Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie III. Le PSU au carrefour des années 68 et 70

Le PSU dans les luttes sociales après 1968

Vincent Porhel

Texte intégral

  • 1 Cité dans Roland Cayrol, « Le choix du PSU », Revue française de science politique, octobre 1967.

1« Nous sommes un parti de la petite bourgeoisie qui fait partie de la coalition de la gauche et non pas le parti de l’avant-garde ouvrière1. » Quand Jean Poperen, amer, assume par cette apostrophe son statut de réformiste en marge du Ve congrès du PSU tenu à Paris en juin 1967, il met également en lumière les tensions qui tiraillent la direction du PSU, partagée entre réformisme électoraliste et aspirations révolutionnaires. Quelques mois plus tard, électrisé par les événements de mai-juin 1968 auquel il a pris une part notable, le PSU semble définitivement faire corps avec la longue séquence de contestation amenée à se développer à toutes les échelles du territoire jusqu’au début des années 1980. Or cette place marquante que va tenir le PSU dans la France en lutte des années 1968, il la doit d’abord à son réseau de militants qui s’investissent dans les multiples conflits sociaux qui émaillent l’actualité économique et sociale du pays.

  • 2 Vincent Porhel, « Le PSU dans le mouvement social en Bretagne », dans Tudi Kernalegenn, François P (...)

2Mais quels militants pour quels modes d’action ? Suivre l’influence du PSU au sein des luttes sociales des années 1968 est un exercice délicat. La multi-appartenance revendiquée des acteurs et actrices brouille les identifications et l’affichage politique cède souvent le pas à un affichage syndical plus acceptable par les militants usiniers d’autant que, plus que tout autre engagement, l’entrée en militantisme au PSU procède, dans l’après-1968, d’une dimension individuelle plus que collective. Cette forme d’engagement tranche avec la norme d’un investissement de classe incarné par le militantisme communiste contre lequel s’élève justement le PSU2. Dans l’attente de vastes enquêtes prosopographiques, c’est donc souvent au détour des archives que l’on surprend l’action militante du PSU. On peut cependant tenter de suivre au fil de conflits sociaux « significatifs », pour reprendre une phraséologie cédétiste, l’expression d’un militantisme PSU pris dans les fins réseaux tissés par le catholicisme social et dynamisé par les nouveaux répertoires d’action nés des événements de mai-juin 1968.

Le PSU et ses militants dans l’après-1968 : le local au pouvoir

La mise en œuvre d’une contestation locale

  • 3 Frank Georgi, « Les “rocardiens” : pour une culture politique autogestionnaire », dans Frank Georg (...)

3Lors du congrès de Paris en juin 1967, le PSU décide donc de radicaliser son action politique et marque de ce fait un intérêt renouvelé pour les luttes sociales qui se développent sur le territoire, à l’exemple des grèves de la Rhodiaceta à Besançon puis à Lyon. La motion rocardienne, victorieuse, souligne ainsi la « nécessité de s’insérer dans les luttes économiques et sociales des régions », en créant des liens avec les travailleurs sur leurs lieux de travail. Dans la continuité de ces prises de position, le conseil national de Versailles des 30 et 31 mars 1968 offre une large visibilité aux militants d’usines en axant son ordre du jour sur les luttes sociales et la défense de l’emploi. Les événements de mai-juin 1968 accélèrent ce positionnement idéologique suivant en cela une base de militants rajeunie, prompte à participer aux luttes ouvrières en plein essor. Le programme d’action de janvier 1971 est une butte-témoin de la reconnaissance par les instances du parti de cet engagement militant. Il y est précisé le concept de « contrôle ouvrier » entérinant ainsi la volonté de rupture avec la légalité patronale et bourgeoise, c’est un signal fort en direction d’une base devenue le moteur des initiatives du parti. En décembre 1972, le manifeste « contrôler aujourd’hui pour décider demain » souligne encore l’importance des mobilisations d’usines en s’inscrivant clairement dans une démarche autogestionnaire3. Au fil de cette période, le PSU, profondément impliqué dans les luttes d’usine, semble bien apparaître comme le lien entre la gauche traditionnelle et l’extrême gauche, jouant ainsi un rôle clé dans la construction et le développement des luttes sociales en France.

