Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Shakespeare au XXe siècle

 | 
Pascale Drouet

1. Mises en scène

Représenter la scène de la déposition au théâtre

François Laroque

Texte intégral

  • 1 Ariane Mnouchkine, L’art du présent. Entretiens avec Fabienne Pascaud, Paris, Plon, 2005, p. 142.

« On monte souvent une pièce pour une seule scène. Je pense que j’ai voulu monter Richard II pour la scène de l’abdication. Après, j’ai été ravie par tout le reste. »
Ariane Mnouchkine, L’art du présent1.

1François Laroque
Pour lancer le débat sur la scène de la déposition, on pourrait partir du constat que la scène avait été censurée dans les représentations élisabéthaines, et dans les trois premiers quarto, et uniquement réintroduite dans le quatrième quarto de 1608 et le folio de 1623. Ce qui a conduit des critiques, dont Muriel Bradbrook il me semble, à affirmer que, finalement, on pouvait presque s’en passer dans les mises en scène contemporaines. Monter Richard II à notre époque sans la scène de déposition, voilà qui pourrait fonctionner tout à fait : le fil de l’histoire n’en serait pas perdu pour autant ! Bien entendu, un tel point de vue nous choque, nous, lecteurs modernes. De nos jours, faire une lecture de la pièce en laissant de côté ce qu’on considère comme son point focal, c’est presque impensable. Ma première question est donc la suivante : pensez-vous qu’on puisse véritablement monter Richard II sans la scène de la déposition ? Connaissez-vous des metteurs en scène modernes qui s’y sont risqués ? Ou comment expliquer le fait que, de nos jours, on ne puisse plus monter cette pièce sans la scène de la déposition ? Pourquoi est-elle d’une importance capitale ?

2Wilhelmina Hotchkiss
Pour ma part, je pourrais imaginer une représentation qui ne mettrait pas en scène la déposition, mais qui la mimerait, qui la transposerait sous forme de pantomime peut-être. Cela me semble tout à fait possible ; ce serait comme dans Hamlet. Les metteurs en scène ont théâtralisé le texte narratif de la pantomime pour Hamlet ; on pourrait imaginer l’inverse pour Richard II : faire de la scène une pantomime. Le problème de la pantomime, c’est que cela enlèverait la dimension poétique de la rhétorique de Richard, du Richard poète. C’est toute la dimension langagière qui serait alors balayée.

3François Laroque
S’agit-il, à ce moment précis de la pièce, du Richard poète ou plutôt du Richard acteur ? Est-ce qu’il n’est pas plutôt en train de penser à quelque ruse pour échapper à la lecture humiliante ? Quelle est sa stratégie pour échapper à la réalité de la déposition ?

4Wilhelmina Hotchkiss
effectivement, Richard est davantage acteur que poète à ce moment-là.

5Michael Earley
Richard est en effet un acteur qui a plus d’un tour dans son sac. Le moment clef du renversement, c’est : « now you’re done. »

6Marie-Madeleine Martinet
Richard essaie de donner à la mise en scène une autre direction. Il le fait dans le simulé parce qu’il ne peut pas le faire dans le réel. Il veut jouer un rôle différent de celui qui lui a été imposé par Bolingbroke.

  • 2 Pour l’ensemble des mises en scène évoquées au cours de cette table ronde, se reporter au tableau (...)

7François Laroque
il y a aussi ce que vous avez dit à propos de la mise en scène de Pimlott2, cette pièce faite de « naughts and nothings » comme pour insister sur le fait de n’être plus rien, avec ces termes de « nothingness » et de « undoing », et tous ces verbes à préfixes négatifs, le fait d’être ou de ne pas être. On dirait que cela fonctionne comme une sorte de cérémonie de la dégradation. On y trouve aussi une référence médiévale à The Feast of Fools, avec le bas-clergé qui l’emporte pour quelques jours sur le haut-clergé. Le bas-clergé parodie les sermons du haut-clergé et raille évêques et autres archevêques. La hiérarchie est sens dessus dessous. On vient de dire que l’acteur est très attentif, très conscient du moment où la dégradation de Richard commence. À quel stade pensez-vous que cette dégradation commence véritablement ? Est-ce qu’elle commence avec la scène officielle de la déposition, ou est-ce qu’elle se met en branle plus tôt dans la pièce ?

