Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie III. Le PSU au carrefour des années 68 et 70

Le PSU et l’extrême gauche

Philippe Buton

Texte intégral

1Le sujet est complexe car s’il convient naturellement de scruter les relations existant entre ces deux éléments que sont le PSU et l’extrême gauche, il est nécessaire au préalable d’interroger la question même de l’appartenance ou non du PSU à cet ensemble multiforme qu’est l’extrême gauche. Or la réponse à cette simple question est malaisée, notamment en raison de l’hétérogénéité de ce parti. Qualifier d’extrême gauche un responsable politique comme Pierre Mendès France apparaît difficile ; ne pas le faire pour un autre dirigeant du PSU tel Alain Badiou le semble aussi. L’évolution chronologique complique aussi notre étude : entre le PSU des années précédant 1968 et celui des années post-68, les références, les discours et les pratiques évoluent notablement. Enfin, les jeux tactiques du pouvoir obscurcissent également les faits, puisque certains des responsables les plus éloignés de l’extrême gauche ne dédaignent pas toujours l’emphase révolutionnariste, tandis que des gauchistes incontestés doivent parfois recourir à une certaine prudence langagière.

2Pour traiter cette ample question, j’adopterai donc principalement une démarche chronologique, en commençant par examiner les années pré-1968 avant d’analyser la gauchisation qu’a connue le PSU après 1968, puis d’interroger la nature des relations multiples entre ces deux ensembles composites que sont l’extrême gauche et le PSU lui-même.

Divers gauches ou extrême gauche ?

  • 1 Cf. par exemple du côté maoïste : L’Humanité nouvelle, no 36, 12 janvier 1967 et no 37, 19 janvier (...)
  • 2 Alain Renault (éd.), Ordre Nouveau. Juin 1972 et 3e congrès 1973, Paris, Déterna, 2009, p. 163.

3Le PSU appartient-il à l’extrême gauche ? Pour le ministère de l’Intérieur, cela ne fait aucun doute et les résultats électoraux de ce parti sont classés dans cette catégorie. À l’inverse, les articles que la presse des groupes gauchistes consacre au PSU lui dénient cette appartenance1. Synthétique, l’extrême droite réconcilie les deux points de vue en écrivant, en 1972, que « le PSU est, une fois de plus, en pleine crise et hésite toujours entre gauchisme et Gauche unie2 ».

4Pour essayer de trancher le débat, je procéderai à l’analyse structurelle de leurs presses respectives. J’ai réalisé celle-ci pour trois journaux pendant la période 1966-1968 : le principal organe maoïste, L’Humanité nouvelle, le principal journal trotskyste, Voix ouvrière et, naturellement, l’hebdomadaire du PSU, Tribune socialiste. Ce dernier se révèle extrêmement différent des deux journaux gauchistes, en particulier sur trois points : la nature militante du journal, la question de la centralité ouvrière et la faible prégnance de l’idéologie.

5La nature militante de l’organe de presse peut se révéler en étudiant les « unes » des journaux. J’ai distingué trois cas de figure.

  • Les « unes » informatives, particulièrement délaissées par la presse militante. Dans ce cas, le journal se contente d’annoncer l’enquête de la semaine ou introduit un événement mais sans le caractériser, à l’image des « unes » de Tribune socialiste du 1er janvier 1966, « La femme dans la société », ou du 2 juillet 1966, « le consommateur dans la société moderne ».
  • Les « unes » dénonciatrices. Ici, le vocabulaire stigmatise telle ou telle situation, comme le font les « unes » de Tribune socialiste du 22 janvier 1966, « Main basse sur la construction parisienne », ou du 5 avril 1966 « Diderot mis à l’index », dénonçant la censure du film La Religieuse.
  • Les « unes » exhortatives, particulièrement prisées par les journaux militants. Le journal appelle à telle ou telle action, ou proclame son soutien à telle ou telle lutte. « Imposer le contrôle des naissances » et « Décolonisons la province » déclare ainsi Tribune socialiste par le biais de ses « unes » des 26 mars 1966 et 26 novembre 1966.

Tableau no 1. Analyse des « Unes » de trois journaux (1966-1968)

6La lecture du tableau no 1 induit une conclusion sans ambiguïtés : délaissant les « unes » exhortatives au profit des « unes » informatives, Tribune socialiste n’est pas, à la différence des organes de presse maoïste et trotskyste, un journal militant. Et même, au vu de l’évolution de ses « unes », il l’est de moins en moins, à l’inverse des autres journaux qui se radicalisent de plus en plus : pour Tribune socialiste, le pourcentage de « unes » exhortatives est stable alors que ses « unes » informatives deviennent hégémoniques, exactement l’inverse des mutations enregistrées par Voix ouvrière et par L’Humanité nouvelle.