4Reste que l’élection de Michel Rocard à la députation en 1969 avait déjà marqué le tournant électoraliste du parti, une orientation renforcée par sa victoire au congrès de Lille en 1971 et l’interdiction de la double appartenance PSU-maoïste en 1972. Mais au-delà des querelles d’appareil qui trouvent leur débouché entre 1972 et 1974, c’est bien sûr l’action individuelle comme collective des militants que se construit la participation du PSU aux luttes sociales.

Qui sont les militants du PSU ?

  • 4 Édouard Depreux, Servitude et grandeur du PSU, Paris, Syros, 1974.
  • 5 Yves Tavernier et Laurent Cayrol, dans « Sociologie des adhérents au parti socialiste unifié », Re (...)
  • 6 « La fédération du Rhône du PSU », octobre 1968, Archives départementales du Rhône, 4434W74 et Oph (...)
  • 7 Reste que cette assignation, qui tend à se généraliser dans les commentaires postérieurs, a pour c (...)

5Diverses enquêtes ont tenté de cerner le profil socioprofessionnel des militants du PSU après 1968, conséquence de la forte affluence qu’entraînent les événements (+ 43 % selon Édouard Depreux en 19744) au risque d’une typologie abstraite. De cet ensemble d’études menées de 1969 à 19725, on constate la permanence, à toutes les échelles d’observation du national au local, d’une minorité ouvrière de l’ordre de 13 à 14 % ce qui va à l’encontre des représentations couramment admises. Certes, le parti se caractérise surtout par une forte représentation d’enseignants et de fonctionnaires (30 %) et une part variable d’employés et d’instituteurs (celle-là reculant au profit des étudiants et des enseignants dans l’après-68), mais la composante ouvrière, du moins jusqu’en 1974, est loin d’être anecdotique. De ces études, semble pourtant ressortir un profil type du militant PSU largement diffusé : il est plutôt jeune (même si l’âge moyen varie en fonction des terrains étudiés, 37 ans à Lyon6), urbain, actif et instruit. Des caractéristiques sociologiques qui semblent rendre difficile la pénétration des militants du PSU au sein des usines d’ouvriers spécialisés (OS) emblématiques des luttes post-68. La formation chrétienne sociale de nombre de militants est également abondamment soulignée7.

  • 8 On pense évidemment aux nombreuses injonctions de Raymond Marcellin aux préfets pour contrer l’œuv (...)
  • 9 « La crise de mai », 24 juin 1968, 19 p., Archives départementales du Rhône, 4434W85b. Mais cette (...)

6Ces caractéristiques sociologiques font florès et participent à construire un mythe autour de l’influence du PSU au sein d’une société française perçue par les observateurs comme dangereusement déstabilisée8. Ainsi, une célèbre analyse des Renseignements généraux (RG) du 24 juin 1968 trace le profil d’un parti contrôlant de bout en bout la contestation de mai-juin : « Le PSU est donc le “chef d’orchestre”, 13 000 adhérents idéalistes, indisciplinés, chamailleurs, dissidents de la SFIO ou du PCF, ou trotskystes en mission qui rêvent de répéter en France la révolution de 19179. » À Lyon, en octobre 1968, un fonctionnaire des RG note que « la fédération du Rhône du PSU est composée en majorité de militants chrétiens, protestants mais surtout catholiques dont l’esprit révolutionnaire et la combativité sont stimulés par des pères dominicains faisant office de “directeurs spirituels” ». On est proche là d’une définition quasi sectaire au risque d’une caricature par ailleurs relativement courante dans les notes des RG dans l’après-1968. De fait, une analyse plus attentive de l’étude suscitée dévoile au contraire des débats très denses entre les militants catholiques et les autres, preuve que si les premiers occupent effectivement une position privilégiée au sein du parti (les catholiques composent la moitié du bureau fédéral), ils sont loin d’imposer une lecture politique spécifique.

  • 10 Roland Cayrol, Jacques Capdevielle, « Les groupes d’entreprise du PSU », Revue française de scienc (...)
  • 11 Vincent Porhel, Ouvriers bretons : conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les a (...)

