualitatifs), un style d’action peu conventionnel (provocations, occupations, boycottage…) et un profil socio-économique particulier des militants (appartenant à la « nouvelle classe moyenne »). En étudiant trois partis français (les Verts, le PSU et le PS), elle montre qu’en France, la nouvelle politique n’est pas « sous développée » mais « s’est développée différemment » du « modèle allemand » des Verts qui rassemble toutes les forces8. En ce qui concerne le PSU, elle limite toutefois l’identification de la « nouvelle politique » à la période 1968-1974, estimant que le PS et les Verts prennent ensuite le relais. Son analyse s’appuie sur la mise en parallèle du manifeste « Contrôler aujourd’hui pour décider demain » et des critères de la nouvelle politique, tels qu’ils se dégagent de la littérature anglo-saxonne portant sur divers partis et mouvements en Europe. Elle conclut ainsi que, sur l’ensemble des critères, le PSU correspond bien aux caractéristiques énoncées. Quels sont donc ces critères ? Les trois premiers relèvent clairement de l’écologie. La protection de l’environnement est considérée comme critère central : Cathy Crawford signale que le PSU « aborde très tôt les questions de pollution » et la menace que représente « le prélèvement sans mesure sur des ressources naturelles limitées9 ». Elle rappelle qu’il « cherche à implanter des contrôles politiques sur tous les aspects écologiques de la planification industrielle ». Le deuxième critère est la qualité de la vie : le PSU, selon Cathy Crawford, « a cherché à augmenter le temps de loisir disponible pour le travailleur et à améliorer la qualité des activités de loisirs offertes » ; il s’est aussi opposé aux programmes de rénovation urbaine. S’ajoute l’antinucléarisme, pour lequel le PSU a eu « une position claire » : il a été le premier parti à prendre une position active à ce sujet et, par exemple, à demander un moratoire immédiat après l’accident de Three Mile Island. Ces critères écologiques sont complétés par un critère culturel : la lutte du PSU « pour les droits individuels et l’épanouissement personnel », dont témoigne son engagement dans « l’action pour les femmes et les minorités ». La « nécessité de changer de mentalité » est particulièrement soulignée. Le critère politique, « la démocratie participative » suit, qualifié d’« axe principal ». Il est étayé par cet argument extrait du manifeste :

  • 10 Id., p. 111, cité p. 167.

« La démocratie purement représentative […] aboutit à un système de délégation qui éloigne toujours davantage le pouvoir de ceux qui en subissent les effets. Il est indispensable que soient instaurés des niveaux de décision […] plus proches de ceux qui sont directement concernés… (Comme cela) on se rapproche de la démocratie directe10. »

  • 11 Telle qu’elle est présentée dans les « 17 Thèses pour l’autogestion » en 1969. Le PSU et l’avenir (...)

11Parmi les nouveaux modes d’action, sont mentionnées la grève, les manifestations et l’autogestion11. Enfin, l’organisation très décentralisée du parti et la démocratie ascendante favorisée par l’existence de commissions spécialisées contribuent à donner du PSU l’image d’un parti relevant bien de la « nouvelle politique ».

12Ces indications permettent d’apprécier l’attitude politique du PSU au regard de transformations culturelles globales et des pratiques d’autres organisations en Europe. Mais elles ne rendent pas compte de ce qui a fait l’originalité du PSU dans cet ensemble. La question qui nous intéresse est donc de comprendre comment le PSU, en tant que parti, a donné une expression politique à cette révolution silencieuse. Quelles caractéristiques a-t-il dégagées dans le contexte propre à la France ? Avec quels termes et à travers quelles pratiques a-t-il tenté de leur donner corps ?

Le PSU : le parti de l’autogestion ?

  • 12 Christophe Wargny, Louviers, sur la route de l’autogestion ?, Paris, Syros, 1976 ; Mairies frappée (...)

13L’innovation portée par le PSU qui a le plus marqué les contemporains est l’autogestion. Le « projet autogestionnaire » tend donc à être interprété comme l’expression la plus aboutie de la volonté de « faire de la politique autrement ». Les analyses de Christophe Wargny12, qui détaillent le fonctionnement de plusieurs municipalités inspirées par l’autogestion, en témoignent. Aujourd’hui, cette appréciation est à corriger parce qu’elle ne prend pas en compte le contexte d’énonciation.

