Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie III. Le PSU au carrefour des années 68 et 70

Le PSU et l’union de la gauche, ou la place du « marginal sécant » (1968-1977)

Ismail Ferhat

Texte intégral

  • 1 Tribune socialiste, 9 décembre 1971, no 517.
  • 2 L’Union sans l’unité, le Programme commun de la gauche, colloque organisé par la Fondation Jean Ja (...)

1« Ils disent unité, ils pensent élection1. » C’est par cette formule lapidaire que le cadre du PSU Alain Rannou définit, en 1971, les discussions entre Parti socialiste (PS) et Parti communiste français (PCF), qui n’avaient alors pas encore abouti au programme commun de gouvernement. Ce qui a constitué bon an, mal an, la quatrième force de la gauche politique s’est ainsi précocement coupé de « l’union de la gauche » des années 1970 – entendue comme l’alliance programmatique entre ses forces – à tel point que le PSU n’a pas été évoqué lors du récent colloque sur le programme commun2.

  • 3 « Tant qu’il n’y aura pas de programme commun de la Gauche, c’est bien évidemment sur le seul prog (...)
  • 4 Georges Gontcharoff, cadre du PSU, entretien du 7 octobre 2010 avec l’auteur.

2De fait, la position du PSU vis-à-vis de ce dernier a été fixée bien avant sa signature en 1973 : elle avait commencé à être élaborée lors de la crise interne de 1967, largement motivée par les débats du parti en matière d’alliance de la gauche. C’est à cette date qu’émergent au PSU à la fois la notion de « programme commun de la gauche3 » et sa critique. Dès cette période, une majorité du parti avait refusé une définition purement électorale de « l’unité des forces progressistes », refus favorisé par son rejet d’une partie de la FGDS (SFIO et radicaux en particulier). Si le PSU était certes un noyau minoritaire de la gauche, il se percevait comme l’instrument de la régénération d’une gauche politique, voire syndicale, ayant rompu avec son passé d’échecs ou de compromissions (pratique gouvernementale sous la IVe République, décolonisation, ou Ve République). Or, la place du parti dans l’union de la gauche, notamment après 1974, n’a été que très peu étudiée : celui-ci paraît rétif à toute alliance politique traditionnelle, et ses militants favorables à ce choix ont dû quitter l’organisation (1967, 1972, 1974) lors de vagues successives qui ont constitué une « hémorragie continue de l’aile sociale-démocrate du parti4 », celle qui était précisément la plus en faveur d’un rapprochement avec les grandes forces progressistes ou d’un programme électoral commun.

3La relation du PSU à l’union de la gauche – et la vision qu’il en a – ne peut être comprise de manière unidimensionnelle. Elle est fonction de trois variables complexes : les rapports de force internes au parti, la configuration de la gauche française, et enfin, spécificité du PSU, ses relations et innervations avec la gauche non partisane (syndicats, nouveaux mouvements sociaux, ou associations). En effet, l’analyse que le PSU fait de l’union de la gauche n’est pas la même en 1969, où il ambitionne de supplanter une SFIO en crise, qu’en 1974 où les partis du programme commun sont proches d’une victoire présidentielle. De même, les relations spécifiques du PSU au champ syndical – favorisé par le multi-positionnement de ses militants dans plusieurs organisations – ainsi qu’aux mouvements sociaux (Joint Français, Lip) lui permettent de conceptualiser une union de la gauche « alternative ». Après Mai 68, qui démontre selon lui les limites du parti comme mode d’organisation du politique, le PSU a constamment théorisé une union qui ne soit pas seulement une alliance électorale de forces politiques traditionnelles. Loin de résulter uniquement de considérations idéologiques, la stratégie – ou les stratégies – du PSU vis-à-vis de l’union de la gauche est aussi celle d’un acteur sous contrainte, pour reprendre une expression de microéconomie.

4Le sociologue Michel Crozier a proposé le concept de « marginal sécant » pour un acteur qui se positionne à l’intersection de plusieurs ensembles, étant souvent un élément secondaire dans chacun de ceux-ci. Le « marginal sécant » tire donc son influence moins de son poids propre – qui peut être faible – que de son positionnement entre plusieurs champs qui le rend incontournable. Dès lors, peut-on utiliser ce concept de « marginal sécant » pour étudier le positionnement du PSU par rapport à l’union de la gauche, de l’après-Mai 68 à l’éclatement du programme commun ?

« Le Parti de Mai 68 » et l’union de la gauche (1968-1971)

  • 5 Michel Rocard, Le Cœur à l’ouvrage, Paris, Éd. Stock, 1989, p. 55.