7En dehors du caractère non militant de Tribune socialiste, la deuxième grande différence, entre l’organe du PSU et ceux du PCMLF ou de l’Union communiste, réside dans le caractère primordial ou non de la question ouvrière. L’analyse thématique des articles de journaux, réalisée pour la période du premier trimestre 1966 (cf. tableau no 2), démontre que l’ouvriérisme n’est pas en odeur de sainteté au PSU, dont l’hebdomadaire ne consacre que peu de place aux questions sociales et surtout très peu de place aux luttes sociales, qui n’occupent que la huitième place dans l’ordre des fréquences.

Rang des fréquences

Tribune socialiste

Voix ouvrière

L’Humanité nouvelle

Rang 1

Situation internationale

Luttes ouvrières

La Chine

Rang 2

Culture

Situation internationale

Luttes ouvrières

Rang 3

Vie du PSU

Question sociale

Luttes des peuples du monde

Rang 4

Questions de société (féminisme, écologie…)

Histoire

Dénonciation du PCF

Rang 5

Vie politique française

Vie politique française

Dénonciation de la presse

Rang 6

Situation économique et sociale

Dénonciation du PCF

Activité du mouvement maoïste

Rang 7

Critique du PCF

Activité du mouvement trotskyste

Histoire

Tableau no 2. Analyse thématique des articles de trois journaux (Premier trimestre 1966)

8Enfin, la faible prégnance de l’idéologie au sein du PSU se traduit, entre autres phénomènes, par le faible poids de l’Histoire, une rubrique particulièrement fournie dans la presse néo-léniniste.

9En définitive, nous avons affaire à trois organes de presse très différents. Le journal maoïste est un organe très orienté sur les questions politiques et sociales, mais dans un sens extrêmement restreint et, en fait, daté. Remplaçons la référence à la Chine par celle à l’Union soviétique – dans les deux cas, l’incarnation de l’avenir radieux – et L’Humanité nouvelle des années 1960 apparaît très proche de L’Humanité du début des années 1950. Quant à l’hebdomadaire trotskyste, le plus frappant reste sa dimension ouvriériste. Par leur nombre, les articles consacrés aux grèves et aux autres luttes ouvrières, ainsi qu’à la dénonciation de la situation des ouvriers, écrasent de leur masse toutes les autres catégories d’articles. Tribune socialiste se révèle un journal tout à fait différent. De nature non militante et non ouvriériste, l’hebdomadaire se veut un journal critique mais ouvert, et en particulier sensible aux questions de société les plus larges.

10Cette extériorité du PSU vis-à-vis de l’extrême gauche me semble confirmée par une tentative de définition essentialiste de ce courant politique. Dans une perspective avant tout politique, nous rencontrons deux définitions de l’extrême gauche. La première, la plus répandue, est une définition relative. Les observateurs, comme les policiers, classent à l’extrême gauche ce qui est intuitivement perçu comme se situant, en France, à la gauche du PCF. En Allemagne, le curseur est différemment placé et ce sont les forces situées à la gauche du SPD qui occupent l’espace de l’extrême gauche. Et la nomenclature est encore différente aux États-Unis. À cette définition relative, je préfère une définition absolue. Il semble que le terme d’extrême gauche peut être retenu pour désigner les forces de gauche qui respectent aujourd’hui les formes pacifiques du combat politique mais qui estiment qu’un jour il sera nécessaire de s’en affranchir. Et j’appelle « ultra gauche » les forces qui aujourd’hui même travaillent dans l’illégalité et la violence. Accepter cette définition conforte le constat d’extériorité du PSU, car les programmes adoptés par les congrès du parti, jusqu’en 1968, soulignent explicitement que le suffrage universel permettra, et lui seul, de changer la société.

  • 3 Tribune socialiste, 4 mai 1967.
  • 4 Tribune socialiste, 16 novembre 1967.

11Pourtant, ce constat d’extériorité du PSU vis-à-vis de l’extrême gauche doit être nuancé, à la marge, pour deux raisons. La première est que le PSU se veut un parti extrêmement démocratique et accueillant toutes les sensibilités du mouvement socialiste, y compris les plus radicales. Le parti aura donc toujours en son sein une ou plusieurs tendances trotskystes ou trotskysantes. Le second élément qui complique les choses est que le PSU se veut particulièrement ouvert sur la société. Or la société française de ces années 1960 connaît une phase de frémissement politique qui revêt de multiples manifestations mais, épisodiquement, des formes indiscutablement d’extrême gauche dont Tribune socialiste se fait l’écho. Ainsi, relève-t-on ces articles hétérodoxes qui auraient pu être publiés dans un journal gauchiste. Certains de ces papiers furent écrits par des trotskystes avérés mais d’autres non, témoignant plus d’un phénomène de radicalisation lié à l’air du temps que d’un simple phénomène d’entrisme. À titre d’exemple, en mai 1967, Tribune socialiste publie un panégyrique de Cuba ainsi que, sur une page entière, une violente lettre de Che Guevara dans laquelle on peut lire : « Le grand enseignement de l’invincibilité de la guérilla imprégnera les masses de dépossédés. […] La haine comme facteur de lutte ; la haine intransigeante de l’ennemi, qui pousse au-delà des limites naturelles de l’être humain et le change en une efficace, violente, sélective et froide machine à tuer. Nos soldats doivent être ainsi ; un peuple sans haine ne peut triompher sur un ennemi brutal3. » Autre exemple, quelques mois plus tard, sous le titre « Jeunesse d’Octobre », Jean-Marie Vincent fait l’apologie de la révolution bolchevique de 19174. La plupart de ces articles hétérodoxes concernent la guérilla en Amérique latine, ou illustrent les anniversaires d’Octobre 1917 ou de la Commune de Paris. Pour autant, jusqu’en Mai 68, l’équilibre du journal n’est nullement mis en danger. Les choses changent à l’issue des événements de mai-juin 1968.