7Qu’en est-il donc de la réalité d’une emprise du PSU sur les luttes sociales dans l’après-1968 ? Un indicateur de la capacité militante des militants PSU au sein des usines en lutte peut être la mise en évidence des groupes d’entreprises qui se révèlent dans l’immédiat après-68. Ceux-ci vont apparaître ou se révéler dans le champ des luttes sociales, d’une part grâce à l’impulsion qui leur est donnée par le responsable national « entreprise » du PSU Abraham Behar et d’autre part par la candidature de Michel Rocard à la présidence de la République en 1969, laquelle renforce la légitimité de ces groupes au sein des usines. En janvier 1971, on estime leur nombre à 35010. Une implantation qui est loin d’être négligeable, y compris face aux sections d’entreprise du PCF. Mais, la grande majorité de ces groupes est localisée au sein de grandes structures industrielles ou de services dispensant des salaires élevés et exigeant un haut niveau de qualification (industrie électronique notamment). La majorité des militants usiniers du PSU sont des techniciens ou des ingénieurs affiliés à la CFDT, plus rarement des ouvriers qui privilégient l’adhésion à la CGT. L’activité militante - très souvent étroitement liée à l’action de la section locale – est souvent réduite et le tractage est la principale – voire la seule – manifestation de militantisme (avec des exceptions comme l’usine CSF-Thomson de Brest par exemple11). Cette activité militante n’est pourtant pas qu’anecdotique quand on réalise les difficultés de confection et de distribution des tracts au sein des usines dans les années 1968. Cela souligne les obstacles rencontrés par le PSU pour intégrer les dynamiques usinières liées aux luttes d’OS qui, à partir du conflit de Renault Flins en 1971 et de Pennaroya à Lyon en 1972, dominent les représentations médiatiques, d’autant que les militants se confrontent sur ce terrain aux militants communistes de la CGT qui sont nettement mieux implantés.

8C’est donc moins par la présence massive au sein des usines que par des démarches individuelles puis agrégatives que se manifeste l’action revendicative des militants PSU dans l’après-1968. Celle-ci trouve son expression privilégiée dans trois conflits référents, qui vont porter la sensibilité PSU en marquant un renouvellement des répertoires d’action.

Le renouvellement des répertoires d’action au travers de trois conflits référents : Joint Français, Lip, Larzac

9Au dyptique traditionnel Lip/Larzac, dont la conjonction chronologique a construit le caractère emblématique, il paraît intéressant d’interroger le triptyque Joint Français – Lip – Larzac. En effet, le conflit du Joint Français à Saint-Brieuc est le premier conflit usinier d’OS au sein duquel le PSU joue un rôle essentiel se mettant ainsi dans le sens de la période.

10Le conflit du Joint Français se développe à Saint-Brieuc de février à mai 1972 dans une usine chimique fabriquant des joints en caoutchouc. Ses caractéristiques, largement popularisées dans le temps de l’événement, sont de plusieurs ordres : un discours à portée régionaliste qui envahit le répertoire militant, un vaste soutien à la lutte incarnée, entre autre, par le rôle majeur joué par la municipalité PSU, enfin une victoire ouvrière marquante. Le conflit Lip dans l’industrie horlogère, de 1973 à 1975, popularise le mot d’ordre autogestionnaire, lequel se traduit par de multiples ventes des montres « Lip » au travers du pays afin de soutenir la lutte ouvrière. Enfin, le conflit du Larzac, de 1971 à 1981, s’inscrit dans une lutte à caractère antimilitariste, puis régionaliste, contre l’extension d’un camp militaire.

11Apparemment, ces trois conflits apparaissent très différents dans leurs attendus et dans leurs revendications. Pourtant, ils marquent la période en ce qu’ils génèrent un fort mouvement de solidarité au niveau local puis national, qu’ils fédèrent la quasi-totalité des organisations gauchistes, et enfin qu’ils sont largement irrigués par la militance du PSU.

12La popularité de ces conflits tient à plusieurs facteurs qui illustrent la dynamique militante du PSU : d’une part la densité des réseaux militants qui facilite la mobilisation et la médiatisation au sein des comités de soutien, d’autre part le recours à des formes d’action faisant appel à des pratiques illégales (séquestration, occupation) pour populariser les mots d’ordre. Enfin, un engagement moins visible des militants du PSU tient à une fonction d’expertise – liée à leur capacité professionnelle et/ou militante – qu’ils apportent aux luttes sociales.