5Mai 68 a profondément déstabilisé les communistes comme les socialistes, en prônant des critiques et des revendications qui heurtaient parfois leur culture politique traditionnelle. De manière concomitante, les années 1968-1969 sont difficiles du point de vue électoral pour la gauche non communiste. L’initiative semble être passée du côté des mouvements sociaux et de la gauche syndicale. Si la direction du PSU est surprise par le mouvement de 1968, cependant, elle retraduit radicalement sa stratégie au prisme de celui-ci et, comme en témoigne Michel Rocard5, tente de « tirer du mouvement de mai une force politique cohérente ».

  • 6 Gérard Feran, « Ford, Savary et nous », Tribune socialiste, no 442, 17 février 1970.
  • 7 Archives nationales (AN)-Centre d’accueil et de recherches des Archives nationales (CARAN), Archiv (...)

6Cette stratégie de la direction rocardienne comprend trois axes. Premièrement, elle suppose, jusqu’en 1971, que la gauche subisse une crise multiforme (régression électorale de la gauche non communiste, durcissement idéologique du PCF). La rénovation de la SFIO en Parti socialiste est d’ailleurs considérée comme un non-événement : « En maintenant debout les murs qui abritent le vide […], Alain Savary fait perdre du temps au socialisme6. » Autre force fondamentale, le PCF est perçu comme isolé par son rejet des mouvements de Mai 68 et son durcissement interne, symbolisé par l’ascension de Georges Marchais. Deuxièmement, la transformation du PSU en « parti révolutionnaire » est affirmée à plusieurs reprises, notamment lors de la réunion des instances dirigeantes du 9 novembre 19697. Il s’agit de combiner les fonctions traditionnelles d’un parti (en particulier électorales) et des rôles nouveaux, comme l’implantation dans les (nouveaux) mouvements sociaux, et un militantisme renouvelé. Cette idée-force est liée à un troisième axe, celui de « l’unité populaire », c’est-à-dire le lien entre le champ politique, le monde associatif et syndical.

  • 8 Michel Rocard, Tribune socialiste, no 437, 15 janvier 1970.

7Dans un premier temps, cette stratégie d’union « alternative » de la gauche semble fonctionner. L’audience nationale de Michel Rocard lors de l’élection présidentielle de 1969, puis son élection en tant que député à Conflans-Sainte-Honorine permettent au PSU de se présenter dans un rapport de force favorable au sein de la gauche non-communiste, avec la disparition de la FGDS et le naufrage du tandem Defferre-Mendès France. Pour la direction du PSU, cette situation des années 1968-1970 est favorable à la fois idéologiquement avec les retombées de Mai 68 dont il veut capter l’héritage et politiquement, y compris du point de vue électoral. Elle lui permet de réaffirmer la « construction d’un parti révolutionnaire8 » capable de fédérer les nouveaux mouvements à gauche, qui passe par trois idées-forces. Les contacts et les alliances sont affirmés avec une partie de l’extrême gauche (Lutte ouvrière, Ligue communiste) ; la critique du PS et du PCF est permanente, et surtout la volonté de ceux-ci de conclure un « programme commun » à partir de 1970 est dénoncée pour son absence de prise en compte des conséquences de Mai 68 et son électoralisme.

  • 9 Jacques Mandrin, Socialisme ou social-médiocratie, Paris, Le Seuil, 1969, p. 143.

8Le PSU mène de front stratégie de radicalisation et stratégie politique traditionnelle. Ainsi, la direction politique nationale du 3-4 janvier 1970 refuse toute alliance nationale avec les forces de gauche lors des cantonales de mars 1970, qu’elle qualifie de « traditionnels marchandages sans principe ». Pour dépasser la forme parti traditionnelle, le PSU encourage la mise en place d’Assemblées ouvrières et paysannes (AOP), qui sont censées être les structures locales du « parti révolutionnaire ». Dans le même temps, les forces avec lesquelles le parti entretenait de bons rapports jusqu’en 1969, comme la Convention des institutions républicaines mitterrandienne et le CERES chevènementiste sont de plus en plus critiquées à partir de 1970. Jean-Pierre Chevènement ne se prive pas d’ironiser de son côté sur les militants du PSU, « jaloux de leur pureté, lorsque l’électorat menace de leur accorder plus de 1,9827 % de ses suffrages, le spectre de la trahison commence à les hanter9 ».

9De fait, la stratégie multiple du PSU, conjuguant la recherche des succès électoraux, la fédération des forces de Mai 68, et la construction du parti révolutionnaire, vis-à-vis du reste de la gauche, atteint rapidement ses limites sur trois points. Dès 1969, les directions syndicales, y compris à la CFDT, se méfient de l’activisme des militants PSU. Albert Detraz, secrétaire national de la confédération, dénonce ainsi, dans une lettre le 16 octobre 1969 à la direction du PSU, les empiètements du politique sur le syndical. La fédération chimie de la CFDT proteste quelques mois plus tard sur le même sujet. Au sein de la fédération enseignante FEN, la nouvelle tendance proche du PSU « Rénovation syndicale » reste marginale. De plus, l’intransigeance du PSU vis-à-vis du PS et du PCF entraîne une dégradation des relations avec ces deux forces, comme le montre la rupture des négociations entre PSU et PCF à propos des élections municipales le 20 janvier 1971. Enfin, l’extrême gauche reste méfiante vis-à-vis du PSU, que ce soit la Ligue communiste ou Lutte ouvrière.