La radicalisation du PSU

  • 5 Cf., entre autres, Robert Chapuis, Si Rocard avait su… Témoignage sur la deuxième gauche, Paris, L (...)

12À partir de l’été 1968, le PSU entre dans un impressionnant processus de radicalisation idéologique. Son marxisme, jusque-là absent ou très superficiel, devient un étendard brandi y compris dans ses concepts les plus acérés. Ainsi, lors du congrès de 1971, par 286 voix contre 280, est voté un texte favorable à la fois à la dictature du prolétariat et au parti unique, et reconnaissant le caractère inéluctable de l’affrontement armé5.

  • 6 Respectivement, l’entretien avec Nicole Moine, 26 octobre 2010, et l’entretien avec Jean-François (...)

13Ce phénomène de gauchisation a comme conséquence l’existence d’une fracture générationnelle au sein du PSU mais une fracture qui, tout en recoupant naturellement les données démographiques, n’est pas une coupure entre deux générations d’âge mais bien entre deux générations politiques. Les entretiens que j’ai réalisés pour effectuer cette recherche éclairent ce phénomène de générations politiques distinctes, en particulier par le biais des réponses divergentes à la simple question : « Pourquoi avez-vous adhéré au PSU ? », entre ceux qui appartenaient au PSU avant 1968 et ceux qui l’ont rejoint après Mai. Pour illustrer cette divergence, je prendrai deux témoignages révélateurs de deux anciens adhérents, aujourd’hui universitaires. Le premier témoin était à l’époque une jeune enseignante, le second un étudiant. Tous les deux étaient de forte imprégnation catholique et tous les deux ont appartenu deux ans au PSU, la première à Rouen, le second à Reims. Mais la première a adhéré en 1966 et le second en 1970. La première a répondu : « Je voyais le PSU comme un parti de gauche qui n’était pas communiste », tandis que le second s’est souvenu : « Je suis d’extrême gauche […] et je trouve [au PSU] à la fois la liberté et le socialisme, plus l’activisme révolutionnaire6. » Ainsi, l’appartenance ou non du PSU à l’extrême gauche apparaît clairement comme l’un des éléments du clivage entre ces deux générations politiques.

14L’analyse générationnelle est d’autant plus justifiée que cette radicalisation se produit aussi grâce à un véritable bouleversement démographique du parti. Dès 1967, certains des militants les moins à gauche le quittent pour rejoindre le parti socialiste et ce phénomène s’amplifie après 1968, en partie en réaction à cette gauchisation. À l’inverse, un flux directement issu du mouvement de Mai n’est pas loin de submerger le parti. Il est classiquement estimé entre 43 % des effectifs – selon les chiffres du congrès de 1969 – et 50 % (une estimation d’environ 10 000 militants devenant 15 000 militants). Mais ce ratio me semble devoir être notablement augmenté. D’une part en valeur absolue, pour tenir compte des importants départs que je viens d’évoquer. Et d’autre part, en valeur relative, car les nouveaux adhérents, marqués par la concurrence des groupes gauchistes, développent un style de militantisme infiniment plus contraignant, mais partant plus efficace à court terme, que le traditionnel militantisme d’avant 1968, demeuré assez proche de celui de la SFIO.

15En tout état de cause, la radicalisation est nette. Comme signe visible, parmi d’autres indicateurs, l’on peut reprendre l’analyse des « unes » de journaux. Le tableau no 3 révèle une nette évolution de Tribune socialiste.

Tribune socialiste 1966

Tribune socialiste 1968

Tribune socialiste 1970

Période et nombre de livraisons

janvier-mai 19 livraisons

janvier-mai 18 livraisons

janvier-juin 25 livraisons

Informative

50 %

67 %

16 %

Dénonciatrice

44 %

22 %

48 %

Exhortative

6 %

6 %

36 %

Tableau no 3. Analyse des « Unes » de Tribune socialiste (1966-1970)

16Le phénomène majeur est clair : alors que le journal avant 1968 privilégiait sa fonction informative, c’est désormais la volonté militante qui l’emporte, soit par la dénonciation des méfaits du système, soit par l’exaltation des luttes visant à le combattre ou à le renverser. Qui plus est, le tableau no 4 révèle que, désormais, Tribune socialiste est pratiquement devenue un organe d’extrême gauche, du moins en ce qui concerne ses « unes ». Certes, la composante non militante occupe toujours une place supérieure à celle des journaux néo-léninistes, mais la fonction d’exaltation des luttes est désormais devenue importante, nettement supérieure, par exemple, à celle de Lutte ouvrière, toujours marquée au coin d’un ouvriérisme très syndicaliste.