  • 13 Pour vivre produire travailler autrement. Programme autogestionnaire présenté par le PSU, Paris, S (...)

14La réflexion sur l’autogestion est, en effet, placée dans le cadre de la pensée marxiste, tout en se démarquant de son interprétation léniniste. L’autogestion se définit comme une alternative à la fois au capitalisme (et à la « crise de l’hégémonie bourgeoise ») et au socialisme des pays de l’Est : « Les révoltes des années 53, 56, 68, 70 ont, elles aussi, mis en évidence la nécessité du socialisme autogestionnaire comme la seule issue à une situation où l’aspiration au socialisme avait été détournée par un système bureaucratique13 », déclare le programme de 1978. L’autogestion se situe donc dans la perspective de « prise de pouvoir », d’une « révolution », selon un modèle à deux temps du type 1917, dans lequel le soutien au gouvernement de gauche débouche sur un antagonisme et un renversement des forces au pouvoir. Dans la logique autogestionnaire défendue par le PSU à l’époque, le « autrement » réside dans un double basculement du pouvoir. Vers « la base », le « pouvoir populaire » :

  • 14 Id., p. 60-61.

« On ne peut réellement parler d’affrontement entre les deux sources de pouvoir que si elles sont réellement alternatives, c’est-à-dire si le pouvoir populaire, fondé sur les organes autonomes de base, a acquis un développement, une coordination, une assise de masse, tels qu’il puisse vraiment être “candidat au pouvoir”14. »

15Le deuxième basculement est la condition du précédent : le pouvoir bascule vers les « travailleurs ». Le programme du PSU titre : « Changer la politique » et affirme aussitôt : « Qu’est-ce que la politique aujourd’hui sinon l’art d’empêcher les travailleurs de s’occuper de leurs affaires ? » Le PSU situe ainsi clairement l’autogestion dans les conceptions issues du marxisme et du mouvement ouvrier selon lesquelles changer la politique consiste à la mettre aux mains et au service des travailleurs. Il n’est pas question ici de « nouvelle politique »…

  • 15 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’e (...)

16Or, si l’autogestion, dans les années 1970, a pu en large partie, exprimer l’aspiration à un renouvellement des pratiques politiques, elle n’est plus aujourd’hui une notion vivante, signifiante d’avenir. Désigner le PSU comme « parti de l’autogestion » pour caractériser son apport politique, apparaît ainsi d’autant plus comme un confinement réducteur qu’il est encore considéré aujourd’hui comme un « laboratoire d’idées et d’élaboration de nouvelles pratiques militantes15 ».

Un laboratoire d’idées et de nouvelles pratiques militantes

17Par-delà l’autogestion, le PSU a été, en effet, un laboratoire de plusieurs façons : par son rôle de traducteur, par sa capacité à penser ou initier un ensemble de changements dans l’action politique, ses acteurs, et ses modes de fonctionnement, et plus globalement dans l’expérimentation de nouveaux principes démocratiques.

Le PSU : traducteur des mutations d’un monde en recomposition

  • 16 Hélène Hatzfeld, « L’autogestion, transition entre deux mondes », dans Frank Georgi (dir.), Autoge (...)
  • 17 Hélène Hatzfeld, « Marxisme et politique : les habits étroits de l’Union de la gauche », dans Mich (...)

18Le PSU saisit et traduit les mutations d’un monde qui se recompose. Il opère ainsi une médiation entre un fonds commun de la gauche (une certaine vulgate marxiste, un certain type d’organisation électorale, la démocratie représentative…) et de nouvelles conceptions du politique (les tendances émergentes de la démocratie « participative » et délibérative, une organisation pluraliste16…). Ce rôle passe par un double mouvement : une prise de distance par rapport au marxisme et à la conception communiste du changement politique, et une tentative d’expression du nouveau. La notion d’autogestion est révélatrice de cette entreprise de traduction : elle est à la fois empruntée au registre du mouvement ouvrier et aux marges du marxisme et du socialisme orthodoxes (les théories conseillistes, l’expérience yougoslave…). Elle est significative de la façon dont une nouveauté peut être dite et entendue, grâce à un décalage au sein du cadre conceptuel de référence17.

  • 18 Vincent Porhel, « Le PSU dans le mouvement social en Bretagne », dans Tudi Kernalegenn et alii (di (...)