  • 10 Entretien avec Georges Gontcharoff, déjà cité.
  • 11 Direction politique nationale du 19-20 décembre 1970 et du 23-24 mars 1971, conseil national du 5 (...)

10De fait, début 1971, la stratégie du PSU vis-à-vis de l’union de la gauche, celle qui consiste à « transformer le torrent de Mai » pour s’imposer comme la force-pivot de celle-ci, semble constituer un échec. Le PSU voit ses réseaux syndicaux actifs se rétracter sensiblement à la seule CFDT avec la perte de la direction de l’UNEF en 1971 et son isolement au sein de la FEN et de la CGT. La tentative de régénérer le PSU via les Assemblées ouvrières et paysannes avorte rapidement – ce qui n’est pas sans radicaliser l’aile gauche du parti, soupçonnant la direction rocardienne d’électoralisme. Surtout, les succès électoraux relatifs du PSU se révèlent être une source de complexité supplémentaire dans la stratégie du parti vis-à-vis des autres forces progressistes. En effet, les élus locaux du PSU sont souvent intégrés dans des majorités de gauche, comme à Colombes depuis les années 1960. De plus, certains participent aux Groupes d’action municipaux (GAM), qui jouent « un rôle de passeur10 » entre le PSU et le PS. De fait, les instances dirigeantes du PSU, se méfiant du comportement au niveau local de ses élus engagés dans des majorités de gauche, reviennent à trois reprises, de décembre 1970 à septembre 1971, sur ce que doit être la ligne de conduite de véritables « militants révolutionnaires » dans les conseils généraux ou municipaux11. Une telle insistance montre à l’évidence que les pratiques unitaires locales pouvaient entrer en dissonance idéologique avec la ligne nationale du PSU.

Le PSU, « marginal sécant » du programme commun (1971-1974) ?

  • 12 Entretien avec Georges Gontcharoff, déjà cité.

11La véritable rupture dans le positionnement du PSU vis-à-vis de l’union de la gauche est la conséquence de son positionnement en tant que « parti de Mai 68 ». En effet, tant que l’offre politique du PS et du PCF semble ne pas assurer un débouché politique aux événements de Mai, alors même que ceux-ci continuent d’irradier le champ social, le PSU peut se présenter comme une force incontournable et la seule capable de faire le pont entre les organisations d’une gauche française disjointe. Or, le congrès d’Épinay de juin 1971 modifie doublement la situation : le parti socialiste revendique l’héritage de Mai 68 et affirme la nécessité d’une alliance des forces majeures de la gauche. Épinay signifie aussi une influence accrue du CERES, qui développe des idées alors proches du PSU. La revue Faire, fondée sous l’égide du Nouvel Observateur, réunit les proches de Gilles Martinet et des chevènementistes, et joue le rôle de passeur de l’aile modérée du PSU vers le parti socialiste12.

  • 13 Robert Chapuis, « Mitterrand, longue marche ou éternel retour », Tribune socialiste, no 504, 8 jui (...)
  • 14 Michel Rocard, entretien avec l’auteur du 31août 2010.
  • 15 Entretien avec Georges Gontcharoff, déjà cité.

12Le congrès d’Épinay est accueilli avec une certaine ambiguïté par la direction rocardienne, se méfiant de François Mitterrand et d’un parti issu d’une SFIO décriée13, mais reconnaissant un changement réel, notamment dans les ouvertures du PS faites au PCF14. Désormais, le rapport du PSU à l’union de la gauche n’est plus tenable : l’alliance programmatique entre socialistes et communistes se précise de manière croissante après juin 1971. C’est l’un des paris stratégiques fondamentaux du PSU qui se révèle dès lors infirmé. À partir de cette date, il y a une hémorragie permanente du parti au profit du PS15.

  • 16 Cf. caricatures publiées dans Tribune socialiste, 13 janvier 1972 et 1er novembre 1972.

13Dès lors, le PSU redéfinit sa vision de l’union de la gauche, qui correspond plus encore à une place de « marginal sécant ». La critique d’une alliance éventuelle entre PS et PCF se fait sur deux points : le rejet d’une alliance électorale entre deux partis, ainsi que la mise en cause du caractère réformiste et octroyé d’un programme keynésien, jacobin et étatiste. Dans le même temps, le PSU reconnaît un « rôle d’entraînement » de l’alliance des grands partis de gauche, ce qui le place à la jonction de celle-ci et de la gauche révolutionnaire. Cette critique est illustrée par une série de caricatures parues dans Tribune socialiste, certaines datant d’avant le programme commun16.