Tableau no 4. Analyse des « Unes » de cinq journaux (1970)

  • 7 Les principales tendances (“gauche révolutionnaire” et “gauche ouvrière et paysanne”) se subdivisa (...)

17Assez rapidement, le processus de gauchisation s’emballe ; les tendances se structurent en fractions et, au bout d’un moment, agissent au sein du PSU comme s’il s’agissait au mieux d’une organisation de masse à conquérir contre des adversaires, au pire d’une organisation réactionnaire qu’il convenait de faire éclater. Le résultat est clair : le sentiment de fraternité tend à s’estomper, le parti devient le champ clos d’affrontements plus ou moins lisibles, et le nombre des scissions s’accroît, tandis qu’elles se complexifient, le raffinement amenant à distinguer la « GR majo » de la « GR mino » et la « GOP interne » de la « GOP externe7 ».

18Dans ce processus de radicalisation, la modification des pratiques du PSU – et en particulier l’évolution de sa politique unitaire – a joué un rôle considérable. Avant Mai 68, le partenaire privilégié était le PCF. Après 1968, le PSU décide de se tourner prioritairement vers les forces issues du mouvement de Mai. Mais surtout la politique unitaire cesse d’être seulement déclarative et électorale, et devient une véritable politique d’action commune : campagne sur les transports parisiens avec Lutte ouvrière, participation au Secours rouge avec la Ligue communiste et la Gauche prolétarienne, envoi du service d’ordre du PSU aux côtés de ceux de la Ligue et de la Gauche prolétarienne pour tenter d’interdire le meeting d’Ordre nouveau au Palais des Sports en 1971, initiative qui a donné lieu à trois heures d’affrontements extrêmement violents dans Paris.

19Dans cette politique unitaire, soulignons l’importance de la socialisation politique opérée par le biais de la lutte contre la guerre du Viet Nam, en particulier par la participation du PSU à l’organisation de masse de la Ligue communiste que fut le Front solidarité Indochine (FSI). Cette participation semble importante pour trois raisons. La première est que, comme toute appartenance à une organisation de masse, elle favorise la radicalisation. On peut entrer au FSI pour des raisons humanitaires, pour dénoncer les bombardements américains ; puis on peut se convaincre de la justesse de la ligne des communistes vietnamiens et crier « GRP à Saigon ». La deuxième raison renvoie à la nature de cette socialisation politique, riche d’une pratique militante toujours romantique, souvent violente, qui signifie une propension inégalée à la radicalisation. La troisième raison est que cela permet un militantisme en commun avec les gauchistes, et donc une meilleure connaissance, de nombreuses discussions, éventuellement une fraternité militante entre militants trotskystes, normalement bien formés, disciplinés et dévoués, et militants du PSU, généralement moins idéologiquement vertébrés et d’engagement personnel moins total.

  • 8 Rouge, 3 février 1973.

20Début 1973, le PSU abandonne ce tête-à-tête avec la Ligue au sein du FSI8. Mais quelque temps après, il le retrouve par le biais des comités de soldats. Or, là aussi, il s’agit d’une socialisation particulière, très formatrice puisqu’elle impose un travail clandestin et susceptible d’une forte répression de la part de la Sécurité militaire et de la DST.

  • 9 Un exemple régional dans Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaire (...)

21Complétant ces engagements, le PSU participe aussi, ou impulse, une multitude de comités de soutien à telle ou telle lutte sociale, souvent ouvrière, l’une des marques de cette période, travail unitaire de soutien qui joua aussi son rôle dans l’approfondissement des liens avec les forces issues de Mai9.

  • 10 L’étude du quinzomadaire, rapidement devenu hebdomadaire, a été menée de son premier numéro (septe (...)

22Pour approfondir cette question des relations entre le PSU et l’extrême gauche, resserrons la focale sur un exemple bien précis : les relations entre le PSU et la principale organisation gauchiste des années 1970, la Ligue communiste. Pour cela, j’ai en particulier étudié l’organe de la Ligue communiste, Rouge, ainsi que son bulletin intérieur10.

Centrisme versus avant-gardisme

23La Ligue communiste accorde une grande importance au PSU. Pendant ces sept années et demie, Rouge a publié 337 numéros. Parmi eux, 93 articles sont entièrement consacrés au PSU, ce qui est de loin supérieur au nombre d’articles dévolus à une autre organisation d’extrême gauche. Chronologiquement, c’est en 1972 et en 1975 que Rouge publie le plus d’articles sur le PSU mais, si l’on entre dans les détails, on constate trois poussées d’intérêt de l’organe trotskyste pour le PSU : le tournant de l’année 1969-1970, et les périodes octobre 1971-mars 1973 d’une part, avril 1974-février 1976 d’autre part. La lecture de ces articles, ainsi que celle des textes du bulletin intérieur permettent de synthétiser les critiques proférées par la Ligue à l’égard du PSU, et de dégager une certaine chronologie de l’attitude de celle-là vis-à-vis de celui-ci.