Des réseaux militants efficients

  • 12 Leur importance dans les luttes est particulièrement visible au sein de conflits plus localisés.
  • 13 Pas inhabituels en Bretagne, ces engagements apparaissent beaucoup plus ponctuels en région Rhône- (...)

13L’une des caractéristiques de l’appartenance au PSU, et l’un de ses atouts majeurs, reste la possibilité de la multi-appartenance permettant aux militants de pénétrer des structures de mobilisation très diverses. Cette multi-appartenance apparaît comme un puissant levier d’action en ce qu’il permet d’asseoir et d’étendre les mobilisations en s’appuyant sur d’autres structures militantes connectées par des interrelations, qu’elles soient syndicales, familiales, culturelles ou religieuses. Un même militant peut agir au sein de plusieurs sphères militantes et ainsi démultiplier l’impact d’une mobilisation. Au fil de ces conflits, on est frappé par la permanence d’un soutien de la hiérarchie catholique aux luttes par une prise de parole publique, ainsi l’intervention de l’évêque en marge du conflit du Joint Français le 30 mars 1972. Certes, ce soutien aux luttes sociales de la part de l’Église n’est pas nouveau et il est à placer dans l’ouverture permise par le concile Vatican II en 1962, mais les archives montrent bien le rôle joué dans cette ouverture par les mouvements d’action catholique qui interpellent leur hiérarchie. On peut souligner également la présence des prêtres ouvriers parmi les militants PSU12, ainsi que le grand rôle joué dans les mobilisations par des associations catholiques comme l’Action catholique ouvrière (ACO) ou le Mouvement rural des jeunesses chrétiennes (MRJC). La prise en compte de la prégnance de ces liens issus du catholicisme social est fondamentale pour expliquer l’entrée timide des militants jacistes au sein du PSU13. Cette ouverture permet de cristalliser les contacts avec les militants paysans des CDJA ou des Paysans travailleurs et de mettre en place des collectes de produits alimentaires pour les grévistes, comme au Joint Français à Saint-Brieuc en 1972, où les choux-fleurs offerts aux patrons séquestrés restent dans les mémoires.

  • 14 Les derniers militants du GOP quittent le PSU à l’issue du conseil national de Colombes le 15 avri (...)
  • 15 Xavier Vigna, « LIP et Larzac : conflits locaux et mobilisations nationales », dans Philippe Artiè (...)
  • 16 Entretien Jean Lefaucheur du 3 octobre 2000.
  • 17 Jean-Paul Salles, La Ligue communiste révolutionnaire. Instrument du grand Soir ou lieu d’apprenti (...)
  • 18 Choukri Hmed, « Contester une institution dans le cas d’une mobilisation improbable : la “grève de (...)

14Dans un autre ordre d’idée, la commune appartenance au PSU des leaders de la grève de LIP et du conflit du Larzac (incarnée par les personnalités de Charles Piaget et de Bernard Lambert) va permettre la continuité des relations entre les deux conflits dès la première manifestation de tracteurs de Millau vers Paris en janvier 1973. Cette densité des relations se lit dans les communes prises de position et la continuité des modes d’action de l’un et l’autre conflit. Ainsi, cette manifestation emblématique qui donne sens au conflit du Larzac initiée par la gauche ouvrière et paysanne (GOP), fraction du PSU en voie de séparation14, permet aux deux conflits voisins de parvenir ensemble à une audience nationale15. À Saint-Brieuc, Jean Lefaucheur illustre un autre mode de gestion des conflits par le PSU. Secrétaire de l’UD-CFDT en charge du déroulement du conflit et militant du PSU, Jean Lefaucheur est issu de la mouvance familiale du Mouvement de libération du peuple (MLP16). Cette composante initiale du PSU qui s’inscrit au sein de l’Union de la gauche socialiste, se révèle également être un cadre privilégié de rencontres avec les militants trotskystes de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR17) attirés par la présence de travailleurs souvent syndicalistes. De là, se développent des échanges entre ESU et JCR qui prennent la forme de collages et tractages communs et de diffusion de textes condamnant la répression des militants gauchistes. Ces accointances ont également des débouchés au sein des luttes d’usines et le parcours de Jean Lefaucheur explique en partie la large tolérance de son organisation à l’égard des groupes gauchistes au cours du conflit du Joint Français, du moins jusqu’au raidissement de la CFDT à leur égard à partir du congrès de Nantes en 1973. Cette capacité à utiliser la multi-appartenance se retrouve dans d’autres conflits qui émaillent la période : ainsi lors de la longue grève des loyers de la Sonacotra en 1975, les grévistes se réunissent dans une salle prêtée par un militant PSU, qui appartient également à la confédération syndicale du cadre de vie18.