Tribune socialiste 1er novembre 1972

Tribune socialiste 13 janvier 1972

  • 17 Éditorial de Michel Rocard, « Diversions », Tribune socialiste, no 545, 12 juillet 1972.
  • 18 « Petite chronique du programme commun », Tribune socialiste, no 547, 27 septembre 1972.

14Cette stratégie est encore compliquée par la dynamique du programme commun. En effet, comment critiquer et se tenir éloigné d’une alliance qui suscite une mobilisation croissante dans la gauche française ? Le PSU doit se positionner alors qu’il est agité par un conflit interne récurrent entre ailes gauches radicalisées et la direction qui tente de canaliser le maximalisme révolutionnaire. Michel Rocard propose, dès juillet 197217, une position sécante entre deux positions dissonantes, qui devient la règle du PSU en matière de programme commun, y compris après le changement de majorité en 1974. D’une part, la plupart des militants du PSU reconnaissent l’effet positif de l’alliance du PS et du PCF – les radicaux de gauche étant régulièrement brocardés pour leur modération « bourgeoise ». D’autre part, le PSU approfondit, à partir l’été 1972, une critique des propositions et de la culture politique sous-jacente du programme commun, notamment dans des chroniques régulières de Tribune socialiste. Cette critique se focalise sur certains aspects : le caractère daté d’un programme keynésiano-marxiste, qui reflète une culture jacobine et guesdiste, la faiblesse du lien avec les mouvements sociaux, en particulier ceux ayant émergé avec Mai 68, tels que le régionalisme, le féminisme, les revendications des immigrés, ou le rejet de l’école classique. Le « statocentrisme » du programme commun apparaît comme son vice originel, le révélateur du clivage opposant la « vieille gauche » et l’héritage de Mai 6818.

  • 19 Michel Rocard, Manifeste du Parti socialiste unifié : contrôler aujourd’hui pour décider demain, 8(...)
  • 20 Direction politique nationale du 30 janvier 1973, AN, Archives du PSU, 581 AP 94.
  • 21 Le Monde, « Michel Rocard : nous regretterions que le Programme commun devienne un instrument de di (...)

15Le PSU re-conceptualise sa stratégie sous une double contrainte : les conflits internes sont alimentés par le programme commun et le parti est en recul dans le champ politico-électoral. En effet, l’espoir du PSU de supplanter sur le terrain et dans les urnes la gauche traditionnelle apparaît irréalisable, alors que le programme commun entraîne une dynamique perceptible dès les élections de 1973. Le PSU n’a pas d’autre choix que de proposer une nouvelle vision de l’union de la gauche, qui ne nie pas le caractère « positif » de l’alliance entre socialistes et communistes, tout en affirmant l’impérativité de laisser une place à une « troisième gauche » autour du PSU. Le parti est, en effet, une force certes limitée dans les urnes, mais implantée dans les luttes sociales, dont les plus emblématiques sont Joint Français et Lip, et il est au centre d’une mouvance post-Mai 68 mal prise en compte par le programme commun. Cette stratégie se traduit, lors du congrès de Toulouse de décembre 197219, par la tentative d’élargir le PSU au sein d’un comité regroupant les forces de la gauche autogestionnaire. Elle se prolonge avec un colloque consacré à l’autogestion à Paris les 19 et 20 janvier 1973, qui regroupe des organisations politiques revendiquant ce concept. Cette rencontre sert de base à la constitution du Comité de liaison pour l’autogestion socialiste (CLAS), dont le PSU voudrait être le noyau central20. Celui-ci attire quelques organisations d’extrême gauche, ce qui permet au parti d’affirmer la nécessité pour les partenaires du programme commun de prendre en compte la « troisième force » symbolisé par le CLAS. Or, cette demande traduit clairement l’échec de la stratégie de la direction du PSU établie après le congrès d’Épinay du Parti socialiste : en effet, si l’implantation dans les luttes sociales est réelle – et permet d’ailleurs de dénoncer des « partis réformistes » qui seraient absents du « terrain social » – la décrue électorale et militante du PSU contraste de plus en plus avec la vitalité de l’union PS-PCF-MRG. Le 7 janvier 1973, la convention nationale du Parti socialiste appelle le PSU, ou plus précisément la direction rocardienne, à tirer les conclusions de cette évolution en ciseaux marquée par le succès du programme commun et l’échec relatif du PSU, en rejoignant l’alliance conclue en 1972. Michel Rocard répond, dès le 13 janvier 197321, puis lors de l’émission télévisée « Actuel II », le 15 janvier, que le « programme commun rassemble de très loin (qui songe à le nier ?) la plus grosse partie des forces socialistes » et qu’il est « un document important à cause des capacités de mobilisation qu’il recèle ». C’est dès lors admettre que le PSU ne peut plus éluder un rapprochement avec l’union de la gauche telle que construite par le programme commun. L’éditorial de l’Humanité du 19 mai 1973 d’ailleurs ne se prive pas d’ironiser :