  • 11 L’article de Rouge du 10 novembre 1969 offre un bon résumé de ces reproches récurrents.

24Pendant la période envisagée, les critiques sont globalement invariantes. Il y a avant tout une critique synthétique accompagnée de quatre critiques sectorielles. La critique synthétique est connue : elle consiste à qualifier le PSU de parti centriste, un concept fort en vogue dans l’héritage théorique trotskyste pour qualifier un parti à cheval entre le camp révolutionnaire et le camp réformiste. Quant aux critiques particulières, elles sont au nombre de quatre11 :

  1. une vision trop floue de la dictature du prolétariat ;
  2. un manque d’affirmation de la nécessité de la violence révolutionnaire ;
  3. une conception non léniniste du syndicalisme (en clair, la Ligue reproche au PSU de respecter l’indépendance des syndicats et de ne pas y constituer de tendance révolutionnaire) ;
  4. une organisation trop lâche et trop laxiste.

25Malgré le caractère invariant de cette caractérisation et de ces quatre critiques, on peut distinguer plusieurs étapes dans l’attitude que la Ligue adopte à l’égard du PSU. La première est celle du mépris. Pendant environ deux ans (automne 1968-printemps 1970), le triomphalisme domine à la Ligue. Persuadée que la révolution est pour demain, que la Ligue va se métamorphoser en un puissant parti révolutionnaire d’avant-garde, il y a peu de place pour les compromis, surtout avec un parti suspect de réformisme. La perspective tracée par la Ligue est simple : il faut faire éclater le PSU en lui arrachant son aile révolutionnaire confuse. Mais à l’été 1970, le bulletin intérieur – BI dans le langage du temps – de la Ligue publie un texte autocritique qui qualifie cette vision précédente du PSU de « simpliste et erronée ». Il faut désormais abandonner le sectarisme et développer au maximum l’unité d’action avec les militants du PSU. Avec quel objectif ? Selon les textes, la barre est mise plus ou moins haut. Fin 1970, le BI est très optimiste : le ralliement de la majorité du PSU n’est plus exclu, de telle sorte que l’alternative dessinée par les dirigeants de la Ligue est, à ce moment-là, très ambitieuse : « Mutation ou scission du PSU ».

  • 12 Ce chiffre de deux cents militants se retrouve dans tous les témoignages et les études. Cf., par e (...)

26En tout état de cause, la Ligue va devoir rabattre ses ambitions et enregistrer, en 1972, la fin de la gauchisation du PSU et la victoire, en son sein, de la droite du parti et de Michel Rocard. Dès lors, les articles se multiplient dans Rouge mais ils sont d’une toute autre nature. La polémique est prisée. On appréciera ainsi la fine plaisanterie du journaliste de Rouge décrivant le cortège du PSU à la manifestation du 1er mai 1972 : « Le cortège du PSU était maigre, quasiment biafrais. » Ou bien c’est une série d’articles de janvier à novembre 1972 qui font état du ralliement à la Ligue de militants du PSU. Le bilan demeure quand même très en deçà des espérances, puisque ce renfort, loin d’exprimer la totalité de la gauche du PSU, ne représente même pas la majorité de la tendance trotskyste du PSU. Au total, ce ne sont que deux cents militants du PSU, emmenés par Jean-Marie Vincent et Jacques Kergoat, qui rejoignent alors la Ligue communiste12.

27Puis la tentation militariste de la Ligue l’a fait délaisser, pendant quelque temps, la question des alliances, spécialement avec un PSU qui n’a pas vraiment pu s’acclimater avec les opérations de service d’ordre.

  • 13 Le terme est toujours en vigueur. Cf. par exemple BI-CRS, no 21, novembre 1974.
  • 14 LCR, section française de la IVe Internationale. Débat LCR-PSU (juillet 1975), bulletin spécial, n(...)

28Après la dissolution de la Ligue en juin 1973, ses dirigeants redécouvrent les charmes du PSU. D’abord pour se protéger. À titre anecdotique, pour conjurer le risque d’une inculpation pour « reconstitution de ligue dissoute », le bulletin intérieur de la Ligue se présente désormais comme le bulletin intérieur de la tendance marxiste révolutionnaire du PSU. Surtout, après que la grande majorité du PSU a refusé de suivre Michel Rocard au Parti socialiste en 1974, la Ligue lorgne de nouveau sur ce parti. Estimant que le refus de rejoindre le PS va mécaniquement repousser le PSU vers la gauche, la direction de la Ligue rêve à nouveau d’absorber les centristes13 et, en septembre 1974, le Comité central de la Ligue –contre l’avis de Gérard Filoche et de ses amis – propose la fusion avec le PSU. Des bulletins sont édités, qui reproduisent les courriers échangés entre le bureau politique de la Ligue et le bureau national du PSU, et des campagnes d’action commune sont mises sur pied, au moins sur le papier. Mais la direction du PSU freine très fortement le processus unitaire. Elle refuse ainsi que les échanges épistolaires soient divulgués publiquement, et la Ligue se contente donc d’une diffusion interne de ce bulletin spécial14.