19Cette traduction s’opère aussi dans les actes. « Adhérer au PSU, ce n’est pas se disposer à intégrer un discours officiel mais tenter d’inscrire dans les actes des innovations nées du mouvement de mai-juin18 », ou que celui-ci a rendues audibles : les innovations des nouveaux mouvements sociaux écologiste et féministe, des luttes ouvrières et paysannes, des luttes urbaines. C’est précisément dans ce rôle de traduction que réside la capacité du PSU à construire un autre rapport au politique.

La construction d’un autre rapport au politique

20Elle s’exprime par une redéfinition de ce qui est entendu par « politique » et par un ensemble de pratiques. Il s’agit d’abord de faire du politique une dimension de la société. Le PSU participe à ce mouvement profond de redéfinition du politique qui s’effectue dans les années 1960-1970, notamment avec les nouveaux mouvements sociaux. Le politique sort de la sphère institutionnelle constituée par le gouvernement, les élections ou les affaires internationales et est élargi. Dans la continuité du « tout est politique » de 1968, le PSU met en évidence la dimension politique des activités humaines et des rapports sociaux. L’urbanisme, l’enseignement, la consommation, les droits des femmes, l’environnement, l’organisation du travail… sont « politiques » dans le sens où ils portent la marque du capitalisme, et plus largement, de la domination de classe, de genre, de l’État-nation, du système marchand, de la centralisation, de la représentation comme forme exclusive de démocratie… Ils sont également perçus comme politiques dans la mesure où les enjeux de leur transformation sont l’objet de luttes et peuvent être formulés en termes de « projet de société ».

21Le PSU, en tant que parti, donne une expression globale à cette redéfinition du politique comme dimension de la société. Mais son rôle spécifique consiste plus encore à tenter de faire de la politique une affaire de la société : en changeant l’action politique, ses acteurs et leurs relations, ses modes de fonctionnement, et en créant des outils d’une « démocratie par le bas ».

22Le changement de l’action politique consiste d’abord à articuler le politique et d’autres domaines qui concrétisent sa redéfinition :

  • l’articulation au social, par l’implication des militants dans les grèves (Joint Français) et les occupations d’usines (Lip, Cerizay), par la construction de solidarités nouvelles, avec le mouvement paysan, les luttes pour l’avortement, les luttes anti-nucléaires et écologistes, les luttes urbaines… ;
  • l’articulation à l’économique, par la valorisation du service public contre le service marchand dans les municipalités ;
  • l’articulation au culturel, par le soutien à la démocratie culturelle comme politique d’expression, de création par les gens, contre la démocratisation culturelle, dénoncée comme politique de transmission d’une « culture bourgeoise ».
  • 19 La question des nationalités est réellement ouverte en 1971, avec la préparation du VIIe congrès. (...)
  • 20 Vincent Porhel, art. cit., p. 145.

23Le changement de l’action politique est aussi effectué par un basculement dans le rapport au territoire, entre central et local. L’introduction de la région au centre de l’idéologie du PSU apporte une vision nouvelle du territoire : elle ajoute une analyse horizontale, explicitant la dimension politique des questions locales, à l’analyse verticale, exprimée par le couple centralisation/échelons de décentralisation. Mais cette dimension politique du territoire prend des formes très différentes selon les périodes. Au début des années 1970, le PSU passe d’une approche socialiste moderniste où la région sert de nouvel échelon d’expérimentation (1966-1971) à un double tournant autogestionnaire et nationalitaire concomitant. Autogestionnaire : la région devient un échelon d’application de l’autogestion. Mais aussi nationalitaire : le PSU évolue d’une vision d’un territoire où État et Nation coïncident à celle de minorités nationales au sein de cet État : « Bretons, Corses, Basques, Catalans, Occitans, Alsaciens, etc.19 ». La vision unitaire et pyramidale de l’État-nation fait place à une mise en question de la domination de l’État sur les régions, par application du schéma anti colonialiste sur celles-ci, dont le rapport de Michel Rocard, Décoloniser la province (1967), constitue une première expression. Cette approche nationalitaire, qui « est profondément une réflexion sur le pouvoir, sur sa légitimité, sur son organisation20 » trouve une traduction concrète dans la reprise du mot d’ordre : « Vivre et travailler au pays ».