« À en juger par les résultats obtenus par le PSU dans les luttes sociales et électorales, il y a de sa part quelque outrecuidance à prétendre faire changer les autres. Avant de songer à tenir la dragée haute aux partenaires, il faut commencer par porter la dragée autrement qu’en paroles. »

  • 22 Éditorial, Tribune socialiste, no 570, 14 mars 1973
  • 23 Michel Rocard, Le Cœur à l’ouvrage, Paris, Éd. Stock, 1989, p. 62-63.
  • 24 Direction politique nationale du 23 septembre 1974, AN, Archives du PSU, 581 AP 94.

16Dès le 17 mai 1973, lors d’un entretien à Témoignage Chrétien, Michel Rocard initie un rapprochement entre son courant et le parti socialiste – tout en maintenant une critique dure vis-à-vis du PCF. Ce rapprochement devient d’autant plus nécessaire que les élections de 1973 enregistrent un recul sensible du parti : « Nous n’avons pas signé le programme commun et nous avons payé cher ce refus de signature au premier tour. Et pourtant cette position était juste22. » Le pari de Michel Rocard, transformer Mai 68 en force électorale, est perdu23. La question de l’union de la gauche redevient un enjeu des tensions internes du parti, l’aile gauche refusant tout rapprochement avec des « partis réformistes ». Elle s’appuie sur la visibilité du PSU et de ses militants, tel Charles Piaget lors de l’affaire Lip, d’avril à novembre 1973. Ce retour d’audience joue un rôle paradoxal : si elle permet au courant rocardien de préparer un rapprochement avec le PS et le programme commun en meilleure position, elle encourage les oppositions internes à refuser cette stratégie. De ce fait, le PSU s’engage dans une double voie vis-à-vis de l’unité de la gauche à l’automne 1973. D’une part, il poursuit la stratégie de regroupement des forces autogestionnaires via le CLAS qu’il essaie de relancer24 pour peser face au PS et PCF. D’autre part, lors du conseil national du 23 et 24 novembre, Michel Rocard demande un « pacte d’unité populaire », qui permettrait au PSU « d’engager des discussions avec les partis signataires du programme commun, ainsi qu’avec les centrales syndicales ». Cette stratégie de rapprochement est élective, puisqu’elle se fait uniquement avec le parti socialiste. Lors de l’hiver 1973-1974, en secret, le courant de Pierre Mauroy, la CFDT et le courant rocardien du PSU organisent cinq réunions pour produire des « cahiers », prélude à l’intégration du PSU au PS. De fait, un rapprochement progressif entre certains éléments du Parti socialiste et du PSU se met en place, qui est brusqué par la mort de Georges Pompidou le 2 avril et l’organisation d’une élection présidentielle anticipée.

L’union sans le programme commun (1974-1977) ?

17La position de « marginal sécant » du PSU au sein de la gauche française ne pouvait qu’être interrogée par l’élection présidentielle de 1974. La question d’une candidature PSU au premier tour achève de cliver le parti. En effet, les oppositions à la direction rocardienne refusent le ralliement de la direction autour de Robert Chapuis, nouveau dirigeant du parti, et surtout de Michel Rocard, à la candidature de François Mitterrand. Dès le 4 avril, le Bureau national accepte l’idée d’une candidature unique à gauche, ce que confirme la Direction politique nationale trois jours plus tard. Le 12, Michel Rocard entre dans l’équipe de campagne du candidat du programme commun. Cette décision – critiquée par certains rocardiens eux-mêmes, comme Jean Le Garrec – initie un conflit violent avec l’aile gauche du PSU. Celle-ci, avec l’appui de la LCR, tente de susciter une candidature propre au parti, celle de Charles Piaget, auréolé de l’expérience Lip. Dès lors, la question de la conception de l’unité de la gauche accélère le départ du courant rocardien. Ce dernier prépare, entre le 15 et le 25 mai, en coordination avec le comité directeur du PS, les assises d’un parti socialiste rénové par l’arrivée du courant autogestionnaire. C’est admettre la fusion du courant socialiste et de la « troisième gauche » théorisée par le PSU, fusion asymétrique puisque, dès le 15 juin, le PS rappelle qu’il refuse de se transformer. Le rapport de force est devenu tel en effet que le courant autogestionnaire ne peut plus qu’être au mieux une composante du PS. Cette décision du PS du 15 juin 1974 radicalise les positions au PSU : pour les rocardiens, le programme commun est la seule union de la gauche réellement existante, laquelle doit être modifiée de l’intérieur. Pour les opposants, celui-ci continue à être une alliance électorale mobilisatrice, mais où les rapports entre PS et PCF se dégradent dès l’après-présidentielle de 1974, et où la thématique autogestionnaire reste désespérément absente. Rejoindre un parti du programme commun serait donc non seulement contraire aux options du PSU, mais serait de plus contraire à une véritable union de la gauche puisque PS et PCF sont en compétition.