  • 15 Ibid.

29Il n’est pas inintéressant d’observer les raisons des réticences du PSU, autrement dit les critiques que sa direction adresse à la Ligue. La première est l’attitude de « donneurs de leçons » qui serait celle des trotskystes, en particulier dans la qualification du PSU de « centriste ». En juillet 1975, le bureau national du PSU juge ce fait révélateur : « Cette attitude est malsaine et typiquement sectaire. Aucun courant du mouvement ouvrier révolutionnaire ne détient la vérité, ni le droit de conférer ou de retirer à d’autres courants des labels ou des brevets révolutionnaires15. » Un an après, ce même bureau national relie cette attitude au cœur de la stratégie politique de la Ligue – le dégagement d’une avant-garde large – en soulignant tout ce qui sépare celle-ci de la propre vision du PSU :

  • 16 LCR, section française de la IVe Internationale. Débat LCR-PSU (septembre 1976), bulletin spécial, (...)

« Même agrémenté de l’épithète “large”, le concept d’avant-garde nous renvoie à une théorie sélective de l’organisation révolutionnaire et son rôle dirigeant par rapport à la classe, qui a marqué une phase déterminée du mouvement ouvrier. Cette théorie est en contradiction avec notre conception de l’organisation révolutionnaire pour l’autogestion16. »

30Effectivement, en dernière instance, c’est bien la conception du parti qui sépare le PSU des organisations néo-léninistes. Ainsi, pour un militant néo-léniniste, le fait majeur de son militantisme réside dans l’intervention du parti, nettement plus importante à celle opérée dans telle ou telle organisation de masse. Depuis les origines, c’est le contraire pour les militants du PSU : appartenant généralement à plusieurs réseaux sociaux (syndicats ou organisations diverses), l’activité strictement partidaire est une annexe, celle que l’on sacrifie si l’on doit hiérarchiser son temps.

31Pourtant, malgré cette contradiction ontologique, le PSU continue d’entretenir des relations étroites avec l’extrême gauche, relations que l’on peut détailler en examinant leur chronologie, leur fonction et leur marque principale.

Ambiguïtés et paradoxes

32La véritable rencontre entre l’extrême gauche politique et le PSU se situe donc après 1968. Elle connaît son apogée entre 1969 et 1971, puis enregistre des revers à partir de 1972. L’arrêt décisif de la gauchisation du PSU se produit en 1974 avec le refus de la direction du PSU de soutenir la candidature de Charles Piaget à l’élection présidentielle. Peu de temps après, les Assises du socialisme, puis l’hémorragie militante, redistribuent totalement les cartes et inaugurent une nouvelle période aux enjeux très différents.

  • 17 Critique socialiste, no 38-39, 1980.

33Mais à quoi sert l’extrême gauche pour la direction du PSU ? Si, malgré les critiques et les sarcasmes récurrents, les dirigeants du PSU continuent de maintenir des relations étroites avec des gens qui n’aspirent qu’à le faire éclater puis à l’éliminer, il faut bien qu’ils y trouvent leur compte. Il me semble que cela permet au PSU de jouer le rôle d’interface entre l’extrême gauche et la gauche classique. Les liens que le PSU entretient avec celle-là augmentent son poids dans ses discussions avec celle-ci même si, épisodiquement, cela accroît la méfiance du PCF. En tout cas, cela contraint la direction du parti – en premier lieu Michel Rocard, à de difficiles exercices de diplomatie et de langage. Comme il l’a déclaré quelques années plus tard : « J’ai accepté pendant deux ans d’être secrétaire national minoritaire, dans une organisation qui disait des choses assez bizarres, que j’essayais de traduire à la télévision17. »

  • 18 Alliance marxiste révolutionnaire. Il s’agit de la tendance pabliste, dirigée par Michel Raptis di (...)

34En ce qui concerne maintenant la question de l’influence majeure de l’extrême gauche au sein du PSU, il me semble qu’il y a ici une observation apparemment paradoxale. Tout aurait dû permettre que le principal agent d’influence fût le trotskysme, or ce n’est pas vraiment le cas. Il y eut toujours des trotskystes au sein du PSU et ils furent systématiquement organisés en tendance, assurant ainsi une permanence culturelle du trotskysme dans la presse et les outils de formation du PSU. En outre, un certain cadre commun a été constitué à plusieurs reprises avec des groupes trotskystes, ce qui ne s’est jamais réalisé, Secours rouge mis à part, avec les maoïstes. Enfin, une véritable politique unitaire, ponctuée non seulement par des actions en commun mais aussi par des échanges de textes et des discussions organisées, n’a été menée – pendant la période examinée – qu’avec des organisations trotskystes, chronologiquement Lutte ouvrière, la LCR puis l’AMR18.