  • 19 Ainsi au sein de la cellule lyonnaise, il est relevé un taux de 66 % de syndiqués dont 43 % à la C (...)
  • 20 Ainsi cette accusation de « sous-marin » des militants PSU. Entretien GL, des 16 et 22 juillet 199 (...)

15Le champ institutionnel est un autre espace d’intervention privilégié tout d’abord dans un cadre syndical notamment au sein de la CFDT – mais de façon moins massive que l’on pourrait le croire19 – mais également dans un cadre plus politique. Dans le cadre syndical, l’arrivée de ces militants nombreux et formés, et prétendant à des postes à responsabilités, entraîne parfois des crispations au sein de l’appareil20. D’autant que pour nombre de militants du PSU pénétrant au sein des organisations, les rôles respectifs sont clairs : le syndicat gère le quotidien et la sortie des conflits, le PSU et l’extrême gauche déclenchent et animent les luttes. Dans le champ municipal, les exemples sont évidemment moins nombreux étant donné la faible emprise électorale du PSU. Reste que dans l’une des rares villes dirigées par une municipalité PSU, telle Saint-Brieuc en 1972, le maire Yves le Foll montre l’exemple d’un soutien municipal aux luttes par la distribution de bons d’achat aux grévistes. À Besançon, c’est le pouvoir économique qui vient au secours des luttes quand Michel Rocard actionne ses réseaux afin de permettre une reprise de l’entreprise par des patrons modernistes.

Comités de soutien et manifestations

  • 21 Centre des archives contemporaines de Fontainebleau (CAC), « Grèves et conflits sociaux 1970, 1971 (...)

16Cette capacité de fédération des volontés militantes s’exprime de façon privilégiée dans la mise en place des comités de soutien dont le PSU est très largement à l’initiative, ils permettent une visibilité de l’organisation notamment quand les militants peinent à avoir accès au conflit à l’intérieur de l’usine comme à Renault Flins en 197121. Ces comités de soutien se généralisent dans les années 1968 en marge des conflits sociaux et sont un puissant levier de mobilisation militante. Ils jouent un rôle grandissant dans la construction des luttes, au point parfois de déborder l’action des grévistes. Chargés de soutenir la mobilisation de l’extérieur, ils organisent la diffusion de l’information par le biais de la presse militante (la presse PSU nationale comme Tribune socialiste mais également locale comme Combat socialiste à Saint-Brieuc ou bien la presse de lutte comme LIP unité), ils assurent la collecte d’une aide financière par des quêtes ou par l’organisation de manifestations culturelles d’artistes militants. Le succès de ces manifestations, couplé avec la renaissance du sentiment identitaire dans les années 1970, permet d’assurer un salaire aux grévistes du Joint tout au long de la grève et le financement d’une lutte au long cours dans le cas du Larzac.

  • 22 Tudi Kernalegenn, « Le PSU et la question régionale au travers de l’exemple de la Bretagne », dans (...)