18La crise éclate donc en octobre 1974, lors du conseil national des 5 et 6 octobre, où les partisans d’une entrée au PS sont mis en minorité. Michel Rocard, Robert Chapuis et les militants qui les suivent n’ont désormais plus d’autres choix que de quitter le PSU où ils sont violemment attaqués. Le départ des rocardiens contribue à un durcissement du parti qui craint, au travers d’un rapprochement avec le programme commun, de voir son existence même menacée, de même que sa culture politique.

  • 25 PSU, IXe congrès du PSU, Paris, Syros, 1975, p. 15.
  • 26 Ibid., p. 136.
  • 27 Ibid., p. 5.
  • 28 Direction politique nationale du 11-12 janvier 1975, AN, Archives du PSU, 581 AP 94
  • 29 Tribune socialiste, no 642, 26 janvier 1975.
  • 30 Roland Leroy, L’Humanité du 3 octobre 1975.

19Le congrès d’Amiens de décembre 1974 est l’occasion pour le PSU de réfléchir à sa conception de l’union de la gauche. Le parti perçoit toujours le programme commun comme un Janus politique, à la fois réformiste et mobilisateur, et en appelle à sa propre conception de l’alliance des gauches : « Ce développement de l’unité populaire […] se heurtera souvent aux conceptions de l’unité développées par les organisations de gauche, PCF et PS, sans lesquelles pourtant il serait illusoire de vaincre25. » Cette contradiction apparaît d’ailleurs lors du congrès, une partie des militants soulignant la « cohérence de la stratégie rocardienne26 » (rejoindre le programme commun pour le modifier), alors que le PSU seul n’a plus les forces politiques pour peser sur l’unité de la gauche. De fait, le congrès d’Amiens marque un tournant sensible du PSU, dont la critique principale se tourne désormais vers un PS accusé d’être un parti réformiste27, alors que le PCF est apprécié à la fois pour son caractère ouvrier et sa volonté de « gauchir » le programme commun. L’accusation de réformisme à l’encontre du PS permet du même coup de critiquer le courant rocardien, dont le recentrage offre une relecture a posteriori de sa stratégie de rapprochement avec le PS entre 1973 et 1974 : « Le PCF accuse le PS de s’orienter vers un compromis avec la bourgeoisie pour gérer la crise. Et il est vrai qu’un certain nombre de déclarations d’anciens et de nouveaux dirigeants du PS prêtent le flanc à la critique28. » Cette évolution des relations du PSU avec les forces de gauche se confirme : dès le 21 janvier, une rencontre entre des délégations PSU et PCF débouche sur un constat positif des deux côtés29. La mise en minorité du CERES au congrès de Pau est de même présentée comme la preuve de la dérive réformiste, voire « social-démocrate » du PS, dérive dans laquelle les rocardiens figurent en bonne place. Face aux tensions croissantes entre PS et PCF, le PSU se veut « unitaire pour trois », tout en faisant une critique asymétrique des deux partis. Le PCF permet au PSU, privé du domaine de Meudon, d’organiser sa fête annuelle au parc départemental de La Courneuve en juin 1975, un geste perçu très favorablement. Pour autant, les dirigeants communistes, tout en appréciant le ton nouveau du PSU, critiquent sa proximité avec les groupes gauchistes, qui grèverait sa position unitaire30. Concomitamment, les relations avec le PS se dégradent, comme en témoigne la lettre de Pierre Bérégovoy à Michel Mousel, le 24 octobre 1975, qui oppose une fin de non-recevoir aux demandes de rencontre du PSU. Ce désaccord n’est pas seulement stratégique : sur le Portugal – où le PSU se retrouve sur les positions du PCF et du CERES, l’affaire des comités de soldats, ou les tensions au sein du programme commun, le parti a des divergences marquées avec les socialistes qui se renforcent le long de l’année 1975.