8Michael Earley
Le problème, c’est qu’on ne peut pas être absolument sûr de la réponse. Richard attend impatiemment d’avoir une nouvelle chance, et voici que se présente à lui une véritable opportunité de mise en scène : avec la scène de la déposition, il se trouve sur des planches magnifiques. Dans son documentaire historique, Simon Sharma fait remarquer que c’est à ce moment précis que le mot théâtre est utilisé dans la pièce pour la première fois. À mon sens, Richard sait pertinemment qu’il est dans une sorte de théâtre juste à ce moment-là, et c’est très important.

9Nathalie Rivère de Carles
il me semble que le personnage est vraiment conscient de se mettre en scène, de mettre en scène sa propre défaite, dès son retour d’Irlande, c’est-à-dire quand il commence à perdre le pouvoir. Sa dégradation fait penser aux montagnes russes, allant vertigineusement du haut vers le bas. C’est déjà l’anticipation du mouvement de dégradation. Le fait qu’il emploie le terme « theatre » montre qu’il est vraiment conscient de sa position, et de la façon dont elle va évoluer dans la pièce. Dans la scène de la déposition, il se met à voyager verbalement de nouveau, et son corps est propulsé au centre de la scène.

10Marie-Madeleine Martinet
en ce sens, la scène de la déposition est aussi une préparation à la scène de la prison. Richard joue de nombreux rôles différents avec ses pensées et ses mots. En fait, ce sont plutôt ses pensées et ses mots qui jouent de nombreux rôles.

11Wilhelmina Hotchkiss
On a été préparé à cela, déjà à l’acte i, avec la duchesse de Gloucester qui a été dépouillée de son bien le plus cher, « Thomas, my dear lord, my life, my Gloucester », et qui demande à son beau-frère de venger le meurtre de son mari. Elle théâtralise l’événement et elle se met en scène en quelque sorte, même si elle le fait inconsciemment. Cela fait partie de sa force de conviction. Et l’autre personnage qui partage cette capacité rhétorique, cette maîtrise du charisme, et cette poétique de la perte, c’est Richard. Et il les porte au sommet.

12Michael Earley
Dans la mise en scène de Deborah Warner, il y avait une actrice fabuleuse qui incarnait la duchesse avec une présence magnifique, et elle faisait véritablement contrepoids à Fiona Shaw qui jouait le rôle de Richard. Il y avait comme un véritable lien, résonnant tout au long de la pièce, entre ces deux personnages qui avaient une telle présence sur scène.

13François Laroque
Pensez-vous qu’on puisse dire qu’avec le miroir, dans la scène de la déposition, il y ait une sorte d’improvisation de la part de Richard ? Pensez-vous que l’acteur prenne très visiblement le relais du roi à ce moment-là ? Le roi vient d’être anéanti et on a ces images du roi de neige dérisoire, des deux seaux et du miroir. N’a-t-on pas l’impression que Richard se dissout, qu’il est éclipsé en tant que roi, mais qu’il revient au centre en tant qu’acteur ? C’est toujours lui qui tient le devant de la scène. Je pense que nous avons souvent un point de vue négatif de Richard quand il a perdu tous ses attributs royaux ; il n’a plus d’identité, il n’est personne, il pense à la mort, au néant. Or il y a d’autres points de vue. On peut voir sa déposition comme une sorte d’élévation, de révélation du roi-acteur, du règne de l’acteur.

14Marie-Madeleine Martinet
Oui, car Richard n’est pas un roi de neige, c’est plutôt un roi de mots.