17De façon plus classique, les militants du PSU organisent la mobilisation autour des manifestations qui marquent les temps forts des luttes et sont abondamment couvertes par les médias. Ainsi la manifestation du 18 avril 1972 à Saint-Brieuc, qui ancre définitivement le conflit dans l’opinion publique en mettant dans les rues des milliers de Briochins, révèle la profondeur du soutien local aux grévistes. C’est également le cas de la première manifestation du conflit du Larzac en 1971, initiée par des militants du PSU, de la montée vers Paris des tracteurs du Larzac en 1973 organisée par le GOP, de la marche sur Besançon du 29 septembre 1973 qui réunit là encore des dizaines de milliers de personnes. Le rôle des comités de soutien est par-dessus tout d’amplifier les échos du conflit jusqu’à en faire un enjeu national incontournable, ce qu’ils parviennent à faire pour les trois conflits référents en se fondant sur leur durée exceptionnelle. Dans ce contexte, le marqueur régionaliste est un puissant levier de mobilisation commun aux trois conflits autour de slogans rassembleurs comme « vivre et travailler au pays » ou par la dénonciation des « usines pirates » accusées de s’installer en province pour profiter des subventions à la décentralisation. Cette dynamique régionaliste est précocement débattue au sein du PSU comme le montre l’exemple de la Bretagne22. Cette organisation du soutien par le PSU n’est pas sans poser problème. Hormis le fait que le PCF, la FEN ou la CGT refusent systématiquement de participer aux comités de soutien initiés par le PSU, la crainte d’un noyautage de sa part est prégnante. Ainsi, au cours du conflit antinucléaire de Plogoff de 1974 à 1980, le PSU ne peut pénétrer le comité de défense du village, à la différence des écologistes, et doit se contenter de structurer le soutien de l’extérieur.

18Expression d’une mobilisation moins militante que spontanée, le soutien ne peut exister dans le temps sans des initiatives fortes des acteurs en lutte. Aussi, l’une des priorités majeure des militants du PSU va être de rompre avec la grève traditionnelle incarnée par la CGT et de se projeter dans des répertoires d’actions inédits marqués par l’occupation et l’illégalité.

De nouveaux répertoires d’action : occupations et pratique de l’illégalité

  • 23 Étienne Pénissat, « Les occupations de locaux dans les années 1960-1970 : processus sociohistoriqu (...)
  • 24 Vincent Porhel, « Un conflit comme révélateur : le Joint Français 1972-1980 », dans Laurent Jalabe (...)

19L’accent mis sur le processus d’occupation est un marqueur fort de l’action du PSU qui s’oppose à la CGT, adepte d’une occupation fermée perçue comme la prolongation de la grève et entérinant la figure de la forteresse ouvrière23. Pour le PSU, l’occupation est à l’inverse un vecteur de diffusion de ses idées tel que le contrôle ouvrier et l’autogestion, mais aussi le lieu même de la grève. L’usine est alors considérée comme le cœur du conflit permettant l’élaboration et la popularisation de la démocratie dans l’entreprise. Sa durée et sa visibilité permettent la cristallisation du soutien et la mobilisation des médias. L’usine LIP, présentée comme une « maison de verre », ressort clairement de cette démarche d’autant que l’occupation suppose une auto-organisation de tous qui s’exprime au sein des commissions et des comités d’action, permettant un accomplissement personnel, dimension chère aux catholiques sociaux. Une dimension qui manque à Saint-Brieuc, l’occupation ayant échouée du fait de l’entrée des CRS dans l’usine24.

20L’organisation interne permet également d’intégrer des membres de l’usine traditionnellement laissés de côté, ainsi les femmes de Lip qui accèdent à une commission « femmes » à Palente et la parole libérée des femmes du Larzac. Si les femmes semblent moins mises en avant à Saint-Brieuc, elles ne participent pas moins aux actions parfois violentes menées par les grévistes et renforcent, dans le cadre d’une perception stéréotypée des rapports de genre commune à l’époque, la symbolique d’oppression. Cette pratique de l’occupation sous-tend l’acceptation de l’illégalité : séquestration, voie de fait au Joint Français, séquestration, violation de propriété, occupation, détournement d’actifs pour LIP, construction illégale d’une bergerie, renvoi de papier militaire pour le Larzac…, autant d’actions à forte portée médiatique fondée sur le droit à l’emploi, au travail ou à la dignité des travailleurs renvoyant ainsi à un substrat chrétien social. Dans cette rencontre entre médias, illégalité et popularisation, le Joint Français est un exemple frappant avec la fameuse photographie opposant un gréviste à un CRS et qui devient une icône en activant des discours identitaires et révolutionnaires qui vont porter le conflit sur le plan national.