20De manière très nette, le programme commun continue à constituer pour le PSU un champ de gravité qui l’oblige à se positionner par rapport à lui. Pourquoi une telle continuité ? Le succès électoral et militant du programme commun de 1972 pèse sur le PSU ; son isolement politique risque d’amenuiser encore ses ressources électorales. Surtout, sa direction doit reconnaître que des éléments de sa culture politique, tels que l’autogestion ou les nouvelles questions sociétales, sont soit en reflux, soit repris par le PS. Enfin, les tensions croissantes au sein du programme commun, paradoxalement, permettent au PSU de prouver sa bonne foi unitaire. Dès lors, son dirigeant Michel Mousel reproduit nombre des hésitations de Michel Rocard, ce qui démontre que le positionnement du PSU en matière d’union de la gauche est structurellement plus lié à sa configuration propre au sein de la gauche, en tant que « marginal sécant », qu’à la seule stratégie de ses dirigeants.

  • 31 Tribune socialiste, no 686, 10 janvier 1976.
  • 32 Tribune socialiste, no 729, 10 février 1977.

21À partir de l’année 1976, dans le cadre du début des discussions sur l’actualisation du programme commun, le PSU appuie plutôt le parti communiste dans sa volonté de radicaliser le texte31. Se pose dès lors une question pour le parti : comment faire pencher l’accord entre PC, PS et MRG dans le bon sens sans y participer ? De fait, les élections municipales de 1977 voient un rapprochement avec les forces du programme commun sans y adhérer, tout en maintenant un vivier d’élus locaux dont plusieurs étaient déjà dans des majorités de gauche. La direction politique nationale du 10-11 décembre 1975 appelle à la constitution de listes de gauche unifiées dès le premier tour, ce qui ne va pas sans entraîner des débats32. La minorité de gauche refuse une éventuelle intégration de facto dans le programme commun, et exige une « charte municipale » qui serait la base d’une alliance locale des forces progressistes. La direction du PSU recule fin mai 1976. C’était condamner l’initiative unitaire de la direction en direction du PS et du PCF, qui se désintéressent de la charte, et marginaliser le parti qui risque de perdre son enracinement électoral au niveau local, auquel il est fortement attaché depuis sa naissance.

  • 33 Sur les débats suscités par la réactualisation, cf. Le Monde, « Les interrogations sur le Programm (...)

22Le PSU renouvelle, à partir de juin 1976 jusqu’à l’éclatement du programme commun, sa stratégie de « marginal sécant » vis-à-vis de l’union de la gauche. Assumant les questions sociétales pour lesquelles le PS et le PCF n’ont que peu d’intérêt ou sont gênés, telles que la mobilisation des soldats, l’écologie, la question des immigrés, il souhaite établir un rapport privilégié avec eux, mais toujours sans signer le texte de 1972. L’interview de Michel Mousel dans La Croix, le 16 juillet 1976, indique cette nouvelle interprétation du positionnement du PSU. Stratégiquement avec l’abandon d’un axe privilégié avec l’extrême gauche, et idéologiquement avec le reflux du thème de l’autogestion, il reconnaît que le PSU n’a pas les moyens d’imposer sa conception de l’union de la gauche. Ce tournant pragmatique se traduit lors du conseil national du 9-10 octobre 1976, qui entérine l’impératif de « l’unité de la gauche » pour les élections municipales de 1977. Ce rapprochement avec le programme commun porte ses fruits : le parti obtient près de 929 élus municipaux. Surtout, Georges Marchais intervient devant le Comité central du PCF, le 31 mars, en faveur d’un dialogue avec le PSU. Michel Mousel confirme, lors de la fête du parti, le 4 juin 1977, que les militants du PSU « n’entendent pas participer à la réactualisation du programme commun, dont ils ne sont d’ailleurs pas signataires, mais ils sont prêts à ouvrir un débat de fond, publiquement et sans préalable, avec le PC, le PS, les syndicats33 ». C’est réaffirmer la position de « marginal sécant », à l’intersection entre le refus du programme commun et la défense de l’unité de la gauche.

  • 34 Jean-Marie Colombani, « Le Conseil national du PSU approuve la stratégie “d’union populaire” condu (...)
  • 35 Bruno Voisin, « Le PSU à la rescousse de l’Union de la gauche », La Croix, 15 novembre 1977.

23La fin de l’alliance entre PS, MRG et PCF en septembre 1977 confirme pour le PSU ses positions depuis 1972, dénonçant un accord électoraliste et opposé à sa propre culture politique. Au Conseil national de Limoges, du 11 au 13 novembre 1977, Michel Mousel affirme que le programme commun de gouvernement n’était qu’une « union politique ne s’articulant pas avec les luttes sociale34 ». Il ajoute même que « c’est désormais le moment où tout redevient possible pour l’unité de la gauche35 ».