15François Laroque
Je me demande comment ces images sont présentées dans les mises en scène, l’image du roi de neige dérisoire par exemple. Est-elle simplement énoncée ou existe-t-il des moyens d’éclairages ou d’effets d’ombre pour la rendre plus visuelle, pour souligner son importance aux yeux des spectateurs, pour en faire une sorte d’emblème ? Cette question se pose aussi pour le soleil de Bolingbroke, pour les deux seaux et pour le miroir bien sûr.

16Michael Earley
Parfois ces métaphores gagnent en visibilité simplement dans la façon dont les personnages se meuvent sur scène, dans le drapé de leur costume et dans la façon dont ils sont éclairés.

17Marie-Madeleine Martinet
Oui. Dans la mise en scène de John Barton, il y avait pour la scène des jardiniers deux arbres qui montaient et qui descendaient, comme s’ils poussaient miraculeusement puis s’étiolaient à nouveau ; on visualisait alors les mouvements ascendants et descendants. C’était vraiment des métaphores littéralisées.

18Isabelle Schwartz-Gastine
Dans la mise en scène de John Barton, il y avait aussi deux couronnes pour figurer les deux seaux. On avait déplacé la métaphore : les deux seaux devenaient deux têtes, d’une certaine façon.

19Nathalie Rivère de Carles
Dans la mise en scène de Jonathan Kent, pour mettre en perspective l’image du roi de neige dérisoire, il y avait des effets de lumière qui créaient des chatoiements sur le costume de Richard, rappelant les motifs de l’effigie de Richard à l’abbaye de Westminster. Et, autour de la scène, tout était plongé dans la pénombre. Kent jouait délibérément sur le fait que l’obscurité envahissait de plus en plus la scène, et que la lumière de Richard s’amenuisait de plus en plus. L’habit avait donc de moins en moins d’impact sur le public ; c’est comme si l’obscurité le contaminait, comme si le roi fondait littéralement sous les lumières. C’était une sorte de littéralisation de la métaphore du roi de neige qui fond.

20Michael earley
Toute la scène est une sorte d’attaque du corps du roi. On le sent torturé.

21François Laroque
Donc vous interpréteriez le roi de neige comme la métaphore de la dissolution du roi, comme un nouvel avatar, un artefact. Mais est-ce que cela ne pourrait pas aussi être un roi d’hiver, une sorte d’« hivernisation » de la royauté ? L’idée qu’il représente l’hiver, c’est-à-dire l’ancien, le traditionnel. Alors que Bolingbroke, c’est le printemps qu’il représente. On revient au vieux rituel, à l’idée anthropologique du rite de passage, du passage liminal d’un roi à l’autre.

22Michael Earley
C’est aussi Henry IV qui, plus tard, à son tour représentera le jardin hivernal.

23Marie-Madeleine Martinet
et la reine est devenue « like sweet May ».

24Michael Earley
Oui, tout à fait.

25François Laroque
il devient de plus en plus difficile de se faire une idée de ce que Richard II serait sans cette scène centrale, excisée pour des raisons politiques. C’était une scène très subversive, une menace pour la couronne. Or le texte de Shakespeare n’arrête pas d’évoluer, de tisser de nouvelles perspectives à travers les diverses éditions, à travers l’histoire, à travers l’expérience des acteurs, et en particulier lorsque les acteurs essaient de se délester des vieilles méthodes des écoles de théâtre et lisent le texte de différentes manières. Pensez-vous qu’il y ait eu d’autres moyens de mettre en valeur cette scène ?

26Michael Earley
Le problème du jeu et de la mise en scène, c’est que cela change chaque soir ; l’émotion que dégage l’acteur évolue d’une représentation à l’autre. Dans la mise en scène de John Barton, quand Bolingbroke et Richard échangeaient leur rôle, la palette d’émotions variait considérablement. Tantôt on avait un Richard très distant, tantôt un Richard très émotif.