  • 19 Groupe pour la fondation de l’Union des communistes de France (marxistes-léninistes).
  • 20 Après de multiples sous scissions, ce qui reste de la Gauche révolutionnaire, dirigée par Pierre B (...)

35Or, finalement, les résultats demeurèrent décevants pour les trotskystes et le PSU apparaît, en définitive, plus sensible aux sirènes maoïstes, et ce dans les deux dimensions du maoïsme politique. D’une part, un maoïsme assez classiquement néo-léniniste avec la première scission d’Alain Badiou et de ses camarades, à l’origine de la future UCFml19, puis avec la Gauche révolutionnaire20. Mais ce qui se développe en priorité au sein du PSU, c’est une sensibilité maoïste mouvementiste, principalement, mais pas uniquement, incarnée par la GOP, la gauche ouvrière et paysanne. Et ce qui caractérise cette sensibilité maoïste ou maoïsante mouvementiste, c’est une nouvelle vision du rapport entre le parti et les masses. De l’expérience chinoise ou, plus exactement, de l’expérience chinoise de la révolution culturelle telle qu’elle est vue, reconstruite et fantasmée par les militants occidentaux, ressort l’idée que le peuple est supérieur au parti, que les masses sont l’absolu quand le parti, certes nécessaire, reste le relatif, révolutionnaire seulement s’il maintient les liens avec les masses, s’il en accepte les critiques et s’il parvient à s’auto-corriger en permanence. Cette vision de la liaison parti-masses unit toutes les sensibilités maoïstes ou maoïsantes du PSU.

36Or, il semble clair que cette perception quelque peu angélique du peuple, cette conception à la fois pleine de modestie, de rectification et d’ascèse révolutionnaire permet de nombreuses passerelles avec la culture politique initiale du PSU, en particulier avec sa dimension chrétienne d’une part et avec sa lecture libertaire de Mai 68 d’autre part, une lecture très développée au sein du PSU, et qui est à la source du futur concept unifiant d’autogestion. C’est cette vision des rapports masses – parti qui empêche toute convergence forte avec les trotskystes.

  • 21 Lutte ouvrière, no 149, 6-12/7/1971.

37Cela est naturellement évident dans le cas de l’Organisation communiste internationaliste (OCI) ou de Lutte ouvrière. Ainsi, en 1971, Lutte ouvrière se gausse du fait que le PSU, par le biais des Assemblées régionales ouvrières et paysannes, ait associé ses sympathisants à la rédaction de son programme, faisant écrire au journaliste trotskyste : « Le PSU a-t-il voulu faire savoir par là que ses propres militants n’ont pas les capacités requises pour déterminer l’orientation du parti puisqu’il juge ainsi nécessaire de faire appel aux inorganisés pour définir sa ligne politique21 ? » Il est vrai qu’une telle initiative est parfaitement incompréhensible pour une organisation comme Lutte ouvrière qui sélectionne soigneusement ses adhérents et au sein de laquelle le passage de sympathisant à militant représente un long parcours d’obstacles. Mais la Ligue a les mêmes préventions, exprimées simplement et tactiquement mezza vocce, préventions issues de sa volonté de construire un parti certes moderne mais néanmoins bolchevique.

38Il y a pourtant un important bémol à ajouter dans le constat de cet essor de ce maoïsme mouvementiste dans le PSU. Il n’ira jamais jusqu’aux excès du maoïsme spontanéiste style Gauche prolétarienne en France ou Lotta Continua en Italie. Il semble que là, c’est le rapport à la violence qui fut l’élément décisif de cette non-rencontre, un élément qui, lui, prenait à rebours cette même double tradition, la tradition chrétienne et la lecture libertaire de 1968.

39En définitive, la rencontre entre le PSU et l’extrême gauche politique ne fut que circonstancielle, l’un des exemples parmi les plus frappants de cette vague de radicalité politique et idéologique qui a été l’une des caractéristiques les plus fortes de l’après-Mai 68.

  • 22 Cf. Bibia Pavard, « Du contrôle des naissances à l’avortement libre et gratuit : histoire d’un com (...)
  • 23 Sur cette dimension, je me permets de renvoyer à mes deux contributions : Philippe Buton, « L’impe (...)