24Comment précisément le PSU a-t-il pensé l’union de la gauche de 1968 à 1977 ? Trois axes majeurs semblent s’imposer. D’une part, le parti s’est voulu un « marginal sécant » entre l’extrême gauche et le programme commun, tirant sa force de sa capacité à être le trait d’union entre ces champs disjoints. Ce positionnement était renforcé par sa volonté de représenter la « troisième gauche », celle des nouveaux mouvements sociaux animés par l’écologie, la question des immigrés, le régionalisme, les mobilisations antiautoritaires, qui n’étaient pas prises en compte par les partis traditionnels. Enfin, sa grammaire idéologique a été rendue cohérente par la thématique autogestionnaire qui en faisait une composante à part de la gauche française. Sa spécificité revendiquée était à la fois un moyen d’affirmer son attachement à l’unité de toutes les gauches et de refuser l’adhésion au programme commun, qui a constitué l’effort majeur de rapprochement des familles séparées du progressisme français. Cette ambivalence participe du paradoxe du PSU, entre héritage incontournable et place à part dans la grande famille de la gauche hexagonale.

Notes

1 Tribune socialiste, 9 décembre 1971, no 517.

2 L’Union sans l’unité, le Programme commun de la gauche, colloque organisé par la Fondation Jean Jaurès, la Fondation Gabriel Péri et l’Office universitaire de recherche socialiste (OURS), Pantin, 19-20 mai 2010.

3 « Tant qu’il n’y aura pas de programme commun de la Gauche, c’est bien évidemment sur le seul programme du PSU que ses candidats mèneront leur campagne ». Éditorial de Marc Heurgon, Tribune socialiste, no 310, 12 janvier 1967.

4 Georges Gontcharoff, cadre du PSU, entretien du 7 octobre 2010 avec l’auteur.

5 Michel Rocard, Le Cœur à l’ouvrage, Paris, Éd. Stock, 1989, p. 55.

6 Gérard Feran, « Ford, Savary et nous », Tribune socialiste, no 442, 17 février 1970.

7 Archives nationales (AN)-Centre d’accueil et de recherches des Archives nationales (CARAN), Archives du PSU, 581 AP 94.

8 Michel Rocard, Tribune socialiste, no 437, 15 janvier 1970.

9 Jacques Mandrin, Socialisme ou social-médiocratie, Paris, Le Seuil, 1969, p. 143.

10 Entretien avec Georges Gontcharoff, déjà cité.

11 Direction politique nationale du 19-20 décembre 1970 et du 23-24 mars 1971, conseil national du 5 et 6 juin 1971, AN, Archives du PSU, 581 AP 94.

12 Entretien avec Georges Gontcharoff, déjà cité.

13 Robert Chapuis, « Mitterrand, longue marche ou éternel retour », Tribune socialiste, no 504, 8 juillet 1971.

14 Michel Rocard, entretien avec l’auteur du 31août 2010.

15 Entretien avec Georges Gontcharoff, déjà cité.

16 Cf. caricatures publiées dans Tribune socialiste, 13 janvier 1972 et 1er novembre 1972.

17 Éditorial de Michel Rocard, « Diversions », Tribune socialiste, no 545, 12 juillet 1972.

18 « Petite chronique du programme commun », Tribune socialiste, no 547, 27 septembre 1972.

19 Michel Rocard, Manifeste du Parti socialiste unifié : contrôler aujourd’hui pour décider demain, 8e congrès national du PSU à Toulouse du 9 au 11 novembre 1972, Paris, Éd. Tema, 1973, p. 17.

20 Direction politique nationale du 30 janvier 1973, AN, Archives du PSU, 581 AP 94.

21 Le Monde, « Michel Rocard : nous regretterions que le Programme commun devienne un instrument de division », 13 janvier 1973.

22 Éditorial, Tribune socialiste, no 570, 14 mars 1973

23 Michel Rocard, Le Cœur à l’ouvrage, Paris, Éd. Stock, 1989, p. 62-63.

24 Direction politique nationale du 23 septembre 1974, AN, Archives du PSU, 581 AP 94.

25 PSU, IXe congrès du PSU, Paris, Syros, 1975, p. 15.

26 Ibid., p. 136.

27 Ibid., p. 5.

28 Direction politique nationale du 11-12 janvier 1975, AN, Archives du PSU, 581 AP 94

29 Tribune socialiste, no 642, 26 janvier 1975.

30 Roland Leroy, L’Humanité du 3 octobre 1975.

31 Tribune socialiste, no 686, 10 janvier 1976.

32 Tribune socialiste, no 729, 10 février 1977.

33 Sur les débats suscités par la réactualisation, cf. Le Monde, « Les interrogations sur le Programme commun ont dominé les débats », 7 juin 1977.

34 Jean-Marie Colombani, « Le Conseil national du PSU approuve la stratégie “d’union populaire” conduite par la direction », Le Monde, 13-14 novembre 1977.

35 Bruno Voisin, « Le PSU à la rescousse de l’Union de la gauche », La Croix, 15 novembre 1977.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search