27Wilhelmina Hotchkiss
Chaque représentation est différente. Il faut s’y rendre deux soirs de suite pour le constater. Une dernière question à propos de la scène de la déposition, pas de la déposition à proprement parler, mais du début de la scène. La scène s’ouvre avec Bolingbroke gêné devant tous ces gages qui s’empilent sur la scène. C’est la première fois que nous le voyons dans le rôle qui lui revient, celui de roi, et face à lui se trouvent plusieurs nobles auxquels il n’arrive pas à faire entendre raison. C’est presque une parodie de la scène d’ouverture de l’acte I. Richard est presque déposé. Mais comment s’annonce le règne du futur henry IV ? Avec cet épisode, peut-on vraiment le prendre au sérieux ?

28François Laroque
L’épisode serait donc annonciateur de trouble, de révoltes ?

29Isabelle Schwartz-Gastine
Dans la mise en scène d’Ariane Mnouchkine, c’est exactement la même structure dans les deux scènes. Il y a une table noire dans les deux scènes, et c’est tout à fait la même idée de mise en scène. La seule chose qui change, c’est le nombre de gages qui s’empilent (il n’y en a que deux à l’acte I). Tout au début de l’acte IV, c’est vrai qu’il y a de plus en plus de gages, comme s’il y avait encore plus de problèmes à venir et à gérer.

30François Laroque
il y a là quelque chose qui relève de la parodie. Dans les deux parties de Henry IV, Bolingbroke se révèle être un monarque plus sobre que Richard qui est, lui, constamment dans l’hyperbole. Bolingbroke devient presque le roi des recoins sombres.

31Marie-Madeleine Martinet
Quand Bolingbroke devient roi, c’est-à-dire une figure publique, il déambule majestueusement dans les rues de Londres, mais nous ne le voyons pas. Il est significatif que l’apparition publique de Bolingbroke couronné roi ne soit visible qu’à distance.

32Michael Earley
C’est pareil avec le discours du palefrenier. C’est encore un accès indirect que nous avons à ce « pageant » ; il est comme mis à distance.

33François Laroque
Parmi les façons multiples et variées de mettre en scène la déposition, avez-vous déjà vu des représentations qui optent pour un Richard histrionique, pour un (mauvais) acteur qui en ferait trop comme celui que décrit Hamlet ?

34Michael Earley
Dans la version de Derek Jacobi peut-être.

35Nathalie Rivère de Carles
La mise en scène de Mark Rylance présente le parti pris d’un Richard comique. Le problème, c’est que le personnage est comique du début à la fin de la pièce. On ne pouvait croire en son aura tragique et il devenait difficile pour les spectateurs d’éprouver de l’empathie pour lui. Le jeu de Rylance relevait plus de celui du fou que de celui du roi. Dans la scène de la déposition, cela fonctionnait parfois, cette façon un peu désespérée de se vouloir drôle, de se rire de tout à tout prix. Rylance arpentait la scène de façon histrionique, mais cela frôlait presque l’hystérie. Il se mettait à parler trop vite, trop fort, comme s’il hurlait les vers, ce qui provoquait un sursaut d’incompréhension dans le public. Le jeu oral de Rylance confinait au bruit et tendait à détourner la dégradation de Richard de son sens premier. Au bout d’un certain temps, on avait envie que cela s’arrête tellement c’était excessif. Dans la version de Steven Pimlott, l’acteur a rendu Richard comique, mais les moments comiques alternaient avec des moments plus pathétiques, ou plus tragiques, de façon plus subtile. Chez Rylance, en revanche, le roi devenait vraiment une sorte de bouffon de la Commedia dell’Arte et l’on perdait tout sens tragique.

36Michael Earley
C’est là que réside la difficulté pour l’acteur qui ne peut s’empêcher de se demander : « comment faire pour jouer au mieux le personnage ? »

37François Laroque
Surtout qu’il faut aussi intégrer la dimension de joute verbale entre les deux personnages, entre Bolingbroke et Richard. La métaphore des seaux rend compte de leur opposition spatiale. Il y a un seau en l’air, représentant Bolingbroke rendu léger par sa victoire, et un seau à terre, rempli du chagrin de Richard. Si on prive le public de cette scène, c’est difficile de comprendre ce qui se passe, car c’est un épisode très écrit. Je propose qu’on ouvre la table ronde au public pour qu’il nous dise ce qu’il pense de la façon dont on doit mettre en scène la déposition.