40Pour autant, toute cette analyse renvoie à une définition de l’extrême gauche strictement politique, étroitement politique, trop étroitement politique. Car une autre acception de la notion d’extrême gauche reste possible. On peut considérer que la vague de remise en cause que connaît la société française dans les années 1960 et 1970 est double : d’une part, une critique systématique des rapports d’autorité, une exaltation multiforme de la notion de liberté, une attaque d’ordre culturel et générationnel, d’autre part, un discours néo-léniniste qui s’appuie sur cette vague de fond antiautoritaire en lui offrant une grille de lecture idéologique et un débouché politique spécifique. Or, contrairement à ce que dit la vulgate en France, ces deux éléments ne sont pas nécessairement liés, et la Hollande avec les Provos, la Grande-Bretagne, les États-Unis et les pays scandinaves sont les cas les plus frappants de cette dissociation. Si donc l’on retient cette seconde définition de l’extrême gauche, ce que l’on pourrait appeler un gauchisme politico-culturel, le PSU change alors profondément de visage. Tandis que les journaux néo-léninistes ne parlent, à ce moment-là, de la question des femmes que dans la mesure où il s’agit de femmes ouvrières, Tribune socialiste intervient abondamment sur la question féministe22. Et le décalage est identique en ce qui concerne l’écologie23. En définitive, si au lieu de parler de répétition générale, de révolution manquée, de prémisses du grand soir, on entend les années 1968 comme une vague désordonnée de remises en cause multiformes qui, au bout d’un moment, se stabilise autour des notions de féminisme, d’écologie, de démocratie diffuse, d’autonomie personnelle, de hiérarchie légitimée, bref de modernité des rapports sociaux, alors le PSU apparaît plus à l’avant-garde qu’à côté de ce mouvement, plus comme l’héritier de l’esprit de Mai 68 que comme l’enfant adultérin du socialisme réformiste et du gauchisme juvénile.

Notes

1 Cf. par exemple du côté maoïste : L’Humanité nouvelle, no 36, 12 janvier 1967 et no 37, 19 janvier 1967, du côté trotskyste, La Quatrième Internationale, no 8, juin 1966 et, du côté bordiguiste, Le Prolétaire, no 47, décembre 1967.

2 Alain Renault (éd.), Ordre Nouveau. Juin 1972 et 3e congrès 1973, Paris, Déterna, 2009, p. 163.

3 Tribune socialiste, 4 mai 1967.

4 Tribune socialiste, 16 novembre 1967.

5 Cf., entre autres, Robert Chapuis, Si Rocard avait su… Témoignage sur la deuxième gauche, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 44 sq.

6 Respectivement, l’entretien avec Nicole Moine, 26 octobre 2010, et l’entretien avec Jean-François Boulanger, 10 octobre 2010.

7 Les principales tendances (“gauche révolutionnaire” et “gauche ouvrière et paysanne”) se subdivisaient elles-mêmes en sous-tendances : courant majoritaire de la GR et courant minoritaire de la GR d’une part, sous-tendance de la GOP qui demeurait à l’intérieur du PSU et sous-tendance qui avait déjà quitté le PSU d’autre part.

8 Rouge, 3 février 1973.

9 Un exemple régional dans Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, Rennes, PUR, 2008 ; id., « Le PSU dans le mouvement social en Bretagne », dans Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2010, p. 93-111.

10 L’étude du quinzomadaire, rapidement devenu hebdomadaire, a été menée de son premier numéro (septembre 1968) jusqu’à sa dernière livraison (mars 1976), la Ligue tentant alors l’aventure de lancer un quotidien. Le bulletin intérieur a été étudié pour la période 1970-1976.

11 L’article de Rouge du 10 novembre 1969 offre un bon résumé de ces reproches récurrents.

12 Ce chiffre de deux cents militants se retrouve dans tous les témoignages et les études. Cf., par exemple, Jean-Claude Vessilier dans « Cinquantenaire du PSU, 7 mai 2010 » sur le site web du NPA (www.npa2009.org) : http://www.npa2009.org/content/cinquantenaire-du-psu [lien consulté le 5 novembre 2012].

13 Le terme est toujours en vigueur. Cf. par exemple BI-CRS, no 21, novembre 1974.

14 LCR, section française de la IVe Internationale. Débat LCR-PSU (juillet 1975), bulletin spécial, no 1.

15 Ibid.

16 LCR, section française de la IVe Internationale. Débat LCR-PSU (septembre 1976), bulletin spécial, no 2.

17 Critique socialiste, no 38-39, 1980.

18 Alliance marxiste révolutionnaire. Il s’agit de la tendance pabliste, dirigée par Michel Raptis dit Pablo, du trotskysme international.

19 Groupe pour la fondation de l’Union des communistes de France (marxistes-léninistes).

20 Après de multiples sous scissions, ce qui reste de la Gauche révolutionnaire, dirigée par Pierre Bauby, intègre le Parti communiste marxiste-léniniste de France (Humanité rouge). Et Pierre Bauby succède à Jacques Jurquet à la tête du groupe maoïste le plus traditionnel.

21 Lutte ouvrière, no 149, 6-12/7/1971.

22 Cf. Bibia Pavard, « Du contrôle des naissances à l’avortement libre et gratuit : histoire d’un combat pour et par les femmes au PSU (1961-1979) », dans Tudi Kernalegenn et alii (dir.), op. cit., p. 305-316.

23 Sur cette dimension, je me permets de renvoyer à mes deux contributions : Philippe Buton, « L’impensé écologiste de l’extrême gauche française avant 1968 », Écologie politique, 2012 et « Une rencontre difficile : l’extrême gauche française et l’écologie (1968-1978) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 113, 2012/1, p. 191-203.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search