21Enfin, ces trois conflits posent un modèle à suivre pour d’autres initiatives et tous connaissent une prolongation de leur lutte par militants interposés dans d’autres entreprises ou dans d’autres espaces : Saint Carreuc, Big Dutchman, Pédernec, voire Cournon pour le Joint Français, Cerizay pour Lip (mais également Pédernec), les mobilisations anti-nucléaires pour le Larzac. Recyclage des bonnes volontés, l’animation de ces conflits qui se prolongent au bout des années 1968 marque surtout la prégnance d’un engagement des militants du PSU qui subjugue l’action des formations gauchistes.

L’importance croissante de l’expertise

  • 25 www.mouvements.fr du 5 avril 2007.

22Le PSU est largement considéré par ses propres militants comme une boîte à idées, une université populaire et sociale qui permet d’approfondir leur formation intellectuelle initiale par les discussions et les lectures au sein des cellules. Ces réflexions, popularisées auprès des militants par une presse largement irriguée par des intellectuels, jouent un rôle essentiel dans la mobilisation. Charles Piaget insiste ainsi, en 2003, sur l’importance des réflexions entre les militants PSU de Besançon et les dirigeants nationaux qui passent à Palente sur le concept autogestionnaire et les différentes thèses qui s’affrontent25.

23Ce climat de réflexion amène nombre de militants du PSU à proposer une expertise technique notamment dans le cadre des luttes sociétales qui émergent à la fin de période (sans-papiers, sans-logis, sans-emploi…) alors même que l’investissement syndical perd progressivement de sa vigueur avec la montée de la conscience de crise à partir de 1976.

  • 26 Ainsi le quartier de la Croix-Rousse à Lyon à partir de 1975. Archives municipales de Lyon, Fonds (...)

24C’est le cas à la Sonacotra, quand les militants du PSU montent des dossiers pour montrer, preuves à l’appui, que le logement en foyer est un habitat ségrégué, mal conçu et mal géré qui spolie l’ouvrier immigré. Cette démarche aboutit à la mise en place d’une commission technique qui se met en place fin 1975. C’est le cas encore dans le cadre des luttes antinucléaires en Bretagne à Plomodiern et à Plogoff sur les mécanismes complexes de l’enquête d’utilité publique et plus largement sur les dangers du nucléaire ou dans une dynamique plus proche de la qualité de la vie autour de la défense des quartiers menacés26. Dans ce contexte, les enseignants, nombreux au PSU, trouvent un mode d’expression privilégié de leurs compétences au sein des conflits sociaux.

25Si l’action du PSU au sein du mouvement social de l’après-1968 est prégnante, elle ne peut se comprendre que par le rôle essentiel que joue la militance portée par les réseaux catholiques sociaux. On doit constater cependant les difficultés du PSU à entrer dans les usines d’OS du fait d’une composition sociologique des militants éloignée du quotidien des travailleurs les plus exploités et l’absence de la volonté d’abnégation qui habite les établis. Reste que, dans leur diversité, chacun de ces conflits montre la volonté des militants du PSU de replacer l’homme et la femme au centre des dynamiques économiques au prix de la transgression des normes politiques et sociales, ce qui reste sans doute, encore maintenant, l’héritage le plus fondamental du PSU pour toute une génération.

Notes

1 Cité dans Roland Cayrol, « Le choix du PSU », Revue française de science politique, octobre 1967.

2 Vincent Porhel, « Le PSU dans le mouvement social en Bretagne », dans Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier, Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2010, p. 93-111.

3 Frank Georgi, « Les “rocardiens” : pour une culture politique autogestionnaire », dans Frank Georgi (dir.), L’Autogestion. La dernière utopie ?, Paris, Publication de la Sorbonne, 2003, p. 201-219.

4 Édouard Depreux, Servitude et grandeur du PSU, Paris, Syros, 1974.

5 Yves Tavernier et Laurent Cayrol, dans « Sociologie des adhérents au parti socialiste unifié », Revue française de science politique, 1969 et Jacques Kergoat et alii., Un bilan du PSU, 1972, brochure, p. 27-28 ainsi que les nombreuses études locales des Renseignements généraux (RG) au sein des Archives nationales notamment les versements des cabinets des préfets traitant de la situation sociale. Par la suite, les études sociologiques tendent à privilégier les adhérents du parti socialiste.