24Mais, pour le PSU, la redéfinition du politique implique aussi une redéfinition des agents de l’action politique, de leurs rôles et de leurs relations. Les élus et les techniciens voient leur rôle relativisé au profit des citoyens, ce qui suppose un profond changement de conceptions. Aux élus, est attribué le rôle d’« animateurs du mouvement social », et plus largement de la vie politique nécessaire à la décision démocratique. Les techniciens sont recentrés sur un rôle technique : aider les habitants à élaborer leurs propositions. Leur rôle est limité à celui de conseillers et d’informateurs, surtout pas de « décideurs », selon Christophe Wargny.

  • 21 Christophe Wargny, Sur la route de Louviers, op. cit.., p. 78.

« Ils doivent contribuer à préparer les projets souhaités par la population et les élus, et non point s’incliner devant les nécessités techniques (qui sont en général une marque d’impuissance face aux exigences administratives). À Louviers, les techniciens participant aux commissions municipales n’ont le droit que d’y apporter des éléments d’information, jamais de s’exprimer simultanément comme citoyens et comme techniciens21. »

25Enfin, les citoyens, qui sont nommés en tant que tels (et non habitants) sont censés mettre en œuvre leur potentiel de création, de responsabilité et d’esprit critique : ils ont donc un rôle central de concepteurs. Cette répartition des rôles présente notamment l’intérêt de prendre en compte la complexité d’un processus démocratique d’élaboration d’une décision et se distingue ainsi d’une approche en termes de démocratie directe.

26L’idée de « faire de la politique autrement », telle qu’elle a été diffusée par les écologistes, visait aussi à les distinguer des partis politiques par leur organisation et leur mode de fonctionnement. Parti ou mouvement ? Ce débat, très ancien, a pris une vive tournure dans les nouveaux mouvements sociaux. Au parti politique, organisation durable qui vise à conquérir et à exercer le pouvoir en défendant un certain nombre d’idées définies dans un programme, était opposé le mouvement censé exprimer la pluralité, l’évolution et l’adaptation et donc dépasser les logiques de pouvoir. Or le PSU est issu de formations de la gauche, a les structures d’un parti politique, participe aux élections… N’a-t-il donc aucune spécificité ? Nous nous limiterons ici à quelques indications, son fonctionnement interne au niveau central et local, ses relations avec d’autres organisations et les débats qu’ils ont suscités méritant une analyse plus approfondie.

  • 22 Séverine Lacalmontie, « De la recherche à l’invention d’une cause : les militants du PSU et le dro (...)

27Le PSU est apparu à ses contemporains comme un parti différent des autres partis de gauche par un ensemble de traits. Le PSU expérimente en effet une organisation politique originale d’abord par la reconnaissance d’une pluralité de « tendances » politiques : reflet de la diversité mouvante des courants d’opinion qui irriguent la gauche et l’extrême gauche, elle témoigne aussi de la prise en compte par l’organisation de l’égalisation des droits des individus à exprimer un point de vue politique, à affirmer d’autres légitimités de paroles politiques que celle de la conformité à une doctrine. L’originalité du PSU est aussi marquée par l’amorce d’une réflexion sur la représentation des non-représentés, précisément les travailleurs immigrés22. Enfin, le pluri-militantisme des membres du PSU, qui privilégient souvent leur action dans des associations catholiques ou du cadre de vie, dans des groupes-femmes, ou dans la CFDT, confère à celui-ci l’allure d’un parti aux contours flous, très éloigné du modèle léniniste du parti d’avant-garde, entouré de ses organisations de masse.

  • 23 Cf. Huguette Bouchardeau, Un coin dans leur monde, Paris, Syros, 1980.

28Cependant, la transformation du PSU reste limitée : elle correspond davantage à une série d’adaptations et de bricolages avec la forme partidaire, en fonction des cultures politiques et des forces en présence dans des villes ou des fédérations, de l’intérêt porté à des exemples étrangers, que le résultat d’une pensée politique d’une « autre organisation ». La difficulté rencontrée par les militantes du PSU participant à des groupes-femmes pour transformer les relations entre genres au sein du parti est un symptôme de cette limite23.

La construction d’une démocratie par le bas

29La cohérence de la démarche alternative du PSU repose alors sur l’élaboration d’outils d’une démocratie par le bas, dont témoignent les expériences menées dans des municipalités où le PSU joue un rôle important.