38Le public
C’est une question concernant le miroir. Que voit Richard quand il se regarde dans le miroir ? Il s’étonne certes de ne pas y voir des rides plus marquées, mais que pensez-vous qu’il voie vraiment dans le miroir ?

39Marie-Madeleine Martinet
La question n’est pas ce que Richard voit dans le miroir, mais ce que les spectateurs voient. Personne n’a encore fait allusion à la mise en scène de Richard Cottrell avec Ian Mckellen. Dans cette mise en scène, le miroir était un véritable miroir, avec une glace, et donc il renvoyait des rayons dans toutes les directions. Et Richard tenait le miroir de façon à ce que la lumière soit renvoyée à divers endroits de la pièce, comme si elle la balayait. Le public voyait ainsi le miroir et ses multiples réflections.

40Le public
Et avez-vous déjà vu une mise en scène où le miroir était seulement un cadre ? Richard regardait à travers, et c’était Bolingbroke qui était de l’autre côté ?

41Michael Earley
Oui, c’est la mise en scène de Patrice Chéreau. On y voit, en outre, les acteurs se préparer avant de jouer, se maquiller, s’habiller en se regardant dans les miroirs. L’accessoire est déjà là comme lien entre le texte et le jeu, entre la signification du verbe et la technique de l’acteur. D’ailleurs, la première chose que les jeunes acteurs apprennent sur les jeux de miroir, c’est comment épouser la gestuelle de leurs partenaires, comment jouer l’autre.

42François Laroque
On a fait des rapprochements avec des mises en scène de King Lear, mais on peut aussi penser à The Tempest. Prospero joue constamment le rôle d’un acteur sous la rampe. Il se maquille, il fait son entrée en scène. C’est cette conscience qu’a lecteur d’être sur scène et de jouer un rôle que l’on voit dans Richard II comme dans The Tempest. On a évoqué les onze pièces de Shakespeare qu’Ariane Mnouchkine voulait monter, mais on pourrait tout aussi bien lier Richard II, Hamlet et The Tempest, pièces dans lesquelles se retrouvent les thèmes de l’orgueil, de l’usurpation, de la vengeance et de la mise en scène, pièces sur le reflet et l’identité. Richard II est une pièce riche de cette conscience. De nos jours, on représente la pièce pour elle-même, comme pièce à part entière, et non comme simple pièce d’ouverture aux tétralogies. Mais elle reste comme la poupée russe mère, enfermant en son sein de nombreuses poupées toutes plus petites les unes que les autres.

43Michael Earley
C’est pour cela que je trouve que Richard II a une résonance moderne que n’a pas Richard III.

44François Laroque
Nous sommes là à l’aube d’une nouvelle réflexion sur laquelle nous allons clore notre débat : la modernité de Richard II.

45Poitiers, le 7 janvier 2006

46Transcription et traduction de Pascale Drouet et Nathalie Rivère de Carles

Notes

1 Ariane Mnouchkine, L’art du présent. Entretiens avec Fabienne Pascaud, Paris, Plon, 2005, p. 142.

2 Pour l’ensemble des mises en scène évoquées au cours de cette table ronde, se reporter au tableau chronologique en fin de volume.

Auteur

François Laroque est Professeur de littérature anglaise à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III. Il est co-responsable d’une anthologie en deux volumes de pièces du théâtre anglais de la Renaissance à paraître dans la collection La Pléiade. Il a par ailleurs créé, en 1996, l’Équipe de Recherche IRIS (Imaginaire, Représentations, Idéologies, Société dans l’Angleterre des xvie et xviie siècles) qu’il dirige actuellement à l’Institut du Monde Anglophone. Il a notamment publié Shakespeare et la fête (PUF, 1988) et de Shakespeare comme il vous plaira (Gallimard, Découvertes, 1991), ouvrages traduits en anglais et régulièrement réédités. Il a également publié des actes de colloques et de nombreux articles sur Shakespeare et ses contemporains.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540