6 « La fédération du Rhône du PSU », octobre 1968, Archives départementales du Rhône, 4434W74 et Ophélie Vancayzeele, Des carrières de militants du PSU. Contribution à l’étude de l’évolution de la fédération du Rhône du PSU (1960-1974), mémoire de master sous la direction de Sophie Béroud, université Lyon 2, 2009.

7 Reste que cette assignation, qui tend à se généraliser dans les commentaires postérieurs, a pour conséquence de marginaliser d’autres parcours militants pourtant tout aussi prégnants dans l’organisation des sections locales. On pense notamment à la composante laïque, voire athée.

8 On pense évidemment aux nombreuses injonctions de Raymond Marcellin aux préfets pour contrer l’œuvre déstabilisatrice de l’extrême gauche.

9 « La crise de mai », 24 juin 1968, 19 p., Archives départementales du Rhône, 4434W85b. Mais cette étude des RG, largement diffusée, se retrouve dans tous les dépôts d’archives régionales.

10 Roland Cayrol, Jacques Capdevielle, « Les groupes d’entreprise du PSU », Revue française de science politique, vol. 22, no 1, 1972.

11 Vincent Porhel, Ouvriers bretons : conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, Rennes, PUR, 2008, p. 61-111.

12 Leur importance dans les luttes est particulièrement visible au sein de conflits plus localisés.

13 Pas inhabituels en Bretagne, ces engagements apparaissent beaucoup plus ponctuels en région Rhône-Alpes. Entretien AR, responsable ESU à Lyon en mai-juin 1968, du 24 octobre 2011.

14 Les derniers militants du GOP quittent le PSU à l’issue du conseil national de Colombes le 15 avril 1974.

15 Xavier Vigna, « LIP et Larzac : conflits locaux et mobilisations nationales », dans Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel, 68 une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008.

16 Entretien Jean Lefaucheur du 3 octobre 2000.

17 Jean-Paul Salles, La Ligue communiste révolutionnaire. Instrument du grand Soir ou lieu d’apprentissage ? (1968-1981), Rennes, PUR, 2005.

18 Choukri Hmed, « Contester une institution dans le cas d’une mobilisation improbable : la “grève des loyers” dans les foyers Sonacotra dans les années 1970 », Sociétés contemporaines, 2007/01, no 65, p. 55-81.

19 Ainsi au sein de la cellule lyonnaise, il est relevé un taux de 66 % de syndiqués dont 43 % à la CFDT et 20 % à la CGT. L’engagement syndical des militants du PSU est par ailleurs plus important en province qu’à Paris. Yves Tavernier et Laurent Cayrol, dans « Sociologie des adhérents au parti socialiste unifié », op. cit.

20 Ainsi cette accusation de « sous-marin » des militants PSU. Entretien GL, des 16 et 22 juillet 1997, agent technique à l’usine CSF-Thomson de Brest en 1968. Celui-ci, responsable CFDT, est également militant de l’Union démocratique bretonne (UDB).

21 Centre des archives contemporaines de Fontainebleau (CAC), « Grèves et conflits sociaux 1970, 1971, 1972 », 19860581. Cela alors que la section CFDT est dirigée par un militant du PSU.

22 Tudi Kernalegenn, « Le PSU et la question régionale au travers de l’exemple de la Bretagne », dans Tudi Kernalegenn et al., Le PSU vu d’en bas…, op. cit.

23 Étienne Pénissat, « Les occupations de locaux dans les années 1960-1970 : processus sociohistoriques de “réinvention” d’un mode d’action », Genèses, 2005/2.

24 Vincent Porhel, « Un conflit comme révélateur : le Joint Français 1972-1980 », dans Laurent Jalabert, Christophe Patillon (dir.), Mouvements ouvriers et crise industrielle dans les régions de l’Ouest atlantique des années 1960 à nos jours, Rennes, PUR, 2010. À noter que cette occupation « inversée » va paradoxalement être un des éléments les plus décisifs de la victoire finale de la grève.

25 www.mouvements.fr du 5 avril 2007.

26 Ainsi le quartier de la Croix-Rousse à Lyon à partir de 1975. Archives municipales de Lyon, Fonds Jacques Fuchs, Fédération du Rhône du PSU, 97 ii 055.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search