30Le système d’information est le premier de ces outils : par un bulletin municipal publiant une diversité de points de vue, des affichages, des réunions, etc., dont le but est de « faire débat avant la décision », selon une pratique encore très peu répandue.

  • 24 Christophe Wargny, op cit., p. 88-89.
  • 25 Id., p. 100.

31Le « contrôle », quant à lui, désigne le processus d’élaboration des décisions, depuis le droit d’intervention jusqu’au suivi de l’application des décisions. À Louviers, « les interpellations des groupes représentatifs sont possibles en plein conseil municipal, auquel le public assiste nombreux, parce que les débats n’y sont pas de pure forme. Les inspirateurs des projets exercent ensuite le contrôle de leurs propres décisions24 ». Sont expérimentés des lieux et modalités de réflexion, de débat, de proposition, de critique, tels que les ateliers d’urbanisme et les commissions thématiques. Il existe également une réflexion sur les modalités susceptibles de désamorcer les mécanismes de détournement de la démocratie. Ainsi, à Louviers, explique Christophe Wargny, « on ne vote jamais en assemblée générale. Un tel procédé peut favoriser les militants les plus disponibles ou les meilleurs orateurs. Il s’agit, en fait, d’aller le plus loin possible dans la résolution des contradictions. Les ordres du jour, longtemps inexistants, restent largement ouverts ; il n’y a personne qui ne puisse y parler de ses préoccupations25 ».

  • 26 Tudi Kernalegenn et alii (dir.), op. cit.., p. 343.

32L’« animation » est, enfin, au cœur du « faire de la politique autrement ». La démocratie par le bas passe par un travail idéologique effectué au niveau des fédérations, soit de manière classique par répercussion des réflexions produites à l’échelle nationale, soit par une réflexion autonome et ascendante. On peut ainsi distinguer des fédérations « succursalistes » et des fédérations « proactives26 » L’expression « animation » peut étonner aujourd’hui, mais elle désigne à l’époque l’activité de mise au jour, de construction, de valorisation de la créativité individuelle et collective, selon une conception inspirée d’Ivan Ilitch, pouvant conduire parfois à des postures très libertaires.

33S’il est clair que le PSU a su innover dans ses manières de faire de la politique par rapport aux conceptions et aux pratiques dominantes dans les années 1970, il apparaît aussi que ces dernières s’inscrivent dans le cadre conceptuel à travers lequel le changement politique et social est alors pensé, qu’elles s’expriment dans des termes qui aujourd’hui ont changé de sens, perdu leur force subversive ou ont tout simplement disparu. Aussi, la réponse à la question : « Comment le PSU a-t-il fait de la politique autrement ? » est-elle de prime abord mitigée. Il est cependant possible de mieux appréhender ce qui caractérise le PSU en s’intéressant à la finalité de cette entreprise. Faire de la politique autrement : mais pour quoi faire ? Quel en est l’enjeu ?

34Si le PSU partage avec les autres partis de gauche une logique pédagogique, visant à rendre les gens autonomes, pour préparer le temps du socialisme, du pouvoir, s’il s’agit aussi de donner la preuve de la compétence de la gauche, et plus encore de montrer ce que les gens peuvent faire s’ils « prennent leurs affaires en mains », la logique propre du PSU consiste à donner une expression et une légitimité à des tendances émergentes. Cette logique, au contraire des précédentes, ne peut réellement apparaître qu’a posteriori, dans une reconstruction généalogique de questions ou de notions qui font sens aujourd’hui. Le PSU a ainsi contribué à la construction d’une altérisation des conceptions et pratiques politiques, à leur donner une globalité et une cohérence qui n’ont été le fait ni du mouvement écologique, ni d’autres mouvements alternatifs, ni du Parti socialiste. Par sa porosité aux idées émergentes, par la dilution d’une partie de ses forces militantes dans une diversité de mouvements alternatifs, par sa capacité à travailler à la marge, avec la marge, à être travaillé par la marge, il a puissamment éclairé les limites des logiques dominantes à l’œuvre. Par sa capacité à associer des pratiques organisationnelles ou électives traditionnelles et des innovations militantes dans les luttes ouvrières, paysannes, féministes, environnementales, il a donné une légitimité à ce que pourrait être une politique-expérimentation, une politique-processus alliant représentation, délibération et construction de décision de façon itérative. Mais ce rôle a été en même temps dépendant d’un contexte donné et le PSU a perdu sa force subversive lorsque ce contexte s’est recomposé dans les années 1980.

Notes

1 Ronald Inglehart, The Silent Revolution. Changing Values and Political Styles Among Western Democracies, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1977.

2 Alain Touraine, Production de la société, Paris, Le Seuil, 1973.

3 Sur le PS et la « nouvelle politique », voir Cathy Crawford, La nouvelle politique en France, mémoire de DEA Histoire, sous la direction de Serge Berstein, IEP de Paris, 1991 ; et Hélène Hatzfeld, « Une révolution culturelle du Parti socialiste dans les années 1970 ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, octobre-décembre 2007, no 96, p. 77-90.

4 Cf. l’étude que j’ai menée dans Hélène Hatzfeld, Faire de la politique autrement. Les expériences inachevées des années 1970, Rennes, PUR, Adels, 2005.

5 Une étude d’archives et de presse est en cours à Louviers.

6 Ce séminaire a préparé les deux journées d’étude qui ont marqué le cinquantenaire de l’Adels en 2009.

7 Marc Lazar (dir.), La gauche en Europe depuis 1945. Invariants et mutations du socialisme européen, Paris, PUF, 1996.

8 Cathy Crawford, op. cit.., p. 9-10.

9 PSU, Manifeste « Contrôler aujourd’hui pour décider demain », p. 88, cité par Cathy Crawford, op. cit.., p. 141.

10 Id., p. 111, cité p. 167.

11 Telle qu’elle est présentée dans les « 17 Thèses pour l’autogestion » en 1969. Le PSU et l’avenir socialiste de la France. Histoire et sociologie d’un parti par Roland Cayrol. Michel Rocard parle… Les 17 thèses du PSU, Paris, Le Seuil, coll. « Politique », 1969.

12 Christophe Wargny, Louviers, sur la route de l’autogestion ?, Paris, Syros, 1976 ; Mairies frappées d’autogestion, Paris, Syros, 1978 ; À Vandoncourt, c’est tous les jours dimanche, Paris, Syros, 1980.

13 Pour vivre produire travailler autrement. Programme autogestionnaire présenté par le PSU, Paris, Syros, 1978, p. 7-8.

14 Id., p. 60-61.

15 Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard et Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2010.

16 Hélène Hatzfeld, « L’autogestion, transition entre deux mondes », dans Frank Georgi (dir.), Autogestion, la dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 173-185.

17 Hélène Hatzfeld, « Marxisme et politique : les habits étroits de l’Union de la gauche », dans Michelle Zancarini-Fournel et Philippe Artières (dir.), 1968, une histoire collective, Paris, La Découverte, « Cahiers libres », 2008, p. 754-760.

18 Vincent Porhel, « Le PSU dans le mouvement social en Bretagne », dans Tudi Kernalegenn et alii (dir.), op. cit.., p. 94.

19 La question des nationalités est réellement ouverte en 1971, avec la préparation du VIIe congrès. (cf. la motion de la section de Brest : « Pour une lutte révolutionnaire des minorités ethniques » qui propose la reconnaissance de « l’existence des minorités ethniques vivant en France, minorités régionales, travailleurs immigrés et gitans ». Cette question est « abordée de front » au VIIIe congrès en 1972. Dans l’argumentation qu’en donne le Manifeste du PSU. « Contrôler aujourd’hui pour décider demain » (1973), la question des « minorités nationales » est étroitement liée aux autres luttes. Cf. p. 72-73 et annexe 2 de ce manifeste.

20 Vincent Porhel, art. cit., p. 145.

21 Christophe Wargny, Sur la route de Louviers, op. cit.., p. 78.

22 Séverine Lacalmontie, « De la recherche à l’invention d’une cause : les militants du PSU et le droit de vote des immigrés », dans Tudi Kernalegenn et alii (dir.), op. cit..

23 Cf. Huguette Bouchardeau, Un coin dans leur monde, Paris, Syros, 1980.

24 Christophe Wargny, op cit., p. 88-89.

25 Id., p. 100.

26 Tudi Kernalegenn et alii (dir.), op. cit.., p. 343.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search